Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Troisième partie. La recherche su...Étude des migrations internationa...

Troisième partie. La recherche sur les migrations en Turquie et sur les turcs en Europe dans le cas français. État de l’art et mise en perspective historique

Étude des migrations internationales en Turquie : interactions triangulaires entre les faits, la politique et la recherche1

Didem Daniş
Traduction de Zuhal Karagöz
p. 143-153

Texte intégral

  • 1  Cet article a été rédigé dans le cadre de ma participation au programme de recherche ANR « Lajeh » (...)

1L’étude des migrations constitue certainement un des champs de recherche qui se développe le plus vite en Turquie. L’ouverture successive des programmes de master et de doctorat portant sur les migrations, l’émergence des associations et fondations qui se professionnalisent dans le domaine des migrations, la prolifération des recherches académiques sur les migrations ; tout cela témoigne d’un intérêt croissant envers le phénomène migratoire. La raison principale de cette popularité relève sans doute du fait de l’introduction du sujet des migrations dans l’opinion publique avec l’arrivée des réfugiés syriens. L’attention académique sur cet objet s’est accrue tandis que les organisations non gouvernementales offrant des services humanitaires aux réfugiés se sont multipliées et diversifiées simultanément au mouvement d’asile des Syriens ainsi qu’à la politique d’accueil menée par l’État en réponse à ce dernier. Actuellement plusieurs recherches portant sur les migrations voient le jour dans de nombreuses disciplines, allant des relations internationales à la sociologie, de l’économie du travail au droit. Cependant, les études des migrations en Turquie, en cours de formation et ayant des moyens limités de production et de discussion scientifiques collectives, offrent un tableau assez fragmenté et décomposé.

2Dans cet article, j’analyserai la transformation des études des migrations en Turquie en parallèle au fait migratoire vécu. Après avoir évalué la période jusqu’aux années 2010 dans ses grandes lignes, j’examinerai les transformations observées à la suite du mouvement d’exode massif des Syriens vers la Turquie. En d’autres termes, j’étudierai le cours des études des migrations en Turquie en me focalisant en particulier sur les transformations post 1990.

  • 2  Danış, D., & Parla, A. (2009). Nafile Soydaşlık: Irak ve Bulgaristan Türkleri örneğinde göçmen, de (...)
  • 3  Kirişci, K. (1995). Post second World War immigration from Balkan countries to Turkey. New Perspec (...)

3Commençons par un bref aperçu de l’évolution du phénomène migratoire en Turquie. Les flux migratoires datant de la fin de l’Empire ottoman et du xxe siècle vers les territoires correspondant à la Turquie actuelle peuvent être considérés dans le cadre des politiques visant à dynamiser la croissance démographique et à accentuer la coethnicité [soydaşlık]. En effet, ce sont les politiques soutenant la migration des « Turcs de l’étranger » vers la mère-patrie qui ont caractérisé les politiques migratoires menées jusqu’aux années 1990. La loi sur l’installation [İskan Kanunu] de 1934 en tant qu’arrière-plan juridique de cette stratégie politique est devenue une référence importante pour les communautés turques ou musulmanes venant notamment des pays des Balkans. Néanmoins, lors de cette période où la « coethnicité » est devenue un critère essentiel en parallèle aux politiques de la construction d’un État-nation, tous les coethniques [soydaş] n’étaient tout de même pas considérés comme étant « acceptables » [makbul] par les élites politiques désirant une certaine homogénéisation de la population. En fait, l’identité religieuse primait souvent sur l’identité ethnique. Un des exemples typiques de cette « hiérarchie de l’acceptabilité » [makbullük hiyerarşisi2] est le cas des Gagaouzes turcophones de Moldavie dont les demandes d’immigration en Turquie n’ont pas été retenues par le Gouvernement de l’époque. Ce groupe turcophone et membre de l’Église orthodoxe s’est donc vu refuser sa demande d’immigration au milieu du xxe siècle par le Gouvernement alors au pouvoir3.

  • 4  Gökdere, Ahmet Y. (1978) Yabancı ülkelere işgücü akımı ve Türk ekonomisi üzerine etkileri. Vol. 14 (...)
  • 5  Abadan-Unat, N. (Ed.). (1976). Turkish Workers in Europe 1960‑1975: 1960‑1975 a socio-economic rea (...)
  • 6  Erder, S. (1986). Refah Toplumunda “Getto” ve Türkler. Teknografik Matbaacılık, İstanbul, (s 9) ; (...)

4Plus tard, dans les années 1960 et 1970, c’est désormais l’émigration qui marque le pays. Les Turcs qui ont émigré vers plusieurs pays de l’Europe occidentale notamment en Allemagne, en situation de besoin de main-d’œuvre, sont devenus le centre des recherches académiques dans le domaine des études migratoires. Les travaux portant sur l’émigration se focalisaient davantage sur le cas de l’Allemagne tandis que les objets d’étude étaient axés vers le transfert d’argent des migrants vers le pays d’origine, étant donné que le développement économique était l’enjeu primordial pour les instances dirigeantes4. Nermin Abadan Unat, considérée comme étant précurseur des recherches modernes sur les migrations en Turquie, a mené de nombreux travaux sur les migrants turcs en Allemagne5. Les situations socio-économiques des ouvriers turcs en Allemagne, les questions de mobilité sociale, de défaut d’intégration et les conditions sociales des migrants sont quelques-uns de ses sujets de recherche. Environ dix ans après les premiers travaux de Nermin Abadan-Unat, c’est encore une autre chercheuse, Sema Erder, qui porte son attention sur les migrations, cette fois-ci avec une approche sociologique. Les premiers travaux d’Erder s’intéressent eux aussi aux migrants turcs en Europe. Dans sa thèse de doctorat, elle étudie l’immigration turque en Suède en se servant du concept de ghetto comme clé d’analyse6.

  • 7  Kaya, A., & Kentel, F. (2005). Euro-Turks: A Bridge Or a Breach Between Turkey and the European Un (...)
  • 8  Elif Aksaz. (2015). L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en (...)
  • 9  Danış, D., & İrtiş, V. (2008). Entegrasyonun ötesinde Türkiye’den Fransa’ya göç ve göçmenlik halle (...)
  • 10  Şahin‐Mencütek, Z., & Erdoğan, M. M. (2016). The Implementation of Voting from Abroad: Evidence fr (...)
  • 11  Ünver, C. (2013). Changing diaspora politics of Turkey and public diplomacy. Turkish Policy Quarte (...)

5Si les recherches sur la migration de la main-d’œuvre ouvrière vers l’Europe se concentraient en grande partie sur le cas de l’Allemagne, des travaux sur d’autres pays d’arrivée européens ont également été menés. Ces derniers – publiés pour la plupart dans les langues des pays d’arrivée – se focalisaient davantage sur « les problèmes d’intégration » des migrants turcs. Parmi les travaux relativement récents sur ces sujets, on peut citer le rapport « Euro-turcs7 » corédigé par Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, le travail d’Elif Aksaz qui évalue les cinquante années d’immigration turque en France, publié dans les dossiers de l’IFEA8 et le livre collectif édité conjointement avec Verda İrtiş9. Enfin, l’attention scientifique s’est déplacée depuis ces cinq dernières années vers les pratiques de citoyenneté à distance comme le vote transnational10 et les politiques de diaspora11.

  • 12  Kirişci, K. (1995). Post Second World War immigration from Balkan countries to Turkey. New Perspec (...)
  • 13  İçduygu, A. (1996). Transit migrants and Turkey. Bogazici Journal Review of Social, Economic and A (...)
  • 14  Sirkeci, I. (1996). Migration, Ethnicity and Conflict (Doctoral dissertation, University of Sheffi (...)
  • 15  Kaya, A. (1998). Multicultural clientelism and Alevi resurgence in the Turkish diaspora: Berlin Al (...)

6Les dates de 1989 et 1991 correspondant aux mouvements massifs depuis la Bulgarie et l’Irak marquent une autre étape des études migratoires en Turquie. Cette nouvelle période est corrélée à une augmentation numérique des migrants ainsi qu’à une diversification des migrations orientées vers la Turquie depuis les années 1990. Les recherches et publications scientifiques de l’époque ont donné naissance à une génération de chercheurs turcs renommés dans le domaine des études des migrations internationales. Parmi ces chercheurs des années 1990, on peut citer, entre autres, Kemal Kirişci12 qui aborde la question migratoire du point de vue de la science politique et des relations internationales, Ahmet İçduygu13 qui a une approche démographique et une analyse prenant en compte le niveau des relations internationales. Sema Erder analyse les processus migratoires au prisme des questions de migration interne et d’urbanisation d’une part et des groupes de migrants en Turquie de l’autre. İbrahim Sirkeci14, lui, se focalise sur les questions d’ethnicité et de migration forcée et in fine, tandis qu’Ayhan Kaya15 focalise ses travaux sur la construction identitaire et culturelle en diaspora. La particularité de cette génération de chercheurs réside dans le fait qu’ils ont quasiment tous eu une expérience de parcours ou du moins de séjour académique à l’étranger.

  • 16  Pour en savoir plus sur les projets soutenus par Mirekoç, voir : https://mirekoc.ku.edu.tr/researc (...)
  • 17  On ne peut énumérer tous les 15‑20 chercheurs de cette époque-là, mais sur ce sujet voir l’article (...)

7La deuxième génération de chercheurs dans le domaine des études des migrations qui a vu le jour dans les années 2000 a commencé à s’intéresser à plusieurs dimensions des flux migratoires vers la Turquie. De 2002 à 2012 le champ scientifique a produit de nombreuses connaissances notamment grâce aux travaux réalisés au sein du centre de recherche « Mirekoç » affilié à l’Université Koç, un établissement privé et anglophone16. Une grande partie des travaux menés lors de cette période se focalisait sur la ville d’Istanbul en tant qu’espace de concentration des flux migratoires. De nombreuses recherches portant sur des sujets variés – allant des réfugiés aux migrants en situation irrégulière, de la migration du travail à la migration des Européens vers les zones côtières égéennes et méditerranéennes, et au droit sur l’asile – ont permis le développement d’un panorama très riche en termes de thématiques et de concepts17.

82011 a marqué le domaine des études des migrations en Turquie avec l’arrivée massive des Syriens faisant de ces réfugiés l’objet d’étude dominant et monopolistique. Cette mobilité particulière des Syriens ne sera pas traitée en détail ici puisqu’elle constitue l’objet des autres articles de ce numéro spécial. Cela étant, notons que ce flux migratoire a motivé de nombreuses recherches académiques ; allant des questions de l’accès des réfugiés à l’éducation, de leurs positions sur le marché du travail, aux services humanitaires et aux enjeux d’intégration. Plus de 130 recherches de master et doctorat sur les questions migratoires ont été rédigées et soutenues dans les universités turques uniquement en 2016 et 2017. L’afflux rapide et géographiquement diffus des Syriens a eu pour effet que ces recherches sortent de l’unique cadre spatial des universités de la ville d’Istanbul pour atteindre les autres villes de la province. Les chercheurs qui travaillent sur le phénomène migratoire en Turquie à partir de 2011, que l’on peut appeler la troisième génération, exposent un profil beaucoup plus diversifié que leurs prédécesseurs quant à leurs disciplines et établissements d’affiliation.

9La question de la migration s’est de plus en plus médiatisée au fur et à mesure de l’arrivée des réfugiés syriens et le nombre de chercheurs s’intéressant aux questions migratoires dans le domaine des sciences sociales n’a cessé d’augmenter. Le Haut Conseil de l’Éducation [Yüksek Öğretim Kurumu, YÖK] outil par excellence de régulation des universités par l’État, a encouragé l’ouverture de nombreux programmes de master et de doctorat portant sur l’étude des migrations afin de promouvoir la production de connaissances dans ce domaine. Comme le montre le tableau I ci-dessous, ces programmes ont vu le jour dans certaines universités en particulier où la langue d’enseignement est le turc et les liens internationaux sont faibles ; ce qui suggère une volonté de former un chercheur « national et local » spécialisé dans l’étude des migrations qui concurrencerait et éventuellement remplacerait les universitaires ayant eu un parcours académique à l’étranger.

Tableau I – Les programmes de master et de doctorat spécialisés dans l’étude des migrations en Turquie

Date de fondation

Nom et affiliation universitaire

2015‑2016

Université de Yıldırım Beyazıt. Programmes de Master-pro et de Master-recherche « Politiques et recherches sur la migration »

2015‑2016

Institut d’Administration Publique pour la Turquie et le Moyen Orient (TODAIE). Programme de Master Pro « Gestion de la migration »

2016‑2017

Université de Düzce. Programme de doctorat « Études des migrations »

2017‑2018

Université d’Istanbul. Programme de Master-recherche « Études des migrations »

2017‑2018

Université de Medeniyet. Programme de doctorat « Études des migrations »

  • 18  Pour une analyse plus détaillée de ces recherches académiques, voir mon article paru dans le premi (...)

10On observe ainsi une croissance soutenue des recherches du niveau de master et de doctorat menées dans les universités en Turquie sur la question des migrations. Afin d’examiner ce constat plus en détail, il est intéressant de recenser les recherches portant sur les migrations, réalisées et soutenues dans le cadre des programmes de master et de doctorat dans les universités en Turquie du début de l’année 2016 jusqu’au mois de juillet 201718. Un premier élément intéressant relatif à ces travaux est le fait que les recherches portant sur les migrations internationales passent devant celles qui concernent les migrations internes. Lorsque l’on examine la répartition thématique de ces recherches, on voit que 44 % portent sur les mouvements migratoires vers la Turquie, 17 % sur les migrations depuis la Turquie et 14 % sur les mobilités internes au pays. D’un point de vue quantitatif, 70 recherches sur 134 s’intéressent aux mouvements d’immigration vers la Turquie, dont 32 se focalisent directement sur les Syriens. Uniquement 22 recherches sur 134 portent sur les migrations internes au pays et celles-ci ont été réalisées en particulier dans les universités des régions de la Méditerranée et de l’Anatolie de l’est. Plus de la moitié des recherches menées dans ces régions porte sur les migrations internes alors que ce taux stagne autour de 12 % pour les travaux réalisés dans les universités à Istanbul et à Ankara. Ainsi, on voit que les métropoles qui étaient jadis les scènes principales des migrations internes s’intéressent désormais plutôt aux mouvements migratoires internationaux.

11D’autre part, les noms des centres de recherches sur les migrations, fondés au sein des universités indiquent que l’intérêt académique s’est déplacé du sujet des émigrés (« Turcs vivant à l’étranger ») au sujet des migrations vers la Turquie (Voir Tableau II).

Tableau II – Les centres de recherches sur les migrations affiliées aux universités

Date de fondation

Nom et affiliation universitaire

2000

YURTMER – Université de Kocaeli. Centre de recherche et d’application sur les problèmes des Turcs vivant à l’étranger

2002/2014

YUTAM – Université d’Anadolu. Centre de recherche et d’application sur les Turcs à l’étranger

2004

KEYEM – Université de Marmara. Centre de recherche des problèmes urbains et des administrations locales

2004

MİREKOÇ – Université Koç. Centre de recherche et d’application des recherches sur la migration (université privée)

2005

Université d’Istanbul Bilgi. Centre de recherche et d’application des études des migrations (université privée)

2011

HUGO – Université Hacettepe. Centre de recherches migratoires et politiques

2014

BAUMUS – Université Bahçeşehir. Centre des études migratoires et urbaines (université privée)

2015

DIAM – Université de Sakarya. Centre de recherche sur la diaspora

2017

Université d’Istanbul. Centre de recherche et d’application sur les politiques de migrants et de migrations.

2017

Université des Sciences Sociales d’Ankara. Centre de recherche sur la migration globale.

2018

Université Turco-germanique. Centre de recherche et d’application sur la migration et l’intégration.

12Le second élément important est le poids des universités des villes d’Istanbul et d’Ankara dans l’ensemble des études sur les migrations. Similaire aux nombreuses activités économiques et de production qui se concentrent exclusivement dans peu de métropoles en Turquie, le développement des programmes académiques se fait de façon inégale au sens géographique avantageant en ce cas les villes d’Istanbul et Ankara. Alors que ces deux villes accueillent uniquement 25 % de la population du pays, elles représentent 53 % des recherches de master et de doctorat sur les migrations en 2016‑2017. Or, comme le dernier mouvement migratoire massif depuis la Syrie le montre, le phénomène migratoire n’implique plus seulement les métropoles occidentales turques mais se développe en couvrant la région frontalière avec la Syrie, voire l’ensemble des territoires du pays. Les effets que cette répartition géographique inégale dans la production académique pourra engendrer dans le futur méritent d’être interrogés de près.

13La prépondérance de certaines disciplines dans ce champ d’étude, telles que les relations internationales, l’économie et la sociologie, est aussi à souligner. Lorsque l’on regarde les disciplines dans lesquelles les mémoires de mastères et les thèses en 2016‑2017 ont été encadrés, on constate que les relations internationales (17), la sociologie (14), l’économie (9), l’économie du travail et les relations industrielles (8) sont aux premiers rangs dans la répartition disciplinaire. Si l’on regroupe les disciplines scientifiques apparentées, on voit que le groupe composé des relations internationales, de la science politique et de l’administration publique occupe la première place avec 37 travaux au total. Le groupe de l’économie, l’économie du travail et de la gestion arrive en second avec 27 travaux tandis que le groupe de la sociologie et de l’anthropologie est le dernier avec 18 travaux. En admettant qu’il soit possible de faire de tels regroupements disciplinaires, l’étude détaillée des contenus des travaux montre qu’il existe malgré tout une forte transversalité disciplinaire.

14Le tableau ci-dessous montre que le nombre de revues scientifiques s’intéressant à la question migratoire augmente aussi.

  • 19  Les revues avec * sont celles à des comités de lecture.

Tableau III – Les revues19

III. A – Les revues scientifiques à comité de lecture sur la thématique des migrations (publiées en Turquie ou publiées en turc)

* Göç Dergisi – Éditeur scientifique : İbrahim Sirkeci (Transnational Press London). Première publication de la revue : 2014. Deux numéros publiés par an.

* Göç Araştırmaları Dergisi – Éditeur scientifique : Göç İdaresi Genel Müdürlüğü [Direction générale de la gestion de la migration]. Première publication : 2015. Pas de nouvelle publication depuis le cinquième numéro publié en 2017.

* The Middle East Journal of Refugee Studies (MEJRS) – Éditeur scientifique : Yusuf Adıgüzel. Première publication : 2016. Deux numéros publiés par an.

III. B – Les revues publiées en Turquie ou en langue turque avec un numéro spécial sur la thématique des migrations19

* Sosyoloji Dergisi (2013) Numéro spécial sur la migration. Vol. 3 No 27. Éditeur du numéro spécial : Yusuf Adıgüzel

* Perceptions (2013) Numéro spécial sur la migration. Éditeur du numéro spécial : Seçil Paçacı Elitok

* Türk Psikoloji Yazıları (2014) Dossier thématique : 50 Yılın Ardından Avrupa’daki Türkiyeli Göçmenler: Psikolojik ve Sosyolojik Yaklaşımlar [Les migrants turcs en Europe, 50 ans après : les approches psychologiques et sociologiques]. Éditeurs du numéro spécial : Derya Güngör & Günseli Baysu

* Moment Dergi (2015). Vol. 2 No 1. Numéro spécial sur la migration. Éditeurs du numéro spécial : Gülsüm Depeli ve Hatice Şule Oğuz

* İdealkent (2015) No 15 : Numéro spécial « Migration ». Éditeurs du numéro spécial : Fuat Güllüpınar & Mustafa Altunoğlu

* Sosyoloji Divanı (2015) Numéro spécial sur la migration. Éditeur du numéro spécial : Ali Zafer Sağıroğlu

* New Perspectives on Turkey (2016) Vol. 54. Numéro spécial « Precarious lives and Syrian refugees » Éditeurs du numéro spécial : Mine Eder & Derya Özkul

* Alternatif Politika (2016) Vol. 8 No 3. Numéro spécial sur la migration. Éditeurs du numéro spécial : Didem Danı?

 Turkish Policy Quarterly (2016). Numéro spécial « From Influx to Integration: Syrian Refugees in Turkey » Vol. 15 No 3

 Ayrıntı (2017) No 22. Numéro spécial « Migrants-Réfugiés ».

* Türkiye Ortadoğu Çalışmaları Dergisi (2017) Numéro spécial « Moyen-Orient et migration ». Éditeur du numéro spécial : Lütfi Sunar

* Toplum ve Bilim (2017) No 140. Numéro spécial « Migration internationale, politique et sécurité ». Éditeurs du numéro spécial : Doğuş Şimşek & Ahmet İçduygu

* Süleyman Demirel Üniversitesi İktisadi ve İdari Bilimler Fakültesi Dergisi (Aralık 2017) Numéro spécial sur la migration. Éditeur du numéro spécial : Özge Çopuroğlu

 Şehir ve Toplum Dergisi (2017) Revue publiée par l’Union des municipalités de la région de Marmara. No 6. Numéro spécial sur la migration. Éditeur du numéro spécial : M. Murat Erdoğan

* Çalışma ve Toplum (2018) Vol. 1 No. 56. Numéro spécial « Les migrants ouvriers en Turquie ». Éditeur du numéro spécial : Saniye Dedeoğlu

 Monograf: Edebiyat Eleştirisi Dergisi (2018) No. 9. Numéro spécial sur la migration. Éditeur du numéro spécial : Melek Aydoğan

* Teorik Bakış (2018) No. 10. Numéro spécial « Réfugiés et asile politique ». Éditeurs du numéro spécial : Şükrü Aslan & Öykü Gürpınar

15Si tout cela démontre une réelle croissance de l’intérêt académique porté sur le phénomène migratoire par le nombre de travaux dédiés à cet objet, on ne peut guère dessiner un tableau entièrement positif. Il faut dire que les recherches menées et les produits scientifiques qui en résultent comportent certains défauts quant à leurs qualités scientifiques et éthiques. On peut donc parler du caractère atomisé de ce champ de recherche et de la faible cumulativité des savoirs produits. Il en va de même pour les centres de recherche. La plupart de ces derniers ont tendance à mettre en valeur les réussites individuelles des chercheurs plutôt qu’à créer une communauté académique.

16Un autre souci majeur dans la production de connaissance dans le domaine des migrations est l’intervention de l’État dans l’espace de la recherche, qui n’est autre que le reflet de l’autoritarisme croissant. Le document officiel envoyé en avril 2015 par le ministère de l’intérieur aux rectorats, sur l’obligation de demande d’autorisation pour toute recherche sur les Syriens n’est qu’un exemple parmi d’autres. Selon ce document, les chercheurs qui voulaient conduire des entretiens et mener des enquêtes auprès des réfugiés devaient obtenir l’autorisation de la Direction Générale de la Gestion de la Migration [Göç İdaresi Genel Müdürlüğü, GİGM]. En fait, ces processus administratifs se transforment parfois en obstructions arbitraires.

17Ces développements dans le domaine académique sont accompagnés par l’émergence d’une structure fragmentée des institutions concernées par la gestion de la migration. Les institutions paraissent très dispersées alors que les politiques publiques mettent en place des solutions ad hoc face aux difficultés rencontrées dans la gestion de la migration. Si l’on prend l’exemple des pratiques de la gestion de la migration concernant les réfugiés syriens, on constate que différentes institutions publiques mènent en même temps des procédures différentes en réponse aux besoins variés du même groupe et que ceci suscite souvent des problèmes de coordination interinstitutionnelle. Aujourd’hui, il existe en Turquie plusieurs institutions qui offrent des services divers aux migrants et réfugiés. Parmi elles, on peut citer la Direction Générale de la Gestion de la Migration (GİGM), la Présidence de la Gestion des Désastres et des Urgences [Afet ve Acil Durum Yönetimi Başkanlığı, AFAD], le Croissant Rouge, la Présidence pour les Turcs à l’étranger et les communautés de parenté, les divers ministères et notamment ceux de la santé et de l’éducation, etc. En plus de l’idée dominante dans l’opinion publique selon laquelle il s’agirait d’une migration temporaire et d’un modèle de gestion qui s’appuie sur des solutions ponctuelles prises face aux crises ; le fait que l’État ne possède toujours pas une politique globale sur la migration et l’intégration, l’opacité dans les pratiques des instances publiques, le peu de transparence sur leurs activités tout comme le défaut de communication interne entre les institutions, sont quelques-uns des soucis majeurs rencontrés. Les deux institutions les plus développées dans ce domaine, le GİGM et l’AFAD ont vu le nombre de leurs employés se multiplier, tout en montrant encore des déficiences en termes de personnel qualifié. En somme, même si les institutions publiques en Turquie font preuve d’efforts considérables dans la gestion de la migration, en pratique, elles sont victimes de problèmes majeurs liés à la transparence, coordination et communication de leurs activités.

Conclusion

18L’arrivée des réfugiés syriens en Turquie a eu plusieurs conséquences telles que l’investissement croissant de la question migratoire dans les champs politique, médiatique et scientifique, l’ouverture de plusieurs programmes de master et de doctorat ainsi que la fondation de nombreux centres de recherches. Ce sont sans doute des améliorations du point de vue des études des migrations. Toutefois ce champ de recherche a encore de sérieux défauts. Il n’est malheureusement pas possible d’observer une progression des connaissances proportionnelle à la croissance quantitative de ces recherches. Une grande partie des recherches dirigées et des productions scientifiques qui en résultent est loin d’être satisfaisante en termes de qualité scientifique et de critères éthiques. De plus, les centres de recherches et les programmes de master et de doctorat ne parviennent pas encore à créer une influence collective sur les autorités publiques. Autrement dit, s’il existe en Turquie certains chercheurs qui ont produit d’excellents travaux dans le domaine des études des migrations, il est encore prématuré de parler d’une communauté scientifique suffisamment développée. Une des raisons principales réside dans le défaut de personnel académique spécialisé dans ce domaine d’études et capable de former les jeunes chercheurs. En même temps, la polarisation politique a des échos sur l’espace académique ce qui entrave nettement la production collective de savoir. Dans le futur ces obstacles devront être surmontés pour permettre aux études des migrations en Turquie de progresser et de devenir un champ académique de qualité internationale.

Haut de page

Notes

1  Cet article a été rédigé dans le cadre de ma participation au programme de recherche ANR « Lajeh » Temps de conflit/temps de migration : réflexions sur les catégories et la généalogie des migrations au Moyen-Orient. Il a également bénéficié du soutien des Projets de Recherches Scientifiques de l’Université Galatasaray (BAP 17.502.001).

2  Danış, D., & Parla, A. (2009). Nafile Soydaşlık: Irak ve Bulgaristan Türkleri örneğinde göçmen, dernek ve devlet. Toplum ve Bilim, 114, 131‑158.

3  Kirişci, K. (1995). Post second World War immigration from Balkan countries to Turkey. New Perspectives on Turkey, 12, 61‑77. Danış, D & Pérouse J.F. (2005) La Politique Migratoire Turque : vers une normalisation ?, Migrations Société, V.17 (98): 92‑123 .

4  Gökdere, Ahmet Y. (1978) Yabancı ülkelere işgücü akımı ve Türk ekonomisi üzerine etkileri. Vol. 14. Türkiye İş Bankası Kültür Yayınları; Orhan, TUNA (1973) « Türkiye’den Dış Aleme Emek Göçü: Tahminler ve İhtimaller. » İktisat Fakültesi Mecmuası 33.1‑4; Nusret, EKİN. (1970). Yurt-dışı İşgücü İstihdamının Ekonomik ve Sosyal Analizi. İktisat Fakültesi Mecmuası, 30(1‑4); Kurtluoğlu, H. (1967). Dış Ülkelerden Dönecek işçilerimizin Toplum Kalkınmasındaki Rolleri ve Kooperatif İşgücünü Değerlendirme Projesi. Sosyal Siyaset Konferansları Dergisi, (18), 159‑170.

5  Abadan-Unat, N. (Ed.). (1976). Turkish Workers in Europe 1960‑1975: 1960‑1975 a socio-economic reappraisal (Vol. 19). Brill.; Abadan-Unat, N. (1977). Implications of migration on emancipation and pseudo-emancipation of Turkish women. The International Migration Review, 11(1), 31‑57; Abadan-Unat, N. (1974). Turkish external migration and social mobility. Turkey. Geographic and Social Perspectives. Leiden: EJ Brill, 362‑402.

6  Erder, S. (1986). Refah Toplumunda “Getto” ve Türkler. Teknografik Matbaacılık, İstanbul, (s 9) ; köksal, S. E. (1993). Uluslararası Göç Sürecinde Kadının Gündeme Gelişi ve “Getto” daki Kadın. Kadın Araştırmaları Dergisi (1).

7  Kaya, A., & Kentel, F. (2005). Euro-Turks: A Bridge Or a Breach Between Turkey and the European Union?. Bruxelles: Centre for European Policy Studies.

8  Elif Aksaz. (2015). L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie. Les dossiers de l’IFEA, série : « La Turquie aujourd’hui », no : 22, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes.

9  Danış, D., & İrtiş, V. (2008). Entegrasyonun ötesinde Türkiye’den Fransa’ya göç ve göçmenlik halleri (Vol. 210). İstanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.

10  Şahin‐Mencütek, Z., & Erdoğan, M. M. (2016). The Implementation of Voting from Abroad: Evidence from the 2014 Turkish Presidential Election. International Migration, 54(3), 173‑186; Abadan-Unat, N., Cidam, V., Cinar, D., Kadirbeyoglu, Z., Kaynak, S., Ozay, B., Tas, S. (2014) Voting behaviour of euro-turks and Turkey’s presidential elections of 2014, Working Paper, Bogazici University & Friedrich Ebert Stiftung; Mencutek, Z. S., & Baser, B. (2018). Mobilizing Diasporas: Insights from Turkey’s Attempts to Reach Turkish Citizens Abroad. Journal of Balkan and Near Eastern Studies, 20(1), 86‑105.

11  Ünver, C. (2013). Changing diaspora politics of Turkey and public diplomacy. Turkish Policy Quarterly, 12(1), 181‑9; Aydın, Y. (2016). Turkish diaspora policy: transnationalism or long-distance nationalism?. Turkish Migration Policy, 169‑182; Aksel, D. (2014). Kins, distant workers, diasporas: Constructing Turkey’s national members abroad. Turkish Studies, 15(2), 195–219.

12  Kirişci, K. (1995). Post Second World War immigration from Balkan countries to Turkey. New Perspectives on Turkey, 12, 61‑77.

13  İçduygu, A. (1996). Transit migrants and Turkey. Bogazici Journal Review of Social, Economic and Administrative Studies, 10(1‑2), 127‑142.

14  Sirkeci, I. (1996). Migration, Ethnicity and Conflict (Doctoral dissertation, University of Sheffield); Icduygu, A., & Sirkeci, I. (1998). Cumhuriyet Donemi Turkiyesi’nde Goc Hareketleri’in 75 Yilda Koylerden Sehirlere. Istanbul: Tarih Vakfi Yurt Yayinlari.

15  Kaya, A. (1998). Multicultural clientelism and Alevi resurgence in the Turkish diaspora: Berlin Alevis. New perspectives on Turkey, 18, 23‑49. Kaya, A. (1997). Constructing diasporas: Turkish hip-hop youth in Berlin (Doctoral dissertation, University of Warwick).

16  Pour en savoir plus sur les projets soutenus par Mirekoç, voir : https://mirekoc.ku.edu.tr/research-and-training/past-projects/

17  On ne peut énumérer tous les 15‑20 chercheurs de cette époque-là, mais sur ce sujet voir l’article : Tolay, J. (2015). Discovering immigration into Turkey: the emergence of a dynamic field. International Migration, 53(6), 57‑73.

18  Pour une analyse plus détaillée de ces recherches académiques, voir mon article paru dans le premier bulletin de GAR [Göç Araştırmaları Derneği], l’Association des Recherches des Migrations : https://gocarastirmalaridernegi.wordpress.com/goc-arastirmalari-dernegi-bulten-no-1/ Je tiens à remercier Tuğba Zeynep Şen, étudiante en licence de sociologie au sein de l’Université Galatasaray, qui a réalisé l’inventaire des recherches portant sur les migrations à partir de la base des données du YÖK.

19  Les revues avec * sont celles à des comités de lecture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didem Daniş, « Étude des migrations internationales en Turquie : interactions triangulaires entre les faits, la politique et la recherche »Anatoli, 9 | 2018, 143-153.

Référence électronique

Didem Daniş, « Étude des migrations internationales en Turquie : interactions triangulaires entre les faits, la politique et la recherche »Anatoli [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/712 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.712

Haut de page

Auteur

Didem Daniş

Didem Daniş est sociologue et maître de conférences à l’Université Galatasaray. Elle est chercheuse associée à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) et responsable de l’organisation scientifique de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités » (aMiMo). Elle est aussi directrice fondatrice de l’association pour les recherches sur les migrations (Göç Araştırmaları Derneği – GAR). Sa thèse, soutenue à l’EHESS en 2008, analyse les réseaux sociaux des migrants irakiens de passage à Istanbul. Ses recherches actuelles portent sur les politiques d’immigration, les réseaux sociaux des migrants irréguliers, l’accueil et l’intégration des réfugiés en Turquie. Elle a publié divers articles dans des revues telles que le Journal of Ethnic and Migration Studies, la Revue Européenne des Migrations Internationales, Urban Affairs Review, ainsi que des chapitres de livres en anglais et en turc. Elle a également codirigé deux livres en turc sur les questions de migrations, notamment Frontières et expulsions : perspectives interdisciplinaires sur les étrangers, la migration et l’État (codirigé avec I. Soysuren, 2014) ; Au-delà de l’intégration : l’immigration turque en France (codirigé avec V. İrtiş, 2008).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search