Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIIIn memoriam Aksel TibetDivinité assise, pouvoir et plais...

In memoriam Aksel Tibet

Divinité assise, pouvoir et plaisir à Tarse ou Mallos. Problèmes d’interprétation d’iconographie monétaire

Ma dernière note cilicienne
Olivier Casabonne
p. 23-25

Dédicace

Aksel tibet in memoriam

Texte intégral

1L’antique panthéon de Tarse et Mallos, aux IIe et Ier millénaires av. J.-C. comme à l’époque romaine impériale, est problématique, complexe et diversifié si on confronte les dossiers épigraphique, littéraire, numismatique et archéologique, remis dans leurs contextes chronologiques. Nonobstant, une divinité sort du lot : les louvites Tarhunt et Sanda ; les sémitiques Ba‘al, Melqart et Nergal ; les grecs Héraklès et Bellérophon. Tous semblent correspondre à une seule et même divinité malgré les diverses appellations. Bien sûr Apollon (aux loups ou au trident) et Persée ne sont pas négligeables (Chuvin 1981 ; Lebrun 2001 ; Casabonne 2004 ; Casabonne et Marcinkowski 2004).

  • 1 Sur le sicle cilicien, souvent nommé « statère persique », monnaie en argent pesant entre 10,2 et 1 (...)
  • 2 Sur ce symbole, Casabonne 2004 : 171-173.

2Un sicle cilicien1 d’époque achéménide (ca. 400-385) attire mon attention. On voit, au droit, un personnage masculin imberbe assis sur une sorte de tabouret d’où émergent des grappes de raisin. Le personnage, fort probablement un dieu, tient de sa main gauche un objet incertain : sceptre, massue, verre ? Le pied du tabouret apparent semble être constitué de deux pattes d’animal (lion, bovin ?) ; cercle de grénétis tout autour. Un cercle (ankh ou clé ?)2 semble apparaître devant le dieu, juste au-dessus de son genou gauche. Au revers sont un personnage vêtu du costume de cavalier iranien conduisant un araire tiré par deux zébus, un disque solaire ailé dans le champ au-dessus et un gros grain d’orge devant les zébus. Peut-être subsiste une trace de légende au-dessus du disque solaire ailé, mais il est impossible de préciser s’il s’agit de grec ou d’araméen. La légende lue par Hill (1900 : 98, n° 19), qui attribuait ce monnayage à Mallos ne me semble pas apparaître clairement. Certes, la présence du gros grain d’orge au revers permet, à titre d’hypothèse, une attribution à cette autre grande cité cilicienne, mais le thème principal de la face nous renvoie assurément à Tarse : la scène de labourage et le disque solaire ailé apparaissent sur un autre monnayage assurément tarsien ; la possible ankh ou clé du droit, également. J’insiste sur le fait que ce sicle unique est très érodé comme décentré.

3Qui est le dieu au droit de cette monnaie ? Je me suis alors intéressé à un monnayage tarsien de Tiribaze, chef d’armée perse (grec karanos) en lutte contre Chypre vers 390-386 (Casabonne 2004 : 188-193, spéc. 190 et pl. 4.5), c’est-à-dire à la même époque que la monnaie tarsienne ou mallote susmentionnée, et qui fit donc frapper à Tarse un monnayage où l’on voit au droit un personnage, habillé à l’iranienne, assis et ramenant vers son visage un objet indistinct, comme pour boire un verre, même si les grappes de raisin ont disparu. J’ai précédemment tâché de montrer qu’à l’époque achéménide, on a pu signifier une divinité locale en costume perse, et pas des moindres : celui du Grand Roi achéménide ; en Samarie assurément, à Sidon et Tarse peut-être (Casabonne 2004a). Ce Perse pourrait être ce dieu sympathique, nonchalant, quelque peu avachi. Sanda ?

  • 3 Le louvite Sanda a pu être également assimilé par syncrétisme au hourrite Sarrumma, fils de Teshub, (...)
  • 4 Signification du louvite tarhunt.
  • 5 Signification du sémitique ba‘al.
  • 6 Sur Sanda-Héraklès à Tarse, voir également Goldman 1940 et 1949.

4Beaucoup plus tard, sous l’empereur romain berbère Macrin (217-218), apparaît un monnayage de Tarse. Au revers, on voit un dieu barbu encore quelque peu avachi sur une peau de lion, sa main droite reposant sur une massue. S’ajoute à la légende abrégée « Tarse Métropole », celle de « fondateur » (grec KTICTHC, ktistès). Héraklès ? Oui, héros divin très honoré à Tarse comme à Mallos, comme les monnaies d’époque achéménide en témoignent, ainsi que quelques textes, mais un Héraklès qui s’assimile au dieu louvite Sanda3, fils de Tarhunt devenu Tarhunt, de même que Melqart, fils de Ba‘al, devint Ba‘al : le louvite est « Victorieux »4, le sémitique est « Seigneur »5, toujours localement. Que ce soit dans le domaine indo-européen (e.g. Hésiode) ou dans celui sémitique (e.g. Ugarit), nous restons dans une théogonie, une lutte de pouvoirs divins par filiations (Vernant 1999 ; Caquot et al. 1974). Ainsi, en Phénicie, à Tyr, Melqart, rejeton de Ba‘al dans l’arbre généalogique divin, a supplanté son père, tout comme celui-ci à ’El, son père, dans la hiérarchie locale, d’aucuns diraient poliade (Dussaud 1946). Il est dès lors intéressant de retourner lire les inscriptions bilingues de Karatepe de la fin du 8e siècle avant J.-C. (Çambel (éd.) 1999) et de constater qu’au louvite « Tarhunt le glorieux » correspond le phénicien « Ba‘al KRNTRYŠ » dans lequel j’ai proposé de voir un Seigneur à la mass(u)e de Tarse, c’est-à-dire Sanda-Héraklès-Melqart, nouveau Tarhunt, jeune victorieux, renaissant de son bûcher annuel, la masse étant l’arme des figures divines et héroïques tutélaires chez des peuples indo-européens (Casabonne 2017 : 33-37)6.

5Ainsi, aurions-nous un Sanda, d’origine belliqueuse, se montrant trônant, parfois radié, à Tarse, mais, plus discrètement, avachi et buvant en costume perse ou hérakléen, assurément pourvoyeur de richesse, bonheur et ivresse ? Mon grand ami René Lebrun a écrit de belles pages sur Tarhunt, ce dieu de l’orage « toujours lié à la Natura souriante » (Lebrun 2017 : 59) que l’on retrouve à Tarse aujourd’hui encore lorsque l’on se rend aux petites chutes d’eau au Nord de la ville pour boire un verre. J’opte, en effet, plutôt pour une attribution à Tarse, et non à Mallos, de notre première monnaie par souci de continuité et sachant que la grande divinité de Mallos était une Athèna, honorée à Magarse, le port-arsenal de la cité vers laquelle on pouvait naviguer en remontant le Pyramos (actuel Ceyhan Nehri) (Casabonne 2004 : 132). Au demeurant, si le grain d’orge est bien un important symbole monétaire mallote à l’époque achéménide, nous savons par ailleurs qu’à Soli (ou Soloi), proche de Tarse (actuelle Mersin), les grains d’orges donnaient une fois et demie plus de farine qu’ailleurs (Théophraste, H.P. VIII.8.2). Au 19e siècle, on buvait à Tarse un vin particulier (Langlois 1861 : 43). C’est d’ailleurs Victor Langlois qui n’hésita pas à dynamiter le soubassement du plus grand temple de type gréco-romain de toute la péninsule micrasiatique à Tarse, au lieu-dit Donuktaş, « la pierre gelée » (Baydur-Seçkin 2001), croyant qu’il s’agissait du tombeau de Sardanapale, pourtant situé par Arrien (Anab. II.5.3) à Anchialè/Ingirâ (Casabonne 2002), proche de Soli.

6J’aimais discuter, autour d’un verre, de ces « Notes ciliciennes » avec mon ami Aksel Tibet qu’il accepta longtemps de publier après analyse par le Comité de lecture de la revue Anatolia Antiqua. À présent qu’il n’est plus, il est temps de refermer le livret cilicien, même si je retournerai un jour à Tarse pour boire un coup à son éternité avec Sanda, le potentiel Tarhunt glorieux à la mass(u)e, et resterai fidèle à l’Institut français d’études anatoliennes d’Istanbul, le tout en écoutant Les voix humaines de Marin Marais qu’Aksel aimait tant.

Et même si ce n’est pas vrai
Il faut croire à l’histoire ancienne
(Léo Ferré, La vie d’artiste)

Haut de page

Bibliographie

Baydur, N., Seçkin, N., 2001 : Tarsus Donuktaş, Kazı Raporu, Istanbul, Tarih, Arkeoloji, Sanat ve Kültür Mirasını Koruma Vakfı.

British Museum. Dept. Of Coins and Medals., Hill, G. F., 1900 : Catalogue of the Greek Coins of Lycaonia, Isauria and Cilicia, London, The Trustees.

Çambel, H. (éd.), 1999 : Karatepe-Aslantaş : The Inscriptions, CHLI II, Berlin.

Caquot, A., et al. 1974 : Textes ougaritiques I : Mythes et légendes, Paris, Le Cerf.

Casabonne, O., 2002 : « Notes ciliciennes 12 », Anatolia Antiqua X : 185-195.

Casabonne, O., 2004 : La Cilicie à l’époque achéménide, Persika 3, Paris, Collège de France.

Casabonne, O., 2004a : « Le Grand Roi ou le Dieu ? Remarques sur quelques types monétaires de Cilicie et Transeuphratène à l’époque achéménide », ARTA 2004.002 (revue électronique en ligne sur le site internet www.achemenet.com).

Casabonne, O., 2017 : « Des Tarhunts plein les cieux et les yeux : deux courts récits », Dans : Lebrun, R. et Van Quickelberghe, É. (éds.), Dieu de l’orage dans l’Antiquité méditerranéenne, Homo Religiosus II/17, Turnhout, Brepols : 31-40.

Casabonne, O., Marcinkowski, A., 2004 : « Apollon-aux-loups et Persée à Tarse », Dans : Mazoyer, M. et Casabonne, O. (éds.), Antiquus Oriens. Mélanges offerts au Professeur René Lebrun (volume I), Paris, Kubaba : 141-173.

Chuvin, P., 1981 : « Apollon au trident et les dieux de Tarse », JS : 305-326.

Dussaud, R., 1946 : « Melqart », Syria 25 : 205-230.

Goldman, H., 1940 : « The Sandon Monument of Tarsus », JAOS 60 : 544-553.

Goldman, H., 1949 : « Sandon and Herakles », Hesperia Supplement 8 : 164-174.

Langlois, V., 1861 : Voyages dans la Cilicie et dans les Montagnes du Taurus, Paris, B. Duprat.

Laroche, E., 1963 : « Le dieu anatolien Sarrumma », Syria 40 : 277-302.

Laroche, E., 1973 : « Un syncrétisme gréco-anatolien : Sandas = Héraklès », dans Les syncrétismes dans les religions grecque et romaine, Paris, PUF : 103-114.

Lebrun, R., 2001 : « Kummanni et Tarse, deux centres ciliciens majeurs », Dans : Jean, É. et al. (éds.), La Cilicie : espaces et pouvoirs locaux, Varia Anatolica XIII, Istanbul-Paris : 87-94.

Lebrun, R., 2017 : « Quelques réflexions autour du dieu de l’orage anatolien », Dans cf. Casabonne, O. 2017 : 57-60.

Vernant, J.-P., 1999 : L’Univers, les Dieux, les Hommes, Récits grecs des origines, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 Sur le sicle cilicien, souvent nommé « statère persique », monnaie en argent pesant entre 10,2 et 11,5 grammes, voir Casabonne 2004 : 103-105.

2 Sur ce symbole, Casabonne 2004 : 171-173.

3 Le louvite Sanda a pu être également assimilé par syncrétisme au hourrite Sarrumma, fils de Teshub, lui-même variante du louvite Tarhunt : Laroche 1963 et 1973.

4 Signification du louvite tarhunt.

5 Signification du sémitique ba‘al.

6 Sur Sanda-Héraklès à Tarse, voir également Goldman 1940 et 1949.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Casabonne, « Divinité assise, pouvoir et plaisir à Tarse ou Mallos. Problèmes d’interprétation d’iconographie monétaire »Anatolia Antiqua, XXVII | 2019, 23-25.

Référence électronique

Olivier Casabonne, « Divinité assise, pouvoir et plaisir à Tarse ou Mallos. Problèmes d’interprétation d’iconographie monétaire »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVII | 2019, mis en ligne le 26 février 2020, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1261 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1261

Haut de page

Auteur

Olivier Casabonne

Societas Anatolicas (Société turco-européenne d’études anatoliennes, Paris, Istanbul, Louvain)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search