Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia29Introduction

Full text

1Le web 2.0 offre la possibilité à tout un chacun d’exprimer son opinion, de participer à des débats, et d’enrichir de cette façon la réflexion collective dans un monde en mutation. Si les réseaux sociaux et les espaces de commentaires désormais associés à toute publication en ligne favorisent une forme de démocratie participative, ils créent également un terrain propice à la propagation de rumeurs, fausses informations et théories du complot, rendant impérieuse la nécessité d’être capable de déconstruire les discours auxquels nous pouvons être exposés. C’est l’une des aspirations de la recherche en argumentation.

2S’il n’apparaît plus nécessaire de revenir sur la pertinence de l’étude de l’argumentation en tant que telle, il semble toutefois important d’insister sur son omniprésence et son importance dans notre monde contemporain. A l’échelle individuelle, l’argumentation sert au développement d’une réflexion personnelle, et participe ainsi à la construction d’un point de vue ; à l’échelle collective, elle participe à la construction et au maintien de la démocratie, et est utilisée comme outil d’analyse critique, permettant la déconstruction des discours publicitaires ou politiques.

3Il convient, avant de proposer une définition de l’argumentation, de faire un bref rappel historique, qui ne saurait être exhaustif. Les fondements de l’argumentation ont été établis dès l’Antiquité, où elle fut abordée par le biais de la rhétorique et de la dialectique. La rhétorique est définie comme l’art de bien parler (ars bene dicendi, Quintilien) et c’est dans sa réalisation orale et sur le mode dialogal qu’elle est étudiée. Alors que les sophistes l’envisagent plutôt comme un outil de persuasion, Platon la conçoit comme un véritable outil de connaissance. Il différencie en effet deux rhétoriques : la rhétorique des rhéteurs (logographie), dont l’objet est la vraisemblance, et la rhétorique philosophique, aussi connue sous le nom de dialectique (psychagogie), dont l’objet est la vérité (Platon). Aristote pour sa part a beaucoup contribué à la théorisation de la rhétorique, notamment en définissant trois genres de discours (délibératif, judiciaire et épidictique) ; il a également identifié cinq parties de la rhétorique (inventio, dispositio, elocutio, actio et memoria) et décrit différents types de preuves (ethos, pathos, logos) et de raisonnements (enthymème, exemple, amplification). De nos jours, le terme « rhétorique » souvent associé à l’argumentation peut encore revêtir des connotations négatives.

4En revanche, l’Antiquité tardive et la période classique ne considèrent l’argumentation que sous sa forme littéraire et poétique, à travers l’étude du style et de l’esthétique du discours (Robrieux 1993, 15).

5L’intérêt porté à l’argumentation ne connaîtra un renouveau qu’à la fin des années 50 avec le Traité de l’argumentation de Perelman et Olbrechts-Tyteca (1958), et l’ouvrage The Uses of Argument de Toulmin (1958). Puisant dans la tradition rhétorique de l’Antiquité, Perelman et Olbrechts-Tyteca développent une théorie qui envisage la dimension persuasive de l’argumentation en considérant particulièrement les effets produits sur l’auditoire. Ils présentent également une typologie des schèmes argumentatifs. La même année, Toulmin propose un modèle logique et normatif de l’argumentation qui identifie six composantes de l’argument, divisé en deux triades : claim/evidence/warrant et backing/rebuttal/qualifier. Il faut également mentionner les apports de l’approche communicationnelle et de la pragmatique (Austin, Searle), qui émergent à la même époque. Le langage, au-delà de sa fonction de désignation, y est envisagé comme un moyen d’agir sur le monde. En étudiant les actes de langage, on ne considère pas seulement leur fonction référentielle mais aussi leur force illocutoire.

6Dans la théorie de l’argumentation dans la langue (1983), Anscombre et Ducrot abordent l’argumentation par le biais de l’identification de l’orientation argumentative des énoncés et la description des règles d’enchaînement d’énoncés. Étudiée dans le cadre de la pragmatique dite intégrée, l’argumentation est considérée comme un fait de langue, faisant partie du sens de l’énoncé. À la même époque, le groupe d’Amsterdam envisage l’argumentation comme un processus dialogique de résolution de conflits d’opinions. La pragmadialectique, théorie à la fois descriptive et normative, propose une approche qui cherche à concilier dialectique et pragmatique. Dans cette théorie, l’argumentation est considérée comme un acte de langage complexe (van Eemeren et Grootendorst, 1984) ; la personne qui argumente poursuit deux objectifs lors de son argumentation : celui de mener à bien une discussion de façon raisonnable (conception dialectique) mais également celui de faire triompher sa position par le biais de stratégies rhétoriques (approche pragmatique).

7Plus récemment, Amossy a proposé une théorie de l’argumentation dans le discours (2000). Contrairement à la pragmatique intégrée d’Anscombre et Ducrot, cette théorie postule que l’argumentation est une dimension constitutive du discours et non de la langue, ce qui permet de prendre en compte des paramètres tels que l’énonciation, le dialogisme ou la présentation de soi (ethos).

8Au fil des théories, on constate que la vision de la finalité de l’argumentation évolue : tantôt l’accent est mis sur sa fonction persuasive, tantôt sur sa fonction stylistique, tantôt sur sa fonction dialectique. Si l’argumentation peut viser à convaincre un auditoire avec des intentions plus ou moins louables, elle peut également être instrument de démocratie en permettant le dialogue et la confrontation des idées (Amossy 2014). L’approche pragmadialectique en promeut quant à elle une approche hybride.

9Une des questions récurrentes dans l’étude de l’argumentation depuis Aristote est l’identification et la classification des différents schèmes d’arguments. Perelman et Olbrechts-Tyteca leur consacrent d’ailleurs une partie de leur Traité de l’argumentation (1958). Une des classifications les plus récentes et les plus complètes est celle proposée initialement par Hastings (1963) puis Walton et présentée en détail dans Argumentation Schemes (Walton et al. 2008). En plus des modèles inductifs et déductifs bien connus, les schèmes d’argumentations incluent des schèmes défaisables (defeasible), c’est-à-dire dont la conclusion peut être révisée avec l’apport de nouvelles informations venant contredire les prémisses initiales. Un des apports originaux de l’approche de Walton et al. consiste justement à accompagner les schèmes de « questions critiques » (critical questions) venant interroger leurs prémisses et ainsi éventuellement faire échouer l’argument en fonction des réponses apportées. Au-delà de l’approche normative qui jugerait ces schèmes comme relevant du raisonnement fallacieux, les schèmes d’argumentation défaisables sont représentatifs des stratégies d’argumentation employées dans la plupart des situations de communication humaine réalistes, même les plus exigeantes en termes de rationalité (par exemple la communication scientifique ou les cours de justice).

10Les recherches en argumentation traversent de nombreux champs disciplinaires, l’étude de ses aspects purement linguistiques n’en représentant qu’une partie. Certains de ces champs sont étroitement liés à sa conceptualisation initiale, comme la logique, la philosophie, le droit ou même les sciences politiques, alors que d’autres n’ont examiné ses apports que plus récemment, comme par exemple l’intelligence artificielle (et plus particulièrement le traitement automatisé des langues), l’apprentissage, la communication médiatique ou encore la médecine.

11Les dernières décennies ont vu les recherches sur l’argumentation s’orienter de manière encore plus marquée vers l’étude de l’argumentation telle qu’elle a lieu dans les productions et interactions humaines réelles, comme le montrent les programmes des colloques internationaux pluridisciplinaires que sont le colloque de l’ISSA (International Society for the Study of Argumentation) et ECA (European Conference on Argumentation). Cette orientation est visible d’une part dans le développement de recherches à visée applicative, et d’autre part dans l’augmentation des recherches fondamentales qui s’appuient sur des corpus ou des données provenant de situations de communication réelles. Un premier facteur identifiable pourrait être l’intérêt grandissant pour l’automatisation de tâches cognitives de haut niveau initialement réservées aux humains, automatisation qui permettrait notamment de faciliter la réalisation de ces tâches ou d’augmenter leur fiabilité et leur reproductibilité. Dans le domaine de l’argumentation, ces recherches peuvent par exemple prendre la forme de l’analyse de débats ou discours politiques (voir par exemple Lippi et Torroni, 2016), du choix d’un diagnostic médical (voir par exemple Longo et Hederman, 2013) ou encore de la prise d’une décision de justice (voir par exemple Prakken et Sartor, 1997 ; Collenette et al., 2020).

12Par ailleurs, ces tendances sont explicables au moins en partie par la plus grande disponibilité de données linguistiques et d’outils permettant leur stockage et leur analyse, ainsi que par le développement des méthodes computationnelles de traitement de la langue ou traitement automatisé des langues. Le domaine de la recherche automatique d’arguments, ou argument mining, est d’ailleurs un des domaines émergents les plus récents et les plus prometteurs dans la recherche appliquée en argumentation (Janier et Saint-Dizier, 2019 ; Palau et Moens, 2009), en raison de la multiplicité des applications qu’il laisse entrevoir, et de ce que l’extraction automatique pourrait apporter à l’étude qualitative de l’argumentation.

13S’appuyant sur l’observation de ces tendances, nous avons souhaité que ce numéro d’Anglophonia consacré à l’argumentation accueille des contributions croisant la linguistique anglaise et différentes disciplines en lien avec l’étude de l’argumentation. Chacun des articles sélectionnés pour ce numéro représente une des facettes de l’étude de l’argumentation en linguistique, qu’il s’agisse de l’analyse de marqueurs linguistiques en lien avec l’argumentation, de l’utilisation de l’argumentation pour convaincre dans le domaine de la communication orale, de la recherche automatique d’arguments en traitement automatisé des langues, ou du discours politique portant sur des sujets hautement controversés.

14Le premier article, proposé par Stéphane Gresset et Gérard Mélis (Université de Paris), s’inscrit dans le domaine de l’analyse du discours. Les auteurs s’intéressent plus particulièrement aux marques de la concession, notion fondamentalement argumentative permettant de traiter l’altérité, et abordent la différence entre les deux constructions concessives que sont ALTHOUGH antéposé et MAY-BUT. En comparant les cas dans lesquels ces constructions sont interchangeables et ceux dans lesquelles elles ne le sont pas, les auteurs soutiennent l’hypothèse que ces deux constructions obéissent à des stratégies argumentatives différentes, en prenant en compte en tant que facteur déterminant la variation de l’intensité de la prise en charge des contenus propositionnels concernés. La prise en charge modale des relations prédicatives y est en effet envisagée non comme une notion binaire, mais comme pouvant se situer sur un gradient.

15Dans le deuxième article de ce numéro, Fiona Rossette-Crake (Université Paris Nanterre) s’intéresse à l’un des éléments essentiels de l’argumentation, l’ethos, et plus précisément à sa place dans un genre typique de l’ère du numérique, celui du « investor pitch ». Ce terme fait référence aux courtes présentations faites par des entrepreneurs devant un public et éventuellement un jury, dans le cadre de concours ou d’émissions de télé-réalité, et dont le but est d’obtenir le financement d’un projet commercial. Ce genre est un exemple d’une série de pratiques discursives orales issues des usages numériques et nommée la New Oratory, et qui intègre les notions d’horizontalité et d’informalité des échanges. L’argumentation tient une place centrale dans ces pratiques discursives. En utilisant les marques linguistiques et paralinguistiques visibles dans le genre du « investor pitch », Rossette-Crake décrit et analyse l’éthos générique de la New Oratory, qui repose notamment sur la mise en scène de l’authenticité du locuteur et le renforcement d’une voix personnelle. Les travaux de Rossette-Crake représentent ainsi une collaboration fructueuse entre des approches françaises et anglo-saxonnes de l’analyse du discours, avec des apports issus de l’énonciation comme de la linguistique systémique fonctionnelle.

16L’article de Patrick Saint-Dizier (Institut de Recherche en Informatique de Toulouse, CNRS) concerne quant à lui les apports d’une approche linguistique à la recherche automatique d’arguments (argument mining). La recherche automatique d’arguments est un domaine émergent du traitement automatisé des langues, champ de recherches qui est depuis plusieurs années dominé par des approches statistiques qui se sont détournées des analyses linguistiques manuelles. Dans cette contribution prenant la forme d’une étude de faisabilité, Saint-Dizier propose de manière très pragmatique des éléments de méthodologie permettant le repérage, dans un corpus de textes représentatifs, des marqueurs lexicaux des différentes parties d’un argument, qu’il s’agisse de la conclusion, des attaques ou des supports, et des relations qui existent entre ces structures. Ces indices linguistiques ont ensuite vocation à être utilisés dans une plateforme d’analyse automatique du discours permettant le repérage des structures argumentatives, de leur polarisation et de leur force. Cet article constitue par ailleurs une bonne introduction au domaine de la recherche automatique d’arguments et à ses différents enjeux et défis.

17Le dernier article sur le thème de l’argumentation présenté dans ce numéro d’Anglophonia adopte une approche pluridisciplinaire, croisant civilisation, sciences politiques et linguistique. Dans cet article, Alma-Pierre Bonnet (Institut d’Etudes Politiques de Lyon) se penche sur l’échec du vote de l’accord proposé par Theresa May pour encadrer la sortie de l’UE du Royaume-Uni, accord qui a été refusé par le Parlement Britannique, ce qui a ensuite mené à la démission de la Première Ministre. Utilisant comme cadre théorique principal l’approche de l’argumentation dans le discours de Ruth Amossy, Bonnet étudie un corpus de déclarations diverses faites par Theresa May entre novembre 2018 et janvier 2019 afin d’analyser les stratégies argumentatives mises en place par la Première Ministre, et dont les choix argumentatifs inadéquats auraient pu être un facteur dans l’échec du vote. S’il est évident que cette défaite historique fut le résultat de plusieurs facteurs, l’étude de Bonnet montre que les choix argumentatifs de May en termes d’ethos et de pathos ainsi que l’utilisation qu’elle fait des enthymèmes ont pu jouer un rôle dans son incapacité à convaincre le Parlement de voter le compromis proposé.

18Nous adressons nos remerciements chaleureux au directeur du comité éditorial d’Anglophonia, Henri Le Prieult, ainsi qu’aux membres du comité de lecture, pour leur disponibilité et leur flexibilité. Nous souhaitons également remercier les auteurs pour leur participation enthousiaste à ce numéro. Pour finir, nous espérons que le numéro 29 d’Anglophonia intéressera le lectorat habituel ou nouveau de la revue, et pourra éventuellement leur faire découvrir ou redécouvrir l’étude de l’argumentation sous des angles différents.

Top of page

Bibliography

Amossy, Ruth. L’argumentation dans le discours. Paris : Armand Colin, [2000] 2010.

Amossy, Ruth. Apologie de la polémique. Paris : PUF, 2014.

Anscombre, Jean-Claude et Oswald Ducrot. L’argumentation dans la langue. Bruxelles : Mardaga, 1983.

Aristote. Rhétorique. Traduction Pierre Chiron. Paris : Flammarion, 2007.

Austin, John Langshaw. How to Do Things with Words. Cambridge (Massachusetts) : Harvard University Press, 1962.

Collenette, Joe, Katie Atkinson et Trevor Bench-Capon. “An explainable approach to deducing outcomes in European Court of Human Rights cases using ADFs.” Proceedings of the Eighth International Conference on Computational Models of Argument (COMMA 2020), Perugia, Italy, 2020.

Hastings, Arthur C. “A Reformulation of the Modes of Reasoning in Argumentation.” Thèse de doctorat. Evanston (Illinois) : Northwestern University, 1963.

Janier, Mathilde et Patrick Saint-Dizier. Argument Mining: Linguistic Foundations. Londres : John Wiley & Sons, 2019.

Lippi, Marco et Paolo Torroni. “Argument Mining from Speech: Detecting Claims in Political Debates.” Proceedings of the Thirtieth AAAI Conference on Artificial Intelligence, February 12-17, 2016, Phoenix, Arizona, USA. AAAI Press, 2016.

Longo, Luca et Lucy Hederman. “Argumentation theory for decision support in health-care: A comparison with machine learning.” International Conference on Brain and Health Informatics. Cham : Springer, 2013.

Palau, Raquel Mochales et Marie-Francine Moens. “Argumentation Mining: the Detection, Classification and Structure of Arguments in Text.” Actes de International Conference on Artificial Intelligence and Law (12th ICAIL), 2009.

Perelman, Chaïm et Lucie Olbrechts-Tyteca. Traité de l’argumentation - La nouvelle rhétorique. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 1958.

Plantin, Christian. L’argumentation. Paris : PUF « Que sais-je ? », 2005.

Platon. Phèdre. Traduction Luc Brisson. Paris : Flammarion, 1989.

Prakken, Henry et Giovanni Sartor, eds. Logical models of legal argumentation. Dordrecht : Kluwer Academic Publishers, 1997.

Quintilien. Institutione Oratoria / Institution oratoire. Traduction C. V. Ouizille. Paris : Panckoucke, 1829.

Robrieux, Jean-Jacques. Éléments de rhétorique et d’argumentation. Paris : Dunod, 2003.

Searle, John. Speech Acts. Cambridge : Cambridge University Press, 1969.

Toulmin, Stephen. The Uses of Argument. Cambridge : Cambridge University Press, 1958.

van Eemeren, Frans H. et Rob Grootendorst. Speech Acts in Argumentative Discussions: a Theoretical Model for the Analysis of Discussions Directed Towards Solving Conflicts of Opinion. Dordrecht : Foris, 1984.

Walton, Douglas, Chris Reed et Fabrizio Macagno. Argumentation Schemes. Cambridge : Cambridge University Press, 2008.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Garnier and Sarah Bourse, “Introduction”Anglophonia [Online], 29 | 2020, Online since 16 December 2020, connection on 25 January 2021. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3066; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3066

Top of page

About the authors

Marie Garnier

Université Toulouse-Jean Jaurès, Laboratoire Cultures Anglo-Saxones
marie.garnier@univ-tlse2.fr

Sarah Bourse

Université Toulouse-Jean Jaurès, Laboratoire Cultures Anglo-Saxones
sarah.bourse@univ-tlse2.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search