Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Quatrième partie. Varia et notes ...Notes de lectureBilhan Kartal et Ural Manço, Bekl...

Quatrième partie. Varia et notes de lecture
Notes de lecture

Bilhan Kartal et Ural Manço, Beklenmeyen Misafirler, Suriyeli Sıınmacılar Penceresinden Türkiye Toplumunun Gelece i (Les invités inattendus : du prisme des réfugiés syriens, l’avenir de la société turque)

Londres, Transnational Press London, 2018, 321 p.
Faruk Bilici
p. 217-218
Référence(s) :

Londres, Transnational Press London, 2018, 321 p.

Texte intégral

1L’annexion de la Crimée en 1783, le traité de Berlin de 1878, les guerres balkaniques, la Première Guerre mondiale et l’échange de populations entre la Grèce et la Turquie entre 1923 et 1926, avaient provoqué de grands exodes de populations des anciennes provinces ottomanes vers le territoire anatolien. Mais avec la guerre en Syrie en 2011, c’est pour la première fois depuis 1926 que le territoire turc devient le théâtre d’une arrivée aussi massive que soudaine de migrants-réfugiés d’un autre pays. Selon les statiques officielles turques à la fin de 2017, vivaient en Turquie 3 381 000 migrants-réfugiés syriens (4,2 % de la population totale) dont plus d’un demi-million à Istanbul (3,63 % de la population totale). La grande métropole est suivie par Şanliurfa qui compte 464 961 réfugiés, puis Hatay avec 457 106 Syriens et Gaziantep qui accueille pour sa part 350 067 réfugiés.

2C’est sur ce phénomène de réfugiés syriens que l’ouvrage cité consacre 14 contributions importantes sous la plume de 16 chercheurs venant des différentes disciplines scientifiques (sociologie, géographie, relations internationales, communication, droit) et des universités turques, mais aussi de Regent’s University London (Ibrahim Sirkeci). Dirigé par deux spécialistes des migrations (Bilhan Kartal et Ural Manço), l’ouvrage se penche sur des problématiques fondamentales concernant l’avenir des migrants syriens et de leur position sociale, économique et juridique à l’intérieur ou en marge de la société turque. Plus généralement, les phénomènes d’intégration, de socialisation, mais aussi de rejet, de racisme, de violence et d’exploitation des migrants syriens ont fait l’objet de la part des chercheurs des études s’appuyant sur l’observation et les enquêtes sociologiques de terrain. Plus précisément les auteurs tentent d’analyser l’impact ethnique, religieux, économique et politique des migrants syriens sur la société turque dans un avenir proche à moyen et à long terme.

3Ainsi, de l’histoire contemporaine des migrations en Turquie (Aslı Şirin Öner), de l’évolution du droit international (Elif Uzun) et national (Cansu Akbaş Demirel), de la démographie (Murat Yüceşahin et Ibrahim Sirkeci), de l’intégration (Bilhan Kartal) ou au contraire de la marginalisation (Yusuf Ekinci, Banu Hülür, Çağlar Deniz), de la participation légale ou illégale au marché du travail (Ulaş Sunata), aux questions relatives aux femmes (Muazzez Harunoğulları) ou encore à l’éducation des enfants syriens (Suna Gülfer Ihlamur-Öner), à l’acceptation ou au rejet de ces migrants syriens par la société turque (Ahmet Koyuncu) en passant par le « droit du voisinage » (Kadir Canatan) un grand nombre de domaines est passé en revue par les auteurs. Naturellement l’aspect le plus spectaculaire et probablement le plus « ironique » de cet ouvrage est l’étude menée par Alaaddin P. Paksoy sur l’attitude « orientalisante » ou encore haineuse d’une partie de la presse turque, discours comparable aux médias d’extrême droite de l’Europe occidentale vis-à-vis des migrants turcs. Surprise par une vague sans précédente d’immigration, la Turquie contemporaine, comme à l’époque ottomane, découvre, si l’on suit cette presse, sa façade orientale et se drape dans une psychologie de pays « civilisé », envahi par une population « orientale », pauvre et mal éduquée. Il est tragi-comique de constater la cohabitation dans certains journaux et réseaux sociaux turcs la condescendance et le mépris vis-à-vis des migrants syriens en Turquie, et l’« islamophobie » et la discrimination dont les migrants turcs font l’objet dans certains presses et réseaux sociaux européens.

4Cet ouvrage se termine avec un chapitre conclusif rédigé par Ural Manço. Connu par ses travaux sur l’immigration turque et la présence de l’Islam turc en Europe occidentale, U. Manço souligne le caractère très jeune de la majorité des migrants syriens en Turquie (47,4 % moins de 18 ans) et la très grande probabilité du « non-retour » à leur pays d’origine, ce même constat fait pour les migrants en général dans le monde.

5Si l’on croit à la conclusion des auteurs, la migration syrienne en Turquie est un facteur puissant de changement et de mobilité de la société turque obligeant les pouvoirs publics à des réajustements juridiques, sociaux, économiques, sécuritaires et démographiques. Le grand risque c’est que cette population importante soit également un instrument de chantage à la fois dans la question syrienne, mais aussi dans les relations conflictuelles de la Turquie avec l’Union européenne.

6Cet ouvrage novateur consacré à cette question des migrants syriens en Turquie aurait pu certainement avoir une audience internationale plus grande auprès des chercheurs et des décideurs en matière des réfugiés et des migrants si les chapitres étaient dotés au moins d’un résumé en anglais ou en français. Il faut espérer qu’il soit traduit ou réécrit dans une de ces langues pour connaître l’impact qu’il mérite. En tout cas, sa parution au cours de la même année que ce numéro d’Anatoli consacré à l’immigration montre l’intérêt que le monde scientifique attache aux phénomènes migratoires politiques, économiques et écologiques en Turquie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Faruk Bilici, « Bilhan Kartal et Ural Manço, Beklenmeyen Misafirler, Suriyeli Sıınmacılar Penceresinden Türkiye Toplumunun Gelece i (Les invités inattendus : du prisme des réfugiés syriens, l’avenir de la société turque) »Anatoli, 9 | 2018, 217-218.

Référence électronique

Faruk Bilici, « Bilhan Kartal et Ural Manço, Beklenmeyen Misafirler, Suriyeli Sıınmacılar Penceresinden Türkiye Toplumunun Gelece i (Les invités inattendus : du prisme des réfugiés syriens, l’avenir de la société turque) »Anatoli [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/792 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.792

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search