Skip to navigation – Site map

Foliage est-il à leaves ce que jewellery est à jewels ? Etude de rapports entre dénombrables au pluriel et indénombrables singuliers

Laure Gardelle

Abstracts

Existing research on the nouns that denote pluralities of units has isolated a category of nouns that denote heterogeneous aggregates (such as jewellery or furniture). The present paper seeks to establish whether the category of “aggregates” should be extended to nouns such as foliage, which are not mentioned in studies. Like jewellery or furniture, they only have non-count uses; but they do not apply to heterogeneous units, and are therefore not hyperonymic (at least in their central sense).
The study concludes that hetereogeneity is not a defining feature of aggregate nouns, and that nouns of the foliage type should be included. Like the other non-count nouns studied here, they construe the units as parts of a whole (unlike the “groupings” denoted by N + ‑s, in which reduplicated units can be compared and differentiated within the set, and allow access to their parts). They also differ from collective nouns, which are count nouns, in that a distributive property cannot be ascribed to the set (heart-shaped foliage / jewellery, for instance, has to describe the shape of the individual leaves or jewels). Like the nouns that denote aggregates of heterogeneous units, nouns of the foliage type exist because they foreground the common function of the units, to the detriment of their individuality.
Foliage type nouns differ from nouns that denote heterogeneous aggregates in one major respect, beyond the lack of heterogeneity: the units are construed as being fixed on a support (typically a branch, or branches, for foliage). This explains why a piece of foliage may not denote a leaf, where a piece of jewellery typically refers to a jewel. But the study concludes that this feature does not exclude foliage nouns from the category of aggregate nouns; similarly, collective nouns exhibit a broad range of variations in their behaviour and conceptualisation.

Top of page

Full text

  • 1 Le trait /indénombrable/ n’est souvent pas inhérent au nom ; il est bien établi que de nombreux nom (...)
  • 2 Cette identification n’est pas systématique. Quirk et al. (1985), par exemple, n’étudient pas ces n (...)

1Au sein des noms qui fonctionnent en indénombrable singulier,1 les grammaires et recherches linguistiques identifient régulièrement2 une catégorie, illustrée typiquement par jewellery ou furniture : celle des noms qui dénotent une pluralité d’unités. Wierzbicka (1988 : 543) nomme ces pluralités « supercatégories collectives », Huddleston & Pullum (2002 : 336) « agrégats hétérogènes », Downing (2014 : 367) « entités conceptualisées comme des agrégats ». Le fonctionnement indénombrable des noms qui les désignent est expliqué (lorsqu’il fait l’objet d’une explication) par l’hétérogénéité des entités dans la conceptualisation même de la notion : ces pluralités ne peuvent être dénombrées parce qu’on ne peut compter que des entités conceptualisées comme étant de même genre (ibid., Wierzbicka 1985 : 543). En cela, ces noms diffèrent de termes dénombrables au pluriel, ainsi jewels ou items (of furniture) : pour ces noms, la notion place à un niveau d’abstraction qui permet de concevoir une homogénéité de genre. Comme on le voit, la conceptualisation des pluralités d’unités comporte une part de subjectivité.

2Cette attention portée aux agrégats hétérogènes a cependant conduit à passer sous silence un cas tel que foliage. L’OED (2018) met en avant la pluralité, comme pour jewellery : “the leaves (of a plant or tree) collectively” – de même, pour jewellery, la définition inclut “jewels collectively”. En revanche, il n’y a pas hétérogénéité. En ce sens, foliage n’est pas hyperonymique, à la différence de jewellery, comme le montrent les tests suivants :

1) recherche d’hyponymes:

(a)

jewellery= necklaces and rings and bracelets and brooches [etc.] 

(b)

foliage = leaves *and...

2) acceptabilité de and other N, test cité pour déterminer le statut d’hyponyme du nom de gauche (exemples (a) et (b) ci-dessous). Ce test est habituellement proposé pour des noms dénombrables (ex. Croft & Cruse 1984 : 141), mais il peut être étendu ici aux « quasi-relations » (terme de Lyons 1977 : 316, repris par Cruse 1986 : 149), c’est-à-dire lorsque l’hyponyme est dénombrable et le nom hyperonymique indénombrable – cette différence de fonctionnement étant fréquente, comme souligné par Cruse (1986), dans les hiérarchies taxonomiques. Arigne (2005 : 28-29) note déjà cette possibilité à propos de tackle (ex. flies, rods and other tackle) :

(a)

wedding bangles and other jewellery (Millam 2002, Google Books).

(b)



*leaves and other foliage. Une recherche dans Google Books fait seulement apparaître cette séquence lorsque leaves est lui-même modifié par un élément classifiant, ainsi vine-leaves and other foliage (Lysons 1822, Google Books) ; et même là, elle reste extrêmement rare (cinq occurrences pertinentes).

3L’objectif de cette étude est de comprendre quel est le rapport entre foliage et leaves, afin de permettre de classer foliage au sein des noms indénombrables singuliers qui dénotent une pluralité. Cette question conduit notamment à réexaminer la notion d’hétérogénéité au sein des indénombrables de type jewellery ou furniture. En effet, lorsque l’on considère leur morphologie, force est de constater que jewellery et furniture sont emblématiques de deux procédés de formation très différents. Furniture est dérivé du verbe furnish et peut donc se gloser comme « whatever furnishes (a place) » ; il inscrit dans sa morphologie une hétérogénéité fondamentale. Jewellery, en revanche, enregistre un lien avec la base jewel ; la glose est proche de 1b : à première vue, jewellery = jewels, comme foliage = leaves. D’ailleurs, dans la langue d’emprunt, le français, feuillage est morphologiquement dérivé du nom feuille(s), et en anglais, foliage a connu une forme de concurrence nativisée avec leafage, aujourd’hui obsolète, mais qui marquait le lien à leaf. Par conséquent, la question posée par cette étude est la suivante : foliage, jewellery et furniture font-ils partie de la même sous-catégorie d’indénombrables, celle des « agrégats » (l’hétérogénéité, et donc l’hyperonymie, n’étant qu’un accident) ? Ou bien foliage doit-il relever plutôt d’une sous-catégorie différente au sein des noms qui dénotent des pluralités d’unités ?

4Les études sur le français, langue source de foliage, n’apportent guère de réponse : les noms de type feuillage ne sont pas, à notre connaissance, comparés aux indénombrables à référence hétérogène (ex. mobilier). Le concept d’« agrégat » n’étant pas utilisé dans les recherches sur le français, feuillage est considéré comme un nom collectif par Lammert (2010 : 470) et Lehmann et al. (2013), et comme un nom à référence collective par Aliquot-Suengas (2003). Les typologies sont soit morphologiques (Aliquot-Suengas 2003 : feuillage fait partie des mots en –age), soit syntaxico-sémantiques : Lammert (2010 : 470-474) classe feuillage parmi les « noms collectifs de regroupement spatial », aux côtés par exemple de essaim ou archipel, tandis que mobilier ou bijouterie font partie des « noms collectifs massifs » – les autres sous-classes sont les « noms collectifs de regroupement fonctionnel » (ex. clientèle, liste), ceux de « regroupement social » (réservés à des humains, ex. foule, vermine) et les « noms collectifs lexicalement non déterminés » (ex. assortiment). Ces mêmes études indiquent que le suffixe -age permet parfois de former des noms qui désignent des ensembles (ainsi feuillage ou outillage), mais pas seulement (ainsi les noms déverbaux, comme bronzage, ou certains dénominaux tels que rayonnage – Aliquot-Suengas 2003 : 36, Lehmann et al. 2013).

5Afin d’apporter une réponse aux questions posées plus haut, la présente étude s’appuie donc sur un corpus dont la première section de cet article détaille la composition. Les points communs à tous ces noms, puis les différences, sont ensuite examinés tour à tour.

1. Présentation des données

6Les analyses s’appuient sur 15 noms indénombrables singuliers qui dénotent des pluralités d’inanimés. Certes, l’indénombrable singulier existe aussi, très rarement, pour l’humain : readership, viewership. Mais ces deux noms ont été exclus car leur fonctionnement est potentiellement différent : ils ne se glosent pas, dans une partie de leur sens principal, comme « pluralité de lecteurs / téléspectateurs », mais comme le nombre de lecteurs / téléspectateurs – ainsi newspapers increased their readership / that time of the day when television viewership is at its peak. De même, l’indénombrable concerne quelques noms de pluralités d’animaux (wildlife, fauna), mais ils ont eux aussi été exclus de l’étude. Fauna, comme crew ou police, connaît outre ses emplois indénombrables singuliers des usages pluriels (Gardelle 2016a), par processus de coercition sémantique, et est donc à rapprocher des études sur l’humain ; quant à wildlife, il procède par métonymie (de la vie, life, aux animaux porteurs de vie), et correspond donc lui aussi à un processus de conceptualisation différent.

7Les noms retenus pour l’étude ont été collectés dans divers ouvrages (Huddleston & Pullum 2002 ; Gardelle 2014, qui recense également les noms mentionnés dans un certain nombre d’études existantes), dans l’OED (2018) grâce aux entrées consacrées aux suffixes, et dans Google Books (occurrences rencontrées à l’occasion de recherches sur des noms déjà collectés). Comme indiqué dans l’introduction, les noms d’agrégats dits hétérogènes peuvent être répartis en deux groupes selon leur morphologie (1 et 2 ci-dessous) ; la troisième catégorie recense les noms de type foliage :

(1)

Noms d’agrégats formés à partir d’un nom d’unité qui dénote un membre de l’agrégat (appelés dans la suite de cette étude « noms de type jewellery »)

Nom d’unité

Nom d’agrégat

-ry/-ery

jewel

jewel(le)ry (rq : l’OED 2018 note une possible double dérivation, à partir de jewel et à partir de jeweller)

machine

machinery (rq : le nom s’applique aussi à des pièces de machines)

weapon

weaponry

-age

bag

baggage (rq : n’est plus nécessairement que des bags)

sign

signage

-ware

gift

giftware

  • Les noms pewage, dérivé de pew, et quayage (de quay), n’ont pas pu être retenus, car bien qu’ils soient signalés dans l’OED (2018), ils ne font l’objet d’aucune occurrence dans Google Books ni dans le COCA ou le BYU-BNC (Davies 2008- ). De même, cellarage (de cellar) a été écarté parce que les résultats étaient trop peu nombreux.

  • Le nom lingerie n’a pas été retenu. Formé de linge + -erie en français, il peut être assimilé aux noms en ‑ery, mais il n’a pas de nom d’unité dérivant.

(2)

Noms d’agrégat non dérivés d’un nom d’unité qui dénote un membre de l’agrégat (appelés dans la suite de cette étude « noms de type furniture »)

Mot dérivant

Nom d’agrégat

Nom dérivé d’un verbe

furnish

furniture

clothe

clothing (rq : clothes existe par ailleurs)

cook

cookware

equip

equipment

lug

luggage

Nom dérivé d’un nom de domaine

bed

bedding

foot

footwear

8La liste est en réalité bien plus longue, car les termes en -wear et -ware sont légion ; on en a recensé 12 pour le premier, 21 pour le second. Certains relèvent d’un lexique trop spécialisé pour pouvoir leur appliquer les tests qui seront menés plus bas (ainsi spatterware) ; les autres fonctionnent de la même manière que cookware et footwear, qui ont donc été retenus comme représentants de ces composés.

(3)

Noms de pluralité empruntés au français sans le nom d’unité correspondant (« noms de type foliage »)

Nom de l’unité

Nom de la pluralité

leaf

foliage

feather

plumage

9Ces deux noms sont empruntés au français, et dans la langue source, le nom de la pluralité est dérivé du nom d’unité : feuille, plume. Le lien morphologique à l’unité n’est pas totalement perdu, semble-t-il, même dans la langue d’arrivée : plume existe, bien qu’il soit aujourd’hui plutôt réservé aux plumes qui servent d’ornement, tandis que foli- sert de base à un certain nombre de termes (savants toutefois) relatifs aux feuilles : foliar, foliation, foliate, foliole par exemple.

10Pour chacun des noms de ces trois tableaux, un certain nombre de tests, présentés ci-après, ont été menés sur Google Books ; seuls ont été pris en compte les auteurs dont le nom était de consonance anglophone et la maison d’édition en pays anglophone (plus spécifiquement Grande-Bretagne, Etats-Unis, Irlande, Australie et Nouvelle-Zélande), même si ces choix sont un peu arbitraires. Si Google Books a été choisi, bien qu’il ne soit pas équilibré comme le serait un corpus électronique, c’est parce qu’il compte des livres de nombreux domaines, de la fiction aux ouvrages de spécialité. Des recherches ponctuelles de collocations ont par ailleurs été menées en complément dans le COCA et le BYU-BNC, afin de voir si apparaissaient par exemple des préférences.

2. Points communs à tous les indénombrables étudiés ici

2.1. Forme de cohésion des unités : des noms d’« agrégats »

11Parce qu’ils dénotent des pluralités, tous ces noms admettent des prédicats collectifs, c’est-à-dire qui ne s’appliquent pas individuellement à chacune des unités ; ainsi fill [...] en (4) et (5) :

(4)

(McCauley 2014, Google Books) The Tsarina’s jewellery filled ten suitcases.

(5)

(Anthony et al. 2010, Google Books) Beyond the sand, dense foliage filled a valley that climbed steeply westward into the heights.

Ceci vaut plus largement pour tout GN qui dénote une pluralité, y compris les énumérations et les groupes nominaux dont la tête est un nom dénombrable au pluriel, ainsi en (6). C’est ce qu’Acquaviva (2008: 104) nomme le principe de « cohésion », défini ainsi : “the property of being related together.”

(6)

(Erickson 2015, Google Books) Once more the leaves filled his vision, dancing in strange patterns before fading away to reveal a new scene.

12La cohésion est cependant plus grande avec les noms indénombrables singuliers étudiés ici qu’avec les noms dénombrables au pluriel (N+‑s). En d’autres termes, les frontières individuelles sont mises au second plan, au profit d’une conceptualisation plus homogène. C’est ce qui apparaît lorsque l’on considère la combinatoire possessif + nom d’une partie de l’unité. Avec N+‑s (ex. leaves, jewels), l’unité (leaf, jewel) peut servir de repère pour identifier une partie ; il y a donc accès à l’individualité de chaque unité :

(7)

(Herman 2015, Google Books) Pluck leaves from their stems, and use them whole or tear them into pieces—no chopping necessary.

(8)

(Karon 2001, Google Books) couldn’t those same jewels have been taken from their mountings, to prevent a link to the museum theft ?

  • 3 « Plus d’1 » est du moins la signification prototypique du pluriel externe ajouté à un nom d’unité. (...)

13Cette possibilité d’accéder aux parties des unités par un SN à déterminant possessif suggère que l’ensemble dénoté par leaves ou jewels ne forme pas un tout qui serait le niveau de référence, et dont les feuilles ne seraient que des parties. Ce sont les feuilles / les bijoux qui sont le niveau de référence, raison pour laquelle il est possible d’avoir accès à leurs propres parties. Cette conceptualisation est très cohérente avec la formation du mot : leaf / jewel (au niveau notionnel) + « plus d’1 »3 (pluriel, ajouté en discours).

  • 4 Avec une structure en of, on trouve de rarissimes occurrences de noms de parties d’unités, ainsi th (...)

14La substitution par foliage ou jewellery, en revanche, serait impossible: *Pluck (the) foliage from its stems,??the jewellery could have been taken from its mountings. On aurait en effet le sentiment d’une appartenance à l’ensemble – les tiges du feuillage, et non les tiges des feuilles qui forment le feuillage ; pour jewellery, les montures sembleraient former un seul grand bijou.4 De même, on ne peut plus compter les feuilles, bien qu’il n’y ait pas hétérogénéité ; on parle donc de four-leafed clover et non de *four-foliaged clover. Cette conceptualisation est liée au trait /indénombrable/ : comme le décrit Langacker, là où le pluriel (ex. leaves) rend saillante la réduplication d’unités, l’indénombrable singulier met en avant le caractère « continu » (on pourrait dire également, en ce sens, « homogène ») du référent :

(9)




(Langacker 1991: 78) [a plural] profiles a mass that we can think of as being formed by replicating indefinitely many times a discrete entity that we are accustomed to dealing with individually. […] [the non-plural mass noun] de-emphasizes this aspect of its composition and focuses instead on the sense in which it can be regarded as continuous.

  • 5 Lammert (2014 : 94) parvient à la même conclusion, pour le français, à propos du nom mobilier : des (...)

15Cette remarque vient donc confirmer qu’avec foliage, les feuilles ne sont plus les unités de référence comme elles l’étaient avec leaves ; elles sont conceptualisées elles-mêmes comme les parties d’un tout plus grand.5 Si un nom de partie d’unité est impossible avec un déterminant possessif renvoyant à l’ensemble (cf. its stems, its mountings), c’est parce qu’une tige, par exemple, a pour domaine fonctionnel la feuille, et non le feuillage en général – de même, comme l’a montré Cruse (1986 : 166), une poignée se définit par rapport à une porte, et non par rapport à la maison en général, si bien que the door handles ne permet pas *the house handles ni *the handles of the house. La même analyse s’applique à tous les noms étudiés ici.

16Malgré cette cohésion plus grande de la pluralité, les indénombrables singuliers ne créent pas une conceptualisation du tout indépendante de celle des unités. C’est là une grande différence avec les noms collectifs dénombrables (ainsi collection, herd) ; elle apparaît de manière évidente avec les adjectifs qui dénotent une qualité pouvant s’appliquer de manière distributive, tels que big. Avec un dénombrable collectif, un certain nombre de ces adjectifs s’applique obligatoirement au tout ; ainsi, a big collection (of stamps) indique la grande taille de la collection, sans rien dire de la taille des timbres. Le tout collectif fait donc l’objet d’une conceptualisation propre, indépendamment du niveau des unités. Avec les indénombrables, à l’inverse, toute propriété pouvant être attribuée de manière distributive doit s’appliquer seulement aux unités, même lorsque le nom se trouve dans un GN défini. Ceci vaut aussi pour foliage : bien que les arbustes puissent être taillés en forme de carré, de cœur, etc., une recherche fouillée dans tout Google montre que heart-shaped foliage ne peut dénoter que la forme de cœur des feuilles individuelles, comme en (10). Il est par conséquent possible de lui substituer heart-shaped leaves. Heart-shaped jewellery donne le même résultat : il s’agit nécessairement de la forme de chaque bijou. Ou encore, square-shaped foliage ne peut s’appliquer qu’à des feuilles elles-mêmes assez carrées de forme ; cette collocation est donc très rare.

(10)


(Mollison 1877, Google Books) I will also add several very desirable greenhouse plants […]: they have heart-shaped foliage and lovely bell-shaped flowers.

Ces différences de conceptualisation sont directement dues à la grammaire de ces noms. N+‑s fait du pluriel un ajout en discours ; le nom, c’est-à-dire la source de la catégorisation, n’est pas lui-même pluriel au niveau notionnel. Le trait /indénombrable/, lui, marque l’absence de bornage ; lorsque le nom se trouve dans un groupe nominal défini (ainsi the foliage on this tree), le bornage est apporté en discours, mais pas sur le plan notionnel. A l’inverse, le trait /dénombrable/ du collectif permet de borner la pluralité sur le plan notionnel, indépendamment du contexte discursif.

17En conclusion sur la notion de cohésion, les indénombrables singuliers, qu’ils soient de type jewellery, furniture ou foliage, se situent d’un point de vue conceptuel entre les GN à nom dénombrable au pluriel (N+‑s) et les noms collectifs (dénombrables). Toutes ces pluralités ont en commun d’impliquer une forme de cohésion entre les unités, parce qu’elles sont regroupées au sein d’une même catégorie, dite par le nom ; des prédicats non distributifs sont donc possibles, qu’il s’agisse de prédicats verbaux ou d’adjectifs (dense, abundant par exemple). Mais au-delà de cette caractéristique commune :

  • avec les N+‑s (cf. leaves, jewels), l’unité de référence est l’unité (leaf, jewel), rédupliquée pour former la pluralité. Il est par conséquent possible d’accéder aux parties de ces unités par un SN à déterminant possessif (their stems, their mountings). Notons que de même, il est possible de différencier les unités au sein de la pluralité : these jewels are all different. On propose de dénommer ce type de pluralité un « regroupement ». Le terme de « somme » est parfois utilisé (ex. Link 2002 [1983] : 129), mais il ne nous paraît pas le plus adéquat parce qu’il s’appliquerait aussi, et même plus centralement, aux cas de coordination en and (cf. leaf A, leaf B [etc.] and leaf L).

  • avec les noms indénombrables singuliers (cf. jewellery, furniture, foliage), les unités sont indifférenciées (on ne peut plus indiquer de différences au sein de l’ensemble via le prédicat is different) et deviennent des parties d’un ensemble plus grand ; mais celui-ci ne fait pas l’objet d’une conceptualisation propre complète, puisque si une propriété peut s’appliquer aux parties (aux unités), elle le doit. Il s’agit en ce sens d’« agrégats », hétérogènes (type jewellery, furniture) ou non (foliage, plumage).

  • avec les noms dénombrables (cf. collection, herd), le tout peut faire l’objet d’une conceptualisation propre lorsqu’est attribuée une propriété pouvant s’appliquer de manière distributive. Il n’y a alors pas transmission aux unités, qui relèvent d’un autre niveau de conceptualisation. On propose de nommer ces pluralités des « touts collectifs ». Selon les noms, il existe des degrés de « perméabilité » plus ou moins grands : an old audience, par exemple, évoque l’âge des membres du public, là où an old club indique l’âge du club, et ne dit rien de celui des membres (Joosten et al. 2007). Mais il existe toujours des qualités distributives qui s’appliquent uniquement au tout ; ainsi, a big audience ne dénote pas la corpulence des membres, mais la taille du tout formé par les membres.

18La différence de bornage liée aux traits /dénombrable/ et /indénombrable/ a également des conséquences sur l’extension des noms ; c’est ce que l’on examine à présent.

2.2. Un nom indénombrable d’extension en partie différente du nom d’unité au pluriel

19Lorsqu’un nom d’unité morphologiquement relié au nom indénombrable existe (types jewellery et foliage), une recherche dans Google Books montre qu’il est toujours possible d’avoir la collocation « [N+‑s] and [N indénombrable] », dans cet ordre uniquement ; ainsi jewels and jewel(le)ry, weapons and weaponry, leaves and foliage, feathers and plumage, etc. Il faut en conclure que N+‑s et nom d’agrégat ne désignent pas tout à fait la même réalité, et que le second est d’extension plus large que le premier – la séquence peut se gloser par « [N+‑s] and more generally [N indénombrable] ». Cette différence a été notée à propos de clothes and clothing (Gardelle 2016b : 357) : tandis que clothes (indénombrable, à la différence de leaves ou jewels, mais pluriel lui aussi) désigne spécifiquement les vêtements, clothing inclut cela, mais s’étend également dans deux directions : des réalités peut-être moins centralement qualifiées de clothes (ainsi des jambières), et le domaine (rendant alors « clothes » inapproprié), ainsi en (11) :

(11)





(Elliott 2004, Google Books) Clothing laws in the 1440s forbade people to dress like those considered more important than them. For example, apprentices in England who worked for expert craftspeople, called masters, could not dress like the masters. Townswomen in Florence, Italy could not wear striped gowns or fabrics embroidered with gold and silver because they might be mistaken for noblewomen.

20Comme le montre cet extrait, il ne s’agit pas seulement de vêtements, mais de tout ce qui est relatif à l’habillement (au fait et à la manière de s’habiller), par exemple à ce que l’on a le droit de porter. Cette différence de conceptualisation est liée à la contribution opérationnelle du suffixe ‑ing : déverbal, il forme à l’origine des noms d’action, si bien qu’il reste en arrière-plan dans clothing l’action de s’habiller. Il est à noter que clothing n’est pas pour autant un (quasi‑)hyperonyme de clothes (*clothes and other clothing, *clothes and other items of clothing) ; il permet simplement une extension, des vêtements (qu’il est très souvent utilisé pour désigner, comme clothes) à d’autres aspects de l’habillement. Par ailleurs, comme noté par Wierzbicka (1988 : 543, extrait (12) ci-dessous), l’indénombrable met l’accent sur la diversité de nature des unités (« thought of as different kinds »), réunies seulement sur la base de leur fonctionnalité commune (« unity of purpose » : servir d’habillement) :

(12)



(Wierzbicka 1988: 543) […] to subsume spoons, knives and forks under one heading (cutlery) does not mean to think of them as one kind of thing; it means to think of them as of things of different kinds which can be used jointly for a similar purpose.

21De telles différences de conceptualisation et d’extension se retrouvent pour les autres indénombrables singuliers qui ont un nom d’unité morphologiquement relié, quel que soit le suffixe. Ainsi, les noms en ‑(e)ry peuvent désigner les marchandises produites par tel corps de métier, mais aussi l’art, le travail de celui qui les produit (OED 2018, entrée « -ery suffix ») ; on le voit avec jewellery, puisque l’ouvrage A History of Jewellery de Evans (1970) s’ouvre sur cette phrase :

(13)

(Evans 1970, Google Books) Jewellery is one of the oldest of the decorative arts.

22Par l’absence de bornage associé au fonctionnement indénombrable du nom, jewellery permet par ailleurs de désigner des réalités plus complexes que des bijoux, ainsi une ceinture de chevalier (hip belt), qualifiée de « piece of jewellery » par Oakeshott (1996 [1960] : 289) mais difficile, semble-t-il, à qualifier de jewel. Quant à machinery ou weaponry, l’OED (2018) indique un processus d’imitation des noms de type jewellery, pour créer une sorte de collectif, à la manière de stuff ou ware. On obtient de là une extension à « ce qui est relatif aux machines / armes ». Machinery s’applique ainsi non seulement à des machines, mais aussi à des pièces détachées (OED 2018, entrée machinery), et à tout système de rouages, etc., là où machine semble préféré pour un appareil complet terminé et bien délimité. C’est ce que confirment les résultats d’une recherche dans Google Images de machine et machinery (mai 2018). Pour weaponry, c’est à l’art de manier les armes, ou encore au secteur, qu’il y a eu extension (ainsi advances in weaponry, developments in weaponry, qui ne permettent pas de substituer *in weapons).

  • 6 De même, cellarage, très rare, permet de ne pas se restreindre à une pièce qualifiable de cave, tou (...)

23Quant au suffixe ‑age, il est lui aussi généralisant. L’OED (2018) le définit ainsi : « Forming nouns denoting something belonging or functionally related to what is denoted by the first element (and sometimes denoting the whole of a functional apparatus collectively) ». Signage inclut non seulement les panneaux, mais toute forme de signalisation et d’affichage, ainsi les adhésifs pour camionnettes d’artisans. Parce que l’indénombrable relègue au second plan les frontières individuelles des unités, il semble également très adapté à des panneaux présents en réseau. Baggage, quant à lui, a connu une extension telle qu’il ne concerne plus seulement des bags, mais inclut les valises et autres bagages.6

24Enfin, dans le composé giftware, ware signale des marchandises (« Articles of merchandise or manufacture », OED 2018), et pourrait donc sembler redondant avec gift ; mais la collocation « gifts and giftware » est particulièrement fréquente sur les sites de vente, et le procédé de généralisation à l’œuvre par l’indénombrable est identique : « gifts and giftware », ce sont les gifts en tant que tel, et plus généralement tout ce qui peut s’offrir, tout ce qui peut servir de gift.

  • 7 Il faut également, semble-t-il, que la forme générale formée par la pluralité soit prototypiquement (...)

25Qu’en est-il alors pour foliage et plumage, pour lesquels un nom d’unité existe (leaf, feather), mais sans lien morphologique ? Là encore, comme on l’a dit, les collocations leaves and foliage et, plus rarement, feathers and plumage, existent, et l’on peut ajouter more generally devant l’indénombrable. Mais la généralisation ne s’effectue pas de la même manière, parce que foliage ne dénote pas juste une pluralité de feuilles : il s’agit de feuilles fixées à un ou des support(s) – centralement des branches ou des tiges de fleurs, parfois des bases de plantes qui poussent au ras du sol (ainsi grass foliage, puisque l’on a des leaves of grass).7 De même, plumage ne dénote pas simplement une pluralité de plumes, mais des plumes sur le corps d’un ou plusieurs oiseau(x). La contrainte est la même pour les noms français feuillage et plumage. Concentrons-nous sur le cas de foliage. La conséquence est la suivante : tandis que pour tous jewels, on peut parler de jewellery, pour tous leaves, on ne peut pas parler de foliage. Set of leaves s’emploie d’ailleurs surtout pour des feuilles détachées, des feuilles mortes par exemple, présentes dans le même espace ; ainsi en (14) :

(14)




(Newman 2008, Google Books) The wind was soft and gentle, and the leaves in its grip, empowered by the autumn wind, beat against the side panels of the house with a lightness and pleasance. Another set of leaves flew up toward the house, but this time, a window on this house opened unexpectedly.

Avec foliage employé pour le feuillage d’arbres, c’est bien la branche (et non l’arbre) qui constitue l’unité fonctionnelle de rattachement : même lorsque la branche est détachée de l’arbre, on peut toujours parler de foliage (mais pas pour des feuilles détachées de leur branche), par exemple pour composer des bouquets, comme en (15) :

(15)


(Taylor 2016) When arranging, she suggests placing the foliage in before the flowers: “It’s the filler and by putting it in first you get a sense of how big the arrangement will be at the end.” 

En quoi consiste alors la généralisation visible dans la séquence leaves and foliage ? Il s’agit principalement d’un changement d’échelle, d’abstraction des feuilles individuelles. Ainsi dans l’énoncé (16):

(16)




(Becker 2003, Google Books) [ouvrage d’arts créatifs pour réaliser des courtepointes] When making garden quilts, our urge is to include an overabundance of flowers and not enough leaves or foliage. Next time you are standing in a garden, look around and actually study the ratio of leaves and foliage to the number of flowers. You’ll be surprised !

26Avec leaves, l’énonciatrice évoque des feuilles individuelles, suffisamment isolables à la perception, donc probablement plutôt en premier plan, qui se détachent du fond. Foliage, lui, paraît plutôt s’appliquer au fond, à la masse de feuilles fixées à leur support, donnant potentiellement plus de visibilité à ces supports. C’est ce que suggère également la définition de foliage dans le Merriam Webster (2018), qui propose en sens 3. a cluster of leaves, flowers, and branches – *flowers are foliage ou *branches are foliage sont pour autant impossibles car la réalité désignée par foliage est toujours celle de feuilles fixées à leur support. Leaves and foliage peut donc se gloser par « les feuilles individuelles, et le feuillage dans son ensemble ». Il est à noter que pour les fleurs, l’anglais ne dispose pas de terme indénombrable correspondant (flowerage, parce qu’il est dérivé du verbe flower, dénote la floraison).

Cette différence de conceptualisation entre les paires foliage/leaf(leaves) ou plumage/feather(s) et les autres paires du corpus est la source de divergences complémentaires, que l’on étudie à présent.

3. Les différences conceptuelles entre foliage ou plumage et les autres indénombrables singuliers

3.1. Dénombrement et individualisation : différences d’acceptabilité de item/piece of

27Parce que les indénombrables de type jewellery ne sont pas l’équivalent intensionnel du N+‑s (jewels), pour individualiser (compter, parler d’un seul élément), il est possible pour tous ces noms d’utiliser le dénombreur item(s) ou piece(s) of en conservant l’indénombrable. En d’autres termes, le SN obtenu (ex. an item of jewellery) n’est probablement pas strictement redondant avec le nom dénombrable d’unité (ex. a jewel), puisque les deux existent. Par exemple, en (17):

(17)






(Cattell & Hawkins 2000, Google Books) Unlike most of the other metal trades, such as the brass industry, where factories were often located near good transport routes and spread throughout Birmingham, the workshops of the jewellery trade tended to cluster together to form a specific quarter. This was because the production of an item of jewellery, such as a necklace, from beginning to end might involve numerous processes carried out in the workshops of different firms […]

28Parce que the jewellery trade a nommé le secteur dont il est question, ce sont logiquement les productions du secteur qui sont le mode de conceptualisation retenu. Le discours extrêmement générique, qui traite des tendances récurrentes, invite à ce point de vue. D’ailleurs, une recherche dans Google Books ne donne à l’inverse quasiment aucun résultat pour un contexte plus spécifique comme her ou your item(s) of jewel(le)ry.

29Au contraire, foliage et plumage n’admettent pas ces dénombreurs pour désigner une feuille ou une plume. Item est peut-être incompatible parce qu’il est utilisé surtout pour des éléments fabriqués par l’homme (même si l’OED ne précise pas cette restriction). Quant à piece(s) of foliage, il a été rencontré soit en art floral, pour des feuilles fixées sur un bout de branche (cf. 18), soit très occasionnellement pour un morceau de feuille (transporté par une fourmi, par exemple). Ceci confirme que foliage dénote « des feuilles fixées à une ou des branche(s) », et pas juste des feuilles.

(18)


(Lanker 2007, Google Books) Establish a central vertical axis by placing a piece of foliage centered near the back edge of the container. The height of this stem should be slightly lower than the desired finished design height.

30Plumage, lui, n’a pas été rencontré avec piece ; il semble en effet que le plumage formant une surface continue, homogène, avec la peau de l’oiseau dessous qui sert de support, piece of plumage désignerait un morceau découpé dans la peau de l’animal, avec les plumes dessus. Ceci ne fait guère l’objet de discours.

3.2. De la pluralité à la surface homogène

31Le plumage, on l’a vu, est aisément conceptualisé comme une surface homogène (plutôt qu’une simple pluralité de plumes fixées ensemble), en raison de la peau qui sert de support. Cette conceptualisation existe également pour le feuillage. C’est ce que fait apparaître la métaphore du manteau, comme en (19) ; dans ce cas, leaves serait étrange :

(19)


(Smith 2008, Google Books) That night we camped in a grove of masasa trees, clad in their outlandish spring foliage which has the colours of no other tree on earth – pinks, soft shiny beige, and flaming reds.

  • 8 On lit par exemple : “The oaks are extremely variable in their appearance, according to circumstanc (...)

32Cette métaphore n’est pas rare dans le discours poétique,8 et reflète la perception « continue », homogène, que l’on peut avoir du feuillage lorsqu’on se tient un peu à distance. C’est pourquoi, de même, leaves serait peu approprié en (20), qui décrit des spectateurs venus voir de vastes étendues de paysage, alors qu’il convient à (21) (même si foliage aurait été possible également), qui présente le point de vue d’une personne dans son jardin, à quelques pas de ses plantations :

(20)



(Pittman 2001, Google Books) You hear about the unparalleled beauty of the autumnal landscape in upstate New York and New England, and like thousands of New Yorkers, people make the trek to catch the fall foliage in all its splendor.

(21)




(Swift 2010, Google Books) I find inspiration in the changes [the seasons] bring. By late summer, I can’t wait for the trip to the orchard, hot apple cider and the warm reds, browns and oranges of the fall leaves. By late fall, I’m already looking forward to the blanket of white snow that will cover my yard, making everything pristine and bright.

33En (20), il faut certes que les feuilles soient elles-mêmes splendides pour que le feuillage le soit aussi ; mais ce que viennent voir les voyageurs, ce ne sont pas les feuilles individuelles. C’est l’ensemble ainsi créé. De même, la collocation foliage for miles présente de nombreux résultats dans Google Books, alors que ??leaves for miles ne donne aucun résultat : si la représentation embrasse plusieurs kilomètres, l’échelle du feuillage est plus adaptée que celle des feuilles individuelles.

Plus généralement, cette différence d’échelle explique que les collocations préférées soient largement différentes avec leaves et foliage :

(22)



Liste des dix modifieurs les plus fréquents à gauche de foliage et leaves dans le COCA et le BYU-BNC (recherche adj.ALL + foliage (/ leaves), novembre 2017) (en gras, les termes communs aux deux corpus pour un même nom tête)

Foliage

Leaves

COCA

BYU-BNC

COCA

BYU-BNC

green

green

dead

dead

dense

dense

mint

still

lush

variegated

dry

fresh

evergreen

attractive

fallen

young

thick

bright

outer

fallen

tropical

fern-like

still

dried

variegated

evergreen

new

floating

new

dying

yellow

new

gray

purple

dried

old

purple

young

bay

dry

34Les modifieurs les plus fréquents sont étonnamment similaires dans les deux corpus. Avec leaves, beaucoup mettent en avant les feuilles tombées ou mortes, ou encore un comportement individuel (young leaves s’oppose souvent au foliage déjà présent, plus ancien). Foliage, en revanche, est beaucoup associé à une allure générale (lush, couleurs) ou à des types de végétation (tropical, fern-like). New est commun aux deux noms ; mais new leaves correspond plutôt à une représentation de quelques feuilles qui poussent (après l’hiver, ou pour remplacer peu à peu l’ancien feuillage) ou, plus rarement, à une description de ce qui se passe au niveau des pétioles (c’est-à-dire à l’échelle des feuilles), là où new foliage implique plutôt un « manteau » complet.

  • 9 La perception homogène, « continue », du feuillage à distance suffisante est-elle à l’origine de ce (...)
  • 10 Une recherche de la séquence foliage and [noun.ALL] dans le COCA fait d’ailleurs apparaître comme c (...)

35Faut-il en conclure que foliage et plumage font partie d’une autre catégorie de noms de pluralités que les indénombrables de type jewellery ou furniture ? Non. La motivation du changement d’échelle, lorsque l’on passe des unités rédupliquées (jewels, leaves) à l’agrégat (jewellery, foliage), est la même. Certes, la distance visuelle à l’objet peut avoir une influence sur le choix du nom. Mais ce facteur paraît secondaire par rapport à une autre raison, suggérée par des énoncés comme (15) (place the foliage before the flowers) : foliage rend saillante la fonctionnalité commune.9 Le feuillage, c’est ce qui revêt les branches, par opposition à bare branches ; c’est donc un type d’éléments, comme on a des fleurs. De même, jewellery rassemble dans une même classe ce qui sert à orner, cutlery ce qui sert à couper de la nourriture et la porter à la bouche, furniture ce qui sert à meubler, etc. (cf. le « unity of purpose » de Wierzbicka 1988: 543).10

3.3. Le glissement vers l’hyperonymie

  • 11 Le terme français correspondant, dans ce cas, est feuillage(s), en utilisation dénombrable. Mais ta (...)
  • 12 En botanique, leaf fait lui aussi l’objet de sens spécialisés ; on rencontre donc communément folia (...)

36Peut-être parce que les autres indénombrables singuliers de la langue qui dénotent des unités sont hyperonymiques, ou peut-être par simple principe d’économie du langage (réduction de foliage plants), foliage connaît une seconde acception, (quasi‑)hyperonymique. On trouve ainsi, dans Google Books, des séquences de type x and other foliage (ainsi ferns and other foliage). Un glissement métonymique se produit, de « des feuilles sur une ou des branche(s) » à « des éléments (à branches ou autre support naturel) qui ont des feuilles » – de plants that have foliage à plants that are foliage.11 Cette acception apparaît surtout dans les domaines de spécialité que sont l’art floral, le jardinage (où foliage, peut-être abrégé de foliage plants, s’oppose à flowering plants) et la botanique.12 Mais on le trouve également dans quelques romans ou récits de voyage :

(23)

(Sellers 2012, Google Books) as trees and other foliage matured in this mass suburb

(24)

(Black 2015, Google Books) The grass and other foliage have difficulty growing due to the foot traffic.

37Contrairement au sens central de foliage, il est impossible ici de substituer leaves. Cette acception est absente de l’OED (2018) et du Merriam-Webster (2018), peut-être parce qu’elle n’a pas atteint un seuil de fréquence suffisant pour y figurer.

38Foliage co-existe alors avec greenery, greens et plants. Il a sa spécialisation au sein de cet ensemble de termes. Greenery, comme foliage, est indénombrable, mais il s’applique à tout ce qui est fait de verdure, qu’il y ait ou non des feuilles (ainsi « a stone retaining wall with greenery in crevices », Day 2016, Google Books). En effet, il a pour base un terme de couleur, green, alors que foliage est associé à leaves. Quant aux dénombrables greens et plants, sur les sites de vente en ligne, ils semblent préférés pour des plantes en pots, aux frontières par conséquent bien délimitées (ce qui est cohérent avec leur fonctionnement dénombrable), alors que foliage se trouve plutôt pour des plantes un peu en broussaille, ou avec une photo en gros plan qui ne montre pas les limites de la plante. Au sein des termes dénombrables, plants peut dénoter des plantes à fleurs, tandis que greens est restreint aux plantes vertes.

Plumage, lui, ne paraît pas connaître d’emplois hyperonymiques (sens « des x à plumes »), peut-être parce qu’il n’y a pas de besoin linguistique pour nommer ces réalités (par exemple, fowl ou bird(s) existent).

Conclusion

39Au terme de cette étude, il apparaît que foliage est très largement à leaves ce que jewellery est à jewels. Foliage, comme jewellery, dénote un agrégat. Les feuilles ne sont pas l’unité de référence rédupliquée comme dans les N+‑s (leaves, jewels, qui dénotent ce qu’on a proposé d’appeler des « regroupements »), mais des parties d’un tout plus grand ; on ne peut plus accéder aux parties de ces parties, et les feuilles perdent en individualité. L’accent est mis ainsi sur ce qui est commun aux éléments désignés, notamment sur la fonctionnalité commune. L’agrégat se distingue également du tout collectif, désigné par un nom dénombrable, en ce qu’il est impossible de lui attribuer une propriété distributive ; toute prédication distributive doit s’appliquer aux unités. Le tout ne fait donc pas l’objet d’une conceptualisation propre.

40Foliage, et de même plumage, présentent deux grandes différences avec les autres noms d’agrégats étudiés ici (cf. jewellery, furniture). D’une part, il n’y a aucune hétérogénéité de nature des unités. Ils ne sont donc pas hyperonymiques, même si foliage connaît par ailleurs une acception secondaire hyperonymique (« plante à feuilles »). Cette différence ne remet pas en cause la classification de ces noms comme noms d’agrégats : l’hétérogénéité est de toute manière question de degré. En effet, les réalités les plus hétérogènes sont celles désignées par les noms de type furniture, c’est-à-dire les noms obtenus à partir de verbes ou de termes de domaines ; ils ont une lecture de type « whatever ». Lorsque l’indénombrable est obtenu à partir d’un nom d’unité (type jewellery), le degré d’hétérogénéité est fonction du degré d’abstraction du nom d’unité. Par exemple, parce que jewel s’applique à une plus large gamme d’entités que sign, il en va de même de jewellery et signage. Ce qui compte, c’est le processus qui mène à la création d’un indénombrable : conceptualisation plus homogène au profit d’une fonctionnalité commune (perspective plus générique, ou plus globalisante), et extension en partie différente.

41D’autre part, et surtout, foliage et plumage se distinguent par la configuration des unités : ils n’en désignent pas juste une pluralité, mais une pluralité fixée à un/des support(s). Cela induit des différences de conceptualisation. Tandis que pour les autres indénombrables (types jewellery et furniture), piece sélectionne un objet (bijou, meuble), pour foliage, piece ne désigne pas une feuille, mais une pluralité de feuilles fixées à leur branchage (ou autre support prototypiquement vertical ou, peut-être, ramifié), ou alors un morceau de feuille ; et pour plumage, le dénombreur isolerait un morceau de peau avec les plumes dessus. L’autre différence de conceptualisation concerne la nature de l’«  extension en partie différente » mentionnée dans le paragraphe précédent. Pour les autres noms, le trait /indénombrable/ permet d’élargir la désignation aux cas atypiques, ou mal bornés (tels que les adhésifs sur les camionnettes d’entreprise pour signage, qui ne sont pas des objets à proprement parler comme le seraient des panneaux ou pannonceaux), voire d’accéder, pour les noms en -ery, au secteur d’activité. Pour foliage et plumage, en revanche, il s’agit à première vue de restreindre l’extension (aux feuilles fixées à des branches, par exemple, à l’exclusion des feuilles mortes tombées au sol) ; mais en échange, l’effacement des feuilles individuelles peut s’accompagner d’une conceptualisation de l’agrégat comme formant une surface quasi-continue, à l’instar d’un manteau. Mais là encore, ces différences ne me semblent pas remettre en question l’appartenance de foliage et plumage aux noms d’agrégat, comme jewellery ou furniture : ces différences de conceptualisation font partie de l’infinie diversité des noms qui désignent des pluralités, de même par exemple que les différences de perméabilité au sein des noms dénombrables collectifs (Joosten et al. 2007), les différences d’application du principe de scissiparité (Flaux 1999 : 477), ou encore les possibilités d’accord sylleptique pour les humains (et parfois, les animaux) au sein des noms collectifs. La question qui se pose, bien sûr, est de savoir si d’autres noms dénotent, comme foliage et plumage, des unités fixées en réseau. Il semble que non, ou du moins ceux-ci restent à identifier – en français, pelage vient à l’esprit, mais c’est tout également. Lorsque le réseau est plus intégré, on obtient par exemple scaffolding ; mais les parties ne sont plus conceptualisées comme des unités, seulement comme des parties. Il ne s’agit donc pas d’un nom d’agrégat.

Top of page

Bibliography

Références citées

Acquaviva, Paolo. Lexical Plurals. A Morphosemantic Approach. Oxford: Oxford UP, 2008.

Aliquot-Suengas, Sophie. « Les dérivés français à référence collective. » Langages 152, Quoi de neuf en morphologie ? (2003) : 33-50.

Arigne, Viviane. Le syntagme N1 of N2 et la référence multiple des massifs anglais. Revue de Sémantique et Pragmatique 17, 2005 : 7-39.

Croft, William & D. Alan Cruse. Cognitive Linguistics. Cambridge : Cambridge UP, 1984.

Cruse, D. Alan. Lexical Semantics. Cambridge: Cambridge UP, 1986.

Downing, Angela. English Grammar: A University Course. 3rd edition. London: Routledge, 2015.

Flaux, Nelly. A propos des noms collectifs. Revue de linguistique romane 63.251-252 (juillet-décembre 1999) : 471-502.

Gardelle, Laure. Les noms collectifs en anglais : définition et typologie. Dossier d’Habilitation à Diriger des Recherches La catégorisation en langue et en discours, vol. 3, ms. Université Paris Sorbonne, 2014.

Gardelle, Laure. « Five crew, how many clergy : pourquoi certains noms collectifs peuvent-ils servir à nommer des membres ? » Anglophonia 22, Construction du sens (2016a). < https://journals.openedition.org/anglophonia/1028#text>

Gardelle, Laure. “Lexical Plurals for Aggregates of Discrete Entities in English: Why Plural, yet Non-count, Nouns?” Lingvisticae Investigationes 39.2 (2016b): 355-372.

Huddleston, Rodney and Geoffrey K. Pullum. The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge: Cambridge UP, 2002.

Joosten, Frank et al. “Dutch Collective Nouns and Conceptual Profiling.” Linguistics 45.1 (2007) : 85-132.

Lammert, Marie. Sémantique et cognition. Les noms collectifs. Genève : Droz, 2010.

Lammert, Marie. « Référence collective vs. référence plurielle indéfinie. » Langue française 2014.3 (2014) : 87-99.

Langacker, Ronald W. Cognitive Linguistics : A Basic Introduction. Oxford : Oxford UP, 2008.

Lehmann, Alice et Françoise Martin-Berthet. Lexicologie : sémantique, morphologie, lexicographie. Paris: Armand Colin, 2013.

Link, Godehard. “The logical analysis of plurals and mass terms: a lattice-theoretical approach.” In Paul Portner and Barbara H. Partee, eds., Formal Semantics: The Essential Readings. Oxford: Blackwell (2002):127-144. (Reproduced from: Meaning, Use and Interpretation of Language, ed. Rainer Bauerle, Christoph Schwarze, and Arnim von Stechow. Berlin: de Gruyter (2002 [1983]): 303-323.)

Lyons, John. Semantics vol. 1. Cambridge: Cambridge UP, 1977.

Merriam-Webster Dictionary online. Merriam-Webster.com, 2018. <https://www.merriam-webster.com>

OED, Oxford English Dictionary online. Oxford: Oxford UP, 2018.

Pelletier, Francis J. “Non-Singular Reference: Some Preliminaries”. Philosophia 5.4 (1975): 451-455.

Quirk, Randolph et al. A Comprehensive Grammar of the English Language. Harlow: Longman, 1985.

Wierzbicka, Anna. The Semantics of Grammar. Amsterdam: John Benjamins, 1988.

Corpus – ouvrages cités

Anthony, Piers, ‎James Richey, and ‎Alan Riggs, Quest for the Fallen Star. New York: Tor, 2010.

Becker, Joyce R. Luscious Landscapes: Simple Techniques for Dynamic Quilts. Lafayette, California: C&T Publishing, 2003.

Black, Vic. Speak, Lord. Hearing Psalms in the First Person. Carol Stream, Ill.: Navpress, 2015.

Cattell, John et Bob Hawkins. The Birmingham Jewellery Quarter: An Introduction and Guide. Swindon: Historic England, 2000.

Connolly, F. Fifiana, or Memorials of the East of Fife. Glasgow: John Tweed, 1869. < https://archive.org/stream/fifianaormemoria00cono/fifianaormemoria00cono_djvu.txt>

Davies, Mark. BYU-BNC. (Based on the British National Corpus from Oxford University Press), (2004- ). <https://corpus.byu.edu/bnc/>

Davies, Mark. The Corpus of Contemporary American English (COCA): 560 million words, 1990-present. (2008- ) <https://corpus.byu.edu/coca/>.

Day, Faye. Every Nook and Cranny: A World Travel Guide. Book 1. Bloomington: Xlibris, 2016.

Erickson, Jo. Night Season, Keepers Series vol. 3. [Self-edition], 2015. < https://books.google.fr/books?id=NHFdCAAAQBAJ&pg=PT1&dq=jo+erickson+%22night+season%22&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiLzKrFs-HaAhViJMAKHbrTAP0Q6AEIJzAA#v=onepage&q=jo%20erickson%20%22night%20season%22&f=false>

Elliott, Lynne. Clothing in the Middle Ages. New York: Crabtree, 2004.

Evans, Joan. A History of Jewellery, 1100-1870. New York: Dover, 1970 [1953].

Herman, Lindsay. Herb and Spice Companion: The Complete Guide to over 100 Herbs and Spices. New York: Quarto, 2015.

Karon, Jan. Jan Karon’s Mitford Years: The First Five Novels in the Series. [Self-edition], 2001.

Lanker, Teresa P. Step-by-step Instructions for Everyday Designs. Alexandria, VA: Florists’ Review, 2007.

Lysons, Daniel. Magna Britannia. Being a Concise Topographical Account of the Several Counties of Great Britain. vol. 6. London: Thomas Caddell, 1822.

Mauseth, James D. Chapter 6, “Leaves.” Botany. Burlington, MA: Jones & Bartlett, 2017: 143-168.

McCauley, Martin. The Rise and Fall of the Soviet Union. London: Routledge, 2014.

Millam, Rosalind. Anti-discriminatory Practice. A Guide for Workers in Childcare and Education. 2nd edition. London: Continuum, 2002.

Mollison, John R. The New Window Gardener. London: Groombridge & Sons, 1877.

Newman, Franklin. The Princess of Flourae. Bloomington: Xlibris, 2008.

Oakeshott, R. Ewart. The Archaeology of Weapons. Arms and Armour from Prehistory to the Age of Chivalry. Mineola, New York: Dover Publications, 1996 [1960].

Pittman, Joseph. Tilting at Windmills. New York: Kensington, 2001.

Saturday Magazine vol. 17, n° 530, 3rd October 1840. London: John William Parker, 1840.

Sellers, Christopher C. Crabgrass Crucible. Suburban Nature and the Rise of Environmentalism in Twentieth-Century America. Chapel Hill: University of North Carolina, 2012.

Smith, Wilbur. The Sunbird Wild Justice. New York: Thomas Dunne, 2006.

Swift, Jennifer. Creative Bloom. Projects and Inspiration with Fabric and Wire. Cincinnati: North Lights, 2010.

Taylor, Bea. No flowers? No worries. Here’s 3 great winter-garden foliage arrangements. Stuff 12 July 2016. < https://www.stuff.co.nz/life-style/home-property/82018431/No-flowers-No-worries-Heres-3-great-winter-garden-foliage-arrangements>

Top of page

Notes

1 Le trait /indénombrable/ n’est souvent pas inhérent au nom ; il est bien établi que de nombreux noms peuvent avoir les deux fonctionnements, et que la plupart des noms qui fonctionnent typiquement en dénombrable peuvent adopter un fonctionnement indénombrable occasionnel – c’est l’image du Broyeur Universel introduite par Pelletier (1975) sur une idée de David Lewis : la langue semble disposer d’une « machine » capable de broyer n’importe quelle entité discrète, dénotée par un nom à fonctionnement discontinu, pour en proposer une conceptualisation qui sera dénotée par le même nom, mais en fonctionnement continu.

Malgré tout, pour un certain nombre de noms, dont jewellery et furniture, le trait /indénombrable/ est le seul possible. Comme le précise Langacker (2008 : 132) : “particular forms are [...] conventionally established as either a count noun or a mass noun – or often both. Learning such conventions is part of mastering a language.” En d’autres termes, le trait /indénombrable/ est conventionnellement associé au sens du nom ; c’est dans cet esprit que l’on parle ici de « nom indénombrable ».

2 Cette identification n’est pas systématique. Quirk et al. (1985), par exemple, n’étudient pas ces noms dans le corps de leur grammaire. Par ailleurs, dans leur annexe 1, ils emploient aggregate nouns non seulement pour des entités regroupées (ex. tubing), mais aussi pour des noms de lieux tels que bakery (1985 : 1548, section I.32).

3 « Plus d’1 » est du moins la signification prototypique du pluriel externe ajouté à un nom d’unité. À noter cependant qu’au-dessous de 1, pour les fractions (ex. 0.9), la démultiplication apportée par la décimale peut également véhiculer cette représentation « plus d’1 », et donc déclencher l’usage d’un nom pluriel, de même que 0 si l’on s’attendait à ce qu’il puisse exister plus d’une unité.

4 Avec une structure en of, on trouve de rarissimes occurrences de noms de parties d’unités, ainsi the legs of the furniture (mais aucune de its legs ni the furniture’s legs).

5 Lammert (2014 : 94) parvient à la même conclusion, pour le français, à propos du nom mobilier : des meubles modernes, souvent à dossiers verticaux, n’admet pas une substitution de du mobilier à des meubles. De même, des meubles… leur vernis ne permet pas du mobilier… leur vernis.

6 De même, cellarage, très rare, permet de ne pas se restreindre à une pièce qualifiable de cave, toujours grâce à l’absence de bornage inscrit dans la notion. Ainsi dans cette description d’une maison en 1869, où cellarage pourrait se gloser par « tout ce qui (/ tout espace qui) sert de cave, pour le vin et autres » :

(Connolly 1869: 151, Google Books) There are nine apartments — two public and seven bedrooms — on the first and second floors, the ground storey being devoted to the kitchen, and the wine and other cellarage ; these conveniences in the old building being arched over with solid masonry.

7 Il faut également, semble-t-il, que la forme générale formée par la pluralité soit prototypiquement verticale, ou peut-être que les différents supports forment des ramifications ; foliage ne s’applique ainsi pas aux salades ni… aux livres, bien que ces éléments comportent des leaves. Par ailleurs, un mot doit être dit du statut des branches. En (15), elles sont incluses avec les feuilles ; de même, les fleurs sont placées dans le vase avec leur tige. Mais les branches ne sont pas pour autant des membres de la classe foliage ; c’est seulement en tant que support des feuilles qu’elles sont incluses dans la représentation : *branches are foliage est impossible. Il en va de même pour les tiges des fleurs (*stems are flowers).

8 On lit par exemple : “The oaks are extremely variable in their appearance, according to circumstances of age or soil: some appear almost in their summer dress, others wear a more dusky garb of green, and there are some that have assumed a robe of russet hue.” (Saturday Magazine 1840, Google Books)

9 La perception homogène, « continue », du feuillage à distance suffisante est-elle à l’origine de cette saillance de la fonctionnalité commune ? Ce n’est pas impossible, mais ce n’est sûrement pas la seule raison. Ainsi, furniture ou cutlery dénotent des éléments bien distincts les uns des autres ; de même, flowerage a existé au sens de ‘ensemble de fleurs’ au XIXe siècle (OED 2018), alors que les fleurs sont plus éparpillées sur une plante. D’autres facteurs d’influence existent également dans l’évolution de tel ou tel mot ; ainsi, le sens ‘ensemble de fleurs’ de flowerage a périclité au profit du sens formé à partir du verbe flower, ‘The process of flowering ; the result of this process’ (OED 2018). L’origine déverbale de flower et la concurrence de blossom et bloom ont donc pu être des paramètres influents pour ce nom, alors que foliage n’a pas ces caractéristiques.

10 Une recherche de la séquence foliage and [noun.ALL] dans le COCA fait d’ailleurs apparaître comme collocation préférée flower(s) (28 flowers et 8 flower sur 115 occurrences de la construction, soit plus de 31% ; les autres termes ont au plus 6 occurrences) : il s’agit de nommer deux types fonctionnels d’éléments visibles des plantes. Flowers est également la collocation préférée pour la séquence leaves and [noun.ALL], mais avec seulement 96 occurrences de flowers sur 961 résultats, soit 10% environ, et avec plusieurs noms qui suggèrent des feuilles tombées (ex. twigs avec 66 occurrences, grass 49, dirt 26).

11 Le terme français correspondant, dans ce cas, est feuillage(s), en utilisation dénombrable. Mais tandis que feuillage(s) apparaît limité à des feuilles sur branches individuelles, ou parfois à des plantes légères comme les fougères, foliage s’étend plus généralement à tout ce qui est prototypiquement vertical ou peut-être ramifié, et constitué de leaves (arbres, buissons, herbe). L’existence du terme français feuillu, réservé aux arbres, explique peut-être cette différence d’extension entre foliage et feuillage(s).

12 En botanique, leaf fait lui aussi l’objet de sens spécialisés ; on rencontre donc communément foliage leaves, qui s’oppose à d’autres types de leaves, notamment needle leaves et scale leaves (voir par exemple Mauseth 2017).

Top of page

References

Electronic reference

Laure Gardelle, « Foliage est-il à leaves ce que jewellery est à jewels ? Etude de rapports entre dénombrables au pluriel et indénombrables singuliers », Anglophonia [Online], 26 | 2018, Online since 01 November 2018, connection on 22 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1639 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1639

Top of page

About the author

Laure Gardelle

Université Grenoble Alpes
Laure.Gardelle@univ-grenoble-alpes.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals