Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIIIOnomastique de Lycie et Carie : b...

Onomastique de Lycie et Carie : brèves remarques et hypothèses

Olivier Casabonne
p. 1-5

Texte intégral

1Certains parlent de langues louviques, d’autres du louvite et de langues « filles du louvite » (e.g. René Lebrun). Les Louvites : ces cousins indo-européens des Hittites ! Emmanuel Laroche (1959 ; 1988) écrivait très bien sur la distinction qu’il y avait dans l’Asie Mineure du 2e millénaire avant J.-C. entre le nesili, la langue de Nesa/Kanes, première capitale hittite dès le 18e siècle (puis vint Hatussa), et le lu(w)ili, langue contemporaine usitée aux marges occidentales et méridionales de l’Asie Mineure. Plus que le nésite/hittite, le louvite s’est maintenu bien après la fin de l’âge du Bronze, et toujours en Asie Mineure occidentale et méridionale. Relativement récemment, des synthèses ont vu le jour sur les Louvites : e.g. Melchert 2003, Yakubovich 2010, Mouton et al. 2013. Il appert que le lycien et le carien font partie, à ma connaissance, des langue-filles du louvite vers le milieu du 1re millénaire avant J.-C.

Le nom de la Lycie

  • 1 Entry: Leuk.

2On admet généralement que le premier élément du toponyme est construit sur l’indo-européen *leuk- « lumière, clarté » (Watkins, 2000)1 + suffixe hittito-louvite -iya indiquant un lieu (Casabonne & Lebrun, 2013, p. 89-91) et évoluant en simple -a : *Leu(k)-k-iya > hittito-louvite Lukka et grec Lukia : la Lycie « ce pays de la lumière » > « le Midi », qui a pu englober un temps, dans des frontières mouvantes ethniques ou étatiques, la Lykaonie (< hittite *Lukka-wanni-iya « les habitants de la région du Lukka », *Lukawanni donnant aussi en grec l’anthroponyme Lykaôn[Lebrun, 2001]) jusqu’à la création et l’extension vers la mer du royaume de Tarhuntassa (Lykaonie-Pisidie-Pamphylie) au 13e siècle pour se restreindre à la seule Lycie (Gander, 2010 ; Lebrun et al., 2014 ; Raimond, 2004, p. 93-146).

  • 2 Communication personnelle de René Lebrun.

3Markus Egetmeyer m’a fait remarquer que le toponyme grec ne prend qu’un seul kappa /K/ alors qu’il devrait en comporter deux s’il venait directement du hittite Lukka. Pour lui, Lukka vient bien de la racine *leuk- mais le nom grec des Lyciens (Lukioi) est à chercher dans la racine *wḷkwo- « loup » : les Lyciens ne sont pas « ceux du Lukka », car on attendrait le nom grec Luk(k)aioi, mais « ‘ceux aux loups’, donc une auto-désignation des groupes d’hommes grecs. Dans ce cas, le nom de la Lycie serait aussi secondaire et lié à l’arrivée des Grecs. Ce n’est qu’ensuite que l’homonymie crée d’autres relations » (Egetmeyer, 2007, p. 213). Ce rapport au nom du loup est séduisant (infra). Je note cependant que Markus Egetmeyer ne prend pas en compte l’hypothèse, certes hétérodoxe, de Françoise Bader selon laquelle la racine indo-européenne de la lumière ne serait pas *leuk- mais *leu- (Bader, 1989, p. 29). On peut envisager un élargissement de *leu- avec un /G/ ou un /K/ : des racines brittoniques attestent en effet l’existence d’un thème *leu-g-/lug- signifiant « briller, lumière » (Hily, 2007, p. 104). Par ailleurs, René Lebrun me fait observer que « la remarque de Markus Egetmeyer, consistant à refuser le lien entre les noms Lukka et Lukia en raison d’un seul kappa (K) en grec, ne tient pas : la preuve irrémédiable est le toponyme hittite Ikkuwaniya donnant le grec Ikonion (act. Konya), en Lykaonie justement. Le redoublement en hittite cunéiforme du /K/ serait uniquement dû à la volonté du scribe ‘cunéiforme’ de souligner le caractère léger de la gutturale ». Pour René Lebrun, « le nom Lukka est bien à l’origine du grec Lukia », la Lycie2.

  • 3 Les Grecs affectionnent les calembours pour expliquer un nom issu d’un substrat local qu’ils ne com (...)
  • 4 J’apprécie beaucoup cet adjectif « micrasiatique » au point d’user du néologisme « Micrasie » pour (...)

4Le mystère demeure donc, mais le grec Lukia pourrait être ou ne pas être une reprise du hittite Lukka, et s’être formé indépendamment, sans doute sur la base d’un jeu de mots3 avec le grec lukos « loup » ou plus généralement de la mixité gréco-asianique composant la population de l’Ouest micrasiatique4 dès le 2e millénaire. Ceci expliquerait l’épiclèse Luk(i)os d’Apollon (« lukkien », « lumineux », « lycien », « au[x] loup[s] » ?), très à l’honneur en milieu gréco-louvite où l’on trouve également Apollon Lukégénès (« né de la louve, de la Lycie/du Lukka, de la lumière ? »). Et c’est à Tarse, en Cilicie, autre terre louvite, qu’est très vénéré un Apollon-aux-loups (Casabonne & Marcinkowski, 2004). Je note, pour ajouter à la confusion, que Pierre Chantraine est très incertain quant à la racine indo-européenne du nom grec du loup (lukos) et que le rapport au loup du dieu Apollon, assurément lié à la lumière, n’est pas clair. Y aurait-il un lien, comme pour le nom du Lynx en grec (lugx), avec le fait de l’excellence de la vision et la clarté des yeux de l’animal, la nuit notamment (Chantraine, 1968, p. 648, 650) ?

Le nom de la Carie

  • 5 Entry: ko-.

5Le nom de la Carie se construit aisément sur la racine polyvalente indo-européenne *kr-(e)h2 « tête, corne »(Nussbaum, 1986 ; Casabonne, 2017, p. 34-37) + -iya comme ci-dessus, ou bien *kr-(e)h2 + démonstratif servant de suffixe adjectival de dérivation indo-européen -ko/i/e- « ce, ces » (Watkins, 2000)5 + -iya : *Kar-k-iya > hittito-louvite Karkiya/Karkisa > vieux-perse Karkâ = grec Karia, – « le ‘k’ de la séquence ‘rk’ s’étant amuï, un phénomène phonétique qui n’est pas exceptionnel en Anatolie (cf. le théonyme Halki- (déesse Blé) > lycien Qeli) » (Lebrun, 2009, p. 365), et la sifflante intervocalique de Karkisa ayant disparu comme souvent –, c’est-à-dire « ce/le pays des/de ces Cornus » (grec Kar, génitif Karos « Carien » < « Cornu »). Quel drôle de nom ! On se rappellera alors ici avec intérêt que les Cariens passent pour les inventeurs du casque crêté à panache (Hérodote I.171, Strabon XIV.2.27) (Snodgrass, 1964), la crête pouvant être interprétée comme formant corne ; et ce sont d’ailleurs des Cariens que l’on pourrait voir dans des représentations de guerriers portant des casques à cornes au 2e millénaire. Je ne doute pas du caractère très conjectural de cette étymologie qui prête au jeu de mots. Kar, l’ancêtre éponyme des Cariens, passe en effet pour l’inventeur de l’ornithomancie (Pline l’Ancien, Histoire naturelle VII.56.203). J’ignore si les Cariens interprétaient en particulier le vol et le chant des coucous, mais pour des « cornus » ce serait un comble : triste sort pour ce peuple qui avait fait du mercenariat à l’étranger sa spécialité, tant dans l’art de la guerre que dans ceux de la construction navale et de la sculpture, et mis ses crêtes à disposition des Perses et des Égyptiens, entre autres ! « Pays des guerriers casqués » serait une bonne traduction, surtout si on se lance dans la quête de l’étymologie et la signification du dieu Sinuri.

Le théonyme gréco-carien Sinuri

  • 6 Je n’ai rien trouvé dans Adiego, 2006.

6Tout proche de Mylasa, capitale de Carie à l’âge du Fer, avant Halikarnasse (Aubriet, 2013), Sinuri, dieu à la bipenne, était très honoré(Devambez & Haspels, 1959 ; Ray, 1990 ; Robert, 1945). René Lebrun reste prudent quant à identifier le dieu Siuri, honoré à Istanuwa au 2e millénaire av. J.-C, au Sinuri bien plus tardif (2016). Le même René Lebrun signalait précédemment que l’ « étymologie du théonyme (Sinuri) reste problématique, mais (…) il n’est pas exclu d’isoler en finale un élément uri- ‘grand’ commun au hittite et au louvite » (ura) (2009, p. 365, note 1). Quant au premier élément sin-, il me paraît improbable qu’il faille le mettre en rapport avec le dieu-lune mésopotamien Sin comme certains y ont pensé. Il est préférable de chercher dans le substrat carien, donc louvite. Il serait possible d’y voir le dérivé carien hellénisé du louvite suwan « chien » (hittite kuwan, indo-européen *kwôn). Le terme carien pour le chien est inconnu6. Le louvite suwan aide à construire le nom-titre cilicien écrit en grec suennesis : louvite suwan- > gréco-cilicien suen-/syen-, le upsilon se prononçant i comme en grec moderne d’où la translittération traditionnelle en français avec le y : Syennésis (infra) ; en Carie, nous aurions louvite suwan- > gréco-carien sin-.

7Sinuri pourrait donc être le dieu « Grand-Chien », par excellence, un dieu particulièrement martial, thaumaturge et traumatique. Quelle que soit la recevabilité de cette hypothèse, que je reconnais volontiers fragile et gratuite, bien que fondée, il importe de rappeler ici pêle-mêle, que : (1) il existe dans la tradition anatolienne (et grecque) un lien étroit entre le chien et le guerrier au point que celui-là devient le symbole voire le titre de celui-ci (d’où le nom-titre Syennesis – < louvite suwanasis « canin » – porté par les dynastes ciliciens du 6e au 4e siècle avant J.-C.) ; (2) le sacrifice du chien est particulièrement important en Carie ; (3) le chien a un rôle purificateur dans le monde louvite, cilicien (Kizzuwatna) en particulier ; (4) les Cariens sont connus pour leurs valeurs guerrières ; (5) le dieu louvite Iyarri, assisté par des chiens au Bronze récent, passe pour être à l’origine du dieu grec de la guerre Arès, particulièrement honoré dans l’Asie Mineure gréco-louvite, en Carie, Pisidie et Lycie notamment(Bernolles, 1968 ; Casabonne, 2004, p. 61-64 ; Gonzales, 2005 ; Herda, 2013 ; Lebrun 1994, 2009a ; Millington, 2013 ; Raimond, 2004a, p. 300 et information personnelle). Dans ces contextes assurés, Sinuri trouverait sa place comme une forme d’Iyarri, ce qui, il faut bien l’avouer, ne nous avance guère, les deux dieux gardant leur mystère.

  • 7 En Asie Mineure un bel exemple nous est donné par le rapprochement, hasardeux selon moi, entre l’hi (...)

8Je suis un peu comme ce candide linguiste Persse McGarrigle, du Petit monde de David Lodge, qui, alors qu’un de ses collègues évoque la linguistique structurale de Saussure, croit qu’on ne tient pas assez compte des variations entre les différents accents locaux. Étant gascon, je suggère modestement que, quant à l’onomastique, dont il est ici question, il faut toujours se méfier des analogies scripturaires et phoniques (Casabonne 2009 contra Forlanini 2013, p. 77-81)7.

Haut de page

Bibliographie

Adiego, I. J. (2006). The Carian Language. Leiden : Brill.

Aubriet, D. (2013). Mylasa et l’identité carienne. Dans O. Henry (dir.), 4th Century Karia. Defining a Karian Identity under the Hekatomnids, Varia Anatolica XXVIII (p. 189-208). Istanbul : Institut Français d’Études Anatoliennes-Georges Dumézil.

Bader, Fr. (1989). La langue des dieux ou l’hermétisme des poètes indo-européens. Pisa : Giardini.

Bernolles, J. (1968). À la poursuite du Chien de la Mort d’Asie steppique en Occident et en Afrique noire. Revue de l’Histoire des Religions, 173(1), 43-84.

Casabonne, O. (2004). La Cilicie à l’époque achéménide, Persika 3. Paris : De Boccard.

Casabonne, O. (2009). Kataonia, Melitene, Kummanni, and the Problem of Komana. Dans C. Cannuyer, A. Degrève, & R. Gérard (dir.), René Lebrun in Honorem, Vin, bière et ivresse dans les civilisations orientales, Acta Orientalia Belgica XXII (p. 181-189). Louvain-la-Neuve : Société belge d’études orientales.

Casabonne, O., & Lebrun, R. (2013). Notes ciliciennes 20. Adaniya et le suffixe hittito-louvite -iya. Anatolia Antiqua, XXI, 89-91.

Casabonne, O., & Marcinkowski, A. (2004). Apollon-aux-loups et Persée à Tarse. Dans M. Mazoyer, & O. Casabonne (dir.), Mélanges offerts au Professeur René Lebrun (Kubaba, p. 141-173). Paris : L’Harmattan.

Chantraine, P. (1968). Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Paris : Klincksieck.

Devambez, P. & Haspels, É. (1959). Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa. Seconde partie : Architecture et céramique. Paris : De Boccard.

Egetmeyer, M. (2007). Lumière sur les loups d’Apollon. Res Antiquae, 4, 205-219.

Forlanini, M. (2013). La survie des toponymes de l’âge du Bronze dans le Pont et en Cappadoce. Continuité ethnique, linguistique et survie des traditions de l’époque hittite impériale pendant les siècles ‘obscurs’ jusqu’au début de l’âge classique ? Dans H. Bru, & G. Labarre (dir.), L’Anatolie des peuples, des cités et des cultures (IIe millénaire av. J.-C. – Ve siècle ap. J.-C.) (p. 69-84). Besançon : Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité.

Gander, M. (2010). Die geographischen Reziehungen der Lukka-Länder. Heidelberg : Universitätsverlag Winter.

Gonzales, M. (2005). The Oracle and Cult of Ares in Asia Minor. Greek, Roman and Byzantine Studies, 45, 261-283.

Herda, A. (2013). Greek (and our) Views on the Karians. Dans A. Mouton, I. Rutherford, & I. Yakubovich (dir.), Luwian Identities. Culture, Language and Religion Between Anatolia and the Aegean (p. 421-506). Leiden : Brill.

Hily, G. (2007). Le dieu celtique Lugus (Thèse inédite de Doctorat en littératures médiévales et histoire des religions). EPHE, Paris.

Laroche, E. (1959). Dictionnaire de la langue louvite. Paris : Maisonneuve.

Laroche, E. (1988). Luwier, Luwisch, Lu(w)iya. Reallexikon der Assyriologie, 7, 181-184.

Lebrun, R. (1994). Syncrétismes et cultes indigènes en Asie Mineure méridionale. Kernos, 7, 14-157.

Lebrun, R. (2001). Syro Anatolica Scripta Minora I.4. Notes d’anthroponymie asianique. Le Muséon, 114(3-4), 252-253.

Lebrun, R. (2009). Notes cariennes. Res Antiquae, 6, 365-368.

Lebrun, R. (2009a). Le chien dans l’Anatolie antique. Res Antiquae, 6, 237-242.

Lebrun, R. (2016). Siuri – Sinuri, deux divinités à redécouvrir. Dans Š. Velhartická (dir.), Audias Fabulas Veteres. Anatolian Studies in Honour of Jana Soucková-Siegelová (p. 178-183) Leiden : Brill.

Lebrun, R. et alii (dir.) (2014). Studia de Lycia Antiqua, Hethitica XVII. Louvain-la-Neuve : Peeters.

Melchert, H. C. (dir.) (2003). The Luwians. Leiden Brill.

Millington, A. T. (2013). Iyarri at the Interface : the Origins of Ares. Dans A. Mouton, I. Rutherford, & I. Yakubovich (dir.), Luwian Identities. Culture, Language and Religion Between Anatolia and the Aegean (p. 543-565). Leiden : Brill.

Mouton, A. et al. (dir.) (2013). Luwian Identities. Culture, Language and Religion Between Anatolia and the Aegean. Leiden : Brill.

Nussbaum, A. J. (1986). Head and Horn in Indo-European. Berlin : Walter de Gruyter.

Raimond, É. (2004). La problématique lukkienne. Colloquium Anatolicum, III, 93-146.

Raimond, É. (2004a). Les divinités indigènes de la Lycie : divinités asianiques et acculturation hellénique (Thèse de Doctorat inédite). L’Université de Bordeaux III, 2004.

Ray, J. D. (1990). A Carian Text : the Longer Inscription of Sinuri. Kadmos, 29(2), 126-132.

Robert, L. (1945). Le sanctuaire de Sinuri près de Mylasa, Première partie : Les inscriptions grecques. Paris : Éditions de Boccard.

Snodgrass, A.M. (1964). Carian Armourers. The Growth of a Tradition. Journal of Hellenic Studies, 84, 107-118.

Watkins, C. (2000). Appendix I : Indo-European Roots. Dans The American Heritage®. Dictionary of the English Language. Boston (dictionnaire en ligne sur internet).

Yakubovich, I. (2010). Sociolinguistics of the Luvian Language. Leiden : Brill.

Haut de page

Notes

1 Entry: Leuk.

2 Communication personnelle de René Lebrun.

3 Les Grecs affectionnent les calembours pour expliquer un nom issu d’un substrat local qu’ils ne comprennent ou connaissent pas.

4 J’apprécie beaucoup cet adjectif « micrasiatique » au point d’user du néologisme « Micrasie » pour désigner l’Asie Mineure et l’Anatolie, désignations trop souvent récupérées par des nationalismes. Avec l’appellation Micrasie on réunit les genres. Je m’en expliquerai dans une prochaine publication (peut-être sur le site internet academia.edu et/ou sur le site Facebook et le Bulletin de la Societas Anatolica).

5 Entry: ko-.

6 Je n’ai rien trouvé dans Adiego, 2006.

7 En Asie Mineure un bel exemple nous est donné par le rapprochement, hasardeux selon moi, entre l’hittito-louvite Kummanni, assurément en Cilicie orientale, et les Komana, en Kataonie et dans le Pont.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Casabonne, « Onomastique de Lycie et Carie : brèves remarques et hypothèses »Anatolia Antiqua, XXVIII | 2020, 1-5.

Référence électronique

Olivier Casabonne, « Onomastique de Lycie et Carie : brèves remarques et hypothèses »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVIII | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1301 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1301

Haut de page

Auteur

Olivier Casabonne

Societas Anatolica (Paris, Istanbul, Çorum et Louvain-la-Neuve)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut français d'études anatoliennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
  • Logo IPLI Foundation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search