Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIIIn memoriam Aksel TibetAksiş

In memoriam Aksel Tibet

Aksiş

Catherine Marro
p. 17-18

Texte intégral

1Aksel Tibet est probablement la personne avec laquelle je me suis le plus disputée de ma vie entière – en dehors de mon propre frère. Aksel avait un cœur d’or – assorti d’un esprit de contradiction bien affirmé, qui lui avait valu le surnom d’Aksiş, de la part d’un des membres de notre équipe de fouilles, à Horum Höyük. C’était au tournant du siècle (1996-2004 AD, cal.). Aksel et moi nous étions retrouvés, un peu par hasard, à diriger une fouille de sauvetage pour documenter un petit site de la vallée de l’Euphrate, Horum Höyük, promis à disparaître à jamais sous les eaux du fleuve, pour cause de construction d’un barrage à Birecik. Nous vivions là un peu en dehors du temps, cachés dans la vallée de l’Euphrate qui était d’une beauté saisissante, avant qu’une poignée d’obscurs technocrates ne décident à Ankara de la rayer de la carte, avec tous ses trésors : la ville romaine de Zeugma, le village d’Eneş et son église arménienne aux pierres gravées d’inscriptions araméennes, récupérées d’on ne sait trop où, le tombeau d’un patriarche enterré au pied de Gâvur Kale, les vergers d’oliviers et de pistachiers ... J’ai passé dans la vallée de l’Euphrate sans doute parmi les plus beaux moments de ma vie. C’était avec Aksel.

2Mais bien sûr, comme Aksel était aussi Aksiş, ce n’était pas toujours simple. Ainsi, durant la campagne de 1997, il a été pris d’une lubie : il ne se réveillait plus le matin. Or, se réveiller à l’heure était indispensable pour rejoindre la vingtaine d’ouvriers qui nous attendaient à l’aube, sur le site. Six jours sur sept, les 8-10 personnes de notre équipe se levaient comme de beaux diables, un peu avant la fin de la nuit, pour avaler une tasse de thé, une poignée de pötibör et sauter dans le minibus rouge de l’IFEA qui nous conduisait à notre travail. Toute panne d’oreiller retardait l’ensemble de l’équipe, et avec cette nouvelle habitude d’Aksel, nous avons retrouvé plus d’une fois les ouvriers assis sur le tell à nous attendre, sous le soleil.

3Pour contrer cette fâcheuse tendance, mon premier réflexe a été de le tancer... Une fois, deux fois, trois fois... Bien sûr, sans aucun résultat. Pire, Aksel semblait trouver même un certain plaisir à endosser l’identité du directeur de fouilles couche-tard, lève-tard, laissant les étudiants se dépatouiller tous seuls avec les ouvriers. Cette nouvelle habitude hérissait mes principes – j’ai toujours détesté quand mon frère se débrouillait pour ne pas faire la vaisselle en vacances ou prenait la plus grosse part de tarte.

4J’ai fini par opter pour une solution alternative. Au bout de quinze jours de ce nouveau régime, j’ai prétendu que mon réveil était tombé en panne. L’air très ennuyé, j’ai donc chargé Aksel, en tant que co-directeur de la mission, de nous réveiller tous, tous les matins. Ainsi, au moins, s’il dormait au-delà de la sonnerie de son réveil, nous profiterions tous d’un peu plus de sommeil. Il y aurait donc une justice.

5Aksel a accepté cette nouvelle responsabilité sans barguigner. Et bien sûr, n’a plus jamais eu de panne d’oreiller....

6Mon cher Aksel’ciğim, il faut que je te l’avoue aujourd’hui : mon réveil n’est jamais tombé en panne. Et aujourd’hui, même nos disputes sont de bons souvenirs.

7Et tu nous manques. 

Bises,

Catherine

Fig. 1 : Aksel de profil posant devant sa propre ombre, dans une fresque représentant les membres de l’équipe peinte par Mine Yar, notre restauratrice à Horum Höyük

Fig. 1 : Aksel de profil posant devant sa propre ombre, dans une fresque représentant les membres de l’équipe peinte par Mine Yar, notre restauratrice à Horum Höyük

Fig. 2 : La deuxième photo est une vue de la fresque dans son ensemble, qui donne un côté un peu mélancolique au texte : ce qui reste des jours que nous avons passés à HH au début des années 2000. La fresque a été peinte sur un mur de notre maison à Toydemir, dans la vallée de l’Euphrate, en 2004

Fig. 2 : La deuxième photo est une vue de la fresque dans son ensemble, qui donne un côté un peu mélancolique au texte : ce qui reste des jours que nous avons passés à HH au début des années 2000. La fresque a été peinte sur un mur de notre maison à Toydemir, dans la vallée de l’Euphrate, en 2004
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Aksel de profil posant devant sa propre ombre, dans une fresque représentant les membres de l’équipe peinte par Mine Yar, notre restauratrice à Horum Höyük
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Fig. 2 : La deuxième photo est une vue de la fresque dans son ensemble, qui donne un côté un peu mélancolique au texte : ce qui reste des jours que nous avons passés à HH au début des années 2000. La fresque a été peinte sur un mur de notre maison à Toydemir, dans la vallée de l’Euphrate, en 2004
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1239/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 662k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Marro, « Aksiş »Anatolia Antiqua, XXVII | 2019, 17-18.

Référence électronique

Catherine Marro, « Aksiş »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVII | 2019, mis en ligne le 26 février 2020, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1239 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1239

Haut de page

Auteur

Catherine Marro

UMR Archéorient
Maison de l’Orient et de la Méditerranée

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search