Skip to navigation – Site map

L’accommodation dans le débat politique britannique Question Time. Quelle modélisation pour quelles stratégies ?

Laurent Rouveyrol

Abstracts

This article explores the notion of accommodation in a corpus composed of transcripts of the panel debate Question Time. Accommodation is generally considered as a multi-faceted notion, originating from sociolinguistics and psychology. The aim of the present study is twofold: first we would like to propose a conceptual framework based on Vion’s research on interaction processes (1992, 1995, 1998). Dwelling on the concept of “positioning processes” (rapports de places) this framework enables us to encompass a wide range of discursive and linguistic phenomena observable in mediatized interaction, ranging from macro to micro orders, such as the “enunciative staging processes”, by which speakers achieve different degrees of involvement in their speech. Second, we intend to explore the notion of accommodation arguing that it is intrinsically genre sensitive. A televised debate such as Question Time is by nature a complex type of interaction formed of two components: an internal level (the interaction in the studio), and an external one destined to viewers behind their television sets. Several examples of accommodating strategies will be analysed, notably in relation to opposition and planning strategies. A debate is also a contradictory genre in the way that a certain degree of opposition is to be expected, which turns divergent accommodation into a convergent strategy. It will be argued that the mode of opposition is gradual and corresponds to a continuum. Planning strategies will also be explored and we will consider that the “ double inverted pyramid structure” is a case of convergent accommodation induced by the debate genre.

Top of page

Full text

1. Introduction

1 Cette étude se propose d’analyser le phénomène d’accommodation langagière dans le cadre du débat public britannique Question Time. Avant de définir le concept lié aux stratégies d’adaptation des interactants, nous partirons du principe qu’il recouvre tous les phénomènes d’adaptation ayant lieu dans le cadre de l’interaction. Nous allons donc dans un premier temps préciser certaines caractéristiques définitoires du débat Question Time, étant convaincu que les concepts et outils doivent avant tout être opérationnels sur le corpus d’étude.

2 Le débat Question Time est une institution en Grande Bretagne, il est diffusé par la BBC depuis 1978. Ce débat hebdomadaire se fonde sur la présence du public qui en est un élément essentiel. En effet, la production choisit un participant membre du public en fonction de la question qu’il a soumis préalablement. L’émission intègre également un panel d’invités composé le plus souvent de politiciens de bords opposés et de membres de la société civile (intellectuels, journalistes, experts de tous ordres). Une fois la question posée par le membre du public désigné, les invités donnent leur opinion tour à tour à l’initiative du journaliste dont la fonction première est de réguler les débats. On notera pour commencer que le débat Question Time hérite de la tradition anglo-saxonne en ce qui concerne la scénographie. Les invités sont assis autour d’une table et n’interagissent pas directement la plupart du temps ; nous avons plutôt affaire à une série de monologues croisés, se répondant les uns aux autres.

3 Il est donc important d’avoir ces éléments en tête pour déterminer une conception de l’accommodation langagière qui puisse à la fois être opérationnelle dans ce cadre de communication et l’éclairer. Cette étude se propose également de mettre en avant un cadre conceptuel à même d’embrasser l’ensemble des phénomènes à l’œuvre dans le corpus, relevant de la notion d’accommodation.

2. Question Time : genre en débat

4 Nous sommes convaincus que la prise en compte du genre de discours est un préalable indispensable à toute analyse linguistique pour ensuite forger et sélectionner les outils et concepts qui permettront de traiter le corpus. Comme le dit Vion (1999 : 97) :

La notion de genre de discours, particulièrement délicate à utiliser, paraît incontournable si l’on veut éviter de renvoyer les productions discursives aux seules propriétés d’un code linguistique unique.

5 Il nous faut donc préciser, dans un premier mouvement, quels sont les paramètres génériques du débat Question Time. L’émission appartient pleinement au genre du débat télévisé avec présence du public sur le plateau. Il ne s’agit pas strictement d’un débat politique au sens où des personnalités appartenant à d’autres sphères que le monde politique (médias, monde universitaire) font aussi partie du panel d’invités et doivent interagir avec le public, les électeurs. La parole leur est donc donnée, mais dans un cadre strictement organisé par la production. La BBC est très fière de cette émission, comme le montre le courrier suivant, émanant de John Hogan (editor) et envoyé au journal The Independent en octobre 1990 (cité par Livingstone & Lunt 1994 : 37) :

The BBC is very proud of Question Time… it is the only place where senior politicians and public figures are questioned by ordinary members of the public. It must be at the heart of the debate occupying public attention that night.

6 Le genre débat proprement dit a été étudié sous de multiples angles et il n’est pas possible ici d’être exhaustif. Nous renvoyons au premier chapitre de notre thèse (Rouveyrol 2003 : 12-67), intitulé Question Time : genre en débat, débat du genre et publié sur le site de l’ADARR (voir en bibliographie) pour une exploration plus détaillée. Nous pouvons tout de même rappeler un certain nombre de traits définitoires, particulièrement pertinents pour l’étude de l’accommodation telle qu’elle est proposée dans cet article.

7Un débat, télévisé ou non, intègre nécessairement un public qui peut être participant ou simplement spectateur. Ce paramètre est essentiel pour la communication car les témoins de l’échange, pèsent sur les interlocuteurs. Scannell (1991 : 1), dans l’introduction au volume intitulé Broadcast Talk, reconnaît l’importance de la partie absente :

Thus broadcast talk minimally has a double articulation: it is a communicative interaction between those participating in discussion, interview, game show or whatever and, at the same time, is designed to be heard by absent audiences.

8Kerbrat-Orecchioni note encore (1990 : 95) que ce type de discours (interviews, débats médiatiques) fonctionne sur le mode du trope communicationnel. On peut formaliser cette caractéristique au moyen de concepts mis au point par Ducrot (1980) : l’énonciateur est la personne à qui est attribuée la responsabilité d’un acte illocutionnaire et le destinataire est celle à qui cet acte est censé s’adresser. Autrement dit, les invités, sur le plateau, conversent les uns avec les autres, mais leur discours est destiné au téléspectateur : l’allocutaire ne se confond pas avec le destinataire. Ce dispositif se rencontre dans des genres de discours comme par exemple le théâtre : dans La Femme du Boulanger, le boulanger fait mine de s’adresser au chat et pourtant le message est clairement destiné à sa femme.

9Ce mode du trope communicationnel conditionne à la source la production discursive des locuteurs prenant part à un débat. On peut parler de contrainte formelle ; les participants font attention à ce qu’ils disent et à la façon dont ils le disent car ils pensent aux destinataires devant leur poste de télévision. Kerbrat-Orecchioni (1990 : 83) remarque d’ailleurs plus généralement que « les témoins extérieurs ont de toute façon un certain impact sur le déroulement de l’interaction ».

10Comme le rappelle Vion (1992 : 138-139), le débat se présente comme une interaction symétrique, où tous les participants jouissent a priori des mêmes prérogatives. Des analogies avec la boxe ou le tournoi médiéval ont été parfois avancées, car le jeu consiste précisément à agir sur le cadre pour prendre l’avantage sur ses « adversaires ». Cependant, comme le note l’auteur, l’interaction en présence du public doit être de bonne tenue :

Outre son caractère symétrique, le débat se caractérise par une domination des formes de compétitivité sur celle de la coopération. Néanmoins l’existence de règles et la nécessité d’avoir des comportements non-disqualifiants conduisent le débat à se dérouler dans une relative mondanité. Le débat consiste donc à jouer de manière compétitive dans la coopérativité. (Vion 1992 : 138)

11Vion précise que le caractère formel est accentué par la présence d’un « arbitre » qui veille au bon déroulement du « combat » :

Cet arbitre effectue les rituels d’ouverture, énonce les thèmes et l’ordre dans lequel ils vont être abordés, rappelle les règles, distribue la parole, veille au respect du temps de parole de chacun et peut s’intercaler entre les belligérants. (1992 : 139).

12 L’aspect agonal souligné ici, renvoyant aux débats politiques français, est à nuancer pour notre corpus. Il faut rappeler que dans la culture anglophone, un débat est conçu plutôt comme une interaction indirecte où chaque locuteur intervient à tour de rôle, sans forcément interpeler directement ses partenaires. La structure de l’émission évoquée en introduction oriente le débat dans ce sens (le panel s’exprime à tour de rôle sur instruction du journaliste). Cette tradition se retrouve au parlement britannique dans les sessions nommées « Question Time » et dont le débat traité dans cet article se fait l’écho. Cette scénographie se retrouve également dans les débats présidentiels américains où les opposants sont disposés le plus souvent face au public et côte à côte. Il s’agit dans tous les cas de toucher un public plutôt que d’interagir avec ses partenaires de plateau. Nous pouvons reprendre à notre compte la vision suivante :

La finalité d’une telle interaction est donc « externe » puisqu’elle est l’objet d’enjeux. Le débat est donc une interaction qui se donne en spectacle et dans laquelle il faut s’efforcer d’être le meilleur. (Vion 1992 : 139).

13Quelle conception de l’accommodation devons-nous donc retenir pour étudier le débat Question Time, en prenant en compte ses spécificités génériques ? C’est la question que nous allons aborder maintenant.

3. L’accommodation en débat

14 Le concept d’accommodation est pluridimensionnel ; il permet de transcender les disciplines et domaines en sciences humaines, et les fait dialoguer. Giles, Coupland & Coupland (1991 : 2) le définissent comme ceci :

At one level, accommodation is to be seen as a multiply organized and contextually complex set of alternatives, ubiquitously available to communicators in face-to face talk. It can function to index and achieve solidarity with or dissociation from a conversational partner, reciprocally and dynamically. At another level, accommodation strategies can characterize wholesale realignments of patterns of codes or language selection, although again related to constellations of underlying beliefs, attitudes, and socio-structural conditions. A noteworthy, and perhaps unique, characteristic of accommodation is precisely this openness to micro and macro contextual communicative concerns within a single theoretical and interpretative frame. [Nous soulignons]

15 Un certain nombre de commentaires semblent déjà s’imposer. Le phénomène est intrinsèquement dynamique, il revêt une dimension pragmatique (solidarity). Les stratégies d’accommodation relèvent autant d’ordre micro que macro-discursifs et concernent des stratégies de « réalignement ». Les auteurs précisent ensuite leur pensée et définissent trois types d’accommodation : convergente, divergente et complexe.

Convergence has been defined as a strategy whereby individuals adapt to each other’s communicative behaviors in terms of a wide range of linguistic-prosodic-non-verbal-features [...]. (Giles, Coupland & Coupland 1991 : 7) [Nous soulignons]

16On pourra donc ranger sur ce versant les stratégies concernant le respect des règles socioculturelles définissant la communication dans une communauté linguistique et/ou discursive donnée, celles relevant de la volonté de se conformer au genre communicationnel/linguistique à l’œuvre, ainsi que celles, plus étroites, destinées à épouser le cadre situationnel : dans notre cas la scénographie du débat.

Divergence was the term used to refer to the way in which speakers accentuate speech and non-verbal differences between themselves and others. (Giles, Coupland & Coupland 1991 : 8) [Nous soulignons]

  • 1 Voir Rouveyrol 1999 pour une explication plus détaillée.

17 Les stratégies d’accommodation divergente seront par exemple les transgressions du genre et du cadre, des lois sociales. On trouvera donc dans cette catégorie les FTAs (Face Threatening Acts), dont font partie les refus d’obtempérer aux injonctions du journaliste, etc. Ces outils, développés par Brown & Levinson (1987) à l’origine et issus des travaux de Goffman font partie de la panoplie classique de l’analyste de discours (Kerbrat-Orecchioni 1992 : 169). La théorie se fonde sur la notion de faces :1

La face négative correspond [...] aux « territoires du moi » : territoire corporel, spatial ou temporel [...] ; la face positive renvoie au narcissisme et à l’ensemble des images valorisantes que les interlocuteurs construisent et tentent d’imposer d’eux-mêmes dans l’interaction. (Kerbrat-Orecchioni 1992 : 168).

18Giles et al. s’empressent de noter le caractère non exclusif des traits « convergent » et « divergent » :

Beyond this, we should not consider of convergence and divergence as necessarily mutually exclusive phenomena since SAT (Speech Accommodation Theory) does acknowledge the possibility that convergence of some features will be matched by simultaneous divergence of others. (Giles, Coupland & Coupland 1991 : 11)

19 On aboutit ainsi à l’évocation d’une perspective complexe, particulièrement si la notion de finalité est prise en compte :

[...] further complexities, such as the notion that some divergent acts can occur for seemingly convergent motives and even some convergent acts accomplished toward divergent ends. (Giles, Coupland & Coupland 1991 : 32) [Nous soulignons]

20Cette complexité paradoxale est en parfaite adéquation avec la communication politique ayant lieu dans le cadre du débat médiatique. Un débat est par définition la mise en circulation d’opinions divergentes, la mise en scène d’une opposition fondatrice de l’événement. Ainsi donc la divergence est convergente et fait partie du contrat communicationnel : un débat dans lequel tous les participants sont d’accord sur tout, n’est pas concevable. Adopter un positionnement consistant à chercher la confrontation reste convergent, dans le genre considéré. Même lorsque les participants sont idéologiquement du même bord, ils ont à cœur de mettre en exergue, ici ou là, leurs différences d’opinions, parfois nombreuses, au point que le téléspectateur se demande quelle est la ligne idéologique du parti qui les réunit théoriquement. La dernière campagne présidentielle française en a donné de vibrants exemples lors des primaires, de la droite comme de la gauche.

21 Le débat britannique intègre une dimension supplémentaire qui mérite toute notre attention. Nous avons certes affaire à un débat politique sérieux développant des thématiques graves (attentats, agressions, etc.), mais celui-ci est aussi un produit de consommation qui doit séduire le téléspectateur par son côté plaisant et parfois léger. Aussi surprenant que cela puisse paraître pour un public français, les débats britanniques, et notamment Question Time, sont aussi une forme de divertissement, comme en témoignent les nombreux éclats de rire, qui jalonnent le programme. En voici quelques exemples :

(1) <JOURNALIST> No difference at all/What do you think Janet Anderson? </JOURNALIST>

<JA> Well I’m going to agree with Angela/and er/I think it makes a nice change when politicians agree and I hope when we have more women in the House of Commons/ it will happen more often </JA>

<JOURNALIST> Not sure it does /it makes my job very difficult </JOURNALIST>

22Deux politiciennes de tendance opposée s’expriment tour à tour et paradoxalement elles sont du même avis sur la question. Le journaliste leur rétorque, sous les rires du public, que cela ne lui facilite pas la tâche. Au-delà de l’anecdote on comprend implicitement que la communication dans le genre discursif du débat se fonde sur une différence d’opinion. Peter Sissons, dans sa présentation des invités, jalonne son discours de clins d’œil humoristiques :

(2) During his ministerial career/ he introduced so many important and controversial reforms/ that it’s said the worst job to have in politics/ is the one after Kenneth Baker // [...] She is currently championing classic motorbikes against commission proposals/ and last year/ after another battle/ was hailed as the saviour of the British sausage [...].

23 Par ailleurs, respecter rigoureusement les règles du genre et de la bienséance ne permet pas forcément de susciter l’intérêt télévisuel et de créer une quelconque stimulation. Certaines piques plus ou moins humoristiques sont à même d’épicer le débat et d’attiser l’intérêt du téléspectateur :

(3) <JOURNALIST> You must be quite glad he’s not on your side of the house! (rires)

<KB> it’s a rather stark approach! (rires) huh/ but huh/ having lost the game/ you pass me the ball! but I would (rires) only say/ that in fact you can’t walk away from these communities/

24Les interventions sont en fait une réaction à ce que David Starkey vient de dire d’une façon très tranchée. Le locuteur suivant, K. Baker, initie alors un jeu de mot à partir du nom Starkey.

25 Nous sommes désormais à même d’entrevoir certaines caractéristiques essentielles du phénomène d’accommodation, qui semble parfaitement en adéquation avec le débat télévisuel, sa dimension interactionnelle évidente nous renvoie à une conception bakhtinienne de l’activité langagière :

La véritable substance de la langue n’est pas constituée par un système abstrait de formes linguistiques ni par l’énonciation-monologue isolée, ni par l’acte psycho-physiologique de sa production, mais par le phénomène social de l’interaction verbale, réalisée à travers l’énonciation et les énonciations. L’interaction verbale constitue ainsi la réalité fondamentale de la langue. (Bakhtine 1977 : 136)‏

26L’accommodation nous impose en tant que phénomène pluridimensionnel (multiply organized and contextually complex set of alternatives) d’explorer toutes les strates de l’activité langagière. Il s’agit également d’un phénomène intrinsèquement pragmatique : les comportements des coparticipants à l’échange s’adaptent les uns aux autres. Nous parlons de stratégies de contrôle pour gérer l’interaction. Enfin, Beaver & Zeevat (2007 : 3) notent le caractère inférentiel de l’accommodation : « Accommodation is an inferential process which is subject to pragmatic constraints. »

27 Il existe en effet un certain nombre d’études qui se donnent pour tâche d’analyser des énoncés dont le statut présuppositionnel est problématique et échappe aux modélisations classiques se fondant sur les « déclencheurs ». Ces exemples correspondent en fait à ce que O. Ducrot (1984) a formalisé sous l’étiquette de « sous-entendu » en faisant intervenir ce qu’il a nommé « les lois d’informativité ».

28 Approché ainsi, le phénomène d’accommodation semble être particulièrement cohérent avec le genre du débat télévisé dans ses dimensions interactionnelle, pluridimensionnelle, pragmatico-énonciative, à tel point que l’on se demande si la problématique ne finit pas par s’inverser. Qu’est-ce qui finalement ne relève pas d’une forme d’accommodation langagière dans le cadre d’un débat télévisé politique et dans l’interaction en général ? C’est ce que semble suggérer Linell (1991 : 126)

Accommodation is present whenever and wherever people interact. Yet, accommodative processes are bound to take very different shapes and directions in different contexts. In a relatively unconstrained and informal conversation between friends, we might expect rather different types than in a highly asymetrical and strongly routinized and ritualized encounter such as the criminal court trial where interactants act out of very divergent roles (speech complementarity) and where there are strong situational norms regulating the interaction. Yet [...] there is still room for several types of interpersonal accommodation.

29 Comment traiter un énoncé prononcé par le journaliste tel que :

(4) OK / I / no / I think / we must move on Shirley

30On doit alors s’interroger sur la nature du cadre méthodologique à mettre en place pour appréhender les stratégies nécessairement pluridimensionnelles, interactionnelles, dynamiques des participants au débat. Cette notion de stratégie doit d’ailleurs également être précisée. Le terme, emprunté au registre militaire, pourrait laisser entendre que toute activité langagière est consciente et qu’un hyper-locuteur tire toutes les ficelles possibles. Nous pensons, avec Vion (1998 : 200), que la notion de stratégie concerne la production de discours a posteriori :

La stratégie ne saurait correspondre aux buts conscients que se fixe le sujet et ne saurait caractériser son action de manière autonome. Afin d’éviter le problème épineux de la conscience, il paraît préférable d’analyser la stratégie comme un comportement communicatif constaté et analysé une fois l’interaction terminée, enregistrée et transcrite. La stratégie est donc une construction de l’analyste qui, s’appuyant sur les activités langagières de mise en scène des divers types de places construites par les sujets, s’efforce de rendre compte des lignes d’action suivies. Par ailleurs, dans la mesure où le sujet est co-acteur, et l’action une action conjointe, la stratégie d’un sujet le dépasse puisqu’elle se met en place dans la dynamique de l’échange.

31Nous partirons donc du principe, dans la présente étude, que la stratégie concerne la façon dont les différents coparticipants articulent les différentes contraintes parfois contradictoires (sociales, pragmatiques, énonciativo-discursives) liées au genre complexe que constitue un débat télévisé politique.

4. Vers une approche intégrative du phénomène d’accommodation langagière

32 L’aspect pluridimensionnel que semble recouvrir la notion d’accommodation dans notre genre d’étude impose une approche holistique permettant d’englober l’ensemble des manifestations possibles, observables dans la production discursive des différents locuteurs participant à l’interaction télévisée. Le point de départ pourrait être la notion de « rapport de place », développée par Flahaut (1978) et reprise par Vion (1992), corrélée à la notion de « rôle » qui pourrait être envisagée comme « une sorte de programme culturel de nature cognitive, destiné à faciliter la gestion d’un type d’échange » (Vion 1992 : 35). Les notions de rôle et de rapport de place sont étroitement liées :

La face, ou le soi, constituent le lieu de la mise en scène d’un rôle particulier par un sujet qui convoque inévitablement l’autre dans un rôle corrélatif. Parler en tant que vendeur, professeur, médecin, père ou copain, c’est convoquer l’autre dans le rôle de client, étudiant, patient, enfant ou copain. Jouer un rôle implique donc la gestion de deux positions, symétriques ou complémentaires, constitutives d’un rapport de places. Nous sommes ainsi conduit à actualiser notre face, notre soi, à l’intérieur d’un système de places par lequel nous construisons également une image de l’autre. (Vion 1992 : 35)

33 Pour Vion, l’interaction ne saurait s’analyser sans envisager la notion de rapport de place et ses manifestations pluridimensionnelles dans la construction dynamique de l’échange :

Tout sujet gère simultanément des réalités de calibres différents, s’échelonnant du macro au micro, associant des positions sociales à des places interlocutives, intersubjectives et énonciatives. (Vion 1995 : 188)

34L’interaction devient ainsi un espace ouvert, un « espace interactif » dans lequel les coparticipants co-construisent l’événement, adoptent certains positionnements qui ont tout loisir d’évoluer, en un mot s’accommodent les uns avec les autres.

Chaque sujet va initier, subir, et négocier un espace interactif avec son partenaire, par lequel il gère simultanément des places différentes, ou plus exactement des rapports de place différents. (Vion 1995 : 188).

35 Cet espace interactif peut se représenter comme ceci, en consacrant 5 types majeurs de rapport de places appartenant aux ordres macro et micro discursifs (Vion 1995).

36Nous remarquons que les cinq types de rapports de places envisagés s’organisent autour de deux axes : la gestion de la relation sociale et interpersonnelle, ainsi que la gestion de la relation interlocutive, renvoyant à des réalités davantage micro-discursives. Ce modèle est intrinsèquement intégratif et permet l’adoption d’outils discursifs (types de séquences), énonciatifs (mise en scènes énonciatives) et pragmatiques (FTAs). Ils permettent justement d’identifier précisément la nature des rapports de place.

4.1. La relation sociale et interpersonnelle

37 Les places institutionnelles définissent les rôles a priori, et renvoient à un type d’interaction, un genre de discours qui puisse être reconnu comme tel et ainsi permettre l’échange. Il s’agit là du rapport de place dominant a priori. La dimension dynamique de l’échange permet une évolution et une (re)-catégorisation du genre a posteriori en fonction des activités menées par les sujets. Cette évolution est limitée dans le débat télévisée du fait de la présence des caméras de télévision. Si la BBC propose un débat, le produit livré doit correspondre à l’annonce, en vertu du contrat tacite à l’œuvre entre le téléspectateur et la chaîne de télévision. Le rapport de place dominant sera celui de débatteur / débatteur entre les différents invités sur le plateau.

38 Nous avons déjà évoqué le fait que ce débat particulier pouvait évoluer vers quelque chose de plus léger, laissant une certaine place à l’humour. Ces séquences constituent des « modules » particuliers, subordonnés au départ au genre dominant ; elles s’analysent au niveau des places modulaires. On imagine bien lors d’une consultation médicale, une phase plus symétrique où le médecin s’enquiert de la santé des enfants, demande des nouvelles de la famille, etc. Ces modules ne sont pas des transgressions du genre mais en font partie : ils permettent de concevoir les types d’interaction, les genres de discours comme pouvant s’intégrer les uns aux autres sans s’exclure mutuellement. Cette perspective interactionnelle est en parfaite adéquation avec la théorie séquentielle défendue par Jean-Michel Adam (1992) au niveau textuel.

39Pour ce qui est de notre débat, les différents modules actualisés par les coparticipants pourront servir à agir sur le cadre en assouplissant les rapports (par l’humour) ou bien au contraire en adoptant des attitudes agressives qui auront pour effet de radicaliser le rapport de place vers un positionnement plus explicitement taxémique et résolument asymétrique.

40 Les places subjectives concernent l’éthos discursif, l’image que les participants mettent en circulation d’eux-mêmes et des autres. Ces places concernent également la façon dont « l’autre » est nommé, ce qui créé un rapport différent. Dans les débats présidentiels américains de 2004, Bush nomme Kerry « my opponent », lui déniant ainsi toute forme d’identité propre. On se souvient aussi du « Vous avez tout à fait raison M. le Premier Ministre », lancé par F. Mitterand à J. Chirac, alors que ce dernier tentait de rétablir un rapport de place plus symétrique que Président de la République / Premier Ministre, imposé par Mitterand. Le type de rapport de place analysé ici est davantage qualitatif, on regardera les évolutions discursives sur des axes binaires de type : honnête / malhonnête, rigoureux / laxiste, expert / non expert. Ces deux derniers types de rapport sont naturellement fréquents dans un débat où chacun va tenter d’apporter son expertise et/ou son idéologie pour éclairer les problèmes de société évoqués. Méthodologiquement ces places « subjectives » sont traitées en dernier car elles permettent de remettre en perspective toutes les données observées au cours de l’interaction.

4.2. La relation interlocutive

41 Si l’on poursuit notre exploration du modèle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, on arrive ensuite aux « places discursives ». Ces dernières concernent les activités d’ordre cognitivo-discursifs que les participants au débat vont initier. Il s’agit essentiellement d’argumentation puisque tous essaient de convaincre les auditeurs et participants du bien-fondé de leur vision du monde. L’argumentation passe certes par la mise en place de syllogismes divers constitués d’arguments orientés vers des conclusions, mais il convient de noter que d’autres activités comme le récit, la description, l’explication sont des séquences qui, dans ce genre discursif précis, peuvent être intégrées, soumises à un projet argumentatif plus vaste. Adam (1992 : 31-32) parle alors de « séquence insérante » et « insérée ». Au niveau des places discursives, les rapports sont ici du type narrateur / narrataire, consultant / consulté etc.

42 Les places énonciatives sont naturellement les plus fines et permettent de considérer la notion de « mise en scène énonciative » qui renvoie directement à une conception interlocutive de l’énonciation. Pour Vion (1998a) :

La notion de mise en scène concerne la façon dont les sujets construisent les opinions qu’ils mettent en circulation. Il s’agit, notamment, de savoir quelles sont les sources énonciatives construites dans les messages et de répondre à des questions comme : ‘Le locuteur donne-t-il l’impression de parler seul ?’, ‘Fait-il parler d’autres personnes ?’, ‘Ces autres voix sont-elles identifiables ou non ?’, ‘Comment ces diverses voix s’articulent-elles dans la parole du locuteur ?’ et ‘Comment celui-ci se positionne-t-il vis-à-vis des opinions ainsi construites ?’

  • 2 Nous avons abondamment défini ces outils et nous renvoyons pour de plus amples précisions à Rouveyr (...)

43 Cinq modes sont formalisés : l’unicité (le mode du JE), la dualité (un double positionnement énonciatif est construit : modalité, glose méta-énonciative...), le parallélisme (le mode du NOUS), l’opposition et l’effacement. Cette conception permet d’éviter ce que nous considérons comme une erreur épistémologique, à savoir le fait que l’absence de marques énonciatives dites « subjectives » correspond à un discours « objectif ». Le mode de l’effacement, permet d’analyser le discours comme transcendant le rapport simpliste : présence de marques subjectives = présence du locuteur / absence de marques = absence du locuteur. Ainsi, dans le cas où une absence de marques est constatée, il s’agira alors de consacrer une stratégie d’effacement au niveau local, postulée par un analyste a posteriori. Le tableau ci-dessous reprend les 5 modes énonciatifs avec leurs sous-types principaux, ils seront illustrés au fil de l’analyse :2

Unicité

(Mode du JE) : I think that

Explicite

Implicite

Dualité

(Double énonciation)

Actes indirects

Actes simultanés et paradoxaux

Doubles sens et sens multiples

Gloses méta-énonciatives

Attitudes modales

Humour

Parallélisme

(Parler en accord avec)

I agree with you / him / them

Diaphonique (à deux, plan interne)

Exophonique (avec un absent identifié)

Polyphonique (absents non identifiés)

Porte-parole (parler en représentant de)

Opposition

(Parler contre)

I don’t agree with you / him / them

Diaphonique

Exophonique

Polyphonique

Ironique

Effacement

(Donner l’apparence de l’absence)

Enonciation abstraite

Enonciation historique

44 Comme nous le verrons ultérieurement, ces cinq modes ne sont pas exclusifs les uns des autres et fonctionnent comme des systèmes complémentaires. Nous avons déterminé avec Bendinelli (2011) qu’une des caractéristiques nécessaire du débat politique était justement de parler avec ses partisans (parallélisme) contre ses opposants (opposition), dans un même acte discursif qui de fait les réunit.

45 Le discours ne saurait être considéré comme une succession de mises en scène déconnectées les unes des autres ; nous préférons parler de « respiration énonciative », permettant d’appréhender les fluctuations, ruptures, changements de cap intempestifs que tout locuteur opère dans son discours. Ainsi, si nous reprenons l’exemple (4) évoqué plus haut, nous arrivons à l’analyse suivante :

(4) OK / I / no / I think / we must move on Shirley

46Ok :

47glose méta-énonciative, portant sur l’intervention précédente. (Régulation du débat)

48I :

49amorce d’une unicité explicite avortée,

50No :

51opposition diaphonique : le journaliste essaie de prévenir une intervention de Shirley Williams, c’est donc à ce titre une forme large de glose méta-énonciative touchant à la conduite des débats.

52I think :

53unicité explicite marquée en « stance » : structure à deux propositions, marquage sur le verbe, type de stance : « source of knowledge », attribution explicite.

54We must move on Shirley :

55parallélisme polyphonique sur l’interaction interne, structure à deux propositions, contrôlés par “modaux” = “must”, présence d’un appellatif spécifique sur le plan interne réalisé par un prénom.

4.3. Vers une modélisation du double plan interactionnel

56 Nous pouvons maintenant formaliser le double plan interactionnel dont relève génériquement Question Time, tel que nous l’avons évoqué en première partie. Rappelons que les invités participant au débat interagissent entre eux sur le plateau – nous parlerons de plan interne – mais tout programme télévisé est créé pour le plan externe à savoir l’interaction entre le plateau et le téléspectateur, qui lui donne son épaisseur. Le modèle à cinq places pourrait donc évoluer vers la représentation suivante en 3 dimensions :

57 Cette représentation consacre le fait qu’aucun programme télévisuel n’existe en soi, l’interaction externe (invisible, tacite) est sa raison d’être (cf. partie 1, infra). Le fait de distinguer ces deux plans autorise l’identification de rapports de place potentiellement différents sur le plan externe et interne, le positionnement des locuteurs n’étant pas les mêmes pour les débatteurs en présence (souvent en opposition) et le téléspectateur à séduire. Le rapport de place sur le plan interne serait débatteur / débatteur, mais pour les politiciens au moins, ce serait plutôt politicien / électeur sur le plan externe. Le paradoxe est alors de taille, les téléspectateurs de l’interaction externe, les participants in absentia, destinataires du programme, sont de fait exclus de tout rôle participatif. Bell (1991 : 70) l’observe également :

Mass communication is structurally different from face to face communication. It involves a disjunction of place, and often also of time between communicator and audience. Thus fracture in the communication process has significant consequences for language production. Centrally, the feedback that is an integral factor in individual spoken communication is delayed, impoverished, or lacking altogether in mass communication. Audiences are deprived of the usual means of inducing communicators to modify their production.

58 Cet état de fait est partiellement pertinent pour le débat Question Time, qui intègre un public « échantillon » de la nation britannique, représentatif et de fait représentant, posant les questions pour lancer le débat mais qui peut aussi réagir à l’invitation du journaliste, une fois que tous les membres du panel se sont exprimés. Il n’en reste pas moins qu’une interaction directe ne peut avoir lieu avec les destinataires réels du programme, derrière leur poste de télévision. Les différents locuteurs présents sur le plateau doivent donc compter sur leurs croyances, les stéréotypes classiques pour anticiper les attentes des téléspectateurs. Pour Bell (1991 : 71) :

[...] beliefs and stereotypes about recipients and their speech patterns are the sole practical input to mass communicators’ accommodative processes.

59Pour autant le téléspectateur n’est pas tout à fait privé de son pouvoir de réaction :

In mass communication, [...] the audience has the power of choice. [...] dissatisfied audience members switch off or tune in elsewhere. (Bell 1991 : 75).

60 Ce double plan interactionnel complique évidemment l’application du concept d’accommodation. Bell (1991 :77) donne l’exemple d’une interview célèbre du candidat Jimmy Carter à la présidence des États-Unis dans un magazine : Play Boy. Si l’emploi de certains termes ou expressions tels que « screw » ou bien « shack up with » est cohérent avec le destinataire immédiat (le journaliste interviewer) et également avec le lectorat du magazine, on peut en effet s’interroger sur la réaction du public américain au sens large, constituant l’électorat des élections de 1976. Mutatis mutandis, ce qui est acceptable dans l’ambiance du débat sur le plateau ne l’est pas forcément pour le téléspectateur lambda, à domicile, derrière son poste de télévision.

5. Quelques exemples d’accommodation dans Question Time

61 En reprenant les modes énonciatifs évoqués plus haut sous le terme de mise en scène énonciative, nous pouvons proposer une taxinomie en relation avec les concepts d’accommodation convergente, divergente et complexe :

Accommodation convergente

Accommodation divergente

Complexe

Parallélisme

Effacement

Opposition polyphonique

Opposition diaphonique

Ironie

Unicité (tension genre / social)

Dualité (actes complexes)

Opposition

(exophonique, polyphonique)

62Naturellement, la nature générique du débat (fondé sur le désaccord, la contradiction) ainsi que le double plan interactionnel compliquent le jeu à loisir.

635.1. L’opposition en débat

64 Le mode énonciatif de l’opposition est constitutif du genre « débat », il illustre à bien des égards les contraintes contradictoires et incontournables qui pèsent sur les différents interactants. Voyons-en les différentes manifestations.

5.1.1. L’opposition diaphonique

65 Cette forme d’opposition en « face à face » peut être considérée comme une accommodation divergente sur le plan interactionnel mais convergente au niveau générique : en s’opposant les participants contribuent mutuellement à créer un débat. Nous avons déterminé (Rouveyrol 2003) que le mode diaphonique correspond spécifiquement au journaliste, régulateur du débat, forcément en première ligne. Pourtant, certains cas sont identifiables entre les différents membres du panel.

(5) <PG> But the assumption you’re making is that our schools do allow children to wander in on time/ and to fight in the corridors/ this is completely untrue/

66 L’utilisation du pronom you montre bien que la locutrice répond à une intervention précédente et s’oppose à son initiateur. Le pronom de la deuxième personne est naturellement le marquage privilégié du mode diaphonique. Pauline Green initie un rapport de type honnête / malhonnête, pour contrer la précédente intervention de Baker. L’exemple suivant est moins clair : si le pronom you est toujours là, sa valeur semble différente lorsqu’il est repris.

(6) <PG> Of course you can always point to some of those statistics/ but you’ve also got to look at the positives/ about what’s happening in our schools /

67Le fait de reprocher la mention de certains chiffres est également diaphonique mais le deuxième you semble davantage relever de la « personne générique », ce qui opère un glissement vers une opposition plus polyphonique avec des adversaires non identifiés ou plus flous.

68 L’échange qui suit montre comment trois interlocuteurs peuvent échanger des avis divergents à tour de rôle et construire ainsi un débat « musclé » :

69(7) <Public> Well/ I mean I would say that there’s just not enough money going into education I mean/ if you put a bit more money in/ you might be able to afford a few more teachers […] //</Public>

70<JOURNALIST> Kenneth Baker //</JOURNALIST>

71<KB> we do actually (applaudissements) with great respect/ I’m sorry to correct your statistics but we have the lowest level of pupil-teacher ratio in our history at the moment of time //</KB>

72<Public> I mean I know a few teachers and they’re all complaining because they’ve got far too much work to do with the national curriculum and all the paper work that goes with it/ they’re having no time to teach\ </Public>

73<KB> We now have more teachers per child than ever in our history //</KB>

74<Public> Well that’s not what I’m saying/ what I’m saying is that this new national curriculum is taking all the time of teachers it doesn’t matter //Either you put in more teachers or you get rid of some of the national curriculum or make it less administrative so it allows pupils to be taught //</Public>

75<JOURNALIST> Well/ (applaudissements) I can see the way that may impinge on discipline but let’s not get too drawn/ oh/ the gentleman there // </JOURNALIST>

76 Le problème de violence à l’école est-il dû au manque d’argent, au manque d’enseignants en poste ? Le politicien conservateur K. Baker répond par la négative en évoquant le ratio enseignant / élève et nous noterons au passage que l’opposition diaphonique frontale (il s’agit de corriger) est compensée par une formule lénifiante : with great respect, I’m sorry to correct your statistics... Ce phénomène est assez connu : un énoncé taxémique, a priori divergent, qui a pour effet de placer le locuteur au-dessus de ses interlocuteurs, sera compensé pour ne pas (trop) heurter (Rouveyrol 1999 : 115-118). Ce FTA menaçant ici la face positive du membre du public est amoindri de façon à focaliser l’attention sur une attitude convergente malgré l’opposition idéologique exprimée, qui fait pleinement partie du contrat communicationnel lié au débat. Baker se place en « expert » (ratio) et tente d’imposer un rapport asymétrique à son interlocuteur. Le journaliste met un terme à la discussion et démontre, si besoin était, que tous les locuteurs présents sur le plateau ne sont pas tout à fait sur un pied d’égalité : il est plus facile de passer à la trappe quand on est dans le public, beaucoup d’autres exemples le montrent.

5.1.2. De l’opposition diaphonique à la polémique

77 L’opposition et plus particulièrement l’opposition diaphonique, s’apparente à un phénomène graduel qui, lorsqu’il dépasse le cadre de la divergence de vue au sein du débat, peut amener les locuteurs à se dissocier les uns des autres. L’accommodation divergente (sur tous les plans) est alors consacrée à mesure que l’on progresse sur le gradient. En voici quelques exemples :

(8) <Public> Yeah/ hum does the panel believe that the decision to reprieve twelve coal mines/ announced this afternoon/ is economically and socially justifiable or just politically expedient ? </Public>

<JOURNALIST> Pauline Green ! </JOURNALIST>

<PG> Well isn’t that amazing that six months ago/ the president of the board of trade/ was prepared to close 31 pits and I think that the British people who protested in such strong and vigorous support of their minors/ can actually be at least to some extent relieved that their pressure has resulted in the president of the board of trade changing his position to the point that he has today (opposition polyphonique / convergente)

78 L’échange porte sur la fermeture des puits de charbon et la locutrice par son amorce se place sur un mode ironique : isn’t that amazing... Cet énoncé reste convergent au sens où il est admis dans un débat de critiquer le gouvernement et les institutions en place quand on fait partie de l’opposition. Au niveau des places subjectives, la locutrice se construit une image de politicienne compétente, ayant les pieds sur terre, ne se laissant pas duper par les apparences. En revanche, l’exemple qui suit semble d’un autre ordre.

(9) <KB> Well I simply don’t agree with a lot of what was said/ if the argument is that a fractious pupil hits his teacher because he’s read about John Bird’s tax return/ which part of the argument was/ I think it’s rubbish! to say that/ (rires) hum (opposition diaphonique / polémique)

79Cette intervention est également une réaction par rapport à une intervention préalable et constitue une attaque personnelle : it’s rubbish to say that, remet en cause la capacité de la locutrice précédente à proposer des arguments pertinents, c’est une attaque ad hominem en règle. Il s’agit donc d’un FTA qui menace directement la face positive de l’interlocuteur.

80 L’exemple qui suit illustre également ce positionnement en offrant une gradation de plus dans la violence de l’attaque :

(10) <JOURNALIST> Is it possible that we have a people in the Russians who are totally unsuited to democratic\

<DS> Certainly/ the only people who have ever successfully ruled Russia have been those who’ve killed and the really successfully rulers have killed millions //It’s true! (rires) </DS>

<JOURNALIST> Pauline Green

<PG> It’s terrifying/ now what a terrifying/ terrifying.... //I can’t even begin to think though, in that way ! \ </PG>

<DS> or think…

<PG> the problems/ the problems (rires) of Russia/ (applaudissements)

<JOURNALIST> That wasn’t very chivalrous ! </JOURNALIST>

<DS> It’s not chivalrous but it’s true!

<PG> the problems hah/ that sort of bullying is quite out of order I think and I’m taking absolutely no notice of it! (applaudissements)

81David Starkey n’hésite pas à insulter sa partenaire de débat de façon parfaitement gratuite, en la traitant implicitement d’idiote : She can’t begin to think. Le journaliste ne peut qu’intervenir face à cette transgression / inversion des règles du genre : Starkey semble chercher la divergence, la dissociation à tout prix. Cela est confirmé par le fait que l’insulte est validée une seconde fois, suite à l’énoncé du journaliste, ce qui impose à Pauline Green une réaction contradictoire en forme de prétérition : celle de préciser qu’elle ne réagira pas à ce type de provocation... Initier un rapport de place type compétent / incompétent voire intelligent / idiot est particulièrement désastreux en terme d’image, il est intéressant de noter que le seul exemple dans le corpus provient d’un locuteur qui n’est pas un politicien, mais un universitaire qui n’a pas à chercher à obtenir la sympathie des électeurs.

5.1.3. L’opposition : un phénomène graduel ?

82 Les quelques éléments qui précèdent pointent vers l’idée que le mode de l’opposition est en fait graduel, les différents sous-types se présentent comme des jalons particuliers sur le gradient :

83 Opposition polyphonique => diaphonique => ironique => polémique

84Il semble également qu’un continuum parallèle existe à propos de l’accommodation : à mesure que l’on s’éloigne d’une opposition polyphonique et/ou diaphonique définitoire du débat (et donc convergente) on s’approche d’une accommodation divergente transgressive qui joue à la fois sur le plan interne (l’interaction sur le plateau), les caractéristiques du débat, et le plan externe (plateau – téléspectateur). Il est à noter qu’en termes de perte de face, donner dans la polémique, les attaques ad hominem de façon répétée, peut être lourd de conséquences.

5.2. Accommodation complexe : plan interne / externe

85 Les exemples qui suivent illustrent le double positionnement que peuvent adopter les interactants en ciblant les plan interne et externe dans une même énonciation. Dans les deux cas, nous avons à faire à des actes paradoxaux (promettre et/mais menacer) relevant d’une opposition exophonique ; sont alors ciblés des destinataires absents mais clairement identifiés : l’IRA.

(11) <Public> ladies and gentlemen // What should Gordon Wilson say to the IRA in his coming meeting with them // </Public>

<JOURNALIST> Gordon Wilson/ the man who lost his daughter in the Enniskillen bombing made his maiden speech in the Irish senate today/ and after the Warrington bombing/ he asked for a meeting with the IRA which they say will take place // Kenneth Baker </JOURNALIST>

<KB> Stop! Realise that you are achieving nothing (dit en regardant la caméra en face); the IRA claims that it has political objectives/ but the political objectives of the IRA have been rejected by the people in the North and in the South/ in Ulster and in the South of Ireland […] the victims were completely innocent young children // Why did they die? Why should they be sacrificed in this totally horrible and useless way? And so the message has to go out that you are unacceptable/ you IRA terrorists/ you are pariahs/ you are psychopaths/ and they’re murderers and that is a very clear message

86 Dans le cas présent, Kenneth Baker alterne entre un positionnement sur le plan externe et interne dans un mouvement (une respiration énonciative) clairement dynamique. Au premier plan est l’interaction externe (You are achieving nothing) dont l’émergence est favorisée par la formulation de la question du public : what should Gordon Wilson say to them. Les participants sont donc invités à fantasmer un discours direct libre, qui favorise une cible externe. Baker revient ensuite sur le plan interne (the IRA claims...), pour terminer à nouveau sur le plan externe puis interne : the message has to go out: You are pariahs, you are psychopaths and they’re murderers.

87 Dans l’exemple qui suit, toujours à propos de l’IRA, P. Green, adopte le même positionnement externe :

(12) <PG> I think that if Gordon Wilson can actually see the IRA/ he’s an Irishman I think if the solution to the Irish problem to Northern Ireland is going to come about/ it’s going to come about as a result of Irish people actually saying: we want no more of this // I hope that he – if he sees them/ I hope that he will say to them that enough is enough/ you are not going to win by this sort of activity //

88Le discours rapporté fantasmé est intéressant ici car il offre à la locutrice la possibilité d’exprimer un avis sans forcément l’assumer pleinement en apparence. On notera que le dernier énoncé constitue un acte paradoxal : il peut être simplement informatif (une prédiction est livrée) mais peut également constituer une menace que semble amorcer enough is enough. You are not going to win and I’m going to make sure you don’t...

5.3. Accommodation convergente : une stratégie de planification

89 Nous voudrions évoquer maintenant un phénomène relatif à la structuration des interventions, en liaison avec les voix convoquées dans le discours, les mises en scènes énonciatives. Une thématique dans le débat est toujours amorcée par une question (sélectionnée) provenant du public. Ensuite, les membres du panel répondent en donnant leur avis chacun leur tour, le public est sollicité en dernier lieu par le journaliste qui l’invite à réagir aux différentes interventions. Cette temporalité autorise les invités à développer une argumentation monologale qui peut avoir une certaine longueur : certaines interventions peuvent dépasser 1 minute 30 de discours. Ces interventions doivent être structurées d’une façon ou d’une autre pour permettre d’emporter l’adhésion des téléspectateurs à un moment ou à un autre. Nous avons remarqué que les interventions des politiciens notamment, obéissaient à un patron cohérent qui constitue une adaptation au genre (accommodation convergente), particulièrement notoire.

5.3.1. Pyramide traditionnelle vs. pyramide inversée :

90Suivant Nielsen (1996), les genres de discours académiques correspondent au schéma traditionnel de la pyramide :

91[…] the traditional pyramid style of exposition: I normally write the way I was trained to write: starting with the foundation and gradually building to the conclusion. Most research papers and engineering reports open with a problem statement, then review the prior art, and move into a detailed discussion of the different options that are considered and the methods that are used. After plowing through twenty pages of basics the patient reader may find a section entitled results with detailed tables, charts, and statistical tests; and after an additional five pages of this, a page or so of conclusions is reached. Phew…

92 Ce mode de structuration académique, particulièrement utilisé lors de démonstrations, est préféré par les membres du panel correspondant à des experts issus de la société civile. Le schéma argumentatif par excellence (classique et linéaire) est alors : arguments => conclusion. Voici un exemple par D. Starkey, universitaire.

(13) <DS> I think there are two things/ the general tendency is fairly well established sociologically I think that the typical teenage mum is a sort of girl who probably won’t use contraceptives anyway and maybe you could encourage it //It seems to me to be a very faint hope //That’s point one //Point two: I think there are immense problems in trying to manage coeducational schools with the kind of extra-subtle pressures that we have at the moment //I talk in schools a great deal/ I lecture to them a lot/ and one of the things that strikes me is generally speaking particularly for girls how much better single sex schools are //I’m being deeply old-fashioned about this/ they can actually concentrate on learning without this enormous network of surrogate mock passionate romances/ far too early in their lives/ (rires) I’m being old-fashioned/ I’m being silly/ but I actually believe it //</DS>

93 Nielsen note ensuite que les médias et particulièrement les nouveaux médias (sites internet, blogs etc.) se structurent différemment, pour ne pas dire à l’inverse :

94Journalists have long adhered to the inverse approach: start the article by telling the reader the conclusion […] follow by the most important supporting information, and end by giving the background. This style is known as the inverted pyramid for the simple reason that it turns the traditional pyramid style around. (Nielsen 1996)

95 Cette inversion conclusion => argument n’est pas anodine et impose de fait une évolution du genre : puisque la conclusion est posée en préalable, nous ne sommes plus dans l’argumentation mais dans la justification. Le locuteur explique, “justifie” pourquoi il dit / pense cela.

96 Ce schéma semble être le point de départ des interventions des politiciens, quelle que soit leur longueur ; voici un exemple à propos de l’IRA :

(14) <PG> I think we need to understand that what we need is a political solution to the Northern Ireland problem //And some of my colleagues in the European parliament point to/ for instance/ what Spain has done in the Basque countries where there was also a very strong terrorist movement/ there still is a terrorist movement but it’s marginalized/ much more less important has very little support amongst the ordinary Basque community and they’ve done that because they have had a political solution giving autonomy to the Basque people allowing to make their own decision making/ to raise their own taxes/ and they have taken the Basque people with them/ and in so doing have marginalized the terrorists //There is still a small terrorist activity/ but it is much less and it is marginalized/ we need a political solution to the Northern Ireland problem/ and only by discussions and negotiations/ will we get that political decision making //

97 Le premier énoncé de Pauline Green amorcé par une clivée en WH- (what we need is…) est la conclusion de l’intervention. La solution est “politique” plutôt que militaire. On remarque également que le dernier énoncé reprend cette conclusion en écho et clôt l’intervention : we need a political solution to the Northern Ireland problem/ and only by discussions and negotiations/ will we get that political decision making. Nous notons donc la présence de deux conclusions séparées par l’évocation d’un cas de figure spécifique, ici la situation basque. La locutrice combine les deux sortes de pyramides et donc les deux modes d’argumentation et de justification, ce qui donne une dimension très solide à son discours.

98 La représentation de cette intervention en “double pyramide inversée” pourrait se faire avec le schéma suivant :

99 Nous notons que toutes les interventions des politiciens sans exception dans le corpus peuvent se modéliser de cette façon. Quelle que soit leur idéologie, la structuration reste la même. Les interventions très courtes obéissent au même schéma :

(15) <KB> Well no/ my view is that you do not speak to the IRA // I think they put themselves beyond the law and also beyond political debate/ that is my view // <KB>

100 Cette structuration (conclusion 1 introductive / séquence descriptive / conclusion 2) peut surprendre, notamment l’introduction réalisée par une conclusion. Ce phénomène est pourtant bien connu des analystes de discours ayant réfléchi à l’argumentation. Suivant Charaudeau & Maingueneau (2002 : 116) :

La conclusion est en fait le point de vue de l’argumentateur sur une question controversée, en fonction duquel il organise son discours. Ce point de vue correspond à la réponse à cette question en compétition avec d’autres réponses/points de vues. La conclusion-point de vue de l’argumentation peut figurer dès l’introduction d’un discours argumentatif monologique (annonce de la position qui sera soutenue) ; elle apparaît nécessairement dès l’ouverture de l’épisode ou de l’interaction argumentative, avec la confrontation des points de vue.

101Cette stratégie de planification est donc une règle du genre (discours argumentatif monologique) dont relève pleinement Question Time.

5.3.2. Planification et mise en scène énonciative

102 Nous souhaiterions maintenant attirer l’attention sur le fait que les stratégies de planification discursive sont en cohérence avec le phénomène de respiration énonciative.

103Les conclusions introductives 1 sont marquées par le mode de l’unicité explicite et implicite. Nous avons déjà relevé la présence de clivées en WH-, (intervention de P. Green) on note également de nombreux I think, I do believe. Ces différents marqueurs n’ont pas d’autre effet que de mettre en exergue, en focus un élément d’information précis.

104 La séquence médiane, descriptive est quant à elle sur le mode de l’effacement ; des faits sont évoqués, rappelés, et le locuteur semble absent comme le montre cet extrait de l’intervention de Green :

105(14) [...] in the Basque countries where there was also a very strong terrorist movement/ there still is a terrorist movement but it’s marginalized/ much more less important has very little support amongst the ordinary Basque community and they’ve done that because they have had a political solution giving autonomy to the Basque people allowing to make their own decision making/ to raise their own taxes/ and they have taken the Basque people with them/ and in so doing have marginalized the terrorists //There is still a small terrorist activity/ but it is much less and it is marginalized.

106 Les conclusions 2, en finale des interventions, sont amorcées pour la plupart au moyen d’un connecteur marquant une relation de type “conséquence” : so, ou bien d’une expression de type in fact, bornant l’intervention. Ces conclusions sont également sur le mode de l’unicité explicite : So I think, in fact I believe… On trouve également la présence du parallélisme assorti du verbe needl : what we need is…

107 Le mouvement est donc le suivant : le locuteur donne son avis eu égard à la question posée ; le mode est alors celui de l’unicité explicite ; il développe des arguments de façon objectivée, justifiant cette conclusion offerte en introduction, pour ensuite reprendre la main et réinvestir son discours. Le mode énonciatif utilisé est alors l’unicité mais aussi le parallélisme énonciatif qui, par le pronom we, institue le locuteur en porte-parole et le légitime de fait en tant que politicien élu, représentant de la nation. Ce patron discursif récurrent constitue une adaptation au genre, que nous considèrerons comme une extension d’accommodation convergente.

6. Conclusion générale ouverte

108 L’accommodation dans le débat télévisé Question Time est un phénomène protéiforme complexe aux multiples extensions. Nous validons ainsi la formule de Linell : « accommodation is everywhere ». Son marquage est instable et mobilise toutes les strates de l’activité langagière, relevant d’ordres aussi bien micro que macro discursifs (sélection de marqueurs, tâche cognitivo-discursive, respiration énonciative, planification). Nous observons que les types d’accommodation relevés sont effectivement sensibles au genre, ce qui est particulièrement intéressant lorsque ce dernier est en léger décalage par rapport aux normes socio-culturelles tacites. Ainsi, un degré d’opposition raisonnable est attendu dans un débat de société, ce qui en fait paradoxalement un type d’accommodation convergent. L’accommodation convergente intègre donc ici une part de divergence, intrinsèque au contrat générique. La divergence, l’opposition énonciative, doivent donc être considérées comme un phénomène certes catégoriel mais également graduel, qui mérite d’être exploré plus avant et modélisé, ce que nous nous attacherons à faire dans une publication ultérieure.

109 De même, le double plan interactionnel complexifie la palette disponible pour les différents locuteurs et les autorise à jouer sur les « deux tableaux » avec des positionnements potentiellement différents pour des énoncés identiques.

110 Enfin, nous aimerions suggérer que l’étude fascinante de l’accommodation, particulièrement sur un corpus interactionnel médiatique, a des implications didactiques fortes, à l’heure où les étudiants (au moins en LANSAD) sont de plus en plus évalués sur leurs capacités à argumenter. Et si savoir parler une langue n’était tout simplement pas savoir accommoder ?

Top of page

Bibliography

Adam, Jean-Michel. Les textes : types et prototypes. Paris : Nathan, 1992.

Bakhtine, Mikhail. Le marxisme et la philosophie du langage : essai d’application de la méthode sociologique en linguistique. Trad. M. Yaguello. Paris : Éditions de Minuit, [1929] 1977.

Beaver, David and Henk Zeevat. “Accommodation. In Gillian Ramchand and Charles Reiss (eds.), Oxford Handbook of Linguistic Interfaces. Oxford: Oxford University press, 2007. 503-538.

Brown, Penelope and Steven Levinson. Politeness. Some Universals in Language Use. Cambridge: CUP, 1987.

Bell, Allan. “Audience Accommodation in the Mass Media.” In Howard Giles, Justine Coupland and Nikolas Coupland (eds.), Contexts of Accommodation: Developments in Applied Sociolinguistics. New York, NY: Cambridge University Press, 1991. 69-102.

Charaudeau, Patrick et Dominique Maingueneau (éds). Dictionnaire d’analyse du discours. Paris : Seuil. 2002.

Ducrot, Oswald (éd.). Les mots du discours. Paris : Éditions de Minuit, 1980.

Ducrot, Oswald. Le dire et le dit. Paris : Éditions de Minuit, 1984.

Giles, Howard, Nikolas Coupland and Justine Coupland. “Accommodation Theory: Communication, Context, and Consequence.” In Howard Giles, Justine Coupland and Nikolas Coupland (eds.), Contexts of Accommodation: Developments in Applied Sociolinguistics. New York, NY: Cambridge University Press, 1991. 1-68.

Flahaut, François. La parole intermédiaire. Paris : Seuil, 1978.

Kerbrat-Oreccioni, Catherine. Les interactions verbales. Tome I. Paris : Armand Colin, 1990.

Kerbrat-Oreccioni, Catherine. Les interactions verbales.  Tome II. Paris : Armand Colin, 1992.

Linell, Per. “Accommodation on trial: processes of communicative accommodation in courtroom interaction.” In Howard Giles, Justine Coupland and Nikolas Coupland (eds.), Contexts of Accommodation: Developments in Applied Sociolinguistics. New York, NY: Cambridge University Press, 1991. 103-130.

Livingstone, Sonia and Peter Lunt. Talk on Television, Audience Participation and Public Debate. London: Routledge, 1994.

Nielsen, Jacob. Pyramids in Cyberspace. Alertbox, 1996. URL : < www.useit.com>.

Rouveyrol, Laurent. « Pour une stylistique du taxème dans le débat politique télévisé : analyse de quelques réseaux interactionnels signifiants. » Asp 23-26 (1999) : 99-120. URL : < https://asp.revues.org/2335>.

Rouveyrol, Laurent. « Des milieux des uns aux discours des autres : à propos d’interactions médiatiques. » Asp 45-46 (2004) : 43-60. URL : < https://asp.revues.org/853 >.

Rouveyrol, Laurent. Étude pragmatique de la variation linguistique dans le débat politique médiatisé en anglais. Thèse NR, F. Dubois-Charlier (dir.), Université de Provence. 2003.

Rouveyrol, Laurent. « Question Time, genre en débat, débat du genre. » Chapitre 1 de la thèse publié sur le site ADARR, 2003. URL : < www.tau.ac.il/adarr/index.files/bibliographies/genres/rouveyrol_chapitre1.doc >.

Rouveyrol, Laurent et Marion Bendinelli. « Parler avec les uns contre les autres : le parallélisme énonciatif comme fait de style du discours politique médiatisé. ». ASP 35, Numéro spécial (ESA n° 2), « Styles spécialisés » (2011) : 137-158.

Rouveyrol, Laurent, Marie-Christine Noël-Jorand, Robert Vion and Claire Maury-Rouan. “A Linguistic Toolbox for Discourse Analysis: towards a multidimensional handling of verbal interactions.” Discourse Studies 7(3) (2005): 289-315.

Scannell, Paddy (ed). Broadcast Talk. London: Sage, 1991

Vion, Robert. La communication verbale. Analyse des interactions. Paris : Hachette. 1992.

Vion, Robert. « La gestion pluridimensionnelle du dialogue. » Cahiers de linguistique française 17, Université de Genève (1995) : 179-203.

Vion, Robert. (a) « La mise en scène énonciative du discours. ». In B. Caron (ed.), Proceedings of the 16th international Congress of Linguists. [CD-ROM]. Oxford: Elsevier Sciences, 1998.

Vion, Robert (éd.). (b) Les sujets et leurs discours : énonciation et interaction. Aix-en-Provence : PUP, 1998.

Top of page

Notes

1 Voir Rouveyrol 1999 pour une explication plus détaillée.

2 Nous avons abondamment défini ces outils et nous renvoyons pour de plus amples précisions à Rouveyrol (2003), Rouveyrol et al. (2005).

Top of page

References

Electronic reference

Laurent Rouveyrol, « L’accommodation dans le débat politique britannique Question Time. Quelle modélisation pour quelles stratégies ? », Anglophonia [Online], 24 | 2017, Online since 28 November 2017, connection on 20 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1099 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1099

Top of page

About the author

Laurent Rouveyrol

Université Côte d’Azur, UMR 7320 Bases Corpus Langage
Laurent.Rouveyrol@unice.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals