Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXIXLes figurines d’Aphrodite orienta...

Les figurines d’Aphrodite orientale de Smyrne : anciennes et nouvelles découvertes

Isabelle Hasselin Rous et Gözde Şakar
p. 77-92

Résumé

Les fouilles récentes menées par le Professeur Akın Ersoy dans divers lieux de la ville antique d’Izmir ont permis l’heureuse découverte de quelques terres cuites représentant des figures féminines du type dit de l’Aphrodite orientale. Bien qu’assez fragmentaires mais de belle facture, elles offrent l’occasion de faire le point sur ce corpus restreint de figurines de jeunes femmes dont l’iconographie correspond à celle d’une déesse orientale et caractérisées par la richesse de leur coiffure et de leur parure.

Haut de page

Texte intégral

Que sont ces figurines dites d’Aphrodite orientale ?

Fig. 1 Aphrodite orientale de Myrina, IIe- Ier s. av. J.-C.

Fig. 1 Aphrodite orientale de Myrina, IIe- Ier s. av. J.-C.

Musée du Louvre, Myr 1

©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Hervé Lewandowski

Fig. 2 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Fig. 2 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Musée du Louvre, Myr 2

©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Stéphane Maréchalle

1Cette appellation d’Aphrodite orientale est ancienne et a été donnée par Edmond Pottier et Salomon Reinach en 1887 aux figurines qu’ils avaient découvertes dans les tombes de Myrina fouillées entre 1880 et 1882 (Pottier & Reinach, 1887, p. 155-156). Elles se présentent sous la forme de femmes assises nues, parfois drapées et debout, aux bras fréquemment articulés et portent sur la tête de très hauts et riches diadèmes ajourés ou non et ornés notamment de motifs orientaux ou égyptiens (Figs. 1, 2) (Besques, 1963, p. 11, pl. 9 a, b, c [Myr 1] ; 9 d [Myr 2]). Leur buste est paré de luxueux bijoux et elles sont parfois chaussées de hauts cothurnes, à l’instar des acteurs tragiques portant également le costume oriental. Elles dériveraient ainsi de l’iconographie de la déesse orientale de l’amour et de la fécondité, Astarté dans ses diverses variantes élamite, babylonienne, phénicienne, etc.

Fig. 3 Femme nue (déesse ?) trouvée à Suse, d’époque médio-élamite (1500-1100 av. J.-C.)

Fig. 3 Femme nue (déesse ?) trouvée à Suse, d’époque médio-élamite (1500-1100 av. J.-C.)

Musée du Louvre, département des Antiquités orientales, SB 17755

©Musée du Louvre, Nicolas Benoit

Fig. 4 Déesse Ishtar au croissant de lune, albâtre, Babylone, d’époque Parthe (IIIe s. av. J.-C.- IIIe s. ap. J.-C.)

Fig. 4 Déesse Ishtar au croissant de lune, albâtre, Babylone, d’époque Parthe (IIIe s. av. J.-C.- IIIe s. ap. J.-C.)

Musée du Louvre, département des Antiquités orientales, AO 20132

©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Christian Larrieu

  • 1 Musée du Louvre, Département des antiquités orientales (SB 17755).
  • 2 Musée du Louvre, Département des antiquités orientales (AO 20132).
  • 3 Pour le développement de ce type de figurines dans le monde grec, voir Elderkin 1930 ; Burr-Thompso (...)
  • 4 Bronze découvert en Cilicie mais plutôt de fabrication levantine.

2Dès les IIe et Ier millénaires av. J.-C., l’art du Proche-Orient a livré diverses représentations de la déesse orientale nue de la fertilité, à Suse (Fig. 3) (voir Spycket, 1992, p. 172, pl. 122, 1057)1 ou en Babylonie avec la déesse Ishtar (Fig. 4) (voir Bahrani, 2017, p. 328, 329, pl. 14.5)2. Des figurines de femmes nues reprenant l’iconographie des déesses de la fertilité d’Orient existent sous différents styles et formes en contextes grecs également et ce depuis l’époque géométrique3. Le type a évolué au cours du temps et, aux époques hellénistique et romaine, il montre plusieurs variantes : assis ou parfois debout, nu ou vêtu ; aux bras collés au corps, parfois une main sur les seins ou plus généralement, avec des bras articulés ; avec une coiffure simple suivant la mode de l’époque ou ornée d’un haut diadème. La diversité des formes et des styles peut s’expliquer par le syncrétisme des divinités orientales et grecques à partir de la période hellénistique. L’iconographie des déesses orientales de la fertilité, de la beauté et de la sexualité féminine a souvent été intégrée au modèle classique d’Aphrodite/Vénus. C’est dans la région du Levant aux époques hellénistique et romaine que sont produits les plus beaux exemplaires de la déesse Aphrodite ou Aphrodite-Isis, en particulier dans le registre des figurines en bronze parées de hauts diadèmes richement ornés (Fig. 5) (De Ridder, 1905, p. 72, pl. 17.4, n° 97)4.

Fig. 5 Aphrodite-Isis, Pompéiopolis (Cilicie), IIe-IIIe s. ap. J.-C.

Fig. 5 Aphrodite-Isis, Pompéiopolis (Cilicie), IIe-IIIe s. ap. J.-C.

Musée du Louvre, Br 4412

©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Hervé Lewandowski

Fig. 6 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Fig. 6 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Musée du Louvre, Myrina 849

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 7 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Fig. 7 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Musée du Louvre, Myrina 851

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

  • 5 Le type nu, sans diadème ou parure spéciale, portant des coiffures simples suivant la mode de l’épo (...)

3Dans la coroplathie grecque, cette appellation d’Aphrodite orientale concernait à l’origine la variante du type avec parures5 dont les meilleurs exemplaires sont découverts à Myrina. Le corpus conservé au Louvre se compose d’une quinzaine d’œuvres plus ou moins fragmentaires, dont les deux plus complètes sont Myr 1 et Myr 2 (Figs. 1, 2). Le type assis nu est le plus fréquent (Figs. 6, 7) (Besques 1963 : 11 [Myrina 849, 850, 851]), mais la figure apparaît aussi vêtue (Figs. 8, 9) (Besques, 1963, p. 14, pl. 11b [Myr 14] ; pl. 11c [Myr 15]). La parure de tête est assez variée mais toujours composée de hauts diadèmes aux motifs plus ou moins stylisés et complexes (Figs. 10-12) (Besques, 1963, p. 157, pl. 191 b [Myr 359] ; pl. 191 f [Myrina 1249 a]).

Fig. 8 Aphrodite orientale de Myrina, 100-50 av. J.-C.

Fig. 8 Aphrodite orientale de Myrina, 100-50 av. J.-C.

Musée du Louvre, Myr 14

©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Stéphane Maréchalle

Fig. 9 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C.

Fig. 9 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C.

Musée du Louvre, Myr 15

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

4Mais en réalité, ce type est loin d’être exclusif à la cité éolienne et il se retrouve ailleurs dans le monde égéen. Il a donc connu à partir de l’époque hellénistique un certain succès étant donné la centaine d’exemplaires connus. La cité de Smyrne témoigne bien également de cet engouement pour cette représentation de la déesse de l’amour.

Fig. 10 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, IIe s. av. J.-C.

Fig. 10 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, IIe s. av. J.-C.

Myr 359, Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 11 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Fig. 11 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.

Myrina 1249 a, Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 12 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, IIe s. av. J.-C.

Fig. 12 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, IIe s. av. J.-C.

Myrina 892, Musée du Louvre, déposée au musée des moulages de l’université Montpellier III

©Musée du Louvre, Agathe Jagerschmidt

Quelle est la signification de cette Aphrodite orientale ?

  • 6 C’est l’interprétation proposée dès l’origine par les découvreurs de la nécropole de Myrina : Potti (...)

5En dépit de la variété des types (assis, debout, nu ou vêtu) la richesse de la parure renvoie à une interprétation de ces figurines comme étant des représentations de la déesse de l’amour et de la fécondité. Dans cette hypothèse, la présence fréquente de bras mobiles est considérée comme un ajout au caractère religieux et sacré de ces figurines en introduisant le mouvement et donc la vie et une manifestation de la présence réelle de la divinité6. L’incarnation de la déesse est ainsi clairement renforcée.

6Dans son étude sur les « jointed dolls », K. M. Elderkin interprète généralement les figurines aux extrémités articulées comme des jouets pour les enfants mais elle accepte que les figurines de femmes aux bras articulés, découvertes dans les nécropoles de Myrina et qui sont caractérisées par une coiffure élaborée et d’autres parures semblent « appartenir à une autre catégorie que celle des jouets pour enfants ». Elle propose un usage décoratif pour ces figurines myrinéennes en accompagnement des figures masculines du même type (1930, p. 469-470).

7D. Burr Thompson dans son œuvre consacrée aux terres cuites hellénistiques de Troie, interprète les jeunes filles nues et assises comme étant des hétaires ou des hierodules, des prostituées sacrées (1963, p. 89-92). À Troie, ce type est représenté par des figurines de femmes nues, sans parure. Pour la seule tête « d’Aphrodite orientale » qui y a été découverte, elle décrit le diadème en détail et le rapproche des couronnes des déesses syriennes (Burr-Thompson, 1963, p. 93).

  • 7 Je tiens à remercier chaleureusement le Prof. Dr. Jochen Griesbach, Directeur de la Collection des (...)

8L’étude récente menée par Stéphanie Huysecom-Haxhi, Irène Papaikonomou et Stratis Papadopoulos, de figurines de jeunes filles nues aux bras articulés assises, sans sièges, trouvées dans des tombes d’enfants de Thasos et d’Abdère (2012, p. 343-364) a renouvelé l’approche de ces représentations. Ils proposent de voir dans ces figurines déposées dans des tombes de jeunes filles pubères mais mortes avant d’avoir pu se marier, la protection apportée par Aphrodite dans l’accomplissement de leur destin d’épouses et de mères dans l’au-delà. C’est en ce sens qu’il faudrait interpréter une extraordinaire figurine d’Aphrodite orientale dont le torse présente une ouverture dans le ventre révélant la présence d’un fœtus à l’intérieur (Fig. 13) (Dasen, 2019, p. 42, 43, 2015, p. 125-150)7.

Fig. 13 Aphrodite orientale enceinte avec un fœtus dans le ventre, Ier s. av. J.-C.

Fig. 13 Aphrodite orientale enceinte avec un fœtus dans le ventre, Ier s. av. J.-C.

Inv. ZA 147, Würzburg, Martin von Wagner Museum des Universität

©Martin von Wagner Museum der Universität Würzburg, C. Kiefer

9La nudité de ces figurines et leur position assise peut renvoyer aussi d’après Irène Papaikonomou, Stéphanie Huysecom-Haxhi et Stratis Papadopoulos aux scènes de toilette pré-nuptiale figurées sur les vases à figures rouges. On y voit parfois des filles nues près du loutérion portant autour des cuisses des médaillons fixés à des bandelettes et servant d’amulettes protectrices à l’approche de ce rite de passage qu’est le mariage (Huysecom-Haxhi, Papaikonomou, & Papadopoulos, 2012, p. 353-356). Ces médaillons rappellent ceux présents sous forme de pastilles de certaines figurines de Myrina et disposés autour des seins, du ventre, des bras ou des cuisses. Ces amulettes avaient sans doute pour vocation de servir de catalyseur à la fécondité des femmes et servir aussi à les protéger des dangers de l’enfantement, à moins qu’elles n’aient eu qu’une simple vocation décorative.

10Trouvées en contexte funéraire comme c’est le cas à Myrina par exemple, ces Aphrodite orientales étaient alors peut-être le gage pour les jeunes défuntes d’accomplir leur vie d’épouse puis de mère dans l’au-delà.

  • 8 Cette idée est lancée par S. Huysecom-Haxhi, I. D. Papaikonomou, S. Papadopoulos et discutée dans l (...)

11La version vêtue de ces Aphrodite orientales et chaussées de hautes sandales renvoie peut-être à la représentation de l’exposition de la mariée elle-même après avoir procédé à ses ablutions rituelles pré-nuptiales8 ?

12Ces figurines veillaient en tout cas probablement au passage de l’état de jeune fille à celui de femme mariée. Dédiées dans les sanctuaires de divinités féminines ou déposées dans les tombes par la famille, elles protégeaient la destinée de la future mariée dans sa vie réelle comme dans celle de l’au-delà.

13À la suite de Caitlin Barrett (2011, p. 157-187) qui a étudié et publié récemment les figurines égyptisantes de Délos dont des Aphrodite orientales, nous revenons à l’idée que ces terres cuites représentent ainsi la déesse de l’amour elle-même du fait du luxe de la parure portée.

14Examinons à présent le corpus des Aphrodite orientales découvertes à Smyrne.

Le corpus des Aphrodite orientales découvertes à Smyrne

Les découvertes anciennes du XIXe siècle

  • 9 Ces figurines sont dites provenir de Smyrne d’après les inventaires des divers musées, ce que leurs (...)

15En ce qui concerne les figurines découvertes à Smyrne au XIXe siècle9, on peut citer un corpus assez restreint d’une petite quinzaine de pièces connues grâce aux publications faites par les divers musées les conservant. Celui-ci ne tient pas compte bien sûr des œuvres non encore publiées.

Fig. 14 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. av. J.-C.

Fig. 14 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. av. J.-C.

Inv. 1949, musées archéologiques d’Istanbul

©Musées archéologiques d’Istanbul, Memet Karabulut, 2014

Fig. 15 Aphrodite orientale aux bras articulés, époque hellénistique

Fig. 15 Aphrodite orientale aux bras articulés, époque hellénistique

Inv. 1980, Musées archéologiques d’Istanbul

©Musées archéologiques d’Istanbul, Memet Karabulut, 2014

  • 10 Nous tenons à remercier chaleureusement le Badischen Landesmuseum de Karlsruhe de nous avoir fourni (...)

16Une moitié de ces figurines est conservée aux musées archéologiques d’Istanbul (2 objets, Figs. 14, 15) (Hasselin Rous, Çaldiran Işık, & Kongaz, 2015, p. 52, 53 [inv. 1949], 55-57 [inv. 1980]), à l’Antikensammlungen de Münich (2 têtes, Figs. 16, 17) (Hamdorf, 2014, p. 404, n° E 350 [SL 270] et E 351 [SL 269]), aux Badischen Landesmuseum de Karlsruhe (2 têtes, Figs. 18, 19) (Schürmann, 1989, p. 120, n° 418 [B 2267] et 422 [B 2266], pl. 74)10 et l’autre moitié est conservée au Louvre. Comme souvent dans ces découvertes anciennes, les figurines sont assez fragmentaires et se limitent aux seules têtes. Leur contexte archéologique n’est malheureusement pas connu.

Fig. 16 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, fin Ier s. av. J.-C.- début Ier s. ap. J.-C.

Fig. 16 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, fin Ier s. av. J.-C.- début Ier s. ap. J.-C.

SL 270, Staatlichen Antikensammlungen München

©State Collections of Antiquities and Glyptothek, Renate Kühling

Fig. 17 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. ap. J.-C.

Fig. 17 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. ap. J.-C.

SL 269, Staatlichen Antikensammlungen München

©State Collections of Antiquities and Glyptothek, Renate Kühling

Fig. 18 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. av. J.-C.

Fig. 18 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. av. J.-C.

B 2267, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe

©Badisches Landesmuseum Karlsruhe, Inv. no. B 2267

Fig. 19 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier quart du IIe s. ap. J.-C.

Fig. 19 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier quart du IIe s. ap. J.-C.

B 2266, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe

©Badisches Landesmuseum Karlsruhe, Inv. no. B 2266

17Il est intéressant de noter qu’une des figurines des musées archéologiques d’Istanbul de petite taille (H. totale de 8,4 cm) montre la déesse nue assise avec des bras articulés (Fig. 15) (Hasselin Rous, Çaldiran Işık, & Kongaz, 2015, p. 55-57 [inv. 1980]). Son visage est très juvénile et rond et elle porte une coiffure sophistiquée constituée de côtes de melon torsadées s’attachant au revers en un chignon fruste et couronnée d’un diadème à 5 fleurons. La petitesse de cette figurine interroge quant à son usage en tant que véritable poupée à la différence des grandes figurines aux membres articulés qui ne sont guère maniables pour un enfant. Quel que soit son usage, le type est bien celui de l’Aphrodite orientale.

18Il faut souligner que généralement, ces Aphrodite orientales sont souvent de grande taille ainsi qu’on le voit bien avec la plupart des têtes conservées. La nature divine de ces représentations s’accorde bien selon nous avec la grande taille de ces œuvres et surtout avec le luxe de leur couronnement.

19Nous concentrerons notre étude ici sur les sept figurines conservées au Louvre afin de déterminer les typologies principalement rencontrées.

20On distingue quatre variantes d’Aphrodite dans ces figurines du fait du traitement du diadème.

21Le type 1 de l’Aphrodite au diadème évasé orné de la couronne isiaque. Le premier type montre un haut diadème en éventail rappelant la forme du calathos, et qui est orné au centre de la couronne isiaque. Celle-ci présente des cornes (empruntées à la déesse égyptienne de l’amour Hathor) s’achevant en volutes ou ornées à leur extrémité de disques, enserrant un disque central décoré sans doute de plumes stylisées non détaillées. Au sommet, le diadème est bordé d’une file de denticules.

  • 11 Tête CA 4915 (Musée du Louvre) : H. : 8 cm ; La. : 6,3 cm ; ép. : 5,6 cm (Besques, 1972, p. 190, D (...)

22Deux têtes conservées au Louvre présentent ce type de diadème (Figs. 20, 21)11. Ces deux têtes sont coiffées de côtes de melon qui sont beaucoup plus soignées sur la tête MNC 31 (Fig. 21). Cette dernière montre d’ailleurs un ornement supplémentaire à la base du haut diadème : il s’agit d’une couronne en bourrelet alvéolée. Le coroplathe a rapporté et collé à la barbotine sur MNC 31 le diadème qui part plus en oblique vers l’arrière que sur l’autre tête. Au revers, on observe la trace du pouce de l’artisan ayant lissé l’assemblage du diadème sur la tête de la déesse.

Fig. 20 Tête d’Aphrodite orientale du type I, face et revers, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.

Fig. 20 Tête d’Aphrodite orientale du type I, face et revers, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.

CA 4915, Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 21 Tête d’Aphrodite orientale du type I, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.

Fig. 21 Tête d’Aphrodite orientale du type I, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.

MNC 31, Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

  • 12 Inédite.

23Les visages de ces deux têtes ainsi que d’une troisième (CA 663-2512, Fig. 22) sont identiques et de même taille (2,3 cm de hauteur). Elles sont toutes trois issues du même moule très vraisemblablement. Seule la chevelure en côtes de melon a été traitée différemment et est très peu soignée pour CA 4915 (de simples stries un peu hâtives) (Fig. 20). Il faut souligner un traitement très oriental ou ionien des traits du visage pour ces têtes avec des yeux en amande effilée, une bouche aux lèvres généreuses, aux commissures disjointes et très souriante, et un plan des joues fuyant. Ces Aphrodite portaient à l’origine des boucles d’oreille, rapportées sans doute dans un matériau précieux et qui ont disparu laissant libre le trou des lobes d’oreilles.

Fig. 22 Les visages de MNC 31, CA 4915 et CA 663-25 issus du même moule

Fig. 22 Les visages de MNC 31, CA 4915 et CA 663-25 issus du même moule

Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 23 Avers de la tête d’Aphrodite CA 663-25, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.

Fig. 23 Avers de la tête d’Aphrodite CA 663-25, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.

Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

24La tête CA 663-25 (Fig. 23) a bien reçu la même couronne en bourrelet alvéolée que MNC 31(Fig. 21) mais en revanche, le coroplathe n’a pas rapporté par-dessus le haut diadème évasé en forme de calathos. Il a juste disposé à l’arrière de la couronne en bourrelet une sorte de diadème bas à ailettes symétriques autour d’un chignon pointu bien visible au revers (Fig. 24).

Fig. 24 Revers de la tête d’Aphrodite CA 663-25

Fig. 24 Revers de la tête d’Aphrodite CA 663-25

Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 25 Figurine d’Isis-Aphrodite, époque romaine

Fig. 25 Figurine d’Isis-Aphrodite, époque romaine

E 21410, département des antiquités égyptiennes, Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Georges Poncet, 1999

  • 13 Figurine d’Isis-Aphrodite E 21410 (H. : 27 cm ; La. : 8,3 cm ; Département des Antiquités égyptienn (...)

25Ce type de diadème orné de la couronne isiaque rappelle assez étroitement la production des figurines égyptiennes à l’époque ptolémaïque et représentant la déesse égyptienne de l’amour et de la beauté Isis-Aphrodite. On peut ainsi comparer nos têtes avec celle d’une Isis-Aphrodite13 dont le diadème en forme de calathos denticulé au sommet, présente la couronne isiaque agrémentée des cornes disquées enserrant la double plume (Fig. 25).

  • 14 Tête CA 4914 : H. : 7 cm ; La. : 5,5 cm ; ép. : 4,5 cm (Musée du Louvre). IIe s. av. J.-C. Voir Bes (...)

26Le type 2 de l’Aphrodite au diadème évasé orné de motifs ciselés. Dans un genre proche mais plus sophistiqué encore, une autre tête aux traits orientaux et à la chevelure en côtes de melon présente un haut diadème évasé en forme de calathos et orné d’une multitude de motifs ciselés dans l’argile14 (Fig. 26).

Fig. 26 Tête d’Aphrodite orientale du type II, IIe s. av. J.-C.

Fig. 26 Tête d’Aphrodite orientale du type II, IIe s. av. J.-C.

CA 4914, Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 27 Tête d’Aphrodite orientale du type II, Ier s. ap. J.-C.

Fig. 27 Tête d’Aphrodite orientale du type II, Ier s. ap. J.-C.

Svl 350, Musée national des antiquités de Leyde

©National Museum of Antiquities, Leiden

  • 15 Tête Svl 350. Datée du Ier s. ap. J.-C. Voir Paula, Leyenaar-Plaisier, 1979, p. 297, 298, n° 779, p (...)

27Deux bandeaux annulaires lisses forment la base du diadème et ce dernier se déploie au-dessus en un éventail entièrement décoré de motifs stylisés pas toujours aisés à identifier. Au centre, on reconnaît la couronne isiaque stylisée et qui serait encadrée de motifs de perles ou rosettes alternant avec des motifs de volutes végétales voire d’autres couronnes isiaques stylisées (une tête trouvée à Smyrne et conservée au musée archéologique de Leyde présente le même type de couronne, ajourée celle-ci, ornée au centre de la couronne isiaque et encadrée de rosettes et de feuilles spiralées15, Fig. 27). Le sommet du diadème s’achève en une file de denticules. Les côtes de melon de la chevelure sont incisées un peu grossièrement et tranchent par rapport au raffinement du traitement de celles de la tête conservée à Leyde. De même, les motifs peu lisibles du diadème n’ont pas été ajourés ni détaillés comme sur la figurine de Leyde mais ils paraissent bien reproduire des éléments semblables très influencés par l’iconographie isiaque.

  • 16 Tête MNC 32 (Myr 823). H. : 7,6 cm ; La. : 6,8 cm ; ép. : 3,9 cm. Ier s. av. J.-C. Voir Besques, 19 (...)

28Le type 3 de l’Aphrodite à nœud de cheveux tressés orné de la couronne Isiaque. S’apparentant davantage au type 1 par le motif central de la couronne isiaque, on distingue un troisième type de tête de la déesse au visage rond et juvénile16 (Figs. 28, 29). Elle arbore une coiffure complexe composée de côtes de melon surmontées d’une couronne en bourrelet alvéolée et d’un volumineux nœud de cheveux. Ce dernier présente de part et d’autre de la couronne isiaque, trois rangées de tresses horizontales allant en s’évasant. Elle porte un bijou de raie visible sur son front et des boucles d’oreilles en argile. À l’instar des têtes précédentes, le visage très ionien a de grands yeux en amande, une bouche lippue très souriante et des pommettes saillantes.

Fig. 28 Tête d’Aphrodite orientale du type III, Ier s. av. J.-C.

Fig. 28 Tête d’Aphrodite orientale du type III, Ier s. av. J.-C.

MNC 32, musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 29 Tête d’Aphrodite orientale du type III, Ier s. av. J.-C.

Fig. 29 Tête d’Aphrodite orientale du type III, Ier s. av. J.-C.

Détail de la coiffure

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 30 Tête d’Aphrodite orientale provenant de Myrina ( ?), du type III, Ier s. ap. J.-C. ( ?)

Fig. 30 Tête d’Aphrodite orientale provenant de Myrina ( ?), du type III, Ier s. ap. J.-C. ( ?)

NI 5663, Staatlichen Antikensammlungen de Münich

©State Collections of Antiquities and Glyptothek, Renate Kühling

  • 17 Tête NI5663. Ier s. ap. J.-C. Voir Hamdorf, 2014, p. 465, E 353.

29On peut comparer cette tête du Louvre avec une belle tête, trouvée peut-être à Myrina et conservée à Münich, présentant le même type d’agencement complexe de la chevelure17 (Fig. 30). Un soin identique du coroplathe soucieux de détailler à l’outil les mèches de cheveux et le diadème isiaque est visible sur ces deux têtes. Ce type de nœud de cheveux exubérant et « baroque » se retrouve souvent sur des œuvres de l’époque hellénistique, des IIe-Ier s. av. J.-C., époque à laquelle on placerait volontiers la création de la tête du Louvre.

30Le type 4 de l’Aphrodite à haut diadème perlé. Un quatrième type d’Aphrodite orientale plus sobre dans sa parure de tête que les précédentes figurines est illustré par cinq têtes, deux conservées au Louvre, deux à Karlsruhe et une à Istanbul. Le haut diadème lisse caractérisant ce type présente des variantes dans sa partie sommitale souvent perlée ou montrant une base ornée de motifs de feuilles autour d’un médaillon.

Fig. 31 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, IIe s. av. J.-C.

Fig. 31 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, IIe s. av. J.-C.

CA 3325 a, musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 32 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, IIe s. ap. J.-C.

Fig. 32 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, IIe s. ap. J.-C.

B 2266, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe

©Badisches Landesmuseum Karlsruhe

  • 18 Tête CA 3325 a. H. : 6,4 cm ; La. : 3,6 cm ; ép. : 4,7 cm. IIe s. av. J.-C. Voir Besques, 1963, p.  (...)
  • 19 Tête B 2266. IIe s. ap. J.-C. Voir Schürmann, 1989, p. 120, n° 422, pl. 74.

31Deux têtes illustrent cette variante et sont très proches, l’une est au Louvre18 (Fig. 31) et l’autre à Karlsruhe19 (Fig. 32). Sur la chevelure en côtes de melon est posée un haut diadème en forme de demi-lune orné à sa base d’une série de feuilles plus ou moins incurvées entourant un médaillon central, et s’achevant en partie haute par un bord incurvé décoré, sur l’exemplaire du Louvre, d’une rangée de perles enserrée entre deux lignes en ressaut. Le visage de ces figurines à l’ovale allongé est très classicisant et tranche par rapport au style gracieux et très ionien des têtes précédentes.

32Une autre variante de diadème à décors perlés existe dont les détails varient d’une tête à l’autre.

Fig. 33 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

Fig. 33 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

CA 3680, Musée du Louvre

©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous

Fig. 34 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

Fig. 34 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

B 2267, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe

©Badisches Landesmuseum Karlsruhe

Fig. 35 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

Fig. 35 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

Inv. 1949, Musées archéologiques d’Istanbul

©Musées archéologiques d’Istanbul, Memet Karabulut

  • 20 Tête CA 3680. H. : 4,5 cm ; La. : 4,8 cm ; ép. : 3,1 cm. Ier s. av. J.-C. Voir Besques, 1963, p. 15 (...)
  • 21 Tête B 2267. Ier s. av. J.-C. Voir Schürmann, 1989, p. 119, n° 418, pl. 74.
  • 22 Tête inv. 1949. Ier s. av. J.-C. Voir Hasselin Rous, Çaldiran Işik, & Kongaz, 2015, p. 52-53, n° 24

33La tête du Louvre20 présente sur la chevelure en côtes de melon une couronne en bourrelet côtelée, surmontée du diadème lisse, d’une rangée de hautes denticules et s’achevant par une rangée de perles (Fig. 33). Des restes de polychromie jaune évoquaient sans doute la couleur de l’or de ce diadème. Sur celle de Karlsruhe21, la couronne en bourrelet est lisse et la rangée de denticules du haut diadème laisse place à des perforations oblongues surmontée de la rangée de perles terminales (Fig. 34). Enfin, sur la tête d’Istanbul22, au visage très ionien rappelant stylistiquement les types 1 à 3, le diadème est richement orné à sa base de motifs de feuilles incurvées entourant un médaillon central (proche de la première variante du type 4), puis de la partie lisse du diadème, surmontée d’une rangée de feuilles lancéolées et enfin de la rangée de perles finale (Fig. 35). Ces trois têtes de la déesse portent également des boucles d’oreilles rondes.

34En dépit des variantes du diadème de ce type 4, ces Aphrodite orientales s’éloignent nettement des trois types précédents par l’absence de la couronne isiaque.

Les découvertes actuelles issues des fouilles récentes de la ville antique d’Izmir

  • 23 Pour l’archéologie de la ville et les résultats des fouilles récentes, voir Ersoy, 2015.

35Contrairement à plusieurs villes antiques de la région, la Smyrne hellénistique et romaine n’a pas été abandonnée à la fin de l’antiquité et a continué d’être habitée jusqu’à aujourd’hui, sur les restes de la ville antique. En raison de cette continuité d’occupation, la majorité des vestiges archéologiques sont détruits ou invisibles. Une petite partie des remparts, les aqueducs qui amenaient l’eau à la ville, quelques bâtiments publics tels que l’acropole (Kadifekale), l’agora, le bouleutérion, le théâtre, les thermes et les restes de quartiers résidentiels de Smyrne sont encore visibles en partie dans le tissu urbain de la ville moderne23.

  • 24 Nous adressons tous nos remerciements à Akin Ersoy pour son autorisation à étudier ces figurines ai (...)

36Les fouilles archéologiques ont débuté dans les années 1930 sur l’Agora et se sont poursuivies jusqu’à nos jours par intermittence et dans différents endroits de la ville antique. Les figurines d’Aphrodite orientales étudiées dans le cadre de cet article ont été découvertes lors des fouilles systématiques effectuées depuis 2007 sous la direction d’Akin Ersoy24. Les six fragments de figurines dont trois têtes avec une coiffure élaborée, un fragment de buste nu et deux fragments de corps d’une femme assise et vêtue appartenant très probablement à un même objet, constituent le corpus restreint des figurines d’Aphrodite orientales récemment découvertes dans les limites de la ville antique de Smyrne.

37La densité du tissu urbain de la ville ottomane et moderne empêche de mettre au jour des contextes archéologiques bien définis et peu perturbés. La ville antique a subi plusieurs catastrophes naturelles et les vestiges archéologiques comme les matériaux utilisés ont souvent été remployés pour la construction de nouveaux bâtiments au fil du temps. On peut ajouter à cela un phénomène naturel qui est principalement responsable de l’ensevelissement des bâtiments antiques : le fort glissement du terrain entre l’acropole de la ville et le versant nord et ouest du mont Pagos sur lequel avaient été érigés la plupart des monuments antiques. Pour toutes ces raisons, et à quelques exceptions près, les figurines en terre cuite de Smyrne sont généralement découvertes dans des couches de remblai qui contiennent toute sorte de matériel archéologique de différentes époques. En dépit de cela, il est possible de faire quelques propositions quant à leur appartenance et à leur fonction.

Fig. 36 Tête d’Aphrodite orientale du type I, Ier s. av. J.-C.

Fig. 36 Tête d’Aphrodite orientale du type I, Ier s. av. J.-C.

SMYRNA 4089 trouvée dans les fouilles du théâtre

©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar

  • 25 Pour les fouilles du théâtre, voir Ersoy, Alatepeli, & Şakar, 2020.

38Quatre fragments de figurines d’Aphrodite orientale, dont une tête (Fig. 36) et trois fragments de corps (Figs. 39-41), ont été découverts dans les fouilles récentes du théâtre de la ville. Situé sur une pente rocheuse très raide sur le versant nord de l’acropole, le théâtre -surtout le bâtiment de scène monumental qui a été construit sur la partie inférieure de la pente- est devenu, après l’abandon du bâtiment, un massif bloquant la terre dévalant de l’acropole. Ainsi, un remblai s’est formé sur les couches supérieures de l’orchestra et de la cavea contenant des matériaux archéologiques appartenant sans doute à des contextes ou bâtiments situés plus haut sur la pente, entre l’acropole et le théâtre25. Ces quatre fragments de figurines proviennent de ce remblai avec plusieurs vases de différentes époques. Malgré l’ambiguïté de la stratigraphie, on peut proposer pour ces fragments un usage votif dans les sanctuaires en plein air, dont les traces ont été relevées à proximité immédiate du théâtre. Mais bien évidemment dans l’état actuel des recherches, il nous est impossible d’identifier leur provenance avec certitude.

Fig. 39 Torse d’Aphrodite orientale nue - IIe - Ier s. av. J.-C.

Fig. 39 Torse d’Aphrodite orientale nue - IIe - Ier s. av. J.-C.

SMYRNA 4345 – trouvé dans les fouilles du théâtre

©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar

Fig. 40 Torse d’Aphrodite orientale drapée - Ier av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C.

Fig. 40 Torse d’Aphrodite orientale drapée - Ier av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C.

SMYRNA 4392- trouvé dans les fouilles du théâtre

©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar

Fig. 41 Partie inférieure d’un corps d’Aphrodite orientale drapée - Ier av. J.-C. - Ier s. ap. J.-C.

Fig. 41 Partie inférieure d’un corps d’Aphrodite orientale drapée - Ier av. J.-C. - Ier s. ap. J.-C.

SMYRNA 4395 – trouvée dans les fouilles du théâtre

©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar

  • 26 Inv. Smyrna 4392 (H : 4,7 cm ; La. 3,4 cm ; ép : 1,8 cm), Ier av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C., inédite  (...)
  • 27 Juste avant la livraison de cet article, un deuxième fragment de corps d’Aphrodite drapée a été mis (...)
  • 28 Voir ci-dessus Myrina 14 et 15, Fig. 8 et 9.
  • 29 La figurine de Priène dont la tête n’a pas été conservée, présente de hauts cothurnes. Rumscheid, 2 (...)

39Deux fragments provenant du théâtre26 (Figs. 40, 41) doivent faire partie d’une même figurine de jeune femme, au vu de l’argile, du façonnage et de la technique utilisés pour leur production et du style bien attesté à travers le traitement du drapé. Ils représentent une femme vêtue d’un chiton à col en V, à ceinture haute, et avec un grand médaillon au milieu des seins27. Cette figure représentait une « Aphrodite orientale » drapée et possédait probablement une tête portant un haut diadème et de hauts cothurnes, comme les exemplaires du même type trouvés à Myrina28, à Délos (Laumonier, 1956, p. 144-146, Nos : 382, 387, Pl. 42) ou à Priène29.

  • 30 Inv. Smyrna 4345 (H : 4,5 cm ; La : 3,7 cm ; ép : 1,7 cm) IIe - Ier s. av. J.-C., inédite.

40Le troisième fragment de corps représente un torse de femme nue30, avec une parure de perles sous forme de pastilles disposées autour des seins (Fig. 39). Elle porte également un collier en denticules autour du cou. C’est le torse d’une femme nue à parures dont plusieurs parallèles existent dans les contextes votifs et funéraires du monde égéen mentionnés ci-dessus.

  • 31 Inv. Smyrna 4089 (H : 6,7cm ; La. 3,8 cm ; ép. 5,2 cm) Ier s. av. J.-C., inédite

41La seule tête trouvée dans le théâtre31 (Fig. 36) renvoie au type 1 des exemplaires smyrniotes conservés au Louvre. Malgré son état fragmentaire, on peut y reconnaître une coiffure composée de côtes de melon très soignées, similaires aux têtes du Louvre MNC 31 et surtout de CA 663-25 (Fig. 22), avec un visage de style ionien aux yeux en amande, identique aux visages du type 1. La couronne isiaque qu’on observe sur les têtes du Louvre n’a pas été conservée sur l’exemplaire du théâtre mais un fragment de la couronne est visible en haut de la tête à gauche, sur les cheveux en côtes de melon.

Fig. 37 Tête d’Aphrodite orientale du type II, fin IIe - Ier s. av. J.-C.

Fig. 37 Tête d’Aphrodite orientale du type II, fin IIe - Ier s. av. J.-C.

SMYRNA 1715 - trouvée dans les fouilles d’Altinpark/Basmane

©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar

  • 32 Inv. Smyrna 1715 (H : 5,1cm ; La. 4,4cm ; ép. 3,5 cm) ; fin IIe ou plutôt Ier s. av. J.-C ; voir Şa (...)
  • 33 Juste avant la livraison de cet article, une autre tête d’Aphrodite du même type a été découverte d (...)
  • 34 Concernant cette zone archéologique nommée “Altınpark”, voir Ersoy, 2015, p. 139-142.

42Une autre tête d’Aphrodite orientale toujours très fragmentaire32 (Fig. 37) a été mise au jour lors des fouilles d’un espace archéologique situé dans la partie orientale de la ville, localisé dans le quartier moderne de Basmane33. Cet espace étant en dehors des murailles de la ville, faisait partie de la nécropole de la cité, à l’époque hellénistique et au début de l’époque romaine, et avait été transformé en un quartier résidentiel de villas à partir du début du IIe siècle ap. J.-C.34. Cette tête devait être à usage funéraire car au vu de son style, elle ne peut pas être postérieure au IIe siècle ap. J.-C. Elle trouve des parallèles avec le type 2. Son visage est très similaire à celui de CA 4914 (Fig. 26) mais elle porte une couronne en bourrelet alvéolée sur une chevelure en côtes de melon, comme la tête de Leyde du même type. Aucune trace de la partie supérieure de la couronne n’est conservée.

Fig. 38 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

Fig. 38 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.

SMYRNA 3330- trouvée dans les fouilles de l’Agora

©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar

  • 35 Inv. Smyrna 3330 (H : 4,7 ; La. 4,3 ; ép. 3,7) ; Ier s. av. J.-C. ; voir Şakar, 2015, p. 226-227, f (...)

43La dernière tête35 (Fig. 38) a été découverte dans une couche de remblai de l’Agora de la ville. Elle avait été trouvée dans un sondage effectué dans la cour de l’Agora, avec du matériel archéologique datant de la fin de l’époque hellénistique et du début de l’époque romaine. Elle se trouvait dans la couche de remblai identifiée en dessous du dallage en marbre de la cour. Ce dallage avait été construit lors des travaux de restauration de l’Agora, juste après le grand tremblement de terre qui avait eu lieu en 177-178 de notre ère.

44Cette tête de petite taille (le visage mesure 2,5 cm de hauteur, pour une hauteur totale de 4,7 cm avec la couronne) est la tête la plus complète de la série smyrniote issue des fouilles récentes. Avec son visage rond, sa chevelure en côtes de melon portant une couronne en bourrelet côtelée, surmontée du diadème lisse, et s’achevant par une rangée de perles, elle s’insère dans la deuxième variante du type 4. On y observe des restes de polychromie jaune comme sur la tête CA 3680 (Fig. 33). Aucune proposition n’a pu être faite quant à sa fonction.

45Pour conclure, le corpus des Aphrodite orientales produites à Smyrne, connu aujourd’hui, montre essentiellement la déesse avec des têtes majoritairement parées de la couronne isiaque mais sans omettre la série plus restreinte et plus sobre de têtes couronnées du haut diadème perlé. La version vêtue des Aphrodite orientales telles qu’on les trouve à Myrina n’est attestée à ce jour à Smyrne que par un seul exemplaire.

  • 36 Comme par exemple la tête appartenant au type 3 de notre corpus mais provenant de Myrina ? (Fig. 30 (...)

46Grâce aux découvertes récentes faites lors des fouilles menées dans l’espace urbain de la ville d’Izmir, on peut évoquer la vocation très certainement cultuelle de telles représentations et ponctuellement funéraire. La déesse apparaît au travers de grandes figurines, luxueusement parées. La présence prédominante de la couronne isiaque invite à reconnaître dans ces figurines une très forte influence égyptienne déjà pressentie dans les productions de Myrina36 et de Délos (Laumonier, 1956, p. 146, 147, Pl. 43, 393, 395, 397). Ainsi, les Aphrodite orientales de Smyrne ont beaucoup à voir avec les représentations d’Aphrodite Isis de l’Égypte ptolémaïque. Caitlin E. Barrett avait déjà bien montré à quel point les Aphrodite orientales de Délos avaient plus à voir avec les Isis Aphrodite d’Égypte qu’avec la déesse de l’amour des civilisations orientales (2011, p. 157-187). Les figurines de Smyrne ne démentent donc pas non plus cette forte influence égyptienne dominant la production coroplathique de la fin de l’époque hellénistique et des débuts de l’époque romaine.

47Si l’apparence générale des Aphrodite orientales à Smyrne est pleinement dans la tradition grecque avec la nudité du corps et la coiffure en côtes de melon héritant des tanagréennes, elle absorbe l’influence isiaque au cours de l’époque hellénistique en adoptant la couronne de la déesse égyptienne mais en réinterprétant les motifs au point de les rendre abstraits et purement décoratifs, vidés de toute substance religieuse. En somme, c’est par le luxe extrême de leur parure que se singularisent ces Aphrodite orientales sans viser pour autant à une quelconque assimilation syncrétique au culte d’Isis.

Haut de page

Bibliographie

Bahrani, Z. (2017). Mesopotamia. Ancient art and architecture. Londres: Thames & Hudson.

Barrett, C. E. (2011). Egyptianizing Figurines from Delos. A Study in Hellenistic Religion. Leiden/Boston : Brill. DOI : 10.1163/9789004222663.

Bel, N., Giroire, C., Gombert-Meurice, F., Rutschowscaya, M.-H., & Gatier, P.-L. (2012). L’Orient romain et byzantin au Louvre. Paris, Arles : Actes Sud, Musée du Louvre Éditions.

Besques, S. (1963). Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains. II. Myrina. Paris : Éditions des Musées Nationaux.

Besques, S. (1972). Catalogue raisonné des figurines et reliefs en terre cuite grecs, étrusques et romains, III : époques hellénistiques et romaines, Grèce et Asie Mineure. Paris: Éditions des Musées Nationaux.

Burr, D. (1934). Terracottas from Myrina in the Museum of Fine Arts Boston. Vienne: A. Holzhausens Nachfolger.

Burr-Thompson, D. (1963). Troy: The Terracotta Figurines of the Hellenistic Period. Princeton – New Jersey : Princeton University Press.

Dasen, V. (2019). Ludique. Jouer dans l’Antiquité, cat. Exposition, Lugdunum-musée et théâtres romains, 20 juin au 1er décembre 2019. Lyon : Snoeck.

Dasen, V. (2015). Le sourire d’Omphale. Maternité et petite enfance dans l’Antiquité. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

De Ridder, A. (1905). Collection de Clercq. Tome III, Les bronzes. Paris : E. Leroux.

Dunand, F. (1990). Catalogue des terres cuites gréco-romaines d’Égypte [Musée du Louvre, Paris. Département des Antiquités égyptiennes.]. Paris : Réunion des musées nationaux.

Elderkin, K. M. (1930). Jointed Dolls in Antiquity. American Journal of Archaeology, 34(4), 455-479. DOI: 10.2307/498710.

Ersoy, A. (2015). Büyük İskender Sonrasında Antik Smyrna (İzmir). Izmir: Izmir Büyükşehir Belediyesi Kitaplığı.

Ersoy, A., Alatepeli, S., & Şakar, G. (2020). Preliminary Report on the Theatre of Smyrna / Izmir and the Excavations (2014-2019). Anatolia Antiqua, 28, 283-298. DOI : 10.4000/anatoliaantiqua.1724.

Hamdorf, F. W. (2014). Die figürlichen Terrakotten der Staatlichen Antikensammlungen München. Lindenberg im Allgäu : Kunstverlag Josef Fink.

Hasselin Rous, I., Çaldiran Işık, E., & Kongaz, G . (2015). Musées archéologiques d’Istanbul. Catalogue des figurines en terre cuite grecques et romaines de Smyrne. [Varia Anatolica, XXIX], Istanbul, Paris : Institut Français d’Études Anatoliennes & De Boccard. URL : https://www.persee.fr/doc/anatv_1013-9559_2015_cat1_1304.

Huysecom-Haxhi, S., Papaikonomou, I. D., & Papadopoulos, S. (2012). Les figurines en terre cuite dans les sépultures d’enfants en Grèce ancienne : le cas des jeunes filles nues assises. Dans A. Hermany, & C. Dubois (dir.), L’enfant et la mort dans l’Antiquité, III. Le matériel associé aux tombes d’enfants. Actes de la table ronde internationale organisée a la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) d’Aix-en-Provence, 20-22 janvier 2011 (p. 343-364). Aix-en-Provence : Publications du Centre Camille Jullian. DOI : 10.4000/books.pccj.1381.

Laumonier, A. (1956). Exploration archéologique de Délos XXIII : Les figurines de terre cuite. Paris : De Boccard

Leyenaar-Plaisier, P. G. (1979). Les terres cuites grecques et romaines. Catalogue de la collection du musée national des Antiquités de Leyde. Leyde : Rijksmuseum van Oudheden.

Pottier, E., & Reinach, S. (1887). La nécropole de Myrina : recherches archéologiques exécutées au nom et aux frais de l’École française d’Athènes. Paris : E. Thorin. URI : https://gallica.bnf.fr/ark :/12148/bpt6k61154368.

Rumscheid, F. (2006). Die Figürlischen Terrakotten von Priene. Wiesbaden : Reichert Verlag.

Schürmann, W. (1989). Katalog der antiken Terrakotten in Badischen Landesmuseum Karlsruhe. Göteborg : Paul Åströms Förlag.

Spycket, A. (1992). Les figurines de Suse (MDP LII). vol. I, Les figurines humaines. IVe-IIe millénaires av. J.-C. (Mémoires de la Délégation Archéologique en Iran, T. LII). Mission de Susiane, sous la direction de P. Amiet. Ville Royale de Suse VI). Paris : Gabalda.

Şakar, G. (2015). Smyrna Antik Kenti’nde Bulunan Pişmiş Toprak Figürinler : Yeni Buluntular. Dans A. Ersoy, & G. Şakar (dir.), Smyrna/İzmir Kazı ve Araştırmaları, I. Çalıştay Bildirileri (p. 217-232). Istanbul : Ege Yayınları. URI : http://hdl.handle.net/20.500.12397/11067.

Haut de page

Notes

1 Musée du Louvre, Département des antiquités orientales (SB 17755).

2 Musée du Louvre, Département des antiquités orientales (AO 20132).

3 Pour le développement de ce type de figurines dans le monde grec, voir Elderkin 1930 ; Burr-Thompson 1963 : 87-93.

4 Bronze découvert en Cilicie mais plutôt de fabrication levantine.

5 Le type nu, sans diadème ou parure spéciale, portant des coiffures simples suivant la mode de l’époque, et identifié généralement comme la représentation de mortelles, est aussi parfois dénommé « Aphrodite orientale » dans la littérature ; mais, dans la majorité des études, l’appellation d’« Aphrodite orientale » est réservée à la variante à l’iconographie la plus sophistiquée des déesses orientales. Le type simple, sans diadème ni parure, est assez répandu dans le monde grec mais très peu d’exemplaires sont attestés dans les figurines smyrniotes.

6 C’est l’interprétation proposée dès l’origine par les découvreurs de la nécropole de Myrina : Pottier & Reinach, 1887, p. 155, 262-265.

7 Je tiens à remercier chaleureusement le Prof. Dr. Jochen Griesbach, Directeur de la Collection des Antiquités du Martin von Wagner Museum der Universität Würzburg pour m’avoir fourni gracieusement la photographie de cette figurine.

8 Cette idée est lancée par S. Huysecom-Haxhi, I. D. Papaikonomou, S. Papadopoulos et discutée dans leur étude mentionnée ci-dessus : Huysecom-Haxhi, Papaikonomou, & Papadopoulos, 2012, p. 359-360.

9 Ces figurines sont dites provenir de Smyrne d’après les inventaires des divers musées, ce que leurs style et technique confirment bien.

10 Nous tenons à remercier chaleureusement le Badischen Landesmuseum de Karlsruhe de nous avoir fourni gracieusement les photos de ses figurines.

11 Tête CA 4915 (Musée du Louvre) : H. : 8 cm ; La. : 6,3 cm ; ép. : 5,6 cm (Besques, 1972, p. 190, D 1395, pl. 271 a). Tête MNC 31 (Musée du Louvre) : H. : 7,3 cm, La. : 8 cm, ép. : 5,2 cm (Besques, 1972, p. 190, D 1396, pl. 271 b). Fin IIe s. av. J.-C., début Ier s. av. J.-C.

12 Inédite.

13 Figurine d’Isis-Aphrodite E 21410 (H. : 27 cm ; La. : 8,3 cm ; Département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre). Voir Bel, Giroire, Gombert, Rutschowscaya, & Gatier, 2012, p. 262, 269, 284, fig. 251 ; voir aussi Dunand, 1990, p. 130, 338.

14 Tête CA 4914 : H. : 7 cm ; La. : 5,5 cm ; ép. : 4,5 cm (Musée du Louvre). IIe s. av. J.-C. Voir Besques, 1972, p. 190, D 1394, pl. 271 c.

15 Tête Svl 350. Datée du Ier s. ap. J.-C. Voir Paula, Leyenaar-Plaisier, 1979, p. 297, 298, n° 779, pl. 112. Nous tenons à remercier chaleureusement le Musée national des Antiquités de Leyde de nous avoir fourni gracieusement des photos de sa figurine.

16 Tête MNC 32 (Myr 823). H. : 7,6 cm ; La. : 6,8 cm ; ép. : 3,9 cm. Ier s. av. J.-C. Voir Besques, 1972, p. 190, D 1397, pl. 271 d.

17 Tête NI5663. Ier s. ap. J.-C. Voir Hamdorf, 2014, p. 465, E 353.

18 Tête CA 3325 a. H. : 6,4 cm ; La. : 3,6 cm ; ép. : 4,7 cm. IIe s. av. J.-C. Voir Besques, 1963, p. 157, pl. 191 c.

19 Tête B 2266. IIe s. ap. J.-C. Voir Schürmann, 1989, p. 120, n° 422, pl. 74.

20 Tête CA 3680. H. : 4,5 cm ; La. : 4,8 cm ; ép. : 3,1 cm. Ier s. av. J.-C. Voir Besques, 1963, p. 157, pl. 191 e.

21 Tête B 2267. Ier s. av. J.-C. Voir Schürmann, 1989, p. 119, n° 418, pl. 74.

22 Tête inv. 1949. Ier s. av. J.-C. Voir Hasselin Rous, Çaldiran Işik, & Kongaz, 2015, p. 52-53, n° 24.

23 Pour l’archéologie de la ville et les résultats des fouilles récentes, voir Ersoy, 2015.

24 Nous adressons tous nos remerciements à Akin Ersoy pour son autorisation à étudier ces figurines ainsi que son équipe pour ses coopérations.

25 Pour les fouilles du théâtre, voir Ersoy, Alatepeli, & Şakar, 2020.

26 Inv. Smyrna 4392 (H : 4,7 cm ; La. 3,4 cm ; ép : 1,8 cm), Ier av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C., inédite ; inv. Smyrna 4395 (H : 4,8 cm ; La. 4,9 cm ; ép : 4,1 cm), Ier av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C., inédite.

27 Juste avant la livraison de cet article, un deuxième fragment de corps d’Aphrodite drapée a été mis au jour dans le théâtre (inv. Smyrna 4859 ; H. : 4,7 ; La. : 3,6 ; ép. : 2,3). Ce fragment est mieux conservé et plus raffiné que Smyrna 4392.

28 Voir ci-dessus Myrina 14 et 15, Fig. 8 et 9.

29 La figurine de Priène dont la tête n’a pas été conservée, présente de hauts cothurnes. Rumscheid, 2006, p. 260-261, No : 167, Pl. 68.

30 Inv. Smyrna 4345 (H : 4,5 cm ; La : 3,7 cm ; ép : 1,7 cm) IIe - Ier s. av. J.-C., inédite.

31 Inv. Smyrna 4089 (H : 6,7cm ; La. 3,8 cm ; ép. 5,2 cm) Ier s. av. J.-C., inédite

32 Inv. Smyrna 1715 (H : 5,1cm ; La. 4,4cm ; ép. 3,5 cm) ; fin IIe ou plutôt Ier s. av. J.-C ; voir Şakar, 2015, p. 226-227, fig. 6.

33 Juste avant la livraison de cet article, une autre tête d’Aphrodite du même type a été découverte dans les fouilles en cours du théâtre (inv. Smyrna 4876 ; H. : 4,5 ; La. : 3,1 ; ép. : 3,4). Son diadème est brisé mais pourrait être identique à celui du type II de notre corpus d’Aphrodite. La couronne alvéolée est brisée et présente de beaux restes de peinture rose de garance.

34 Concernant cette zone archéologique nommée “Altınpark”, voir Ersoy, 2015, p. 139-142.

35 Inv. Smyrna 3330 (H : 4,7 ; La. 4,3 ; ép. 3,7) ; Ier s. av. J.-C. ; voir Şakar, 2015, p. 226-227, fig. 6.

36 Comme par exemple la tête appartenant au type 3 de notre corpus mais provenant de Myrina ? (Fig. 30) ou la tête d’une figurine d’Aphrodite orientale vêtue de Myrina conservée à Boston : Burr, 1934, p. 29, Pl. I, No : 2.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 Aphrodite orientale de Myrina, IIe- Ier s. av. J.-C.
Légende Musée du Louvre, Myr 1
Crédits ©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Hervé Lewandowski
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Titre Fig. 2 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.
Légende Musée du Louvre, Myr 2
Crédits ©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Stéphane Maréchalle
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 433k
Titre Fig. 3 Femme nue (déesse ?) trouvée à Suse, d’époque médio-élamite (1500-1100 av. J.-C.)
Légende Musée du Louvre, département des Antiquités orientales, SB 17755
Crédits ©Musée du Louvre, Nicolas Benoit
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Fig. 4 Déesse Ishtar au croissant de lune, albâtre, Babylone, d’époque Parthe (IIIe s. av. J.-C.- IIIe s. ap. J.-C.)
Légende Musée du Louvre, département des Antiquités orientales, AO 20132
Crédits ©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Christian Larrieu
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Titre Fig. 5 Aphrodite-Isis, Pompéiopolis (Cilicie), IIe-IIIe s. ap. J.-C.
Légende Musée du Louvre, Br 4412
Crédits ©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Hervé Lewandowski
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 6 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.
Légende Musée du Louvre, Myrina 849
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Fig. 7 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.
Légende Musée du Louvre, Myrina 851
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 8 Aphrodite orientale de Myrina, 100-50 av. J.-C.
Légende Musée du Louvre, Myr 14
Crédits ©RMN-Grand Palais Musée du Louvre, Stéphane Maréchalle
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Titre Fig. 9 Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C.
Légende Musée du Louvre, Myr 15
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Fig. 10 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, IIe s. av. J.-C.
Légende Myr 359, Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 205k
Titre Fig. 11 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, Ier s. av. J.-C.
Légende Myrina 1249 a, Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 12 Tête d’Aphrodite orientale de Myrina, IIe s. av. J.-C.
Légende Myrina 892, Musée du Louvre, déposée au musée des moulages de l’université Montpellier III
Crédits ©Musée du Louvre, Agathe Jagerschmidt
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Fig. 13 Aphrodite orientale enceinte avec un fœtus dans le ventre, Ier s. av. J.-C.
Légende Inv. ZA 147, Würzburg, Martin von Wagner Museum des Universität
Crédits ©Martin von Wagner Museum der Universität Würzburg, C. Kiefer
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Titre Fig. 14 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. av. J.-C.
Légende Inv. 1949, musées archéologiques d’Istanbul
Crédits ©Musées archéologiques d’Istanbul, Memet Karabulut, 2014
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Fig. 15 Aphrodite orientale aux bras articulés, époque hellénistique
Légende Inv. 1980, Musées archéologiques d’Istanbul
Crédits ©Musées archéologiques d’Istanbul, Memet Karabulut, 2014
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Fig. 16 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, fin Ier s. av. J.-C.- début Ier s. ap. J.-C.
Légende SL 270, Staatlichen Antikensammlungen München
Crédits ©State Collections of Antiquities and Glyptothek, Renate Kühling
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 17 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. ap. J.-C.
Légende SL 269, Staatlichen Antikensammlungen München
Crédits ©State Collections of Antiquities and Glyptothek, Renate Kühling
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 421k
Titre Fig. 18 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier s. av. J.-C.
Légende B 2267, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe
Crédits ©Badisches Landesmuseum Karlsruhe, Inv. no. B 2267
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Fig. 19 Tête d’Aphrodite orientale de Smyrne, Ier quart du IIe s. ap. J.-C.
Légende B 2266, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe
Crédits ©Badisches Landesmuseum Karlsruhe, Inv. no. B 2266
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Fig. 20 Tête d’Aphrodite orientale du type I, face et revers, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.
Légende CA 4915, Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre Fig. 21 Tête d’Aphrodite orientale du type I, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.
Légende MNC 31, Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 22 Les visages de MNC 31, CA 4915 et CA 663-25 issus du même moule
Légende Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Fig. 23 Avers de la tête d’Aphrodite CA 663-25, fin IIe s.-début Ier s. av. J.-C.
Légende Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 24 Revers de la tête d’Aphrodite CA 663-25
Légende Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Fig. 25 Figurine d’Isis-Aphrodite, époque romaine
Légende E 21410, département des antiquités égyptiennes, Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Georges Poncet, 1999
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Fig. 26 Tête d’Aphrodite orientale du type II, IIe s. av. J.-C.
Légende CA 4914, Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 27 Tête d’Aphrodite orientale du type II, Ier s. ap. J.-C.
Légende Svl 350, Musée national des antiquités de Leyde
Crédits ©National Museum of Antiquities, Leiden
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Fig. 28 Tête d’Aphrodite orientale du type III, Ier s. av. J.-C.
Légende MNC 32, musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre Fig. 29 Tête d’Aphrodite orientale du type III, Ier s. av. J.-C.
Légende Détail de la coiffure
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Fig. 30 Tête d’Aphrodite orientale provenant de Myrina ( ?), du type III, Ier s. ap. J.-C. ( ?)
Légende NI 5663, Staatlichen Antikensammlungen de Münich
Crédits ©State Collections of Antiquities and Glyptothek, Renate Kühling
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Fig. 31 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, IIe s. av. J.-C.
Légende CA 3325 a, musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 32 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, IIe s. ap. J.-C.
Légende B 2266, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe
Crédits ©Badisches Landesmuseum Karlsruhe
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 33 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.
Légende CA 3680, Musée du Louvre
Crédits ©Musée du Louvre, Isabelle Hasselin Rous
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Titre Fig. 34 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.
Légende B 2267, Badischen Landesmuseum de Karlsruhe
Crédits ©Badisches Landesmuseum Karlsruhe
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 602k
Titre Fig. 35 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.
Légende Inv. 1949, Musées archéologiques d’Istanbul
Crédits ©Musées archéologiques d’Istanbul, Memet Karabulut
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 466k
Titre Fig. 36 Tête d’Aphrodite orientale du type I, Ier s. av. J.-C.
Légende SMYRNA 4089 trouvée dans les fouilles du théâtre
Crédits ©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Titre Fig. 39 Torse d’Aphrodite orientale nue - IIe - Ier s. av. J.-C.
Légende SMYRNA 4345 – trouvé dans les fouilles du théâtre
Crédits ©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 261k
Titre Fig. 40 Torse d’Aphrodite orientale drapée - Ier av. J.-C.- Ier s. ap. J.-C.
Légende SMYRNA 4392- trouvé dans les fouilles du théâtre
Crédits ©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
Titre Fig. 41 Partie inférieure d’un corps d’Aphrodite orientale drapée - Ier av. J.-C. - Ier s. ap. J.-C.
Légende SMYRNA 4395 – trouvée dans les fouilles du théâtre
Crédits ©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre Fig. 37 Tête d’Aphrodite orientale du type II, fin IIe - Ier s. av. J.-C.
Légende SMYRNA 1715 - trouvée dans les fouilles d’Altinpark/Basmane
Crédits ©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 38 Tête d’Aphrodite orientale du type IV, Ier s. av. J.-C.
Légende SMYRNA 3330- trouvée dans les fouilles de l’Agora
Crédits ©Archives des fouilles de Smyrne antique, Gözde Şakar
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/1854/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Hasselin Rous et Gözde Şakar, « Les figurines d’Aphrodite orientale de Smyrne : anciennes et nouvelles découvertes »Anatolia Antiqua, XXIX | 2021, 77-92.

Référence électronique

Isabelle Hasselin Rous et Gözde Şakar, « Les figurines d’Aphrodite orientale de Smyrne : anciennes et nouvelles découvertes »Anatolia Antiqua [En ligne], XXIX | 2021, mis en ligne le 15 mars 2022, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/1854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.1854

Haut de page

Auteurs

Isabelle Hasselin Rous

Conservatrice du patrimoine au Musée du Louvre, département des antiquités grecques, étrusques et romaines
isabelle.hasselin@monuments-nationaux.fr

Articles du même auteur

Gözde Şakar

Dr., Université de Manisa Celal Bayar, Département d’archéologie
gozde.sakar@cbu.edu.tr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search