Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIISculptures grecques et romaines d...

Sculptures grecques et romaines de Smyrne, découvertes récentes

Akın Ersoy et Ludovic Laugier
p. 57-75

Plan

Haut de page

Texte intégral

Nous tenons à remercier Mme Gözde Sakar pour la traduction de cet article et toute l’aide qu’elle nous a aimablement apportée.

1Les fouilles conduites sous la direction de l’Université de Dokuz Eylül depuis 2007, non seulement à l’agora d’Izmir, mais aussi dans ses abords et dans d’autres quartiers comme ceux d’Altınpark dans le quartier de Basmane, et plus récemment au théâtre de la cité, ont progressivement permis de mieux comprendre la trame urbaine de la Smyrne antique (Fig. 1). Elles ont aussi fourni l’opportunité de mettre au jour plusieurs fragments de sculptures en marbre, d’époque hellénistique et impériale. Nous signalions déjà en 2011 quatre pièces d’un intérêt particulier, une magnifique tête de déesse d’époque impériale appartenant à une grande statue, une charmante tête d’enfant, un petit portrait romain en buste et une statuette du type de la Vénus Genitrix (Ersoy et Laugier 2011 : 321-328). Le présent article attire cette fois l’attention sur les découvertes des campagnes de 2014-2017. Une stèle funéraire de l’époque hellénistique, découverte dès 2008 à Altınpark, mais peu commentée jusqu’à maintenant, complète ce panorama.

Fig. 1 : Plan général de Smyrne à l’époque impériale. L’agora, le théâtre, le quartier de Basmane

Fig. 1 : Plan général de Smyrne à l’époque impériale. L’agora, le théâtre, le quartier de Basmane
  • 1 Nous tenons à remercier Mme Gözde Sakar pour la traduction de cet article et toute l’aide qu’elle n (...)

2Il faut préciser que les sculptures étudiées ont toutes été mises au jour en remploi ou dans des remblais. Le contexte originel fait donc hélas défaut. Leur contexte secondaire est toutefois exposé, d’autant qu’il renseigne sur la manière dont les sculptures de la cité ont souvent été réutilisées du Bas-Empire jusqu’au 19e siècle1.

1. Basilique de l’agora de Smyrne

Contexte

3Fragment de statuette (Fig. 2), trouvé dans un remblai mis au jour dans la quatrième galerie de la basilique. Pas de contexte précis, le remblai contenait en effet du matériel archéologique de différentes époques.

Fig. 2 : Fragment de statuette, Aphrodite pudique, SMYRNA 3651-A

Fig. 2 : Fragment de statuette, Aphrodite pudique, SMYRNA 3651-A

Étude

Fragment de statuette, Aphrodite, SMYRNA.3651-A. H. 3, 5 cm ; L. 3 cm ; ép. 2 cm. (Fig. 2)

  • 2 Voir, entre autres, l’exemplaire des Musées du Vatican et la série qui en découle, LIMC II, s.v. “A (...)

4Cette petite statuette d’Aphrodite est brisée sous le nombril et à mi-cuisses. Quelques petits éclats affectent la surface du marbre. La déesse porte un himation enroulé en haut des cuisses, passant en-dessous des fesses. Elle le retenait de la main gauche. Celle-ci n’est plus conservée, tout comme la majeure partie du nœud du manteau mais un arrachement sur la hanche gauche signale bien la position de l’avant-bras gauche. La cuisse gauche est légèrement avancée, tandis que le fessier droit est plus contracté que le gauche : Vénus se tenait donc en appui sur la jambe droite, tandis que sa jambe gauche était libre. Les cuisses sont sculptées en volumes simples mais l’aine est signalée par deux plis de chair. Le modelé des fessiers paraît plus soigné. La limite supérieure du manteau, pudiquement remonté sur le sexe, forme un enroulement traité en plis torsadés. À partir du nœud du manteau, l’étoffe dessine une chute de deux plis légèrement divergents. L’arrête d’un pli incurvé se dessine sur la cuisse gauche. La statuette, de taille très modeste, mais traitée avec assez de soin, appartient au type statuaire de l’Aphrodite pudique2, inlassablement reproduit avec de multiples variantes aux époques hellénistique et impériale. Le présent exemplaire, trop fragmentaire pour que sa datation puisse être précisée, a probablement été produit par un atelier local, à la fin de l’époque hellénistique ou durant le Haut-Empire.

2. Grande rue au nord de l’Agora

Contexte

5Lors des fouilles effectuées dans la partie est de la grande rue qui bordait la basilique au nord et donc qui constituait la limite septentrionale de l’Agora de Smyrne, en-dessous des bâtiments modernes expropriés et démolis en 2012, plusieurs fragments de sculptures ont été découverts, dont aucun ne se trouvait dans son contexte d’origine. Ces fragments, mis au jour en différents lieux du secteur, se trouvaient en effet dans le remblai ottoman (Fig. 7).

Fig. 7 : Vue générale des vestiges des maisons ottomanes sur la partie est de la Rue Nord. Carroyage du secteur

Fig. 7 : Vue générale des vestiges des maisons ottomanes sur la partie est de la Rue Nord. Carroyage du secteur

6Les fragments SMYRNA 4195-A (Fig. 3) et B (Fig. 4) ont été trouvés dans le carré O2-35, le fragment d’une stèle de gladiateur SMYRNA. 4199 (Fig. 5) dans le carré O2-36 et tous les trois proviennent d’un remblai qui contient du matériel de différentes époques.

7Le fragment SMYRNA.2682 (Fig. 6) est aussi découvert dans le même secteur mais dans le carré K2-36 cette fois-ci, toujours dans le même type de remblai.

Étude

Fragment de haut relief, personnage masculin, héros ? SMYRNA.4195.B. H. 7, 9 cm ; L. 3, 1 cm ; ép.2 cm. (Fig. 3)

Fig. 3 : Fragment de haut relief, personnage masculin, héros ? SMYRNA 4195-A

Fig. 3 : Fragment de haut relief, personnage masculin, héros ? SMYRNA 4195-A

8Ce fragment de haut-relief représente un guerrier barbu, donc d’âge mûr, tête de profil, tendue vers le haut. Le personnage nu, très athlétique, un baudrier passant sur l’épaule droite, fait une grande enjambée vers la droite. Dans une attitude de combat, il plie le bras droit vers l’arrière, poing fermé et devait tendre le bras gauche vers l’avant. Faute d’attribut conservé, il est difficile de déterminer l’identité du personnage avec certitude mais probablement s’agit-il d’un héros. En l’absence de léontè, il est notamment impossible d’affirmer que ce guerrier musculeux pourrait bien être Héraclès. Le revers de ce relief d’échelle fort modeste est légèrement concave. Serait-ce donc un fragment de petite frise ou d’objet décoratif en marbre, un petit vase par exemple ? Le modelé très plastique du torse, la massivité de la tête, l’expressivité du visage et le traitement en grosses boucles compactes, de la barbe comme de la chevelure du personnage, conduisent à dater ce fragment de haut-relief du dernier tiers du IIe siècle de notre ère.

Fragment de tête masculine, SMYRNA.4195.B. H. 17, 3 cm ; L. 10, 5 cm ; ép. 5 cm. (Fig. 4)

Fig. 4 : Fragment de tête masculine, portrait ? SMYRNA 4195.B

Fig. 4 : Fragment de tête masculine, portrait ? SMYRNA 4195.B
  • 3 Pour les portraits déliens du premier siècle avant J.-C., voir Zaphiropolou 1998 : 168, 170, 171, n (...)

9Le fragment de tête masculine montre la partie supérieure d’un visage masculin et quelques mèches au-dessus du front. Les globes oculaires sont lisses, nettement inclinés et bordés par de fines paupières. Ils sont profondément insérés sous des arcades sourcilières à la fois saillantes et tombantes. Le nez, légèrement busqué, est mince et long. La plage du front présente deux rides d’expression transversales. La chevelure est traitée en grandes mèches formant un épi au sommet du front. Le modelé du visage, très plastique semble l’œuvre d’un bon atelier de sculpture micrasiatique. Il pourrait s’agir d’un portrait de notable, comparable à ceux de Délos créés au Ier siècle avant J.-C., montrant ce même traitement des yeux, du front marqué de rides, très plastiques3.

Fragment de bas-relief, stèle funéraire de gladiateur. SMYRNA.4199. H. 26, 5 cm ; L. 38, 4 cm ; ép. 20, 7 cm. (Fig. 5)

Fig. 5 : Fragment de bas-relief, stèle funéraire de gladiateur. SMYRNA 4199

Fig. 5 : Fragment de bas-relief, stèle funéraire de gladiateur. SMYRNA 4199
  • 4 Voir Robert 1940 ; Robert 1946 : 112-150.
  • 5 Voir notamment les stèles funéraires inédites, inv. 124, inv. 8625, inv. 343.

10Il ne subsiste que la partie supérieure de ce bas-relief, dont le bandeau supérieur est largement épaufré. Dans le champ du relief, mais aussi sur le bandeau, se détache une tête casquée, de profil vers la droite. Le casque est celui d’un gladiateur dit lourd, doté d’un large couvre-nuque, d’une visière grillagée traduite par de multiples perforations faites au trépan. Le cimier courbe du casque, apparemment très mince, se devine à peine. Au-dessus, sur le bandeau, des coups de ciseau formant plusieurs lignes courbes suggèrent que sa partie supérieure a peut-être été simplement ébauchée. Comme le relief est très incomplet, que toute la panoplie du gladiateur n’est pas visible et que le cimier n’est pas clairement lisible dans son entier, il est difficile de préciser quel type de combattant est représenté : peut-être un Thrace, éventuellement un secutor voire un scissor. Tous portent un casque doté d’un grand couvre-nuque et d’une visière. Les visières grillagées sont surtout employées par ces gladiateurs au IIe siècle et au IIIe siècle de notre ère, ce qui permet de proposer une fourchette chronologique pour ce relief. Il s’agit vraisemblablement d’un fragment d’une petite stèle funéraire, comparable à beau d’autres exemplaires découverts en Asie Mineure4. Le musée archéologique d’Izmir en conserve toute une série dans une salle consacrée à la gladiature, de facture très comparable5.

Fragment de statuette d’Aphrodite anadyomène. SMYRNA.3682. H. 6 cm ; L. 5, 7 cm ; ép. 3, 4 cm. (Fig. 6)

Fig. 6 : SMYRNA 3682

Fig. 6 : SMYRNA 3682
  • 6 LIMC II, s.v. “Aphrodite”: 64-65, n° 541-545 et 76-77, n° 667-682

11De cette petite statuette d’Aphrodite ne subsiste que la partie supérieure du torse nu. Les volumes de la poitrine et des omoplates sont simplement ébauchés. Il s’agit du travail d’un atelier local modeste, datant du courant de l’époque impériale. La position des épaules indique que le bras droit était levé et le bras gauche baissé : la statuette était probablement l’une des multiples variantes du type de l’Aphrodite anadyomène, à demi-nue6.

3. Thermes romains de l’Agora

Contexte

12Lors des fouilles des thermes romains de l’Agora de Smyrne, effectuées en dessous des bâtiments modernes expropriés et démolis en 2010, deux fragments de sculpture ont été mis au jour. Le premier, un fragment de buste, était utilisé en remploi comme bloc de marche dans un escalier qui servait à descendre dans la cave d’une maison du XIXe siècle (Figs. 8, 9). L’autre (Fig. 10), un fragment de stèle funéraire, a été découvert quant à lui dans le remblai qui contenait du matériel archéologique de différentes époques (Fig. 11).

Fig. 9 : État de découverte du buste SMYRNA 3945

Fig. 9 : État de découverte du buste SMYRNA 3945

Fig. 11 : Thermes romains. Vue générale

Fig. 11 : Thermes romains. Vue générale

Étude

Portrait en buste SMYRNA.3945. H. 52, 4 cm ; L. 48, 9 cm ; ép. 15, 6 cm. (Fig. 8)

Fig. 8 : Fragment de portrait en buste SMYRNA 3945

Fig. 8 : Fragment de portrait en buste SMYRNA 3945
  • 7 Musée de Selçuk, inv. 850/743 et sans n°.
  • 8 Musée d’Aphrodisias, inv. 72-49, inv. 79/10/196, inv. 79/10/177. Pour les statues de cette période, (...)
  • 9 À cet ensemble de quatre statues et d’un buste de togatus, il faut ajouter deux chlamydati de la mê (...)

13Ce beau fragment de portrait en buste est hélas dépourvu de sa tête. L’épaule et le bras droits sont brisés ainsi que les bords inférieurs du buste. Au revers, le pilier central de support, peu évasé, est brisé en partie inférieure. À la base du buste, un lit de pose rectangulaire de 16 cm de longueur sur 7 cm de largeur est doté d’un trou de goujon circulaire de 3,5 cm de diamètre. La partie dénudée du buste masculin laisse encore deviner un traitement subtil du départ des clavicules et des muscles sterno-cléido-mastoïdiens. Le léger gonflement du muscle droit suggère d’ailleurs que la tête était tournée vers notre droite. Le buste est vêtu d’une tunique et d’une toge drapée sur l’épaule gauche, comme de coutume. La tunique dessine un pli souple en « v » à l’encolure et une série des plis courbes assez plats sur la partie droite du buste. La toge forme un large contabulatio, presque horizontal à son bord inférieur. Elle s’épanouit en plis plats, étroits et serrés sur toute l’épaule et la partie gauche du buste, selon un motif typique de l’antiquité tardive et de l’époque paléo-byzantine. Sous le contabulatio, la toge tombe en plis raides, très stylisés, courbes côté droit, verticaux en partie médiane. Les plis verticaux sont séparés par de larges sillons, très droits. Sous le bras gauche, elle forme des plis en cuvettes. Le mode de drapé de la tunique et surtout celui de la toge à contabulatio peuvent être comparés avec ceux d’une petite série de sculptures généralement datées de la fin du Ve siècle ou de la première moitié du VIe siècle de notre ère : un buste et une statue de magistrat d’Éphèse (Inan et Rosenbaum 1966 : n° 202)7, trois togati d’Aphrodisias, la statue de Flavius Palmatus, celle du sénateur Pithéas et celle enfin d’un togatus acéphale8. Il faut ajouter à cet ensemble une série de têtes de même époque, dépourvues de leur corps ou de leur buste. Le fragment découvert en 2016 à Izmir se rapproche plus particulièrement des exemplaires d’Éphèse, moins précisément datés que ceux d’Aphrodisias. En tout état de cause, il doit avoir été sculpté entre la fin du Ve siècle et la première moitié du VIe siècle. Seule la tête, notamment le traitement de la chevelure comme du visage, permettrait de resserrer cette fourchette chronologique. Quoi qu’il en soit, le fragment d’Izmir augmente significativement par sa découverte un corpus d’œuvres restreint, où ne figurait pour l’instant qu’un seul buste, celui d’Éphèse9. Si ce dernier présente un bord inférieur horizontal, le buste de Smyrne s’en distingue par un bord courbe comme l’indique la petite partie qui en est encore conservée.

Fragment de stèle funéraire. SMYRNA.3709-A. H. ; L. ; ép. (Fig. 10)

Fig. 10 : Fragment de stèle funéraire, servante. SMYRNA 3709-A

Fig. 10 : Fragment de stèle funéraire, servante. SMYRNA 3709-A
  • 10 Sur les stèles funéraires de Smyrne, voir Pfuhl et Möbius 1977-1979 ; Schmidt 1991 ; Hasselin Rous, (...)

14De cette stèle funéraire hellénistique ne subsiste qu’une partie du bandeau latérale gauche, affectée par de nombreux éclats et une petite servante dont manquent les jambes, sculptée en bas-relief. La fillette porte une tunique à rabat ceinturée à la taille. La tête baissée, l’avant-bras droit contre la taille et la main gauche levée vers le visage, elle se tient dans une attitude conventionnelle d’affliction montrant qu’elle pleure sa maîtresse. À si petite échelle, son visage est relativement bien détaillé. Sa chevelure volumineuse est coiffée en larges bandeaux. Les stèles hellénistiques d’Asie Mineure se caractérisent toujours par une distribution rigoureuse des personnages qui occupent leur champ sculpté, en séparant le monde des hommes et celui des femmes. Les servantes flaquent la défunte, tandis que les serviteurs accompagnent leur maître. Il est possible d’en déduire qu’une femme se tenait debout, ou éventuellement assise, à la gauche de la servante. En revanche, l’état de conservation du fragment ne permet évidemment pas de savoir si la femme était accompagnée par son époux, voire par plusieurs membres de sa famille et leurs serviteurs. Ce type de servante se trouve représenté sur une multitude de stèles funéraires de l’ouest de l’Asie Mineure, notamment sur celles de Smyrne10. Il s’agit vraisemblablement d’une production locale. À Smyrne, les servantes relativement bien détaillées de cette manière se trouvent sur les stèles datées du IIe siècle et du début du Ier siècle avant J.-C.

4. Le bâtiment aux mosaïques de l’Agora

Contexte

15Fragment de statuette (Fig. 12), trouvé dans le remblai contenant du matériel archéologique de l’époque hellénistique à l’époque ottomane, mis au jour dans le bâtiment aux mosaïques de l’agora.

Étude

Fragment de statuette de divinité féminine. SMYRNA.3090. A. H. 9, 2 cm ; L. 8, 8 cm ; ép. 5, 8 cm. (Fig. 12)

Fig. 12 : Fragment de statuette, Cybèle ? SMYRNA 3090-A

Fig. 12 : Fragment de statuette, Cybèle ? SMYRNA 3090-A

16De la statuette ne sont conservés que le buste, les bras et le dossier du siège. La figure féminine, dont la tête est cassée au cou, porte un chiton formant des plis en « v » entre les seins, ainsi qu’un himation drapé sur les épaules et les bras. Sous la poitrine, assez généreuse, quelques plis courbes suggèrent que la tunique était ceinturée à la taille. Le revers du dossier du siège est entièrement lisse.

17La figure féminine, assise sur un siège à dossier, pourrait bien être Cybèle. Cependant, seuls les attributs usuels de la déesse, tympanon et lion, permettraient de le confirmer. De facture simple et stéréotypée, cette statuette votive est probablement une production locale, datant de la fin de l’époque hellénistique ou plutôt de l’époque impériale.

5. Bains turcs “Namazgah” de l’Agora de Smyrne

Contexte

18Le fragment de relief SMYRNA 4112 (Fig. 13) a été découvert en 2017 dans le soubassement des bains turcs de Namazgah (nommé aussi Bains de Kadi Musa), lors des travaux de restauration de ces derniers, construits au 17e siècle sur le portique sud de l’Agora de Smyrne (Fig. 14).

Fig. 14 : Bains de Namazgah. Vue générale

Fig. 14 : Bains de Namazgah. Vue générale

Archives des fouilles de Smyrne

Étude

Fragment de haut-relief, Apollon citharède, Muse ou cithariste ? SMYRNA.4112. H. 27, 5 cm ; l. 20, 3 cm ; ép. 11, 1 cm. (Fig. 13)

Fig. 13 : Fragment de relief SMYRNA.4112

Fig. 13 : Fragment de relief SMYRNA.4112
  • 11 Sur les reliefs grecs et romains, la cithare est surtout représentée de face. Les exemples de citha (...)
  • 12 Voir notamment le type statuaire de l’Apollon de Cyrène, British Museum, inv. 1861,0725.1.
  • 13 Les Muses citharèdes sont bien connues pour les cuves de sarcophages, quelques reliefs et statuette (...)

19Le haut-relief est très partiellement conservé, à l’extrémité de la partie gauche. Contre le bandeau latéral gauche, soigneusement dressé, se trouve une cithare vue de trois-quarts11. On distingue en effet le bas de la caisse, le coude, la traverse cylindrique horizontale et le départ du bras, du côté gauche de l’instrument. Les cordes devaient être peintes sur la partie médiane lisse. Du personnage qui s’appuie sur l’instrument ne subsistent que le bras et la main droite, pouce pressé contre l’index. Il pourrait s’agir d’un Apollon citharède, comme il en existe de multiples représentations12, d’une Muse13, notamment Erato ou, moins vraisemblablement, d’un simple cithariste. L’état de conservation de ce relief fragmentaire ne permet guère de la dater précisément, entre la fin de l’époque hellénistique ou plutôt le courant de l’époque impériale (Ier siècle avant J.-C.-IIe siècle apr. J.-C.).

6. Théâtre de Smyrne

20Le théâtre antique de Smyrne qui se situe sur le versant de Kadifekale, entre l’acropole et l’agora de la cité, a été remis au jour en 2013 grâce à l’expropriation et la démolition des bâtiments modernes qui l’entouraient. Les fouilles archéologiques ont débuté en 2017, suite aux travaux de nettoyage et d’aménagement qui ont eu lieu entre 2014 et 2016 (Fig. 15). C’est Vitruve qui nous rapporte les premiers renseignements sur l’architecture du théâtre de Smyrne. Dans De Architectura (Vitruve, De Architectura, V. IX.1), il parle en effet d’un portique nommée Stratonikeion qui se trouvait adjacent ou au voisinage du bâtiment de scène du théâtre de Smyrne. L’architecte a trouvé très utile l’idée de situer un portique à proximité du théâtre et l’a conseillé pour toutes les villes de son époque. En effet, ce type de bâtiment pouvait servir d’abri pour les décors de scène ou l’équipement des acteurs ou bien comme foyer aux spectateurs en cas de mauvais temps. Le nom du portique « Stratonikeion » provenait bien probablement du culte d’Aphrodite Stratonikis, pratiqué à Smyrne au cours de l’époque hellénistique (Cadoux 1938 : 111-112). Le portique, portant le nom Stratonikeion, devait aussi servir à ce culte qui assimilait la déesse Aphrodite à Stratonice, la mère d’Antiochos II.

Fig. 15 : Vue générale du théâtre après la démolition des bâtiments modernes

Fig. 15 : Vue générale du théâtre après la démolition des bâtiments modernes

Archives des fouilles de Smyrne)

  • 14 İzmir Kent Ansiklopedisi, (Encyclopédie de la ville d’Izmir), Asklepieion, Asklepios Kültü ve Tapın (...)

21À la suite de Vitruve, le deuxième auteur antique parlant du théâtre de Smyrne est le fameux rhéteur Aelius Aristide qui vécut à Smyrne au IIe siècle apr. J.-C. Bien qu’Aristide cite le théâtre parmi les bâtiments importants de la cité, il n’en donne toutefois aucun détail. Par ailleurs, nous savons par les sources écrites qu’il y avait des loges réservées aux élites de la ville, dont quatre avaient été réservés aux prêtres de l’Asclépiéion (Doğer et al. 2014)14.

22Mille deux cent ans après son abandon, ce sont cette fois-ci les voyageurs européens visitant la ville à partir du XVIIe siècle, qui nous décrivent les ruines du théâtre antique de Smyrne. D’abord Jean Baptiste Tavernier (Pınar 2001 : 5) et Moncony (Walter-Berg 1932 : 6) donnent au XVIIe siècle quelques indications, puis Tournefort (Pınar 2001 : 50) au XVIIIe siècle et Otto Friedrich von Richter (von Richter 1822 : 500). Au XIXe siècle, le comte de Forbin (Pınar 2001 : 118), Charles Texier (Texier 2002 : 141) et Sir Charles Wilson (Wilson 1895 : 73) nous transmettent des informations importantes sur l’ensemble et les détails architecturaux du bâtiment. De leurs témoignages, on apprend notamment que les blocs du théâtre avaient été remployés dans la construction des nouveaux « khans » et des « bedestens » à Kemeraltı au cours du XVIIIe siècle, qu’au XIXe siècle le bâtiment de scène avait été recouvert par les maisons construites au-dessus et qu’il ne restait qu’une pente naturelle au lieu du cavea (Figs. 16, 17).

Fig. 16 : L’entrée du vomitorium et une partie du mur d’analemma du théâtre de Smyrne à l’époque ottomane. Kadifekale (Mont Pagos) en arrière

Fig. 16 : L’entrée du vomitorium et une partie du mur d’analemma du théâtre de Smyrne à l’époque ottomane. Kadifekale (Mont Pagos) en arrière

Archives des fouilles de Smyrne

Fig. 17 : L’emplacement du théâtre antique de Smyrne dans la première moitié du 20e siècle

Fig. 17 : L’emplacement du théâtre antique de Smyrne dans la première moitié du 20e siècle

23L’étude la plus élaborée sur le théâtre de Smyrne a été réalisée dans les années 1912-1913 par les chercheurs allemands Otto Walter et Otto Berg. Leurs travaux, traduits et publiés en turc en 1932 sous le titre İzmir’de Roma Tiyatrosu par l’« Asar-ı Atika Muhipleri Cemiyeti » (Association des Amis des Antiquités), constitue la base de nos connaissances sur l’architecture du bâtiment (Walter-Berg 1932 : 9). Les données archéologiques recueillies grâce aux observations réalisées en 1912 et 1913 dans les maisons qui recouvraient le bâtiment antique ont notamment été réunies dans cette étude. Walter et Berg propose une structure constituée d’un bâtiment de scène à trois étages et d’une cavea d’un diamètre de 152 mètres, divisée en trois parties par deux diazoma, et s’élevant à 30 mètres sur un orchestre hémisphérique (Fig. 18).

Fig. 18 : Plan prévisionnel du bâtiment constitué à partir de l’étude de Walter et Berg

Fig. 18 : Plan prévisionnel du bâtiment constitué à partir de l’étude de Walter et Berg

S. Alatepeli - Archives des fouilles de Smyrne

24Au cours du XXe siècle, le secteur du théâtre a été progressivement transformé en un quartier moderne, par la construction de nouvelles maisons, au-dessus et au voisinage du bâtiment antique, ainsi que par l’établissement des rues modernes qui les entouraient. Les derniers vestiges visibles du théâtre ont été décrits par Georges E. Bean (Bean 2001 : 30) qui a visité la ville au cours des années 1940.

25Durant l’Antiquité, le théâtre construit sur le versant nord du mont Pagos (Kadifekale) avait sans doute une vue magnifique sur la ville et le golfe (Fig. 19). Nous ne disposons hélas pas encore des données archéologiques qui pourraient nous permettre d’établir la date de la première construction du bâtiment mais, puisqu’il est mentionné par Vitruve, il était bien sûr déjà construit de son temps, au Ier siècle av. J.-C. Le théâtre aurait ensuite été restauré au temps de Claude (Cadoux 1938 : 178, 281-282, 290), probablement à la suite d’un tremblement de terre. Il aurait atteint son dernier état au cours des travaux de reconstruction de la ville, à la suite du grand tremblement de terre de 177-178 apr. J.-C.

Fig. 19 : Vue prise de cavea vers le proscene après les démolitions des bâtiments modernes

Fig. 19 : Vue prise de cavea vers le proscene après les démolitions des bâtiments modernes

26Une grande partie de l’espace du théâtre antique de Smyrne a été mise au jour à la suite des dernières démolitions réalisées en 2014 (Fig. 20). La démolition des bâtiments modernes nous a permis de dégager la cuvette où se situaient la cavea et l’ensemble du rez-de-chaussée du bâtiment de scène. Bien que la plupart des gradins de la cavea ne soit malheureusement pas conservée, espérons que les fouilles qui seront menées sur l’orchestre nous permettront de découvrir les premières assises des gradins, peut-être conservés grâce au remblai formé par le glissement de terrain provenant de la pente du Mont Pagos (Kadifekale). Une partie du mur d’analemma est aussi encore visible. Les fouilles menées dans le bâtiment de la scène ont permis de comprendre que le bâtiment de scène est conservé jusqu’au niveau de l’étage et que les portes à linteaux ou à arcades qui donnaient l’accès au rez-de-chaussée sont encore en place (Fig. 21).

Fig. 20 : Bâtiments modernes se trouvant sur le mur d’analemma avant les démolitions

Fig. 20 : Bâtiments modernes se trouvant sur le mur d’analemma avant les démolitions

Fig. 21 : État des fouilles du théâtre à la fin de la campagne de 2017

Fig. 21 : État des fouilles du théâtre à la fin de la campagne de 2017

Le théâtre de Smyrne, de l’Antiquité au XIXe siècle

27Sur l’un des blocs du bâtiment de scène, une inscription de douze lignes a été découverte lors des travaux de nettoyage. L’inscription, qui date du IIe siècle apr. J.-C., mentionne des travaux de réparation d’une fontaine, des travaux « consacrés aux dieux et aux empereurs et réalisés au nom de la ville par Marcus Claudius Proclos, grand prêtre des cultes impériaux à Smyrne ». Dans l’inscription, il est aussi indiqué que l’eau qui alimente cette fontaine provenait d’une source qui se trouve dans l’aire du théâtre. Cette fontaine n’est pas encore repérée mais à partir des renseignements procurés par cette inscription, on peut penser qu’elle doit logiquement se situer à proximité du théâtre. Cette inscription mentionne aussi une conduite d’eau ou un aqueduc nommé G(K)aleonterion Hydates, construit toujours par Marcus Claudius Proclos. Le nom « G(K)aleonterion Hydates » était sans doute lié au fleuve Kaleon (Yeşildere), dont la personnification existe sur les monnaies de la ville.

28Les sources écrites nous montrent que le théâtre de Smyrne était le siège de plusieurs activités, non seulement culturelles mais aussi politiques et religieuses. Les théâtres dans l’antiquité servaient d’ailleurs comme lieu de réunion pour prendre des décisions importantes, notamment dans les cas où la cité était en danger. D’après le texte de la Vie de Saint Polycarpe (Pionios XXVIII, 3 et sqq.), attribué à Pionios, le théâtre de Smyrne a, en autres, été le siège d’un conseil de ville organisé par les magistrats pour trouver une solution à une sécheresse sévissant sous le règne d’Antonin le Pieux. On apprend que, lors de ce conseil, les magistrats ont demandé à Saint Polycarpe de prier son dieu pour qu’il fasse cesser cette période de sécheresse et que Saint Polycarpe leur répondit qu’il n’était pas possible de faire cesser la sécheresse en priant dieu. Le saint accepta néanmoins de prier avec ses disciples et – d’après le texte – ils réussirent à faire pleuvoir à la suite de cette séance de prière commune (Cadoux 1938 : 449 et sqq.).

29Il est vraisemblable que le théâtre antique de Smyrne a été abandonné au IVe siècle apr. J.-C. Après de longs siècles d’abandon, l’espace du théâtre antique a commencé d’être utilisé de nouveau pour certaines fêtes, notamment pour« Dana Bayramı » (fête du veau : fête traditionnelle des Afro-Turcs d’Izmir) à partir du XIXe siècle (Beşikçi 2011 : 96-98) et c’est pour cela que l’espace du théâtre a été appelé « Dana Meydanı » (place du veau) ou « Tamaşalık » (terrain de spectacle).

Fragments de sculpture découverts dans le secteur du théâtre de Smyrne, contextes

30Lors des fouilles du bâtiment de scène, une galerie qui s’étend côté orchestre et une série de pièces attenantes faisant partie du plan du rez-de-chaussée, ont été mis au jour. La frise décorée d’un masque juvénile, SMYRNA. 4181 (Figs. 22-24), et un fragment de statue montrant un pied droit (Fig. 28) ont été découverts lors des fouilles de la galerie, mais en remploi, dans le soubassement d’un bâtiment ottoman tardif dont les fondations descendent jusqu’au niveau romain (Fig. 25).

Fig. 25 : État de trouvaille de la frise

Fig. 25 : État de trouvaille de la frise

31Le fragment de femme drapée SMYRNA.4087 (Fig. 26) a aussi été trouvé en remploi, dans le mur de soubassement d’une maison bâtie sur le paraskeion et datant du début de l’époque de la République turque (première moitié du XXe siècle) (Fig. 27).

Fig. 27 : État de trouvaille de SMYRNA 4087

Fig. 27 : État de trouvaille de SMYRNA 4087

32De la même façon, le fragment de tête SMYRNA.4073 (Fig. 29) était aussi remployé dans la construction d’un mur ottoman tardif qui se situait sur la pièce 2 du bâtiment de scène.

Étude

Bloc de frise ionique, masque et guirlandes. SMYRNA. 4181. H. 29, 8 cm ; L. 57, 9 cm ; ép. 37 cm. (Figs. 22-24)

Figs. 22-24. Bloque de frise ionique SMYRNA 4181

Figs. 22-24. Bloque de frise ionique SMYRNA 4181

33Ce bloc de frise ionique n’est pas conservé sur la face latérale gauche, brisée sur toute sa hauteur. Toute la face avant est affectée par de multiples épaufrures. Le bandeau supérieur, est arraché sur toute sa longueur. La face latérale droite est couverte de traces de coup de ciseau grain d’orge. Elle présente un cadre d’anathyrose de 10 cm de largeur. Le lit de pose, couvert de traces de ciseau grain d’orge, est doté d’une mortaise carré de 3 cm de côté. Le lit d’attente du bloc, couvert de traces gradine à dents fines, est quant à lui équipé de saignées pour deux crampons latéraux, longues de 10 cm et pour deux crampons à l’arrière, longues de 13 cm, ainsi que d’un trou de louve.

34Le bloc est couronné par un bandeau haut de 6 cm, dont l’éventuel décor n’est pas conservé. Un mince cavet fait la transition avec le champ sculpté, bordé en partie inférieure par un simple listel en retrait. Un visage à l’ovale allongé en occupe toute la hauteur, coiffé d’un bonnet phrygien, bien reconnaissable à son sommet recourbé et ses deux pans tombant de part et d’autre de la tête. Sur l’avant de la tête, l’étoffe du bonnet dessine un pli transversal, de droite à gauche. Quelques mèches courtes s’échappant du couvre-chef sont encore visibles sur la tempe droite. Celles de la tempe gauche sont arrachées. Les yeux, très ronds, sont marqués par une pupille circulaire forée au trépan. La forme particulière des yeux, cernés par de profonds creusements, soulève une question : s’agirait-il en fait de la représentation d’un masque scénique ? L’état de surface du visage limite malheureusement les observations qui permettraient de trancher l’ambiguïté entre simple visage et masque. Toutefois, deux petites lignes incisées de part et d’autres des pupilles confortent l’hypothèse d’une représentation de masque. La bouche est arrachée mais les commissures des lèvres, légèrement tombantes sont encore bien visibles, marquées par un coup de trépan net. De part et d’autre du sommet du bonnet part une guirlande formée par un généreux culot d’acanthe dont s’échappent des feuillages. Les multiples éclats affectant les deux guirlandes empêchent de vérifier si elles sont chargées de fruits.

35Plusieurs personnages portent le bonnet phrygien durant l’Antiquité : Mithra, Attis, Artémis Bendis, Pâris… Le visage allongé du présent exemplaire, aux mâchoires peu anguleuses, pourrait être celui d’une divinité féminine ou d’un personnage masculin juvénile. Il serait donc permis d’hésiter notamment entre Artémis Bendis, Attis et Pâris jeune. Les mèches courtes s’échappant du bonnet font davantage penser à un personnage masculin. S’il s’agit bien d’un masque scénique, les jeunes Attis ou Pâris paraissent les identifications les plus vraisemblables.

  • 15 Voir Chaisemartin, 2006.
  • 16 Voir Chaisemartin, 1989, 1996 et 1998 : 265-267.

36Ce type de décor de frise est bien connu en Asie Mineure. À Pergame, une frise de masques scéniques, datée vers 100 av. J.-C., décore notamment la porte sud du théâtre. Aphrodisias a livré trois séries importantes de frises à masques ou à visages. Les blocs de frise ionique du théâtre, datés vers 30-28 av. J.-C., comme ceux de la frise ionique du propylon du Sébastéion, datés du premier quart du Ier siècle, sont décorés de masques scéniques, sans guirlande les joignant15. Ceux du « Portique de Tibère », c’est-à-dire de la place à portiques méridionale de la cité, qui fonctionnait probablement comme un gymnase dans un premier temps, sont datés entre le règne de Tibère et le milieu du IIe siècle. Ils sont cette fois-ci ornés de guirlandes entre des têtes très variées : des portraits de dynastes, des têtes reprenant des types statuaires classiques célèbres (notamment côté nord), ainsi que des masques de théâtre (notamment au portique sud)16. Il faut ajouter à cette série la frise ionique de l’« Agora Gate », marquant le passage entre le complexe du Portique de Tibère et le cardo maximus, décorée elle aussi de masques de théâtre, sans guirlande, datée du milieu du IIe siècle (avec plusieurs phases de réparations). Les blocs de frise de ce complexe constituent un vaste corpus, étudié par Nathalie de Chaisemartin à plusieurs reprises. À Smyrne, il est encore trop tôt pour avancer de solides hypothèses quant à la fonction d’une frise ionique dont seul le présent bloc atteste l’existence : décor du théâtre ou d’un portique voisin ? Par comparaison avec le corpus des frises à têtes ou masques d’Aphrodisias, l’exemplaire de Smyrne pourrait bien être issu des ateliers fort dynamiques de cette cité de l’arrière-pays. Il semble plus proche des exemplaires aphrodisiens du milieu du IIe siècle de notre ère que de ceux de l’époque julio-claudienne, de style néoclassique. Le traitement simplifié des commissures des lèvres ou encore des feuillages des guirlandes conforte cette proposition de datation, qui demande à être confirmée par de nouvelles découvertes en contexte.

Fragment de statue féminine, SMYRNA.4087. H. ; L. ; ép. (Fig. 26)

Fig. 26 : Fragment de statue féminine SMYRNA 4087

Fig. 26 : Fragment de statue féminine SMYRNA 4087

37Toute la partie supérieure de la statue manque, ainsi que le bas des jambes, les pieds et la plinthe. Le revers de l’œuvre a été aplani pour faciliter son remploi. L’épiderme du marbre est couvert d’épaisses concrétions et de multiples éclats. Le personnage féminin, en appui sur la jambe gauche, hélas trop fragmentaire pour être identifié, porte une tunique à rabat et un himation visible le long des jambes et au revers de la statue. Le rabat de la tunique, dont la limite inférieure est soulignée par une ligne soigneusement gravée, forme des plis en serviette convergeant vers le centre du bassin et dessinant des motifs appelés parfois par conventions des « plis en trompette ». La tunique, plaquée sur les jambes, forme quelques fines arêtes de pli sur les cuisses. Le modelé des genoux est perceptible sous l’étoffe. Entre les jambes, le vêtement forme trois plis tuyautés, accompagnant en partie inférieure le mouvement de la jambe libre. De part et d’autre des jambes, les chutes du manteau sont brisées du côté de la jambe libre mais dessinent encore trois longs plis verticaux superposés le long de la jambe portante. Contre la cuisse gauche un arrachement indique que le personnage devait tenir un pan de son manteau ou un attribut indéterminé. Au revers, le manteau forme de grands plis courbes superposés nappant toute la silhouette.

38Ce fragment de petite statue féminine est caractéristique des productions locales de l’époque impériale, très empreintes de modèles hellénistiques. Autant que l’on puisse en juger sans la tête, l’œuvre date du courant du IIe siècle apr. J.-C.

Fragment de statue féminine, pied droit et tunique, SMYRNA. 4181. H. 27 cm ; L. 42 cm ; ép. 16, 5 cm. (Fig. 28)

Fig. 28 : Fragment de statue, bas de tunique et pied droit. SMYRNA 4181

Fig. 28 : Fragment de statue, bas de tunique et pied droit. SMYRNA 4181

39Le fragment montre le bas d’une tunique, un pied droit nu, tourné vers l’extérieur, correspondant à la jambe libre du personnage représenté, ainsi que la plinthe de la statue, piqueté à la pointe sur sa tranche. La facture et l’orientation des plis de la tunique ainsi que l’échelle du fragment permettent d’envisager que ce fragment constitue la partie inférieure la statue féminine SMYRNA 4087 (Fig. 26). Toutefois, le raccord ne se fait pas exactement bruch am bruch et les deux fragments, certes découverts en contexte secondaire, ne proviennent pas de murs modernes construits à la même époque.

Fragment de portrait, dynaste ? Smyrna 4073. H. 19, 1 cm ; L. 23, 4 cm ; ép. 14 cm. (Fig. 29)

Fig. 29 : Fragment de portrait de dynaste SMYRNA 4073

Fig. 29 : Fragment de portrait de dynaste SMYRNA 4073
  • 17 Pour les rainures sculptées dans la chevelure afin d’accueillir une couronne ou un diadème royal, s (...)

40Ce fragment de tête masculine légèrement plus grande que nature revêt un intérêt tout particulier malgré son état de conservation. Tout l’arrière de la tête, la partie gauche du visage et sa partie droite à partir du milieu de l’œil manquent. Malgré l’état très lacunaire de l’œuvre, il semble permis d’y reconnaître un fragment de portrait hellénistique. Le personnage est coiffé en mèches courtes au-dessus du front, puis plus longues vers le sommet du crâne, balayées vers la gauche. Son front est bas, animé par un léger bourrelet au-dessus du taurus supra orbitaire. L’arête de l’arcade sourcilière gauche, régulièrement arquée, est douce. La paupière est fine, le globe oculaire lisse. Quand bien même le visage est peu conservé, ce qui en subsiste donne l’impression d’un portrait. Une impression corroborée par un aspect technique particulier : dans les cheveux, un sillon lisse est sculpté 5 mm en retrait. Il est doté de petits trous de goujon irrégulièrement espacés, de 4 mm de diamètre au maximum. Quatre sont conservés. La chevelure était donc ceinte d’un bandeau rapporté en métal, vraisemblablement en bronze. L’œuvre pourrait donc représenter un dynaste portant le diadème royal17.

  • 18 Voir, entre autres, la tête de dynaste du musée archéologique de Cos, inv. 9, le torse du gymnase d (...)

41Ajoutons un autre trait technique : au-dessus de la tempe gauche, 2 cm en retrait du sommet du front, un plan de 8 cm de largeur conservée a été soigneusement préparé au ciseau, couvert de stries gravées à la pointe fine et doté d’un trou de goujon de 3 cm de diamètre. Il s’agit d’un plan ménagé pour une pièce rapportée dans la chevelure. Il peut s’agir d’une restauration antique ou d’un ajout conçu dès la création du portrait. Rapporter une partie du crâne et de la chevelure peut paraître inutile mais un certain nombre d’autres exemples sont bien connus, aux époques hellénistique et impériale18.

  • 19 Musée de Selçuk, inv. 1846. Tête portant une couronne de laurier en marbre ; longtemps identifié co (...)

42Le visage est bien trop fragmentaire pour qu’une identification du dynaste puisse être avancée. La facture du front et de la chevelure pourrait correspondre à un travail du IIIe ou du IIe siècle av. J.-C. Le type de coiffure, à mèches balayées sur le côté, fait penser aux portraits micrasiatiques du milieu du IIe siècle av. J.-C., comme la tête d’Éphèse dite de Lysimaque19. Dans le contexte de Smyrne, il pourrait s’agir d’un prince séleucide ou plutôt attalide.

7. Altınpark et le fragment de stèle funéraire hellénistique

43Dans les limites de la ville antique de Smyrne, contrairement à l’architecture monumentale encore présente sur l’Agora civique de la ville, les vestiges des maisons et des quartiers d’habitat sont assez restreints. Nos connaissances à propos de ces quartiers sont fondées sur l’étude de deux secteurs archéologiques dans les limites du quartier moderne de Basmane, dont la zone archéologique d’Altınpark (Fig. 30) (Ersoy 2015 : 139 et sqq.).

Fig. 30 : Zone archéologique d’Altınpark. Vue générale

Fig. 30 : Zone archéologique d’Altınpark. Vue générale

Archives des fouilles de Smyrne

44Lors des fouilles menées à Altınpark, les vestiges d’au moins deux maisons d’époque romaine ont été mis au jour. Ces maisons, qui avaient été construites après l’époque augustéenne d’après les données archéologiques, se trouvaient au voisinage de la porte est de la ville et du départ de la route qui reliait Smyrne à Pergame et à Sardes. À l’époque hellénistique, des nécropoles devaient longer cette route. Grâce aux découvertes de ces dernières années, on a pu comprendre que cet espace qui s’est longtemps trouvé en dehors des murs de la ville et devait être occupé par des nécropoles à l’époque hellénistique, a commencé d’être habité après le règne d’Auguste, au cours de l’époque impériale, en fonction de l’expansion de la ville. Notons toutefois que, pour l’heure, aucune tombe hellénistique n’a été découverte en contexte.

45À partir du VIIe siècle apr. J.-C., comme dans d’autres villes antiques de la région, les mesures de sécurité prises à Smyrne avaient nécessité un rétrécissement de la ville vers l’intérieur des murailles, ce qui avait provoqué l’abandon de la zone d’Altınpark. L’activité a ensuite repris au Xe siècle avec la construction de certains bâtiments commerciaux. Plusieurs outils liés à l’activité du tissage montrent que jusqu’au XIIIe siècle au plus tard, le quartier était occupé par des ateliers textiles, ce qui est parfaitement corroboré par le nom actuel du quartier “Basma-hane” (maison de tissu imprimé), un nom qui porte en fait aussi la mémoire des usines de tissus imprimés du XIXe siècle. Si l’activité commerciale fut dense dans le quartier de Basmane au XIXe siècle, la zone archéologique d’Altınpark fut moins bouleversée car elle fut transformée à cette époque d’abord en cimetière musulman, puis fut en partie occupée par des bâtiments de service ainsi que par une salle de mariage appartenant à la mairie de Konak, construits lors du XXe siècle.

46Le fragment de stèle funéraire qui appartient donc probablement aux nécropoles de l’époque hellénistique, a été découvert en 2008 dans le remblai byzantin à Altınpark, qui date des XIe-XIIIe siècles apr. J.-C. Il devait être utilisé comme spolia dans la construction d’un mur de cette époque. On a d’ailleurs trouvé des résidus de ciment sur le fragment (Fig. 31). À la suite de son premier usage à l’époque hellénistique, la stèle funéraire n’a pas seulement été réutilisée à l’époque byzantine mais aussi bien avant, à l’époque romaine, comme l’indique une courte inscription qui se trouve à son revers.

Fig. 31 : État de découverte de la stèle lors des fouilles

Fig. 31 : État de découverte de la stèle lors des fouilles

Étude

Stèle funéraire hellénistique. H. 115 cm ; L.53 cm ; ép. 5, 15 cm. (Fig. 32)

Fig. 32 : État de découverte de la stèle. Détail

Fig. 32 : État de découverte de la stèle. Détail

47La stèle funéraire a été retaillée en partie supérieure si bien que le haut du champ sculpté et le couronnement manquent aujourd’hui. Les bandeaux latéraux sont arrachés, tout comme la partie gauche de la plinthe. La saillie du relief, notamment de la tête des personnages principaux, a subi le même sort. Le monument funéraire a été pratiquement affranchi sur sa face, vraisemblablement lorsqu’il a été remployé au revers pour recevoir une inscription de l’époque impériale, maladroitement gravée sur quatre lignée assez irrégulières (voir infra).

48Dans le champ sculpté en bas-relief, à droite, un homme vêtu d’un chiton et d’un himation drapé sur les épaules et les jambes est assis de léger trois-quarts vers la gauche. Il pose les pieds, chaussés de sandale, sur un large marchepied. Son siège, garni d’un épais coussin, se distingue par un pied en forme de patte de lion, agrémenté d’une volute. L’homme tient dans la main droite un rouleau, un volumen, et serre de la main gauche la main droite d’un homme debout devant lui, de plein profil vers la droite, vêtu d’un chiton et d’un himation drapé sur l’épaule gauche. Derrière ce dernier, un jeune serviteur, figuré plus petit par convention, est vêtu d’une tunique courte ceinturée à la taille et d’une grande chlamyde accrochée à l’épaule droite. Il lève la tête vers le cheval qu’il tient par une bride qui devait être peinte. Seule la partie antérieure de l’animal, de profil vers la droite, émerge du bandeau gauche de la stèle : en sont visibles la tête, le poitrail harnaché, la jambe antérieure droite. Il s’agit donc d’une scène de dexiosis : le défunt, assis, fait ses adieux à un membre de sa famille. Le geste souligne aussi les liens qui les unissent. Le siège relativement luxueux et le volumen que tient le défunt indiquent par de simples codes son statut social : il est présenté comme un riche citoyen lettré. La présence du cheval répond aussi à une convention bien établie en Asie Mineure : le citoyen est un cavalier ou veut en tout cas paraître ainsi. Par assimilation au Héros cavalier, il se trouve implicitement héroïsé lui-même. Cette façon économe de montrer une partie du cheval sans guère modifier la largeur du champ sculpté et de la stèle, est typique des stèles ioniennes de l’époque hellénistique.

  • 20 Voir, entre autres, Laugier, 2017 : 224-229.
  • 21 Voir notamment Pfuhl et Möbius, op. cit., 224-226, n° 863-869, pl. 126-128 : stèles de Smyrne, d’Ép (...)
  • 22 Musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Ma 3298 ; British Muse (...)
  • 23 Pour une stèle montrant une scène de dexiosis et un cheval de profil, voir l’exemplaire du British (...)

49Comme le sommet de la stèle manque, il convient d’être prudent pour reconstituer sa forme et envisager son atelier de fabrication. Le monument funéraire était très vraisemblablement couronné par un fronton triangulaire. Peut-être celui-ci était-il séparé du champ sculpté par un bandeau orné de couronnes honorifiques en très bas-relief, où le nom du ou des défunts était indiqué selon la formule « le peuple honore », suivi du nom du défunt à l’accusatif. Si tel était bien le cas, la stèle serait alors sûrement une production de Smyrne ou de sa région : ce type d’organisation de la stèle y est en effet très courant, voire la règle20. Quoi qu’il en soit, il paraît vraisemblable qu’il s’agit d’une production locale de ce type. Certes, les scènes de dexiosis montrant un homme assis serrant la main d’un homme debout, attestées en Asie Mineure par une dizaine d’exemplaires21, ne sont pas les plus courantes à Smyrne, où les monuments funéraires présentant les défunts debout et juxtaposés sont beaucoup plus nombreux. Toutefois, elles y sont au moins connues par un exemplaire conservé au Louvre et une stèle assez similaire à celle d’Altınpark, attribuée aux ateliers smyrniotes, aujourd’hui au British Museum22. Ces deux exemplaires smyrniotes ne présentent pas de cheval de profil mais l’ajout de celui-ci pour ennoblir symboliquement le défunt est une pratique courante en Asie Mineure occidentale, un code bien répandu, qui ne distingue ou ne discrimine pas particulièrement tel ou tel atelier local23.

50Le travail de sculpture, la qualité des détails représentés et du modelé des drapés, font de ce petit monument funéraire un exemplaire assez soigné, typique de la période durant laquelle les ateliers de Smyrne et de sa région, étaient particulièrement dynamiques, au IIe siècle avant J.-C. L’état de conservation de la stèle ne permet pas de préciser davantage cette datation.

L’inscription au revers de la stèle d’Altınpark (Fig. 33)

Une contribution de Laura Favreau, Musée du Louvre

Fig. 33 : La face et le revers de la stèle funéraire de Smyrna, découverte à Altınpark. 2e siècle avant J.-C

Fig. 33 : La face et le revers de la stèle funéraire de Smyrna, découverte à Altınpark. 2e siècle avant J.-C

51Une inscription, peu soignée, est gravée au dos de la stèle ; elle se déploie sur quatre lignes.

52Une partie de la première ligne de l’inscription a été perdue dans une cassure due au creusement du haut de la stèle : l’inscription a donc vraisemblablement été gravée après que la stèle a été recoupée, mais avant que sa partie supérieure ait été retaillée.

Alpha à barre oblique, epsilon et sigma lunaires. Lettres sans apices.

Lecture d’après photographie :

Αὐρηλία Ϲ̣Δ̣ [- - - - -] κ̣α̣τ̣εϲκε-
ύαϲε ẸAY καὶ ΑΝ ΜΟΥ καὶ
τέκνοιϲ καὶ ἐγόνοιϲ
καὶ ἀπελευθέροιϲ.

Aurélia [cognomen ?] a fait construire (le monument) [- - - -]
pour ses enfants, ses descendants et ses affranchis.

53L. 1 : lacune de cinq ou six lettres.

54L. 2 : le texte est difficile à lire. Les quatre premières lettres sont assurées. La cinquième est une lettre lunaire, ϵ ou ϲ. Le kappa (huitième lettre) n’est pas net. La onzième lettre est angulaire, Α ou Λ. Pour la douzième lettre, on distingue deux hastes verticales et une haste transversale légèrement inclinée, il peut s’agir d’un H ou d’un N.

55L. 3 : ἐγόνοις pour ἐκγόνοις (cf. ISmyrna 202, 204, 293)

56Dans la lacune de la première ligne était probablement indiqué le cognomen ; un terme désignant le monument (μνημεῖον, ἐνσόριον ou καμάρα sont attestés dans les inscriptions de Smyrne) pourrait aussi avoir figuré à cet emplacement puisqu’il n’apparaît pas ailleurs dans l’inscription, mais cette hypothèse est moins vraisemblable.

  • 24 Dans une inscription funéraire de Pisidia datée du IIIe siècle, on rencontre γυ pour γυ(ναικί) (SEG(...)

57À la deuxième ligne, il peut s’agir d’une abréviation pour ἑαυ(τῇ) καὶ ἀν(δρί) μου (pour elle-même et mon mari), ce qui serait attendu dans un tel formulaire ; néanmoins, nous ne connaissons pas d’autre attestation pour cette abréviation24. La cohabitation entre un verbe à la troisième personne et un pronom de première personne, bien que maladroite, est attestée dans une inscription de Lycie (TAM II 990).

58Le formulaire de l’inscription est très bref : aucun terme ne désigne le monument alors que c’est le cas dans la plupart des inscriptions funéraires au formulaire proche de Smyrne (à moins de considérer que le cognomen de la défunte est absent, ce qui paraît peu vraisemblable). S’il s’agit bien, à la deuxième ligne d’une abréviation pour ἀνδρί, ce terme n’est pas précédé de l’article, alors qu’il l’est pratiquement toujours dans les inscriptions de Smyrne, et le nom du mari n’est pas non plus donné. Cette brièveté et ces abréviations, qui ne sont pas dues à un manque d’espace pour la gravure, donnent l’impression, renforcée par la médiocrité de la gravure, que l’épitaphe a été peu soignée.

59Le nom Αὐρηλία est attesté à Smyrne au IIe siècle de notre ère sur des inscriptions funéraires (ISmyrna 243, 251 par exemple) ; il n’est pas attesté en Asie mineure avant l’époque impériale, on le rencontre essentiellement au IIe siècle ap. J.-C., après Marc-Aurèle, et au IIIe siècle, après la constitution antonine de 212/213.

60Ces différents éléments incitent donc à dater cette inscription de l’époque impériale, probablement de la deuxième moitié du IIe siècle ou du début du IIIe siècle.

61Cette épitaphe recouvre une inscription plus ancienne, gravée sur toute la surface de la stèle, longue de 9 lignes environ. La gravure en était plus régulière, avec des lettres à apices, un peu plus hautes, dont on aperçoit quelques traces. Nous ne parvenons pas à en lire suffisamment pour déterminer la teneur du texte. Elle a été piquetée, sans que la stèle ait ensuite été préparée pour recevoir la nouvelle inscription.

Haut de page

Bibliographie

Bean, G. E., 1997 : Eskiçağda Ege Bölgesi, traduit en turc par İnci Delemen, Arion Yayınevi, İstanbul.

Beşikçi, O., 2011 : Basmane, İzmirim Dizisi No : 29, İzmir, Heyamola Yayınları.

Berg, O., Walter, O., 1932 : İzmir’de Roma Tiyatrosu, Asar-ı Atika Muhipleri Cemiyeti, İzmir.

Cadoux, C. J., 1938 : Ancient Smyrna, Oxford, Basil Blackwell.

de Chaisemartin, N., 1989 : « Le « portique de Tibère » à Aphrodisias : Problèmes d’identification et de fonction », Revue des Études Anciennes 91, 3-4 : 23-45.

de Chaisemartin, N., Lemaire, A., 1996 : « Le Portique de Tibère : recherche sur son architecture et sa fonction », Dans : Roueché, C. and Smith, R.R.R. (dir.), Aphrodisias Papers III, Ann Arbor : 149-172.

de Chaisemartin, N., 1998 : « Mission française d’Aphrodisias. Aperçu de la recherche en cours », Anatolia Antiqua, 6 : 203-225.

de Chaisemartin, N., 2006/1 : « La frise ionique à masques scéniques du Propylon du Sébasteion d’Aphrodisias », Revue archéologique 41 : 33-82.

Doğer, E., Aytaçlar, M. N., Ersoy, A., Tozan, M. (eds.) 2014 : İzmir Kent Ansiklopedisi (Eskiçağ ve Ortaçağ Arkeolojisi Cildi), İzmir Büyükşehir Belediyesi Kent Kitaplığı, İzmir.

Ersoy, A. 2015 : Büyük İskender Sonrasında Antik Smyrna/İzmir, İzmir : 139 et seq.

Ersoy, A., Laugier, L. 2011 : « Quatre sculptures récemment découvertes dans les fouilles de Smyrne », Anatolia Antiqua XIX : 321-328.

Gehn, U., 2012 : Ehrenstatuen in der Spätantike. Chlamydati und Togati, Wiesbaden.

Hasselin Rous, I., Laugier, L., Martinez, J.-L. (dir.) 2009 : D’Izmir à Smyrne. Découverte d’une cité antique, exposition Musée du Louvre, 11/10/2009-18/01/2010, Paris : 64-79.

ISmyrna = Georg, P., 1990 : Die Inschriften von Smyrna, Bonn, R. Habelt, coll. « Inschriften Griechischer Städte aus Kleinasien », n˚ 24, vol. II,1, 337 p.

Kalinka, E. (ed.), 1920-1944 : Tituli Asiae Minoris, II. Tituli Lyciae linguis Graeca et Latina conscripti, 3 fasc. Vienne.

Laugier, L., 2017: « The Characteristics of Smyrnaean Stela; Interpretations and New Attributions », Dans: Smyrna / İzmir, Kazı ve Araştırmaları II: 223-232.

Laugier, L., 2019 : « Entre stéréotypes et individualisation, la notion relative du portrait appliquée au corpus des stèles de Smyrne », Dans : Boschung, D. et Queyrel, F. (dir.), Morphomata, 40, Das Porträt als Massenphänomen / Le portrait comme phénomène de masse, Brill : 147-167, pl. 1 et 2.

Pfuhl, E., Möbius, H., 1977-1979 : Die ostgriechischen Grabreliefs, 2 vol. , Mayence.

Pınar, İ., 2001 : Hacılar, Seyyahlar, Misyonerler ve İzmir, İzmir Büyükşehir Belediyesi Kültür Yayını, İzmir.

Pınar, İ., 2013 : İzmir’deki Roma Tiyatrosu, İzmir Büyükşehir Belediyesi Kent Kitaplığı, İzmir.

Queyrel, F., 2005 : L’Autel de Pergame : images et pouvoir en Grèce d’Asie (Antiqua, 9), Paris.

Robert, L., 1940 : Les gladiateurs dans l’Orient grec, Paris.

Robert, L., 1946 : « Monuments de gladiateurs dans l’Orient grec », Hellenica, Recueil d’épigraphie de numismatique et d’antiquités grecques 3 : 112-150.

Schmidt, S., 1991 : Hellenistische Grabreliefs. Typologische und chronologische Beobachtungen, Köln.

Smith, R.R.R., 1999: « Late antique portraits in a public context: Honorific statuary at Aphrodisias in Caria, AD 300-600 », Journal of Roman Studies 89: 155-89.

Texier, C., 2002 : Küçük Asya : Coğrafyası, tarihi ve Arkeolojisi, traduit en turc par Ali Suat, Ankara.

von Richter, O. T., 1822 : Wallfahrten im Morgenlande. Aus seinen Tagebüchern und Briefen dargestellt, Berlin.

Wilson, Sir C., 1895 : Handbook For Travellers In Asia Minor, Transcaucasia, Persia, Chapter 1, London, John Murray.

Zaphiropolou, Ph., 1998 : Délos.

Haut de page

Notes

1 Nous tenons à remercier Mme Gözde Sakar pour la traduction de cet article et toute l’aide qu’elle nous a aimablement apportée.

2 Voir, entre autres, l’exemplaire des Musées du Vatican et la série qui en découle, LIMC II, s.v. “Aphrodite”, p. 82-83, n° 736-739.

3 Pour les portraits déliens du premier siècle avant J.-C., voir Zaphiropolou 1998 : 168, 170, 171, n° 170, 172 et 173.

4 Voir Robert 1940 ; Robert 1946 : 112-150.

5 Voir notamment les stèles funéraires inédites, inv. 124, inv. 8625, inv. 343.

6 LIMC II, s.v. “Aphrodite”: 64-65, n° 541-545 et 76-77, n° 667-682

7 Musée de Selçuk, inv. 850/743 et sans n°.

8 Musée d’Aphrodisias, inv. 72-49, inv. 79/10/196, inv. 79/10/177. Pour les statues de cette période, voir notamment R. Smith 1999 : 155-89 ; U. Gehn 2012.

9 À cet ensemble de quatre statues et d’un buste de togatus, il faut ajouter deux chlamydati de la même période découverts à Aphrodisias (musée archéologique d’Istanbul, inv. no. 2265 et inv. no. 2266) et une série d’une dizaine de têtes, découvertes principalement à Aphrodisias mais aussi à Hiérapolis et à Éphèse.

10 Sur les stèles funéraires de Smyrne, voir Pfuhl et Möbius 1977-1979 ; Schmidt 1991 ; Hasselin Rous, Laugier et Martinez (dir.) 2009 : 64-79 ; L. Laugier 2019.

11 Sur les reliefs grecs et romains, la cithare est surtout représentée de face. Les exemples de cithare de profil ou de léger trois-quarts sont plus rares pour des raisons évidementes de lisibilité. Voir par exemple la cithare d’Apollon du sarcophage d’Apollon et Marsyas, Musée du Louvre, Ma 2347.

12 Voir notamment le type statuaire de l’Apollon de Cyrène, British Museum, inv. 1861,0725.1.

13 Les Muses citharèdes sont bien connues pour les cuves de sarcophages, quelques reliefs et statuettes d’époque impériale. Voir au Louvre le sarcophage des Muses, Ma 475.

14 İzmir Kent Ansiklopedisi, (Encyclopédie de la ville d’Izmir), Asklepieion, Asklepios Kültü ve Tapınağı Maddesi (Asclépieion, Culte et Temple d’Asclépios par E. Doğer).

15 Voir Chaisemartin, 2006.

16 Voir Chaisemartin, 1989, 1996 et 1998 : 265-267.

17 Pour les rainures sculptées dans la chevelure afin d’accueillir une couronne ou un diadème royal, sans toutefois présence de trou de goujon, voir Queyrel 2005 : 180, n. 303. Pour Pergame, voir la tête dite de Diodoros Pasparos, musée de Bergama, inv. 3438 et la tête du Pergamon Museum inv. P 137; à Athènes, le portrait du Dionysion, musée national d’Athènes, inv. MN 3556; un portrait au Smith College Museum of Art, Northhampton, Mass., inv. 1925:8-1; le portrait du musée de Délos A 4148. Pour des trous de goujon liés à l’installation d’un diadème, voir le torse du stade de Pergame au musée d’Izmir, inv. 571. 

18 Voir, entre autres, la tête de dynaste du musée archéologique de Cos, inv. 9, le torse du gymnase de Pergame, au musée d’Izmir, inv. 571 ; la statuette d’Eumènes II en Héraclès inv. P. 168, la tête de dynaste inv. P 132, D. 130 ou encore la tête masculine inv. P. 136 de Pergame, toutes au Pergamon Museum.

19 Musée de Selçuk, inv. 1846. Tête portant une couronne de laurier en marbre ; longtemps identifié comme Lysimaque. Fr. Queyrel a proposé d’y reconnaître un possible portrait d’Attale II. Voir Queyrel 2005 : 236-238, pl. 37.

20 Voir, entre autres, Laugier, 2017 : 224-229.

21 Voir notamment Pfuhl et Möbius, op. cit., 224-226, n° 863-869, pl. 126-128 : stèles de Smyrne, d’Éphèse et de Cyzique. À cette série, il faut ajouter une variante, celle des hommes assis serrant la main de leur épouse débout, voir Pfuhl et Möbius, op. cit., 227, n° 872-877, pl. 129-131.

22 Musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Ma 3298 ; British Museum, Greek and Roman department, inv. 1805,0703.258.

23 Pour une stèle montrant une scène de dexiosis et un cheval de profil, voir l’exemplaire du British Museum provenant d’Éphèse, Pfuhl et Möbius, op. cit., p.226, n° 869, pl. 128.

24 Dans une inscription funéraire de Pisidia datée du IIIe siècle, on rencontre γυ pour γυ(ναικί) (SEG 57 1545).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Plan général de Smyrne à l’époque impériale. L’agora, le théâtre, le quartier de Basmane
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 2 : Fragment de statuette, Aphrodite pudique, SMYRNA 3651-A
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 7 : Vue générale des vestiges des maisons ottomanes sur la partie est de la Rue Nord. Carroyage du secteur
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Fig. 3 : Fragment de haut relief, personnage masculin, héros ? SMYRNA 4195-A
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 4 : Fragment de tête masculine, portrait ? SMYRNA 4195.B
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 5 : Fragment de bas-relief, stèle funéraire de gladiateur. SMYRNA 4199
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-6.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Fig. 6 : SMYRNA 3682
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Fig. 9 : État de découverte du buste SMYRNA 3945
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Titre Fig. 11 : Thermes romains. Vue générale
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig. 8 : Fragment de portrait en buste SMYRNA 3945
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-10.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Fig. 10 : Fragment de stèle funéraire, servante. SMYRNA 3709-A
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Fig. 12 : Fragment de statuette, Cybèle ? SMYRNA 3090-A
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 14 : Bains de Namazgah. Vue générale
Crédits Archives des fouilles de Smyrne
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 13 : Fragment de relief SMYRNA.4112
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Fig. 15 : Vue générale du théâtre après la démolition des bâtiments modernes
Crédits Archives des fouilles de Smyrne)
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Fig. 16 : L’entrée du vomitorium et une partie du mur d’analemma du théâtre de Smyrne à l’époque ottomane. Kadifekale (Mont Pagos) en arrière
Crédits Archives des fouilles de Smyrne
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 17 : L’emplacement du théâtre antique de Smyrne dans la première moitié du 20e siècle
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fig. 18 : Plan prévisionnel du bâtiment constitué à partir de l’étude de Walter et Berg
Crédits S. Alatepeli - Archives des fouilles de Smyrne
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 19 : Vue prise de cavea vers le proscene après les démolitions des bâtiments modernes
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig. 20 : Bâtiments modernes se trouvant sur le mur d’analemma avant les démolitions
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Fig. 21 : État des fouilles du théâtre à la fin de la campagne de 2017
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-21.png
Fichier image/png, 5,5M
Titre Fig. 25 : État de trouvaille de la frise
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre Fig. 27 : État de trouvaille de SMYRNA 4087
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Figs. 22-24. Bloque de frise ionique SMYRNA 4181
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-24.png
Fichier image/png, 4,4M
Titre Fig. 26 : Fragment de statue féminine SMYRNA 4087
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 28 : Fragment de statue, bas de tunique et pied droit. SMYRNA 4181
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Fig. 29 : Fragment de portrait de dynaste SMYRNA 4073
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 30 : Zone archéologique d’Altınpark. Vue générale
Crédits Archives des fouilles de Smyrne
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Fig. 31 : État de découverte de la stèle lors des fouilles
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 32 : État de découverte de la stèle. Détail
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 33 : La face et le revers de la stèle funéraire de Smyrna, découverte à Altınpark. 2e siècle avant J.-C
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/765/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Akın Ersoy et Ludovic Laugier, « Sculptures grecques et romaines de Smyrne, découvertes récentes »Anatolia Antiqua, XXVII | 2019, 57-75.

Référence électronique

Akın Ersoy et Ludovic Laugier, « Sculptures grecques et romaines de Smyrne, découvertes récentes »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVII | 2019, mis en ligne le 31 janvier 2022, consulté le 21 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.765

Haut de page

Auteurs

Akın Ersoy

Université Dokuz Eylül, Département d’archéologie classique
akin.ersoy@deu.edu.tr

Articles du même auteur

Ludovic Laugier

Conservateur du Patrimoine, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, Musée du Louvre
ludovic.laugier@louvre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search