Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXIVLe surmodelage du crâne au néolit...

Le surmodelage du crâne au néolithique au Proche-Orient

Techniques de surmodelage et expérimentations
Ergül Kodaş
p. 1-12

Texte intégral

Je tiens à adresser mes remerciements infinis à Yılmaz Selim Erdal, Pascal Butterlin, Florine Marchand, Frédéric Abbès, Chloé Fraillon, Liora Bouzaglou pour leurs relectures, leurs corrections et leurs conseils qui m’ont été très précieux lors de la réalisation de cet article et également de la pratique de mes expérimentations de surmodelage.

Introduction

  • 1 Bienert 1991 ; Cauvin 1994 ; Hodder 2009 ; Kenyon 1981 ; Kuijt 2008, 2009 ; Özdoğan 2009 ; Testart (...)

1L’intérêt scientifique pour les crânes surmodelés au Néolithique du Proche-Orient est ancien et toujours fondamental dans la communauté scientifique. Les archéologues qui ont tenté d’appréhender leurs significations ont souvent eu recours à des comparaisons ethnographiques et, plus souvent encore, aux représentations visuelles artistiques1. La diversité de leurs interprétations illustre bien la limite de ces études et la nécessité de les reprendre en accordant autant d’importance aux aspects visuels qu’aux aspects techniques employés lors du surmodelage, lesquels sont parfois négligés ou sous-évalués. Le contexte de découverte des crânes constitue un autre point important afin d’obtenir des réponses quant à leurs significations. Combinant les données contextuelles et les informations intrinsèques propres aux crânes, nous pourrons ainsi tenter d’en saisir le sens. C’est pour cette raison que nous nous sommes focalisés sur les techniques de surmodelages liées aux représentations visuelles, notamment par le biais de deux expérimentations.

Crânes surmodelés et techniques

  • 2 Bonogofsky 2005 ; Goring-Morris 2000 ; Özbek 2009 ; Schmandt-Besserat 2002, 2013 ; Stordeur 2003 ; (...)
  • 3 Arensburg et Hershkovitz 1988.

2Les crânes reçoivent un traitement qui consiste à remodeler la partie faciale du crâne avec du plâtre et/ou de l’argile (un enduit d’argile composé de dégraissant, de paille, d’ocre, de calcite, ou d’un enduit de chaux)2, ou la calotte crânienne avec du collagène obtenu à partir d’os d’animaux, méthode identifiée uniquement sur trois crânes provenant de Nahal Hemar3. Le surmodelage à base de plâtre et/ou d’argile s’applique uniquement sur la partie faciale du crâne, dans le but de reconstituer le visage d’une personne. Les différences liées à la réalisation visuelle se rencontrent spécifiquement au niveau des yeux, du nez, de la bouche et des oreilles.

Carte 1

Carte 1

Sites ayant fourni des crânes surmodelés au Néolithique proche oriental

  • 4 Marchand 2012 ; Croucher 2012 ; Kodas 2014 ; Aurenche et Kozlowsky 2000 ; Stordeur et Khawam 2007 ; (...)
  • 5 Bocquentin 2013.
  • 6 Goring-Morris 2000.
  • 7 Stordeur 2003 ; Stordeur et Khawam 2007.
  • 8 Milevski et al. 2008.
  • 9 Rollefson 1998 ; Rollefson et. al. 1992, 1999 ; Schmandt-Besserat 2013 ; Grissom et Griffin 2013.
  • 10 Kenyon 1981.
  • 11 Anfrunj et Oms 2006.
  • 12 Boz et Hager 2005.
  • 13 Bonogofsky 2005 ; Özbek 2009 ; Silistreli 1989 ; Öztan 2002.

3Nous étudierons avant tout le surmodelage à base de plâtre/d’argile, technique de surmodelage la plus utilisée, pour 77 crânes sur 80, durant le Néolithique précéramique et céramique au Proche-Orient (Carte 1)4. Ces crânes ont été identifiés au PPNB moyen : à Beisamoun5, à Kfar HaHoresh6, à Tell Aswad7 et à Yiftah’el8 ; au PPNB récent : à Ain Ghazal9, à Jéricho10, à Tell Aswad et à Tell Ramad11 ; au PN ancien : à Çatal Höyük12 ; au PN moyen et récent : à Köşk Höyük13 (Tableau 1). Cet article prendra d’abord en considération leur anatomie (mandibules et dents) puis la manière selon laquelle ils ont été surmodelés (yeux, nez, bouches, oreilles et peintures), afin d’identifier au mieux les modalités techniques de surmodelage employées.

Tableau 1 : La périodisation des sites ayant fourni des crânes surmodelés (en gris)

Tableau 1 : La périodisation des sites ayant fourni des crânes surmodelés (en gris)

Partie osseuse

423 crânes ont été surmodelés sans mandibule, 27 crânes ont été surmodelés avec leur mandibule et cette information est indisponible pour 30 crânes surmodelés. Aucune information n’est disponible pour les dents de 42 crânes. Seuls 23 crânes ont été surmodelés avec leurs dents sur 38 crânes et 16 crânes ont été surmodelés sans dents (Tableau 2).

Tableau 2 : La présence ou l’absence des mandibules en fonction du site

Site

Présente

Absente

Indéterminée ou non mentionnée

Total

Ain Ghazal

0

3

3

6

Beisamoun

1

0

1

2

Çatal Höyük

1

0

0

1

Jéricho

1

11

0

12

Kfar HaHoresh

0

2

4

6

Köşk Höyük

13

0

0

13

Nahal Hemar

0

3

0

3

Tell Aswad

5

0

4

9

Tell Ramad

6

1

18

25

Yiftah’el

0

3

0

3

Total

27

23

30

80

Matière première et couleur du plâtre et de l’argile

  • 14 Kodas 2014.
  • 15 Strouhal 1973, 1981 ; Kenyon 1981.
  • 16 Özbek 2009.
  • 17 Stordeur et Khawam 2007.
  • 18 Goren et al. 2001 ; Stordeur 2003 ; Stordeur et Khawam 2007.

5La couleur du plâtre des crânes surmodelés est très variée en raison de la matière première utilisée pour le surmodelage et de la couleur de la peinture secondaire (Tableaux 3-4). La couleur rouge est la plus répandue pour 77 crânes surmodelés à base de plâtre14. Les 12 crânes surmodelés provenant de Jéricho sont peints en rose/rouge15, et les crânes surmodelés provenant de Köşk Höyük le sont également, pour la plupart16. D. Stordeur17 mentionne également la présence des crânes surmodelés de couleur rouge et un seul crâne de couleur jaune à Tell Aswad. Ces différentes couleurs de plâtre impliquent naturellement l’utilisation de matières premières variées d’un site à un autre, parfois sur un même site18.

Tableau 3 : La couleur des plâtres

Site

Blanche

Rougeâtre

Jaune

Beige

Non mentionné

Total

Ain Ghazal

4

0

0

0

2

6

Beisamoun

2

0

0

0

0

2

Jéricho

0

12

0

0

0

12

Kfar HaHoresh

1

0

0

0

5

6

Tell Aswad

6

0

1

1

1

9

Tell Ramad

21

0

0

0

4

25

Yiftah’el

0

0

0

0

3

3

Çatal Höyük

1

0

0

0

0

1

Köşk Höyük

0

0

0

13

0

13

Total

35

12

1

14

15

77

Tableau 4 : La coloration secondaire des crânes surmodelés (peintures)

Site

Rose/rougeâtre

Rougeâtre

Jaune

Beige

Non mentionné

Total

Ain Ghazal

3

0

0

1

2

6

Beisamoun

0

1

0

1

0

2

Jéricho

12

0

0

0

0

0

Kfar HaHoresh

0

1

0

0

5

6

Tell Aswad

0

6

2

0

1

9

Tell Ramad

0

21

0

0

4

25

Yiftah’el

0

3

0

0

0

3

Çatal Höyük

0

1

0

0

0

1

Köşk Höyük

0

13

0

0

0

13

Total

15

46

2

2

12

77

  • 19 Goren et al. 2001.
  • 20 Goren et al. 2001 ; Strouhal 1973.

6Dans certains cas, deux types d’enduits de couleurs et compositions différentes ont pu être utilisées pour la réalisation d’un seul crâne surmodelé. Par exemple, à Jéricho, Y. Goren, A.N. Goring-Morris et I. Segal19 mentionnent que le crâne surmodelé D111 de Jéricho associe deux types d’enduit de composition différente qui ont été utilisés lors de la réalisation du surmodelage. Un premier enduit d’argile constitué de silice, de calcite, de calcaire et de carbonate (la silice et le carbonate étant les éléments dominants) a comblé la partie interne du surmodelage. Un deuxième enduit composé majoritairement de calcite fine, d’une petite quantité de grain de silex, de gypse et de calcaire a été destiné à la partie externe du surmodelage20. Le choix de couleur, qu’il soit standard ou varié selon les sites, ne semble pas être lié aux techniques employées lors du surmodelage.

Diversité visuelle liée aux techniques de surmodelage

7Nous pensons que l’identification de la chaîne opératoire employée lors du surmodelage est nécessaire pour définir les aspects visuels des crânes surmodelés. D’ailleurs, il semble que les techniques employées pour le surmodelage et les aspects visuels prévus lors du surmodelage se lient les uns aux autres.

  • 21 Özbek 2009 ; Bonogofsky 2005.

8Les yeux : Les yeux de 36 crânes sont indéterminés sur 77 crânes surmodelés et seuls les yeux de 43 crânes ont été identifiés. 21 crânes ont été surmodelés avec des yeux ouverts sur 43 crânes. Ceux de 15 crânes ont été réalisés avec des coquillages (Fig. 1 : 1) et ceux de 4 ont été modelés. Il est possible que les yeux d’un seul crâne aient été réalisés avec 2 pierres noires à Köşk Höyük21. 21 crânes ont été surmodelés avec des yeux fermés, par figuration, sur 43 crânes (Fig. 1 : 2).

Fig. 1

Fig. 1

1. Représentation des yeux incrustés des cauris à Jéricho (CP 42/4, d’après Kenyon 1981) et des coquillages à Yiftah’el (CP 140/1, d’après Milevsky et al., 2008) ; 2. Yeux réalisés fermés par figuration (modelés) à Kfar HaHoresh (CP 61, d’après Goring-Morris 2001) et à Ain Ghazal (CP 3, d’après Schmandt-Besserat 2013).

  • 22 Kodas 2014.
  • 23 Kenyon 1981.
  • 24 Milevski et al. 2008.
  • 25 Özbek 2009 ; Bonogofsky 2005.
  • 26 Anfrunj et Oms 2006.
  • 27 Boz et Hager 2005.
  • 28 Schmandt-Besserat 2013.

9Deux types de représentations apparaissent. La réalisation des yeux peut se faire avec deux chaînes opératoires différentes22 : les yeux réalisés par insertion et par figuration. La première a été identifiée plus particulièrement à Jéricho (sur 12 crânes23), à Yiftah’el (sur 3 crânes24) et Köşk Höyük (sur 1 crâne25). Ils sont peu fréquents, mais ont été identifiés sur deux crânes surmodelés provenant de Tell Ramad (M4 SO 66-2 et 3)26, sur un crâne provenant de Çatal Höyük (ÇT 2004)27, et sur un autre crâne surmodelé provenant d’Ain Ghazal (AG 1988/1)28. La seconde, à savoir la réalisation des yeux par figuration, permet de suggérer l’ouverture ou la fermeture des paupières. 26 crânes surmodelés ont été représentés avec des yeux fermés, ce qui s’illustre par une simple ligne horizontale (Tableau 5).

Tableau 5 : La représentation des yeux en fonction des sites

Site

Ouverts

Fermés

Indéterminés

Total

Ain Ghazal

1

3

2

6

Beisamoun

0

2

0

2

Çatal Höyük

1

0

0

1

Jéricho

12

0

0

12

Kfar HaHoresh

0

2

4

6

Köşk Höyük

1

5

7

13

Tell Aswad

0

8

1

9

Tell Ramad

3

0

22

25

Yiftah’el

3

0

0

3

Total

21

22

34

77

Coquillage

15

0

0

15

Figuration

5

22

0

27

Pierre

1

0

0

1

  • 29 Kodas 2014.

10Le nez : Le nez de 50 crânes surmodelés reste indéterminé en raison de leur état de conservation. Le nez de seulement 27 crânes a pu être identifié dont 21 sont petits et courts, et plus particulièrement pointus29. Les narines de 11 de ces crânes ont été figurées. Le nez de 6 crânes a été représenté long, dont 5 avec les narines figurées. Le piètre état de conservation des nez rend malheureusement une étude comparative difficile. La représentation des narines, par contre, peut être examinée et son résultat ne montre pas de différence en fonction de la forme et de la taille du nez.

  • 30 Kodas, Thèse de doctorat, non publiée.
  • 31 Boz et Hager 2005.

11La bouche : La représentation de la bouche de 53 crânes surmodelés est malheureusement indéterminable30. La bouche de 23 crânes surmodelés a été représentée fermée sur 24 crânes. Seul le crâne découvert en 2004 à Çatal Höyük a été représenté avec une bouche ouverte31.

  • 32 Kodas, Thèse de doctorat, non publiée.
  • 33 Goring-Morris et al. 1995; Goring-Morris 2000.

12Les oreilles : Les oreilles de 29 crânes ont été identifiées sur 77 crânes32. 28 crânes ont été réalisés avec leurs oreilles et seul le crâne CP 61, provenant de Kfar HaHoresh33, n’a pas été représenté avec ses oreilles. Les oreilles sont toutes en forme de croissant et de petite taille.

Chaîne(s) opératoire(s) : diversité représentative et technique

13Il nous faut répéter l’importance de noter la présence ou l’absence de la mandibule, lors du surmodelage. Quand la mandibule est absente, les yeux, le nez, la bouche et le menton sont décalés vers le haut. Il s’agit de deux processus différents qui demandent l’utilisation de chaînes opératoires bien distinctes (Fig. 2). La représentation des yeux, en particulier, selon la technique (figuration ou insertion) et la matière première utilisée (coquillage, bivalve, pierre), joue un rôle essentiel dans la chaîne opératoire. Lorsque les yeux sont représentés à l’aide d’un coquillage, d’un bivalve ou d’une pierre, ils sont insérés dans le plâtre interne, tandis que les yeux, lorsqu’ils sont réalisés par figuration, sont directement exécutés sur le plâtre externe (Fig. 3). Suite à nos constatations, nous pensons que le surmodelage à base de plâtre permet de réaliser soit le visage d’une personne vivante, soit le visage d’une personne morte.

Fig. 2

Fig. 2

Surmodelage sur un crâne sans et avec la mandibule

E. Kodas

Fig. 3

Fig. 3

Réalisation des yeux : 1. En insertion (Jéricho D116, modifié d’après Kenyon 1981) ; 2. En figuration (Kfar HaHoresh, Homo 1, modifié d’après Goren et al., 2001, fig. 4)

  • 34 Schmandt-Besserat 2013.
  • 35 Kenyon 1953, 1981.
  • 36 Goring-Morris et al. 1995.
  • 37 Milevski et al. 2008.
  • 38 Strouhal 1973 ; Kenyon 1981.
  • 39 Bocquentin 2008.
  • 40 Stordeur et Khawam 2007.
  • 41 Anfrunj et Oms 2006.
  • 42 Boz et Hager 2005 ; Özbek 2009.
  • 43 Kodas 2014.
  • 44 Kodas 2014.
  • 45 Schmandt-Besserat 2013.
  • 46 Goring-Morris et al. 1995.

14D’autre part, nous constatons une régionalisation dans la présence ou l’absence de la mandibule et dans la réalisation des yeux. Les crânes surmodelés sans mandibules, par exemple, ont été retrouvés uniquement sur quatre sites installés, au Sud du lac de Tibériade, au Levant sud : à Ain Ghazal34, à Jéricho35, à Kfar HaHoresh36 et à Yiftah’el37. Ils n’ont livré que des crânes surmodelés sans mandibule sauf pour un crâne surmodelé avec sa mandibule à Jéricho (D110-116/3)38. Au Nord du lac de Tibériade, les crânes ont été tous surmodelés avec leur mandibule à Beisamoun39, à Tell Aswad40 et à Tell Ramad41. Cette pratique continue également en Anatolie centrale au PN ancien, moyen et récent à Çatal Höyük et Köşk Höyük42. Nous ne trouvons aucun crâne surmodelé représenté avec des yeux en coquillage au Nord du lac de Tibériade43, mais les yeux par figuration représentés ouverts ou fermés sont présents au Sud du Tibériade44 à Ain Ghazal45 et Kfar HaHoresh46.

  • 47 Stordeur 2003 ; Stordeur et Khawam 2007.
  • 48 Anfruns et Oms 2006.
  • 49 Bonogofsky 2005 ; Özbek 2009.
  • 50 Goring-Morris 2000.
  • 51 Bocquentin 2013.
  • 52 Kenyon 1981 ; Benz 2010.
  • 53 Milevski et al. 2008.
  • 54 Kodas 2014 ; Bocquentin 2013.
  • 55 Boz et Hager 2005.

15La présence de socles/cous ou de bases de forme plate, qui semblent être destinés à supporter les crânes surmodelés, est par ailleurs une caractéristique très importante du surmodelage. Ces socles/cous supposent un souhait de positionner et d’exposer les crânes d’une manière déterminée, a priori avant leur phase d’abandon. Nous estimons que ces artefacts, socles/cous et bases plates des crânes, n’ont pas été conçus uniquement pour l’inhumation. La présence des socles/cous sur certains crânes surmodelés, spécifiquement à Tell Aswad47, Tell Ramad48et Köşk Höyük49 ainsi que les bases plates d’un certain nombre de crânes surmodelés, notamment à Kfar HaHoresh50, à Köşk Höyük, à Beisamoun51, à Jéricho52 ou à Yiftah’el53, indiquent que ces crânes ont été posés à même le sol d’une fosse, d’un bâtiment ou d’une cavité, ce qui nous permet de préciser leur comportement dans le cadre de l’exposition et de l’inhumation. Ceci établi, deux axes sont envisageables : premièrement, les crânes ont pu être fixés débout, à la manière d’un buste, lors des rites ou dans des endroits spécifiques, de manière permanente. C’est le cas pour les exemples reposant sur des banquettes, dans des niches ou à même le sol, en vue de leur exposition54. Deuxièmement, les crânes ont aussi pu être placés en position naturelle sur leur base (cou/socle ou une base plate) lors de leur inhumation. Ils ont, en fait, été posés dans leur majorité sur leur socle/cou ou leur base plate, sauf pour quelques cas exceptionnels comme le dépôt de Çatal Höyük55. Quant à comprendre si les crânes surmodelés inhumés furent exposés ou non avant cette “phase terminale”, l’entreprise demeure pour nous très délicate. Nous savons qu’un socle (cou) ou une base plate sont des éléments du surmodelage, et qu’ils s’appliquent lors du surmodelage, visiblement à l’usage de la fixation des crânes sur une position naturelle sous forme de buste.

Expérimentation de surmodelage du crâne : le début d’une nouvelle approche

  • 56 Nous avons procédé à ces expériences avec Chloé Fraillon et Liora Bouzaglou (étudiantes en L3 à Par (...)

16L’expérimentation est un axe supplémentaire qui nous permet de comprendre la chaîne opératoire d’objets archéologiques. C’est pourquoi nous avons expérimenté deux types de surmodelage56 sur un crâne médical en plastique pour mieux cerner les chaînes opératoires employés pour le surmodelage du crâne.

Le crâne 1 (Fig. 4)

Fig. 4

Fig. 4

expérimentation du surmodelage, crâne 1

E. Kodas

17Nous avons décidé de surmodeler le premier crâne avec sa mandibule, comme c’est le cas pour les individus connus au Levant central, au Levant sud et en Anatolie centrale. Un même enduit à base d’argile a été utilisé pour les parties interne et externe du surmodelage. Nous avons pris le parti de réaliser des yeux fermés en relief de forme ovale. Nous avons également précisé les cils avec du bitume chauffé. Les oreilles ont été représentées en forme de croissant. Les pommettes ont été figurées hautes et bombées. Nous avons façonné un nez long avec ses narines. La bouche a été effectuée en relief, modelée et fermée. Lors de la réalisation de ce crâne, nous avons essayé de comprendre les étapes du surmodelage du premier remplissage jusqu’à l’achèvement des détails du visage.

18Premier remplissage interne : Le premier remplissage désigne le plâtre interne, c’est-à-dire le remplissage de la cavité nasale, des orbites, des zygomatiques (les arcades zygomatiques grande aile du sphénoïde), etc., et de la base du crâne (partie basilaire : de la mandibule, de la maxillaire, du foramen magnum, du nasal – lame perpendiculaire de l’ethmoïde), etc. Nous avons rempli toutes ces cavités avec l’argile afin de préparer une surface pour le surmodelage. Le cou ou la base plate se met en place durant cette première étape, ce qui est très important pour pouvoir imaginer le positionnement du crâne, dès le début du surmodelage.

19Deuxième remplissage (première couche de plâtre externe) : Le deuxième remplissage désigne les premiers détails du visage, il s’applique après le premier remplissage (interne) en comblant les cavités du crâne. Lors de cette opération, le visage commence à reprendre sa forme générale. Les parties osseuses du visage sont couvertes par l’argile. Le positionnement des yeux, de la bouche et du nez se fait également lors de cette étape sur ce crâne surmodelé avec sa mandibule. Cela nous permet de préciser leurs emplacements au plus proche de leurs situations naturelles.

20Mise en forme du visage : Cette étape désigne la suite de la mise en place des détails du visage. Le positionnement des yeux, de la bouche, du nez, les pommettes, etc., entamé lors de l’étape précédente, continue à prendre forme sur le visage. Cette étape est la base de la forme finale du visage : les yeux avec les sourcils, le nez avec les narines, la bouche avec les lèvres, le menton, les oreilles, etc. De plus, il nous semble important de signaler qu’un travail manuel, sans utiliser un outil, est largement suffisant pour arriver à cette étape du surmodelage sur le crâne. Dans le cas des yeux et de la bouche fermés, un outil en bois fin et coupant nous a uniquement permis de leur donner une "limite” par incision. La limite du surmodelage sur le frontal a été précisée également lors de cette étape. Le surmodelage recouvre le frontal, les temporaux et il descend vers le bas du crâne en couvrant la mastoïde. La limite du surmodelage prend sa forme définitive à la fin de l’étape 4.

21Visage détaillé : Cette partie désigne la mise en place des éléments du visage. Nous avons surmodelé les yeux fermés en relief et puis, nous avons précisé les cils avec du bitume chauffé. Les oreilles appliquées lors de la troisième étape ont été présentées en forme de croissant. Deux morceaux d’argile en forme de pastilles plates ont été appliqués sur le plâtre interne du surmodelage. Lors de la première collation, les oreilles ont été préformées et puis, elles ont été détaillées soigneusement en finissant la troisième étape. Nous avons également achevé le long nez, réalisé lors de la troisième étape, et les narines ont été représentées par deux trous légers. La bouche présentée fermée, effectuée en relief lors de l’étape précédente, a été détaillée. Les lèvres ont été mises en forme à la main et/ou avec notre outil en bois. Nous avons appliqué également le bitume chauffé sur les cils, précisés lors de l’étape précédente, à l’aide d’un outil en bois. Quelques outils sont donc nécessaires pour la réalisation des yeux, pour mettre en forme les détails de la bouche et pour préciser les narines. Nous avons utilisé notre outil fin en bois pour les réaliser. À la fin de cette étape, nous avons souhaité polir la surface en vue de faciliter la finition des détails du visage et la coloration du surmodelage.

22Finition des détails du visage et la coloration : Cette partie désigne la finition détaillée du visage.

Le crâne 2 (Fig. 5)

Fig. 5

Fig. 5

Expérimentation du surmodelage, Crâne 2

E. Kodas

23Nous avons décidé de surmodeler un deuxième crâne mais, cette fois-ci, sans mandibule comme dans le cas des individus connus au Levant sud. Nous avons utilisé cette fois du plâtre pour les parties interne et externe du surmodelage. Nous avons pris le parti de réaliser des yeux ouverts avec des coquillages. Les oreilles ont été représentées petites et en forme de croissant. Les pommettes ont été réalisées hautes et bombées. Nous avons façonné un petit nez avec ses narines. La bouche a été modelée en relief et représentée fermée. La seule différence technique et visuelle de ce crâne est l’application des coquillages dans le plâtre interne lors du remplissage des cavités du crâne. Le deuxième point important est la coloration du surmodelage ; dans ce but, nous avons dû appliquer dix couches de peinture fines pour obtenir la couleur rose.

Expérimentations du surmodelage et ses apports

  • 57 Slon et al. 2014.

24Lors de nos expérimentations, nous avons remarqué qu’il existait une véritable préconception dans la chaîne opératoire du surmodelage du crâne. Ces expérimentations nous ont permis de voir en détail le processus de surmodelage. Les crânes surmodelés expérimentaux sont comparables aux crânes surmodelés archéologiques. V Slon pense57 en effet, pour les trois crânes surmodelés provenant de Yiftah’el (Fig. 6), que leur surmodelage aurait été fait en 5 étapes : le remplissage des cavités (étapes 24 pour eux), le premier plâtre sur le crâne (étape 5), la réalisation des détails (étape 6) et la coloration (étape 7). Cela correspond parfaitement à ce que nous avons proposé dans le cadre de notre expérimentation. Nous voyons clairement que la réalisation des socles, des cous et des bases plates constitue une étape de “préformage” lors du surmodelage. De plus, la représentation des yeux et la présence ou l’absence de la mandibule nous ont obligé à réaliser le surmodelage avec certaines différences comme l’insertion des coquillages dans le plâtre interne et le décalage du visage vers le haut pour le crâne sans mandibule.

Fig. 6

Fig. 6

Yiftah’el, trois crânes surmodelés et la technique employée pour le surmodelage

D’après Slon et al., 2014 : figs. 4 et 10

Fig. 7

Fig. 7

Empreintes du remplissage du trou occipital, du nez et d’une oreille après le détachement du surmodelage sur le crâne expérimenté 1

E. Kodas

  • 58 Rollefson 1998 ; Rollefson et. al. 1999 ; Schmandt-Besserat 2013 ; Grissom et Griffin 2013.
  • 59 Stordeur et Khawam 2007 ; Stordeur et al. 2007.

25Il existe des exemples de surmodelage conservés où le crâne manque comme les trois “faces” d’Ain Ghazal58 et le St. 741/3 de Tell Aswad59. Nous avons donc décidé d’ajouter une étape supplémentaire à notre expérimentation dans le but d’analyser le détachement du surmodelage. Pour cela, nous avons ôté le surmodelage du Crâne 1 pour pouvoir observer les traces osseuses sur le surmodelage même. Nous avons vu, par exemple, très nettement l’empreinte de la cavité vide de la partie basilaire du crâne, y compris le trou occipital. Mais aussi nous avons constaté que le détachement est très difficile, notamment au niveau des cavités vides de la maxillaire, mandibulaire et des zygomatiques. Il entraîne un morcellement du plâtre avec une forte dégradation du surmodelage, tout à fait comparable aux exemplaires archéologiques (Fig. 7).

26Cette expérience nous a permis d’essayer d’aborder la cause et les conséquences des surmodelages détachés. Nous pensons que ces crânes ont pu être surmodelés ou inhumés directement, comme dans le cas d’Ain Ghazal où deux crânes ayant été détachés de leur surmodelage ont été inhumés avec deux crânes non surmodelés. Le détachement pourrait aussi être lié à la réfection du surmodelage, comme semble l’indiquer la présence de deux types d’enduit différents identifiés sur le crâne surmodelé D111 de Jéricho : il est possible que le premier surmodelage ait été détaché pour réaliser un deuxième surmodelage, c’est la raison pour laquelle les plâtres interne et externe sont de composition dissemblable.

Conclusion

27D’après les données archéo-anthropologiques et nos expérimentations, nous avons remarqué que la représentation des visages ne diffère pas en fonction de l’absence ou de la présence de la mandibule. La réalisation d’un cou et d’un socle nécessite également la présence de la mandibule, c’est pour cela que les crânes surmodelés sans la mandibule possèdent tous une base plate. De plus, le visage se décale vers le haut si le crâne a été surmodelé sans sa mandibule. La partie la plus importante du surmodelage est la manière de représentation des yeux qui joue un rôle principal dans la chaîne opératoire, les yeux réalisés par insertion et par figuration demandent l’utilisation de deux chaînes opératoires différentes, c’est ce que nous avons également vérifié lors de nos expérimentations. D’après celles-ci, nous avons remarqué que le surmodelage du crâne est très complexe, chaque élément du visage et la présence ou l’absence de la mandibule, et encore la matière première utilisée pour la réalisation des yeux nécessitent d’utiliser et/ou différencier la chaîne opératoire lors du surmodelage.

Haut de page

Bibliographie

Anfruns, J. et Oms, J., 2006 : “Un nouveau regard sur les restes anthropologiques du site néolithique de Tell Ramad (Syrie)”, Syria 83 : 115-124.

Arensburg, B. et Hershkovitz, I., 1988: “Nahal Hemar Cave. Neolithic Human Remains”, Atiqot English Series XVIII: 51-58.

Aurenche, O., et Kozlowsky S,.-K., 2000 : La Naissance du Néolithique au Proche Orient, Éditions Errance, Paris.

Benz, M., 2010: “The Principle of Sharing. Segregation and Construction of Social Identities at the Transition from Foraging to Farming”, in Benz, M. (éd.), Studies in Early Near Eastern Production, Subsistence and Environment 14: 249-276.

Benz, M., 2012: “ ‘Little poor babies’: Creation of history through death at the transition from foraging to farming”, in Kienlin, T.L., Zimmermann, A. (éds.), Beyond Elites, Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie 215, Bonn: 169-182.

Bienert, H.-D., 1991: “Skull Cult in the Prehistoric Near East”, Journal of Prehistoric Religion 5: 9-21.

Bocquentin, F., 2008 : “Les crânes surmodelés de Beisamoun (Néolithique précéramique, Israël)”, Cahier IX – 2007/2008, Table rondeTraitements ostentatoires des crânes humains : gestes funéraires ou introduction à l’univers du sacré : thème 6 : 161-169.

Bocquentin, F., 2013 : “Après la mort, avant l’oubli : les crânes surmodelés du Levant sud (état des lieux et perspectives critiques)”, in Pereira, G. (éd.), Une archéologie des temps funéraire ? Dossier thématique des Nouvelles de l’Archéologie en hommage à Jean Leclerc.

Bonogofsky, M., 2005: “A Bioarchaeological Study of Plastered Skulls from Anatolia: New Discoveries and Interpretations”, International Journal of Osteoarchaeology 15: 124-35.

Boz, B. et Hager, L., 2005: “Archive Reports, Human Remains” www.catalhoyuk.com.

Cauvin, J., 1994 : Naissance des divinités et de l’agriculture : la révolution des symboles au Néolithique, CNRS Édition, Paris.

Croucher, K., 2012: Death and Dying in the Neolithic Near East, Oxford.

Erdal, Y.S., 2014: “Bone or Flesh: Defleshing and Post-Depositional Treatments at Körtik Tepe (Southeastern Anatolia, PPNA Period)”, European Journal of Archaeology 18: 4-32.

Ferembach, D. et Lechevallier, M., 1973 : “Découverte de deux crânes surmodelés du VIIème millénaire à Beisamoun”, Paléorient1 : 223-230.

Goren, Y., Goring-Morris, A.N. et Segal, I., 2001: “The Technology of Skull Modeling in the Pre-Pottery Neolithic B (PPNB): Regional Variability, the Relation of Technology and Iconography and their Archaeological Implications”, Journal of Archaeological Science 28: 671-690.

Goring-Morris, A.N., 2000: “The Quick and the Dead, The Social Context of Aceramic Neolitihic Funerary Practices as Seen from Kfar HaHoresh”, in Kuijt, I. (éd.), Life in Neolithic Farming Communities: Social Organization, Identity and Differentiation, New York: 103-135.

Goring-Morris, A.N., Goren, Y., Horwitz, L.K., Barr-Yosef, D. et Hershkovitz, I., 1995: “Investigations at an Early Neolithic settlement in Lower Galilee: Results of the 1991 Season at Kefar HaHoresh”, Atiqot 27: 37-62.

Grissom, C.A. et Griffin, P.S., 2013: “Three Plaster Faces”, in Schmandt-Besserat, D. (éd.), Symbols at ‘Ain Ghazal. ‘Ain Ghazal Excavation Reports 3, Berlin: 181212.

Hodder, I., 2009: “An Archaeological Response”, Paléorient 35/1: 109-111.

Kenyon, K., 1953: "Excavations at Jericho, 1953”, Palestine exploration quarterly 84: 62-82.

Kenyon, K., 1981: Excavations at Jericho, III. The Architecture and Stratigraphy of the Tell, Text, Londres.

Kodas, E., 2014 : “La technique du surmodelage au Néolithique au Proche-Orient : une nouvelle réflexion sur les crânes surmodelés”, in Ferjani, S., Onfray, M. et Trémeaud, C. (éds.), Archéo.Doct. 7, actes de la 7e journée doctorale d’archéologie de l’école doctorale d’archéologie de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, tenue le 23 mai 2012, à l’INHA. Paris : 217-231.

Kodas, E., non publié : Le culte du crâne, dans son contexte architectural et stratigraphique, au Néolithique au Proche-Orient. Thèse de doctorat, non publiée, Université Paris I Panthéon-Sorbonne.

Kuijt, I., 1996: “Negotiating Equality through Ritual: A Consideration of Late Natufian and Pre-Pottery Neolithic A Period Mortuary Practices”, Journal of Anthropological Archaeology, 15/4: 313-336.

Kuijt, I., 2002: “Reflections on Ritual and The Transmission of Authority in the Pre-Pottery Neolithic of the Southern Levant”, in Gebel, H.G.K., Hermansen, B.D. and Jensen, H. (éds.), Magic, Practices, and Ritual in the Near Eastern Neolithic. Studies in Early Near Eastern Production Subsistence, and Environment 8: 81-90.

Kuijt, I., 2008: “The regeneration of life, Neolithic structures of symbolic remembering and forgetting”, Current Anthropology 49 (2): 171-197.

Kuijt, I., 2009: “Neolithic Skull Removal: Enemies, Ancestors and Memory”, Paléorient 35/1: 117-120.

Marchand, F., 2012: “The Modelling Skulls in the Ancient Near-East”, Tiempo y sociedad 6: 5-41.

Milevski, I., Khalaily, H., Getzov, N. et Hershkovitz: “The Plastered Skulls and Other PPNB Finds from Yiftahel, Lower Galilee (Israel)”, Paléorient 34/2: 37-46.

Özbek, M., 2009: “Köşk Höyük (Niğde) Neolitik Köyünde Kil Sıvalı İnsan Başları. (Remodeled Human Skulls in Köşk Höyük (Niğde) Neolithic Village)”, Hacettepe University, Journal of Faculty of Letters 26/1 : 145-162.

Özdoğan, M., 2009 : “Comments”, Paléorient 35/1 : 121-123.

Öztan, A., 2002 : “Köşk Höyük. Anadolu Arkeolojisine Yeni Katkılar”, TÜBA-AR 5 : 55-69.

Rollefson, G.O., 1986 : “Neolithic ‘Ain Ghazal (Jordan): Ritual and Ceremony II”, Paléorient 12/1 : 45-52.

Rollefson, G.O., 1998 : “ ‘Ain Ghazal (Jordan): Ritual and Ceremony III”, Paléorient 24/1: 43-58.

Rollefson, G.O., Simmons, A.H. et Kafafi, Z., 1992: "Neolithic Cultures at ‘Ain Ghazal, Jordan”, Journal of Field Archaeology 19/4: 443-470.

Rollefson, G.O., Schmandt-Besserat, D. et Rose, J.C., 1999: “A Decorated Skull from MPPNB, ‘Ain Ghazal”, Paléorient 24/2: 99-104.

Schmandt-Besserat, D., 2002: “From Behind the Mask: Plastered Skulls from ‘Ain Ghazal”, Origini 24: 95-140.

Schmandt-Besserat, D., 2013 : “The Plastered Skulls”, in Schmandt-Besserat, (éd.), Symbols at ‘Ain Ghazal. ‘Ain Ghazal Excavation Reports 3, Berlin: 213-243.

Silistreli, U., 1989: "Köşk Höyük Kazısı”, in Emre, K., Hrouda, B., Mellink, M.J. et N. Özgüç (éds.), Studies in Honor of Tahsin Özgüç. Anatolia and The Ancient Near East, Ankara: 461-463.

Slon, V, Sarig, R., Hershkovitz, I., Khalaily, H. et Milevski, I., 2014: The Plastered Skulls from the PrePottery Neolithic B Site of Yiftahel (Israel) – A Computed Tomography-Based Analysis. PLoS ONE 9(2) : e89242. doi :10.1371/journal.pone.0089242.

Stordeur, D., 2003 : “Des crânes surmodelés à Tell Aswad de Damascène. (PPNB-Syrie)”, Paléorient 29/2 : 109-116.

Stordeur, D. et Khawam, R., 2007 : “Les crânes surmodelés de Tell Aswad (PPNB, Syrie). Premier regard sur l’ensemble, premières réflexions”, Syria 84 : 5-32. Stordeur, D., Jammous, B., Khawam, R. et Morero : “L’aire funéraire de Tell Aswad (PPNB)”, in Huot, J.-L. et Stordeur, D. (éds.), Hommage à H. de Contenson, Syria 83 : 5-28.

Strouhal, E., 1973: “Five Plastered Skulls from PrePottery Neolithic B. Jericho, Anthropological Study”, Paléorient 1/2: 230-247.

Testart, A., 2008 : “Des crânes et des vautours ou la guerre oubliée”, Paléorient 34/1 : 33-57.

Testart, A., 2009 : “Des crânes et des vautours ou la guerre oubliée, Réponses”, Paléorient 35/1 : 133-136.

Haut de page

Notes

1 Bienert 1991 ; Cauvin 1994 ; Hodder 2009 ; Kenyon 1981 ; Kuijt 2008, 2009 ; Özdoğan 2009 ; Testart 2008, 2009.

2 Bonogofsky 2005 ; Goring-Morris 2000 ; Özbek 2009 ; Schmandt-Besserat 2002, 2013 ; Stordeur 2003 ; Stordeur et Khawam 2007 ; Frembach et Lechevallier 1973 ; Marchand 2012 ; Rollefson 1986, 1998 ; Rollefson et al. 1999 ; Bocquentin 2008 ; Milevski et al. 2008 ; Croucher 2012 ; Grissom et Griffin 2013 ; Kuijt 1996, 2002, 2008, 2009 ; Goren et al. 2001 ; Erdal 2014 ; Benz 2010, 2012 ; Kodas 2014.

3 Arensburg et Hershkovitz 1988.

4 Marchand 2012 ; Croucher 2012 ; Kodas 2014 ; Aurenche et Kozlowsky 2000 ; Stordeur et Khawam 2007 ; Özbek 2009 ; Bonogofsky 2005 ; Schmandt-Besserat 2013.

5 Bocquentin 2013.

6 Goring-Morris 2000.

7 Stordeur 2003 ; Stordeur et Khawam 2007.

8 Milevski et al. 2008.

9 Rollefson 1998 ; Rollefson et. al. 1992, 1999 ; Schmandt-Besserat 2013 ; Grissom et Griffin 2013.

10 Kenyon 1981.

11 Anfrunj et Oms 2006.

12 Boz et Hager 2005.

13 Bonogofsky 2005 ; Özbek 2009 ; Silistreli 1989 ; Öztan 2002.

14 Kodas 2014.

15 Strouhal 1973, 1981 ; Kenyon 1981.

16 Özbek 2009.

17 Stordeur et Khawam 2007.

18 Goren et al. 2001 ; Stordeur 2003 ; Stordeur et Khawam 2007.

19 Goren et al. 2001.

20 Goren et al. 2001 ; Strouhal 1973.

21 Özbek 2009 ; Bonogofsky 2005.

22 Kodas 2014.

23 Kenyon 1981.

24 Milevski et al. 2008.

25 Özbek 2009 ; Bonogofsky 2005.

26 Anfrunj et Oms 2006.

27 Boz et Hager 2005.

28 Schmandt-Besserat 2013.

29 Kodas 2014.

30 Kodas, Thèse de doctorat, non publiée.

31 Boz et Hager 2005.

32 Kodas, Thèse de doctorat, non publiée.

33 Goring-Morris et al. 1995; Goring-Morris 2000.

34 Schmandt-Besserat 2013.

35 Kenyon 1953, 1981.

36 Goring-Morris et al. 1995.

37 Milevski et al. 2008.

38 Strouhal 1973 ; Kenyon 1981.

39 Bocquentin 2008.

40 Stordeur et Khawam 2007.

41 Anfrunj et Oms 2006.

42 Boz et Hager 2005 ; Özbek 2009.

43 Kodas 2014.

44 Kodas 2014.

45 Schmandt-Besserat 2013.

46 Goring-Morris et al. 1995.

47 Stordeur 2003 ; Stordeur et Khawam 2007.

48 Anfruns et Oms 2006.

49 Bonogofsky 2005 ; Özbek 2009.

50 Goring-Morris 2000.

51 Bocquentin 2013.

52 Kenyon 1981 ; Benz 2010.

53 Milevski et al. 2008.

54 Kodas 2014 ; Bocquentin 2013.

55 Boz et Hager 2005.

56 Nous avons procédé à ces expériences avec Chloé Fraillon et Liora Bouzaglou (étudiantes en L3 à Paris I Panthéon-Sorbonne), avec l’encouragement de F. Abbès (Ingénieur-Chercheur, IR CNRS, Archéorient, Lyon), D. Stordeur (Chercheur émérite, DR1, CNRS, Archéorient, Lyon), M.-M. Molist (Professeur, Université Autonome de Barcelone, Espagne), Y.-S. Erdal (Professeur, Université Hacettepe, Ankara, Turquie) et P. Butterlin (Professeur-Université Paris I Panthéon-Sorbonne).

57 Slon et al. 2014.

58 Rollefson 1998 ; Rollefson et. al. 1999 ; Schmandt-Besserat 2013 ; Grissom et Griffin 2013.

59 Stordeur et Khawam 2007 ; Stordeur et al. 2007.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1
Légende Sites ayant fourni des crânes surmodelés au Néolithique proche oriental
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Tableau 1 : La périodisation des sites ayant fourni des crânes surmodelés (en gris)
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 1
Légende 1. Représentation des yeux incrustés des cauris à Jéricho (CP 42/4, d’après Kenyon 1981) et des coquillages à Yiftah’el (CP 140/1, d’après Milevsky et al., 2008) ; 2. Yeux réalisés fermés par figuration (modelés) à Kfar HaHoresh (CP 61, d’après Goring-Morris 2001) et à Ain Ghazal (CP 3, d’après Schmandt-Besserat 2013).
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 2
Légende Surmodelage sur un crâne sans et avec la mandibule
Crédits E. Kodas
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 3
Légende Réalisation des yeux : 1. En insertion (Jéricho D116, modifié d’après Kenyon 1981) ; 2. En figuration (Kfar HaHoresh, Homo 1, modifié d’après Goren et al., 2001, fig. 4)
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig. 4
Légende expérimentation du surmodelage, crâne 1
Crédits E. Kodas
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 5
Légende Expérimentation du surmodelage, Crâne 2
Crédits E. Kodas
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 6
Légende Yiftah’el, trois crânes surmodelés et la technique employée pour le surmodelage
Crédits D’après Slon et al., 2014 : figs. 4 et 10
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 7
Légende Empreintes du remplissage du trou occipital, du nez et d’une oreille après le détachement du surmodelage sur le crâne expérimenté 1
Crédits E. Kodas
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/366/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ergül Kodaş, « Le surmodelage du crâne au néolithique au Proche-Orient »Anatolia Antiqua, XXIV | 2016, 1-12.

Référence électronique

Ergül Kodaş, « Le surmodelage du crâne au néolithique au Proche-Orient »Anatolia Antiqua [En ligne], XXIV | 2016, mis en ligne le 11 décembre 2018, consulté le 11 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.366

Haut de page

Auteur

Ergül Kodaş

ArScAn-VEPMO
Docteur en Archéologie du Proche-Orient ancien, à Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Institut français d'études anatoliennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Ministère de l’Europe et des affaires étrangères
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search