Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Quatrième partie. Varia et notes ...VariaUn regard géographique sur une po...

Quatrième partie. Varia et notes de lecture
Varia

Un regard géographique sur une politique étrangère : l’exemple de la Russie au Moyen-Orient sous Vladimir Poutine

Adlene Mohammedi et Yann Richard
p. 191—211

Texte intégral

Introduction : vers une lecture géographique globale des politiques étrangères

1L’étude des politiques étrangères n’est pas l’apanage de la science politique. Pour une analyse approfondie de la fabrique de la politique étrangère et de son déploiement, un dialogue interdisciplinaire s’impose. Un tel dialogue ne peut exclure la géographie, qu’il s’agisse de la géographie politique ou de la géopolitique. Autrement dit, qu’il s’agisse de l’étude du cadre politique (territoires, réseaux, lieux symboliques, frontières…), de l’espace comme enjeu de rapports de force (Rosière, 2003), ou du territoire comme enjeu de pouvoir (Lacoste, 1993).

2Le recours à la géographie dans l’étude d’une politique étrangère peut se faire à plus d’un niveau, en allant du discours à la mise en œuvre. Nous pouvons ainsi parler d’une lecture géographique globale, c’est-à-dire d’un regard géographique porté sur différents aspects ou étapes de la politique étrangère. Dans cet article, dédié à la politique de la Russie au Moyen-Orient, après des rappels épistémologiques et méthodologiques et après une rapide présentation de l’état de l’art (partie 1), nous proposons trois niveaux d’analyse. Le premier niveau est celui du discours et de la doctrine (partie 2), en portant l’attention sur les partis pris géographiques repérables dans la langue de la politique étrangère. Le deuxième est celui de l’action politique extérieure ordinaire (partie 3), c’est-à-dire la dimension géographique des relations diplomatiques et des échanges. Le troisième est celui du conflit (partie 4), en d’autres termes la possibilité de lire géographiquement des rapports de force, notamment à travers la dialectique territoire-réseau.

3Pour un tel exercice, la Russie postsoviétique et le Moyen-Orient nous apparaissent comme un lieu d’observation de choix. Étudier la politique étrangère russe, c’est étudier une politique étrangère qui a fait de la géographie un substitut tout désigné au marxisme délaissé au début des années 1990. Et le faire en choisissant comme objet le Moyen-Orient, c’est s’intéresser à une région où les questions spatiales se posent avec une évidente acuité, du choix même de la catégorie « Moyen-Orient » à la superposition des tensions géopolitiques.

4Cet article est ainsi à la fois l’occasion de poser une question épistémologique, celle de l’intérêt de recourir à la géographie dans l’observation d’une politique étrangère, et d’apporter des réponses sur le rôle de la Russie au Moyen-Orient et sur le sens de son action dans cette région.

1. Approche géographique des politiques étrangères. Quel état de l’art ?

5Nous proposons une étude de la politique russe en direction du Moyen-Orient qui s’appuie sur une utilisation du rapport entre géographie et politique dans trois registres : la géopolitique, y compris critique, la lecture géographique de la politique étrangère et la dimension géographique des conflits en cours. Cette démarche s’appuie sur la géographie politique et sur la géopolitique afin d’aller chercher la géographie partout où elle se trouve et à tous les niveaux.

La relation entre géographie et politique étrangère : un domaine inégalement exploré

6Les relations entre géographie et politique sont observées depuis très longtemps. Portant un intérêt particulier aux relations internationales, certains auteurs se sont intéressés à un thème plus précis : les relations entre la géographie et les relations internationales. Pour ce faire, ils ont suivi et suivent encore plusieurs voies. Dans certains cas, il s’agit de montées en généralité rigoureuses très documentées et nuancées, à l’instar de Norman Pounds (Pounds, 1963) et, de façon plus éclairante encore, de Jean Gottmann qui s’est intéressé aux doctrines géographiques des relations internationales dans son livre La politique des États et leur géographie (Gottmann, 1952) et dans quelques articles, soulignant au passage ici et là les excès du déterminisme géographique et environnemental (Gottmann, 1951).

7Les approches géopolitiques sont foisonnantes et suivent plusieurs voies. Il peut s’agir de l’étude de la géographie telle qu’elle est mise à profit par un acteur politique, en général les États, pour augmenter sa puissance vis-à-vis d’autres acteurs. C’est un sujet classique exploré de diverses manières : soit sur un mode scientifique pour décrire et expliquer des situations (Bowman, 1921), soit sur un mode prescriptif par des auteurs proches des pouvoirs politiques afin de conseiller ces derniers (Alfred Mahan, Halford Mackinder, Rudolf Kjellen, Colin Gray…), le discours prenant parfois une couleur idéologique de propagande (Karl Haushofer). L’espace est conçu dans ce cas comme objet de convoitise et de rivalité, donc de tension dans les relations internationales. On est bien là au cœur de l’approche géopolitique. Cette association claire entre les deux notions (géographie et politique étrangère) a été faite par Nicholas Spykman dans un article de 1938 (Spykman, 1938).

8La géopolitique critique, quant à elle, part du postulat que les discours géopolitiques ne sont pas des descriptions objectives de la réalité (Ó Tuathail, 1996). Elle révèle des « codes géopolitiques » qui représentent le monde selon un certain point de vue (identifier les alliés et les ennemis potentiels, par exemple) et fournissent des justifications des actions géopolitiques. La géographie est alors mobilisée à travers l’étude des représentations territoriales ou géopolitiques. Les travaux s’intéressant à ces représentations, qu’ils se réclament ou non de la « géopolitique critique », sont nombreux (citons Yves Lacoste et Michel Foucher en France, Vladimir Kolosov en Russie, John O’Loughlin et Gearóid Ó Tuathail dans le monde anglo-saxon) et se situent aux confins de la géopolitique et de la psychologie sociale. Ils portent autant sur les représentations repérables dans la high geopolitics (discours des praticiens de la géopolitique et discours scientifiques) que dans la low geopolitics (les représentations de « l’homme de la rue »).

9Dans l’étude géographique des relations internationales et des politiques étrangères, on peut distinguer plusieurs types de travaux en fonction des objets analysés. Michel Foucher cartographie les doctrines de politique étrangère, voire les doctrines militaires (Foucher, 2010). Laurent Beauguitte étudie la géographie des votes dans les organisations internationales telles que l’ONU (Beauguitte, 2010), en renouvelant et en améliorant les approches d’auteurs principalement anglo-saxons (Ball, 1951 ; Holloway, Tomlinson, 1995 ; Kim, Russett, 1996 ; Voeten, 2000). Il utilise des méthodes quantitatives originales pour fournir une description géographique détaillée des votes (repérant des phénomènes de régionalisation et des discontinuités) et utilise des critères géographiques tels que la distance pour expliquer les manières de voter des États. Avec d’autres méthodes, Alan Henrikson (Henrikson, 2002) s’interroge également sur le rôle de la distance dans la politique étrangère des États (distance physique, gravitationnelle, topologique, attributionnelle). Enfin, toujours à tire d’exemple, dans le cadre d’une interprétation spatialisée des critères de l’actorness définis par les spécialistes politistes des relations internationales, Yann Richard et Gilles Van Hamme étudient la géographie des traités internationaux bilatéraux pour en expliquer les ressorts de l’action internationale de l’Union européenne (Richard, Van Hamme, 2013). Au-delà de la diversité des objets et des approches, on est frappé par la faible quantité des recherches dédiées à la description géographique des politiques étrangères. Surtout par l’absence de toute tentative de généralisation et de théorisation dans ce domaine. En bref, il n’existe pas de grille de lecture qui permette de lire, de décrire et d’interpréter la géographie des politiques étrangères des États ou d’autres acteurs.

Pour une grille de lecture géographique des politiques étrangères

10Quels sont les indicateurs qui permettent de décrire et de rendre compte de la politique étrangère d’un acteur ? Lorsque cet acteur déploie son action extérieure, comment décrire la géographie de cette action ? Quelles sont les sources pertinentes ? Quels critères et quels indicateurs permettent de décrire et d’interpréter une politique étrangère dans son déploiement spatial ? Comment distinguer les priorités géographiques de cette politique étrangère ? Comment mesurer l’importance relative et, en fin de compte, comment hiérarchiser les priorités politiques d’un autre acteur ?

11Construire une grille de lecture des politiques étrangères est un travail de longue haleine qui permettrait de comparer les politiques étrangères des États et de hiérarchiser les priorités géographiques de ces derniers. Cette grille de lecture de la politique étrangère doit reposer sur plusieurs indicateurs qui permettent d’en saisir le déploiement géographique et de mesurer le degré de priorité accordé par l’acteur considéré à tel ou tel partenaire ou à telle ou telle partie du monde. La réflexion sur les indicateurs à utiliser n’est pas systématisée par la science politique et a fortiori par la géographie politique. Dans l’idéal, il faut choisir des indicateurs aisément quantifiables et si possible renseignés pour tous les pays du monde afin de pouvoir faire des comparaisons.

12Les documents officiels donnent des renseignements sur la doctrine de politique étrangère ou sur la doctrine militaire. Ces documents définissent des priorités thématiques ou géographiques de façon explicite. Il faut s’intéresser aussi aux traceurs de l’activité diplomatique : la géographie du réseau diplomatique (géographie des représentations diplomatiques et nombre de personnes dans ces représentations, par exemple) et la géographie des visites d’État en observant les déplacements officiels des chefs d’État, si possible dans les deux sens (visites entrantes et sortantes). En ce qui concerne les visites d’États, leur inégale densité géographique et leurs évolutions inégales selon les régions du monde sont des informations intéressantes car elles témoignent de l’intensité d’une relation politique entre acteurs des relations internationales.

13La description géographique des traités et accords internationaux est indispensable, bien que cet indicateur soit difficile à interpréter car il est malaisé de comparer ces actes de politique étrangère. Tous les traités n’ont pas la même couverture et tous ne sont pas aussi approfondis. De plus, il existe différents types de documents qui ne renvoient pas aux mêmes types de relations : protocoles d’accords, accords sectoriels, accords techniques, accords politiques, traités, accords ou traités bilatéraux ou multilatéraux… On peut néanmoins décider de les prendre tous en compte et d’en dresser la cartographie complète, car on peut faire l’hypothèse raisonnable que cette cartographie révélera des contrastes géographiques sensibles.

14La géographie de l’aide au développement mérite aussi d’être prise en compte : les bailleurs de fonds de l’aide au développement font toujours des choix qui sont corrélés aux priorités de leur doctrine de politique étrangère. Les sommes engagées et déboursées par les bailleurs varient donc considérablement d’un pays à l’autre. Dans un autre registre, on peut en dire autant de l’aide militaire (en lien avec les ventes d’armes) car elle révèle des choix géographiques. Malheureusement, l’aide au développement n’est pas correctement renseignée pour tous les pays (notamment les bailleurs) et il est difficile de quantifier l’aide versée par la Russie.

15Il est éclairant de confronter ce tableau avec la géographie des relations fonctionnelles (notamment des indicateurs économiques qui permettent de voir dans quelle mesure un État observé est relié à d’autres États par d’autres acteurs que les acteurs institutionnels) : les échanges commerciaux, les échanges d’investissements directs (en flux et/ou en stock), les flux des personnes (migrations, tourisme, étudiants internationaux…)… La confrontation de ces deux groupes d’indicateurs (action et politique étrangère, d’un côté ; relations fonctionnelles, de l’autre) permet ainsi de distinguer trois types de situations : une convergence géographique entre les indicateurs de la politique étrangère et les indicateurs des relations fonctionnelles, une convergence partielle ou une divergence. À ces indicateurs, pour avoir un aperçu complet, il faut ajouter la dimension géographique du discours (partie 2) et la lecture géographique des conflits (partie 4).

2. La composante géographique dans les discours russes de politique étrangère

16Dans cette partie, qui amorce l’étude géographique de la politique étrangère russe au Moyen-Orient, nous nous intéressons à la dimension géographique de la langue politique russe. Cela nécessite deux niveaux d’analyse : un niveau institutionnel (celui du discours officiel et de la doctrine) et un niveau métapolitique (celui des cercles – universitaires ou autres – qui entendent influencer le niveau institutionnel).

Interrogations sur la notion de « Moyen-Orient »

17La première étape de la réflexion géographique concerne les termes utilisés. La notion de « Moyen-Orient » (Middle East), devenue courante aujourd’hui, est avant tout une notion britannique qui trouve son origine dans l’histoire de l’Empire colonial britannique. Il s’agit, pour le dire trivialement, de ce qui sépare le Foreign Office de l’Indian Office au début du xxe siècle. Au cours du xxe siècle, cette notion a fini par s’imposer, y compris en France où les termes de « Levant » et de « Proche-Orient » étaient privilégiés.

  • 1 Ministère russe des Affaires étrangères.
  • 2 Résultat des recherches concernant les différentes formules en langue russe sur les sites indiqués.

18La Russie n’échappe pas à la prépondérance de cette notion. En réalité, cette question se pose en Russie de façon singulière. En comparant les usages des formules « Proche-Orient » (blijnii vostok), « Moyen-Orient » (srednii vostok) et « monde arabe » (arabskii mir), tout indique que c’est la première qui domine. Sur le site du MID1, entre le début de l’année 2000 et le printemps de l’année 2017, nous avons environ 6 800 occurrences de la formule « Proche-Orient » (dans ses diverses déclinaisons). Les chiffres tombent à 260 pour « Moyen-Orient » et 275 pour « monde arabe ». Ce succès évident de la formule « Proche-Orient » s’explique notamment par un élément majeur : elle est associée au conflit central de la région, à savoir le conflit israélo-arabe. « Situation au Proche-Orient » rime donc souvent avec « conflit israélo-arabe ». Pourquoi alors parler de « Moyen-Orient » plutôt que de « Proche-Orient » ? On a beau parler de « Proche-Orient » en russe (blijnii [proche]) davantage que de « Moyen-Orient » (srednii [moyen]), les traducteurs russes eux-mêmes traduisent spontanément « Proche-Orient » en « Middle East ». Sur le site des Nations unies aussi bien que sur le site du ministère des Affaires étrangères, blijnii vostok [Proche-Orient] devient Middle East2. Une traduction commode et reflétant le succès de la formule anglo-saxonne. Il en est de même en français : blijnii vostok devient « Moyen-Orient ».

19À ces considérations, des remarques méthodologiques doivent être ajoutées. D’abord, l’intérêt de la diplomatie russe pour le Moyen-Orient est loin d’aller de soi, y compris depuis l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine. Si nous avons voulu observer l’ensemble des mandats de Vladimir Poutine depuis 2000 (incluant celui de Dimitri Medvedev [2008‑2012]), c’est précisément pour identifier des moments de rupture ou d’infléchissement. En effet, un certain nombre d’indicateurs montrent un intérêt croissant pour cette région à partir du deuxième mandat de Vladimir Poutine (partie 3). Ensuite, malgré cette idée de rupture, ou de « retour » de la Russie dans la région (Delanoë, 2014 ; Therme, 2015), il nous semble difficile de détacher la politique de Vladimir Poutine de la décennie 1990 : qu’il s’agisse des débats intellectuels postsoviétiques ou de l’influence de l’ancien Premier ministre et ancien ministre des Affaires étrangères Evgueni Primakov. Ce dernier, arabisant et fin connaisseur du Moyen-Orient, a indéniablement contribué à aiguiser l’intérêt de la diplomatie russe pour cette région. Enfin, notons que, dans le sillage des soulèvements populaires qui ont secoué l’ensemble du monde arabe depuis 2010‑2011, à la catégorie « Moyen-Orient » est venue s’ajouter l’expression « monde arabe » dans la langue diplomatique russe. Non qu’elle fût absente auparavant (la proximité russo-algérienne demeure importante, notamment du point de vue de l’armement), mais la prise en compte d’un ensemble arabe dans le regard de la Russie sur le monde semble gagner du terrain, comme en témoigne l’activité du Conseil d’affaires russo-arabe initié justement par Evgueni Primakov.

Du marxisme à la géopolitique : le renouveau intellectuel des années 1990

  • 3 Pour les eurasistes, la Russie n’est pas tant occidentale (opposition aux occidentalistes) ou slave (...)
  • 4 Entretien accordé à l’un des auteurs le 10 avril 2016.

20Avant de commenter les discours et les documents officiels récents, il faut rappeler le tournant intellectuel connu par la Russie dans les années 1990. Le terme « renouveau » doit être ici compris dans son acception première (retour) puisque les travaux dont il est question s’inspirent largement d’idées qui remontent au début du xxe siècle. En grande partie à travers la résurgence des thèses eurasistes3, d’un « néo-eurasisme » (Laruelle, 2007) porté notamment par Alexandre Douguine, la géopolitique s’impose dans les débats intellectuels et devient incontournable après avoir été maltraitée par le pouvoir soviétique. Elle ne s’impose pas seulement comme science, mais comme idéologie, comme une réponse à la crise méthodologique consécutive au désintérêt pour les thèses marxistes (Mitrofanova, 2012). La géopolitique se substitue ainsi au marxisme et une identité soviétique définie temporellement (avant-garde de l’histoire) laisse la place à une identité postsoviétique définie géographiquement (Clowes, 2011), c’est-à-dire en référence à un cadre spatial. Georges Nivat va jusqu’à évoquer un rêve de destruction de l’histoire « au profit de la géographie, de l’espace, un espace qui différencie à jamais la Russie eurasienne de l’Europe des petits cantons » (Nivat, 2007 : 35). Alexandre Douguine lui-même évoque une sous-estimation du facteur géographique par la philosophie de l’histoire (de Hegel à Marx4), et donc un besoin d’y remédier.

21Cette géopolitique qui émerge en Russie dans les années 1990 est une géopolitique civilisationnelle. La géopolitique eurasiste d’Alexandre Douguine revendique ainsi les notions d’« empire » et de « civilisation » et rejette l’idée nationale (au même titre que le libéralisme et la modernité). Elle propose une grille de lecture géographique à plus d’un titre : d’un côté, une opposition stratégique entre puissances maritimes (héritières d’Athènes) et puissances terrestres (héritières de Sparte) ; de l’autre, un monde composé de grands ensembles culturels, dont un ensemble eurasiatique ayant pour cœur la Russie. Nous ne sommes pas très loin de l’obsession civilisationnelle de Samuel Huntington (Huntington, 1996), qui rencontre d’ailleurs un certain succès en Russie, en dépit du différend politique avec les États-Unis.

La géographie dans le discours officiel russe

22Lier la géopolitique civilisationnelle exposée plus haut à la politique étrangère de Vladimir Poutine peut sembler contre-intuitif. La promotion constante par cette dernière de la souveraineté nationale des États peut sembler incompatible avec le rêve (prémoderne ou postmoderne) d’un monde fait de grands empires. Le discours eurasiste permet néanmoins d’encourager la coexistence de diverses composantes dans un grand ensemble multinational comme la Russie, ce qui peut constituer un atout pour le pouvoir russe. Mais qu’en est-il de la proximité réelle entre ce dernier et le courant eurasiste ? En dépit des rumeurs, Alexandre Douguine nie lui-même toute proximité avec le président russe, se présentant comme un simple inspirateur. Comme un acteur métapolitique. Andreï Gratchev n’hésite pas, quant à lui, à présenter l’influence eurasiste dans ces termes : Vladimir Poutine aurait été « américain » en 2001, « européen » en 2003 (contre la guerre en Irak, aux côtés de Paris et de Berlin) et « eurasien » aujourd’hui (Gratchev, 2013 : 112).

  • 5 Conférence sur la politique de sécurité, 10 février 2007.
  • 6 Document de doctrine validé par le président Poutine, mis à jour le 30 novembre 2016. Version angla (...)

23Refusant les idéologies (au nom du « pragmatisme ») et réfutant la logique des blocs et des alliances, la Russie actuelle semble bien avoir fait le choix, du moins partiellement, d’une lecture civilisationnelle du monde. Nous serions ainsi passés de l’histoire à la géographie (Nivat), du temps à l’espace (Clowes), du marxisme à la géopolitique (Mitrofanova), de la bipolarité à la multipolarité et des idéologies aux civilisations. Dans son discours de 2007 à Munich, Vladimir Poutine évoque le fameux « dialogue des civilisations5 » (censé contrer le « choc des civilisations » de Samuel Huntington). Dans le « Concept » de la politique extérieure de la Fédération de Russie de 20136, l’idée de civilisation revient d’ailleurs à quatorze reprises et elle est utilisée pour expliquer les soulèvements dans le monde arabe.

24Dans ce document de doctrine, nous avons voulu identifier les partis pris géographiques. La sécurité mondiale est appréhendée à travers trois méga-ensembles : une région « euro-atlantique », une région eurasiatique et une région dite « Asie-Pacifique ». L’économie mondiale est traitée à la fois sous l’angle de la cohérence géographique (Union eurasiatique) et sous l’angle du réseau international dépourvu de cohérence géographique (les « BRICS » : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Quant aux priorités régionales identifiées comme telles, elles semblent respecter une certaine cohérence géographique : le Moyen-Orient (associé à l’Afrique du Nord, selon la formule anglo-saxonne MENA [Middle East and North Africa]) arrive loin derrière la Communauté des États indépendants (CEI), la région « euro-atlantique », l’Union européenne ou encore l’Asie du Sud-Est. Absente du document de 2013, la Syrie est évoquée dans un article distinct dans celui de 2016. Au sein du Moyen-Orient, le « Concept » identifie trois dossiers prioritaires : le conflit israélo-palestinien, la coopération avec l’Iran et la coopération avec la Syrie. L’intégration de cette dernière au document de 2016 n’est pas tout à fait un détail : elle révèle son statut, pour la Russie, d’enjeu majeur des rapports de force internationaux, ce que confirme l’intervention militaire de l’automne 2015.

25Le Moyen-Orient qui nous occupe ici mérite d’être défini à la fois géographiquement (de l’Égypte à l’Iran, en passant par la Turquie, le Proche-Orient et le golfe Persique) et politiquement : une région traversée par des rapports de force géopolitiques bien précis, des conflits armés (en Syrie, en Irak, au Yémen), des menaces et dans laquelle la Russie joue un rôle actif en participant à ces rapports de force et à ces conflits armés et en proposant une réponse à ces menaces.

3. Lecture géographique de l’action politique de la Russie au Moyen Orient

26L’analyse comparée de la géographie de la politique étrangère russe au Moyen-Orient et de la géographie des relations fonctionnelles de la Russie avec cette partie du monde montre qu’il existe un contraste évident entre ces deux registres. On observe une augmentation/intensification des relations politiques depuis le début des années 2000 mais les relations fonctionnelles demeurent marginales.

Une intensification des relations politiques depuis les années 2000

27Le nombre de visites d’État au plus haut niveau est un bon indicateur des priorités d’un pays en politique étrangère. Dans cette section, on n’observe que les visites bilatérales car les réunions multilatérales ne sont pas révélatrices de l’intensité de la relation entre deux pays. Nous avons compté les visites de chefs d’États dans les deux sens entre la Russie et les pays du Moyen-Orient depuis 2000. Ce faisant, nous nous interrogeons sur la politique étrangère russe et nous voulons aussi montrer le poids du Kremlin dans cette politique et l’évolution du volontarisme présidentiel : nous pouvons établir ici une corrélation entre l’augmentation des visites présidentielles et celle de la présence russe sur la scène internationale (notamment le Moyen-Orient). Nous avons aussi une « verticale du pouvoir » qui touche le domaine de la politique étrangère (par opposition à une décennie 1990 où la fabrique de la politique étrangère était dispersée entre plusieurs acteurs). Nous n’observons pas ici les voyages des ministres des Affaires étrangères car nous estimons que les voyages de ceux-ci sont souvent associés à des crises, alors que les visites présidentielles symbolisent surtout la force d’une relation bilatérale existante ou à construire.

28L’observation de ces voyages permet de faire plusieurs remarques. Premièrement, le président russe ne se rend pas au Moyen-Orient entre 2000 et 2003 et le nombre de visites augmente à partir de 2004. L’année 2007 est une année importante car le président russe se rend dans 6 pays de la région (Turquie, Iran, Jordanie, Arabie saoudite, Qatar, Émirats arabes unis). Plus généralement, il y a eu 28 visites présidentielles russes au Moyen-Orient entre 2000 et 2017 et c’est après 2010 qu’elles ont été les plus nombreuses. Il y a donc bien une tendance. On observe la même tendance dans le sens inverse aussi avec 15 visites d’États de dirigeants du Moyen-Orient en Russie après 2010 sur un total de 23 depuis 2000. Deuxièmement, on peut distinguer trois types de pays : ceux où les présidents russes se rendent mais dont les dirigeants ne se rendent pas en Russie (Iran, Israël, Jordanie, Palestine) ; ceux dont les dirigeants viennent en Russie mais où les présidents russes ne se rendent pas (Koweït, Bahreïn) ; ceux enfin avec lesquels on observe des échanges de visites (Turquie, Syrie, Émirats arabes unis, Égypte). Troisièmement, les pays où les présidents russes se sont le plus rendus en visite d’État sont la Turquie (un tiers des visites), l’Égypte, l’Iran et la Jordanie. Inversement, les visites d’État en Russie viennent principalement des Émirats arabes unis, de la Syrie, de l’Égypte et de Bahreïn.

Voyages officiels des présidents russes dans les pays du Moyen-Orient**

Voyages officiels des présidents russes dans les pays du Moyen-Orient**

Source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, 2018

* EAU = Émirats arabes unis
** Pas de voyage officiel de 2000 à 2004

Voyages officiels des dirigeants moyen-orientaux en Russie **

Voyages officiels des dirigeants moyen-orientaux en Russie **

Source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, 2018

* EAU = Émirats arabes unis
** Il y a eu un voyage du Président égyptien en Russie en 2001

29La carte des traités internationaux et des accords bilatéraux est très contrastée et mérite rien qu’à ce titre d’être analysée. Au-delà des visites d’États qui sont souvent très médiatisées, les traités internationaux sont le témoignage d’une volonté d’établir des relations durables parmi les dirigeants de pays signataires. Les accords sectoriels sont également dignes d’intérêt car ils constituent un cadre qui permet d’entretenir des relations continues sur le temps long. La Russie a signé de nombreux accords sectoriels avec les pays de la région : 27 avec Israël, 21 avec les Émirats arabes unis, 15 avec la Palestine et avec Bahreïn, 13 avec le Qatar, 9 avec le Koweït, 6 avec Oman et 5 avec l’Égypte. On peut s’étonner de l’absence de pays aussi importants que la Turquie, qui est le pays le plus souvent visité par les présidents russes dans la région, ou bien l’Iran qui joue un rôle de plus en plus important. Parallèlement, des accords bilatéraux de protection des investissements ont été signés avec plusieurs pays (Bahreïn, Égypte, Émirats arabes unis, Iran, Jordanie, Liban, Palestine, Qatar, Syrie, Turquie, Yémen).

Les traités et accords bilatéraux signés par la Russie avec les pays du Moyen-Orient

Pays signataire

Traité international

Accord sectoriel

Bahreïn

15

Égypte

1

 5

Émirats arabes unis

21

Israël

1

27

Koweït

 9

Oman

 6

Palestine

15

Qatar

13

Source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, 2018

Part dans les exports d’armes de la Russie en 2016 (%)

Part dans les exports d’armes de la Russie en 2016 (%)

Source : SIPRI, 2018. Moyennes pour la période 2012‑2016.

  • 7 CHELEM (Comptes Harmonisés sur les Échanges et L’Économie Mondiale), CEPII (Centre d’Études Prospec (...)
  • 8 Stockholm International Peace Research Institute.

30Les ventes d’armes sont aussi un traceur de l’engagement politique d’un pays dans telle ou telle relation bilatérale ou dans telle ou telle région du monde. La géographie de ces ventes est en effet nécessairement conforme à des priorités définies par le pouvoir politique. De ce point de vue, les chiffres donnent quelques éclairages. Selon la base de données du commerce international du CHELEM7, la part du Proche et du Moyen-Orient dans les exportations d’armes de la Russie est négligeable, généralement proche de 0 % (presque 3 % en 2000 et en 2014 mais ces deux années sont exceptionnelles). La base de données du SIPRI8 donne des chiffres sans doute plus robustes mais elle confirme la part très faible du Moyen-Orient, loin derrière certains grands marchés traditionnels (Asie de l’Est et du Sud). L’inclusion de l’Afrique du Nord eût évidemment changé la donne, puisque l’Algérie tient une place centrale. En revanche, la Russie figure parmi les principaux fournisseurs d’armes de certains pays du Moyen-Orient : environ 90 % pour la Syrie et l’Iran et presque 25 % pour l’Irak.

Des relations fonctionnelles faibles, voire marginales, sauf exception

31Les relations fonctionnelles de la Russie avec les pays du Moyen-Orient ne sont en général pas à la hauteur de la relation politique. Dans la plupart des domaines, les échanges sont faibles, voire marginaux. Le Moyen-Orient est un partenaire commercial très secondaire de la Russie, tant pour les exportations que pour les importations, même si on observe une tendance à la hausse depuis la deuxième moitié des années 2000, loin derrière l’Europe et l’Asie orientale. D’après les données fournies par la Banque mondiale, l’ensemble régional Moyen-Orient – Afrique du Nord n’a absorbé que 6,5 % des exportations russes en 2016 (4 % en moyenne annuelle depuis 2010) et n’a fourni que 1,4 % des importations russes en 2016 (1,2 % en moyenne annuelle). Dans la région Moyen-Orient, les principaux partenaires sont la Turquie et l’Égypte. Dans l’autre sens, la Russie n’est un partenaire commercial notable que pour la Turquie (8 % des importations, mais seulement 1,5 % des exportations turques en 2016), mais on observe un déclin des échanges commerciaux dans les deux sens depuis l’éclatement de la crise de 2008. Les liens sont sensiblement plus faibles pour l’Égypte, bien qu’ils croissent depuis 2000, et ils sont marginaux pour l’Iran (effondrement des importations iraniennes depuis la Russie depuis 2000). Enfin, Israël apparaît aussi comme un partenaire commercial secondaire qui n’absorbe que 0,6 % des exportations russes en 2016 et qui est à l’origine de seulement 0,4 % des importations russes de la même année, avec des flux en valeur très fluctuants d’une année à l’autre et en forte baisse depuis 2012‑2013. Le caractère marginal de ces échanges, qui se vérifie dans l’autre sens également (la Russie représente 1 % des exportations et 1,5 % des importations d’Israël), peut surprendre compte tenu de l’existence d’une population israélienne nombreuse originaire de Russie. Mais cela peut s’expliquer facilement si l’on tient compte de la petite taille d’Israël, tant sur le plan économique que démographique. Ce contraste entre des liens économiques limités et des relations diplomatiques plus approfondies (un traité international bilatéral et deux visites d’État) montre que Moscou traite sa relation avec Israël indépendamment des relations diplomatiques avec les autres acteurs de la région. La question palestinienne, la question syrienne (soutien au régime de Damas, relations diplomatiques étroites avec l’Iran, en plus de la Turquie, pour discuter de l’avenir de la Syrie), l’engagement sur la question iranienne, les relations avec le Hamas et le Hezbollah, etc. sont traités par la Russie indépendamment de la proximité diplomatique avec Israël.

Part dans les exportations de la Russie

Part dans les exportations de la Russie

Source : Banque mondiale, 2018

32Les échanges d’investissements directs étrangers sont faibles également. Le stock d’IDE russes sortants se concentre principalement dans des pays européens, reconnus pour leur législation avantageuse en matière de fiscalité et d’activité bancaire (Chypre atteint les 35 % en décembre 2016). La première destination des IDE russes en stock au Moyen-Orient est la Turquie qui ne vient qu’en 9e position derrière le Royaume-Uni et devant les États-Unis, avec seulement 2,1 % du stock total. Les autres pays de la région viennent loin derrière avec des parts marginales, généralement inférieures à 0,2 % voire 0,1 % du total.

Part dans le stock d’IDE russes sortant

Part dans le stock d’IDE russes sortant

Source : Banque centrale de Russie, 2018

33Les flux de personnes apportent quelques éclairages utiles également. Premièrement, les flux touristiques montrent une relation à la fois dissymétrique et géographiquement concentrée. Les touristes internationaux qui sont entrés en Russie en 2015 venaient principalement des pays de l’ancienne Union soviétique et d’Europe. D’après les statistiques de l’Organisation mondiale du tourisme, le Moyen-Orient a fourni seulement 8 % des entrées en Russie cette année-là, et 6,5 % pour la Turquie à elle seule. En 2017, la Russie a justement décidé d’ouvrir son territoire oriental à 18 nationalités (exemptées de visas) pour encourager le tourisme et les investissements. Cela concerne notamment le Maghreb et le golfe Persique, mais pas l’Égypte. On remarque le même déséquilibre dans l’autre sens. En 2015, 7 % des touristes internationaux de nationalité russe qui sont sortis de Russie sont allés en Turquie, 0,8 % est allé en Israël et moins de 0,1 % dans les autres pays de la région. L’Egypte est une destination importante traditionnellement, mais le flux de touristes russes en direction de ce pays a été inhabituellement bas en 2017 car il a été interrompu par un attentat terroriste contre un avion de touristes russes au-dessus du Sinaï, attentat qui avait d’ailleurs été suivi par une suppression des vols directs vers l’Égypte. Le flux est en train de se reconstituer grâce au rétablissement des vols directs depuis la Russie vers Le Caire dès avril 2018. Le rétablissement des charters vers le littoral de la mer Rouge (notamment Charm el-Cheikh) est envisagé dans une deuxième étape. Deuxièmement, les flux de migrants internationaux entre la Russie et le Moyen-Orient sont très faibles également. Les migrants internationaux qui entrent en Russie chaque année viennent en grande majorité des pays de la CEI (environ 90 % des entrées légales, selon l’office statistique de la Fédération de Russie) ; et plus de 80 % des migrants qui sortent de Russie vont vers les autres pays de la CEI. Troisièmement, les flux d’étudiants internationaux sont négligeables. Moins de 2 % des flux entrants venaient des pays du Moyen-Orient en 2015. Dans le sens inverse, les étudiants russes qui vont étudier à l’étranger choisissent rarement les pays du Moyen-Orient. La principale destination de la région est la Turquie, mais avec moins de 2 % du flux sortant.

34En définitive, nous voyons bien que les relations fonctionnelles entre la Russie et le Moyen-Orient demeurent timides. La place plus grande qu’occupe la Turquie (en matière de commerce et de tourisme, notamment) reflète moins une convergence politique (aujourd’hui établie, mais fluctuante ces dernières années) entre Ankara et Moscou que le poids économique de la Turquie. Dans le domaine énergétique, l’interdépendance entre les deux pays est encore plus palpable. L’Égypte est le deuxième partenaire de la Russie dans la région, avec une relation politique suivie, un traité et des accords bilatéraux, des relations commerciales beaucoup moins développées qu’entre la Russie et la Turquie mais pas négligeables. Là, il est possible de lier cette relation à une convergence politique depuis l’arrivée au pouvoir du maréchal Abdel Fattah al-Sissi (2013‑2014) après le court règne des Frères musulmans. Enfin, l’Iran apparaît assez peu dans ce tableau alors même que Moscou et Téhéran convergent sur le plan géopolitique, notamment dans leur gestion commune du dossier syrien.

4. Pour une lecture géographique des conflits

  • 9 Le journal Le Monde, pour ne prendre que cet exemple, explique une crise politique en Irak en 2014 (...)
  • 10 Chez Jean Gottmann, l’iconographie est un ensemble de symboles (entre autres, religieux) qui permet (...)

35Un regard géographique sur une politique étrangère inclut une identification de la géographie dans le discours, une lecture géographique des priorités politiques et fonctionnelles (réelles ou supposées) et l’usage de grilles de lectures géographiques dans l’étude des rapports de force et des conflits dans lesquels l’acteur en question intervient. Il est difficile, voire impossible, d’observer les conflits en cours dans une région comme le Moyen-Orient sans recourir à une grille de lecture géopolitique et géographique. Il se trouve qu’une géographie culturelle et civilisationnelle est déjà largement utilisée au Moyen-Orient. En effet, hier comme aujourd’hui, de la guerre libanaise (1975‑1990) à l’actuel conflit syrien (depuis 2011), l’obsession confessionnelle est une constante médiatique. Hier, chrétiens contre musulmans ; aujourd’hui, musulmans sunnites contre musulmans chiites9. C’est à une autre géographie que nous nous intéressons ici. La géographie politique française (Gottmann, 1952) permet de mettre l’accent sur des dynamiques géographiques, notamment territoriales, avec la prise en compte de la dimension culturelle (le concept d’« iconographie10 » chez Jean Gottmann, par exemple), plutôt que sur une grille de lecture civilisationnelle. Dans le cas de la Russie, nous avons vu à quel point celle-ci pouvait séduire. Parmi les concepts centraux offerts par cette géographie politique, il nous semble que la dialectique territoire-réseau mérite une attention particulière. Il ne s’agit pas ici de substituer aux grilles de lecture existantes (par exemple celle, classique, du jeu des puissances régionales) une grille de lecture géographique, mais d’utiliser celle-ci comme un cadre d’analyse supplémentaire destiné à affiner et nuancer le propos. Au Moyen-Orient, il existe une superposition de conflits nécessitant une superposition de lectures. Dans le cas de la Russie, notamment dans le conflit syrien, il nous apparaît que la défense de la logique territoriale contre la logique réticulaire est une clé de compréhension importante (Mohammedi, 2016).

  • 11 Dénomination revendiquée par les acteurs concernés eux-mêmes.
  • 12 Là encore, cette appellation est souvent utilisée par les acteurs décrits.
  • 13 Notons ici qu’Ankara s’est en partie appuyée sur les Frères musulmans, au début de l’année 2018 à A (...)

36Avec les soulèvements et les conflits armés qui secouent le Moyen-Orient depuis 2011, nous voyons clairement émerger trois axes géopolitiques principaux. Ces trois axes s’appuient à la fois sur des acteurs étatiques (acteurs territoriaux par excellence) et des acteurs non étatiques (territoriaux ou réticulaires). Le premier axe est dit « axe de la résistance11 ». Appellation essentiellement utilisée contre Israël et son allié américain. Souvent abusivement appelé « axe chiite », il regroupe l’Iran et la Syrie (alliés depuis 1979) et, parmi les principaux acteurs non étatiques (ou para-étatiques), essentiellement le Hezbollah libanais (allié à divers acteurs politiques libanais au premier rang desquels le président Michel Aoun). Le deuxième axe est dit « axe de la modération12 ». Il s’agit essentiellement de l’Arabie saoudite et des Émirats arabes unis. Il se caractérise par une hostilité à l’égard de Téhéran (n’hésitant pas à utiliser contre lui aussi bien la carte sunnite que la carte arabe) et par une grande méfiance à l’égard du troisième. Le mot « modération », utilisé parfois par les premiers concernés, doit être associé ici à une relative bienveillance à l’égard de l’allié américain et d’Israël. Nous avons appelé le troisième « axe islamo-réformateur ». Il s’agit de la Turquie et du Qatar, ainsi que du réseau des Frères musulmans qu’ils soutiennent. D’un théâtre à l’autre, d’un moment à l’autre, nous voyons les rapports de force entre ces trois axes évoluer et se transformer. Dans le conflit syrien, les faits observés permettent d’affirmer que la Russie a servi de puissance tutélaire à « l’axe de la résistance ». Elle a permis ses victoires et elle a réussi à attirer la Turquie, moins encline qu’au début du conflit à faire chuter le pouvoir syrien au profit des réseaux qu’elle parraine. La Turquie donne ainsi l’impression d’avoir été ramenée à la raison territoriale par la Russie. Par ailleurs, bien qu’encline à jouer la carte réticulaire, la Turquie est en même temps bien obligée de revenir à la logique territoriale quand il s’agit de la question kurde13. En Égypte en 2013, Moscou a applaudi le coup d’État soutenu par l’Arabie saoudite à l’encontre du président élu Mohamed Morsi, issu des Frères musulmans, au grand dam de l’axe « islamo-réformateur » mené par Ankara et Doha.

  • 14 Décision de la cour du 14 février 2003 portant sur la « reconnaissance d’un certain nombre d’organi (...)

37La logique de la défense territoriale contre tout ce qui menace la sacro-sainte souveraineté nationale (de l’ingérence aux réseaux, notamment islamistes) est une politique revendiquée par la Russie au-delà même du cas syrien. La carte légitimiste, souverainiste, territoriale et antiréticulaire est la carte qu’a décidé de jouer Moscou dans la région. Cela passe par un soutien apporté aux armées nationales (égyptienne, irakienne, syrienne), par un discours ostensiblement antiterroriste et par une méfiance aiguë vis-à-vis d’un islam politique réticulaire subi dans le passé par Moscou aussi bien à l’extérieur de ses frontières (Afghanistan) qu’à l’intérieur (Tchétchénie). Dès 2003, au lendemain de la prise d’otages du théâtre de Moscou (octobre 2002), la Cour suprême russe avait d’ailleurs désigné un certain nombre de groupes terroristes parmi lesquels les Frères musulmans. Pour la Cour, il s’agirait tout simplement d’une organisation désireuse d’établir une domination islamique à l’échelle mondiale, y compris en Russie, ignorant les frontières14.

  • 15 The Moscow Times, 23 février 2017.

38D’un point de vue géographique, nous pouvons dire que la défense russe de la logique territoriale se fait à deux échelles. À l’échelle syrienne, cela passe par un travail de reconquête aux côtés de l’armée régulière et par une maîtrise de la géographie militaire syrienne. Mieux, nous pouvons dire que la Russie a réussi en Syrie ce qu’elle a échoué à faire en Afghanistan. Par exemple, à sécuriser la frontière turco-syrienne tandis que l’armée soviétique n’a jamais réussi à sécuriser la frontière entre l’Afghanistan et le Pakistan (Sidos, 2012). À l’échelle russe, la défense de la logique territoriale contre les réseaux s’apparente à une autodéfense. Cela passe par une volonté de neutraliser les combattants de nationalité russe, estimés à 4 000 par le Président russe en février 201715, que le gouvernement russe ne souhaite pas sur son territoire (Caucase du Nord).

Conclusions : la géographie plurielle d’une politique étrangère plurielle

39Sans offrir un tableau exhaustif, et en laissant de côté des dossiers qui méritaient à eux seuls de longs développements (les questions énergétiques, par exemple), y compris sous l’angle que nous proposons, nous amorçons ici une méthode qui méritera d’être approfondie. Lire géographiquement une politique étrangère de son élaboration (voire, de son inconscient) à son déploiement, de sa dimension politique à sa dimension fonctionnelle, des relations bilatérales aux conflits multidimensionnels, afin de la saisir dans sa complexité.

40Cette complexité ne permet évidemment pas d’arriver par magie à une cartographie claire de la politique étrangère russe au Moyen-Orient. La carte de l’action diplomatique, la carte des relations fonctionnelles et la carte des lectures géopolitiques dans un contexte de conflit ne sont pas les mêmes. La Russie entend faire preuve d’activisme et dialoguer avec tout le monde (en témoignent les visites à Moscou du roi saoudien en octobre 2017 et de l’émir du Qatar en mars 2018), à l’exception des acteurs qualifiés de terroristes à cause de leur dimension réticulaire. Sur le plan économique, les relations avec cette région du monde demeurent faibles, même si la Russie entend bénéficier des marchés turc et égyptien. Enfin, pour ce qui est des rapports de force géopolitiques, la Russie entend jouer le rôle de garant de la logique territoriale.

41Nous pouvons ainsi parler d’une politique étrangère compartimentée. Chaque sphère semble plus ou moins protégée des autres. Mais c’est précisément là où la Russie a multiplié les victoires qu’elle est vulnérable : dans la sphère des rapports de force et des conflits. Un conflit opposant Israël et « l’axe de la résistance », soutenu par Moscou en Syrie, risque bien de fissurer ce compartimentage soigneusement entretenu.

Haut de page

Bibliographie

Ball M., “Bloc voting in the General Assembly”. International Organization, vol. 5, no 1, 1951, p. 3‑31.

Beauguitte, L., « L’Assemblée Générale de l’Organisation des Nations unies de 1985 à nos jours », L’Espace Géographique, vol. 39, no 3, 2010, p. 276‑282.

Bowman I., The New World, Problems in Political Geography, New York, World Book Company, 1921.

Clowes E. W., Russia on the Edge: Imagined Geographies and Post-Soviet Identity, Ithaca, Cornell University Press, 2011.

Delanoë I., « Le retour de la Russie en Méditerranée », Cahiers de la Méditerranée, no 89, 2014, p. 23‑35.

Foucher M., La Bataille des cartes, Bourin Éditeur, Paris, 2010.

Gottmann J., La politique des États et leur géographie, Paris, Armand Colin, 1952.

Gottmann J., “Geography and international relations”, World Politics, vol. 3, no 2, 1951, p. 153‑173.

Gratchev A., « D’ouest en est : les ambitions eurasiennes de Vladimir Poutine », Badie B. et Vidal D. (dir.), L’état du monde 2014, Puissances d’hier et de demain, Paris, La Découverte, 2013, p. 109‑117.

Alan K. Henrikson, “Distance and Foreign Policy: A Political Geography Approach”, International Political Science Review, vol. 23, no 4, 2002, p. 437‑466.

Holloway S., Tomlinson R., “The new world order and the general assembly: Bloc realignment at the UN in the post-cold war world”, Canadian Journal of Political Science/Revue canadienne de science politique, vol. 28, no 2, 1995, p. 227‑254.

Huntington S., The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, New York, Simon & Schuster, 1996.

Kim S.Y., Russett B., “The new politics of voting alignments in the United Nations General Assembly”, International Organization, vol. 50, no 4, 1996, p. 629‑652.

Kolosov V., Geopoliticheskoe polojenie Rossii : predstavleniia i real’nost’ (La Situation géopolitique de la Russie : représentations et réalité), Moscou, Art-Kourier, 2000.

Kolosov V., O’Loughlin J., Ó Tuathail G., “Russian geopolitical storylines and public opinion in the wake of 9‑11”, Communist and Post-Communist Studies, vol. 37, no 3, 2004, p. 281‑318.

Lacoste Y., Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1993.

Laruelle M., La quête d’une identité impériale. Le néo-eurasisme dans la Russie contemporaine, Paris, PETRA, 2007.

Mitrofanova A., « La géopolitique dans la Russie contemporaine », Hérodote, no 146‑147, 2012, p. 183‑192.

Mohammedi A., « Moscou, garant de la logique territoriale face aux réseaux au Moyen-Orient ? », Études internationales, vol. 47, no 2‑3, 2016, p. 197‑218.

Nivat G., « Les paradoxes de l’“affirmation eurasienne” », Esprit, no 338, 2007, p. 118‑135.

Ó Tuathail G., Critical Geopolitics, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1996.

Pounds N., Political geography, New York, McGraw-Hill, 1963.

Richard Y., Van Hamme G., « L’Union européenne, un acteur des relations internationales : Étude géographique de l’actorness européenne », vol. 42, no 1, 2013, p. 15‑31.

Rosière S., Géographie politique et géopolitique : une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses, 2003.

Sidos p., « La contre-insurrection soviétique en Afghanistan (1979‑1989) », Stratégique, no 100‑101, 2012, p. 137‑170.

Spykman N. J., “Geography and Foreign Policy”, The American Political Science Review, vol. 32, no 1, 1938, p. 28‑50.

Therme C., « La Russie au Moyen-Orient : entre enjeux géopolitiques et intérêts économiques », Géoéconomie, no 76, 2015, p. 95‑108.

Voeten E., “Clashes in the Assembly”, International Organization, vol. 54, no 2, 2000, p. 185‑215.

Haut de page

Notes

1 Ministère russe des Affaires étrangères.

2 Résultat des recherches concernant les différentes formules en langue russe sur les sites indiqués.

3 Pour les eurasistes, la Russie n’est pas tant occidentale (opposition aux occidentalistes) ou slave (opposition aux slavophiles) qu’asiatique (touranienne). L’un des plus illustres représentants de l’eurasisme n’est autre que le prince Nicolaï Troubetzkoï (1890‑1938), linguiste de renom. Troubetzkoï est à l’origine du concept d’ « alliance linguistique » par lequel il relie des langues différentes du point de vue de leur origine en s’appuyant sur la proximité géographique.

4 Entretien accordé à l’un des auteurs le 10 avril 2016.

5 Conférence sur la politique de sécurité, 10 février 2007.

6 Document de doctrine validé par le président Poutine, mis à jour le 30 novembre 2016. Version anglaise disponible à l’adresse : http://www.mid.ru/en/foreign_policy/official_documents/-/asset_publisher/CptICkB6BZ29/content/id/2542248.

7 CHELEM (Comptes Harmonisés sur les Échanges et L’Économie Mondiale), CEPII (Centre d’Études Prospectives et d’Informations Internationales), 2018.

8 Stockholm International Peace Research Institute.

9 Le journal Le Monde, pour ne prendre que cet exemple, explique une crise politique en Irak en 2014 par un article intitulé « Quelles sont les différences entre sunnites et chiites ? » (20 juin 2014) et une crise diplomatique irano-saoudienne en 2016 par un article intitulé « Qu’est-ce qui oppose les sunnites et les chiites ? » (8 janvier 2016).

10 Chez Jean Gottmann, l’iconographie est un ensemble de symboles (entre autres, religieux) qui permet la résistance au mouvement, le cloisonnement de l’espace, donc l’émergence de territoires (produits du cloisonnement de l’espace).

11 Dénomination revendiquée par les acteurs concernés eux-mêmes.

12 Là encore, cette appellation est souvent utilisée par les acteurs décrits.

13 Notons ici qu’Ankara s’est en partie appuyée sur les Frères musulmans, au début de l’année 2018 à Afrin (nord-ouest de la Syrie), pour contrer les combattants kurdes. Nous pouvons parler ainsi d’un usage de la logique réticulaire au service de la logique territoriale.

14 Décision de la cour du 14 février 2003 portant sur la « reconnaissance d’un certain nombre d’organisations terroristes étrangères ». Le texte entier en russe est disponible sur le site Religare. URL : http://www.religare.ru/2_5347.html.

15 The Moscow Times, 23 février 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Voyages officiels des présidents russes dans les pays du Moyen-Orient**
Crédits Source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, 2018
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/746/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Voyages officiels des dirigeants moyen-orientaux en Russie **
Crédits Source : Ministère des Affaires étrangères de la Fédération de Russie, 2018
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/746/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Part dans les exports d’armes de la Russie en 2016 (%)
Crédits Source : SIPRI, 2018. Moyennes pour la période 2012‑2016.
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/746/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Part dans les exportations de la Russie
Crédits Source : Banque mondiale, 2018
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/746/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Part dans le stock d’IDE russes sortant
Crédits Source : Banque centrale de Russie, 2018
URL http://journals.openedition.org/anatoli/docannexe/image/746/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adlene Mohammedi et Yann Richard, « Un regard géographique sur une politique étrangère : l’exemple de la Russie au Moyen-Orient sous Vladimir Poutine »Anatoli, 9 | 2018, 191—211.

Référence électronique

Adlene Mohammedi et Yann Richard, « Un regard géographique sur une politique étrangère : l’exemple de la Russie au Moyen-Orient sous Vladimir Poutine »Anatoli [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/746 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.746

Haut de page

Auteurs

Adlene Mohammedi

Docteur en géographie politique de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR Prodig. Diplômé en géopolitique, en histoire contemporaine et en droit international public. Auteur d’une thèse, soutenue en décembre 2017, sur la politique arabe de la Russie postsoviétique sous la direction du Pr Yann Richard : « La politique arabe de la Russie postsoviétique : Approche géographique et géopolitique d’une politique étrangère ».

Yann Richard

Docteur en géographie, professeur de géographie à l’université Panthéon-Sorbonne et membre de l’UMR Prodig. Spécialiste de l’Union européenne, de l’Europe orientale et des processus de régionalisation et d’intégration régionale dans le monde, avec des approches de géopolitique et de géographie politique. Il a écrit, coécrit et codirigé de nombreux articles et plusieurs livres sur ces thèmes : La Biélorussie. Une géographie historique (Paris, L’Harmattan, collection Géographie et cultures 2002) ; Atlas de la Grande Europe (Paris, Autrement, 2013), avec Pierre Beckouche ; La régionalisation du monde (Paris, Tunis, Karthala-IRMC, 2013), codirigé avec Alia Gana ; Atlas de l’Europe dans le monde (Paris, Montpellier, La documentation française, Reclus, 2009), codirigé avec Clarisse Didelon et Claude Grasland.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search