Skip to navigation – Site map

Abstract

Le phénomène d'accommodation en linguistique, à l'interface de la sémantique et de la pragmatique, relève essentiellement de la capacité du locuteur à s'ajuster à son milieu ou à son objet. Ce numéro propose de l'éclairer selon plusieurs perspectives successives et complémentaires, en lien avec les phénomènes d'interaction, d'ajustement intersubjectifs et de variations interpersonnelles dans les dialogues ou situations de communication orale : Laurent Rouveyrol dans un corpus de débats politiques télévisés, Caroline Peynaud pour l'emploi du déterminant the dans la presse généraliste des États-Unis, Pauline Levillain en observant des locuteurs américains en contexte interactionnel, et Lyndon Higgs dans des conversations de locuteurs d'un dialecte britannique avec des locuteurs de l'anglais standard. Deux autres points de vue complètent utilement ce panorama contemporain des études de l'accommodation : Nicolas Ballier et Léa Burin s’intéressent à la convergence phonétique dans des situations d'apprentissage, et Charles Brasart analyse des situations où des locuteurs monolingues s'adressent à des bilingues dans le cadre de discours politiques en Amérique du Nord.

Top of page

Editor's notes

Avec la participation du CAS (Cultures Anglo-Saxonnes - Université Toulouse - Jean Jaurès), EA 801.

Full text

1 Avec ce numéro, notre revue atteint indéniablement un nouveau niveau de maturité. Nous avons tenu, depuis plusieurs années, à ce qu'Anglophonia reflète la diversité de l'activité scientifique de notre communauté en publiant régulièrement a posteriori des bouquets de textes conçus à l'occasion de journées d'études et de colloques récents organisés au sein des universités françaises. Ce choix a souvent impliqué un investissement non négligeable des organisateurs de ces événements et a amené à une réflexion, largement soutenue par les membres du comité de lecture qui ont évalué les textes proposés, touchant à l'écart légitimement attendu entre le texte d'une communication orale de quinze à trente minutes et celui d'un texte destiné à être publié dans un journal à diffusion internationale.

2 Certes, chemin faisant, nous avons souvent demandé aux auteurs des remaniements plus ou moins sensibles, et gagné, chaque fois que cela s'est révélé utile, en densité, en force de conviction, voire en transférabilité et en rayonnement. Nous sommes redevables à l'ensemble des auteurs, co-éditeurs invités et membres du comité de lecture pour cet effort soutenu depuis près de quatre ans.

3 La démarche a été progressivement régulée, et nourrie de rencontres toujours motivantes avec les co-éditeurs invités successifs. Nous espérons ainsi être chaque fois parvenus à présenter à nos lecteurs un ensemble abouti qui proposait un point actualisé sur une question, un domaine que l'actualité scientifique posait au centre du débat collectif.

4 Le comité éditorial estime désormais, avec la sortie de ce numéro, que ce processus de thématisation a posteriori, qui a conduit à recevoir un bouquet de propositions suite à un événement scientifique et à lui faire subir la procédure d'évaluation en double aveugle, aboutit à un résultat pleinement satisfaisant pour l'ensemble des intervenants.

5 En effet, les deux co-éditeurs invités de ce numéro, Christelle Lacassain-Lagoin et Jean Albrespit, ont accepté de prendre toute la part qui revient à l'éditeur, et d'intervenir dès le retour des évaluations pour assurer la relation avec les auteurs, le suivi des modifications et la finalisation des textes avant envoi à notre diffuseur. Ils ont ainsi non seulement consenti à consacrer plus de temps au portage du numéro, mais ont surtout permis de ne pas rompre totalement le lien qu'ils avaient construit avec les auteurs, et de consolider la portée scientifique globale du projet.

6 Je dois ici les remercier chaleureusement d'avoir accepté de contribuer activement à l'équilibre qui doit exister entre la procédure stricte de double anonymat, garantie incontournable de la légitimité internationale de notre revue, et l'accompagnement bienveillant et constructif des auteurs.

7 C'est sur la base de cette réussite collective que nous allons lancer, dans les prochains mois, un deuxième type de thématisation, que nous nommerons a priori, destiné à générer certains des prochains numéros. Il s'agira ainsi désormais de procéder régulièrement à des appels à contributions, après validation de la proposition d'un éditeur-invité (ou de plusieurs) visant à assurer l'édition d'un numéro depuis l'appel jusqu'à sa publication.

8 Certes, le comité éditorial, le comité de lecture et le directeur éditorial continueront à accompagner les éditeurs de ce nouveau type aux moments où ils attendront leur concours (répartition des rapporteurs, anonymation des évaluations, relation avec les PUM, transmission au diffuseur). En revanche, le suivi du numéro leur sera quasi intégralement dévolu depuis l'appel à contributions jusqu'à la finalisation des textes retenus par le comité de lecture.

9Nous espérons que ces nouvelles perspectives donneront à notre lectorat toutes les raisons de nous rester fidèle, et à tous les auteurs potentiels et co-éditeurs intéressés de proposer les futurs appels à contributions.

10Que les auteurs qui souhaitent présenter un texte à titre individuel soient rassurés néanmoins : les prochains numéros, comme les anciens, présenteront un certain nombre d'articles au titre des « varias », et nous comptons bien permettre à toute personne souhaitant apporter sa contribution scientifique aux débats contemporains de continuer à pouvoir le faire.

11Au delà du maintien des propositions individuelles reçues chaque semestre, des futurs numéros thématisés a priori ou a posteriori, de notre ambition d'ouvrir notre comité de lecture à des linguistes anglicistes francophones du monde entier, et de notre souhait de publier des grands entretiens, notre cap se maintient, tout en s'enrichissant de nos bonnes pratiques, de nos projets et de l'apport des nombreux contributeurs de la revue.

12 C'est dans cet esprit ouvert sur l'avenir de notre revue que je cède désormais volontiers la parole à nos deux co-éditeurs invités pour vous présenter ce numéro dense et passionnant sur l'accommodation.

Top of page

References

Electronic reference

« Editorial », Anglophonia [Online], 24 | 2017, Online since 28 November 2017, connection on 11 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1094

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals