Navigation – Plan du site

AccueilNumérosXXVIILabraunda 2018 : étude d’un poids...

Labraunda 2018 : étude d’un poids décoré et d’une couronne

Les apports de la conservation-restauration
Élisabeth Goussard, Raphaëlle Chevallier, Olivier Henry et Christophe Bost
p. 77-88

Résumé

Une unité de conservation-restauration a été intégrée à l’étude du mobilier métallique du site de Labraunda (Carie). Cette association poursuit deux objectifs : constituer un socle documentaire permettant l’exploitation scientifique d’un mobilier en partie inédit et mettre en œuvre les mesures de conservation des artefacts métalliques. Une méthodologie spécifique a été mise en place afin de conjuguer les apports des différentes spécialités. Les résultats de cette implication commune sont présentés à travers l’étude de deux objets exceptionnels issus de contextes de fouille différents : un poids en plomb décoré d’un motif de double hache (découvert en 2017 lors de la fouille menée à l’extérieur des bains Est) et une couronne hellénistique en os et alliage cuivreux dorés à la feuille (découverte anciennement, provenant de la maison terrasse).

Labraunda, mobilier métallique, conservation-restauration, méthodologie, poids antique, couronne hellénistique

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’étude du mobilier métallique mise en place depuis la saison 2017 sur le site de Labraunda a été pensée autour de deux axes de travail. Il s’agissait tout d’abord de constituer un socle documentaire permettant l’exploitation scientifique d’un mobilier en partie inédit. Il s’agissait également de mettre en œuvre des mesures de conservation à long terme des artefacts métalliques, afin d’en assurer la transmission.

2L’organisation de l’étude sur le site a permis d’optimiser la réalisation de ces deux axes grâce à l’implication commune des spécialités : la continuité de la chaine d’étude du mobilier, de sa découverte ou sa redécouverte à sa conservation en dépôt, en passant par son analyse, est assurée par l’unité de lieu et la réunion d’opérateurs partageant les mêmes objectifs. Une méthode de travail a été mise en place, qui, en exploitant des ressources diverses mais complémentaires, permet de révéler une importante part des informations portées par le mobilier métallique, directement sur le site. Cette méthode et ses résultats sont présentés ici à travers l’étude de deux objets originaux issus de contextes de fouille différents : un poids décoré en plomb découvert en 2017 et une couronne en os et alliage cuivreux dorés à la feuille, découvert en 1949 et remis au jour lors de l’inventaire général du mobilier métallique.

1. Présentation de la méthode

3La méthode de travail mise en place entre l’archéologue et le conservateur-restaurateur sur le site (Fig. 1) est directement liée à la mission d’analyse globale du mobilier métallique.

Fig. 1 : Méthode d’analyse des objets métalliques mise en place sur le site de Labraunda

Fig. 1 : Méthode d’analyse des objets métalliques mise en place sur le site de Labraunda

E. Goussard, R. Chevallier

Inventaire et analyse des besoins en conservation-restauration

4Afin de constituer le socle documentaire nécessaire à l’analyse, l’objet est dans un premier temps inventorié (Fig. 1). À cette occasion, les informations concernant le contexte de l’objet sont consignées, ses mesures sont prises et il est décrit. Ce premier examen permet également d’identifier les besoins en conservation-restauration pour chaque objet.

5Parmi les informations appréhendables sur l’objet métallique à ce niveau de conservation, la présence ou non à sa surface de restes organiques minéralisés constitue le premier point à interpréter avant la poursuite de l’étude. Ces restes (fibres végétales, textile, cuir, fourrures ; Fig. 2), marqueurs de l’environnement direct de l’objet métallique au moment de son abandon, sont en effet très fragiles et leur analyse doit être réalisée en amont de toute autre manipulation (Proust 2006). Les conclusions de leur observation viennent ensuite compléter le faisceau d’informations nécessaires à la détermination des objectifs de l’intervention de conservation-restauration.

Fig. 2 : Types de restes organiques identifiés sur le site, photographies sous loupe binoculaire

Fig. 2 : Types de restes organiques identifiés sur le site, photographies sous loupe binoculaire

E. Goussard

6La détermination de ces objectifs nécessite une bonne connaissance des types d’objets, de leurs matériaux constitutifs et leurs altérations, ainsi que des différents moyens existants permettant de révéler les informations discrètes qu’ils contiennent. La collaboration entre opérateurs initiés aux méthodes propres à chaque spécialité est ici déterminante : elle permet de cibler les outils et traitements les plus appropriés aux objectifs de l’étude archéologique.

Intervention de conservation-restauration

7L’intervention de conservation-restauration est menée selon le protocole propre à la discipline : tout traitement a pour préalable un constat d’état et un diagnostic des altérations de l’objet. Cette étape permet de préciser encore les détails des opérations à mettre en œuvre. Ce protocole a pour aboutissement la constitution d’une documentation précise des actes réalisés et des choix méthodologiques effectués. Les conclusions de cette documentation viennent ensuite nourrir l’analyse de l’objet par l’archéologue (Guillaumet 2003).

8Parmi les traitements de conservation-restauration souvent nécessaires à l’étude des objets, la recherche approfondie de leur forme constitue l’opération la plus cruciale, garante de la juste analyse par l’archéologue. Elle consiste généralement en la mise en évidence de la limite de leur surface d’origine par des moyens mécaniques (abrasion des sédiments et produits de corrosion réalisée sous loupe binoculaire au moyen d’aiguilles, de scalpels, par microsablage ou meulettes montées sur microtour) ou physico-chimiques (solubilisation, transformation des produits de corrosion par réaction chimique). Par ses procédés d’investigation, cette recherche s’apparente à une fouille, envisagée à l’échelle de l’objet, où l’analyse morphologique passe par la reconnaissance de la stratigraphie de sa corrosion (Bertholon 2000). La mise au jour de la strate support de la surface de l’objet et de ses éventuelles traces de fabrication et d’utilisation, permet son identification fine et participe à la recomposition de son histoire matérielle avant enfouissement.

Identification et interprétation de l’objet

9Suite à l’intervention de conservation-restauration, une documentation graphique complète de l’objet peut être effectuée. La corrélation des éléments mis en évidence au cours de l’étape d’inventaire et lors du traitement de conservation-restauration, associée à cette documentation, permettent d’établir une comparaison fiable avec les typo-morphologies et typo-chronologies de référence. Une identification de l’objet peut alors être proposée (Fig. 1).

10L’analyse est ensuite élargie aux informations qui concernent le contexte de découverte. Les stigmates de traitements pré-dépositionnels (passage au feu, bris), ou les traces d’exposition à l’air libre (brindilles minéralisées dans les produits de corrosion) sont confrontés à la documentation de fouille disponible. L’objectif étant d’enrichir – grâce à ces données et aux informations typologiques et chronologiques mises en évidence – l’interprétation du contexte

Conservation de l’objet

11La prise en charge de l’objet par le conservateur-restaurateur ne s’arrête pas à l’identification et la mise en évidence de son potentiel informatif. Elle continue après l’intervention par la mise en place de moyens de conservation à long terme, afin d’assurer la transmission des données matérielles aux chercheurs. Ces moyens peuvent être directement mis en œuvre sur l’objet (stabilisation de la corrosion, application d’un film de protection, etc.) ou toucher son environnement, direct ou indirect, dans son lieu de conservation (de sa boîte de conditionnement au contrôle du climat dans le dépôt). Là encore la collaboration avec l’archéologue est importante pour la détermination des mesures à mettre en place et leur compatibilité avec une éventuelle poursuite de l’étude (comme la réalisation de prélèvements pour analyse, la planification d’éventuels remontages, le transport des artefacts vers un musée, etc.)

12Cette méthode de travail, mise en place afin de permettre et de pérenniser l’exploitation scientifique du mobilier, participe à une valorisation enrichie et durable des données sur les objets métalliques, bénéfique à l’ensemble du site.

2. Études de cas : le poids décoré et la couronne

2.1 Un poids en plomb décoré d’une double hache (n° ordre 726)

Contexte de découverte (C. Bost)

13Une opération de fouille a été menée en 2017 au niveau des bains Est du site. Elle visait à préciser les chronologies (relative et absolue) de la fontaine dorique dédicacée par Idrieus, mais aussi du bâtiment hellénistique précédent les bains romains (installés dans le courant du Ier siècle ap. J.-C.). À cette occasion, un poids en plomb décoré d’une double hache a été mis au jour. Il se trouvait au niveau de la tranchée de fondation extérieure du mur ouest des bains (MR6007 ; c.f. Bost in Henry et al. 2018 : 301-305).

Description

14L’objet est de forme quadrangulaire (52 x 49 x 8 mm) et sa masse est de 225,6 g (Fig. 3). Au centre d’une de ses faces se trouve un motif de double hache, mis en évidence grâce à l’élimination des sédiments durant l’intervention de conservation-restauration. Une marque se trouve sur la partie inférieure du motif de double hache. Elle a probablement été provoquée par un outil, mais le développement de la corrosion indique que cette altération est ancienne, peut-être survenue lors de la fabrication de l’objet ou de son usage.

Fig. 3 : Photographies du poids n° 726 (LAB17.EB.10029) après restauration

Fig. 3 : Photographies du poids n° 726 (LAB17.EB.10029) après restauration

R. Chevallier

15Le traitement a également permis de révéler la présence de deux clous traversant le poids. Leurs têtes circulaires, visibles sur le revers de la plaque de plomb, se chevauchent (Fig. 4). Seule la tige de l’un des clous est visible sur l’avers, celle du deuxième est en partie masquée par un amas de produits de corrosion du plomb qu’il a été décidé de laisser en place pour éviter toute éventuelle dégradation liée à son élimination. La mise en évidence des limites des surfaces d’origine sur les deux métaux a été menée par microsablage sous loupe binoculaire (Fig. 5).

Fig. 4 : dessin du poids n° 726 (LAB17.EB.10029)

Fig. 4 : dessin du poids n° 726 (LAB17.EB.10029)

Dessin et DAO C. Durak

Fig. 5 : Photographies du poids n° 726 (LAB17.EB.10029) avant et après traitement

Fig. 5 : Photographies du poids n° 726 (LAB17.EB.10029) avant et après traitement

R. Chevallier

16Des fibres végétales minéralisées ont pu être observées avant intervention, à l’œil nu et sous loupe-binoculaire. Ces restes minéralisés sont placés sur une seule face, en partie supérieure de l’objet, au-dessus du motif de hache (Fig. 6). Il s’agit de petits groupes de fibres végétales d’orientation diverses, pouvant s’apparenter à des brindilles. Leur présence indique que l’objet été en contact de ce type de végétaux au moment de son abandon.

Fig. 6 : Photographies sous loupe binoculaires des fibres végétales minéralisées sur le poids n° 726 (LAB17.EB.10029)

Fig. 6 : Photographies sous loupe binoculaires des fibres végétales minéralisées sur le poids n° 726 (LAB17.EB.10029)

E. Goussard

Interprétation

17La morphologie, le matériau et la masse de cet objet permettent de l’identifier comme un poids : les poids en plomb de forme carrée, comportant un décor sur l’avers, sont bien connus au Proche-Orient, notamment à partir de l’époque hellénistique (Gatier 2014 : 133 et 136). En effet, aux époques archaïque et classique, l’usage du bronze semble être majoritaire pour ce type d’objet. Dès l’époque hellénistique, il se raréfie au profit du plomb qui devient prédominant jusqu’au IVe siècle ap. J.-C. Ce matériau présente plusieurs avantages : il est facile à travailler (faible point de fusion, simplifiant le coulage et ductilité, facilitant la coupe) et rend aisé l’obtention d’un poids à la masse voulue (Gatier 2014 : 137).

18Ce poids est associé à deux clous en fer, qui le transpercent. Plusieurs hypothèses peuvent être émises sur cet assemblage. Il est possible d’envisager que ces clous aient été rajoutés pour modifier la masse de l’objet. Le rajout d’une masse métallique pour réguler le poids de ce type d’objet est une pratique connue (cf. objet n° 528 ; Fig. 7). Néanmoins, il s’agit généralement d’ajout de métal coulé (plomb, alliage cuivreux, or, argent) : le contrôle de la masse d’un tel métal étant plus facilement maîtrisable que celui d’un métal forgé, comme le fer de ces clous. Cependant, la masse totale ainsi obtenue – ainsi que les dimensions de notre poids – permettent de le rapprocher d’un poids en plomb de Lysimachea conservé au musée de Tekirdağ (inv. N° 16 ; 49 x 48 x 9 mm ; 227,3 g. ; Tekin 2014). O. Tekin a proposé d’identifier ce dernier comme un heminanaion (équivalent à une demi-mine de 454,6 g), en raison de sa masse et par comparaison à d’autres exemplaires proches (Tekin 2014 : 145-153). La proximité de la masse du poids du musée de Tekirdağ et de celui de Labraunda renforce l’hypothèse de l’ajout des clous en fer dans le but de réguler le poids de l’objet. Toutefois, il est également possible d’envisager que ces clous soient en position fonctionnelle et que le poids ait été fixé sur un élément (comme une pièce de bois). Le décor aurait alors été caché, peut-être en raison de son caractère symbolique.

Fig. 7 : Photographies du poids n° 528

Fig. 7 : Photographies du poids n° 528

C. Durak

19En effet, la double hache représentée à l’avers de ce poids est un élément signifiant. Comme le nom de la cité à laquelle ils sont rattachés ne figure généralement pas sur ce type de poids, ce sont les représentations qui les ornent qui permettent de les identifier. Le décor prend ainsi la forme de leurs emblèmes (Gatier 2014 : 139). Le choix de la double hache (Fig. 8) pourrait donc ici faire référence à la labrys de Zeus Labraundos, qui aurait donné son nom au site de Labraunda (Plutarque, Quest.Grecq. 45, Moralia 301F-302A).

Fig. 8 : Relevé par photogrammétrie du décor du poids n° 726 (LAB17.EB.10029)

Fig. 8 : Relevé par photogrammétrie du décor du poids n° 726 (LAB17.EB.10029)

C. Durak et E. Goussard

2.2 Une couronne en os et alliage cuivreux recouverts de feuille d’or (n° ordre 564)

  • 1 ) Nous remercions Pontus Hellström de nous avoir transmis les informations des carnets de fouilles (...)

20Au cours de l’inventaire et du reconditionnement du mobilier métallique des fouilles des années 1948 à 1960 (anciennement conservé au musée d’Izmir), un sachet, contenant plus de 300 fragments d’un objet doré à la feuille, a été découvert. Il était associé au marquage « 43/1949 », permettant de localiser sa provenance : la « maison terrasse » placée au sud du temple1 (Fig. 9).

Fig. 9 : Localisation de la maison terrasse au sein du site de Labraunda

Fig. 9 : Localisation de la maison terrasse au sein du site de Labraunda

Plan O. Henry

Contexte de découverte (O. Henry)

21Cet objet exceptionnel a été mis au jour en 1949, à l’interface des niveaux d’abandon et de destruction de la pièce 4 (est). En l’absence d’une analyse stratigraphique (rare à l’époque des fouilles), il est difficile de replacer cette trouvaille dans un contexte particulier. Il apparaît cependant qu’elle doit probablement appartenir à la phase d’effondrement de la toiture en terre de la maison terrasse et qu’elle proviendrait donc initialement de la plate-forme formée par cette toiture en avant de l’andrôn A, immédiatement au sud du temple (Fig. 9). Il est toutefois impossible de dire, dans l’état de nos informations, si cette couronne appartenait à un monument honorifique (voir l’exemple de la statue couronnée d’or dédiée à Olympichos par les Mylasiens, c.f. Labraunda 134 et 49 dans Isager, Karlsson 2008 : 39-52) ou si elle faisait partie d’une donation au sanctuaire.

Description

22Cette couronne est formée d’une armature de section en « D » (diamètre calculé : environ 25 cm), marquée en son centre par des perforations circulaires, dans lesquelles étaient passés et rivetées des tiges de section quadrangulaire (1,8 x 1,6 mm). Ces dernières sont prolongées par un départ de tôle, pouvant correspondre à des représentations de feuille (épaisseur de 0,45 à 0,2 mm). Un long fil, ainsi qu’un clou à tête en relief, sont associés à cet ensemble (Fig. 10 et Fig. 11).

Fig. 10 : Photographie d’une partie des fragments de la couronne n° 564

Fig. 10 : Photographie d’une partie des fragments de la couronne n° 564

E. Goussard

Fig. 11 : Éléments constitutifs de la couronne n° 564

Fig. 11 : Éléments constitutifs de la couronne n° 564

E. Goussard

23L’observation sous loupe binoculaire – au sein de l’unité de conservation-restauration – de ces éléments a permis d’identifier leurs matériaux constitutifs (Fig. 12). Les tiges, les fragments de tôle, le long fil et le clou sont en alliage cuivreux, doré à la feuille. En revanche, l’armature est en os, également doré. La partie spongieuse de l’os utilisé pour sa confection apparaît notamment au niveau des cassures. Des restes organiques minéralisés ont également pu être mis en évidence lors de cet examen : deux fragments associant armature et tige, ont livré des vestiges de fibres végétales. Ces dernières se présentent sous la forme de fibres ligneuses et parallèles et sont placées sous l’armature en os (Fig. 13). Les tiges transpercent cette couche et sont rivetées par-dessus. Cet élément végétal est donc vraisemblablement en position fonctionnelle (Fig. 14 et Fig. 15).

Fig. 12 : Éléments constitutifs de la couronne n° 564, photographiés sous loupe binoculaire

Fig. 12 : Éléments constitutifs de la couronne n° 564, photographiés sous loupe binoculaire

E. Goussard

Fig. 13 : Fibres végétales préservées sur la couronne n° 564, photographiées sous loupe binoculaire

Fig. 13 : Fibres végétales préservées sur la couronne n° 564, photographiées sous loupe binoculaire

E. Goussard

Fig. 14 : Relevé des restes organiques minéralisés sur un des fragments de la couronne n° 564

Fig. 14 : Relevé des restes organiques minéralisés sur un des fragments de la couronne n° 564

E. Goussard

Fig. 15 : Schéma de la construction de la couronne n° 564

Fig. 15 : Schéma de la construction de la couronne n° 564

E. Goussard

24L’altération la plus remarquable sur la couronne est la fragmentation généralisée de ses éléments constitutifs, offrant des fragments de taille centimétrique à infra-millimétrique. Les restes de feuille d’or et de tôle en alliage cuivreux présentent par ailleurs de nombreuses microfissurations et traces d’usure. Tous les éléments, métalliques ou osseux, sont également généralement déformés.

25Un important tri a été mis en œuvre pour aider à l’interprétation de l’objet et en faciliter l’éventuel remontage. Les fragments ont été organisés par grands types de restes : les éléments avec matériau osseux et fibres végétales, les fragments de tiges, les restes de tôle, les tiges avec départ de tôles. Plusieurs rapprochements ont été menés au sein de chaque groupe selon les dimensions et l’épaisseur des restes. Les fragments sans aucun indice morphologique ont été également rassemblés par dimensions et épaisseurs. Ce tri a permis de retrouver des contacts entre plusieurs fragments de tôles ainsi qu’entre plusieurs fragments osseux. La recherche de la limite de la surface d’origine a été menée par action mécanique sous loupe binoculaire. Les sédiments et produits de corrosion du cuivre situés sur la feuille d’or ont ainsi été ôtés sur plusieurs éléments, révélant au centre de certains fragments de tôle la probable présence d’un décor de nervure centrale (Fig. 16).

Fig. 16 : Trait en réserve dans la dorure, pouvant correspondre à la rainure centrale d’une représentation de feuille

Fig. 16 : Trait en réserve dans la dorure, pouvant correspondre à la rainure centrale d’une représentation de feuille

H. Frébault

Interprétation

26Cet objet appartient vraisemblablement au corpus des couronnes métalliques d’inspiration végétales, dont des exemplaires sont connus dans tout le monde grec : de la Thessalie à l’Italie, de Chypre à Rhodes et en Asie Mineure (Asderaki et Rehre 2002 : 17).

27La morphologie des fragments d’armatures, de feuilles et de tiges, ainsi que leur assemblage par rivetage, sont similaires à ceux de la couronne de myrte d’Aenea, conservée au musée archéologique de Thessalonique (MΘ 757028 , Fig. 17) et datée de la deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C (Roques 2014 (T2) : 14). Cette dernière est en effet formée d’une armature en os doré à la feuille. Elle est interrompue à l’arrière et percée de trous accueillant des feuilles de bronze dorées, originellement lancéolées. À la différence de l’exemplaire de Labraunda, cette couronne comporte également des baies en argile dorée, attachées aux tiges de bronze (Grammenos 2004 : 196). Le système de fixation des feuilles semble par ailleurs ne pas être tout à fait identique : les tiges ne sont pas directement rivetées à l’armature, mais sont retenues par de fines plaques en bronze (Roques 2014 (T1) :16).

Fig. 17 : Couronne de myrte d’Aenea, deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C., Musée archéologique de Thessalonique

Fig. 17 : Couronne de myrte d’Aenea, deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C., Musée archéologique de Thessalonique

MΘ 757028 ; Grammenos 2004 : 196

28Certains éléments de la couronne de Labraunda sont également absents de la couronne d’Aenea : le long fil en alliage cuivreux doré et le clou, pouvant servir de système de fermeture, ainsi que les fibres végétales à l’intérieur de l’armature. Pour le fil et le clou, plusieurs hypothèses sont envisageables : il peut tout d’abord effectivement s’agir d’un système de fermeture original ; il est également possible que ces deux éléments n’appartiennent pas à l’objet et lui aient été associés artificiellement lors de la fouille ou du conditionnement. Cependant, la présence de dorure à la feuille sur le long fil incite plutôt à les interpréter comme des éléments constitutifs de cet objet. Enfin, ces deux éléments pourraient appartenir à cette couronne, tout en ayant une autre fonction qu’un système de fermeture (par exemple comme éléments de fixation à un support).

29Pour ce qui est des fibres végétales, de tels restes ont notamment été relevés sur une couronne funéraire hellénistique provenant du cimetière de Démétrias en Magnésie (Asderaki et Rehre 2002 : 21). Elle a été découverte dans la sépulture 393 et est datée du IIe siècle av. J.-C. Les restes organiques, placés au revers d’une armature en plomb, avaient pour fonction d’assurer la bonne fixation des tiges en alliage cuivreux. En effet, des fibres végétales, probablement du lin, ont été préservées sur une petite partie de l’objet. Ces restes semblent être placés parallèlement aux tiges en alliage cuivreux, sur toute leur longueur et être fixés à leur extrémité par un nœud.

30La disposition des fibres de la couronne de Labraunda ne semblent pas être identique, puisqu’elles paraissent être placées parallèlement à l’armature et être traversées par les tiges (Fig. 14). Cependant, elles semblent remplir la même fonction : celles d’assurer la fixation et le maintien des tiges au sein de l’armature.

31Ainsi, la couronne découverte au sein de la maison terrasse de Labraunda peut être datée vers la fin du IVe siècle av. J.-C, en raison du type d’assemblage des différents éléments qui la composent, des matériaux utilisés et par comparaison avec la couronne de myrte d’Aenea du musée de Thessalonique. Elle constitue également, par les vestiges de fibres végétales qu’elle a livrées, un témoin privilégié pour l’étude de la fabrication de ce type d’objets.

32Ces observations invitent à poursuivre les recherches sur le contexte de sa découverte, afin d’identifier la structure qui la contenait. En effet, deux autres couronnes (fragmentaires) ont été découvertes en 2007 sur le site de Labraunda (Fig. 18). Toutes deux sont en or et ont été découvertes au sein de la Nécropole. La première (n° ordre 964, « LAB.07-T01.00 ») provient de la tombe 01 et a été daté du IIe siècle av. J.-C. La seconde (n° ordre 965, « LAB.07-T15.00 »), comme la couronne de la maison terrasse, est datée du IVe siècle av. J.-C. Elle se trouvait dans la tombe 15. Au contraire de ces deux exemplaires, la couronne de la maison terrasse ne semble pas provenir d’un contexte funéraire. Elle fait plutôt écho aux mentions de tels objets dans les registres de comptes de sanctuaires, comme dans le temple d’Apollon à Délos durant la période hellénistique (Roques 2014 (T1) : 94, citant Prêtre 2000). Ces couronnes ont alors une fonction d’offrande.

Fig. 18 : Couronne funéraire n° ordre 965 (LAB.07-T15.00)

Fig. 18 : Couronne funéraire n° ordre 965 (LAB.07-T15.00)

O. Henry

33La présence de la couronne n° ordre 564 à l’interface des niveaux d’abandon et de destruction de la pièce 4 de la maison terrasse pourrait ainsi indiquer la présence d’offrandes – stockées ou exposées – au niveau de la plate-forme formée par la toiture en terre du bâtiment, en avant de l’andrôn A, immédiatement au sud du temple.

Conclusion

34La méthode de travail mise en place intègre les traitements réalisés au sein l’unité de conservation-restauration du métal à l’analyse des objets.

35Appliquée à des objets nouvellement mis au jour, mais aussi aux découvertes anciennes, cette méthode permet de développer des questionnements autour de l’objet lui-même. Le nettoyage du poids en plomb – par sablage sous loupe binoculaire – a ainsi permis de mettre en évidence la présence de clous en fer. Ces derniers amènent des interrogations quant à la fabrication et aux pratiques entourant ce type d’objet. Pour ce qui est de la couronne, son observation sous loupe-binoculaire a permis de saisir les différents matériaux dont elle était composée, et notamment de mettre en évidence l’association à des restes organiques.

36L’analyse développée apporte également des perspectives quant à l’étude du contexte des objets. La reconnaissance de brindilles minéralisées sur le poids indique une potentielle exposition à l’air libre avant enfouissement. L’identification de la couronne, possible grâce au tri de ses différents éléments, permet également d’apporter de nouvelles hypothèses sur son contexte de découverte, anciennement fouillé et mal caractérisé.

37En développant deux études de cas réalisées au cours de la campagne 2018, nous espérons ainsi montrer la continuité logique du travail des archéologues avec celui des conservateurs-restaurateurs : l’analyse de la matérialité de l’objet, menée de la reconnaissance de la stratigraphie de la corrosion jusqu’aux études métriques, venant enrichir et préciser les axes de celle de son contexte culturel.

Haut de page

Bibliographie

Asderaki, E., Rehre, T., 2002: « A study of Hellenistic gilding practice and manufacture of funerary wreaths », IAMS 22: 19-21.

Bertholon, R., 2000 : La limite de la surface d’origine des objets métalliques archéologiques, caractérisation, localisation, et approche des mécanismes de corrosion. Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Thèse.

Gatier, P.-L., 2014 : « Poids et vie civique du Proche-Orient hellénistique et romain », Dialogues d’histoire ancienne, Supplément 12 (S 12) : 125-162.

Guillaumet, J.-P., 2003 : Paléomanufacture métallique : méthode d’étude, Gollion, Infolio.

Grammenos, D. V., 2004: The Archeological Museum of Thessaloniki, Athènes, Eurobank.

Henry, O. et al., 2018 : « Labraunda 2017 », Anatolia Antiqua XXVI : 209-320.

Isager, S., Karlsson, L., 2008: « A New Inscription from Labraunda, Honorary decree for Olympichos: I Labraunda No. 134 (and No 49) », EA 41: 39-52.

Prêtre, C., 2002 : Nouveau choix d’inscriptions de Délos : lois, comptes et inventaires, Athènes, École française d’Athènes.

Proust, C., 2006 : Méthodologie d’étude des restes organiques minéralisés, Application au mobilier funéraire en fer d’une tombe du Haut Moyen-âge, Nécropole de Bruckmühl, Allemagne, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Mémoire de Master 2.

Roques, R., 2014 : Les couronnes et diadèmes en or en Macédoine hellénistique. Typologie, iconographie et fonction (T1 & 2), Université de Pau, Mémoire de Master.

Tekin, O., 2014: « Weights of Lysimachea from the Tekirdağ Museum and Various Collections », Anatolia Antiqua XXII: 145-153.

Haut de page

Notes

1 ) Nous remercions Pontus Hellström de nous avoir transmis les informations des carnets de fouilles rattachées à cet objet.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Méthode d’analyse des objets métalliques mise en place sur le site de Labraunda
Crédits E. Goussard, R. Chevallier
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Fig. 2 : Types de restes organiques identifiés sur le site, photographies sous loupe binoculaire
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 3 : Photographies du poids n° 726 (LAB17.EB.10029) après restauration
Crédits R. Chevallier
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Fig. 4 : dessin du poids n° 726 (LAB17.EB.10029)
Crédits Dessin et DAO C. Durak
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-4.png
Fichier image/png, 99k
Titre Fig. 5 : Photographies du poids n° 726 (LAB17.EB.10029) avant et après traitement
Crédits R. Chevallier
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 6 : Photographies sous loupe binoculaires des fibres végétales minéralisées sur le poids n° 726 (LAB17.EB.10029)
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-6.png
Fichier image/png, 4,2M
Titre Fig. 7 : Photographies du poids n° 528
Crédits C. Durak
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-7.png
Fichier image/png, 3,2M
Titre Fig. 8 : Relevé par photogrammétrie du décor du poids n° 726 (LAB17.EB.10029)
Crédits C. Durak et E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 9 : Localisation de la maison terrasse au sein du site de Labraunda
Crédits Plan O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Fig. 10 : Photographie d’une partie des fragments de la couronne n° 564
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 11 : Éléments constitutifs de la couronne n° 564
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-11.png
Fichier image/png, 104k
Titre Fig. 12 : Éléments constitutifs de la couronne n° 564, photographiés sous loupe binoculaire
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-12.png
Fichier image/png, 4,2M
Titre Fig. 13 : Fibres végétales préservées sur la couronne n° 564, photographiées sous loupe binoculaire
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-13.png
Fichier image/png, 4,6M
Titre Fig. 14 : Relevé des restes organiques minéralisés sur un des fragments de la couronne n° 564
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-14.png
Fichier image/png, 124k
Titre Fig. 15 : Schéma de la construction de la couronne n° 564
Crédits E. Goussard
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-15.png
Fichier image/png, 116k
Titre Fig. 16 : Trait en réserve dans la dorure, pouvant correspondre à la rainure centrale d’une représentation de feuille
Crédits H. Frébault
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-16.png
Fichier image/png, 823k
Titre Fig. 17 : Couronne de myrte d’Aenea, deuxième moitié du IVe siècle av. J.-C., Musée archéologique de Thessalonique
Crédits MΘ 757028 ; Grammenos 2004 : 196
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-17.png
Fichier image/png, 239k
Titre Fig. 18 : Couronne funéraire n° ordre 965 (LAB.07-T15.00)
Crédits O. Henry
URL http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/docannexe/image/777/img-18.png
Fichier image/png, 4,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Goussard, Raphaëlle Chevallier, Olivier Henry et Christophe Bost, « Labraunda 2018 : étude d’un poids décoré et d’une couronne »Anatolia Antiqua, XXVII | 2019, 77-88.

Référence électronique

Élisabeth Goussard, Raphaëlle Chevallier, Olivier Henry et Christophe Bost, « Labraunda 2018 : étude d’un poids décoré et d’une couronne »Anatolia Antiqua [En ligne], XXVII | 2019, mis en ligne le 31 janvier 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/anatoliaantiqua/777 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anatoliaantiqua.777

Haut de page

Auteurs

Élisabeth Goussard

EPHE-PSL-Umr 8546 Aoroc

Articles du même auteur

Raphaëlle Chevallier

Conservatrice-restauratrice diplômée du Master de Conservation-restauration des Biens Culturels de L’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Articles du même auteur

Olivier Henry

Umr 8546 Aoroc

Articles du même auteur

Christophe Bost

EPHE-PSL-Umr 8546 Aoroc

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search