Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia29Editorial

Full text

1La période que nous traversons, en tant que scientifiques comme en tant que citoyens, est loin d’être banale. Elle met à l’épreuve les conditions mêmes du travail universitaire, la matérialité indispensable des échanges et des débats, nous prive d’une grande partie des adjuvants à nos projets. Elle nous sèvre de l'autre.

2Ce n’est pas parce que notre revue est diffusée en ligne qu’elle ne souffre pas tout autant qu’une revue diffusée sur support papier de cette crise sans précédent. La préparation du numéro thématique qui sort aujourd'hui a demandé d’unir les efforts des auteurs, des éditrices invitées, des membres des comités éditorial et de lecture. Je dois ici rendre hommage, non seulement à celles et ceux d’entre nous qui ont eu à souffrir personnellement ou via leurs proches de la dégradation des conditions sanitaires, mais également à toutes celles et ceux qui ont contribué à ce numéro préparé et abouti en dépit des difficultés innombrables, matérielles, techniques, sociales et professionnelles qui se sont dressées devant nous ces derniers mois.

3La parution de l’appel à contribution avait précédé de quelques mois la crise. Nous avons ainsi pu recueillir les propositions dans des conditions relativement sereines jusqu’aux premiers mois de 2020. Le comité éditorial a fait de son mieux pour examiner ces propositions lors de réunions physiques ou en visio-conférence, expérimentant ainsi sans illusion l’avantage et les risques du travail à distance. Le comité de lecture a accepté de tenir les délais malgré les conditions dégradées de l’exercice de notre profession ces derniers mois. Toute la chaîne éditoriale a été continûment mobilisée. Un numéro de la revue aura rarement été aussi fondamentalement une œuvre collective.

4Nous avons par ailleurs pu bénéficier, cette fois, d’un apport important de propositions qui ont découlé d'une rencontre organisée au Croisic, en 2019, par l’ALAES et Lionel Dufaye. Les varias de ce numéro sont en grande partie le fruit des échanges qui eurent lieu à la fin de cet été-là et dont on ne peut que souhaiter une réédition future. Nous tenons à remercier l’Association des Linguistes Anglicistes de l’Enseignement Supérieur de la confiance que la société savante a ainsi manifestée à la revue, confiance qui a pu permettre un rapprochement plus formel dont nous reparlerons très bientôt dans ces colonnes.

5Je renvoie à l’introduction écrite par Marie Garnier et Sarah Bourse, qui ont accepté de co-éditer ce numéro sur l’argumentation, pour une présentation scientifique de la partie proprement thématique. Y sont également présentées les contributions de Stéphane Gresset et Gérard Mélis (Université de Paris) sur la concession, celle de Fiona Rossette-Crake (Université Paris-Nanterre) sur les nouvelles pratiques discursives anglophones nées de l’ère numérique, celle encore de Patrick Saint-Dizier (CNRS IRIT, Toulouse) qui apporte un éclairage nouveau sur le traitement automatique des stratégies argumentatives, ainsi que celle de Alma-Pierre Bonnet (IEP Lyon) résolument tournée vers l’analyse d'un événement qui a profondément marqué l’histoire récente : l'échec argumentatif du Premier Ministre britannique, Theresa May, à convaincre le Parlement et qui a conduit à sa propre démission.

6Le comité éditorial tient ici à remercier l’ensemble des contributeurs de cette nouvelle livraison d’Anglophonia, et tout particulièrement les deux éditrices invitées qui ont su mobiliser des expertises complémentaires et porter la construction de ce numéro pluridisciplinaire avec un grand professionnalisme.

7Il est ici nécessaire de présenter brièvement les trois contributions qui figurent en varia à la fin du numéro.

8Nous avons tout d'abord la chance de pouvoir suivre les développements récents du travail de Geneviève Girard-Gillet (Université Sorbonne Nouvelle) sur les infinitives en anglais. Elle nous propose ici en particulier une étude sur certaines constructions, du type « John opened the door to find a dead cat on the doormat. » qui ne répondent pas à un lien cause-conséquence mais semblent davantage nécessiter une interprétation mirative.

9Sophie Herment, Laetitia Leonarduzzi (Aix Marseille Université) et Caroline Bouzon (Université de Lille) nous proposent ensuite une étude pilote sur les différents types de contours intonatifs ascendants observés pour l'anglais de Newcastle. Les résultats présentés semblent permettre de mettre en lumière une évolution récente de l'intonation propre aux grands centres urbains du Nord de la Grande Bretagne.

10C'est Pierre Habasque (Université Bordeaux Montaigne) qui conclut ce volume en nous proposant d'observer les stéréotypes à l'œuvre via les marqueurs linguistiques présents dans un sociolecte californien représenté dans un sketch télévisé. Il tente en particulier de montrer comment certaines caractéristiques attachées à la qualité de voix, les choix lexicaux ou encore le contour prosodique pourraient être assimilés à une forme de misogynie linguistique.

11Nous espérons que la lecture du vingt-neuvième volume d’Anglophonia procurera à nos lecteurs les stimulations attendues et que ce nouveau bouquet thématique provoquera au sein de notre communauté scientifique l'intérêt qu’il mérite. Pourquoi pas de nouvelles propositions thématiques, ou de varias, des réponses ou des propositions originales ? Elles peuvent être envoyées au directeur éditorial à tout moment (henri.le-prieult@univ-tlse2.fr).

12Le comité éditorial et moi-même renouvelons nos chaleureux remerciements aux auteurs et au lectorat international de la revue, qui donnent à notre entreprise son sens profond et toute son inspiration.

13Au nom du comité,
Henri Le Prieult

Top of page

References

Electronic reference

Henri Le Prieult, “Editorial”Anglophonia [Online], 29 | 2020, Online since 20 October 2020, connection on 26 January 2021. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3053; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3053

Top of page

About the author

Henri Le Prieult

Université Jean Jaurès

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search