Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIIINote sur un site paléolithique en...

Note sur un site paléolithique en Anatolie orientale : Hırbe Helale

Ergül Kodaş
p. 7-21

Texte intégral

Introduction

1La présence de sites paléolithiques est bien étayée dans les diverses parties de l’Anatolie (Dinçer, 2016 ; Otte et al., 1998 ; Güleç et al., 2009 ; Balkan-Atlı et al., 2008 ; Otte, Yalçınkaya & Taşkıran, 2003 ; Lebatard et al., 2014). Nos connaissances concernant cette période ont continué de s’approfondir suite aux prospections réalisées par H. Taşkıran et I. Yalçınkaya dans les années 2000 (Yalçınkaya, 1984 ; Taşkıran & Kartal, 2003 ; Özel, 2006 ; Taşkıran, 2008), lesquelles furent plus particulièrement menées en Anatolie orientale dans les bassins du Tigre et de l’Euphrate. Les enquêtes réalisées sur le terrain révèlent que les sites en plein air sont les plus abondants dans cette région de la Mésopotamie, et le site de Hırbe Helale en fait partie. Malgré ces avancées, demeure un problème évident de contextualisation, à la fois chronologique et culturelle, des sites paléolithiques en Anatolie orientale. Ce problème est dû aussi bien à l’absence de fouilles qu’au retard pris par les recherches entreprises sur le terrain. C’est pourquoi le site d’Hırbe Helale est d’une importance primordiale dans la définition régionale du Paléolithique.

Situation géologique et géographique du site

  • 1 Selon la population locale, il y a une dizaine d’années, la rivière coulait durant toute l’année.

2Le site d’Hırbe Helale est situé sur une haute plaine à quelques 1050 m d’altitude au nord de la plaine de Kızıltepe, prolongement de la Syrie dont l’altitude culmine à environ 500 m d’altitude (Fig. 1), sur le massif calcaire de Mardin, à la frontière du Tur ‘Abdin. Ce dernier est encadré par le Haut Khabour au sud et le Taurus au nord, et entre le Karaca Dağ à l’ouest et le Tigre à l’est, sans pour autant appartenir, stricto sensu, au réseau des grandes vallées du Haut-Tigre ni du Moyen-Euphrate. Des gorges forment des points d’entrée remarquables le long de cours d’eau tels que le Beyazsu, le Karasu, le Zergan çayı, le Çağçağ çayı, ou encore le Cırcıp Çayı, pénétrant profondément le massif. Ces voies d’accès nord-sud (et inversement) offrent notamment un débouché sur la plaine de Diyarbakır. Plus spécifiquement, le site de Hırbe Helale a été découvert sur le campus de l’université de Mardin-Artuklu, à 6 km à l’est de la ville moderne de Mardin et à proximité de la route Mardin-Diyarbakır. Il recouvre une vaste superficie au relief ondulant, couronné par de petits sommets ne dépassant pas 1100-1200 m d’altitude. Une rivière saisonnière trouve son lit au milieu du vallon1.

Fig. 1 : Localisation de Hırbe Helale et de certains sites paléolithiques majeurs du Proche-Orient

Fig. 1 : Localisation de Hırbe Helale et de certains sites paléolithiques majeurs du Proche-Orient

E. Kodaş

Fig. 2 : Répartition des outils en silex sur la surface de Hırbe Helale

Fig. 2 : Répartition des outils en silex sur la surface de Hırbe Helale

E. Kodaş

Matériel et méthode de documentation

  • 2 Au bout d’une heure de marche, nous avons pu observer environ 250 outils bifaciaux (galet aménagés, (...)
  • 3 D’après nos recherches effectuées sur le terrain depuis 2017, les zones se situant en dehors du cam (...)

3Un échantillonnage a été réalisé à titre indicatif et à des fins comparatives. Nous avons dénombré entre 300 et 400 pièces taillées en silex par mètre carré sur la surface actuelle du site (Fig. 2). Cette quantité importante de pièces2 est visible sur les photographies prises pendant notre étude, en partie centrale du vallon. Les couches archéologiques ont entre 20 à 30 cm de profondeur ; elles sont visibles sur un certain nombre de coupes creusées lors de la construction des bâtiments de l’Université de Mardin Artuklu et de certaines routes à l’intérieure du campus (Coşkunsu, 2019). La forte présence de restes lithiques sur une telle profondeur n’est pas surprenante puisqu’il s’agit d’un site localisé sur des gisements de silex, ce qui explique clairement la longévité de cette occupation3. Par ailleurs, notons qu’il s’agit d’une estimation a minima ; plusieurs tonnes de silex ont été ramassées au cours de ces dernières années, soit pour le remblai de fondations, soit pour nettoyer l’endroit en vue d’accueillir des évènements festifs.

  • 4 Ces pièces n’ont pas été étudiées pour l’instant.
  • 5 Nous avons aussi étudié ces pièces dans cet article.

4Pour notre part, nous n’avons ramassé aucun outil sur place. Ceux-ci ont été photographiés et mesurés in situ lors de notre enquête de terrain. Un certain nombre d’artefacts avaient déjà été ramassés entre 2011 et 2016 lors de visites effectuées par la direction du Musée de Mardin et d’autres membres du département d’archéologie de l’Université de Mardin Artuklu (Coşkunsu, 2019)4. Une petite quantité d’outils en silex fût de surcroît identifiée en contexte remanié lors des fouilles réalisées en 2018 sur le campus de l’Université de Mardin Artuklu (Kodaş et al., 2018)5. Ces fouilles concernaient alors une nécropole romaine. Ces données révèlent que le site a été occupé et les gisements du silex exploités durant plusieurs centaines d’années du Paléolithique inférieur au Paléolithique supérieur et durant le Chalcolithique récent, ce jusqu’à l’âge du Bronze ancien. Il s’agit d’un des rares sites paléolithiques occupé dont la chronologie peut être établie sur un temps long et sur une surface considérable.

Industries lithiques du Paléolithique ancien

5Les bifaces, outils sur éclats massifs et nucléi à éclats (pebble core) du Paléolithique inférieur ou ancien sont particulièrement présents sur le site d’Hırbe Helale. Un certain nombre de galets aménagés (Chopper et Chopping tools), de pics, hachereaux et plus rarement de trièdres ont également été retrouvés. De ce fait, il est possible de faire une brève présentation des industries lithiques caractérisant cette période : en premier lieu, les galets aménagés ; en second lieu, les industries à éclats, parmi lesquelles figure l’industrie levalloiso-moustérienne ; et en dernier lieu les outils bifaciaux.

Galets aménagés et pebble-cores

6Les galets aménagés sur leurs deux faces sont les plus nombreux (Chopping tools), mais nous avons identifié par ailleurs plusieurs galets aménagés et taillés sur une seule face (Chopper tools, Fig. 3/a-d) ainsi que de nombreux éclats débités lors de la production des galets aménagés. Ces outils ont été façonnés en débitant environ 3 à 9 éclats, sur l’une ou les deux faces du galet. Ces galets mesurent en moyenne entre 9 et 13 cm de long pour 5 à 12 cm de large et 4 à 9 cm d’épaisseur. Quant à leur taille et leur forme, ils sont similaires à ceux retrouvés sur les sites syriens du Paléolithique ancien (anté-acheuléen), principalement à Khattab 2 et Sabounji, à Ain al Fil et Hummal dans la région d’El-Kown (Muhesen, 2012 ; Le Tensorer, Martini, Von Falkenstein, Schmid, & Villalain, 2015 ; Shea, 2016). Si l’on s’intéresse à la typologie, la présence de nucléi discoïdes, polyèdres et de pebble-cores (Fig. 3/e-g) à Hırbe Helale confirme une occupation anté-acheuléenne comme cela fût défini au Levant (Shea, 2016), et plus spécifiquement pour la région d’El-Kown en Syrie (Le Tensorer, Hauck, & Wojtczak, 2005 ; Muhesen, 2012). Il s’agit d’industries lithiques de type Olduvai évolué (mode 1), avant tout comparables aux outils trouvés dans les couches inférieures du site d’Hummal. Comme pour ces dernières, subsiste malheureusement un problème de datation. Il est par conséquent raisonnable de penser que les galets aménagés retrouvés à Hırbe Helale datent aussi du Paléolithique ancien, anté-acheuléen, mais il n’est pas possible, en l’état, d’en établir clairement la preuve. L’absence de fouilles systématiques ne permet pas de pousser plus loin le diagnostic.

Fig. 3

Fig. 3

Galets aménagées à une seule surface (a et c), galets aménagés à deux surfaces (b et d), divers nucléi à éclat (e-g) provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Culture acheuléenne et outils bifaciaux 

7L’occupation acheuléenne est très marquée sur le site d’Hırbe Helale. Nous avons identifié et photographié plusieurs centaines de bifaces de dimensions et de formes variées sur le site. Concernant leur cadre typologique et chronologique, ils manifestent une diversité étonnante déjà remarquée et définie par plusieurs chercheurs (Bordes, 1968 ; Otte et al., 1998 ; Shea, 2016). À Hırbe Helale, nous avons distingué des bifaces de type abbevilliens, cordiformes, triangulaires, ovales, naviformes, limandes, amygdaloïdes, discoïdales, sub-cordiformes, micoquiens, et lanciformes, ainsi que d’autres formes ne se rapportant à aucune catégorisation connue (Fig. 4). Deux types d’artefacts permettent de dater l’occupation acheuléenne ancienne : bifaces abbevilliennes et hachereaux sur éclats. Plusieurs hachereaux sont présents sur le site, certains façonnés sur des blocs naturels et d’autres sur des éclats massifs. Pour certains chercheurs, les hachereaux façonnés sur éclats dateraient du début de l’occupation acheuléenne ancienne, tandis que les autres types seraient présents surtout durant la période culturelle de l’Acheuléen moyen (Fig. 5/a-c, Bordes, 1968 ; Otte & Nioret, 2010 ; Shea, 2016). La présence de bifaces primitifs rappelant le type abbevillien (proto-biface) est aussi significative de la présence d’une occupation durant l’Acheuléen ancien (Fig. 5/d-f, Muhesen, 2012 ; Shea, 2016). Ils sont souvent de grandes dimensions, entre 12 et 15 cm de long, 7 et 10 cm de large et 5 et 6 cm d’épaisseur. Ils possèdent tous une partie corticale naturelle dans leur partie distale. Il existe également d’autres types de bifaces primitifs de petites dimensions, à savoir entre 9 et 12 cm de long pour 5 à 7 cm de large et 4 à 6 cm d’épaisseur.

Fig. 4 : Divers bifaces provenant de Hırbe Helale

Fig. 4 : Divers bifaces provenant de Hırbe Helale

Amygdaloïde (a), naviformes (b-c), micoquiens (d-e), abbevillien (f) ; pics (g-h), bifaces de petite taille (ı-j), cordiforme (k) et lancéolé (l) provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Fig. 5

Fig. 5

Hachereaux façonnés sur éclats (a-b), hachereaux façonnés sur bloc (c), bifaces de type abbevilliens (d-f) provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Fig. 6 : Divers outils de la culture tayacienne

Fig. 6 : Divers outils de la culture tayacienne

Éclats (a), éclat massif retouché (b), pointes tayaciennes (c-d) provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

8La culture de l’Acheuléen moyen est caractérisée sur le site de Hırbe Helale par la présence d’un certain nombre de bifaces amygdaloïdes, ovalaires, lancéolés, de pics (Fig. 4/g-h) et de trièdres (Bordes, 1968). L’Acheuléen récent est quant à lui caractérisé par le façonnage de bifaces produits de manière très symétrique. Durant cette période, les bifaces prennent des formes hautement régulières (Fig. 4/k, Bordes, 1968 ; Otte & Nioret, 2010 ; Shea, 2016). Ils possèdent des dimensions de 14 à 16 cm de long et 2 cm d’épaisseur dans la partie proximale ; 8 à 10 cm de large et 1,3 à 1,7 cm d’épaisseur dans la partie distale. Nous avons retrouvé deux bifaces de petite dimension, de forme sub-cordiforme et hautement régulier, qui mesurent 7,60 cm de long et 5,90 cm de large dans la partie distale (Fig. 4/i-j). Nous avons aussi identifié une grande quantité d’éclats (Fig. 6/a-b) et de pointes de type tayacien (Shea 2016 ; Otte & Nioret, 2010) signalant la présence d’une occupation de l’acheuléo-tayacien. Les pointes de type tayacien sont rares (Fig. 6/c-d). Ils mesurent sur le site entre 3 et 9 cm de long, 3 et 6 cm de large et 2,5 à 4 cm d’épaisseur.

Industries levalloiso-moustériennes

9Une grande quantité d’industries lithiques de type levallois, pouvant être datées du Paléolithique ancien ou moyen, majoritairement des nucléi et des éclats, a été ramassée ou photographiée sur le site de Hırbe Helale. Les nucléi unipolaires et bipolaires à éclats levallois à pointes, récurrents centripètes ou éclats allongés et préférentiels (Boēda, 2013 ; Otte & Nioret, 2010), sont les pièces les plus nombreuses (on les compte par milliers), parmi l’ensemble des restes lithiques du Paléolithique à Hırbe Helale (Fig. 7/f-l). Ces pièces possèdent des dimensions variées pouvant aller de 5,5 à 15,6 cm de long, 5 et 12 cm de large pour 2,5 à 7,4 cm d’épaisseur. Des nucléi façonnés sur les blocs ou les grands éclats sont présents. Nous trouvons des nucléi levallois à deux plans de frappe (bipolaires) façonnés pour le débitage d’éclats allongés (éclat-lame ? éclats laminaires ?), d’éclats linéaires et de pointes levallois. Un autre point important à signaler est que certains nucléi présentent très nettement des accidents de taille : certains négatifs de lames ont des extrémités réfléchies sur les nucléi. Plusieurs éclats retouchés de cette période (Fig. 7/a-e) ont aussi été observés. Ils possèdent des dimensions variées, de 3 à 9 cm de long et 2 à 5,3 cm de large pour 1,5 à 2,2 cm d’épaisseur. Les éclats préférentiels sont fortement présents. Les éclats récurrents centripètes sont rares mais plusieurs nucléi préparés en vue de débiter des éclats récurrents centripètes ont été découverts. Nous avons également identifié quelques nucléi de type kombewa qui sont, eux, plus rares sur le site d’Hırbe Helale (Fig. 8).

Fig. 7

Fig. 7

Divers éclats levallois (a-e), et nucléi à éclats levallois (f-l) provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Fig. 8

Fig. 8

Nucléus kombewa provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Industries lithiques de la transition du Paléolithique ancien vers le Paléolithique moyen

10Les industries lithiques de cette période sont caractérisées par deux industries lithiques différentes à Hırbe Helale. La première est l’industrie lithique de type acheuléo-yabroudien, censée avoir émergé de l’industrie acheuléenne au Levant (Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001 ; Shea, 2016), seulement remarquable par la présence de rares artefacts à Hırbe Helale (Fig. 9). La deuxième est la culture hummalienne, laquelle est encore définie, à ce jour, uniquement en Syrie, et dont la production est centrée sur la confection de lames (Le Tensorer, Hauck, & Wojtczak, 2005). Elles présentent des dimensions allant de 10 à 15 cm de long et 2 à 3,30 cm de large pour 1 à 1,90/2,20 cm d’épaisseur (Fig. 10/c-g), et elles possèdent souvent des retouches latérales. Nous avons identifié plusieurs nucléi de dimensions plus ou moins similaires aux lames retrouvées sur le site. Elles mesurent 10 à 17 cm de long et 2 à 3 cm d’épaisseur (Fig. 10/a-b), et sont attestés à Hummal en Syrie. Il faut toujours souligner que les industries levalloiso-moustériennes sont déjà présentes durant le Paléolithique ancien, mais elles sont dominantes durant le Paléolithique moyen.

Fig. 9 : Nucléi à éclats de type yabroudien provenant de Hırbe Helale

Fig. 9 : Nucléi à éclats de type yabroudien provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Fig. 10

Fig. 10

Deux nucléi à lames (a-b) et diverses lames (c-g) hummaliennes provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Fig. 11

Fig. 11

Nucléi à lames (a,c-d) et lames en silex (b) datant du Paléolithique supérieur provenant de Hırbe Helale

Archive de Hırbe Helale

Industries lithiques du Paléolithique supérieur

11Le site de Hırbe Helale a livré peu de données pour le Paléolithique supérieur. Nous avons retrouvé uniquement quelques lames et nucléi à lames de type aurignacien, généralement découverts dans les régions du Zagros et d’Anatolie du Sud-Ouest (Fig. 11, Otte, Yalçınkaya, & Taşkıran, 2003 ; Otte et al., 2007). À l’heure actuelle, il est très difficile de définir cette culture ; des prospections supplémentaires ou des fouilles sur le site de Hırbe Helale et ses alentours devront être réalisés pour apporter plus de données.

Discussion : le site de Hırbe Helale dans le cadre du Proche-Orient

12Notre principal souci est de placer les industries lithiques du Paléolithique ancien de Hırbe Helale dans le cadre chronologique du Proche-Orient. La présence d’Homo erectus est attestée dans le Proche-Orient juste après sa sortie d’Afrique vers 1,4 million d’années (la date la plus ancienne est définie à Oubeidiyeh (Stekelis, 1966) et ses traces sont visibles depuis longue date à Kefer Manehem (Erq el-Ahmar, Gilead, & Israel, 1975), Borj Quinnarite (Hours, 1980), Khattab 2, Sabonji (Muhesen, 2012), Ain al Fil (Le Tensorer, Martini, Von Falkenstein, Schmid, & Villalain, 2015), Hummal (Le Tensorer, Hauck, & Wojtczak, 2005), et dans la Daughara Formation d’Arzaq (Parenti, AI-Shiyab, Santucci, Kafafi, & Palumbo, 1997). Il faut également signaler sa présence à Dmanisi, dans le Caucase, par lequel passa une première vague d’immigration d’Afrique vers l’Eurasie (Fig. 12, Copeland, 2004 ; Taşkıran, 2008 ; Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001). En Anatolie, plusieurs sites du Paléolithique ancien ont été signalés (Taşkıran, 2008), parmi eux Karain, Nizip, Göllüdağ, Denizli Kocabaş, Dursunlu et Kaletepe 3, lesquels ont livré des restes importants pour la définition du cadre chronologique et culturel du Paléolithique ancien (Dinçer, 2016 ; Otte et al., 1998 ; Güleç et al., 2009 ; Taşkıran, 2009 ; Balkan-Atlı et al., 2008 ; Lebatard et al., 2014 ; Yalçınkaya, 1981 ; Otte, Yalçınkaya & Taşkıran, 2003, Özçelik et al., 2016, Özçelik et al., 2017). Il reste pourtant difficile de préciser l’évolution chronologique du Paléolithique inférieur de l’Anatolie orientale, et même dans l’ensemble de l’Anatolie (Yalçınkaya, 1981 ; Yalçınkaya, Özçelik, Kartal & Taşkıran, 2008 ; Dinçer, 2016). Par contre, la présence des outils de type de l’Olduvai évolué ante-acheuléen et de l’Acheuléen ancien (galets aménagés sur une ou deux surfaces et bifaces de type primitif et hachereaux sur éclat) à Hırbe Helale (et sur d’autres sites situés à proximité, étude en cours) devient problématique afin de revoir le peuplement du Paléolithique inférieur et ancien en Anatolie orientale, au moins dans le massif calcaire de Mardin. Des galets aménagés et des nucléi de la tradition pebble-core provenant de Hırbe Helale suggèrent l’existence du Paléolithique inférieur (Olduvai évolué et anté-acheuléen) qui est aussi présent au Levant (Muhesen, 2012 ; Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001). La forte présence de bifaces de types variés, d’hachereaux et d’éclats de type tayacien à Hırbe Helale, et également identifiés à Haydar, Qurs et Anıtlı suggère également la possibilité d’une occupation acheuléenne et acheuléo-tayacienne dans la région de Tur Abdin. Ce qui montre que la région de Tur Abdin fait partie des routes des groupes d’Homo erectus durant le Paléolithique inferieur et ancien.

Fig. 12 : Les possibles routes de la sortie d’Afrique d’Homo erectus par le Proche-Orient et position géographique du Tur ‘Abdin

Fig. 12 : Les possibles routes de la sortie d’Afrique d’Homo erectus par le Proche-Orient et position géographique du Tur ‘Abdin

E. Kodaş

13La présence de l’industrie levalloiso-moustérienne provenant d’Hırbe Helale est un autre point important pour la possible rencontre d’Homo sapiens et d’Homo néandertal au Proche-Orient (Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001). Durant l’occupation du Paléolithique moyen, Homo sapiens et Homo néandertal utilisent possiblement tous les deux le même débitage levallois au Proche-Orient (Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001 ; Shea, 2016, à partir de 160-130 mille ans avant notre ère). Il est donc très difficile de distinguer les débitages des uns par rapport à ceux des autres. Par ailleurs, les industries lithiques levalloiso-moustériennes sont fortement présentes durant le Paléolithique ancien et moyen dans l’ensemble du Proche-Orient y compris en Anatolie orientale (Otte, Yalçınkaya, & Taşkıran, 2003). Au Levant, cette industrie est fondée sur le site de Tabun, qui présente dans le niveau D’une prédominance de pointes levallois de longues dimensions avec une base étroite. Des lames et des outils typés du Paléolithique supérieur y ont aussi été signalés (Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001 ; Shea, 2016). Au niveau suivant (Tabun C), des centaines de racloirs sur éclats, d’éclats de forme ovale et, plus rarement, d’outils pouvant être datés du Paléolithique supérieur ont été mis au jour. Vers la fin de cette période, l’industrie lithique se caractérise par des pointes levallois de courte dimension avec une base large (Shea, 2016). Les occupations de cette période s’intensifient, dans des grottes, sous des abris ou en plein air, dans l’ensemble du Proche-Orient (Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001 ; Shea, 2016) y compris Anatolie orientale (Özel, 2006 ; Taşkıran, 2002 ; Taşkıran & Kartal, 2003 ; Taşkıran & Kartal, 2004 ; Otte, Yalçınkaya, & Taşkıran, 2003). À Hırbe Helale, l’industrie lithique est riche et diversifiée pour ces périodes où les types de Tabun D et Tabun B sont dominants. Nous avons également identifié des quantités considérables de restes lithiques de type levalloiso-moustérien sur les sites de Haydar, Xurs et Anıtlı, et nous envisageons de ce fait une occupation intensive durant le Paléolithique ancien et moyen, pendant laquelle le débitage levalloiso-moustérien est dominant (Boēda, 2019) dans cette région.

14Les industries lithiques de la transition du Paléolithique ancien-moyen d’Hırbe Helale nous permettent de donner un cadre chronologique et culturel un peu plus précis dans la sphère paléolithique du Proche-Orient. Par exemple, nous avons pu identifier un petit nombre de nucléi à éclats et éclats de type acheuléo-yabroudien (Boeda, 2013 ; Muhesen, 2012 ; Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001) pour cette période à Hırbe Helale. La donnée importante, malgré sa faible présence, est de montrer le lien culturel possible entre Levant et Anatolie orientale durant le Paléolithique ancien-moyen, entre environ 350 et 220 milles d’années (Muhesen, 2012 ; Le Tensorer, Hauck, & Wojtczak, 2005). Tandis que les industries lithiques acheuléo-yabroudiennes sont peu attestées sur le site, nous trouvons fréquemment des lames et nucléi à lames de la culture hummalienne pouvant être datés entre 220 et 160 mille ans avant notre ère à Hırbe Helale. Cette industrie lithique, qui commence à la fin de la culture acheuléo-yabroudienne, a été liée en plusieurs occasions par des auteurs à l’arrivée d’Homo sapiens au Proche-Orient (Le Tensorer, Hauck, & Wojtczak, 2005 ; Muhesen, 2012 ; Boeda, 2019). Il est possible que certains bifaces soient présents durant cette période à Hırbe Helale comme cela été attesté à Hummal. Cependant, nous n’avons aucun outil de type pré-aurignacien et amoudien à Hırbe Helale ce qui complique encore plus la précision de l’évolution chronologique complète de l’occupation du Paléolithique ancien et moyen sur le site. Mais nous pouvons déjà avancer que le site de Hırbe Helale a été occupé successivement durant la culture acheuléo-yabroudienne puis hummalienne qui sont toutes les deux des cultures caractéristiques du Levant.

Perspectives

15Le site d’Hırbe Helale est une occupation de plein air installée sur un gisement de silex, qui nous permet de revoir l’évolution chronologique du Paléolithique en Anatolie orientale, celle-ci uniquement connue par quelques prospections dans cette région (Taşkıran, 2008 ; Dinçer, 2016 ; Otte et al., 1998, Fig. 13). Des fouilles ou du moins des prospections intensives sont obligatoires afin de mieux comprendre la nature du site de Hırbe Helale dans son évolution chronologique et culturelle. Par ailleurs, le site n’est pas le seul site d’occupation paléolithique de la région du massif calcaire et du Tur ‘Abdin : nous avons identifié trois autres sites dans cette région (Haydar, Xurs et Anıtlı) qui présentent des niveaux du Paléolithique ancien, moyen et plus rarement supérieur, mais aussi de l’Épipaléolithique. Le site d’Hırbe Helale a une superficie dont les dimensions le démarquent de la plupart des sites, et plusieurs grottes ont été repérées dans ses environs immédiats. À l’intérieur ou à proximité de ses dernières, des restes lithiques du Paléolithique (quelques nucléi à éclats, outils sur éclats et bifaces) ont déjà été identifiés. Plusieurs fossiles (humains et/ou animaux ?) trouvés autour d’une de ces grottes sont en cours d’analyse.

Fig. 13 : Évolution chrono-culturelle du Paléolithique définie à Hırbe Helale

Fig. 13 : Évolution chrono-culturelle du Paléolithique définie à Hırbe Helale

E. Kodaş

16Peu de recherches archéologiques sur le terrain sont menées afin de pouvoir mieux définir la chronologie du Paléolithique dans les vallées du Haut Tigre et du Haut Khabour. Les sites paléolithiques connus dans l’Anatolie orientale se situent pour la plupart autour du bassin de l’Euphrate et sur la côte méditerranéenne. De ce fait, c’est ici que la recherche contemporaine situe le passage des groupes humains vers l’Eurasie (Copeland, 2004 ; Taşkıran, 2008 ; Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001). Peu de sites sont attestés entre les vallées du Haut Tigre et de l’Euphrate, et ils le sont principalement dans la partie nord de la vallée du Khabour. Il est clair que les sites paléolithiques des vallées de l’Euphrate anatolien et syrien se situent dans la plaine tandis que les sites paléolithiques identifiés dans la vallée du Haut Tigre et au nord de la vallée du Khabour se situent soit au bord des rivières, soit dans les hautes plaines montagneuses de la région. En revanche, le site d’Hırbe Helale (et d’autres sites de la même région comme Haydar, Qurs et Anıtlı) se situe précisément entre les plaines syriennes et les montagnes du Taurus, sur le massif calcaire, au nord de la vallée du Khabour. Dans ce contexte géographique, le site d’Hırbe Helale devient l’un des sites de référence pour la compréhension de la chronologie et de la culture du Paléolithique ancien, ancien-moyen et moyen de la région du Tur ‘Abdin et de ses environs.

17D’un point de vue chrono-culturel et régional, le site d’Hırbe Helale, avec une occupation du Paléolithique inférieur et ancien, du Paléolithique ancien-moyen (yabroudien et hummalien) et du Paléolithique ancien ou moyen (Levallois), est plus proche des sites levantins, en particulier des sites de la région d’El-Kown en Syrie. Cette similarité est d’autant plus visible pour la culture anté-acheuléenne, acheuléenne et paléolithique ancienne-moyenne. Ce lien chrono-culturel de Hırbe Helale avec les cultures paléolithiques syriennes (surtout pour la période inférieure du Paléolithique ancien) et la forte présence des sites de cette période dans la région de Mardin peut probablement être liée à la sortie d’Homo erectus d’Afrique vers l’Anatolie et la Transcaucasie en passant par le Levant (Copeland, 2004 ; Taşkıran, 2008 ; Bar-Yosef & Belfer-Cohen, 2001). Cette route migratoire a souvent été localisée sur la côte méditerranéenne et/ou sur la vallée de l’Euphrate mais rarement sur la vallée du Haut Tigre.

18Pour résumer, la forte présence des industries lithiques anté-acheuléennes à Hırbe Helale suggère que certains groupes d’Homo erectus ont traversé la région de Mardin et du Tur ‘Abdin à partir du Khabour et vers la région montagneuse de l’Anatolie. Les premiers résultats de cette étude pourront bientôt être comparés à ceux de trois autres sites paléolithiques, à savoir Xurs, Haydar et Anıtlı, que nous avons identifié dans le cadre de ce projet. Ces derniers présentent une occupation aussi ancienne qu’Hırbe Helale.

Haut de page

Bibliographie

Bar-Yosef, O., & Belfer-Cohen, A. (2001). From Africa to Eurasia : early dispersals. Quaternary International, 75, 19-28.

Balkan-Atlı, N., Kuhn, S., Astruc, L., Çakan, G., Dinçer, B., & Kayacan, N. (2008). Göllüdağ 2007 Survey. Anatolia Antiqua, XVI, 293-312.

Boēda, E. (2013). Techno-logique et Technologie. Une Paléo-histoire des objets lithiques tranchants. Préhistoire au Présent. Prigonrieux : Archéo-éditions.com.

Boēda, E. (2019). Intégrer le temps long pour mieux appréhender le changement technique en préhistoire. Dans E. Davis (dir.), Antropologie des techniques, Cahier 1 (p. 63-76) Le Harmattan.

Bordes, F. (1968). La Paléolithique dans le monde. Paris : Hachette.

Copeland, L. (2004). The Paleolithic of the Euphrates Valley in Syria. Dans O. Aurenche, M. Le Mière, & P. Sanlaville (dir.), From The River To The Sea : The Paleolithic And The Neolithic On The Euphrates And The Northern Levant : Studies in Honour of Lorraines Copeland (BAR International Series n° 1263, p. 19-114). Oxford : Archaeopress.

Coşkunsu, G. (2019). Hırbe Helale (Harabe Helale) ve Ğurs Vadisi. Afrika’dan Dünyaya Yayılırken Yolu Anadoludan Geçen Paleolitik Dönem Atalarımızın Mardin’deki İzleri. Aktüel Arkeoloji, 67, 76-83.

Dinçer, B. (2016). The Lower Paleolithic in Turkey : Anatolia and Hominin Dispersals Out of Africa. Dans K. Harvati, & M. Roksandic (dir.), Paleoanthropology of the Balkans and Anatolia. Human Evolution and its Context (p. 213-228). Dordrecht : Springer.

Gilead, D., & Israel, M. (1975). An Early Palaeolithic Site at Kefar Menahem. Preliminary Report, 2, 1-12.

Güleç, E., White, T., Kuhn, S., Özer, İ., Sağır, M., Yılmaz, H., & Howell, F.-C. (2009). The Lower Pleistocene lithic assemblage from Dursunlu (Konya), central Anatolia, Turkey. Antiquity, 83, 11-22.

Hours, F. (1980). Paléolithique et Épipaléolithique de la Syrie et du Liban (Thèse de doctorat). Université de Paris I (Sorbonne), Paris.

Kodaş, E., Genç, B., Güzel, E., Labedan-Kodaş, C., İpek, B., & Erdoğan, N. (2018). Hırbe Helale Nekropol Alanı 2018 Yılı Kazıları. Artuklu İnsan ve Toplum Bilim Dergisi, 3(2), 82-87.

Kodaş, E. (2020). Mardin-Hırbe Helale’de yerleşim yerinde ele geçen Paleolitik Dönem buluntuları üzerine ilk gözlemler. Boncuklu Tarla’da tespit edilen Orta PPNB Dönem yongalama atölyesi üzerine ilk gözlemler. 41. Uluslararası Kazı, Araştırma ve Arkeometri Sempozyumu, Juin 2019, Diyarbakır/Turquie.

Lebatard, A.-E., Alçiçek, M. Ç., Rochette, P., Khatib, S., Vialet, A., Boulbes, N., Bourlés, D. L., Demory, F., Guipert, G., Mayda, S., Titov, V. V., Vidal, L., & De Lumley, H. (2014). Dating the Homo erectus bearing travertine from Kocabas (Denizli, Turkey) at least 1.1 Ma. Earth and Planetary Science Letters, 390, 8-18.

Le Tensorer, J.-M., Martini, P., Von Falkenstein, V., Schmid, P., & Villalain, J.-J. (2015). The Oldowan site Aïn al Fil (El Kowm, Syria) and the first humans of the Syrian Desert. L’Antropologie, 119(5), 581-594.

Le Tensorer, J.-M., Hauck, T., & Wojtczak, D.-B. (2005). Le Paléolithique ancien et moyen d’Hummal (El Kowm, Syrie centrale). Swiatowit, V, 179-194.

Muhesen, S. (2012). Aperçu sur le Paléolithique de Syrie. Syria, 89, 7-29.

Otte, M., Yalçınkaya, I., Kozlowski, J., Bar-Yosef, O., Bayón, I.-L., & Taşkıran, H. (1998). Long-term technical evolution and human remains in the Anatolian Palaeolithic. Journal of Human Evolution, 34, 413-431.

Otte, M., Biglari, F., Flas, D., Shidrang, S., Zwyns, N., Mashkour, M., Naderi, R.,
Mohaseb, A., Hashemi, N., Darvish, J., & Radu, V., (2007). The Aurignacian in the
Zagros region : new research at Yafteh cave, Lorestan, Iran. Antiquity, 81, 81-96.

Otte, M. & Noiret, P. 2010. Les gestes techniques de la préhistoire. Bruxelles : De Boeck.

Otte, M., Yalçınkaya, I., & Taşkıran, H., (2003) Le Paléolithique de Turquie. Dossiers d’Archeologie, 281, 10-13

Özçelik, K., Kartal, G., & Fındık, B. (2015). Denizli İli Prehistorik Dönem Yüzey Araştırması, 2014. Araştırma Sonuçları Toplantısı, 33(1), 377-396.

Özçelik, K., Kartal, G., & Fındık, B. (2016). Denizli İli Prehistorik Dönem Yüzey Araştırması, 2015. Araştırma Sonuçları Toplantısı, 34(1), 505-524.

Özel, A. (2006). Bismil-Batman Arası (Dicle Havzasi) Paleolitik Dönem Buluntuları (Mémoire de master). Université d’Ankara, Ankara, Turquie.

Parenti, F., AI-Shiyab, A.-H., Santucci, E., Kafafi, Z., & Palumbo, G. (1997). Early Acheulian Stone Tools and Fossil Fauna from Daugera Formation, upper Zarqa Valley, Jordanian Plateau. Dans H. G. K. Gebel, Z. Kafafi, & G. O. Rollefson (dir.), The Prehistory of Jordan. Perspectives from 1997. Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence, and Environment 4 (p. 7-22). Berlin : ex oriente.

Shea, J.-J. (2016). Stone Tools in Human Evolution : Behavioral Differences among Technological Primates Paperback. New York : Cambridge University Press.

Stekelis, M. (1966). Archaeological Excavations at ‘Ubeidiya, 1960-1963. Jérusalem : Israel Academy of Sciences and Humanities.

Taşkıran, H. (2002). 2000 Yılı Karkamış Baraj Gölü Alanı Paleolitik Çağ Yüzey Araştırması (The Palaeolithic Survey in the Carchemish Dam Reservoir Region : 2000 Season). Dans N. Tuna, & J. Velibeyoğlu (dir.), Ilısu ve Karkamış Baraj Gölleri Altında Kalacak Arkeolojik Kültür Varlıklarını Kurtarma Projesi 2000 Yılı Çalışmaları (p. 383-429). Ankara : ODTÜ Tarihsel Çevre Araştırma ve Değerlendirme Merkezi (Taçdam).

Taşkıran, H., & Kartal M. (2002). 2001 Yılı Ilısu Baraj Gölü Alanı Paleolitik Çağ Yüzey Araştırması. Araştırma Sonuçları Toplantısı, 20(2), 191-202.

Taşkıran, H., & Kartal, M. (2003). Ilısu Baraj Gölü Alanı Paleolitik Çağ Yüzey Araştırması 2002 Yılı Çalışmaları. Araştırma Sonuçları Toplantısı, 21(2), 295-304.

Taşkıran, H. (2008) Réflexions sur l’Acheuléen d’Anatolie. L’Anthropologie, 112, 140-158.

Yalçınkaya, I. (1981). Le Paléolithique inférieur de Turquie. Dans J. Cauvin & P. Sanlaville (dir.), Préhistorie du Levant (p. 207-218). Paris : CNRS.

Yalçınkaya, I. (1983). Samsat-Şehremuz Tepesi Çevresi Paleolitik Çağ Yüzey Araştırmaları, 1982. Araştırma sonuçları Toplantısı, 1, 13-20.

Yalçınkaya, I., Özçelik, K., Kartal, M., & Taşkıran, H. (2009). Diffusion des cultures à bifaces en Turquie. Anadolu/Anatolia, 35, 1-38.

Haut de page

Notes

1 Selon la population locale, il y a une dizaine d’années, la rivière coulait durant toute l’année.

2 Au bout d’une heure de marche, nous avons pu observer environ 250 outils bifaciaux (galet aménagés, bifaces, pics, hachereaux), des centaines de nucléi, d’éclats levallois et une vingtaine de nucléi discoïdes, entre autres.

3 D’après nos recherches effectuées sur le terrain depuis 2017, les zones se situant en dehors du campus de l’université, à l’ouest, au nord et au sud, possèdent une grande quantité de restes lithiques, principalement datant du Paléolithique, et plusieurs grottes de dimensions variées (de 50 à 200 m2). La dimension du site mesure environ 8 km2. Plusieurs prospections archéologiques, avec ou sans ramassage, ont été réalisées et un certain nombre d’outils ont été photographiés sur place par mes soins entre 2017 et 2020.

4 Ces pièces n’ont pas été étudiées pour l’instant.

5 Nous avons aussi étudié ces pièces dans cet article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de Hırbe Helale et de certains sites paléolithiques majeurs du Proche-Orient
Crédits E. Kodaş
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 501k
Titre Fig. 2 : Répartition des outils en silex sur la surface de Hırbe Helale
Crédits E. Kodaş
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Fig. 3
Légende Galets aménagées à une seule surface (a et c), galets aménagés à deux surfaces (b et d), divers nucléi à éclat (e-g) provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-3.png
Fichier image/png, 429k
Titre Fig. 4 : Divers bifaces provenant de Hırbe Helale
Légende Amygdaloïde (a), naviformes (b-c), micoquiens (d-e), abbevillien (f) ; pics (g-h), bifaces de petite taille (ı-j), cordiforme (k) et lancéolé (l) provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-4.png
Fichier image/png, 653k
Titre Fig. 5
Légende Hachereaux façonnés sur éclats (a-b), hachereaux façonnés sur bloc (c), bifaces de type abbevilliens (d-f) provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-5.png
Fichier image/png, 534k
Titre Fig. 6 : Divers outils de la culture tayacienne
Légende Éclats (a), éclat massif retouché (b), pointes tayaciennes (c-d) provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-6.png
Fichier image/png, 452k
Titre Fig. 7
Légende Divers éclats levallois (a-e), et nucléi à éclats levallois (f-l) provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-7.png
Fichier image/png, 426k
Titre Fig. 8
Légende Nucléus kombewa provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Titre Fig. 9 : Nucléi à éclats de type yabroudien provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre Fig. 10
Légende Deux nucléi à lames (a-b) et diverses lames (c-g) hummaliennes provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre Fig. 11
Légende Nucléi à lames (a,c-d) et lames en silex (b) datant du Paléolithique supérieur provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre Fig. 12 : Les possibles routes de la sortie d’Afrique d’Homo erectus par le Proche-Orient et position géographique du Tur ‘Abdin
Crédits E. Kodaş
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre Fig. 13 : Évolution chrono-culturelle du Paléolithique définie à Hırbe Helale
Crédits E. Kodaş
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1306/img-13.png
Fichier image/png, 1,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ergül Kodaş, « Note sur un site paléolithique en Anatolie orientale : Hırbe Helale  »Anatolia Antiqua, XXVIII | 2020, 7-21.

Référence électronique

Ergül Kodaş, « Note sur un site paléolithique en Anatolie orientale : Hırbe Helale  »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVIII | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 03 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1306 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1306

Haut de page

Auteur

Ergül Kodaş

Université de Mardin-Artuklu, Département d’Archéologie Préhistorique
ergulkodas@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut français d'études anatoliennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search