Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Introduction

Texte intégral

1L’actualité internationale de l’afflux de réfugiés syriens dans l’espace euro-méditerranéen nous a conduits à revenir sur la Turquie comme principal pays d’accueil dans la région, mais aussi à regarder ce qui s’est passé, depuis 2015, au-delà de ses frontières et à nous livrer à une analyse de l’intérêt porté par la Turquie à ses anciennes migrations, à l’état de l’art sur les migrations turques en Europe et à une réflexion sur la façon dont la Turquie se pense elle-même dans sa nouvelle situation de pays d’immigration. Sait-on que la population de Syriens en Turquie est l’équivalent de celle d’un petit pays européen avec 4,4 millions de personnes sur 4,5 millions de réfugiés, et avec un nombre de naissances s’élevant à 325 000, soit 306 par jour ? Qu’en 2017, 589 800 réfugiés sont entrés en Turquie, que 554 000 vivent à Istanbul si l’on additionne les personnes installées depuis 2011, que 94 % d’entre eux vivent hors des camps qui n’en hébergent que 225 000 ?

2Les migrations syriennes, consécutives aux révolutions arabes de 2011 ont engendré la multiplication des travaux de recherche sur les populations syriennes en Turquie et sur la politique de ce pays à l’égard des réfugiés. Ces analyses, nombreuses en comparaison avec les recherches réalisées sur d’autres groupes d’immigrés (africains, russes ou européens), ont contribué au développement d’un domaine d’étude relativement nouveau pour les sciences sociales turques : l’étude de l’immigration. Les recherches sur l’immigration vers la Turquie se sont développées à partir du milieu des années 1990, tandis que s’imposait l’image de la Turquie comme pays d’immigration.

3Les travaux de recherche consacrés aux populations syriennes ont connu en effet une « explosion » en Turquie, à la mesure de la construction de la « crise des réfugiés » comme problème public, national et international tant en Turquie qu’en Europe. Une demande publique de connaissance est apparue, mais aussi un questionnement scientifique visant à dédramatiser la situation actuelle en Turquie en la recontextualisant par une mise en perspective historique et une comparaison européenne, notamment avec les îles grecques. Cette démarche poursuit également l’objectif de recentrer le regard sur la Turquie face aux migrations et aux réfugiés depuis 2015, un exercice déjà mené antérieurement dans le numéro d’Anatoli de 2012 (No 3, « La Turquie, au carrefour des turbulences migratoires »).

  • 1  Migrations d’hier et d’aujourd’hui. Au-delà du sensationnel et de l’urgence : les migrations actue (...)

4Ce numéro est organisé autour de trois parties, qui rendent compte d’une sélection de contributions à un colloque et à un atelier doctoral organisés à l’Université Hacettepe d’Ankara et à l’IFEA à Istanbul les 10 et 11 avril 20171, avec l’adjonction d’autres textes. La première partie, avec un premier article intitulé : « Syriens en Turquie : un cadre pour la cohésion sociale avec les Syriens en Turquie » établit un état des lieux très argumenté des migrations syriennes et de la politique turque à leur égard (M. Murat Erdoğan). Puis est analysé le décalage des approches entre la Turquie et l’Europe à propos de la « crise migratoire européenne » (selon les termes de Kemal Kirişci), un dossier qui s’inscrit dans un ensemble de négociations entre la Turquie et l’Union européenne (Jean-François Pérouse). La difficile instrumentalisation de la question des réfugiés par la Turquie, montre son manque de soutiens de la part de l’Union européenne (Armağan Gözkaman).

5La seconde partie s’appuie sur des travaux de terrain effectués par de jeunes chercheurs. La situation scolaire des enfants syriens est particulièrement cruciale, pointant, à partir d’une d’enquête réalisée à travers la Turquie, leur difficile socialisation dont la voie la plus favorable serait, selon l’auteur, une « assimilation segmentée » (selon les termes d’Alejandro Portes) compte tenu de l’incertitude de leur avenir (Solène Poyraz). On découvre le poids des églises évangéliques à Istanbul, qui développent un prosélytisme par et pour un public immigré dans la ville (Africains, Iraniens, mais aussi tournés vers leurs propres communautés, comme les Arméniens), un monde souterrain, souvent composé de sans-papiers, qui considèrent parfois la ville comme une étape vers l’Occident (Armand Aupiais). Le regard se tourne ensuite sur les îles grecques, face à l’afflux de réfugiés : les îles du Dodécanèse, zone tampon entre la Grèce et la Turquie du fait de leur proximité géographique (Ioannis Géorgikopoulos) et le cas particulier de l’île de Lesbos, objet de la « frontiérisation » de l’Union européenne, créatrice, à travers les camps de « sujets flottants » (Marine Dori). L’immigration est aussi une ressource pour les relations dynamiques et intenses de l’État turc avec le monde balkanique, liés par l’« histoire », et des familles dispersées « ici » et « là-bas » (Thomas Schad).

6La troisième partie est centrée à la fois sur l’étude des migrations internationales en Turquie au sein des sciences sociales, dans un regard académique traçant les étapes successives des objets de recherche (Didem Danış), sur les approches suivies en France et en Turquie pour étudier l’émigration turque vers l’Europe dans un modèle dominé par le transnationalisme de la recherche (Elif Aksaz). Elle est tournée aussi, dans une perspective historique, sur la façon dont les Instituts de l’immigration, de l’Empire ottoman à la République turque, ont appréhendé le phénomène, à des fins de gestion et de connaissance des minorités, souvent anciennes migrations (Fuat Dündar), en faisant apparaître les ruptures et les continuités de la façon dont la Turquie a été et est redevenue un grand pays d’immigration, tout en étant un grand pays d’émigration vers l’Europe.

7La quatrième partie (« Varia ») comporte un texte sur la politique étrangère de la Russie au Moyen-Orient sous Vladimir Poutine (Adlene Mohammedi et Yann Richard), et quatre notes de lecture sur des ouvrages récents.

Haut de page

Notes

1  Migrations d’hier et d’aujourd’hui. Au-delà du sensationnel et de l’urgence : les migrations actuelles en Turquie reconsidérées dans leur contexte historique et social. Organisés par l’axe de recherche « Migrations et Mobilités » (aMiMo) de l’IFEA-Istanbul, l’Institut français de Turquie à Ankara, le Centre de recherche sur les politiques et les migrations de l’Université Hacettepe (HUGO), l’Université Galatasaray, en partenariat avec le Musée national de l’histoire de l’immigration et l’Université de Lille 3, avec le soutien du Fonds d’Alembert de l’Institut Français de Paris, du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, Turquie (UNHCR) et du programme de recherche ANR « Lajeh. Conflits et migrations au Moyen-Orient ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elif Aksaz et Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction »Anatoli, 9 | 2018, 7-9.

Référence électronique

Elif Aksaz et Catherine Wihtol de Wenden, « Introduction »Anatoli [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 28 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/642 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.642

Haut de page

Auteurs

Elif Aksaz

Elif Aksaz est sociologue, membre associée du Centre de sociologie européenne (CESSP-CSE, Univ. Paris 1-CNRS-EHESS) et chercheuse associée à l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA-Istanbul, CNRS-MAEDI), coordinatrice de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités » (aMiMo) de l’Institut. Ses recherches portent sur l’immigration turque en France. Elle a notamment publié : « Immigration familiale turque et pratiques quotidiennes des femmes : le souci de réputation dans une cité HLM de la banlieue parisienne » (Revue européenne des migrations internationales, 2006) ; L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie (IFEA, 2015) ; « Dans un “village d’Européens” en Anatolie : gérer la double présence et la double absence des émigrés » (Genèses. Sciences sociales et histoire, 2016).

Articles du même auteur

Catherine Wihtol de Wenden

Catherine Wihtol de Wenden est directrice de recherche émérite au CNRS (CERI, Sciences Po). Politologue et juriste, elle est spécialiste des migrations internationales, où elle analyse la place des migrations dans les relations internationales et leur impact sur le contenu de la citoyenneté. Elle a réalisé de nombreuses enquêtes de terrain, a travaillé sur l’Europe des migrations, en Méditerranée et d’est en ouest et étudie aujourd’hui la dimension globale de celles-ci. Elle est l’auteur de plus d’une vingtaine d’ouvrages et de très nombreux articles. Elle a été consultante pour plusieurs organisations internationales et a dirigé le groupe « Migrations » de l’Association internationale de Sociologie de 2002 à 2008. Elle enseigne à Sciences Po où elle a dirigé 25 thèses et à l’Université la Sapienza de Rome dans le cadre d’une Chaire UNESCO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search