Navigation – Plan du site
Dossier : Les kurdes
Partie 3. Un espace en mouvement

Économie politique kurdo‑irakienne et entreprenariat libanais : mise en contexte d’une collaboration opportuniste

Dimitri Deschamps
p. 297-325

Texte intégral

  • 1 Ministère kurde du Plan, “Regional Development Strategy for Kurdistan Region 2012-2016” (draft), Er (...)
  • 2 Entretien de l’auteur avec Mr. Serwan Muhialdeen, Président de l’Office des Statistiques Régionales (...)
  • 3 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Ministère kurde des Finances, Erbil, 28 mai 201 (...)

1Sur la période 2003-2008, la Région kurde d’Irak a bénéficié d’une croissance économique de 68,9 %, à prix constants1. Son produit intérieur brut a ensuite cru annuellement de 8 %, hors secteur pétrolier, jusqu’en 20142. La situation économico-politique était alors presque parfaite pour le Gouvernement régional kurde (GRK) : il recevait du gouvernement central irakien un revenu régulier que les deux partis politiques locaux dominants, le Parti démocratique du Kurdistan (PDK) et l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), s’employaient à redistribuer avec largesse à leurs militants et sympathisants sous la forme d’emplois publics et de bénéfices divers. Environ 65 % du budget régional a ainsi été dédié au paiement des salaires des fonctionnaires et à la distribution de rentes variées, subvenant directement aux besoins de 60 % à 65 % de la population3.

  • 4 Parlement régional kurde, “Investment Law in Kurdistan Region – Iraq” (loi no 4 de 2006), Erbil.

2De grands chantiers de développement ont dans le même temps été lancés par le GRK et des dispositions légales ont été prises pour séduire et attirer les grands groupes internationaux. La Région a ainsi adopté en 2006 une loi d’investissement aux conditions très avantageuses pour les compagnies privées4 : suppression des droits de douane sur les exportations et les importations liées aux projets d’investissements, congé fiscal de dix ans, possibilité de posséder pleinement du foncier, allocation gratuite de terrains, droit de ne pas employer de personnel kurde et de ne pas s’associer à un partenaire local pour les entrepreneurs étrangers. Ces mesures, couplées à la sécurité régnant nouvellement sur la Région et à une présence supposée importante de gisements de pétrole, ont donné l’image d’un nouvel Eldorado économique au Proche‑Orient, sur les traces des Émirats arabes unis.

  • 5 Direction générale de l’enregistrement de compagnies, “laqê Kompanya Bayaniyakan : B.G. Tomarkirdin (...)
  • 6 La loi irakienne nº 21 de l’année 1997 (amendée en 2004) permet aux étrangers de créer une compagni (...)

3En dix ans, plus de 3 000 compagnies étrangères5 ont ainsi ouvert une filiale dans la Région kurde. De nombreux entrepreneurs y ont également convergé, afin d’y établir leurs affaires sous statut local6. Hôtels, restaurants, salons de beauté, cabinets de conseil, centres médicaux et établissements scolaires constituent quelques exemples des entreprises et sociétés qui ont rapidement essaimé dans les trois principales villes kurdes d’Irak : Erbil, Soulaymanieh et Duhok.

  • 7 UNHCR, “Iraq Syrian Refugee Stats 31 December 2016”, [En ligne] http://data.unhcr.org/syrianrefugee (...)
  • 8 International organization for Migration Iraq Mission, “Displacement Tracking Matrix, DTM Round 6 (...)
  • 9 INSEE, « Cours des matières premières importées – Pétrole brut "Brent" (Londres) – Prix en dollars (...)

4L’enchantement s’est toutefois estompé à partir de 2014, quand plusieurs facteurs aux conséquences néfastes à l’économie kurde se sont combinés. Tout d’abord, un conflit entre Bagdad et Erbil sur la quantité de pétrole exportée par les Kurdes a conduit le gouvernement central à interrompre dès février le transfert de son budget au GRK. Malgré un accord passé entre les deux capitales au mois de décembre de la même année, le conflit perdure encore deux ans plus tard : les investissements publics kurdes sont interrompus et les fonctionnaires, qui ne touchent plus que 50 % de leur salaire (à l’exception des forces de sécurité), ont dû renoncer à trois mois complets de revenus à la fin 2015. La prise de Mossoul par Daesh le 10 juin 2014, puis l’avancée du groupe terroriste en Irak et vers Erbil durant l’été, a ensuite engagé la Région kurde dans une guerre de longue durée. La Région a également été confrontée à un important afflux de réfugiés syriens (222 855 dénombrés au 31 décembre 20167, hors Kirkouk) et de déplacés internes (896 910 au 5 janvier 20178, hors Kirkouk) et le cœur de sa capitale a été le théâtre de plusieurs attentats. Enfin, une chute du cours du pétrole, le baril oscillant entre 31 et 65 dollars depuis décembre 20149, a miné tout espoir du GRK de pouvoir compenser ses pertes budgétaires et ses dépenses militaires et humanitaires supplémentaires par des exportations indépendantes de combustible fossile.

  • 10 Entretiens de l’auteur avec des cadres de banques libanaises, Erbil, mai-juin 2015.

5Désormais, face à la nouvelle instabilité sécuritaire et économique qui règne sur la Région kurde d’Irak, l’attrait il y a peu tant suscité chez les hommes d’affaires pour cette dernière s’en est trouvé fortement affecté. Gagner de l’argent y est devenu beaucoup plus difficile : la grande majorité des contrats est ordinairement signée avec le gouvernement kurde, mais il est devenu temporairement impossible d’encaisser le moindre de ses chèques. La Banque centrale ne paie plus. La Région est de plus frappée d’un manque important de liquidités, ce qui empêche l’argent de circuler10.

6Malgré ce sombre tableau, un groupe d’hommes d’affaires reste particulièrement attaché à la Région kurde d’Irak. Ce groupe, c’est celui très actif des Libanais. Ils comptent en effet parmi les premiers investisseurs à être venus prospecter à Erbil, dès le début des années 2000. Leur expérience migratoire historique, leur flexibilité et leur savoir-faire commercial leur ont permis de se créer rapidement une place de choix dans la Région. À la recherche constante de nouveaux secteurs à exploiter, ils se sont imposés comme élément incontournable des rouages de la société kurde : leurs banques permettent les transferts internationaux d’argent, leurs ingénieurs dirigent l’expansion des villes, leurs établissements scolaires forment de nombreuses élites du pays, leurs restaurants sont prisés par les classes aisées, leurs salons de beauté sont convoités par la gent féminine. Habitués à faire face à l’instabilité dans leur propre pays, les Libanais résistent comme ils le peuvent aux difficultés actuelles afin de préserver – voire tenter de renforcer – leur position socio‑économique dans la Région.

7Comment les récentes transformations sociales dans la Région kurde d’Irak ont-elles créé des conditions favorables à une immigration d’affaires libanaises ? Comment l’adoption du néo-libéralisme dans la Région a‑t‑elle favorisé l’émergence d’intermédiaires de passage entre élites et classes populaires locales ? Comment l’implantation libanaise à Erbil permet‑elle de mesurer l’importance des frontières et des flux dans la nouvelle économie politique kurde ? Cette étude s’efforcera d’apporter quelques éléments de réponses, explorant notamment la façon dont la transformation progressive de la morphologie sociale tribale kurde vers un système au fondement capitaliste a contribué au maintien d’une fracture socio‑économique importante entre les Kurdes. Suite à l’intervention américaine de 2003 en Irak, la levée des embargos paralysant la Région a alors permis aux entreprises et aux entrepreneurs libanais d’exploiter cette fracture. L’intégration des Libanais dans l’économie kurde pendant plus de dix ans pourrait ainsi être interprétée comme l’élément constitutif des prémisses de la mise en place d’une « minorité intermédiaire ». Qui plus est, leur présence souligne la valeur marchande dorénavant attachée aux frontières, sans toutefois occulter les difficultés auxquelles la Région kurde d’Irak doit encore faire face.

Un champ social kurde récemment transformé, mais à la structure conservée

8Durant la seconde moitié du xxe siècle, la transformation progressive des loyautés tribales dans la Région kurde d’Irak en un système de relations centrées sur les partis politiques n’a concrètement mené qu’au maintien de la structure sociale traditionnelle dans le nouveau contexte néolibéral : d’un côté les élites tribalo‑politico‑économiques et de l’autre le reste de la population qui en dépend fortement.

Structure des solidarités populaires kurdes : de la tribu au parti politique

  • 11 Batatu H., The Old Social Classes and the Revolutionary Movements of Iraq, Princeton, Princeton Uni (...)
  • 12 Human Rights Watch Middle East, Génocide en Irak – La campagne d’Anfal contre les Kurdes, Paris, Ka (...)
  • 13 Leezenberg M., “Urbanization, Privatization, and Patronage : The Political Economy of Iraqi Kurdist (...)

9Hanna Batatu décrit dans son fameux ouvrage The Old Social Classes and the Revolutionary Movements of Iraq11 comment les statuts sociaux traditionnels du pays ont progressivement changé de nature, délaissant une structure tribale pour s’orienter vers une organisation sociale à l’esprit capitaliste, le capital devenant la principale source de pouvoir. Face à une urbanization croissante et aux réformes agraires mises en place par un État affirmant de plus en plus son autorité, les anciennes élites rurales voyaient alors leur légitimité remise en question. La mise en place progressive de milices kurdes par le gouvernement irakien dans les années 1960 a cependant permis à certains dirigeants tribaux de conserver et de renforcer leur influence politique et sociale en devenant mustashar, commandant de ces unités miliciennes, recrutant massivement au sein de leur communauté12. De plus, la construction massive de villes collectives, les mujamma’at, dans les années 1970, a contribué à la dépendance de la population kurde envers les élites tribales. En effet, les mustasharûn (pluriel de mustashar), assurant la position d’intermédiaires entre Bagdad et les populations locales, s’étaient vus accorder la responsabilité de la redistribution alimentaire dans ces structures13.

10Les liens de solidarité traditionnelle tribale et les formes existantes de domination politique se sont ainsi trouvés paradoxalement renforcés dans ce nouvel environnement urbain, grâce à la mise en place de relations de clientèles. Plus tard, même si le renforcement du caractère étatique de la Région kurde d’Irak a fait perdre de leur importance aux tribus dans la formation et la structuration des groupes sociaux, ainsi que dans la hiérarchisation interne de la société, il ne les a pas fait disparaître pour autant.

  • 14 Barzani S., Le Kurdistan d’Irak – 1918-2008, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 70, 90.
  • 15 McDowall D., A modern history of the Kurds, London, I.B.Tauris, 1996, p. 380, 387.
  • 16 Stansfield G., Iraqi Kurdistan : Political Development and Emergent Democracy, Oxon, Routledge, 200 (...)
  • 17 McDowall D., A modern history of the Kurds, op. cit., p. 380.
    Leezenberg M., “Urbanization, Privatiz (...)

11Après le retrait des fonctionnaires de Bagdad des gouvernorats du nord du pays en octobre 1991, le Front du Kurdistan, formé de 8 partis politiques locaux, s’est soudainement retrouvé à la tête d’une région en difficulté financière frappée par un taux de chômage de près de 70 %14. Les deux principaux partis politiques, le PDK et l’UPK, réussirent à rapidement imposer leur domination sur toutes les sphères de la société, s’appuyant sur leurs propres bases tribales (le PDK étant grandement centré sur la tribu des Barzani et, dans une moindre mesure, l’UPK sur celle des Talabani), sur le charisme de leurs dirigeants qui s’étaient longtemps battus pour l’autodétermination kurde, mais également pour une part importante sur leurs propres réseaux de distribution15. Certaines tribus, tout comme certains petits groupes politiques autonomes, n’hésitaient alors pas à troquer leur loyauté entre les partis en fonctions des bénéfices que pouvaient en tirer leurs membres16. Quant aux mustasharûn, anciens fidèles de Bagdad, ils furent souvent pardonnés et reconduits dans leurs fonctions pour des questions administratives pratiques. Ils passèrent toutefois le plus souvent sous le contrôle d’un parti, apportant leur soutien au plus offrant17. De par sa pratique clientéliste, le gouvernement kurde, conjointement dirigé par le PDK et l’UPK, devint ainsi le plus grand employeur de la région.

  • 18 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Ministère kurde des Finances, op. cit.
  • 19 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, Erbil, 26 janvier 2015.

12Avec encore 680 000 emplois directs et plus de 500 000 pensions versées (retraites, familles de martyres, etc.) en 201518, le GRK a longtemps constitué une source de revenus pour la majorité de la population. Les Kurdes préfèrent toujours aujourd’hui se tourner vers le secteur public, principalement dans le domaine de l’éducation ou de la défense, plutôt que de devoir travailler plus longtemps et plus durement dans le secteur privé ou en tant qu’entrepreneurs. En retour, ils ont tendance à exprimer grandement leur gratitude envers leurs dirigeants. Ce sentiment de reconnaissance et d’admiration est d’ailleurs devenu si important que, comme un cadre administratif de premier plan l’explique, « les partis politiques sont devenus une religion au Kurdistan19 ». La quasi‑totalité de la population détient une carte d’adhésion à l’un d’eux.

  • 20 Entretien de l’auteur avec Rayan (nom modifié), Erbil, 12 avril 2015.

13Les partis politiques, en période de prospérité économique, ont donc bien compris l’importance du facteur financier dans leur accès/maintien au pouvoir. Ils jouent de leur influence dans l’obtention d’emplois gouvernementaux afin d’attirer et de conserver leurs partisans. Un exemple parmi d’autres pourrait être celui de Rayan, homme d’affaire kurde issu d’une tribu proche du pouvoir en place, qui déclare en avril 2015 : « L’aîné de mes frères travaille pour le parti [PDK, ndlr]. On lui a dit qu’on pouvait offrir un emploi aux personnes qu’il souhaitait et beaucoup de nos proches sont ainsi devenus fonctionnaires. Son fils, par exemple, est officiellement employé du gouvernement et touche un salaire, alors qu’il ne vit même pas dans le pays20… » Le système a bien été intégré par la population, qui l’utilise également à son avantage. Shwan, un jeune kurde à la recherche d’un emploi, raconte ainsi comment il a rendu visite à des responsables politiques du PDK, de l’UPK et du parti émergeant Goran lors des élections législatives de 2013, offrant d’échanger son vote et celui de sa famille contre une promesse de travail. Il est rapidement devenu membre des Zeravanis, force armée de la Région kurde sous contrôle du PDK, et son allégeance politique s’en est trouvée acquise.

  • 21 Hibou B., La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, la Décou (...)

14Quand les moyens financiers viennent à manquer au GRK, comme depuis 2014, les partis politiques parviennent à maintenir de bonnes relations avec la population par la multiplication des services distribués à leurs partisans : soins médicaux gratuits, accommodations en termes de taxes, facilités administratives, etc. Pour reprendre les termes de Béatrice Hibou, une économie politique de la domination s’est instituée dans la Région, sans violence ni coercition, sous la forme d’un « pacte de sécurité » : les autorités se trouvent légitimées par leur réponse aux désirs populaires en termes d’état (le Président M. Barzani se présente comme le champion d’une indépendance kurde), de protection (anciennement contre S. Hussein, aujourd’hui contre Daesh), de consommation et de modernité21. Ce système patrons-clients a ainsi permis aux élites traditionnelles de conforter leurs privilèges, par le maintien notamment d’une fracture socio-économique dans la société.

Une fracture socio‑économique importante chez les Kurdes

  • 22 À partir de 1990, la Région kurde était placée sous double embargo. Le premier fut imposé à l’ensem (...)
  • 23 Natali D., The Kurdish Quasi-State, New York, Syracuse University Press, 2010, p. 63.
  • 24 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, op. cit.
  • 25 Heshmati A., The Economy of Southern Kurdistan, New York, Nova Science Publishers, Inc, 2010, p. 22 (...)

15Après la guerre de 2003 et 10 ans d’embargos22, de nombreux secteurs cruciaux pour la Région kurde d’Irak, telles les infrastructures, les télécommunications, la santé et l’éducation, étaient largement sous‑développés et en fort besoin d’investissements. Les emplois à créer étaient nombreux et, nouvellement dotée d’un budget propre et conséquent (17 % du budget irakien), la Région n’était plus en manque de moyens financiers. Elle s’est pourtant retrouvée face à une difficulté importante : son manque de main-d’œuvre qualifiée. En effet, la multiplication des emplois à des fins politiques, sans condition de résultat ou de performance, ainsi que la distribution continue d’aide alimentaire et de services sociaux, ont poussé de nombreux Kurdes à estimer que le gouvernement devait subvenir à tous leurs besoins, sans contrepartie véritable23. La pratique de consommation à l’échelle kurde s’est ainsi émancipée de celle de production. Un fort manque de motivation s’est développé dans le monde du travail : absences répétées, horaires non respectés, productivité approximative, etc.24 De plus, le personnel est généralement très peu qualifié, faute de formations professionnelles et universitaires suffisantes25. L’intervention de grands investisseurs privés, ayant pour la plupart vécu un temps hors de la Région ou s’appuyant sur des partenaires étrangers, est alors devenue centrale dans le système économique kurde, renforçant de facto l’influence de puissants hommes d’affaire locaux.

  • 26 Leezenberg M., “Urbanization, Privatization, and Patronage : The Political Economy of Iraqi Kurdist (...)
  • 27 Bozarslan H., “Kurdistan : Économie de guerre, économie dans la guerre”, dans François Jean (ed.) e (...)

16Dès les années 1980, certaines élites tribales avaient déjà saisi l’opportunité offerte par une vague de privatisations pour se reconvertir en entrepreneurs urbains26 et ainsi se positionner comme nouvelle élite économique. Par la suite, le programme « Pétrole contre nourriture », institué à partir de 1996 par un accord entre les Nations-Unies et l’Irak, a également participé à l’enrichissement d’officiels et d’intermédiaires en charge de la distribution de l’aide fournie par les organisations internationales. Il s’agit de l’axe humanitaire que présente Hamit Bozarslan pour décrire le développement de l’économie kurde après la guerre du Golfe. Cet axe est selon lui complété par le commerce avec les pays voisins et la prédation27. Comme il l’explique, la contrebande et la taxation douanière ont été développées aux frontières avec la Turquie et l’Iran. La prédation, mise en place plus brièvement de 1991 à fin 1992, s’est quant à elle traduite par l’exploitation des Kurdes souhaitant quitter la Région, en leur faisant payer des coûts de formalité bien supérieurs aux taxes officielles, et par la mise en place de différentes extorsions. Ces trois vecteurs d’accumulation des richesses, profitant grandement aux partis politiques qui en contrôlaient tous les mécanismes, ont participé à une logique d’enrichissements personnels et permis l’émergence d’une caste de nouveaux riches.

17D’importants réseaux économiques kurdes se sont ainsi mis en place, par le biais de relations informelles entre pouvoirs politique et économique, le tout s’appuyant fortement sur des liens familiaux et tribaux. Un phénomène de « conversion » des ressources d’engagement est également observable dans la Région : bon nombre d’acteurs qui sont aujourd’hui impliqués dans le secteur économique ont un passé de militance (ou leurs pères ont été combattants contre les forces de S. Hussein) et ont ainsi fondé leur légitimité sur ce « capital ». Une certaine confusion des rôles s’est d’ailleurs souvent instaurée entre pouvoirs politiques et économiques, des hommes d’état de premier plan se trouvant aujourd’hui discrètement à la tête de grands groupes privés d’investissements et d’importants hommes d’affaires se voyant confier des missions gouvernementales. L’exemple de Sirwan Barzani, neveu du président de la Région kurde Massoud Barzani, reflète bien cette ambiguïté. Homme d’affaires à la tête de Darin Group, une holding irakienne investissant notamment dans les centres commerciaux, les télécommunications, l’hôtellerie et la production d’acier, il est soudainement devenu général peshmerga lors du conflit avec Daesh et représente désormais les forces armées kurdes lors de rencontres officielles avec des gouvernements étrangers. La dichotomie entre les élites politico-économiques et le reste de la population kurde s’est rapidement accentuée, sans toutefois résulter sur l’apparition de sentiments d’appartenance à une classe sociale donnée : les solidarités verticales, nourries par les relations clientélistes et les liens familiaux, restent encore aujourd’hui largement dominantes sur les solidarités horizontales.

18Les effets combinés d’une population s’appuyant fortement sur son gouvernement pour subvenir à ses besoins et d’un manque de productivité de la main-d’œuvre locale ont conduit la Région kurde d’Irak à dépendre des flux de travailleurs étrangers pour assurer son développement économique. D’un côté, les emplois jugés dégradants par les locaux (service dans la restauration, ménage…) qui y préfèrent des emplois jugés plus prestigieux (administration, forces armées…) sont généralement réservés aux migrants d’origine asiatique et, plus nouvellement, aux réfugiés syriens. D’un autre côté, des positions à forte valeur ajoutée (ingénierie, management…), nécessitant des compétences et savoir‑faire particuliers, sont investies par des Occidentaux ou des nationaux moyen‑orientaux qualifiés et expérimentés. Cette dernière catégorie profite donc ouvertement de la fracture socio-économique kurde, se positionnant comme intermédiaire entre les masses et les élites, et inclut en particulier les ressortissants libanais.

Les Libanais dans la Région kurde d’Irak : une position d’intermédiaires

19Grâce à leur expérience, les Libanais ont aisément réussi à intégrer le modèle économique kurde. Leur forte activité dans l’économie de la Région, ainsi que leurs choix d’investissements, présentent de nombreuses similitudes avec l’approche théorique dite des « minorités intermédiaires ».

Intégration des Libanais dans l’économie kurde

  • 28 Directorat général de l’enregistrement de compagnies, “laqê Kompanya Bayaniyakan : B.G. Tomarkirdin (...)

20Parmi les 3 160 compagnies étrangères enregistrées auprès du Ministère du Commerce et de l’Industrie au 17 novembre 201628, les turques sont les plus nombreuses (44,27 %), suivies par les iraniennes (11,23 %). Cette domination peut s’expliquer par le voisinage direct de ces pays avec la Région kurde d’Irak, une bonne partie de leurs migrants d’affaires étant eux-mêmes issus de leurs minorités kurdes. Ce sont ensuite les Libanais qui complètent le trio de tête, avec 178 compagnies ayant ouvert une filiale dans la Région, soit un total de 5,63 % des compagnies étrangères. À titre de comparaison, seules 9 compagnies françaises sont présentes. Il est toutefois important de noter que l’ensemble de ces chiffres ne prennent pas en compte les compagnies ouvertes avec des fonds étrangers sous régime local, aucune statistique n’existant à leur sujet (elles sont incluses dans la catégorie générale des investissements locaux). Leur nombre est pourtant conséquent, notamment en ce qui concerne les Libanais qui ont ouvert de cette manière de nombreux restaurants, salons de beauté, cliniques, etc.

21Les Libanais sont parmi les premiers à être venu investir dans la Région kurde d’Irak, dès 2004. Leur volonté de saisir de nouvelles opportunités, leur expérience dans les affaires à l’étranger et leur spécialisation traditionnelle dans le secteur des services leur ont permis une excellente insertion socio-économique dans une Région aux forts besoins. D’abord peu nombreuse, la présence libanaise s’est rapidement accrue dès 2010. Les chiffres officiels relatifs à la migration dans la Région kurde ne sont pas accessibles au public, mais l’obtention de données par une source interne fiable nous permet d’estimer le nombre de résidants libanais de longue durée (détenteurs d’une carte de résidence de 6 mois à un an renouvelable) à environ 2 700 en 2014, dont près de 90 % à Erbil. L’année 2015 enregistre cependant une diminution de 30 % de leur présence, conséquence directe de la crise économique frappant la Région. Il est à noter une tendance générale chez les Libanais à séjourner plus longtemps dans la Région kurde que la moyenne des autres étrangers, puisqu’environ 70 % des Libanais obtiennent une carte de résidence, contre seulement 50 % toutes origines confondues en 2014. Cet écart se resserre en 2015, les nouvelles visites se faisant plus rares : 60 % de l’ensemble des étrangers sont résidents cette année, le taux des Libanais restant quant à lui stable.

  • 29 Directorat général de lenregistrement des compagnies, liste des filiales des compagnies libanaises (...)

22Alors que le nombre de compagnies libanaises enregistrées dans la Région kurde représentent près de 6 % de l’ensemble des compagnies étrangères, le nombre de résidents libanais ne représente pour sa part qu’un peu plus de 1 % de l’ensemble des immigrés en 2014 et 2015 (réfugiés non inclus). Ces chiffres tendent donc à confirmer un dynamisme dans l’investissement bien supérieur à la moyenne de la part de cette communauté. Ce dynamisme n’est toutefois pas également réparti sur l’ensemble de la Région, puisque Soulaymanieh et Duhok sont encore largement délaissées au profit d’Erbil : 88 % des compagnies libanaises se trouvent dans la capitale29.

  • 30 Entretien de l’auteur avec un entrepreneur libanais du secteur aéronautique, Erbil, 22 octobre 2015
  • 31 Entretien de l’auteur avec Elie (nom modifié), Erbil, 16 novembre 2016.

23Les citoyens libanais présents dans la Région kurde d’Irak sont répartis en deux grandes catégories socioprofessionnelles. On y trouve d’un côté les entrepreneurs, qui viennent investir en ouvrant une affaire, et de l’autre les employés recrutés par les grands groupes libanais, kurdes et étrangers. Ces derniers profitent de salaires beaucoup plus attractifs que ceux offerts au Liban et obtiennent en général des responsabilités plus importantes. Un entrepreneur libanais de premier plan explique ainsi, fin 2015 : « Quand on offre […] à un ingénieur en informatique de venir travailler avec un salaire de 3 000 dollars de plus qu’au Liban, il va venir. Mais pour de plus petites entreprises les choses sont différentes. Personne ne vient pour un salaire qu’il peut avoir au Liban et donc, par exemple, on ne va pas trouver de serveur libanais30. » Cette différence de niveau de vie avec le pays du cèdre est toujours aujourd’hui mise en avant malgré la crise économique qui perdure dans la Région. Elie, directeur d’un restaurant libanais, n’hésite pas à confirmer : « Les salaires sont meilleurs ici. Pour toucher la même chose que ce que je gagne avec 7 à 8 heures de travail par jour, il me faudrait au moins travailler 13 heures au Liban !31 »

24Que ce soit du côté des investisseurs ou de celui des employés, le secteur tertiaire à forte valeur ajoutée a donc été privilégié : services bancaires, cabinets d’ingénierie et de conseil, soins médicaux et paramédicaux, hôtellerie et restauration, import-export, assurance, etc. Lorsque, occasionnellement, les Libanais sont impliqués dans le domaine de la construction, ils se spécialisent dans la maîtrise d’œuvre, déléguant le gros œuvre à des sous-traitants d’autres nationalités. Quelques usines ont également vu le jour, mais elles se font rares et ne fonctionnent que très difficilement.

  • 32 Entretien de l’auteur avec un planificateur urbain libanais ayant travaillé dans la Région kurde d’ (...)
  • 33 Entretien de l’auteur avec un cadre d’une imprimerie libanaise ayant opéré à Erbil, Beyrouth, 21 oc (...)

25La communauté libanaise a réussi à s’intégrer efficacement au sein de l’économie kurde, profitant de sa proximité linguistique (la majorité des Kurdes parle l’arabe) et géographique avec la Région. Sa participation au développement des pays du Golfe a également joué en sa faveur, les Kurdes souhaitant s’inspirer du succès de ces derniers32. La description courante d’Erbil comme le « prochain Dubaï », du moins jusqu’en 2014, est sur ce point significative. Lorsqu’interrogés sur les raisons de leur réussite, les Libanais estiment dans leur ensemble que leur habitude des situations sécuritaires instables leur a permis de s’adapter rapidement. Leur flexibilité professionnelle a également joué un grand rôle, en ce qu’ils ne se sont pas trouvés en position d’être paralysés par des fonctionnements internes trop réglementés dans un système économique encore flou. Enfin, il est question d’image et de prestige : les Libanais étant fortement associés à l’Europe, il s’agit pour les Kurdes, de manière indirecte, de s’ouvrir sur l’Occident. Un cadre libanais résume : « Être libanais est un avantage certain quand il s’agit de la réputation. Les Kurdes prennent les Libanais comme nous prenons les étrangers [les Occidentaux, ndlr]33 ».

26Grâce à leur savoir-faire économique et à l’importance de leurs investissements dans des domaines jusque-là sous-développés dans la Région kurde d’Irak, les Libanais se sont positionnés avec succès au cœur du fossé socio‑économique engendré par le système de gouvernance local. Ils semblent s’y établir progressivement comme une « minorité intermédiaire ».

Constitution d’une « minorité intermédiaire » ?

27Initialement introduite en 1967 par Hubert M. Blalock, la notion de « minorité intermédiaire » est décrite par son auteur comme suit :

  • 34 Blalock H., Toward a Theory of Minority-Group Relations, New York, John Wiley & Sons, Inc, 1967, p. (...)

“Though it is perhaps true that most minorities are low-status groups, there are some that occupy intermediate positions owing to a competitive advantage or a high adaptive capacity. Such minorities are often associated with special occupational niches by virtue of a combination of circumstances, plus a cultural heritage that has been used as an adaptive mechanism over a prolonged period34.”

  • 35 Ibid., p. 79-84.
  • 36 Rinder I., “Strangers in the Land : Social Relations in the Status Gap”, Social Problems, vol. VI, (...)

28Dans Toward a Theory of Minority-Group Relations, il explique que cette « minorité intermédiaire » sert de pont entre les deux classes sociales principales (dans son analyse, les paysans et les élites35), reprenant l’idée de status gap telle que développée par I. D. Rinder: “the status gap is defined as the discontinuity, the yawning social void which occurs when superior and subordinate portions of a society are not bridged by continuous, intermediate degree of status36.

  • 37 Ibid., p. 254.

29Pour ce dernier, le status gap produit alors un economic gap qui perdurera jusqu’à être comblé par une partie tierce37.

30Bien que H. M. Blalock ne considère dans son étude que le cas des sociétés féodales, son modèle théorique a par la suite été élargi. Il peut fournir un cadre d’analyse à l’étude de la situation libanaise dans la Région kurde d’Irak.

  • 38 Abdelhady D., The Lebanese Diaspora : The Arab Immigrant Experience in Montreal, New York, and Pari (...)
  • 39 Arsan A., Interlopers of Empire. The Lebanese Diaspora in Colonial French West Africa, London, Hurs (...)
  • 40 Batrouney A., Batrouney T., The Lebanese in Australia, Melbourne, AE Press, 1985.
  • 41 Winder B., “The Lebanese in West Africa”, op. cit., p. 296-298.
  • 42 Hourani G., “Lebanese Migration to the Gulf (1950-2009)”, Migration and the Mashreq, View-points, M (...)

31L’héritage culturel migratoire des Libanais repose en effet sur un long passé de mouvements de populations. Les vagues de migrations à partir du Liban actuel, dès le xixe siècle, ont conduit la majorité du peuple libanais à vivre à l’étranger. Installés principalement sur les continents américains et européen38, le continent africain39, et en Australie40, les Libanais se sont trouvés confrontés à tous types de sociétés (selon une différenciation opérée par B. Winder41) : système considéré comme plus moderne que le leur (type États‑Unis), estimé comme égal au leur et au sein duquel ils se sont sentis en position de supériorité (type Brésil) et système colonial en Afrique où ils se sont immiscés entre le peuple indigène et les colons européens. À chaque fois, ils se sont adaptés et ont su faire prospérer leurs affaires. Plus récemment, dans les années 1980, ils ont développé un nouvel axe migratoire Est-Est, avec une implantation dans les pays du Golfe. Une partie des Libanais est alors passée du statut de migrants contraints par les différentes crises politiques, économiques et religieuses de leur pays à celui de demandeurs de migration : l’émigrant libanais type est dorénavant un travailleur qualifié à la recherche de nouvelles opportunités et aux exigences salariales élevées42. L’expérience migratoire des Libanais leur a ainsi permis de développer leurs aspirations économiques et les a poussés à se lancer dans une recherche continuelle de meilleures opportunités à l’étranger.

32Leur arrivée à Erbil, dans le contexte de développement important du début du xxie siècle, a constitué une continuité naturelle à leur long parcours historique. La fracture sociale traditionnelle présente dans la Région kurde d’Irak entre shuyukh (pluriel de sheikh) et masses populaires y a conduit à l’émergence d’une fracture économique plus large au sein de laquelle les entreprises et entrepreneurs libanais se sont insérés avec succès.

  • 43 Ibid., p. 257.

33Pour I. D. Rinder, “strangers in the gap differ from the usual pariah people in that they originate from and possess an aura of power and superiority (although often considered cultural barbarians, their technological superiority is grudgingly conceded)43.

  • 44 Pour une vision plus large du phénomène, se référer à Bawardi B., The Lebanese-Phoenician Nationali (...)

34Cette acception se vérifie une fois de plus avec les Libanais. Dans la Région kurde d’Irak, ils bénéficient en effet d’une image flatteuse, liée selon eux à leur proximité affichée avec l’Occident et à leur succès historique dans le domaine des affaires. Leurs technologies, leurs expériences, mais aussi l’importance du volume de leurs investissements, l’emportent sur le regard négatif que portent généralement les locaux sur les Arabes : ces derniers sont en effet souvent désignés comme des ennemis dotés d’une culture bédouine sous-développée. Les Libanais, loin de ce stéréotype, sont placés dans une catégorie à part ; la distinction est faite par les Kurdes entre Libanais et Arabes. Cette distinction reprend d’ailleurs celle qu’opèrent eux-mêmes les intéressés dans la Région kurde : lorsqu’il leur est demandé de se définir, ils se présentent le plus souvent comme Phéniciens44 et non Arabes.

  • 45 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, American Sociological Review, vol. XXXVIII, octobr (...)

35Concernant les secteurs d’activités théoriquement occupés par les « minorités intermédiaires », H. M. Blalock parle de « special occupational niches », ce qui n’était pas évoqué par I. D. Rinder. Dans la Région kurde d’Irak, même si les domaines disponibles pour l’investissement sont nombreux et volumineux au sortir de la guerre de 2003, les Libanais ont en effet majoritairement opté pour des positions de service et d’expertise. Bien qu’ils n’en aient pas l’exclusivité absolue, les salons de beauté sont, par exemple, grandement associés au prestige libanais, tout comme le sont les banques ou encore les cabinets d’ingénierie. Alors que H. M. Blalock ne propose pas d’explication quant à une spécialisation professionnelle quelconque, Edna Bonacich se penche sur la question dans sa « Theory of Middleman Minorities45 » :

  • 46 Ibid., p. 584.

“An empirical generalization can be formed about all the middleman groups we have examined: they begin as sojourners in the territories to which they move. They are immigrants who do not plan to settle permanently46.”

36La migration temporaire a selon elle une répercussion sur le choix des activités exercées dans le pays hôte : les revenus et investissements doivent pouvoir être facilement rapatriés en cas de besoin. Ainsi, les professions indépendantes et les activités de commerce sont privilégiées sur les activités industrielles et agraires. Cela se vérifie pour les Libanais à Erbil, ceux-ci n’envisageant effectivement nullement de s’y installer définitivement.

37L’auteure américaine considère de plus qu’un séjour temporaire rend les migrants enclins à se priver provisoirement, afin d’accumuler du capital pour le futur. Bien que les Libanais présents dans la Région kurde d’Irak aiment le confort, leur présence à Erbil s’explique de fait en premier lieu par la volonté d’accumuler de la richesse pour en faire profiter la famille le plus souvent restée au pays et pour, à terme, s’assurer une vie aisée au Liban. Ils transfèrent donc régulièrement l’argent épargné hors de la Région kurde, n’y gardant que le minimum nécessaire à leur vie quotidienne dans l’attente d’un retour au pays.

  • 47 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, op. cit., p. 586.
  • 48 Siu P., “The Sojourner”, American Journal of Sociology, vol. LVIII, no 1, juillet 1952, p. 34-44.
  • 49 Ibid., p. 36.

38Une troisième caractéristique des « minorités intermédiaires » liée à la temporalité de leur séjour serait, toujours selon E. Bonacich, la mise en place d’une importante solidarité au sein de la communauté émigrée. Elle évoque notamment une assistance mutuelle prévalente et un traitement économique préférentiel47, appuyant ses propos sur ce qu’a écrit Paul Siu sur les « sojourners »48. Cependant, à la lecture de ce dernier, il semble qu’il soit plus modéré quand il estime que “the sojourner tends to associate with people of his own ethnic group49”. Son propos est le suivant :

  • 50 Ibid., p. 37.

Whatever activities the sojourner may participate in, in the community at large, in private life he tends to live apart from the natives and to share with his countrymen in striving to maintain homeland culture50.

  • 51 Entretien de l’auteur avec Elie (nom modifié), directeur de restaurant libanais, op. cit.
  • 52 Entretien de l’auteur avec Edgar (nom modifié), fondateur d’une compagnie de distribution de biens (...)

39Le fait de parler d’association entre membres d’une même communauté, dans le domaine privé, et de ségrégation par rapport à la société locale, ne signifie pas systématiquement l’établissement d’une solidarité et d’un traitement privilégié entre l’ensemble des membres du groupe sur une base ethnique. Ce qui se passe avec les Libanais à Erbil en est un bon exemple : bien qu’ils se tiennent à l’écart de la vie sociale locale, qu’ils aient développé d’importantes relations sociales communautaires et qu’ils se confinent géographiquement dans les mêmes quartiers de la ville, les affaires restent les affaires. Si un meilleur contrat peut être signé avec un non-Libanais, ce dernier sera privilégié. Une dichotomie vie privée/vie professionnelle régit les relations entre Libanais dans la Région kurde : « Les Libanais ont deux visages : un jovial pour la vie sociale, l’autre agressif pour le travail51. » Edgar, qui a créé sa compagnie à Erbil, explicite les choses à sa manière : « Quand on dit que les Libanais se tirent dans les pattes, il faut en fait comprendre qu’ils sont simplement agressifs dans le business : si tu t’approches de mon business, je te tue ! Si ton business n’a rien à voir avec le mien, je m’en fous de [toi]52. »

  • 53 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, op. cit., p. 586.

40E. Bonacich reconnaît effectivement, mais très succinctement, dans son article, qu’il existe des conflits et des divisions dans les communautés de « sojourners ». Elle en fait pourtant rapidement fi, en annonçant d’amblée que « in relation to the host society, these differences fade before an overriding “national” unity53 ». Elle ne distingue pas la vie sociale de la vie professionnelle et les considère comme un ensemble à la logique unique. Il nous semble cependant nécessaire d’être prudent sur ce point. Dans notre cas empirique, il existe une unité « nationale » libanaise dans la Région kurde d’Irak, qui se distingue de par ses origines géographiques, son mode de vie et sa représentation (aussi bien externe de la part des Kurdes qui parlent des Libanais comme du Libanais, qu’interne, avec des Libanais qui, quand on leur demande de se définir, citent majoritairement leur pays comme premier critère). Mais cette unité ne signifie pas automatiquement la mise en place d’une solidarité au nom de ce qui pourrait être appelé « Communauté » libanaise. Nous observons plutôt un phénomène d’établissement de « cliques », basées sur des relations personnelles souvent antérieures au séjour dans la Région kurde. Notre « minorité » libanaise, pour faire une analogie originale, pourrait ainsi s’assimiler à une framboise : le fruit est constitué de drupéoles semi-soudées, semblables mais distinctes, issues des carpelles d’une même fleur. Il ne s’agit donc pas d’une entité monomorphe, organisée autour d’un noyau central, qui pourrait quant à elle être matérialisée selon la structure d’une cerise.

41L’approche de la situation des Libanais dans la Région kurde d’Irak à travers le prisme théorique des « minorités intermédiaires » apporte donc des éléments de compréhension, voire parfois d’explication, de la manière dont leur présence s’articule avec, et au sein de, la société locale. Elle n’est bien entendu pas exclusive – elle pourrait être complétée par d’autres concepts sociologiques – mais il faut lui reconnaitre le mérite de mettre en relief une certaine structure de l’économie politique et des dynamiques entrepreneuriales dans la Région. L’arrivée importante de personnels et de capitaux Libanais a, malgré son aspect purement mercantile, permis de renouveler les relations traditionnelles entre élites et masses populaires kurdes. Elle s’inscrit en cela pleinement dans le système de gestion politico-économique mis en place par le GRK. Les nouveaux flux qui ont ainsi été créés ont par là‑même mis en avant la dimension de ressource dorénavant associée aux frontières.

Les Libanais, entre exploitation des espaces et difficultés systémiques kurdes

42Les frontières, bien plus que de simples lignes démarcatives d’espaces étatiques, jouent un rôle important dans le développement économique des territoires. L’intensité de leur exploitation par les acteurs transnationaux et la gestion qui en est faite par les autorités étatiques leur confèrent une valeur marchande certaine. Ainsi, les flux, ou l’absence de flux, à travers la frontière kurde ont pu à la fois être sources de richesses comme sources de difficultés.

Les frontières comme ressource

  • 54 Constantin F., « L’informel internationalisé ou la subversion de la territorialité », Cultures & Co (...)

43La position des frontières comme espace – symbolique ou physique – de délimitation de territoires étatiques a conduit à l’établissement de différentiels de situations entre ces derniers, principalement sur les plans politique, économique, administratif et culturel54. L’exploitation de ces différentiels s’est ainsi révélée une caractéristique fondamentale des réseaux transnationaux qui bénéficient alors des opportunités d’échanges constituant leur raison d’être. Au niveau de la Région kurde d’Irak, les flux d’investisseurs et de main d’œuvre étrangère peuvent être analysés sous cet angle. La Région kurde a longtemps connu des relations conflictuelles avec Bagdad et s’est trouvée prisonnière d’un double embargo à partir des années 1990. Sans ressource propre, elle a rapidement souffert d’un sous-développement économique important. Un Irakien de Bagdad, dorénavant technicien de maintenance d’un générateur électrique à Erbil, témoigne ainsi :

  • 55 Entretien avec l’auteur, Erbil, 8 janvier 2015.

44La première fois que je suis venu, dans les années 1990, j’étais avec ma famille en voiture pour faire du tourisme. Quand je suis arrivé, tout le monde me regardait avec des grands yeux, comme si j’étais un extra‑terrestre : ils ne savaient même pas ce qu’était une voiture, ils se déplaçaient tous à dos d’animaux. […] À l’époque j’avais quelques terres à Bagdad, pour le même prix j’aurais pu acheter tout Erbil55 !

45Au début des années 2000, les voitures se faisaient encore rares dans la capitale kurde, le réseau électrique y était très peu développé et il était courant pour les habitants d’aller puiser l’eau directement au puits. Le différentiel économique s’est alors creusé avec les autres pays régionaux et, à fortiori, avec l’Occident. Dès lors que la Région kurde a ouvert ses frontières, à partir de 2003, des flux de travailleurs étrangers y ont convergé, profitant de leurs formations, savoir-faire et technologies pour y prospérer. Les Libanais s’y sont fait une place particulière, exploitant l’expérience commerciale acquise par leur vaste diaspora et l’éducation supérieure dont bénéficient leurs nouvelles générations de migrants. Ceux installés dans la Région kurde sont en effet très majoritairement diplômés de l’université, parfois d’Europe ou des États‑Unis, et s’appuient sur des compétences acquises antérieurement à leur arrivée. Ils n’y débutent pas leur carrière.

  • 56 Entretien de l’auteur avec un membre de la famille de George (nom modifié), Erbil, 14 septembre 201 (...)

46À travers une migration directe (du Liban à la Région kurde) ou triangulaire (en étant passé par un État tiers, souvent du Golfe ou d’Afrique), les Libanais ont développé leurs activités sur une expérience préalable. Parmi les entrepreneurs, il est ainsi courant de rencontrer d’anciens employés ayant décidé de quitter leur poste à l’étranger afin de pouvoir venir créer leur propre compagnie, dans le même secteur d’activité (restauration, beauté, etc). D’autres s’appuient sur des parcours familiaux filant sur plusieurs générations. Ainsi, une boutique de cigares située à Erbil est gérée par George, un Libanais dont le grand-père exerçait la profession de muletier : il transférait de la marchandise de la montagne à la ville. Durant la guerre du Liban, celui-ci s’enrichit par la contrebande de cigarettes. Le père de George, parti ensuite en Géorgie, a continué à travailler dans l’industrie du tabac. Le cheminement familial s’est poursuivi dans la Région kurde d’Irak, quand l’oncle de George a décidé d’y investir et lui a ouvert une boutique56.

  • 57 Constantin F., “L’informel internationalisé ou la subversion de la territorialité”, op. cit., p. 14
  • 58 Entretien avec l’auteur, Erbil, le 29 mars 2015.

47Comme l’a théorisé François Constantin, la présence de réseaux et de dynamiques transnationales conduit à l’émergence de « nouvelles géographies de négociation et de coopération intergouvernementales » entre des gouvernements qui sinon « n’auraient guère d’occasion ni de besoin d’aller au-delà de la simple courtoisie diplomatique57 ». Le rôle des migrants libanais à Erbil sur les relations libano‑kurdes est sur ce point exemplaire. La compagnie aérienne libanaise Middle East Airlines a par exemple ouvert une ligne directe entre Beyrouth et Erbil en 2010, répondant aux demandes des investisseurs et démultipliant par là même le nombre de Libanais à destination de la Région kurde. De plus, au-delà du maintien continu des vols journaliers entre les deux capitales depuis l’offensive de Daesh en Irak, Karwan Jamal Tahir, alors Directeur adjoint du Département des relations étrangères kurde (équivalent à un vice-ministre des Affaires étrangères pour la Région), note en 2015 que parmi les pays arabes, seul le ministre des Affaires étrangère libanais s’est rendu dans le Région kurde d’Irak durant la guerre, ce qu’il considère comme significatif de la force des relations entretenues entre les deux communautés58. Le Directeur adjoint estime que l’existence d’importants liens économiques aux bénéfices mutuels est le précurseur de liens politiques plus étroits entre la Région kurde et le Liban.

48Le GRK a donc rapidement compris l’intérêt de ces nouveaux flux de savoir-faire et de capitaux pour son système de gouvernance et a pris la décision de les encourager en leur ouvrant grandement ses frontières à travers la loi d’investissement de 2006. Les autorités kurdes se sont ainsi réapproprié les dynamiques des réseaux transnationaux induites par les différentiels de développement et d’éducation entre le territoire kurde et l’extérieur, les exploitants au profit de leur politique gouvernementale. Loin de subir ces dynamiques de contournement de la territorialité, dont les gouvernements sont pourtant les gardiens traditionnels, elles les ont au contraire apprivoisées pour alimenter leur économie politique et renforcer leur empreinte sur la scène internationale.

  • 59 Entretien avec l’auteur, Erbil, 13 avril 2016.

49À partir de 2014 cependant, quand la crise économique a débuté et que certains investisseurs étrangers ont commencé à se désengager de la Région, le GRK a révisé sa politique économique libérale pour tenter de reprendre le contrôle des flux d’argent. Il a ainsi été question de taxer les transferts internationaux à 12,5 %, puis à 8 %. La mesure n’a finalement pas abouti. Une interdiction d’exportation des devises étrangères a cependant été établie avec succès à plusieurs reprises, tous les transferts sortants devant obligatoirement s’effectuer en dinars irakiens. Un entrepreneur libanais, à la tête d’une entreprise de construction à Erbil, explique alors qu’il s’est une nouvelle fois accommodé des frontières pour conserver ses transactions en dollars américains, monnaie internationale par excellence : il a requis de ses clients qu’ils honorent leurs factures à partir d’un compte à l’étranger, directement sur son compte au Liban ou en Suisse59. Les prestations fournies et leur rétribution n’étant plus obligatoirement géographiquement liées, l’impact des politiques monétaires nationales reste donc limité.

  • 60 Blalock H., Toward a Theory of Minority-Group Relations, op. cit., p. 81.

50Alors que le triptyque économico‑sociale élites/masses populaires/entrepreneurs étrangers a pendant une décennie et jusqu’à peu semblé efficace et profitable pour chacune de ses composantes, H. M. Blalock avertit : “In times of prosperity and reduced class conflict, the middleman finds himself relatively secure under the protection of the elite group. In times of stress, however, he becomes a natural scapegoat60.” Il faut donc être conscient des limites que connaît le système kurde et de leurs possibles conséquences.

Un système de gouvernance kurde face à ses limites

51A priori, on pourrait penser que chaque acteur du système de gouvernance politico-économique en œuvre dans la Région kurde d’Irak en tire, ou en a tiré, avantage. Les couches populaires de la société, tout d’abord, y ont longtemps trouvé un moyen aisé d’obtenir un salaire ou une pension. Les élites, ensuite, ont vu leur position politique et économique renforcée : elles ont bénéficié de la gratitude populaire en périodes d’élections et ont joui d’importants profits liés aux investissements privés (à travers leurs propres compagnies et par les pratiques de partenariats avec des étrangers). Enfin, les hommes d’affaires étrangers ont pu s’installer confortablement entre ces deux classes, bénéficiant de la béance de larges secteurs économiques. Pourtant, cette vision du « gagnant-gagnant » s’est récemment effritée.

52Le 16 février 2011, pour la première fois, ce qui sera plus tard appelé la « Révolution de février » voit descendre dans les rues de Sulaymanieh des manifestants dénonçant un système politique autocratique et autoritaire et réclamant la mise en place d’une véritable « démocratie ». Bien que le mouvement ait été durement réprimé par la force et n’ait pas eu de véritables répercussions immédiates, et ce malgré de très longues négociations, il est emblématique des prémices d’un mécontentement de plus en plus marqué de la population kurde envers ses dirigeants. L’exclusion d’un nombre toujours plus important d’individus au profit des proches des officiels gouvernementaux n’a depuis cessé d’être ouvertement dénoncée.

53Aujourd’hui, les difficultés économiques de la Région n’ont fait qu’accentuer cette défiance politique. Les critiques à l’encontre des élites ont pris de l’ampleur et ce qui a longtemps été considéré par la population comme une redistribution légitime des richesses régionales par le biais de relations de clientèles est désormais qualifié de corruption. Le GRK lui-même a dû se résoudre à prendre des mesures d’assainissement de la vie politique locale, révisant par exemple les listes des bénéficiaires des prestations sociales, supprimant des postes de fonctionnaires et bloquant le salaire de certains employés recrutés sur critères politiques. Il lui reste cependant difficile de remettre entièrement en cause des pratiques profondément ancrées dans les modes de vie et dans l’organisation sociale locale.

  • 61 Office des statistiques régionales du Kurdistan, “taqryr aan alasqatat alsakanya alaqlym kûrdistan (...)
  • 62 Office des statistiques régionales du Kurdistan, “A Brief Report of Kurdistan Region, Iraq Knowledg (...)
  • 63 Invest in Group, The Review : Kurdistan, Region of Iraq Open for Business, Invest in Group, vol. VI (...)
  • 64 Office des statistiques régionales du Kurdistan, “taqryr alqowa alaamala fy aqlym kûrdistan 2013” ((...)

54Une croissance démographique importante constitue également un défi pour la gestion économique de la Région kurde d’Irak. Avec une croissance annuelle de 2,6 à 2,8 %61 et un taux de population des moins de 15 ans à 37,2 %62, une étude de 2014 a estimé que la Région kurde d’Irak comptera entre 850 000 et 1,1 million de nouveaux demandeurs d’emplois d’ici à vingt ans, soit une moyenne de 43 000 à 54 000 nouveaux emplois à créer par an63. L’ampleur de ces chiffres prend toute sa signification quand elle est rapportée à la population active qui est de seulement 1,3 million cette même année64. Au regard de ces données, il devient évident que le budget régional n’est – et ne sera pas prochainement – suffisant, même dans l’hypothèse de la disparition des perturbations externes actuelles (voir les problèmes de transferts depuis Bagdad, la guerre contre Daesh et la chute des cours du pétrole), pour intégrer un si grand nombre d’individus dans la fonction publique d’après le modèle clientéliste décrit plus tôt. Une diversification du marché de l’emploi est donc nécessaire.

  • 65 Ministère du Plan, “Regional Development Strategy for Kurdistan Region 2012-2016” (draft), op. cit.(...)
  • 66 Heshmati A., The Economy of Southern Kurdistan, op. cit., p. 238.

55Le recours au secteur privé pour assurer des revenus aux non-fonctionnaires semble s’imposer : les perspectives d’emploi y sont relativement nombreuses. Elles nécessitent cependant le plus souvent un niveau élevé de qualification, ce qui fait encore cruellement défaut à la population kurde. Certes, de plus en plus de jeunes sont diplômés de l’enseignement supérieur, mais leurs formations ne correspondent pas aux besoins réels du marché du travail, particulièrement dans les domaines techniques. Les enseignants manquent également de formation, ce qui génère chez eux un sentiment de frustration et les démotive65. À cela s’ajoute la loi d’investissement de 2006 qui, dans sa volonté d’attirer les investisseurs étrangers, ne favorise pas l’emploi local. Comme le note Almas Heshmati66, cette loi comporte de faiblesses de taille : elle n’insiste notamment pas sur la nécessité des transferts de technologies et de compétences, ce qui est pourtant une condition sine qua non pour atteindre à terme un degré minimum d’autosuffisance. Les Kurdes, non formés aux nouvelles technologies, restent donc dépendants de l’arrivée d’experts étrangers.

  • 67 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, op. cit.

56Quid des emplois non qualifiés ? Le problème majeur de motivation des personnels locaux trop habitués à voir leurs besoins pris en charge par l’État est pointé du doigt par les entrepreneurs et dirigeants d’entreprises. Il est ainsi rare de trouver aujourd’hui des Libanais employant des Kurdes irakiens dans leurs compagnies. Même s’ils l’ont naturellement fait à leur arrivée, ils se sont vite ravisés pour se tourner vers les Kurdes de Syrie ou les Indiens. Ils reprochent aux locaux leur non-respect des codes de l’entreprise, notamment dans la relation patron‑employé. Un cadre administratif kurde estime que le système de gouvernance clientéliste des partis politiques est la cause principale de ce phénomène. Il explique que la multiplication des emplois partisans, sans fonction véritable en dehors d’un gain de vote, fait que « les gens sont devenus fainéants, ils trouvent toutes les raisons possibles pour ne pas venir travailler, et quand ils viennent ils ne font rien. Ils savent que de toute façon ils sont soutenus par le gouvernement67 ». La libéralisation du marché de l’emploi se trouve donc confrontée à des logiques sociales à l’œuvre dans la Région depuis plusieurs décennies.

Conclusion et discussion

57L’évolution progressive de l’organisation sociale tribale kurde vers un système à influence capitaliste a permis aux élites traditionnelles de maintenir leurs privilèges dans un nouveau contexte urbain, ces dernières tirant les bénéfices de la mise en place d’une politique de redistribution instituée. L’ouverture des frontières, après la chute du régime Baasiste en 2003, et la relative sécurité qui régnait alors sur la Région ont vite été accompagnées par l’arrivée d’un flux important d’hommes d’affaires étrangers, désireux d’investir les nombreuses niches de marché rendues disponibles. L’exploitation par les réseaux transnationaux des différentiels de situations entre la Région kurde et l’extérieur a facilité l’intégration des émigrés dans les circuits de l’économie politique locale. Forts de leurs savoir‑faire et de leur expérience migratoire, les Libanais se sont ainsi établis comme intermédiaires dans la Région kurde, entre les élites et les masses populaires. Cette « minorité intermédiaire » en maturation reste cependant aujourd’hui plus structurelle qu’organisationnelle : sans entente préalable, et parfois à leur insu, les Libanais adoptent un comportement semblable, pouvant être interprété et analysé comme constitutif d’une entité collective, mais leurs réalités individuelles sont beaucoup plus disparates. Le status gap kurde comblé, les flux de richesses se sont alors organisés selon un schéma triptyque. La circulation des capitaux et des solidarités a formé une dynamique de développement économique conséquent dans la Région, l’offre et la demande (politique, économique et sociale) s’articulant de manière à satisfaire chacun.

58Depuis quelques années cependant, et à plus forte raison depuis la crise économique qui touche la Région kurde d’Irak depuis 2004, un mouvement de protestation a pris de l’ampleur. Un pourcentage toujours plus important de la population s’estime exclu des bénéfices offerts par le système de redistribution local et dénonce la corruption de ses dirigeants. Afin de faire face à la contestation, il est devenu nécessaire pour le gouvernement kurde de dynamiser le secteur privé, pôle d’emploi au fort potentiel. Il s’agit effectivement aujourd’hui d’une de ses priorités, priorité s’accompagnant d’efforts en termes d’éducation. Une valorisation populaire de ce secteur nécessitera une période de transition assez longue, mais le besoin de créer de nouvelles sources de revenus suite à la crise pourrait accélérer le processus. Ce faisant, si tant est que les mesures prises soient effectives, les autorités s’engagent vers une nouvelle évolution de leur système de gouvernance.

59En renforçant l’emploi dans le secteur privé, les élites locales devraient voir leur influence clientéliste se réduire progressivement et, par-là donc, leur poids politique. La multiplication des entreprises privées pourrait également créer une nouvelle concurrence aux holdings qu’elles détiennent. Les opportunités d’investissements offertes aux hommes d’affaires étrangers, et libanais en particulier, seraient probablement revues à la baisse et leur position privilégiée se verrait alors remise en question.

  • 68 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, op. cit., p. 589-592.
  • 69 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, op. cit.

60Un triple conflit, tel que décrit par E. Bonacich68 dans son étude sur les « minorités intermédiaires », pourrait voir le jour entre les entrepreneurs non-nationaux et la société kurde. Tout d’abord, un conflit avec la clientèle se caractériserait par la réticence des locaux à payer un prix important à des étrangers pour la production de biens et la fourniture de services de base. Ce phénomène est nouvellement observable à Erbil en ce qui concerne les prestations de services fournies par les Libanais, des officiels dénonçant des prix prohibitifs pour une qualité toute relative69. Ensuite, un conflit dans le domaine des affaires résulterait de la compétition entre les compagnies kurdes appelées à se multiplier et celles des minorités immigrées. Enfin, une opposition des employés locaux aux logiques de recrutement communautaire développées par les « minorités intermédiaires » provoquerait un conflit entre employeurs étrangers et main‑d’œuvre locale. À l’heure actuelle, les différents flux associés à l’économie politique kurde et à la présence libanaise à Erbil restent complémentaires, la Région ayant plus que jamais besoin d’investissements étrangers, mais la question reste alors de savoir pour combien de temps encore.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages et articles

Abdelhady D., The Lebanese Diaspora: The Arab Immigrant Experience in Montreal, New York, and Paris, New York and London, New York University Press, 2011.

Abdulkarım A., La diaspora libanaise en France : Processus migratoire et économie ethnique, Paris, L’Harmattan, 1996.

Arsan A., Interlopers of Empire. The Lebanese Diaspora in Colonial French West Africa, London, Hurst & Company, 2014.

Barzanı S., Le Kurdistan d’Irak – 1918-2008, Paris, L’Harmattan, 2009.

Batatu H., The Old Social Classes and the Revolutionary Movements of Iraq, Princeton, Princeton University Press, 1978.

Batrouney A., Batrouney T., The Lebanese in Australia, Melbourne, AE Press, 1985.

Bawardı B., The Lebanese-Phoenician Nationalist Movement, London, New York, I.B. Tauris, 2016.

Blalock H., Toward a Theory of Minority-Group Relations, New York, John Wiley & Sons, Inc, 1967.

Bonacıch E., “A Theory of Middleman Minorities”, American Sociological Review, vol. xxxvııı, octobre 1973, p. 583-594.

Bozarslan H., « Kurdistan : Économie de guerre, économie dans la guerre », dans François Jean (ed.) et Jean-Christophe Rufın (ed.), Économie des guerres civiles, Paris, Hachette, 1996, p. 105-146.

Constantın F., « L’informel internationalisé ou la subversion de la territorialité », Cultures & Conflits, vol. xxı-xxıı, printemps-été 1996.

Heshmatı A., The Economy of Southern Kurdistan, New York, Nova Science Publishers, Inc, 2010.

Hıbou B., La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, la Découverte, 2006.

Houranı G., “Lebanese Migration to the Gulf (1950-2009)”, Migration and the Mashreq, Viewpoints, Middle East Institute, Washington DC, 2010, p. 9-12.
[En Ligne] http://www.voltairenet.org/IMG/pdf/Migration_Mashreq.pdf, consulté le 17 janvier 2017.

Human Rıghts Watch Mıddle East, Génocide en Irak – La campagne d’Anfal contre les Kurdes, Paris, Karthala, 2003.

Invest in Group, The Review: Kurdistan, Region of Iraq Open for Business, Invest in Group, vol. vI, septembre 2014.
[En Ligne] http://investingroup.org/publications/kurdistan/september-2014, consulté le 14 octobre 2015.

Karam J. T., Another Arabesque: Syrian-Lebanese Ethnicity in Neoliberal Brazil, Philadelphia, Temple UP, 2007.

Leezenberg M., “Urbanization, Privatization, and Patronage: The Political Economy of Iraqi Kurdistan”, dans Faleh A. Jabar (ed.) et Hosham Dawod (ed.), The Kurds, Nationalism and Politics, Londres, Saqi Books, 2007, p. 151-179.

McDowall D., A modern history of the Kurds, London, I.B.Tauris, 1996.

Natalı D., The Kurdish Quasi-State, New York, Syracuse University Press, 2010. Rınder I., « Strangers in the Land: Social Relations in the Status Gap”, Social Problems, vol. vı, no 3, hiver 1958-1959, p. 253-260.

Sıu P., “The Sojourner », American Journal of Sociology, vol. lvııı, no 1, juillet 1952, p. 34-44.

Stansfıeld G., Iraqi Kurdistan: An Analysis and Assessment of the Develoment and Operation of the Political System, Thèse de doctorat, Université de Durham, 2001.

Stansfıeld G., Iraqi Kurdistan: Political Development and Emergent Democracy, Oxon, Routledge, 2003.

Tahırı H., The Structure of Kurdish Society and the Struggle for a Kurdish State, California, Mazda, 2007.

Wınder B., “The Lebanese in West Africa”, Comparative Studies in Society and History, vol. ıv, no 3, avril 1962, p. 296-333.

Documents administratifs et publications gouvernementales kurdes

Dırectorat général de lenregistrement des compagnies, liste des filiales des compagnies libanaises implantées dans les trois gouvernorats de la Région kurde d’Irak, obtenue le 1er février 2015.

Dırectıon générale de l’enregıstrement des compagnıes, “laqê Kompanya Bayaniyakan : B.G. Tomarkirdinê Kompanyakan (be pê walat û salana)” (Filiales des compagnies étrangères : Directorat général de l’enregistrement des compagnies (par pays et par année), kurde sorani), obtenu le 17 novembre 2016.

Mınıstere kurde du Plan, “Regional Development Strategy for Kurdistan Region 2012-2016” (draft), Erbil, mars 2011.

Offıce des statistiques régionales du Kurdıstan, “A Brief Report of Kurdistan Region, Iraq Knowledge Network Survey”, 2014.
[En ligne] http://www.krso.net/files/articles/070215115024.pdf, consulté le 11 décembre 2016.

Offıce des statistiques régionales du Kurdıstan, “taqryr aan alasqatat alsakanya alaqlym kûrdistan lelfatra (2009-2020)” (Rapport sur la projection de population de la région du Kurdistan pour la période 2009-2020, en arabe), 2014.
[En ligne] http://www.krso.net/files/articles/200415050341.pdf, consulté le 11 décembre 2016.

Offıce des statistiques régionales du Kurdıstan, “taqryr alqowa alaamala fy aqlym kûrdistan 2013” (Rapport sur la force de travail dans la région du Kurdistan 2013, en arabe), 2014.
[En ligne] http://www.krso.net/files/articles/310814010217.pdf, consulté le 11 décembre 2016.

Parlement irakien, “Company Law” (loi no 21 de 1997, telle qu’amendée en 2004), Bagdad.

Parlement régional kurde, “Investment Law in Kurdistan Region – Iraq” (loi no 4 de 2006), Erbil.

Entretiens (cités dans le texte)

Cadre d’une imprimerie libanaise ayant opéré à Erbil, Beyrouth, 21 octobre 2016. Cadres de banques libanaises, Erbil, mai-juin 2015.

Edgar (nom modifié), fondateur d’une compagnie de distribution de biens non périssables, Beyrouth, 6 octobre 2016.

Elie (nom modifié), directeur de restaurant libanais, Erbil, 16 novembre 2016. Entrepreneur libanais du secteur aéronautique, Erbil, 22 octobre 2015.

Entrepreneur libanais à la tête d’une entreprise de construction, Erbil, 13 avril 2016.

Haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, Erbil, 26 janvier 2015.

Haut fonctionnaire du Ministère kurde des Finances, Erbil, 28 mai 2015.

Karwan Jamal Tahır, Directeur adjoint du Département des relations étrangères kurde, Erbil, 29 mars 2015.

Membre de la famille de George (nom modifié), vendeur libanais de cigares, Erbil, 14 septembre 2016.

Muhıaldeen S., Président de l’Office des Statistiques Régionales du Kurdistan, Erbil, 26 mars 2015.

Planificateur urbain libanais ayant travaillé dans la Région kurde d’Irak et aux Emirats Arabes Unis, Erbil, 5 mai 2015.

Rayan (nom modifié), Homme d’affaires kurde, Erbil, 12 avril 2015.

Technicien de maintenance d’un générateur électrique à Erbil, Erbil, 8 janvier 2015.

Autres

INSEE, « Cours des matières premières importées – Pétrole brut "Brent" (Londres) – Prix en dollars US par baril », mise à jour le 18 janvier 2017.
[En ligne] http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/bsweb/serie.asp?idbank=000455743, consulté le 22 janvier 2017.

Internatıonal Organızatıon for Mıgratıon – Iraq Mıssıon, “Displacement Tracking Matrix, DTM Round 62 – January 2017”,
[En ligne] http://iraqdtm.iom.int/DtmReports.aspx, consulté le 21 janvier 2017.

UNHCR, “Iraq Syrian Refugee Stats 31 December 2016”,
[En ligne] http://data.unhcr.org/syrianrefugees/download.php?id=12676, consulté le 21 janvier 2017.

Haut de page

Notes

1 Ministère kurde du Plan, “Regional Development Strategy for Kurdistan Region 2012-2016” (draft), Erbil, mars 2011, p. 3. Parlement régional kurde, “Investment Law in Kurdistan Region – Iraq” (loi no 4 de 2006), Erbil.

2 Entretien de l’auteur avec Mr. Serwan Muhialdeen, Président de l’Office des Statistiques Régionales du Kurdistan, Erbil, 26 mars 2015.

3 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Ministère kurde des Finances, Erbil, 28 mai 2015.

4 Parlement régional kurde, “Investment Law in Kurdistan Region – Iraq” (loi no 4 de 2006), Erbil.

5 Direction générale de l’enregistrement de compagnies, “laqê Kompanya Bayaniyakan : B.G. Tomarkirdinê Kompanyakan (be pê walat û salana)” (Filiales des compagnies étrangères : Directorat général de l’enregistrement des compagnies (par pays et par année), kurde sorani), obtenu le 17 novembre 2016.

6 La loi irakienne nº 21 de l’année 1997 (amendée en 2004) permet aux étrangers de créer une compagnie dans le pays au même titre que les citoyens irakiens. La compagnie sera légalement considérée comme locale et non comme étrangère.

7 UNHCR, “Iraq Syrian Refugee Stats 31 December 2016”, [En ligne] http://data.unhcr.org/syrianrefugees/ download.php?id=12676, consulté le 21 janvier 2017.

8 International organization for Migration Iraq Mission, “Displacement Tracking Matrix, DTM Round 62 – January 2017”, [En ligne] http://iraqdtm.iom.int/DtmReports.aspx, consulté le 21 janvier 2017.

9 INSEE, « Cours des matières premières importées – Pétrole brut "Brent" (Londres) – Prix en dollars US par baril », mise à jour le 18 janvier 2017. [En ligne] http://www.insee.fr/fr/bases-de-donnees/bsweb/serie.asp?idbank=000455743, consulté le 22 janvier 2017.

10 Entretiens de l’auteur avec des cadres de banques libanaises, Erbil, mai-juin 2015.

11 Batatu H., The Old Social Classes and the Revolutionary Movements of Iraq, Princeton, Princeton University Press, 1978.

12 Human Rights Watch Middle East, Génocide en Irak – La campagne d’Anfal contre les Kurdes, Paris, Karthala, 2003, p. 75-77.
Leezenberg M., “Urbanization, Privatization, and Patronage : The Political Economy of Iraqi Kurdistan”, dans Faleh A. Jabar (ed.) et Hosham Dawod (ed.), The Kurds, Nationalism and Politics, Londres, Saqi Books, 2007, p. 151-179, notamment p. 159.

13 Leezenberg M., “Urbanization, Privatization, and Patronage : The Political Economy of Iraqi Kurdistan”, op. cit.

14 Barzani S., Le Kurdistan d’Irak – 1918-2008, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 70, 90.

15 McDowall D., A modern history of the Kurds, London, I.B.Tauris, 1996, p. 380, 387.

16 Stansfield G., Iraqi Kurdistan : Political Development and Emergent Democracy, Oxon, Routledge, 2003, p. 96-97.
Tahiri H., The Structure of Kurdish Society and the Struggle for a Kurdish State, California, Mazda, 2007 p. 174.

17 McDowall D., A modern history of the Kurds, op. cit., p. 380.
Leezenberg M., “Urbanization, Privatization, and Patronage : The Political Economy of Iraqi Kurdistan”, op. cit., p. 165.

18 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Ministère kurde des Finances, op. cit.

19 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, Erbil, 26 janvier 2015.

20 Entretien de l’auteur avec Rayan (nom modifié), Erbil, 12 avril 2015.

21 Hibou B., La Force de l’obéissance. Économie politique de la répression en Tunisie, Paris, la Découverte, 2006.

22 À partir de 1990, la Région kurde était placée sous double embargo. Le premier fut imposé à l’ensemble de l’Irak par les Nations‑Unies (Résolution 661 du Conseil de Sécurité, adoptée le 6 août 1990) et le second à la Région kurde par Bagdad. Plus d’informations dans Stansfield G., Iraqi Kurdistan : An Analysis and Assessment of the Develoment and Operation of the Political System, Thèse de doctorat, Université de Durham, 2001.

23 Natali D., The Kurdish Quasi-State, New York, Syracuse University Press, 2010, p. 63.

24 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, op. cit.

25 Heshmati A., The Economy of Southern Kurdistan, New York, Nova Science Publishers, Inc, 2010, p. 229-231.

26 Leezenberg M., “Urbanization, Privatization, and Patronage : The Political Economy of Iraqi Kurdistan”, op. cit., p. 158.

27 Bozarslan H., “Kurdistan : Économie de guerre, économie dans la guerre”, dans François Jean (ed.) et Jean Christophe Rufin (ed.), Économie des guerres civiles, Paris, Hachette, 1996, p. 105-146.

28 Directorat général de l’enregistrement de compagnies, “laqê Kompanya Bayaniyakan : B.G. Tomarkirdinê Kompanyakan (be pê walat û salana)” (Filiales des compagnies étrangères : Directorat général de l’enregistrement des compagnies (par pays et par année), kurde sorani), obtenu le 17 novembre 2016.

29 Directorat général de lenregistrement des compagnies, liste des filiales des compagnies libanaises implantées dans les trois gouvernorats de la Région kurde d’Irak, obtenue le 1er février 2015.

30 Entretien de l’auteur avec un entrepreneur libanais du secteur aéronautique, Erbil, 22 octobre 2015.

31 Entretien de l’auteur avec Elie (nom modifié), Erbil, 16 novembre 2016.

32 Entretien de l’auteur avec un planificateur urbain libanais ayant travaillé dans la Région kurde d’Irak et aux Émirats Arabes Unis, Erbil, 5 mai 2015.

33 Entretien de l’auteur avec un cadre d’une imprimerie libanaise ayant opéré à Erbil, Beyrouth, 21 octobre 2016.

34 Blalock H., Toward a Theory of Minority-Group Relations, New York, John Wiley & Sons, Inc, 1967, p. 79.

35 Ibid., p. 79-84.

36 Rinder I., “Strangers in the Land : Social Relations in the Status Gap”, Social Problems, vol. VI, no 3, hiver 1958-1959, p. 253-260, citation p. 253

37 Ibid., p. 254.

38 Abdelhady D., The Lebanese Diaspora : The Arab Immigrant Experience in Montreal, New York, and Paris, New York and London, New York University Press, 2011.
Abdulkarim A., La diaspora libanaise en France : Processus migratoire et économie ethnique, Paris, L’Harmattan, 1996.
Karam J. T., Another Arabesque : Syrian-Lebanese Ethnicity in Neoliberal Brazil, Philadelphia, Temple UP, 2007.

39 Arsan A., Interlopers of Empire. The Lebanese Diaspora in Colonial French West Africa, London, Hurst & Company, 2014.
Winder B., “The Lebanese in West Africa”, Comparative Studies in Society and History, vol. IV, no 3, avril 1962, p. 296-333.

40 Batrouney A., Batrouney T., The Lebanese in Australia, Melbourne, AE Press, 1985.

41 Winder B., “The Lebanese in West Africa”, op. cit., p. 296-298.

42 Hourani G., “Lebanese Migration to the Gulf (1950-2009)”, Migration and the Mashreq, View-points, Middle East Institute, Washington DC, 2010, p. 9-12 [En Ligne] http://www.voltairenet.org/ IMG/pdf/Migration_Mashreq.pdf, consulté le 17 janvier 2017.

43 Ibid., p. 257.

44 Pour une vision plus large du phénomène, se référer à Bawardi B., The Lebanese-Phoenician Nationalist Movement, London, New York, I.B. Tauris, 2016.

45 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, American Sociological Review, vol. XXXVIII, octobre 1973, p. 583-594.

46 Ibid., p. 584.

47 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, op. cit., p. 586.

48 Siu P., “The Sojourner”, American Journal of Sociology, vol. LVIII, no 1, juillet 1952, p. 34-44.

49 Ibid., p. 36.

50 Ibid., p. 37.

51 Entretien de l’auteur avec Elie (nom modifié), directeur de restaurant libanais, op. cit.

52 Entretien de l’auteur avec Edgar (nom modifié), fondateur d’une compagnie de distribution de biens non périssables, Beyrouth, 6 octobre 2016.

53 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, op. cit., p. 586.

54 Constantin F., « L’informel internationalisé ou la subversion de la territorialité », Cultures & Conflits, vol. XXI-XXII, printemps-été 1996.

55 Entretien avec l’auteur, Erbil, 8 janvier 2015.

56 Entretien de l’auteur avec un membre de la famille de George (nom modifié), Erbil, 14 septembre 2016.

57 Constantin F., “L’informel internationalisé ou la subversion de la territorialité”, op. cit., p. 14.

58 Entretien avec l’auteur, Erbil, le 29 mars 2015.

59 Entretien avec l’auteur, Erbil, 13 avril 2016.

60 Blalock H., Toward a Theory of Minority-Group Relations, op. cit., p. 81.

61 Office des statistiques régionales du Kurdistan, “taqryr aan alasqatat alsakanya alaqlym kûrdistan lelfatra (2009-2020)” (Rapport sur la projection de population de la région du Kurdistan pour la période 2009-2020, en arabe), 2014, p. 6 [En ligne] http://www.krso.net/files/articles/200415050341.pdf, consulté le 11 décembre 2016.

62 Office des statistiques régionales du Kurdistan, “A Brief Report of Kurdistan Region, Iraq Knowledge Network Survey”, 2014, p. 23. [En ligne] http://www.krso.net/files/articles/070215115024.pdf, consulté le 11 décembre 2016.

63 Invest in Group, The Review : Kurdistan, Region of Iraq Open for Business, Invest in Group, vol. VI, septembre 2014, p. 37. [En Ligne] http://investingroup.org/publications/kurdistan/september-2014, consulté le 14 octobre 2015.

64 Office des statistiques régionales du Kurdistan, “taqryr alqowa alaamala fy aqlym kûrdistan 2013” (Rapport sur la force de travail dans la région du Kurdistan 2013, en arabe), 2014, p. 13. [En ligne] http://www.krso.net/files/articles/310814010217.pdf, consulté le 11 décembre 2016.

65 Ministère du Plan, “Regional Development Strategy for Kurdistan Region 2012-2016” (draft), op. cit., p. 131-132.

66 Heshmati A., The Economy of Southern Kurdistan, op. cit., p. 238.

67 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, op. cit.

68 Bonacich E., “A Theory of Middleman Minorities”, op. cit., p. 589-592.

69 Entretien de l’auteur avec un haut fonctionnaire du Gouvernorat d’Erbil, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dimitri Deschamps, « Économie politique kurdo‑irakienne et entreprenariat libanais : mise en contexte d’une collaboration opportuniste », Anatoli, 8 | 2017, 297-325.

Référence électronique

Dimitri Deschamps, « Économie politique kurdo‑irakienne et entreprenariat libanais : mise en contexte d’une collaboration opportuniste », Anatoli [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 22 mars 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/624 ; DOI : 10.4000/anatoli.624

Haut de page

Auteur

Dimitri Deschamps

Dimitri Deschamps est doctorant en études politiques à l’EHESS. Il se spécialise sur l’économie politique de la région kurde d’Irak ainsi que sur l’immigration d’affaires libanaise. Arabisant, il a vécu six années au Moyen-Orient, dont quatre à Erbil. Ses travaux de recherche ont reçu le soutien de l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo) par l’attribution d’une bourse d’aide à la mobilité internationale d’une durée de deux ans.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNRS Éditions
  • OpenEdition Journals