Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIIIProduction et consommation d’huil...

Production et consommation d’huile d’olive en Cilicie Trachée occidentale : état des recherches

Caroline Autret
p. 69-87

Notes de l’auteur

Cet article fut présenté sous forme de communication à un colloque sur l’huile d’olive en Méditerranée durant l’Antiquité à l’Université de Poitiers. Je remercie Séverine Lemaître ainsi que Laurent Capdetrey et Vincent Michel, organisateurs de ce colloque, pour m’avoir invitée à participer à cette conférence. Il a depuis été remanié et mis à jour, notamment avec les données issues de ma thèse de doctorat.

Texte intégral

Je tiens à exprimer mes remerciements à Michael Hoff, Birol Can et Rhys Townsend qui mènent le projet de fouilles à Antioche sur la Kragos, ainsi qu’aux équipes de prospections pédestres du RCASP pour leur accueil, et plus particulièrement Matthew Dillon. Mes plus sincères remerciements à Kathleen Slane et John Lund pour leurs conseils. Enfin, je souhaite exprimer toute ma gratitude à Antigone Marangou pour ses suggestions, ainsi qu’à Nicholas Rauh qui dirigeait le RCASP et sans qui cet article n’aurait pu se faire.

1À la suite des prospections pédestres menées dans la région de la Cilicie Trachée occidentale, plusieurs études ont montré l’importance de la viticulture et de l’oléiculture dans l’économie locale. Ainsi, N. Rauh et son équipe ont récemment fait remarquer que « the press installations in western Rough Cilicia would appear to have serviced olive oil production on a significant scale » avant de conclure que « [the] oil production represented a significant agricultural activity in western Rough Cilicia » (Rauh et al., 2006, p. 64, 71). Or, le climat et le relief permettent à cette région occidentale de Cilicie d’être un lieu propice à la production d’huile d’olive autant qu’à celle de vin.

  • 1 L’emplacement des frontières est ici fourni à titre indicatif. La limite entre la Cilicie Trachée e (...)
  • 2 Pour une description détaillée des méthodes employées lors des prospections et des sites visités ou (...)

2La Cilicie Trachée, dont les limites géographiques se situent entre les abords de Soli-Pompéiopolis à l’est et les environs de Syedra à l’ouest1, constitue le territoire occidental montagneux de cette région littorale micrasiatique, par opposition à celui des plaines à l’est, la Cilicie Plane. La partie occidentale de cette région se compose d’une étroite bande côtière parallèle à la chaîne du Taurus, à la topographie accidentée, entrecoupée de quelques plaines côtières localisées à l’embouchure de petites rivières saisonnières. Des prospections pédestres ont été menées durant plus d’une dizaine d’années dans une large zone géographique située près de la frontière de la Cilicie et de la Pamphylie. Les recherches ont été conduites aussi bien le long du rivage entre Syedra et Charadros que dans l’arrière-pays, le long des crêtes ceinturant les vallées de rivières, telles les régions de deux affluents de la rivière Hacımusa (l’Adanda [Hasdere] et le Beyrebucak) dont l’embouchure s’ouvre près de Sélinonte2 (Fig. 1). Les équipes du Rough Cilicia Archaeological Survey Project (RCASP) ont ainsi relevé des vestiges aussi bien céramiques qu’architecturaux, dont de nombreux éléments de pressoirs. Ces derniers attestent une production de vin et/ou d’huile d’olive importante, que l’on pourrait qualifier de production à grande échelle si l’on considère le nombre de sites où de telles installations ont été découvertes, ainsi que le nombre élevé des infrastructures elles-mêmes. Parallèlement, ces campagnes de prospections successives ont permis d’identifier l’implantation de plusieurs centres de production amphorique localisés dans la même région que les installations agricoles.

Fig. 1. Carte des ateliers et des sites de Cilicie Trachée occidentale

Image 1000000000000481000002C2BA2263C8F160EB55.tif

N. Rauh, modifiée par C. Autret

  • 3 Le but de cette étude n’est pas de confronter la production d’huile d’olive à celle du vin, mais d’ (...)

3Dans cet article, nous nous intéresserons uniquement aux éléments caractéristiques de la production oléicole afin de souligner cet aspect de l’agriculture cilicienne occidentale. Ces installations seront décrites de manière générale3, alors que l’accent sera mis sur deux sites, Bıçkıcı et Antioche sur le Kragos, qui regroupent une double activité de production oléicole et céramique. Ensuite, bien que la question de l’envergure de cette production micrasiatique ne puisse être développée pour plusieurs raisons (état de conservation des vestiges et absence de fouilles archéologiques permettant d’avoir une vue globale des installations notamment), les questions de production et de consommation seront évoquées à la lumière du mobilier archéologique disponible. Enfin, ces vestiges seront confrontés aux sources littéraires afin d’aborder la question du commerce des huiles produites en Cilicie Trachée occidentale. Il est important de préciser que les données présentées ici sont aussi bien publiées qu’inédites.

Les installations de broyage des olives de Cilicie Trachée occidentale

  • 4 L’absence de fouilles ajoutée à une simple observation de surface des vestiges ne permet pas de con (...)

4L’ensemble des chercheurs reconnaît la difficulté de distinguer les éléments caractéristiques d’une production d’huile de ceux destinés au traitement du raisin. Cela n’en est que plus vrai pour cette région méridionale d’Asie Mineure où les données proviennent de vestiges identifiés lors de prospections pédestres. Ainsi, l’étude de la plupart des infrastructures présentées ici dépend d’observations de surface d’éléments généralement endommagés, dont la reconnaissance reste discutable au vu de leur contexte de découverte. En effet, la mise au jour d’une fraction considérable de ces installations résulte de pillages. La possibilité de découvrir des composants supplémentaires, à ce jour toujours enfouis à proximité et nécessaires pour assurer toute identification, ne doit alors pas être négligée. J.-P. Brun fait ainsi remarquer que pour certifier toute identification, l’ensemble des éléments impliqués dans le processus de transformation doit être étudié (2004, p. 7). Comme le résume M.-Cl. Amouretti, « l’interprétation pour l’huile ou le vin sur un pressoir est évidemment liée aux cuves de décantation pour l’huile ou les jarres pour le vin » (2002, p. 468). Toutefois, certains appareils apparaissent comme étant caractéristiques des installations oléicoles. C’est notamment le cas des moulins, les olives devant être broyées avant d’être pressurées. L’utilisation des pressoirs, à destination de l’huile ou du vin, est plus délicate à déterminer. Les maies en pierre sont toutefois généralement considérées comme un indice d’identification d’huileries, bien que dans certaines régions des presses à vin sont dotées de maies en pierre, comme en Chersonèse où elles sont cependant incluses dans des aires maçonnées (Brun, 2004, p. 12). De nombreux chercheurs opèrent une distinction entre les maies creusées dans la roche mère, qui servaient dans un premier temps de fouloir et témoignent donc d’une production viticole, de celles taillées dans un bloc rocheux plus dur, qui attesteraient une production oléicole (Aydınoğlu & Alkaç, 2008, p. 280 ; Brun, 1993, p. 522 ; Bruneau & Fraisse, 1984, p. 721 ; Diler, 1994, p. 508). Cependant, de tels dispositifs sont observables sur tous les sites agricoles de Cilicie Trachée occidentale à l’exception d’Antioche sur le Kragos (cf. infra). Cette caractéristique laisse alors plutôt penser à une spécificité locale. Comme le fait remarquer M. Sgourou, il faut prendre en considération le fait que les vestiges conservés traduisent plus souvent des nécessités particulières que les recommandations des agronomes antiques (2000, p. 31-32). Il paraît donc peu probable que cette observation constitue à elle seule un critère absolu de la nature des produits transformés localement4, contrairement à la présence de broyeurs et notamment de meules, qui représentent un indice indéniable de production oléicole. C’est pourquoi seuls les pressoirs pouvant être mis en relation avec des broyeurs, et parfois la présence d’éléments de moulin isolés, ont été pris en compte dans cette étude.

Fig. 2 : Catalogue des installations oléicoles de Cilicie Trachée occidentale

Sites

Pressoirs

Broyeurs

Maies (arae)

Cuves de collecte

Arbores

Contrepoids

Meules

Mortaria

Sivaste (Karatepe, RC 0301)

 

 

 

 

x

 

Akkaya Mahallesi (RC 0302)

 

 

 

 

c (déplacée ?)

 

Néphélion

 

 

 

 

 

x

Iotape

x

 

 

 

 

x

Sarnıç Tepe (RC 9715)

x

x (avec ciment hydraulique)

 

 

 

x

Nergis Tepe (RC 9904)

x

x (avec ciment hydraulique)

 

x

x

 

Govan Asarı (RC 0040)

 

x

 

 

x

 

Koçaş Tepe (RC 9605)

x

x

 

x

x

 

Öz Mevkii (RC 0406)

 

 

 

y

x

 

Kestros

x

 

x (2)

 

x

 

Koyacak Tepe (RC 9714)

x (2)

x

 

 

 

x

Kenetepe (RC 0304)

x

 

 

y (plusieurs)

x (2)

x

Tomak Asarı (RC 0019)

x

 

 

 

x (2)

x

Guda Tepe (RC 9712)

x (2)

 

 

x

x

x (2)

Göçük Asarı (RC 0030)

x (2)

 

 

x

x (3)

x (2)

Asar Tepe (RC 0014)

x (2)

 

 

x (plusieurs)

c (3)

x (3)

Kale Tepe (RC 0201)

x (5)

x

x

y (6)

c (5)

x (2)

Antioche sur le Kragos

x

x

x

 

 

x

Bıçkıcı

 x

 

 x

 

x

y : au moins un contrepoids incisé de mortaises

c : au moins une meule à chevrons

C. Autret

Fig. 3 : Meule à chevrons d’Asar Tepe (RC 0014)

Fig. 3 : Meule à chevrons d’Asar Tepe (RC 0014)

N. Rauh

5Les recherches menées en Cilicie Trachée occidentale ont permis de recenser le long des côtes ou dans l’arrière-pays montagneux plus de quinze sites qui possèdent des vestiges d’installations de broyage (cf. Figs. 1-2). Certains avaient une production de denrées importante si l’on en juge par le nombre de structures encore visibles. Pour d’autres, seul un élément témoigne d’activités agricoles durant l’Antiquité, comme à Néphélion situé le long de la côte, où un bassin de broyage est conservé. C’est une meule qui a en revanche été observée à Sivaste (aujourd’hui Karatepe, RC 0301) ainsi qu’à Akkaya Mahallesi (RC 0302), deux sites de l’arrière-pays de la Trachée. Cette dernière présente la particularité d’avoir sa surface radiale, celle servant à écraser les olives, incisée de motifs en chevron. Ce procédé, également attesté à Kale Tepe et Asar Tepe (Fig. 3), était employé dans le but d’améliorer l’efficacité du broyage. Toutefois, les habitants d’Akkaya affirment qu’ils ont apporté cette roue de broyage de Sivaste, situé le long de la même crête montagneuse. De telles pratiques, déplacer des éléments de transformation des denrées en vue de les réutiliser, n’était pas rare dans l’Antiquité, en particulier les meules coûteuses et aisément transportables qui étaient donc récupérées ou vendues lors de l’abandon d’un site (Brun, 1997, p. 69 ; Brun, 2004, p. 10). Le remploi d’une meule est de plus compréhensible lorsque l’on s’attache à leur fabrication : une roue de broyage nécessitait vingt à vingt-cinq jours de taille (Camps-Fabrer, 2000, p. 9).

  • 5 C’est un bassin de collecte rectangulaire partiellement enterré qui révèle l’existence d’un ancien (...)

6Dans la majorité des cas, ce sont plusieurs dispositifs qui révèlent l’existence d’anciennes installations agricoles. Il s’agit généralement d’équipements de pressurage associés à des éléments caractéristiques de la production oléicole. Ce regroupement d’installations de pressurage et de broyage dans l’ouest cilicien traduit l’importance des activités oléicoles, même si beaucoup paraissent avoir eu une production relativement modeste. C’est le cas à Iotape, Sarnıç Tepe (RC 9715), Nergis Tepe (RC 9904), Govan Asarı (RC 0040)5, Koçaş Tepe (RC 9605) ou encore Öz Mevkii (RC 0406) (cf. Fig. 1). Les éléments encore visibles sur ces sites indiquent que les infrastructures agricoles possédaient un appareil de broyage qui fonctionnait avec un pressoir (Fig. 2).

7Sur les deux premiers sites susmentionnés, c’est la présence d’un bassin de broyage qui témoigne du procédé de transformation des olives. À Iotape, petite cité côtière fondée au début du Ier s. apr. J.-C. par Antiochos IV de Commagène, qui l’aurait baptisée du nom de sa sœur et épouse, Iotape Philadelphe (Rauh et al., 2000, p. 172), la maie d’un pressoir accompagnait le mortarium. Bien que ce bassin de broyage ait été déplacé, il se situe aujourd’hui près de l’ancienne route moderne construite au détriment de la cité antique qu’elle traverse, sa taille impressionnante, plus de 2 m de diamètre (Fig. 4), permet d’appréhender l’importance de la production oléicole pour cette cité du littoral cilicien (Rauh et al., 2006, p. 66-67, fig. 20). R. Blanton (2000, p. 25) précise que de telles dimensions témoignent d’une production à grande échelle, et ce malgré un diamètre différent de celui fourni dans Rauh et al. (2006). Malgré la taille exceptionnelle de ce bassin de broyeur, il est exclu qu’il ait servi au traitement de la canne à sucre, utilisation qui pourrait être suggérée en raison de son diamètre impressionnant. La canne à sucre ne semble pas avoir joué un rôle important dans l’agriculture méditerranéenne antique. Les sources littéraires demeurent restreintes quant aux témoignages sur le sucre et sa production, et les descriptions souvent répétitives et confuses (cf. Desanges, 2000). R. Jones (2016, p. 13) précise que la culture du sucre ne s’est répandue autour du bassin méditerranéen qu’à partir du VIIIe s. apr. J.-C. Le diamètre des cuves de broyage utilisées pour la canne à sucre à Chypre à l’époque médiévale semble par ailleurs largement dépasser celui des plus grands bassins de Cilicie Trachée occidentale. À titre d’exemple, voir le socle de mortarium qui mesure 3,4 m de diamètre mis au jour à Palaepaphos, aujourd’hui Kouklia (Maier & Von Wartburg, 1983, p. 303). De telles données sont malheureusement trop rares pour permettre une comparaison objective. Enfin, l’étude de raffineries découvertes en Méditerranée nous renseigne sur la technologie de ces installations qui fonctionnaient grâce à des moulins hydrauliques (pour un état de la question, se reporter à Berthier, 1966 ; von Wartburg, 1995. Voir par ailleurs les rapports de fouilles de la raffinerie de Kouklia rédigés par Maier et von Wartburg dans les RDAC-Report of the Department of Antiquities, Cyprus [1979-1991] pour Chypre)

Fig. 4 : Mortarium d’Iotape

Fig. 4 : Mortarium d’Iotape

C. Autret

Fig. 5 : Cuve de collecte de Govan Asarı (RC 0040)

Image 10000000000003AA00000300F0C2FDE5F4EF0804.tif

N. Rauh

Fig. 6 : Cuve de collecte découverte à Sarnıç Tepe (RC9715)

Image 1000000000000500000003BA4BC257C9E61ED03B.tif

N. Rauh

8Le bassin de mola olearia de Sarnıç Tepe (RC 9715) se situe non loin d’une maie associée à une cuve de collecte qui présente encore des traces de ciment hydraulique (Fig. 5). Des vestiges similaires, une cuve de collecte enduite de mortier hydraulique, une meule et un contrepoids ont été découverts à Nergis Tepe (RC 9904) dans l’arrière-pays d’Iotape (Rauh et al., 2006, p. 66, fig. 17). À Govan Asarı (RC 0040), un site localisé le long d’un affluent de la rivière Hacımusa, ce sont en revanche une meule et une cuve de collecte rectangulaire partiellement enterrée qui ont survécu (Fig. 6). Cette dernière ne permet pas de déterminer la nature des produit transformés, pas plus que les récipients de recueillement du liquide des deux autres sites, Sarnıç Tepe et Nergis Tepe, recouverts de mortier hydraulique, et qui auraient pu servir à recueillir un liquide obtenu par pressurage. La taille de ces structures peut être un indice de leur utilisation, cuve de décantation pour l’huile ou de recueillement du moût pour le vin. Cependant, ces données sont ici lacunaires, notamment car ces vestiges, observés lors de prospections pédestres, sont encore partiellement enterrés. En l’état actuel de la documentation, il n’est donc pas permis de distinguer la fonction de ces bassins.

9La présence d’une meule ou d’un mortarium sur chacun de ces sites permet cependant d’affirmer qu’on y produisait de l’huile d’olive. Une production viticole n’est toutefois pas à exclure complètement, même si l’hypothèse d’une double production paraît étrange car, en l’état actuel de nos connaissances, un seul pressoir est attesté sur chacun de ces deux sites, mais beaucoup ont pu disparaître ou ne pas être repérés. Si les techniques de pressurage sont les mêmes pour le raisin et les olives, comme le montrent notamment les pressoirs de la Villa Settefinestre en Étrurie (Carandini & Settis, 1979, p. 69-75 et panneau 20 pour leur reconstruction), il paraît douteux qu’un seul pressoir fut employé pour traiter les deux denrées, bien que certains chercheurs envisagent cette possibilité (Rauh et al., 2006, p. 71-72).

10La maie recensée à proximité d’une meule à Koçaş Tepe (RC 9605) montre que sur ce site du littoral un pressoir et un moulin étaient employés pour la production agricole. Une cuve a également été observée, mais contrairement aux précédentes, son identification demeure conjecturale en raison de sa forme particulière en « V ». Les éléments de canalisation qui lui sont associés laissent toutefois penser que, malgré son aspect peu fréquent, ce récipient servait bien à recueillir le liquide exprimé. Les caractéristiques de ce récipient, dépourvu d’enduit hydraulique, ne permettent pas ici non plus de trancher en faveur d’une production de vin ou d’huile. Il est souvent malaisé de savoir à quelle production étaient destinées ces bassins (Brun, 1986, p. 526-531), dont la présence ou l’absence de ciment hydraulique ne constitue pas nécessairement un critère (Brun, 2004, p. 22).

  • 6 Par comparaison, voir les contrepoids de type 2 dans Hadjisavvas, 1992, p. 61-62. Les céramiques dé (...)

11Les contrepoids nous renseignent sur la typologie des presses qui accompagnaient les broyeurs. Celui de Nergis Tepe indique que le pressoir fonctionnait grâce à un système de levier, alors qu’à Öz Mevkii (RC 0406), une pierre dont la surface est taillée en « aile de papillon » (Fig. 7), identifiée avec un contrepoids de presse à vis par analogie avec des pierres semblables découvertes dans d’autres régions (voir Brun, 1986, p. 216 fig. 199 et p. 123, n° 62 ; Hadjisavvas, 1992, p. 64, fig. 114, type 2e), fournit l’un des rares témoignages de l’usage de pressoir à vis en Cilicie Trachée occidentale (Rauh et al., 2006, p. 68, fig. 25)6. Outre Öz Mevkii, de tels contrepoids n’ont été observés qu’à Kenetepe (RC 0304) et Kale Tepe (RC 0201) (cf. Fig. 2).

Fig. 7 : Contrepoids à encoches en “ailes de papillon” à Öz Mevkii (RC 0406)

Fig. 7 : Contrepoids à encoches en “ailes de papillon” à Öz Mevkii (RC 0406)

N. Rauh

Fig. 8 : Un des deux cadres de jumelles de Kestros

Image 100000000000031A000003608504F829C2BDBEDF.tif

N. Rauh

12D’autres établissements agricoles de taille modeste ont été découverts dans cette région de Cilicie Trachée, mais ils indiquent des systèmes de production plus importants au regard du nombre de dispositifs recensé. C’est le cas des huileries de Kestros (ibid., p. 72, 75-76, fig. 10 et 22) ou de Koyacak Tepe (RC 9714) où un broyeur fonctionnait avec deux presses, un agencement qui semble idéal : J.-P. Brun (1993, p. 518) affirme qu’il faut compter « en moyenne un moulin pour alimenter deux presses ». Deux arbores ont été découverts in situ dans un bâtiment situé sur l’acropole de Kestros (Fig. 8), entre deux temples dédiés respectivement aux Flaviens et aux Antonins. Ce sont deux maies rupestres qui nous informent de la présence de deux presses à Koyacak Tepe, où un bassin de mola olearia subsiste également, de même qu’une cuve de recueillement circulaire enduite de ciment hydraulique.

13Au contraire, si les vestiges de deux pressoirs sont conservés à Kenetepe (RC 0304) et Tomak Asarı (RC 0019), il s’avère plus difficile de connaître le nombre de broyeurs utilisés. Ainsi, deux roues de broyage pour un seul mortarium ont été retrouvées sur ces deux sites. Les moulins pouvaient certes fonctionner avec deux meules, mais cette disposition paraît contraire à la tendance régionale, et va à l’encontre de la tendance généralement observée sur les sites du bassin méditerranéen (Frankel, 1993, p. 480). La question demeure donc ouverte.

  • 7 Ce site, comme Koyacak Tepe (RC 9714) et Sarnıç Tepe (RC 9715) est situé sur une crête montagneuse (...)

14Enfin, seule une minorité de sites comportent des installations agricoles destinées à une production à plus grande échelle qui nécessitait plusieurs pressoirs servant à alimenter plusieurs moulins. Deux presses étaient actionnées parallèlement à deux broyeurs à Guda Tepe (RC 9712)7 où une meule manque forcément puisqu’une seule roue de broyage a été découverte à proximité des deux mortaria. Göçük Asarı (RC 0030) pose le même problème que Kenetepe et Tomak Asarı. Deux bassins de broyage y sont attestés, mais ils sont accompagnés de trois meules. Nous ignorons si l’un des broyeurs fonctionnait avec deux roues ou s’il existait un mortarium supplémentaire durant l’Antiquité. Au contraire ce sont bien trois moulins employant chacun une meule (cf. Fig. 3) (la description détaillée de ces appareils est fournie dans Rauh et al., 2006, p. 67, 72, n. 84, fig. 21) qui servaient au broyage des olives à Asar Tepe (RC 0014). La pâte qui en était extraite, la sampsa, était ensuite placée sur deux presses à levier et contrepoids pour en exprimer l’huile. Il est intéressant de remarquer que sur ce site, comme à Kestros ou encore à Antioche sur le Kragos (cf. infra), certains éléments de production oléicole ont été repérés parmi les débris d’une structure qui prenait place au cœur de la cité, près d’un bâtiment identifié comme le bouleutérion à Asar Tepe ou à proximité de temples impériaux à Kestros.

  • 8 Un bloc rupestre présente des entailles dites en « aile de papillon » : une mortaise en queue d’aro (...)

15Le plus considérable de tous les sites de transformation des denrées de Cilicie Trachée occidentale demeure néanmoins Kale Tepe en raison du nombre de dispositifs liés à la production agricole qui y ont été découverts. Pas moins de cinq pressoirs étaient utilisés comme l’indiquent les cinq maies observées. Certains devaient être dévolus à la production oléicole dont témoignent les deux mortaria et les cinq meules retrouvées (pour les instruments de production de cette cité, voir Rauh et al., 2006, p. 54, spéc. n. 16, et p. 72-73, fig. 13, 22, 24 ; Rauh & Wandsnider, 2005, p. 128 et fig. 2). Mais là encore, l’emploi de deux roues de broyage par moulin ne peut être assuré. Il apparaît évident qu’au moins un bassin de mola olearia, peut-être plus, n’est pas préservé au regard du nombre de meules présentes sur le site. Les contrepoids nous informent sur la technologie des cinq presses locales qui étaient manœuvrées grâce à un levier (cf. Fig. 9), à l’exception de l’une d’entre elles qui était actionnée grâce à un système de vis8. Par ailleurs, peu de traces d’urbanisation subsistent à Kale Tepe hormis ces vestiges liés à l’agriculture. Il est donc vraisemblable que ce site constituait un complexe de production agricole comme le suggère N. Rauh.

Fig. 9 : Emplacement du mortarium découvert à Antioche sur le Kragos

Fig. 9 : Emplacement du mortarium découvert à Antioche sur le Kragos

C. Autret

16Si ce site est de loin le plus remarquable quant à la capacité de production oléicole régionale, deux autres sites sont tout aussi intéressants, non en termes de capacité des denrées pouvant y être traitées, mais parce qu’ils regroupent des éléments caractéristiques de la transformation de produits agricoles et un atelier de production amphorique.

  • 9 Pour l’identification d’Antioche sur le Kragos avec un bastion pirate mentionné par Appien, cf. Rau (...)
  • 10 Quelques fragments de céramique hellénistique ont été retrouvés à plusieurs endroits de la cité par (...)
  • 11 La céramique exhumée lors des fouilles de ce pressoir est en cours d’étude. Il est impossible de pr (...)

17Le plus à l’est, celui d’Antioche sur le Kragos (Antiocheia ad Cragum), aurait servi de base pirate au moment de l’âge d’or de la piraterie cilicienne9, même si l’essor de cette cité est plus tardif puisqu’il daterait du milieu du Ier s. apr. J.-C. (Rauh & Slane, 2000, p. 167-168)10. Antioche se situe au sommet d’un promontoire rocheux dominant la mer de plus de 300 m, au pied duquel se trouvent deux petits mouillages abrités sinon cachés, dont la fameuse « Baie des pirates », ainsi qu’un port situé à l’ouest de la cité (sur le port d’Antioche, voir Marten, 2005). Un bassin de moulin de 2,5 m de diamètre, le plus grand avec celui d’Iotape, a été repéré au sommet de la falaise identifiée avec l’acropole de cette ancienne cité, parmi de nombreux autres vestiges témoignant d’une implantation urbaine (pour la description des vestiges d’Antioche, ainsi qu’une brève histoire de la cité, cf. Hoff et al., 2015) (Fig. 10). Une seconde installation agricole a été mise au jour lors des fouilles du « temple nord-est » érigé à l’endroit le plus élevé de la cité. Elle est composée d’un pressoir à levier avéré par l’orifice qui servait à fixer l’une des extrémités du praelum en bois, face auquel on aperçoit une aire de pressurage plane cimentée avec un enduit hydraulique reliée à une cuve circulaire, qui porte également des traces de ciment hydraulique (Fig. 11). Cette dernière, située légèrement en contrebas, servait à collecter le liquide exprimé11. Le dépotoir d’un atelier amphorique, attesté par une concentration de tessons dont des rebus de cuisson, a été localisé à environ 140 m au nord-ouest du temple, en dehors de la ville (Autret & Rauh, 2010, p. 111, fournissent les coordonnées GPS de l’emplacement de ce centre de production). Outre des amphores d’époque romaine, dont certaines timbrées (Autret, 2019), diverses formes de céramiques communes étaient tournées dans cet atelier (Autret, 2015).

Fig. 10 : Contrepoids de presse à levier à Kale Tepe (RC 0201)

Image 1000000000000240000001B058E12D28331D2AD4.tif

N. Rauh

Fig. 11 : Pressoir creusé dans le temple nord-est d’Antioche sur le Kragos

Fig. 11 : Pressoir creusé dans le temple nord-est d’Antioche sur le Kragos

C. Autret

Fig. 12 : Vue de la tour romaine et du champ constituant le dépotoir de l'atelier de Bıçkıcı

Fig. 12 : Vue de la tour romaine et du champ constituant le dépotoir de l'atelier de Bıçkıcı

C. Autret

18Enfin, Bıçkıcı représente un site essentiel au niveau de l’agriculture et du commerce maritime cilicien, et constitue avec Kale Tepe l’un des plus remarquables de cette région micrasiatique. Comme Antioche sur le Kragos, Bıçkıcı rassemble production agricole et céramique. Mais ici, les deux activités sont concentrées sur un même emplacement, localisé au pied de la colline côtière de Karadağı, près de l’embouchure de la rivière Bıçkıcı qui a donné son nom au site. Les vestiges de l’atelier sont visibles dans un champ agricole (pour la description de l’atelier et des formes amphoriques manufacturées localement, cf. Autret, 2015 ; Rauh & Slane, 2000, p. 323-325), bordé par la rivière au nord et par un terrassement au sud, sur lequel se tient encore une tour carrée datée de l’époque romaine (Fig. 12). La structure du four est manquante, mais les concentrations principales de tessons se situent près de l’extrémité méridionale de la terrasse, de même que l’ensemble des fragments trop cuits voire vitrifiés observés durant les dernières années de prospection pédestre. Ces indices laissent penser que le four devait être localisé non loin de cette terrasse. Des prospections magnétiques ont révélé une large anomalie dans le champ juste sous la tour, qui pourrait être interprétée comme le signe de la présence du four (Autret & Rauh, 2010, fig. 8). Or, c’est justement au pied de la tour, sur ce terrassement, que des pilleurs ont mis au jour un mortarium caractéristique de la production oléicole, ainsi qu’une pierre circulaire à rainure concentrique propre aux maies (Fig. 13). La présence plausible d’une infrastructure charpentée accolée à la tour, abritant un moulin et un pressoir à levier qui fonctionnaient en combinaison, laisse supposer que la production d’huile d’olive était l’activité agricole prédominante à Bıçkıcı.

Fig. 13 : Installation agricole près de la tour de Bıçkıcı, avec détail du bassin de broyage et de la maie

Image 10000000000002440000021102A29478B09D6592.tif

C. Autret

19Malgré la faiblesse apparente des contextes de découverte des installations pouvant être identifiées comme des huileries dans cette région méridionale d’Asie Mineure, la présence d’éléments de broyage dans de nombreux sites du paysage cilicien démontre que la production oléicole jouait un rôle important pour l’économie locale. Ainsi, sur l’ensemble du nombre de sites présentant des installations de broyage et de pressurage, plus de la moitié peuvent être identifiés comme des huileries, dont l’une est indéniablement associée à un atelier amphorique.

L’huile d’olive cilicienne : production, consommation

  • 12 Ces chercheurs notent que des éléments semblables à ceux employés dans les systèmes plus primitifs, (...)
  • 13 L’essor à l’époque impériale de sites ruraux restreints dans des zones auparavant considérées comme (...)

20L’examen des installations oléicoles régionales atteste qu’au vu du nombre important de ces éléments, l’huile d’olive constituait une denrée majeure pour cette région micrasiatique de Cilicie Trachée occidentale. Or, le développement de la province de Cilicie semble lié à l’insertion de ce territoire dans l’Empire romain. Si l’oléiculture existait à des époques antérieures, elle n’a pas laissé de traces importantes, bien que le mobilier céramique et les vestiges indiquent que certains sites possèdent des installations de moulins et de pressoirs qui remontent à l’époque hellénistique, tel Kale Tepe (Rauh et al., 2006, p. 68, fig. 26)12. L’étude des céramiques collectées lors des prospections pédestres montre toutefois que la majorité de ces complexes est datable de l’époque romaine. Parmi les cités urbaines de la bande littorale cilicienne, plusieurs d’entre elles vont connaître un essor notable à cette époque, phénomène contemporain de l’apparition et du développement de plusieurs sites ruraux de l’arrière-pays montagneux, comme Nergis Tepe (ibid., p. 55, fig. 4. De manière générale, cf. Rauh et al., 2010, p. 285-299 pour l’essor des cités à cette époque en Cilicie Trachée). Le développement de sites ruraux reflète à ce titre les progrès réalisés dans le domaine agricole (Hitchner, 1993, p. 502)13. Par ailleurs, la présence de broyeurs ne devient un véritable critère pour l’identification d’huileries qu’à l’époque romaine, lorsque ces systèmes se diffusent largement dans de nombreuses provinces de l’Empire, tout comme les pressoirs à levier (Brun, 2004, p. 7).

  • 14 Une des meules présentées ci-dessus est issue d’Akkaya Mahallesi, mais elle proviendrait peut-être (...)
  • 15 Quatre sites étudiés ci-dessus, relativement proches les uns des autres, dominent ce canyon : Tomak (...)
  • 16 La meule d’Akkaya Mahallesi aurait ainsi été déplacée : cf. n. 15.
  • 17 Voir également Kestros et Asar Tepe qui représentent les deux autres exemples les plus significatif (...)
  • 18 Pour les usages de l’huile d’olive chez les Anciens : voir Amouretti, 1986, p. 181-192 ; Brun, 2003 (...)

21La carte de distribution des moulins et des installations de pressoir démontre par ailleurs que les huileries étaient réparties sur l’ensemble du territoire de Cilicie Trachée occidentale, aussi bien le long des côtes que dans les territoires montagneux. Malgré la limite idéale de culture de l’olivier établie pour les collines basses du bassin méditerranée entre 300 et 500 m d’altitude (Callot, 1984, p. 8), il arrive parfois que l’on trouve des huileries en dehors de cette zone climatique, sur des terres beaucoup plus élevées (Brun, 2003, p. 125-126)14. Les installations ciliciennes de l’arrière-pays semblent se situer légèrement en dehors de cette zone, mais les vallées fluviales protégées des vents violents offraient de bonnes conditions de croissance pour ces arbres, malgré une altitude sensiblement plus élevée (Hadjisavvas, 2008, p. 23). Ces cités qui ont été principalement identifiées sur les pentes sud et est des collines, donc sujettes à un bon ensoleillement, étaient aussi abritées des vents qui soufflent de l’ouest (Vann, 1998, p. 314). Ces conditions expliqueraient notamment la présence de plusieurs huileries regroupées au niveau de la vallée longeant le cours de la rivière Adanda15. Il s’avèrerait alors que, contrairement à la Cilicie Plane où les cités des plaines côtières jouaient un rôle accru dans la production de denrées redistribuées vers l’intérieur des terres en vue d’une consommation locale (ibid., p. 313), la région occidentale montagneuse semble avoir développé une agriculture qui pourrait être qualifiée de plus uniforme, répartie sur l’ensemble de son territoire. Cependant, il semble que les sites dont l’activité oléicole a été la plus importante soient ceux de l’arrière-pays si l’on en juge par le nombre de vestiges des appareillages d’extraction d’huile ; les installations des cités côtières se limitent bien souvent à un seul moulin, dont le fonctionnement était combiné à celui d’un ou deux pressoirs. Mais cette constatation doit demeurer sujette à caution car les pillages sont bien souvent venus perturber ces découvertes, tout en laissant entrevoir la possibilité de mettre au jour d’autres éléments enfouis si des fouilles archéologiques devaient avoir lieu, comme à Bıçkıcı. De plus, ces instruments coûteux pouvaient aisément être transportés, à la suite de l’arrêt d’activité d’une huilerie, dans le but d’être remployés ailleurs (Brun, 1993, p. 518)16. Toutefois, en dehors de quelques sites ruraux, la majorité de ces installations, et notamment les complexes les plus larges, étaient localisés dans des centres urbains. Il s’agit d’une situation relevée depuis longtemps dans certaines régions du monde antique, telle la Grèce (Brun, 2004, p. 96 sqq.). Cette localisation ne traduit pas nécessairement l’importance donnée aux denrées exploitées dans ces installations ; elle pourrait pareillement témoigner d’usages particuliers des productions agricoles, telles des pratiques rituelles (Amouretti, 2000, p. 154). Cela semble être le cas à Kestros où l’huilerie prenait place entre deux temples. Néanmoins, en Cilicie, les vestiges d’huileries sont presque systématiquement retrouvés dans les centres urbains (Autret, 2015). L’emplacement particulier des infrastructures de la Trachée occidentale pourrait alors refléter la valeur que revêtait l’huile d’olive pour les populations locales. En effet, certains sites montrent clairement que les moulins prenaient place au cœur des cités ciliciennes, comme à Antioche sur le Kragos où le bassin de moulin se trouve sur l’acropole17. Le rôle essentiel de l’huile d’olive pour des usages divers et variés de la vie quotidienne nécessitait une production importante, capable de répondre à la demande locale18. Le nombre élevé d’huileries et la présence de dispositifs évolués indiquent certainement une production massive d’huile d’olive, qui devait donc amplement suffire à répondre aux besoins de la population locale.

  • 19 Communication personnelle d’Antigone Marangou que je remercie sincèrement pour cette information in (...)

22En ce qui concerne le transport et le commerce de l’huile régionale, les informations récoltées grâce à l’étude des céramiques demeurent ténues. Les récipients de transport maritime manufacturés en Cilicie Trachée occidentale qui sont les mieux connus, les amphores ciliciennes de type 1 connues sous le nom de « Pinched-handle » ou Mau 27-28 et les amphores ciliciennes de type 4 qui correspondent au type Dressel 2-4 local, semblent avoir servi au transport de vin (la typo-chronologie des amphores ciliciennes est détaillée dans Autret, 2012 ; Autret, 2015). Un contenu vinaire peut être supposé pour les Dr. 2-4 locales sur la base du modèle coen que ces vases de transport imitent, tandis que le contenu de l’amphore de type 1, les « Pinched-handle », semble aujourd’hui assuré. Plusieurs exemplaires présentent ainsi de larges traces de poix sur leur paroi interne, comme l’amphore remontée lors de prospections sous-marines menées près d’Antioche sur le Kragos (Rauh et al., 2006, fig. 5). D’autres spécimens poissés sont issus de divers centres de consommation, tel Atlit (Zemer, 1978, p. 55) ou encore l’Agora d’Athènes (Robinson, 1959, p. 75, 106 : L11 et M239). Des analyses récentes effectuées sur des amphores dites « pamphyliennes » (amphore ciliciennes de type 5) issues d’un site de consommation indiquent que ces emballages auraient servi au transport de vin19. Seul le contenu des amphores de type 6, un type inédit récemment identifié (voir Autret, 2015, pour ce type d’amphore), demeure, en l’état actuel des recherches, incertain. Bien que la présence de poissage sur la paroi interne de ces récipients commerciaux ne puisse être considérée comme un argument décisif quant à un contenu vinaire à lui seul, les témoignages littéraires antiques attestent la renommée des vins de Cilicie au détriment de l’huile d’olive, contrairement à la Pamphylie, province limitrophe à la Cilicie Trachée occidentale, réputée pour son vin autant que pour sa production abondante d’huile (Expositio totius mundi et gentium, 45 ; Strabon, XII, 7, 1). Pline l’Ancien (XIV, 81) vante ainsi le passum de Cilicie, le plus connu des vins produits dans cette région, qu’il considère comme l’un des meilleurs de Méditerranée. Si l’huile d’olive locale ne semble pas être renommée en dehors de sa région de production, les Anciens mentionnent toutefois d’autres productions oléicoles. Les huiles parfumées, que concoctaient tant les Ciliciens que les Pamphyliens, peuvent ainsi être qualifiées de fameuses (voir à titre d’exemple Martial, Livre des Spectacles, 3, qui mentionne les Ciliciens et leurs parfums). Pline l’Ancien (XXI, 42) assure notamment qu’à son époque la meilleure huile d’iris provenait de Pamphylie, tandis que celle de Cilicie était tout aussi réputée. Il témoigne également de la renommée de l’huile safranée, ou parfum au safran de Cilicie, déjà considéré comme des plus fameux trois siècles plus tôt (Pline l’Ancien, XIII, 5 ; Théophraste, Des Odeurs, 27). Dioscoridès (De Mat. Med., I, 26) l’estime également pour ses vertus médicinales. Quelques siècles auparavant, au IIIe s. av. J.-C., Théophraste recommandait pour la préparation de parfums l’usage de l’huile d’amandes amères produite en Cilicie, qu’il classait parmi les meilleures huiles à employer comme excipient (De Odor., IV, 14-15). Les textes antiques témoignent donc que les huiles de Cilicie n’étaient pas réputées pour leur abondance, mais pour leurs qualités en tant qu’huiles aromatiques utilisées en parfumerie aussi bien qu’en médecine, que les populations locales produisaient grâce aux essences extraites de fleurs qu’ils récoltaient dans les montagnes environnantes. J.-P. Brun (2003, p. 173) précise que l’usage de parfums, symbole du raffinement oriental, s’accrut à Rome à la suite des conquêtes des provinces orientales. Enfin, à défaut de l’huile, les Anciens connaissaient aussi des recettes de conserve d’olives à la mode cilicienne (Columelle, De l’Agriculture, XII, 50, 6).

  • 20 Dioscoridès, contrairement à son contemporain, est originaire d’Anazarbos, une cité localisée dans (...)

23La réputation des huiles ciliciennes à Rome, établie notamment par Pline l’Ancien20, laisse supposer que ce produit devait faire l’objet d’un commerce organisé et d’un transport vers d’autres régions. Comme nous l’avons vu précédemment, les récipients maritimes locaux semblent avoir été destinés à un transport vinaire et non oléicole. Toutefois, malgré ces lacunes, les sources littéraires qui évoquent la production oléicole reflètent ici la présence de nombreux vestiges archéologiques identifiés lors de prospections pédestres. Ces sources confirment que, à l’instar d’autres sortes d’huiles, l’huile d’olive jouait sans doute un rôle important pour les populations locales à l’époque romaine.

Conclusion

  • 21 Le mobilier céramique découvert lors des prospections du RCASP est disponible en accès libre sur le (...)

24En conclusion, la documentation archéologique repérée lors des prospections pédestres nous permet de découvrir une première image de l’agriculture locale, et particulièrement de l’oléiculture cilicienne. Le nombre de sites qui présente des moulins, parfois associés à des installations de pressoir, et donc identifiables avec des huileries, est à peu près équivalent au nombre d’établissements où seuls les pressoirs apparaissent, considérés comme le témoignage d’une production viticole en l’absence d’autres indices (pour un aperçu de la production agricole de la Trachée et de la Cilicie dans son ensemble, cf. Autret, 2015). Par ailleurs, il est intéressant de voir que, dans cette région de Cilicie Trachée occidentale, l’essor des cités, celui de l’oléiculture et de l’agriculture en général semblent liés à l’insertion de cette région dans l’Empire romain. Ce phénomène est aujourd’hui bien attesté pour de nombreuses provinces romaines, qui vont développer une agriculture traditionnelle en une production que l’on peut qualifier de spécialisée. La Crète pour le vin (Marangou-Lerat, 1996), ou l’Afrique du Nord pour l’huile d’olive (Hitchner, 1993, avec références bibliographiques) sont parmi les exemples les plus représentatifs. La Cilicie a elle aussi développé un type d’agriculture spécialisée (Autret, 2015), mais il ne s’agissait pas de l’oléiculture. Bien que le matériel rupestre témoigne d’une production importante, que l’on pourrait qualifier de massive – en particulier si l’on compare ces vestiges, comme à Kale Tepe où fonctionnaient cinq pressoirs et cinq broyeurs –, avec ceux recensés dans reste de la Cilicie, et que les sources littéraires démontrent la renommée d’huiles parfumées, les preuves d’une exportation de la production oléicole locale restent encore à découvrir. En l’absence de ces documents, l’huile d’olive cilicienne doit être interprétée à échelle régionale, bien que le mode de distribution local de l’huile soit toujours méconnu. Il n’est cependant pas impossible que certains types de céramiques aient pu servir au transport de l’huile à échelle locale, comme en Cilicie Trachée occidentale : les récipients en terre cuite façonnés par les ateliers de Syedra et Bıçkıcı, nommés « Syedra Decorated Table amphora » et « Bıçkıcı strap-handle amphora » (Rauh & Slane, 2000, p. 322, 325), apparaissent sur de nombreux sites de l’arrière-pays (Autret 2015)21. Il n’est pas exclu qu’ils aient pu servir sinon au transport, tout du moins à la consommation de l’huile d’olive. Néanmoins, en l’état de la documentation, cela demeure une hypothèse, et les récipients de transport régional et interrégional de l’huile restent à identifier. Cette difficulté, que les chercheurs rencontrent dans d’autres régions à l’époque romaine, se pose également pour les périodes antérieures (cf. Lund, 2004 ; Hadjisavvas, 2003, p. 120). À l’époque romaine, d’autres types de conteneurs en matériaux périssables, difficilement identifiables, sont avérés servir au transport local de l’huile. L’outre, bien attestée en Gaule et en Afrique, en est le meilleur exemple (Marlière, 2002, p. 22 ; Marlière & Torres Costa, 2007, p. 86-94). La présence d’installations coûteuses et techniquement évoluées – par rapport à des systèmes plus primitifs tels les rouleaux broyeurs en pierre découverts par exemple à Guda Tepe (cf. Brun, 1986, p. 519-521 pour une discussion sur ce type d’instruments de broyage) – traduit néanmoins une organisation économique développée (Hitchner, 1993, p. 502-503 ; Mattingly, 1988, p. 157). Si l’on considère seulement ces infrastructures, il semble que l’huile et les olives constituaient la denrée la plus exploitée. N. Rauh et ses collaborateurs notent ainsi que la production oléicole apparaît comme l’activité agricole majeure de cette région : « the surviving material remains would appear to indicate that olive oil production was the region’s principal surplus agricultural activity » (Rauh et al., 2006, p. 72). Toutefois malgré l’ampleur de la production, la province cilicienne ne paraît pas avoir été désignée comme une région d’excellence pour l’huile d’olive. Sa production oléicole ne devait donc pas servir au ravitaillement d’autres provinces, comme ce fut le cas bien connu de la Bétique. Le nombre important d’éléments impliqués dans le procédé de transformation des olives révèle la présence de nombreuses huileries en Cilicie Trachée occidentale, une région agricole qui produisait suffisamment d’huile pour les besoins des populations locales et qui, à ce titre, peut être qualifiée de région autonome.

Haut de page

Bibliographie

BCH Suppl. 26 : M.-Cl. Amouretti & J.-P. Brun (dir.), La production de vin et d’huile en Méditerranée. Athènes-Paris : De Boccard.

Amouretti, M.-Cl. (1986). Le pain et l’huile dans la Grèce antique : de l’araire au moulin. Paris : Les Belles Lettres.

Amouretti, M.-Cl. (2000). L’artisanat indispensable au fonctionnement de l’agriculture. Dans Fr. Blondé, & A. Muller (dir.), L’artisanat en Grèce ancienne : les productions, les diffusions, Actes du colloque de Lyon (10-11 septembre 1998) (p. 147-164). Villeneuve d’Ascq : Université Charles-de-Gaulle-Lille 3.

Amouretti, M.-Cl. (2002). Découvertes archéologiques récentes sur les moulins et pressoirs romains de Provence. Dans L. Rivet, & M. Sciallano (dir.), Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens, Mélanges offerts à Bernard Liou (p. 465-469). Montagnac : M. Mergoil.

Amouretti, M.-Cl., & Comet, G. (2000). Le Livre de l’olivier (4e éd.). Aix-en-Provence : Édisud.

Autret, C. (2012). Cyprus and Cilicia : Amphora Production, Trade and Relations in the Early Roman Era. Dans A. Georgiou (dir.), Cyprus, an Island of Culture, Society and Social Relations from the Bronze Age to the Venetian Period (p. 251-267). Oxford : Oxbow Books.

Autret, C. (2015). La vigne, le vin et les amphores en Cilicie à l’époque romaine. Production et diffusion du Ier s. av. J.-C. au IVe s. apr. J.-C. [Thèse de doctorat non publiée, Université de Paris-Sorbonne et Université de Chypre, Paris, Chypre].

Autret, C. (2019). Un nouveau centre de timbrage en Cilicie à l’époque romaine : Antioche sur le Kragos. Dans N. Badoud, & A. Marangou (dir.), Analyse et exploitation des timbres amphoriques grecs (p. 159-169). Rennes : PUR.

Autret, C., & Rauh, N. K. (2010). Roman Amphora Production in Western Rough Cilicia. Dans Ü. Aydınoğlu, & A. K. Şenol (dir.), Olive Oil and Wine Production in Anatolia during Antiquity, Symposium Proceedings / Antik Çağda Anadolu’da Zeytinyağı ve Şarap Üretimi Sempozyum Bildirileri, 06-08 November 2009, Mersin (p. 109-122). Istanbul : Kilikia Arkeolojisini Araştırma Merkezinin (KAAM).

Aydınoğlu, Ü., & Alkaç, E. (2008). Rock-Cut Wine Presses in Rough Cilicia. Olba, 16, 277-290.

Blanton, R. E. (2000). Hellenistic, Roman and Byzantine Settlement Patterns of the Coast Lands of Western Rough Cilicia, BAR International Series 879. Oxford : Archaeopress.

Berthier, P. (1966). Les anciennes sucreries du Maroc et leurs réseaux hydrauliques. Rabat : Impr. françaises et marocaines.

Brun, J.-P. (1993). La discrimination entre les installations oléicoles et vinicole. BCH Suppl., 26, 511-537.

Brun, J.-P. (1997). L’introduction des moulins dans les huileries antiques. Dans D. Meeks, & D. Garcia (dir.), Techniques et économie antiques et médiévales : le temps de l’innovation, colloque international (C.N.R.S.), Aix-en-Provence, 21-23 mai 1996 (p. 69-78). Paris : Errance.

Brun, J.-P. (2003). Le vin et l’huile dans la Méditerranée antique. Viticulture, oléiculture et procédés de fabrication. Paris : Errance.

Brun, J.-P. (2004) : Archéologie de l’huile et du vin de la préhistoire à l’époque hellénistique. Paris : Errance.

Bruneau, Ph., & Fraisse, Ph. (1984). Pressoirs déliens. BCH, 108, 713-730.

Callot, O. (1984). Huileries antiques de Syrie du Nord. Paris : P. Geuthner.

Camps-Fabrer, H. (2000). Huile. Dans G. Camps (dir.), Encyclopédie Berbère, 23. Repéré à http://encyclopedieberbere.revues.org/1613

Carandini, A., & Settis, S. (1979). Schiavi e padroni nell’ Etruria romana : la villa di Settefinestre dallo scavo alla mostra. Bari : De Donato.

Casabonne, O., & Porcher, A. (2003). Notes ciliciennes (suite). Anatolia Antiqua, 11, 131-140.

Desanges, J. (2000). L ’Antiquité classique a-t-elle connu le sucre ? Dans D. Bécot, & J.-Cl. Hoquet (dir.), Le sucre, de l’Antiquité à son destin antillais, Actes du 123è congrès des Sociétés historiques et scientifiques, Antilles-Guyane, 1998 (p. 43-54). Paris : Éditions du CTHS.

Diler, A. (1994). Akdeniz Bölgesi Antik Çağ Zeytinyağı ve Şarap İşlikleri, AST, 11, 505-520.

Dodd, E. (sous presse). Late Roman Viticulture in Rough Cilicia : An Unusual Wine Press at Antiochia ad Cragum. JRA.

Frankel, R. (1993). The Trapetum and the Mola Olearia. BCH Suppl., 26, 477-481.

Hadjisavvas, S. (1992). Olive Oil Processing in Cyprus : from the Bronze Age to the Byzantine Period, SIMA, 99. Göteborg : P. Åströms Förlag.

Hadjisavvas, S. (2003). The Production and Diffusion of Olive Oil in the Mediterranean, ca. 1500-500 BC. Dans N. Chr. Stampolidis, & V. Karageorghis (dir.), ΠΛΟΕΣ… Sea Routes… Interconnections in the Mediterranean 16th-6th c. BC, Proceedings of the International Symposium held at Rethymnon, Crete, September 29th - October 2nd 2002 (p. 117-123). Athènes-Rethymnon : A. G. Levantis Foundation-University of Crete.

Hadjisavvas, S. (2008). Η ελιά και το λαδί στον αρχαίο ελληνικό κόσμο, Αθήνα : Πολιτιστικό Ίδρυμα Ομίλου Πειραιώς. Athènes : Piraeus Bank Group Cultural Foundation.

Hitchner, R. B. (1993). Olive Production and the Roman Economy : The Case for Intensive Growth in the Roman Empire. BCH Suppl., 26, 499-508.

Hoff, M., Townsend, R. F., Erdoğmuş, E., Can, E., & Howe, T. (2015). Antiochia ad Cragum in Western Rough Cilicia. Dans S. R. Steadman, & G. McMahon (dir.), The Archaeology of Anatolia, Recent Discoveries (2011-2014), vol. I. Cambridge : Cambridge Scholars Publishing.

Jones, R. E. (2016). Sweet Waste : Medieval Sugar Production in the Mediterranean viewed from the 2002 excavation at Tawahin es-Sukkar, Safi, Jordan. Glasgow : Potingair Press.

Lund, J. (2004). Oil on the Water ? Reflections on the Contents of Hellenistic Transport Amphorae from the Aegean. Dans J. Eiring, & J. Lund (dir.), Transport Amphorae and Trade in the Eastern Mediterranean, Acts of the International colloquium at the Danish Institute in Athens, September 2-29, 2002, Monographs of the Danish Institute at Athens 5 (p. 211-216). Aarhus-Athènes : Aarhus University Press-Danish Institute at Athens.

Maier, Fr. G., & Von Wartburg, M.-L. (1983). Excavations at Kouklia (Palaepaphos). Twelfth Preliminary Report : Seasons 1981 and 1982. Report of the Department of Antiquities, Cyprus, 1983, 300-314.

Marangou-Lerat, A. (1996). Le vin et les amphores de Crète de l’époque classique à l’époque impériale, Études Crétoises 30. Athènes-Thessalonique : Efa-Fondation F. Boutari.

Marlière, É. (2002). L’outre et le tonneau dans l’occident romain, Monographies Instrumentum 22. Montagnac : M. Mergoil.

Marlière, É., & Torres Costa, J. (2007). Transport et stockage des denrées dans l’Afrique romaine : le rôle de l’outre et du tonneau. Dans A. Mrabet, & J. Remesal Rodríguez (dir.), In Africa et in Hispania : Études sur l’huile africaine, Col·leccio Instrumenta 25 (p. 85-106). Barcelone : Universitat de Barcelona.

Marten, M. G. (2005). Spatial and Temporal Analyses of the Harbor at Antiochia ad Cragum (Mémoire de maîtrise). Florida State University, Tallahassae, USA.

Mattingly, D. J. (1988). Olea Mediterranea ? JRA, 1, 153-161.

Rauh, N. K. (2003). Merchants, Sailors and Pirates in the Roman World. Charlestown-Stroud : Tempus Publishing.

Rauh, N. K., & Rothaus, R. (2006). Caveat Emptor : Collecting and Processing Pottery in Western Rough Cilicia. Dans J. Lund, J. Poblome, & D. Malfitana (dir.), Old Pottery in a New Century. Innovating Perspectives on Roman Pottery Studies, Atti del convegno internazionale di Studi, Catania, 22-24 aprile 2004 (p. 347-362). Rome-Catane : « L’Erma » di Bretschneider-Tipolitografia S. Squeglia.

Rauh, N. K., & Slane, K. W. (2000). Possible Amphora Kiln Sites in Western Rough Cilicia. JRS, 13, 319-330.

Rauh, N. K., & Wandsnider, L. (2005). Dağlık Kilikya yüzey araştırması projesi : 2002 ve 2003 sezonlarının raporu, AST, 22, 125-138.

Rauh, N. K., Townsend, R. F., Hoff M., & Wandsnider, L. (2000). Pirates in the Bay of Pamphylia : An Archaeological Inquiry. Dans G. J. Oliver et alii (dir.), The Sea in Antiquity, BAR International Series 899 (p. 151-180). Oxford : Archaeopress.

Rauh, N. K., Dillon, M. J., Dore, Chr., Rothaus, R., & Koshol, M. (2006). Viticulture, Oleoculture and Economic Development in Roman Rough Cilicia. Münstersche Beiträge zur Antiken Handelsgescichte (MBAH), 25, 49-98.

Rauh, N. K., Townsend, R., Hoff, M., Dillon, M., Doyle, M., Ward, C., Rothaus, R., Caner, H., Akkemik, U., Wandsnider, L., Ozaner, S., & Dore, C. (2010). Life in the Truck Lane : Urban Development in Western Rough Cilicia. Jahrshefte des Osterreichischen Archaologischen Instituts (JOAI), 78, 253-312.

Rauh, N. K., Pejša, S., Dillon, M., Kızılarslanoğlu, A., & Autret, C. (2017). On-Line Publication of the Rough Cilicia Archaeological Survey Project Ceramic Dataset at PURR. ANMED News of Archaeology from Anatolia’s Mediterranean Areas, 2017 (15), 320-323.

Robinson, H. S. (1959). The Athenian Agora volume 5, Pottery of the Roman Period (Chronology). Princeton : The American School of Classical Studies at Athens.

Sgourou, M. (2000). Une installation de pressoir à Thasos et la diffusion de la technologie de la vis dans le monde méditerranéen. Dans Fr. Blondé, & A. Mulller (dir.), L’artisanat en Grèce ancienne : les productions, les diffusions, Actes du colloque de Lyon (10-11 septembre 1998) (p. 27-40). Villeneuve d’Ascq : Université Charles-de-Gaulle-Lille 3. 

Vann, R. L. (1998). A Classification of Ancient Harbors in Cilicia. Dans S. Swiny, R. L. Hohlfelder, & H. W. Swiny (dir.), Res maritimae, Cyprus and the Eastern Mediterranean from Prehistory to Late Antiquity, Proceedings of the Second International Symposium “Cities on the sea”, Nicosia, October 18-22, 1994 (p. 307-319). Atlanta : Scholar Press.

Von Wartburg, M.-L. (1995). La production de canne à Chypre : un chapitre de technologie médiévale. Dans M. Balard, & A. Ducellier (dir.), Coloniser au Moyen Âge (p. 126-131, 151-153). Paris : Armand Colin.

Zemer, A. (1978). Storage jars in Ancient Sea Trade. Haïfa : The National Maritime Museum Foundation.

Haut de page

Annexe

Abréviations

AST : Araştırma Sonuçları Toplantısı

BCH : Bulletin de Correspondance Hellénique

Haut de page

Notes

1 L’emplacement des frontières est ici fourni à titre indicatif. La limite entre la Cilicie Trachée et la Pamphylie, qui semble déjà poser problème dans l’Antiquité (comparer les témoignages de Strabon, XIV, 5, 2 et Pline l’Ancien, V, 92), demeure difficile à appréhender. À ce sujet, voir Casabonne & Porcher, 2003, p. 135-137 ; Rauh et al., 2000, p. 154, n. 24.

2 Pour une description détaillée des méthodes employées lors des prospections et des sites visités ou découverts depuis le début des investigations en Cilicie Trachée occidentale, cf. Rauh & Rothaus, 2006, et Rauh et al., 2000, p. 157-163.

3 Le but de cette étude n’est pas de confronter la production d’huile d’olive à celle du vin, mais d’insister sur l’importance régionale de la production oléicole. Pour des renseignements plus exhaustifs sur les types de moulins ou pressoirs employés dans cette région, voir Autret, 2015 ; Rauh et al., 2006.

4 L’absence de fouilles ajoutée à une simple observation de surface des vestiges ne permet pas de conclure avec certitude sur la fonction des maies rupestres de cette région.

5 C’est un bassin de collecte rectangulaire partiellement enterré qui révèle l’existence d’un ancien pressoir sur ce site : Rauh et al., 2006, p. 66, n. 56.

6 Par comparaison, voir les contrepoids de type 2 dans Hadjisavvas, 1992, p. 61-62. Les céramiques découvertes à Öz Mevkii indiquent que cette installation date de l’époque protobyzantine : Rauh et al., 2010, p. 258, fig. 1.

7 Ce site, comme Koyacak Tepe (RC 9714) et Sarnıç Tepe (RC 9715) est situé sur une crête montagneuse qui surplombe la Méditerranée, localisée entre Kestros et Néphélion (cf. Fig. 1), que Rauh et al. (2006, p. 57) désignent sous le nom de « Coastal Ridge ».

8 Un bloc rupestre présente des entailles dites en « aile de papillon » : une mortaise en queue d’aronde est taillée de chaque côté d’un percement circulaire. Or, comme il a été signalé ci-dessus, ce motif est caractéristique des contrepoids servant à assujettir un mécanisme de vis.

9 Pour l’identification d’Antioche sur le Kragos avec un bastion pirate mentionné par Appien, cf. Rauh et al., 2000 p. 155, n. 31. Les recherches menées par le RCASP montrent cependant qu’aucun site prospecté ne peut être directement associé à l’activité de pirates : cf. Rauh, 2003, spéc. p. 177-182 pour les résultats obtenus au début des années 2000.

10 Quelques fragments de céramique hellénistique ont été retrouvés à plusieurs endroits de la cité par le RCASP, mais la majorité des éléments datables pointe vers l’époque de sa recolonisation par Antiochos IV de Commagène en 52 apr. J.-C.

11 La céramique exhumée lors des fouilles de ce pressoir est en cours d’étude. Il est impossible de proposer une datation précise pour cette structure, qui date cependant de l’abandon du temple comme lieu de culte. Le point d’ancrage du mouton fut percé dans les degrés du podium, qui sont recouverts du même enduit que l’aire de presse. Pour une analyse détaillée de ce pressoir, qui servait au traitement du raisin et non des olives, voir Dodd, à paraître.

12 Ces chercheurs notent que des éléments semblables à ceux employés dans les systèmes plus primitifs, comme les rouleaux qui pouvaient servir à écraser les olives ou le raisin, sont visibles à Antioche sur le Kragos ou encore à Guda Tepe. Ces instruments semblent plutôt rares dans le paysage local, mais de telles pierres étaient certainement fréquemment réutilisées.

13 L’essor à l’époque impériale de sites ruraux restreints dans des zones auparavant considérées comme sous-développées d’un point de vue agricole est également visible en Méditerranée occidentale.

14 Une des meules présentées ci-dessus est issue d’Akkaya Mahallesi, mais elle proviendrait peut-être de Sivaste/Karatepe (RC0301). Ces deux sites se tiennent à plus de 800 m d’altitude.

15 Quatre sites étudiés ci-dessus, relativement proches les uns des autres, dominent ce canyon : Tomak Asarı, Göçük Asarı, Govan Asarı et Asar Tepe.

16 La meule d’Akkaya Mahallesi aurait ainsi été déplacée : cf. n. 15.

17 Voir également Kestros et Asar Tepe qui représentent les deux autres exemples les plus significatifs.

18 Pour les usages de l’huile d’olive chez les Anciens : voir Amouretti, 1986, p. 181-192 ; Brun, 2003, p. 169-182. Amouretti & Comet, 2000, p. 10-11 : nous informent par ailleurs qu’en dehors des trois régions les plus peuplées en oliviers, la Turquie appartient aujourd’hui à la catégorie des pays dont la production oléicole est des plus importantes. Les auteurs précisent que ces pays ont toujours connu une consommation locale significative d’huile et d’olives.

19 Communication personnelle d’Antigone Marangou que je remercie sincèrement pour cette information inédite. Pour la production d’amphores pamphyliennes en Cilicie Trachée occidentale : Autret, 2015 ; Rauh & Slane, 2000, p. 323, fig. 11-13.

20 Dioscoridès, contrairement à son contemporain, est originaire d’Anazarbos, une cité localisée dans l’arrière-pays montagneux de la Cilicie Plane. Il semble donc plus naturel qu’il connaisse les productions régionales ciliciennes, même si c’est au titre de leurs propriétés thérapeutiques qu’il les mentionne.

21 Le mobilier céramique découvert lors des prospections du RCASP est disponible en accès libre sur le site PURR (Purdue University Research Repository) : cf. Rauh et al., 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Carte des ateliers et des sites de Cilicie Trachée occidentale
Crédits N. Rauh, modifiée par C. Autret
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-1.tif
Fichier image/tiff, 4,1M
Titre Fig. 3 : Meule à chevrons d’Asar Tepe (RC 0014)
Crédits N. Rauh
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-2.png
Fichier image/png, 252k
Titre Fig. 4 : Mortarium d’Iotape
Crédits C. Autret
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 523k
Titre Fig. 5 : Cuve de collecte de Govan Asarı (RC 0040)
Crédits N. Rauh
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-4.tif
Fichier image/tiff, 1,6M
Titre Fig. 6 : Cuve de collecte découverte à Sarnıç Tepe (RC9715)
Crédits N. Rauh
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-5.tif
Fichier image/tiff, 2,7M
Titre Fig. 7 : Contrepoids à encoches en “ailes de papillon” à Öz Mevkii (RC 0406)
Crédits N. Rauh
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-6.tif
Fichier image/tiff, 457k
Titre Fig. 8 : Un des deux cadres de jumelles de Kestros
Crédits N. Rauh
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-7.tif
Fichier image/tiff, 1,4M
Titre Fig. 9 : Emplacement du mortarium découvert à Antioche sur le Kragos
Crédits C. Autret
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Titre Fig. 10 : Contrepoids de presse à levier à Kale Tepe (RC 0201)
Crédits N. Rauh
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-9.tif
Fichier image/tiff, 762k
Titre Fig. 11 : Pressoir creusé dans le temple nord-est d’Antioche sur le Kragos
Crédits C. Autret
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 582k
Titre Fig. 12 : Vue de la tour romaine et du champ constituant le dépotoir de l'atelier de Bıçkıcı
Crédits C. Autret
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 559k
Titre Fig. 13 : Installation agricole près de la tour de Bıçkıcı, avec détail du bassin de broyage et de la maie
Crédits C. Autret
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1369/img-12.tif
Fichier image/tiff, 2,0M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Autret, « Production et consommation d’huile d’olive en Cilicie Trachée occidentale : état des recherches »Anatolia Antiqua, XXVIII | 2020, 69-87.

Référence électronique

Caroline Autret, « Production et consommation d’huile d’olive en Cilicie Trachée occidentale : état des recherches »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVIII | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 30 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1369

Haut de page

Auteur

Caroline Autret

Équipe GAMA, UMR 7041 ArScAn
Sorbonne Université Abu Dhabi

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut français d'études anatoliennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
  • Logo IPLI Foundation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search