Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIIIChroniques des travaux archéologi...Fouilles de sauvetage sur la nécr...

Chroniques des travaux archéologiques en Turquie 2019

Fouilles de sauvetage sur la nécropole antique de Hırbe Helale (Mardin, Turquie) : rapport préliminaire sur les fouilles de 2018

Charlotte Labedan-Kodaş
p. 265-281

Résumé

La construction de l’université de Mardin Artuklu, débutée en 2007, est à l’origine de la découverte de plusieurs sites archéologiques d’intérêt. L’un d’eux, mis au jour près du parking de la faculté d’Art, révèle une période d’occupation s’étendant du Paléolithique à la période artukide. Les niveaux principalement mis en évidence lors des fouilles concernent une nécropole romaine antique et byzantine. En 2018, les fouilles ont permis d’y dégager 22 sépultures à ciste et 2 sépultures en fosse, soit environ 70 sujets adultes et enfants. Leur analyse contribuera à une meilleure connaissance des pratiques funéraires romaines dans l’Anatolie du sud-est, près de la frontière orientale de l’Empire romain.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous avons réalisé cette étude dans le cadre du projet de recherche scientifique MAÜ-BAP-17-EF-29 de l’Université Mardin Artuklu dirigé par Ergül Kodaş et des fouilles supervisées par le Musée de Mardin, avec leur aimable autorisation.

Texte intégral

Introduction

1Le Ṭur ‘Abdin est une région célébrée d’abord pour son unique et riche histoire religieuse. Des publications prestigieuses ont fait connaître ses monuments chrétiens tout au long du 20e siècle et on observe déjà, au 19e siècle, une curiosité savante. Bien qu’ils soient nombreux, ses monuments funéraires ont suscité moins d’engouement ; même la prestigieuse nécropole de Dara-Anastasiopolis nous reste en grande partie inconnue. La découverte et la fouille systématique de la nécropole de Hırbe Helale constitue donc une avancée appréciable pour la connaissance des pratiques funéraires romaines dans la région et de la société qui s’y est épanouie, connue avant tout par les textes. De plus, nos données suggèrent que la nécropole a été utilisée entre les 3e et 8e siècles de notre ère, avec une période de fonctionnement principale s’étirant du 4e au 7e s. de notre ère ; or, c’est une période peu documentée par l’archéologie, y compris religieuse. Sur la frontière orientale de l’empire romain, et plus précisément dans la province de Mardin, la plupart des églises et monastères chrétiens sont postérieurs au 6e siècle (Keser-Kayaalp, 2019). Le monastère de Mor Gabriel à Qartmin ainsi que l’église de Mor Yakub à Nusaybin, datés du 4e siècle, font figure d’exception. L’étude de la nécropole de Hırbe Helale est l’occasion de nous interroger sur la typologie et la signification sociale des sépultures fouillées, et devrait permettre, à l’avenir, d’affiner la datation relative du matériel retrouvé sur d’autres sites comparables.

Contexte

Fig. 1 : Localisation de la Nécropole de Hırbe Helale

Fig. 1 : Localisation de la Nécropole de Hırbe Helale

2La nécropole de Hırbe Helale est située dans le massif calcaire du ṬurʿAbdin, dans la province de Mardin, en Anatolie orientale. Elle se trouve sur un plateau à un peu plus de 940 m d’altitude, à 8 km au nord-ouest de la ville de Mardin et à proximité de la route Mardin-Diyarbakır (Amida). Des sépultures romaines rupestres ont été localisées de part et d’autre de cet axe entre la ville de Mardin et le site d’Hırbe Helale mais elles n’ont fait l’objet d’aucune étude à ce jour. Suite à sa découverte fortuite lors de la construction de la faculté d’Art (Fig. 1), des sondages ont été menés par le Musée et deux d’entre eux ont révélé des sépultures. Aucun vestige n’était apparent en surface. Trois campagnes de fouilles de sauvetage ont été programmées et dirigées par le Musée de Mardin en 2010, 2011 et 2018. Ces dernières, dont nous faisons état, ont été co-dirigées par Ergül Kodaş.

3Un élément qu’il importe de souligner est qu’il ne s’agit pas d’un site isolé. D’autres nécropoles tardo-antiques sont répertoriées à proximité, à savoir par exemple celles de Çerbila, à 1 km au nord-est du campus, d’Eskikale à 3 km à l’est de Mardin, ou encore, plus éloignée et bien plus célèbre, de Dara à 30 km au sud-est (à vol d’oiseau). La découverte de cette nécropole ajoute donc une maille au réseau connu de l’occupation romaine dans la région et pourra nous livrer des informations précieuses sur les pratiques funéraires de la population locale lors des études à venir. Il s’agit d’une opportunité pour en apprendre davantage sur une société, à travers ses rites funéraires, qui vivait une période de transition pour l’empire romain comme pour la région du ṬurʿAbdin en particulier. En effet, la nécropole présente un fonctionnement contemporain du conflit romano-perse et du début de l’Islam.

4La nécropole présente des modes d’inhumation intéressants et variés : tombes à fosse simple, tombes à ciste, hypogées à chambre et un sarcophage en calcaire. Les fouilles de 2018 ont permis de dégager 22 sépultures à ciste et 2 sépultures à fosse simple contenant les restes humains d’environ 70 individus, tandis que les restes de 20 à 25 individus déconnectés et isolés ont été retrouvés en dehors d’un contexte sépulcral (Tableau 1).

Tableau 1 : Description des sépultures mises au jour en 2018

Sujets

Nombre

Adultes

59

  • Femmes

18

  • Hommes

19

  • Indéterminé

22

Enfants

32

Nourrissons (0-2 ans)

12

Nouveaux-nés

7

Total

110

Datation de la nécropole

5Des outils paléolithiques ainsi que des céramiques et monnaies byzantines et Artuklu (11e-13e siècles) ont été mises au jour ; la séquence chronologique la plus importante correspond à l’occupation du site par une nécropole de période byzantine-omeyyade (4e-7e siècles).

6Le matériel le plus abondant du site est la céramique. Son étude ainsi que celle des vestiges architecturaux ont permis de dater la nécropole avec certitude, si ce n’est avec précision. Seuls des tessons ont été retrouvés, mais pas d’objet complet. Bien que l’étude céramologique soit toujours en cours, plusieurs groupes ont pu être identifiés dont la production s’étire de la période romaine tardive à la période Artuklu (Can & Erdoğan, 2014 ; Erdoğan & Ökse, 2010) (Fig. 2a).

Fig. 2a : Céramiques de l’Antiquité tardive provenant de Hırbe Helale

Fig. 2a : Céramiques de l’Antiquité tardive provenant de Hırbe Helale

Archive du Musée de Mardin

7Les tessons romains tardifs et byzantins ont été découverts majoritairement à l’intérieur des sépultures mais également autour de ces dernières. Ils ont sans doute été déplacés lors d’inhumations multiples. Il est également possible que ces derniers soient des vestiges d’offrandes funéraires. Les tessons omeyyades ont été retrouvés dans une couche mélangée, hors contexte funéraire mais possiblement déplacée lors des pillages, si bien qu’il n’est pas possible de déterminer si une partie de ce mobilier témoigne ou non d’une poursuite du fonctionnement de la nécropole à l’époque omeyyade en se fondant sur la stratigraphie. Les tessons artukides ont quant à eux été retrouvés très majoritairement en surface et dans la couche marquant l’abandon de la nécropole.

8Une seule monnaie a été mise au jour, en 2018, et elle est isolée. Il s’agit d’une pièce abimée par la corrosion et par conséquent illisible. On peut prudemment noter une similitude de taille et de forme avec les monnaies retrouvées dans la région et datées du 5e siècle de notre ère (Erdoğan, 2015). Il est toutefois possible d’affiner la datation de la nécropole grâce au mobilier numismatique retrouvé lors du sondage réalisé en 2010 et lors des fouilles entreprises en 2011 (Tableau 2).

Tableau 2: Mobilier numismatique identifié

Septime-Sévere ?

1

Justinien II

1

Heraclius

1

Constantin III (Heraclius Novus Constantinus)

2

Najm al-Din Alpi

1

Nasir al-Din al-Tusi

1

Al-Kamil Muhammad I ?

1

Najm al-Din Ghazi I

1

Fakhr al-Din Kara Arslan

1

Médiévale indéterminée

3

Total

13

9Les premiers résultats de l’étude du petit mobilier en verre analysé par Elif Hanar (Université de Mardin Artuklu) paraissent confirmer un fonctionnement de la nécropole antérieur au 4e s. (Hanar, Güzel, & Labedan-Kodaş, 2020).

Restes architecturaux et sépultures

10La surface mise au jour lors de la campagne de 2018 est de 300 m2. Les relevés topographiques ont été effectués à l’aide d’une station totale. Les emplacements des sépultures ont ainsi été localisés puis cartographiés avec l’aide complémentaire d’un drone. L’intégralité de la nécropole n’a pas été découverte : nous ne pouvons donc pas établir la superficie totale du site et une réelle analyse spatiale de la nécropole est à ce stade inenvisageable. Cependant, les fouilles de 2010 ont permis de découvrir un morceau de mur d’enceinte à l’ouest de la nécropole et les fouilles de 2018 ont peut-être fait de même au nord, ce qui permet de fixer en partie ses limites. L’enceinte nord est un mur qui a également pour fonction de dessiner des lignes de partage entre les sépultures. Il est probable que d’autres murs ou murets divisaient la nécropole et qu’ils constituaient en fait un passage entre les tombes (Fig. 3a, b). La campagne de fouilles programmée pour l’été 2020 a été reportée en raison de la situation liée à la pandémie du coronavirus.

Fig. 3a : Photo aérienne et dessin de la zone de fouilles en 2010, 2011 et 2018

Fig. 3a : Photo aérienne et dessin de la zone de fouilles en 2010, 2011 et 2018

Archive du Musée de Mardin

Fig. 3b : Plan de la nécropole

Fig. 3b : Plan de la nécropole

Fig. 4 : Détails des murs des sépultures à ciste et des sépultures à chambre funéraire souterraine

Fig. 4 : Détails des murs des sépultures à ciste et des sépultures à chambre funéraire souterraine

Archive du Musée de Mardin

Contexte sépulcral

11Les sépultures mises au jour en 2010, 2011 et 2018 sont toutes des sépultures à inhumation orientées sud-nord. Les parois sont en calcaire (Fig. 4) et elles ne sont généralement pas façonnées. Il s’agit tantôt de murets réalisés avec des pierres de petite taille, tantôt de dalles de tailles très variées. La présence de clous en fer provenant de trois sépultures à ciste indique que certains sujets ont été enterrés dans ou sur du mobilier en bois, sans que l’on puisse en déterminer la nature exacte. Ces clous ont tous été déplacés, dans et autour des sépultures (Sépulture G2, 2 clous ; G3, 2 clous ; G10 6 clous ; G14, 2 clous). Lors des fouilles, ont également été mis au jour des squelettes déposés sur le sol vierge. Ce dernier paraît avoir été aplani pour accueillir les dépouilles. Par ailleurs, on observe plutôt l’emploi de pierres naturelles soigneusement sélectionnées. Les dalles utilisées pour couvrir les sépultures à ciste et les sépultures à chambre funéraire n’ont pas non plus été façonnées. Aucun mortier n’a été employé pour construire les murs des sépultures à ciste ni pour construire les murets identifiés à l’intérieur ou encore pour limiter la nécropole.

Sépultures en fosse simple

12Quatre sépultures en fosse simple ont été fouillées (G2, G3, G13, G16), creusées directement dans le sol vierge. Il s’agit de sépultures utilisées pour des inhumations primaires individuelles. Elles ont livré un adolescent, un enfant couché sur le côté et deux autres enfants allongés sur le dos dans la même position que les squelettes situés dans les sépultures à ciste. (Fig. 5).

Fig. 5 : Photo de la sépulture en fosse simple G16

Fig. 5 : Photo de la sépulture en fosse simple G16

Archive du Musée de Mardin

Sépultures à ciste

Fig. 6a : Les sépultures à ciste avant et après ouverture des dalles en pierre utilisées pour les recouvrir

Fig. 6a : Les sépultures à ciste avant et après ouverture des dalles en pierre utilisées pour les recouvrir

Archive du Musée de Mardin

Fig. 6b : Sépultures à ciste après ouverture et positionnement des squelettes

Fig. 6b : Sépultures à ciste après ouverture et positionnement des squelettes

Archive du Musée de Mardin

1334 sépultures à ciste ont pu être identifiées au total, dont 22 lors de la campagne de fouille de 2018 (Fig. 6a, b). Elles sont de tailles variées, les plus grandes mesurant 2,20 x 0,90 cm de superficie et 97 cm de profondeur. Les plus petites mesurent environ 90-100 cm de long, 30-40 cm de large et 40-50 cm de profondeur. Toutes les sépultures à ciste ont été couvertes par des dalles de calcaire (Fig. 6a).

Sépultures à chambre funéraire souterraine

Fig. 7a, b : Sépultures à chambre funéraire à dromos aux cloisons intérieures en petit appareil

Fig. 7a, b : Sépultures à chambre funéraire à dromos aux cloisons intérieures en petit appareil

Archive du Musée de Mardin

Fig. 7c : Sépulture à chambre funéraire à dromos aux cloisons intérieures en dalles de calcaire

Fig. 7c : Sépulture à chambre funéraire à dromos aux cloisons intérieures en dalles de calcaire

Archive du Musée de Mardin

14Deux sépultures à chambre funéraire souterraine (hypogées) ont été fouillées dans la nécropole en 2010 et 2011 (Fig. 7a-c). Leur état de conservation est correct mais peu de restes humains ont été trouvés et aucun objet archéologique n’est présent in situ, ce qui laisse penser qu’il faut y voir les traces d’un pillage ancien. Leur structure comporte un dromos et une chambre funéraire rectangulaire orientée est-ouest dont le mur mesure environ 90 cm de large en double épaisseur. Les chambres ont été couvertes par des dalles en calcaire et leur entrée se situe au nord.

15La première sépulture à chambre funéraire a été mise au jour en 2010 dans le secteur AR5 (Fig. 7a). Le dromos mesure environ 235 cm de large et 150 cm de long. La chambre funéraire centrale mesure 260 cm de long et 150 cm de large. La chambre funéraire à droite de la pièce centrale mesure 250 cm de long et 150 m de large. La chambre funéraire à gauche de la pièce centrale mesure 260 cm de long et 140 m de large. L’entrée de la sépulture possède un escalier avec un palier rectangulaire.

16La deuxième sépulture est située dans le secteur R10 et a été fouillée en 2011 (Fig. 7b). Elle possède également un dromos qui mesure 130 cm de long et 35 cm de large. Elle possède une chambre funéraire qui mesure environ 200 cm de long et 115 cm de large. L’entrée de la sépulture est en entonnoir et l’on y accède par une rampe.

17Nous avons par ailleurs identifié une structure atypique, à première vue, mais que nous pensons pouvoir aussi identifier avec une sépulture à chambre funéraire souterraine (Fig. 7c). Il s’agit d’une structure rectangulaire construite avec des murs en pierre enduits à la chaux. Malheureusement aucun matériel archéologique n’a pu y être découvert, et elle renferme très peu des restes humains. L’entrée de la sépulture se situe au nord mais elle est en mauvaise état de conservation. Les murs de la structure ont une épaisseur d’environ 60 cm de large. Le bâtiment se divise en trois parties dont deux contiennent des restes humains. Dans les deux pièces, situées à l’est et à l’ouest de la pièce centrale, ont été creusées des sépultures à ciste. Ces tombes ont été bâties avec des dalles de calcaire. Elles forment les parois d’une fosse d’environ 130 cm de profondeur. Le sol de cette sépulture est enduit en chaux. Les murs ont été également maçonnés. Elle possède également un dromos qui mesure 100 cm de long et 50 cm de large. La chambre funéraire centrale mesure 230 cm de long et 115 cm de large. La chambre funéraire droite mesure 230 cm de long et 50 m de large. La chambre funéraire gauche de la pièce centrale mesure 250 cm de long et 80 m de large.

Sarcophage

Fig. 8 : Photo du sarcophage après restauration

Fig. 8 : Photo du sarcophage après restauration

Archive du Musée de Mardin

18Il existe une seule inhumation dans un sarcophage. Il a été retrouvé en 2011. Il s’agit d’un petit sarcophage en calcaire (Fig. 8) mesurant 45 cm de large, 90 cm de long et 35 cm de profondeur, sans couvercle, brisé en deux très probablement suite à son pillage. Il n’y a de motif apparent sur aucune de ses faces, signe qu’il s’agissait sans doute d’un chamosorion. Son emplacement demeure obscur car il a été déterré et déplacé.

Étude anthropologique de la population inhumée

19En 2018, ont été déterrés environ 60 sujets inhumés et 20-25 sujets isolés, retrouvés autour des sépultures sans y être associés. La plupart de ces sujets sont adultes. Tous les sujets ont fait l’objet d’une inhumation primaire et, le plus souvent, multiple. Jusqu’à 10 sujets ont pu être mis au jour dans une seule sépulture. L’inhumation simple ou double est rare et elle concerne plutôt les enfants. Ces derniers (dont l’âge est compris entre 2 et 10 ans) sont enterrés seuls dans des sépultures à ciste ou, plus rarement, auprès d’adultes. Les modes d’inhumation ne présentent pas de différence en fonction de l’âge et du sexe. La modestie de cette étude interdit toutefois de faire des suggestions quant au recrutement des défunts.

Orientation et position des corps

20Les sujets sont inhumés allongés sur le dos, la tête orientée au sud-ouest et les pieds au nord-est. Les visages de tous les sujets qui sont encore en connexion anatomique sont orientés vers le ciel. Les bras sont repliés sur le pelvis et les mains sont posées en pronation sur les hanches.

21Certains sujets sont en connexion anatomique mais beaucoup ont été déplacés lors d’inhumations postérieures vers les extrémités des corps inhumés à leur place en connexion anatomique, près des crânes ou des pieds mais aussi des radii et ulnas. Les crânes des sujets déconnectés sont posés pour la plupart sur leurs bases et ne démontrent aucune orientation systématique. Deux sépultures présentent des sujets en connexion anatomique enterrés dans le premier cas l’un sur l’autre, dans le second cas sur trois couches d’inhumation (Fig. 6d).

Fig. 6d : Inhumation de sujets complets dans la sépulture à ciste G4

Fig. 6d : Inhumation de sujets complets dans la sépulture à ciste G4

Archive du Musée de Mardin

22Les quatre sépultures en fosse simple ont livré des inhumations individuelles. Il s’agit de trois enfants et d’un adolescent. Dans deux d’entre elles, dont celle de l’adolescent, les sujets sont inhumés allongés sur le côté gauche, orientés sud-ouest-nord-est. Les jambes sont fléchies et les bras sont repliés sur le pelvis. Leur visage est orienté vers l’est. Aucun mobilier n’a été retrouvé dans ce type de sépulture.

Mobilier funéraire

23Les sépultures ont livré plusieurs parures en fer, en bronze, en argent et en verre dont des bracelets, des boucles d’oreille, des bagues et des perles (Tableau 2). Les perles sont rarement in situ, elles ont pour la plupart été mises au jour en vrac autour des boucles d’oreilles. La majorité des offrandes funéraires provient des sépultures d’enfants.

Dépôts en métal (bronze, argent et fer)

Le petit mobilier

24Les objets en métal sont nombreux mais souvent cassés ou abîmés. Au total nous avons retrouvé 58 objets en métal parmi lesquels les clous en fer forment un lot majoritaire. On dénombre par ailleurs 1 aiguille, 1 pointe de flèche et 1 couteau en fer tous en mauvais état de conservation, ainsi que 6 objets en fer et 1 autre en bronze dont la fonction n’a pu être déterminée.

Fig. 13 : Clous en fer retrouvés en 2018

Fig. 13 : Clous en fer retrouvés en 2018

Archive du Musée de Mardin

25Nous avons identifié 19 clous en fer qui proviennent uniquement des sépultures à ciste utilisé pour l’inhumation des adultes (Fig. 13). Ils mesurent entre 10 et 13 cm de long et entre 0,3 et 0,5 cm d’épaisseur. Il nous semble qu’ils ont été utilisés pour clouer les coffres en bois dans lesquels ont été déposés les cadavres ou simplement des planches en bois.

Fig. 9 : Mobilier numismatique

Fig. 9 : Mobilier numismatique

26Plusieurs monnaies byzantines ont été retrouvées sur la surface de nécropole lors de la campagne de 2010 et 2011 (Fig. 9). En 2018, nous avons trouvé une seule monnaie en bronze datée approximativement du 5e siècle de notre ère. (Tableau 2) (Erdoğan, 2015).

Tableau 2: Mobilier numismatique identifié

Septime-Sévere ?

1

Justinien II

1

Heraclius

1

Constantin III (Heraclius Novus Constantinus)

2

Najm al-Din Alpi

1

Nasir al-Din al-Tusi

1

Al-Kamil Muhammad I ?

1

Najm al-Din Ghazi I

1

Fakhr al-Din Kara Arslan

1

Médiévale indéterminée

3

Total

13

Les parures

27Excepté ces derniers, la plupart des objets en métal in situ ont été retrouvés dans des sépultures d’enfants. 12 bracelets en métal ont été mis au jour, dont 3 en bronze (Fig. 10) dans et autour des sépultures (G4). Les bracelets en bronze sont tous en mauvais état de conservation. Ils mesurent entre 4 et 5 cm de diamètre et leur section mesure entre 0,3 et 0,5 cm. Aucune différence typologique ne se remarque en fonction de leur matière première. Tous présentent une section circulaire sauf trois bracelets en fer, dont un seul est complet. Certains d’entre eux sont fermés et de section circulaire, d’autres possèdent une extrémité travaillée en forme de tête de serpent ou plus simplement en forme de bouton.

Fig. 10 : Bracelets retrouvés en 2018

Fig. 10 : Bracelets retrouvés en 2018

Archive du Musée de Mardin

Fig. 12 : Boucles d’oreille retrouvées en 2018

Fig. 12 : Boucles d’oreille retrouvées en 2018

Archive du Musée de Mardin

28Les boucles d’oreille sont au nombre de 11 (Fig. 12) et ont été retrouvées dans et autour de 3 sépultures (G4, G10, G11). Au total, nous avons découvert 6 boucles en argent et 5 boucles en bronze. Elles présentent trois types différents : boucles d’oreilles en forme de cercle simples en fil d’argent, boucles d’oreilles en forme de cercle en fil d’argent à perles en verre, et boucles d’oreilles en forme de serpent. Celles qui sont en forme de serpent sont en bronze et les autres sont en argent. Elles ont été mises au jour dans les sépultures et généralement in situ près des crânes de sujets enfants.

Fig. 11 : Bagues retrouvées en 2018

Fig. 11 : Bagues retrouvées en 2018

Archive de Musée du Mardin

29Une seule bague (en bronze) a été trouvée dans une sépulture à ciste et les autres ont été retrouvées autour des sépultures (Fig. 11). Elles mesurent entre 1,7 et 2,1 cm de diamètre. Trois bagues en fer sont complètes et présentent des motifs géométriques en incision sur leur chaton, deux de forme circulaire et un rectangulaire. Leur section est circulaire et mesure entre 0,3 et 0,4 cm. Les deux bagues en bronze comportaient visiblement un objet incrusté (vraisemblablement en verre) à l’intérieur du chaton. Leur section est rectangulaire et mesure entre 0,2 et 0,3 cm.

Dépôts en verre

30Les objets en verre sont rares. Nous avons trouvé quelques balsamaires cassés et détériorés ainsi que 3 bracelets en verre dont l’un d’eux seulement est complet (Fig. 14a). Ce dernier a été mis au jour dans la sépulture G12, mais pas in situ. Son diamètre est de 7,9 cm. Sa section est circulaire et mesure 0,5 cm. Le verre est d’un bleu sombre uni.

Fig. 14a, b : Bracelets en verre retrouvés en 2018

Fig. 14a, b : Bracelets en verre retrouvés en 2018

Archive de Musée du Mardin

Fig. 6c : Inhumation d’un enfant et objets funéraire dans la sépulture à ciste G10

Fig. 6c : Inhumation d’un enfant et objets funéraire dans la sépulture à ciste G10

31Les perles en verre sont souvent isolées. Une seule parure a pu être découverte : un collier et des perles autour d’une boucle d’oreille, retrouvés in situ dans la sépulture d’enfant G10 (Fig. 6c). Les perles sont pour la plupart de couleur bleu sombre, jaune et chamois (Fig. 14b).

Dépôts céramiques

32Un seul objet complet a été retrouvé. Il s’agit d’une lampe à huile (Fig. 2b), trouvée dans la couche formée par l’érosion au-dessus d’une sépulture. Sa forme est en amande. Elle comporte un bec à canal mouluré sur lequel sont représentés en relief des motifs de chevrons à la manière d’un épi. Son épaule est à marli et décorée sur sa partie supérieure de moulures formant deux bandes circulaires dans lesquelles sont représentés des traits verticaux. Son profil est anguleux, la médaille est étroite et non décorée, la base est annulaire, et elle n’est pas pourvue d’anse. Elle est comparable à une lampe de la collection Adler datée de la période abbasside, plus particulièrement du 8e ou 9e s. de notre ère (Adler, 2004). Le reste du mobilier céramique est en cours d’étude.

Fig. 2b : Lampe à huile abbaside

Fig. 2b : Lampe à huile abbaside

Fig. 2c : Couvercle en céramique à iconographie chrétienne

Fig. 2c : Couvercle en céramique à iconographie chrétienne

33Un autre objet d’intérêt a pu être mis à jour. Il s’agit d’un couvercle (Fig. 2c) décoré en bas-relief malheureusement incomplet mais partiellement restauré. Il comporte une anse conique en son centre. Une moulure circulaire entoure cette dernière et une seconde orne le bord extérieur. Entre les deux se trouve une frise composée de façon symétrique. Une croix lancéolée (syriaque) est représentée, avec un trait entre chacune de ses branches. De part et d’autre, en haut, se trouve un animal. Ceux-ci sont difficilement identifiables : il s’agit peut-être d’un mouton et d’une chèvre. À droite de la croix, sont représentés deux personnages humains vêtus d’un habit long, le bras droit replié sur la hanche et le bras gauche levé au-dessus de l’épaule. À gauche de la croix, leur font pendants deux animaux orientés vers l’autre côté, deux mammifères à cornes, peut-être des cerfs. À gauche de ces derniers, se trouve une autre croix, pareille à la première, dont la branche horizontale est manquante mais se devine en creux. Il n’est pas possible de déterminer précisément ce qui se trouve sur le reste du couvercle, mais nous pensons qu’il s’agit de nouveau de deux personnages dont l’on devine le mouvement des bras. Le bord extérieur du couvercle est décoré de denticules triangulaires.

  • 1 Nos estimations se fondent sur la contextualisation stratigraphique des objets dans les deux secteu (...)

34Cet objet est le seul parmi le matériel retrouvé à comporter un symbole chrétien. Il ne fait toutefois pas partie du mobilier funéraire d’une sépulture, mais a été retrouvé à quelques mètres des secteurs décrits dans cet article, dans une zone d’habitat domestique. Deux objets similaires ont été retrouvés lors des fouilles récentes de la cité de Dara, l’un dans la nécropole (hors contexte funéraire) et l’autre près du mur de fortification sud. Le premier a pu être daté du 6e au 7e s. de notre ère (Erdoğan, 2016), tandis que le second a pu être daté de la fin du 6e s. au 8e s. de notre ère1 (Tarkan, 2019). Nous pouvons donc suggérer une datation byzantine-omeyyade pour le couvercle retrouvé à Hırbe Helale.

Conclusion

35Les fouilles de sauvetage réalisées sur la zone de nécropole d’Hırbe Helale, située actuellement dans le campus de l’Université de Mardin-Artuklu, par le Musée de Mardin en 2010, 2011 et 2018 suggèrent une utilisation continue de la nécropole du 3e au 8e s., et une période d’occupation après recouvrement de la nécropole sous l’effet de l’érosion durant les 12-13e siècles (période d’Artuklu). La découverte d’une pièce datant de la fin du 2e s. ou du début du 3e s. de notre ère ainsi que les premiers résultats des études du mobilier céramique et en verre, suggèrent toutefois que le site a pu être occupé dès le Bas-Empire romain.

36D’après les fouilles, au total, 4 types de sépultures ont été identifiées : des sépultures à chambre souterraine, des sépultures en fosse simple, des sépultures à ciste et un sarcophage. Les adultes et les enfants ont fait l’objet d’inhumations simples, doubles ou multiples. Ils sont généralement orientés du sud-ouest vers le nord-est. Tous sont allongés sur le dos, les bras pliés sur le pelvis. Leur visage est orienté vers le haut. Deux individus font exception, puisqu’ils sont couchés sur le côté gauche et que leur visage est orienté vers l’est. Les enfants sont quant à eux majoritairement enterrés dans des sépultures simples ou doubles. Les sépultures des adultes sont sans exception utilisées pour des inhumations multiples. Les squelettes plus anciens ont alors été déplacés soit dans la partie sud (c’est-à-dire vers le crâne) de la sépulture, soit dans la partie nord (près des pieds).

37Il s’agit de la nécropole la plus ancienne fouillée dans la province de Mardin, et de la seule nécropole non rupestre exceptée la nécropole de Dara, qui est mixte. Le type et la nature du contexte sépulcral, l’étude du mobilier ainsi que les données anthropologiques suggèrent que la population enterrée est une population rurale. Par ailleurs, la période de fonctionnement de la nécropole paraît indiquer la nature chrétienne des inhumations mais ni l’orientation des sépultures ni le mobilier retrouvé ne le confirme formellement.

Haut de page

Bibliographie

Adler, N. (2004). Oil Lamps of the Holy Land from the Adler Collection. The Adler Collection. Jerusalem : Adler.

Can, B., & Erdoğan, N. (2014). Dara. Bizans-Sasani Sınırında Bir Garnizon Kenti ve Kazıları. Dans M. A. Yılmaz, & H. Kasapoğlu (dir.), Anadolu’nun Zirvesinde Türk Arkeolojisinin 40 Yılı (p. 347-371). Ankara : Bilgin Kültür Sanat Yayınları.

Erdoğan, N. (2010). Dara Antik Kenti Bilimsel Kazı Çalışmaları Raporu. Mardin Müzesi Arşivi.

Erdoğan, N., & Ökse, A. T. (2010). Ilısu Barajı İnşaat Sahası Kurtarma Kazıları III - Roma İmparatorluk Dönemi ve Orta-Yakın Çağ Yerleşmeleri. Mardin : Mardin Müzesi Yayınları.

Erdoğan, N. (2015). Doğu Roma Sikkeleri (M.S. 491-1453). Mardin : Mardin Müzesi Yayınları.

Erdoğan, N. (2016). Dara Antik Kenti Bilimsel Kazı Çalışmaları Raporu. Mardin Müzesi Arşivi.

Hanar, E., Güzel, E., & Labedan-Kodaş, C. (2020). Hırbe Helale Nekropol Alanı Cam Buluntuları (2010-2011 ve 2018 Yılı Kazıları). Mukaddime, 11(2).

Keser-Kayaalp, E. (2019). Church Building in the Ṭur ‘Abdin in the First Centuries of the Islamic Rule. Dans A. Delattre, M. Legendre, & P. M. Sijpesteijn (dir.), Authority and Control in the Countryside. From Antiquity to Islam in the Mediterranean and Near East (Sixth-Tenth Century), (p. 176-209). Leiden-Boston : Brill.

Provoost, A. (1976). Les lampes antiques en terre cuite. L’antiquité classique, 45(1), 5-39.

Tarkan, A. (2019). Dara Antik Kenti Kazı ve Konservasyon Çalışmaları Raporu. Mardin Müzesi Arşivi.

Haut de page

Notes

1 Nos estimations se fondent sur la contextualisation stratigraphique des objets dans les deux secteurs concernés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de la Nécropole de Hırbe Helale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 2a : Céramiques de l’Antiquité tardive provenant de Hırbe Helale
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Fig. 3a : Photo aérienne et dessin de la zone de fouilles en 2010, 2011 et 2018
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-3.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Fig. 3b : Plan de la nécropole
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Fig. 4 : Détails des murs des sépultures à ciste et des sépultures à chambre funéraire souterraine
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Titre Fig. 5 : Photo de la sépulture en fosse simple G16
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 6a : Les sépultures à ciste avant et après ouverture des dalles en pierre utilisées pour les recouvrir
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Fig. 6b : Sépultures à ciste après ouverture et positionnement des squelettes
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre Fig. 7a, b : Sépultures à chambre funéraire à dromos aux cloisons intérieures en petit appareil
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Fig. 7c : Sépulture à chambre funéraire à dromos aux cloisons intérieures en dalles de calcaire
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Fig. 8 : Photo du sarcophage après restauration
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Fig. 6d : Inhumation de sujets complets dans la sépulture à ciste G4
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Fig. 13 : Clous en fer retrouvés en 2018
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Fig. 9 : Mobilier numismatique
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Fig. 10 : Bracelets retrouvés en 2018
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Fig. 12 : Boucles d’oreille retrouvées en 2018
Crédits Archive du Musée de Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Fig. 11 : Bagues retrouvées en 2018
Crédits Archive de Musée du Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Titre Fig. 14a, b : Bracelets en verre retrouvés en 2018
Crédits Archive de Musée du Mardin
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-18.png
Fichier image/png, 287k
Titre Fig. 6c : Inhumation d’un enfant et objets funéraire dans la sépulture à ciste G10
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Fig. 2b : Lampe à huile abbaside
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 2c : Couvercle en céramique à iconographie chrétienne
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1739/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Labedan-Kodaş, « Fouilles de sauvetage sur la nécropole antique de Hırbe Helale (Mardin, Turquie) : rapport préliminaire sur les fouilles de 2018 »Anatolia Antiqua, XXVIII | 2020, 265-281.

Référence électronique

Charlotte Labedan-Kodaş, « Fouilles de sauvetage sur la nécropole antique de Hırbe Helale (Mardin, Turquie) : rapport préliminaire sur les fouilles de 2018 »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVIII | 2020, mis en ligne le 01 décembre 2022, consulté le 29 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1739 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1739

Haut de page

Auteur

Charlotte Labedan-Kodaş

Doctorante en histoire ancienne, Université Paul-Valéry Montpellier 3, sous la direction d’Antoine Pérez.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut français d'études anatoliennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
  • Logo IPLI Foundation
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search