Skip to navigation – Site map

Éditorial

Viviane Arigne and Henri Le Prieult

Full text

1Ce numéro 26 d’Anglophonia s’est donné pour but d’offrir à ses lecteurs quelques études sur le nom, thème du programme de l’option C de l’agrégation externe d’anglais des sessions 2018 et 2019. Les contributions de certains préparateurs au concours, comme de celles et ceux qui ont pu être stimulés par le cadrage national de l’épreuve de leçon de linguistique, ont ainsi été recueillies et abondées de quelques articles en varia.

2Laure Gardelle (Université Grenoble Alpes) s’intéresse aux noms d’agrégats tels que foliage, avec lequel on n’a pas affaire à un regroupement d’unités hétérogènes, comme avec jewellery ou furniture. Dans les deux cas, les unités regroupées sont des parties d’un tout qui constitue le niveau de référence, ce qui n’est pas le cas des GN ayant pour tête un dénombrable pluriel comme leaves ou jewels, qui regroupent des unités qui sont elles-mêmes le niveau de référence, et permettent l’accès à leurs parties propres (stems, mountings). Les agrégats, comme les GN pluriels (leaves) et les noms collectifs dénombrables (collection), illustrent un principe de cohésion entre les unités. Les agrégats se distinguent toutefois des dénombrables collectifs par le fait que toute propriété pouvant s’appliquer de manière distributive doit dans leur cas s’appliquer aux unités regroupées. Malgré quelques différences de comportement tenant à la configuration des unités, à l’extension considérée ainsi qu’au caractère hyperonyme ou non de l’indénombrable, l’autrice conclut que foliage, comme jewellery, dénote un agrégat.

3C’est à une étude contrastive que se livrent Pauline Haas (Université Paris 13) et Anne Jugnet (Université Paris Diderot) en se penchant sur la gradabilité nominale en anglais et en français. Bien que le trait de gradabilité soit souvent associé aux adjectifs et aux adverbes, il existe un ensemble de noms qui présentent un trait lexical de gradabilité. La gradabilité peut être un trait central du nom, comme pour les noms statifs intensifs (sadness / tristesse), ou être seulement un trait plus ou moins saillant : il s’agit alors de noms dynamiques intensifs (modernization / modernisation), de noms évaluatifs (idiot, Ang. et Fr.) ou de noms dont le trait gradable n’est pas spécifique à l’entrée lexicale (storm / orage) mais est associé à certaines de leurs propriétés. On observe bien souvent un lien entre le nom gradable et un adjectif gradable sans que ce lien soit toujours visible dans une dérivation morphologique (avalanche, Ang. et Fr.). Enfin, ces noms partagent certaines propriétés des adjectifs, que ce soit dans leur fonction évaluative ou dans le fait qu’ils peuvent se trouver dans des structures exclamatives ou en position attributive.

4Dans le troisième article, Manon Philippe (Université Paris-Sorbonne) propose une étude de la modification des noms propres dans les constructions d’apposition courte (close apposition) fournies par des séquences telles que The Scottish novelist William Black. À partir d’une distinction entre les trois grands types d’apposition courte que sont les titres (President Trump), les pseudo-titres (consultants Ernst & Young) et les appositions courtes prototypiques telles que la structure étudiée, l’autrice se livre à une analyse pragmatique des valeurs associées à ces appositions courtes, au sein de laquelle sont pris en compte des éléments de structure informationnelle, la fonction d’identification descriptive, la prise en charge énonciative et les relations interpersonnelles, ainsi que d’éventuelles fonctions contrastives ou métalinguistiques. L’analyse débouche sur la conclusion selon laquelle même si, comme les loose appositions, ces structures sont caractérisées par la juxtaposition de deux GN coréférentiels, il est préférable de les traiter comme un seul GN comprenant un modifieur.

5Deux articles varia complètent ce volume en contribuant à des réflexions qui ne sont pas, loin s’en faut, totalement étrangères à la catégorie nominale. Ainsi, Olivier Simonin (Université de Perpignan – Via Domitia) étudie les inférences de l’adverbe even dans son sens non référentiel et non propositionnel. Se situant dans une perspective pragmatique post-gricéenne, non exclusive néanmoins d’autres cadres théoriques, l’auteur souhaite prouver la valeur dite « mirative » de cet adverbe en ce qu’il s’inscrit dans une échelle induite par ses propriétés structurantes inférentielles. Après avoir passé en revue les résultats de la recherche dans ce domaine, l’auteur s’appuie sur un large corpus illustratif aux fins de montrer toute la puissance inférentielle de even et démonter le phénomène complexe qui sous-tend sa portée.

6Romain Delhem (Université Paris Nanterre), quant à lui, s’est intéressé à la catégorie des propositions et à sa définition, en ce qu’elle interroge la notion même de classe lexicale, comme les limites des classes traditionnellement établies. Une analyse de trois unités lexicales spécifiques (after, before et since), qui sont traditionnellement réparties dans leurs classes respectives suivant leur type de complémentation, amène à réexaminer les similitudes entre des items appartenant pourtant à des classes réputées différentes (prépositions, adverbes, conjonctions de subordination) et à réinterroger le bien fondé des classes lexicales comme celui des termes utilisés pour les nommer (adpositions, particules, relateurs, etc.).

7Ce numéro correspond à un appel à contributions lancé il y a près d’un an, et qui a permis de recueillir des contributions variées et originales. La thématisation d’un numéro grâce à un appel préalable est désormais bien installée pour Anglophonia. Une rubrique dédiée propose les appels en cours en haut à droite de la page d’ouverture de la revue. Le comité éditorial sollicite, à l’occasion de la sortie de ce numéro, toute notre communauté scientifique, ainsi que tout chercheur étranger souhaitant participer aux débats contemporains en linguistique anglaise qu’accueille notre revue, à nous contacter aux fins de proposer un des prochains appels à contributions de la revue.

8Les articles en varia sont également les bienvenus et seront examinés chaque semestre, au même rythme que les bouquets d’articles portés par des éditeurs invités.

9Le comité éditorial souhaite remercier les lecteurs de la revue pour l’intérêt soutenu qu’ils portent à ses publications, ainsi que toute la communauté linguistique pour ses contributions et sa participation toujours rigoureuse aux évaluations en double aveugle des articles soumis.

Au nom du comité éditorial,

Top of page

References

Electronic reference

Viviane Arigne and Henri Le Prieult, « Éditorial », Anglophonia [Online], 26 | 2018, Online since 01 November 2018, connection on 22 July 2019. URL : http://journals.openedition.org/anglophonia/1859

Top of page

About the authors

Viviane Arigne

Université Paris 13, Pléiade EA 7338,
viviane.arigne@univ-paris13.fr

By this author

Henri Le Prieult

Université Toulouse-Jean Jaurès, laboratoire CAS,
henri.le-prieult@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals