Skip to navigation – Site map

La gradabilité nominale en anglais et en français

Pauline Haas and Anne Jugnet

Abstracts

The aim of this paper is to describe the gradability of nouns in French and in English. After a description of different conceptions of nominal gradability in the literature, we provide our definition of lexical gradability. Three classes of nouns can be gradable : stative intensive nouns (cleverness / intelligence), evaluative nouns (idiot / idiot), and dynamic intensive nouns (modernization / modernisation). The comparison between French and English shows that, even though a few discrepancies can be highlighted, nominal gradability is mostly similar in both languages.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Les adjectifs gradables expriment des propriétés (épisodiques ou de niveau individuel, cf. Carlson (...)
  • 2 Comme le rappelle Cornilescu (2011 : 232), les noms diffèrent des adjectifs gradables, qui « dénote (...)

1Si la gradabilité est souvent considérée comme une propriété sémantique d’une partie des adjectifs ou adverbes1, elle est moins aisément associée aux noms, et l’existence même d’une gradabilité nominale a fait l’objet de débats. Certains auteurs (Wierzbicka 1986, Croft 1991, Cornilescu 2011 inter alia) supposent que la gradabilité n’est pas une propriété nominale centrale : l’hypothèse sous-jacente est que les noms seraient plus complexes sémantiquement (ils impliquent plus d’un trait sémantique et ne dénotent généralement pas une simple propriété gradable) et seraient donc peu enclins, voire inaptes, à la gradation. Et si les noms présentent une certaine gradabilité, elle ne serait pas du même type que celle observée dans le domaine adjectival2. D’autres auteurs (Bolinger 1972, Matushansky 2002, Kennedy & McNally 2005, Sassoon 2007, Morzycki 2009, Schnedecker 2010 inter alia) considèrent au contraire que la gradabilité est un concept pertinent pour les noms, et définissent des sous-classes de noms gradables.

2L’enjeu de ce travail est de circonscrire l’ensemble des noms qui peuvent être définis comme lexicalement gradables en français et en anglais, selon quels critères, et ainsi de déterminer si des classes sémantiques communes se dégagent dans les deux langues.

  • 3 Nous avons délimité ces classes grâce à un ensemble de tests (présentés en 2.1), que nous avons app (...)

3Dans une première partie, nous préciserons quelle conception de la gradabilité nous avons retenue, et motiverons la prise en compte d’un ensemble de tests de gradabilité. Puis nous montrerons quelles catégories de noms sont caractérisables comme des noms gradables selon la définition adoptée, en distinguant des noms gradables ‘prototypiques’ (aisément identifiables comme gradables et pour lesquels la gradabilité est une propriété lexicale saillante, accessible par différents tests) des noms gradables ‘périphériques’ (moins facilement conçus comme gradables, et conséquemment peu souvent mentionnés dans la littérature sur la question). Nous montrerons que les classes de noms définies en français et en anglais diffèrent peu3. Nous reviendrons finalement sur l’hypothèse souvent adoptée en sémantique lexicale, selon laquelle seuls des noms liés à des adjectifs gradables (ayant la même racine) peuvent être gradables. Nous montrerons que la gradabilité doit être corrélée à un sème ou trait lexical gradable, qu’il soit associé à un adjectif gradable ou non.

1. Définitions de la gradabilité des noms dans la littérature

1.1. Gradabilité et degrés de prototypicalité

4S’inscrivant dans une théorie du prototype, Sassoon (2015) adopte une conception large de la gradabilité des noms, incluant une gradabilité linguistique et une gradabilité conceptuelle. La gradabilité linguistique des noms est mise en évidence par leur compatibilité avec des adjectifs recevant une lecture scalaire sur une échelle ouverte, tels que unbelievable / incroyable ou terrible / terrible (cf. an unbelievable idiot / un incroyable idiot vs. an unbelievable story / une histoire incroyable). La gradabilité conceptuelle concerne les référents des noms tels que chair / chaise ou penguin / manchot, habituellement conçus comme « dénotant des ensembles d’entités et non des relations de degré » (Sassoon 2015 : 4) : l’auteur considère ces noms comme conceptuellement gradables car leurs référents peuvent être des instances plus ou moins typiques du concept que le nom dénote, ce que reflète l’acceptabilité des phrases suivantes :

(1)

a. This is more of a chair than a stool.
b. Ceci est plus une chaise qu’un tabouret.

(2)

a. The penguin is less of a bird than the robin.
b. Le manchot est moins un oiseau qu’un rouge-gorge.

5Ces constructions mesurent le degré de typicalité d’une entité (le référent de this en (1a) par rapport aux prototypes associés aux noms mis en comparaison, ici chair et stool). Ces constructions imposent une interprétation métalinguistique, qui mesure le caractère plus ou moins approprié d’un nom pour désigner le référent. Nous considérons que ces structures ne révèlent pas une gradabilité lexicale ou, en d’autres termes, ne révèlent pas que l’item lexical possède une propriété concevable comme gradable.

6Comme le note Cornilescu (2011 : 160), la typicalité en jeu n’est pas disponible lexicalement, mais, doit plutôt être considérée comme le résultat d’une coercion s’appliquant dans les structures illustrées en (1)-(2) : le nom n’est alors pas référentiel (en position argumentale) mais prédicatif et, en tant que prédicat, il renvoie à un ensemble de propriétés typiquement associées au nom. Ces noms sont d’ailleurs généralement incompatibles avec une lecture de degré selon la majorité des tests de gradabilité habituels, que nous détaillerons plus loin (1.3).

7Nous ne retiendrons pas une telle définition, car elle ne permet pas de considérer la gradabilité au niveau lexical. Nous considérons en effet la gradabilité comme une propriété lexicale propre à certaines classes de noms seulement, noms qui impliquent « une continuité propice à la gradation » (Schnedecker 2010 : 30).

1.2. Gradabilité “quantitative”

8On trouve également dans la littérature des études qui combinent une approche ‘qualitative’ et une approche plus ‘quantitative’ de la notion de gradabilité (comme celle de Cresswell 1976, ou de Schnedecker 2010, inter alia). Dans ces analyses, les noms massifs (vin / wine) et comptables pluriels (books / livres) sont considérés comme des noms gradables dans la mesure où ils acceptent des “déterminatifs réputés exprimer le degré”, tels que more (Schnedecker 2010 : 21). L’approche de Schnedecker (2010) est justifiée par une définition de la gradabilité comme une possible progression par degrés successifs sur une échelle continue et hiérarchisée de degrés. Sont alors retenues des interprétations gradables ‘en extension’ (“extensively” gradable interpretations, selon la terminologie de Bolinger 1972), puisque la quantité d’une matière ou le nombre d’entités peuvent être évalués comme plus ou moins grands. Nous ne retiendrons pas une telle approche quantitative : si la référence cumulative et la divisibilité homogène (qui expliquent leur gradabilité selon Schnedecker 2010) sont des propriétés importantes des noms pluriels comme des noms massifs, leur gradabilité supposée ne peut être reliée à un trait sémantique spécifique, donc à leur contenu descriptif, c’est-à-dire au concept spécifique qu’ils dénotent. Cette gradabilité ne serait alors pas inhérente à certains types de noms, mais plutôt à « certains emplois nominaux (le pluriel) » (Schnedecker 2010 : 22).

9Leur gradabilité dépend également du contexte (tel que l’emploi au pluriel, ou l’emploi d’un nom comme massif et non comptable lorsque ces deux emplois sont envisageables) et ne peut pas être considérée comme propre au concept associé au nom, ou comme une propriété essentielle du nom en sémantique lexicale.

1.3. La gradabilité “qualitative” lexicale

10Notre conception de la gradabilité est plus étroite que celles des auteurs tels que Sassoon (2007), mais aussi que celle de Schnedecker (2010). Nous nous limiterons ainsi à une conception qualitative et, plus précisément, « intensive » de la gradabilité des noms : ne seront considérés comme gradables que les noms qui identifient une échelle dans leur sens lexical, correspondant à une propriété que des entités peuvent avoir à un degré plus ou moins élevé d’intensité. Cette lecture est associée à une évaluation sur une l’échelle abstraite de leur intensité, par opposition à l’évaluation de l’extension spatiale ou temporelle d’une entité (Van de Velde 1995). Ces noms abstraits intensifs « peuvent se caractériser négativement comme dénotant des entités qui n’ont aucune extension temporelle : un peu de courage n’occupe pas moins de temps que beaucoup de courage, à la différence de ce qui se passe avec la marche, ou la lecture » (Flaux et Van de Velde 2000 : 76).

  • 4 Ainsi, a big idiot ne décrit pas un grand individu, mais plutôt un individu concret dont la taille (...)

11Cette interprétation intensive gradable, qui définit pour nous la gradabilité lexicale, est possible avec des noms à référence abstraite comme à référence concrète : elle concerne des noms abstraits (tel que intelligence), mais elle peut également concerner des noms à référence concrète, tels que des individus humains, noms qui impliquent l’évaluation d’une propriété gradable abstraite. Ainsi that idiot désigne un individu (concret) caractérisé par une propriété abstraite (une grande idiotie)4.

12Soulignons encore que cette conception intensive de la gradabilité lexicale ne doit pas être confondue avec la mesurabilité. Si Boucles d’Or trouve bien chez les trois ours une petite, une moyenne et une grande chaise (a small, a medium and a big chair), on ne dira pourtant pas que le nom chaise / chair est gradable. Il n’existe pas de *degrés de chaise (*degrees of chair), mais plutôt des tailles de chaises (chair sizes). Cette distinction, assez évidente avec un nom dénotant un objet concret comme chaise / chair, peut être plus difficile à percevoir avec des noms ne dénotant pas des entités concrètes comme prix / prize.

13Un prix / price est quantifiable en argent comme la chaise est mesurable en centimètres, un parallèle peut ainsi être établi entre mesurabilité et gradabilité quantitative. De tels noms ne sont pas gradables selon l’acception que nous avons retenue ; ils se démarquent ainsi de prize / récompense qui, eux, impliquent une propriété gradable (le prestige) :

(3)


a. A child’s chair is a small chair that is less than one foot and 3 inches high.
b. Une chaise pour enfant est une petite chaise mesurant moins de 40 cm de haut.

(4)

a. A small price is a price that does not exceed 10 euros.
b. Un petit prix est un prix qui ne dépasse pas 10 euros.

(5)

a. A big prize is a prize that is more important / more prestigious.
b. Une grande récompense est un prix de grande valeur / plus prestigieux.

2. Intensivité et gradabilité

14Les études s’intéressant au trait lexical d’intensivité dans le domaine nominal posent généralement, de manière explicite ou non, l’existence d’un lien entre “intensivité” et “gradabilité” (Flaux et Van de Velde 2000, Huyghe 2014). Notons qu’il s’agit bien alors de gradabilité lexicale au sens où nous l’entendons (cf. 1.3) :

« Ainsi, les déterminants de quantité indéfinie comme beaucoup de reçoivent avec les noms de propriétés une interprétation intensive : beaucoup de courage indique un degré élevé de courage, et non un courage dont la durée serait importante, contrairement à beaucoup de jardinage par exemple, qui a une interprétation extensive, portant sur le temps consacré à l’activité. De même des adjectifs comme grand ont, lorsqu’ils complètent des noms de propriété, une stricte lecture d’intensité. Une grande tristesse décrit une tristesse d’un degré important, tandis qu’une grande promenade dénote une promenade étendue dans le temps. » (Huyghe 2014 : 2).

  • 5 Le lien entre gradabilité et scalarité est étroit : Schnedecker (2010 : 17) évoque la scalarité com (...)

15Ce lien repose sur le fait que le trait sémantique [± intensif] correspond à une propriété abstraite qui se décline en degrés (cf. il y a différents degrés d’intensité / there are different degrees of intensity), i.e. une propriété scalaire5 (dont l’évaluation ne requiert pas la mesure d’une étendue temporelle). Nous postulons ainsi qu’un nom est gradable dès lors qu’il présente un trait intensif, et que différentes classes de noms gradables peuvent être définies que leur trait intensif soit, ou ne soit pas, immédiatement disponible.

16Notons que les noms que nous donnons en exemple, sont, dans l’une de leurs acceptions au moins, gradables (6a), mais ils peuvent connaître d’autres emplois non gradables (6b) :

(6)

ENLARGEMENT / AGRANDISSEMENT

a. The satellites revealed a progressive enlargement of the ozone hole / Les satellites ont mis en évidence un agrandissement progressif des trous dans l’ozone.
b. The enlargement of this photo looks bad / L’agrandissement de cette photo est de mauvaise qualité.

17En (6b), le nom désigne un objet concret (résultat du processus), cet emploi n’est pas gradable, il est mesurable ; en revanche, en (6a) le nom désigne le processus intensif et gradable qui consiste pour un objet à devenir de plus en plus grand. Seul l’emploi (6a) nous intéresse dans cette étude.

2.1. Les intensifs statifs

  • 6 Les noms dits statifs dénotent des situations statives qui sont généralement définies négativement (...)

18Sans surprise, les noms statifs6, caractérisés par leur intensivité (puisqu’ils impliquent une dimension gradable abstraite), sont gradables : ils se distinguent ainsi des noms dynamiques, caractérisés par leur extensivité. Ces derniers dénotent des événements dont l’extension temporelle, ou parfois spatiale, peut être mesurée. Des tests permettent de mettre en évidence l’intensivité gradable des noms statifs :

(7)

a. a great sadness
b. une grande tristesse

19L’adjectif grand / great, qui implique habituellement l’évaluation d’une taille (extension spatiale), signifie ici que la tristesse éprouvée est intense et non qu’elle dure longtemps (cela peut bien sûr être le cas, mais “grand” ne peut pas imposer cette lecture). Une grande tristesse est assurément une tristesse profonde et non nécessairement une longue tristesse.

20Ces noms sont également compatibles avec d’autres adjectifs qui peuvent perdre l’essentiel de leur contenu lexical pour n’avoir plus qu’une lecture de haut degré (lorsqu’ils modifient un nom gradable), modifieurs tels que terrible ou complete (adjectifs qui n’ont alors pas leur lecture habituelle, évaluation négative pour terrible, caractère complet ou non partiel pour complete).

(8)

a. What a shame !
b. Quelle honte !

21L’exclamation pointe l’intensité forte du ressenti dénoté par le nom. En d’autres termes, l’exclamation porte sur le (haut) degré auquel la propriété gradable ‘honteux’ est observée. Selon Cornilescu (2011 : 20), dans ces emplois la construction intensifie une propriété gradable inhérente au sens lexical du nom, i.e. la propriété évaluée est directement disponible, est un trait lexical central du nom.

(9)

a. such arrogance
b. une telle arrogance

22Les adjectifs such et tel peuvent ici avoir un sens intensif pointant un haut degré. La lecture de manière, qui peut être associée à such ou tel lorsqu’ils modifient des noms non gradables est également envisageable ; cependant seuls les noms gradables peuvent recevoir une interprétation intensive (les noms non gradables ne permettent pas une lecture intensive, donc de degré, de ces modifieurs : un tel argument. Ce qui est en jeu ici n’est donc pas une coercion par la structure (gradabilité imposée par une structure) ; à l’inverse la structure révèle une propriété intrinsèque aux noms. Les tests (7) à (9) mettent en évidence à la fois le trait [+ intensif] du nom (puisque l’interprétation de l’adjectif de taille (great / grand), de la tournure exclamative (what + indefinite noun phrase / quel + nom indéfini) et des adjectifs such / tel est intensive et non extensive), et le trait [+ gradable], puisqu’ils donnent une information sur le degré de l’intensivité : dans les exemples (7) à (9), c’est le haut degré d’intensité qui est pointé (à l’inverse, un adjectif de taille comme petit par exemple permet de cibler l’intensité faible).

(10)

a. such (a degree of) sadness / There are different degrees of sadness.
b. un tel degré de tristesse / Il y a différents degrés de tristesse.

  • 7 Liste de noms intensifs statifs, compilée par les auteures, en fonction des tests présentés : wisdo (...)

23Les paraphrases de N par degré de N ou niveau de N (10) mettent en évidence le trait [+ gradable] du nom, et semblent compatibles avec un sous-ensemble de noms identifiés comme gradables par les tests précédents. Le caractère plus sélectif de ce test pourrait être lié au fait que cette structure correspond à un commentaire métalinguistique sur le caractère gradable des noms, et peut paraître peu naturel. La classe des intensifs statifs comprend des noms statifs de niveau individuel (Individual Level Predicates, ILP) ou de niveau épisodique (Stage Level Predicates, SLP), propriété permanente d’un individu ou état temporaire (cf. Carlson (1977)7.

2.2. Les intensifs dynamiques

  • 8 « Achèvement graduel » est une traduction usuelle de “degree achievement” qui n’implique pas que ce (...)
  • 9 Ces noms déverbaux sont issus de verbes qui eux-mêmes sont généralement en lien avec un adjectif gr (...)

24Comme l’a très justement remarqué Huyghe (2014) pour le français, alors que l’étude du trait [+ intensif] se cantonne dans la littérature au domaine statif, il existe des noms d’aspect dynamique qui possèdent une dimension intensive. Cela est également vrai pour l’anglais. Parmi ces noms figurent les noms d’achèvements graduels8 (“degree achievements”) dont le sens est “devenir de plus en plus ADJ” : modernisation signifie ainsi “devenir de plus en plus moderne”. Ces noms dynamiques possèdent un élément intensif gradable, l’état résultant de l’action pouvant généralement être décrit par un adjectif gradable.9

25Les tests de l’intensivité fonctionnent avec ces noms­­ — ces noms dynamiques sont compatibles avec les mêmes structures que les noms intensifs statifs :

  • 10 Comme le note Huyghe (2014 : 3113), l’interprétation de la séquence « Det + adj de taille + Ndyn » (...)

(11)




a. a great modernization / une grande modernisation
b. What deterioration ! / Quelle dégénerescence !
c. such impoverishment / un tel appauvrissement
d. There are different degrees of industrialization. / Il existe divers degrés d’industrialisation.10

26Les noms d’achèvement gradables et quelques autres noms dynamiques intensifs peuvent recevoir une interprétation intensive. L’ensemble de ces noms dénotent des actions étroitement associées à des états, ou impliquant dans leur définition une propriété gradable, telle que la force (attraction / attraction, effort / effort, impetus / impulsion, thrust / poussée, pressure / pression), ou la violence (hype / battage, commotion / commotion, impact / impact, hammering / matraquage, crushing / pilonnage, storm / orage, etc. Cette classe de noms gradables plus périphériques sera à nouveau examinée en 3.2 (voir aussi Huyghe 2014).

27La dynamicité de ce type de noms leur permet de recevoir une lecture intensive avec divers modifieurs donnant l’interprétation de l’adjectif “progressif / progressive”, ce qui indique une différence entre la gradabilité des noms statifs et la gradabilité des noms dynamiques :

(12)


a. an ongoing modernization / the modernization of the hospital in progress / the progressive modernization of the hospital
b. la modernisation progressive de l’hôpital

28L’exemple (12) signifie que l’hôpital devient de plus en plus moderne, qu’il acquiert de plus en plus la propriété intensive gradable “être moderne”, dont l’évolution s’inscrit dans le temps. Cette tournure met en avant la gradabilité intensive du N, l’adjectif français progressif permettant d’avancer sur l’échelle des degrés de modernité et sur l’échelle de durée corrélée. Les noms dynamiques non intensifs ne permettent pas cette lecture et progressif qualifie alors une avancée dans le temps uniquement (et non une lecture intensive) :

(13)




a. the repairs (of the roof) in progress (équivalant à ongoing repairs, mais pas à ? ? the roof is more repaired than yesterday)
b. une réparation progressive du toit (acceptable entendu comme réparation prenant du temps, mais non paraphrasable par le toit est plus réparé qu’hier)

  • 11 Liste de noms intensifs dynamiques : weakening / affaiblissement,, worsening / aggravation, increas (...)

29La classe établie par Huyghe (2014) pour le français est également observée en anglais : la classe des noms dynamiques intensifs gradables existe bien dans cette langue, et les noms anglais correspondant aux noms dynamiques intensifs français sont également dynamiques et intensifs11. Certains de ces noms (deal, bargain, blaze, effort, harangue, flare-up) ont été repérés comme gradables dans la littérature sur la gradabilité en anglais (Bolinger 1972) mais sans recevoir d’analyse précise, étant seulement inclus dans une liste hétéroclite de noms gradables. La majorité de ces noms dynamiques intensifs ne sont donc pas mentionnés. Cette omission des noms intensifs dynamiques est d’autant plus étonnante que certains auteurs définissent la gradation comme une “progression par degrés successifs” (Schnedecker 2010 : 26), i.e. comme un processus dynamique. La forme de gradation associée aux noms dynamiques se distingue ainsi de la gradation observée avec les noms statifs, qui implique qu’un degré est situé à un extrême de l’échelle associée à un trait gradable.

2.3. Les noms évaluatifs

  • 12 Liste de noms évaluatifs gradables : fool – nitwit – jerk – moron – ninny – dimwit - simpleton / id (...)

30Les « noms évaluatifs » présentent deux particularités : ils incluent un trait qualitatif gradable, et font « “doublon” avec un nom “objectif” non évaluatif, dont ils seraient le correspondant dans un registre de langue “non formel” » (Schnedecker 2010 : 24). Ces noms impliquent un commentaire subjectif du locuteur sur un individu, et désignent cet individu comme identifiable par une propriété gradable saillante, présente à un haut degré. Cet ensemble de noms désignant des individus ou des objets présentant une propriété gradable peuvent également être analysés comme gradables.12 Ils sont en effet compatibles avec des adjectifs de taille à lecture intensive, avec les tournures exclamatives et avec des modifieurs de conséquence : dans ce dernier cas, l’individu présente une propriété à un niveau tel qu’une conséquence est attendue.

(14)

a big idiot, a big mistake
un grand idiot, une énorme erreur

(15)

What an idiot !
Quel idiot ! ( = comme il est idiot)

(16)



We can’t hire such an idiot. ( = someone so idiotic) / He’s such an idiot that we can’t hire him.
On ne peut pas embaucher un tel idiot. / C’est un tel idiot qu’on ne devrait pas l’embaucher.

On peut toutefois noter que contrairement aux noms intensifs statifs et dynamiques, ces noms ne sont pas compatibles avec la structure “degré de” :

(17)

*There are different degrees of idiots / *Il y a différents degrés d’idiots.

Comme on le montrera en 3.1, cette incompatibilité pourrait être un indice du fait que la gradabilité de ces noms est moins saillante et ne correspond pas à un trait central du nom.

3. Quel type d’intensivité mène à la gradabilité ?

31Selon la définition de la gradabilité adoptée ici, un ensemble de noms peuvent être définis comme gradables. Toutefois, la gradabilité semble plus centrale et accessible sémantiquement pour certains noms ; d’autres, plus rarement mentionnés comme gradables dans la littérature présentent en effet une gradabilité plus « secondaire » (que nous préciserons en 3.2). Nous tenterons ici d’établir pourquoi ces derniers paraissent indirectement gradables, et quel type d’intensivité est alors en jeu.

3.1. Trait sémantique gradable lexicalisé

32Pour la grande majorité des noms gradables, la propriété gradable est un trait sémantique central du nom, qui est souvent lexicalisé par un adjectif gradable de la même famille morphologique que le nom. Néanmoins on peut distinguer trois cas.

33Pour un premier ensemble de noms, le contenu lexical se limite à la propriété gradable en question. Correspondent à ce schéma les noms statifs intensifs, qui pourraient dès lors être considérés comme des noms gradables centraux (cleverness / intelligence = qualité / propriété d’être intelligent). Ils se démarquent en effet de cas où d’autres notions ou traits sont présents, ce qui rend la propriété de gradabilité moins saillante.

34Le deuxième cas correspond aux noms intensifs dynamiques (modernization / modernisation) : ici le trait gradable est associé à d’autres notions (en particulier la cause), et la modification de ces noms peut ainsi viser le trait gradable comme d’autres traits lexicaux. Par exemple avec modernization / modernisation, éventualité conçue comme le processus (ou résultat) de rendre une entité plus moderne, l’évaluation peut porter sur le trait dynamique (causatif rendre) ou sur l’état résultant (ce qui explique leur compatibilité avec des modifieurs tels que grand (sens résultatif ou processuel) ou encore progressif (sens processuel), évoquée en 2.2).

35Enfin, un troisième ensemble correspond aux noms évaluatifs. Là encore, le trait [+ grabable] est une caractéristique sémantique du nom parmi d’autres, notamment [+ objet], [+ humain], traits qui peuvent même être plus saillants que la gradabilité pour ces noms évaluatifs. Ces noms ont un référent humain, ce qui explique leur sélection par des prédicats tels que meet / rencontrer, comme en (18a) ci-dessous. Leur trait gradable permet à leurs modifieurs de recevoir non pas une lecture de taille (18b), mais bien une lecture intensive de degré portant sur une propriété abstraite qui vient définir l’individu désigné par le nom. Comme noté en 2.3, le fait que le trait gradable soit moins central peut expliquer que le nom ne réponde pas à l’ensemble des tests d’intensivité définis en 2.1, comme le montre l’exemple (19) :

(18)



a. I met a big idiot at that conference. / J’ai rencontré un grand idiot à cette conférence. (vs ? ? I met a big sadness at that conference. / ? ? J’ai rencontré une grande tristesse à cette conférence.)
b. This dwarf is a big idiot. / Ce nain est un grand idiot.

(19)

*There are different degrees of idiot. / *Il y a différents degrés d’idiot. (vs There are different degrees of idiocy / Il y a différents degrés d’idiotie.)

36Selon Amiot et Tribout (2018), idiot employé comme nom ne devient pas un nom véritable par conversion morphologique, il ne s’agit pas non plus d’un cas d’ellipse du nom personne, mais d’une coercion syntaxique. Cette analyse a pour conséquence que le lexème reste un adjectif, coercé en nom par la syntaxe, ce qui expliquerait que dans les tournures (18) idiot soit gradable. Il s’agirait alors d’une simple préservation sémantique du caractère gradable connu de l’adjectif idiot.

  • 13 Noms évaluatifs ayant un correspondant adjectival en français mais pas en anglais : cheapskate / ra (...)

37Il est remarquable qu’en anglais il existe une série de noms évaluatifs sans correspondant adjectival, ce cas de figure étant rare en français. Par exemple, en anglais simpleton13 ne partage pas la même base qu’un adjectif, alors qu’en français nigaud, benêt, abruti peuvent être analysés comme des coercions syntaxiques ADJ / N. Si un lien avec un adjectif peut justifier la gradabilité des noms, cette explication ne vaut pas pour l’ensemble des noms repérés comme gradables. Sur notre ensemble de 450 noms gradables, 265, soit un peu moins de 60 %, correspondent, en anglais comme en français, à un adjectif. Néanmoins, un nombre non négligeable de noms gradables ne laissent pas leur caractère gradable s’expliquer par l’existence d’un adjectif gradable correspondant :

Tableau 1. N sans correspondant adjectival

Noms sans correspondance ADJ en anglais

66 N

14,7 %

Noms sans correspondance ADJ en français

93 N

20,7 %

Intersection anglais / français

38 N

8,45 %

Ces noms sont examinés dans la section suivante.

3.2. Trait sémantique gradable non spécifique au nom

38Il existe un ensemble de noms pour lesquels les adjectifs de taille ont une lecture intensive (20a)-(21a). La compatibilité de ces noms avec les structures impliquant l’évaluation d’une propriété gradable (20b-c)-(21b-c) confirme que ces noms portent le trait lexical [+ gradable]. En effet il ne s’agit pas d’une interprétation gradable coercée, impliquant un travail d’inférence : les exemples (20b-c) et (21b-c), non marqués, sont parfaitement acceptables ; leur interprétation ne requiert pas un travail d’inférence et ne dépend pas du contexte, contrairement à l’interprétation de structures telles que “what a guy” (qui, comme le note Cornilescu (2011 : 21, note 15), peut être compris comme signifiant “what a great guy” ou “what an awful guy”, selon le contexte, interprétations également mentionnées par Culioli (1994) ou Rett (2011)).

(20)





a. A big hurricane = a (very) violent hurricane / Un gros ouragan = un ouragan de forte intensité
b. What a hurricane ! / Quel ouragan !
c. There arose such a hurricane that neither Benedict nor his fellow monks could leave / Il y eut un tel ouragan que Benoît et ses frères ne purent pas partir.

(21)





a. A big storm = a (very) violent storm / Un gros orage = un orage de forte intensité
b. What a storm ! / Quel orage !
c. There arose such a storm that neither Benedict nor his fellow monks could leave. / Il y eut un tel orage que Benoît et ses frères ne purent pas partir.

Alors que la gradabilité des noms intensifs statifs (sadness / tristesse), ou dynamiques (modernization / modernisation) peut être mise en évidence dans une paraphrase employant l’adjectif correspondant (cf. (22)-(23)), la gradabilité de ces noms ne repose pas sur celle d’un adjectif : soit cet adjectif n’existe pas (24), soit il n’y pas de lien de paraphrase entre le nom gradable et l’adjectif. Ainsi orageux ne mesure pas un degré sur l’échelle de violence de l’orage, mais plutôt la fréquence des épisodes orageux (25) :

(22)

‘a big sadness’ entails ‘a very sad feeling’ / ‘éprouver une grande tristesse’ implique ‘être très triste’

(23)


‘a big modernization of the system’ entails ‘the system is more and more modern’ / ‘une grande modernisation du secteur’ implique ‘le secteur est de plus en plus moderne’

(24)

There was an avalanche yesterday / Il y a eu une avalanche hier.

(25)


‘There was a big storm yesterday’ does not entail ‘the weather was very stormy yesterday’ / ‘Il y a eu un gros orage hier’ n’implique pas ‘le temps était très orageux hier’.

La paraphrase en (25) explique que les structures exclamatives en what / que et en how / comme soient interprétées comme très proches lorsque la propriété gradable partage la même base morphologique, ce qui n’est pas le cas pour les couples nom / adjectif gradables non reliés morphologiquement, couples dans lesquels l’adjectif ne fournit pas la base morphologique du nom :

(26)


What sadness / How (very) sad; what a (terrible / great) tragedy // how tragic
// quelle tristesse / comme c’est triste

(27)


What a ( ? great) modernization of this firm / ? How (very) modernized this firm is
// Quelle modernisation / Comme cette entreprise s’est modernisée

(28)


‘What a (big) storm there was last night’ does not entail ? ‘How very stormy the weather was last night’, mais plutôt ‘how long / violent the storm was’.

39On aurait avec storm / orage un type de nom qui échappe à la dichotomie “degré interne” (catégorie réservée aux noms gradables) / “degré externe” (réservée aux noms non gradables) décrite par Cornilescu (2011). Avec les noms gradables la lecture de degré est interne (ce qui correspond à la lecture “intensive” de Bolinger 1972). What évalue un trait gradable présent dans le sens lexical du nom, par exemple l’idiotie pour what an idiot ! / quel idiot ! Avec les noms non gradables, la lecture de degré est externe : la propriété gradable évaluée n’est pas lexicalement présente mais doit être déduite en contexte. D’où les différentes interprétations possibles de What a dress ! / Quelle robe ! qui selon le contexte peut signifier What a gorgeous dress ! / Quelle robe magnifique ! ou encore What an expensive dress ! / Quelle robe coûteuse ! ou tout autre interprétation plausible en contexte. Dans ce cas what / quel nécessite un travail d’identification de propriété, d’où l’étiquette “identifying what” utilisée par Bolinger (1972). Les noms qui font l’objet de cette section (3.2) constituent un cas intermédiaire : le trait [+ gradable] n’est pas externe, i.e. ce n’est pas un cas de coercion, mais il n’est pas non plus aussi saillant que pour les noms gradables ‘centraux’. En effet le trait gradable n’est ni unique ni spécifique du nom. En d’autres termes, alors que la propriété gradable unique et spécifique d’un nom gradable inhérent comme tristesse est [être ± triste], les propriétés potentiellement gradables d’un nom comme storm / orage sont un ensemble de termes dont aucun n’est l’adjectif stormy / orageux :

[être ± violent / être ± fort / être ± puissant].

40Ainsi, avec ces noms l’évaluation vise un degré interne, mais le trait gradable n’est pas aussi central, comme le montre le fait qu’il n’est pas lexicalisé par un adjectif gradable correspondant (stormy / orageux est gradable mais ne paraphrase pas storm / orage dans What a storm ! / Quel orage ! , How stormy ! / Comme c’est orageux !). Ce trait gradable est décrit par un autre adjectif (violent / violent), indépendant du lexème nominal en question (violent / violent n’étant pas dans le champ lexical de storm / orage). Cette intensivité moins centrale ne semble pas permettre une gradabilité aussi évidente qu’avec les noms à intensivité « inhérente » (comme sadness / tristesse) :

(29)

* There are different degrees of storms / *Il y a différents degrés d’orages.

(30)

such a storm / un certain orage ( = anaphorique, pas de lecture intensive)

41Dans cette catégorie des noms gradables périphériques — dont le trait gradable n’est pas spécifique à l’entrée lexicale — on trouve des noms tels que : unrest / agitation, quarrel / bisbille, rush / bousculade, disturbance / chahut, scramble / cohue, flop / flop, scrap / grabuge, misunderstanding / malentendu, rebuff / rebuffade, upheaval / convulsion, brawl / échauffourée, riot / émeute, outburst / éruption, storm / orage, hurricane / ouragan, spasm / spasme, earthquake / séisme, pour lesquels ce qui est gradable est le degré de violence ou la force. D’autres propriétés que la violence peuvent conférer une gradabilité périphérique aux noms. Ainsi, des noms tels que hubbub / brouhaha, avalanche / avalanche, heatwave / canicule ont des propriétés gradables conçues comme consubstantielles aux phénomènes qu’ils dénotent : la vitesse pour une avalanche, la chaleur pour une canicule, l’intensité sonore pour le brouhaha, ce qui explique la gradabilité de ces noms.

Conclusion

42Si la gradabilité est souvent, par défaut, associée à la catégorie des adjectifs ou à celle des adverbes, un ensemble de noms présentent un trait lexical gradable, ce qui explique leur interprétation dans un ensemble de structures évaluatives. Différentes sous-classes de noms gradables peuvent être établies, selon le caractère plus ou moins accessible du trait lexical gradable : celui-ci peut correspondre à un trait central, essentiel, du nom, pour les noms gradables prototypiques (noms statifs intensifs), il peut être particulièrement saillant sans déterminer le type de référent (pour les noms dynamiques intensifs, qui dénotent des événements, ou les noms évaluatifs, qui dénotent des individus), ou encore être relativement saillant, sans pour autant déterminer le type de référent ni correspondre à un adjectif gradable spécifique (i.e. le trait gradable correspond alors à un adjectif pouvant caractériser un ensemble d’entités d’un même type, comme la violence pour un événement ou la bêtise pour un individu). Un lien étroit avec un adjectif gradable semble ainsi caractériser les noms gradables, toutefois la gradabilité ne peut pas être considérée comme une propriété “héritée” d’un adjectif (qui fournit au nom la base dérivationnelle), comme le prouve l’existence d’un ensemble de noms (tel que genius) qui ne partagent pas une base morphologique avec un adjectif gradable. Une autre propriété des noms gradables les rapprochant des adjectifs est le fait qu’ils sont associés à une fonction évaluative, ils sont souvent employés en position attributive, ou figurent dans des structures exclamatives. Le lien entre noms gradables et adjectifs est en effet très étroit, mais, d’une part, il n’est pas aussi systématique que supposé, et, d’autre part, on observe des décalages morphologiques concernant les paires adjectifs / noms entre les deux langues.

Top of page

Bibliography

Amiot, Dany & Delphine Tribout. “De-adjectival human nouns in French”. In Gert Booij (ed.), The Construction of Words. Advances in Construction Morphology. Studies in Morphology 4. Springer, 2018. 39-55.

Balvet, Antonio, Pauline Haas, Anna Kupsc & Rafael Marín (2018). “Looking for Syntax/Aspect Mappings : a Case Study on the French Treebank”. 7th international conference Grammar and Corpora. Université Paris Diderot, 15-17 novembre 2018.

Barque, Lucie, Pauline Haas, Richard Huyghe et Delphine Tribout. « Les noms de propriétés morphologiquement simples ». Journée StaTyc, Université de Nancy, 9 décembre 2016.

Bolinger, Dwight. Degree Words, The Hague : Mouton, 1972.

Carlson, Gregory N. Reference to Kinds in English. Thèse de doctorat, Université de Amherst (Massachusetts). 1977.

Comrie, Bernard. Aspect, an Introduction to the Study of Verbal and Related Problems. Cambridge: University Press, 1976.

Cornilescu, Camelia, Gradability in the Nominal Domain, Leiden University dissertation, 2011.

Cresswell, Max J. “The semantics of degree”. In Barbara H. Partee (ed.), Montague Grammar, New York : Academic Press, 1976. 261-292.

Croft, William. Syntactic Categories and Grammatical Relations : The cognitive organization of information. Chicago, IL : University of Chicago Press, 1991.

Culioli, Antoine. « A propos des énoncés exclamatifs », Langue française 22 (1974) : 6-15.

Flaux, Nelly & Van de Velde, Danièle. Les noms en français : esquisse de classement. Paris : Ophrys, 2000.

Huyghe, Richard. « Les événements intensifs ». In Franck Neveu, Peter Blumenthal, Linda Hriba, Annette Gerstenberg, Judith Meinschaefer, Sophie Prévost (eds), Congrès Mondial de Linguistique Française 2014, Paris : Institut de Linguistique Française, 2014. 3111-3122.

Huyghe, Richard. « Les nominalisations “d’achèvement graduel” en français », Le Français Moderne, 83 (2015) : 18-33.

Kennedy, Chris, & Louise McNally, “Scale structure, degree modification and the semantics of gradable predicates”. Language 81 (2005) : 345-381.

Kennedy, Chris, “Vagueness and grammar : the semantics of relative and absolute gradable adjectives”, Linguistics and Philosophy 30 (2007) : 1-45.

Kupsc, Anna & Anne Abeillé. “Growing Treelex”. Computational Linguistics and Intelligent text processing, Springer Verlag, (2008) : 28-39.

Levin, Beth & Malka Rappaport Hovav, “Lexicalized Scales and Verbs of Scalar Change”. 46th Annual Meeting of the Chicago Linguistic Society, University of Chicago, Chicago, IL, 2010.

Matushansky, Ora. Movement of degree / degree of movement. Doctoral dissertation, MIT. Cambridge, MA : MITWPL. 2002.

Morzycki, Marcin. “Degree modification of gradable nouns : size adjectives and adnominal degree morphemes”. Natural Language Semantics 17 (2009) : 175-203.

Rett, Jessica (2011). “Exclamatives, degrees, and speech acts”. Linguistics and Philosophy 34 (2011) : 411-442.

Sassoon, Galit W. Vagueness, gradability and typicality : a comprehensive semantic analysis. Doctoral dissertation, Tel Aviv University. 2007.

Sassoon, Galit W. “A degree approach account of multidimensional gradability”. Manuscrit non publié, Bar Ilan University. 2015.

Schnedecker, Catherine. « La notion de gradation s’applique-t-elle aux noms ? », Langue française, 165 (2010) : 17-34. DOI 10.3917 / lf.165.0017

Van de Velde, Danièle. Le spectre nominal. Des noms de matières aux noms d’abstraction. Louvain : Peeters. 1995.

Vendler, Zéno. Linguistics in Philosophy. Ithaca N. Y.: Cornell University, 1967.

Wierzbicka, Anna. “What’s in a noun?”. Studies in Language 10 (1986) : 353-389.

Top of page

Notes

1 Les adjectifs gradables expriment des propriétés (épisodiques ou de niveau individuel, cf. Carlson 1977) qui peuvent être vues comme s’appliquant à un sujet à un degré plus ou moins élevé, d’où leur compatibilité avec des adverbes tels que very, ou des comparatifs (more, less…), cf. Bolinger (1972).

2 Comme le rappelle Cornilescu (2011 : 232), les noms diffèrent des adjectifs gradables, qui « dénotent des ensembles d’individus ordonnés selon une propriété », en ce qu’ils dénotent des instances de propriétés, qui ne sont pas ordonnées. Contrairement aux adjectifs, les noms sont multidimensionnels.

3 Nous avons délimité ces classes grâce à un ensemble de tests (présentés en 2.1), que nous avons appliqués à des listes de noms trouvées dans la littérature (Flaux et Van de Velde (2000), Huyghe (2014), Projet Treelex (cf. Kupsc et Abeillé 2008, Barque et al 2016, Balvet et al 2018) afin d’en extraire les noms qui correspondent à notre définition de la gradabilité. Les exemples donnés sont essentiellement des exemples construits ; seuls certains exemples ont été sur Internet.

4 Ainsi, a big idiot ne décrit pas un grand individu, mais plutôt un individu concret dont la taille peut indifféremment être petite ou grande mais dont une qualité abstraite (l’idiotie) est évaluée comme grande.

5 Le lien entre gradabilité et scalarité est étroit : Schnedecker (2010 : 17) évoque la scalarité comme une “émanation” de la notion de la gradation. Kennedy et McNally (2005 : 351) et Kennedy (2007 : 4) précisent qu’une propriété gradable repose sur une échelle correspondant à un ensemble ordonné de degrés. Selon ces auteurs la structure scalaire correspond en effet à un ensemble de degrés (qui représentent des valeurs de mesure), une dimension (qui indique le type de mesure, par exemple la température, la vitesse, le volume, etc.) et une relation ordonnée.

6 Les noms dits statifs dénotent des situations statives qui sont généralement définies négativement comme n’ayant pas de phases successives, de déroulement ou de structure temporelle interne. À l’inverse, sont dynamiques les noms dénotant des situations dynamiques (action ou événement). Les situations dynamiques sont caractérisées par les notions de déroulement, de changement et d’énergie (Vendler 1967, Comrie 1976).

7 Liste de noms intensifs statifs, compilée par les auteures, en fonction des tests présentés : wisdom / sagesse, courage / courage, dedication / dévouement, patience / patience, negligence / négligence, kindness / gentillesse, melancholy / mélancolie, freedom / liberté, recklessness / témérité-imprudence, anxiety / angoisse, arrogance / arrogance, benevolence / bienveillance, bravery / courage, pride / orgueil, intelligence / intelligence, idiotie / idiocy, surprise / surprise, shock / bouleversement, shame / honte, despair / désespoir, pain / douleur, traumatisme / trauma, smell / odeur, stink / puanteur, fragrance / parfum, disaster / désastre, chaos / chaos, failure / échec, success / succès, inconvenience / désagrément, boon / aubaine, mess / désordre, extremes / circonstances exceptionnelles, impertinence / impertinence, difficulties / difficultés, mistake / erreur, triviality / futilité, masterpiece / chef d’oeuvre, etc.

8 « Achèvement graduel » est une traduction usuelle de “degree achievement” qui n’implique pas que ces prédicats soient ponctuels. Il est connu que ces prédicats sont difficiles à classer aspectuellement dans la terminologie vendlerienne, cf. par exemple Huyghe (2015).

9 Ces noms déverbaux sont issus de verbes qui eux-mêmes sont généralement en lien avec un adjectif gradable :
moderne > moderniser > modernisation, pour une analyse détaillée des nominalisations de verbes d’achèvement en français, cf. Huyghe (2015).

10 Comme le note Huyghe (2014 : 3113), l’interprétation de la séquence « Det + adj de taille + Ndyn » doit bien être intensive, et non quantitative. Des séquences telles que a big piling up / heaping up / bloodbath / crowd (un grand amoncellement / empilement / massacre / rassemblement), qui renvoient à une grande quantité d’individus (objets ou personnes), n’impliquent donc pas une gradation lexicale, c’est-à-dire intensive, ainsi que nous l’avons définie.

11 Liste de noms intensifs dynamiques : weakening / affaiblissement,, worsening / aggravation, increase / alourdissement - augmentation, improvement / amélioration, reduction / atténuation, impoverishment / appauvrissement, sanitation / assainissement, normalization / normalisation, trivialization / banalisation, stabilization, change / changement, centralization / centralisation, clarification / clarification, complexification / complexification, strengthening / consolidation, deterioration / dégradation, destabilisation / déstabilisation, diversification / diversification, hardening / durcissement, disintegration / émiettement, evaporation / évaporation, formatting / formatage, industrialization / industrialisation, drift-shift / infléchissement, poisoning / intoxication, mobilisation / mobilisation, modernization / modernisation, moral improvement / moralisation, rejuvenation / rajeunissement, decrease-slackening / ralentissement, refroidissement / cooling, sensibilisation / awareness, acceleration / accélération, upheaval / bouleversement, change / changement, development / développement, demonization / diabolisation, exhaustion / épuisement, moisturing / hydratation, levelling / nivellement, transformation / transformation, scandale / scandal, cataclysm / cataclysme, conflit / conflict, etc.

12 Liste de noms évaluatifs gradables : fool – nitwit – jerk – moron – ninny – dimwit - simpleton / idiot, genius – expert- prodigy / génie, enthusiast / enthousiaste, fan / fan, devotee / croyant, supporter / supporteur - partisan, zealot / fanatique, coward - wimp - baby / lâche, pessimist / pessimiste, optimist / optimiste, sweetheart / amour, angel / ange, lucky devil / chanceux, madman / cinglé, conservative / conservateur, half-wit / demeuré, democrat / démocrate, maniac, wacko / détraqué, dissembler, hypocrite / dissimulateur, fanatic / exalté, expert, specialist / expert, mythomaniac / mythomane, fanatic / fanatique, idler - lazybones / flemmard, deceiver / fourbe, glutton / goinfre, idealist / idéaliste, ingrate / ingrat, nutter - lunatic - loony / maboul, (male) chauvinist / machiste, madman / malade, manipulator / manipulateur, liar / menteur, misogynist / misogyne, socialite - social butterfly / mondain, tease / moqueur, retard / arriéré, etc.

13 Noms évaluatifs ayant un correspondant adjectival en français mais pas en anglais : cheapskate / radin, dimwit- ninny - simpleton / abruti, genius / génie, bitch / connasse, knucklehead / andouille, hulk - muscleman / balèze, hedonist - epicurean / épicurien, hothead / excité, imbecile / imbécile, nuisance / importun, headcase / détraqué, unrest / embrasement, discomfort / gêne, nutter / maboul, troublemarker / rebel, hard worker / bosseur, etc.

Top of page

References

Electronic reference

Pauline Haas and Anne Jugnet, « La gradabilité nominale en anglais et en français », Anglophonia [Online], 26 | 2018, Online since 01 November 2018, connection on 22 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1681 ; DOI : 10.4000/anglophonia.1681

Top of page

About the authors

Pauline Haas

Université Paris 13, Pléiade, EA 7338
& Lattice, UMR 8094 (CNRS, ENS/PSL, P3/USPC)
pauline.haas@univ-paris13.fr

Anne Jugnet

Univ Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité,
CLILLAC-ARP, EA 3967
anne.jugnet@univ-paris-diderot.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals