Skip to navigation – Site map

HomeNumérosXXVIIIn memoriam Aksel TibetAksel Tibel à l’IFEA

In memoriam Aksel Tibet

Aksel Tibel à l’IFEA

Jean-François Pérouse
p. 3-4

Full text

1Comme l’a si finement souligné son ami Aykut Köksal dans un beau texte1 in memoriam publié sur le site Mimarizm le 3 février 2019, soit très peu de temps après son décès, Aksel était une personnalité aux ressources, talents et facettes multiples. Je me contenterai ici d’évoquer son versant « IFEA », lui-même pluriel d’ailleurs, et tout spécialement les dernières années de celui-ci correspondant à celles où j’étais en fonction.

2Officiellement – et selon les termes de son contrat quand Jean-Louis Bacqué-Grammont eut la perspicacité heureuse de le recruter en 1990 –, Aksel était « Secrétaire des publications », remarquable par son sérieux et sa minutie légendaires. Des publications qui n’étaient pas qu’archéologiques (la revue Anatolia Antiqua et, plus tard, les volumes des Rencontres de l’IFEA), il faut le souligner, puisqu’Aksel s’est aussi occupé d’Anatolia Moderna (aussi lancée par Jean-Louis Bacqué Grammont), de la collection « Varia Anatolica » et de certaines livraisons des « dossiers de l’IFEA-Turquie d’Aujourd’hui », collection lancée par Paul Dumont (directeur de 1999 à 2003). Sa culture large et son immense curiosité lui permettaient de sortir de sa spécialité d’origine, pour procéder à une relecture parfois assez critique (mais toujours stimulante) des textes proposés, entrer en contact et parfois longuement en dialogue avec les auteurs et même suggérer des compléments ou précisions. Michèle Jolé (Histoire turque de l’Institut d’Urbanisme de Paris2) et Elif Aksaz (L’émigration turque en France : 50 ans de recherche en France et en Turquie3) se rappellent l’une et l’autre avec respect et émotion, les remarques qu’Aksel avait pu leur faire pour leur dossier respectif. S’il n’était pas au départ un partisan de la mise en ligne et se disait résolument attaché à la formule « papier », Aksel s’était finalement impliqué dans l’entreprise de publication directe en ligne desdits dossiers ; de la même façon qu’il avait accueilli avec intérêt la création d’une nouvelle collection d’ouvrages exclusivement en ligne.

  • 4 Il avait beaucoup suivi à ses débuts le projet TAY (TAY Projesi), de la même façon qu’à travers l’A (...)

3Mais Aksel était aussi un archéologue-chercheur passionné et engagé, très soucieux du respect de l’intégrité des patrimoines anatoliens et enclin à dénoncer à la fois certaines ingérences étrangères (je me rappelle de vives discussions sur la question des restitutions) et les conséquences désastreuses d’un mode de développement « endogène » indifférent à la qualité de ces patrimoines4. Jusqu’à l’aggravation de la maladie de sa mère qu’il a accompagnée avec tant d’amour filial jusqu’au bout – elle avait été finalement installée en long séjour à l’hôpital Surp Pırgıç de Zeytinburnu –, sa vie était rythmée par la saison annuelle des fouilles estivales. Il m’a été donné à plusieurs reprises d’assister aux rituels de départ de l’équipe Porsuk/Zeyve Höyük, à l’époque il y avait encore une camionnette qu’Aksel conduisait manifestement avec plaisir, et au retour de la même petite équipe, à la fin du mois d’août généralement, Aksel rayonnait littéralement après ce mois passé sous le soleil vif de la Cappadoce méridionale. Il avait toujours une multitude d’anecdotes à raconter, sur le voyage en lui-même, comme sur le déroulement de la fouille et notamment sur les rapports avec le temsilci… La fin du mandat de Dominique Paul Beyer à Porsuk, avec son départ à la retraite, a tristement coïncidé avec le retrait d’Aksel d’une fouille pourtant instituée par son maître Olivier Pelon de Lyon.

4Érudit aux curiosités multiples un peu à la manière des savants du XIXe, Aksel exerçait une sorte d’autorité intellectuelle et morale informelle, notamment auprès des jeunes chercheurs, toutes nationalités confondues, qui aimaient à le consulter et à se confier à lui. Ses nombreux visiteurs témoignaient de la densité et de la diversité de ses contacts et contribuaient de facto à inscrire l’IFEA dans de discrets réseaux multiples. De ce fait, détenteur d’une partie de la mémoire de l’Institut, il assurait une forme de continuité institutionnelle, en-deçà et au-delà des chercheurs attitrés, toujours de passage.

5Son implication dans les expositions consacrées à Emmanuel Laroche (ouverte à l’automne 2014, à l’occasion des 100 ans de la naissance du père de la fouille de Porsuk5), puis à Stéphane Yerasimos (automne 2015, pour les 10 ans de sa mort) fut exceptionnelle et témoigne bien de cette aptitude à être un passeur mémoriel. Pour la dernière exposition tout spécialement, avec la collaboration de Belkıs Hanım, Aksel a déployé un zèle alimenté par l’amitié admirative qu’il avait pour Stéphane Yerasimos dont les années à la direction de l’IFEA (1989-1994) ont indéniablement constitué l’âge d’or d’Aksel dans son long périple à l’IFEA terminé de façon si abrupte.

6On se rappellera à l’IFEA un collaborateur fidèle, savant, équanime, toujours apaisant, disponible, un homme de principes et de valeurs aussi, tant sur le plan scientifique qu’éthique. Lors de notre dernière discussion à l’hôpital de Maltepe, dans son français si hautement raffiné, il avait formulé son inquiétude sur la question de la dégradation du statut des jeunes chercheurs à laquelle il avait assisté depuis 1990, qui semblait le préoccuper foncièrement. Figure respectée et respectable de cette institution-interface à laquelle son profil convenait si bien, Aksel a été pendant près de trois décennies un esprit libre, curieux et rigoureux au service d’une conception noble de la recherche. Puisse un peu de cet esprit généreux et exigeant subsister à l’IFEA, comme antidote aux conceptions utilitaristes, individualistes et étroites (voire bornées) de la recherche.

Top of page

Notes

1 Voir : http://www.mimarizm.com/kose-yazilari/in-memoriam-aksel-tibet_129844

2 Voir : https://books.openedition.org/ifeagd/2180

3 Voir : https://books.openedition.org/ifeagd/1200

4 Il avait beaucoup suivi à ses débuts le projet TAY (TAY Projesi), de la même façon qu’à travers l’Association des Archéologues dans laquelle il fut impliqué (puisqu’il avait été secrétaire général de sa section stambouliote) ou la revue Istanbul il avait montré combien un chercheur pouvait être aussi un citoyen vigilant.

5 Voir : http://archivis.ifea-istanbul.net/s/fr/page/laroche-0

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean-François Pérouse, “Aksel Tibel à l’IFEA”Anatolia Antiqua, XXVII | 2019, 3-4.

Electronic reference

Jean-François Pérouse, “Aksel Tibel à l’IFEA”Anatolia Antiqua [Online], XXVII | 2019, Online since 26 February 2020, connection on 23 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1206; DOI: https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1206

Top of page

About the author

Jean-François Pérouse

Directeur de l’IFEA entre 2013 et 2018

Top of page

Copyright

CC-BY-SA-4.0

The text only may be used under licence CC BY-SA 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search