Skip to navigation – Site map

Stratégies d’accommodation en anglais américain : le cas de l’interro-négative

Pauline Levillain

Abstracts

This study attempts to observe and analyse the accommodation strategies developed by speakers of American English in interaction. It aims at accounting for the use of this complex structure syntactically-speaking, combining both interrogation with negation, and analysing its semantic/pragmatic contribution to the strategies pursued by speakers, especially their accommodation strategies. To do so, the strategic adjustments are examined in the light of the conversational context, the points of view expressed by the speakers and the objectives they would like to reach. Both the Speech-Act theory and the Pragma-Dialectical Approach not only shed light on the relevance of the use of negative interrogative clauses in contexts of disagreement but also help us understand how complex interpersonal relations develop when speakers want to reach an agreement by sharing points of view.

Top of page

Full text

1. Introduction

1.1. Le point sur le concept d’ « accommodation »

1Afin de saisir pleinement la portée du concept d’accommodation, nous avons consulté les notices du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL) relatives aux termes d’ « accommodation » et « accommoder ». Les définitions se sont avérées tout aussi intéressantes que pertinentes, vu les contextes d’apparition des interro-négatives dans notre corpus.

2D’abord, l’accommodation est « l’action ou le résultat de l’action d’accommoder, d’aménager, de préparer pour un meilleur usage (dans ce dernier cas, on accommode une chose, et non une personne) ». Puis, « accommoder » est défini non seulement comme « adapter avec une idée d’arrangement répondant à une demande, à un intérêt » mais aussi « servir les intérêts de quelqu’un ». Enfin, le verbe signifie aussi « mettre d’accord ou en accord, mettre deux personnes d’accord » :

31. [...] celui-là s’occupe d’accommoder, après tant de siècles, Josué avec Galilée, qui, vous le savez, se chamaillent quelque peu sur certain point d’astronomie; mais les témoins ont clos l’affaire ; désormais tout est harmonie, il ne s’agit plus de ces vieilles gens. A. de Musset, Lettres de Dupuis et Cotonet, Les Humanitaires, 1836, p. 599. (TLFi)

3Enfin, la définition plus spécifique d’ « accommoder un différend », c’est-à-dire le « régler en y mettant un terme » résonne tout particulièrement avec nos préoccupations liées aux interactions et aux résolutions de conflits :

32. Bien que les trêves eussent été renouvelées avec l’Angleterre, que de part et d’autre on se donnât sans cesse des assurances pacifiques, et qu’il y eût des conférences continuelles pour accommoder chaque différend, on pouvait presque dire que les deux royaumes étaient en guerre. P. de Barante, Hist. des ducs de Bourgogne, t. 2, 1824, p. 320. (TLFi)

  • 1 Pour lire à ce sujet, voir Kai Von Fintel (2008).

4Au terme de ce tour d’horizon permettant de circonscrire le concept tel qu’il est utilisé dans cet article, il apparaît qu’il n’est pas question ici d’accommodation des présupposés, c’est-à-dire du travail interprétatif de l’interlocuteur sur les connaissances partagées (ou « common ground ») en lien avec les présupposés de l’énoncé du locuteur.1 Notre recherche se concentre en revanche sur les ajustements stratégiques visibles en interaction, sur les termes d’ « adaptation » et d’ « aménagement » présents dans ces définitions, dans le but de « servir un intérêt ». Ainsi, nous gardons à l’esprit la nécessaire prise en compte des objectifs que souhaitent atteindre les locuteurs en utilisant la proposition interro-négative. Dans quelle mesure les stratégies développées sont-elles motivées ? La définition du concept d’accommodation par Richmond Thomason (1990 : 332) est éloquente :

Accommodation consists in acting to remove obstacles to the achievement of desires or goals that we attribute to others.

5Aussi essayons-nous, à l’instar de Thomason, de reconstruire le raisonnement qui a donné lieu à la proposition :

Concentrating on accommodation means shifting to reconstructed reasoning that underlies utterances. (1990 : 334)

  • 2 « Strategic manoeuvring » dans le texte original.

6Ces travaux sont une source d’inspiration majeure pour notre travail, au même titre que la pragma-dialectique. En effet, les ajustements stratégiques2 de l’approche pragma-dialectique (Van Eemeren & Houtlosser 2004) rejoignent, selon nous, les stratégies d’accommodation proposées par Thomason. Ils sont définis comme résultant de l’action de procédés d’ajustement :

Les procédés de base de l’ajustement stratégique consistent selon nous à opérer une sélection judicieuse parmi les éléments de discussion disponibles à une certaine étape de la dispute, à adapter au mieux sa contribution aux attentes de l’auditoire, et à choisir la formulation la plus efficace. (2004 : 55)

7Nous lisons plus loin :

La qualité des ajustements stratégiques dépendra toujours en dernier lieu des contraintes imposées par la situation dialectique et par l’auditoire visé par l’argumentation. (2004 : 55)

8Le traitement pragma(-dialec)tique du cas de l’interro-négative que nous entreprenons nous amène donc à interroger la relation qu’entretient la sélection d’interro-négatives par le locuteur avec son déploiement de stratégies d’accommodation en interaction.

1.2. Le point sur la proposition interro-négative

9L’état des lieux de la littérature, en français et en anglais, sur la proposition interro-négative nécessite d’inclure un détour contrastif par la proposition interrogative dite « classique » (c’est-à-dire avec un prédicat sous sa forme positive). Dans un travail antérieur (Levillain 2016), nous avons fait référence aux travaux de Quirk et al. (1972 : 386) et de Huddleston & Pullum (2002 : 866) pour définir la question dite « classique », formulée dans le but d’obtenir une information.

10Avec une interro-négative comme Isn’t a book part of what goes on around you?, analysée dans cet article, il est évident que cette forme ne permet pas au locuteur de poser une question qui a pour objectif d’obtenir une information, laquelle serait fournie par l’interlocuteur. Kerbrat-Orecchioni (1996 : 42) met au jour le vrai message exprimé avec cette forme en français et affirme que la proposition interro-négative induit une réponse de type positif en distinguant d’une part les structures avec inversion (ex. « Ne pensez-vous pas que… ? ») et les structures en « Est-ce que… ? » (ex. « Est-ce que vous ne pensez pas que… ? »), et d’autre part les structures relevant d’une syntaxe « de l’oral » (ex. « Vous ne pensez pas que … ? »). Elle ajoute que, pour ces dernières, l’intonation joue un rôle majeur dans l’accès à la « bonne » interprétation. En effet, l’intonation oriente l’interlocuteur vers l’assertion négative ou vers l’acte de langage accompli par l’interro-négative.

  • 3 Pour le détail de ces références, cf. Levillain (2016).

11Albrespit (2011 : 134) déclare que « avec une interro-négative, la question ne correspond pas à une demande d’information neutre ». En effet, l’énonciateur prend position par rapport à la situation d’énonciation. Il ne s’agit plus pour le co-énonciateur d’opérer un choix ; la question s’apparente alors à une demande de confirmation. Vraie ou fausse question ? Le sociolinguiste John Heritage (2002 : 1428) est catégorique et parle clairement d’expression de points de vue.3

  • 4 Défini comme « le vaste ensemble des pratiques discursives qui se déroulent en contexte interactif (...)

12Au terme de cette introduction, notre recherche se cristallise sur l’expression de point de vue rendue possible – ou non ? – par la proposition interro-négative et par extension, sur les enjeux argumentatifs et pragmatiques liés à la conversation. Aussi l’éclairage proposé permettra-t-il sans doute de mettre au jour les stratégies discursives développées par les locuteurs lorsqu’ils utilisent la proposition interro-négative, spécifiquement dans un contexte de désaccord. Cette étude espère apporter la réponse aux questions suivantes : Que révèlent les phénomènes d’accommodation en interaction sur le fonctionnement des interro-négatives, et inversement ? Plus spécifiquement, quel(s) type(s) de stratégies l’usage de l’interro-négative sert-il au sein du « discours-en-interaction »4 (Kerbrat-Orecchioni 2005 : 14). L’accommodation permet-elle de justifier ces stratégies ?

  • 5 Plus récemment, ces trois dimensions ont été reprises dans son ouvrage de 2009 (1e éd. 2005).

13Pour répondre à ces questions, nous analysons les occurrences d’interro-négatives au sein des conversations du corpus d’anglais oral américain The Santa Barbara Corpus of Spoken American English (désormais SBC), constitué par l’Université de Californie. Grâce aux métadonnées incluses dans ce corpus, nous prêtons une attention toute particulière aux relations qu’entretiennent les locuteurs. Pour ce faire, nous nous référons à la classification de la relation sous les trois dimensions proposées par Kerbrat-Orecchioni (1997) : horizontale (axe distance-familiarité), verticale (axe domination-soumission) et affective (axe coopération-conflit).5

2. Analyses

14Le corpus de Santa Barbara est un corpus libre d’accès, comprenant soixante conversations, enregistrées et retranscrites. C’est un corpus d’une très grande variété, que ce soit au niveau des thématiques de conversation (d’ordre privé ou professionnel, dîners entre amis, conversations entre enseignants, réunions de bureau, etc.) ou des locuteurs, d’âges et d’origines sociales variés. C’est pourquoi il est considéré comme un des meilleurs témoins de l’usage oral américain contemporain.

  • 6 À ce propos, Geluykens (1988 : 468) a créé le mot-valise « queclaratives » pour désigner les « decl (...)

15Pour cette étude, nous nous concentrons sur les conversations de la partie 1, qui comprend une quinzaine de conversations d’environ 4 à 10 minutes chacune. Les interro-négatives sont d’abord identifiées puis classées selon des critères syntaxiques, avec ou sans mot interrogatif à l’initiale de la proposition. Sont considérées comme propositions interro-négatives toutes les formes dont le prédicat est sous sa forme négative, au sein d’une proposition interrogative. En fonction de l’intonation, les scripteurs ont choisi de ponctuer la proposition par un point d’interrogation ou dans d’autres cas par un point ou un point d’exclamation, la dimension assertive étant en effet toujours au centre des préoccupations.6

16Soixante-cinq occurrences sont donc repérées puis analysées tant au niveau de leur forme (interrogatives totales / yes-no questions – Isn’t a book part of what goes on around you? – ou interrogatives partielles / WH- questionsWhy don’t you get another one?) qu’en termes de contenu sémantique, gardant à l’esprit les travaux d’Anscombre & Ducrot (1976 : 14) considérant l’orientation que portent les énoncés :

C’est, pour nous, un trait constitutif de nombreux énoncés, qu’on ne puisse pas les employer sans prétendre orienter l’interlocuteur vers un certain type de conclusion.

  • 7 Pour le détail des citations, cf. Levillain (2016).

17Après avoir été identifiées, les occurrences sont paraphrasées par des locuteurs anglophones natifs qui évaluent la pertinence de chaque intervention et paraphrasent les occurrences en mettant au jour le(s) objectif(s) que souhaite atteindre le locuteur. Cet éclairage pragmatique est apporté non seulement sur le micro-discours (c’est-à-dire sur le co-texte environnant) mais aussi sur le macro-discours (la conversation dans sa globalité). Cette réflexion sémantico-pragmatique est fréquemment alimentée de justifications liées au type de relation qui unit les locuteurs, dans ses trois dimensions mentionnées supra : horizontale, verticale et affective. La répartition des formes des occurrences confirme les résultats de Stivers (2010 : 2773) sur le système de questions-réponses en anglais oral américain, à savoir que les questions fermées sont largement plus utilisées que les questions ouvertes.7 Dans notre corpus, 80 % des occurrences (52/60) sont des yes/no questions, qui se répartissant de la manière suivante :

  • seize occurrences comprennent le prédicat be (soit 25 % du total d’occurrences) ; par exemple, Isn’t a book part of what goes on around you? ;

  • douze occurrences (18,46 %) ont des verbes lexicaux, conjugués au présent (ex. Doesn’t the media tell us that there is only a two-party system in this country?) ou au preterit (ex. Didn’t you say they filed in eighty-seven?) ;

  • douze occurrences de question-tags (18,46 %) : ex. I thought I turned this off, didn’t I? ;

  • douze occurrences (18,46 %) dont la structure syntaxique relève de l’oral : le schéma syntaxique est celui de l’assertion S/P comme dans What, you didn’t ask her to dance?. Nous remarquons à ce propos que seuls les critères prosodiques nous indiquent qu’il s’agit d’une question (les scripteurs du SBC ont à juste titre sélectionné le point d’interrogation).

  • 8 Il faut savoir que les autres pronoms interrogatifs sont très peu représentés : logiquement, on pos (...)

18Enfin, 20 % des occurrences (13 sur 65) sont des interro-négatives partielles introduites par des pronoms ou adverbes interrogatifs en wh-, principalement why,8 par exemple, Why don’t you get another one… avec un prédicat au présent, et Why wasn’t he sitting at her table avec un prédicat au prétérit. Ainsi nous proposons la répartition schématique suivante sous forme de diagramme circulaire (en partant d’en haut à droite – 16 occurrences – avec une rotation horaire) :

19Il convient maintenant d’examiner en détail des occurrences représentatives de chaque type de proposition interro-négative.

2.1. Interro-négative totale en be : expression d’un point de vue divergent

  • 9 Pour un travail plus approfondi sur l’implicite de ces énoncés, cf. Levillain (2017).

20Tout d’abord, force est de constater pour l’ensemble des formes étudiées un décalage entre les valeurs locutoire et illocutoire des énoncés. En effet, ces énoncés formulés sous une forme interro-négative sont interprétés, à juste titre, pragmatiquement comme des expressions subtiles de points de vue potentiellement problématiques. Ce décalage s’explique par le fait que des données implicites9 sont convoquées et confèrent pragmatiquement à l’interro-négative sous la forme d’interrogative totale, une valeur d’expression de point de vue. Nous examinons ces mécanismes à l’aide des occurrences à l’étude, notamment en nous concentrant sur un examen minutieux des éléments co(n)textuels : les « réponses » à ces « questions ».

21Chaque forme d’occurrences permet en effet d’accomplir en discours des actes de langage différents. Cette première forme d’interro-négative, la plus représentée (16 occurrences sur 65), permet en l’occurrence d’exprimer un point de vue divergent. Elle se présente sous la forme : < Isn’t + S + attribut du S + (?) >.

22Notre première occurrence est extraite de la conversation 5 (SBC005) intitulée « A Book about Death ». Darryl et Pamela sont en couple, ils partagent leurs expériences de vie, notamment celle de lecture. Ici, c’est Pamela qui pose la question :

(1) SBC 005

PAMELA:

... And where do you get the ideas.

DARRYL:

... Thought.

PAMELA:

... And where do you get those thoughts?

DARRYL:

Processing what goes on around me.

PAMELA:

... Well?

... Isn't= a book part of what goes on [around you]?

DARRYL:

                                       [(H) Well %],

... % more from an oblique sou=rce.

You know,

<X when X> you're reading fiction,

or,

.. (H) or articles,

or history or something like that,

(H) but .. but,

t- for me it's very difficult,

to pick up a b=ook about d=eath.

.. (H) That someone's written about death,

because it's [bullshit.

PAMELA:

            [(H) <% Well --

DARRYL:

Who knows what death] is.

23L’occurrence Isn’t a book part of what goes on around you? est reformulée en (1’) par les locuteurs natifs :

(1’) I think a book is part of what goes on around you.

24Au demeurant, cette paraphrase des interro-négatives en « Isn’t…? » en < I think + S + P > où P est le prédicat positif, est systématiquement pertinente.

25En ce qui concerne la relation qui unit les locuteurs, elle est familière (Darryl et Pamela sont en couple). Dans cet extrait, les échanges sont toutefois plus proches du conflit que de la coopération sur le continuum proposé par Kerbrat-Orecchioni (2005 : 94-97). Pour rappel, les « ingrédients » nécessaires sont :

  • deux négociateurs en co-présence ;

  • un objet à négocier (la représentation d’un livre) ;

  • un état initial (désaccord) ;

  • la mise en œuvre de procédures pour tenter de résorber le désaccord ;

  • un état final.

26La pragma-dialectique avait proposé quelque temps auparavant (Van Eemeren & Grootendorst 1984) quatre étapes similaires dans l’argumentation : confrontation, ouverture, argumentation et conclusion.

27Dans cette conversation, les locuteurs ne semblent pas être d’accord sur ce que représente un livre ; nous le voyons clairement avec la réorientation de Darryl (Well, more from an oblique source). Ce dernier ne pense pas qu’on puisse légitimement écrire sur la mort, ne l’ayant pas expérimentée. La reformulation à l’aide du prédicat cognitif I think indique que Pamela exprime son point de vue sur ce que représente un livre, bien qu’elle ne l’ait pas exprimé sous la forme I think a book is part of what goes on around you. Les questions qui nous animent, pour faire écho à Thomason (1990), sont les suivantes : Pourquoi a-t-elle choisi cette formulation ? Pour quelle finalité ?

28L’interro-négative semble permettre à la locutrice d’exprimer son point de vue subtilement. En comparaison, la forme interrogative simple Is a book part of what goes on around you? interroge le point de vue de l’interlocutrice, alors que l’assertion I think a book is part of what goes on around you pose le point de vue en discours, sans prendre en considération le point de vue des autres locuteurs.

  • 10 Nous devons toutefois nuancer notre propos car Pamela exprime son point de vue, bien qu’il soit div (...)

29Comme le montre l’extrait, Darryl a toujours le dernier mot et sait manier la langue pour parvenir à ses fins, c’est-à-dire montrer qu’il a raison. Il est en effet question ici d’enjeux de pouvoir, à savoir qui a raison ? Qui va réussir à convaincre l’autre ? Ainsi, en ce qui concerne cette dimension verticale de la relation entre les deux locuteurs, la posture de Darryl s’apparente à une posture de « domination »10 sur le continuum domination-soumission (Kerbrat-Orecchioni 1997). C’est précisément dans ce type de contexte, où la relation verticale tend à être déséquilibrée, que l’utilisation de l’interro-négative prend tout son sens.

30En effet, avec l’interro-négative, le locuteur semble soumettre à la validation de son interlocuteur le point de vue auquel il adhère. En utilisant un prédicat négatif au sein de la forme interrogative, le locuteur réalise un acte totalement différent de la demande d’information (opérée par l’interrogative positive) : il pose en discours son point de vue et le confronte à de potentiels points de vue autres (marqués par le prédicat négatif) en orientant la validation de l’interlocuteur vers le point de vue exprimé. Ainsi, nous considérons que l’utilisation de l’interro-négative fait partie de ces « procédures » mises en œuvre pour tenter de vaincre le désaccord (Kerbrat-Orecchioni 2005). En cela, elle participe d’une stratégie d’accommodation. Non seulement l’interro-négative permet l’expression d’un point de vue, qui plus est divergent, mais nous allons plus loin en posant que son utilisation facilite l’échange de points de vue (aussi ajoutons-nous à la paraphrase (1’) la proposition : What do you think?) et, par extension, contribue au maintien de la communication.

31Nous pouvons imaginer que si Pamela avait exprimé son point de vue moins subtilement, la réponse de Darryl aurait été tout autre. Au demeurant, nous remarquons, comme par mimétisme, que Darryl adopte lui aussi une attitude moins frontale, voire bienveillante – ce qui n’est pas dans ses habitudes – avec Well, more from an oblique source. Il ne s’oppose pas à cette idée, même s’il n’en pense pas moins.

32Que dire de « l’état final » ? C’est une sorte de statu quo puisque cette conversation sur ce que représente un livre se termine par cette longue intervention où Darryl étaye son point de vue avec un raisonnement plutôt solide, selon lequel aucun être humain ne peut parler de la mort, ne l’ayant pas expérimentée. Devant cet argument, Pamela semble se résigner avec un Well assez complexe, à la fois synonyme de concession et de maintien de ses positions. Cet échange se termine sur une question rhétorique pour le moins large posée par Darryl : Who knows what death is, question à laquelle personne ne peut répondre, en suivant son raisonnement.

33Pour résumer, cet extrait confirme « l’orientation vers le positif » (Kerbrat-Orecchioni 1996) et aussi l’expression de point de vue que propose Heritage (2002). Selon la théorie pragma-dialectique de Van Eemeren & Houtlosser (2004), en ayant recours à de telles formes marquées syntaxiquement, permettant d’accomplir des actes de langage indirects comme l’expression de points de vue, les participants Darryl et Pamela ne sont plus de simples locuteurs, ils deviennent « argumentateurs ». Par les actes de langage argumentatifs qu’ils accomplissent en discours, « ils se trouvent engagés par les positions qu’ils prennent publiquement » et souhaitent « résoudre une divergence d’opinions » (2004 : 47).

  • 11 Formulation qui évoque les « softeners » de Kerbrat-Orecchioni (1997).

34À la lumière des enjeux majeurs repérés, nous allons plus loin en posant l’interro-négative comme facilitatrice de cette confrontation de points de vue, malgré un contexte peu propice à la communication (divergence d’opinions). En effet, en utilisant l’interro-négative, Pamela a développé une stratégie d’accommodation : elle s’est adaptée au contexte et à son interlocuteur. En sélectionnant cette forme pour exprimer son point de vue, elle s’est non seulement posée comme participante active ou « argumentateur » au sein du débat sur la représentation du livre mais elle a aussi vaincu la contingence. En anticipant l’opposition de son interlocuteur et en « adoucissant »11 le contenu de son énoncé, Pamela a choisi le maintien de la communication au détriment du conflit. Face à cela, Darryl n’a pu répondre que poliment, indirectement, sans opposer une opinion clairement divergente.

2.2. L’interro-négative totale avec un verbe lexical : déclencheur de parole

35Les formes abordées dans cette sous-partie comprennent un verbe lexical, d’où le recours à un verbe auxiliaire support de l’adverbe négatif pour formuler l’interro-négative. Comme dans la première sous-partie, le locuteur soumet à l’approbation de l’interlocuteur un contenu qu’il considère vrai. Nous analysons ces occurrences comprenant un verbe lexical comme contribuant à déclencher la parole de l’interlocuteur sous la forme de l’expression d’un point de vue sur la relation prédicative en jeu.

36L’extrait suivant est un cours de sciences politiques donné à Riverside, Californie (SBC012, « American Democracy is Dying »). Franck est étudiant, Montoya un homme politique d’une cinquantaine d’années qui endosse le rôle d’enseignant.

(2) SBC 012

FRANCK:

I say this because,

(H) .. there is,

.. a tendency for some of us to= believe,

because,

.. we have been conditioned.

right?

... Who conditions us to think the way we think.

.. What did we deci_ __

.. What did we say.

.. earlier.

... talking about culture.

RACHEL:

Um,

.. they learn through .. schools,

.. [<X through their families X>].

MONTOYA:

[Schools.

right]?

... Schools.

... The media.

.. Everything else.

.. (H) .. I mean,

.. doesn't the media tell us that there's only a two_party system in this country?

FRANK:

.. Mhm.

FRANK:

.. Mhm.

Why is it

.. that the Communist Party,

the Socialist Workers Party,

the Prohibitionist Party,

the American Independent Party,

(H) ... all these parties that we have,

... supposedly minority parties,

... don't get the same kind of treatment,

... as the Democratic and Republican parties.

... They're not mainstream.

right?

37Les éléments contextuels cités ci-dessus sont nombreux car l’interro-négative fait suite à la longue intervention de Frank, I say this because there is a tendency for some of us to think that we’ve been conditioned, right?, qui pose ensuite la question : Who conditions us to think the way we think. Il est ici question des acteurs du conditionnement de la pensée humaine. Montoya répond, en faisant écho à la réponse de Rachel : Schools, the media ; il précise son propos après le très vague Everything else : Doesn’t the media tell us there is only a two-party system in this country?.

38L’interro-négative est cette fois utilisée dans un contexte pédagogique : il s’agit d’un cours dispensé à l’université Riverside, dans lequel toute familiarité est proscrite. Pour faire référence aux trois types de relations de Kerbrat-Orecchioni (1997), la relation horizontale est décrite comme peu familière, la relation verticale pose de facto Montoya comme supérieur hiérarchiquement à double titre, en ce qu’il détient le savoir et est d’une trentaine d’années l’aîné des étudiants. Malgré ces deux types de relations – horizontale et verticale – qui pourraient présager une communication difficile, nous remarquons que la parole circule assez facilement : les étudiants s’expriment sur la manière dont chacun construit sa pensée.

39Si on compare cette occurrence à la précédente, cet extrait relève de la sphère professionnelle, ce qui pourrait expliquer un discours en apparence moins spontané (sans chevauchement de prise de parole) mais somme toute, très fluide. Enfin, la relation affective pose les rapports entre locuteurs comme davantage coopératifs que conflictuels. En effet, les locuteurs prêtent une attention toute particulière à la compréhension mutuelle. L’adverbe right? en position finale est utilisé à trois reprises (deux fois par Frank, une fois par Montoya). Cela montre une certaine volonté de construire le discours collaborativement, en s’assurant que les interlocuteurs demeurent impliqués dans la réflexion. Marqueur de demande d’adhésion ou simple phatique, cet adverbe semble jouer un rôle important dans la cohésion de groupe. Nous remarquons notamment que Montoya rebondit sur Schools, énoncé par Rachel, en le répétant. Nous pouvons supposer qu’il souhaite que la jeune femme développe son argument. Puis il oriente le discours sur les médias.

40Cette intervention, cruciale pour l’ensemble du discours en ce qu’elle relance la discussion après une légère pause, génère l’expression du point de vue de Frank. En effet, en posant un tel contenu en discours grâce à la proposition interro-négative, Montoya soumet le point de vue à l’approbation – ou désapprobation – de ses interlocuteurs, d’où l’effet déclencheur de parole. Plus le contenu sera polémique, plus cet effet sera important.

41Comme dans l’extrait précédent, l’interro-négative peut être paraphrasée par l’expression d’un point de vue avec I think. En posant cette question négative, Montoya propose subtilement son point de vue sur les médias, comme le montre la reformulation :

(2’) I think the media tells us that there’s only a two-party system in this country. What do you think?

42avec l’ajout de la finale What do you think? comprenant un pronom personnel fortement modalisé, afin de susciter l’expression de point de vue. En effet, les locuteurs anglophones sont formels : Montoya sollicite ses interlocuteurs et leur demande de s’exprimer à leur tour sur ce sujet. En d’autres termes, il pose un contenu argumentatif afin de générer une réaction de type expression d’argument (ou contre-argument).

43Ce procédé peut être utilisé comme pratique pédagogique afin de déclencher la parole et faire naître l’expression du public – avec succès puisque Frank acquiesce Mhm à deux reprises. Reste à savoir si le locuteur adhère réellement au point de vue qu’il exprime, ou s’il utilise uniquement cette interro-négative comme déclencheur de parole, nous n’avons pas suffisamment d’éléments pour le prouver. Au final, l’enjeu spécifique à ce contexte n’est-il pas que les étudiants s’investissent dans leur apprentissage ? La confrontation de leurs points de vue, déclenchée par l’interro-négative, semble y contribuer fortement.

44En cela, l’utilisation de l’interro-négative peut être justifiée par des stratégies relevant de phénomènes d’accommodation du locuteur : ce dernier s’adapte à son public (différent de celui auquel il est confronté habituellement) en modulant son discours afin d’être pertinent pour le contexte ; sa présence devant les étudiants doit permettre à ces derniers de développer des apprentissages.

  • 12 Pour ces formes, le travail interprétatif de l’interlocuteur est moindre dans le sens où, explicite (...)

45Après avoir examiné les occurrences d’interro-négatives totales, permettant l’expression d’un point de vue qui peut être divergent tout en maintenant la communication et en « ménageant la face de l’allocutaire » (Détrie 2006), nous nous tournons désormais vers les occurrences d’interro-négatives partielles, introduites par le pronom interrogatif why. Faute de place, nous sommes au regret de laisser de côté pour une autre étude les questions-tags et les occurrences construites selon une syntaxe « de l’oral » (c’est-à-dire celle d’une assertion12). Nous nous focalisons maintenant sur ces occurrences tout à fait intéressantes qui, de prime abord, semblent questionner les causes d’un événement au moyen du pronom interrogatif « why ».

2.3. Interro-négative partielle en why + prédicat au présent : expression d’une suggestion

46Ces formes sont introduites par le pronom interrogatif why et sont suivies de l’auxiliaire, du sujet et du prédicat : < Why + auxiliaire + S + P (+?) >. Le pronom interrogatif why, comprenant le morphème de l’inconnu wh-, interroge sur les raisons d’un procès. Il est paraphrasable par for what reason?.

47Il est intéressant de voir que ces questions sont très rarement suivies de réponses en because, ce à quoi nous pourrions nous attendre sur le plan sémantique. Cette structure ne permettant donc pas la demande d’information, nous nous interrogeons sur sa raison d’être.

48Toujours sur le plan sémantique, nous remarquons que ces formes comprennent majoritairement des prédicats faisant référence à des actions : put, get, clear, etc. Examinons l’extrait ci-dessous :

(3) SBC 004

SHARON:

I had to do all this shit,

.. just in= order to get my (H) .. position secured there with the bureaucracy,

so they let me off for a day.

(H)= ... And there was a sub,

and,

what !Annalisa claims,

and her mother claims,

is that on that day,

they brought back the application for free lunch,

.. all filled out,

.. (H) and [that the s]u=b took it.

CAROLYN:

[ah=].

PAM:

... [2(Hx)2]

SHARON:

[2Righ=t2]?

PAM:

... <X Oh[3= for goodness sake X>3].

SHARON:

[3So=,

%= you know2],

I find this out a week later=.

... I kept bugging !Annalisa,

t- you know,

did you bring the form in=,

did you fill it all out,

why don't you get another one,

... (TSK) (H) and I search my desk,

and it's not there,

and I keep calling the office and sending notes

49Même si cet extrait est intégré dans un passage de discours rapporté, cette occurrence n’en est pas moins intéressante et révélatrice. Ici, nous avons accès aux différentes étapes du raisonnement de Sharon : cette dernière ne cesse de dire à une de ses élèves (Annalisa) qu’elle doit ramener un document rempli afin de pouvoir prétendre à certaines aides sociales. On peut lire I kept bugging Annalisa, qu’elle illustre en donnant des exemples de questions : did you bring the form in, puis did you fill it all out. En l’absence de réponse et de réaction de l’élève, elle décide de proposer un nouveau document avec l’interro-négative : why don’t you get another one. L’énoncé est reformulé en (3’) :

(3’) You should get another one.

50avec une très forte emphase sur l’auxiliaire modal should, mettant en exergue la valeur de modalité radicale exprimée par l’auxiliaire modal, agissant sur la relation inter-sujets. Vu l’énervement de la locutrice, certains informateurs sont allés jusqu’à proposer l’injonction : Get another one!

  • 13 C’est la valeur perlocutoire de l’énoncé.

51Ces reformulations mettent à nouveau en exergue le décalage entre les valeurs locutoire et illocutoire de ces énoncés. En effet, c’est la valeur illocutoire de suggestion, plus ou moins appuyée en fonction des contextes, qui prévaut ici. Nous la rattachons à la modalité de type IV de la théorie des opérations énonciatives d’A. Culioli, modalité inter-subjective selon laquelle l’énonciateur essaie d’influer sur autrui. Ici, l’énonciateur suggère, invite plus ou moins vivement son co-énonciateur à valider la relation prédicative en mettant en action13 le procès décrit par le prédicat, en l’occurrence get another one [application form]. Toutefois, la proposition interro-négative, introduite par le pronom interrogatif why, semble atténuer le caractère frontal de « directive » afin d’optimiser les conditions de réception de ce message et maintenir la communication dans un contexte où elle est potentiellement menacée.

52En effet, pour s’adapter au contexte et aux besoins de la conversation, c’est-à-dire lever cet obstacle et trouver des solutions au problème de l’élève, Sharon met en œuvre un nouveau processus, les précédents n’ayant pas fonctionné, à savoir proposer de nouveau le document (dans le cas où l’élève l’aurait égaré). Ainsi, elle maintient la communication et, par extension, l’activité en débloquant la situation.

53Pour reprendre les différentes configurations proposées par Kerbrat-Orecchioni (2005), avant l’intervention de Sharon cet extrait pourrait être apparenté à un cas de dispute, où toute négociation est vaine et l’entente impossible. Au demeurant, il est très fréquent que l’interro-négative apparaisse dans ces contextes polémiques, où les locuteurs sont face à des situations problématiques.

54Ici, vu l’exaspération de la locutrice, plus que suggérer, elle semble exhorter son interlocutrice à agir afin de trouver des solutions. En cela, la définition de la valeur illocutoire « directive » de Searle (1979) extraite de la théorie des actes de langage nous éclaire : « Directives are invitations, suggestions or instructions ». Vu le contexte, c’est « instructions » qui semble convenir ici : « We try to get them to do things » (Searle 1979).

55Pour résumer, contrairement aux précédentes occurrences, ce n’est pas l’expression du point de vue de l’interlocuteur qui est déclenchée, mais son action. En effet, l’interro-négative en < why + prédicat [action] au présent > permet au locuteur d’inviter son interlocuteur à agir. En fonction des éléments co(n)textuels, cette invitation s’avère plus ou moins appuyée, et peut s’apparenter à une injonction (Get another form!). Dans cet extrait, le statu quo n’est plus supportable pour Sharon qui exhorte alors son interlocutrice à agir, afin de débloquer cette situation problématique. Comme dans les exemples précédents, l’utilisation de l’interro-négative marque cette stratégie d’accommodation permettant au locuteur de trouver une solution à un problème. Toutes les occurrences relevées sous cette forme confirment cette analyse. Il convient maintenant d’examiner des occurrences complexes où le prédicat est au passé.

2.4. Interro-négative en why + prédicat au passé : expression d’une incompréhension

56L’extrait suivant est intéressant à double titre, pour sa complexité et pour les limites qu’il met au jour de facto relativement à notre analyse des stratégies d’accommodation déployées par le locuteur. En effet, c’est avec cette forme en why + prédicat au passé que l’interprétation qui est faite de ces énoncés peut osciller entre demande d’information et acte de langage (de type expression de point de vue, suggestion, reproche) accompli en discours. Afin de compléter notre examen, nous ajoutons une deuxième occurrence, à titre de comparaison.

(4a) SBC 002

HAROLD:

.. What-,

.. you didn't ask her to da=nce?

JAMIE:

... Not ~Miles,

[he's just <X in daze X>].

MILES:

[Well I was still trying to] figure out,

JAMIE:

... @

MILES:

surely they must know each other,

I mean,

.. [why wasn't he sitting at] [2her table2],

JAMIE:

[(H) <@ You mean,

you were][2still2] thinking about it @>.

PETE:

                               [2@@@2]

JAMIE:

                (H)

MILES:

                Anyway,

.. this guy=,

JAMIE:

                (H)

MILES:

                ..% ..% .. I mean he comes over there,

.. immediately afterwards,

JAMIE:

the same guy who got his --

... [the same guy who's] --

HAROLD:

                       [No,

it's just some] [2random guy2].

JAMIE:

         [2Or just some random2] [3guy3].

MILES:

         [2No,

a2] [3random3] guy.

.. who was like sitting about where you are.

HAROLD:

                   Yeah,

MILES:

                   He was sitting there,

there were two guy=s sitting at a table right where you are.

.. And then these two women are sitting here.

(H) So= uh=,

he comes over there,

and is talking with that woman.

.. I don't know about what,

but then like ten minutes later,

... she and her friend are over at their table.

57Cet extrait provient d’une conversation entre quatre amis : Harold et Jamie sont en couple, Miles est médecin et Pete est étudiant. Miles, jeune homme célibataire, raconte le déroulement d’une soirée à ses amis. Au cours de cette soirée, il avait remarqué une jeune femme qui lui plaisait mais n’a pas osé l’aborder. Il raconte ici comment cette même jeune femme a finalement été abordée par un autre homme.

58La relation entre les locuteurs est familière, les rapports de places sont équilibrés et il n’y a pas de conflit. L’occurrence (4a) comprend le prédicat sit, conjugué à l’aspect grammatical be V-ing dans lequel be est au conjugué au prétérit. L’occurrence est reformulée en (4a’) :

(4a’) I don’t understand why he wasn’t sitting at her table.

59Ces interro-négatives en < why + prédicat au passé > marquent systématiquement l’incompréhension du locuteur. Albrespit parle d’ « étonnement » ou d’ « incrédulité » en ce qui concerne la question-écho (2011 : 138), nous pouvons tout à fait assimiler (4a) à ce type de situation. Au demeurant, ces formes sont généralement fortement modalisées.

60L’expression d’incompréhension met ainsi en avant un décalage moindre par rapport aux occurrences précédentes entre valeur locutoire et illocutoire de ces énoncés. Toutefois, même si une lecture littérale – la recherche de causes – peut être faite de cet énoncé, il semble porter en lui une charge argumentative et ainsi convoquer une autre valeur, à savoir celle d’expression de reproche.

61En effet, le co-texte gauche nous informe quant à l’état de Miles : he’s just in daze, comme le fait remarquer Jamie. Miles ajoute, pour se défendre, qu’il était en pleine réflexion, scrutant le moindre indice de la scène pouvant déterminer si les personnes se connaissaient : Well I was still trying to figure out. Sa conclusion est catégorique avec surely they must know each other, comprenant deux marqueurs relevant de la modalité épistémique indiquant une forte probabilité de la validation de la relation prédicative (l’adverbe surely et l’auxiliaire modal must).

  • 14 Cette proposition n’est pas ponctuée par un point d’interrogation car l’intonation est descendante (...)
  • 15 Au demeurant, cette même incompréhension, voire incrédulité, est aussi exprimée à l’aide de l’inter (...)

62 L’expression de cette forte probabilité d’une part, et celle de l’incompréhension de l’autre, sont toutes deux convoquées par l’utilisation de l’interro-négative why wasn’t he sitting at her table.14 Pour soutenir notre thèse, Laurence Horn, déclare à propos de l’interro-négative : « it expresses the speaker’s expectations clashing with evidence ». C’est bien de cela qu’il est question ici : de « clash », de décalage entre les attentes du locuteur par rapport à une situation donnée et les faits observés, en l’occurrence entre la supposée accointance des personnes scrutées et le fait que l’homme ne partage pas la même table que celle de la jeune femme.15 Dans ce cas, le fait observé ne correspond jamais à ce qui était anticipé car il ne suit pas la logique.

63Nous avons montré dans une étude antérieure (Levillain 2016) qu’à l’incompréhension résultant de ce « clash » s’ajoute souvent la valeur d’expression de reproche. C’est notamment le cas lorsque l’interro-négative comprend un pronom personnel à la deuxième personne, comme dans l’occurrence ci-dessous, qui complète notre démonstration :

  • 16 La sélection d’une forme simple ou aspectuelle n’a pas d’incidence sur l’interprétation faite de ce (...)

(4b) Why didn’t you guys tell me I had a big glop of lettuce on my tooth?16

64Dans cet extrait, la locutrice reproche à ses interlocuteurs de ne pas lui avoir signalé plus tôt qu’elle avait de la laitue coincée entre les dents. En effet, quiconque attend de ses proches qu’ils lui signalent une situation gênante, un acte menaçant pour la face du locuteur (théorie des « Face Threatening Acts », Brown & Levinson 1987). L’occurrence (4b) a été reformulée par les locuteurs anglophones en < You should have + participe passé > ou < I wish you had > qui marquent l’expression du reproche :

(4b’) You should have told me I had a big glop of lettuce on my tooth! OU I wish you had told me I had a big glop of lettuce on my tooth!

65À nouveau, puisque exprimer un reproche à son interlocuteur peut mettre en danger la relation de communication, l’interro-négative permet au locuteur de développer une stratégie d’accommodation, de s’adapter au contexte et de privilégier le maintien de la communication. La théorie des faces met au jour la tension qui oppose la réalisation des deux objectifs majeurs du locuteur que sont s’exprimer librement tout en ménageant la face de l’allocutaire afin d’obtenir son accord :

[…] the desire to be unimpeded in one’s actions (negative face), and the desire (in some respects) to be approved of (positive face). (Brown & Levinson 1987 : 13)

66En effet, ces deux objectifs sont antagonistes dans cette situation dans le sens où la réalisation de l’un entrave celle de l’autre – il n’est jamais agréable de recevoir un reproche. Aussi l’interro-négative semble-t-elle à nouveau jouer pleinement son rôle. Elle permet au locuteur d’atteindre ses deux objectifs simultanément, et non de viser l’un au détriment de l’autre. Le locuteur peut ainsi adresser librement le reproche à son interlocuteur sans qu’il soit reçu suffisamment négativement pour entraver la communication. La sixième stratégie de Politeness recommande en effet d’éviter tout désaccord (1987 : 113). Avec l’assertion you should have told me I had lettuce on my tooth, le débat aurait été clos. Avec l’interro-négative, et grâce à la lecture littérale qui peut être faite de cet énoncé, la locutrice offre à ses interlocuteurs une chance, si mince soit-elle, de se justifier (par le sémantisme de why). L’interro-négative contribue donc une nouvelle fois à optimiser les conditions de réception du message dans le but de maintenir la communication.

3. Conclusion

67Les ajustements stratégiques sont permanents : ils caractérisent les situations de discours en construction. En effet, les locuteurs déploient nécessairement des stratégies d’accommodation, consciemment ou inconsciemment. Qu’elle soit totale ou partielle, l’interro-négative marque indéniablement ces stratégies.

68Nous avons montré que l’interro-négative n’est pas interprétée comme question permettant d’obtenir une information mais prend une valeur pragmatique en discours. Totale en (1) et (2), elle permet l’expression du point de vue du locuteur (reformulation en I think…) et suscite celle de l’interlocuteur (What do you think?), dans le but d’atteindre l’accord. En théorie pragma-dialectique (Van Eemeren & Houtlosser 2004), les locuteurs sont « argumentateurs » en ce qu’« ils sont engagés par les positions qu’ils prennent publiquement » (2004 : 47). Nous avons montré qu’en contexte de désaccord, toute intervention semble motivée par l’objectif ultime : la résolution du conflit dans le but d’atteindre l’accord. Partielle en why, l’interro-négative avec un prédicat au présent permet l’expression d’une suggestion (3) plus ou moins appuyée. Au passé, l’interro-négative marque une incompréhension résultant du décalage entre ce qui était attendu de la situation et les faits, perçus comme illogiques (4a). Cette tension peut aussi être interprétée dans certains contextes comme l’expression d’un reproche (4a et 4b).

69À la lumière des analyses menées dans cette étude, l’interro-négative permet notamment de maintenir la communication entre les argumentateurs en levant les obstacles, qu’ils soient de l’ordre du désaccord (1), d’une prise de parole difficile (2), pour résoudre une situation problématique (3) ou incompréhensible (4a). Invariablement, l’interro-négative permet au locuteur d’exprimer subtilement, de manière indirecte, son point de vue dans un contexte de désaccord. Elle marque ainsi une stratégie d’accommodation visant à privilégier le maintien de la communication en ménageant la face de l’allocutaire. Ce dernier semble effectivement au cœur des préoccupations du locuteur, la relation qui unit ces deux instances étant aux fondements mêmes de ce type de proposition.

70Stratégie d’accommodation s’il en est, nous aimerions citer l’article de Charles Goodwin (1995) développant le lourd travail de réadaptation d’un célèbre avocat, Rob, devenu aphasique à la suite d’un accident vasculo-cérébral. Même s’il comprenait très bien ce qu’on lui disait, il ne pouvait s’exprimer que par yes, no, et and. Charles Goodwin a montré que le marqueur qui permettait de maintenir la communication en alimentant les échanges était… no. En effet, en répondant no, Rob demandait à son interlocuteur de poursuivre la conversation et imposait à son interlocuteur cette situation où il devait faire des nouvelles propositions. Donc, contre toute attente, la négation, en l’occurrence la marque du désaccord, semble paradoxalement rendre la poursuite du dialogue possible.

Top of page

Bibliography

Bibliographie

Albrespit, Jean. Construire l’énoncé en anglais : voix, négation, exclamation, interrogation. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2011.

Anscombre, Jean-Claude et Oswald Ducrot. « L’Argumentation dans la langue ». Langages, vol. 10, n° 42 (1976) : 5-27.

Austin, John. How To Do Things With Words. J. O. Urmson (ed.). Oxford: Clarendon Press, 1962.

Brown, Penelope and Stephen Levinson. Politeness: Some Universals in Language Usage. Cambridge: Cambridge University Press, 1987.

Detrie, Catherine. De la non-personne à la personne : l’apostrophe nominale. Paris : CNRS, 2006.

Douay, Catherine. Éléments pour une théorie de l’interlocution. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2000.

Douay, Catherine. « Des modalités de l’interlocution au système des modaux. » Corela [En ligne], 1-1 (2003). URL : < http://corela.revues.org/636 > (sonsulté le 07 novembre 2015).

Ducrot, Oswald. Dire et ne pas dire, Principes de sémantique linguistique. Paris : Hermann, 1972.

van Eemeren, Franz H. et Peter Houtlosser. « Une vue synoptique de l’approche pragma-dialectique. » In Marianne Doury et Sophie Moirand (dir.), L’Argumentation aujourd’hui. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2004. 45-75.

van Eemeren, Franz H. et Rob Grootendorst. Speech Acts in Argumentative Discussions. Dordrecht: Foris Mouton de Gruyter, 1984.

von Fintel, Kai. “What is presupposition again?” Philosophical Perspectives 22/1 (2008): 137-170.

Geluykens, Ronald. “On the Myth of Rising Intonation in Polar Questions.” Journal of Pragmatics 12 (1988): 467-485.

Goffman, Erving. Interaction Ritual: Essays in Face to Face Behavior. New Brunswick: Aldine Transactions, [1967] 2005.

Goodwin, Charles. “Co-Constructing Meaning in Conversations with an Aphasic Man.” Research on Language and Social Interaction 28(3) (1995): 233-260.

Grice, Herbert Paul. “Logic and Conversation.” In P. Cole and J. Morgan (eds.), Syntax and Semantics, vol 3. New York: Academic Press, 1975. 41-58.

Heritage, John. “The Limits of Questioning: Negative Interrogatives and Hostile Question Content.” Journal of Pragmatics 34 (2002): 1427-1446.

Horn, Laurence R. Communication personnelle. Colloque « The Pragmatics of Grammar: Negation and Polarity ». Laboratoire CRISCO, Université de Caen Basse-Normandie, mai 2015.

Huddleston, Rodney and Geoffrey K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « “Nouvelle communication” et “analyse conversationnelle”. » Langue française 70, Michèle Verdelhan-Bourgade (dir.) (1986) : 7-25.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « “Vraies” et “fausses” questions : l’exemple de l’émission Radiocom c’est vous. » In Jeannine Richard-Zappella (dir.), Le questionnement social. Rouen : IRED, Université de Rouen, 1996. 37-45.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Les Interactions verbales, t. 2. Paris : Armand Colin, 1997.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « Oui, Non, Si : un trio célèbre et méconnu. » Marges linguistiques 2 (2001) : 95-119.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Le Discours en interaction. Paris : Armand Colin, [2005] 2009.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. « L’impolitesse en interaction : aperçus théoriques et étude de cas. » Lexis Spécial 2, « Impoliteness / Impolitesse » (2010). URL : < https://www.europeana.eu/portal/fr/record/9200419/BibliographicResource_3000125918702.html >.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine et Véronique Traverso. « Types d’interactions et genres de l’oral. » Langages 153 (2004) : 41-51.

Levillain, Pauline. “Regarding Negative Interrogatives in American English as Argumentative Structures.” Globe: A Journal of Language, Culture and Communication 1 (2015): 107-125. URL: < http://journals.aau.dk/index.php/globe/article/view/696 >.

Levillain, Pauline. « L’interro-négative à l’oral en anglais contemporain : enjeux argumentatifs et pragmatiques. » Anglophonia 21 (2016). URL : < https://anglophonia.revues.org/742 >.

Levillain, Pauline. « Quelle place pour l’implicite dans l’analyse de l’interro-négative en anglais ? » In Juliette Elie-Deschamps et Sophie Anquetil (dir.), Actes du colloque international « Autour des Formes Implicites », Université de Limoges. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2017.

Quirk, Randolph, Sidney Greenbaum, Geoffrey Leech and Jan Svartvik. A Grammar of Contemporary English. Oxford: Oxford University Press, 1972.

Searle, John R. Expression and Meaning, Studies in the Theory of Speech Acts. Cambridge: Cambridge University Press, 1979.

Stivers, Tanya. “An overview of the question-response system in American English conversation.” Journal of Pragmatics 42 (2010): 2772-2781.

Thomason, Richmond. “Accommodation, Meaning and Implicature: Interdisciplinary Foundations for Pragmatics.” In P. Cohen, J. Morgan and M. Pollock (dir.), Intentions in Communication. Cambridge, Mass.: MIT Press, 1990. 325-364.

Le Trésor de la Langue Française informatisé. Paris : Éditions du Centre National de la Recherche Scientifique, 2001. URL : < http://atilf.atilf.fr/tlf.htm >. (TLFi)

5. Corpus

Du Bois, John W., Wallace L. Chafe, Charles Meyer, Sandra A. Thompson, Robert Englebretson and Nii Martey. Santa Barbara Corpus of Spoken American English. Part 1. Philadelphia: Linguistic Data Consortium, 2000-2005. URL: < http://www.linguistics.ucsb.edu/research/santa-barbara-corpus >.

Top of page

Notes

1 Pour lire à ce sujet, voir Kai Von Fintel (2008).

2 « Strategic manoeuvring » dans le texte original.

3 Pour le détail de ces références, cf. Levillain (2016).

4 Défini comme « le vaste ensemble des pratiques discursives qui se déroulent en contexte interactif (et dont la conversation n’est qu’une forme particulière) ».

5 Plus récemment, ces trois dimensions ont été reprises dans son ouvrage de 2009 (1e éd. 2005).

6 À ce propos, Geluykens (1988 : 468) a créé le mot-valise « queclaratives » pour désigner les « declarative questions ».

7 Pour le détail des citations, cf. Levillain (2016).

8 Il faut savoir que les autres pronoms interrogatifs sont très peu représentés : logiquement, on pose difficilement une question sur quelque chose que l’on n’a pas fait, pas vu, sur un endroit où on n’est pas allé, etc.

9 Pour un travail plus approfondi sur l’implicite de ces énoncés, cf. Levillain (2017).

10 Nous devons toutefois nuancer notre propos car Pamela exprime son point de vue, bien qu’il soit divergent.

11 Formulation qui évoque les « softeners » de Kerbrat-Orecchioni (1997).

12 Pour ces formes, le travail interprétatif de l’interlocuteur est moindre dans le sens où, explicitement, elles posent le contenu en discours, permettant un accès direct au point de vue et intentions supposées du locuteur.

13 C’est la valeur perlocutoire de l’énoncé.

14 Cette proposition n’est pas ponctuée par un point d’interrogation car l’intonation est descendante et elle est intégrée dans du discours rapporté (cf. le verbe introducteur de discours I mean en co-texte gauche).

15 Au demeurant, cette même incompréhension, voire incrédulité, est aussi exprimée à l’aide de l’interro-négative qui ouvre l’extrait : What? You didn’t ask her to dance? Même si la structure syntaxique diffère – c’est une « question-écho » selon Albrespit (2011) –, ces formes permettent d’accomplir les mêmes actes de langage en discours.

16 La sélection d’une forme simple ou aspectuelle n’a pas d’incidence sur l’interprétation faite de ces formes ; elle impacte respectivement le positionnement extérieur ou intérieur de l’énonciateur vis-à-vis de son énoncé.

Top of page

References

Electronic reference

Pauline Levillain, « Stratégies d’accommodation en anglais américain : le cas de l’interro-négative », Anglophonia [Online], 24 | 2017, Online since 28 November 2017, connection on 17 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1112 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1112

Top of page

About the author

Pauline Levillain

Institut National Universitaire Jean-François Champollion (Albi)
Laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (EA 801, Université Toulouse Jean Jaurès)
Pauline.Levillain@univ-jfc.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals