Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXIXChroniques des travaux archéologi...La mission Labraunda 2020

Chroniques des travaux archéologiques en Turquie 2020

La mission Labraunda 2020

Olivier Henry
p. 80-90

Texte intégral

Les opérations de 2020 ont été rendues possibles grâce au soutien de nombreuses institutions, dont notamment le Ministère français des Affaires étrangères, l’université de Bilkent, le Swedish Research Institute in Istanbul, Labrys Advisory. Nous remercions le ministère de la Culture et du Tourisme de Turquie pour nous avoir délivré l’autorisation de fouilles.

1Compte tenu du contexte sanitaire compliqué dans le courant de l’été 2020, et à la suite de plusieurs restrictions imposées par les autorités locales, il a été décidé d’annuler la mission de prospection et de réduire la période de fouille de deux à un mois.

2Ainsi, les opérations de terrain des différents programmes de recherches de la mission ont été ajournées et, dans l’urgence, nous avons mis en place une stratégie d’intervention adaptée à ce singulier contexte. Ce nouveau programme avait pour ambition d’entreprendre une série d’actions nécessaires mais systématiquement reportées d’années en années par manque de fond. Il s’agissait principalement de :

3 - Procéder à l’aménagement du nouveau dépôt de fouille avec la réorganisation et le reconditionnement du matériel de fouille, et la mise en place d’une base de données précise et exhaustive ;

4 - Effectuer les travaux de remise aux normes du nouveau dépôt (eau, sanitaire, peinture, réfection de murs et de la cour extérieure) ;

5 - Faire construire des sanitaires (douches et toilettes) sur le terrain de la maison de fouille au village de Kargıcak ;

6 - « Libérer » l’ancien dépôt, situé au cœur du site archéologique, des aménagements modernes (toiture, étagère, portes et fenêtres métalliques) ;

7 - Dégager le site des amoncellements nombreux de parpaings de gneiss entassés depuis des décennies ;

8 - Reprendre la protection du sol du Propylon Y ;

9 - Mener une prospection géophysique détaillée des terrasses 2 (terrasse de l’andrôn B de Mausole) et 3 (terrasse de l’andrôn C, au débouché de l’escalier monumental) ;

10 - Faire intervenir une équipe pluridisciplinaire (architecte, ingénieur, conservateur) afin de formaliser des projets de consolidation/mise en valeur sur plusieurs bâtiments du site (Oikoi, stoa nord/X, fontaine hypostyle).

L’équipe de fouille

  • 1 Umut Doğan, archéologue au musée d’Edirne, nous accompagnait en sa qualité de représentant des auto (...)

11L’équipe de fouille a été drastiquement réduite en raison des conditions imposées par la situation sanitaire. Le nombre restreint de participants à la mission 2020 a permis de mettre en place un protocole sanitaire à même d’assurer une distanciation sociale entre les personnes et de garantir de bonnes conditions de travail1.

12Les membres de l’équipe 2020 étaient les suivants :

  • Olivier Henry (directeur, université de Lyon 2 Lumière)

  • Ipek Dağlı Dinçer (codirectrice, université d’Istanbul)

  • Çağla Durak (archéologue, université de Bilkent)

  • Sena Nur Oyuktaş (étudiante en archéologie, université d’Istanbul)

  • Daichi Cem Suekado (étudiant en archéologie, université d’Istanbul)

  • Didem Teksöz (architecte)

  • Nazım Can Cihan (restaurateur)

  • Barış Erdil (ingénieur, université de Van)

  • Mahmut Drahor (géophysicien, université d’Izmir)

  • Caner Öztürk (géophysicien)

  • Mustafa Yalıdere (géophysicien)

  • Buğra Kaya (géophysicien)

Évacuation des blocs de gneiss

13Dès les premiers travaux de mise au jour des vestiges de Labraunda, lors des grandes fouilles de la période 1948-1960, les archéologues se sont heurtés au problème du stockage des déblais. En effet, l’organisation du site en terrasse a toujours rendu très difficile l’évacuation des terres comme des parpaings de gneiss. C’est ainsi que, depuis 1948, de nombreux amoncellements de blocs, plus ou moins organisés, sont venus peu à peu encombrer l’espace du site, faussant la lecture des vestiges et empêchant par endroits toute observation. Notre objectif était d’intervenir cette année sur les terrasses des andrônes B et C. Afin de procéder, nous avons fait appel à deux camions-grues. Les deux camions travaillant de concert pendant près d’une semaine, ce sont plus de 600 blocs (environ 300 tonnes de gneiss) qui ont ainsi pu être observés, triés et transportés au pied du site, avant d’être déplacés une dernière fois et stockés sur une large parcelle vierge de toute trace de vestiges anciens, localisée sous la route asphaltée qui longe le site (Fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Les camions-grues en action

O. Henry

La prospection géophysique

14Une fois les deux grandes terrasses centrales du site libérées, il devenait possible d’y mener, à nouveaux frais et dans de bonnes conditions, une prospection géophysique (Fig. 2).

Fig. 2

Fig. 2

Les terrasses 2 et 3 débarrassées des blocs de gneiss

O. Henry

15Celle-ci avait pour but de déterminer la nature du sous-sol et d’y déceler la présence éventuelle de vestiges enterrés. Lors de cette opération, une équipe de spécialistes de l’université d’Izmir a mis en œuvre trois techniques différentes et complémentaires (géoélectrique, géomagnétique et géoradar), sur près de 3000 m2 (Fig. 3). Le travail a duré une semaine sous la direction de Mahmut Drahor, professeur à l’université d’Izmir et expert internationalement reconnu.

Fig. 3

Fig. 3

La surface du terrain concernée par la prospection géophysique

O. Henry

16Les questions que nous nous posions avant d’entamer cette prospection étaient de deux natures. La première concernait la présence (ou non) de structures contemporaines de l’aménagement de ces grandes terrasses, structures qui auraient été remblayées par le temps. Se posaient en particulier la question (1) de l’existence d’un autel de Mausole en face de l’andrôn B, autel mentionné dans un texte épigraphique mis au jour lors des fouilles de 2005 (Isager & Karlsson, 2008) ; et (2) celle d’un stylobate axé est ouest, au sud de la terrasse 2 et au nord du « complexe ouest » identifié en 2018 comme une possible réplique de la stoa orientale du site (Henry et al., 2019, pp. 214-216).

17Les résultats de la prospection (nous donnons le détail des résultats graphiques en annexe de ce rapport) qui a associé trois différentes techniques (magnétique, géoradar et résistivité électrique) montrent un schéma complexe de structures à la fois bien conservées et détruites, ainsi que des perturbations indiquant des dispersions probablement dues à des causes naturelles (tremblement de terre).

Fig. 4

Fig. 4

Schéma récapitulatif des résultats de la prospection géomagnétique

O. Henry

18L’analyse magnétique révèle la présence de trois anomalies principales et d’un groupe d’anomalies complexes (Fig. 4) :

19A : Anomalie circulaire proche surface et qui correspondent très probablement à des éléments de construction effondrés. Compte tenu de sa composition complexe, de sa forme circulaire ainsi que de sa présence immédiatement sous le niveau du sol actuel, il est possible que nous soyons en présence des vestiges d’un four (à chaux ?).

20B : Anomalie longiligne, axée est ouest : il s’agit d’une structure archéologique cohérente et construite. Celle-ci pourrait correspondre à l’extrémité orientale de l’imposante anomalie en arc, repérée lors de la prospection géoradar (voir plus bas).

21C : Anomalie longiligne axée est ouest au sud de la terrasse 2, il s’agit d’une structure archéologique (mur/canalisation) parallèle au mur arrière du complexe sud, cette anomalie pourrait correspondre au stylobate d’une stoa située, comme nous le pressentions, en façade du complexe ouest.

22D : De nombreuses anomalies présentant des caractères complexes et superficiels qui pourraient correspondre à la présence de structures détruites dont les éléments de constructions auraient été étalés lors de l’aménagement des terrasses.

Fig. 5

Fig. 5

Schéma récapitulatif des résultats de la prospection géoradar

O. Henry

23Les résultats de la prospection géoradar révèlent une quantité plus importante d’éléments (Fig. 5) :

24A : Anomalie est ouest, courbée de près d’une trentaine de mètres de long, avec un possible embranchement vers le sud ; elle apparaît à partir de 0,6-1,0 m sous la surface et se poursuit clairement jusqu’à 3 m de profondeur. La forme, l’absence de solution de continuité ainsi que l’aspect courbe de cet élément pourrait indiquer la présence d’un très large drain, dont on connaît l’existence à Labraunda grâce aux découvertes des années 1950 dans la partie basse du site (Henry et al., 2019, pp. 199-200).

25B : Anomalie rectangulaire axée nord sud, rectangulaire de ca. 2 m de large sur plus de 5 m de long ; ce bâtiment apparaît à partir de 1 m de profondeur et se poursuit au-delà de 3,5 m. Il s’agit ici très clairement des vestiges d’un bâtiment très bien conservé, quadrangulaire, aux fondations profondes. Il est difficile d’en déterminer la nature et la chronologie, cependant l’absence de toute trace de cette structure sur près d’un mètre sous la surface du sol actuel nous laisse penser qu’il pourrait s’agir d’une construction antérieure à l’aménagement de la terrasse à l’époque hékatomnide.

26C : Anomalie longitudinale nord sud, très cohérente ; elle apparaît à 0,6 m et se poursuit au-delà de 3,5 m de profondeur ; il s’agit probablement de deux structures associées qui semblent en connexion avec l’extrémité orientale de la structure A. Comme dans le cas précédent, il ne fait pas de doute que nous sommes ici en présence de structures construites bien conservées.

27D : Anomalie révélant une structure complexe enfouie profondément ; celle-ci apparaît dès 0,6 m et se poursuit au-delà de 3,5 m ; les éléments les plus hauts correspondent à des niveaux de destruction. On semble atteindre un niveau cohérent (conservé) de la structure à partir de ca. 2 m de profondeur.

28E : Anomalie correspondant probablement à une structure détruite dont les vestiges, proches de la surface, disparaissent vers 2,5 m de profondeur.

29F : Anomalie est ouest qui apparaît dès 0,6 m sous le niveau du sol ; elle montre une structure profonde (associée à la structure C de la prospection magnétique ?) qui se poursuit jusqu’à plus de 3,5 m. En profondeur elle perd de sa cohérence, ce qui pourrait indiquer une perturbation liée à des causes naturelles (tremblement de terre ?).

30G : Il s’agit d’une structure très profonde, qui n’apparaît qu’à partir de 2,7-3,8 m de profondeur. Il pourrait s’agir soit d’une structure nouvelle, soit des traces de la fondation de la structure A qui serait plus profondément fondée à cet endroit.

Fig. 6

Fig. 6

Schéma récapitulatif de la prospection en résistivité électrique

O. Henry

31La prospection en résistivité électrique a permis de confirmer la présence des anomalies révélées précédemment ainsi que la présence de très larges remblais de terre sur toute la superficie analysée (Fig. 6). En outre, elle permet de signaler la présence de deux structures supplémentaires très profondes (dont les éléments les plus hauts apparaissent à partir de 2,5-3 m de profondeur) :

32A : Un massif construit rectangulaire dont la limite orientale se trouve à une dizaine de mètres à l’est de la façade de l’andrôn B ;

33B : Un ensemble de deux éléments dans la partie sud de la terrasse 2, au contact du mur de terrasse méridional.

34Les études géophysiques menées sur la terrasse 3 à l’est de l’andrôn B et sur la terrasse 2, ont permis de mettre en évidence la présence de nombreuses structures archéologiques à différentes profondeurs. L’interprétation intégrée des prospections géophysiques révèle les résultats suivants :

35Pour l’analyse géomagnétique, il a été révélé qu’il existe une distribution d’anomalies magnétiques complexes dans la zone couverte avec des réponses magnétiques positives et négatives près de la surface. La distribution générale de ces traces est majoritairement dans les directions N-S et E-O et révèle la présence de structures archéologiques enfouies près de la surface. Cependant, comme les images sont très complexes, il est plus que probable qu’il s’agisse là du résultat d’une importante perturbation, de cause humaine (démontage) ou naturelle (tremblement de terre).

36Les études géoradar, grâce aux images de coupe obtenues à différentes profondeurs, offrent des résultats généralement compatibles avec les résultats magnétiques et ERT. La nature complexe du remplissage qui a émergé avec les études magnétiques a également affecté les résultats du géoradar. Cependant, les anomalies N-S et E-O sur les deux terrasses révèlent des traces de structures distinctes après 1 m de profondeur. Bien que les études géoradar donnent des résultats plus fins que les études magnétiques, elles n’ont pas donné de résultats aussi clairs que ceux obtenus en ERT. Cette situation est liée aux changements d’amplitude qui résultent de la complexité de l’environnement, des différentes diffractions et des changements brusques de l’environnement des signaux radar.

37Les études ERT ont donné les résultats les plus clairs. La présence de traces E-O et N-S sur les deux terrasses est évidente dans une zone située entre la surface et 1 m de profondeur. Ces résultats présentent une image complexe, mais corrobore les analyses effectuées avec l’imagerie magnétique. Ils ne concordent toutefois pas exactement avec les résultats en géoradar près de la surface, mais sont plus compatibles avec les coupes ERT en profondeur à plus de 1 m de profondeur. Dans les sections dont les profondeurs de coupe sont comprises entre 2 et 3,5 m, on observe une distribution dans des régions très distinctes et celles-ci devraient être liées aux extensions structurelles les plus profondes de la superficie étudiée. Enfin, la structure N-S apparaissant profondément à l’est immédiat de l’andrôn B est des plus intéressantes ; elle pourrait être liée soit à une extension orientale des fondations de l’andrôn soit à d’autres éléments structuraux indépendants et gommés lors de la construction de l’andrôn.

Réaménagement de l’ancien dépôt archéologique, création d’un lapidarium

38Le déménagement, lors de la précédente saison, de l’ensemble du mobilier issu des fouilles vers le nouveau dépôt archéologique de Kargıcak avait laissé libre l’ancien dépôt, situé au cœur du site.

  • 2 Il s’agit des maisons terrasses, voir Hellström & Blid, 2019, pp. 235-242.

39Ce dernier, aménagé dans les années 1950, occupait trois pièces d’un bâtiment antique2. L’installation avait alors nécessité des travaux de sécurisation et rendu l’endroit inaccessible au public. Or, il s’agit d’un édifice en tout point remarquable, conçu dans le courant du 4e s. av. J.-C. et implanté contre les remblais de la terrasse du temple. On lui restitue un toit plat et végétalisé qui le rendait invisible de l’extérieur et permettait d’offrir, en surface, une large plateforme en avant de l’andrôn A. Deux escaliers de service permettaient d’accéder directement à ce dernier. Le bâtiment pourrait avoir servi de salles de service lors des banquets organisés dans l’andrôn.

Fig. 7

Fig. 7

Vue aérienne des maisons terrasse après les opérations de 2020

O. Henry

40Cette année nous avons procédé à la remise en état de ce bâtiment (Fig. 7). Ainsi, le toit de tôles, les portes et fenêtres métalliques, ainsi que les nombreuses étagères ont été retirées de deux des trois pièces occidentales. Dans la troisième, nous avons profité de ce réaménagement pour mettre en place un lapidarium qui vise à présenter au public, certaines des plus belles pièces d’architecture en marbre du site, ainsi que plusieurs inscriptions historiques (Fig. 8).

Fig. 8

Fig. 8

Le lapidarium installé dans les maisons terrasse

O. Henry

Documentation et protection du bâtiment des Oikoi

41Le bâtiment des Oikoi, situé à l’extrémité occidentale de la terrasse du temple et au nord de l’andrôn A, fut érigé dans le courant du 4e s. av. J.-C. par Idrieus, frère de Mausole.

42Bien que sa fonction ait changé au cours des siècles, il fut probablement conçu à l’origine afin de servir de trésor au sanctuaire de Labraunda. Le bâtiment est particulièrement bien conservé, et de nombreux éléments architecturaux de marbre appartenant à sa façade tétrastyle ont pu notamment être récupérés au cours des fouilles. Nous envisageons de procéder, dans un avenir proche, à la restauration de cet ensemble, ainsi qu’à la publication détaillée de son architecture.

43Dans cette perspective, nous avons mené cette année une large campagne de documentation des différents blocs d’architecture appartenant à l’entablement de la façade (Fig. 9). Cette étude vient compléter deux campagnes précédentes qui portaient sur les supports verticaux (colonnes, chapiteaux, blocs d’ante et murs).

44Ce travail de documentation s’est accompagné d’une nouvelle opération de protection des sols du bâtiment. Il s’agissait de remplacer, sur l’ensemble de la structure, le géotextile mis en place en 2016, et dont la qualité médiocre n’offrait plus la protection désirée.

Fig. 9

Fig. 9

La documentation des blocs d’architecture de l’entablement du bâtiment des Oikoi

O. Henry

Protection des sols du Propylée Y

45Le Propylée Y, entrée monumentale qui permettait d’accéder à la terrasse du temple, a très largement souffert au cours des siècles et il ne reste plus que quelques assises d’élévation de ses murs. Situées à l’extrémité orientale de la terrasse du temple, sous une source d’eau claire, les fondations du bâtiment baignent constamment dans un milieu humide qui contribue à la fragilisation de la structure. L’année dernière, nous avions procédé au drainage de cette eau, ainsi qu’à la protection partielle des sols conservés du Propylée.

46Malheureusement, après une année, et un hiver particulièrement rude, il est apparu que les efforts déployés en 2019 n’avaient pas permis d’apporter la protection alors espérée. Nous avons donc dû reprendre entièrement le travail avec l’adjonction d’une double couche de géotextile et l’ajout d’un niveau de gravier. Cette double protection devrait permettre à la fois de drainer l’eau du sol et d’empêcher toute repousse de verdure dont les racines détruisent peu à peu les fondements du bâtiment (Fig. 10).

Fig. 10

Fig. 10

L’état du propylon Y après les opérations de 2020

O. Henry

Conservation/protection de la fontaine monumentale hypostyle et du mur de la stoa X

47Une équipe composée d’une architecte, d’un ingénieur et d’un restaurateur est intervenue cette année à Labraunda afin de réfléchir à la mise en place de projets de conservation/consolidation de deux édifices.

48Le premier de ces bâtiments est la fontaine monumentale hypostyle. Localisée à l’extrême sud-est du site, elle fut construite dans le courant du 3e s. av. J.-C. Elle est composée d’une large stoa in antis, au nord, bordée au sud par un grand bassin de récupération d’eau. Son architecture est exceptionnelle puisqu’elle comprenait trois rangées de 7 colonnes monolithes portant un toit exclusivement composé de dalles de gneiss (Henry et al., 2015, pp. 366-384). La proximité de ce bâtiment avec la route moderne qui longe Labraunda a causé d’importants dégâts, entraînant notamment l’effondrement de l’angle sud-est du bassin. Suite à cette destruction (dans le courant des années 1960), le bâtiment a perdu son intégrité architecturale et ne cesse de se dégrader.

49Le second bâtiment concerné est un mur également très dégradé qui appartient à un portique romain, appelé « Stoa X » (Fig. 11) (Henry et al., 2019, pp. 226-228). Celui-ci est localisé au nord du site et surplombe la terrasse du temple. La colonnade de ce portique a disparu depuis longtemps et le mur arrière, préservé sur près de 2 m de hauteur, présente un contre-fruit extrêmement dangereux. Il est urgent d’intervenir (ce que nous comptons faire en 2021) afin de prévenir tout risque d’effondrement.

Fig. 11

Fig. 11

Vue aérienne du mur de la stoa X

O. Henry

50Si les détails du projet de conservation du bâtiment hypostyle doivent encore être formalisés, ceux concernant la consolidation du mur de la stoa X sont d’ores et déjà connus. II s’agira d’ouvrir, en pied de mur, un sondage en escalier puis de stabiliser les terres à l’aide de gabions superposés. Si, sur le principe, la mise en œuvre de ce projet est relativement aisée, sur le plan pratique il en est tout autrement puisque nous serons contraints d’intervenir dans une pente très marquée.

Aménagement du dépôt de Kargıcak

51Le déménagement du matériel archéologique depuis Labraunda vers Kargıcak a été effectué dans les tout derniers jours de la campagne 2019 et nous avions alors manqué de temps pour organiser le stockage de l’ensemble. Cette année a donc été consacrée non seulement à la réhabilitation du bâtiment, mais également au conditionnement et au classement rigoureux du mobilier archéologique.

52Le bâtiment concerné est l’ancienne école primaire du village de Kargıcak. Elle se compose de 4 grandes salles de classe et d’une très large entrée, pour un total de près de 200 m2. Deux de ces pièces seront désormais consacrées au stockage du matériel de fouille (céramique, verre, ossements, métal et marbre), une troisième sera dédiée à la restauration du métal. La quatrième et dernière pièce sera, pour sa part, vouée aux études céramiques.

53L’école ayant été abandonnée depuis plus de 15 ans et n’ayant bénéficié d’aucune mesure d’entretien, la structure nécessitait d’importants travaux. Nous avons donc procédé à la remise à neuf du toit, à la création d’un tout nouveau réseau électrique, à la rénovation des murs (plâtre, peinture), à la remise en état des toilettes et points d’eau et, enfin, à la sécurisation des points d’accès (portes, fenêtres).

54Ce n’est qu’à la suite de ces importants travaux que nous avons pu débuter l’organisation de l’archivage du matériel. Cette dernière a nécessité l’installation de 55 étagères métalliques (soit 330 m linéaires de stockage) et l’acquisition de 975 boîtes normalisées en plastique renforcé (soit 50 m3 de contenance).

55De la sorte, toutes les anciennes boîtes ont été remplacées et un inventaire complet de l’ensemble du matériel présent dans le dépôt a ainsi été dressé, grâce à la création d’une base de données Excel qui permettra dorénavant une gestion optimale du stockage de mobilier (Fig. 12).

Fig. 12

Fig. 12

Organisation du matériel archéologique au dépôt de Kargıcak

O. Henry

Sanitaires à la maison de fouille

56Voilà quelques années, dans le cadre du développement de la mission de Labraunda, nous avons fait l’acquisition d’une maison traditionnelle en pierre au village de Kargıcak. Cette dernière devait servir à terme de camp de base et de logement d’une partie de l’équipe. Cependant, depuis longtemps délaissée, elle nécessitait de lourds travaux avant d’envisager de l’occuper. Il y a deux ans, nous avions pu financer une grande partie de sa rénovation, grâce notamment au soutien de la municipalité et de la préfecture de Muğla. Restait le problème des sanitaires, ces maisons traditionnelles en étant dépourvues. En cet été 2020, l’annulation des fouilles offrait l’opportunité de réaffecter une partie de notre budget à la construction d’une unité de douches et de toilettes sur la parcelle de la maison. Ces travaux n’ont pu débuter qu’au cours de notre dernière semaine de présence sur le terrain.

Conclusion

57Cette saison 2020 a été particulière. En revanche, et contrairement à ce que nous craignions, elle ne s’est pas soldée par une année blanche. Nos recherches ont pu se poursuivre, notamment grâce à la prospection géophysique qui apporte une moisson particulièrement riche quant aux occupations anciennes et récentes des terrasses 2 et 3 du site, avec la découverte de plusieurs structures dont il faudra confirmer la présence, la nature et la chronologie dans les années à venir par l’implantation de sondages localisés. Une partie du budget initialement prévu à la fouille a pu être consacrée à l’aménagement du site, notamment avec de lourdes opérations de nettoyage visant à débarrasser l’espace des très nombreux blocs de gneiss entreposés au cœur de Labraunda depuis des décennies. Cette année nous a également offert la possibilité de concentrer nos efforts sur l’aménagement du nouveau dépôt et de lui donner un aspect, une organisation et les moyens de travail futurs digne de la fouille de Labraunda.

58En 2021, nous espérons pouvoir reprendre le cours normal de nos investigations et réaliser le programme original que nous nous étions fixé en 2020.

Haut de page

Bibliographie

Hellström, P., & Blid, J., (2019). Labraunda 5, The Andrones, Stockholm.

Henry, O. et al. (2015). Labraunda 2014. Anatolia Antiqua 23, 301-394. DOI : 10.4000/anatoliaantiqua.417.

Henry, O. et al. (2019). Labraunda 2018. Anatolia Antiqua 27, 185-231. DOI : 10.4000/anatoliaantiqua.1081.

Isager, S., & Karlsson, L. (2008). A new Inscription from Labraunda, Honorary Decree for Olympichos: I. Labraunda no. 134 (and no. 49). Epigraphica Anatolica, 41, 39-52. URL : https://ifa.phil-fak.uni-koeln.de/sites/IfA/EpiAna_pdfs/027_carless_unwin.pdf.

Haut de page

Notes

1 Umut Doğan, archéologue au musée d’Edirne, nous accompagnait en sa qualité de représentant des autorités turques. Nous le remercions du soutien et de la grande efficacité qu’il a démontrée durant toute la durée de la mission.

2 Il s’agit des maisons terrasses, voir Hellström & Blid, 2019, pp. 235-242.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Les camions-grues en action
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2
Légende Les terrasses 2 et 3 débarrassées des blocs de gneiss
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 3
Légende La surface du terrain concernée par la prospection géophysique
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4
Légende Schéma récapitulatif des résultats de la prospection géomagnétique
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-4.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Fig. 5
Légende Schéma récapitulatif des résultats de la prospection géoradar
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-5.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Fig. 6
Légende Schéma récapitulatif de la prospection en résistivité électrique
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-6.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Fig. 7
Légende Vue aérienne des maisons terrasse après les opérations de 2020
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 8
Légende Le lapidarium installé dans les maisons terrasse
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Titre Fig. 9
Légende La documentation des blocs d’architecture de l’entablement du bâtiment des Oikoi
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 10
Légende L’état du propylon Y après les opérations de 2020
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 11
Légende Vue aérienne du mur de la stoa X
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 642k
Titre Fig. 12
Légende Organisation du matériel archéologique au dépôt de Kargıcak
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/2079/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 838k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Henry, « La mission Labraunda 2020 »Anatolia Antiqua, XXIX | 2021, 80-90.

Référence électronique

Olivier Henry, « La mission Labraunda 2020 »Anatolia Antiqua [En ligne], XXIX | 2021, mis en ligne le 24 mars 2022, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/2079 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.2079

Haut de page

Auteur

Olivier Henry

Université Lumière Lyon 2, HiSoMA UMR5189

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search