Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIIIn memoriam Aksel TibetÀ Aksel

In memoriam Aksel Tibet

À Aksel

Dominique Beyer
p. 7

Texte intégral

1Je n’ai fait la connaissance d’Aksel Tibet qu’en 2001, lorsque le Pr. Olivier Pelon m’avait appelé à Porsuk pour évaluer la possibilité de reprendre l’exploration du site et de lui succéder. Pilier de la mission française, Aksel m’avait réservé un accueil fait de simplicité chaleureuse que je n’oublierai pas. Depuis, nous avons pu collaborer ensemble sur le terrain, en toute camaraderie, et s’est alors développé ce que l’on pourrait qualifier de complicité, dans bien des domaines. Peu familier des questions administratives turques et, je dois l’avouer, de la langue turque, j’ai pu compter, au moins dans les premières années, sur l’aide efficace d’Aksel, lors des contacts avec les autorités d’Ankara ou de Niğde, des longues visites à la Sigorta, au Kaymakam d’Ulukışla ou, ce qui était beaucoup plus pénible pour les convictions de notre Aksel, au bureau des jandarma. Aksel préférait incontestablement les conciliabules avec nos ouvriers de Porsuk, avec le gardien Nedim Ünal et sa famille, les échanges — souvent assaisonnés de blagues — avec le précieux conservateur du musée de Niğde, Fazıl Bey (Fazıl Açıkgöz, NDE). Ou encore nos apéros devant les émouvantes couleurs changeantes du Taurus, au cours de soirées qui se terminaient souvent par la contemplation du lever de lune sur la montagne, puis la recherche des constellations, ou du passage des satellites dans le ciel étoilé, occupation sereine, agrémentée des effluves de l’éternelle pipe d’Aksel. Les souvenirs les plus émus que je garde précieusement concernent nos escapades communes en marge des différents colloques et toplantı, à la découverte des maisons traditionnelles de Niğde, d’Antalya, de Gaziantep ou d’ailleurs, activité qui nous convenait bien, à lui et moi. J’ai beaucoup apprécié l’homme de culture, à la belle ouverture intellectuelle, le musicien dont on ne s’étonne pas qu’il ait pu gagner l’amitié d’une personnalité aussi attachante que celle d’un Jordi Savall. Certes, il ne fallait pas bousculer Aksel, seul maître de son rythme et de ses horaires, ni trop critiquer son pays et le système, il était préférable de le laisser faire lui-même et de l’écouter. La disparition inattendue de l’ami Aksel a plongé l’équipe de Porsuk dans le plus grand désarroi et il nous sera impossible de combler le vide qu’il a laissé en partant si vite. Qu’il repose en paix !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Beyer, « À Aksel »Anatolia Antiqua, XXVII | 2019, 7.

Référence électronique

Dominique Beyer, « À Aksel »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVII | 2019, mis en ligne le 26 février 2020, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1217 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1217

Haut de page

Auteur

Dominique Beyer

Professeur émérite, Université de Strasbourg, UMR 7044 Archimède, Directeur de la mission archéologique de Porsuk (2003-2015)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search