Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia25Phénomènes d’accommodation inter-...

Phénomènes d’accommodation inter-sujets : le cas des reformulations introduites par OR

Blandine Pennec

Abstracts

Communication, whether it is written or oral, cannot be considered as the decoding, by the addressee(s), of messages that have simply been encoded by the speaker. Several factors constitute obstacles and prevent us from adopting such a basic pattern, such as the fact that representations are rarely shared by the speakers, that the latter sometimes use different language registers, and that speech also frequently contains mistakes or lacks adequacy with what the speaker really wants to say. Repairs can be defined as formulations produced afterwards in order to rework a first formulation that they are attached to. They are par excellence devices enabling the speaker to overcome the difficulties evoked above, thus favoring a form of intersubjective accommodation (this concept will be defined throughout the study, and will be contrasted with those of adjustment and readjustment). Repairs fall into two main categories: paraphrastic repairs, when the wording is reworked, and non-paraphrastic repairs, when it is the meaning which is adapted. The coordinating conjunction OR is a prototypical example of polyfunctional marker that can be used as the introducer of a repair, be it paraphrastic or non-paraphrastic. The goal of this study is to understand the compatibility of this marker with the introduction of these two categories of repairs (knowing that OR is also characterized by a large variety of uses, whether metalinguistic or not). Taking as a starting point the fact that a discursive segment is produced with a view to compete with a previous one in the linear order, we will study the interpretative mechanisms as well as the forms of accommodation that result from this pattern.

Top of page

Full text

L’auteur remercie vivement les relecteurs de cet article pour leurs précieux conseils.

1. Introduction : la notion d’accommodation

  • 1 Créé par le CNRS, le CNRTL est accessible en ligne à l’adresse suivante : < http://www.cnrtl.fr/ >.

1Dans son acception courante, le terme d’accommodation véhicule, selon le Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL)1 une idée de mise en rapport, d’harmonie ou de correspondance. Il s’agit d’une forme d’adaptation à un environnement donné. D’un point de vue linguistique, le terme est tout d’abord employé dans le domaine phonologique. Selon Baudry (1868 : §79), l’accommodation peut ainsi prendre la forme d’une assimilation – bien que ce terme ne soit pas employé littéralement : « l’accommodation consiste en ce que le voisinage d’une lettre force la lettre voisine à changer d’une certaine façon, pour rendre la prononciation du mot plus facile ».

  • 2 Nous utiliserons par la suite le terme d’« énonciateur », afin de rendre compte des choix effectués (...)
  • 3 Albrespit et Lacassain-Lagoin (2017), résumant les caractéristiques de la théorie de l’accommodatio (...)

2L’accommodation peut également être comprise de façon plus large, dans le cadre d’une prise en compte des différents paramètres intervenant dans la communication. C’est notamment le cas en sociolinguistique, dans une perspective s’intéressant aux efforts des locuteurs2 pour moduler leurs habitudes linguistiques en fonction de leurs interlocuteurs. De fait, la définition qu’en donnent Giles, Coupland et Coupland (1991) est la suivante: « When people interact they adjust their speech, their vocal patterns and their gestures, to accommodate to others ».3 Comprise en ce sens, il apparaît bel et bien que l’accommodation fait intervenir une notion d’adaptation, par le biais d’un phénomène de convergence. L’objectif subsumant cette forme d’adaptation est, selon Giles, Coupland et Coupland, celui de minimiser les différences sociales et interlocutives afin de mieux transmettre le message. On peut noter qu’une telle description de la communication rejoint également le principe majeur mis en lumière par la pragma-dialectique. Représentants de cette théorie, Van Eemeren et Houtlosser (2004 : 46-55), de l’Ecole d’Amsterdam, proposent d’utiliser la notion de conciliatio pour rendre compte des procédés visant à parvenir à un accord dans le discours. Bien que la pragma-dialectique concerne davantage la négociation de points de vue, il est manifeste qu’il s’agit là encore de se conformer partiellement aux positionnements énonciatifs de l’interlocuteur, afin de créer une zone de rencontre entre les subjectivités. Bakhtine (1924 : 157-158) rappelle lui aussi qu’une langue permet de communiquer avec des interlocuteurs, autrement dit de créer des points de jonction (au moins provisoires) entre nos différentes subjectivités. L’accommodation, emblématique de ce processus, est par essence intersubjective.

  • 4 Pour une analyse de la convergence phonétique, voir Burin et Ballier (2017). Ce phénomène y est déf (...)
  • 5 Un exemple d’analyse des phénomènes d’accommodation discursive est fourni par Rouveyrol (2017). L’a (...)
  • 6 Des exemples de convergence dans le domaine de la mimo-gestuelle sont examinés par Cosnier et Brune (...)
  • 7 Cf. Arjun and Bing (2012).

3Pour en revenir à la définition de Giles, Coupland et Coupland fournie plus haut, il apparaît que lors de processus d’accommodation, une forme de coopération se trouve mise en œuvre, qui concerne soit le plan phonologique,4 soit le plan discursif,5 soit le plan de la mimo-gestuelle,6 autrement dit l’ensemble des paramètres intervenant dans la communication. Dans le cas présent, c’est l’accommodation discursive qui va être prise en compte. Ce champ lui-même peut, semble-t-il, être subdivisé en divers paramètres, car un énonciateur peut s’adapter à un autre en termes lexicaux (le registre de langue, ou encore le caractère plus ou moins technique des termes employés étant alors en jeu), en termes de contenu (il s’agit alors d’une forme d’adaptation du sens) ou encore en termes stylistiques (par l’adoption de formulations partiellement communes).7 De fait, les champs concernés par l’accommodation peuvent être représentés de la façon suivante :

Représentation des différents champs dans lesquels la notion d’accommodation peut être appliquée

Représentation des différents champs dans lesquels la notion d’accommodation peut être appliquée
  • 8 Une telle caractéristique n’apparaît pas, par exemple, dans les grammaires de référence que sont ce (...)

4Les différents domaines dans lesquels les processus d’accommodation peuvent s’exercer ayant été recensés, il va maintenant s’agir de mieux délimiter cette notion sur le plan discursif, en la faisant contraster avec un concept connexe – celui de réajustement – ainsi qu’avec une notion que l’accommodation subsume – à savoir celle de reformulation. L’objectif sera ensuite d’illustrer et d’analyser les mécanismes en jeu lors des phénomènes d’accommodation, en prenant l’exemple de reformulations introduites par la conjonction or. Ce marqueur a été sélectionné car il permet d’introduire des phénomènes d’accommodation variés, comme le montrera l’étude. Cette dernière cherchera aussi à mettre en lumière la propension du marqueur or à être employé dans des configurations à l’intérieur desquelles il présente une forte valeur intersubjective. Cette caractéristique, peu mentionnée par ailleurs ;8 explique sa compatibilité avec les phénomènes d’accommodation. De fait, le cadre choisi pour cet examen permettra de relier énonciation et pragmatique. La question de l’accommodation est en effet un lieu privilégié pour effectuer cette articulation, dans la mesure où elle place les phénomènes de régulation (et donc d’interprétation) au cœur de l’analyse. L’étude tâchera en outre de montrer que les phénomènes d’accommodation peuvent s’avérer particulièrement riches et complexes, étant parfois accompagnés de visées didactiques, ou encore employés au service de stratégies rhétoriques ou stylistiques.

2. Liens entre accommodation, réajustement et reformulation

5Sur le plan discursif, la notion d’accommodation n’est pas sans lien avec celle de (ré)ajustement. Plus précisément, la première peut être considérée comme une notion hyperonymique par rapport à la seconde, les réajustements constituant des formes possibles d’accommodation, comme l’étude va le montrer. Le terme adjust est d’ailleurs employé par Giles dans la description de l’accommodation fournie plus haut. Dans un cadre énonciatif, on différencie toutefois le réajustement de l’ajustement, et seul le réajustement peut, selon nous, véritablement correspondre à une forme d’accommodation. L’ajustement, du point de vue énonciatif, correspond en effet à un travail sur les notions, afin de les délimiter au mieux. Cette notion d’ajustement est au cœur de la Théorie des opérations énonciatives d’Antoine Culioli (1999 : 91). Il s’agit d’une « mise en contact de l’énoncé avec le référent selon une relation de conformité aux représentations mentales que s’en fait l’énonciateur » (Filippi-Deswelle 2012 : 341). Toutefois, les sélections de marqueurs opérées par l’énonciateur ne suscitent pas toujours les représentations souhaitées chez le co-énonciateur. Dans de telles circonstances, les énonciateurs peuvent produire des réajustements. Ces derniers sont compris comme un travail second sur un segment discursif, modulé après coup. Le réajustement se produit donc « lorsque l’énonciateur se fait non plus producteur mais aussi interprète », selon une formule de Filippi-Deswelle (2012 : 342-343). Les réajustements correspondent ainsi, soit à la prévention, soit à l’élimination de hiatus, ou non-coïncidences du dire. Divers types de non-coïncidences du dire ont été mis en évidence par Authier-Revuz (1993 : 239-252). Les plus pertinentes pour cette étude sont les non-coïncidences interlocutives, qui concernent le rapport entre les co-énonciateurs, notamment lorsque les mots employés ne sont pas partagés. Les non-coïncidences entre les mots et les choses, correspondant principalement à des défauts de nomination, pourront également être convoquées pour les descriptions.

6Un certain nombre de réajustements sont donc opérés lorsque de telles non-coïncidences sont soit anticipées, soit décelées en cours de production par les énonciateurs. L’objectif est de réduire ces manques d’adéquation, afin de mettre le discours en conformité avec les représentations de l’énonciateur, d’une part, et de faire coïncider ces représentations avec celles du co-énonciateur, d’autre part. Tandis que les ajustements s’effectuent à un premier stade de construction énonciative, les réajustements s’effectuent donc à un deuxième stade de construction, à un niveau discursif (cf. Ranger 2012 : 39) et non plus notionnel. Les réajustements consistent plus précisément en des modulations : il s’agit de précisions, rectifications, ajouts, de modifications plus ou moins importantes du discours en train de se faire. Ces modulations sont effectuées suite à un regard réflexif porté sur sa production, et consistent en des réélaborations au cours d’un travail second d’ampleur variable. Dans tous les cas, il s’agit d’une recherche d’adéquation, de son dire à la réalité, ou (directement) à l’autre, ce qui conduit à considérer les réajustements discursifs comme des formes d’accommodation.

7Précisons bien que les réajustements ne sont pas les seuls phénomènes relevant de l’accommodation. Ils peuvent en fait être considérés comme une sous-catégorie dans le champ plus vaste des formes d’accommodation, sachant que les réajustements ont la particularité d’être produits après coup. Or une forme d’accommodation peut aussi correspondre à une démarche première, à une première phase de production. Citons, pour illustrer cette autre configuration, le cas des interro-négatives (cf. Levillain 2017), qui permettent une forme d’adaptation au co-énonciateur, mais au sein d’un premier stade de production énonciative (et non d’une réélaboration du message). Les réajustements, quant à eux, suivent nécessairement une phase d’auto-contrôle de sa production, suscitant le besoin ou le souhait de la moduler et de l’adapter.

  • 9 D’autres formes de réajustement (en plus des reformulations examinées ici) peuvent être envisagées, (...)

8Plus précisément, nous nous intéresserons ici aux formes de réajustements – et donc d’accommodation – que sont les reformulations. Elles regroupent en effet des procédés permettant d’élaborer un segment second à partir d’un premier segment, qu’elles modifient, et auquel elles peuvent se substituer sur le plan interprétatif (cf. Roulet 1987 : 111-140). Les reformulations constituent donc une sous-catégorie des phénomènes de réajustement,9 et constituent par excellence des formes d’accommodation inter-sujets. En effet, la reformulation est déclenchée par un regard évaluatif par rapport à son propre propos. La première formulation étant jugée insuffisante ou inadéquate (soit du point de vue formel, soit relativement à son contenu), l’énonciateur en fournit une seconde. Par conséquent, le segment reformulé, bien qu’étant linéairement à la suite du segment-source, constitue en fait un doublon paradigmatique pour ce premier segment. La reformulation est, en outre, de nature ambivalente, car elle peut jouer un rôle au niveau micro-discursif (lorsqu’il s’agit de reprendre un segment considéré comme imparfait), comme au niveau macro-discursif (lorsqu’il s’agit de créer une forme de cohésion discursive). De plus, il s’agit d’un phénomène qui « dans le même temps qu’il pose un dit nouveau, re-dit un propos antérieur » (Le Bot, Schuwer & Richard 2008 : 11).

  • 10 Cf. Cotte (1999) pour une étude détaillée de cette propriété fondamentale du langage qu’est la liné (...)

9Puisque les reformulations prennent place dans le cadre des non-coïncidences du dire, elles se situent nécessairement dans le champ du langage réflexif. L’énonciateur procédant à une forme d’évaluation plus ou moins consciente de son propos, cela signifie qu’au cours d’une conversation, il n’a jamais qu’un seul interlocuteur ; il se positionne toujours lui aussi comme son propre auditeur, ainsi que l’évoquait encore Culioli : « quand je dis parler, c’est toujours parler et écouter » (2002 : 143). C’est précisément cette composante qui permet aux reformulations de fonctionner comme des formes privilégiées de l’accommodation. Les reformulations peuvent, corrélativement, être considérées comme des cas de commentaires méta-énonciatifs. Lors d’une reformulation, le discours conjugue en effet deux plans : celui de la pratique discursive et celui de la représentation de ce discours. Il se produit, de fait, un dédoublement énonciatif, car l’énonciateur, en un point de la chaîne linéaire, fournit une réélaboration d’un premier segment, qui formait un tout avec le reste de l’énoncé. Le segment reformulé est ainsi greffé à cette énonciation première. Notons que la reformulation présente une forme paradoxale, car le second segment se rattache syntaxiquement au premier, tout en acquérant sur le plan interprétatif le statut de formulation principale : c’est en effet cette dernière qui est théoriquement donnée à retenir. Ce faisant, la reformulation peut être considérée comme une forme de « délinéarisation »10 du discours, car elle permet le rattachement, la « suture », sur le plan syntagmatique, d’un segment qui constitue en réalité le concurrent paradigmatique d’une première énonciation. La forme présentant une adaptation – ou accommodation – du propos vient potentiellement se substituer au segment initial, qu’elle réajuste.

  • 11 Voir plus précisément les huitième, neuvième et dixième conférences pour ce qui concerne les distin (...)

10La reformulation peut en outre être considérée selon deux perspectives complémentaires : il s’agit à la fois d’un acte locutoire, par lequel un énonciateur renouvelle une opération de formulation, et d’un acte illocutoire, par lequel l’énonciateur clarifie son propos. Cette composante illocutoire est une condition sine qua non de l’accommodation. Rappelons en effet que, dans la lignée des travaux de Austin (1962),11 l’on peut considérer que les énoncés possèdent potentiellement une triple valeur : locutoire, correspondant au fait même de dire quelque chose ; illocutoire, correspondant à l’acte accompli en disant quelque chose ; perlocutoire, correspondant aux effets produits sur les sentiments, émotions ou simplement pensées de l’auditoire. Austin distingue en outre cinq grandes classes d’actes de langage :

  • les verdictifs, correspondant au fait de prononcer un jugement ou d’effectuer une évaluation ;

  • les exercitifs, désignant le fait de formuler une décision en faveur ou à l’encontre d’une suite d’actions ;

  • les commissifs, qui engagent le locuteur à une suite d’actions déterminée ;

  • les expositifs, utilisés pour conduire une argumentation, pour clarifier l’emploi des mots ;

  • les comportementaux, utilisés pour réagir face aux comportements des autres.

11Selon une telle classification, les reformulations peuvent être classées parmi les phénomènes linguistiques relevant d’un acte expositif, puisqu’elles permettent d’effectuer un réajustement, voire une rectification du propos en cours. Elles contribuent ainsi au bon déroulement, et particulièrement à la bonne réception de l’intervention.

12Les reformulations se divisent par ailleurs en deux grandes catégories : paraphrastiques (lorsque la forme de l’énoncé est retravaillée) et non paraphrastiques (lorsque le contenu lui-même est modifié). La première induit des modifications supposées purement formelles. Cela dit, on ne dit jamais strictement la même chose avec des mots différents. La deuxième catégorie entraîne nécessairement un changement de perspective énonciative, pour reprendre les termes de Roulet (1987). Autrement dit, il peut s’agir d’une rectification. L’on voit donc que l’accommodation à l’œuvre pourra porter soit davantage sur la forme, soit davantage sur le contenu de l’énoncé, même s’il s’agit là de pondérations plutôt que de catégorisations totalement cloisonnées. L’une comme l’autre catégorie peuvent en outre se manifester par le biais de différents moyens linguistiques, passant soit par la présence d’un introducteur spécifique de la reformulation (ex. in other words, that is to say, etc.), d’un marqueur polyfonctionnel (ex. well, okay, indeed), ou encore d’une simple apposition de segments, dans le cas de la paraphrase. Selon le type d’introducteur employé, la forme d’accommodation à l’œuvre sera donc plus ou moins explicite.

  • 12 Le COCA (Davies, 2008) est un corpus d’anglais américain en ligne. Il donne également accès aux don (...)
  • 13 Concernant le corpus FLOB (Mair and Ludwigs 1999), c’est un corpus regroupant à la fois de l’anglai (...)

13La conjonction de coordination or est un exemple prototypique de marqueur polyfonctionnel pouvant être employé en tant qu’introducteur de reformulation, que cette dernière soit paraphrastique (RP) ou non paraphrastique (RNP). Cela dit, il va de soi que ce marqueur n’est pas réservé à l’introduction de reformulations, ce qui va être rappelé par le biais d’un tour d’horizon de ses différents emplois. L’objectif sera par ailleurs de comprendre la compatibilité de ce marqueur avec l’introduction de ces deux grands types de reformulations – et, de fait, avec des formes variées d’accommodation du propos en cours. Partant du constat qu’un redoublement s’effectue en un point de la chaîne linéaire, il s’agira d’étudier les mécanismes interprétatifs à l’œuvre, et de détailler les formes d’accommodation qui en résultent. Mais observons en premier lieu l’étendue des emplois de ce marqueur. Les exemples sur lesquels se fonde cette étude sont issus de corpus d’anglais contemporain, indépendamment de la variété d’anglais : sont ainsi pris comme source le BNC comme le COCA:12 plus ponctuellement, le corpus FLOB13 ainsi que des extraits de romans sont également utilisés.

3. Entre le dit et le dire : or, un marqueur aux emplois variés

  • 14 La présence d’une forte valeur intersubjective a déjà été montrée dans le cas de la conjonction but(...)

14Les emplois du marqueur or se caractérisent par une gamme assez étendue d’effets de sens. Nous émettons l’hypothèse – que l’analyse des exemples ci-dessous viendra confirmer – que ce phénomène tient à ce que la conjonction de coordination peut porter indifféremment sur le modus (autrement dit sur le contenu propositionnel) ou sur le dictum (c’est-à-dire sur la forme de l’énoncé). Le corpus montrera aussi que l’emploi du marqueur or peut s’accompagner d’une forte valeur intersubjective,14 en fonction des configurations d’emploi – qui orientent son interprétation. Selon les éléments mis en relation, on distinguera plusieurs effets de sens possibles, identifiés ci-dessous. Ces derniers ont déjà été recensés par Rotgé et Lapaire (2004 : 264) ; nous les illustrons ici par des exemples supplémentaires, en vue de les commenter, et nous nous concentrerons précisément par la suite sur les emplois les plus intersubjectifs. Nous commençons par les emplois non reformulatifs (ne présentant pas de formes d’accommodation) pour ensuite les faire contraster avec les emplois reformulatifs – favorisant bel et bien l’accommodation inter-sujets.

  • l’interprétation exclusive :

(1)


But I am at a loss to resolve whether to take away the things he has given me or no. (Pamela, or, The reform of a rake, M. Fidelis & G.Havergal, 1987, BNC)

Les deux segments encadrant or ne peuvent pas ici coexister. L’interlocuteur doit nécessairement choisir entre les deux, car leurs contenus sont mutuellement exclusifs.

  • l’interprétation inclusive :

(2)

My guilty passion made me admire her in everything she said or did. (Pamela, or, The reform of a rake, M. Fidelis & G. Havergal, 1987, BNC)

Cette fois, les possibilités reliées par or peuvent co-exister, dans un rapport d’addition éventuelle. Plus précisément, il s’agit tantôt de la première possibilité (she said), tantôt de la deuxième (she did), tantôt des deux à la fois. Il n’y a pas à choisir entre les deux éléments reliés par or.

  • l’approximation :

(3)

Girls of nine or ten years old do not pick friends or pair off as easily as girls do at six or seven. (A. Munro, Child’s Play, p. 190)

L’approximation permet de donner un ordre de grandeur, si bien que les deux éléments de l’alternative ne sont pas mutuellement exclusifs. Etant donné que la valeur exacte importe peu, les deux valeurs mentionnées peuvent co-exister, sur le plan énonciatif du moins.

  • la condition négative :

(4)


Each of these forms […] can be given a separate name, but they all belong to the same basic message: ‘Clear off, or I will attack you.’ (Catlore, D. Morris, 1989, BNC)

Cette fois, la non-validation de la première relation prédicative déclenche nécessairement l’actualisation de la seconde. La structure équivaut finalement à dire : si le premier segment n’est pas validé, le second le sera. À l’image de cet exemple, les emplois précités ne relèvent pas spécifiquement de l’accommodation inter-sujets (telle qu’elle a été définie) et ne feront pas l’objet d’un examen approfondi. Ils se distinguent des cas suivants, qui sont caractéristiques de phénomènes de régulation.

  • la reformulation paraphrastique :

  • 15 Conventions typographiques : dans les configurations présentant une reformulation, le segment sourc (...)

(5)

Smoulderingsor smoke alerts on the Underground caused the closure of King’s Cross on no less than fourteen occasions.(BNC AAV 1088)15

Le second segment permet ici d’évoquer le même référent que le premier, mais sous une forme différente. On a affaire à une reformulation établissant une équivalence entre les segments reliés. Cela dit, la deuxième formulation, en raison de sa dimension explicative, s’avère plus accessible que la première.

  • la reformulation non paraphrastique :

(6)





He would call me very early, at six or seven in the morning, so I could give him a report on what had happened the previous night, which was pretty much pointless, because nothing ever happened, or almost nothing: maybe some call or other from Rome or Paris, simple cases from people who weren’t really sick but who wanted to make the most of the travel insurance they had bought in Santiago. (COCA, 2014, Long Distance, A. Zambra)

  • 16 De fait, l’énonciateur est également plus en harmonie avec lui-même, dans la mesure où l’énoncé pré (...)

Le second segment permet ici de corriger le premier, almost nothing étant manifestement plus précis et plus adéquat aux yeux de l’énonciateur. La reformulation permet à l’énonciateur de fournir un propos plus juste, plus en coïncidence avec la réalité extralinguistique, et donc moins susceptible d’être contredit par le co-énonciateur.16

  • 17 Chambers Dictionary of Etymology, 2004 : 732.

15Quelle est donc la valeur fondamentale de or, permettant d’obtenir des effets de sens si variés ? Le marqueur or est parfois qualifié de disjonctif, et notamment par Blakemore (2007). Selon Rotgé et Lapaire (2004 : 264), or doit plutôt cette grande variété d’interprétations à une valeur fondamentale assez large, qui est celle d’une altérité : or lie deux éléments, et en opère simultanément la disjonction en vertu de leur différence. Cette valeur serait à relier à son étymologie, le marqueur or provenant historiquement de other.17 Quirk et al. (1985 : 932) proposent une valeur centrale assez proche, qui est celle d’une alternative. Les effets de sens pris en contexte par le marqueur or sont imputables à l’interaction entre cette valeur – que l’on parle d’altérité ou d’alternative – et les contenus propositionnels, qui s’avèrent déterminants pour l’interprétation.

  • 18 Rappelons que le niveau locutoire correspond à ce qui est dit littéralement, tandis que le niveau i (...)

16Il apparaît en outre que, dans les trois premiers cas de figure (exemples 1 à 3), or porte essentiellement sur le contenu propositionnel, en d’autres termes sur le dit. Dans l’exemple (4) illustrant la condition négative, il s’agit d’un cas spécifique, dans la mesure où c’est le contenu qui est envisagé, mais dans sa dimension illocutoire et non locutoire.18 De fait, ce sont les actes de langage qui sont en jeu ; ils sont présentés dans un rapport d’alternative. Enfin, en ce qui concerne les reformulations opérées en (5) et (6), elles sont de deux types. Lors de la reformulation paraphrastique (RP), le référent reste inchangé, tandis que ce dernier se trouve modifié à l’occasion de la reformulation non paraphrastique (RNP). De fait, la première constitue davantage un réajustement du dire – et donc un procédé d’accommodation formelle – tandis que la seconde se présente essentiellement comme un réajustement du dit – donc comme une forme d’accommodation relative au contenu, afin que ce dernier coïncide avec la réalité. Plus précisément, l’énonciateur adapte le contenu afin qu’il soit plus conforme aux représentations qu’il se fait du réel. L’énonciateur est effectivement son propre auditeur, autrement dit son premier co-énonciateur.

17Avant d’examiner de plus près ces deux catégories (RP et RNP), remarquons tout de même une caractéristique notable du marqueur or, à savoir le fait qu’il permet à la fois l’expression de l’approximation et l’introduction de formes de réajustement. Il s’agit là finalement de deux phénomènes quasiment antithétiques, dans la mesure où l’approximation ne stabilise aucune valeur : il s’agit d’une estimation par l’à peu près (cf. définition donnée par le Grand Robert de la langue française). L’énonciateur qui effectue une approximation ne cherche aucunement l’exactitude ou la précision. Dans le cas des réajustements, en revanche, c’est l’inverse qui se produit, à savoir la recherche d’une plus grande précision ou d’une meilleure adéquation. Les mouvements cognitifs qui sous-tendent ces deux phénomènes sont donc aux antipodes l’un de l’autre, mais s’avèrent complémentaires. De tels mouvements, si différents, sont eux aussi liés à la valeur assez large de or, qui se précise en fonction des contenus reliés. Ce sont eux qui conditionnent l’interprétation, expliquant ainsi que l’on puisse obtenir des effets de sens aussi éloignés l’un de l’autre.

  • 19 On notera toutefois que, si une telle distinction est pertinente du point de vue théorique, les niv (...)

18Nous allons maintenant examiner les formes d’accommodation passant par le truchement de reformulations, paraphrastiques puis non paraphrastiques, afin d’en déterminer précisément les caractéristiques, ainsi que les paramètres permettant leur interprétation. Précisons bien que nous nous intéressons à des formes d’accommodation relevant principalement du niveau micro-discursif. Albrespit et Lacassain-Lagoin (2017) mentionnent en effet qu’il est possible d’envisager l’accommodation à un niveau micro ou macro-discursif. Plus précisément, ils établissent ainsi la distinction entre ces deux plans :19

L’étude des procédés ou stratégies d’accommodation peut se faire ainsi au niveau micro-discursif, afin de faire apparaître un complexe organisé et contextualisé d’alternatives, disponibles aux communicants dans une situation de conversation par exemple, mais aussi au niveau macro-discursif, dans le but de relier les choix linguistiques à un ensemble d’attitudes, de conditions, de comportements, de positionnements ou de points de vue.

19Nous nous situons ici dans la première perspective, dans la mesure où les reformulations permettent d’offrir, dans le contexte d’une phrase ou encore de deux phrases successives, une alternative concernant soit la forme, soit le contenu propositionnel.

  • 20 Une perspective similaire d’étude de l’accommodation dans un contexte non conversationnel a été men (...)
  • 21 Le concept de dialogisme sera développé dans la suite de cette étude.

20Le corpus choisi n’est pas spécifiquement conversationnel,20 car nous considérons, à la suite de Bakhtine ([1954] 1978 : 158), que la prise en compte d’autrui est permanente dans nos productions, qu’elles soient conversationnelles ou non. Cette prise en compte d’autrui – ou dialogisme21 – peut se manifester par l’intégration des représentations ou points de vue de l’autre, comme de l’intégration de termes employés par cet autre. Dans tous les cas, il d’agit d’une recherche de points de contact entre nos différentes subjectivités. Les reformulations en sont un exemple, dans la mesure où la méta-énonciation qu’elles introduisent s’avère compatible avec l’introduction d’un segment incorporant un point de vue ou terme autre que celui qui a été privilégié en premier lieu par l’énonciateur – dans une perspective d’adaptation inter-sujets.

4. La reformulation paraphrastique, ou l’accommodation relative au dire

21La conjonction de coordination or, ainsi qu’il a été montré, n’est pas un marqueur spécifique de la reformulation. De fait, afin que les segments puissent être compris comme présentant un rapport de reformulation paraphrastique, il est nécessaire que les contenus s’avèrent équivalents ou soient présentés comme tels. L’énonciateur reformule pour proposer une forme différente, supposée plus éclairante, plus accessible ou permettant d’expliciter le propos. À partir de ce principe, plusieurs déclinaisons peuvent être observées. Bien que nous ne prétendions pas à l’exhaustivité, un certain nombre de configurations vont être présentées, afin de montrer dans quelle mesure et selon quelles modalités elles peuvent être utilisées au service de stratégies d’accommodation.

22Or peut tout d’abord être employé seul, mais précisé après coup par l’emploi d’expressions soulignant que l’équivalence s’effectue avant tout sur le plan des formulations :

(7)

Tom’s moved into a flat, or apartment, as he prefers to call it, in town.

(8)

The conductor, or Maestro, as he likes to be called, rolled up to the rehearsal at least an hour late.

(Cités par Blakemore 2007)

Ici, les termes employés sont strictement équivalents d’un point de vue référentiel. En outre, le caractère métalinguistique de la reformulation est rendu manifeste par le biais d’expressions faisant intervenir le verbe “call” (as he prefers to call it ; as he likes to be called). L’accommodation consiste ici à adopter la dénomination préférée par la personne prise comme thème de discours. Il apparaît donc que l’accommodation peut faire intervenir la prise en compte d’un tiers, dont on parle (en l’occurrence, Tom en [1], ou encore the conductor en [2]). Il s’agit de s’adapter aux habitudes langagières de ce dernier, dans une forme d’adaptation in absentia. L’accommodation ne concerne donc pas toujours uniquement un rapport entre deux entités co-présentes, l’énonciateur et le co-énonciateur, mais peut ainsi dépasser ce cadre pour inclure la prise en compte de celui ou celle dont il est question. Ce faisant, le propos est tout de même également rendu plus éclairant pour le co-énonciateur, vu qu’il permet d’approcher au plus près la situation décrite.

Lorsque l’équivalence des contenus n’est pas manifeste, ne s’impose pas d’elle-même, on remarque une compatibilité toute particulière du marqueur or avec les formulations métalangagières to put it another way ou to put it differently, qui viennent expliciter l’opération de mise en mots différente :

(9)


“Woman” is an empty signifier, or to put it another way, can be construed to mean whatever we want it to mean. (The Floozie in the Jacuzzi, Feminist Studies, 1991, COCA)

Le deuxième segment est ici présenté comme un équivalent du premier. En l’absence de la formulation métalangagière, il resterait toutefois une ambiguïté quant à l’interprétation du deuxième segment, et l’on ne saurait dire avec certitude s’il s’agit d’une reformulation ou d’une alternative. En l’occurrence, to put it another way clarifie la perspective explicative, celle d’une reformulation à caractère paraphrastique. Le contenu du second segment est ainsi plus accessible, car moins technique, mais sans modification fondamentale du contenu. On retrouve le même principe avec to put it differently dans l’exemple (10) :

(10)



Meaning is an essential part of our overall reality and is not merely a purely abstract and ethereal quality having its existence only in the mind. Or to put it differently, in human life, quite generally, meaning is being. (River of truth, William Keepin, 1993, COCA)

  • 22 L’accommodation inter-sujets peut concerner des interlocuteurs physiquement présents, mais aussi re (...)

To put it differently confirme la perspective de clarification, sachant que or permet de proposer une alternative sur le plan du dire. L’accommodation inter-sujets22 s’effectue sur le plan formel, le contenu du message étant en revanche supposé rester équivalent. Sachant que les formulations métalangagières to put it another way ou encore to put it differently annoncent techniquement une reformulation, on peut alors se demander quelle est la contribution spécifique de or dans une telle configuration. Il s’avère que or, en tant que coordonnant, conjoint syntaxiquement ce qui est disjoint discursivement. La mise en relation qu’il opère permet ainsi de présenter le segment opérant l’accommodation comme étant véritablement rattaché au segment précédent.

23Plus fréquemment, or s’avère particulièrement compatible avec la mise en relation de segments dont l’un figure entre guillemets ou en italique, ce qui désambiguïse alors le fait que les deux segments sont à comprendre en lien l’un à l’autre. Contrastant avec les exemples précédents, qui présentaient un travail sur des éléments de discours, il s’agit ici davantage d’un travail sur des formes relevant de la langue :

(11)





Exposures that cause chronic diseases usually take place years, perhaps decades, before disease is diagnosed. Biomarkers collected at single points of time therefore can not tell the whole story of how disease occurs in an individual. For that, one must look to the “exposome”, or the compilation of exposures experienced over an individual’s lifetime. (Characterizing Exposomes, K. S. Betts, 2012, COCA)

24Dans cet exemple, un terme technique est utilisé, à savoir exposome. Il est employé à la fois en tant que signe (ce qu’indiquent les guillemets) et en tant qu’il réfère à une certaine réalité. Cet emploi peut être qualifié de modalisation autonymique, selon Authier-Revuz (2002). Rappelons que, selon l’auteure, il est possible d’établir une distinction entre les termes employés en usage, d’une part, et les termes employés en tant qu’autonymes, d’autre part ; les cas intermédiaires peuvent quant à eux être qualifiés de modalisations autonymiques. Ainsi, un terme référant directement à la réalité extralinguistique, de façon totalement transparente, est dit fonctionner en usage. C’est là le mode le plus courant d’emploi des termes de la langue. En revanche, lorsqu’un élément est employé en tant que signe pur, autrement dit lorsque le signe devient l’objet même du dire, il est alors employé en mention (dans ce cas, on parle également d’autonyme). Par ailleurs, un terme étant à la fois employé pour sa signification, et montré en tant que signe, fait quant à lui l’objet d’une modalisation autonymique, à l’image de ce qui se produit lors de l’emploi de « exposome » dans l’exemple (11). On remarque en outre que le terme en question est par la suite défini, cette définition étant précisément introduite par le biais du marqueur or. La reformulation opérée, fournissant une définition, vise une meilleure compréhension. Une forme d’accommodation inter-sujets est donc à l’œuvre, qui passe, plus précisément, par un acte de vulgarisation. On peut en outre remarquer que, dans l’absolu, il était possible de ne pas mentionner le terme technique et de ne se contenter que du segment le plus simple. Puisque le choix inverse a été fait, il semble donc que la vulgarisation opérée ne le soit pas simplement au service d’une meilleure compréhension, mais serve en outre une perspective didactique. L’énonciateur fournit le terme technique, tout en l’assortissant d’une définition afin de s’adapter au co-énonciateur.

25Notons que le terme le plus technique n’est pas nécessairement celui figurant entre guillemets, ce que confirme l’exemple (12) :

(12)



Maps can trace levels of sophistication in understanding; they can demonstrate procedural orhow to” knowledge and demonstrate the relationships between ideas. (Mapping Concepts for Learning and Assessment, J. Dougherty, 2012, COCA)

  • 23 Selon Neveu (2000 : 100), « la notion de saillance est employée en sémantique du discours pour décr (...)

26Dans cet exemple, la reformulation paraphrastique permet le passage d’un terme à caractère légèrement technique (procedural) à une expression très simple figurant entre guillemets, et qui définit le sens du terme précédent. Ici encore, c’est une forme d’accommodation à caractère simplificateur qui est employée. Cela dit, il apparaît, au vu des deux exemples précédents, que les guillemets ne sont pas un indicateur de l’orientation de la reformulation. Ils fournissent en revanche un sur-marquage de l’énonciation en cours, et sont par conséquent un indicateur de saillance23 conférée à un certain élément, sans que les raisons de cette saillance soient explicites. C’est d’ailleurs ce qui fait dire à Rinck et Tutin (2007 : 79-100) que les guillemets « résistent souvent à une lecture univoque ». Les auteures rappellent en outre que les guillemets signalent que l’élément encadré de ces signes « ne va pas de soi » (2007 : 80), ce qui contribue à la saillance à l’œuvre puisque l’élément en question ressort dans le flux discursif. Cette saillance, dont les motivations se comprennent contextuellement, peut être liée à l’introduction d’un terme technique comme en (11) ou d’une expression que l’énonciateur n’emploierait pas nécessairement de lui-même, mais qu’il emprunte, comme c’est vraisemblablement le cas en (12). Ce passage d’un plan à un autre est précisément celui qui permet d’effectuer une transition entre l’expression de la subjectivité du locuteur, d’une part, et un segment favorisant l’accommodation inter-sujets, d’autre part.

Parfois, la reformulation prend une orientation inverse de celle observée précédemment, c’est-à-dire qu’elle permet d’effectuer une transition depuis un terme ou une expression relativement simple vers une dénomination plus technique, ou correspondant à un lexique spécialisé. C’est le cas en (13) :

(13)



Early variations on the basilica form, besides the addition of further side aisles, could involve the insertion of a transverse aisle, or transept, close to the east end, and a porch, or narthex, across the west end. (Freiburg Lancaster-Oslo Bergen Corpus, J 6429)

27Il est manifeste que les reformulations introduites par or permettent d’effectuer une transition entre des termes compréhensibles par tous (transverse aisle ; porch) et des termes correspondant à un lexique spécialisé (transept et narthex). Les deux reformulations présentent une orientation, non plus simplificatrice, mais complexificatrice, car or introduit des termes techniques. Malgré tout, on peut y lire une visée didactique, si bien que l’on peut de nouveau y voir une stratégie d’accommodation. Cela dit, elle ne s’apparente plus ici à une vulgarisation proprement dite : il s’agit en revanche d’aller vers un apprentissage des termes idoines dans le domaine de spécialité. Il apparaît ainsi que l’accommodation peut dépasser le simple cadre de l’adaptation à l’autre. Cette dernière est bel et bien présente, mais elle est de surcroît au service d’une perspective consistant à éduquer l’autre, à lui inculquer de nouveaux termes, caractérisés par une certaine complexité.

28On remarque également que le terme introduit par le marqueur or peut figurer entre parenthèses, ce qui permet de matérialiser le fait que le dire se dédouble en un point de la chaîne linéaire. C’est ce qui se produit en (14), où l’on trouve la dénomination Stasi entre parenthèses. L’énonciateur fournit deux dénominations occupant finalement la même place sur l’axe paradigmatique, et ce mécanisme est rendu manifeste par les parenthèses, qui signalent le passage à un plan décroché :

(14)


On Nov. 14, the Bundestag approved the legislation on public access to the files which the former East German state security police (or Stasi”) had kept on 6, 000000 East Germans. (BNC HDL 1854)

Les parenthèses exhibent en quelque sorte l’espace d’accommodation discursive. La reformulation permet de passer d’une désignation d’une certaine réalité historique à une dénomination finalement plus courante et plus naturelle. Les parenthèses encadrant la reformulation peuvent être comprises comme signalant que l’emploi du terme Stasi constitue une annexe (étant donné que l’on fait supposément passer ce terme au second plan), mais cette dernière facilite en fait la compréhension. Il y a accommodation inter-sujets dans le sens où l’énonciateur rend la description accessible à l’interlocuteur ou au lecteur, tout en ayant au préalable effectué une précision historique et culturelle. Dans tous les cas, ce type de reformulations paraphrastiques nécessite une co-référence absolue. C’est précisément ce paramètre qui permet la lecture d’une reformulation, et non d’une alternative (qu’elle soit inclusive ou exclusive). En définitive, c’est bien le sens des éléments lexicaux entourant or qui permet de déterminer son interprétation précise en contexte. Elle nécessite un calcul interprétatif non négligeable.

  • 24 Rappelons que le co-énonciateur constitue une représentation abstraite de l’interlocuteur ou du lec (...)
  • 25 La notion d’accommodation interprétative est également employée par de Saussure et Müller (2017), e (...)

29Cette question du calcul interprétatif nous conduit en outre à percevoir une forme d’adaptation de la part du co-énonciateur24 lors du processus interprétatif. On peut effectivement prendre en compte une forme d’accommodation interprétative.25 Il va de soi que le terme d’accommodation est alors compris en un sens différent de son emploi initial par Giles. Il semble néanmoins que cette accommodation co-énonciative soit également à prendre en compte, constituant le pendant de l’accommodation à l’œuvre durant la phase de production énonciative. À ce titre, il est éclairant de faire contraster (14) cité plus haut – présentant un véritable cas de reformulation – et (15) ci-dessous :

(15)


Then the time came when she moved closer, lifted an armful of leaves that dripped all over because of her uncertainty or clumsiness. (Munro, Child’s Play, p. 198)

Dans un exemple tel que (15), il apparaît que les termes mis en relation par or sont à la fois assez proches mais pas pour autant interchangeables, ce qui crée un point de contraste notable avec le cas de l’exemple (14) examiné plus haut. Ici, les segments ne semblent pas concurrents sur un axe paradigmatique. De fait, ils seront vraisemblablement compris comme une alternative – a priori inclusive – plutôt que comme une forme de reformulation. Il semble que l’emploi de or ne soit pas fondamentalement métalinguistique, au sens où ce n’est pas le choix des mots qui est en jeu, mais bel et bien une alternative concernant les référents eux-mêmes. Lors d’une reformulation, en revanche, or introduit un segment de nature méta-énonciative. En définitive, c’est ici le co-énonciateur qui va être amené à « trancher » ; d’où la forme d’accommodation interprétative qu’il est possible de mettre en lumière.

30Notons enfin que, du fait de la co-référence qu’elles présentent, les reformulations paraphrastiques contrastent par ailleurs avec les reformulations non paraphrastiques, en ce sens que ces dernières présentent nécessairement une absence de co-référence entre les segments. Cette fois, en effet, ce n’est plus la dénomination qui se trouve réajustée, mais c’est le contenu lui-même qui se voit modifié.

5. La reformulation non paraphrastique, ou l’accommodation relative au contenu

31Les reformulations non paraphrastiques résultent elles aussi d’un temps de « lecture-écoute » de son énoncé par l’énonciateur, ce processus étant particulièrement compatible avec les phénomènes d’accommodation. Le seul paramètre constituant un « point de bascule » entre les deux types de reformulations, dans les cas d’emploi de marqueurs non spécifiques (et notamment de or), se trouve être le sens des contenus propositionnels. En effet, dans le cas des réajustements non paraphrastiques introduits par or, le segment introduit module, remanie un aspect du contenu précédent, ce qui permet de le rectifier partiellement.

  • 26 La réélaboration peut être considérée comme un cas particulier du réajustement. En effet, un réajus (...)

32Ceci signifie que, contrairement au cas des reformulations paraphrastiques, les référents désignés ne sont plus identiques, mais se présentent dans un rapport d’altérité en configuration de reformulation non paraphrastique. Dans la mesure où la conjonction or ne constitue pas un marqueur spécifique de la reformulation, il est toutefois nécessaire que la réélaboration26 du premier segment reste partielle, car un cas de réélaboration totale ne permettrait plus de percevoir le second segment comme élaboré à partir du premier : il serait compris comme une alternative, et non plus comme un réajustement. Lorsqu’une modification du contenu est opérée, un réajustement (et plus précisément une reformulation corrective) est bel et bien opéré.

33Les configurations d’accueil – et, de fait, les formes d’accommodation permises – sont variées. Ainsi, les reformulations non paraphrastiques peuvent être introduites par le marqueur or seul :

(16)

It was not, or not only, condescension that made him think them so. (Solar, I. Mc Ewan, 2010)

34Dans cet exemple, une partie du contenu est conservée puisque la négation est répétée, mais elle se trouve modulée par le biais de only. Il se produit ici encore une forme d’adaptation, mais ce n’est plus une adaptation au registre de langue du co-énonciateur qui est en jeu ; c’est une forme d’adaptation à la perception que ce dernier peut avoir du réel. On peut parler, en un sens bakhtinien, de dialogisme actif (cf. Bakhtine [1924] 1978 : 157-158)).

35Rappelons que le concept de dialogisme (autrement dit la prise en compte de mots, de points de vue ou d’un discours autre au sein d’un discours donné) se décline selon deux angles : le dialogisme passif et le dialogisme actif. Le dialogisme passif désigne le fait que les mots employés par un énonciateur donné sont, en un sens, toujours ceux d’autrui. Selon Bakhtine, l’être humain tout entier est communication avec autrui. De fait, nous n’employons pas une langue pour les besoins de notre subjectivité, mais pour communiquer avec d’autres. Il nous est ainsi nécessaire d’utiliser une langue commune, au sein de laquelle nous héritons de mots marqués de l’usage d’autrui. Bakhtine le formulait ainsi : « Aucun membre de la communauté verbale ne trouve jamais des mots de la langue qui soient neutres, exempts des aspirations et des évaluations d’autrui, inhabités par la voix d’autrui. » (Todorov 1981 : 77). Cette nécessaire mise en circulation des mots des autres constitue un dialogisme passif, au sens où il résulte d’un donné linguistique ; ce type de phénomène relève donc de la langue, et nous ne maîtrisons pas directement cette incorporation.

36Il existe par ailleurs un dialogisme actif, dans lequel la prise en compte d’autrui est délibérée, résulte d’une intention de parole, et concerne un interlocuteur précis. Ce dialogisme actif se traduit selon deux axes : il peut s’agir de l’intégration de termes employés par l’autre, ou de l’intégration des représentations de cet autre. Dans le premier cas, les termes et tournures syntaxiques que l’énonciateur emploie découlent clairement d’une prise en considération du niveau de langue de son interlocuteur. Dans le second, la structure argumentative de son discours répond par avance aux objections qu’il anticipe de la part de son interlocuteur. En ce sens, le discours incorpore les points de vue d’autrui.

37Dans le cas illustré plus haut en (16), il s’agit ainsi d’une forme de dialogisme actif, dans la mesure où l’énonciateur anticipe les éventuelles réactions et démentis du co-énonciateur et module son contenu afin que ce dernier s’avère incontestable. On peut donc y voir une forme d’accommodation, car le sens est adapté en prenant en compte la réception du co-énonciateur. Les cas dans lesquels l’énonciateur module son propos pour le rendre plus nuancé sont fréquents, comme en témoigne aussi (17). Dans ce type de configuration, l’énonciateur peut notamment rectifier son propos afin de rester plus fidèle à la réalité. L’accommodation, avant même de concerner l’autre, est en fait une accommodation de soi à soi, passant par une plus grande adéquation de son dire à la réalité :

(17)



The choice. He let his eyes slip the other way, towards the little group of waiting people, hunting along the front line until he picked out Harriet Shakespeare. He was sure - or almost sure – that he wasn’t mad. (On the edge, G. Cross, 1898, BNC)

On remarque que, dans de nombreux cas, la structure comporte une incise, ainsi que le signale Quirk. (1985 : 933). C’est cette dernière qui permet de fournir une modulation. La configuration correspond à ce que l’auteur nomme interpolated coordination. Dans ces cas-là, l’élément coordonné vient, en cours même d’énonciation, proposer une formulation alternative pouvant se substituer à la précédente. Les parenthèses sont également fréquentes, comme l’illustre l’exemple (18):

(18)




America (or preconceived notions about America) had a reciprocal effect on Romantic literature, which sometimes employed American character types to “dramatize social and abstractly philosophical issues”. (The Pocahontas of Georgia: Mary Musgrove in the American Literary Imagination, COCA)

Les parenthèses tendent à illustrer le changement de plan énonciatif qui est à l’œuvre. Elles sont ainsi hautement compatibles avec le fait que le dire se dédouble, le deuxième segment pouvant se substituer au premier segment pour plus de précision. L’accommodation permet ici de prévenir tout éventuel démenti.

Parfois, le marqueur or se trouve associé à des marqueurs ou locutions explicitant la rectification, tels que rather ou at least. On rencontre par exemple rather en (19), où il permet d’expliciter le changement de perspective énonciative. Le propos, ainsi adapté, sera vraisemblablement plus incontestable:

(19)

He told - or, rather, politely asked – Mrs Strawson to get dressed again. (A fatal inversion, B. Vine, 1987, BNC)

38Notons que cet acte de rectification après coup est exhibé à dessein. Le segment initial, dans une reformulation écrite, peut en effet toujours être effacé. Ici, c’est précisément la co-existence des deux segments qui est recherchée, afin de mettre en évidence le deuxième, par contraste avec le premier. Cette création d’un contraste correspond précisément à une stratégie rhétorique donnant plus de poids au deuxième segment, présenté comme plus exact et rendu saillant par l’opération de rectification. Contrastant avec rather, la locution at least, quant à elle, explicite une opération de minoration, comme en (20) : l’énonciateur en dit moins dans le deuxième segment, de crainte que le premier ne semble excessif. Cette fois encore, la forme d’accommodation à l’œuvre vise à éviter une remise en cause du propos.

(20)


Fingers are crossed that huge spending cuts will spare capital projects (road, rail, London tube, for example) that would create or at least protect — jobs. (BNC CEL 333)

39Or s’avère également compatible avec des annonces métadiscursives, comme as we shall see à valeur d’évidentialité que l’on trouve en (21). La collocation est moins fréquente que dans les cas d’adjonction de rather ou at least, mais le phénomène illustre le fait que le marqueur or peut favoriser le passage à un plan méta-énonciatif.

(21)



Since the theoretical distinction (or, as we shall see, distinctions) that Saussure draws between them correlates with differences of meaning in everyday French, it is not always clear in what sense they are being made in particular contexts. (Freiburg Lancaster-Oslo Bergen Corpus, J3275).

La rectification opérée ici s’avère minime, mais le passage d’un singulier à un pluriel fait précisément l’objet d’une attention particulière grâce à l’expression we shall see. La raison d’être de l’acte d’accommodation introduit par or est ainsi précisée par cette formule méta-discursive : elle signale qu’il y a des raisons objectives (qui seront précisées par la suite) qui motivent ce réajustement. La formule méta-discursive employée relève donc de l’évidentialité. Rappelons que l’évidentialité peut être définie comme l’indication de l’existence d’une preuve, ou encore celle de la nature d’une preuve à l’appui d’une assertion donnée. Selon la catégorisation d’Aikhenvald (2004), il existe deux grands types d’évidentialité : l’indirectivité et l’évidentialité proprement dite. Dans le premier cas, on indique que la preuve existe pour un énoncé donné, mais sans spécifier sa nature. Dans le second cas (évidentialité proprement dite), on spécifie la nature de la preuve, par exemple visuelle, rapportée ou inférée. Ici, nous nous situons dans le premier cas de figure, car la formulation méta-discursive reste vague concernant la nature des preuves venant légitimer la reformulation corrective. Dans tous les cas, il s’agit de commenter le propos, afin qu’il soit plus incontestable aux yeux du co-énonciateur. L’accommodation à l’œuvre est ainsi au service d’une négociation du sens.

40Dans d’autres types de configurations, le réajustement intervient de façon légèrement différée (comme une forme d’afterthought, illustrant le regard réflexif à l’œuvre), et la reformulation trouve donc sa place au sein d’une nouvelle phrase. C’est le cas avec Or he believed he was en (22), qui se comprend en lien avec l’attribut unaccountably attractive to beautiful women dans la phrase précédente :

(22)



He belonged to that class of men –vaguely unpre-possessing, often bald, short, fat, clever- who were unaccountably attractive to certain beautiful women. Or he believed he was, and thinking seemed to make it so. (Solar, I. Mc Ewan, 2010, p. 3)

41C’est donc cette fois un réajustement plus tardif qui est effectué. De fait, il n’interrompt pas la linéarité discursive, bien qu’il vienne finalement la remettre en cause. Mais le principe reste globalement le même que celui observé plus haut, et il serait encore une fois possible, moyennant toutefois de légers aménagements, de substituer la formulation fournie après coup à une partie de l’énonciation première. L’objectif est encore une fois celui d’une meilleure adéquation du contenu, non seulement avec la réalité, mais aussi avec la vision que le narrateur a de son personnage. En effet, on peut comprendre l’extrait comme une transition depuis une première phrase impliquant une focalisation interne (et donc le point de vue du personnage lui-même) vers une deuxième phrase révélant un point de vue omniscient – mais aussi un peu méprisant – du narrateur, qui commente la position de son personnage. Il se produit donc ici une forme de dissociation énonciative, rendue possible par la valeur d’altérité du marqueur or. Par ce biais, le lecteur a accès à l’ensemble des points de vue relatifs à l’état de fait décrit.

42Il ressort de cet examen du marqueur or, introducteur non spécifique de la reformulation (et donc compatible avec les versions paraphrastique comme correctrice), que ce sont bel et bien à chaque fois les contenus qui sont déterminants dans l’interprétation. Ainsi, la lecture qu’en fait le co-énonciateur est primordiale, et c’est pour cette raison que nous souhaitons également parler d’accommodation sur le plan interprétatif, corrélat de l’accommodation caractérisant la phase de production énonciative. Non seulement la lecture d’une reformulation, mais de surcroît son interprétation comme paraphrastique ou non paraphrastique (et donc correctrice) est en jeu. Le co-énonciateur adapte son interprétation en fonction des contenus reliés.

6. Stratégies discursives dérivées

43Tandis que la conjonction or dans ses emplois reformulatifs participe fréquemment de stratégies d’accommodation « pures » ou encore doublées de visées didactiques, d’autres emplois plus complexes peuvent être mis en lumière, servant des stratégies autres, que l’on peut qualifier de dérivées. Certains textes littéraires font une utilisation parfois ambiguë de la conjonction de coordination or, au service d’une stratégie de brouillage. Le lecteur ne parvient pas toujours à déterminer si les formulations doivent ou non se substituer l’une à l’autre. L’accommodation interprétative est ainsi rendue plus complexe:

(23)

Indeed my mother spoke of her as pretty, or almost pretty (as in, isn’t it too bad, she could be pretty). (Child’s Play, A. Munro, 2009, p. 195)

  • 27 Pour une analyse des stratégies énonciatives et narratives à l’œuvre dans cette nouvelle, en lien a (...)

44Dans cet exemple, les formulations reliées par or ne sont pas très éloignées, mais il s’avère néanmoins difficile de déterminer si la deuxième qualification est supposée co-exister avec la première (la mère de la narratrice choisissant tour à tour l’une ou l’autre description), ou encore l’amender (la narratrice rectifiant pretty en almost pretty afin que la présentation des faits coïncide mieux avec la situation décrite). Ce qui ressort tout particulièrement de cet extrait, en termes d’interprétation, est donc l’ambiguïté de la valeur prise par or : on est en effet en droit de se demander si le segment introduit par cette conjonction de coordination vient se substituer interprétativement au précédent (auquel cas nous aurions affaire à une reformulation non paraphrastique) ou si les qualifications employées sont tour à tour pertinentes relativement à la situation décrite (auquel cas nous aurions en revanche affaire à une interprétation inclusive du marqueur or). Il semble ainsi qu’un phénomène de brouillage interprétatif caractérise cet exemple. On note d’ailleurs que ce brouillage est érigé en système dans la nouvelle27 d’où est extrait cet exemple.

45Tandis que, dans cet exemple, l’hésitation peut concerner une reformulation correctrice et une alternative inclusive, c’est aussi parfois une hésitation entre une reformulation paraphrastique et une reformulation non paraphrastique qui peut se présenter :

(24)



And maybe she was right –maybe Verna saw in Charlene, this new friend or bodyguard of mine, this stranger, some sign of how everything was changed and uncertain here, (and that made her scowl, though I didn’t see it). (Child’s Play, A. Munro, 2009, p. 204)

Doit-on ici interpréter une reformulation paraphrastique, disant globalement la même chose en un terme et selon un point de vue différent, ou doit-on la comprendre comme non paraphrastique, autrement dit comme corrigeant le terme qui précède (bodyguard venant alors rectifier friend) ? C’est en définitive au lecteur de « trancher », bien que le cotexte n’offre pas d’indices supplémentaires en faveur de l’une ou l’autre interprétation.

46Ce rôle tout particulier a déjà été mis en lumière, sur le plan pragmatique, par Schiffrin (1987 : 177), soulignant à juste titre que le marqueur or donne lieu à un cadre participatif, sollicitant l’interlocuteur. Selon l’auteure, or contraste en cela fortement avec les autres conjonctions de coordination, à savoir and et but (pouvant toutes deux jouer le rôle de marqueurs de discours) : « Whereas and marks a speaker’s continuation, and but a speaker’s return to a point, or marks a speaker’s provision of options to a hearer ». De manière générale, qu’il s’agisse des contenus ou des formulations elles-mêmes, l’emploi du marqueur or offre systématiquement un choix de taille au co-énonciateur : celui de ne retenir que l’un des deux membres de l’alternative, ou encore de faire co-exister les deux.

47On notera enfin que, loin de participer à de telles stratégies de brouillage, les processus d’accommodation peuvent aussi être associés à des phénomènes de jeu (au sens plus ludique) avec le co-énonciateur, comme en (25) :

(25)




Even at a football match he rarely yelled and lost control of himself like everyone else; he was content with the quiet annotation of a player’s skill, or lack of it. Some thought this the typical buttoned-up formality of a Leningrader; but on top of thator underneath it – he knew he was a shy and anxious person. (The Noise of Time, Julian Barnes, p. 12)

Dans cet exemple, l’énonciateur ne craint manifestement pas une remise en question de son propos – l’accommodation n’est donc pas ici une fin en soi – mais s’amuse de la non-pertinence d’une expression figée dans ce contexte précis. L’emploi de or et de la reformulation non paraphrastique qui suit permettent précisément de jouer sur les termes, en défigeant l’expression en question.

De façon annexe, on peut mentionner que dans d’autres configurations utilisant or conjointement avec le marqueur rather, le réajustement est également fréquemment au service de formes de jeu. Il peut notamment s’agir de jouer sur les collocations ou expressions figées, comme en (26) et (27) ci-dessous. On peut y voir un jeu de défigement, d’une part, et d’introduction d’un néologisme, d’autre part.

(26)


But there are those in England, too, who also fail to see that participation in drama has two faces, or rather, a face and a mask. (Drama as education, D. Bolton, 1988, BNC)

48L’expression have two faces employée dans le segment source peut être considérée comme une locution, autrement dit une expression figée. Nous voyons toutefois que cette expression fait l’objet d’un défigement dans le réajustement qui suit. La première formulation peut en effet être considérée comme trop vague relativement au contexte. De fait, l’énonciateur opère un jeu sur cette expression afin de la rendre plus précise (ce qui, en soi, relève de l’accommodation), et or rather permet cette mise en relation. Force est néanmoins de constater que l’expression défigée pourrait difficilement être comprise si elle n’était mise en parallèle avec la locution habituelle, ce qui montre bien que la coexistence des deux segments est précisément recherchée. Même si le premier segment n’est pas assez précis, il correspond à la forme de langue la plus courante et permet ainsi de frayer la voie vers le deuxième segment. Le processus d’accommodation, en définitive, vise moins une amélioration de la formulation qu’un défigement effectué à des fins de jeu discursif. L’accommodation qui est effectuée ici l’est donc en tant que moyen, et non en tant que fin. Elle permet de faire passer une expression forgée, autrement dit un néologisme, tout en rappelant son ancrage dans une expression existante. Avec cette reformulation, c’est donc le dire qui est prioritairement en jeu, et plus précisément la dimension méta-énonciative qui est employée à des fins rhétoriques.

49Enfin, ce sont plus précisément des considérations sur le genre des mots qui peuvent émerger lors d’un réajustement introduit par or rather :

(27)


The slightly sloping floor was dotted with workstations manned, or rather womaned, by technicians tending consoles. (A Snitch in Time, D. Moffitt, 2011, COCA)

50La reformulation met en évidence le fait que le verbe man existe en langue, tandis qu’une éventuelle contrepartie verbale au genre féminin (woman) constituerait un néologisme. Bien que ce second terme ne figure pas, en tant que verbe, dans les dictionnaires, l’énonciateur tient à l’employer au sein d’un réajustement prenant en compte la question du genre des protagonistes. Le néologisme serait ainsi plus précis que l’emploi du terme en vigueur. Néanmoins, il apparaît que l’emploi direct du néologisme, sans mention préalable de man, serait difficilement compris. L’utilisation d’un terme jugé inapproprié dans le premier segment répond donc à une stratégie discursive. De fait, l’accommodation est bel et bien ici au service d’un phénomène de jeu rhétorique.

7. Conclusion

51Au terme de ces observations, il apparaît que les reformulations peuvent être considérées comme des formes d’accommodation. L’énonciateur s’adapte, soit au registre de langue ou au « bagage » lexical des interlocuteurs (principalement dans le cas des reformulations paraphrastiques), soit aux représentations du co-énonciateur et à sa vision du réel (dans le cas des reformulations non paraphrastique). Dans ce dernier cas, l’énonciateur anticipe d’éventuels démentis, en précisant son propos. Cette adaptation à l’autre peut d’ailleurs impliquer, dans un certain nombre de cas, une meilleure coïncidence du propos avec la réalité décrite – ou, du moins, avec les représentations que l’énonciateur s’en fait. Nous avons également montré que des complexifications peuvent intervenir, avec notamment une visée didactique ou encore une finalité stylistique ou rhétorique surajoutée. L’examen du corpus, constitué de reformulations introduites par or, a également fait ressortir que cette conjonction de coordination, outre sa valeur de marquage d’altérité, peut être employée dans des configurations où elle s’accompagne d’une forte valeur intersubjective. En ce sens, la conjonction or est comparable à but, dont la dimension intersubjective a déjà montrée (cf. Sekali 1992 notamment). Toutefois, avec but, la dimension intersubjective intervient notamment au service de stratégies d’implicitation, tandis que dans le cas de or, elle est service de stratégies d’accommodation.

52Par ailleurs, l’étude a montré que la reformulation paraphrastique et la reformulation corrective présentent des points de jonction dans les cas d’emploi de certains marqueurs non spécifiques, et notamment lors de l’emploi de or. On peut basculer rapidement de l’une à l’autre reformulation, et ce sont en définitive les contenus qui sont déterminants pour l’interprétation du type d’accommodation à l’œuvre. Or, dans ce type de configuration, signale essentiellement une alternative, comprise sur un plan méta-énonciatif. Le basculement rapide de l’une à l’autre interprétation peut à première vue sembler curieux, car ces deux types de réajustements sont a priori antithétiques. Mais ce n’est qu’un paradoxe apparent. En effet :

  • lors d’une reformulation paraphrastique, la caractérisation formelle du référent est modifiée ; c’est donc une accommodation relative à la façon de dire qui est prioritairement en jeu ;

  • lors d’une reformulation non paraphrastique, le référent est cette fois recatégorisé ; c’est donc une accommodation portant sur le dit qui est effectuée.

53On comprend donc plus aisément que l’on puisse passer rapidement de l’un à l’autre mode de réajustement, et que la forme d’accommodation à l’œuvre puisse être perçue différemment selon les types de segments reliés. La conjonction or, dont la valeur est large, permet une grande latitude interprétative qui s’avère parfaitement compatible avec l’interprétation de ces deux catégories de reformulations.

  • 28 Concernant les interro-négatives et leur rôle dans l’accommodation, voir Levillain (2017).

54Enfin, il va de soi que les reformulations ne sont que des procédés parmi d’autres favorisant une accommodation inter-sujets. Des stratégies complémentaires employant des formes métalangagières (if you’ll pardon the expression, so to speak), des interro-négatives (don’t you think that…. ?)28 ou encore des constructions jouant un rôle dialogique (it is not that… it is just that…) viennent en situation de communication s’ajouter aux procédés que sont les reformulations afin de créer de véritables stratégies de coopération discursive et de négociation du sens. Au sein des divers procédés relevant de l’accommodation, ce que les reformulations montrent particulièrement bien est la dimension réflexive – car méta-énonciative – pouvant caractériser les processus d’accommodation inter-sujets.

Top of page

Bibliography

Albrespit, Jean et Christelle Lacassain-Lagoin. « L’accommodation en linguistique – propos liminaire. » Anglophonia 24 (2017). URL :
<http://journals.openedition.org/anglophonia/1096> ;
DOI : 10.4000/anglophonia.1096.

Arjun, Mukherjee and Liu Bing. “Analysis of Linguistic Style Accommodation in Online Debates.” Proceedings of COLING 2012 (2012): 1831-1846.

Authier-Revuz, Jacqueline. « Les non-coïncidences du dire et leur représentation méta-énonciative. » Lingvisticae Investigationes XVII-1, Amsterdam / Philadelphie: John Benjamins Publishing Company (1993): 239-252.

Authier-Revuz, Jacqueline. « Le fait autonymique: Langage, Langue, Discours – Quelques repères. » Actes du colloque Le fait autonymique dans les langues et les discours, Paris, 3-5-7 octobre 2000, Université de la Sorbonne Nouvelle: SYLED, 2002, 67-95.

Bakhtine, Mikhaïl. Esthétique et théorie du roman. Trad. Daria Olivier. Paris: Gallimard, [1924] 1978.

Baudry, Frédéric. Grammaire comparée des langues classiques. Paris: Librairie de L. Hachette et Cie, 1868.

Blakemore, Diane. “‘Or’-parentheticals, ‘that is’ – parentheticals and the pragmatics of reformulation.” Journal of Linguistics 43 (2007): 311-339.

Burin, Léa and Nicolas Ballier. “Accommodation in learner corpora: A case study in phonetic convergence.” Anglophonia 24 (2017). URL : <http://journals.openedition.org/anglophonia/1127> ; DOI : 10.4000/anglophonia.1127.

Cosnier, Jacques and Marie-Lise Brunel. “Empathy, micro-affects, and conversational interaction.” ISRE. Ed. N. Frijda. Storrs, CT USA, 1994.

Cotte, Pierre. Langage et linéarité. Paris: Presses universitaires du Septentrion, 1999.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 3. Domaine notionnel. Coll. l’Homme dans la Langue. Paris: Ophrys, 1999.

Filippi-Deswelle, Catherine (éd.). L’Ajustement dans la TOE d’Antoine Culioli. Coll. Épilogos, 3. Rouen: Publications électroniques de l’ERIAC, 2012.

Giles, Howard, Nikolas Coupland and Justine Coupland. “Accommodation theory : Communication, context and consequence.” In H. Giles, J. Coupland and N. Coupland (eds.), Contexts of Accommodation: Developments in Applied Sociolinguistics. New York, NY: Cambridge University Press, 1991, 1-68.

Huddleston, Rodney and Pullum Geoffrey K. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.

Le Bot, Marie-Claude, Martine Schuwer et Élisabeth Richard (éds.). La reformulation, Marqueurs linguistiques et stratégies énonciatives. Rennes: Presses Universitaires de Rennes, 2008.

Levillain, Pauline. « Stratégies d’accommodation en anglais américain: le cas de l’interro-négative. » Anglophonia 24 (2017). URL :
<http://journals.openedition.org/anglophonia/1112> ; DOI : 10.4000/anglophonia.1112.

Neveu, Franck. Lexique des notions linguistiques. Paris: Nathan, 2000.

Pennec, Blandine. “Tensions and Blurring Effects Linked to the Use of the Coordinator OR in ‘Child’s Play’ by Alice Munro.” In E. Jouve, A. Guilain and L. Talairach-Vielmas (eds.), L’acte inqualifiable ou le meurtre au féminin. Bruxelles: Peter Lang, 2016, 199-210.

Pennec, Blandine. Réajustement(s) du discours en anglais contemporain, Série Énonciation et syntaxe en discours, Collection Sciences cognitives. Londres: ISTE Éditions, 2017.

Peynaud, Caroline. « L’anaphore en THE, mode d’accommodation dans la presse généraliste et d’intérêt spécialisé des États-Unis. » Anglophonia 24 (2007). URL :
<http://journals.openedition.org/anglophonia/1106> ; DOI : 10.4000/anglophonia.1106.

Quirk, Randolph, Sidney Greenbaum, Geoffrey Leech and Jan Svartvik. A Comprehensive Grammar of the English Language. London: Longman, 1985.

Ranger, Graham. “Adjustments and readjustments: operations and markers”. In C. Filippi Deswelle (éd.), L’ajustement dans la théorie d’A. Culioli. Rouen: Publications électroniques de l’ERIAC, 2012, 39-61.

Rossari, Corinne. Les opérations de reformulation. Analyse du processus et des marques dans une perspective contrastive français-italien. Berne: Peter Lang, 1997.

Rotgé, Wilfrid et Jean-Rémi Lapaire. Réussir le commentaire grammatical de textes. 1992. Paris: Ellipses, 2004.

Roulet, Eddy. « Complétude interactive et connecteurs reformulatifs. » Cahiers de linguistique française 8 (1987): 111-140.

Rouveyrol, Laurent. « L’accommodation dans le débat politique britannique Question Time. Quelle modélisation pour quelles stratégies? » Anglophonia 24 (2017). URL :
http://journals.openedition.org/anglophonia/1099> ; DOI : 10.4000/anglophonia.1099.

de Saussure, Louis and Misha Müller. “Accommodation and Epistemic Effects: a cognitive pragmatic approach to semantic and discursive presuppositions.” Conférence prononcée lors de la journée d’étude « L’accommodation en linguistique », 2e édition, Université Bordeaux Montaigne, les 23 et 24 novembre 2017.

Schiffrin, Deborah. Discourse Markers. Cambridge: Cambridge University Press, 1987.

Sekali, Martine. « Intersubjectivité et implicite par la connexion inter-énoncés: une étude du connecteur anglais ‘but’. » In I. Perrin (éd.), Approches énonciatives de l’énoncé complexe. Groupe TELOS, Bibliothèque de l’Information Grammaticale, n° 22. Louvain / Paris: Éditions Peeters, 1992, 109-118.

Sekali, Martine. « Coordination et dynamique discursive: étude comparative des coordonnants anglais AND, OR, BUT et FOR. ». In L. Florea, C. Papahagi, L. Pop et A. Curea (éds.), Directions actuelles en linguistique du texte. Casa Cărţii de Ştiinţă: Cluj-Napoca, 2010, 235-245.

Corpus

Davies, Mark. The Corpus of Contemporary American English (COCA): 560 million words, 1990-present. 2008.
URL : < https://corpus.byu.edu/coca/ >.

Davies, Mark. BYU-BNC. (Based on the British National Corpus from Oxford University Press). 2004.
URL : < https://corpus.byu.edu/bnc/ >.

Mair, Christian and Albert Ludwigs. The Freiburg Lancaster- Oslo Bergen Corpus (‘F-LOB’) (original version). Universität Freiburg, 1999.

Top of page

Notes

1 Créé par le CNRS, le CNRTL est accessible en ligne à l’adresse suivante : < http://www.cnrtl.fr/ >.

2 Nous utiliserons par la suite le terme d’« énonciateur », afin de rendre compte des choix effectués en termes de repérages, mais employons ici le terme de « locuteur », dans la mesure où la sociolinguistique ne se donne pas pour objectif de s’intéresser aux repérages énonciatifs.

3 Albrespit et Lacassain-Lagoin (2017), résumant les caractéristiques de la théorie de l’accommodation par Giles, Coupland et Coupland, la décrivent de la sorte : « La théorie de l’accommodation linguistique prend en compte les changements et la variation interpersonnelle dans l’interaction ; c’est une théorie pluridisciplinaire qui tient compte du langage, de la communication et de la psychologie sociale ».

4 Pour une analyse de la convergence phonétique, voir Burin et Ballier (2017). Ce phénomène y est défini comme un processus de rapprochement des caractéristiques vocales de locuteurs en interaction.

5 Un exemple d’analyse des phénomènes d’accommodation discursive est fourni par Rouveyrol (2017). L’auteur s’intéresse plus précisément aux processus d’accommodation dans les débats politiques.

6 Des exemples de convergence dans le domaine de la mimo-gestuelle sont examinés par Cosnier et Brunel (1994), et sont présentés comme relevant de phénomènes d’empathie permettant de faciliter les interactions.

7 Cf. Arjun and Bing (2012).

8 Une telle caractéristique n’apparaît pas, par exemple, dans les grammaires de référence que sont celles de Quirk et al, (1985 : 932-935) ou encore Huddleston et Pullum (2002 : 1293-1304). Elle est entrevue en revanche, sans toutefois être véritablement explicitée, dans l’ouvrage de Schiffrin (1987 : 177), qui décrit un cadre participatif. Par ailleurs, l’article de Sekali (2010 : 235-245) évoque des aspects de OR qui ouvrent la possibilité de l’intersubjectivité, mais sans la mentionner en tant que telle. Selon l’auteure : « OR définit donc un mouvement prédicatif non linéaire, qui réévalue P pour ouvrir sur un choix, possible ou contraint selon les déterminations internes ». La réévaluation de P offre en effet les conditions de toute opération de reformulation et, par ce biais, de l’accommodation inter-sujets.

9 D’autres formes de réajustement (en plus des reformulations examinées ici) peuvent être envisagées, telles que des surenchères, des minorations, ou encore des formes de distanciation (cf. Pennec 2017).

10 Cf. Cotte (1999) pour une étude détaillée de cette propriété fondamentale du langage qu’est la linéarité.

11 Voir plus précisément les huitième, neuvième et dixième conférences pour ce qui concerne les distinctions entre les trois sortes d’actes, ainsi que la douzième pour la classification des actes de langage.

12 Le COCA (Davies, 2008) est un corpus d’anglais américain en ligne. Il donne également accès aux données du BNC, corpus d’anglais britannique, par l’intermédiaire du BYU-BNC (Davies, 2004).

13 Concernant le corpus FLOB (Mair and Ludwigs 1999), c’est un corpus regroupant à la fois de l’anglais britannique et américain.

14 La présence d’une forte valeur intersubjective a déjà été montrée dans le cas de la conjonction but, et notamment par Sekali (1992). Nous tenons à montrer qu’elle caractérise également la conjonction or, bien que sous une forme différente.

15 Conventions typographiques : dans les configurations présentant une reformulation, le segment source est souligné d’un trait simple, et le segment reformulé d’un trait épais.

16 De fait, l’énonciateur est également plus en harmonie avec lui-même, dans la mesure où l’énoncé présente alors une meilleure adéquation avec les représentations qu’il se fait de la réalité.

17 Chambers Dictionary of Etymology, 2004 : 732.

18 Rappelons que le niveau locutoire correspond à ce qui est dit littéralement, tandis que le niveau illocutoire correspond à l’acte réalisé par l’énoncé (en l’occurrence, par le biais de l’exemple 4, il s’agit d’exhorter le co-énonciateur à l’action).

19 On notera toutefois que, si une telle distinction est pertinente du point de vue théorique, les niveaux micro- et macro-discursifs s’articulent toutefois souvent dans la pratique, du moins en contexte conversationnel. C’est notamment ce que montre l’étude de Rouveyrol (2017) précitée. Fondant son étude sur le concept de rapport de place, l’auteur fournit une analyse englobant processus d’accommodation micro- et macro-discursifs, par le biais de la notion de « mises en scènes énonciatives ». Il analyse par ce biais comment les différents locuteurs s’impliquent dans leurs interventions.

20 Une perspective similaire d’étude de l’accommodation dans un contexte non conversationnel a été menée par Peynaud (2017). L’auteure examine en effet les stratégies d’accommodation dans la presse généraliste et spécialisée. L’étude montre par quels moyens les journalistes adaptent leurs productions à leurs lecteurs.

21 Le concept de dialogisme sera développé dans la suite de cette étude.

22 L’accommodation inter-sujets peut concerner des interlocuteurs physiquement présents, mais aussi relever de l’adaptation à un lecteur. En effet, même dans ce deuxième cas, on peut anticiper certaines difficultés interprétatives et chercher à les compenser.

23 Selon Neveu (2000 : 100), « la notion de saillance est employée en sémantique du discours pour décrire le statut de centralité de certains référents dans la conscience de l’énonciateur. Un référent est saillant s’il s’impose à l’attention ».

24 Rappelons que le co-énonciateur constitue une représentation abstraite de l’interlocuteur ou du lecteur. Il est ainsi pris en compte dès la formation de l’énoncé.

25 La notion d’accommodation interprétative est également employée par de Saussure et Müller (2017), et notamment dans le champ du traitement des présupposés et inférences. Quel que soit le domaine d’application, l’accommodation interprétative désigne l’adaptation nécessaire – en termes de calcul interprétatif – de la part du co-énonciateur.

26 La réélaboration peut être considérée comme un cas particulier du réajustement. En effet, un réajustement peut prendre la forme d’une précision, d’une nuance, d’une rectification locale ou encore d’une réélaboration plus ou moins importante du contenu.

27 Pour une analyse des stratégies énonciatives et narratives à l’œuvre dans cette nouvelle, en lien avec l’emploi du coordonnant or, voir Pennec (2016).

28 Concernant les interro-négatives et leur rôle dans l’accommodation, voir Levillain (2017).

Top of page

List of illustrations

Title Représentation des différents champs dans lesquels la notion d’accommodation peut être appliquée
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/1537/img-1.png
File image/png, 30k
Top of page

References

Electronic reference

Blandine Pennec, Phénomènes d’accommodation inter-sujets : le cas des reformulations introduites par OR Anglophonia [Online], 25 | 2018, Online since 01 June 2018, connection on 23 January 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/1537; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.1537

Top of page

About the author

Blandine Pennec

Université Toulouse II – Jean Jaurès
Équipe de recherche Cultures Anglo-Saxonnes, EA 801
blandine.pennec@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search