Navigation – Plan du site
Dossier : Les kurdes
Partie 3. Un espace en mouvement

La stratégie de partenariat turc du Gouvernement régional du Kurdistan irakien au prisme des logiques de situation

Hardy Mède
p. 275-295

Texte intégral

La stratégie partenariale du Gouvernement régional kurde : dynamiques du dedans et du dehors

  • 1 Paquin S., « Les actions extérieurs des entités subétatiques : quelle signification pour la politiq (...)
  • 2 Simonet L., « Les hydrocarbures du Kurdistan irakien, au cœur de l’imbroglio régional », Géoéconomi (...)

1Bien que le Gouvernement régional du Kurdistan (GRK), acteur subétatique ayant le statut d’État fédéré, ne soit pas considéré, dans une perspective stato-centrique, comme un véritable acteur international, il développe une diplomatie parallèle1 qui se déploie dans nombre de domaines d’action internationaux (économique, commercial, politique, sécuritaire...) et tend à empiéter en ce domaine sur les prérogatives du gouvernement central irakien. À cet égard, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) qui domine le GRK a développé avec son voisin turc un partenariat multisectoriel qui a la particularité d’être peu institutionnalisé et paraît fragile, mais n’en demeure pas moins efficace et dynamique. Souvent réduit à sa dimension mercantile, un tel partenariat semble déséquilibré, sinon « contre-nature2 », au regard des inimitiés passées, si l’on ne tient pas compte de l’ensemble des contraintes et des enjeux – notamment politiques – qui structurent à différentes échelles (locale, nationale, régionale) ce processus de rapprochement.

2Cette contribution soutient que ce tropisme turc trouve pour l’essentiel sa justification dans un contexte d’interaction conflictuelle avec Bagdad qui, depuis 2010, est tenté de remettre en question les acquis du système fédéral institué en 2003 en Irak. En se rapprochant de la Turquie, le GRK cherche ainsi à contrer les velléités centralisatrices du gouvernement fédéral et à s’émanciper politiquement et économiquement de sa tutelle. En juin 2014, les conquêtes territoriales de l’État islamique (EI) en Irak entrainent une redéfinition des rapports d’allégeance au centre. Dans ce contexte de guerre civile et de perte partielle de souveraineté territoriale, les positions des protagonistes de la scène politique irakienne s’alignent davantage sur les logiques des deux grandes puissances régionales, à savoir l’Iran et la Turquie, ce qui induit une polarisation de l’espace politique.

3Il s’agit, d’abord, d’expliquer les dynamiques qui, dans chacune des entités – la Région du Kurdistan irakien et la Turquie – ont rendu envisageable la stratégie partenariale engagée sous l’impulsion du Parti pour la justice et le développement (Adalet ve Kalkınma Partisi, AKP) et du PDK (I), puis, dans un deuxième temps, de montrer les implications de la guerre contre l’État islamique sur la configuration politique du Kurdistan et ce partenariat (II). Enfin, le rapprochement Erbil‑Ankara ne peut se concevoir sans prendre en compte le bras de fer qui oppose depuis 2010 le GRK à Bagdad sur fond de lutte d’influence entre les deux puissances régionales (III).

Les enjeux du partenariat Ankara‑Erbil au prisme des dynamiques internes

  • 3 Bozarslan H., Le conflit kurde. Le brasier oublié du Moyen-Orient, Paris, Autrement, 2009 ; Révolut (...)

4L’espace partisan de la Région du Kurdistan irakien est scindé en sphère d’influence entre la Turquie qui appuie le PDK et l’Iran qui épaule l’Union patriotique du Kurdistan (UPK) et le Mouvement Goran (Mouvement pour le changement), scission de l’UPK. Le partenariat avec la Turquie tend à renforcer la position du PDK sur la scène politique locale en lui permettant d’initier la construction d’un monopole sur le pouvoir que tentent de battre en brèche ses deux adversaires politiques soutenus par l’Iran. On peut avancer l’hypothèse que ce partenariat vise à permettre au PDK de s’imposer dans le champ politique du Kurdistan irakien, tout en s’émancipant de Bagdad et, à Ankara, d’exercer une influence en dehors de ses frontières et, par là même, contrôler les « espaces kurdes »3 transfrontaliers à la Turquie.

Les tergiversations de la politique étrangère turque

  • 4 Le paysage politique turkmène est divisé en plusieurs partis politiques. Le Front turkmène qui adop (...)
  • 5 Au Parlement irakien, le Front Turkmène compte 1 représentant depuis 2005. Au conseil provincial de (...)
  • 6 Cette force (« Peace Making Forces ») dirigée par l’État‑major turc est constituée principalement d (...)
  • 7 Stansfield G., Iraqi Kurdistan : Political development and Emergent Democracy, London, RoutledgeCur (...)
  • 8 Insel A., La nouvelle Turquie d’Erdogan. Du rêve démocratique à la dérive autoritaire, Paris, La Dé (...)
  • 9 Ibid, p. 131.
  • 10 Özdemirkiran M., « Les nouveaux acteurs des relations turco-irakiennes dans le contexte de la recon (...)
  • 11 Ibid. p. 69.

5Le GRK n’a pas toujours été considéré comme un partenaire potentiel par la Turquie. Comportant une forte minorité kurde, la Turquie a longtemps refusé toute reconnaissance du fait et des acteurs kurdes dans ses frontières, mais aussi en dehors de son territoire, par crainte d’un effet « domino ». En outre, en guerre depuis 1984 avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (Partiya Karkerên Kurdistan, PKK) dont les partisans sont disséminés dans les quatre parties de l’espace kurde, la Turquie a mené des incursions au-delà de ses frontières et bombardé régulièrement Qandil, le bastion irakien du PKK au cours des années 1900 et 2000, malgré les protestations d’Erbil et de Bagdad. Opposée à l’autonomisation du Kurdistan irakien, elle s’est d’abord « naturellement » tournée vers la minorité turkmène, notamment sa frange la plus nationaliste4, pour jouer un rôle dans son voisinage.5 Au milieu des années 1990, le conflit armé entre partisans du PDK et de l’UPK, lui a donné l’occasion de superviser sur place, à Erbil, une force spéciale chargée de s’interposer entre les deux belligérants6. Mais cette force a dû quitter le Kurdistan irakien en 2004, sous la pression conjointe des américains et du GRK. Il faudra attendre la chute du régime Baath, en 2003, qui donne lieu à une reconfiguration du paysage politique et à l’institutionnalisation du fédéralisme en Irak, en 2005, pour que la Turquie change, non sans hésitation, de position vis-à-vis du GRK et reconnaisse bon gré, mal gré, la Région du Kurdistan d’Irak. Ne pouvant compter sur la minorité turkmène, politiquement marginalisée, pour exercer une influence sur la dynamique politique irakienne, Ankara se tourne progressivement vers le PDK. Ainsi, un ensemble de facteurs internes et internationaux rendent possible cet infléchissement de la politique étrangère turque vis‑à‑vis du PDK. En effet, les ajustements et réformes initiés dans le cadre de la réouverture des négociations entre 2002 et 2007 en vue d’une éventuelle adhésion à l’Union européenne7 entraine un bras de fer entre le pouvoir civil et l’armée turc. S’appuyant sur un arsenal juridique répressif, l’armée tente d’entraver sa mise sous tutelle, sans pour autant parvenir à freiner la montée en puissance de l’AKP qui enchaine les succès électoraux à partir de 20078. Le transfert, en 2008, du « dossier du nord d’Irak » de l’état-major turc au ministère des affaires étrangères turques entérine le changement de rapport de force interne en faveur l’AKP. Ce dernier prône alors l’entrée dans l’ère du « zéro problème » avec ses voisins et le recentrage de la Turquie « comme une puissance régionale d’attraction et de stabilisation au Proche-Orient, par un retour aux sources de la grandeur ottomane »9. La prise en charge du dossier kurde irakien par l’AKP inaugure une période de relations politiques apaisées avec le GRK qui dès lors rend possible un rapprochement stratégique. La levée des barrières idéologiques et la récession économique européenne, liée à la crise financière américaine, incitent les hommes d’affaires turcs à s’investir dans le marché de la construction et des travaux publics du Kurdistan irakien qui constitue également un débouché commercial salutaire pour ses exportations. L’Irak devient ainsi, à la fin des années 2000, la deuxième destination des exportations turques après l’Allemagne. L’AKP envisage ainsi de mener une politique d’intégration économique10 à partir du marché irakien vers l’ensemble de la région, en vue d’un rééquilibrage des relations de la Turquie, caractérisées jusqu’à lors par un tropisme européen, en faveur des pays au sud et à l’est de la Turquie, pour gagner en centralité au Moyen-Orient. Incarnant cette nouvelle politique économique, A. Davutoğlu, le ministre des Affaires étrangères turc plaide en 2009 en faveur d’« une interdépendance économique avec la région kurde pour pouvoir étendre ce modèle d’intégration vers le reste de l’Irak ensuite vers l’ensemble de la région11 ».

  • 12 Özdemirkiran M., « Suivre le pas du commerce de Khabur vers Ibrahim Khalil : mettre l’économie au s (...)
  • 13 Entretien effectué avec le journal Al-mada, publié dans : Xebat, 15 décembre 2013, nº 4461, p. 3.
  • 14 Attentat visant un rassemblent de plus de 300 volontaires de la Fédération des associations de jeun (...)
  • 15 Benhaim Y., « Quelle politique kurde pour l’AKP ? », Politique étrangère, no 2, 2014, pp. 39-50.

6Ce changement de position vis-à-vis du GRK est alimenté par le nouveau marché que constitue la Région du Kurdistan. Après plusieurs décennies de privations liées aux conflits et aux embargos (international et de Bagdad) qui ont interdit son industrialisation et affaiblit son secteur agricole, la dépendance du Kurdistan à l’égard des importations et des investisseurs étrangers s’est accentuée. Pour répondre à la forte demande kurde qui s’exprime à partir de 2005, les entrepreneurs turcs envahissent en nombre ce nouvel « eldorado » plus attractif pour les investisseurs, à la recherche de sécurité et de stabilité, que le reste de l’Irak. En outre, le voisinage du Kurdistan irakien fournit un débouché à la main d’œuvre turque : on dénombre 40 000 travailleurs turcs dans la Région, sans compter l’effet régénérateur du commerce frontalier entre les deux pays sur le marché du travail du Sud-est de la Turquie. M. Özdemirkiran montre ainsi qu’une ville comme Diyarbakir fait la moitié de ses activités commerciales avec l’Irak : « chaque mois, plus de 20 000 camions transportent des biens produits vers l’Irak/Kurdistan. À elle seule, cette activité assure un emploi à 2 millions de personnes dans la région du Kurdistan de Turquie12 ». Ce qui explique aussi la hausse des investissements turcs dans le Kurdistan irakien qui atteignent 11 milliards de dollars en 2013, selon le Premier ministre du GRK, contre 3 milliards d’investissements iraniens13. Le Kurdistan irakien est donc amené à jouer un rôle pivot dans la stratégie de diversification des échanges économiques engagée par Ankara et dans sa volonté d’accroître son influence régionale. Le rapprochement avec le GRK s’accompagne, en 2008, d’un changement d’attitude vis-à-vis de l’espace kurde de Turquie. L’AKP se lance dans des projets de développement économique pour réduire la fracture sociale entre l’Ouest et le Sud‑est de la Turquie, mais les engagements en faveur du règlement politique de la question kurde se font attendre. En 2012, est amorcé un processus de dialogue avec le PKK qui s’enlise faute de propositions concrètes et finit par voler en éclats l’été 2015, après l’attentat de Suruç14, attribué par Ankara à l’État islamique. Cela étant, tout au long de cette période, l’AKP n’hésite pas à mettre en scène ses bonnes relations avec Erbil pour gagner le vote de l’électorat kurde.15

Les enjeux du partenariat vus du Kurdistan d’Irak

  • 16 Pour le rapport AKP-Armée, voir Benhaim Y., art.cit.

7La volonté d’ouverture turque trouve un écho favorable dans l’évolution des rapports de force internes à la Région du Kurdistan irakien16. Avant 2003, la perspective d’une normalisation des relations entre le GRK et la Turquie ne semble pas envisageable. Massoud Barzani s’oppose fermement à une éventuelle participation de la Turquie à la guerre contre l’Irak que le Parlement turc rejette au demeurant. À la suite de l’intervention américaine, l’influence de l’Iran s’accroit graduellement sur Bagdad désormais gouverné par les acteurs chiites et dans une moindre mesure au Kurdistan irakien, par l’intermédiaire de l’UPK. Cette configuration d’alliance tend à isoler le PDK sur le plan national et provoquer un réflexe de repli régionaliste. En retrait dans le Kurdistan irakien, contrôlant la région frontalière à la Turquie, le PDK apparait progressivement comme un partenaire commercial obligé pour la Turquie et cette dernière une source de revenus douaniers et d’approvisionnement en produits de consommation vitale pour son marché intérieur enclavé.

  • 17 Reliant la Turquie et l’Irak, il est depuis 1990 le poste douanier le plus important en termes de f (...)
  • 18 Nader A., et al., “Regional Implications of an Independent Kurdistan”, rapport du RAND, publié en 2 (...)
  • 19 Roussel C., « Le Kurdistan d’Irak, un espace de redéploiement des circuits commerciaux entre Turqui (...)
  • 20 Bazirgani u Pishasazi, (Commerce et Industrie), no 10, 2013, p. 17. Revue publiée par la Chambre de (...)
  • 21 Stansfield G., Iraqi Kurdistan : Political development and Emergent Democracy, op. cit. p. 51.
  • 22 55 % du gaz turc serait fourni par la Russie : http://www.lesclesdumoyenorient.com/L-acheminement-d (...)
  • 23 Mise à part la parenthèse de 2009 à 2011, le poste de Premier ministre est occupé depuis 2006, date (...)
  • 24 Près de la moitié des entreprises étrangères présentes au Kurdistan irakien sont turques, soit 44 % (...)

8Contrôlant la frontière avec la Turquie et le poste douanier d’Ibrahim-Khalil, le PDK est le premier bénéficiaire des retombées des échanges commerciaux avec la Turquie. Grâce au commerce frontalier, le GRK connaît un essor économique sans précédent17. Le commerce frontalier fait du Kurdistan irakien une interface économique entre la Turquie, l’Irak et l’Iran. Le GRK joue un rôle de transit de marchandises turques vers le reste de l’Irak18 et vers l’Iran, permettant au PDK et à l’UPK de dégager des revenus douaniers. Jusqu’en 2014, près de 2500 camions en provenance de la Turquie entrent quotidiennement en Irak par le poste d’Ibrahim Khalil19 : 70 % des cargaisons contenant des produits alimentaires, manufacturés et cosmétiques turcs en direction de l’Irak sont déchargés au Kurdistan irakien qui se charge du transfert vers l’Ouest, le Sud et le centre de l’Irak, ainsi que vers l’Iran20. Le commerce de transit et les taxes douaniers, souvent occultés par les observateurs au profit de la rente pétrolière, constituent un pilier de l’économie de la Région, en particulier dans les années 199021. Inversement, le GRK peut envisager de faire transiter par la Turquie son pétrole et son gaz pour l’exporter vers le marché international. Dans cette optique, le voisin turc bénéficie d’un accès privilégié au secteur pétrolier du GRK. Pauvre en ressources énergétiques, la Turquie peut ainsi diversifier ses importations en énergie pour réduire sa dépendance à l’égard de l’Iran et de la Russie qui sont ses principales sources d’approvisionnement en la matière22. La construction, en 2013, d’un oléoduc, reliant le pétrole de Kirkuk au port turc de Ceyhan, place le GRK au cœur d’une « communauté » économique régionale. L’effet d’un tel oléoduc sur la dynamique politique de la Région du Kurdistan est déterminant. Construit sous l’impulsion de Nechirvan Barzani, le Premier ministre du GRK et l’un des chefs de fil du PDK, cet oléoduc permet désormais à Erbil de centraliser la quasi-totalité de la production de pétrole de la Région dont l’acheminement en camions‑citernes rendait le contrôle difficile. Les revenus générés par ce pipeline sont déposés sur un compte à la Türkiye Halk Bankası – banque nationalisée par l’État turc en 2002 – dont les opérations de retrait et de virement doivent en principe être co‑signées par le comité restreint que forme le Premier ministre et ses ministres des Ressources naturelles et des Finances23. Le Premier ministre dispose de la sorte d’une manne financière lui permettant d’initier la construction d’un monopole étatique et d’entretenir un réseau de clientèle qui explique, en partie, les succès électoraux du PDK en 2009 et en 2013. Ainsi, plus le PDK consolide son leadership au Kurdistan irakien, plus le partenariat avec la Turquie tend à se renforcer au dépend de l’Iran et de Bagdad qui restent néanmoins l’axe dominant de l’arène politique irakienne24.

  • 25 Lors des élections législatives de 2009, le Mouvement Goran talonne l’UPK, à l’issue des législativ (...)
  • 26 Le PDK a, à la faveur des divisions de l’UPK, amélioré son score électoral. Le Parlement de la Régi (...)
  • 27 L’Iran est le seul État à avoir ouvert deux consulats au Kurdistan irakien, dans l’une et l’autre d (...)

9La chute de régime Baath en 2003 s’est traduite par la montée en puissance du bloc irano-chiite et une tentative d’intégration au centre politique des élites kurdes, comme l’illustre la nomination à deux reprises (2005, 2009) de Jalal Talabani, leader historique de l’UPK, à la Présidence de l’Irak. On observe alors une irakisation/nationalisation des discours chez les dirigeants kurdes investis dans des fonctions politiques à Bagdad. À cet égard, l’engagement au centre dans les plus hautes sphères de l’État irakien a pu être perçu comme un désaveu implicite des aspirations régionalistes par une frange de la population kurde. À la différence de l’UPK, les dirigeants du PDK ont pondérés leur participation aux institutions centrales pour incarner la représentation politique du GRK. En l’absence de son rival, Massoud Barzani s’est posé en porteur d’une identité régionaliste, puis en entrepreneur de l’indépendance. D’autre part, le départ à Bagdad J. Talabani a exacerbé les luttes pour la succession dans son parti. La présence de courants au sein de l’UPK (formés tant par affinité idéologique que par stratégie de cooptation) a nourri les divisons intestines provoquant, entre 2006 et 2010, une hémorragie militante et une scission à l’origine du Mouvement Goran. Ce nouveau venu, qui a rapidement connu des succès électoraux25, s’est au fil des élections imposé comme la deuxième force parlementaire du pays devançant l’UPK26. Bénéficiant des déboires de son rival et fort d’une majorité parlementaire, le PDK s’est installé aux commandes des institutions régionales (présidence et gouvernement). Cela étant, l’Iran a cherché à maintenir l’équilibre des forces partisanes au Kurdistan irakien, en agissant en faveur de la cohésion interne de l’UPK comme le confirme ses nombreuses médiations entre les différentes factions du parti ces dernières années. C’est dans cette optique que Téhéran a toujours donné le même poids diplomatique à Souleymaniye, bastion l’UPK et à Erbil, siège du GRK27. Cela étant, à la différence de la Turquie, l’influence iranienne s’est jusqu’à présent principalement exercée sur les régions chiites et sur Bagdad, et tend à s’intensifier depuis le début du conflit syrien et la conquête de Mossoul par l’État islamique (EI) en Irak.

État de guerre et logiques de situation

  • 28 Force spéciale dépendante des Pasdarans (les Gardiens de la révolution), organisation paramilitaire (...)

10Les assauts menés, début août 2014, en direction d’Erbil par les combattants de l’EI ont surpris le GRK, mais aussi la plupart des protagonistes qui ne s’attendaient pas à une telle offensive contre les positions kurdes. Le Kurdistan demeurait en effet en retrait des conflits en cours dans le reste du pays et l’EI avait déclaré à l’époque, via son agence de communication, préparer un déploiement d’envergure en direction de Bagdad. Pris de court, le GRK a lancé un appel à l’aide à la Turquie, qui est resté sans réponse malgré ses relances. L’absence de réaction turque a tranché avec l’élan de l’Iran qui a saisi cette fenêtre d’opportunité pour pallier la « défaillance » de la Turquie, en envoyant une unité d’élite al‑Qods28 à Makhmour, le 10 août, et des armes, du matériel et des experts militaires à Erbil, les jours suivants. Les critiques à l’encontre de l’attentisme turc se sont alors élevées dans les médias kurdes pour dénigrer la stratégie d’alliance du PDK. Malgré cette déconvenue, ce dernier a maintenu son emprise sur les institutions étatiques.

Le PDK, vers une accumulation de capitaux

  • 29 Le 13 juin juste après la prise de Mossoul P. J. Luizard déclarait à l’RFI : « On imagine qu’un seu (...)
  • 30 Makhmour accueille depuis 1998 un camp de réfugiés kurdes turcs qui compte 12000 personnes.
  • 31 Firatnews publie une dépêche dans la nuit 6 au 7 août 2016 : « Les peshmergas abandonnent aussi Mak (...)

11La participation à marche forcée des peshmergas dans la guerre a deux implications militaires. L’ouverture d’un front kurde réduit la pression djihadiste sur Bagdad et tend à modifier l’équilibre des forces en faveur du bloc irano-chiite. Pour Téhéran, qui était déjà déployé sur le terrain aux côtés de Bagdad, cette opération de soutien au GRK est doublement stratégique. Elle vise à contenir l’avancée djihadiste en dehors du Kurdistan irakien qui fait office, en raison de sa situation géographique, de zone tampon entre l’État islamique et le territoire iranien. Elle doit permettre de capitaliser sur la menace de l’ennemi commun pour infléchir, par l’intermédiaire de l’UPK conforté dans ses choix d’alliance, la politique de non-alignement adoptée par le GRK après la chute de Mossoul, en juin 2014. En dépit de la forte pression iranienne, le GRK avait alors refusé de prendre parti dans le conflit, identifiant la chute de Mossoul à un soulèvement de la population sunnite ciblée par la politique répressive du Gouvernement Maliki, et moins à une avancée djihadiste. L’explication rétroactive des événements, au regard des évolutions ultérieures, a fait parfois perdre de vue la perception de l’événement qui a, à juste titre, prévalu à l’époque29. L’offensive menée le 4 août contre Erbil modifie les logiques de situation. Positionnés autour de la ville de Makhmour située à 30 km au sud d’Erbil, les combattants de l’EI sont dans un premier temps contenus par le HPG (branche armée du PKK) dépêché sur place pour évacuer la population30. Les peshmergas déployés dans les zones nouvellement passées sous contrôle du GRK se retirent pour défendre la ligne Erbil – Kirkuk. Profitant de ce retrait, les combattants du PKK (épaulé par leur allié syrien du PYD) se positionnent en bordure de la zone d’influence du PDK pour défendre ses marges (Sinjar, Makhmour)31.

  • 32 Tilly CH., Coerction, Capital and European, A.D. 990-1990, Cambridge, Blackwell, 1990.
  • 33 Le ministre des Peshmergas, membre du Goran, a été exclu du gouvernement en octobre 2015.
  • 34 Cette situation présente par certains de ses aspects, une similarité avec la configuration politiqu (...)

12L’intervention de l’aviation américaine à la mi-août change la donne sur le terrain, non pas tant en opérant un retournement de situation décisif, mais en sanctuarisant le Kurdistan irakien intronisé par ce geste dans l’ordre westphalien. Appuyés par les frappes américaines, les peshmergas du PDK et l’UPK se coordonnent pour mener la contre-offensive en direction de Makhmour. L’entrée en scène des Américains contraint les conseillers militaires iraniens à se retirer du théâtre d’opérations et les relègue à la marge des territoires de l’UPK. La formation fin août d’une coalition internationale pour combattre l’EI et l’afflux diplomatique en direction d’Erbil profitent largement au PDK, en renouvelant à ses dirigeants la « certification »32 des acteurs internationaux qui les adoubent. Les armes fournies par les pays occidentaux et voisins (y compris l’Iran) sont déposées à Erbil. La distribution s’effectue sous la supervision de Massoud Barzani qui, en tant que commandant en chef des forces armées de la Région, coordonne le déploiement des peshmergas33. Cette conjoncture lui offre des ressources matériels et un cadre argumentatif pour se mettre en scène en chef de guerre et s’imposer comme l’homme de la situation. À cet égard, il faut signaler la charge symbolique de l’appel solennel lancé, au début de la guerre, par Massoud Barzani, primus inter pares, enjoignant les vétérans de reprendre du service pour former une nouvelle génération de peshmergas. L’état de guerre qui conduit à faire (ré) émerger la figure du « peshmerga » tend à revaloriser le capital « révolutionnaire » (lié à un passé dans la « résistance » au pouvoir central) et les compétences militaires des anciens combattants qui regagnent les premières lignes du front, mais aussi le devant de la scène politique et médiatique34.

  • 35 Les « territoires en dispute » désignent selon la Constitution irakienne de 2005 une zone longeant (...)
  • 36 Pour asseoir son contrôle sur les milices chiites, l’Iran remplace en avril 2017 son ambassadeur à (...)
  • 37 Les difficultés économiques du GRK sont, d’une part, liées à une baisse du cours du pétrole et, d’a (...)

13Sur le plan social, la guerre induit une variation du poids relatif des capitaux : à la dévaluation des expériences militaires concomitante de l’accroissement de la valeur des espèces de capital spécialisées (juridique, technique, technocratique) qui avaient caractérisé la période précédente succède une conjoncture où la consécration politique ne semble plus tant dépendre de la légitimité que confèrent les institutions politiques, mais de l’aptitude personnelle, réelle ou perçue, à offrir une issue ou une solution à la crise que traverse le pays. L’état de guerre permet à Massoud Barzani de proposer des aménagements institutionnels qui visent à justifier son maintien au pouvoir après la fin de son mandat présidentiel, le 20 août 2015, à entériner la présidentialisation du régime et à revendiquer l’exercice de pouvoirs exceptionnels. Or, le PDK, qui dispose seulement d’une majorité relative au Parlement, est contrariée dans ses projets par une opposition parlementaire conduite par Goran qui refuse de voter les réformes présidentielles. Le PDK accuse Goran de fomenter un coup d’État institutionnel à partir du Parlement et tente de paralyser le fonctionnement de l’institution en empêchant son Président, membre de Goran, de siéger en son sein. Le blocage institutionnel qui en résulte sert le statu quo, à savoir le maintien de Massoud Barzani à la présidence du Kurdistan et l’affaiblissement de Goran privé de ses ressources parlementaires et n’ayant pas ou peu accès aux ressources étatiques et économiques que contrôlent le PDK et dans une moindre mesure l’UPK. La montée en puissance du PDK contrarie les plans de l’Iran et de Bagdad qui se tournent davantage vers les milices chiites de Hashd al‑Shabi (la Mobilisation populaire) et le PKK pour tenter, à travers ces acteurs, de réduire l’influence du PDK sur les « territoires en dispute »35, notamment à Kirkuk et à Sinjar36. À l’échelle du Kurdistan irakien, la guerre qui entraine une diminution objective des ressources économiques du GRK37 permet cependant une concentration des capitaux économique, diplomatique, militaire aux mains du PDK qui, en multipliant les signes symboliques d’une représentation étatique, en contrôlant le marché pétrolier et en jouant un rôle militaire déterminant dans la coalition internationale contre EI, renforce son entreprise à visée monopolistique sur le territoire kurde.

Les réajustements circonstanciels du partenariat

  • 38 Sur les rumeurs et de fausses nouvelles, voir : Bloch M., « Les fausses nouvelles de la guerre », R (...)
  • 39 Lors d’une interview diffusée en août 2014 sur Rudaw TV (chaîne de télévision kurde), il reproche a (...)
  • 40 Entretien accordé par Fuad Hussen (chef de cabinet de Massoud Barzani) à Rudaw (hebdomadaire kurde) (...)
  • 41 Entretien avec Tchinar Saad Abdullah, membre du comité central du PDK le 3 mai 2016.
  • 42 Au mois de juillet 215, le Premier ministre du GRK déclare l’ « autonomie économique » (serbexoîy a (...)
  • 43 Selon la Constitution irakienne, une partie du budget fédéral doit être allouée à la Région du Kurd (...)

14L’attitude d’Ankara, l’effet de surprise et la fulgurance des attaques ont alimenté, au sein de la population kurde, les rumeurs38 et les suspicions de collusion, sinon de complaisance, des autorités turques à l’égard des djihadistes : l’image de la Turquie en a été écornée. Par analogie, certains commentateurs ont assimilé la défaillance d’Ankara à l’abandon, en 1974, par Téhéran de l’insurrection du PDK contre le pouvoir central irakien. La critique des adversaires du PDK vise deux cibles : la Turquie à qui l’on reproche un double jeu et le PDK pour n’avoir pas su diversifier ses relations et retenu les leçons de l’Histoire. Lors d’une interview, Barhem Salih, le secrétaire général adjoint de l’UPK, ex‑Premier ministre de la Région, perçu comme un acteur consensuel et pragmatique, qui entretient de bonnes relations avec les dirigeants du PDK, s’élève contre la stratégie d’alliance du PDK39. Les dirigeants du PDK tentent de sauver la face en pointant la responsabilité de la Turquie. Fuad Hussein, chef du cabinet de Massoud Barzani dénonce les manquements de la Turquie qui « disait avec constance qu’elle nous aiderait si la sécurité du Kurdistan était menacée.40 ». Ciblé par les critiques, Ankara justifie son inaction par une série de contraintes : les 49 otages turcs retenus prisonniers par l’EI lors de la prise de Mossoul, la campagne électorale pour les élections présidentielles turques en août 2014, l’absence d’autorisation d’intervenir dans ce type de cas sans l’aval de l’Otan41. Malgré cette déconvenue, la rupture du partenariat entre la Turquie et le GRK semble inconcevable, de part et d’autre, pour des raisons géopolitiques, notamment liées à l’engagement du PKK et de l’Iran sur le terrain irakien, et des intérêts économiques. Dès la fin août 2014, les dirigeants de l’AKP assurent leur partenaire kurde que la Turquie restera une terre de transit du pétrole kurde42. Un réajustement du partenariat est entrepris pour le doter d’une dimension militaire. Au tournant de l’année 2014-2015, la Turquie fournit conseils et assistances aux peshmergas et envoie, en 2015, une unité de 2000 soldats à Baashiqa, officiellement, dans l’éventualité d’une participation turque à la libération de Mossoul, mais pour offrir aussi au PDK un moyen de pression contre la présence du PKK à Sinjar, à la lisière de sa zone d’influence. En outre, au cours de l’année 2015, la Turquie accorde deux prêts, dont le montant total s’élève à un milliard de dollars, au GRK qui connaît des problèmes de liquidités et peine à assurer le salaire de la fonction publique, suite aux mesures de rétention budgétaire décidées depuis février 2014 par Bagdad43. En dépit des difficultés budgétaires du GRK, le PDK reste un acteur majeur dans le contrôle des échanges commerciaux et des ressources d’hydrocarbure et renforce son leadership dans la Région du Kurdistan. La construction en 2013 d’un oléoduc, reliant le pétrole de Kirkuk vers la Turquie permet l’émergence d’un « nationalisme économique » qui fonctionne à deux vitesses : ouvert au monde extérieur, comme l’atteste la loi d’investissement, fiscalement très incitative, votée en 2006 par le Parlement régional kurde, mais protectionniste vis‑à‑vis de l’État central irakien.

La dynamique politique irakienne sur fond de luttes d’influence entre la Turquie et de l’Iran

  • 44 Mède H., « Dynamique de transformation du lien étatique entre le centre et la périphérie kurde en I (...)
  • 45 Bozarslan H., « Le Kurdistan d’Irak aujourd’hui », Critique internationale, no 29, 2005, pp. 25-36.
  • 46 Jusqu’en 2010, les cabinets successifs du gouvernement fédéral ont été esquissés à Erbil avant qu’i (...)
  • 47 Appelée en arabe “’Itilaf Dawlat al-Qanun”.
  • 48 La majorité absolue peut être atteinte au-delà de 165 sièges parlementaires.
  • 49 L’adjectif « régionaliste » renvoie ici à une identification fondée sur le couple « territoire et n (...)

15La défiance à l’égard du voisin turc a été l’un des facteurs déterminants dans le choix fait par les autorités kurdes, en 2003, après la chute du régime Baas, d’un retour du Kurdistan dans le giron du nouvel État irakien. Le Kurdistan irakien, en rupture (politique, économique, diplomatique) avec Bagdad depuis 1991, a alors réintégré l’Irak contre la garantie d’une reconnaissance constitutionnelle de son statut d’autonomie en 2005. De ce point de vue, le processus de « ré-irakisation » engagé en 2003 par les autorités kurdes « obéit à une stratégie qui consiste à garantir, à partir du centre, la protection de la périphérie kurde, notamment contre l’ingérence des États voisins44 ». Le GRK s’est assuré de la sorte une reconnaissance internationale, une ouverture vers le monde extérieur et a gagné en centralité en devenant un acteur influent sur le plan national45. Dans cette nouvelle conjoncture, Erbil a été appelé à jouer un rôle d’arbitre en devenant au cours des années 2000 un lieu de médiation où les protagonistes irakiens se réunissaient pour négocier et former des alliances46. Le GRK est parvenu ainsi à produire des effets pertinents sur la balance du pouvoir. Cela étant, les élections législatives du 7 mars 2010 marquent un tournant dans la dynamique politique irakienne. La « Coalition de l’État de droit » (CED)47 de Nouri al‑Maliki, constituée lors des élections provinciales de 2009, s’impose dans les milieux chiites et devient le plus grand groupe au Parlement fédéral, en obtenant 89 sièges, sans pour autant bénéficier d’une majorité absolue pouvant lui permettre de gouverner seul.48 À la différence de ses prédécesseurs, Nouri al-Maliki prône le retour au centralisme étatique. L’avancée de la CED coïncide avec celle du PDK de Massoud Barzani qui s’impose dès les élections de juillet 2009 comme le parti dominant de l’échiquier politique du Kurdistan. Ne parvenant à s’accorder, ni sur l’étendue de l’autonomie ni le périmètre territorial du Kurdistan irakien, l’interaction conflictuelle entre la CED et GRK conduit à des tentatives de reformulation du lien entre le gouvernement central et la périphérie kurde : le GRK tend alors à mobiliser un registre discursif « régionaliste »49. Faute de ressources déterminantes, les deux acteurs en conflit tendent à s’inscrire dans les logiques des deux grandes puissances régionales. Ainsi, la Turquie qui était en 2003 persona non grata devient à partir de 2010 un partenaire stratégique pour M. Barzani et l’Iran densifie ses relations avec le gouvernement central irakien. La polarisation entre les deux pôles Bagdad-Téhéran d’un côté et Erbil‑Ankara de l’autre se renforce avec la prise de Mossoul par l’EI et l’extension des limites territoriales du Kurdistan irakien.

La GRK face à la CED : vers une polarisation de l’arène politique ?

  • 50 Dawod H., « L’Irak à la veille d’élections cruciales », in Magazine Moyen-Orient, no 3, 2009 : http (...)
  • 51 Les services secrets iraniens avaient autre autres commandité l’élimination d’Abdul Rahman Ghasseml (...)
  • 52 En fuite au Kurdistan irakien, puis réfugié en Turquie, Hachemi rejette les accusations de financem (...)
  • 53 Marcou J., « La Turquie ne livrera pas Tareq al-Hachemi à l’Irak », voir : https://ovipot.hypothese (...)
  • 54 Harling P., « Les dynamiques du conflit irakien », Critique internationale, no 34, 2005, pp. 29-43.
  • 55 Exclu par la PDK des institutions politiques du Kurdistan en octobre 2015, Goran s’engage dans une (...)

16La compagne électorale de 2010 de Maliki est dominée par un enjeu : la primauté d’un État central fort50. L’année 2010 amorce un revirement de position à l’égard de l’expérience fédéraliste et consocialiste des années précédentes. La tentative de centralisation du processus décisionnel s’accompagne d’une forte concentration du pouvoir en la personne du Premier ministre. Nouri al‑Maliki assure ainsi les fonctions de Premier ministre, de ministre de la Défense (commandant en chef de l’armée) et de ministre de l’Intérieur (direction des forces de l’ordre et des services de renseignement). Le centralisme, qui est présenté comme la condition sine qua non pour sortir de la crise étatique, est toutefois associé à une stratégie de confessionnalisation renforçant ainsi une lecture identitaire des rapports politiques qui se traduit par le recentrage du régime vers les chiites et le renvoi de nombreux sunnites de l’armée et des ministères sur la base de l’article 7 de la Constitution irakienne relatif à la « débaasisation » du pays. La logique de disqualification de l’opposition mise en œuvre par Bagdad s’amplifie avec le départ des américains en 201151. L’Iran qui étend son emprise sur le pays depuis 2003 y exporte son ingénierie étatique et militaire. Le mandat d’arrêt émis à l’encontre Tareq al‑Hachemi, vice-président de l’État irakien et leader de l’opposition sunnite, se fait au lendemain du départ des américains52. La stratégie de « décapitation » de l’opposition sunnite – par élimination physique ou l’arrestation de ses leaders – s’inscrit dans la tradition des assassinats ciblés commandités par les services de renseignements iraniens. L’absence d’arbitrage américain dans le jeu politique irakien offre à la Turquie l’opportunité de se poser en « protecteur » de la communauté arabe sunnite. En refusant d’extrader Hachemi vers l’Irak, Ankara compromet durablement toute chance de normalisation de ses relations avec Bagdad qui qualifie la Turquie d’« ennemi » du pays53. Dans un contexte marqué par la dégradation de ses relations avec Bagdad, les incertitudes politiques et économiques liées à la guerre contre l’EI, le GRK tend à se rapprocher de la Turquie pour déjouer la politique centralisatrice du Gouvernement Maliki. Parallèlement, les ressources institutionnelles sont mobilisées en vue de restreindre l’action du gouvernement et d’exploiter les dissensions internes au bloc chiite. Ainsi, en 2011, une tentative de destitution du Premier ministre signée par les parlementaires de différentes formations politiques, et soutenue par Massoud Barzani, est finalement mise en échec par les députés chiites auxquels se rallie, à la demande de Jalal Talabani, les représentants de l’UPK qui se désolidarisent des signataires. Cette nouvelle configuration d’acteurs annonce une polarisation de l’arène politique irakienne alignée sur les logiques des deux grandes puissances régionales, à savoir l’Iran qui intensifie, via une multitude de canaux54, son ingérence dans les affaires irakiennes et la Turquie qui cherche, à partir de la périphérie kurde, à contenir l’influence iranienne. Au Kurdistan irakien, cette polarisation renforce deux logiques concurrentielles : d’un côté l’UPK et Goran55 qui tendent à s’insérer dans le cadre politique national à la faveur d’un processus d’irakisation et, de l’autre, le PDK qui s’inscrit dans une dynamique régionaliste et densifie ses relations avec la Turquie.

17À l’échelle locale, la guerre d’influence se traduit dans les zones limitrophes par l’enrôlement d’acteurs locaux. À Sinjar, devenue un enjeu stratégique entre les différents protagonistes régionaux et nationaux, le contrôle du territoire passe par la formation de milices yézidis principalement affiliées au PKK ou au PDK. La multiplication des acteurs induit deux mouvements : une fragmentation de l’espace politique local et son organisation en deux blocs antagoniques, opposant l’axe PDK‑Ankara au PKK‑Bagdad/ Iran, qui implique une bipolarisation transversale de l’espace (global) kurde dont la représentation est disputée par le PKK et le PDK et se traduit par la montée des tensions à l’échelle locale (Sinjar, Kirkuk).

La question des ressources économiques : le nerf de la guerre d’influence

  • 56 À la une de « Xebat » (organe officiel du PDK), on lit en juillet 2014 : « Le pétrole de Kirkuk est (...)
  • 57 Kirkuk compte six puits de pétrole, les trois autres trois sont sous contrôle du Gouvernement centr (...)
  • 58 Entretien avec Barhem Salih, Paris, 2010.
  • 59 La loi sur les « Pouvoir des provinces » votée, en 2008, dans la cadre d’une politique de décentral (...)
  • 60 Au fil des négociations, Bagdad reconnaît implicitement les acquis territoriaux du GRK et autorise (...)
  • 61 « La position de la Turquie a radicalement changé vis-à-vis des territoires en dispute. (…) La Turq (...)
  • 62 Femme politique, engagée dans le monde associatif, issue d’une famille de politiciens, Hero Talaban (...)
  • 63 Entretien avec Rebwar Talabani, président du Conseil provincial de Kirkuk, le 11 mai 2016.
  • 64 Le ministère de l’intérieur irakien réactualise, en 2016, une décision ministérielle émise il y a q (...)
  • 65 Site de Rudaw, consulté le 26 juin 2016. En 2016, à Erbil, près de 8 acheteurs sur 10 des biens imm (...)

18L’avancée de l’EI en Irak, en juin 2014, s’explique en partie par la déroute de l’armée irakienne dans le triangle sunnite, au centre du pays, ainsi que dans les « territoires en dispute » sous contrôle de Bagdad, mais revendiqués par les Kurdes. Après la conquête surprise de Mossoul par l’EI et la fuite des forces irakiennes, les peshmergas prennent position dans la ville de Kirkuk et tiennent militairement la quasi-totalité des « territoires en dispute ». Du jour au lendemain, le GRK voit son territoire s’élargir de 40 %, une unité d’élite est dépêchée pour sécuriser les puits de pétrole dont trois (qui constituent 60 % des réserves de Kirkuk56) passent sous son contrôle57. L’exploitation des gisements et le partage des revenus générés par le pétrole constituent un sujet de discorde récurrent entre Bagdad et Erbil. Le flou constitutionnel autour de ces questions conduit, de part et d’autre, à des stratégies de contournements des règles ou à la mobilisation d’instruments de pression qui exacerbent les tensions. Pour le GRK, l’appropriation et l’exploitation des ressources énergétiques du Kurdistan doivent non seulement réduire sa dépendance vis-à-vis du pouvoir central, mais aussi et surtout garantir sa sécurité en lui permettant de tisser des partenariats commerciaux avec l’extérieur58. L’incorporation de la ville Kirkuk dans le giron de la région kurde permet par sa double spécificité à la fois territoriale et économique (pétrolière) un redéploiement de la périphérie kurde vers l’ensemble des territoires en dispute. Cette double spécificité fait aussi de Kirkuk l’enjeu et le cadre des luttes de pouvoir sur le plan national et local. En dépit de son poids électoral et une forte présence de ses peshmergas dans la ville qu’il inclut dans sa zone d’influence, l’UPK ne contrôle pas le secteur pétrolier de Kirkuk qui relève des compétences du GRK. Le poids exercé par Erbil sur le gouvernorat de Kirkuk tient notamment à des transactions collusives entre le PDK et les élites locales, par l’intermédiaire du gouverneur, Najmadin Karim, membre du politburo de l’UPK. On observe ainsi que les logiques de situation déterminent les alignements politiques locaux qui ne sont pas de simples transpositions des stratégies d’alliance engagées à l’échelle nationale. La loi sur la décentralisation des provinces votée en 2008 et modifiée en 2013 prévoit un dispositif de compensation financière pour chaque gouvernorat pétrolifère, destinée au fonctionnement et à l’amélioration des services publics59 . Bagdad ayant interrompu tout versement en 2015, le GRK négocie avec les acteurs locaux le versement d’une allocation mensuelle de l’ordre de 10 millions dollars au gouvernorat de Kirkuk. En se substituant à Bagdad, le GRK parvient à étendre son influence sur les élites locales. Le gouverneur de la province fait désormais partie de toutes les délégations présidées par Nechirvan Barzani en direction d’Ankara, concernant le dossier pétrolier de la Région60. La perte de plusieurs puits de pétrole à Kirkuk et dans la zone contrôlée par l’État islamique et le conflit armé avec ce dernier, contraint Bagdad à engager des négociations avec le GRK, ponctuées par des accords plus ou moins respectés. La logique d’acheminement par l’oléoduc privilégié par le GRK lors des négociations de 2016, prive en partie l’Iran de l’approvisionnement en camions-citernes et conforte la position de la Turquie qui devient une terre de transit obligée pour le pétrole de Kirkuk. La Turquie qui s’est historiquement octroyée un droit de regard sur Kirkuk, justifié par son passé ottoman et la présence d’une communauté turkmène, semble, dans la conjoncture actuelle, infléchir sa position à l’égard des aspirations territoriales et énergétiques des Kurdes d’Irak61. Cela étant, dans les territoires en dispute, le GRK doit composer avec la pression accrue exercée par le bloc irano-chiite rallié de façon circonstancielle par l’UPK, Goran et le PKK qui constituent une autre configuration d’intérêts. Un arrangement entre l’Iran et Bagdad appuyé par Héro Talabani62 contraint le GRK à accepter le retour partiel de la Compagnie pétrolière (étatique) du Nord à Kirkuk pour y exploiter trois puits. L’État fédéral tente parallèlement, s’appuyant sur l’avancée des milices chiites, de modifier l’équilibre démographie de la province en provoquant, selon les responsables locaux, un afflux migratoire de la population arabe sunnite vers Kirkuk et la Région du Kurdistan63. Les déplacements de population en cours évoquent les tentatives d’ingénierie démographique employées dans le passé, visant à modifier l’équilibre démographique des territoires stratégiques.64 Dans une autre optique, le GRK qui compte 2 millions de réfugiés (syriens et déplacés irakiens) autorise la population arabe sunnite déplacée à Erbil et à Souleymaniye d’accéder à des biens fonciers pour redonner du souffle au marché de l’immobilier et de la construction en pleine crise65. La guerre et la crise économique tendent ainsi à redéfinir les frontières internes du pays qui séparent les Kurdes et les Arabes dans la Région du Kurdistan.

19En cherchant à créer, depuis son autonomisation, les conditions d’une autosuffisance financière qui implique un rapprochement avec la Turquie, le GRK s’engage dans un processus « empowerment » vis-à-vis de Bagdad. Cela étant, le partenariat avec la Turquie est impacté par la guerre et la crise économique. Le GRK se heurte à de sérieux obstacles financiers au point qu’il peine à assurer les salaires des employés du service public. Le coût de l’effort de guerre, la forte baisse du prix du pétrole, ont fragilisé l’économie du Kurdistan et réduit le pouvoir d’achat de la population. Le pouvoir est confronté depuis automne 2015 à des mobilisations sectorielles pour réclamer les arriérés de salaire et dénoncer la corruption, soutenues par Goran qui, depuis son éviction des institutions politiques du Kurdistan, cherche des modes d’expression et d’action alternatifs qui passent notamment par la politisation de la rue. Faute de ressources, les partis kurdes de l’opposition se tournent également vers Bagdad pour réintégrer à partir du centre, le jeu politique régional et produire des effets sur la périphérie. S’opère ainsi deux dynamiques qui procèdent en sens inverse : d’un côté l’opposition kurde qui s’insère dans le cadre national à la faveur d’un processus de nationalisation du jeu politique et, de l’autre, le GRK qui s’engage dans une dynamique régionaliste marquée par une intensification des relations et des flux avec l’espace transfrontalier turc. Cette nouvelle configuration d’acteurs annonce une polarisation de l’arène politique irakienne qui s’aligne davantage sur les logiques des deux grandes puissances régionales, à savoir l’Iran dont l’ingérence en Irak s’amplifie et la Turquie qui cherche, à partir notamment de la périphérie kurde, à contenir l’influence iranienne. Cela étant, dans une conjoncture où l’on assiste à une multiplication des acteurs et à une fragmentation spatiale, les configurations d’acteurs sont changeantes et cette polarisation transversale est contrariée par des logiques locales déterminant le jeu des alliances qui ne sont pas de simples transpositions des stratégies d’alliance engagées à l’échelle nationale ou régionale.

Haut de page

Notes

1 Paquin S., « Les actions extérieurs des entités subétatiques : quelle signification pour la politique comparée et les relations internationales ? », Revue internationale de politique comparée, vol. 12, no 2, 2005, pp. 129-142.

2 Simonet L., « Les hydrocarbures du Kurdistan irakien, au cœur de l’imbroglio régional », Géoéconomie, no 74, 2015, pp. 151-168.

3 Bozarslan H., Le conflit kurde. Le brasier oublié du Moyen-Orient, Paris, Autrement, 2009 ; Révolution et état de violence. Moyen-Orient 2011-2015, Paris, CNRS Éditions, 2015.

4 Le paysage politique turkmène est divisé en plusieurs partis politiques. Le Front turkmène qui adopte un positionnement nationaliste est l’acteur privilégié par Ankara. Les autres partis turkmènes de la région sont davantage liés au PDK. La frange de la population turkmène de confession chiite est proche de Bagdad.

5 Au Parlement irakien, le Front Turkmène compte 1 représentant depuis 2005. Au conseil provincial de Kirkuk, les paris politiques turkmènes comptent 5 élus, les Kurdes 26, les Arabes 9.

6 Cette force (« Peace Making Forces ») dirigée par l’État‑major turc est constituée principalement de turkmènes, elle prend position en 1997 dans la Région du Kurdistan irakien. Elle a pour mission de veiller au cessez-le-feu signé en 1996 par le PDK et l’UPK en présence d’une délégation multilatérale (américaine, britannique, turque). Elle demeure toutefois persona non grata dans la Région où elle est perçue par la population comme une colonne des services secrets (MIT) turcs. En 2003, le Parlement de la Région du Kurdistan vote à l’unanimité son départ.

7 Stansfield G., Iraqi Kurdistan : Political development and Emergent Democracy, London, RoutledgeCurzon, 2003.

8 Insel A., La nouvelle Turquie d’Erdogan. Du rêve démocratique à la dérive autoritaire, Paris, La Découverte, 2015, pp. 111-124.

9 Ibid, p. 131.

10 Özdemirkiran M., « Les nouveaux acteurs des relations turco-irakiennes dans le contexte de la reconstruction de l’Irak : les hommes d’affaires de Turquie dans la région autonome kurde. », EurOrient, nº hors-série, 2010, p. 69. 

11 Ibid. p. 69.

12 Özdemirkiran M., « Suivre le pas du commerce de Khabur vers Ibrahim Khalil : mettre l’économie au service du politique », Les Études de CERI : http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/dossiersduceri/suivre-le-pas-du-commerce-de-khabur-vers-ibrahim-khalil-mettre-l-economie-au-service-du-poli.

13 Entretien effectué avec le journal Al-mada, publié dans : Xebat, 15 décembre 2013, nº 4461, p. 3.

14 Attentat visant un rassemblent de plus de 300 volontaires de la Fédération des associations de jeunes socialistes qui s’apprêtaient à se rendre à Kobane pour participer à la reconstruction de la ville.

15 Benhaim Y., « Quelle politique kurde pour l’AKP ? », Politique étrangère, no 2, 2014, pp. 39-50.

16 Pour le rapport AKP-Armée, voir Benhaim Y., art.cit.

17 Reliant la Turquie et l’Irak, il est depuis 1990 le poste douanier le plus important en termes de flux et de retombées. Avec l’intensification des échanges commerciaux entre les deux pays, il est devenu une source importante de revenus pour le GRK, mais dont la gestion par le PDK qui contrôle la frontière demeure opaque.

18 Nader A., et al., “Regional Implications of an Independent Kurdistan”, rapport du RAND, publié en 2016 : l’Irak devient ainsi la deuxième destination des exportations turques juste derrière l’Allemagne.

19 Roussel C., « Le Kurdistan d’Irak, un espace de redéploiement des circuits commerciaux entre Turquie et Iran », Les Cahiers d’EMAM, no 26, 2015.

20 Bazirgani u Pishasazi, (Commerce et Industrie), no 10, 2013, p. 17. Revue publiée par la Chambre de commerce d’Erbil.

21 Stansfield G., Iraqi Kurdistan : Political development and Emergent Democracy, op. cit. p. 51.

22 55 % du gaz turc serait fourni par la Russie : http://www.lesclesdumoyenorient.com/L-acheminement-des-hydrocarbures-du-Moyen-Orient-Troisieme-partie-cas.html.

23 Mise à part la parenthèse de 2009 à 2011, le poste de Premier ministre est occupé depuis 2006, date à laquelle les deux administrations de la Région s’unifient, par Nechirvan Barzani, et le poste de ministre de Ressources naturelles par Ashti Hewrami recruté en dehors du réservoir partisan pour ses compétences d’ingénieur dans le secteur pétrolier. Pour une présentation de ce comité collégial, voir : Xebat, nº 4872, 1er septembre 2015, p. 1.

24 Près de la moitié des entreprises étrangères présentes au Kurdistan irakien sont turques, soit 44 %, 11 % sont iraniennes.

25 Lors des élections législatives de 2009, le Mouvement Goran talonne l’UPK, à l’issue des législatives de 2013, il devance l’UPK.

26 Le PDK a, à la faveur des divisions de l’UPK, amélioré son score électoral. Le Parlement de la Région du Kurdistan compte 111 sièges dont 11 sont réservés par des quotas aux minorités chrétienne, arménienne, turkmène. Les formations politiques se partagent les 100 sièges restants. Durant la 3ème législature (2009-2013), Goran dispose de 25 sièges, l’UPK de 29 sièges et le PDK de 30 sièges. Dans 4ème législature (2013-2017) Goran dispose de 24 sièges, l’UPK de 18 et le PDK 38 sièges.

27 L’Iran est le seul État à avoir ouvert deux consulats au Kurdistan irakien, dans l’une et l’autre de ces villes. Il dispose ainsi de cinq consulats en Irak installés à Erbil, à Souleymaniye, à Basra, à Najaf et à Karbala. Les délégations iraniennes en visite au Kurdistan irakien font souvent escale à Souleymaniye avant de se rendre à Erbil.

28 Force spéciale dépendante des Pasdarans (les Gardiens de la révolution), organisation paramilitaire iranienne placé sous l’autorité du Guide de la révolution.

29 Le 13 juin juste après la prise de Mossoul P. J. Luizard déclarait à l’RFI : « On imagine qu’un seul groupe ne peut pas avoir une telle puissance de feu, il s’agit d’un soulèvement populaire local qui correspond à l’échec de l’intégration des Arabes sunnites dans le jeu politique, comme l’ont illustré les dernières élections législatives du 30 avril 2014. »http://www.rfi.fr/moyen-orient/20140611-irak-soulevement-populaire-local-eiil-jihadistes-armee-sunnite-chiite-tikrit-mossoul-chiite.

30 Makhmour accueille depuis 1998 un camp de réfugiés kurdes turcs qui compte 12000 personnes.

31 Firatnews publie une dépêche dans la nuit 6 au 7 août 2016 : « Les peshmergas abandonnent aussi Makhmour ».

32 Tilly CH., Coerction, Capital and European, A.D. 990-1990, Cambridge, Blackwell, 1990.

33 Le ministre des Peshmergas, membre du Goran, a été exclu du gouvernement en octobre 2015.

34 Cette situation présente par certains de ses aspects, une similarité avec la configuration politique de l’après 1991, durant laquelle on observait la conversion du capital révolutionnaire/militaire en position institutionnelle dans le champ politique. Voir : Karli B., ET Mède H., « Ressources et stratégies notabiliaires à l’épreuve du temps. Grandeur et déclassement des notables Mîran du Kurdistan d’Irak », A contrario, no 14, 2010, pp. 92-118.

35 Les « territoires en dispute » désignent selon la Constitution irakienne de 2005 une zone longeant du Sud-Est au Nord-Est la Région fédérée du Kurdistan irakien que le Gouvernement régional du Kurdistan considère comme une partie intégrante de son territoire. L’article 140 de la Constitution irakienne qui prévoit l’organisation d’un référendum pour déterminer le sort de ces territoires est, à plusieurs reprises, ajourné par le Gouvernement central irakien malgré les engagements pris en ce sens en 2005 et en 2010. La spécificité et la complexité de ce territoire multiethnique, multiconfessionnel, riche en ressources énergétiques, en fait un lieu hautement symbolique aux yeux du GRK et du Gouvernement central qui tentent d’y étendre leur influence. Peuplé majoritairement de Kurdes, ces territoires disputés constituent un marqueur identitaire et revêtent une dimension hautement stratégique (notamment la région de Kirkuk) pour le GRK qui cherche à garantir la viabilité économique et la stabilité du Kurdistan irakien.

36 Pour asseoir son contrôle sur les milices chiites, l’Iran remplace en avril 2017 son ambassadeur à Bagdad par un commandant en chef de l’armée d’al-Qods, un fin connaisseur des milices de Hashd al-Shabi.

37 Les difficultés économiques du GRK sont, d’une part, liées à une baisse du cours du pétrole et, d’autre part, à la situation de guerre qui a entrainé la baisse des investissements étrangers et l’afflux de 2 millions de réfugiés (syriens ou déplacés irakiens) dans la Région du Kurdistan irakien.

38 Sur les rumeurs et de fausses nouvelles, voir : Bloch M., « Les fausses nouvelles de la guerre », Revue de synthèse historique, 1921, tome. VII, pp. 13-35.

39 Lors d’une interview diffusée en août 2014 sur Rudaw TV (chaîne de télévision kurde), il reproche au PDK d’avoir mis « tous ses œufs dans le même panier ».

40 Entretien accordé par Fuad Hussen (chef de cabinet de Massoud Barzani) à Rudaw (hebdomadaire kurde), 15 septembre 2014, no 326, p. 5.

41 Entretien avec Tchinar Saad Abdullah, membre du comité central du PDK le 3 mai 2016.

42 Au mois de juillet 215, le Premier ministre du GRK déclare l’ « autonomie économique » (serbexoîy abûrî) vis-à-vis de Bagdad, c’est-à-dire, la vente de son pétrole, sans l’aval du gouvernement fédéral, en faisant transiter par la Turquie. Selon le site de l’institution présidentielle de la Région du Kurdistan, voir le lien : http://www.presidency.krd/kurdish/articledisplay.aspx?id=Tf47Tw44ZbI.

43 Selon la Constitution irakienne, une partie du budget fédéral doit être allouée à la Région du Kurdistan irakien : entre 12 % et 17 % selon les interprétations.

44 Mède H., « Dynamique de transformation du lien étatique entre le centre et la périphérie kurde en Irak », dans Luizard P-J et Bozzo A., Vers un nouveau Moyen-Orient ? États arabes en crise entre logiques de division et sociétés civiles, Éditions Roma Tre-Press, juillet 2016, p. 88.

45 Bozarslan H., « Le Kurdistan d’Irak aujourd’hui », Critique internationale, no 29, 2005, pp. 25-36.

46 Jusqu’en 2010, les cabinets successifs du gouvernement fédéral ont été esquissés à Erbil avant qu’ils ne soient formés à Bagdad. L’exemple le plus frappant est l’Accord d’Erbil signé, le 8 décembre 2010, entre les principaux partis politiques irakiens dont les deux grandes coalitions en conflit pour la formation du gouvernement : la CED de Nouri al-Maliki et la coalition al-Iraqya de Iyad Allawi. L’Accord débouche sur un compromis de partage du pouvoir autorisant la formation d’un gouvernement d’union nationale, le 21 décembre 2010, c’est-à-dire 9 mois après les élections législatives du 7 mars 2010.

47 Appelée en arabe “’Itilaf Dawlat al-Qanun”.

48 La majorité absolue peut être atteinte au-delà de 165 sièges parlementaires.

49 L’adjectif « régionaliste » renvoie ici à une identification fondée sur le couple « territoire et nationalisme ».

50 Dawod H., « L’Irak à la veille d’élections cruciales », in Magazine Moyen-Orient, no 3, 2009 : http://www.moyenorient-presse.com/?p=33.

51 Les services secrets iraniens avaient autre autres commandité l’élimination d’Abdul Rahman Ghassemlou, en 1989, et de Sadegh Sharefkandi, en 1992, présidents successifs du PDK iranien.

52 En fuite au Kurdistan irakien, puis réfugié en Turquie, Hachemi rejette les accusations de financement d’ « attaques terroristes dans le pays ». Il est jugé et condamné par contumace en novembre 2011.

53 Marcou J., « La Turquie ne livrera pas Tareq al-Hachemi à l’Irak », voir : https://ovipot.hypotheses.org/7787.

54 Harling P., « Les dynamiques du conflit irakien », Critique internationale, no 34, 2005, pp. 29-43.

55 Exclu par la PDK des institutions politiques du Kurdistan en octobre 2015, Goran s’engage dans une alliance parlementaire avec la CED de l’ancien Premier ministre N. al-Maliki, pour réintégrer, à partir du centre, le jeu politique. Rejoint par des députés de l’UPK, cette alliance aboutit à la destitution de deux ministres du gouvernement Haider al-Abadi, le ministre des Finances, membre du politburo du PDK et le ministre (sunnite) de la Défense et au dépôt d’une proposition de loi visant implicitement à faire de la province de Souleymaniye une région autonome pour réduire les prérogatives du GRK : proposition avortée car perçue irréaliste par une majorité d’acteurs dont le Premier ministre irakien. Ainsi, les luttes de pouvoir au sein des espaces kurde et chiite tendent à relativiser une lecture exclusivement communautariste des engagements politiques qui, dans une conjoncture fluide où les positionnements politiques sont changeants, s’apparentent davantage à des activités tactiques.

56 À la une de « Xebat » (organe officiel du PDK), on lit en juillet 2014 : « Le pétrole de Kirkuk est passé sous le contrôle des peshmergas », Xebat, 14 juillet 2014, nº 4604, p. 1.

57 Kirkuk compte six puits de pétrole, les trois autres trois sont sous contrôle du Gouvernement central.

58 Entretien avec Barhem Salih, Paris, 2010.

59 La loi sur les « Pouvoir des provinces » votée, en 2008, dans la cadre d’une politique de décentralisation (et amendée en 2013) prévoit le versement d’une compensation financière aux gouvernorats pétrolifères. Selon une interview accordée par N. Karim à la chaine kurde NRT, le 24 janvier 2017, Bagdad qui exploitait les gisements de Kirkuk jusqu’en juin 2014, avait interrompu le versement de la compensation financière.

60 Au fil des négociations, Bagdad reconnaît implicitement les acquis territoriaux du GRK et autorise les exportations kurdes vers la Turquie via SOMO, une société de transaction irakienne. En retour le GRK permet à Bagdad d’exporter le pétrole qu’il tire de ses puits à Kirkuk, via l’oléoduc Kirkuk-Ceyhan.

61 « La position de la Turquie a radicalement changé vis-à-vis des territoires en dispute. (…) La Turquie préfère que le GRK joue un rôle accru dans la sécurisation de ce territoire », déclarait Nechirvan Barzani à la chaîne al-Jazira en juin 2014, peu après le contrôle des territoires en question par les peshmergas. L’intégralité de l’interview est publiée dans Xebat, 30 juin 2014, no 4594, p. 2.

62 Femme politique, engagée dans le monde associatif, issue d’une famille de politiciens, Hero Talabani dirige l’aille dominante de l’UPK depuis que son compagnon, Jalal Talabani, secrétaire général du parti est convalescent.

63 Entretien avec Rebwar Talabani, président du Conseil provincial de Kirkuk, le 11 mai 2016.

64 Le ministère de l’intérieur irakien réactualise, en 2016, une décision ministérielle émise il y a quelques années, qui autorise les familles arabes déplacées à Kirkuk de transférer leur « état civile ou registre civile » dans la ville. Ce dispositif juridique permet aux personnes déplacées de devenir habitants « de jure » de Kirkuk. Le Conseil provincial de Kirkuk dominé par les Kurdes (65 %) abroge cette décision jugée inconstitutionnelle en s’appuyant sur l’article 140 de la Constitution irakienne qui considère que seuls sont habitants de Kirkuk ceux dont l’état civil date du recensement de 1957. Le conseil provincial de Kirkuk n’accorde que le statut de « déplacés » (en arabe nazihin) aux familles installés ultérieurement qui, de ce fait, n’ont pas accès à des bien fonciers dans la province.

65 Site de Rudaw, consulté le 26 juin 2016. En 2016, à Erbil, près de 8 acheteurs sur 10 des biens immobiliers serait des arabes déplacés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hardy Mède, « La stratégie de partenariat turc du Gouvernement régional du Kurdistan irakien au prisme des logiques de situation », Anatoli, 8 | 2017, 275-295.

Référence électronique

Hardy Mède, « La stratégie de partenariat turc du Gouvernement régional du Kurdistan irakien au prisme des logiques de situation », Anatoli [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/622 ; DOI : 10.4000/anatoli.622

Haut de page

Auteur

Hardy Mède

Hardy Mède est docteur en science politique, chercheur associé au CESSP (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et au CETOBaC (EHESS) où il dirige le séminaire « Les mutations de l’espace kurde : institutions, acteurs, représentation ». Ses recherches portent sur la sociogenèse de l’État, les partis politiques, le genre en politique, les mouvements sociaux et les conflits armés.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals