Navigation – Plan du site

AccueilNuméros9Quatrième partie. Varia et notes ...Notes de lectureCatherine Wihtol de Wenden, La qu...

Quatrième partie. Varia et notes de lecture
Notes de lecture

Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au xxie siècle : migrants, réfugiés et relations internationales

Paris, Presses de Sciences Po, 2017 (3e édition entièrement actualisée)
Ali Kazancıgil
p. 221-223
Référence(s) :

Paris, Presses de Sciences Po, 2017 (3e édition entièrement actualisée)

Texte intégral

1Il existe une littérature abondante sur les migrations internationales, stimulée par l’ampleur prise par ces dernières, surtout depuis les années 1980 : dans la période actuelle, environ un milliard de d’habitants de la planète sont en mouvement, dans le cadre de ce que l’auteure qualifie de « mondialisations contradictoires ». Les évolutions actuelles, dans les domaines économique, démographique, économique et climatique laissent entrevoir la continuation et, dans certains cas, l’augmentation de ces migrations.

2La particularité qui distingue et fait l’intérêt de l’ouvrage de C. Wihtol de Wenden, Directrice de recherche émérite au CNRS et au Centre de recherches internationales (CERI-)Sciences Po, est d’analyser et de théoriser leur inscription dans les relations internationales, de même que leurs retombées sur la souveraineté, la citoyenneté et la diplomatie, au niveau des États – nation.

3Les problèmes que soulève cette mobilité internationale s’inscrivent dans la longue durée, à l’instar des facteurs politiques, économiques, sociaux, démographiques et climatiques, qui les provoquent. Les migrations, qui sont devenues une des questions prioritaires des relations internationales, en tant que source de conflits dans le monde de plus en plus interdépendant, suscitent de nombreux sommets, traités, accords. Cependant, le sujet n’est jamais frontalement abordé lors des réunions des principales puissances économiques (G8), ou des grands sommets mondiaux des relations internationales.

4Avec les migrants, l’ordre politique interne du pays d’accueil et l’ordre politique externe se trouvent mêlés, à cause des questions de sécurité et de diplomatie qu’ils posent. Et les pays de départ commencent à mener une diplomatie liée aux migrations. Les migrations ont des effets importants sur les deux piliers des systèmes politiques interne et international : la souveraineté (l’État) et la citoyenneté (la nation). L’immigration interroge la souveraineté nationale par la remise en cause de la notion de frontière. Les nouvelles formes de mobilité, les réseaux et acteurs transnationaux, mettent en cause le rôle de l’État-nation en tant que la communauté de base du système international, de même que sa fonction de cadre politique interne le plus significatif dans les sociétés devenues très cosmopolitiques.

5L’immigration questionne aussi la citoyenneté de diverses manières : lorsque les étrangers disposent du droit de voter dans leur pays d’accueil à l’échelon local, ou dans leur pays d’origine, l’immigration contribue à dissocier la citoyenneté de la nationalité, parce que les cas de double nationalité se multiplient, de nouvelles valeurs apparaissent qui se situent au-delà du cadre national, de nouvelles catégories politiques fondées sur des éléments ethniques ou religieux.

6Ce livre redéfinit la place des migrations dans un monde à la fois interdépendant et contradictoire : notamment, les grandes démocraties, qui se réclament du libéralisme économique, affichent des politiques sécuritaires et violent les droits de l’homme.

7Les analyses des migrations du point de vue des relations internationales s’articulent autour de trois thèmes : l’État-nation face aux migrations ; la citoyenneté questionnée sous différentes formes ; les enjeux globaux et leurs incidences sur la gouvernance mondiale des migrations.

8La migration est l’une des principales causes de transformation du monde dans lequel nous vivons ; elle en est aussi une conséquence. Mais, il y a des contradictions entre la réalité de ces flux et le contexte institutionnel. Pour le PNUD (Programme des Nations unies pour le développement), la mobilité est un facteur essentiel du développement humain ; pourtant, les deux-tiers de la population mondiale ne peuvent pas circuler librement et la mise en place d’une gouvernance mondiale des migrations n’a toujours pas abouti. Dans beaucoup de régions du monde, les migrations ont contribué au développement des populations restées sur place, tout en provoquant des problèmes dans les pays de départ.

9La maîtrise de la mobilité compatible avec un humanisme contemporain est complexe. En 2006, le secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan avait lancé l’adoption d’une approche « Gagnante-gagnante », dans le domaine des migrations. Mais les relations entre les migrations et le développement restent confuses. Il existe déjà des éléments d’une gouvernance mondiale des migrations, comme la convention de Genève de 1951, la convention des Nations unies sur les droits des travailleurs migrants de 1990 et la Convention de l’OIT de 1997, qui constituent des éléments vers la mise en place d’une gouvernance des migrations internationales.

10Avec l’immigration, la nation n’est plus la communauté de base du système international dans des sociétés devenues multiculturelles ; l’identité politique doit être repensée face à la mobilité et la coprésence, ici et là-bas. L’individu revient sur la scène internationale par le bas. L’hybridation des sociétés et les citoyennetés multiples se développent, dans un monde liquide.

11Cet excellent ouvrage est très précieux pour comprendre les enjeux contemporains de la question migratoire, qui est devenue une dimension centrale des relations internationales contemporaines. De plus, il est important de le lire, pour mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons et, aussi, pour s’immuniser contre la montée en puissance dans plusieurs pays d’immigration, des populismes et des idéologies essentialistes, qui exploitent la question migratoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ali Kazancıgil, « Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au xxie siècle : migrants, réfugiés et relations internationales »Anatoli, 9 | 2018, 221-223.

Référence électronique

Ali Kazancıgil, « Catherine Wihtol de Wenden, La question migratoire au xxie siècle : migrants, réfugiés et relations internationales »Anatoli [En ligne], 9 | 2018, mis en ligne le 05 décembre 2020, consulté le 01 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/anatoli/807 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoli.807

Haut de page

Auteur

Ali Kazancıgil

Codirecteur de la revue Anatoli.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search