Skip to navigation – Site map

Grammaticalité et changement d’acceptabilité : le cas de help

Mathilde Pinson

Abstracts

This paper aims at establishing the role of processing factors on the evolution of acceptability in two case studies: the infinitival complementation of the verb help (with or without to) and the distribution of the construction [capacity + help]. The corpora chosen for this study, in particular COHA and the Old Bailey Proceedings, reveal that these factors do not simply help to explain the low frequency of dispreferred structures, but can even be considered the main factor triggering language change, in line with Rohdenburg’s prediction (2003: 243). The principle of horror aequi (Brugmann 1909) turns out to be the initial impetus leading to the current disappearance of to after help and questions of processing are shown to have engendered the obsolescence of the [capacity + help]NPI construction. As these processing factors limit the frequency of dispreferred structures, they contribute to diminishing speakers / hearers’ familiarity with these structures, which gradually alters their acceptability judgements, and, in turn, the grammar of English.

Top of page

Full text

Je souhaite sincèrement remercier Brian Lowrey pour ses conseils bibliographiques, qui ont grandement orienté la rédaction de cet article.

1. Introduction

1Un énoncé est dit grammatical quand il est bien formé, c’est à dire qu’il respecte les règles syntaxiques de la langue concernée. La grammaticalité d’un énoncé ne garantit cependant pas son acceptabilité en discours. Des considérations discursives, pragmatico-sémantiques ou sociolinguistiques peuvent inhiber l’emploi en discours d’une phrase pourtant tout à fait grammaticale en théorie. De même, des facteurs processuels peuvent freiner l’emploi de certaines structures, qui vont se voir marginaliser statistiquement en dépit de leur grammaticalité. Leur faible fréquence va progressivement influer sur leur acceptabilité (Bybee 2010 : 214). Ces facteurs processuels regroupent notamment l’horror aequi et la complexité cognitive (Rohdenburg 1996, 1999, 2000, 2003). Il est prouvé en effet que les innovations plus explicites ont tendance à s’installer de prime abord dans les contextes cognitivement complexes, tandis que leurs équivalents moins explicites persisteront longtemps dans les contextes cognitivement simples (Rohdenburg 2003 : 205). Parallèlement, le choix du type de complément verbal peut être influencé par la forme même du verbe afin d’éviter une répétition (Ross 1972 ; Rohdenburg 1995 ; Rudanko 2002). Par exemple la présence de to avant le verbe help tend à inhiber l’emploi de to après help (Lind 1983 ; Kjellmer 1985 ; McEnery et Xiao 2005 ; Lohmann 2011 ; Berlage 2014).

  • 1 Nous employons ici le terme construction au sens d’association conventionnelle d’une forme et d’un (...)

2Nous nous proposons ici d’étudier certains de ces facteurs sous l’angle diachronique afin de déterminer quels sont les processus qui entrent en jeu dans les changements d’acceptabilité, en nous inscrivant dans la continuité des travaux de Rohdenburg (1995, 1996, 1999, 2000, 2003, 2006a, 2006b, 2009, 2015) et de Traugott et Trousdale (2013). Cette analyse portera sur deux études de cas impliquant le verbe help : sa complémentation (to, Ø) et la distribution de la construction [capacité + help]1. Par ce biais, nous pourrons examiner les processus qui affectent l’acceptabilité et la grammaticalité d’une construction à différents moments de son évolution.

2. Le rôle du principe d’horror aequi dans l’omission de to après help

2.1. Le principe d’horror aequi

3Le terme horror aequi, créé par Brugmann (1909 : 146-147), est défini ainsi par Rohdenburg (2003 : 236) : “the widespread (& presumably universal) tendency to avoid the use of formally (near-) identical & (near-) adjacent (non-coordinated) grammatical elements or structures”. Les processus qui sous-tendent le principe d’horror aequi sont assez mal connus et restent hypothétiques. Certains auteurs l’interprètent comme une stratégie permettant d’alléger les difficultés processuelles (Mondorf 2003). On peut estimer en effet que la répétition adjacente ou proche d’un même élément risque d’être perçue comme une dysfluence, un faux départ, plutôt qu’un élément dont la présence est justifiée. Ainsi, dans I want to help you to be happier, l’auditeur peut potentiellement interpréter to help you comme une scorie corrigée par to be happier, plutôt que comme le prédicat régissant to be happier.

4D’autres tentatives d’explication se réfèrent à un modèle neuro-physiologique de la production (Stemberger 1985 ; MacKay 1987, Schlüter 2003, Lohmann 2011). Ce modèle présuppose que le lexique mental est organisé comme un réseau neuronal, composé de nœuds et de connexions entre ces nœuds. Comme pour les neurones, l’activation de ces nœuds, c’est-à-dire la production d’un élément linguistique, serait suivie d’une période d’inhibition, durant laquelle il serait difficile de réactiver ce nœud. Ainsi, l’adjacence entre deux éléments identiques serait évitée parce qu’elle nécessite l’activation successive de la même unité.

5Il semble assez difficile de trancher entre ces deux interprétations dans l’état actuel des connaissances. Bien que la deuxième interprétation semble majoritaire, l’hypothèse que le fonctionnement des réseaux linguistiques soit similaire à ceux des neurones reste purement spéculative (cf. Berg 1988 : 205). De plus, la dimension physiologique de cette explication neuronale s’accorde moins bien avec le caractère non-catégorique du principe d’horror aequi. Si les unités linguistiques ont du mal à être activées deux fois de suite, comment explique-t-on par exemple l’existence des consonnes géminées ou l’emploi des pronoms personnels nous et vous dans les structures pronominales en français (Nous nous sommes déjà rencontrés).

6Le rôle de l’horror aequi a été mis en lumière dans différents domaines et explique notamment les phénomènes d’haplologie dans le champ de la morphologie (*uglily ; *gentlely => gently). Il explique également certaines variations morpho-syntaxiques, notamment concernant la préférence pour la forme périphrastique des comparatifs et superlatifs (?soberer, ?bitterer ; ?justest, ?honestest) (Mondorf 2003 : 276-277). De plus, certains considèrent que l’horror aequi englobe également le principe d’alternance accentuelle (Mondorf 2003 : 235), ce qui élargit encore son champ d’action (voir Schlüter 2003 sur le rôle de l’alternance accentuelle dans la concurrence entre les participes passés lit et lighted et l’évitement de not devant les adjectifs attributs accentués sur la première syllabe).

  • 2 Cf. Ross 1972, Bolinger 1979, Gramley 1980, Fanego 1996, Rohdenburgh 1995, 2003, Rudanko 2000, Mair (...)

7Le principe d’horror aequi a également été invoqué pour rendre compte de certaines préférences dans le champ de la complémentation verbale2. Pour ne citer qu’un exemple, Vosberg (2009 : 217-218) montre que le verbe decline dans le sens de refuse était à l’origine suivi d’une gérondive, mais que cette construction a laissé place progressivement à une complémentation avec un infinitif complet. Cette innovation syntaxique est à présent généralisée, sauf dans les cas impliquant la présence de to avant decline, comme dans la phrase suivante :

8(1) But Ojai wants the supervisors to decline placing the initiative on the ballot … (Los Angeles Times 1994)

9Le principe de l’horror aequi justifie donc ici la persistance de poches de résistance à l’innovation syntaxique.

10De nombreuses études démontrent le rôle de l’horror aequi sur la complémentation du verbe help en synchronie (Lind 1983 ; Kjellmer 1985 ; Berlage 2007, 2014 ; McEnery et Xiao 2005). Lohmann (2011) démontre même grâce à une analyse multivariée que l’horror aequi est le facteur le plus décisif dans le choix de l’infinitif après help en anglais britannique contemporain. Ce facteur est d’ailleurs prépondérant dans toutes les variétés d’anglais (Levshina 2016). En revanche, son rôle dans l’évolution de la complémentation de help en diachronie n’a pas été élucidé.

2.2. Facteur initial et première phase d’extension

  • 3 Le premier exemple d’infinitives après le verbe help dans l’Oxford English Dictionary date de 1175.

11Rappelons tout d’abord que l’emploi d’une infinitive après help était rare en vieil anglais. Prototypiquement, help était suivi d’un unique complément, le bénéficiaire, qui était au datif. Les infinitives après help se sont installées progressivement3, tout d’abord en tant qu’adjoint de but, puis elles ont été réanalysées comme argument du verbe. L’origine finale de nombreux compléments infinitifs est bien établie, notamment par Los (2005). Ceci explique pourquoi help était suivi d’une infinitive en to. Mais dès le moyen anglais, on observe de rares cas d’omission de to après help :

12(2) For to [two] mennys labour to helpe brewe (1446, manuscrit en provenance du Somerset)

13Ces cas restent marginaux en anglais élisabéthain. Dans the Early Modern English Dictionaries Database (1525-1652), sur 128 exemples de help suivis d’infinitif relevés, on ne dénombre qu’un seul exemple de help sans to :

14(3) [It] is wondrous troublesome and dangerous, for then haveinge noe vse for sayle to helpe her stedy(Henry Mainwaring, Nomenclator Navalis, 1620-1623).

  • 4 Les œuvres en question sont : John Bunyan (The Pilgrim’s Progress, Life and Death of Mr. Badman), J (...)

15Comme on le constate, ces premiers exemples d’omission de to comprennent le verbe help à l’infinitif complet. De même, une observation de trente œuvres littéraires britanniques des 17e, 18e siècles et du début du 19e siècle (écrites par Bunyan, Swift, Richardson, Fielding, Defoe, Sterne, Smollett et Austen4) ne réunit que cinq occurrences de help + infinitif nu, dans lesquelles help est toujours précédé de to.

16Il serait évidemment très intéressant de pouvoir observer ce phénomène dans la langue orale, dans la mesure où de nombreuses innovations syntaxiques trouvent leur origine dans la langue spontanée (changement par le bas) (Milroy et Milroy 1999 [1985] : 47). Pour avoir un aperçu plus proche de la langue orale, il est possible de travailler sur les minutes du tribunal de l’Old Bailey à Londres, car ce corpus comporte des spécificités proches du registre conversationnel (cf. Huber 2007). L’observation de l’Old Bailey confirme qu’en effet l’omission de to après help est une innovation par le bas et la comparaison entre deux périodes distinctes donne les résultats suivants :

Figure 1. Pourcentage d’infinitif nu après help (Old Bailey)

Figure 1. Pourcentage d’infinitif nu après help (Old Bailey)
  • 5 Un test de χ2 montre que la supériorité numérique de to help Ø V par rapport à Ø help Ø V et de Ø h (...)
  • 6 En raison du caractère principalement narratif de ce corpus, qui est majoritairement constitué de t (...)

17Comme on le constate, l’omission de to apparaît massivement après to help. Loin derrière se situe Ø help, puis beaucoup plus bas : helped. Dans tous les cas, on observe une augmentation des occurrences de l’infinitif nu après le verbe entre les deux périodes. Comment expliquer la disparité entre helped et help5, si ce n’est par un processus de changement en cours : d’abord employé exclusivement avec to help, l’infinitif nu s’est ensuite étendu à help, puis à helped6. Ceci s’est effectué par une succession de réanalyses et d’analogies, présentées dans le tableau suivant.

Tableau 1. Hypothèse de propagation de l’infinitif nu après les diverses formes du verbe help

Etape 1

Horror aequi

The Prosecutor’s Wife depos’d, That the Prisoner being employed to help her wash, carried away the Goods. (Old Bailey)

Etape 2

Horror aequi à distance : Réanalyse de come and help / go and help comme un macro-événement unique

He demanded me to go and help search the house of Cavenhau. (Old Bailey)

Etape 3

Extension par analogie à tous les cas de come and help / go and help

Come and help me carry this. (Old Bailey)

Etape 4

Extension par analogie à tous les cas de help infinitif et présent non fléchi

I saw Puryour help load a horse. (Old Bailey)

Etape 5

Extension par analogie à helped et helps

He, the Prisoner helped land them. (Old Bailey)

Etape 6

Extension par analogie à helping

The prisoner was helping me put it into the box. (Old Bailey)

18Le fait que helping soit la dernière forme fléchie à être concernée correspond aux résultats obtenus dans les analyses synchroniques, qui montrent que cette forme est corrélée avec le ratio le plus bas d’infinitifs nus (Lind 1983 : 266-7 ; Rodenburg 2009 : 317).

2.3. Distinction sémantique

2.3.1. Réallocation

  • 7 Des principes iconiques plus généraux, comme la théorie du liage développée par Givón (1980, 1985), (...)

19Une fois l’extension de l’infinitif sans to amorcée avec toutes les formes de help, les locuteurs ont fait face à la concurrence de deux formes, dont la distinction était non motivée sémantiquement. Pour des raisons d’iconicité, les locuteurs tendent généralement à interpréter la présence de deux formes concurrentes comme le signe d’une non-synonymie (Bolinger 1977 ; Croft 2000 : 176). Ils se sont donc mis à investir cette distinction formelle d’une distinction sémantique. Par analogie avec le binôme de constructions make someone do / cause someone to do, où la présence de to va de pair avec une non-agentivité7, les locuteurs ont attribué une valeur d’agentivité du sujet aidant à la forme sans to.

20Cela aboutit à ce que nous nommerons la distinction sémantique numéro 1, résumée ainsi par Wood (1962) : “[To] can be omitted only when the ‘helper’ does some of the work, or shares in the activity jointly with the person that is helped. (1962 : 107)” Cette distinction s’observe dans les deux énoncés suivants :

21(4) He told her that she would have to eat up all the meat. She said she couldn’t. “I will help you Ø eat,” said the man. (The Journal of American Folklore, 1888) 

22(5) [She] could neither sit nor be made to sit; she had an attendant to move her and help her to eat. (Publications of the Oriental Translation Fund, USA, 1922)

23En effet, en (4), l’incapacité du personnage féminin d’ingérer la quantité de viande requise nous oriente vers une interprétation de help you eat comme un partage du repas. A l’inverse, en (5) l’incapacité de she de se mouvoir normalement indique que l’assistant l’aide à manger en lui donnant la becquée et non en mangeant lui-même.

24Dans ce micro-système d’opposition, où l’agentivité et la non-agentivité sont vues comme deux catégories distinctes et non comme un gradient, les sujets inanimés sont incompatibles avec l’omission de to. C’est d’ailleurs ce que précise Wood “[w]e could scarcely say ‘These tablets will help you sleep’ or ‘Writing out a poem will help you learn it’. [...] The tablets do not do some of the sleeping, or writing out a poem some of the learning (1962 : 108).” La deuxième conséquence de cette distinction est que les procès individuels exprimant des états ou des processus psychologiques ou physiologiques sont nécessairement précédés de to, puisque le sujet aidant ne peut pas réaliser le procès à la place de la personne aidée, comme en (6) :

25(6) And you'd be doing her a much more neighborly act if you helped her to realize the value of money, instead of encouraging her to throw it away. (COHA, 1928, FICTION)

26Cependant, dès la première moitié du 20e siècle, l’opposition fondée sur une définition stricte de l’agentivité laisse place à un nouveau système d’opposition plus flou, rendant l’observation de Wood caduque. Cette deuxième phase, qui correspond à une extension sémantique de la forme sans to, se manifeste par un accueil de nouveaux types de sujets dans la construction. La notion d’agentivité continue de jouer un rôle majeur, mais elle est perçue comme une notion gradable, plus souple, soumise à l’évaluation de l’énonciateur. En effet, les sujets inanimés (7) et les processus psychologiques ou physiologiques (8) deviennent progressivement compatibles avec l’omission de to :

27(7) Bitter Tone Tonic Tablets help you eat more, digest more, hence weigh more. (US Federal Trade Commission, 1920)

28(8) Mr Parish helped me understand this problem when I several times proposed moving a painting or a statue to take a photograph. (COHA, 1958, MAGAZINE)

29Cette distinction sémantique numéro 2 correspond au système d’opposition entre aide directe et aide indirecte, thèse défendue par de nombreux auteurs (notamment Mittwoch 1990 ; Dixon 1991 ; Duffley 1992 et Fischer 1995).

30On pourrait interpréter cette évolution sémantique comme un exemple de subjectification (Traugott et Dasher 2002), étant donné que le choix du complément reflète la perception subjective de l’aide apportée par le sujet, plutôt qu’une description objectivement observable de cette aide.

31Ce sont sans doute des facteurs pragmatiques qui ont déclenché cette subjectification de la distinction sémantique, comme le suggère le fait que les cas d’omission de to avec un sujet inanimé touchent initialement surtout le domaine de la publicité, comme l’illustrent les énoncés suivants :

32(9) DuBarry Special Night Creams help keep your complexion ‘Soignée’. (Vogue, 1940)

33(10) Pepsodent Tooth Paste helps stop decay before it starts. (Saturday Evening Post, 1950)

34(11) Dristan helps you breathe free and easy, as if you were far away from pollen and allergy irritation. (US commercial, 1950)

35(12) It stimulates the appetite and helps calm ‘edgy’ nerves. (The Times, 13/02/1952, publicité pour Lucozade)

36On comprend aisément pourquoi il était utile pour les publicitaires d’avoir recours à la forme sans to. Le caractère agentif de la construction sans to permet de mettre en avant l’efficacité du produit commercialisé sans toutefois produire une publicité mensongère. Par ailleurs, il est communément admis que la syntaxe agit principalement sous le seuil de conscience des locuteurs (Baars 1988). C’est donc avec une grande subtilité que les publicitaires ont vanté les mérites de leur produit.

  • 8 Les phénomènes expliquant les différences entre britannique et américain sont complexes (cf. Rohden (...)

37Par la suite, en raison d’une surexploitation de cette distinction sémantique par les publicitaires, ainsi qu’une propagation du registre publicitaire à la langue courante (Fairclough 1989 : 208-211), la forme sans to a eu tendance à se généraliser. Entre 1961 et 1991, le pourcentage de formes sans to est en effet passé de 22 % à 60,8 % en anglais britannique et de 68,3 % à 81,9 % en anglais américain (McEnery et Xiao 2005)8.

38Du fait d’une exposition grandissante à la forme sans to, les locuteurs, et en particulier les Américains, ont graduellement commencé à percevoir cette version comme la forme par défaut plutôt que comme une forme sémantiquement marquée. En raison de ce phénomène, nommé habituation (Haiman 1994), certains locuteurs ont progressivement cessé de sentir une distinction sémantique entre les deux formes. La distinction sémantique est donc aujourd’hui en voie d’affaiblissement, comme le suggère la paire de phrases suivante, extraite du même texte :

(13)

a. Cyclists, this special cycle track will help you make your journey safer. (BNC)

b. Cyclists, the special facilities, where they are available, will help you to make your journey safer. (BNC)

39Cela fait dire à Egan, dans son étude des compléments non finis, que dans le cas de help, “the semantics of the two constructions are thus very similar and it should not therefore be surprising that in many instances speakers may choose to use either of them to encode one and the same situation” (2008 : 214) et il précise plus loin que “this distinction between the two construction types is blurred in the case of help” (243).

2.3.2. Persistance de la distinction et Aktionsart du verbe régi

40La distinction sémantique continue à s’affaiblir, mais il en reste cependant quelques traces à travers les corrélations avec le type de prédicat de l’infinitive. Bien que Lohmann (2011) évacue rapidement le rôle du verbe complément sur le choix de l’infinitif, il demeure intéressant d’étudier si l’Aktionsart du prédicat complément est un facteur opérant. Certains auteurs estiment que “verb complements which take a bare infinitive denote an event in the narrow sense” (Fischer 1995 : 20), mais les données montrent qu’il ne s’agit pas d’une contrainte :

41(14) He helped me recover and helped me stay sober. (thesoberlifetime.com ; consulté en mai 2017)

42(15) Help me be a vegetarian with Jamie! (jamieoliver.com ; consulté en mai 2017)

  • 9 Lowrey (2002 : 437) observe également que to a été préservé plus longtemps avec les prédicats stati (...)

43Le caractère non statif du verbe qui suit help n’est en effet plus une contrainte catégorique, mais reste une tendance qui persiste. En effet, en anglais britannique dans les années 1990, McEnery et Xiao observent 60 % de formes sans to en moyenne, tandis qu’elle passe à 30 % lorsque help est suivi d’un verbe statif d’après notre étude du BNC (et à seulement 17 % avant be)9. Il semble donc intéressant de tester l’hypothèse selon laquelle des distinctions aspectuelles entre différents types de prédicats, comme celles définies par Vendler (1967), correspondraient à des différences d’emploi des deux types d’infinitif en anglais britannique.

44Comme l’indique le tableau suivant, où cinq verbes illustrant chaque catégorie ont été choisis pour représenter trois des quatre types de procès de Vendler, une tendance se dessine.

Tableau 2. Pourcentage de help + Ø en fonction du type de verbe employé comme complément (BNC)

ETATS (states) : [+ statique] ; [- télique] ; [- ponctuel]

BE

LIVE

HAVE (dynamique exclu)

STAY/REMAIN (moyenne)

KNOW

16,7 %

(18/108)

21,7 %

(5/23)

29,1 %

(7/24)

43,9 %

(18/41)

46 %

(17/37)

ACCOMPLISSEMENTS (accomplishments) : [- statique] ; [+ télique] ; [- ponctuel]

MAKE

IMPROVE

LEARN

BECOME

BUILD

50,2 %

(260/518)

54,8 %

(107/195)

57 %

(53/93)

57 %

(58/102)

57,1 %

(56/98)

  • 10 Le cas des activities résiste à l’analyse. Cela est dû, semble-t-il, à l’influence de help. En effe (...)

ACHEVEMENTS (achievements10) : [- statique] ; [+ télique] ; [+ ponctuel]

ACHIEVE

REACH

ACQUIRE

PASS

FIND

63 %

(106/168)

69,5 %

(32/46)

68,1 %

(15/22)

70 %

(14/20)

70,6 %

(60/85)

45Comme on peut le constater, les états sont majoritairement précédés de to, les accomplissements sont accompagnés d’une base verbale nue dans 50 à 57 % des cas, et les achèvements, eux, apparaissent massivement avec la forme sans to. Un test de χ2 comparant la moyenne obtenue pour chacun des trois grands types de prédicats montre que les différences observées sont statistiquement significatives (états vs. accomplissements : p << 0,0001 ; accomplissements vs. achèvements : p < 0,0001).

46La plus grande compatibilité des états avec to constitue sans doute une trace de la distinction sémantique numéro 1 : les verbes statifs désignent des états psychologiques ou physiologiques individuels, et le sujet aidant ne peut pas « être », « rester », « savoir » ou « vivre » à la place de la personne aidée. Ensuite, on peut attribuer la tendance qui différencie les accomplissements des achèvements à une persistance du sémantisme de la préposition to, ainsi qu’à une analogie avec les structures à complément à l’infinitif complet, qui sont majoritairement orientées vers l’avenir (Egan 2008 : 57). En effet, Duffley estime que to correspond à un mouvement dans le temps entre deux positions et que l’infinitif nu évoque le point final de ce mouvement (1992 : 17-18). Ainsi, to + infinitif est perçu comme un mouvement dans le temps suivi d’une borne, et est donc plus compatible avec un événement télique et non-ponctuel, tandis que l’infinitif nu correspond uniquement à la borne, c’est-à-dire à un prédicat télique et ponctuel. Il est donc compréhensible que le pourcentage de formes sans to soit moins élevé dans le cas des accomplissements que dans le cas des achèvements. Notons toutefois que cette tendance n’est que transitoire et est sans doute vouée à disparaître, étant donné que le pourcentage d’infinitif complet après help à l’actif poursuit sa rapide régression.

2.4. Poches de résistance processuelles

47D’après Mittwoch (1990 : 116) “only help with a to-infinitive […] permits a negated complement”. Cependant, on recense un certain nombre d’occurrences qui contredisent cette remarque :

48(16) His aunt helped me not mind too much when he left. (Catholic World, Paulist Fathers, 1971)

49Dans une récente étude sur la complémentation de help en anglais académique, Rohdenburg (2015 : 111) observe que quand le complément est à la forme négative, l’infinitif nu ne représente que 46 % des cas en anglais américain et 13 % en britannique. Ce contexte ne constitue donc plus une contrainte, mais simplement une niche de résistance au changement.

  • 11 D’après Quirk et al, (1985 : 1205), help fait partie des verbes pour lesquels “the passive is of do (...)

50De même, l’emploi de to persiste majoritairement quand help est au passif11, bien que l’on rencontre tout de même des occurrences passives de help où il est suivi de l’infinitif nu, comme :

51(17) And he was helped make his way in the literary world by his strikingly impressive physical appearance, crowned by a full head of golden hair. (John Sutherland, The Stanford Companion to Victorian Fiction, 1990)

  • 12 Alors que l’omission de to après make est déjà généralisée au début du 18e siècle (Lowrey 2002), l’ (...)

52Les contextes de négation du complément et de voix passive constituent des poches de résistance à l’omission de to pour cause de complexité cognitive. Comme l’explique Rohdenburg, “The Complexity Principle states that in the case of more or less explicit constructional alternatives […], the more explicit option(s) will tend to be preferred in cognitively more complex environments” (2003 : 205). En effet, le traitement d’une négation (Clark et Clark 1977 : 513) ou d’un verbe au passif (Slobin 1966) demande en moyenne plus de travail cognitif. Le décodage de ces constructions complexes nécessite donc d’être facilité par le marquage explicite des dépendances syntaxiques entre verbe recteur et verbe régi. C’est d’ailleurs exactement le même phénomène qui a eu lieu avec make : les compléments négatifs ont été plus longtemps accompagnés de to12 et l’infinitif complet persiste encore aujourd’hui au passif. Il est intéressant de noter qu’il existe tout un réseau de constructions qui comportent l’infinitif complet uniquement au passif, qu’il s’agisse de make ou des verbes de perception. Par analogie avec ce réseau constructionnel, les locuteurs inhibent l’extension totale de l’infinitif nu après help.

2.5. Horror aequi et omission de to après d’autres verbes ?

53Pour clore cette première étude de cas, il semble important de se demander pourquoi le principe d’horror aequi n’affecte pas plus systématiquement le système de la complémentation verbale. S’il peut être, comme nous l’avons montré, le facteur initial du changement, pourquoi n’affecte-t-il pas davantage de verbes ? En effet, il est impossible de dire :

54(18) *He’s likely to want / ask / persuade you Ø go abroad in July.

55Une des raisons que l’on peut mettre en avant est que la construction help + verbe peut être réanalysée comme un macro-événement unique, comme le signale l’impossibilité de dissocier temporellement les deux procès. Alors que (19a) est possible, (19b) ne l’est pas :

(19)

a.Yesterday John wanted / asked / persuaded her to solve the problem tomorrow. (Landau 2000 : 57)

b. *Yesterday John helped her to solve the problem tomorrow.

56Les verbes aspectuels, comme start, forment également un macro-événement unique avec leur complément, et pourtant ils ne sont pas concernés par l’omission de to. Cela s’explique entre autres parce qu’ils possèdent déjà une forme de complément permettant d’éviter la répétition de to, la forme gérondive (Gramley 1980). Il n’est donc pas utile d’avoir recours à l’omission de to.

  • 13 voir Mair (1995, 2002, 2006), ainsi que Lohmann (2011) et Pinson (2015) pour une discussion à ce su (...)

57Par ailleurs, Callies (2013) observe que d’autres verbes sont aussi marginalement concernés par l’omission de to : aid, assist, allow, enable et force. Cela s’explique sans doute par la proximité sémantique qui lie ces verbes à help, let et make. Ces réseaux constructionnels influencent donc la construction de leurs synonymes. On constate que les verbes causatifs sont particulièrement susceptibles d’être affectés par l’omission de to. Cela constitue peut-être un indice de leur grammaticalisation.13

58En résumé, le principe d’horror aequi a été le facteur déclenchant l’omission de to après help. Dans un deuxième temps, un système d’opposition sémantique s’est mis en place temporairement. Il ne reste aujourd’hui que deux poches de résistance dues à la fois à des facteurs processuels, ainsi qu’aux précédents que constituent les réseaux constructionnels de make et des verbes de perception. La nouvelle construction de help constitue un nouveau nœud constructionnel qui à son tour influence la construction de ses synonymes. Comme nous avons pu le constater, l’évolution de l’acceptabilité de la construction sans to est due à une combinaison de facteurs processuels, iconiques, sémantico-pragmatiques et analogiques. Cette étude permet donc de réconcilier les approches dans lesquelles les explications sémantiques prédominent et celles qui, au contraire, négligent cette dimension au profit de considérations strictement processuelles. L’évolution de la construction [capacité + help], que nous abordons à présent, permettra d’entrevoir d’autres facteurs processuels prépondérants influant sur l’évolution de l’acceptabilité et, à long terme, de la grammaticalité des constructions.

3. Statut du marqueur [capacité + help].

3.1. Items à polarité négative

59Le verbe help entre dans une structure dans laquelle il a le sens d’« éviter », « se réfréner » (voir Pinson 2015, sur le glissement sémantique). Sa grande affinité avec la négation, au sein d’un marqueur encodant la compulsion, incite à étudier la distribution de cet emploi de help et de s’interroger sur son statut.

60La littérature sur les Items à Polarité Négative (communément désignés par leur acronyme anglais NPI) s’intéresse assez peu à la distribution de [capacité + help], à part Linnebarger (1980) ; von Bergen et von Bergen (1993) et de Swart (1998), qui le mentionnent en passant. De ces études émerge la conception que cet emploi constitue un NPI. En effet, les différents contextes qui engendrent l’emploi d’un NPI semblent valables pour [capacité + help] :

(20)

a. He couldn’t help crying.

a’. I don’t think that she can help doing what she does. (Linebarger 1980: 24)

b. He could hardly help knowing it. (COCA 2008, FIC)

c. No one can help but be shocked. (COCA 1996, SPOK)

d. Few who followed the unraveling details could help but wonder... (COCA 1992, NEWS)

e. She can help doing none of those things. (de Swart 1998: 179)

f. How can you help but hate such people? (COCA 1990, FIC)

g. Never climb shale or slate if you can help it. (COCA 2009, FIC)

h. They could not help it any more than his skin could help what was happening to it. (COHA 1955, FIC)

i. The curtain whooshed back. Caitlin tensed before she could help herself. (COHA 2009, FIC)

61Le profil distributionnel de [capacité + help] ferait donc de lui un NPI, dont l’emploi est conditionné par une série de contextes regroupant notamment la négation et la restriction (a, a’, b, c, d, e), les interrogatives (f), les propositions en if (g), en than (h) et en before (i). On peut observer que ces contextes ont pour point commun d’être non factuels ; la littérature sur le sujet est très riche (voir par exemple Ladusaw 1979 ; Linebarger 1980 ; Hoeksema 2000 ; Israel 2011), et cette remarque générale est, certes, très schématique, mais suffira dans le cadre de cette étude.

3.2. Acceptabilité de [capacité + help]NPI

  • 14 La question de la complémentation de ce sens de help (V-ing ou but V) n’est pas abordée ici ; voir (...)

62Tous les contextes mentionnés dans le paragraphe précédent sont donc grammaticaux, mais sont-ils considérés comme acceptables par les locuteurs ? Afin de répondre à cette question, des tests d’acceptabilité ont été menés sur vingt anglophones employés par une université française (lecteurs et enseignants). Ces locuteurs, Britanniques, Américains, Australiens et Irlandais, ont pour la plupart moins de trente ans et ont tous fait des études supérieures. Ils ont été exposés à huit phrases différentes, à noter de 1 (parfaitement normale) à 5 (incorrecte). Voici les moyennes de leur jugement d’acceptabilité14 :

I don’t think [that she can help doing what she does].

1,16

He couldn’t help crying.

1,2

He could hardly help knowing it.

2,5

Few […] could help but wonder…

2,54

Caitlin tensed [before she could help herself]

2,6

No one could help but be shocked

2,62

How can you help but hate such people

2,7

She can help doing none of those things

3,5

63Les approches fondées sur l’usage démontrent qu’il y a une incidence de la fréquence sur l’acceptabilité : « [i]n usage-based theory, […] acceptability judgements within a language are postulated to be based on familiarity, where familiarity rests on two factors: the frequency of a word, construction or specific phrase, and similarity to existing words, constructions or phrases » (Bybee 2010: 214). Il s’avère donc essentiel de mener une recherche sur corpus pour vérifier l’influence de la fréquence sur l’acceptabilité de ces constructions afin de comprendre quels processus entrent en jeu dans ces cas de disparité entre grammaticalité et acceptabilité. C’est le Corpus of Historical American English (COHA) (1910-2009) (Davies 2010-) qui a été sélectionné. Afin d’échapper aux problèmes de polysémie de help, seul le contexte help + verbe en -ing a été analysé. Les occurrences relevées ont été classées en quatre catégories, selon le type de construction qu’elles illustrent :

  1. prototypiques (can (-ed) not help) ;

  2. négatives non-prototypiques (sujet négatif [cf. énoncé 20.c ci-dessus], montée de la négation [cf. 20.a’], formes restrictives [cf. 20.b et 20.d], etc.) ;

  3. interrogatives ;

  4. autres formes non-lexicalisées (expression de l’incapacité autre que cannot/could not, et cas de non-adjacence, comme We cannot, for our part, help believing …).

64Les résultats de cette recherche sont présentés en figure 1.

Figure 2. Profil distributionnel de [help vvg] dans COHA : pourcentage de formes non prototypiques

Figure 2. Profil distributionnel de [help vvg] dans COHA : pourcentage de formes non prototypiques

65Comme on peut l’observer, au début de la période couverte par COHA, les cas non prototypiques étaient déjà minoritaires (16 %), mais ils ont quasiment disparu aujourd’hui.

3.3. Analyse

3.3.1. Comment définir le processus observé ?

  • 15 En effet, dans le Corpus of Contemporary American English (COCA) (Davies 2008-), on dénombre 5200 o (...)
  • 16 Le terme « construit » (construct en anglais) renvoie à l’occurrence réelle d’une construction (Tra (...)

66On constate donc que la structure tend à devenir un idiome figé. Une analyse traditionnelle serait de considérer qu’il s’agit d’un cas de lexicalisation, comme le suggèrent les processus observés : univerbation, et réduction du paradigme aux seuls can et not15. Cela correspond en effet à l’une des définitions proposées par Blank (2001 : 1603) : “Lexicalization is a process by which complex word-formations and other syntagmatic constructions become syntactically and semantically fixed entries of the mental lexicon”. En fait, il semble plus fructueux d’adopter la conception de Traugott et Trousdale (2013), afin de mieux appréhender les phénomènes qui entrent en jeu dans ce processus. Plus qu’une lexicalisation (ou, dans leur terminologie une constructionnalisation lexicale), ce phénomène semble davantage refléter la disparition d’une construction, ou plus précisément de tout un schéma de constructions. On pourrait dénommer ce processus « déconstructionnalisation ». On retrouve ici une évolution similaire à celle décrite par Traugott et Trousdale (2013) au sujet de methinks. A l’origine, il existait une construction impersonnelle en anglais, elle-même sous-type du schéma transitif. Cette construction était elle-même subdivisée en plusieurs sous-constructions, selon le nombre d’arguments nominaux, leur rôle sémantique et leur cas. Parmi les construits16 observés, on pouvait relever des cas comme Him likes it, Me thirsts ou Me thinks. Graduellement, les constructions personnelles avec des sujets pré-verbaux au nominatif se sont généralisées. Methinks est donc aujourd’hui un vestige de cette construction et il n’est plus généré par une construction impersonnelle productive en synchronie. Ce mot a été réanalysé comme simple adverbe épistémique (Traugott et Trousdale 2013 : 69-71). Ce sont des phénomènes de fréquence qui expliquent ce processus :

Infrequent use of a construction —evidenced by infrequent constructs sanctioned by that construction— will lead to the weakening of that part of the constructional network to the extent that the construct is reinterpreted by speakers and hearers as not being sanctioned by a more productive construction. (Traugott et Trousdale 2013 : 68)

67On observe bien le même phénomène dans le cas de [capacité + help]. Le schéma abstrait des NPI constitue une macro-construction fonctionnelle (Traugott 2008 : 38), qui se subdivise en plusieurs sous-schémas (négation, restriction, interrogatives, conditionnelles, etc.). Chacun de ces sous-schémas se subdivise à son tour en constructions ; par exemple, les interrogatives peuvent être directes ou indirectes, ouvertes ou fermées. Enfin, chaque construction se subdivise en micro-constructions, qui accueillent les différents items concernés, parmi lesquels any, ever, much, at all, in yonks, les unités minimales (a shred, an iota, a wink, a jot, an inch, etc.), ainsi que [capacité + help].

68En ce qui concerne [capacité + help], la micro-construction la plus fréquente a été ancrée dans la mémoire des locuteurs génération après génération, tandis que les micro-constructions non-prototypiques se sont raréfiées. Les locuteurs n’étant exposés qu’aux construits les plus fréquents, ils ont fini par cesser de rattacher [capacité + help] à la macro-construction des NPI. Ils ont recentré la construction sur son expression la plus fréquente (can (-ed) not help) et ont provisoirement conservé des poches résiduelles centrées sur les construits auxquels ils étaient encore exposés. Par exemple, pour les interrogatives, c’est la construction en how qui est restée vivace le plus longtemps : de 60,8 % de how par rapport au total des interrogatives dans les décennies 1830-1840, on passe à 81,25 en 1890-1900 et à 100 % actuellement.

69On constate également que la quasi-disparition des interrogatives a eu lieu avant celle des négatives non-prototypiques. En plus de la fréquence, une explication serait que les interrogatives constituent un contexte déclencheur de NPI plus faible que la négation. C’est d’ailleurs ce que prouvent les études expérimentales sur d’autres NPI : “Subjects found it less probable to expect an NPI in the ‘weak’ licensing context of questions than in the ‘stronger’ context of negation. That means it is harder for the parser to integrate the NPI in this grammatical but ‘weaker’ context.” (Drenhaus, Błaszczak, Schütte 2007 : 190).

70Un cas particulier mérite d’être mentionné ici : celui de la montée de la négation. Bien qu’inclus parmi les négations non prototypiques et donc très rare statistiquement, ce cas de figure a obtenu une note excellente lors du test d’acceptabilité. L’explication réside dans le fait que la montée de la négation est une construction très bien ancrée avec d’autres verbes que help dans la subordonnée (exemple : I don’t think this is correct.). Cela correspond au second facteur de la citation de Bybee mentionnée plus haut. En dépit de la très faible fréquence de construits comme I don’t think that she can help doing what she does, ce type de construction est jugé parfaitement acceptable car il hérite de l’acceptabilité de la macro-construction de la montée de la négation.

3.3.2. Figement et complexité

71La construction [capacité + help]NPI est en voie d’extinction. Elle a perdu quasiment toute sa productivité syntaxique et se voit réanalysée comme une expression verbale préfabriquée can (-ed) not help, un tout quasiment inanalysable. Bien qu’il soit en plusieurs mots, cet ensemble n’admet pour variante que le temps du modal. Cela correspond à la definition des expressions figées (chunks) donnée par Wray (2002 : 9), “[chunks are] stored and retrieved whole from memory at time of use rather than being subject to generation or analysis by the language grammar”. Le phénomène de figement est dû à la répétition (Bybee 2010 : 34), ainsi qu’à des facteurs processuels. Comme l’explique Hawkins (2004 : 3), “Grammars have conventionalized syntactic structures in proportion to their degree of preference in performance, as evidenced by patterns of selection in corpora and by ease of processing in psycholinguistic experiments”

72De fait, traiter cette construction comme [capacité + help]NPI demande plus d’effort cognitif que la traiter comme un tout quasiment inanalysable. Le caractère particulièrement complexe des items à polarité négative se voit notamment dans les difficultés qu’ils posent aux apprenants (Israel 2011 : 5), ainsi que dans des protocoles expérimentaux (Saddy, Drenhaus et Frisch 2004). L’exemple suivant montre à quel point la construction [capacité + help]NPI pouvait être difficile à traiter cognitivement : 

73(21) No man, [outside of a deaf and dumb asylum]GP, [who is awakened [at midnight]GP [on the 3d of July]GP [with a hideous din [that he knows will grow worse and worse for the next twenty-four hours]Rel]GP]Rel, can help feeling that the Declaration of Independence was a terrible mistake. (COHA 1876)

74Dans ce cas de figure extrême, on comprend aisément que les locuteurs aient du mal à traiter les items à polarité négative, en raison de la très grande distance qui sépare le déclencheur (no) du NPI (capacité + help). A l’inverse, l’emploi d’expressions préfabriquées facilite le traitement, améliore la fluidité du discours et ménage du temps pour planifier ses paroles (cf. Bolinger 1975, Kuiper 1996, Bybee 2010). Dans le cas présent, l’usage de cette expression verbale préfabriquée facilite également la différentiation avec help signifiant « aider ».

4. Discussion

75Ces deux études de cas montrent l’évolution de l’acceptabilité à deux niveaux : lorsqu’une construction est en phase d’extension et lorsqu’elle est en phase d’affaiblissement. Les disparités entre grammaticalité et acceptabilité peuvent donc être observées à plusieurs moments de la vie d’une construction. Les phénomènes décrits ci-dessus influent sur la grammaire interne de chaque génération de locuteurs, ce qui est perceptible dans les commentaires ou les énoncés non standard qu’ils produisent. Voici quelques exemples qui montrent l’évolution de la perception du système linguistique par les locuteurs.

76Une des conséquences observées concerne les problèmes de décodage, lorsqu’une construction pourtant théoriquement grammaticale est en train de disparaître. Un des informateurs consultés pour les tests d’acceptabilité de [capacité + help]NPI accorde la note de 4 (très bizarre) à la phrase “No one can help but be shocked” et ajoute en commentaire “OK if the point is to say that no one was shocked”. L’échec de cet informateur à interpréter cet énoncé illustre le fait qu’il ne rattache pas ce construit à la construction [capacité + help]NPI.

77Le deuxième type de conséquence est la volonté des locuteurs de marquer plus explicitement la négation. Le contexte des comparatives n’a pas été étudié spécifiquement ici (il est inclus dans les cas de négation non prototypique dans la figure 2), car il est très peu fréquent, mais il donne lieu à un commentaire intéressant de la part d’un locuteur pourtant spécialiste de grammaire. Dans son Current English Usage, Wood (1962 : 108) déclare à propos de phrases comme : “I shan’t stay longer than I can help”, qui illustrent pourtant un contexte typique de NPI, qu’il s’agit d’une phrase “[i]llogical, since it should be ‘than I can’t help’”. Même cet éminent grammairien du milieu du 20e siècle échoue à intégrer [capacité + help] à la macro-construction des NPI et souhaiterait ajouter une négation théoriquement superflue. On observe le même type de réaction face aux sujets comportant un quantifieur restrictif. Un des informateurs, confronté à la phrase “Few who followed the details could help but wonder...”, s’interroge : “Don’t you need a negation?”. Les exemples de négation redondante attestés sont assez rares mais concernent toutes les différentes micro-constructions non prototypiques de [capacité + help]. Ce phénomène concerne la négation et la restriction, comme le montrent les exemples suivants :

78(22) Nobody couldn’t help knowing you. (COHA 1850)

79(23) Some of ‘em couldn’t hardly help shedding tears. (COHA 1833)

80Les interrogatives sont également concernées, de façon beaucoup plus significative statistiquement cette fois : deux occurrences sur les quatre occurrences d’interrogatives en help + but trouvées sur COCA (2005-2010) présentent une négation supplémentaire :

81(24) Tyler’s face and the smiles and, I mean, how can you not help but fall in love with this family? (COCA, 2010, SPOK)

82(25) He wanted to be me. And I? How could I not help but be drawn to him, his wife, his daughters? (COCA, 2010, FIC)

83Tous ses énoncés témoignent du caractère obligatoire de not, seul contexte compatible avec [capacité + help] dans la grammaire interne de la plupart des locuteurs contemporains.

84En ce qui concerne l’omission de to après help, le flou qui règne entre les deux formes génère un grand nombre de questionnements et de commentaires sur Internet. Ce problème fait même partie des cent questions les plus posées sur le site English Language and Usage. Les commentaires vont du plus descriptif au plus prescriptif, certains locuteurs américains allant jusqu’à proscrire totalement l’emploi de to. Voici quelques exemples de commentaires de locuteurs natifs relevés sur des forums de discussion :

As a British translator (from German) I’ve sometimes had “help to + infinitive” corrected to just “help + infinitive” by US editors. (English language and usage stack exchange, consulté en mai 2017)

Help me to lift this… Help me to wash the dishes. All of those sound wrong to me. (wordreference.com, consulté en mai 2017)

Are you saying you find “I helped to clean the house” grammatical? ‘Cause it sure ain’t to me. (English language and usage stack exchange, consulté en mai 2017)

The to after help me is not grammatically correct, it should be removed. (hinative.com, consulté en mai 2017)

85Dernière étape de la conventionnalisation de la forme sans to, certains instituts de formation, comme le International English Language Testing System entérinent son succès en considérant que ‘It is recommended not to use to after help”.17

5. Conclusion

86Comme on le constate, l’évolution de l’acceptabilité de ces deux constructions est due à une combinaison de facteurs, parmi lesquels les facteurs processuels jouent un rôle primordial. La distinction sémantique entre l’infinitif nu et l’infinitif complet n’est pas le facteur qui a initié l’évolution de la construction et n’est qu’une étape transitoire. Au sein de l’évolution de ces deux constructions, il a également été possible d’identifier des phases différentes : l’évolution de la complémentation de help a été déclenchée par des facteurs processuels, puis sémantico-pragmatiques, les poches de résistance résiduelles étant principalement dues à des facteurs de complexité cognitive. L’influence du réseau constructionnel de make et des verbes causatifs explique également la persistance de to au passif. Pour ce qui concerne la disparition de la construction [capacité + help]NPI, on a observé que les énoncés avec un NPI sont plus difficiles à traiter cognitivement que ceux qui n’en contiennent pas. Les locuteurs n’étant exposés qu’aux construits les plus fréquents, ils ont progressivement cessé de rattacher can help à la macro-construction des NPI. Il apparaît de plus que les interrogatives ont quasiment disparu avant les cas de négation non prototypique et qu’avant de disparaître, les interrogatives se sont recentrées uniquement vers les questions ouvertes en how.

87Les principes d’horror aequi et de complexité cognitive peuvent déclencher des évolutions statistiques qui à terme vont modifier la grammaire de la langue. En influant sur la fréquence, ces facteurs influent graduellement sur l’acceptabilité des constructions aux yeux des locuteurs, ce qui à terme modifie le système.

Top of page

Bibliography

Baars, Bernard. A Cognitive Theory of Consciousness. NY: Cambridge University Press, 1988.

Berg, Thomas. Die Abbildung des Scprachproduktionsprozesses in einem Aktivationsflußmodell: Untersuchungen an deutschen und englischen Versprechen. Tübingen: Niemeyer, 1988.

Bergen, Anke von and Bergen, Karl von. Negative Polarität im Englischen. Tübingen: Gunter Narr Verlag, 1993.

Berlage, Eva. Processing Complexity and Grammatical Variation in British and American English. PhD thesis, University of Paderborn: English Department, 2007.

Berlage, Eva. Noun Phrase Complexity in English. Cambridge: CUP, 2014.

Blank, Andreas. “Pathways of Lexicalization”. In Martin Haspelmath, Ekkerhard König, Wulf Oesrerreicher, and Wolfgang Raible (eds). Language Typology and Language Universals, vol. 2. Berlin: Walter de Gruyter, 2001.

Bolinger, Dwight. Aspects of Language. New York: Harcourt, Brace, Jovanovich, 1975.

Bolinger, Dwight. Meaning and Form. London / New York: Longman, 1977.

Bolinger, Dwight. “The Jingle Theory of Double -ing”. In D. J. Allerton, Edward Carney, David Holdcroft (eds). Function and Context in Linguistic Analysis: A Festschrift for William Haas. Cambridge: CUP, 1979.

Brugmann, Karl. “Das Wesen der lautichen Dissimilationen.” Abhandlungen der philologisch-historischen Klasse der königlich-s¨chsischen Gessellschaft der Wissenschaften 27. Leipniz: Teubner, 1909.

Bybee, Joan. Language Usage and Cognition. Cambridge: Cambridge University Press, 2010.

Callies, Marcus. “Bare infinitival complements in Present-Day English”. In Bas Aarts, Joanne Close, Geoffrey Leech and Sean Wallis (eds). The Verb Phrase in English. Cambridge: CUP, 2013.

Clark, Herbert H., and Clark, Eve V. Psychology and Language: An Introduction to Psycholinguistics. New York: Harcourt Brace Jovanovich, 1977.

Croft, William. Explaining Language Change: an Evolutionary Approach. London: Longman, 2000.

Davies, Mark, The Corpus of Contemporary American English (COCA): 410+ million words, 1990-present. 2008-, http://www.americancorpus.org.

Davies, Mark, The Corpus of Historical American English (COHA): 400+ million words 1810-2009. 2010-, http://corpus.byu.edu/coha.

Dixon, R. M. W. A New Approach to English Grammar on Semantic Principles. Oxford: Clarendon Press, 1991.

Drenhaus, Heiner, Błaszczak, Joanna and Schütte, Julianne. Some Psychological Comments on NPI Licensing”. Proceedings of Sinn und Bedeutung 11 (2007): 180-193.

Duffley, Patrick. The English Infinitive, London: Longman, 1992.

Egan, Thomas. Non-finite Complementation: a Usage-Based Study of Infinitive and -ing Clauses in English. Amsterdam: Rodopi, 2008.

Fanego, Teresa. “The development of gerunds as objects of subject-control verbs in English (1400-1760)”. Diachronica 13, 1996: 229-62.

Fairclough, Norman. Language and Power. London: Longman, 1989.

Fischer, Olga. “The Distinction between TO- and Bare Infinitival Complements in Late Middle English”. Diachronica 12 (1995): 1-30.

Givón, Talmy. “The binding hierarchy and the typology of complements”, Studies in Language 4 (1980): 333-377.

Givón, Tamly. “Iconicity, isomorphism and non-arbitrary coding in syntax”. In John Haiman (ed.), Typological Studies in Language, vol. 6: Iconicity in Syntax, Amsterdam / Philadelphia: John Benjamins, 1985.

Goldberg, Adele. Constructions: A Construction Grammar Approach to Argument Structure. Chicago: University of Chicago Press, 1995.

Gramley, Steve. “Infinitive and gerund complements with the verbs begin and start”. Arbeiten aus Anglitik und Amerikanistik 5 (1980): 159-186.

Haiman, John. “Ritualization and the development of language”. In William Pagliuca (ed.) Perspectives on Grammaticalization. Amsterdam: John Benjamins, 1994.

Hawkins, John A. Efficiency and Complexity in Grammars. Oxford: OUP, 2004.

Hoeksema, Jack. “Negative polarity items triggering scope and C-command”. In Laurence R. Horn and Yasuhiko Kato (eds), Negation and Polarity: Syntactic and Semantic Perspectives. Oxford University Press, 2000.

Huber, Magnus. “The Old Bailey Proceedings, 1674-1834: Evaluating and annotating a corpus of 18th-and 19th-century spoken English”. In Anelli Meurman-Solin and Arja Nurmi (eds), Studies in Variation, Contact and Change in English, vol. I: Annotating Variation and Change. eVARIENG, 2007 (http://www.helsinki.fi/varieng/journal/volumes/01/huber/ accessed May 2017)

Israel, Michael. The Grammar of Polarity: Pragmatics, Sensitivity and the Logic of Scales. Cambridge: CUP, 2011.

Kjellmer, Göran. “Help to/help ø revisited”. English Studies 66.2. (1985): 156-61.

Kuiper, Koenraad. Smooth Talkers: The Linguistic Performance of Auctioneers and Sportscasters. Hillsdale: Erlbaum, 1996.

Ladusaw, William A. Polarity Sensitivity as Inherent Scope Relations. PhD dissertation, Univeristy of Texas, Austin, 1979.

Landau, Idan. Elements of Control: Structure and Meaning in Infinitival Constructions, Dordrecht/Boston/London: Kluwer Academic Publishers, 2000.

Levshina, Natalia, “Help + (to) infinitive in twenty geographic varieties of web-based English: a Bayesian mixed-model approach”. Paper presented at the workshop Probabilistic variation across dialects and varieties, Leuven 2016 (www.natalialevshina.com/Documents/Levshina_ Leuven 2016.pdf accessed in May 2017)

Lind, Åge. “The Variant Forms HELP TO / HELP Ø”. English Studies 64 (1983): 263-273.

Linebarger, Marcia Christine. The Grammar of Negative Polarity, PhD thesis, MIT, 1980.

Lohmann, Arne. “Help vs help to: a multifactorial, mixed-effects account of infinitive marker omission”. English Language and Linguistics 15.3 (2011): 499-521.

Los, Bettelou. The Rise of the To-Infinitive. Oxford/New York: OUP, 2005.

Lowrey, Brian, Les Verbes causatifs en anglais : une étude diachronique du moyen-anglais à l’anglais modern. Thèse de doctorat sous la direction de Philip Miller, Université de Lille, 2002.

MacKay, Donald G. The Organization of Perception and Action: A Theory for Language and Other Cognitive Skills. New York: Springer, 1987.

Mair, Christian, Infinitival Complement Clauses in English: A Study of Syntax in Discourse. Cambridge / New York: CUP, 1990.

Mair, Christian. “Changing patterns of complementation, and concomitant grammaticalisation, of the verb help in present-day British English”. In Bas Aarts and Charles F. Meyer, The Verb in Contemporary English: Theory and Description. Cambridge: Cambridge University Press, 1995.

Mair, Christian. “Three changing patterns of verb complementation in Late Modern English”. English Language and Linguistics 6 (2002): 105-131.

Mair, Christian. Twentieth-Century English: History, Variation, and Standardization. Cambridge / New York: CUP, 2006.

McEnery, Anthony, Xiao, Richard. “Help or Help to: what do corpora have to say?”. English Studies 86.2 (2005): 161-87.

Milroy, John and Milroy, Lesley. Authority in Language: Investigating Standard English, third edition. New York/London: Routledge, 1999 [1985].

Mittwoch, Anita. “On the distribution of bare infinitive complements in English”, Journal of Linguistics 26 (1990): 103-131.

Mondorf, Britta. “Support for more-support”. In Günter Rohdenburg and Britta Mondorf (eds). Determinants of Grammatical Variation in English, Berlin / New York: Mouton de Gruyter, 2003.

Pinson, Mathilde, “The paradoxical success of can (-ed) not help but V: When the extragrammatical meets the non-compositional”. In Koenraad Kuiper (ed.). Yearbook of Phraseology vol. 2, Berlin: Mouton de Gruyter, 2011.

Pinson, Mathilde. “On the polysemy of help”. LexisE-journal in English Lexilogy 9, 2015. https://lexis.revues.org/943

Quirk, Randolph, Greenbaum, Sidney, Leech, Geoffrey and Svartvik, Jan. A Comprehensive Grammar of the English Language. London/New York: Longman, 1985.

Rohdenburg, Günter. “On the replacement of finite complement clauses by infinitives in English”. English Studies 16 (1995): 367-388.

Rohdenburg, Günter. “Cognitive complexity and increased grammatical explicitness in English”. Cognitive Linguistics 7 (1996): 149-182.

Rohdenburg, Günter. “Clausal complementation and cognitive complexity in English”. In Fritz-ilhelm Neumann and Sabine Schlüting (eds). Anglistentag 1998 Erfurt. Trier: Wissenschaftlicher Verlag, 1999.

Rohdenburg, Günter. “The complexity principle as a factor determining grammatical variation and change in English”. In Ingo Plag and Klaus. P. Schneider (eds). Language Use, Language Acquisition and Language History. Trier: Wissenschaftlicher Verlag, 2000.

Rohdenburg, Günter. “Cognitive complexity and horror aequi as factors determining the use of interrogative clause linkers in English”. In Günter Rohdenburg and Britta Mondorf (eds). Determinants of Grammatical Variation in English, Berlin / New York: Mouton de Gruyter, 2003.

Rohdenburg, Günter. “The role of functional constraints in the evolution of the English complementation system”. In Christiane Dalton-Puffer, Dieter Kastovsky, Nikolaus Ritt and Herbert Schendl (eds). Syntax, Style and Grammatical Norms: English from 1500-2000. Bern, etc.: Peter Lang, 2006a.

Rohdenburg, Günter. “Processing complexity and competing sentential variants is Present-Day English. In Wilfried Kürschner and Reinhard Rapp (eds). Linguistik International. Festschrisf für Heinrich Weber. Lengerich, etc.: Pabst Publishers, 2006b.

Rohdenburg, Günter. “Grammatical divergence between British and American English in the nineteenth and early twentieth centuries. In Ingride Tieken-Boon van Ostade an Wim van der Wurff (eds). Current Issues in Late Modern English. Bern, etc.: Peter Lang, 2009.

Rohdenburg, Günter. “The Embedded Negation Constraint and the choice between more or less explicit clausal structures in English”. In Mikko Höglund et al. (eds), Perspectives on Complementation: Structure, Variation and Boundaries, Basingstoke: Macmillan, 2015.

Rohdenburg, Günter, Schlüter, Julia (eds). One Language, Two Grammars? Differences between British and American English, Cambrisdge: Cambridge University Press, 2009.

Ross, John R. “Double -ing”. Linguistic Inquiry 3 (1972): 61-86.

Rudanko, Juhani. Corpora and Complementation Patterns. Lanham: University Press of America, 2000.

Saddy, James Douglas, Drenhaus, Heinar and Frisch, Stephan. “Processing polarity items: contrastive licensing costs, brain and language”, Brain and Language 90, 1-3 (2004): 495-502.

Schlüter, Julia. “Phonological determinants of grammatical variation in English: Chomsky’s worst possible case”. In Günter Rohdenburg and Britta Mondorf (eds). Determinants of Grammatical Variation in English. Berlin / New York: Mouton de Gruyter, 2003.

Slobin, Dan. “Grammatical transformations and sentence comprehension in childhood and adulthood”. Journal of Verbal Learning and Verbal Behaviour 5 (1966): 219-27.

Stemberger, Joseph Paul. “An interactive activation model of language production”. In Andrew W. Ellis (ed.). Progress in the Psychology of Language. London/Hillsdale: Lawrence Erlbaum, 1985.

Swart de, Henriette. “Licensing of negative polarity items under inverse scope”. Lingua 105.3-4 (1998): 175-200.

Tottie, Gunnel. “How different are American and British Grammar? And how are they different?”. In Günter Rohdenburg and Julia Schlüter (eds). One Language, Two Grammars? Cambridge: CUP, 2009.

Traugott, Elizabeth Closs, “The grammaticalization of NP of NP patterns”. In Alexander Bergs and Gabriele Diewald (eds), Constructions and Language Change, 2008.

Traugott, Elizabeth Closs and Dasher, Richard B. Regularity in Semantic Change. Cambridge: CUP, 2002.

Traugott, Elizabeth Closs and Trousdale Graeme. Constructionalization and Constructional Changes. Oxford: OUP, 2013.

Vendler, Zeno. 1967. Linguistics in Philosophy, Ithaca, New York: Cornell University Press, New York, 1967.

Vosberg, Uwe. “The role of extraction and horror aequi in the evolution of -ing complements in Modern English”. In Günter Rohdenburg and Britta Mondorf (eds). Determinants of Grammatical Variation in English, Berlin: Mouton de Gruyter, 2003.

Vosberg, Uwe. “Non-finite complements”. In Günter Rohdenburg and Julia Schlüter (eds). One Language, Two Grammars? Cambridge: CUP, 2009.

Wood, Frederick. Current English Usage. Macmillan, London: Macmillan, 1962. 

Wray, Alison. Formulaic Language and the Lexicon, New York: CUP, 2002.

Top of page

Notes

1 Nous employons ici le terme construction au sens d’association conventionnelle d’une forme et d’un sens (Goldberg 1995).

2 Cf. Ross 1972, Bolinger 1979, Gramley 1980, Fanego 1996, Rohdenburgh 1995, 2003, Rudanko 2000, Mair 1995, 2002, 2003, Vosberg 2003, 2009, Tottie 2009.

3 Le premier exemple d’infinitives après le verbe help dans l’Oxford English Dictionary date de 1175.

4 Les œuvres en question sont : John Bunyan (The Pilgrim’s Progress, Life and Death of Mr. Badman), Jonathan Swift (Gulliver’s travels, The Journal to Stella), Samuel Richardson (Pamela), Henry Fielding (Amelia, Joseph Andrews, The Author’s Farce), Daniel Defoe (Robinson Crusoe, History of the Plague Memoirs of a Cavalier, Memoirs of Major Alexander Ramkins, Captain Singleton, Moll Flanders, An Essay Upon Projects, The Consolidator, Dickory Cronke), Laurence Stern (Tristram Shandy, A Sentimental Journey), Tobias Smollett (Peregrine Pickle, Roderick Random, Humphry Clinker, Sir Launcelot Greaves, Ferdinand Count Fathom, Travels through France and Italy et The History of England in III Volumes, vol. II) et Jane Austen (Emma, Mansfield Park, Northanger Abbey, Persuasion, Sense and Sensibility),

5 Un test de χ2 montre que la supériorité numérique de to help Ø V par rapport à Ø help Ø V et de Ø help Ø V par rapport à helped Ø V est statistiquement très significative (p << 0,0001).

6 En raison du caractère principalement narratif de ce corpus, qui est majoritairement constitué de témoignages portant sur des faits passés, les résultats obtenus pour la forme helps sont très peu nombreux et ne peuvent être analysés.

7 Des principes iconiques plus généraux, comme la théorie du liage développée par Givón (1980, 1985), peuvent également avoir joué un rôle dans la réallocation sémantique.

8 Les phénomènes expliquant les différences entre britannique et américain sont complexes (cf. Rohdenburg et Schlüter 2009) et la raison pour laquelle le taux d’infinitifs nus après help est plus élevé en américain dépasse le cadre de cette étude. Cela dit, il est relativement fréquent que l’anglais américain soit plus avancé en matière de changement syntaxique que l’anglais britannique.

9 Lowrey (2002 : 437) observe également que to a été préservé plus longtemps avec les prédicats statifs dans le cas de la complémentation de make.

10 Le cas des activities résiste à l’analyse. Cela est dû, semble-t-il, à l’influence de help. En effet, ce verbe recteur modifie quelque peu ce type de prédicats en leur donnant une lecture proche de celle des accomplishments, car il introduit une notion de résultat, comparable à la télicité propre aux accomplishments.

11 D’après Quirk et al, (1985 : 1205), help fait partie des verbes pour lesquels “the passive is of doubtful or limited acceptability”. En fait, la voix passive avec help est possible mais plus rare en moyenne qu’avec les autres verbes (Mair 1990). Il peut être intéressant de rappeler ici que le verbe help était originellement suivi d’un GN au datif (ou parfois au génitif en vieil anglais). Or, jusqu’à la fin du 14e siècle, les datifs ne pouvaient pas devenir sujets d’un verbe au passif (Los 2005 : 249).

12 Alors que l’omission de to après make est déjà généralisée au début du 18e siècle (Lowrey 2002), l’infinitif complet tend à persister plus longtemps quand le verbe régi est à la forme négative : This made me not to trouble you with any letter. (Letter, House of Commons, 1803)

13 voir Mair (1995, 2002, 2006), ainsi que Lohmann (2011) et Pinson (2015) pour une discussion à ce sujet.

14 La question de la complémentation de ce sens de help (V-ing ou but V) n’est pas abordée ici ; voir Pinson (2011) pour une étude détaillée à ce sujet. Par ailleurs, un certain nombre de contextes, dont les subordonnées en if, ne sont pas étudiés car le verbe help n’y est pour ainsi dire jamais suivi d’une forme verbale, et que c’est le contexte help [vvg] qui a été étudié.

15 En effet, dans le Corpus of Contemporary American English (COCA) (Davies 2008-), on dénombre 5200 occurrences de can (-ed) not help contre seulement 3 avec never à la place de not.

16 Le terme « construit » (construct en anglais) renvoie à l’occurrence réelle d’une construction (Traugott et Trousdale 2013 : 2)

17 www.ielts-house.com/uploads/3_2212.pdf, consulté en mai 2017

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Pourcentage d’infinitif nu après help (Old Bailey)
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1175/img-1.png
File image/png, 7.3k
Title Figure 2. Profil distributionnel de [help vvg] dans COHA : pourcentage de formes non prototypiques
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1175/img-2.png
File image/png, 26k
Top of page

References

Electronic reference

Mathilde Pinson, « Grammaticalité et changement d’acceptabilité : le cas de help », Anglophonia [Online], 23 | 2017, Online since 05 July 2018, connection on 19 October 2018. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1175 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1175

Top of page

About the author

Mathilde Pinson

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
mathilde.pinson@univ-paris3.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals