Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Première partie. La Turquie face ...La Turquie et la « crise migratoi...

Première partie. La Turquie face à la « crise européenne » de l'accueil des réfugiés

La Turquie et la « crise migratoire » de 2015

Jean-François Pérouse
p. 31-43

Texte intégral

  • 1  Le « versant européen » de cette crise est amplement connu et a fait l’objet de nombreux commentai (...)
  • 2  En décembre 2015, en l’espace de deux jours seulement, le « centre de renvoi » (geri gönderme merk (...)
  • 3  Dès la fin septembre 2015 en effet, la police turque s’oppose fermement à ces départs d’Istanbul e (...)

1L’expression de « crise migratoire » fait massivement irruption dans le débat public et les agendas politiques en Europe durant l’été 2015. Elle fut alors utilisée en français ou en anglais pour désigner l’afflux massif en Grèce1, à partir de la Turquie, de réfugiés majoritairement syriens, par la mer pour l’essentiel, survenu tout au long de l’année 20152 et durant les tout premiers mois de 2016. Cependant, cette expression n’a pas de résonance équivalente en langue turque, n’était-ce pour évoquer la brève3, paroxystique et spectaculaire séquence de l’exode terrestre de l’été 2015, c’est-à-dire les cohortes de Syriens se rendant à pied, de la gare routière d’Istanbul à la frontière terrestre avec l’UE (Illustration 1). Elle est seulement reprise avec prudence, guillemets et/ou distance par les discours officiels comme par les analyses universitaires, para-universitaires (Bayraklı & Keskin, 2015) ou journalistiques. À l’instar de B. Yavcan (2016), le politologue turc internationalement très consulté sur les questions migratoires Kemal Kirişçi (2016) utilise même dans le titre de sa « Policy Brief » pour l’European Policy Centre l’expression de « Europe’s refugee/migrant crisis », manière habile de suggérer d’emblée que cette crise est avant tout européenne.

  • 4  On peut parler d’une opinion publique en tout cas jusqu’à la fin juillet 2016 ; le coup d’État avo (...)
  • 5  Gérôme Truc, 2016, Sidérations : une sociologie des attentats, Paris, PUF (Le lien social).
  • 6  Notre présente contribution s’appuie sur un suivi au jour le jour de la presse turque pendant les (...)

2Les autorités turques, et une grande partie de l’opinion publique turque4, semblent en effet avoir opéré un autre cadrage de ces « événements » que celui généralement opéré en Europe occidentale. Cette différence de perception et d’interprétation fait sens en elle-même et est révélatrice des désormais persistantes différences de point de vue (et de concernement, pour reprendre le concept proposé par Gérôme Truc5) entre la Turquie et l’Union européenne, chaque partie considérant ces événements dramatiques à l’aune de ses priorités, de ses intérêts voire de ses ambitions propres. C’est ce décalage que l’on voudrait examiner ici, en analysant les fondements, ressorts et contextes du point de vue turc face à ce drame perçu avant tout d’Europe sous les atours d’une menace à contenir et gérer à distance6.

Illustration 1 : « Des milliers de Syriens cherchent à gagner l’Europe en marchant le long de l’autoroute TEM » Dünya, 16 09 2015, p. 1

Illustration 1 : « Des milliers de Syriens cherchent à gagner l’Europe en marchant le long de l’autoroute TEM » Dünya, 16 09 2015, p. 1

I. Pour la Turquie rien d’exceptionnel ? Une nécessaire remise en contexte

3Pour bien saisir les modalités de résonance de cette « crise » en Turquie, il est indispensable au préalable de rappeler le contexte spécifique de l’année 2015 ; et, ce, à plusieurs échelles.

  • 7  À propos de la réception en Turquie des attentats parisiens de 2015, voir Pérouse J.-F., Ambiguïté (...)

4À l’échelle internationale, les attentats de Paris de janvier puis novembre 2015 ont contribué à placer la menace terroriste au premier plan de l’agenda politique européen et à décider de nombreux pays occidentaux à participer militairement à la coalition contre Daesh7. En outre, dans ce contexte de peur, l’intensification des arrivées de réfugiés principalement syriens en Grèce et en Bulgarie – et la massification et médiatisation des flux de la route terrestre vers l’Allemagne – ont suscité des réactions de plus en plus vives en Europe. L’amalgame entre migrations syriennes et menace terroriste connaît alors son paroxysme ; avec des échos dans une partie de la classe politique turque (notamment dans la mouvance sociodémocrate nationaliste opposée à l’AKP au pouvoir). Surtout des divergences et tensions sérieuses entre les pays européens sont apparues, chaque pays, selon sa position et son degré d’exposition à la « menace », étant tenté d’adopter sa propre politique vis-à-vis des flux de réfugiés, comme vis-à-vis du devenir du conflit syrien. Pour la Turquie cependant la menace Daesh fait l’objet d’une relativisation en tant que l’accent est plutôt mis sur la « menace kurde » et sur la supposée collusion entre Kurdes de Syrie et Assad.

5En effet, à l’échelle régionale, 2015 se caractérise par un bouleversement des équilibres dans le jeu des affrontements sur le terrain syrien : l’offensive de l’armée syrienne contre Alep puis Idlib et l’entrée en force des Russes aux côtés du régime syrien ont obligé les populations civiles prises au piège à prendre la fuite et provoqué de nouveaux déplacements massifs, alors que la Turquie commençait juste à ériger son mur frontalier destiné à contenir ces flux et, ce faisant, à entraver les relations entre Kurdistan turc et Kurdistan syrien.

  • 8  Un prélude sanglant limité dans le temps et l’espace avait cependant eu lieu en octobre 2014, para (...)

6Enfin, à l’échelle nationale turque, l’année 2015 se caractérise par une sérieuse dégradation de la vie politique (suite à la semi-défaite du parti d’Erdoğan aux élections législatives de juin 2015, qui contraint ce dernier à organiser de nouvelles élections en novembre de la même année) ainsi que par une montée de la violence liée au chaos syrien, comme si le « répertoire d’action syrien » – celui de la violence aveugle, de la criminalisation de toute forme d’opposition et celui des polarisations ethnoreligieuses – avait presque soudainement débordé sur le terrain turc8. L’attentat de Suruç – à la frontière avec la Syrie – le 20 juillet 2015 (35 morts) et celui d’Ankara, le 10 octobre 2015 (plus de 100 morts !) symbolisent ce dérapage, parallèlement à la fin brutale du processus de paix entre le mouvement kurde armé et l’État turc initié au début de l’année 2013. Si les deux attentats sont revendiqués par Daesh, ce qui inquiète c’est l’autonomisation et la montée en puissance de nuisance d’une dimension turque de Daesh, et l’usage que le pouvoir turc peut en faire dans ses rapports à son opposition politique en interne. Ce, même si ce dernier considère désormais Daesh comme un ennemi à combattre.

  • 9  À Istanbul, le « Réseau de Solidarité avec les Migrants » (Göçmen Dayanışma Ağı), a aussi tenté d’ (...)
  • 10  Parmi ces réactions locales, le travail déployé par l’association égéenne « Pont entre les Peuples (...)

7Dans ce contexte plus que trouble, le transit de centaines de milliers de réfugiés par les rives de la mer Égée n’a pas été vécu en Turquie comme un traumatisme et encore moins comme une menace pour les équilibres intérieurs du pays. D’une part parce que, sur un mode moins intensif certes, la Turquie est « habituée » depuis le début des années 1990 au moins à ces transits et passages périlleux par ces côtes de désespérés cherchant à atteindre à tout prix la Grèce européenne. Malgré la mobilisation et les efforts de solidarité de quelques segments localisés de la société civile9 – notamment dans la région d’Izmir10 –, il n’y a pas eu d’effet de surprise voire de stupeur. Simplement un étonnement face au nombre et surtout à l’inquiétude provoquée en Europe. Depuis des décennies en effet, Irakiens, Iraniens, Afghans, Pakistanais, Bengalis, Somaliens et autres pratiquent cette route et s’élancent à partir de ses côtes de la mer Égée et de la mer Méditerranée, au péril de leur vie (Pérouse 2017). Le bilan était déjà lourd, au risque de la banalisation de l’insupportable. Le corps mort par trop médiatisé du petit Aylan Kurdi gisant sur une plage de Bodrum le 2 septembre 2015 – victime innocente érigée en symbole de ce grand drame – s’inscrit dans une longue et horrible série, dont l’UE ne se préoccuperait que tardivement. En conséquence, c’est une quasi-unanimité qui a prévalu dans l’opinion publique et la classe politique turques pour dénoncer la lâcheté européenne et qualifier cette poussée migratoire syrienne de nouveau produit des interminables guerres post-coloniales menées par les pays occidentaux au Proche et Moyen Orient. Ce faisant, les frappantes différences de réaction entre les divers pays européens face à l’afflux migratoire ont aussi fait l’objet de nombreux commentaires en Turquie tendant à déplorer l’absence d’une politique migratoire européenne commune et cohérente (Havlova & Tamchynova, 2016 :100).

II. Du décalage d’expérience et de perception, au « chantage migratoire »

8Face à cette « crise migratoire européenne », pour reprendre la formulation de Kemal Kirişçi, la Turquie fait donc valoir et s’efforce de faire internationalement reconnaître son autre expérience des migrations syriennes, plus ancienne et plus ample. De fait, pour elle, ces centaines de milliers de Syriens affluant vers l’UE durant l’été 2015 représentaient presque peu par rapport aux 2,3 millions que le pays abritait alors (en avril 2018 les autorités enclines à produire régulièrement des chiffres parlent de 3,6 millions). Forme de relativisation qui peut paraître cynique, mais que l’on se doit de prendre en compte pour comprendre les écarts de perceptions (Chatty, 2016). Depuis très précisément le 29 avril 2011, en effet, la Turquie accueille des Syriens qui fuient les combats dans leur pays, en voisins et en « hôtes » (misafir), plus qu’en réfugiés au sens de la Convention de Genève de 1951 (du fait des restrictions géographiques apportées au moment de la signature de ladite convention par la Turquie, et toujours en vigueur). Au terme de la loi 6458 finalement adoptée en avril 2013, leur statut légal ad hoc a néanmoins été qualifié de « Statut provisoire de protection » (Yılmaz Eren, 2016).

9Une autre raison du décalage flagrant dans la qualification des événements reste plus trouble. Elle n’a jamais été vraiment ouvertement formulée. Elle aurait trait à une manière non proclamée officiellement de soulagement que ces départs accélérés de 2015 auraient suscité dans un pays qui s’estime déjà « chargé », au terme d’un processus amorcé de longue date. L’image du fardeau – très présente dans la phraséologie européenne de la gestion de crise à travers le burden sharing – est aussi sans cesse utilisée par les dirigeants turcs, pour rappeler la lourde contribution du pays à la gestion de la crise syrienne du fait de la présence sur le sol turc de millions de réfugiés. En somme, pour le dire trivialement, ces départs auraient permis d’alléger la charge et pousser les Européens à « prendre un peu sur eux » (c’est le burden sharing encore) de celle-ci. On retrouve ici « l’exigence d’empathie » vis-à-vis de la Turquie réitérée à diverses reprises par le Président turc (jusque très récemment encore, notamment après la sortie du rapport d’avancement de la Commission européenne, en avril 2018).

10Dès lors, ce qui a été formulé à plusieurs reprises par le président de la République turque, dans le cadre des rapports de force entre la Turquie et l’UE, c’est une sorte de menace que l’on pourrait résumer ainsi : « Si l’UE continue d’avoir un comportement de méfiance voire d’hostilité envers la Turquie, cette dernière dispose d’une arme, le robinet migratoire ». Au-delà de la question migratoire, le reproche adressé en Turquie à l’UE est un reproche qui porte sur l’interprétation de la situation de chaos en Syrie et sur les solutions à apporter pour y remédier. En d’autres termes, pour la Turquie c’est l’intervention lourde de la Russie sur le théâtre des conflits syriens en 2015 qui a provoqué un afflux supplémentaire, de même que les hésitations de l’UE et des États-Unis à centrer leur intervention sur le combat contre Assad, plutôt que sur celui contre l’EI. La différence criante de diagnostic sur la situation en Syrie a donc des incidences directes sur la position prise par rapport aux migrations.

  • 11  Voir à ce sujet le quotidien Yarına Bakış (disparu après le coup d’État des 15‑16 juillet 2016), 2 (...)

11Dans cette perspective, pour les autorités turques, c’est aussi en pacifiant la Syrie – i.e. en en finissant au plus vite et sans concession avec Assad – que le problème qu’elles cadrent bien autrement, pourra être résolu. Cette pacification progressive permettra de fait de sanctuariser des zones pour assurer le retour d’une partie des réfugiés en Turquie. D’ailleurs dès janvier 2016, la presse d’opposition, reprenant certaines allégations d’Amnesty International, a dénoncé ce qu’elle considérait comme l’esquisse d’une politique de retour (forcé) en Syrie initiée par Ankara, parlant de convois quotidiens de 100 personnes environ11. En conséquence en 2015, l’œil d’Ankara se porte plus sur les frontières sud-orientales que sur les frontières occidentales du pays. Ces dernières peuvent même être un peu relâchées, pour pousser l’UE à mieux réaliser ce qu’endure la Turquie depuis des années.

III. La difficile construction d’une cogestion de la « crise »

  • 12  Qui en octobre 2013, alors qu’il était ministre des Affaires étrangères, avait évoqué le « seuil d (...)

12La « crise migratoire » – avec son pic humanitaire en septembre 2015 – est érigée en sujet prioritaire dès le sommet européen du 14 septembre 2015, puis à nouveau au sommet des Nations unies du 30 du même mois. À ce dernier sommet, Ahmet Davutoğlu, le Premier ministre turc de l’époque12, déclare clairement : « Nous avons déjà dépensé 8 milliards de dollars (pour les réfugiés syriens). Mais nous n’avons reçu de la communauté internationale que 417 millions. » Au cœur de la crise européenne, le fondement de l’argumentaire turc est en ces termes asséné.

13Les négociations entre la Turquie et l’UE, dans lesquelles l’Allemagne a joué un rôle déterminant, se sont d’abord concrétisées par un premier « Plan d’action » rendu public le 15 octobre 2015 lors de la visite d’une délégation de la Commission européenne en Turquie et confirmé par A. Merkel au cours de sa visite à Ankara quelques jours après. Ce plan préfigure l’accord de mars 2016 par les liens qu’il scelle entre le dossier migratoire et d’autres dossiers de la relation turco-européenne, par les ambiguïtés de ses objectifs comme par sa propension européenne à aborder la question des migrations syriennes sous l’angle prioritaire de la sécurité (Yavcan 2016, 7).

  • 13  Voir : « Brüksel pazarlığından mülteciler için ne çıktı? » (Qu’est-ce qui est ressorti du marchand (...)
  • 14  Dès le début des négociations la Turquie a insisté pour que le combat occidental en Syrie ne soit (...)

14À la suite des premiers sursauts de la communauté internationale, le 29 novembre 2015, au sommet de Bruxelles, le rôle crucial de la Turquie dans la gestion de la « crise migratoire » était reconnu par l’UE, instituant de facto cette première en « pays-filtre » (Akdeniz 2016, 37). Moins d’un mois plus tard, au sommet du G20 à Antalya (Turquie), les termes d’un consensus étaient formulés, qui de plus en plus prenait la forme d’un marchandage13 où chaque partie tentait de défendre ses intérêts propres et n’hésitait pas à jouer ses propres atouts comparatifs pour conforter ses positions et en tirer avantage. Ainsi la Turquie se trouvait en position de force du fait de sa situation stratégique aux portes violentées/sollicitées de l’UE et du tribut qu’elle estimait avoir déjà payé à l’accueil des réfugiés. Aussi, en contrepartie d’un contrôle plus rigoureux de ses frontières avec l’UE et d’une poursuite d’une gestion in situ des réfugiés syriens, souhaitait-elle une aide financière conséquente de l’UE – obsédée par l’objectif de la réduction des flux terrestres et maritimes de réfugiés –, ainsi que des concessions sur l’agenda d’adhésion et sur le dossier de la libre circulation de ses citoyens. C’est l’agrégation de ces deux dossiers (adhésion de la Turquie et levée des visas pour l’accès à l’espace Schengen) – outre le dossier de la lutte commune contre le terrorisme et celui d’une stratégie conjointe pour mettre fin au bain de sang syrien14 – qui a contribué à transformer la mobilisation humanitaire internationale en marchandage dans lequel le destin des réfugiés n’était plus qu’une composante parmi d’autres dans un complexe et instable rapport de forces.

  • 15  Accord officiellement entré en vigueur le 1er octobre 2014, qui reposait déjà sur le lien entre la (...)
  • 16  Ainsi au terme de ce premier accord, le 1er mars 2015 la Turquie a réadmis 150 migrants non-syrien (...)

15L’UE – à travers le tandem Hollande-Merkel –, au nouveau sommet de Bruxelles des 7 et 8 mars 2016, contre l’aide financière consentie – le président Erdoğan est allé jusqu’à demander 20 milliards d’euros –, exige en priorité de la Turquie la fermeture des routes balkaniques et égéennes et s’engage sur le principe du « un contre un » (un réfugié stationné en Turquie accueilli en Europe contre un réfugié parti en Grèce réadmis par la Turquie). Par-là, cet accord reprend en fait les dispositions de l’accord de réadmission déjà existant du 16 décembre 201315 – accord partiellement suivi d’effets16 conclu dans un contexte international bien différent (Ekinci, 2016) –, tout en les consolidant et en élargissant les parties concernées et leurs engagements réciproques.

16Quant à la Turquie, outre ses exigences financières et le linkage avec la vieille revendication de l’abolition des visas à l’entrée des citoyens turcs dans l’UE, elle souhaite le soutien européen pour son projet de création d’une « ville des réfugiés » (dite aussi la « trente-et-unième métropole », en référence aux trente municipalités déjà existantes en Turquie) en Syrie du nord sur un territoire « libéré » de 4 500 km². Il est à noter que durant toutes ces rencontres un consensus implicite semblait exister entre les parties autour de l’objectif de « transformer la crise en occasion » et de faire en sorte que ces migrations participent à l’objectif de la croissance économique.

  • 17  Voir « 202 personnes sont (re)venues ; 339 ont fui » (en turc), Yarına Bakış, 5 avril 2016, p. 10
  • 18  Voir par exemple le quotidien Sözcü du 21 mai 2016, p. 16.
  • 19  Voir Yarına Bakış, 10 mai 2016, p. 3.

17Quoi qu’il en soit, conformément aux termes du compromis, les opérations de « réadmission » ont cette fois effectivement et rapidement été conduites. Si le premier « renvoi négocié » en Turquie (à Dikili, dans le département d’Izmir) réalisé le 4 avril 2016 a été médiatisé17, les suivants n’ont plus fait l’objet que d’une couverture réduite, à l’instar de celui du 20 mai 2016 (23 migrants reconduits aussi Dikili18) intervenu quelques jours après que le 9 mai 2016 cent personnes ont à nouveau essayé d’atteindre les côtes de la Grèce à partir de celles de la Turquie19. Et rapidement s’est installée une forme de routine, sous la surveillance des bâtiments de l’OTAN envoyés à des fins de dissuasion et de surveillance en mer Égée.

18Néanmoins, la chute subite des départs du désespoir vers les îles grecques à partir de mars 2016 n’a de cesse de donner à réfléchir et de conforter la thèse d’une manipulation cynique de ces flux par les autorités turques pour faire pression sur l’Europe inquiète (Ustubici, 2016). La réduction sensible, soudaine, de ceux-ci prouve en tout cas que la Turquie disposait d’une marge de manœuvre et de la capacité d’agir sur ces mouvements. Certains observateurs ont du mal à croire que cette inflexion soit exclusivement due au dispositif de surveillance déployé par l’OTAN (Akdeniz 2016, 79 et suiv.).

Illustration 2 : L’effet de l’accord de mars 2017 sur les arrivées en Grèce (source : Internet).

Illustration 2 : L’effet de l’accord de mars 2017 sur les arrivées en Grèce (source : Internet).

19L’accord dit de réadmission passé entre la Turquie et l’UE le 18 mars 2016 est donc le produit d’un long et complexe processus de négociations. Il a été qualifié de compromis sans gloire, voire honteux, par une grande partie de l’opinion publique turque (Öney 2016) et a suscité des réactions très négatives dans l’opposition politique en Turquie. À l’instar de celles du collectif « Pont entre les Peuples » qui a accusé l’UE de violer tous ses engagements en matière de défense des droits de l’homme et toutes les parties d’officialiser le trafic humain. En outre, une divergence d’appréciation s’est fait jour à propos de l’acceptabilité de la situation en Turquie du point de vue des droits fondamentaux. Pour beaucoup de détracteurs de cet accord, renvoyer en Turquie les migrants passés en Grèce c’est mettre en péril ces migrants.

  • 20  La construction modulaire du mur (avec des blocs de 3 mètres de hauteur) assurée par l’Administrat (...)
  • 21  Selon les chiffres fournis par l’État-Major turc, entre le 6 et le 15 juillet 2015 (soit au plus f (...)
  • 22  Plus récemment encore, au cours des trois premiers mois de 2018, les arrivées depuis la Turquie on (...)

20Du point de vue turc donc, la « crise migratoire » de 2015 n’est qu’un épisode supplémentaire dans un processus initié dès avril 2011 et qui est perçu comme inséparable d’un ensemble de dossiers de négociations avec l’UE. Il s’agit donc d’un épisode qui ne fait pas l’objet d’un cadrage commun de la part des différents acteurs concernés à différents titres, tant les perceptions et les intérêts semblent devenus incompatibles et tant les lectures et usages politiques, diplomatiques et économiques du conflit syrien semblent devenus divergents. Car depuis le début de la guerre syrienne la crise humanitaire est permanente en Turquie et revêt de multiples dimensions. Ce qui à ce moment « fait problème » de manière aiguë pour l’Union européenne – et tout particulièrement ses membres les plus orientaux adossés à l’Allemagne – n’est qu’une facette et qu’un moment d’un vaste bouleversement vécu par la Turquie. En avril 2018, la donne a changé au terme des opérations militaires turques du « Bouclier de l’Euphrate » (août 2016) puis du « Rameau d’olivier » (janvier 2018) qui ont entraîné une plus stricte surveillance des passages par la frontière syro-turque – que la construction rapide et dissuasive d’un mur rappelant la frontière américano-mexicaine ou les Territoires occupés de Palestine a encore renforcée20 – et permis la formation en Syrie du nord de zones sous contrôle turc et de camps de déplacés gérés par la Turquie (au moins 700 000 personnes concernées en avril 201821). Cependant, même s’ils sont moins massifs et médiatisés les drames générés par les tentatives de passer en Grèce ou en Bulgarie se poursuivent : ainsi le 23 juin 2017 quarante-sept personnes, dont quarante-cinq citoyens syriens ont été arrêtées par les forces de sécurité turques dans la région d’Izmir alors qu’elles s’apprêtaient à risquer la traversée. Et plus largement, selon l’Organisation Internationale pour les Migrations (IOM), entre le 15 juillet 2016 et le 28 août de la même année, 3 601 personnes sont arrivées en Grèce de Turquie par la mer. Preuve que rien n’est réglé22. Sans parler des milliers d’Afghans, d’Irakiens ou de Pakistanais – un peu relégués par l’urgence syrienne –, qui continuent à vouloir utiliser la Turquie comme territoire de transit vers l’Europe.

Illustration 3 : L’eucalyptus du bureau de poste de l’île grecque de Meis/Megȋsti/Kastellȯrizo mai 2017).

Illustration 3 : L’eucalyptus du bureau de poste de l’île grecque de Meis/Megȋsti/Kastellȯrizo mai 2017).
Haut de page

Bibliographie

Akdeniz E. (2016), Ölüm koridorundan mülteci pazarlığına. Sığınmayanlar (Du corridor de la mort au marchandage sur les réfugiés. Ceux qui sont sans refuge), Istanbul, Evrensel Kültür Kitapları.

Akdeniz E. (2014), Suriye Savaşının Gölgesinde Mülteci İşçiler (Les travailleurs réfugiés à l’ombre de la Syrie), Istanbul, Evrensel Kültür Kitapları.

Bayraklı E. & Keskin K. (2015), Türkiye, Almanya ve AB üçgeninde Mülteci Krizi (La crise des réfugiés au sein du triangle Turquie, Allemagne et UE), Ankara : SETA « Analiz », No 143, novembre.

Chatty D. (2016), “The Syrian Humanitarian Disaster; Disparities in Perceptions, Aspirations and Behaviour in Jordan, Lebanon and Turkey”, IDS Bulletin, Transforming Developing Knowledge, Vol. 47, “Ruptures and Ripple Effects in the Middle East and Beyond”, Number 3, May p. 19‑34. (URL : http://bulletin.ids.ac.uk/idsbo/article/view/2728/HTML)

Ekinci M. U. (2016), Türkiye-AB geri kabul anlaşması ve vize diyaloğu (L’accord de réadmission Turquie-UE et le dialogue sur les visas), Ankara, SETA Yayınları 76.

ESI (European Stability Initiative), “Why people don’t need to drown in the Aegean. A policy proposal”, 17 September 2015 ; URL : https://www.esiweb.org/pdf/ESI%20-%20Why%20people%20drown%20in%20the%20Aegean%20-%2017%20September%202015.pdf

ESI (European Stability Initiative), “Sailing in the Dark – 300 with a mission – Visa, Terror and the Aegean Refugee Agreement”, ESI Newsletter, 19 mars 2016.

Havlová R. & Tamchynová K. (2016), “The Uncertain Role of the EU Countries in the Syrian Refugee Crisis”, Insight Turkey, Vol. 18, No 2, 2016, p. 85‑106.

Kirişçi K. (2016), “Europe’s refugee/migrant crisis: can illiberal Turkey save ‘liberal Europe’ while helping Syrian refugees?”, European Policy Centre, Policy Brief, 19 February.

Öney S. (2016), « Avrupa’nın kalp krizi: AB’ye asıl tehdit, olmayan mülteci politikası » (la crise cardiaque de l’UE: la vraie menace pour l’Europe, c’est l’absence de politique envers les réfugiés), Saha, No 2, Istanbul : Helsinki Yurttaşları Derneği, p. 78‑84.

Pérouse J.-F. (2013), « La Turquie face aux soubresauts migratoires dans un contexte de crise », Confluences Méditerranée, No 87, Automne, p. 85‑93.

Pérouse J.-F. (2017), « 2000’lerin Başından Günümüze Transit Göç Akımları ve İzmir : Görünmez Uluslararasılaşma », in : Michel Espagne et alii (ed.), Geçmişten Günümüze İzmir-From Past to Present. Beşeri ve Kültürel Etkileşimler. Human and Cultural Interactions, Uluslararası Sempozyum Bildirileri (4‑7 Kasım 2015), İzmir, p. 337‑352.

Soysüren İ. (2018), « Göç Politikasısnın Aracı Olarak Geri Kabul Anlaşmaları : Hayaller, Gerçekler, Sınırlar » [Les accords de réadmission en tant qu’outils des politiques migratoires : Rêves, Réalités et Frontières], Terorik Bakış, Sayı 10, Mart, p. 61‑75.

Ustubici A. (2016), “EU-Turkey Cooperation on Migration”, 07 Euromed Survey, p. 66‑72. (URL : http://www.iemed.org/recursos-compartits/pdfs/EuroMedSurvey16_EU_Turkey_migration_Ustubici.pdf)

Yavcan B. (2016), “On Governing the Syrian Refugee Crisis Collectively: The View from Turkey”, Europe at a Crossroads: Managed Inhospitality, Zone Books, near future, Online, No 1, March. (URL : https://www.academia.edu/23009155/On_Governing_the_Syrian_Refugee_Crisis_Collectively_The_View_from_Turkey)

Yılmaz Eren E. (2016), “Temporary Protection Status and Evaluation of Services Provided to Syrians in Turkey”, Middle East Journal of Refugee Studies, 1‑2, p. 109‑132.

Haut de page

Notes

1  Le « versant européen » de cette crise est amplement connu et a fait l’objet de nombreux commentaires, analyses et études (ESI, 2015). Contentons-nous ici de rappeler les chiffres de l’IMO : 839 561 arrivées en Grèce de réfugiés partis de Turquie durant la seule année 2015 ; et 3 771 morts ou disparus (voir : http://missingmigrants.iom.int/mediterranean).

2  En décembre 2015, en l’espace de deux jours seulement, le « centre de renvoi » (geri gönderme merkezi) d’Ayvacık, ville située sur le littoral nord-égéen turc, a reçu 1 500 migrants refoulés de Grèce, pour une capacité de 80 personnes. À ce propos, voir la réaction de la présidente de l’Association Turque des Droits de l’Homme : http://sendika62.org/2015/12/bruksel-pazarligindan-multeciler-icin-ne-cikti-313252/

3  Dès la fin septembre 2015 en effet, la police turque s’oppose fermement à ces départs d’Istanbul et réduit le rassemblement qui s’était formé dans un parc public de la ville-frontière d’Edirne ; les migrants dispersés étant conduits dans les centres d’accueil de la Thrace ou incités à regagner Istanbul, voire les camps localisés dans le sud-est du pays. Une partie de ces éconduits de la route terrestre tentera sa chance peu après par la mer.

4  On peut parler d’une opinion publique en tout cas jusqu’à la fin juillet 2016 ; le coup d’État avorté et la récession démocratique sur tous les plans qui s’est ensuivie ont eu pour effet de rendre plus difficile la formation et l’expression de cette opinion.

5  Gérôme Truc, 2016, Sidérations : une sociologie des attentats, Paris, PUF (Le lien social).

6  Notre présente contribution s’appuie sur un suivi au jour le jour de la presse turque pendant les événements, de l’activité des associations et institutions spécialisées et sur des terrains nombreux à Aksaray, plaque tournante très active des migrations de transit à Istanbul, ainsi qu’à Izmir (quartier de Basmane). Au sujet d’Aksaray, voir notre note postée sur le site de l’OVIPOT en janvier 2018 (URL : https://oui.hypotheses.org/4225).

7  À propos de la réception en Turquie des attentats parisiens de 2015, voir Pérouse J.-F., Ambiguïtés turques – La réception des attentats de 2015 en France dans les médias et réseaux sociaux turcs (en collaboration avec Isabelle Gilles, Anouck Gabriela Côrte-Réal Pinto, Clémence Scalbert-Yücel, Ceren Saran et Sergül Taşdemir), IFEA, Dossiers de l’IFEA, « La Turquie aujourd’hui », 25, posté en décembre 2017. URL : http://books.openedition.org/ifeagd/2240

8  Un prélude sanglant limité dans le temps et l’espace avait cependant eu lieu en octobre 2014, parallèlement à l’affirmation par les armes des Kurdes de Syrie ; voir à ce propos : « L’entrée d’Istanbul dans la guerre en Syrie ? Quelques remarques à propos des événements du 7 au 13 octobre 2014 », Blog IFEA/OVIPOT, note postée le 14 octobre 2014 (URL : https://ovipot.hypotheses.org/10558)

9  À Istanbul, le « Réseau de Solidarité avec les Migrants » (Göçmen Dayanışma Ağı), a aussi tenté d’apporter une aide matérielle et un soutien aux Syriens qui prenaient la route de la frontière terrestre à pied à la fin de l’été 2015.

10  Parmi ces réactions locales, le travail déployé par l’association égéenne « Pont entre les Peuples » (Halkların Köprüsü) peut être évoqué ici ; voir les actes de l’atelier qu’elle a organisé les 12 et 13 mars 2016 pour sensibiliser l’opinion publique sur le drame égéen : 1. Alan Kurdi Mülteci Çalıştayı. 12‑13 Mart 2016, Mültecilerin Yaşadıkları Sorunlar ve Çözüm Önerileri [Problèmes vécus par les réfugiés et Propositions de solution], avril 2016, Izmir.

11  Voir à ce sujet le quotidien Yarına Bakış (disparu après le coup d’État des 15‑16 juillet 2016), 2 avril 2016, p. 12.

12  Qui en octobre 2013, alors qu’il était ministre des Affaires étrangères, avait évoqué le « seuil des 100 000 réfugiés syriens » comme d’un « seuil psychologique » limite ; https://www.cnnturk.com/2013/dunya/10/26/davutoglu-siginmacilar-konusunda-kirmizi-cizgi-asildi/728654.0/index.html

13  Voir : « Brüksel pazarlığından mülteciler için ne çıktı? » (Qu’est-ce qui est ressorti du marchandage de Bruxelles pour les réfugiés ?), site Sendika62.org, article posté le 2 décembre 2015 ; URL : http://sendika62.org/2015/12/bruksel-pazarligindan-multeciler-icin-ne-cikti-313252/

14  Dès le début des négociations la Turquie a insisté pour que le combat occidental en Syrie ne soit pas seulement polarisé sur Daesh (i.e., qu’il vise aussi le YPG-YPJ) et pour que le départ d’Assad demeure l’objectif commun prioritaire.

15  Accord officiellement entré en vigueur le 1er octobre 2014, qui reposait déjà sur le lien entre la cogestion négociée des réfugiés syriens et l’octroi de la liberté de circulation vers l’UE pour les citoyens turcs. Mais les conditions posées par la Commission pour l’activation de cette liberté n’étant pas remplies par la Turquie – du moins du point de vue de l’UE – ledit accord était resté en suspens ; cf. Soysüren, 2018, p. 69‑70.

16  Ainsi au terme de ce premier accord, le 1er mars 2015 la Turquie a réadmis 150 migrants non-syriens renvoyés de Grèce par le poste-frontière terrestre d’Ipsala.

17  Voir « 202 personnes sont (re)venues ; 339 ont fui » (en turc), Yarına Bakış, 5 avril 2016, p. 10

18  Voir par exemple le quotidien Sözcü du 21 mai 2016, p. 16.

19  Voir Yarına Bakış, 10 mai 2016, p. 3.

20  La construction modulaire du mur (avec des blocs de 3 mètres de hauteur) assurée par l’Administration du Logement Collectif turque (ou TOKİ) le long de 828 km de frontière terrestre entre les deux pays (sur les 911 km au total) a commencé fin 2014 et est presque achevée au début du printemps 2018 ! Voir, entre autres articles : http://www.hurriyetdailynews.com/turkey-syria-border-wall-to-be-completed-by-end-of-september-118278 (consulté pour la dernière fois le 10 avril 2018). Voir aussi : https://www.youtube.com/watch?v=Q5rOftkPYJk

21  Selon les chiffres fournis par l’État-Major turc, entre le 6 et le 15 juillet 2015 (soit au plus fort de l’afflux), chaque heure, 41 personnes tentaient de franchir la frontière terrestre turco-syrienne ; cf. Birgün, 20 juillet 2015, p. 6.

22  Plus récemment encore, au cours des trois premiers mois de 2018, les arrivées depuis la Turquie ont augmenté par rapport à 2017, à la fois par les îles grecques (9 349) et par la frontière terrestre (6 108).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : « Des milliers de Syriens cherchent à gagner l’Europe en marchant le long de l’autoroute TEM » Dünya, 16 09 2015, p. 1
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/662/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Illustration 2 : L’effet de l’accord de mars 2017 sur les arrivées en Grèce (source : Internet).
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/662/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Illustration 3 : L’eucalyptus du bureau de poste de l’île grecque de Meis/Megȋsti/Kastellȯrizo mai 2017).
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/662/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Pérouse, « La Turquie et la « crise migratoire » de 2015 »Anatoli, 9 | 2018, 31-43.

Référence électronique

Jean-François Pérouse, « La Turquie et la « crise migratoire » de 2015 »Anatoli [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/662 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.662

Haut de page

Auteur

Jean-François Pérouse

Normalien, agrégé, diplômé de l’INALCO (en langue turque) et docteur en géographie-aménagement, Jean-François Pérouse est ancien directeur de l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA, Istanbul). Après une thèse sur les débuts d’Ankara comme capitale et dix années comme enseignant-chercheur à Toulouse, il s’est consacré à Istanbul, notamment sous l’angle des migrations internes et internationales. Il est l’auteur de Istanbul Planète. La ville-monde du xxie siècle (La Découverte, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search