Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Troisième partie. La recherche su...Les sciences sociales nationales ...

Troisième partie. La recherche sur les migrations en Turquie et sur les turcs en Europe dans le cas français. État de l’art et mise en perspective historique

Les sciences sociales nationales et le « transnationalisme des migrants ». Continuité et rupture dans les approches suivies en France et en Turquie pour étudier l’émigration turque vers l’Europe

Elif Aksaz
p. 155-167

Texte intégral

Introduction

1Des travaux de recherche récents publiés aux États-Unis et en Europe sur le « transnationalisme des migrants » se présentent comme inspirés par une théorisation nouvelle mise en œuvre dans des recherches empiriques. Ce cadre d’analyse se retrouve aujourd’hui dans toutes les réflexions sur les travaux de recherche réalisés sur les migrations dans les sociétés d’immigration, américaines et européennes. Or, en élargissant la réflexion aux travaux de recherche réalisés dans les sociétés d’émigration, on peut en apprendre davantage sur les caractéristiques de cette nouvelle théorisation.

  • 1  Cet article reprend partiellement les analyses de ma thèse de doctorat en sociologie, « Vivre en F (...)

2Je montrerai comment la forte dépendance des interrogations des sciences sociales à l’égard des interrogations publiques a conduit les recherches consacrées en France et en Turquie à l’émigration turque vers l’Europe depuis les années 1960, à des analyses opposées (1). Plus récemment, différents facteurs ont facilité l’adoption d’une perspective commune – le « transnationalisme des migrants » – par les recherches françaises et turques. Parmi ces facteurs, le contexte disciplinaire des sciences sociales (2), et la place qui est faite dans cette perspective nouvelle aux divergences de vue anciennes, sur l’immigration et l’émigration (3). Une ouverture sur le monde extérieur, une internationalisation des sciences sociales nationales semble être en cours, bien que toujours en reprenant les antagonismes nationaux anciens1.

1. L’« intégration » à la France et le « développement » de la Turquie

3Marquée par la signature d’accords bilatéraux de main-d’œuvre entre la Turquie et les pays européens, outre la France et l’Allemagne fédérale, à partir de 1961, l’émigration turque vers l’Europe est une émigration d’origine principalement rurale, de caractère familial, qui est restée dynamique depuis la suspension des politiques d’accueil d’immigrés. Il s’agit d’une émigration devenue comme on le sait, une émigration intensive. Les Turcs constituent en termes de nationalité la première population immigrée d’Europe.

  • 2  Cf. Catherine Gökalp, 1973 ; Altan Gökalp, 1981 ; Riva Kastoryano, 1986 ; Stéphane de Tapia, 1995  (...)

4Les sciences sociales françaises ont adopté spontanément une sorte de perspective nationale sur cette émigration, avec une interrogation centrée sur l’« intégration » des immigrés turcs à la société française. Même quand des comparaisons sont établies avec l’Allemagne où les flux migratoires sont antérieurs, celles-ci servent à mettre en avant certaines caractéristiques de l’immigration turque en France – une émigration relativement plus rurale, moins féminisée et moins qualifiée – et pour réfléchir sur la relation entre celles-ci et l’intégration des populations turques à la société française. L’intégration des immigrés turcs à la société française, perçue comme un avenir inévitable par ces recherches, n’a pas signifié seulement la déperdition progressive des traits culturels hérités de la société d’origine. Elle a signifié aussi l’affaiblissement de tout type de liens entretenus avec la société d’origine, à commencer par les liens économiques2.

  • 3  Le terme işçi signifie simultanément : le travailleur, l’ouvrier, le manœuvre – avec l’idée de l’e (...)
  • 4  Généralement traduit en français comme « l’exil » (voir « Elghorba : le mécanisme de reproduction (...)

5Les sciences sociales en Turquie ont adopté à leurs débuts une vision plus globale de l’émigration turque que les recherches réalisées en France. La terminologie adoptée par les recherches consacrées à l’étude de dış-göç (littéralement : « externe-migration », i.e. l’émigration à partir de la Turquie vers l’extérieur, sous-entendue vers les pays européens) pour désigner les émigrés, découle de cette perspective : « yurtdışındaki vatandaşlarımız/işçilerimiz3 » (nos concitoyens/nos travailleurs-ouvriers à l’extérieur du pays), et de manière conjointe : « gurbetçilerimiz » (nos gurbetçi4). Les départs sont investis d’un sens strictement économique : les gurbetçi ont quitté le pays pour travailler ; ce sont des « travailleurs à l’étranger », ou plus exactement, des « ouvriers à l’étranger ». Les départs sont aussi investis d’un sens moral-national : les gurbetçi travaillent à l’étranger pour « nous », pour (ou dans l’intérêt de) ceux qui sont restés ; ce sont « nos gurbetçi », « nos travailleurs », « nos ouvriers à l’étranger ».

  • 5  Tel est le constat établi par Nermin Abadan-Unat dans son livre, Bitmeyen Göç, 2002 (« L’émigratio (...)
  • 6  Nermin Abadan, 1964, 2002 ; Neda Armaner, 1982 ; Mevlide Birsun, 1982 ; Mehmet Gençosman, 1982 ; I (...)

6Les rémunérations des émigrés en Europe, leur potentiel d’épargne, leur transfert de devises vers la Turquie, la contribution des fonds envoyés par les émigrés au comblement du déficit budgétaire de la Turquie, les sociétés anonymes (sociétés d’ouvriers) et les « coopératives de développement villageois » fondés en Turquie par les émigrés, ont constitué le thème central des recherches5. Les pratiques socioculturelles n’ont pas été cependant écartées. Dans les travaux de recherche sur l’émigration turque, parmi « les problèmes de l’émigration turque à l’extérieur », figure la question du maintien des liens avec la patrie, la conservation des valeurs culturelles et des bonnes mœurs, la pratique de la religion dans les pays étrangers, l’avenir des enfants turcs dont l’éducation s’effectue loin du pays d’origine, le risque d’« assimilation » (“kültürel erime”, littéralement : la « dissolution culturelle ») des émigrés et de leurs enfants dans les sociétés d’immigration, etc.6.

  • 7  Abdelmalek Sayad, 1986. L’émigration algérienne vers la France a suscité des débats et des controv (...)

7Nombre de « problèmes » définis comme tels par et dans la société française, ne sont pas, on le voit, définis comme tels par et dans la société turque, ou algérienne comme l’avait remarqué Abdelmalek Sayad7. Bien au contraire, ils sont définis comme une ressource comme un avantage. Partir en Europe pour y accumuler de l’argent, transférer cet argent au pays, et enfin revenir en Turquie, ce sont les raisons légitimes de l’émigration. L’« intégration » des populations turques à la société française ne constitue pas une problématique de recherche pour les sciences sociales turques qui, elles, étudient la contribution de l’émigration au « développement » de la Turquie.

8Si l’on rapproche les recherches qui sont produites « ici » et « là-bas », on prend conscience de la double définition (ou d’une définition dissymétrique) de ce qu’est un problème et ce qui ne l’est pas, dans l’analyse de l’univers des émigrés. Les deux types d’analyses, françaises et turques, ont le même type de biais : un point de vue national qui inspire les questionnements ; chacune laisse voir ce que dissimule l’autre.

2. Le transnationalisme des migrants

  • 8  Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, 1991.

9Le développement des travaux de recherche sur l’immigration turque en France dépend en effet aussi du contexte disciplinaire des sciences sociales. Ces recherches sont conformes à la problématique générale autour de laquelle les recherches sur l’immigration en France sont orientées, comme l’ont aussi relevé Gérard Noiriel et Stéphane Beaud. À partir d’une base de données bibliographiques, Noiriel et Beaud remarquent que différents mots-clefs (acculturation, adaptation, insertion, intégration) renvoient aux mêmes références. Ces concepts de base sont d’ailleurs rarement définis par les auteurs. Dans tous les cas, les travaux de recherche se donnent comme question « l’intégration » des immigrés à la société d’arrivée – l’usage du terme assimilation négativement connoté étant plus rare8. Il en va aussi ainsi pour les recherches sur l’immigration turque.

  • 9  Voir Alejandro Portes, 1999.
  • 10  Pour l’Europe, voir Thomas Faist, 1998, 2000 ; Steven Vertovec, 2001 ; Steven Vertovec et Robin Co (...)

10Depuis le milieu des années 1990, en France et plus généralement en Europe, des analyses prétendent porter un nouveau regard sur les phénomènes migratoires, en empruntant des concepts aux travaux de recherche pionniers d’Alejandro Portes et de ses associés9. Dont la notion de « transmigrant » : acteur investi dans des activités « transfrontalières » inscrites dans des espaces sociaux « transnationaux », capable de mobiliser ces liens « transnationaux » comme une ressource économique, sociale, symbolique, et d’en tirer des bénéfices « ici » et « là-bas », dans les sociétés d’immigration et d’émigration10. À l’image des Salvadoriens, Dominicains, Colombiens, Mexicains… aux États-Unis, les Marocains, les Chinois, les Sénégalais…, en France, en Allemagne, en Belgique, en Espagne…, sont décrits dans ces recherches comme les acteurs d’un nouveau monde sans frontières, capables de vivre et d’agir dans plusieurs sociétés à la fois.

  • 11  Voir par exemple le numéro 1237 de la revue, qui porte sur les « Diasporas caribéennes », 2002 ; e (...)
  • 12  Voir le numéro 33‑34 de la revue Cultures et Conflits, intitulé : « Les Anonymes de la mondialisat (...)

11La revue Hommes et Migrations fournit un bon exemple de ce changement d’orientation dans l’étude de l’immigration en France. Jusqu’à la fin des années 1990, les articles de la revue ont pour thème central « l’intégration » des populations immigrées à la société française : généralement, chaque article signale la population immigrée qu’il étudie comme un cas particulièrement problématique, les auteurs évoquent par exemple « le problème marocain », « le problème chinois », « le problème sénégalais », etc., en France. Depuis la fin des années 1990, les articles ont tendance à mettre en avant les liens « transnationaux » des populations immigrées (les liens que ceux-ci entretiennent avec les pays d’origine) et chaque article tient la population immigrée qui fait l’objet de l’étude comme un exemple à succès d’une communauté transnationale11. La revue Hommes et Migrations n’est évidemment pas un cas isolé12.

  • 13  Par exemple Véronique Manry, 2000 ; Isabelle Rigoni, 2001 ; Stéphane de Tapia, 1995 c, 1996, 2005  (...)
  • 14  Cf. Nermin Abadan-Unat, 2002, 2007 ; Ayhan Kaya, 2000, 2001, 2008 ; Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, 2 (...)

12Les recherches sur l’immigration turque en France s’inscrivent dans cette tendance générale des sciences sociales. Depuis le milieu des années 1990, les populations turques en France sont considérées comme des populations faisant partie d’un grand ensemble démographique, une « nouvelle minorité transnationale », « les Turcs d’Europe13 ». Parallèlement, depuis la fin des années 1990, les recherches sur l’émigration turque connaissent un nouvel élan en Turquie. Les chercheurs turcs, comme leurs homologues en France et en Europe, mettent en avant les liens « transnationaux » (deux termes sont employés en alternance : « ulus-ötesi » et « ulus-aşırı ») des populations turques résidant dans différents pays européens, qu’ils considèrent comme des populations homogènes et spécifiques. D’où la nouvelle terminologie adoptée par les sciences sociales turques pour désigner les émigrés, qui s’apparente à celle des sciences sociales françaises et européennes : « Euro-Türkler » (les Euro-Turcs) ou « Avrupa-Türkleri » (les Turcs d’Europe14).

  • 15  Adrian Favell, 2003.
  • 16  Jonathan Friedman, 2000.
  • 17  Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.
  • 18  Roger Waldinger, 2006 (en référence à l’ouvrage de William I. Thomas et de Florian W. Znaniecki, T (...)
  • 19  Alejandro Portes, 2003 ; Nina Glick-Schiller, 1999 ; Luis E. Guarnizo 2001 ; Peggy Lewitt, 2001 ; (...)
  • 20  Ewa Morawska, 2001 ; Roger Waldinger, 2006 ; Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.

13Des critiques ont été formulées sur cette perspective, aux États-Unis notamment. Par exemple, les transactions et réseaux sociaux héroïques décrits par les sociologues du transnationalisme seraient discutables parce qu’à l’heure actuelle le poids de la spéculation théorique dans ce domaine excéderait les preuves empiriques15. Ces discours transnationaux relèveraient davantage d’une idéologie que d’une découverte scientifique16. Une critique semble fondamentale : les connexions entre les points d’origine et de destination forment un aspect omniprésent dans les migrations17 : affirmer que les émigrés – immigrés, migrants, transmigrants – n’ont pas coupé les liens matériels, politiques, sociaux avec les pays d’origine, n’est pas une grande découverte, Thomas l’écrivait déjà en 191818. Certains avancent, en relation aux progrès techniques notamment, que le présent est différent du passé, et que le concept (transnational) permet un nouveau travail analytique19. D’autres affirment que rien n’est jamais semblable d’une période à une autre, et que la contribution des recherches réalisées par les sociologues du transnationalisme à l’étude de l’immigration, se résume à une « deshistoricisation » du présent20.

14L’exemple de l’émigration turque confirme que ce qui relève de l’ordre de la nouveauté, n’est pas l’existence des liens entretenus par les émigrés turcs entre « ici » et « là-bas ». C’est parce que ces liens – vacances d’été en famille au pays, transferts d’argent, investissements immobiliers et les mariages avec les conjoints en Turquie, etc. – étaient connus par les sciences sociales françaises que celles-ci ont développé un scepticisme à propos d’une intégration à venir de ces populations à la société française et de leur loyauté envers celle-ci. Ces liens n’étaient pas non plus ignorés par les sciences sociales turques. Qu’est-ce que cette perspective, le transnationalisme, a introduit donc de nouveau ?

3. Une prise de conscience ou une prise en considération de l’autre point de vue

15Ce nouveau contexte du transnationalisme se caractérise par une prise de conscience ou une considération plus explicite par les sciences sociales qu’il existe un autre point de vue (national) sur le phénomène migratoire que celui de la société d’arrivée ou de celle de départ.

  • 21  Nermin Abadan-Unat, 2002 ; 2007.
  • 22  Nermin Abadan-Unat, 2002, 2007 ; Ayhan Kaya, 2000, 2001, 2008 ; Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, 2005  (...)

16En Turquie, des critiques sont avancées par les chercheurs qui étudient l’émigration turque en Europe, à propos des notions et des modèles d’intégration, de citoyenneté, d’État-Nation, etc., français et allemand, qui ne reconnaissent pas le rôle actif que les immigrés peuvent jouer dans les territoires non nationaux21. Ces chercheurs affirment que les « Euro-Turcs » ne sont plus les émigrés de la période antérieure, qui souhaitent retourner vivre en Turquie. Ce sont des citoyens « transnationaux », qui souhaitent rester vivre en Europe, devenir citoyens européens, et jouir de leurs droits de citoyenneté ; qui souhaitent également maintenir des liens économiques, culturels, politiques avec la Turquie, manifester leur loyauté envers la société turque, et jouer un rôle dans le processus de l’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne22.

  • 23  Nermin Abadan-Unat, 2002, p. 223, 225 ; 2007, p. 14, 16.
  • 24  Nermin Abadan-Unat, 2002, p. 212, 225 ; 2007, p.14.
  • 25  Le Parti des travailleurs du Kurdistan, Partiya Karkerên Kurdistan, en kurde.
  • 26  Nermin Abadan-Unat, 2002, p. 223.

17La prise de conscience de « l’autre point de vue » (ou du point de vue dissymétrique des sociétés européennes sur l’immigration) se voit aussi dans les passages d’un registre à l’autre. Il n’est pas possible d’effectuer ce type de passage si une connaissance de la double définition des problèmes publics « ici » et « là-bas », n’est pas maîtrisée. Pour donner deux exemples : dans les travaux de recherche récents de Nermin Abadan-Unat, si le maintien des liens des émigrés turcs en Europe avec la Turquie est généralement défendu et apprécié, il l’est moins quand il s’agit des organisations islamiques « transnationales » qui viseraient à « transformer l’État turc en un État fondé sur l’Islam » ; Abadan-Unat affirme alors que ces liens « transnationaux » constituent un frein à « l’intégration des Turcs en Allemagne23 ». Un hommage est adressé par Abadan-Unat à une institution semi-publique en France, le FAS, pour le soutien financier qu’elle apporte aux associations socioculturelles de gauche et laïques, destiné à faire contrepoids à la rapide montée des associations islamiques ; cette institution fait ainsi « un juste pas pour l’intégration » des Turcs en France24. Abadan-Unat souligne que l’« entrepreneuriat ethnique » est très développé chez les populations turques en Europe, et elle y trouve une preuve de dynamisme économique. Toutefois, d’après Abadan-Unat, c’est « une erreur fondamentale d’y voir un indicateur d’intégration » quand ce type d’activité économique vient financer des confréries (« tarikat ») religieuses et des organisations comme le PKK25 qui constituent une menace pour l’intégrité de la nation turque26.

  • 27  « Dans le cas de l’immigration turque, par exemple, les 4 millions de personnes dispersées partout (...)
  • 28  « Le constat est identique dans toute l’Europe ; il y a accélération du rythme de la demande de na (...)

18En France, Riva Kastoryano s’alarme du « nationalisme transnational » des immigrés turcs en Europe. Elle y voit « une nouvelle étape – historique – du nationalisme27 ». Stéphane de Tapia signale de son côté, le doute qui porte (sans préciser chez qui) sur une « intégration sincère » des Turcs en Europe, alors qu’ils demandent de plus en plus à être naturalisés français ou autre28. Une nouvelle époque pour les migrants – des citoyens d’ici et de là-bas –, si l’on veut, le « transnationalisme des migrants » n’ouvre pas clairement en revanche une nouvelle époque pour les sciences sociales en Turquie et en France, qui n’abandonnent pas leur point de vue national sur l’émigration turque.

Conclusion

19Si le maintien des liens des émigrés avec leur pays d’origine a été mis en évidence par de nombreuses recherches, l’interrogation sur ces liens a porté, dans les sciences sociales françaises essentiellement sur l’obstacle qu’ils constitueraient à l’« intégration » ultérieure des émigrés à la société française, dans les sciences sociales turques principalement sur les ressources que ces liens représentent pour le « développement » de cette société. Ces perspectives ont conduit à une sorte d’ethnocentrisme national, à des analyses inspirées de manière implicite par des interrogations publiques qui prennent leur sens dans le seul cadre des États-Nations.

20Qu’en est-il des nouvelles recherches qui adoptent une perspective « transnationale » de l’univers des émigrés ? Quelles différences entre celles-ci et les recherches classiques ou conventionnelles, centrées sur la question de l’« intégration » (à la France) ou sur celle du « développement » (de la Turquie) ?

  • 29  Pour ces recherches, voir Roger Waldinger, 2016.

21La question de savoir si l’approche « transnationale » est une nouvelle approche dans l’étude des migrations internationales n’appelle pas une réponse univoque. La réponse à cette question dépend du point de vue que l’on adopte. Cette perspective, le transnationalisme, semble avoir permis aux sciences sociales nationales – françaises et turques –, en quelque sorte, une ouverture sur le monde extérieur ; de (se) rendre compte des débats publics constitués « là-bas », sur l’immigration ou sur l’émigration. On peut s’attendre à ce que, dans les années à venir, de nouvelles thématiques de recherche émergent, à partir de cette perspective. Des recherches ont ainsi été récemment publiées aux États-Unis sur les politiques que développent les États émetteurs envers leurs expatriés29.

  • 30  Voir également, sur cet aspect, Andreas Wimmer et Nina Glick-Schiller, 2002.

22Cette ouverture n’a pas impliqué un travail d’objectivation sur les analyses produites ici ou là-bas. Les chercheurs n’ont pas aperçu que cet « autre » point de vue qu’ils ont découvert, n’est pas (uniquement) celui de l’État ou du Gouvernement mais (aussi) celui de leurs homologues qui travaillent là-bas, sur le même sujet, de la même façon qu’eux-mêmes. Bref, une prise de conscience et une émancipation des interrogations publiques et politiques formulées dans « l’autre société », n’a pas impliqué une prise de conscience (et une émancipation) des interrogations publiques et politiques formulées dans leur « propre société » (i.e. la société à laquelle les chercheurs appartiennent). En France et en Turquie, les recherches récentes n’ont pas échappé à cette sorte d’ethnocentrisme national qui marque les recherches conventionnelles. L’opposition fréquemment établie entre le « nationalisme méthodologique » et le « transnationalisme des migrants » doit être donc nuancée30.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages cités

Abadan-Unat, Nermin. 1964. Batı Almanya’daki Türk Işçileri ve Sorunları. Ankara : Başbakanlık Devlet Planlama Teşkilatı.

— 2002. Bitmeyen Göç. Konuk Işçilikten Ulus-Ötesi Yurttaşlığa. Istanbul : Istanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.

— 2007. « Türk Dış Göçünün Aşamaları : 1950’li Yıllardan 2000’li Yıllara », in Ayhan Kaya et Bahar Şahin (eds.), Kökler ve Yollar : Türkiye’de Göç Süreçleri. Istanbul : Istanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, p. 3‑18.

Abadan-Unat, Nermin ; Neşe Kemiksiz (1986) : Türk Dış Göçü, 1960‑1984, Yorumlu Bibliyografya, AÜSBF ve Türk Araştırmalar Merkezi.

Aksaz, Elif. 2015. L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie. Istanbul : IFEA – Institut Français d’Études Anatoliennes.

Armaner, Neda. 1982. « Batı Almanya’da Türk Işçi Çocuklarının Psiko-Sosyal Sorunları », Eğitim ve Bilim, 4 (37) : 21‑26.

Beaud, Stéphane ; Gérard Noiriel. 1991. « Penser “l’intégration” des immigrés », in Pierre-André Taguieff (dir.), Face au racisme. Paris : La Découverte, tome 2, p. 261‑295.

Birsun, Mevlide. 1982. Almanya’daki Türk Işçilerinin ve Çocuklarının Sorunları, Istanbul.

DeWind (eds.), The Handbook of International Migration: The American Experience. New York: Russell Sage, p. 94‑119.

Faist, Thomas. 1998. “Transnational Social Spaces out of International Migration: Evolution, Significance and Future Prospects”, Archives Européennes de Sociologie, 39 (2): 213‑247.

— 2000. The Volume and Dynamics of International Migration and Transnational Social Spaces. Oxford: Oxford University Press.

Favell, Adrian. 2003. “Games Without Frontiers? Questioning the Transnational Social Power of Migrants in Europe”, Archives Européennes de Sociologie, XLIV (3): 398‑427.

Friedman, Jonathan. 2000. « Des racines et (dé)routes. Tropes pour trekkers », L’Homme, 156 : 187‑206.

Gençosman, Mehmet. 1982. « Göçmen Kuşaklar Sorununa Kuşbakışı », Bilim ve Sanat, 16 : 30‑31.

Glick-Schiller, Nina. 1999. “Transmigrants and Nation-States: Something Old and Something New in the US Immigrant Experience”, in Charles Hirschman, Philip Kasinitz et Josh Dewind.

Gökalp, Altan. 1981. « Les Turcs, revenus de l’émigration et nouveau statut social », in Jean-Pierre Garson et Georges Tapinos (sous la dir. de), L’Argent des immigrés : Revenus, épargne et transferts de huit nationalités immigrées en France. Paris : PUF (« Travaux et Documents. INED ; Cahier 94 »), p. 247‑266.

Gökalp, Catherine. 1973. « L’émigration turque en Europe et particulièrement en France », Population, 28 (2) : 335‑360.

Guarnizo, Luis E. 2001. “On the Political Participation of Transnational Migrants: Old Practices and New Trends”, in Gary Gerstle & John H. Mollenkopf (eds.), E Pluribus Unum? Contemporary and Historical Perspectives on Immigrant Political Incorporation. New York: Russell Sage, p. 213‑263.

Gülsün, Ilhan. 1976. « Yurtdışındaki Işçilerimizin Kültür Sorunları ve Folklorumuz », I. Uluslararası Türk Folklor Kongresi Bildirileri I. Cilt. Ankara: Kültür Bakanlığı Milli Folklor Araştırma Dairesi Yay., No 16, p. 127‑158.

Günçe, Gülseren. 1976. « Almanya’da Yaşayan Türk Işçi Çocuklarının Eğitimlerine ve Çevreye Uyumlarında Ilişkin Sorunları Konusunda Bir Ön-Araştırma », Ankara Üniversitesi Eğitim Fakültesi Dergisi, 9 (1/4): 213‑241.

Gür, Timuçin. 1979. « Almanya’da Türk Azınlığı », Töre, 8 (95): 40‑41.

Cultures et Conflits, numéro 33‑34 (1999) : « Les Anonymes de la mondialisation ».

Hommes et Migrations, numéro 1214 (1998) : « Migrants et solidarités nord-sud ».

Hommes et Migrations, numéro 1237 (2002) : « Diasporas caribéennes ».

Hommes et Migrations, numéro 1239 (2002) : « Africains, citoyens d’ici et de là-bas ».

Kastoryano, Riva. 1986. Être Turc en France. Réflexions sur familles et communauté. Paris : CIEMI et L’Harmattan.

— 2006. « Vers un nationalisme transnational. Redéfinir la nation, le nationalisme et le territoire », Revue Française de Sciences Politiques, 56 (4) : 533‑555.

Kaya, Ayhan. 2000. “Sicher in Kreuzberg”, Berlin’deki Küçük Istanbul, Diasporada kimliğin oluşumu. Istanbul: Büke Yayınları.

— 2001. Sicher in Kreuzberg. Constructing Diasporas: Turkish Hip-Hop Youth in Berlin. Bielefeld: Transcript Verlag.

— 2008. « Fransa-Türkleri: Cumhuriyetçi Entegrasyon Modelinin Eleştirisi », in Didem Danış et Verda Irtiş (eds.), Entegrasyonun Ötesinde: Türkiye’den Fransa’ya Göç ve Göçmenlik Halleri. Istanbul: Istanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları, p. 35‑72.

Kaya, Ayhan; Ferhat Kentel. 2005. Euro-Türkler: Türkiye ile Avrupa Birliği arasında Köprü mü, Engel mi? Istanbul: Istanbul Bilgi Üniversitesi Yayınları.

— 2005 b. Euro-Turks: A Bridge, or a Breach, Between Turkey and the European Union?, Brussels: The Centre for European Policy Studies (version en anglais de la recherche précédente).

— 2007. Belgo-Turcs : un pont ou une brèche entre la Turquie et l’Union européenne ? Bruxelles : Fondation Roi Baudouin.
URL : http://www.kbs-frb.be/publication.aspx?id=223940&LangType=2060

— 2008. Belgian-Turks: A Bridge or a Breach Between Turkey and the European Union? Qualitative and Quantitative Research to Improve Understanding of the Turkish Communities in Belgium. Brussels: King Baudouin.
URL: http://www.kbs-frb.be/publication.aspx?id=223940&LangType=1033

Keyder, Çağlar; Ayhan Aksu-Koç. 1988. External Labor Migration from Turkey and Its Impact. An Evaluation of the Literature. Ottawa: International Development Research Center (IDRC, CRDI, CIID Manuscript Report 185e).

Lewitt, Peggy. 2001. The Transnational Villagers. Berkeley and Los Angeles: University of California Press.

Ma Mung, Emmanuel. 1999. « La dispersion comme ressources », Cultures et Conflits, 33‑34, « Les Anonymes de la mondialisation » : 89‑103.

Manry, Véronique. 2000. « Les activités entrepreneuriales et les réseaux des migrants turcs en France », in Isabelle Rigoni (coord.) : Turquie : les mille visages. Politiques, religion, femmes, immigration. Paris : Éditions Syllepse, p. 207‑224.

Morawska, Ewa. 2001. “Immigrants, Transnationalism, and Ethnicization: A Comparison of This Great Wave and the Last”, in Gary Gerstle et John H. Mollenkopf, E Pluribus Unum? Contemporary and Historical Perspectives on Immigrant Political Incorporation. New York: Russell Sage, p. 175‑212.

Ozankaya, Özer. 1983. « Yurt Dışındaki Işçi Çocuklarının Eğitim-Öğretim Sorunları Üzerinde Bir Yaklaşım Önerisi », Prof. Dr. Fadıl H. Sur’un Anısına Armağan. Ankara: A.Ü. Siyasal Bilgiler Fakültesi Yay., No 522, p. 635‑654.

Petek-Şalom, Gaye. 1998. « Les Ressortissants turcs en France et l’évolution de leur projet migratoire », Hommes et Migrations, 1212, « Immigrés de Turquie » : 14‑23.

Péraldi, Michel. 1999. « Marseille : réseaux migrants transfrontaliers, place marchande et économie de bazar », Cultures et Conflits, 33‑34 : 51‑67.

— (éd.) 2001. Cabas et containers. Activités marchandes et réseaux migrants transfrontaliers. Paris : Maisonneuve et Larose.

Portes, Alejandro. 1999. « La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, 129 (1) : 15‑25.

— 2003. “Conclusion: Theoretical Convergences and Empirical Evidence in the Study of Immigrant Transnationalism”, International Migration Review, 37 (3): 874‑892.

REMI, Revue européenne de migrations internationales, vol. 24, no 2 (2008) : « Pratiques transnationales, mobilité et territorialités ».

Rigoni, Isabelle. 2001. Mobilisations et enjeux des migrations de Turquie en Europe de l’Ouest. Paris : L’Harmattan.

Sayad, Abdelmalek (1975) : « Elghorba : le mécanisme de reproduction de l’émigration », Actes de la recherche en sciences sociales, 1 (2) : 50‑66.

— 1986. « “Coûts” et “profits” de l’immigration, les présupposés politiques d’un débat économique », Actes de la recherche en sciences sociales, 61 (1) : 79‑82.

Schnapper, Dominique. 2001. « De l’État-Nation au monde transnational. Du sens et de l’utilité du concept de diaspora », REMI, Revue européenne de migrations internationales, 17 (2) : 9‑36.

Smith, Robert C. 2001. “Comparing Local-Level Swedish and Mexican Transnational Life: An Essay Historical Retrieval”, in Ludger Pries (éd.), New Transnational Social Spaces. International Migration and Transnational Companies in the Early Twenty-First Century. London: Routledge Research on Transnationalism, p. 37‑58.

— 2003. “Diasporic Memberships in Historical Perspective: Comparative Insights From the Mexican, Italian, and Polish Cases”, International Migration Review, 37 (3): 724‑759.

Tapia, Stéphane de. 1995 a. « Le Champ migratoire turc et l’Europe », in Alain Jund, Paul Dumont, et Stéphane de Tapia (eds.), Enjeux de l’immigration turque en Europe. Les Turcs en France et en Allemagne. Paris : CIEMI, L’Harmattan, p. 15‑38.

— 1995 b. « L’émigration turque : des “portes de l’étranger” aux “portes d’entrée” (el kapılarından giriş kapılarına) », in Stéphane de Tapia (dir.) : Turcs d’Europe… et d’ailleurs, Annales de l’Autre Islam, no 3, ERISM/INALCO, Paris, p. 27‑44.

— 1995 c. « L’émigration turque : circulation migratoire et diasporas », in Michel Bruneau (éd.), Diasporas et espaces transnationaux. Montpellier-Paris, Reclus, La Documentation Française (Espaces modes d’emploi), p. 174‑188.

— 1996. « La France dans l’espace transnational turc », Espaces, Population, Sociétés, 2/3 : 529‑540, Actes du 4e Colloque National de Démogéographie de Poitiers, 25‑27 octobre 1995.

— 2005. Migrations et diasporas turques, Circulation migratoire et continuité territoriale (1957‑2004). Paris-Istanbul, Maisonneuve et Larose, IFEA-l’Institut Français d’Études Anatoliennes.

— 2007. « L’immigration turque en Europe. Communauté(s), Population immigrée(s) : Grille de lecture des échelles géographiques et des structures sociales » (Introduction à), Migrations turques dans un monde globalisé. Le poids du local, Anne Yvonne Guillou, Stéphane de Tapia et Pôleth M. Wadbled (dir.). Presses Universitaires de Rennes, p. 19‑35.

Tarrius, Alain. 1992. Les Fourmis d’Europe. Migrants riches, migrants pauvres et nouvelles villes transnationales. Paris : L’Harmattan.

— 2000. Les Nouveaux cosmopolitismes. Paris : L’Aube.

— 2001. « Au-delà des États-nations : des sociétés de migrants », Revue européenne de migrations internationales, 17 (2) : 37‑61.

— 2002. La Mondialisation par le bas. Les nouveaux nomades des économies souterraines. Paris : Éditions Balland.

Tuna, Korkut. 1981. Yurt Dışına İsçi Gönderme Olayının Sosyolojik Eleştirisi. Istanbul : Istanbul Üniversitesi, Edebiyat Fakültesi Yayınları.

Türkdoğan, Orhan. 1984. Ikinci Neslin Dramı, Avrupa’daki Işçilerimiz ve Çocukları. Istanbul : Orkun Yayınevi.

Vassaf, Gündüz. 1983. Daha Sesimizi Duyurmadık. Avrupa’da Türk Işçi Çocukları. Istanbul: Belge Yay.

Vertovec, Steven. 2001. “Transnationalism and Identity”, Journal of Ethnic and Migration Studies, 27 (4): 573‑582.

Vertovec, Steven; Robin Cohen (eds.) 1999. Migration, Diasporas and Transnationalism. Aldershot: Edward Elgar.

Waldinger, Roger. 2006. « “Transnationalisme” des immigrants et présence du passé », Revue européenne des migrations internationales, 22 (2) : 23‑41.

— 2016. « La politique au-delà des frontières : la sociologie politique de l’émigration », Revue européenne des migrations internationales, 32 (3 & 4) : 319‑334.

Waldinger, Roger; David Fitzgerald. 2004. “Transnationalism in Question”, American Journal of Sociology, 109 (5): 1177‑1195.

Wimmer, Andreas et Nina Glick-Schiller. 2002. “Methodological nationalism and beyond: nation-state building, migration and the social sciences”, Global Networks, 2 (4): 301‑334.

Haut de page

Notes

1  Cet article reprend partiellement les analyses de ma thèse de doctorat en sociologie, « Vivre en France et en Turquie », sous la direction de Jean-Michel Chapoulie, soutenue en 2012 à l’Université de Paris 1. Je remercie Jean-Michel Chapoulie pour la relecture de cet article. Les extraits des ouvrages et des articles en turc sont traduits par moi-même.

2  Cf. Catherine Gökalp, 1973 ; Altan Gökalp, 1981 ; Riva Kastoryano, 1986 ; Stéphane de Tapia, 1995 a ; 1995 b ; Gaye Petek-Şalom, 1998. On peut multiplier les exemples à ces recherches qui se sont développées après les années 1970 (cf. Elif Aksaz, 2015).

3  Le terme işçi signifie simultanément : le travailleur, l’ouvrier, le manœuvre – avec l’idée de l’exercice d’un travail de base.

4  Généralement traduit en français comme « l’exil » (voir « Elghorba : le mécanisme de reproduction de l’émigration », Abdelmalek Sayad, 1975), gurbet signifie le lieu – un pays ou une ville – d’arrivée de l’émigré. Outre une signification géographique, le terme comporte une signification morale et affective et c’est pourquoi il est traduit comme « l’exil ». L’émigration est associée à un sentiment de mal-être, au sentiment du « mal du pays ».

5  Tel est le constat établi par Nermin Abadan-Unat dans son livre, Bitmeyen Göç, 2002 (« L’émigration interminable » ou « qui ne cesse pas »), qui reprend une partie des résultats de ses recherches antérieures depuis le début des années 1960. Ce constat qui s’appuie en partie sur un travail bibliographique (préparé et commenté par Nermin Abadan-Unat en collaboration avec Neşe Kemiksiz, 1986) couvrant la période 1960‑1984, rejoint celui de Çağlar Keyder et Ayhan Aksu-Koç, dans leur travail bibliographique commenté couvrant la période 1960‑1986 : « Nous avons eu à nous référer à certains travaux de manière répétitive ; la littérature étant elle-même plutôt répétitive », affirment les auteurs (Keyder et Aksu-Koç, 1988, Préface). Ils remarquent que la question des envois de fonds des émigrés est le sujet qui a suscité le plus grand intérêt des recherches (ibid. p. 54).

6  Nermin Abadan, 1964, 2002 ; Neda Armaner, 1982 ; Mevlide Birsun, 1982 ; Mehmet Gençosman, 1982 ; Ilhan Gülsün, 1976 ; Gülseren Günçe, 1976 ; Timuçin Gür, 1979 ; Özer Ozankaya, 1983 ; Korkut Tuna, 1981 ; Orhan Türkdoğan, 1984 ; et Gündüz Vassaf, 1983.

7  Abdelmalek Sayad, 1986. L’émigration algérienne vers la France a suscité des débats et des controverses publics radicalement opposés en France et en Algérie, les « problèmes » définis par l’État français n’étant pas ceux de l’État algérien.

8  Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, 1991.

9  Voir Alejandro Portes, 1999.

10  Pour l’Europe, voir Thomas Faist, 1998, 2000 ; Steven Vertovec, 2001 ; Steven Vertovec et Robin Cohen (eds.), 1999 ; Alain Tarrius, 1992, 2000, 2001, 2002 ; Michel Péraldi, 1999, (éd.) 2001 ; et Emmanuel Ma Mung, 1999 ; ainsi que Dominique Schnapper, 2001.

11  Voir par exemple le numéro 1237 de la revue, qui porte sur les « Diasporas caribéennes », 2002 ; et le numéro 1239, intitulé « Africains, citoyens d’ici et de là-bas », 2002 ; ainsi que les numéros qui suivent. Le numéro qui marque le début de cette tendance, semble être celui consacré aux répercussions économiques de l’immigration dans les pays d’origines : « Migrants et solidarités nord-sud », no 1214, 1998.

12  Voir le numéro 33‑34 de la revue Cultures et Conflits, intitulé : « Les Anonymes de la mondialisation » (1999) ; et le vol. 24, no 2, de la Revue Européenne des Migrations Internationales, consacré aux « Pratiques transnationales, mobilité et territorialités » (2008). Pour des recherches anglophones similaires en Europe, voir les numéros de Journal of Ethnic and Migration Studies postérieurs à 1998.

13  Par exemple Véronique Manry, 2000 ; Isabelle Rigoni, 2001 ; Stéphane de Tapia, 1995 c, 1996, 2005 ; ainsi que Riva Kastoryano, 2006.

14  Cf. Nermin Abadan-Unat, 2002, 2007 ; Ayhan Kaya, 2000, 2001, 2008 ; Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, 2005 a; 2005 b, 2007, 2008.

15  Adrian Favell, 2003.

16  Jonathan Friedman, 2000.

17  Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.

18  Roger Waldinger, 2006 (en référence à l’ouvrage de William I. Thomas et de Florian W. Znaniecki, The Polish Peasant in Europe and America…).

19  Alejandro Portes, 2003 ; Nina Glick-Schiller, 1999 ; Luis E. Guarnizo 2001 ; Peggy Lewitt, 2001 ; et Robert C. Smith, 2001, 2003.

20  Ewa Morawska, 2001 ; Roger Waldinger, 2006 ; Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.

21  Nermin Abadan-Unat, 2002 ; 2007.

22  Nermin Abadan-Unat, 2002, 2007 ; Ayhan Kaya, 2000, 2001, 2008 ; Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, 2005 a ; 2005 b ; 2007 ; 2008.

23  Nermin Abadan-Unat, 2002, p. 223, 225 ; 2007, p. 14, 16.

24  Nermin Abadan-Unat, 2002, p. 212, 225 ; 2007, p.14.

25  Le Parti des travailleurs du Kurdistan, Partiya Karkerên Kurdistan, en kurde.

26  Nermin Abadan-Unat, 2002, p. 223.

27  « Dans le cas de l’immigration turque, par exemple, les 4 millions de personnes dispersées partout en Europe constituent, aux yeux de la classe politique et des médias turcs, une nouvelle catégorie qu’ils appellent “les Turcs de l’étranger”. L’objectif d’Ankara est d’assurer l’attachement des populations émigrées à l’idéologie nationale exprimée par la rhétorique kémaliste – une allégeance perpétuelle liée à un islam laïcisé et à une nation unifiée et soumise au contrôle de l’État. Cela revient à maintenir l’idée d’une citoyenneté turque. Il s’agit là d’une citoyenneté extra-territoriale, une façon de maintenir le lien entre citoyenneté et nation, une citoyenneté liée à la nation d’origine ou, inversement, la nation liée à la citoyenneté – même extra-territoriale. Dans les deux cas, il s’agit d’une appartenance déterritorialisée. Cet attachement devient une ressource importante pour négocier la place de la Turquie auprès de l’Union européenne, voire dans le système international. », Riva Kastoryano, 2006, p. 534.

28  « Le constat est identique dans toute l’Europe ; il y a accélération du rythme de la demande de naturalisation et les “Turcs” sont de plus en plus souvent des nationaux des pays de résidence. Aussi bien le Gouvernement que les partis conservateurs (MHP, AKP) y poussent même leurs adhérents. Ce qui se joue là est complexe : intégration sincère et sédentarisation définitive d’une immigration récente, récupération d’un droit de libre circulation dans et autour de l’espace Schengen (ce que l’Union européenne a refusé malgré les accords d’Ankara en 1963), méfiance envers des Européens réticents à l’adhésion de la Turquie à l’UE et construction d’un lobby turc en Europe ? De fait, subsistent des incompréhensions profondes sur la double ou la bi-nationalité, les Turcs tenant à la fois à leur personnalité propre et aux droits acquis par leur présence et leur travail en Europe. », Stéphane de Tapia, 2007, p. 34, 35.

29  Pour ces recherches, voir Roger Waldinger, 2016.

30  Voir également, sur cet aspect, Andreas Wimmer et Nina Glick-Schiller, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elif Aksaz, « Les sciences sociales nationales et le « transnationalisme des migrants ». Continuité et rupture dans les approches suivies en France et en Turquie pour étudier l’émigration turque vers l’Europe »Anatoli, 9 | 2018, 155-167.

Référence électronique

Elif Aksaz, « Les sciences sociales nationales et le « transnationalisme des migrants ». Continuité et rupture dans les approches suivies en France et en Turquie pour étudier l’émigration turque vers l’Europe »Anatoli [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/726 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.726

Haut de page

Auteur

Elif Aksaz

Elif Aksaz est sociologue, membre associée du Centre de sociologie européenne (CESSP-CSE, Univ. Paris 1-CNRS-EHESS) et chercheuse associée à l’Institut français d’études anatoliennes (IFEA-Istanbul, CNRS-MAEDI), coordinatrice de l’axe de recherche « Migrations et Mobilités » (aMiMo) de l’Institut. Ses recherches portent sur l’immigration turque en France. Elle a notamment publié : « Immigration familiale turque et pratiques quotidiennes des femmes : le souci de réputation dans une cité HLM de la banlieue parisienne » (Revue européenne des migrations internationales, 2006) ; L’émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie (IFEA, 2015) ; « Dans un “village d’Européens” en Anatolie : gérer la double présence et la double absence des émigrés » (Genèses. Sciences sociales et histoire, 2016).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search