Skip to navigation – Site map

N° 27 - Sens conventionnel et implicite

Date limite de remise des propositions : 15 décembre 2018

La question de la frontière entre le sens conventionnel et l’implicite et celle, liée, de leur articulation, se sont désormais fortement imposées dans la réflexion théorique et la recherche sur la langue, comme en témoignent un nombre considérable de publications, comme Depraetere & Salkie 2017 parmi les plus récentes.

Il paraît désormais consensuel de considérer que le sens d’un énoncé est fortement sous-déterminé par les formes linguistiques qui le constituent. D’une part, reconstruire son sens littéral (« ce qui est dit » pour Grice) nécessite un recours à des inférences, ne serait-ce que pour déterminer ce qui est effectivement codé (les formes demandent parfois à être désambiguïsées), mais aussi pour retrouver les référents appropriés (notamment pour le cas des déictiques) ou même pour obtenir des relations d’ordre logique bien formées, dont des éléments ont besoin d’être inférés (dans Le beurre est trop dur quand on le sort du frigo, on comprend qu’il est trop dur… pour être étalé convenablement, disons). En d’autres termes, le sens conventionnel fait régulièrement appel à l’implicite. D’autre part, le sens effectivement véhiculé par un énoncé dépasse souvent le sens littéral – Sperber et Wilson, parmi bien d’autres, défendent l’idée qu’il n’est alors pas toujours entièrement reconstruit –, un lieu commun en pragmatique (Le beurre est trop dur quand on le sort du frigo peut par exemple signifier qu’il faudrait que l’allocutaire le sorte à l’avance les fois prochaines ; l’ironie des antiphrases communique l’opposé du sens littéral).

Tandis que la tradition reconnaît que le sens linguistiquement codé est de nature conventionnelle, fixé par l’usage, pouvant être véhiculé par mots ou morphèmes, expressions et constructions, Kerbrat-Orecchioni (1998 [1986]) définit l’implicite comme relevant d’inférences, et l’oppose ainsi à ce qui est posé, asserté, de manière explicite, et qui se trouve donc au premier plan énonciatif. Ces deux caractérisations ne se recoupent peut-être pas entièrement, et la compréhension de ce qu’est le sens conventionnel mérite certes d’être approfondie. L’analyse (voire la remise en question) de l’opposition entre sens conventionnel et implicite, ainsi que des termes afférents, est susceptible de conduire à quelques avancées dans ce champ d’étude, mais son exploration scientifique ne s’y limite pas.

Nous évoquerons plusieurs pistes de réflexion, qui se veulent de simples suggestions :

  • L’un des enjeux théorique portera sur la distinction entre sens conventionnel et implicite, ainsi que leurs différentes formes et interactions.

  • D’un point de vue diachronique, il est légitime de se demander à quel moment et suivant quel processus ce qui était tout d’abord implicite se trouve intégré au sens conventionnel (le sens achronique de Grice).

  • On peut ainsi également s’interroger sur le phénomène d’extension lexicale de certains mots qui deviennent polysémiques en développant de nouveaux sens, initialement induits.

  • La question de la connotation est naturellement liée, puisque des inférences pragmatiques peuvent la changer au fil du temps.

  • Les figures, leur analyse (voir par exemple, dans le cadre posé, Recanati 2004 pour les tropes), leur caractère vif ou figé, peut être envisagé d’un point de vue théorique ou à travers une étude de corpus.

  • Les connecteurs et marqueurs du discours peuvent être considérés sous le prisme de l’opposition, en se posant la question de la part de conventionnel et d’implicite dans leur sémantisme (dont la nature mérite encore élucidation).

  • Par ailleurs, les marqueurs grammaticaux se prêtent à la même problématique, et peuvent également être l’objet d’études sur corpus.

Les contributions rédigées intégralement devront suivre la feuille de style de la revue Anglophonia (http://journals.openedition.org/anglophonia/354?file=1) et être envoyées pour le 15 décembre 2018 à o.p.simonin.03@cantab.net et henri.le-prieult@univ-tlse2.fr  afin d’être soumises à une relecture en double aveugle en vue de publication.

Remise de la première version des contributions : 15 décembre 2018

Notification des évaluations : fin premier trimestre 2019

Révisions éventuelles : printemps 2019

Sortie du numéro spécial d’Anglophonia (n° 27) : 2019

Langues de rédaction des contributions : anglais, français

Bibliography

Depraetere, Ilse and Raphael Salkie (éds). 2017. Semantics and Pragmatics: Drawing a Line. Berlin: Springer.

Grice, Paul 1989. Studies in the Way of Words. Cambridge, MA: Harvard University Press.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. 1998 [1986]. L’Implicite. 2e edition. Paris: Armand Colin.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. 1977. La Connotation. Lyon : Presses Universitaires de Lyon.

Recanati, François. 2004. Literal Meaning. Cambridge : CUP.

Sekali, Martine. 2013. La coordination en 3D. E-Rea 11.1 (l’ordre des mots dans l’espace de la phrase). http://journals.openedition.org/erea/3422

Wilson, Deirdre and Dan Sperber. 2012. Meaning and Relevance. Cambridge: CUP.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals