Skip to navigation – Site map

Les monolingues parlent aux bilingues : Plurilinguisme et parole politique aux États-Unis et au Canada

Charles Brasart

Abstracts

Building on the concept of “imagined community” developed by Anderson (1983), Cohen (1985) put forward a model in which any community is the product of a specific construction that revolves around a shared symbolic repertoire. In bilingual communities, that repertoire is built around the shared languages (and cultural backgrounds) of its speakers. Mixing languages is an act of identity with an “emblematic function” (Matras 2009: 57): it makes it possible to determine who is part of the group and who is not. A bilingual speaker may thus adopt a converging strategy by using his/her languages with members of his/her narrow community, or by sticking to one language with members of the wider monolingual community. Conversely, a strategy of divergence (Giles, Coupland & Coupland 1991) may be adopted by using two languages when addressing a monolingual speaker.
Beyond the matter of the choice available to bilingual speakers, that issue is rarely addressed from the opposite point of view: what strategy can a monolingual speaker adopt when wishing to accommodate a bilingual speaker? In traditionally monolingual countries, or countries with important immigrant populations, bilingualism may be perceived as a threat to national cohesion because of its marginal dimension. Conversely, if a monolingual speaker tries to adopt a strategy of convergence, that may be perceived as over-accommodation, a rhetorical trick likely to result in a face-threatening act both for bilingual speakers and other monolingual speakers.

The present article is a reflection based on three case studies, namely the way or ways in which Hillary Clinton, Donald Trump and Justin Trudeau address (or do not) linguistic minorities. In the United States, where Hispanics form the largest minority, they are both vilified for threatening the unity of a wider community supposed brought together by English, and courted for their votes as the famed electoral “sleeping giant.” In Canada, relationships between linguistic communities raise questions as well, in so far as bilingualism may be perceived as a class privilege by English-speakers and as a threat by French-speakers.

Top of page

Full text

Introduction

1 La Frontière nourrit l’imaginaire collectif américain depuis plusieurs siècles. Frontière de l’ouest au moment de l’expansion et la ruée vers l’or ; frontière de l’espace au vingtième siècle, et frontière avec le Mexique au vingt-et-unième siècle. Pour les linguistes, cette dernière frontière est d’autant plus source d’intérêt qu’elle est le lieu de frictions et de mélanges non seulement entre deux peuples et deux cultures—mélanges qui ont donné naissance au concept de Tex-Mex—mais également entre les langues.

2 Un exemple typique de cette cohabitation parfois houleuse : en 2016, en vue de sa réunion annuelle, la US-Mexico Border Mayors Association a envoyé l’invitation suivante à ses membres :

The excitement is building and we are ready for a great meeting of the Border Mayors Association in Laredo. We hope to see you there at 9 a.m. on August 24th at the Laredo Country Club. The draft agenda and a list of hotels is attached to this email.

La emoción está construyendo y estamos listos para una gran reunión de la Asociación de alcaldes de la frontera en Laredo. Esperamos contar con su presencia a las 9 am el 24 de agosto en el Laredo Country Club. El proyecto de programa y una lista de hoteles se adjunta a este correo electrónico.

3 Cette invitation n’a a priori rien de surprenant : dans la majeure partie des régions en situation de contact de langues aujourd’hui, de nombreux textes à caractère officiel sont écrits dans plusieurs langues, et la cohabitation entre anglais et espagnol dans ce type de contexte est très répandue aux États-Unis (voir Figure 1 ci-dessous pour un exemple omniprésent dans les lieux accueillant du public).

Figure 1 : Signalétique bilingue aux États-Unis

Figure 1 : Signalétique bilingue aux États-Unis
  • 1 Un nom lui-même résultat d’une rencontre entre l’anglais et l’espagnol.

4Ce faire-part a pourtant rencontré quelque écho dans la presse, du fait de la réponse d’un des membres de l’association, Ken Taylor, maire de Huachuca City1 en Arizona (Martinez 2016) :

I will NOT attend a function that is sent to me in Spanish/Mexican. One nation means one language and I am insulted by the division caused by language.

5Si cette réponse peut prêter à sourire ou soupirer, M. Taylor énonce trois propositions qui méritent que le chercheur s’y attarde, à savoir :

  1. Spanish = Mexican;

  2. One nation = one language;

  3. Language = division.

6La double dénomination « Spanish / Mexican » permet de lier langue et nationalité et souligne ainsi, en creux, l’idée que parler espagnol signifie logiquement que l’on ne serait pas états-unien. Le caractère a priori antithétique des propositions 2 et 3 s’inscrit dans une longue tradition historique. Il est de coutume de faire remonter le principe cujus regio, ejus lingua à la Révolution française, bien que les germes en aient été plantés dans la conscience judéo-chrétienne dès l’épisode de la tour de Babel. Bertrand Barère de Vieuzac, dans son Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la langue française (1794), écrivait que lesdits idiomes « isolaient » et « séparaient de la grande famille » ceux qui les parlaient. Il ajoute :

Citoyens, la langue d’un peuple libre doit être une et la même pour tous. Dès que les hommes pensent, dès qu’ils peuvent coaliser leurs pensées, l’empire des prêtres, des despotes et des intrigants touche à sa ruine. Donnons donc aux citoyens l’instrument de la pensée publique, l’agent le plus sûr de la révolution, le même langage. [nous soulignons]

7 Suivant Barère, l’abbé Grégoire, dans son Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la langue française (1794), écrivait quant à lui :

Ainsi l’ignorance de la langue compromettrait le bonheur social ou détruirait l’égalité. […] Tout ce qu’on vient de dire appelle la conclusion, que pour extirper tous les préjugés, développer toutes les vérités, tous les talents, toutes les vertus, fondre tous les citoyens dans la masse nationale, simplifier le mécanisme et faciliter le jeu de la machine politique, il faut identité de langage.

  • 2 La loi Siman, passée pendant la Première Guerre mondiale au Nebraska pour interdire l’emploi d’autr (...)

8 Les langues et la question de savoir lesquelles parler ou ne pas parler deviennent ainsi un sujet fondamental dans les problématiques liées aux processus de développement communautaire, et plus spécifiquement un développement non spontané mais guidé et faisant l’objet d’une réflexion théorique. La harangue de M. Taylor s’inscrit en droite ligne de discours idéologiques pointant une incompatibilité théorique entre construction de la nation et situation de plurilinguisme. Par plurilinguisme, il faut entendre, comme le définit Hagège, « la coexistence d’une pluralité de langues dans un espace géographique ou politique donné » ([1996] 2005 : 11). Cette problématique est d’autant plus importante aujourd’hui que les flux migratoires de masse ont provoqué un retour à ces situations souvent effacées par l’émergence des États-nations, et l’un des objectifs du présent article est de mettre en regard les réalités démographiques et linguistiques et les réactions politiques qu’elles suscitent. Les discours les plus audibles portant sur le plurilinguisme sont souvent ceux qui le condamnent au nom d’une pureté linguistique sous laquelle affleure peut-être le fantasme d’autres types de pureté.2 Comme l’écrivent Hambye & Richards (2012 : 164) :

[M]aintaining the traditional vision of bilingualism as a ‘double monolingualism’ is a way to resist the fact that contemporary linguistic hybridity is interrogating the monolingual vision of western societies and is challenging the sovereignty of national/community languages (especially within linguistic minorities). […] In line with several critical approaches of social discourses (e.g. Fairclough & Wodak, 1997; Heller, 2002) and linguistic ideologies (Kroskrity, 2000; Schieffelin, Woolard, & Kroskrity, 1998), we consider that these discourses, produced by political entities, lobbies or media, do not simply reflect the nature and value of multilingualism but create a certain representation of it: they put forward or backward some aspects of reality, they present dubious statements as obvious, they make overgeneralisations and cover exceptions, etc. In our view, these discourses have a clear ideological dimension: they are part of a system of beliefs, values and norms that they contribute to support.

  • 3 Pendant la campagne présidentielle de 2016, la courte biographie du compte Twitter de Hillary Clint (...)

9Nous commencerons par décrire le cadre théorique dans lequel nous nous plaçons. Celui-ci permet d’appréhender toute prise de parole comme une construction identitaire au sein d’un groupe d’une part, et d’autre part d’appréhender les discours épilinguistiques comme des commentaires sur le bilinguisme et sa place dans la société. Nous présentons ensuite notre analyse, conduite pendant la campagne présidentielle états-unienne de 2016, et fondée sur les stratégies de communication adoptées par Hillary Clinton et Donald Trump, ainsi que sur la communication du gouvernement canadien, notamment de son premier ministre, Justin Trudeau. Ce corpus comprend des discours de campagne, des interviews, des tweets, lesquels permettent une communication censément directe avec le public (même si elle est en réalité souvent médiate, puisque Trump, Clinton et Trudeau ne rédigent pas systématiquement eux-mêmes les messages publiés sur leur compte Twitter3). Cette comparaison est motivée par le statut radicalement opposé du bilinguisme au nord et au sud du quarante-neuvième parallèle : problématique aux États-Unis, officiel sinon apaisé au Canada.

10 À partir de ces outils, nous proposons une réflexion sur la mesure dans laquelle les communautés bilingues sont prises en compte par les représentants institutionnels du pouvoir, et sur leur place dans les idéologies linguistiques dominantes de ces deux nations. La question que nous posons est celle de la place qui peut être faite dans la polis à un groupe dont l’un des répertoires linguistiques est situé à la marge, ou au-delà de celle-ci. L’emploi de deux langues par une figure d’autorité est-elle une reconnaissance de ce que l’altérité a sa place dans la communauté globale ? Son non-emploi est-il signe que l’altérité n’a pas droit de cité, ou au contraire qu’elle n’est pas un frein à l’appartenance au groupe ? Quel statut accorder aux tentatives d’accommodation translinguistiques ? Nous concluons en rappelant le caractère hautement idéologique des discours sur les langues et du rôle qui est accordé à celles-ci dans la construction d’une communauté, en fonction des évolutions sociales et politiques du cadre dans lequel elles se déploient.

11 Cet article se veut l’ébauche d’une discussion sur le sujet. Il ne prétend pas nécessairement apporter de réponses, mais souhaite inviter à la réflexion sur des discours idéologiques dont l’une des parties prenantes est rarement entendue.

Cadre théorique

12 Le concept d’identité est fondamental dans la recherche sur le bilinguisme. Dès les années 1950 et les premières analyses du phénomène (voir Weinreich 1953 inter alia), « le bilingue » était objet d’étude au même titre que ses productions langagières. Comme le résument Malakoff & Hakuta :

Scholars and educators have studied the effects of bilingualism on cognitive and linguistic abilities for almost a century. The question has generally focused on how a child with more than one language mentally organizes language, and on the repercussions of bilingualism on cognitive and linguistic development. Both these questions grew out of what might be called the monolingual-norm assumption: the belief that monolingualism is the cognitive-linguistic norm and that the child’s cognitive system is fragile and designed to cope with only one language. The monolingual-norm assumption gave rise to the negative myths surrounding bilingualism: bilingualism has been blamed for cognitive, social, and emotional damage to children. (1991 : 141)

13 Dans le cadre de la théorie de l’identité sociale développée par Turner & Reynolds (2010), l’identité de toute personne est vue comme bipartite, étant à la fois personnelle et le fruit des traits définissant le groupe (ou les groupes) dans lequel elle évolue. Nous rattachons ce postulat important au concept de « communauté imaginée » développé par Anderson (1983), et dont s’inspire Cohen (1985) pour proposer un modèle dans lequel une communauté est le résultat d’une construction, axée autour d’un répertoire symbolique commun. Dans les communautés bilingues, ce répertoire symbolique comprend non seulement le terreau culturel dans lequel elles s’enracinent, mais également les deux langues partagées. Cette identité linguistique duelle peut trouver un terrain d’expression particulier dans les pratiques d’alternance codique, l’utilisation conjointe de deux langues dans une même conversation, et qui est logiquement l’apanage de communautés pour lesquelles le bilinguisme représente la normalité linguistique. Ceci peut être rapproché de ce que Leith (2009) appelle des « lieux communs tribaux » : un échange entre membres d’une même tribu ne peut se faire que s’ils disposent d’un lieu d’échange métaphorique partagé par tous, où tous peuvent se retrouver.

14 Selon Turner & Reynolds (2010), en outre, l’identité sociale résulte de comparaisons entre « in-groups » et « out-groups ». En d’autres termes, une personne construit son identité non seulement en faisant siens les lieux communs tribaux partagés par le groupe, mais également en se servant de l’autre comme d’un repoussoir : ce que la personne n’est pas la définit tout autant que ce qu’elle est. Chez les bilingues, cette idée clé se traduit dans la dialectique du « we-code vs. they-code » développée par Gumperz (1982) : les langues permettent de savoir qui appartient au groupe (we) et qui y est étranger (they).

15 L’alternance codique est ainsi un véritable « acte d’identité » (Le Page & Tabouret-Keller 1985 ; Li Wei, Milroy & Pong Sin Ching 2000 ; Matras 2009) : en annonçant de façon illocutoire « Voilà qui je suis et à quel groupe j’appartiens », elle permet à la fois de resserrer les liens existant entre ceux qui peuvent parler les deux langues, et d’exclure ceux qui ne comprennent pas l’un des codes employés. Ceci trouve une illustration dans la formule « Pas devant les domestiques » qui était employée par l’aristocratie britannique : parler français revenait à s’assurer que les domestiques ne comprendraient pas ce qui était dit. La même idée existe en Hongrie, où la bourgeoisie a recours à l’allemand pour dire « Nicht vor dem Kind » (« Pas devant l’enfant ») quand il s’agit de traiter de sujets d’adultes. Vu sous cet angle, les bilingues peuvent être perçus comme des personnes possédant un répertoire linguistique commun aux monolingues, mais doublé d’un « code secret » que serait leur deuxième langue.

16 Cette dialectique, ce choix de langue conscient, peut entrer dans ce que Myers-Scotton appelle la théorie des « acteurs rationnels » (Myers-Scotton 1999, Myers-Scotton & Bolonyai 2001), qui choisissent la langue à utiliser en fonction des buts à atteindre. Par exemple pour accroître son prestige dans les communautés qui estiment de manière positive la capacité à mélanger les langues :

[W]hen a French Canadian switches to English, this may give an impression of competence and prestige, while a switch to French may be seen as an assertion of competence and ethnicity and values. (Gibbons 1987: 104)

17L’évaluation peut cependant achopper sur la chausse-trappe de la compétence. L’alternance doit en effet être perçue comme le fruit d’une volonté de l’énonciateur, et non comme une béquille linguistique permettant de pallier une carence dans la langue précédemment utilisée. Elle ne doit pas non plus être interprétée comme une sorte de démonstration théâtralisée de la compétence de l’énonciateur. D’où le soin que prend un homme politique tel que Tim Kaine de prononcer des discours intégralement en espagnol, ce qui permet ensuite de légitimer sa pratique de l’alternance codique. Son recours ponctuel à l’espagnol ne procède pas (uniquement) d’une volonté de montrer à son public qu’il parle au moins quelques mots de cette langue, il est justifié par la maîtrise linguistique dont il a su fait preuve en amont.

18 Cette évaluation positive de l’alternance codique peut trouver ses racines dans la complexité inhérente du phénomène. Comme l’écrit Javier (2007 : 53) :

Those involved in [code-switching] engage in a highly sophisticated process of assessing all the cues in the environment where the interaction is taking place to determine appropriateness and accuracy.

19Ces éléments font que les locuteurs bilingues, quand ils s’adressent à des locuteurs monolingues, peuvent avoir recours à deux stratégies opposées : une stratégie d’accommodation, ou bien une stratégie d’exclusion.

20 Dans la théorie de l’accommodation de la communication, l’accommodation permet de paraître plus attractif, plus prévisible, plus impliqué dans la relation interpersonnelle (Giles et al. 1987 ; Bourhis et al. 2010). Mais elle doit être fondée dans l’identité de l’énonciateur. L’accommodation linguistique déconnectée d’un substrat extralinguistique fait courir le risque de la parodie ou de la condescendance (risque que Tim Kaine ne court pas, donc, puisqu’il est connu que le sénateur est hispanophone). Si l’on garde à l’esprit l’idée que les locuteurs sont des acteurs rationnels, et que le co-énonciateur est également un être doué de raison, l’énonciateur doit construire sa prise de parole en sachant que le co-énonciateur évalue les motifs et les intentions qui subsument la stratégie de convergence adoptée (théorie de l’attribution, Malle 2011).

21 S’il désire se montrer accommodant envers son public, un énonciateur, et a fortiori une personnalité politique, doit trouver les lieux communs qui parlent audit public, et ces lieux communs doivent être, d’après Leith (2009), d’au moins deux ordres.

22 Premièrement, le locuteur doit s’adresser à ses co-énonciateurs pour leur dire ce qu’ils ont envie d’entendre, dimension à laquelle nous ne intéresserons pas ici, si ce n’est pour rappeler que le rejet de l’espagnol s’adresse souvent à des catégories socio-économiques qui souffrent des mutations liées à la mondialisation et ne les comprennent pas. Or l’espagnol est littéralement cela : quelque chose qu’elles ne comprennent pas non plus, et qu’elles prennent donc comme un rejet de leur propre identité. De même, au Canada, l’obligation de parler français pour accéder à certains postes (voir plus bas) est perçue par certains anglophones comme un critère discriminant favorisant les classes sociales les plus aisées.

23 Deuxièmement, le locuteur doit s’adresser à ses co-énonciateurs d’une façon à laquelle ils sont habitués. En d’autres termes, la forme du discours doit être adaptée au public qui la reçoit. En cela, Donald Trump, malgré les moqueries dont il est la cible, peut (doit) être considéré comme un bon orateur : faisant campagne sur le rejet des élites, il se gardait bien de s’exprimer comme ces dernières. Le discours qu’il a prononcé le 16 juin 2015 pour annoncer sa candidature, par exemple, était compréhensible par un•e élève de CM1 selon l’échelle de Flesch-Kincaid (4,3). Par contraste, le discours de candidature de Hillary Clinton, sur la même échelle (7,8), était au niveau d’un•e élève de quatrième (Brasart 2016).

24 Il est aisé pour un locuteur bilingue d’adopter une posture d’accommodation envers un locuteur monolingue, ne serait-ce que de façon minimale : il lui suffit de faire taire momentanément l’une de ses langues. L’acquisition du langage chez les enfants bilingues est indissociable de l’apprentissage de la distinction entre leurs deux systèmes linguistiques, et des contextes dans lesquels employer l’un, l’autre, ou les deux. Et ce, qu’ils soient élevés dans le système dit UPUL (Un Parent Une Langue) ou bien dans un système où le foyer se voit assigner une langue et l’extérieur une autre. Sur ce point, nous citerons Matras :

Parallel to the expanding repertoire of linguistic forms, the repertoire of communicative settings is thus undergoing expansion as well. The child develops the ability to associate clusters of lexical items with particular settings and groups of settings. (2009 : 11)

Et :

The child’s adoption and use of [bilingual] synonyms is motivated by the wish to comply with the communication norm set by adults. It is a pragmatic skill which the child acquires as he becomes more sensitive toward the reactions of his adult interlocutors. For the multilingual speaker, accommodating to interlocutors’ expectations in regard to language choice will remain a lifelong pattern. (2009 : 16)

25L’enfant qui, petit à petit, quitte le seul domaine du foyer se voit ensuite confronté à des situations monolingues de plus en plus fréquentes, dans lesquelles il doit apprendre à se conformer à un cadre qui diffère dans une certaine mesure de celui dans lequel il peut déployer toute sa compétence linguistique : répondant à la nécessité d’accommoder son public, il apprend tôt à faire taire son bilinguisme momentanément en fonction des interlocuteurs et des contextes communicationnels. Il n’y a donc a priori pas de problème fondamental ici, la gestion des interactions étant partie intégrante de l’acquisition des langues en contexte bilingue.

26 Mais peut-il y avoir des stratégies d’accommodation de locuteurs monolingues envers des locuteurs bilingues ? Est-il pertinent ou bienvenu de les mettre en œuvre ? Si un locuteur monolingue adopte une stratégie de convergence, forcément non naturelle, son discours peut être perçu comme un exemple de sur-accommodation. Il risque ainsi de lui aliéner à la fois les locuteurs bilingues et les locuteurs monolingues.

27 Dans la continuité des théories de la politesse ou de l’interaction développées par Brown & Levinson (1987) et Giles & Powesland (1975), Myers-Scotton (1983, 1986) a développé un modèle appelé « Markedness Theory », selon lequel, pour toute situation d’énonciation donnée, un code d’expression particulier est attendu, et donc « non-marqué ». À l’inverse, le choix d’utiliser une langue qui n’est pas celle que l’on attendrait dans un contexte donné est qualifié de « marqué ».

28 Dans le cas de groupes qui alternent fréquemment, Myers-Scotton prévoit que le choix non marqué est justement celui de l’alternance codique. Ce modèle est extrêmement porteur lorsqu’appliqué aux interactions mettant en jeu des participants issus de groupes différents, qui ne partagent pas forcément le même répertoire linguistique (ou le partagent sans le savoir). Un choix marqué peut en effet être analysé comme un acte illocutoire auquel les co-énonciateurs tenteront forcément d’attribuer une motivation. Le choix marqué, pour un monolingue, de tenter d’accommoder un public bilingue, est donc potentiellement dangereux, dans la mesure où il peut être interprété non comme une main tendue, mais comme un « face-threatening act », pour reprendre le concept développé par Brown & Levinson (1987).

2. Le plurilinguisme électoral aux États-Unis

2.1. Situation linguistique des États-Unis

29Les données du U.S. Census Bureau pour les années 2009 à 2013, les dernières disponibles au moment de la rédaction de cet article, sont les suivantes :

  • 79,2 % de la population des États-Unis ne parle qu’anglais ;

  • 20,7 % n’utilise pas l’anglais comme première langue ;

  • 13 % a l’espagnol pour première langue ;

  • 8,63 % indique parler anglais « less than ‘very well’ ».

30 Plus d’un États-Unien sur dix est donc hispanophone, et un États-Unien sur cinq, soit 60 millions de personnes, a dans son répertoire linguistique premier une langue autre que l’anglais. Lors de l’élection présidentielle de 2004, 7,6 millions d’hispanophones ont déclaré avoir voté (Abrajano 2010 : 5). Rappelons pour mettre ces chiffres en perspective que lors de l’élection présidentielle de 2016, Donald Trump a recueilli 62 984 825 suffrages et Hillary Clinton 65 853 516. La, ou plus exactement, les communautés hispanophones, dans ce contexte où les écarts de voix sont si resserrés, sont objet de grande convoitise, dans la mesure où elles semblent ne pas avoir de préférence politique facilement identifiable (Abrajano 2010 : 5) :

In the 1998 midterm elections, Republican candidates were able to secure more than one-third (36.3 percent) of the Latino electorate. And in the 2004 presidential election, the National Election Pool estimates that 53.3 percent of Latinos supported the Democratic candidate, John Kerry, while 44 percent cast their ballots for the Republican incumbent, George W. Bush. This marked the first time that Republicans captured 40 percent or more of the Latino vote in a presidential or midterm election. Republicans interpreted this level of support as a sign that Latinos’ political preferences are changing, whereas the result convinced Democrats that they cannot assume Latinos will automatically support their candidates.

31 Si l’État fédéral américain ne reconnaît pas de langue officielle, ce n’est pas nécessairement le cas au niveau des états. Trente-deux d’entre eux reconnaissent l’anglais comme langue officielle, parfois aux côtés d’autres langues. Le rapport institutionnel au bilinguisme s’inscrit toutefois dans le temps et fluctue en fonction d’aléas économiques et d’échéances électorales, le bilinguisme étant l’apanage de populations immigrées qui, traditionnellement, votent peu. Sur environ 50 millions d’hispanophones résidant sur le territoire états-unien, par exemple, 27 millions pouvaient voter en 2016 (Valdés 2016, Krogstad et al. 2016). Or le taux d’abstention de ce groupe d’électeur est d’environ 50 % à chaque élection (49,9 % en 2008, 48 % en 2012). Sur près de 139 millions d’électeurs ayant voté à la présidentielle de novembre 2016, les hispanophones représenteraient donc environ 10 % du total (une proportion cinq fois plus élevée que pour l’élection présidentielle de 1980, d’après les chiffres du Roper Center, par exemple).

32 La législation linguistique, au niveau fédéral comme étatique, est un processus complexe d’avancées et de retours en arrière. En 1996, la Chambre des Représentants a même voté en faveur d’un texte de loi qui aurait fait de l’anglais la langue officielle—après, rapporte Arthur Schlesinger Jr. (1998 : 114), une discussion solennelle sur les conséquences qu’aurait une telle loi sur la devise e pluribus unum. Au niveau étatique, si l’anglais est la langue officielle de la Californie depuis le passage de la Proposition 63 en 1986, par exemple, les agences gouvernementales proposent tout de même leurs services et documents dans plusieurs langues. Mais en 1998, la Proposition 227 dans ce même État et la Proposition 203 en Arizona suppriment l’éducation bilingue, sous l’impulsion du mouvement « English First ». Un sondage du Los Angeles Times réalisé à l’époque sur les motivations du vote donne l’explication suivante :

‘If you live in America, you need to speak English.’ According to a Los Angeles Times poll, that was how three out of four voters explained their support for Proposition 227, the 1998 ballot initiative that dismantled bilingual education in California. Many Arizonans cited the same reason for passing a similar measure (Proposition 203) last year. (Crawford 2001)

33 L’intellectuel Arthur Schlesinger Jr., conseiller de Kennedy, prix Pulitzer et pourfendeur du multiculturalisme, proposait en 1991 une analyse qui est à la base de ce mouvement de suppression des programmes d’éducation bilingue. Nous en citons ci-dessous les passages les plus pertinents :

Alas, bilingualism has not worked out as planned: rather the contrary. The bilingual campaign has created both an educational lobby with a vested interest in perpetuating a bilingual empire and a political lobby with a vested interest in retaining a Hispanic constituency. […] Bilingualism shuts doors. It nourishes self-ghettoization, and ghettoization nourishes racial antagonism. Bilingualism ‘encourages concentrations of Hispanics to stay together and not be integrated,’ says Alfredo Mathew Jr., a Hispanic civic leader. […] Using some language other than English dooms people to second-class citizenship in American society. […] Monolingual education opens doors to the larger world. (1991 : 108-109)

34Les éditions ultérieures de l’ouvrage amendent le passage le plus souvent cité pour préciser « Institutionalized bilingualism shuts doors. » (1998 : 113) Quoi qu’il en soit, ce texte montre bien à quel point le linguistique est indissociable du politique dans les discours à son sujet, et il permet d’expliquer d’où provient la posture idéologique qui est celle des conservateurs états-uniens.

35 Là où il s’agit de mener par l’exemple, par ailleurs, l’Histoire récente ne plaide guère en faveur du multilinguisme. Les États-Uniens ont certes pu élire des présidents ayant étudié une langue étrangère ; on rencontre fréquemment le cas de Herbert Hoover et de sa femme Lou, qui, après avoir appris le chinois mandarin quand ils vivaient en Chine, l’auraient utilisé par la suite à la Maison Blanche tel un we-code quand ils souhaitaient ne pas être compris de leur entourage. Les sources sérieuses qui permettraient d’accorder un réel crédit à cette histoire sont cependant quasiment inexistantes. L’Institut Hoover, fondé par Hoover lui-même, le mentionne brièvement, de même qu’un biographe, qui semble être la seule source et le point ultime auxquels mènent toutes les références (à savoir King 2009 : 35). Jimmy Carter est censé pouvoir converser en espagnol, Bill Clinton en allemand, de même que Theodore Roosevelt et Woodrow Wilson. Mais en dehors de ces cas de bilinguisme acquis en milieu scolaire, hors de tout ancrage culturel et communautaire, le dernier président d’héritage bilingue fut Martin Van Buren (1782-1862), dont la première langue était le néerlandais. Les médias mentionnent parfois le cas de Barack Obama, élevé en partie en Indonésie, où il est allé à l’école, mais le quarante-quatrième président dit lui-même ne parler qu’anglais.

36 Chez les représentant•e•s de la sphère politique, le bilinguisme, quand il est mentionné, est en réalité souvent perçu comme un point faible plutôt que comme un avantage (nous développons ce point en détail dans la section suivante en ce qui concerne la campagne présidentielle de 2016). Les élites politiques du pays semblent mal s’accommoder des identités plurielles. On prendra l’exemple de Mitt Romney, dont les adversaires à l’investiture républicaine en 2012 ont perçu le bilinguisme comme cible potentielle. Un spot publicitaire de Newt Gingrich intitulé The French Connection se concluait ainsi sur cette accusation terrible : « Just like John Kerry… he speaks French too. »4 En 2008, Obama suscitait la méfiance entre autres parce que, selon les médias, il parlait indonésien ; en 2004, John Kerry était moqué par George W. Bush parce qu’il parlait français. Comme l’écrit John McWhorter (2012) :

Every four years, it seems, one of the major issues in the U.S. presidential campaign is how many languages the candidates speak, the implication being: the fewer, the better.

37 La question qui se pose donc à chaque élection d’importance est celle de la posture adoptée par les représentants du parti républicain envers les communautés hispanophones. Ignorer leur spécificité linguistique et en cela être fidèle à sa vision « grégorienne » de la place de la langue dans la sphère publique, s’arc-boutant sur les contreforts de sa base W.A.S.P. ? Ou bien prendre en compte les évolutions démographiques et culturelles du pays, et adapter son discours (aux deux sens du terme) pour capter l’attention d’un électorat traditionnellement vu comme conservateur mais peu enclin à voter pour un parti dont le crédo anti-immigration constitue une pierre d’achoppement ?

2.2. Donald Trump et l’espagnol

  • 5 « As president and candidate, George W. Bush spoke with manifest confidence and frequent grammatica (...)

38 Nous commencerons par le cas républicain dans la mesure où il y a peu à en dire. Les Démocrates avaient reconnu l’importance du vote hispanique dès 1960, allant jusqu’à faire appel à l’espagnol de Jacqueline Kennedy pour appeler les hispanophones aux urnes. Les Républicains, s’ils ont pu s’adresser à cet électorat dès 1952 (Subervi-Velez & Connaughton 2008 : 277), ont véritablement attendu la campagne de Ronald Reagan en 1980 pour lancer un programme spécifique à cette communauté, puis sa campagne de réélection, pour laquelle le Comité National Républicain avait élaboré une stratégie exposée dans un document de soixante-six pages intitulé « Hispanic Victory Initiative ‘84: A Proposed Strategy for the Reagan-Bush ‘84 Hispanic Campaign » (Subervi-Velez & Connaughton 2008). La famille Bush a par la suite amplifié la tendance, investissant des millions de dollars dans des publicités en espagnol lors de chaque campagne, aidée notamment en cela par le fait que Jeb Bush et ses enfants sont hispanophones, et que George W. Bush, ancien gouverneur d’un état à la population hispanique très importante, maîtrise lui aussi plus ou moins l’espagnol.5 Cette stratégie avait payé :

Hispanic support for George W. Bush in 2004 marked the first time that a Republican presidential candidate received at least 40 percent of the Hispanic vote (Abrajano, Alvarez, and Nagler 2008). This outcome signaled to Republicans that they had a real opportunity to win over Hispanic voters to the Republican Party. (Abrajano & Alvarez 2012 : 6-7).

39 La campagne de 2016, inhabituelle sous bien des angles, a marqué un tournant dans la stratégie de communication du parti républicain. L’espagnol et l’hispanicité ont pourtant occupé une place importante lors des primaires. Marco Rubio, sénateur de Floride et fils d’immigrés cubains, est bilingue. Ted Cruz, sénateur du Texas et lui-même fils d’un immigré cubain, ne se prive pas d’essayer de parler espagnol, même s’il est loin de le parler couramment (il le décrivait lui-même comme « lousy » en 2012). Lors du neuvième débat des primaires, le 13 février 2016, cette différence entre les deux sénateurs a donné lieu à l’échange suivant, largement repris dans les médias par la suite :

Cruz: Marco went on Univision in Spanish and said he would not rescind President Obama’s illegal executive amnesty on his first day in office. I have promised to rescind every single illegal executive action, including that one. And on the question…

Rubio: Well, first of all, I don’t know how he knows what I said on Univision because he doesn’t speak Spanish. And second of all, the other point that I would make…

Cruz: Marco, si quiere, dícelo, ahora mismo dícelo, ahora. En español, ¡si quieres!

40 Jeb Bush, enfin, a enseigné l’anglais au Mexique, où il a rencontré sa femme, mexicaine. Converti au catholicisme, père de trois enfants hispanophones, il déclare en 2015 utiliser l’espagnol plus que l’anglais chez lui et n’hésite pas à faire appel à cette maîtrise pendant la campagne. Or, fait inédit jusqu’alors, ce recours à l’espagnol lui a attiré à plusieurs reprises les foudres du candidat Donald Trump. Le 24 août 2015, par exemple (Figure 2), dans un tweet dans lequel il lui reproche de parler « mexicain », comme aurait pu le faire Ken Taylor.

Figure 2 : America... English!

Figure 2 : America... English!

41 Puis le 2 septembre, dans une interview sur le site Breitbart :

I like Jeb. He’s a nice man. But he should really set the example by speaking English while in the United States. (O’Keefe 2015)

42 Et le même jour, lors d’une conférence de presse :

Well, I think that when you get right down to it, we’re a nation that speaks English. And I think while we’re in this nation, we should be speaking English, and that’s how assimilation takes, and that’s how – I mean, whether people like it or not, that’s how, we assimilate and that’s how, we go on to that next phase and that next stage, and, that’s how people that don’t speak – and I’m not just talking about Spanish; I’m talking about from various parts of the world – that’s how they will become successful and do great. So, I think it’s more appropriate to be speaking English.

43 Puis encore le 16 septembre, lors du second débat républicain :

Bash: [Y]ou have criticized Governor Bush for speaking Spanish on the campaign trail. You said, quote, ‘He should really set an example by speaking English in the United States.’ What’s wrong with speaking Spanish?

Trump: Well, I think it’s wonderful and all, but I did it a little bit half-heartedly, but I do mean it to a large extent. We have a country, where, to assimilate, you have to speak English. And I think that where he was, and the way it came out didn’t sound right to me. We have to have assimilation—to have a country, we have to have assimilation. I’m not the first one to say this, Dana. We’ve had many people over the years, for many, many years, saying the same thing. This is a country where we speak English, not Spanish.

44Trump insiste ainsi de manière répétée sur l’identité existant entre les États-Unis comme nation et le fait de parler anglais. On peut rapprocher cette attitude de la doctrine anti-multiculturalisme exposée par Arthur Schlesinger. Bien que Trump parle d’assimilation là où Schlesinger parle d’intégration, le parallélisme entre les formules reste frappant : pour l’ancien conseiller de Kennedy, parler toute autre langue que l’anglais condamne à demeurer un citoyen de deuxième catégorie, pour le futur président, parler anglais permet de passer à l’étape suivante et d’avoir du succès.

45 Le candidat Trump, ayant fait campagne en partie sur la promesse de construire un mur pour endiguer l’immigration mexicaine, est resté fidèle à l’esprit de la déclaration faite lors du discours dans lequel il avait annoncé sa candidature le 16 juin 2015 :

When Mexico sends its people, they’re not sending their best. They’re not sending you. They’re not sending you. They’re sending people that have lots of problems, and they’re bringing those problems with us. They’re bringing drugs. They’re bringing crime. They’re rapists.

46 Rompant radicalement avec les pratiques républicaines, Trump s’est ainsi abstenu de toute main tendue aux communautés hispaniques, que ce soit sur les plans politiques ou linguistiques, à une exception près, si l’on peut dire. Le cinq mai, jour de fête pour la communauté mexicaine-américaine, il s’est ainsi livré à une stratégie de convergence que l’on peut qualifier d’exceptionnelle dans les deux sens du terme (voir Figure 3).

Figure 3 : Happy #CincoDeMayo!

Figure 3 : Happy #CincoDeMayo!

47De toute la campagne, on ne relève qu’un seul moment où Trump se soit essayé, en quelque sorte, à parler espagnol, le 19 octobre 2016 lors du dernier débat avec Clinton :

Now, I want to build the wall. We need the wall. And the Border Patrol, ICE, they all want the wall. We stop the drugs. We shore up the border. One of my first acts will be to get all of the drug lords, all of the bad one – we have some bad, bad people in this country that have to go out. We’re going to get them out; we’re going to secure the border. And once the border is secured, at a later date, we’ll make a determination as to the rest. But we have some bad hombres here, and we’re going to get them out. [Nous soulignons]

48 Reflétant la vision véhiculée par Trump de ceux qui le parlent, l’espagnol est donc réduit à la portion congrue, à des stéréotypes culturels (le Cinco de Mayo, les tacos) et des fantasmes électoralistes (« bad hombres »). La disparition de l’espagnol de l’espace public ainsi annoncée est devenue réalité dès le lendemain de l’investiture de Donald Trump : la version espagnole du site officiel de la Maison Blanche (URL : < https://www.whitehouse.gov/​espanol >) a disparu, affichant désormais un message lapidaire (« Thank you for your interest in this subject. Stay tuned as we continue to update WhiteHouse.gov », Figure 4).

Figure 4 : whitehouse.gov/espanol

Figure 4 : whitehouse.gov/espanol

49 Quant au compte Twitter de la Maison Blanche en espagnol (@LaCasaBlanca), son contenu a été effacé intégralement après le changement d’administration. On y dénombre aujourd’hui 170 tweets, dont seulement 127 en espagnol (contre 1943 pour le compte @WhiteHouse, son équivalent en anglais). C’est donc une politique radicalement « grégorienne » et assimilationniste qui a été mise en place dès le premier jour de la présidence Trump, faisant le choix de l’invisibilisation linguistique d’une partie de la population.

2.3. Hillary Clinton et l’espagnol

50 Hillary Clinton fait depuis longtemps l’objet de critiques quant à sa pratique linguistique. Née et élevée à Chicago, elle adopte souvent un accent du sud et, si elle est loin d’être la seule à le faire, elle est connue pour modifier son accent en fonction de son auditoire. Elle s’en est justifié en 2007 en déclarant : « I think America is ready for a multilingual president ». La boutade peut prêter à sourire, mais elle est révélatrice du peu de cas qui est fait en réalité de cette idée.

51 Ce nonobstant, bien que Clinton elle-même ne parle pas espagnol, sa campagne présidentielle de 2016 a été non seulement bilingue au sens où toutes ses déclarations et tous ses documents étaient traduits, mais également parce que les hispanophones faisaient l’objet d’attentions toutes particulières. Un compte Twitter spécifique intitulé « Hillary en espagnol » (@Hillary_esp) leur était destiné, de même qu’un site Internet de campagne, une hotline par SMS destinée à les aider à voter, des publicités télévisées… mais également des tweets en espagnol sur le compte Twitter « personnel » de Clinton (voir Figure 5). Évidemment, ces tweets étaient rédigés par un membre de sa campagne. Mais le caractère médiat et écrit de Twitter permet justement d’éviter l’écueil de la spontanéité et de l’oralité : alors même que Hillary Clinton ne parle pas espagnol, son équipe de campagne pouvait créer par l’intermédiaire de cet outil un personnage qui, lui, le pouvait. Or les réseaux sociaux donnent l’impression d’interagir directement avec les personnalités que l’on suit et Clinton pouvait ainsi jouir d’une certaine aura de proximité, toute virtuelle fût-elle.

Figure 5: Un tweet en espagnol sur le compte de Clinton

Figure 5: Un tweet en espagnol sur le compte de Clinton

52 Cette stratégie n’est pas sans risque. Ainsi le « scandale » du Abuelagate. Le 22 décembre 2015 est apparue une page sur le site de campagne de Hillary Clinton intitulée « 7 things Hillary Clinton has in common with your abuela ». La page est source d’enseignements en ce que a) elle fait appel à l’archétype culturel de l’abuela, la grand-mère latina, et b) elle est rédigée dans une forme de Spanglish, mélangeant anglais et espagnol. Le titre, pour commencer : l’alternance codique est inévitable ici dans la mesure où abuela, donc, réfère à une institution culturelle et « grandmother » n’a pas les mêmes connotations. Le fait même d’avoir utilisé ce terme dans un titre anglais montre une conscience de ce statut d’icône culturelle auquel réfère le mot espagnol. Outre ce titre, on peut relever un certain nombre de déclarations ayant pour objet le respect (« el respeto »), comme dans ce titre : « She isn’t afraid to talk about the importance of el respeto », ou encore dans la Figure 6 :

Figure 6 : El respeto...

Figure 6 : El respeto...

53 L’article se termine sur la déclaration « Everybody loves abuela. Even this guy », accompagnée d’une photo de Hillary Clinton sur scène avec le chanteur de salsa d’origine portoricaine Marc Anthony, icône au sein des communautés hispaniques. On relèvera l’emploi sans déterminant de « abuela, » qui tendrait à ériger en filigrane Hillary Clinton en archétype de l’abuela.

54 La création d’un tel article par une équipe de campagne rompue aux théories de la communication n’est pas nécessairement surprenante. S’inspirant de la théorie de la publicité fondée sur l’information, Abrajano (2010 : 24sq) a établi une échelle pour catégoriser le type de messages spécialement destinés aux minorités hispanophones :

  • message présentant une politique complexe ;

  • message expliquant une politique ;

  • message présentant une politique simple, ;

  • message présentant un trait de caractère ou une personnalité hispanique.

55Moins la communauté visée est réputée au fait des problématiques politiques en jeu, plus les messages de la dernière catégorie seront favorisés. La campagne Clinton, sachant que l’électorat hispanophone politisé lui était largement acquis face à Trump, a pu vouloir, en jouant la carte du pathos, tenter de convaincre d’autres électeurs de se déplacer aux urnes. Le recours à l’image de l’abuela et du chanteur Mark Anthony pouvait sembler logique, comme l’explique Abrajano (2010 : 24sq) :

The primary reason why political contenders have been drawn to ethnic campaigns is because a candidate showing that he or she is familiar with a group’s culture sends a powerful signal to that group that the candidate understands and can relate to them.

56 Mais tout comme avec les « taco bowls » de Donald Trump, le résultat a été catastrophique. La page a provoqué l’ire de beaucoup de membres de la communauté hispanophone, menant à l’apparition sur les réseaux sociaux des mots-dièses #NotMiAbuela et #NotMyAbuela, dont on relèvera le caractère bilingue. La campagne de Clinton a été accusée de se livrer à du « hispandering, » mot-valise apparu en 2001 (Zimmer 2012) pour désigner ce type de manœuvres destinées à courtiser l’électorat hispanique. Pour ne citer qu’un exemple de réaction à cette tentative (Moyer 2015) :

Was Clinton, a white woman educated at Wellesley and Yale, trying to somehow inhabit the character of a wise Latina (to borrow a phrase from Supreme Court Justice Sonia Sotomayor)? Or worse: Was she trying to compare her struggles to that of Spanish-speaking immigrants, many undocumented and still living in the shadows as GOP candidates mull mass deportation?

57On relèvera qu’ironiquement, la personne à l’origine de l’article faisant de Clinton l’archétype de l’abuela était hispanique. Mais, médiée par la voix virtuelle d’Hillary Clinton, et donc perçue comme inauthentique, cette tentative a pâti des processus d’assignation décrits par la théorie de l’attribution.

58 Dans ce domaine, un indéniable atout dans le camp Clinton réside dans le choix de Tim Kaine comme colistier. Le sénateur de Virginie est catholique comme beaucoup d’hispaniques, et parle couramment l’espagnol depuis un séjour avec des missionnaires jésuites au Honduras de 1980 à 1981. Bien qu’il soit périlleux de tenter de démêler les calculs d’appareil, on peut noter que les premières personnalités suggérées à Clinton par John Podesta, son directeur de campagne, étaient organisées par catégories : hispaniques, femmes, africains-américains, militaires, industriels, hommes politiques, et Bernie Sanders, qui occupait une catégorie à lui tout seul (Seitz-Wald 2016). Parmi les hispaniques, première catégorie, figuraient quatre hispanophones : Xavier Becerra, ministre de la justice de Californie ; Eric Garcetti, maire de Los Angeles ; Tom Perez, ministre du travail de Barack Obama ; Ken Salazar, ancien ministre d’Obama. Julián Castro, ministre du logement et du développement urbain de Barack Obama, maire de San Antonio et figure montante du parti, un temps favori, a pu souffrir du fait qu’il est hispanique mais pas hispanophone, ce qui lui est constamment reproché.

59 Tim Kaine, au contraire, a l’avantage paradoxal de ne pas être hispanique (il y avait donc peu de chances que son choix soit perçu comme un autre exemple de hispandering) mais d’être hispanophone. Il a été le premier sénateur à s’adresser au Sénat en espagnol, en 2013, alors qu’il intervenait sur un projet de refonte de la législation concernant l’immigration. Il a également été le premier à prononcer des discours de campagne intégralement en espagnol, par exemple le 3 novembre 2016 à Phoenix, au cours duquel il a pris soin de rappeler que l’espagnol était parlé sur le territoire des États-Unis avant l’anglais, et a également expliqué pourquoi il s’était adressé au Sénat en espagnol en 2013 :

  • 6 « Il y a quelques années, j’ai donné le premier discours en espagnol de l’Histoire du Sénat. Je con (...)

Hace unos años, di el primer discurso en español en la historia del Senado. Pensaba que, si estábamos debatiendo una medida de ley sobre inmigración, tendría sentido explicarlo en español. Especialmente, cuando el español es el idioma de más de cuarenta millones de personas en este país, quienes están más afectadas por este asunto.6

60 Avant cela, il avait fait le choix de l’alternance codique lors de son premier discours en tant que colistier, à Miami, le 23 juillet. Voici les cinq passages concernés :

(1) Hello Miami! Hello FIU [Florida International University]! Y ¡bienvenidos a todos! Bienvenidos a todos en nuestro país, ¿verdad? ¡Porque somos americanos todos! […] I’m grateful to you Hillary, for the trust you put in me, and we’re gonna be compañeros de alma in this great lucha ahead!

  • 7 « Est-ce qu’il y a des Honduriens ici ? Est-ce qu’il y a quelques Honduriens ici ? Okay, un peu, ou (...)
  • 8 « J’ai appris les valeurs de mon peuple : la foi, la famille et le travail. La foi, la famille et l (...)

(2) And that’s why, after racing through the University of Missouri in three years and starting at Harvard Law School, I decided to take a year off from school to volunteer with Jesuit missionaries in Honduras. ¿Hay hondureños aquí? ¿Hay algunos hondureños aquí? Okay, un poquito, sí.7 Well, when I got to Honduras, it turned out that my recently acquired knowledge of constitutional law was pretty useless. But the experience of working in my dad’s ironworking shop was actually kind of helpful. So I taught teenagers the basics of carpentry and welding, and they helped me learn Spanish. And I tell you, my time in Honduras changed my life in so many ways. Aprendí los valores de mi pueblo: fe, familia y trabajo. Fe, familia y trabajo. Los mismos valores de la comunidad latina aquí en nuestro país, ¿verdad?8

(3) Soy católico, soy católico. I’m a Catholic. And Hillary is a Methodist, but I tell you, her creed is the same as mine.

  • 9 « Au Sénat, nous l’avons fait il y a près de trois ans, et nous attendons toujours qu’il y ait à la (...)

(4) In our administration in the first 100 days, we’ll put forward a comprehensive immigration reform package that includes a path to citizenship. En el senado, hicimos eso hace casi tres años, y estamos esperando todavía para la Casa de Representantes tener un debate, un voto, en el sistema de inmigración reforma, ¿verdad? Entonces, vamos a trabajar juntos en eso en los primero cien días de la administración.9

(5) And when you go to one of these naturalization services and you see the people’s desire to join this great country, you will—you’ll basically have this pretty amazing thought: cualquier persona que ama tanto a los Estados Unidos merece estar aquí. Anybody who loves America this much deserves to be here—deserves to be here.

61 Ces exemples, qu’ils aient été scénarisés ou soient spontanés, attirent l’attention en ce qu’ils correspondent aux usages canoniques de l’alternance codique. Marqueurs du discours (¿verdad?), alternance phatique (¿Hay hondureños aquí? ¿Hay algunos hondureños aquí? Okay, un poquito, sí), insertion de syntagmes nominaux ou de noms à l’intérieur d’un syntagme nominal (we’re gonna be compañeros de alma in this great lucha ahead), répétition emphatique (Soy católico, soy católico. I’m a Catholic; cualquier persona que ama tanto a los Estados Unidos merece estar aquí. Anybody who loves America this much deserves to be here), changement de langue pour raconter une anecdote (exemple 2) ou en fonction du sujet (exemple 4). Toutes ces occurrences sont typiques de l’alternance telle qu’elle se manifeste en conversation, et leur intégration au sein d’un tissu anglais plus large a une importance non négligeable : l’espagnol n’est pas plaqué à côté de l’anglais (comparer avec le discours de victoire de Justin Trudeau, infra), il est utilisé conjointement avec lui.

62 Chacun à leur manière, les deux candidats à la présidence ont fait preuve de cohérence et d’une certaine intelligence politique dans les choix liés à la question linguistique. Le camp Clinton savait pouvoir compter sur une grande partie des électeurs hispanophones, et malgré quelques maladresses, le choix d’un hispanophone non hispanique comme colistier a pu être interprété comme une stratégie de convergence mais non comme une tentative de sur-accommodation. Clinton ne s’y est pas trompée, qui elle-même ne s’est jamais risquée à essayer de parler espagnol. Le camp Trump, à l’inverse, a pris le risque calculé, et payant, de s’aliéner les hispaniques tout en mobilisant les électeurs blancs des États industriels. Il est probable que les conséquences sur le plan linguistique et culturel s’en fassent sentir dans les années à venir, à l’image de la disparition de la version espagnole du site de la Maison Blanche.

3. Le bilinguisme au Canada

3.1. Situation linguistique du Canada

63 Nous avons mentionné la faible propension des hommes et femmes politiques états-unien•ne•s à étudier les langues étrangères. Par contraste, des dix derniers premiers ministres canadiens, seuls trois ne parlaient pas français couramment. La situation linguistique du pays est dite de « bilinguisme officiel » depuis le Official Languages Act de 1969. Tout citoyen, qu’il soit francophone ou anglophone, doit pouvoir accéder à tous les services gouvernementaux dans sa langue, où qu’il se trouve. Hambye & Richards (2012 : 166), qui indiquent que cette loi était vantée comme un symbole de cohésion sociale et d’unité, précisent toutefois :

However, for the Francophone minority who was indeed forced to become bilingual, official bilingualism carries the threat of assimilation, while it constituted a useless source of complexity, spending, and troubles from the point of view of the dominant group, who has thus been unwilling to invest in bilingualism.

64Il n’est pas inintéressant de relever que le terme d’assimilation, cher à Donald Trump et à beaucoup d’États-Uniens opposés à tout programme bilingue, est ici accompagné de la notion de menace. Alors que les conservateurs américains souhaitent provoquer l’assimilation par le monolinguisme, c’est le bilinguisme forcé qui risquerait de mener à celle-ci au Canada.

65 Néanmoins, Hambye & Richards (2012 : 167) ajoutent :

In the early 2000s [the] focus [of language policy in Canada] shifted to the ‘bilingualisation’ of the public sector and the population at large through key sites as education, healthcare and language industries. The policy was thus no longer targeting only minorities, but the whole population, supposed to have a shared interest in bilingualism.

66La situation linguistique est donc radicalement différente dans les faits, bien qu’elle ne le soit pas forcément dans le ressenti des populations concernées.

67 La distribution des populations anglophones et francophones nécessite également que l’on s’y arrête. Le recensement de 2006 donnait les chiffres suivants (Corbeil & Blaser 2007) :

    • 10 Un chiffre potentiellement erroné, préviennent les auteurs : « In April 2006, about one month befor (...)

    42,4 % des francophones disent parler anglais ;10

  • 68,9 % des anglophones vivant au Québec disent parler français ;

  • 7,4 % des anglophones vivant hors du Québec disent parler français.

Le recensement de 2011, quant à lui, indique que :

  • 21 % des Canadien.ne.s sont francophones, une proportion en déclin constant ;

  • 17,5 % de la population se dit capable de tenir une conversation en français et en anglais ;

  • 93 % des francophones habitent au Québec.

Ce même recensement donne les chiffres suivants :

  • pour 18 850 405 Canadiens dont la première langue est l’anglais, 18 583 980 (98,6 %) disent parler l’anglais le plus souvent chez eux et 82 615 le français.

  • pour 6 967 455 Canadiens dont la première langue est le français, 6 473 745 (92,9 %) disent parler le français le plus souvent chez eux et 428 380 l’anglais.

  • 57 820 Canadiens déclarent avoir pour langues maternelles l’anglais et le français, chiffre auquel on peut ajouter 6 280 personnes déclarant avoir une troisième langue maternelle.

68 Si bilinguisme il y a de jure, la situation linguistique de facto est à nuancer. Comme le montrent les chiffres, il est indéniable que le bilinguisme concerne surtout la minorité francophone, qui ressent ce bilinguisme moins comme une opportunité que comme une étape, en quelque sorte, vers une potentielle anglicisation, comme l’écrit Cornellier (2017) dans Le Devoir, quotidien québécois à tendance nationaliste :

Le sentiment d’insécurité culturelle des francophones est d’ailleurs toujours très vif. Selon une enquête réalisée pour Patrimoine Canada et dont Le Devoir faisait état cette semaine, 74 % des francophones jugent que le français est menacé au Canada. Chez les anglophones, seulement 34 % partagent cette préoccupation. […] À sa décharge, le gouvernement libéral a imposé le bilinguisme fonctionnel comme critère de sélection des juges à la Cour suprême, consulte les communautés de langue minoritaire et planche actuellement sur un plan d’action pour les langues officielles.

69 Ce bilinguisme institutionnel n’est pas sans ses détracteurs non plus du côté anglophone. Le bilinguisme est perçu par certains comme un privilège de classe, un critère de sélection injuste dans la fonction publique (en 2016, par exemple, le gouvernement de M. Trudeau a fait du bilinguisme l’un des critères de sélection des juges de la Cour Suprême), et ses adversaires dénoncent la « francofication » [sic] du Canada, comme on peut le lire dans de nombreux articles tels que celui-ci :

To be prime minister of Canada you have to know French. To be governor general of Canada you have to know French. To be chief justice of the Supreme Court you have to know French (and debate rages about the other eight). To be head of the Bank of Canada, the Canadian armed forces, the CRTC, or the CBC you have to know French.

In 2012 Parliament voted unanimously in favour of making it mandatory for the “auditor-general, the chief electoral officer and a number of commissioners, including those for privacy, information and ethics” to know French. Above a certain rank, most federal bureaucrats (regardless of what province they work in) invariably hit a promotional glass ceiling unless they know French.

This is an awful lot of power to concentrate in just 17 per cent of the population. If you heard of some third world dump where a linguistic minority of less than 20 per cent held a permanent, legally-protected monopoly on all of the country’s top jobs, you’d probably think it wasn’t much of a democracy. (McCullough 2014)

70 Justin Trudeau lui-même, par certaines déclarations, a pu provoquer ces réactions. Ainsi, lors d’un discours à Edmonton en février 2008, celui qui n’était alors que candidat à la circonscription de Papineau a déclaré que ceux qui n’apprennent pas une deuxième langue sont « paresseux » et « se tirent une balle dans le pied ». Pourtant, il a su par ailleurs expliquer sa position de manière plus nuancée, comme ci-dessous en 2015 :

It’s not just a question of symbolism of being a bilingual country and expecting that our prime minister and our most important adjudicators and judges be bilingual. It’s more than that. Imagine a situation in which those nine judges are in their chambers discussing a case as regularly happens, the fact is that if all of them are to be able to understand each other in their desired mother tongue, they have to be able to follow along that conversation without having to have the interference of translation and all that. I understand deeply how much when you’re in a room where everyone speaks English but nobody or only a few people speak French, how the French speakers end up having to use their second language and can be at a disadvantage. And we want to make sure that the message of Canada being a country in which French and English are truly the official equal languages that anyone can be reassured that all the arguments will be properly understood by everyone on the Supreme Court.

3.2. Communication gouvernementale au Canada

71 Depuis la loi de 1969, la communication du gouvernement est intégralement bilingue. Ceci ne se limite pas aux textes de loi mais inclut toutes les formes de communication provenant de représentants des institutions. Justin Trudeau, par exemple, possède une chaîne YouTube en anglais, et une autre en français, sachant que l’une et l’autre contiennent souvent les mêmes vidéos, mais que celles-ci, quand il s’agit de discours prononcés au Canada, sont fréquemment bilingues. Le 2 juin 2017, par exemple, Trudeau a prononcé un discours à la conférence annuelle de la Fédération Canadienne des Municipalités, à Ottawa. Ce discours d’environ 22 minutes comprend un passage pendant lequel Trudeau passe brusquement au français, sans transition aucune, avant de revenir à l’anglais après environ 1 minute 30. C’est une caractéristique de ce type de discours chez Trudeau, qui se livre à ce type d’alternance dans les deux sens. Dans une annonce du 8 juin 2017 sur les préparatifs pour la rencontre du G7 à Charlevoix en 2018, par exemple, il est passé à l’anglais 2 minutes 30 après le début de son intervention, avant de repasser au français une minute plus tard, là aussi sans que le changement de langue ne soit commenté ou n’entraîne de répétition, et sans qu’aucun élément sémantique ou pragmatique ne justifie l’alternance.

  • 11 Le gouvernement canadien privilégie le terme « gazouillis partagé. ».

72 Inversement, les messages du Premier Ministre à ses administrés sont filmés en double, chaque vidéo étant ensuite postée sur la chaîne appropriée. Une stratégie similaire est adoptée sur le compte Twitter de Trudeau, dont il fait un usage intensif, et sur lequel tous les tweets sont systématiquement traduits, qu’ils proviennent de Trudeau lui-même (Figure 7) ou que ce soient des retweets11 (Figure 8).

Figure 7 : Un tweet et sa traduction

Figure 7 : Un tweet et sa traduction

73 Cette stratégie est extrêmement bien rodée, puisque que si un tweet mène à une source n’existant que dans une langue, le tweet traduit mènera à une source équivalente dans l’autre langue (Figure 9).

Figure 8 : Succession de retweets en français et en anglais

Figure 8 : Succession de retweets en français et en anglais

Figure 9 : Lien vers un article du Montreal Gazette et un équivalent dans Le Devoir

Figure 9 : Lien vers un article du Montreal Gazette et un équivalent dans Le Devoir

74 Cette communication bilingue en 140 caractères ne se fait pas toujours de façon strictement équivalente, comme peuvent le montrer les tweets des Figures 10 et 11.

Figure 10 : « Petits choux » et “little ones”

Figure 10 : « Petits choux » et “little ones”

Figure 11 : "Teaching about bullying" vs. « Enseigner l’intimidation »

Figure 11 : "Teaching about bullying" vs. « Enseigner l’intimidation »

75Dans le premier, le jeu de mot reposant sur le double sens de « chou », intraduisible tel quel a dû faire l’objet d’une réécriture. Dans le second, le prédicat « teaches kids about bullying » a été maladroitement traduit par « enseigne l’intimidation », qui confine au contre-sens.

76 Trudeau a fait de ce bilinguisme un argument électoral au-delà de la pure utilisation symbolique. On en trouve un exemple très parlant dans une vidéo enregistrée à l’occasion du lancement de sa campagne de 2008, dont nous retranscrivons ci-dessous la conclusion, qui est représentative de l’ensemble :

You have no doubt noticed que ce vidéo est un mélange of English et français. Although everything written on this site est disponible en anglais and in French, my personal videos seront bilingues. Je ne me répéterai pas, but I do hope to overlap just enough so that everyone will understand all my messages. C’est un choix très personnel pour moi but I don’t doubt that it’s the one likely to generate the most feedback.

77 Ces quelques phrases présentent un certain nombre de manifestations typiques d’alternance codique : par exemple l’alternance inter-phrastique ou encore le changement de langue au gré d’une conjonction permettant de souligner l’opposition entre deux propositions (Je ne me répéterai pas, but I do hope to overlap just enough so that everyone will understand all my messages ; c’est un choix très personnel pour moi but I don’t doubt that it’s the one likely to generate the most feedback). Mais on y trouve d’autres manifestations syntaxiques plus rares : une proposition complétive en français après un verbe recteur anglais, un syntagme prépositionnel complément du nom dans une langue différente du nom là où, statistiquement, il est plus fréquent que la préposition provienne de l’autre langue ; ou encore un changement de langue avant le verbe copule plutôt qu’après, ce qui à nouveau est statistiquement plus fréquent. Ce discours politique est bien évidemment une construction, fruit d’une réflexion poussée, collective et probablement réécrite à plusieurs reprises. Il est difficile de ne pas remarquer que Trudeau mentionne d’abord « English » et « français », puis « anglais » et « French », par exemple, ce qui permet de mentionner les deux réalités par les deux étiquettes linguistiques qui les désignent. Tous ces éléments nous mènent à avancer qu’il s’écarte de l’alternance codique conversationnelle spontanée, et que le but du changement de langue est ici purement métalinguistique : il s’agit de présenter un énonciateur de sorte que son appartenance de groupe soit immédiatement identifiable. On relèvera par ailleurs la candeur (ou le cynisme) de la phrase de conclusion : l’alternance est vue comme moyen de générer du « feedback ».

78 Par comparaison, dans son discours de victoire du 20 octobre 2015, Trudeau fait un emploi tout différent de l’alternance. Il n’y a plus aucune occurrence d’alternance intraphrastique : le changement de langue se fait uniquement à l’occasion de changements de paragraphes, pour ainsi dire, dans un texte très écrit. Le début du discours présente un exemple de charnière bilingue, l’expression « voies ensoleillée / sunny ways », un slogan de campagne utilisé dans les deux langues qui permet le premier réel passage de l’une à l’autre :

Merci. Merci. Thank you. Thank you, my friends. Merci. Merci, mes amis. Thank you. Thank you, my friends. Yes. Il y a – il y a plus de 100 ans, un grand Premier ministre, Wilfrid Laurier, a parlé des voies ensoleillées. Il savait que la politique peut être une force positive, et c’est le message que les Canadiens ont envoyé aujourd’hui. Les Canadiens ont choisi le changement, un vrai changement.

Sunny ways, my friends, sunny ways. This is what positive politics can do. This is what a causative, hopeful – a hopeful vision and a platform and a team together can make happen. Canadians – Canadians from all across this great country sent a clear message tonight. It’s time for a change in this country, my friends, a real change.

79 Dans la première partie de son discours, Trudeau tient plus ou moins sa promesse de 2008 : les changements de langue ne correspondent pas à une répétition stricte de ce qui a été dit précédemment, mais plutôt à une traduction sur le vif telle que les bilingues ont souvent l’habitude d’en faire. On peut contraster cette ouverture à la suite du discours, qui au contraire consiste effectivement en répétitions, comme par exemple dans l’extrait qui suit :

Vous nous avez fait part de vos défis dans votre vie de tous les jours. Vous nous avez dit que ça devenait de plus en plus difficile de joindre les deux bouts et de payer les factures à la fin du mois. Vous nous avez dit que vous étiez inquiets pour votre retraite. Vous nous avez dit que vos communautés avaient besoin d’investissement. Vous nous avez dit que les bons emplois se faisaient de plus en plus rares. Vous êtes l’inspiration derrière notre programme. Vous êtes la raison pour laquelle nous avons travaillé si fort pour nous rendre là où nous sommes ce soir. Et vous serez toujours au cœur du gouvernement que nous allons former.

Over the past three years, you told us what you’re going through. You told us that it’s getting harder and harder to make ends meet, let alone to get ahead. You told us you’re worried about whether you’ll be able to afford a dignified retirement. You told us that your communities need investment. You told us you need a fair shot at better jobs. You are the inspiration for our efforts. You are the reason why we worked so hard to be here tonight, and you will be at the heart of this new government.

80 Trudeau s’est érigé plus ou moins discrètement en chantre d’un bilinguisme affiché et revendiqué, en passant par un panel de stratégies diverses. La traduction systématique, tout d’abord, requise par la loi canadienne. Mais également l’alternance codique à outrance, quand il s’agissait de se faire connaître : même si la vidéo de 2008 dans laquelle il lançait sa candidature pour la députation a fait l’objet de beaucoup de moqueries, on peut considérer qu’il n’y a pas de mauvaise publicité, juste de la publicité. De manière plus inhabituelle, son recours fréquent aux deux langues sans passage de traduction est caractéristique de la conversation bilingue ; or il y a recours devant des publics dont on peut statistiquement supposer qu’ils ne sont pas tous bilingues. Il adopte donc sciemment une stratégie de divergence envers les monolingues, stratégie qui peut même le conduire à des « face-threatening acts » ; par exemple en janvier 2017 lors d’une rencontre citoyenne à Sherbrooke, quand il a répondu en français à des questions qui lui étaient posées en anglais par des membres du public. Il a par la suite fait l’objet de plusieurs plaintes auprès du commissaire aux langues officielles du Canada.

Conclusion

81 Tous les éléments exposés dans cet article doivent être vus comme un appel à la réflexion sur un sujet qui n’est que peu abordé, alors même qu’il concerne la majorité des êtres humains. Quelle peut être la place de communautés bilingues (et biculturelles) au sein de communautés plus largement monolingues ? Le plurilinguisme est-il soluble dans la construction des États-nations ? L’administration fédérale états-unienne a choisi de répondre non à cette question, probablement par calcul électoraliste et idéologique. Le gouvernement de Justin Trudeau, à l’inverse, semble emprunter la voie du bilinguisme à marche forcée, au risque d’exclure une partie des Canadiens. Dans les deux cas, un double décalage est observé. Décalage horizontal entre deux (ou plusieurs) communautés cohabitant sur un même territoire mais dont les répertoires symboliques partagés ne se recouvrent pas totalement. Décalage vertical entre une communauté et des instances censées la représenter mais qui ne parlent pas la même langue. Nous avons choisi l’exemple du Canada, mais ce double décalage peut être observé dès que deux langues ou plus sont appelées à cohabiter dans une même polis, comme c’est le cas entre autres en Belgique, pour prendre un exemple européen bien connu. Nous pouvons nous demander si la construction communautaire doit reposer sur le plus petit dénominateur commun, ce qui supposerait que le bilinguisme ne soit pas une donnée pertinente, ou bien, au contraire, si la double identité d’une communauté bilingue doit être prise en compte au risque d’aliéner les autres communautés. Dans un cas comme dans l’autre, le bilinguisme demeure l’objet de discours qui posent question, même dans les situations où il fait l’objet d’un statut officiel et protégé. Les discours idéologiques portant sur le sujet ne peuvent envisager, semble-t-il, qu’il existe un bilinguisme non problématique. Il serait au contraire de deux ordres contradictoires. Bilinguisme de prestige, tel que celui de Justin Trudeau, il est l’apanage de populations ayant le luxe d’un capital culturel important, et qui sont vues avec méfiance par celles dont ce n’est pas le cas. Bilinguisme « par défaut », tel que celui des immigrés hispanophones, il véhicule comme un stigmate la trace d’un Ailleurs et d’un Autre, d’une hybridité qui viendrait menacer la pureté fantasmée d’une communauté se rêvant homogène. Comme l’écrivent fort justement Hambye & Richards (2012 : 164) sur ce point,

we consider that different actors try to change their discourse on bilingualism/multilingualism or to maintain it, as a function of their will to accept, reinforce or resist the changes evoked previously. For instance, as we will see later, maintaining the traditional vision of bilingualism as a ‘double monolingualism’ is a way to resist the fact that contemporary linguistic hybridity is interrogating the monolingual vision of western societies and is challenging the sovereignty of national/community languages (especially within linguistic minorities). In other words, we argue that objective evolutions in the value or in the forms of multilingualism are sometimes stressed and sometimes hidden in discourses of different actors, depending on their will to enhance or to refrain the social and political changes that these evolutions are reflecting.

82 Une autre question que soulève la place du bilinguisme au sein de plus grandes communautés monolingues est celle de la nature contre la posture. En fonction du regard de l’autre, l’alternance codique, par exemple, peut être perçue comme un outil de communication non problématique ou bien comme un artifice identitaire destiné à exclure ou véhiculer une forme de supériorité linguistique. Les situations bilingues peuvent dès lors être assimilées à des lieux où affleurent et se négocient les processus de construction de la communauté ; elles rendent tangibles les stratégies d’accommodation des uns et des autres. Si la langue fait partie des lieux communs partagés par une communauté, elle devient alors à la fois moyen de communication et objet, et la question se pose de savoir quand son utilisation est strictement symbolique (et si ce symbole est accepté) et quand elle est plus largement communicative. En ce sens, l’alternance codique à caractère ponctuel et phatique d’un Tim Kaine est peut-être plus efficace que l’alternance systématique et non motivée d’un Justin Trudeau, tout comme le refus de toute stratégie d’accommodation d’un Donald Trump peut être paradoxalement perçu positivement, dans la mesure où il évite ainsi le risque de l’artificialité. Les communautés concernées par ces questions, qui ont deux langues mais souvent pas de voix sur la scène politique, peuvent se sentir dépossédées par une stratégie de convergence à laquelle elles attribuent un motif ultérieur. En d’autres termes, comme l’écrit O’Keefe (2016),

Gaining our support isn’t as shallow as as saying ‘hola’, playing some maracas and passing out tacos.

Top of page

Bibliography

Abrajano, Melisa. Campaigning to the New American Electorate: Advertising to Latino Voters. Stanford: Stanford University Press, 2010.

Abrajano, Melisa and Michael Alvarez. New Faces, New Voices: The Hispanic Electorate in America. Princeton: Princeton University Press, 2012.

Anderson, Benedict. Imagined Communities: Reflection on the Origin and Spread of Nationalism. London: Verso, 1983.

The Associated Press. “Clinton Says Her Southern Twang a Virtue.” The Washington Post, 27 avril 2007. URL: < http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2007/04/27/AR2007042701300.html >.

Bourhis, Richard, Lena Celina Moise, Stéphane Perreault and Sacha Sénécal. “Towards an Interactive Acculturation Model: A Social Psychological Approach.” International Journal of Psychology 1(6) (2010): 369-386.

Brasart, Charles. Le Discours politique américain, ou comment la parole se met en scène. Conférence de l’Association d’Études Anglaises du Lycée Henri IV, 2016.

Brown, Penelope and Stephen Levinson. Politeness: Some Universals in Language Usage. Cambridge: Cambridge University Press, 1987.

Capozzola, Christopher. Uncle Sam Wants You: World War I and the Making of the Modern American Citizen. Oxford: Oxford University Press, 2008.

Cohen, Anthony. The Symbolic Construction of Community. London: Tavistock, 1985.

Corbeil, Jean-Pierre and Christine Blaser. The Evolving Linguistic Portrait, 2006 Census. Ottowa: Statistics Canada, 2007. URL: < http://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2006/as-sa/97-555/pdf/97-555-XIE2006001.pdf >.

Cornellier, Manon. « Au-delà du bilinguisme. » Le devoir 7, janvier 2017. URL : < http://www.ledevoir.com/politique/canada/488642/avenir-du-francais-au-dela-du-bilinguisme >.

Crawford, James. “A Nation Divided by One Language”. The Guardian, 8 mars 2001. URL: < https://www.theguardian.com/theguardian/2001/mar/08/guardianweekly.guardianweekly11 >.

Flegenheimer, Matt. “Habla Español? Tim Kaine Is Latest Candidate to Use Spanish.” The New York Times, 28 juillet 2016. URL: < https://www.nytimes.com/2016/07/29/us/politics/tim-kaine-bilingual-spanish.html?_r=0 >.

Gardner-Chloros, Penelope. Code-Switching. Cambridge: Cambridge University Press, 2009.

Gibbons, John. Code-Mixing and Code Choice: A Hong-Kong Case Study. Philadelphie: Clevedon, 1987.

Giles, Howard and Peter Powesland. Speech Style & Social Evaluation. London: Academic Press, 1975.

Giles, Howard and Patricia Johnson. “Ethnolinguistic Identity Theory: A Social Psychological Approach to Language Maintenance.” International Journal of the Sociology of Language 68 (1987): 66-99.

Giles, Howard, Justine Coupland and Nikolas Coupland. Contexts of Accommodation: Developments in Applied Sociolinguistics. Cambridge: Cambridge University Press, 1991.

Grégoire, Henri Jean-Baptiste. Rapport sur la nécessité et les moyens d’anéantir les patois et d’universaliser la langue française, le 16 prairial an II. 1794.

Gumperz, John. Discourse Strategies. Cambridge: Cambridge University Press, 1982.

Hagège, Claude. L’Enfant aux deux langues. Paris : Odile Jacob, [1996] 2005.

Hambye, Philippe & Mary Richards. “The Paradoxical Visions of Multilingualism in Education: The Ideological Dimension of Discourses on Multilingualism in Belgium and Canada.” International Journal of Multilingualism 9(2) (2012): 163-185.

Javier, Rafael Arturo. The Bilingual Mind. Thinking, Feeling and Speaking in Two Languages. New York: Springer, 2007.

King, David C. Herbert Hoover. Presidents & Their Times. New York: Cavendish Square Publishing, 2009.

Krogstad, Jens Manuel. “5 Facts about Latinos and Education.” Pew Research Center, 28 juillet 2016. URL: < http://www.pewresearch.org/fact-tank/2016/07/28/5-facts-about-latinos-and-education >.

Le Page, Robert Brock and Andrée Tabouret-Keller. Acts of Identity: Creole-based Approaches to Ethnicity and Language. Cambridge: Cambridge University Press, 1985.

Leith, Sam. You Talkin’ to Me? Rhetoric from Aristotle to Obama. London: Profile Books, 2009.

Li Wei, Lesley Milroy and Pong Sin Ching. “A Two-Step Sociolinguitics Analysis of Code-Switching and Language Choice: The Example of a Bilingual Chinese Community in Britain.” In Li Wei (dir.), The Bilingualism Reader. London: Routledge, 2000.

Malakoff, Marguerite and Kenji Hakuta. “Translation Skills and Metalinguistic Awareness.” In Ellen Bialystok (dir.), Language Processing in Bilingual Children. Cambridge: Cambridge University Press, 1991.

Malle, Bertram. “Attribution Theories: How People Make Sense of Behavior.” In Derek Chadee (dir.), Theories in Social Psychology. Oxford: Wiley-Blackwell, 2011. 72-95.

Martinez, Aaron. “Arizonan Rips ‘Spanish-Mexican’ Mayor Invitation”. El Paso Times, 12 août 2016. URL: < http://www.elpasotimes.com/story/news/2016/08/11/arizonan-rips-spanish-mexican-border-mayor-invite/88562810 >.

Matras, Yaron. Language Contact. Cambridge: Cambridge University Press, 2009.

McCullough, J.J. “Let Them Learn French: Canada’s Bilingual Elite Hold All the Power.” The Huffington Post, 17 mars 2014. URL: < http://www.huffingtonpost.ca/jj-mccullough/bilingual-elite-canada_b_4977174.html >.

McWhorter, John. “When does Speaking a Foreign Language Get a Candidate in Trouble?” The New Republic, 23 janvier 2012. URL: < https://newrepublic.com/article/99863/bilingualism-presidents-foreign-languages-fluent >.

Moyer, Justin. “#NotMyAbuela: Hillary Clinton Offends Some with ‘Grandma’ Pitch to Latinos.” The Washington Post, 23 décembre 2015. URL: < https://www.washingtonpost.com/news/morning-mix/wp/2015/12/23/notmyabuela-hillary-clinton-offends-some-with-grandma-pitch-to-latinos/?tid=a_inl&utm_term=.b7a7d4010147 >.

Myers-Scotton, Carol. “The Negotiation of Identities in Conversation: A Theory of Markedness and Code Choice.” International Journal of the Sociology of Language 44 (1983): 115-136.

Myers-Scotton, Carol. “Diglossia and Codeswitching.” In Joshua A. Fishman et al. (dir.), The Fergusonian Impact. Berlin: Mouton de Gruyter, 1986. 403-415.

Myers-Scotton, Carol. “Explaining the Role of Norms and Rationality in Codeswitching.” Journal of Pragmatics 32 (1999): 1259-1271.

Myers-Scotton, Carol and Agnes Bolonyai. “Calculating Speakers: Codeswitching in a Rational Choice Model.” Language in Society 30 (2001): 1-28.

O’Keefe, Ed. “Donald Trump: Jeb Bush should ‘Set the Example by Speaking English’.” The Washington Post, 2 septembre 2015. URL: < https://www.washingtonpost.com/news/post-politics/wp/2015/09/02/donald-trump-jeb-bush-should-set-the-example-by-speaking-english/?utm_term=.f3b6a2cd5a83 >.

Robinson, David. “Text Analysis of Trump’s Tweets Confirms He Writes Only the (Angrier) Android Half.” Variance Explained, 9 août 2016. URL: < https://www.varianceexplained.org/r/trump-tweets >.

Roper Center for Public Opinion Research. How Groups Voted in 1980. URL: < https://ropercenter.cornell.edu/polls/us-elections/how-groups-voted/how-groups-voted-1980 >.

Schlesinger, Arthur Jr. The Disuniting of America. Reflections on a Multicultural Society. New York: Norton, [1991] 1998.

Seitz-Wald, Alex. “Hacked Emails Reveal 39 Names on Clinton’s ‘First Cut’ VP List.” NBC News, 18 octobre 2016. URL: < http://www.nbcnews.com/politics/2016-election/hacked-emails-reveal-39-names-clinton-s-first-cut-vp-n668181 >.

Subervi-Velez, Federico and Stacey L. Connaughton. “Democratic and Republican Mass Communication Campaign Strategies: A Historical Overview.” In Federico Subervi-Velez (dir.), Mass Media and Latino Politics: Studies of U.S. Media Content, Campaign Strategies and Survey Research: 1984–2004. New York: Routledge, 2008. 273-290.

Turner, John C. and Katherine J. Reynolds. “The Story of Social Identity.” In Tom Postmes and Nyla R. Branscombe (dir.), Rediscovering Social Identity: Key Readings. New York: Taylor & Francis, 2010. 13-32.

Valdés, Marcela. “27 Million Potential Hispanic Votes. But What Will They Really Add Up To?” The New York Times, 14 septembre 2016. URL: < https://www.nytimes.com/2016/09/18/magazine/27-million-potential-hispanic-votes-but-what-will-they-really-add-up-to.html >.

Vieuzac, Bertrand Barère de. Rapport du Comité de salut public sur les idiomes, le 8 pluviôse an II. 1794.

Weinreich, Uriel. Languages in Contact. Berlin: Mouton de Gruyter, 1953.

Zimmer, Ben and Charles Carson. “Among the New Words.” American Speech 87(4) (2012): 491-510.

Dernière vérification des liens Internet le 14 octobre 2017.

Top of page

Notes

1 Un nom lui-même résultat d’une rencontre entre l’anglais et l’espagnol.

2 La loi Siman, passée pendant la Première Guerre mondiale au Nebraska pour interdire l’emploi d’autres langues que l’anglais à l’école et l’église, par exemple, fut défendue devant la Cour Suprême fédérale en ces termes : « It is the ambition of the State to have its entire population 100 per cent American » (Capozzola 2008 : 194-197).

3 Pendant la campagne présidentielle de 2016, la courte biographie du compte Twitter de Hillary Clinton précisait ainsi : « Tweets by Hillary signed H-.  » Robinson (2016) a par ailleurs démontré qu’il existait une différence de ton statistiquement significative entre les tweets du compte de Donald Trump envoyés depuis un téléphone Android (utilisé par Trump) et les tweets envoyés depuis un iPhone (téléphone utilisé par son équipe de campagne).

4 URL : < https ://www.youtube.com/watch ?v =kuzu6iS036Q >.

5 « As president and candidate, George W. Bush spoke with manifest confidence and frequent grammatical indifference. » (Flegenheimer 2016)

6 « Il y a quelques années, j’ai donné le premier discours en espagnol de l’Histoire du Sénat. Je considérais que, si nous débattions d’un projet de loi sur l’immigration, il serait logique de l’expliquer en espagnol. D’autant plus que l’espagnol est la langue de plus de quarante millions de personnes dans ce pays, qui sont les plus affectées par cette affaire. »

7 « Est-ce qu’il y a des Honduriens ici ? Est-ce qu’il y a quelques Honduriens ici ? Okay, un peu, oui. »

8 « J’ai appris les valeurs de mon peuple : la foi, la famille et le travail. La foi, la famille et le le travail. Les mêmes valeurs que celles de la communauté latino ici dans notre pays. Pas vrai ? »

9 « Au Sénat, nous l’avons fait il y a près de trois ans, et nous attendons toujours qu’il y ait à la Chambre des Représentants un débat, un vote sur la réforme du système d’immigration, pas vrai ? [Toute la structure de la proposition est calquée sur la syntaxe de l’anglais] Alors nous allons travailler ensemble sur ce sujet lors des cent premiers jours de gouvernement. »

10 Un chiffre potentiellement erroné, préviennent les auteurs : « In April 2006, about one month before the Census, an anonymous e-mail written in French was circulating on the Internet. It contained false information and urged bilingual Francophones not to report, at the Census of Population, on May 16, 2006, if they knew both official languages, purportedly to ensure that the federal government would not cut services to Francophones. […] It seems plausible that the e-mail influenced some Francophones in their responses to the question on knowledge of official languages. » (2007 : 29)

11 Le gouvernement canadien privilégie le terme « gazouillis partagé. ».

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1 : Signalétique bilingue aux États-Unis
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-1.png
File image/png, 88k
Title Figure 2 : America... English!
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-2.jpg
File image/jpeg, 52k
Title Figure 3 : Happy #CincoDeMayo!
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-3.jpg
File image/jpeg, 92k
Title Figure 4 : whitehouse.gov/espanol
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-4.jpg
File image/jpeg, 252k
Title Figure 5: Un tweet en espagnol sur le compte de Clinton
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-5.jpg
File image/jpeg, 56k
Title Figure 6 : El respeto...
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-6.jpg
File image/jpeg, 40k
Title Figure 7 : Un tweet et sa traduction
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-7.jpg
File image/jpeg, 48k
Title Figure 8 : Succession de retweets en français et en anglais
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-8.jpg
File image/jpeg, 100k
Title Figure 9 : Lien vers un article du Montreal Gazette et un équivalent dans Le Devoir
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-9.jpg
File image/jpeg, 132k
Title Figure 10 : « Petits choux » et “little ones”
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-10.jpg
File image/jpeg, 184k
Title Figure 11 : "Teaching about bullying" vs. « Enseigner l’intimidation »
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1140/img-11.jpg
File image/jpeg, 111k
Top of page

References

Electronic reference

Charles Brasart, « Les monolingues parlent aux bilingues : Plurilinguisme et parole politique aux États-Unis et au Canada  », Anglophonia [Online], 24 | 2017, Online since 28 November 2017, connection on 17 August 2018. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1140 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1140

Top of page

About the author

Charles Brasart

Université de Nantes, LLING UMR 6310
charles.brasart@univ-nantes.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals