Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia29Concession, intensité assertive e...

Concession, intensité assertive et argumentation – étude comparée de deux constructions concessives en anglais

Stéphane Gresset and Gérard Mélis

Abstracts

The main purpose of this article is to examine the difference between two concessive constructions in contemporary English: the clause introduced by ALTHOUGH (ALTHOUGH+P) in initial position before the main clause and MAY-BUT. This study takes into account, not only the well-known characteristic features of concession as an argumentative process (the deconstruction of an inferential relation between two propositions, and intersubjectivity), but also another feature, namely the degree of assertiveness assigned to the propositional contents involved in the concessive process.
By comparing examples where these two constructions are interchangeable and others where, on the contrary, only one construction is acceptable, we hypothesize that, if the purpose of both these concessive constructions is clearly to highlight one propositional content, the degree of assertiveness associated with that content varies depending on the choice of construction. In other words, and this is what we plan to demonstrate through a detailed analysis of contextualized examples, these two constructions implement different argumentative strategies.

Top of page

Full text

Introduction

1Dans le cadre d’un volume consacré à l’argumentation, il nous a semblé intéressant de poser, à propos d’une notion aussi fondamentalement argumentative que la concession, la question de l’intensité assertive, qui permet de placer la prise en charge modale d’une relation prédicative sur un gradient et non dans une opposition binaire « assertif/non-assertif ». Notre hypothèse est qu’il existe des degrés de prise en charge assertive d’une relation P, le degré étant « la place [d’un élément] sur une échelle d’intensité croissante ou dans un ensemble progressif » (Travaux de Linguistique 55, L’Intensité, 2007/2).

2La notion de degré est généralement appliquée à des propriétés, mais nous l’appliquons ici à la prise en charge d’une relation prédicative en prenant comme objet d’observation certaines constructions concessives en anglais. Nous avançons l’idée que la prise en charge est un phénomène dont l’intensité est variable, qui peut être neutre certes, mais aussi affaiblie ou bien renforcée, servant de ce fait et selon le cas des fins argumentatives différentes.

3Notre hypothèse est que les différentes formes de prise en charge constituent des modulations d’intensité de l’assertion (ce que nous nommons « l’intensité assertive »). L’assertion est un phénomène modal a deux faces : a) choix de contenu : asserter, « c’est être en mesure d’asserter qu’il existe une valeur, et une seule, qui permet de valider une relation prédicative par rapport à un système de repérage » (Culioli 1990 : 131), b) relation co-énonciative : « Toute assertion écarte autrui en tant que contestataire éventuel : ce qui est asserté par un engagement subjectif est stabilisé par la force du statut social, du recours à une norme éthique, à une procédure rationnelle, vis-à-vis de toute éventuelle polémique. » (Culioli 1999 : 159).

4Or, nous le verrons, le contenu ainsi que la prise en charge peuvent être valorisés ou dévalorisés en fonction de la façon d’envisager l’altérité dans le contexte (mention d’un autre contenu que celui qui est mentionné dans l’énoncé, définition d’une autre position énonciative que celle de l’énonciateur ; cf. Mélis 2010 pour les différents niveaux d’altérité). C’est parce que la concession est interprétable comme une manière de traiter l’altérité qu’elle nous est apparue comme un objet d’étude pertinent à propos de l’intensité de la prise en charge.

5Nous partirons des définitions existantes de la concession afin de déterminer les composantes du rapport concessif en soulignant le fait que c’est l’intensité assertive qui est le paramètre déterminant en ce qui concerne les constructions concessives que nous analysons (§1). Nous nommons la proposition en MAY et la subordonnée en ALTHOUGH « contenu concédé » pour le distinguer de ce qu’avance l’énonciateur (le contenu introduit par BUT, la principale associée à ALTHOUGH+P). Nous passerons ensuite à l’analyse de quelques exemples contextualisés afin de distinguer les constructions en MAY-BUT et en ALTHOUGH+P antéposé à l’aide de la notion d’intensité assertive, composante dont nous poserons qu’elle est plus déterminante que les autres (§2). Nous nous concentrons sur ALTHOUGH+P antéposé, car la postposition d’une proposition en ALTHOUGH peut être la marque d’autres opérations, ce qui nécessiterait une étude spécifique des incidences de la position de cette circonstancielle.

1. Les composantes de la démarche concessive

6Les constructions concessives sont généralement caractérisées par deux propriétés : la déconstruction d’une relation inférentielle entre deux contenus propositionnels (représentations notionnelles exprimées sous forme de propositions) et l’intersubjectivité. Il y a concession dès lors qu’au moins deux contenus sont mis en rapport par une relation de causalité que vient annuler la concession, et que cette relation défaite indique un changement de point de vue, au sens où ce qui est concédé est attribué au co-énonciateur (non pas en tant que locuteur effectif mais en tant qu’instance énonciative abstraite responsable du point de vue autre que l’énonciateur S0 : non-S0) alors que ce qui est avancé est pris en charge par l’énonciateur. Nous appellerons P2 le contenu propositionnel concédé et P1 le contenu propositionnel avancé par l’énonciateur. Notre hypothèse est qu’il existe une troisième composante, plus fondamentale : le dispositif concessif sert à mettre en valeur P1 au détriment de P2, et il est en ceci une marque d’intensité assertive.

1.1. Le dispositif concessif : causalité inopérante et intersubjectivité

7Nous revenons rapidement sur les deux composantes mises en avant dans les analyses de la concession :

a) composante 1 : la déconstruction d’une relation inférentielle entre contenus propositionnels (pour reprendre la formulation de Ranger 1998)

8Autrement dit « He may be rich, but he is honest. » aussi bien que « Although he is rich, he is honest » reposent sur la remise en cause de l’inférence < < be rich > P2 => < not be honest > non-P1 > puisque c’est P1 < he be honest > qui est ici le cas. A côté de cette formulation, on en trouve d’autres : negated causality, frustrated expectation, surprising consequence, reference to a potential but ineffective obstacle, negation of a causal relationship (Barth-Weingarten 2003 : 3, 10, 28, 163), ou encore causalité inopérante (Zilberberg 2002 : 139), ou bien « non-détermination de la vérité de la principale par la vérité de la subordonnée » (Rivara 1988 : 106). On retrouve aussi ce type d’analyse chez Culioli 1995 ou Filippi-Deswelle 1997.

9La relation concessive s’établit entre un contenu propositionnel concédé P2 et une proposition P1 avancée par l’énonciateur de telle sorte qu’il y a une implication < if P2, then non-P1 > (König 1985), implication contrariée car c’est le contenu P1 qui est validé. Cette relation causale sous-jacente, préconstruite, est reléguée à l’arrière-plan, dans un autre univers de croyance (ensemble de propositions qui auraient pu être validées dans un monde possible, Martin 1982) ou dans un autre espace de représentation (Verhagen 2000), c’est-à-dire que, dans la concession, cette relation préconstruite est en rupture avec les coordonnées énonciatives afin, selon nous, de renforcer le rapport entre P1 et la situation. P1 s’oppose à non-P1, qui est écarté au profit de P1 : il y a renforcement de la prise en charge de P1 à travers l’évacuation de l’altérité non-P1.

b) composante 2 : l’intersubjectivité

10Qu’il s’agisse d’interlocution (ou de co-énonciation en l’absence d’un interlocuteur explicite), la dimension intersubjective de la concession est essentielle, puisque le tour concessif repose sur des attentes et des relations préconstruites plus ou moins stabilisées (nous y reviendrons avec les exemples).

11« Le terme ‘concession’ renvoie à un rapport entre énonciateurs plutôt qu’à un rapport entre états de choses ou événements (…), à la façon dont un énonciateur emploie une proposition dans une argumentation. » (Ranger 1998 : 3). On retrouve, par exemple, ce jeu co-énonciatif chez Molinié 1992 (88). La concession est liée à des expressions telles que « concéder quelque chose à quelqu’un », « I grant you that… », « Je vous accorde que… » qui manifestent cette dimension co-énonciative.

12L’analyse conversationnelle de la concession chez Barth-Weingarten 2003 met en avant trois éléments essentiels dans la démarche concessive : « claiming – acknowledging – counterclaiming ». Dans ce cadre, la concession peut être définie comme une relation intersubjective qui implique « one speaker claiming something, another acknowledging it and then providing a counter. » (Barth-Weingarten 2003 : 21, 33, 35)

13Autrement dit, la démarche concessive se définit habituellement au moins par deux traits fondamentaux :
a) remise en cause de la relation d’inférence P1/P2 : < < P2 implique non-P1 > et P1 est le cas >,
b) jeu co-énonciatif : P2 repéré par rapport au co-énonciateur, mais ce repérage est défait en situation d’énonciation au profit de P1 repéré par rapport à l’énonciateur. On est bien au cœur d’une démarche argumentative.

1.2. Intensité assertive

14Nous mettons l’accent sur un troisième élément, qui est mentionné à la marge dans la plupart des études sur la concession mais qui n’est pas théorisé : l’intensité de la prise en charge assertive des contenus propositionnels impliqués dans le rapport concessif. Notre hypothèse de départ est que l’intersubjectivité et la déconstruction de la relation causale entre P1 et P2 sont des composantes de la concession d’importance variable alors que l’intensité de la prise en charge de ces contenus propositionnels intervient d’une manière plus décisive dans la définition d’un rapport concessif. Nous nous concentrerons donc sur ce qui différencie les constructions sur ce plan, tout en étant conscients qu’il existe des cas d’interchangeabilité à étudier plus précisément.

15La notion d’intensité assertive est un élément mis en avant dans un certain nombre d’études sur la concession, notamment en termes de « pertinence », mais elle nous paraît mériter plus ample investigation. La fonction du dispositif concessif est la mise en valeur d’un contenu jugé « décisif pour le locuteur » (Molinié 1992 : 88) ou encore une « conséquence inattendue » (Soutet 2008 : 118) produite par la remise en cause d’une relation d’implication ou par l’amoindrissement de la pertinence de P2 (Larreya & Rivière : 101). Il s’agit pour nous de décrire plus précisément ce processus de mise en valeur en termes énonciatifs.

16La concession est utilisée dans un but de valorisation de contenu : elle peut avoir comme finalité « to promote a particular belief or action in the presence of apparent contrary information » (Mann 1992 : 39), « to highlight one state of affairs against another » (Barth-Weingarten 2003 : 164). La concession revient à « strengthening one’s own position at the expense of a counter-argument » ou « insisting on one’s opinion» (Barth-Weingarten 2003 : 16, 183). Elle correspond à une stratégie argumentative : « speakers address some vulnerability in their starting claim and, by making a show of conceding it, achieve the rhetorical effect of fortifying their own position » (Couper-Kuhlen & Thompson 2000 : 383). Par ailleurs, la concession peut aussi servir à nuancer un propos : « the statement is ‘mitigated’, which increases the chance of its being acceptable to the recipient. » (Barth-Weingarten 2003 : 177-8) (Barth-Weingarten parle de « backing down » ou de « downtoning »).

17D’autre part, dans le cadre de l’hypothèse des échelles argumentatives (Anscombre & Ducrot 1977 ; Ducrot 1980 ; Moeschler & de Spengler 1982), la concession instaure une relation hiérarchique de telle sorte qu’un contenu propositionnel peut être considéré comme exprimant un argument supérieur par rapport à d’autres en fonction de la conclusion visée par l’énonciateur (visée argumentative).

18Dans l’article intitulé « Je veux ! Réflexions sur la force assertive », Culioli avance l’idée qu’« on obtient une valeur renforcée grâce à l’élimination de toute altérité. […] En partant d’une altérité (possible ou effective), on peut éliminer cette altérité […] et c’est cette ré-entrée qui supprime le ‘simplement’ et qui déclenche la dynamique du renforcement » (Culioli 2002 : 106). Or, nous sommes en présence de deux types d’altérité dans le cas de la concession : P1 est mis en relation avec non-P1 (altérité notionnelle), et les points de vue énonciatifs (co-énonciation) sont présentés comme nettement différenciés (altérité co-énonciative).

1.3. Les composantes et les constructions concessives

19Les constructions dites concessives sont-elles toujours, et au même degré, caractérisées par les composantes 1 et 2 de la concession ?

20Il nous a semblé intéressant de comparer deux constructions qui illustrent, dans des registres différents, la démarche concessive : ALTHOUGH, en tant que marqueur typique de la concession, mais à l’oral c’est BUT qui est massivement utilisé (Barth-Weingarten 2003 : 6).

21Nous entendons le terme de construction dans le sens technique que lui prête Goldberg (Goldberg 2006 : 5). MAY-BUT en est une, car l’association de ces deux marqueurs est très fréquente et produit une interprétation particulière qui ne peut se réduire à la stricte somme des significations de ses éléments constitutifs, l’interprétation concessive résultant de l’interaction de MAY et de BUT qui produit un sens global seulement perceptible au niveau de la construction. La valeur de MAY dans cette construction n’est ni clairement épistémique, ni clairement radicale et semble constituer un cas d’emploi spécifique qui oscille entre les deux interprétations (Larreya & Rivière 2010 : 101) ou dont l’interprétation particulière découle de la construction elle-même (Souesme 2009).

22Or, nous constatons que ces deux constructions ne sont pas systématiquement interchangeables et ne peuvent pas toujours être décrites à l’aide des composantes 1 et 2 de la concession que nous avons rappelées. A partir de ce constat, nous recherchons des indices contextuels et/ou situationnels susceptibles soit de favoriser soit au contraire de freiner, voire d’empêcher, l’apparition de telle ou telle de ces constructions (Gresset 2012).

23Il est possible d’exprimer la relation concessive de différentes manières : parataxe asyndétique en (1a), coordination en (1b), emploi de MAY-BUT en (1c), subordination en ALTHOUGH en (1d), mais ce choix n’est pas totalement libre car il y a des contraintes d’emploi (2c semble difficilement acceptable avec ALTHOUGH+P antéposé).

(1a) I know you have great credentials. You don’t fit the job description because this job requires someone with extensive experience.
(Mann & Thompson 1986 : 65)
(1b) I know you have great credentials, but you don’t fit the job description because this job requires someone with extensive experience.
(1c) You may have great credentials, but you don’t fit the job description…
(1d) Although you have great credentials, you don’t fit the job description…

(2a) But we should decriminalise drug possession for small amounts (…) And this sounds absurd, but most Americans know it. If you’re busted again with five grams of crack cocaine, the weight of two pennies, a judge can’t do anything for you.
(Barth-Weingarten 2003 : 71)
(2b) … This may sound absurd, but most Americans know it…
(2c) ?? ... Although this sounds absurd, most Americans know it…

24Dans (1) et ses variantes, il y a une relation possible entre les contenus propositionnels P2 < you have great credentials > et non-P1 < you fit the job >. On retrouve la déconstruction d’un lien d’implication. Mais il semble plus difficile d’établir ce lien inter-propositionnel dans les exemples (2), la relation entre P2 < this + sound absurd > et P1 < Americans know it [= it sounds absurd] > relevant bien moins naturellement de l'implication (contrariée, niée, déconstruite ou pas) : ce n'est pas parce que c'est absurde qu'on est censé ne pas le savoir. Dans des cas de ce type, la construction en ALTHOUGH+P antéposé ne semble pas bien fonctionner alors que MAY-BUT est parfaitement recevable.

25La composante 1 ou « déconstruction d’une relation inférentielle » semble plus déterminante dans les exemples en ALTHOUGH+P antéposé, alors que c’est la composante 2 d’intersubjectivité qui paraît prédominer dans ceux avec MAY-BUT, dont l’interprétation concessive apparaît très clairement dans la glose : « I grant you that what I am saying sounds absurd, but we must admit that this is what most people think, and so it is legitimate to develop that point. »

26Nous reviendrons plus tard sur cet exemple à propos de la distinction entre concession logique et concession argumentative. Pour l’instant, nous constatons que les composantes de la concession ne sont pas toujours présentes au même titre dans les énoncés concessifs. Notre hypothèse est que l’intensité assertive est la composante la plus constante dans la définition du rapport concessif, son trait définitoire finalement le plus pertinent. C’est ce que nous allons démontrer à travers l’analyse du corpus.

2. MAY-BUT vs. ALTHOUGH : deux stratégies énonciatives

27Nous comparerons donc les deux constructions concessives MAY-BUT et ALTHOUGH+P antéposé afin de montrer que les deux premières composantes de la concession ont une importance variable alors que les phénomènes d’intensification assertive semblent définir de manière plus stable le dispositif concessif à l’œuvre. Les deux structures ont des points communs, mais certains contextes montrent qu’elles servent manifestement des fins argumentatives différentes : MAY-BUT établit une comparaison entre P1 et P2 en tant qu’arguments le plus souvent liés à une visée argumentative (2.1), alors que ALTHOUGH+P antéposé met en valeur P1 en tant que contenu significatif (2.2).

2.1. MAY-BUT : comparaison entre P1 et P2

28A partir de quelques exemples en contexte de MAY-BUT et de ALTHOUGH+P antéposé, nous nous interrogerons sur l’intensité assertive de P1 (la proposition avancée par l’énonciateur), en posant la question du statut assertif de la proposition P1 tel qu’il est traité dans ces deux constructions.

29L’énoncé (3) est un slogan publicitaire pour les pantalons Dockers :

(3) Dockers may not be fancy, but they are far from ordinary.

30La visée argumentative de ce slogan, dont le but est bien entendu de faire acheter des pantalons Dockers, est « Buy Dockers because they are not ordinary pants ». Or, la concession en MAY-BUT est incontestablement beaucoup plus efficace pour faire passer ce message que l’expression explicite de la cause dans cette reformulation. Par le biais de la concession, et dans la mesure où P2 « Dockers + not be fancy » n’est pas écarté, c’est « contre toute attente » que P1 est asserté puisque c’est non-P1 qui est attendu.

31Il y a en effet une relation de causalité inopérante entre P1 et P2 : l’énoncé fait appel à une relation d’implication (« dockers are not fancy… and are therefore ordinary »). On notera le jeu entre les notions « be fancy » et « be ordinary », qui ne sont pas présentées comme strictement complémentaires, et c’est même tout l’enjeu de l’énoncé que de suspendre ou rejeter en situation l’incompatibilité entre « not ordinary » et « not fancy ». Ici, les deux coexistent, et cette co-existence inattendue a pour conséquence la construction d’un degré supérieur de prise en charge assertive de P1. En (3), P2 impliquerait non-P1, et c’est P1 qui est validé : il y a « ré-entrée » dans le domaine P1 avec mise à l’écart de l’altérité non-P1, ce qui « déclenche la dynamique du renforcement », pour reprendre les termes de Culioli 2002 déjà cité.

32Quoi qu’il en soit l’assertion simple de (3a) « Dockers are far from ordinary » (et ce quel que soit le schéma intonatif, nous semble-t-il) n’aurait pu tenir lieu de slogan, le slogan n’étant pas une assertion simple ou neutre, mais dotée d’un haut degré d’intensité.

33Notons que la construction en ALTHOUGH+P (3b) n’aurait pas fonctionné non plus dans ce contexte, malgré sa correction grammaticale :

(3b) Although Dockers are not fancy, they are far from ordinary.

34D’une part, le registre d’adresse directe envers le lecteur/consommateur favorise une construction en BUT (et il en va de même en français avec MAIS), marqueur très nettement favorisé à l’oral (Barth-Weingarten 2003 : 6) et qui remplit davantage une fonction argumentative centrée sur les relations co-énonciatives qu’une fonction de démonstration logique axée principalement sur les contenus propositionnels et leurs relations (Moeschler & de Spengler 1982).

35D’autre part, on note un jeu sur les degrés d’assertion selon la construction choisie. En (3b) « Dockers are not fancy » est posé comme un préconstruit incontestable qui n’est donc pas remis en question en situation. Les constructions en ALTHOUGH/BIEN QUE sont généralement associées à la présupposition de P2 (Quirk et alii 1985 : 1099 ; Soutet 2008 : 118 ; Ranger 1998 : 38), ce qui est confirmé par certains tests grammaticaux (portée de la négation, clivage). Or, maintenir P2, ce serait maintenir non-P1 à travers l’implication < P2 => non-P1 > ; ce serait donc affaiblir la prise en charge de P1, toujours confronté à l’altérité.

36Notons que la postposition de la circonstancielle en (3c), bien que correcte grammaticalement, conviendrait encore moins au contexte discursif de (3) :

(3c) Dockers are far from ordinary, although they are not fancy.

37La position finale est préférée, voire contrainte, quand P2 remplit une fonction rectificative par rapport à P1 (Ranger 1998 : 34-35). On a là un autre aspect de la fonction discursive de la concession, à savoir, émettre des réserves sur un contenu déjà énoncé (on parle alors de « downtoning a claim after it has been produced », ou de « backing down », Barth-Weingarten 2003 : 171, 169). Autrement dit, la prise en charge de P1 est d’autant plus déstabilisée par le maintien de P2 que la circonstancielle est en position finale. C’est cela qui rend encore plus inadéquat (3c) : on imagine mal qu’un slogan destiné à faire vendre un produit puisse remettre en cause un argument qui lui est favorable.

38Dans (3), c’est P2 qui est déstabilisé à cause de MAY. Ce modal est un marqueur de possible bilatéral, il renvoie à un parcours sur les deux valeurs du domaine notionnel associé à la relation prédicative sur laquelle il porte (Deschamps 2001, Gilbert 2001, Gresset 2001). Il marque l’accessibilité à tous les possibles, altérité comprise (« en anglais, le marqueur d’accessibilité à tous les possibles, avec prise en compte de l’altérité, sera MAY » Culioli 1995 : 91)

39Associé à MAY, le contenu P2 est donc mis en suspens, déstabilisé. Or, si de P2 on infère non-P1, du jeu marqué par MAY entre P2 et non-P2 (P2 et non-P2 sont présentés comme indifférents du fait de la présence de MAY) découlent à la fois l’affaiblissement de non-P1 (puisque P2 coexiste avec non-P2) et le renforcement de P1 en tant qu’alternative/altérité à la valeur non-P1 attendue.

40Les constructions en ALTHOUGH+P et en MAY-BUT correspondent à des mises en relation différentes de P1 avec P2 et à des degrés variables de prise en charge de P1. Comme nous l’avons vu à propos de (3), les deux constructions ne sont pas systématiquement interchangeables sans écart d’interprétation, et il existe des cas où l’une des deux constructions paraît moins naturelle, comme dans l’exemple construit (4) ou bien dans l’énoncé (5) :

(4a) He may be clever, but he is lazy.
(4b)? Although he is clever, he is lazy.
(4c)? He is lazy, although he is clever.

(5) Cowley frowned. “What are you implying, Doyle? That the Commissioner might not play the game?” “I’m not implying anything, sir. They’re nice kids, a boy and a girl. They deserve fair play, even if Stone doesn’t. Maybe I should have turned it over to the locals…” “They may be nice kids,” said Cowley sharply, “but that’s a family with a pedigree of villainy on both sides. His wife’s father – Len Hatch...” “The Hatchet. I know.” Doyle had experienced Len Hatch when he had been a policeman on the beat. A tough customer, a man to be reckoned with. He was also an old man, now and Doyle pointed this out. “Mellowed too, no doubt,” added Cowley. “They all do.”
(BNC CES 670, Wallington, 1983, The Professionals, vol.15., Surrey, Severn House).

41Il en va de même en français : « Il est intelligent, mais il est paresseux. » passe bien mieux que « ? Il est paresseux, bien qu’il soit intelligent. » ou « ? Bien qu’il soit intelligent, il est paresseux. » (inspiré de Rivara 1981 : 100, et de Rossari 2000 : 90).

42A partir des énoncés (4), il serait, certes, possible de reconstruire une relation de causalité inopérante entre P1 et P2, en considérant, ce qui serait tout à fait concevable mais contingent, qu’être intelligent entraîne la prise de conscience de la nécessité de travailler, mais la relation d’implication entre P1 et P2 nous paraît ici faible. Les relations entre les notions dans (4a) (be clever/be lazy), (3c) (be far from ordinary/be fancy), et (5) (nice/villainy) semblent intervenir dans la formation des énoncés concessifs mais cette problématique dépasse le cadre de notre travail. D’autre part, l’énoncé (5) montre que MAY-BUT a une dimension interlocutoire plus marquée : « they may be nice kids » reprend ce que vient de dire l’interlocuteur dans une situation de dialogue.

43En suivant l’analyse développée en termes d’échelle argumentative (Ducrot 1980 ; Anscombre, Ducrot 1977 ; Ducrot 1980 ; Moeschler, de Spengler 1982), il est possible de dire que (4a) met en rapport P1 et P2 avec un autre contenu P3 (ici, par exemple, « He won’t succeed. ») dans une relation du type :

(4d) He may be clever, but he is lazy, so I’m afraid he won’t succeed.
(4e) I grant you he is clever, but, as he is lazy, I’m afraid he won’t succeed.

44Le même raisonnement vaut pour (5). Dans ce contexte, ALTHOUGH+P antéposé ne semble pas recevable, car il n’y a pas de rapport causal clair entre P2 et P1. On a pourtant bien affaire à un MAY-BUT concessif : P2 est explicitement asserté par le co-énonciateur (« they’re nice kids »), MAY introduit l’altérité (non-P2), ce qui permet de renforcer l’assertion de P1 par l’énonciateur. Dans (5), le véritable propos n’est pas P1 mais le traitement que cette famille doit recevoir (autrement dit P3) ; si P2 alors « they deserve fair play », mais si P1 l’emporte sur P2 comme c’est le cas ici, alors P3 ne s’impose pas avec autant de force.

45P3 est ce que l’énonciateur tente d’établir à l’aide d’arguments et en (4a) comme en (5) la structure concessive signifie que P2 est un argument moins fort que P1 par rapport à P3. A ce propos, Moeschler & de Spengler 1982 développent l’opposition entre concession logique (BIEN QUE, relation logique de causalité entre P1 et P2 jugée inopérante) et concession argumentative (MAIS, P1 est évalué comme un meilleur argument que P2 par rapport à une visée argumentative P3).

46Notre position est que cette opposition permet de distinguer les deux constructions concessives dont nous parlons ici. Par exemple, nous retrouvons dans (3) ce dispositif : P2 (« Dockers are not fancy pants ») n’est pas décisif en comparaison avec P2 (« the pants are far from ordinary ») par rapport à une visée argumentative P3 telle que « you should buy and wear them ». En ce qui concerne les exemples (2), c’est en fonction d’une visée argumentative que l’énonciateur classe les arguments : dans ces exemples, si l’on admet P2 « this sounds absurd », cela pourrait entraîner que les propos du locuteur ne sont pas pertinents, qu’ils ne devraient pas être tenus ; or, la proposition P1 « most Americans know it » revient à légitimer le discours (il s’agit, non de tenir des propos absurdes, mais de s’appuyer sur une opinion générale qui dénonce l’absurdité d’un fait). Il s’ensuit que le locuteur a raison de tenir ses propos, ce qui était la visée de la démarche concessive dans cet exemple. Il en va de même pour (4a). La relation logique causale entre P1 et P2 paraît faible, et les énoncés (4b, 4c) semblent moins acceptables alors que MAY-BUT fonctionne.

2.2. ALTHOUGH+P antéposé : mise en valeur de P1

47C’est à travers la comparaison entre les deux constructions concessives que nous étudions qu’il est possible de saisir des nuances significatives entre elles. Les constructions concessives en MAY-BUT et en ALTHOUGH+P antéposé semblent être la marque d’intentions argumentatives différentes. Dans cette optique, il est possible d’opposer (6) et (7) :

(6) Some students would be interested in the way the medium is used to convey a message. You could use them to study the language and techniques of advertising. A warning about selecting advertisements. Many advertisements play with the meanings of words. This may be clever and amusing, but you will have to decide whether it would make them too obscure for your students. If it takes a lot of explanation from you before they can see the point, is it a worthwhile exercise?
(BNC FUA 568, Teaching English with video, 1985, Harlow, A., M., Longman)

(7) Sheng has cerebral palsy and is unable to walk. There is no treatment available for the condition in China and Sheng seemed destined to spend the rest of his life in a wheelchair. His parents Kang and Bi explained how little Sheng spent his days looking out the window at the other children playing, knowing he couldn’t take part. And although he is a bright boy, he faced a future without any proper education. In desperation his devoted parents wrote pleading for help to the Scottish Council of Spastics in Edinburgh after finding their address in a book back home. The Edinburgh specialists were so touched by their pleas they invited the family over to Edinburgh to see if they could help the boy. And after just a few sessions of treatment his parents were overjoyed to be told their son could be walking by the time they leave the Capital (…)
(BNC, KAD 11229, 1985-1994, Scotsman, World Affairs Material)

48Dans (6), le but final est de déterminer si oui ou non il est recommandé d’utiliser des publicités avec une finalité pédagogique. L’argument P2 (« it is clever and amusing ») peut être séduisant mais il est rejeté au profit de P1 (« you will have to decide… students »). L’argument P2, en faveur de l’utilisation de ce type de matériel, tout en continuant à être valide, est écarté au profit d’un argument de qualité supérieure qui oriente le débat vers une conclusion négative, ou, du moins, prudente. C’est en fonction d’une certaine visée argumentative que les contenus P1 et P2 sont classés en tant qu’arguments dans un débat.

49En revanche, en (7), il s’agit d’avancer P1 « he faced a future without any proper education ». La construction en ALTHOUGH+P permet de prendre en considération le rapport entre P2 et P1 afin de mettre en avant le caractère alarmant/anormal/scandaleux de P1. Si l’on part du principe que P2 « he is a bright boy » est le cas, alors il faut normalement admettre non-P1 (comme dans une relation du type « Since he is a bright boy, he will have proper education »). Or, c’est P1 qui est le cas, contre toute attente. La structure concessive n’a pas ici pour but de classer des arguments en fonction d’une visée argumentative comme dans les cas de MAY-BUT, mais de valoriser le contenu P1 : P1 est mis en relation avec non-P1 et, cette altérité étant évacuée, la prise en charge de P1 est renforcée.

50C’est d’ailleurs le caractère particulier de P1 qui justifie la suite : les parents désespérés ont fait appel à des autorités qui ont réagi positivement en permettant au garçon de recevoir un traitement. Or, sans le dispositif concessif, P1 n’aurait pas eu le même caractère décisif. Sans P2 « he is a bright boy », le fait que P1 est le cas n’aurait pas eu le même impact. C’est le rapprochement entre P1 et P2 qui valorise P1.

51Dans la mesure où, avec MAY-BUT, l’énonciateur prend P2 comme un argument envisageable pour en dire qu’il ne le prend pas à sa charge afin de proposer P1 comme un meilleur argument face à un possible point de vue adverse, c’est la composante co-énonciative qui prédomine avec MAY-BUT, alors que la construction en ALTHOUGH+P met plutôt l’accent sur le rapport P1/P2 pour souligner P1.

52Par un biais argumentatif ou démonstratif, c’est toujours P1 qui est, à des degrés divers, le contenu valorisé du fait que l’altérité est tout d’abord prise en considération avant d’être finalement reléguée à l’arrière-plan. Avec ALTHOUGH+P, en dépit de la cassure du lien causal possible entre P1 et P2, P2 est maintenu (préconstruction de P2) alors qu’avec MAY-BUT, P2 est atténué car MAY introduit l’alternative P2/non-P2, ce qui affaiblit l’éventuelle inférence < P2 implique non-P1>, d’où la valorisation de P1.

53Dans ces exemples, la structure MAY-BUT permet de classer des arguments selon un gradient de pertinence par rapport à une visée argumentative, alors que les énoncés en ALTHOUGH+P ont pour objectif de souligner P1. Dans les deux cas, la notion d’intensité assertive s’applique, alors que la composante inférentielle (entre P2 et P1), supposée définir à elle seule la concession, n’est pas systématiquement détectable.

Conclusion

54Avec MAY, P2 et non-P2 sont mis sur le même plan, d’où un décrochage entre P2 et la situation (P2 n’est pas la valeur choisie en situation) et un repérage de P2 par rapport au co-énonciateur : si P2 n’est pas la valeur choisie en situation par l’énonciateur, elle est envisagée par un autre point de vue. Cette prise en compte de non-P2 permet d’envisager P1 mis en relation avec P2 à travers BUT. On passe d’une relation à une autre, compte-tenu de la visée argumentative P3. Autrement dit, P1 est présenté comme un meilleur argument que P2 en faveur de P3. Par rapport à la visée argumentative de P3, l’assertion (prise en charge en situation par l’énonciateur) de P1 est renforcée, donc dotée d’un degré d’intensité supérieur ; on passe donc d’un premier repérage à un second. C’est le repérage de P1 pris en charge par l’énonciateur qui est posé en situation, alors que le repérage initial mettait en avant P2 en tant qu’autre argument avancé par une autre instance énonciative. En ce qui concerne ALTHOUGH+P antéposé, la relation d’implication < P2 => non-P1> est défaite, ce qui ouvre la voie à la prise en charge de P1.

55Avec MAY-BUT, P2 est un autre argument que P1 pouvant mener à P3. Avec ALTHOUGH+P, P2 est un indice d’altérité car P2 est censé entraîner non-P1. P1 est mis en rapport avec l’altérité P2 avec mise à l’écart de cette altérité, ce qui aboutit à ce que l’on prenne P1 en considération après passage par l’altérité. Dans le cas de MAY-BUT, P1 est finalement envisagé comme un argument décisif en ce qui concerne le débat autour de P3 ; au moins pour l’énonciateur, le débat est clos grâce à P1. Dans le cas d’ALTHOUGH+P antéposé, P1 est maintenu en dépit de la relation d’inférence qui aurait pu mener à non-P1. Il s’agit de maintenir P1 par rapport à l’altérité non-P1.

Top of page

Bibliography

Anscombre, Jean-Claude, & Ducrot, Oswald. « Deux MAIS en français ? », Lingua, 43, Amsterdam : North-Holland, 23-40, 1977.

Barth-Weingarten, Dagmar. Concession in Spoken English: on the realisation of a discourse-pragmatic relation, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 2003.

Couper-Kuhlen, Elizabeth, & Thompson, Sandra. « Concessive patterns in conversation », in Couper-Kuhlen, E., Kortmann, B. (dir.), Cause Condition, Concession, Contrast, Cognitive and Discourse Perspectives, Berlin/New York, Mouton de Gruyter : 381-410, 2000.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 1, Ophrys, 1990.

Culioli, Antoine. « Even though, even if ; as though, as if », Linguistique et didactique, Cahiers Charles V, n°19, 85-91, 1995.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Tome 3, Ophrys, 1999.

Culioli, Antoine. « Je veux ! Réflexions sur la force assertive », in Botella, C., Penser les limites : écrits en l’honneur d’André Green, Collection Champs Psychanalytiques, Neuchatel, Delachaux & Niestlé, 102-108, 2002.

De Vogüe, Sarah. « Aux frontières des domaines notionnels : bien que, quoique et encore que », L’information grammaticale 55, 23-27, 1992.

Deschamps, Alain. « Approche énonciative des modaux en anglais », in Cahiers de Recherche, Tome 8, Modalité et opérations énonciatives, Gap, Ophrys, 3-21, 2001.

Ducrot, Oswald. Dire et ne pas dire, Paris, Hermann, 1972.

Ducrot, Oswald. Les échelles argumentatives, Collections ‘Propositions’, Paris, Minuit, 1980.

Filippi-Deswelle, Catherine. « Though et la relation de concession : opération énonciative et jeu sur le domaine notionnel », La notion, Gap, Ophrys, 91-98, 1997.

Gilbert, Eric. « Vers une analyse unitaire des modaux », in Cahiers de Recherche, Tome 8, Modalité et opérations énonciatives, Gap, Ophrys, 23-99, 2001.

Goldberg, Adele. Constructions at Work, Oxford, Oxford University Press, 2006.

Gresset, Stéphane. « Can/may et might/could ou l’interchangeabilité à l’épreuve des textes », in Cahiers de Recherche, Tome 8, Modalité et opérations énonciatives, Gap, Ophrys, 177-222, 2001.

Gresset, Stéphane. « De l’in/attendu dans les énoncés concessifs avec MAY. Illustration à partir d’un discours de Barack Obama », LINX, n° 66-67, Université Paris X, 51-67, 2012.

König, Ekkehard. « On the history of concessive connectives in English. Diachronic and synchronic evidence », Lingua 66, 1-19, 1985.

Larreya, Paul, & Rivière, Claude. Grammaire explicative de l’anglais, 4ème édition, France, Pearson, 2010.

Mann, William, & Thompson, Sandra A. « Relational Propositions in Discourse », Discourse Processes 9: 57–90, 1986.

Mann, William, & Thompson, Sandra. « Relational Discourse Structure: A Comparison of Approaches to Structuring Text by ‘Contrast’», in Hwang, S, J, A., Merrifield, W, R. (dir.) Language in Context: Essays for Robert E. Longacre, Summer Institute of Linguistics and the University of Texas at Arlington Publications in Linguistics, 107, Dallas, Summer Institute of Linguistics, 19-45, 1992.

Martin, Robert. « Relation concessive et univers de croyance », Modèles Linguistiques Tome 4, Fascicules 2, 27-39, 1982.

Mélis, Gérard. « Construction textuelle et régulation co-énonciative : l’altérité comme principe structurant », in Dufaye, L., Gournay, L. (dir.), L'Altérité dans les théories de l’énonciation, Collection Langues, Langage et Textes (dirigée par J. Guillemin-Flescher), Gap, Ophrys : 97-113, 2010.

Modalités et opérations énonciatives, Cahiers de recherche T. 8, Bouscaren, J., Deschamps A., Dufaye, L., (dir). Collection dirigée par J. Bouscaren, Ophrys, 2001.

Moeschler, Jacques, & de Spengler Nina. « La concession ou la réfutation interdite », Cahiers de Linguistique Française 4, 7-36, 1982.

Molinié, Georges. Dictionnaire de rhétorique, Paris, Le Livre de Poche, 1992.

Quirk, Randolph, Greenbaum, Sidney, Leech, Geoffrey, Svartvik, Jan, A Comprehensive Grammar of the English Language, Harlow, Longman, 1985.

Ranger, Graham. Les constructions concessives en anglais : une approche énonciative, Cahiers de Recherche, Numéro Spécial, Gap, Ophrys, 1998.

Rivara, René. « MAIS, le BUT anglais et les subordonnées de concession », Sigma 6, 45-56, 1981.

Rossari, Corinne. Connecteurs et relations de discours : des liens entre cognition et signification, Presses Universitaires de Nancy, 2000.

Sekali, Martine. « He’s a cop but he isn’t a bastard », in Celle, A., Huart, R. (dir.), Connectives as Discourse Landmarks, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins Publishing, Pragmatics & Beyond, New Series 161, 155-175, 2007.

Souesme, Jean-Claude. « May in concessive contexts », in Salkie, R., Busuttil, P., Van Der Auwera, J., (dir), Modality in English: Theory and description, Berlin & New York, Mouton de Gruyter, 159-176, 2009.

Soutet, Olivier. « Des concessives extensionnelles aux concessives simples. Contribution à l’étude de la genèse sémantique et historique des locutions conjonctives concessives du français », Linx, 59, 115-132, 2008.

Travaux de Linguistique 55, L’Intensité, 2007/2.

Verhagen, Arie. « Concession implies causality, though in some other space », in Couper-Kuhlen, E., Kortmann, B. (dir.), Cause Condition, Concession, Contrast, Cognitive and Discourse Perspectives, Berlin/New York, Mouton de Gruyter, 361-380, 2000.

Zilberberg, Claude. « Précis de grammaire tensive », Tangence, n°10, 111-143, 2002.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphane Gresset and Gérard Mélis, “Concession, intensité assertive et argumentation – étude comparée de deux constructions concessives en anglais”Anglophonia [Online], 29 | 2020, Online since 16 December 2020, connection on 26 January 2021. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3071; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3071

Top of page

About the authors

Stéphane Gresset

Université de Paris, CLILLAC-ARP
stephane.gresset@u-paris.fr

Gérard Mélis

Université de Paris, CLILLAC-ARP
gmelis@orange.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search