Skip to navigation – Site map

Abstract

Ce numéro s'attache à dessiner quelques-uns des nouveaux horizons de la notion centrale de grammaticalité. Une introduction de Sylvie Hancil précède deux contributions qui tentent en particulier d'examiner cette notion en regard de corpus oraux. Mathilde Pinson s'y emploie en étudiant l'évolution diachronique des structures d'accueil du verbe help et Gabor Turcsan s'interroge sur la validité de la tradition prescriptivo-descriptive d'acceptabilité de la syncope en anglais parlé contemporain.

Top of page

Editor's notes

Avec la participation du CAS (Cultures Anglo-Saxonnes - Université Toulouse - Jean Jaurès), EA 801.

Full text

1Trois articles hors-thème complètent ce numéro. Le premier, conçu par Gabriel Flambard, ré-ouvre le débat de l'analyse des anaphores verbales en do it et do this/that. Gaëlle Ferré et Manon Lelandais analysent l'apport informationnel de trois types de propositions subordonnées suivant une analyse multimodale. Enfin, ce numéro se termine par une nouvelle étude de Pierre Fournier portant sur les composés savants suffixés en anglais contemporain.

2La notion de grammaticalité se trouve, depuis que la langue est objet d'étude, au centre de nombreux et tumultueux débats. Dans cette nouvelle livraison, notre revue souhaite les enrichir en donnant la parole à quelques observateurs privilégiés de corpus oraux. L'intérêt que suscitent ces corpus, désormais disponibles en grand nombre, amène en effet les linguistes à se poser la question de l'acceptabilité et de la norme en relation avec des données plus ou moins spontanées, mais recueillies dans un contexte qui jusque-là n'avait que très peu souvent été retenu (recueil de témoignages, entretiens informels, bases conversationnelles, médias oraux contemporains) et pour lequel l'expression strictement linguistique se voit largement abondée par des facteurs nettement plus diversifiés que ceux qui encadrent le discours écrit.

3Des trois contributions proposées ici, la première a pour auteur Sylvie Hancil (Université de Rouen) qui avait eu l'heureuse initiative, il y a quelques mois, d'organiser une journée d'étude sur le thème de la grammaticalité de l'oral. Le lecteur trouvera dans ce texte introductif tout à la fois un rappel des cadres historiques et théoriques de la discussion alors ré-ouverte, mais aussi quelques-unes des lignes directrices de travaux à venir, lorsque l'on s'attache plus spécifiquement à la dimension orale de la grammaticalité : réparations, usages non standard, erreurs de performance, etc. La réflexion minutieuse qui nous y est livrée sur les limites de l'extension des procédés descriptifs d'annotation des corpus écrits à la description de corpus oraux ne manquera pas de susciter réactions et propositions.

4Le deuxième article thématique de ce numéro est proposé par Mathilde Pinson (Université Paris 3) et traite de plusieurs types de structures d'accueil du verbe help (suivi d'un infinitif avec to ou d'une base verbale en -ing, ou bien précédé d'un marqueur de capacité). Il y est tenté une évaluation des facteurs permettant d'expliquer l'évolution des jugements d'acceptabilité touchant à ces divers types de structures sur un temps long. L'étude est fondée sur deux corpus, l'un britannique, regroupant les minutes du tribunal de l'Old Bailey (18 et 19ème siècles), l'autre américain : COHA (1810-2009). Cette tentative, visant à dégager des phases d'évolution de différents types de complémentation ou de modalisation du verbe help au fil du temps, amène à croiser facteurs cognitifs, sémantico-pragmatiques ou processuels, qui semblent, à leur tour, éclairer de manière originale l'évaluation même de l'acceptabilité par les locuteurs des périodes observées.

5L'article de Gabor Turcsan (Université d'Aix-Marseille) s'appuie quant à lui sur une enquête phonologique descriptive récente portant sur le statut de la syncope en anglais parlé contemporain. Cette enquête ayant révélé, pour ce qui concerne la syncope, un écart notable entre la tradition prescriptivo-descriptive d'acceptabilité et les constats d'usage qu'elle a produits, l'auteur tente de trouver des explications valides qui permettraient de comprendre pourquoi la suppression ou l'effacement d'une voyelle ne déboucheraient pas nécessairement sur un groupe consonantique ou une resyllabification, et ne seraient pas générés ou compris comme tels par des locuteurs contemporains. Nul doute que ce travail jettera un nouveau regard sur les limites du discours normatif.

6Trois articles hors-thème sont ensuite proposés au lecteur. Tout d'abord, Gabriel Flambard (Université Paris Diderot) ré-ouvre la discussion, elle aussi en son temps nourrie, sur l'analyse des anaphores verbales en do it et do this/that. Ce débat porte en particulier sur l'explication du fonctionnement anaphorique de ces expressions : est-ce en vertu du seul élément pronominal à droite, ou faut-il également conférer au verbe do une valeur de pro-forme ? La confrontation d'un corpus ouvert aux analyses compositionnelles (do + pronom) et non-compositionnelles (pro-SN) amène l'auteur à confirmer la première option sur la base de données tant syntaxiques que sémantiques. La lecture de cet article concourra indéniablement à nourrir la réflexion sur ce type de formes et ne manquera pas d'encourager sa confrontation à des corpus variés.

7Gaëlle Ferré et Manon Lelandais (Université de Nantes) procèdent ensuite à une analyse multimodale de trois types de propositions subordonnées pour juger de leur apport informationnel. Traditionnellement conçues et décrites comme dépendantes du plan du discours, ces subordonnées sont soumises à un réexamen à partir d'un corpus collaboratif de dialogues spontanés filmés, qui permet de juger de l'ensemble des éléments gestuels liés à l'expression des différents niveaux d'information, de représentation et d'interaction portés par le discours. L'analyse de discours multimodale se voit enrichie, à travers cette contribution, par une nouvelle application rigoureuse et originale.

8Enfin, le dernier article de ce numéro nous livre l'approfondissement des travaux de Pierre Fournier (Université Paris 13) concernant l'analyse accentuelle des composés savants suffixés. Il procède cette fois à une tentative d'extension d'hypothèses récentes, mises en œuvre sur les composés en -ous, aux composés savants en -al. La constitution d'une typologie unique des bases selon leur potentiel d'attractivité s'avère ardue, de l'aveu même de l'auteur. Ne doutons pas néanmoins que sa tentative ouvrira de nouvelles perspectives et alimentera la discussion, nécessairement féconde, entre traditions anglo-saxonne et française.

9Le comité éditorial tient à remercier encore une fois Sylvie Hancil pour avoir suscité les propositions retenues par le comité de lecture et permis de donner une thématique à ce numéro. Que soient également salués les auteurs qui proposent régulièrement des articles à la revue. Ils nous encouragent ainsi à poursuivre nos efforts et à proposer à notre communauté un reflet fidèle des travaux contemporains.

10Ce numéro s'attache à dessiner quelques-uns des nouveaux horizons de la notion centrale de grammaticalité. Une introduction de Sylvie Hancil précède deux contributions qui tentent en particulier d'examiner cette notion en regard de corpus oraux. Mathilde Pinson s'y emploie en étudiant l'évolution diachronique des structures d'accueil du verbe help et Gabor Turcsan s'interroge sur la validité de la tradition prescriptivo-descriptive d'acceptabilité de la syncope en anglais parlé contemporain.

11Trois articles hors-thème complètent ce numéro. Le premier, conçu par Gabriel Flambard, ré-ouvre le débat de l'analyse des anaphores verbales en do it et do this/that. Gaëlle Ferré et Manon Lelandais analysent l'apport informationnel de trois types de propositions subordonnées suivant une analyse multimodale. Enfin, ce numéro se termine par une nouvelle étude de Pierre Fournier portant sur les composés savants suffixés en anglais contemporain.

Top of page

References

Electronic reference

Henri Le Prieult, « Editorial », Anglophonia [Online], 23 | 2017, Online since 16 January 2017, connection on 18 June 2018. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1160

Top of page

About the author

Henri Le Prieult

Université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire CAS
henri.le-prieult@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals