Skip to navigation – Site map

L’anaphore en THE, mode d’accommodation dans la presse généraliste et d’intérêt spécialisé des États-Unis.

Caroline Peynaud

Abstracts

Journalists produce a discourse that is highly constrained by the norms of the genre and by the need to produce an attractive discourse which is adapted to readers. This will to adapt is part of an accommodation process by which the authors adapt their discourse to their readers, without knowing them very precisely, while the readers, in turn, interpret the discourse according to their knowledge of the norms of the genre. The analysis of accommodation modes makes it possible to understand more precisely the relationship journalists build with their readers.
The case of loose and associative THE-anaphora is especially revealing of the choices journalists make to present information as old or new, to the extent that the choice to present information in a definite form cannot systematically be justified by shared knowledge. These choices thus illustrate an accommodation process by which journalists present information as old although it is likely to be new for readers.
These analyses are based on a 35 000-word press corpus. They evidence the fact that these choices allow journalists to obey genre-specific constraints. When the referent is the main topic of an article, anaphors build designation paradigms that enhance cohesion. Conversely, when the referent is a secondary topic, anaphors make it possible to background information, while providing all the elements that may be necessary to understand the article.

Top of page

Full text

Introduction

1Les journalistes, quelle que soit le type de presse, doivent produire un discours attractif, c’est l’ « exigence de captation » définie par Charaudeau (2005 : 194). En cela, ils doivent s’adapter aux attentes de leurs lecteurs, ou du moins à l’image qu’ils s’en font. En ce sens, on peut supposer que leur discours est caractérisé par un processus d’accommodation, défini par Giles, Coupland & Coupland (1991) comme le processus d’ajustement intersubjectif par lequel un locuteur adapte son discours à son interlocuteur : « individuals adapt each other’s communicative behaviours in terms of a wide range of linguistic-prosodic-nonverbal features » (Giles, Coupland & Coupland 1991 : 7).

2Dans la presse, un discours attractif peut être décrit comme un discours qui apporte des informations nouvelles, c’est-à-dire qui informe, en s’appuyant sur des informations supposées connues des lecteurs, sans toutefois s’y attarder. La construction du discours consiste donc en une série de choix qui visent à donner aux lecteurs les clés pour comprendre un événement tout en cherchant à ne pas les lasser en accordant trop d’importance à des informations déjà connues. L’une des marques de cette adaptation au lecteur est l’emploi de THE comme marqueur anaphorique. D’après Larreya (2012 : 23), la désignation définie renseigne sur « la connaissance que les interlocuteurs / co-énonciateurs possèdent ou sont censés posséder concernant le référent ». Le choix de l’emploi de la désignation définie informe donc sur la manière dont les journalistes adaptent leur discours à leur « destinataire-cible », défini comme la construction théorique que les journalistes se font de leur lectorat (Charaudeau 2005 : 63), tout en s’inscrivant dans les normes d’un genre particulier. Les lecteurs, à leur tour, reçoivent un discours que la connaissance partagée des normes journalistique rend intelligible ; le « récepteur-public », le lecteur réel (Charaudeau 2005 : 65) adapte donc son interprétation aux normes du genre. La présente analyse pose l’hypothèse de ce double processus d’accommodation, qui concerne à la fois l’instance de production du discours et son instance de réception.

3Pour aborder cette question, cette étude se concentre sur les anaphores en THE qui contiennent des informations nouvelles, notion difficile à définir, comme il sera expliqué en partie 1.1. Celles-ci peuvent être des anaphores non strictes, où l’anaphorique ne répète pas mot pour mot son antécédent (Larreya 2012 : 20), également appelées « anaphores infidèles » (Le Pesant 2002), ou des anaphores sans antécédent dans le cotexte, comme il sera défini en 1.2. Celles-ci apportent une information nouvelle concernant le référent, tout en la présentant sous la forme d’une détermination définie, et nous semblent donc refléter ce processus d’accommodation.

4Dans cette optique, le corpus retenu se compose de presse généraliste et de presse d’intérêt spécialisée, définie par Laffont & Petit (2007 : 4) comme un type de presse qui s’adresse au grand public, tout en abordant des thématiques relevant d’un sujet particulier (le cinéma, le jardinage ou, ici, le sport). Tous les articles portent sur une thématique unique, celle des Jeux Olympiques de Rio de 2016. Nous posons l’hypothèse que l’analyse des anaphores en THE présentant des informations nouvelles est révélatrice de la manière dont le discours s’organise pour répondre aux diverses contraintes auxquelles il est soumis, notamment les processus d’accommodation en œuvre dans la relation entre les journalistes et leurs lecteurs. Après avoir explicité son cadre théorique, cette étude se concentre sur les formes repérées dans le corpus et discute leurs fonctions spécifiques dans ce discours.

1. L’accommodation dans la presse : problèmes et définitions

1.1. L’anaphore en THE comme marque d’accommodation

5D’après Le Pesant (2002 : 2), l’anaphore peut être définie comme « une forme vicariante sémantiquement vide ou incomplète, et qui est en même temps, d’un point de vue fonctionnel, une instruction explicite ou implicite visant à ce qu’on aille chercher dans le contexte gauche le matériel lexical (appelé́ antécédent) nécessaire à la reconstruction du syntagme qu’elle remplace ». L’article défini THE est généralement considéré comme une des marques de l’anaphore (Apothéloz & Béguelin 1999 : 3 ; Cornish 1999 ; Gundel 2001). THE désigne un référent identifiable par l’interlocuteur (Larreya 1999 : 152), soit pour des raisons liées au discours lui-même (dans le cas d’un référent mentionné précédemment ou d’une définition simultanée), soit pour des raisons extérieures au discours (contexte, connaissance partagée).

6Gundel et al. (2001) en donnent une définition similaire, proposant que THE code le statut « uniquely identifiable » (Gundel et al. : 275) dans la représentation que le destinataire se fait du référent. Cette conception, selon eux, justifie les emplois de THE lorsque le référent n’est pas familier pour l’interlocuteur sans qu’il soit besoin de faire recours à la notion d’accommodation, habituellement convoquée pour faire fonction de réparation. Pour eux, les syntagmes définis non familiers s’inscrivent dans deux catégories : les cas où le syntagme anaphorique donne lui-même les informations nécessaires pour identifier le référent et ceux où représentation unique peut être interprétée au moyen d’inférences.

7Nous adoptons ici une définition plus large de la notion d’accommodation, qui désigne une adaptation mutuelle entre locuteur et destinataire permettant à la communication d’avoir lieu dans des conditions optimales (Giles, Coupland & Coupland 1991). Dans ce cadre, les cas où le destinataire doit interpréter le sens de l’anaphore au moyen d’inférences sont considérés comme des cas d’accommodation. Sperber & Wilson (1986 : 21) définissent les inférences comme le contexte d’un énoncé, qui permet de choisir entre plusieurs interprétations de cet énoncé. Il revient dès lors au locuteur de bien interpréter la capacité du destinataire à fournir le contexte conduisant à l’interprétation voulue (Sperber & Wilson 1986 : 32). Nous nous trouvons donc bien dans le cas d’une adaptation mutuelle du discours.

8Dans cette acception du terme, deux cas d’anaphores en THE sont ici considérées comme des marques d’accommodation : les anaphores non strictes et les anaphores associatives.

9L’anaphore non stricte (Larreya 2012 : 20), également appelée anaphore infidèle (Le Pesant 2002 : 3), comprend les cas où l’anaphorique est différent de l’antécédent, mais où le référent est le même. La relation lexicale entre la tête et l’antécédent peut-être synonymique, hypéronymique ou attributive, lorsqu’elle n’entre dans aucun des deux cas précédents (Le Pesant 2002 : 3). Ce dernier cas peut-être rapproché de ce que Condamines nomme anaphores « supplétives », dans lesquelles l’anaphorique ajoute une information par rapport à son antécédent (2005 : 37). Ces cas nous semblent relever de l’accommodation dans la mesure où la relation entre antécédent et anaphorique, introduite par THE, est présentée comme non problématique, alors que l’information est nouvelle. C’est également le cas des anaphores associatives (Apothéloz & Béguelin 1999 : 1), qui concernent des reprises d’un antécédent qui n’est pas composé d’un mot ou d’un syntagme du cotexte, mais qui se trouve dans le contexte discursif plus large.

10Dans ces cas, il revient alors au destinataire de reconstituer la relation d’identité entre les deux syntagmes, ce qui implique un guidage de la part du locuteur (accommodation des journalistes à leurs lecteurs) et une interprétation de la part du destinataire (accommodation des lecteurs aux journalistes). Cet ajout d’informations par un syntagme défini aboutit à la création de ce que Mortureux (1993 : 2) appelle des paradigmes désignationnels, dont il est intéressant d’analyser les reformulants. L’exemple (1) illustre ce cas.

  • 1 Dans l’ensemble des exemples, les anaphoriques sont soulignées et leur contexte immédiat est donné (...)

(1)

Article

Première mention

Anaphoriques1

HN21

Zika

- the mysterious disease

- the virus

- the mosquito-borne virus

11Dans cet exemple, la première mention est faite sous la forme du nom de la maladie, dont on peut supposer qu’elle n’est pas connue par tous les lecteurs. Les mentions suivantes ont une fonction explicative, ajoutant systématiquement une information supplémentaire à la caractérisation du référent. Un paradigme désignationnel se compose « de listes de syntagmes (en général nominaux, parfois verbaux) fonctionnant en coréférence avec un vocable initial dans un discours donné » (Mortureux 1993 : 2). Le paradigme est désignationnel lorsque la relation de reformulation n’est pas explicitée, c’est-à-dire lorsqu’« elle affecte la forme pure et simple d’une substitution. » (Mortureux 1993 : 5).

12Le second cas que nous examinons est celui où l’antécédent n’est pas présent dans le cotexte. Dans ce cas, les journalistes introduisent une information nouvelle dans le discours, information dont il est difficile, voire impossible de déterminer si la connaissance est partagée par tous les interlocuteurs. Si certains syntagmes définis peuvent se justifier par une opération de deixis, relative au contexte spatio-temporel partagé par les auteurs et leurs lecteurs, ce n’est pas systématiquement le cas, comme les analyses des sections suivantes le montreront. Le fait que cette information soit présentée comme connue ou identifiable relève de l’accommodation dans le sens où les journalistes construisent un présupposé et imposent sa nature de vérité à leurs lecteurs, tandis que les lecteurs interprètent ce syntagme, s’adaptant ainsi au discours qu’ils lisent et à ses auteurs.

1.2. L’accommodation dans la presse généraliste

13L’analyse de l’accommodation soulève la question du public visé par le discours et de la manière dont le discours est modifié pour correspondre aux attentes du destinataire (accommodation convergente) ou pour s’en distancier (accommodation divergente) (Giles, Coupland & Coupland 1991 : 8). Il apparaît ici que l’accommodation suppose une connaissance de l’interlocuteur, connaissance très difficile à atteindre dans la presse généraliste.

14La presse s’inscrit dans une situation d’échange que Charaudeau (2005 : 194) nomme « monolocutive », caractérisée par l’absence physique du destinataire, qui ne peut pas immédiatement répondre. Cette absence de l’interlocuteur pose des difficultés pour l’identification du lectorat de la presse. Comme le souligne Jacquet (2014 : 183), « le journaliste écrit à l’attention d’un public qu’il ne peut la plupart du temps que se représenter ». Définir le lectorat en termes sociologiques nécessiterait de réaliser une étude de très grande ampleur qui se trouve toujours confrontée à des difficultés et des biais méthodologiques indépassables. Le portrait du lectorat en terme de spécialisation (politique étrangère, économie, linguistique…) est encore plus difficile à dresser, en particulier dans la presse généraliste, qui s’adresse à un public aussi large que possible. Dans la presse d’intérêt spécialisée, la question de la spécialisation pose tout autant problème puisqu’il s’agit de publications de vulgarisation qui s’adressent à des lecteurs ayant un intérêt pour le sujet abordé, mais sans nécessairement en être spécialistes, au contraire des revues professionnelles, par exemple (Laffont & Petit 2007 : 4). Si cette caractéristique permet de dessiner un portrait du lecteur légèrement plus précis, elle ouvre encore un large spectre de possibilités de profils. La construction du discours se fonde donc sur ce que Charaudeau (2005 : 63) nomme le destinataire-cible, le lecteur idéal imaginé, plutôt que sur le récepteur-public, le lecteur réel, avec lequel un journaliste a des contacts très limités. Dès lors, il est difficile, voire impossible, de déterminer objectivement ce qui constitue une information nouvelle ou ancienne pour les lecteurs réels.

15Les journalistes doivent pourtant produire un discours adapté à leur lectorat, ou du moins au lecteur idéal qu’ils s’imaginent. Il suffit pour le comprendre de s’intéresser aux critères de définition de ce qui constitue une actualité. Frau-Meigs (2006 : 21) cite les critères suivants : « timeliness, proximity, prominence, currency, bizarreness and crime », et Sloan & Parcell (2002 : 34) mentionnent « timeliness, proximity, prominence, conflict, impact, human interest, novelty ». L’ensemble de ces critères est relatif aux lecteurs, à ce qui peut être nouveaux pour eux ou à ce qui est proche d’eux d’un point de vue temporel ou spatial. Pour respecter ces exigences et produire une actualité publiable, les journalistes font donc sans cesse des choix discursifs en fonction ce qui peut répondre aux attentes de leur destinataire-cible.

16L’image des lecteurs guide notamment les choix des auteurs lorsqu’ils cherchent à répondre aux exigences de visibilité, de lisibilité, d’intelligibilité et de dramatisation, les quatre exigences qui organisent le discours de la presse pour Charaudeau (2005 : 194). L’exigence de lisibilité, en particulier, concerne la recherche d’un « travail d’exposition le plus clair possible », les articles « devant être, par contrat, accessibles au plus grand nombre de lecteurs possibles à l’intérieur d’une cible pré-construite ». Celle-ci s’articule avec l’exigence de dramatisation, qui vise la captation du plus grand nombre de lecteurs possibles (Charaudeau 2005 : 195). Pour des raisons économiques, les journalistes écrivent pour le plus grand nombre, mais ils doivent également conserver un style en accord avec le prestige et l’image du journal, ce qui implique des choix concernant les sujets abordés, le vocabulaire ou la syntaxe. Ils doivent produire un discours attractif, lisible par une majorité de lecteurs, tout en ne répétant pas tous les jours la même chose, alors même que le lectorat n’est pas stable et que les mêmes événements sont traités plusieurs fois au fil des jours. Il s’agit dès lors de trouver un équilibre entre toutes ces contraintes.

17L’analyse de la structure de l’information dans les articles se doit de prendre en compte l’ensemble de ces critères. Les journaux sont publiés dans une aire géographique qui permet de supposer quelques connaissances partagées, telles que le nom du président de la république ou celui d’événements marquants. Cependant, il est plus difficile de déterminer si le nom de certains sportifs ou d’événements moins communément médiatisés est connu de l’ensemble des lecteurs. Alors que certains lecteurs lisent la presse assidument ou suivent l’actualité de près, d’autres peuvent ne lire qu’un article ponctuellement et ne pas connaître les événements récents. Le discours de la presse doit s’adapter à l’ensemble de ces profils, et l’emploi de l’anaphore en THE est particulièrement révélateur des choix que font les journalistes en ce sens. En effet, certaines informations sont présentées sous forme définie alors qu’elles ne semblent pas pouvoir être interprétées comme connues de l’ensemble des lecteurs, ce qui met au jour un premier processus d’accommodation par lequel les journalistes font des choix concernant la détermination définie en s’adaptant à leur destinataire-cible ainsi qu’aux normes du genre. Un second processus d’accommodation est alors attendu des lecteurs, qui reçoivent tous les même discours, alors qu’ils possèdent des connaissances variées sur les sujets abordés, ce qui les oblige parfois à adapter leur interprétation de ce discours.

1.3. Corpus et relevé des formes

18Cette étude repose sur un corpus de taille réduite, composé de 35 000 mots issus de 52 articles de presse. Ce choix repose sur l’objectif même de cette étude, de nature exploratoire, qui suppose de pouvoir analyser de manière qualitative les occurrences du marqueur choisi. Le choix de THE implique de très nombreuses occurrences qui ne pourraient être analysées en détail dans un corpus plus conséquent.

19Le corpus est tiré de la presse des États-Unis, sans restriction particulière concernant le type de publication (qualité ou tabloïd, quotidien ou hebdomadaire, uniquement électronique ou en version papier également). Les articles ont été sélectionnés à l’aide du moteur de recherche GoogleNews, qui permet de rechercher des articles sur un thème particulier, ici, les Jeux Olympiques de Rio de 2016. Tous les articles traitent donc de thématiques proches, même si le sujet assez large des Jeux Olympiques se décompose en sous-thématiques diverses. Le choix d’un thème unique permet d’établir des comparaisons entre les articles, qui reprennent souvent les mêmes mots, ce qui permet d’observer des phénomènes de reprise anaphorique portant sur les mêmes référents à plusieurs reprises dans le corpus.

20Le spectre de la spécialisation des articles retenu s’étend de la presse généraliste à la presse d’intérêt spécialisée ; aucun des articles du corpus ne s’adresse à un public véritablement spécialisé, professionnel par exemple. Le corpus a été classé en deux genres : articles de fond et « feature articles ». Les articles de fond, ou « hard news », sont caractérisés par leur structure en pyramide inversée et dont le contenu doit tendre vers la neutralité (Hartsock 2007 : 266 ; Ellis 2001 : 128). À l’inverse, les « feature articles » sont caractérisés par des sujets plus approfondis et un ton plus littéraire, des portraits d’athlètes, par exemple (Hartsock 2007 : 85). Les noms des articles reflètent ce classement (F pour features, HN pour « hard news »).

21Les occurrences de THE ont été relevées systématiquement à l’aide du concordancier AntConc et elles ont ensuite été triées manuellement pour déterminer la présence d’un antécédent dans le cotexte. Les exemples d’anaphore stricte sont très rares dans le corpus, où la variété du vocabulaire employée est privilégiée. Ce relevé a permis de révéler deux types de fonctionnement de l’article défini dans ce discours. Les anaphores avec antécédent conduisent à la construction de paradigmes désignationnels où l’anaphore porte sur le référent thématisé dans l’article. En revanche, le cas des anaphores sans antécédent dans le cotexte correspond au processus inverse par lequel l’anaphore porte sur un élément situé en arrière-plan de l’article.

2. Emplois de THE et accommodation

2.1. Anaphore avec antécédent

22Plusieurs cas d’anaphores non strictes avec antécédent dans le cotexte ont été relevés. Les anaphores par hypéronymie ou synonymie, où les deux syntagmes nominaux ont le même référent, sont celles où le lien entre antécédent et reprise anaphorique demande le moins d’effort d’interprétation au lecteur. Le lien anaphorique entre deux syntagmes est moins évident dans le cas des anaphores associatives, où les deux syntagmes ne désignent pas le même référent.

2.1.1. Anaphores par hypéronymie et synonymie

23Comme il a été mentionné plus haut, nous parlons d’anaphores par synonymie tout en ne prenant en compte que les cas où les synonymes ne sont pas exacts, ce qui est le cas le plus courant (Larreya 2012 : 19). Les exemples (1) à (4) illustrent ce cas. L’exemple (3) représente le paradigme désignationnel le plus évident, avec deux reprises du sujet « Jim Craig » par les syntagmes définis the fresh-faced college boy et the plucky goaltender. Les deux anaphoriques représentent des cas d’anaphores supplétives, puisqu’ils ajoutent deux informations très différentes à la caractérisation du référent : la première implique une remarque sur son physique tandis que la deuxième précise son poste dans l’équipe de hockey. Cet article est un portrait du sportif et les informations à propos de Jim Craig sont dévoilées progressivement au cours de l’article. Cette caractérisation progressive repose sur une grande cohésion lexicale. Ainsi, la première mention, qui se trouve dans le chapeau de l’article, introduit les motifs on the ice et Americana. L’indication on the ice pointe vers la pratique d’un sport sur glace, ce qui justifie la détermination définie de in the stands dans la première reformulation, stands étant associé au sport. Les mentions wearing a U.S. flag, goaltender et hockey team correspondent également à un développement de cette première indication. Le chapeau qualifie également Jim Craig comme the epitome of Americana, motif repris par fresh-faced college boy, U.S. flag, beloved dad, plucky et Olympic glory. L’ensemble de ce discours très cohésif contribue à indiquer au lecteur que la détermination définie de the fresh-faced college boy et the plucky goaltender indique bien une reprise anaphorique de Jim Craig. Le paradigme désignationnel n’est donc pas uniquement construit à partir de l’anaphore en THE, mais s’appuie également sur tout ce qui entoure la reprise anaphorique, et qui contribue à clarifier le discours pour permettre au lecteur d’identifier son sujet.

Article

Première mention

Anaphorique

(1)

HN21

Zika

- the mysterious disease

- the virus

- the mosquito-borne virus

(2)

F1

Maryland native Ashley Nee

- The 26-year-old University of Maryland student

(3)

F2

There was Jim Craig on the ice, the epitome of Americana.

- the fresh-faced college boy, just 22, wearing a U.S. flag and looking in the stands for his beloved dad.

- the plucky goaltender who helped lead the young American hockey team to improbable Olympic glory over the heavily favored Soviets

(4)

F6

Golfer Sergio Garcia

- The young lad who scissor-kicked his way into the hearts of many a golf fan during the 1999 PGA Championship at Medinah Country Club in Illinois,

- the Spaniard

- the kid who fell in love with golf at Club de Campo del Mediterraneo in Castellon, Spain,

24Le processus est similaire dans l’exemple (2), où le nom Maryland permet de faire le lien entre Ashley Nee et the 26-year-old University of Maryland student. Cependant, le lien est fait par le lecteur pour une autre raison que par le lexique. En effet, la première mention se trouve dans le titre de l’article, ce qui annonce dès le début de l’article sur quoi celui-ci va porter. L’athlète sur qui ce portrait va porter est donc thématisée dans l’ensemble de l’article, comme le remarquait déjà Mortureux (1993 : 9) : « Le repérage et l’analyse du paradigme contraignent à expliciter tous les procédés mis en jeu par le discours pour désigner un invariant référentiel qui, en règle générale, concerne le thème principal d’un discours donné ; cela est particulièrement vrai pour un discours de dimension limitée, comme un article de journal ». Cette thématisation a lieu dans l’ensemble des exemples présentés dans cette section, pour lesquels la première mention est située soit dans le titre (exemples (1), (2) et (4)), soit dans le chapeau (exemple (3)).

25L’exemple (4) reprend le même processus, avec trois reprises du syntagme nominal introduit dans le titre de l’article, Golfer Sergio Garcia, par les syntagmes définis the young lad, the Spaniard et the kid, avec une cohésion lexicale fondée sur golfer, many a golf fan et fell in love with golf. Ici, si the Spaniard ajoute réellement une information sur le sportif dont il est question, l’interprétation du lecteur étant guidée par le nom du golfeur, à consonance hispanique. Les syntagmes the young lad et the kid n’ajoutent que peu d’informations à la caractérisation du sujet, mis à part sa jeunesse à l’époque des événements décrits. En revanche, les propositions relatives déterminatives qui suivent ces syntagmes ajoutent des informations importantes sur Sergio Garcia. Cependant, le fait que ces informations soient présentées dans des propositions relatives les place à l’arrière-plan de l’article, alors que la thématisation est réservée aux reformulants de Sergio Garcia, le sportif sur lequel porte l’article. Le choix de présenter une information comme sous forme définie semble donc reposer avant tout sur la cohésion de l’article, avec les informations sur l’événement ou la personne décrits en position d’informations nouvelles tandis que les informations portant sur une caractérisation du référent thématisé sont présentées comme anciennes. En effet, dans ce cas, l’angle sous lequel l’article décrit Sergio Garcia est celui de son âge, comme cela apparaît dans la première phrase de l’article :

(4b) The young lad who scissor-kicked his way into the hearts of many a golf fan during the 1999 PGA Championship at Medinah Country Club in Illinois, where he came one shot shy of champion Tiger Woods, is 36 now.

26Tout ce qui concerne son âge ou son vieillissement est donc placé en position d’information nouvelle alors que tout ce qui concerne son passé est à l’arrière-plan. Le choix de présenter une information comme ancienne ou nouvelle semble avant tout dépendre du choix du contenu prédicatif thématisé dans l’article et du choix de l’angle sous lequel celui-ci est abordé, afin de garantir une plus grande cohésion thématique dans l’article.

27Enfin, l’exemple (1), déjà mentionné, présente une caractérisation progressive du référent grâce à laquelle le locuteur construit une image de plus en plus précise de ce référent. Chaque reformulant s’appuie sur le précédent pour lui ajouter une information : on apprend ainsi que zika, mentionné dans le titre, est une maladie, puis un virus, puis une épidémie qui évolue rapidement, puis enfin un virus transmis par les moustiques. Ici encore, c’est zika qui est thématisé dans l’article et c’est cette thématisation associée au champ lexical de la maladie qui permet au lecteur d’associer les différents reformulants au même référent.

28Dans tous ces cas, l’association entre les syntagmes n’est pas évidente a priori et chaque anaphorique, présenté comme une information ancienne, ajoute pourtant des informations nouvelles à la caractérisation du référent. Le rôle du lecteur est de s’appuyer sur les indices dans le discours qui permettent de faire le lien entre les syntagmes et d’accepter les informations nouvelles comme vraies, alors qu’elles étaient probablement inconnues pour lui auparavant. La compréhension de l’article ne peut se faire qu’à travers ce processus d’accommodation, sans lequel l’article n’a pas de sens.

2.1.2. Anaphores associatives

29L’interprétation de l’anaphorique est plus difficile dans les occurrences d’anaphores associatives, notion que Larreya (2012 : 21) illustre avec l’exemple suivant :

(5) « on est allées manger un gâteau et boire un chocolat cher Angelina, le salon de thé de la rue de Rivoli. À la table à côté de la nôtre… »

30Pour lui, dans ce type d’exemples, le déterminant défini « invite à chercher une référence qui ne peut se trouver que dans l’univers référentiel posé par le contexte avant ». Le lien anaphorique est plus lâche que dans les exemples de la section précédente, puisque les deux syntagmes ne désignent pas le même référent. On trouve plusieurs occurrences de ce type d’anaphores dans le corpus, tels que les exemples (6) à (8).

Article

Première mention

Anaphorique

(6)

HN13

Olympics are a huge security risk

the security preparations

(7)

F10

Rio’s chefs prepare 60,000 meals a day for Olympic athletes

The dining room for the athletes village

(8)

HN1

Ana Beatriz Pereira Frade was slain

- the shooting

- one of the robbers

31Dans les trois cas, la première mention et le syntagme anaphorique entretiennent une relation métonymique et la première mention active mentalement le référent du SN anaphorique : le risque implique des préparatifs, les cuisiniers qui préparent des repas impliquent une salle à manger.

32Dans l’exemple (6), le mot security fait le lien entre les deux syntagmes. Sans cela, il n’est pas certain que le syntagme the preparations soit immédiatement associé par le lecteur aux préparatifs relatifs à la sécurité. Comme dans les exemples en 2.1.1., le lexique employé guide le lecteur vers une certaine interprétation de l’anaphore. Dans l’exemple (7), si aucun mot n’est répété, c’est le champ lexical de la restauration qui guide le lecteur vers la bonne interprétation.

33L’exemple (8) illustre un type particulier de paradigme désignationnel, puisque was slain et the shooting font référence au même événement, dont the robbers est l’un des participants, l’agent du procès. L’antécédent étant de forme verbale, il s’agit d’un cas proche de celui que présentent Apothéloz & Béguelin (1999 : 3) :

Atterrir sur la place rouge! Certainement le jeune pilote est fou !

34Pour ces auteurs, la cohésion est alors à la fois lexicale (entre « atterrir » et « pilote »), empirique (le fait d’atterrir suppose un pilote) et mémorielle, puisque les connaissances des lecteurs peuvent intervenir dans le rappel de cet événement historique. Dans l’exemple (8), l’ajout progressif d’informations concernant l’événement Ana Beatriz Pereira Frade was slain se fait par le biais de l’anaphore associative : on précise d’abord le type de meurtre avec the shooting, puis la caractérisation des autres participants à l’action : the robbers.

35Dans ces exemples, comme dans les exemples (1) à (4), c’est la thématisation qui permet l’accommodation, c’est-à-dire l’interprétation pertinente de ce à quoi les syntagmes anaphoriques font référence. Dans l’exemple (7), la première mention est dans le titre, et dans les exemples (6) et (8), elle se trouve dans le chapeau de l’article, annonçant d’emblée ce qui sera le sujet principal de l’article, qui guidera l’ensemble de l’interprétation des anaphores par les lecteurs.

2.2. THE sans antécédent

36Un autre processus est à l’œuvre lorsque les syntagmes en THE n’ont pas d’antécédent dans l’article. Ce type d’anaphore est normalement dû soit à une connaissance supposée partagée entre locuteur et destinataire, soit à une présence du référent en contexte qui rend son identité évidente. Or, comme il a été présenté en partie 1, si l’on peut supposer que le contexte global de l’écriture et de la lecture de l’article est partagé, il est difficile de définir une limite nette entre ce qui est connu et ce qui ne l’est pas. Certaines informations ont certainement plus de chances d’être connues par les lecteurs, comme the Olympic Games, dont on peut réellement penser que le déterminant défini se justifie par une très probable connaissance partagée entre locuteur et destinataire. En revanche, d’autres exemples posent davantage problème :

(9) « the much talked-about Zika virus. » (HN1)

(10) « the rare birth defect microcephaly » (HN2)

(11) « “sponsorships” from three state-run entities, including the scandal-plagued oil company Petrobras. » (HN24)

37Dans ces trois exemples, il est tout à fait légitime de considérer qu’un certain nombre de lecteurs peuvent ne pas connaître les référents dont il est question, à savoir Zika virus, microcephaly ou Petrobras. Il est également légitime de penser que certains lecteurs savent à quoi ces termes font référence, en particulier s’ils lisent régulièrement la presse. Dans les exemples (9) et (10), en particulier, Zika et microcephaly sont des thématiques fréquemment abordées dans les articles traitant des Jeux Olympiques à cette période et le sens de ces mots est très certainement connu par les lecteurs assidus qui ont construit leurs connaissances à mesure que des articles paraissaient sur ces sujets. On peut également supposer que le scandale de Petrobras est certainement connu d’un certain nombre de lecteurs, même s’il fait partie d’une actualité plus ancienne.

38Ces noms ne sont cependant pas donnés seuls : ils sont systématiquement précisés par un adjectif ou un autre nom, qui tiennent lieu d’explication et apportent des éléments supposés nouveaux, permettant au lecteur novice de comprendre de quoi il s’agit. Ces modifieurs pourraient être reformulés sous forme de définition :

(10b) microcephaly is a rare birth defect

(11b) Petrobras is a scandal-plagued oil company

39Dans les articles, ils prennent la forme d’épithètes dans lesquelles le premier groupe nominal (birth defect) permet d’identifier le deuxième (microcephaly). L’exemple (9) répond au même principe : much talked-about semble indiquer que Zika virus fait partie des connaissances partagées. Cependant, le simple fait de mentionner cette indication souligne le fait qu’il s’agit d’une information que le journaliste souhaite transmettre à ses lecteurs, information concernant la connaissance supposée que les lecteurs pourraient avoir du virus. Cette information s’adresse en particulier à ceux qui n’ont jamais entendu parler de ce virus, puisque la mention much talked-about n’a aucun caractère informatif pour ceux des lecteurs qui connaissent bien le sujet pour avoir lu les articles qui étaient très régulièrement publiés sur le sujet à cette période. Le journaliste s’adresse ainsi à son lecteur réel, qui ne connaît pas nécessairement Zika, en faisant référence à son lecteur théorique, qui est supposé en avoir entendu parler. Dans ces trois exemples, les notions abordées sont présentées comme des informations anciennes et connues, mais sont néanmoins expliquées, même de manière très brève, pour que les lecteurs non initiés puissent tout de même saisir de quoi il est question.

40Ce type de procédé n’est mis en place que lorsque l’information ainsi abordée n’est pas saillante dans l’article. Comme nous l’avons mentionné, les titres des articles représentent de bonnes indications pour comprendre quelle est cette information saillante :

(9b) « Crime casts shadow on Rio Olympics » (HN1)

(10c) « The Serious Health Reason These Athletes Are Skipping The Summer Olympics » (HN2)

(11c) « Rio Olympics CEO says privately run budget needs $30 million in public money » (HN24)

41Dans un article sur le crime aux Jeux de Rio (9), zika n’est pas l’information centrale. Dans un article sur les risques pour la santé (10), la microcéphalie n’est pas le risque le plus saillant, ce n’est pas celui sur lequel l’article se concentre dans la mesure où ce n’est pas le plus gros risque que courent les athlètes qui se rendent à Rio. Enfin, dans un article sur le budget des Jeux Olympiques (11), le scandale de Pétrobras n’est mentionné qu’à titre de comparaison. Présenter ces informations comme anciennes dans l’article est une manière pour le journaliste de ne pas attirer l’attention sur ces informations, de montrer que ce ne sont pas les informations principales de l’article, tout en mentionnant tout de même ces faits et en informant le lecteur de manière minimale à leur propos. Le lecteur qui connaît déjà l’information ne sera pas ennuyé par la répétition d’un fait connu. Le lecteur qui ne la connaît pas accommodera l’information, l’acceptera comme vraie et s’appuiera dessus pour poursuivre sa lecture.

3. Fonctions de l’accommodation dans la presse

42Les analyses qui précèdent ont montré que l’accommodation permet de transmettre des informations qui peuvent être nouvelles pour le lecteur tout en les présentant comme connues ou identifiables. Dans cette section, nous nous interrogeons sur les principes qui gouvernent le choix de ne pas présenter ces informations comme nouvelles. Focus et newsworthiness sont deux principes qui orientent l’écriture journalistique et que les journalistes ont en tête lorsqu’ils rédigent (Peynaud, 2013 : 259). Un article de presse doit se concentrer sur un point précis sous un angle défini (focus), et le sujet doit être pertinent dans l’actualité (newsworthiness). Le choix de présenter une information sous forme définie ou sous forme d’affirmation nouvelle permet de mettre en évidence la manière dont les journalistes mettent en discours ces grands principes.

3.1. Newsworthiness et effacement énonciatif

43Le terme Newsworthiness, la valeur d’actualité, résume les valeurs concernant ce qui constitue une actualité, citées en partie 1.2., dont « timeliness », « proximity » et « prominence » sont les trois principales (Frau-Meigs 2006 : 21 ; Sloan & Parcell 2002 : 34). Dans les articles du corpus, seule l’information centrale de l’article correspond à ces critères, tandis que les autres informations, notamment celles qui ont trait au contexte historique, politique, économique ou aux questions posées par le journaliste, dans le cas d’interviews rapportées au discours indirect, sont rejetées sous forme d’informations anciennes. Ces choix apparaissent clairement dans l’exemple (4b) :

(4b) The young lad who scissor-kicked his way into the hearts of many a golf fan during the 1999 PGA Championship at Medinah Country Club in Illinois, where he came one shot shy of champion Tiger Woods, is 36 now.

44Dans cet exemple, l’information historique, qui fait référence aux événements de 1999, est présentée à l’arrière-plan, sous forme de proposition relative. L’antécédent de la proposition relative, the young lad, est présenté sous forme définie. Cet élément de description du sportif au centre de l’article ne représente donc pas l’information nouvelle de l’article. L’information sur laquelle l’énoncé se focalise est l’information finale, is now 36, qui répond clairement aux critères de timeliness et proximity, c’est-à-dire qu’elle est contemporaine de la lecture de l’article, ce qui n’est pas le cas des informations contenues dans le reste de la phrase.

45Ce qui est présenté comme information nouvelle ne l’est donc pas selon un critère de nouveauté pour les lecteurs, mais plutôt de pertinence, c’est-à-dire en fonction de ce que le journaliste pense que le lecteur a besoin de savoir et de retenir et de ce que les auteurs peuvent publier pour respecter les normes du discours de presse. Ces choix sont bien sûr subjectifs, mais ils s’avèrent relativement similaires dans l’ensemble du corpus, quel que soit le type de presse. L’information est ainsi présentée de manière synthétique, pour éviter les répétitions et produire un discours plus attractif, c’est-à-dire plus immédiatement pertinent pour les lecteurs, ce qui répond à l’enjeu de captation auquel les journaux sont soumis.

46Incidemment, cette forme permet d’ajouter une évaluation de l’information. Par exemple :

47Dans l’exemple (12), din ajoute une information par rapport à noise, information de type évaluatif. Pour répondre aux contraintes éthiques auxquelles les journalistes sont soumis, le locuteur devrait être totalement effacé du discours. L’effacement énonciatif devrait primer, c’est-à-dire « [un ensemble de procédés qui] effacent la voix du journaliste pour donner la priorité́ aux sources (sources de discours en tant qu’évènements ou sources de discours à propos d’un évènement). » (Marnette 2004 : 51) Or, le fait que ce type d’information apparaisse sous forme présupposée présente également l’information comme ne portant pas à controverse, elle est donc acceptée plus facilement par le lecteur et son caractère nouveau passe quasiment inaperçu.

48Le jeu sur la désignation définie permet aux journalistes, en ce sens, de respecter les normes du genre, c’est-à-dire les contraintes portant sur le contenu et la neutralité, tout en donnant aux lecteurs les informations contextuelles nécessaires pour comprendre l’événement récent. Les lecteurs, à leur tour, sont conscients de ces normes génériques et interprètent l’article en suivant un processus de guidage propre à la presse, fondé sur le principe de focus.

3.2. Focus et pertinence

49 La valeur de focus, qui recommande qu’un seul sujet soit traité dans chaque article sous un angle particulier (Ellis 2001 : 130), influence également les choix en termes de statut de l’information. Chaque article a un sujet principal et les anaphores sont toutes organisées d’après ce sujet principal, ce qui donne aux articles une grande cohésion. Dans les articles de fond, en particulier, beaucoup d’informations sont présentées sous forme définie en début d’article, car le thème principal de l’article est posé dès le départ. C’est le principe de la pyramide inversée, selon lequel les informations sont présentées de manière très ramassée en début d’article, puis sont développées une par une à mesure que l’article se déroule (Ellis 2001 : 128).

(13)

HN8

WHO: Decision to compete at Rio Olympics despite Zika must be personal

The World Health Organization shares the concern of many athletes and sports fans over the possibility of contracting the Zika virus while in Rio de Janeiro for the Olympic Games in August, but it said that the decision over whether or not to go must be an individual one.

“The more we learn about Zika, the more worried we get about it,” said WHO chief Dr. Margaret Chan said at a Tuesday press conference in Geneva, adding that she plans to go to the Rio Games.

50 Dans l’exemple (13), les différents types de soulignement mettent en relief les reprises de thématiques abordées dans le titre de l’article, à savoir l’organisation mondiale de la santé, la décision difficile, les Jeux Olympiques de Rio et le virus Zika. Chacune de ces thématiques est reprise et développée dans la suite de l’article, mais c’est bien la présentation initiale qui désigne ce à quoi s’intéresse l’article et ce qui pourra, dans la suite du texte, être désigné comme une information ancienne, même lorsque des précisions nouvelles sont progressivement ajoutées à la caractérisation du référent. Les autres informations sont présentées comme connues, même si on ne peut pas supposer qu’elles le sont nécessairement par tous les lecteurs.

51Nous suggérons que le choix de présenter une information comme ancienne et connue, alors qu’elle ne l’est pas nécessairement pour le destinataire, relève dans ce cas du principe de pertinence. Selon Sperber & Wilson (1966 : 43), la communication se fait au moyen d’inférences fondées sur des indices : « selon le modèle inférentiel, la communication se fait au moyen d’indices que le communicateur fournit afin que le destinataire puisse en inférer ses intentions ». Dans le cas du discours de la presse, nous suggérons que ces indices peuvent être de nature linguistique, dans le cas où la cohésion lexicale permet d’attribuer un sens à l’anaphorique, ou de nature discursive, lorsque ce sont les normes du genre qui guident les lecteurs. C’est ainsi que l’on peut interpréter l’exemple (14) :

(14)

HN24

Rio Olympics CEO says privately run budget needs $30 million in public money

Chief executive officer Sidney Levy had pledged that only private money would be used to run the games. That promise was broken just over a month ago when the committee requested a bailout from the city of Rio de Janeiro and the federal government to run the Paralympic Games.

52Dans cet exemple, le syntagme Chief executive officer Sidney Levy n’a de sens que lorsqu’on se réfère au titre, Rio Olympics CEO (double soulignement), et the games, surtout alors qu’il est écrit sans majuscule, ne peut être interprété que grâce à l’antécédent Rio Olympics (soulignement simple). Cette structure de développement progressif de l’information étant typique des discours de presse, le lecteur saura reconstituer le sens en mettant ce premier paragraphe en rapport avec le titre. En ce sens, les conventions d’écriture des articles de presse guident le lecteur dans son interprétation des syntagmes définis.

53Ce guidage permet aux journalistes de produire un discours parfois elliptique, où de nombreuses informations sont présentées de manière incomplète, puisque le lecteur saura s’appuyer sur les normes du genre et sur la cohésion lexicale pour reconstituer le sens. Pour Sperber & Wilson (1986 : 82), la pertinence implique un effort minimal pour un effet maximal. Le discours de la presse répond à ce principe, puisqu’il doit fournir les informations nécessaires à la compréhension de l’événement, tout en se concentrant sur l’information principale, c’est-à-dire sans donner plus d’informations que nécessaire, afin de préserver le ratio efforts/effets. Le lecteur, quant à lui, interprète le discours reçu en fonction de ce qu’il comprend des intentions du locuteur et des normes du genre.

54Enfin, le journaliste est d’autant plus pertinent que, sans informations sur les connaissances de ses lecteurs, il lui est difficile de décider quelles informations sont nécessaires à la compréhension de l’article et lesquelles ne le sont pas. Il s’agit alors de préserver la face du lecteur, c’est-à-dire « the positive social value a person affectively claims for himself » (Goffman 1972 : 237), en présentant comme connues des informations qui pourraient être connues, mais qui ne le sont pas nécessairement. Ce jeu sur le statut de l’information permet en ce sens de répondre à la contrainte d’attractivité du discours en préservant la face de ceux qui savent, tout en évitant d’exclure ceux qui ne savent pas.

Conclusion

55Dans les articles du corpus, nous observons donc un jeu très fin sur le statut de l’information qui porte plus précisément sur le choix de présenter certaines informations sous forme définie. Ce choix se fait en fonction de différentes contraintes propres au discours journalistique : contrainte d’attractivité, de saillance d’un sujet précis dans chaque article, de lien direct avec l’actualité, mais également la contrainte induite par le manque de connaissance des destinataires de ce discours.

56Deux types d’accommodation sont en jeu à travers ces choix. Le premier est l’accommodation des journalistes aux contraintes du genre, mais également à ce qu’ils pensent que leurs lecteurs peuvent savoir. Il s’agit de ce que Giles, Coupland & Coupland (1991 : 16) appellent l’accommodation subjective, définie comme suit : « accommodation to how the other is perceived, not to objective speech features ». Il s’agit de préserver la face du lecteur, tout en fournissant toutes les informations nécessaires à la compréhension de l’événement. De manière remarquable, les choix effectués par les différentes publications sont similaires, ce qui suggère que le lectorat réel des publications ne joue pas de rôle déterminant dans ces décisions. Le second type est l’accommodation attendue des lecteurs, qui acceptent les présupposés sans les remettre en question. Cette accommodation est rendue possible grâce à la position d’autorité dont jouissent les journalistes et aux nombreux indices qui guident la compréhension du lecteur.

57De manière tout à fait spécifique à la situation de communication de la presse, ces deux types d’accommodation n’ont pas lieu dans l’interaction, où les interlocuteurs ajustent leur discours à mesure que le dialogue se déroule, mais dans une communication à sens unique où les choix effectués reposent sur la croyance de l’auteur concernant ce qu’il devrait dire ou ne pas dire. En cela, l’analyse du statut de l’information dans la presse représente une ressource précieuse pour comprendre la manière dont les journalistes se représentent leur lectorat et répondent aux différentes contraintes auxquelles ils sont soumis.

Top of page

Bibliography

Apothéloz, Denis and Marie-José Reichler-Béguelin. “Interpretations and Functions of Demonstrative NPs in Indirect Anaphora.” Journal of Pragmatics 31 (1999): 363-397.

Charaudeau, Patrick. Les médias et l’information : l’impossible transparence du discours. Bruxelles : DeBoek, 2005.

Charaudeau, Patrick. « Discours journalistique et positionnements énonciatifs. Frontières et dérives. » Semen, Énonciation et responsabilité dans les médias 22 (2006). URL : < https://semen.revues.org/2793 >.

Condamines, Anne. « Anaphore nominale infidèle et hypéronymie : le rôle du genre textuel. » Revue de Sémantique et Pragmatique 18 (2005) : 33-52.

Cornish, Francis. Anaphora, Discourse, and Understanding: Evidence from English and French. New York: Oxford University Press, 1999.

Ellis, Barbara. The Copy Editing and Headline Handbook. New York: Basic Books, 2001.

Frau-Meigs, Divina. Qui a détourné le 11 septembre : Journalisme, information et démocratie aux États-Unis. Bruxelles : De Boeck, 2006.

Giles, Howard, Justine Coupland and Nikolas Coupland. Contexts of Accommodation: Developments in Applied Sociolinguistics. Cambridge: Cambridge University Press, 1991.

Goffman, Erving. “The Presentation of Self to Others.” In Jerome G. Manis (ed.), Symbolic Interaction: A Reader in Social Psychology. 2nd ed. London: Allyn & Bacon, 1972. 234-244.

Grice, Paul. “Logic and Conversation.” In Peter Cole and Jerry L. Morgan (eds), Syntax and Semantics, Vol. 3, Speech Acts. New York: Academic Press, 1975. 41-58.

Gundel, Jeanette K., Nancy Hedberg and Ron Zacharski. “Definite Descriptions and Cognitive Status in English: why Accommodation is Unnecessary.” English Language and Linguistics 5.2 (2001): 273-295.

Hartsock, John C. “It Was a Dark and Stormy Night.” Prose Studies 29:2 (2007): 257-284.

Jacquet, Antoine. « La langue des journalistes est-elle dictée par le public ? Attentes supposées du public en Belgique francophone. » Sur le journalisme, vol. 3, n° 1, [En ligne] (2014). URL : < http://surlejournalisme.com/rev/index.php/slj/article/view/138/58 >.

Laffont, Hélène et Michel Petit. « Presse et anglais de spécialité́ : quelques éléments de caractérisation de la presse professionnelle. » Cahiers de L’APLIUT, vol. XXVI, n° 3 (2007) : 26-41.

Larreya, Paul. « Constantes et spécificités des procédés anaphoriques : étude contrastive de quelques marqueurs en anglais et en français. » In Camille Denizot et Emmanuelle Dupraz (éds.), Anaphores et anaphoriques, variété des langues, variété des emplois. Cahiers de l’ERIAC n° 4, Fonctionnements linguistiques. Rouen : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012.

Larreya, Paul et Claude Rivière. Grammaire explicative de l’anglais. Harlow : Longman, 1999.

Le Pesant, Denis. « La détermination dans les anaphores fidèles et infidèles. » Langages, 36e année, n° 145 (2002) : 39-59.

Marnette, Sophie. « L’effacement énonciatif dans la presse contemporaine. » Langages n° 156 (2004) : 51-64. URL : < http://www.cairn.info/revue-langages-2004-4-page-51.htm >.

Mortureux, Marie-Françoise. « Paradigmes désignationnels. » Semen n° 8, « Configurations discursives » (1993). URL : < http://semen.revues.org/4132 >.

Peynaud, Caroline. Contribution à la caractérisation de la presse écrite américaine comme domaine spécialisé : milieu, culture et discours. Thèse en études anglaises. Université Paris Sorbonne, 2013.

Sloan, W. David. and Lisa Mullikin Parcell. American Journalism: History, Principles, Practices. London: McFarland & Company, 2002.

Sperber, Dan and Deirdre Wilson. Relevance: Communication and Cognition. Oxford: Blackwell, 1986.

Vallduví, Enric. Information Packaging: A Survey. Report for WOPIS, 1993.

Top of page

Notes

1 Dans l’ensemble des exemples, les anaphoriques sont soulignées et leur contexte immédiat est donné lorsqu’il est pertinent pour l’analyse.

Top of page

References

Electronic reference

Caroline Peynaud, « L’anaphore en THE, mode d’accommodation dans la presse généraliste et d’intérêt spécialisé des États-Unis. », Anglophonia [Online], 24 | 2017, Online since 28 November 2017, connection on 23 April 2018. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1106 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1106

Top of page

About the author

Caroline Peynaud

Université Grenoble Alpes, ILCEA4, GREMUTS
Caroline.peynaud@univ-grenoble-alpes.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals