Navigation – Plan du site
Chroniques des travaux archéologiques en Turquie, 2013

Zeyve höyük – Porsuk

Rapport préliminaire sur la campagne 2013
Dominique Beyer, Isabelle Chalier, Françoise Kirner, Françoise Laroche-Traunecker et Aksel Tibet
p. 327-342

Texte intégral

1La mission 2013 s’est déroulée entre le 19 juillet et le 20 septembre. Comme cela avait été prévu, les activités de la mission ont répondu cette année à deux objectifs bien distincts.

2Le premier concernait les travaux préparatoires à la publication des niveaux du Bronze et du Fer Moyen, des chantiers II et IV, dégagés par les missions déjà anciennes d’Olivier Pelon, depuis 1969, et plus récentes (depuis 2003) de Dominique Beyer et de son équipe. Le décès malheureux et inattendu du Professeur Pelon, en octobre 2012, a entraîné naturellement pour la mission des difficultés supplémentaires. Depuis quelques années, il était convenu que les deux missions puissent collaborer ensemble, certains des membres de la nouvelle ayant d’ailleurs appartenu à l’ancienne. Olivier Pelon, très occupé jusqu’à la veille de sa mort par ses travaux sur Malia, n’avait pas pu faire aboutir les textes qu’il avait commencé à préparer pour Porsuk.

3La tâche, pour Françoise Laroche-Traunecker, Aksel Tibet et le directeur, Dominique Beyer, nécessitait d’abord de réunir autant que possible les éléments de la documentation ancienne, conservée à Lyon. Il était important ensuite de pouvoir confronter, sur le terrain, les différentes données recueillies et de commencer à rédiger certaines parties, après réexamen de tel ou tel point sur place, puisqu’une grande partie des vestiges dégagés lors des différentes campagnes sont encore visibles et accessibles sur place. On peut considérer que la tâche a très sérieusement progressé, grâce au fait que les trois principaux responsables actuels de la publication1, habituellement séparés, les uns à Strasbourg, l’autre à Istanbul, ont pu travailler ensemble. Une nouvelle mission du même type sera nécessaire.

4Sur le plan de la stratigraphie et de la chronologie de Porsuk, particulièrement complexes, l’équipe a pu bénéficier de la reprise des liens avec l’équipe du Professeur Peter Kuniholm, spécialiste américain de la dendrochronologie2, qui nous a fait l’honneur d’une visite sur le chantier. Un réexamen et un affinage des résultats des très nombreuses analyses de ce type faites à Porsuk depuis des décennies vont permettre d’améliorer la précision de nos données en vue de la publication.

5Le second objectif concernait la fouille, principalement au chantier IV. En effet, la perte de dossiers administratifs entre la France et la Turquie n’avait pas permis en 2012 aux deux spécialistes de la mission pour les périodes romaine et hellénistique (Porsuk I et II), Isabelle Chalier et Françoise Kirner, de poursuivre leurs travaux de terrain sur leur chantier. Décision avait donc été prise de concentrer les efforts de fouille pour 2013 sur ce secteur.

  • 1 Cf Beyer et al. 2013 : 213-223

6En complément, des travaux ponctuels avaient été également prévus au chantier II, dans le secteur des fortifications du Bronze et du Fer. Il s’agissait en particulier d’étudier le niveau le plus ancien (Porsuk VI) de la tour rectangulaire dégagée l’an dernier dans la partie sud du chantier1. Quelques difficultés relationnelles avec le représentant des antiquités locales ont empêché cette étude. Il a fallu alors modifier la stratégie de fouille dans ce secteur (cf. infra).

Chantier IV (extrémité est du höyük) (Responsables Isabelle Chalier et Françoise Kirner)

  • 2 Cf Beyer et al. 2013 : 223-233.

7Sur ce chantier, l’exploration se concentre essentiellement, cette année en particulier, sur les niveaux de surface, appartenant aux périodes romaine et hellénistique. Les travaux antérieurs dans ce secteur, en 2012, n’avaient mis au jour, dans un sondage plus profond, en H41-H42, que des vestiges plutôt mal conservés et passablement perturbés d’aménagements des Fer Récent et Moyen qui présentaient assez peu de cohérence2.

  • 3 Beyer et al. 2012 : 196-199.

8Il a été décidé pour cette campagne 2013 d’étendre la zone fouillée en H-1 40 vers l’ouest afin de comprendre l’ensemble formé par les murs 01628, 01634, 01635 et 01636 dégagés en 20113 (Fig. 1). Il s’agissait également de déterminer si le mur 01628, dont l’élévation était conséquente et dont la base n’était pas encore connue, se prolongeait vers l’ouest. C’était aussi l’occasion de valider des hypothèses : il nous fallait vérifier si le mur 01089 formait bien une limite au nord de laquelle s’arrêtaient les sépultures.

Fig. 1

Fig. 1

Vue du chantier IV, plan d’ensemble du niveau.

  • 4 Martz 2010
  • 5 Kirner, à paraître.

9À quelques centimètres de profondeur, sous la couche végétale a d’abord été mis au jour un four circulaire 01705 destiné à la cuisson du pain, constitué d’une paroi en terre consolidée par de petites pierres et des tessons de jarres plaqués contre. Le fond du four était assez bien conservé malgré les dégâts causés par un animal (Fig. 2). Ce type d’aménagement culinaire, qui contenait d’ailleurs un fragment de céramique de cuisine, de type brittle ware4, est relativement bien attesté dans ce secteur5.

Fig. 2

Fig. 2

Chantier IV. Vue du four circulaire 01705.

10Le niveau 1 présente ainsi des espaces cohérents dans tout le secteur nord-est du chantier IV : le plan révèle des bâtiments rectangulaires composés d’une pièce carrée et d’une plus petite pièce oblongue (Fig. 1). C’est par exemple le cas pour les espaces dessinés par les murs 01086, 01089, 01628 et 01719. Nous avons en effet mis au jour la suite vers l’ouest de 01089 ainsi qu’un retour nord 01703. Avec les murs 01719 et 01628, ils forment un espace rectangulaire qui, désormais, se dessine clairement (Fig. 3). Cet espace se divise en une pièce carrée dans l’angle sud-est et en une pièce rectangulaire orientée nord-sud dans l’angle nord-ouest. L’absence de sols associés laisse penser que ces derniers ont pu être perdus du fait de la proximité de la couche de surface, et que la partie aujourd’hui visible des murs correspond à leur fondation, la superstructure étant en briques.

Chantier IV. Plan détaillé du niveau 1.

  • 6 Laurence 2013 : 403-404.

11Le prolongement vers l’ouest du mur 01628, dont l’épaisseur et la taille des blocs sont impressionnants, a également été dégagé. La question de sa fonction s’est posée, notamment avec la découverte d’un dallage 01717 (Fig. 4), dans l’angle nord-ouest de la partie fouillée. À l’ouest ce dallage s’appuie contre le mur 01720, et dans son extrémité sud contre le mur 01719. Il n’a pas été possible de déterminer s’il s’arrêtait là ou si son prolongement vers le sud a pu être perturbé par des prélèvements ou par les labours que le site a connus. Il est composé de larges dalles de grès, sauf à son extrémité sud où l’on trouve des dalles de gypse, l’ensemble formant une bichromie certainement recherchée. L’espace entre les murs 01720 et 01719 constitue une zone de circulation, une rue, d’aspect plus monumental que ce qui avait été mis au jour jusqu’à présent. Ce dallage ne présente pas de recharge, et les dalles qui le composent ne sont pas très épaisses. On ne constate aucune trace de roues. Mais, de facture plus soignée, cet espace de circulation devait desservir des édifices notables du site6.

Fig. 4

Fig. 4

Chantier IV. Vue du dallage 01717, vers le sud

12En outre, le mur 01720, orienté nord-sud, à l’ouest de la zone fouillée, s’interrompt brutalement en H40, et nous le retrouvons en I40, avec un prolongement 01728 composé d’imposants blocs de grès posés de champ, d’ailleurs dégagés par Catherine Abadie en 1994. Son retour est-ouest 01739 file sous la berme. Dans l’espace compris entre la berme et les murs 01739 et 01720, au sud, a été mise au jour une jarre 01702 qui vient s’appuyer contre la paroi ouest de 01720. Une préparation très compacte, à base de gypse, destinée à la confection d’un enduit ou d’un mortier, se trouvait dans la jarre sur une profondeur de 35 cm. Au vu de la qualité et de la solidité de ce matériau, ainsi que de son volume conservé, il s’agit vraisemblablement d’une préparation qui a durci à l’intérieur de la jarre. Pris fortement dans cet amalgame se trouvait le fond presque complet d’une assiette en sigillée orientale A (Fig. 5).

Fig. 5

Fig. 5

Chantier IV. Jarre 01720 avec mortier de gypse et fond d’une assiette de sigillée.

13À ce premier niveau, nous pouvons associer plusieurs éléments matériels.

  • 7 Karbach 1990 : 36-38.

14Une monnaie de bronze a été ainsi découverte figurant au droit un buste drapé de Livie en jeune femme au chignon et au revers un capricorne un globe entre les pattes et surmonté d’une étoile probablement à huit branches (Fig. 6-7). D’après l’inscription Augusta, cette monnaie a été émise à Augusta de Cilicie. Malheureusement ce monnayage ne porte pas de date même s’il est bien attesté à Augusta. Franz-Bernd Karbach qui en a proposé une première étude estime que ces frappes particulièrement remarquables par leur qualité et leur volume7 doivent remonter au règne de Tibère, fils de Livie.

Fig. 6

Fig. 6

Chantier IV. Monnaie de bronze d’Augusta de Cilicie, avec buste de Livie et capricorne.

Fig. 7

Fig. 7

Chantier IV. Monnaie de bronze d’Augusta de Cilicie, avec buste de Livie et capricorne.

  • 8 Beyer et al. 2012 : 197, fig. 35.
  • 9 Goldman 1950.

15De nombreux fragments de lampes romaines à médaillon décoré moulé, à pâte fine, chamois, beige-rosé vont dans ce sens. Ils rappellent la lampe entière à motif de cervidé découverte en 20098. Ces lampes s’apparentent aux productions signalées à Tarse par Hetty Goldmann9.

  • 10 Nenna 1999 : 42.
  • 11 Nenna 1999 : pl. 6.

16Cette campagne a livré de nombreux fragments de verre dont on peut restituer les formes les plus courantes : unguentaria, coupelles, bouteilles, bols à bord droit, gobelets, bols linear cut10. Il s’agit de verre moulé ou soufflé, le plus souvent sans décor (à l’exception de rare vaisselle à rainures). Les fragments de verre mis au jour ont subi une forte altération : les couches d’irisation détériorent l’épaisseur du verre ainsi que sa couleur. Les centres de production de la verrerie moulée du IIe s. av. J.-C. et jusqu’à la fin du Ier s. ap. J.-C. sont proche orientaux (côte syro-palestinienne et Chypre)11. Cet échantillonnage réclamera une étude approfondie.

  • 12 Dieudonné-Glad, Feugère et Önal 2013 : n° 18, n° 21, n° 30, pl. 2.
  • 13 Dieudonné-Glad, Feugère et Önal 2013 : n° 57-58, pl. 4.

17Quelques épingles en os, pour la plupart complètes, ont été découvertes. Parmi ces épingles à cheveux, certaines présentent un fût rectiligne à sommet conique (Fig. 8), d’autres sont pourvues d’une tête en forme de massette ou de bulbe, avec un fût renflé. De nombreux parallèles sont signalés à Zeugma et datés du IIIe s. ap. J.-C.12. À ces objets personnels, il est possible d’associer une perle en fritte, une perle côtelée ou Meloneperle, qu’on a supposé de fabrication occidentale. Cependant leur large diffusion dans le bassin méditerranéen laisse présager plusieurs centres de production13.

Fig. 8

Fig. 8

Chantier IV. Épingles à cheveux en os.

18Il conviendra de croiser ces informations avec le matériel céramique : des formes dont beaucoup sont anciennes (assiettes, plats et bols) de céramique sigillée orientale A, de la céramique de cuisson, des bases d’unguentaria fusiformes... Il reste à en proposer une étude plus précise.

19La constatation déjà établie sur l’ensemble de la fouille que les murs du niveau 1 s’appuient sur les murs du niveau 2, en gardant la même orientation, a été confirmée une nouvelle fois dans le secteur ouvert cette année (Fig. 9). En effet, le mur 01086 est venu s’établir sur le mur 01603, le mur nord-sud 01719 connaît deux états tout comme le mur est-ouest 01628.

Fig. 9

Fig. 9

Chantier IV. Plan du niveau 2.

20Pour le niveau 2 ces murs forment un espace rectangulaire au milieu duquel une jarre écrasée 01724 a été mise au jour (Fig. 10). La manière dont elle s’est effondrée nous indique qu’elle n’était sans doute pas enterrée. À l’ouest, un sol gypseux 01731 est apparu, contre la face est de 01719, perturbé par une fosse 01727. Il se perd à l’est, il a pu être en partie détruit par l’installation d’un mur du niveau supérieur à cet endroit. Une surface gypseuse 01716 qui pourrait correspondre au même état d’habitation a été localisée au nord du mur 01628.

Fig. 10

Fig. 10

Chantier IV. Niveau 2 : jarre écrasée 01724

21Ce mur 01628 présente un retour nord 01718. Deux espaces rectangulaires semblent se dessiner, liés à 01628, au nord, avec les murs 01718, 01636 et 01603. Cet ensemble de murs diffère de ceux du sud de la fouille, et du reste du secteur. Ils sont plus épais, plus profonds, et composés de gros blocs de grès et de gypse. De quel type de murs s’agit-il ? Leur nature laisse suggérer une fonction particulière. La question s’était déjà posée au sujet du petit espace carré formé par les murs 01628, 01634, 01635 et 01636. Ces murs sont venus s’installer sur des vestiges du niveau 3 à savoir pour le moment trois jarres qui se sont trouvées ainsi cassées. L’ouverture de la berme nord en H40 pourrait permettre d’apporter une réponse. C’est ce que nous avons prévu de réaliser lors de la prochaine campagne parce que cela nous semble constituer un enjeu important.

22Enfin un sol 01725, formé d’un enduit assez solide, a été mis au jour dans la partie sud-ouest de la zone fouillée, mais de façon très lacunaire. Faute de temps, faute d’espace nous ne sommes pas parvenues à comprendre ces perturbations.

23Le matériel du niveau 2 comprend de la céramique typiquement hellénistique bien connue à Porsuk. Des tessons de céramique à vernis noir et à pâte grise, de production anatolienne, ont été découverts. Les coupes à bandeau peint ou avec des décors en cercles concentriques sont bien attestées comme lors des campagnes précédentes.

  • 14 Manning 1985 : 133 et pl. 62-63, type 10.
  • 15 Leguilloux 2004 : 103.
  • 16 Dieudonné-Glad, Feugère et Önal 2013 : 100, même si ces derniers ont été découverts dans des contex (...)

24Quelques becs de lampe hellénistique non décorés ont été mis au jour ainsi que des artefacts métalliques, des éléments d’outils (lame, poinçon...) ou encore un lot d’une vingtaine de petits clous en fer (Fig. 11) découverts sur le sol 01736. Leur taille, 1 cm de diamètre pour la tête et 1, 70 cm environ pour la tige, et leur nombre (18 au total) nous permettent de les considérer comme des clous de chaussures. La typologie de ces clous a été établie par W.H. Manning14. Ils garnissaient les semelles en cuir, notamment celles des caligae, chaussures de bonne qualité, portées jusqu’au Bas-Empire par les paysans et les militaires15, et destinées à la marche et aux travaux extérieurs. Des exemples de clous de chaussures ont également été mis au jour à Zeugma16. Les espaces dans lesquels les chercheurs les retrouvent sont soit à la surface des niveaux de circulation, soit dans des dépotoirs.

Fig. 11

Fig. 11

Chantier IV. Niveau 2 : lot de petits clous de fer du sol 01736.

25La campagne de fouilles avait révélé en 2011 un troisième niveau plutôt riche. De manière générale, les murs découverts n’ont pas la même orientation que ceux du niveau 1 et 2 (Fig. 12). Ils sont plus étroits, composés de petits blocs de gypse et partiellement enduits. Nous avons ainsi dégagé le prolongement ouest de 01641 (Fig. 13). La fouille s’est concentrée à la jonction des carrés H et I 40-41, faute de temps. La problématique consistait à comprendre la fonction du podium 01650 découvert en 2011 et des briques 01655 qui lui semblaient liées (Fig. 12). Cinq briques qui en formeraient la suite ont été mises au jour, mais la partie ouest de la zone fouillée présente des perturbations : l’aménagement de briques s’interrompt pour laisser la place à un sol 01740 présentant des traces d’enduit mais de façon anarchique. Les briques mises au jour étaient brûlées, et avec le sol perturbé, elles semblent indiquer une destruction du dernier état de ce niveau 3.

Chantier IV. Plan du niveau 3.

Chantier IV. Niveau 3 : prolongement ouest du mur 01641.

26Au nord du mur 01641 un espace de stockage semble se dessiner. En effet trois jarres partiellement apparentes, de grande taille comme la jarre 01735, pourraient être associés au four 01620.

27Le niveau 3 a été atteint mais pour le moment nous n’en avons qu’une connaissance très partielle en raison de la présence des murs des niveaux supérieurs.

28Il conviendra lors de la prochaine campagne, d’explorer d’avantage ce niveau 3 et d’étendre la zone fouillée vers le nord en G40 pour comprendre quelle est la nature des murs particulièrement impressionnants et des aménagements au nord du carré H40.

Chantier II (extrémité ouest du höyük) (Responsables Dominique Beyer et Alice Mouton)

  • 17 Cf. Beyer et al. 2013 : 201-213.

29Pour permettre les travaux préparatoires à la publication, le sondage profond opéré en 2012 par Aksel Tibet dans la partie nord-est du chantier17, en H07, n’a provisoirement pas été repris.

  • 18 Cf. Beyer et al. 2013 : surtout 221-223.
  • 19 Il y aurait beaucoup à dire sur l’attitude générale, fort heureusement plutôt inhabituelle, de ce r (...)

30Dans la partie sud, en J-K 04 et J-K 05 (Fig. 14), il restait à atteindre le sol initial de la phase ancienne (Porsuk VI), remontant sans doute à la fin du XVIIe siècle av. J.-C., de la tour de défense rectangulaire mise au jour l’an dernier18. Il s’agissait en outre d’examiner si le mur de courtine se poursuivait au-delà de la tour vers le sud-est, pour englober l’ensemble de la ville ancienne, ou si au contraire il amorçait un virage vers le nord pour dessiner, avec l’ensemble du dispositif déjà connu, une sorte de forteresse limitée à la partie ouest du site, qui aurait ainsi dominé une zone plus basse dans le reste du höyük. Le premier de ces deux objectifs n’a pu être réalisé en raison de l’opposition manifestée par notre temsilci, İsmail Sarıpınar, qui considérait, premièrement que le travail en profondeur allait être trop dangereux et que, en second lieu, la façade externe de briques cuites par l’incendie (Fig. 15), assez impressionnante, ne devait être touchée en aucune manière, mais strictement protégée en l’état19. Nous n’avons par conséquent pas pu atteindre le sol de la phase initiale, ni à l’extérieur ni à l’intérieur de la tour, ce qui, sur le plan scientifique, est particulièrement regrettable. À l’intérieur de la pièce est de la tour, en K05 (Fig. 14), et à l’extérieur sud-est de celle-ci, nous avons été autorisés tout de même à évacuer les déblais partiellement abandonnés là à la fin de la campagne précédente. Ceci nous a permis de repérer, même dans un espace très restreint, le départ de la courtine vers le sud-est, avec un décalage d’orientation (Fig. 16) entre la phase récente (Porsuk V, vers le XVe siècle av. J.-C.) et la phase ancienne (Porsuk VI, fin XVIIe siècle av. J.-C.). Malgré la faible longueur dégagée, il est permis d’affirmer maintenant que la fortification hittite, avec dans les deux phases une superstructure de briques sur socle de pierres, se poursuivait normalement vers le sud-est, le long du rebord du site, pour englober en principe la totalité de l’établissement et rejoindre les fortifications de la partie est. Enfin, l’examen attentif de la façade externe (sud-ouest) de la tour, malgré l’interdiction de démonter partiellement l’appareil des briques, a pu montrer que le mur 03811 avait pu connaître plusieurs phases de reprises ou de réparations, qu’il nous reste à espérer pouvoir préciser dans un avenir prochain (Fig. 15).

Fig. 14

Fig. 14

Chantier II. Plan schématique d’ensemble du chantier.

Fig. 15

Fig. 15

Chantier II. Face externe (sud-ouest) du mur de briques de la tour d’enceinte sud en J04-K04 (Porsuk V et VI).

Chantier II. Départ de la courtine vers le sud-est, en K05, avec le décalage entre les phases Porsuk V et VI.

  • 20 Beyer et al. 2013 : 214-217.
  • 21 Cette opération a bénéficié de la présence, pendant une quinzaine de jours, d’Alice Mouton, qui a p (...)

31L’impossibilité de mener la fouille en profondeur comme prévu initialement nous a conduits à changer de stratégie dans cette partie du site, qui correspond au point culminant (Δ 1299 m). L’an dernier, les couches de surface rencontrées au sommet, au-dessus du système de fortification évoqué ci-dessus, avaient révélé l’existence d’une sorte de massif épais de briques crues grisâtres, non brûlées (03807)20, qui avait coiffé les vestiges des murs de pierres de la fortification que nous avons datée provisoirement du Fer Moyen (Porsuk III). Il paraissait alors intéressant de tenter d’explorer ce massif, ou cette plate-forme, sur la pente opposée, dans la partie orientale du carré J05 et en J06 (Fig. 17, 19), pour pouvoir définir sa nature et préciser si possible sa datation21.

Fig. 17

Fig. 17

Chantier II sud. Plan des vestiges de fortification du Fer (campagnes 2012-2013).

32La fouille a pu mettre en évidence la suite de ce massif vers le nord-est (numéroté ici 03844), où les briques retrouvées comportaient souvent une forte proportion de particules de gypse, ce qui fait leur originalité : aucun secteur de Porsuk n’avait livré jusqu’à présent de kerpiç de ce type. Les alignements de ces briques (43 x 43 cm en général) suivaient la même orientation nord-ouest/sud-est que ceux qui avaient été dégagés l’an dernier. Mais le repérage des limites nord-est de ce massif a été rendu difficile par l’érosion de la forte pente de la butte sommitale du site, ce qui n’est pas une surprise. En revanche, ce qui n’était pas prévu, c’est la présence d’un puissant mur de pierres (03840), de près de 2,50 m d’épaisseur, presque parallèle à 03844, qui pénètre dans la paroi nord du sondage et qui semble s’interrompre à peu près au centre de J06, où un retour vers le nord-est (03841) pourrait constituer une sorte de contrefort. Fait de blocs parfois importants de gypse, majoritairement, le mur 03840 possédait, du côté sud-ouest, un parement de gros galets. On a pu repérer, dans la masse du mur, les vestiges ténus de boutisses de bois non brûlé, dont un prélèvement a pu être fait à des fins d’analyse. Il semble bien que ce mur de pierres soit venu s’encastrer dans les vestiges plus ou moins bien conservés du massif de briques 03807-03844. Entre le parement du mur de pierres et le mur de briques (Fig. 18-19), qui n’ont pas tout à fait le même axe, le faible espace a visiblement été comblé avec du mortier d’argile. La hauteur conservée du mur de pierres 03840 n’a pas pu être définie avec précision (plus d’1 m) car, en bas de pente, les pierres inférieures du mur rencontrent les vestiges des alignements de briques du mur 03844, de plus en plus lessivés (ici numérotés 03847), mais où des restes de minces boutisses de bois montraient bien que l’on était encore en présence de la masse du mur. La présence de nombreux éboulis de pierres, en provenance certainement du mur 03840 et du contrefort ( ?) 03841, en bas de pente, ainsi que contre l’extrémité supposée du mur 03840 (Fig. 20), n’a pas facilité la compréhension précise des liens entre ces différents éléments architecturaux. Les fouilleurs n’ont pas été autorisés à enlever ces éboulis de pierres, ni à trancher dans les couches de briques lessivées pour arriver à un résultat !

Fig. 18

Fig. 18

Chantier II sud. J05-06 : les murs de briques 03844 et de pierres 03840 vus du sud.

Fig. 19

Fig. 19

Chantier II sud. J05-06 : plan des murs 03844-03847 (briques) et 03840-03843 (pierres)

  • 22 Cf. Beyer et al. 2013 : 214-216.
  • 23 Mesures effectuées par le Poznan Radiocarbon Laboratory sur l’échantillon PK13-03847.0001 (Poz-5964 (...)
  • 24 Cf. l’emplacement précis sur les fig. 33 et 34 dans le rapport de fouilles de 2012 (Beyer et al. 20 (...)
  • 25 Échantillon PK12-03800.0002 (Poz-59644).

33En attendant de pouvoir reprendre prochainement ce chantier dans des conditions plus sereines et plus normales, en attendant également le résultat d’analyses de C14 portant sur les restes de boutisses de bois du mur de pierres 03840 dégagé cette année, on peut proposer les hypothèses suivantes : le mur de pierres 03840 appartenait à un système défensif qu’il est permis d’attribuer provisoirement à la période hellénistique ou romaine, si l’on tient compte de la découverte de quelques maigres fragments de verre, mais non en place. Ce mur serait venu s’encastrer dans le puissant massif de briques 03807-03844, dont les limites ne sont pas connues, mais dont l’épaisseur nord-est/sud-ouest dépassait sans doute 5,60 m (Fig. 17), puisque des éléments (03847) de ce même mur de briques ont été retrouvés en contrebas, dans la pente est. S’agit-il là des restes d’une sorte de fortin ? En raison des conditions de la fouille, des fortes pentes des deux côtés de la butte sommitale, aucune couche en place n’a pu être mise en relation avec cet ensemble massif de briques dont Porsuk n’avait pas encore livré d’exemple comparable. Lors des travaux de l’an dernier, on avait pu recueillir quelques tessons provenant de l’intérieur des briques ou des joints entre briques de la partie 03807. Ils étaient de manière homogène à dater du Fer Moyen22. Fort heureusement, les résultats de l’analyse d’un fragment de boutisse de la partie inférieure de ce massif de briques viennent de nous parvenir : la datation par le C14 nous indiquerait la période de 2500 ± 30 BP, ce qui vient confirmer en gros nos premières estimations23. Le laboratoire polonais de Poznan vient également de nous fournir une seconde mesure de C14, concernant cette fois le mur de fortifications de pierres 03800, dégagé en 2012, pour la datation duquel nous ne disposions guère de matériel archéologique. Ici aussi, l’échantillon concerne un des éléments non carbonisés du chaînage de bois de la maçonnerie, pris dans la partie basse du mur24. Cet élément de la fortification de la butte ouest du site serait à placer vers 2770 ± 30 BP25. Ces dates confirment la succession des phases architecturales de la fortification telles que nous l’avions proposée à l’issue de la campagne de 2012. Sur la base de ces datations, le mur de pierres 03800 (Fig. 17) peut être aisément mis en relation avec les murs 15 et 16 (phase ancienne) dégagés précédemment dans la partie nord du chantier II (Fig. 14). Quant aux murs de briques 03807-03844-03847 et de pierres 03840 (Fig. 17 et 19), il s’agit d’éléments nouveaux, qu’il est difficile de relier, dans l’état actuel des recherches, à d’autres vestiges mis au jour lors des campagnes précédentes. Leurs prolongements vers le nord ont certainement été éliminés en 1960, au moment où le bulldozer avait largement entamé la butte sommitale du höyük (cf. infra).

Fig. 20

Fig. 20

Chantier II sud. Vue des murs de pierres 03840-03843 (à l’avant-plan), de briques 03844 (à l’arrière-plan) et 03847 (avant-plan à droite). Vue vers l’ouest.

Protection et restauration des vestiges construits de ce secteur

34On mentionnera ici la reconstruction partielle de l’angle sud de la muraille de pierres du Fer (03800), visible sur le plan de la Fig. 17, dans la partie est de J 04. Elle s’était effondrée durant l’hiver dernier. La mauvaise qualité du matériau de base, le gypse de la carrière voisine, et de sa mise en œuvre, ainsi que la disparition, en partie du moins, des poutrelles de bois du chaînage, ont naturellement fragilisé considérablement cette construction.

35Paradoxalement, les murs de briques crues de la tour rectangulaire sont beaucoup plus solides, car les incendies qui ont amené la destruction des différentes phases de construction ont à chaque fois en partie cuit les briques des murs. Sur les conseils de notre temsilci, nous avons pourtant consacré de gros efforts à la protection de la tour, en installant une couverture faite de plusieurs panneaux de toitures de tôles (Fig. 21-22), susceptibles de lutter contre les assauts des vents souvent extrêmement violents en provenance du plateau. Cette situation particulière nous incite d’ailleurs à privilégier les projets de consolidation et de reconstruction partielle des murs plutôt que de couverture générale du secteur, en outre techniquement très délicate en raison de la topographie actuelle de la zone de fouille.

Fig. 21

Fig. 21

Chantier II Sud. Schéma de la protection de la tour sud. Vue vers l’est.

Fig. 22

Fig. 22

Chantier II sud. Dispositif de protection de la tour sud. Vue vers le nord-nord-est.

Observations topographiques

36Dans cette partie occidentale du site et ses abords, il convient de mentionner également les importants compléments de relevé topographique réalisés par Françoise Laroche-Traunecker qui devront nous permettre de tenter de comprendre quelle était à l’origine la topographie locale, au moment de l’installation de la phase initiale du dispositif des fortifications et de l’approche vers la porte ouest initiale, puis à ce que l’on a appelé la “poterne hittite” dans un deuxième temps (Porsuk VIb). Il faut préciser que la topographie locale ouest a été complètement modifiée en 1960, lors de la construction de la route qui a permis la liaison entre les villages au sud, sur la pente du Taurus, et la grande route qui mène du plateau vers les Portes Ciliciennes.

Haut de page

Bibliographie

Beyer, D., Chalier, I., Kirner, Fr., Patrier, J. et Tibet, A., 2012 : “Zeyve Höyük (Porsuk) : rapport sommaire sur la campagne de fouilles de 2011”, Anatolia Antiqua XX : 177-203. DOI : 10.3406/anata.2012.1332.

Beyer, D., Laroche-Traunecker, F., Patrier, J. et Tibet, A., 2013 : “Zeyve Höyük – Porsuk : rapport préliminaire sur la campagne de 2012”, Anatolia Antiqua XXI : 201234. DOI : 10.3406/anata.2013.1351.

Dieudonné-Glad N., Feugère M. et Önal M., 2013 : Zeugma V Les objets, Travaux de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée n° 64, Lyon.

Goldman, H., 1950 : Excavations at Gözlü Kule, Tarsus, volume I, The Hellenistic and Roman Periods, Princeton.

Karbach, F.-B., 1990 : “Die Münzprägung der Stadt Augusta in Kilikien”, Jahrbuch für Numismatik und Geldgeschichte – München 40 : 35-68.

Kirner, F., à paraître : “Fonctions des espaces des niveaux hellénistiques et romains du site de Porsuk”, Troisièmes Rencontres d’archéologie de l’IFEA, 2012.

Laurence, R., 2013 : “Streets and Facades”, in Ulrich, R. B. et Quenemoen C. K. (éds)., A companion to Roman Architecture, Wiley-Blackwell : 399-411.

Leguilloux, M., 2004 : Le cuir et la pelleterie à l’époque romaine, Paris.

Manning, W. H., 1985 : Catalog of the Romano-British Iron Tools, Fittings and Weapons in the British Museum, Londres.

Martz, A.-S., 2010 : “La brittle-ware, une vaisselle multiculturelle. L’exemple de Zeugma”, Bollettino di Archeologia online I 2010/Volume speciale G/G9/2 : 6-14.

Nenna, M.-D., 1999 : Les verres, Exploration Archéologique de Délos XXXVII, Paris, Athènes.

Haut de page

Notes

1 Cf Beyer et al. 2013 : 213-223

2 Cf Beyer et al. 2013 : 223-233.

3 Beyer et al. 2012 : 196-199.

4 Martz 2010

5 Kirner, à paraître.

6 Laurence 2013 : 403-404.

7 Karbach 1990 : 36-38.

8 Beyer et al. 2012 : 197, fig. 35.

9 Goldman 1950.

10 Nenna 1999 : 42.

11 Nenna 1999 : pl. 6.

12 Dieudonné-Glad, Feugère et Önal 2013 : n° 18, n° 21, n° 30, pl. 2.

13 Dieudonné-Glad, Feugère et Önal 2013 : n° 57-58, pl. 4.

14 Manning 1985 : 133 et pl. 62-63, type 10.

15 Leguilloux 2004 : 103.

16 Dieudonné-Glad, Feugère et Önal 2013 : 100, même si ces derniers ont été découverts dans des contextes plus tardifs (IVe-Ve s. ap. J.-C.).

17 Cf. Beyer et al. 2013 : 201-213.

18 Cf. Beyer et al. 2013 : surtout 221-223.

19 Il y aurait beaucoup à dire sur l’attitude générale, fort heureusement plutôt inhabituelle, de ce représentant de la Direction générale d’Ankara, systématiquement soupçonneux, interventionniste et autoritaire.

20 Beyer et al. 2013 : 214-217.

21 Cette opération a bénéficié de la présence, pendant une quinzaine de jours, d’Alice Mouton, qui a pris en charge l’essentiel de la fouille.

22 Cf. Beyer et al. 2013 : 214-216.

23 Mesures effectuées par le Poznan Radiocarbon Laboratory sur l’échantillon PK13-03847.0001 (Poz-59642), calibration OxCal. Les années précédentes, la mission avait bénéficié pour les mesures C14 des services du laboratoire du Caire. Le décès tragique de son directeur, le regretté Michel Wuttmann, avec lequel la mission entretenait des relations amicales, est une des raisons qui ont entraîné ce changement de stratégie.

24 Cf. l’emplacement précis sur les fig. 33 et 34 dans le rapport de fouilles de 2012 (Beyer et al. 2013 : 218-219). La poutrelle de bois est à la hauteur de l’échelle sur la fig. 34.

25 Échantillon PK12-03800.0002 (Poz-59644).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Vue du chantier IV, plan d’ensemble du niveau.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Fig. 2
Légende Chantier IV. Vue du four circulaire 01705.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 3
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 4
Légende Chantier IV. Vue du dallage 01717, vers le sud
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 5
Légende Chantier IV. Jarre 01720 avec mortier de gypse et fond d’une assiette de sigillée.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Fig. 6
Légende Chantier IV. Monnaie de bronze d’Augusta de Cilicie, avec buste de Livie et capricorne.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 7
Légende Chantier IV. Monnaie de bronze d’Augusta de Cilicie, avec buste de Livie et capricorne.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 8
Légende Chantier IV. Épingles à cheveux en os.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 9
Légende Chantier IV. Plan du niveau 2.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Titre Fig. 10
Légende Chantier IV. Niveau 2 : jarre écrasée 01724
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 11
Légende Chantier IV. Niveau 2 : lot de petits clous de fer du sol 01736.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 12
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre Fig. 13
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Fig. 14
Légende Chantier II. Plan schématique d’ensemble du chantier.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 15
Légende Chantier II. Face externe (sud-ouest) du mur de briques de la tour d’enceinte sud en J04-K04 (Porsuk V et VI).
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 736k
Titre Fig. 16
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 17
Légende Chantier II sud. Plan des vestiges de fortification du Fer (campagnes 2012-2013).
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Fig. 18
Légende Chantier II sud. J05-06 : les murs de briques 03844 et de pierres 03840 vus du sud.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Fig. 19
Légende Chantier II sud. J05-06 : plan des murs 03844-03847 (briques) et 03840-03843 (pierres)
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Fig. 20
Légende Chantier II sud. Vue des murs de pierres 03840-03843 (à l’avant-plan), de briques 03844 (à l’arrière-plan) et 03847 (avant-plan à droite). Vue vers l’ouest.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Fig. 21
Légende Chantier II Sud. Schéma de la protection de la tour sud. Vue vers l’est.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 22
Légende Chantier II sud. Dispositif de protection de la tour sud. Vue vers le nord-nord-est.
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/332/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Beyer, Isabelle Chalier, Françoise Kirner, Françoise Laroche-Traunecker et Aksel Tibet, « Zeyve höyük – Porsuk  », Anatolia Antiqua, XXII | 2014, 327-342.

Référence électronique

Dominique Beyer, Isabelle Chalier, Françoise Kirner, Françoise Laroche-Traunecker et Aksel Tibet, « Zeyve höyük – Porsuk  », Anatolia Antiqua [En ligne], XXII | 2014, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/332

Haut de page

Droits d’auteur

Anatolia Antiqua

Haut de page
  • Logo Institut français d'études anatoliennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
  • OpenEdition Journals