Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia29Theresa May et l’échec du « meani...

Theresa May et l’échec du « meaningful vote » : approche argumentative

Alma-Pierre Bonnet

Abstracts

As soon as she reached power, Theresa May said that she wanted to respect the will of the British people to leave the European Union (EU). She took a firm stance concerning Europe so as to please the right wing of her party, the Tories, reinforce her credibility and preserve the unity of her party. She triggered Article 50 without trying to find any form of compromise with any other party beforehand. In the meantime, the government agreed to put any EU/ UK deal to the vote in Westminster (the so-called “meaningful vote”). At the end of tough negotiations, May had therefore to convince Parliament that the deal she had struck with the EU respected the will of the British people and guaranteed Britain’s economic and diplomatic continuity. After three crushing defeats, May was forced to resign. The present article will study this perilous endeavour through a corpus-based analysis of Theresa May’s declarations (speeches, addresses, letter to the nation) to understand the reasons behind this failure. Ruth Amossy’s book, L’argumentation dans le discours, will be used as the basis of our research. We will try to explain why the arguments used by May failed to convince MPs.

Top of page

Full text

Introduction

1Selon Ruth Amossy et Roselyne Koren, l’argumentation peut être définie de la manière suivante :

Un raisonnement cohérent qui mène à une conclusion par déduction ou induction, comme une logique des valeurs et du préférable inscrite dans les moyens verbaux destinés à faire adhérer l’auditoire à une thèse (Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1958) ou comme un fonctionnement discursif qui oriente des façons de penser et de voir (Amossy et Koren 2010 : 14).

2En politique, l’argumentation est un outil essentiel pour la prise de décision démocratique. L’homme ou la femme politique doit « tenter de faire adhérer les destinataires aux choix politiques qui leur sont proposés » (Amossy et Koren 2010 : 13). Le discours politique a une fonction à la fois décisionnelle et pédagogique. Comme le souligne Alexandre Dorna : « le propre du politique est de fournir un discours structurant (cohérent de surcroit) afin d’entrainer l’adhésion » (Dorna 1995 : 133). Récemment, Theresa May, alors Première ministre du Royaume-Uni, s’est prêtée à ce jeu délicat pour convaincre le Parlement du bien-fondé de l’accord trouvé avec l’Union européenne pour la sortie de son pays de l’organisation supranationale.

3Cet article propose d’étudier l’argumentation utilisée par Theresa May durant deux mois d’âpres tractations qui se sont soldés par une défaite historique pour le gouvernement britannique. L’opposition, que ce soit dans l’euroscepticisme profond de la politique britannique ou la volonté de certains députés de rester dans l’UE, était-elle trop grande ou May n’a-t-elle pas fait preuve des meilleurs choix rhétoriques et argumentaires pour convaincre un public difficile ? Une analyse de ses déclarations pourra apporter quelques éclaircissements pour expliquer cette défaite.

4Dans le contexte passionné du Brexit (Jallot 2016 : 222), il semble difficile de développer une argumentation ordonnée et de trouver un quelconque consensus. Simone Bonnafous souligne d’ailleurs la difficulté à analyser les arguments d’un discours politique dans la mesure où il semble aujourd’hui que « le logos comme parole et raison s’efface de plus ou en plus au profit de l’ethos, de l’appel au sentiment et de la séduction » (cité dans Amossy et Koren 2010 : 13).

5En tant que civilisationniste, notre analyse du discours sera éclairée par quelques points relevant de l’étude politique et de la civilisation afin de mieux cerner la rhétorique de Theresa May. Nous ferons tout d’abord un point méthodologique et théorique afin de poser les bases de notre analyse. Nous verrons ensuite à quel point le contexte était difficile pour Theresa May. Enfin, nous analyserons les résultats de notre recherche.

1. Approche méthodologique et cadre théorique

1.1. Élaboration du corpus

6Le présent article repose sur l’analyse d’un corpus de 14 déclarations de Theresa May entre le 14 novembre 2018 et le 14 janvier 2019, pour un total de 20189 mots. Il s’agit de déclarations prononcées ou écrites par May sous forme de discours, de lettre à la nation, de communiqués de presse ou d’interventions à la Chambre des Communes. Ces documents officiels sont disponibles en ligne sur le site du gouvernement britannique www.gov.uk dans la partie « News and communications » de « The Rt Hon Theresa May MP ». Il est intéressant de noter que près de 80% des déclarations (11 sur 14) ont lieu entre le 14 novembre 2018 et le 10 décembre 2018 soit la veille de la date initiale du « meaningful vote ». L’énergie du début (10 déclarations entre le 14 et le 26 novembre) semble s’être estompée lorsqu’il s’est avéré qu’il serait très difficile d’avoir une majorité au Parlement. Il faut noter que toutes les déclarations ne sont pas prononcées au Parlement. En effet, si Theresa May doit convaincre les députés britanniques, les allocutions prononcées en dehors du parlement ont une influence certaine sur le choix final des députés dont le siège à Westminster dépend de l’opinion de l’électorat.

Code

Date

Intitulé

Lieu

C01

14 Novembre 2018

PM’s statement on Brexit

10 Downing Street

C02

15 Novembre 2018

Statement made by the Prime Minister

10 Downing Street

C03

15 Novembre 2018

PM’s statement on Brexit negotiations

House of Commons

C04

19 Novembre 2018

PM’s speech to CBI

London

C05

22 Novembre 2018

PM’s statement in Downing Street

10 Downing Street

C06

22 Novembre 2018

PM’s statement on EU negotiations

Parliament

C07

24 Novembre 2018

Letter to the Nation

 

C08

25 Novembre 2018

PM’s EU Council press statement

10 Downing Street

C09

25 Novembre 2018

40 reasons to back the Brexit deal

10 Downing Street

C10

26 Novembre 2018

PM’s statement on the Special European Council

House of Commons

C11

10 Décembre 2018

PM’s statement on exiting the European Union

House of Commons

C12

17 Décembre 2018

PM statement on European Council

House of Commons

C13

14 Janvier 2019

PM’s Brexit speech in Stoke-on-Trent

Stoke-on-Trent

C14

14 Janvier 2019

PM statement in the House of Commons

House of Commons

7Tableau 1 : Corpus de déclarations de Theresa May

1.2. Cadre théorique et méthodologique

  • 1 Selon Amossy, l’ethos est « l’image de soi que l’orateur construit dans son discours pour contri (...)

8Le cadre théorique de cet article sera le livre L’argumentation dans le discours de Ruth Amossy. Nous aborderons en premier lieu la création de l’ethos1 de Theresa May en nous concentrant sur l’environnement difficile dans lequel elle a dû composer son argumentation. Nous étudierons l’auditoire qu’elle devait convaincre ainsi que le stéréotypage opéré. Dans sa définition large, l’auditoire est « l’ensemble de ceux sur lesquels l’orateur veut influer par son argumentation » (Perelman et Olbrechts 1970 : 25). Nous étudierons ensuite les stratégies discursives (logos) proposées par May. En plus des arguments avancés par la Première ministre, nous nous intéresserons à la structure de son propos argumentatif. En parallèle de l’ethos et du logos, nous analyserons le pathos utilisé par Theresa May dans son discours argumentatif. Le pathos est l’effet émotionnel produit sur l’allocutaire. Les émotions jouent un rôle essentiel dans l’argumentation parce qu’elles ont à la fois un effet cognitif, c’est-à-dire qu’elles « influent sur le jugement de l’auditoire », mais aussi une origine cognitive : « elles sont enracinées dans des ensembles de croyances et de jugements qui les justifient aux yeux de ceux qui les éprouvent ». Cela signifie que les émotions « ne sont pas imperméables aux arguments » (Amossy 2016 : 221). Il y a donc un lien fort entre logos et pathos. Le camp des Remainers avait d’ailleurs axé une grande partie de son propos contre le Brexit sur la peur d’une sortie de l’UE et des conséquences qu’elle pourrait avoir sur le pays. Les Brexiters avaient alors balayé cette argumentation d’un revers de main en la qualifiant de « project fear » : la trame de fond de l’argumentation des Remainers, à leurs yeux, se limitait au sentiment de peur engendré par la sortie de l’UE.

2. Construction de l’ethos dans un contexte hostile

2. 1. Un contexte difficile : facteurs exogènes et endogènes

9L’importance du contexte dans une situation d’argumentation ne saurait être sous-estimée, c’est pourquoi nous allons y consacrer notre première partie. C’est grâce au contexte que l’argumentation prend toute son ampleur, comme le souligne Françoise Darses :

Argumenter, c’est développer un raisonnement dans le but de convaincre un auditoire et d’obtenir de lui qu’il partage une opinion donnée en présentant des éléments de preuve de la thèse défendue. La fonction d’un argument est donc […] d’être une justification émise en fonction d’un contexte donné (Darses 2006 : 221).

10La compréhension de l’argumentation de Theresa May nécessite donc une connaissance solide du contexte. Quelques remarques civilisationnelles vont nous permettre de montrer que le contexte dans lequel May a cherché à convaincre les députés de Westminster de voter pour son accord était particulièrement hostile. Une connaissance fine de la relation entre Theresa May et les députés qu’elle doit convaincre est essentielle. En effet, la dimension interpersonnelle de l’argumentation est primordiale, comme le souligne Pierre Oléron : « il n’existe d’argumentation que générée par un individu ou un groupe et une argumentation n’a de sens, disons même de réalité authentique, que par les hommes qui la reçoivent et dont elle contribue à déterminer la conduite » (Oléron 1993 : 19-20). De plus, l’analyse du contexte permet de voir que l’entreprise de Theresa May risquait d’emblée de se heurter à un auditoire peu réceptif. Cette situation rend l’argumentation très compliquée, comme le souligne Philippe Breton : « Il n’y pas d’argumentation possible sans un accord de l’auditoire. Il faut d’abord qu’il accepte de se placer en posture de débattre et d’être convaincu, ce qui ne va jamais de soi » (Breton 2016 : 53).

2.1.1. Contexte politique

11Theresa May est devenue Première ministre du Royaume-Uni, faute de concurrents, le 13 juillet 2016. En dépit d’une courte majorité au Parlement et d’un soutien personnel timide au maintien de son pays au sein de l’Union européenne (UE), elle a clairement et rapidement exprimé son vœu de respecter la décision démocratique exprimée par son peuple par voie référendaire, en soulignant que « Brexit means Brexit » dans plusieurs de ses discours. Après dix-sept mois de négociations, l’Union européenne et le gouvernement britannique formulent un projet d’accord de retrait. Entre temps, un amendement (Section 13) à la loi sur la sortie de l’UE (EU Withdrawal Act 2018) indique que le Parlement devra donner son aval (ce que l’on appelle le meaningful vote) à tout accord trouvé durant la phase de négociation. Theresa May se doit alors de convaincre une majorité de députés que son accord est le meilleur possible puisqu’il garantira une sortie en douceur de l’UE tout en respectant le souhait de la majorité ayant voté en faveur du Brexit.

12Cependant, de nombreuses voix, notamment du côté des tenants du Brexit (Brexiters) s’élèvent contre cet accord qui selon eux ne va pas assez loin. Point d’achoppement principal, la menace du filet de sécurité (backstop) entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande si aucun accord n’est trouvé pour préserver la fluidité des échanges entre les deux pays : afin de ne pas réinstaller de frontière dure entre les deux parties de l’île, l’Irlande du Nord resterait de facto dans le marché commun et l’Union douanière européenne. Cela implique que l’Irlande du Nord serait contrainte de respecter les règles du marché commun européen et que le Royaume-Uni ne pourrait pas négocier d’autres accords de libre-échange avec des pays hors UE. Le journaliste Olivier Le Bussy souligne que pour les Brexiters, le backstop est inacceptable parce qu’il nie le processus même du Brexit alors que ceux qui s’opposent au Brexit (Remainers) estiment qu’il vaut mieux rester pleinement dans l’UE que d’y être à moitié (Le Bussy 2019). S’amorce alors pour Theresa May la difficile tâche de défendre un accord qui ne garantit pas une sortie totale de l’UE. C’est ce à quoi elle s’attelle dès le 14 novembre 2018. Le vote du Parlement doit avoir lieu le 11 décembre, mais faute de majorité, May repousse la date butoir au 15 janvier 2019.

2.1.2. Une crédibilité à établir

13La première tâche de Theresa May était d’établir sa crédibilité concernant le Brexit, avant tout aux yeux de l’aile droite de son parti. Ayant été pour le maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne, même si elle ne fut pas une ardente Remainer, elle devait prouver qu’elle était capable d’implémenter le Brexit. Elle adopta donc une position dure vis-à-vis de l’UE. Lors de son discours devant la conférence du parti Conservateur d’octobre 2016, puis lors de son discours de Lancaster House de janvier 2017, elle exposa une vision proche d’un « hard Brexit », c’est-à-dire avec le Royaume-Uni hors du marché commun, de l’Union douanière et de la juridiction de la Cour Européenne de Justice. Il s’agissait là d’une approche séduisante pour les Brexiters de son parti. Une telle attitude signifie toutefois qu’il lui sera difficile de faire des compromis.

2.1.3. Des erreurs tactiques

14Si le vote populaire en faveur du Brexit a surpris la classe politique britannique, il semble que les premières décisions prises par Theresa May n’ont pas aidé à apaiser la situation. De nombreux députés lui ont reproché de ne pas avoir élaboré de plan pour le Brexit avant de déclencher le processus de retrait. Elle n’a pas essayé de trouver de compromis avec le Parlement, ou au sein de son parti, sur le type d’accord qu’elle allait négocier. Il s’agissait pour elle « de dévoiler son plan le plus tard possible, en misant sur le fait que les députés, pressés par le temps, préféreraient voter pour sa proposition plutôt que de risquer une sortie sans accord » selon la politologue Louise Thompson (Seibt 2019). Cette absence de consensus signifiait que chaque parti, voire chaque faction à l’intérieur de chaque parti, n’étant pas liés par un quelconque accord préalable, pourrait faire valoir ses intérêts propres lors du meaningful vote. Cela a rendu la tâche de Theresa May extrêmement compliquée.

  • 2 Pour expliquer l’échec de Theresa May, Alex Hunt et Brian Wheeler soulignent qu’elle n’a pas réu (...)

15De nombreux membres du parti conservateur lui ont reproché également d’avoir organisé des élections anticipées en juin 2017. Les Conservateurs avaient alors une avance confortable dans les sondages et un succès électoral aurait permis à Theresa May de donner plus de poids à son approche du Brexit. Cependant, une campagne difficile2 lui a coûté sa courte majorité et elle a dû former une alliance (soutien sans participation) avec le parti Nord Irlandais DUP, qui est intransigeant quant au fait que l’Irlande du Nord ne soit pas traitée différemment du reste du Royaume-Uni, ce qui a rendu caduque la proposition de filet de sécurité (backstop) et fragilisé le pouvoir de Theresa May au Parlement.

16Suite aux élections de 2017, son pouvoir au Parlement est devenu très limité : en se concentrant avant tout sur l’aile droite de son parti, elle a aliéné les parlementaires en faveur d’une approche plus souple ; en perdant sa majorité, elle a dû composer avec le DUP qui s’oppose à toute réunification de l’île d’Irlande et souhaite rester britannique ; en ne cherchant pas à trouver de compromis avec les autres partis, un éventuel refus de son accord au Parlement la mettrait dans une position délicate. En plus de certaines erreurs tactiques, elle devait faire face à une opposition structurelle à l’UE de la part de nombre de ses propres députés.

2.1.4. Un parti Conservateur traversé par un fort courant eurosceptique

17C’est sous un gouvernement conservateur et un Premier ministre europhile (Edward Heath) que le Royaume-Uni est entré dans la construction européenne. Le parti était même considéré comme le « parti de l’Europe » (Mischi 2006 : 12). L’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher a marqué un tournant eurosceptique entériné par la difficile ratification du traité de Maastritch par John Major et une certaine fracture au sein du parti conservateur. Alexandre-Collier souligne que l’approche pragmatique de David Cameron a renforcé l’influence eurosceptique sur le parti (Alexandre-Collier 2015 : 120). Lors de la campagne pour le referendum de 2016, le groupe officiel en faveur du Brexit, Vote Leave, était d’ailleurs composé de membres importants du parti conservateur comme Boris Johnson ou Michael Gove. Dès son accession au pouvoir, Theresa May savait qu’elle allait devoir composer avec une frange eurosceptique très influente dans son parti.

2.1.5. Un accord qui ne satisfait personne ?

18Le fruit des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE est un document de 585 pages comptant 185 articles. Les points essentiels sont les suivants (Guitton 2019) :
• Une période de transition de deux ans, qui pourra être étendue à quatre, doit être mise en place suite à la date du Brexit. Le Royaume-Uni ne siègera plus dans les institutions européennes et n’aura donc plus voix au chapitre concernant les décisions de l’UE. Il ne pourra pas signer de nouvel accord de libre-échange avec des pays tiers et devra respecter les règles de l’UE. Il gardera toutefois accès au marché commun.
• Un filet de sécurité (backstop, évoqué plus haut) sera mis en place tant qu’aucune autre solution n’a été trouvée pour éviter une frontière dure entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande. En l’état, le Royaume-Uni reste au sein de l’UE et ne pourra pas signer de nouveaux accords avec des pays tiers, même après la période de transition.
• Londres va payer sa part de contribution au budget 2014-2020 de l’UE.
• Les Britanniques resteront sous la juridiction de la Cour de justice de l’UE jusqu’à la fin de la période de transition.
• Le Royaume-Uni accepte de négocier le futur de Gibraltar avec l’Espagne.

19Cet accord ne prévoit donc pas de sortie claire du Royaume-Uni dans l’immédiat. De plus, il coûtera beaucoup d’argent aux Britanniques et il risque de remettre en cause la souveraineté de Londres sur certaines de ses possessions, comme Gibraltar. C’est donc dans un environnement hostile que Theresa May devait faire accepter son accord : les députés Brexiters le voient comme une trahison alors que les députés Remainers arguent qu’il n’offre aucune solution et qu’il serait préférable de rester dans l’UE.

2.2. La représentation mentale de l’auditoire

20Ruth Amossy décrit le fait de s’adapter à l’auditoire comme une condition sine qua none de l’efficacité discursive (Amossy 2016 : 53). L’orateur doit avoir une représentation mentale de celui à qui il s’adresse et de sa compréhension du sujet traité (Amossy 2016 56). La représentation mentale de l’auditoire se fait à travers un processus de stéréotypage que Ruth Amossy définit de la sorte :

Le stéréotypage est l’opération qui consiste à penser le réel à travers une représentation culturelle préexistante, un schème collectif figé. Un individu concret ou un ensemble d’individus sont ainsi perçus et évalués en fonction d’un modèle préconstruit (Amossy 2016 : 59).

21Le stéréotypage consiste à créer une image mentale de l’auditoire afin d’anticiper ses réactions et donc faciliter le choix argumentaire pour mieux le convaincre. Ce processus est essentiel car il permet de « tenter de prévoir les réactions » (Amossy 2016 : 59) de l’auditoire et donc d’agir sur ce dernier. La difficulté première de Theresa May est de faire face à un auditoire composite (Amossy 2016 : 70), c’est-à-dire qui est composé de groupes différenciés. Pire, il s’agit d’un auditoire divisé parcouru d’opinions opposées et peut-être irréconciliables. La représentation de l’auditoire est toutefois primordiale :

Ce qui se donne à voir dans le discours est la façon dont [l’orateur] présente une image d’eux-mêmes [l’auditoire] susceptible de favoriser son entreprise de persuasion […] l’orateur travaille à élaborer une image de l’auditoire dans laquelle celui-ci voudra se reconnaître. Il tente d’infléchir des opinions et des conduites en lui tendant un miroir dans lequel il prendra plaisir à se contempler (Amossy 2016 : 79).

22Theresa May doit tenter de séduire deux groupes distincts en même temps : le peuple et les députés. Lorsque les discours s’adressent directement au peuple, elle tente de faire pression sur les députés, qui sont leurs représentants, et lorsque les discours sont prononcés à la Chambre des Communes, elle montre que c’est l’intérêt du peuple qui doit primer. Cela a pour conséquences de créer une dichotomie, puis une véritable opposition, entre les députés et le peuple. Le stéréotypage se fait avant tout grâce à des évidences partagées, c’est-à-dire un ensemble de valeurs que le discours attribue à l’auditoire.

23Dès le début de son argumentation, le peuple est décrit comme soucieux de son avenir, raisonnable et souhaitant la mise en place du Brexit :

Mr Speaker, the British people want us to get this done. And to get on with addressing the other issues they care about. Creating more good jobs in every part of the UK and doing more to help families with the cost of living. Helping our NHS to provide first class care and our schools to give every child a great start in life. And focusing every ounce of our energy on building a brighter future for our country (CO3 Statement, House of Commons, 15 novembre 2018).

24Le peuple britannique est présenté comme uni. May dépasse les divisions du référendum. Elle décrit un peuple qui s’intéresse aux besoins de tous les jours, comme la santé ou l’éducation. On peut qualifier cette approche politique de One Nation, c’est-à-dire que la société britannique est composée d’une multitude d’organismes, certes différents, mais qui travaillent ensemble pour le bien commun. De plus, elle rappelle l’importance de l’unité du pays en soulignant que le souci d’avoir accès à de bons emplois est commun à toutes les régions du royaume. Le Brexit a en effet montré de grandes disparités entre l’Angleterre et les trois autres nations du Royaume-Uni. Theresa May semble vouloir dépasser ces différences géographiques en montrant un royaume unifié par une volonté commune, loin des dissensions politiques et des tensions créées par le référendum. L’image du peuple est extrêmement positive et proche des clichés britanniques : un peuple pragmatique et raisonnable qui se soucie non seulement de son intérêt propre mais aussi de l’unité du pays. Un peuple également fier de ses réussites comme la NHS ou les écoles britanniques. Un peuple enfin qui accepte de faire face aux difficultés et qui, ensemble, arrive à les dépasser.

25Le Brexit est traité comme un problème mineur qu’il faut expédier (« get this done ») afin de se concentrer sur d’autres problèmes (« to get on with addressing the other issues they care about »), alors qu’il est au cœur du débat politique. En minimisant le Brexit, Theresa May court le risque d’aliéner une frange de la population pour qui le référendum a été un moyen de faire entendre une voix rarement entendue à Londres (Ford & Goodwin 2014 : 122).

26À partir du 10 décembre 2018, Theresa May s’adresse directement aux députés. Elle a dû repousser la date du meaningful vote faute de soutien au Parlement. La possibilité d’une sortie sans accord devient une possibilité si le Parlement n’accepte pas son accord. Le ton est alors plus sombre, comme le montre le passage suivant (CO12), qui peut être perçu comme le pendant négatif de l’extrait précédent (CO3) et qui, comme ce dernier, est situé en fin de discours :

[…] let us not risk the jobs, services and security of the people we serve by turning our backs on an agreement with our neighbours that honours the referendum and provides for a smooth and orderly exit. (C12 déclaration, House of Commons, 17 décembre 2018).

27En effet, si le message est assez similaire, on trouve à la place de verbes d’action connotés positivement (« create » et « help ») des verbes ou expressions négatives (« risk the jobs » s’oppose à « creating more good jobs » et « turning our backs » qui est le contraire de « help »). Theresa May souhaite toutefois mettre en avant la notion d’unité. Les termes « let us » montrent une volonté d’encourager l’ensemble de la classe politique à soutenir son projet. Elle prend également le soin d’utiliser le pronom « we » inclusif (Fairclough, 2001:106), puisqu’il englobe à la fois les députés et elle-même, afin de mettre en avant l’idée d’unité parlementaire. La valeur collective du pronom « we » est un outil rhétorique souvent présent dans les discours politiques (Digonnet 2014 : 44). Il n’est alors pas surprenant de voir que le pronom personnel « we » est le plus utilisé dans le corpus (330 fois). May semble donc exprimer une volonté de représentativité dans la mesure où « we » exprime la notion d’« identité institutionnelle », c’est-à-dire que le locuteur se positionne en tant que représentant d’une institution, ici le Parlement britannique en charge de respecter le choix du peuple (Bramley 2001 : 76).

28L’image de l’auditoire élaborée par Theresa May est donc celle d’un peuple responsable et raisonnable qui souhaite le Brexit et qui est représenté par des députés qui ont conscience de leurs prérogatives et de leur responsabilité. Cette vision générale de l’auditoire ne prend pas en compte les nombreuses dissensions au cœur du peuple britannique, ni la dimension passionnée suscitée par le référendum au sein du Parlement.

2.3. Ethos de Theresa May

29Comme nous l’avons vu, l’ethos de May est construit dans un contexte difficile. En effet, sa crédibilité et son autorité ont été mises à mal par plusieurs erreurs tactiques. De plus, au sortir des négociations avec l’Union européenne, une série de démissions au sein du gouvernement pour protester contre l’accord trouvé a continué d’écorner l’image de la Première ministre. On pourrait dès lors s’attendre à ce que May retravaille son ethos afin de construire son argumentation sur des bases solides. Ce processus n’a toutefois pas lieu. Theresa May s’attache avant tout à souligner le fait qu’elle et son gouvernement travaillent très dur, dès sa première déclaration :

These documents were the result of thousands of hours of hard negotiation by UK officials, and many, many meetings, which I and other ministers held with our EU counterparts (C01 déclaration, Downing Street, 14 novembre 2018).

30D’un point de vue plus personnel, elle va tenter de projeter l’image d’un simple fonctionnaire avec une mission (C01). Voyons l’évolution de son image personnelle :

It is my job as Prime Minister to explain the decisions that the Government has taken and I stand ready to do that beginning tomorrow with a statement in Parliament (C01 déclaration, Downing Street, 14 novembre 2018).

31Elle semble minimiser son rôle (elle parle de « job » et pas de « duty » ou même « honour »). Elle sert avant tout de relai (« to explain »). L’expression « stand ready to do that » montre cette position d’intermédiaire entre le gouvernement et le Parlement. Elle s’attache alors à présenter les faits de la façon la plus simple :

When you strip away the detail, the choice before us is clear. This deal which delivers on the vote of the referendum, which brings back control of our money, laws and borders; ends free movement; protects jobs, security and our union; or leave with no deal; or no Brexit at all (C01 déclaration, Downing Street, 14 novembre 2018).

32La place laissée au débat est très limitée, tout comme à la notion de nuance : le choix présenté par May est concis (« strip away the detail ») et simple (« the choice before us is clear »), voire manichéen (« or leave with no deal ; or no Brexit at all »). En montrant qu’il n’existe pas d’autre choix que son accord, ce passage ressemble à une menace pour convaincre à la fois ceux en faveur d’un Brexit doux, où la Grande-Bretagne resterait proche de l’UE (avec le risque de « leave with no deal »), et les partisans d’un Brexit dur, où le Royaume-Uni aurait le moins de liens possibles avec l’UE (pour qui « no Brexit at all » n’est pas envisageable). Theresa May montre sa volonté de ne s’attacher qu’aux faits bruts (avec la métaphore « strip away » et le choix très simple présenté aux députés). Cette approche très terre à terre, dénuée de sentiment, lui vaudra le surnom de « Maybot » par ses opposants politiques.

33Elle va par la suite donner un ton plus personnel à son ethos, comme nous le montrent les trois extraits suivants (on note l’utilisation du verbe cognitif « believe » et l’expression positive du futur avec le modal dynamique « will » et l’expression d’anticipation « look forward »)

But I believe with every fibre of my being that the course I have set out is the right one for our country and all our people (C02 déclaration, Downing Street, 15 novembre 2018).

Throughout these difficult and complex negotiations with the European Union I have had one goal in mind: to honour the vote of the British people and deliver a good Brexit deal (C05 déclaration, Downing Street, 22 novembre 2018).

In Parliament and beyond it, I will make the case for this deal with all my heart and I look forward to that campaign (C08 communiqué, Downing Street, 25 novembre 2018).

34Elle va mettre tout son cœur à l’ouvrage (« with all my heart »), au point d’en faire une affaire personnelle (« I believe with every fibre of my being »). Bien que dédiée à sa tâche (« I have had one goal in mind ») Theresa May ne semble pas développer un ethos très fort. Son rôle décisionnel semble limité (« to honour the vote of the British people and deliver a good Brexit deal »). Elle souligne avant tout un rôle communicationnel (« I will make the case for this deal »). Elle se dépeint en simple fonctionnaire appliquée qui, bien qu’au cœur d’une quête personnelle, ne souhaite pas se mettre en avant. Elle se fait la porte-parole du peuple, ce qui d’une certaine façon réduit son rôle de dirigeante du peuple.

35Cette attitude assez passive se reflète dans l’utilisation du terme « people ». Le logiciel Sketch Engine montre que ce terme est le plus utilisé (111 fois) après « deal » (174 fois) et « EU » (152 fois). La fonction N-Gram montre que la collocation « The British people » (utilisée 41 fois) est la plus commune dans les discours de Theresa May. C’est donc le peuple qui est au centre des préoccupations de May. Le profil lexical de « people » révèle que le verbe qui lui est le plus souvent associé est « want » (6 fois), suivi de près par « decide » et « say ». Theresa May se place donc comme intermédiaire entre la volonté du peuple et le Parlement. Elle ne fait que passer un message. Elle ne fait qu’exécuter une décision. Il semble utile ici de présenter le contexte civilisationnel. La rhétorique du Brexit s’est nourrie du mythe d’un Royaume-Uni victorieux de la Seconde Guerre mondiale, avec un Premier ministre charismatique (Campanella and Dassu 2019 : 59). Le successeur de Theresa May, Boris Johnson, semble avoir pris cette dimension en considération dans la mesure où il fait de nombreuses références à Winston Churchill dans ses discours. L’image passive que May développe, au contraire, ne semble pas coïncider avec les attentes créées par les tenants du Brexit. Par métonymie, elle ne crée pas l’image d’un pays sûr de sa force, prêt à faire du Brexit un succès politique et économique. Or, la rhétorique du Brexit s’est construite sur l’image d’un Royaume-Uni fort et indépendant, dont la grandeur serait réduite par son appartenance à l’Union européenne (Bonnet 2019).

36Par ailleurs, certaines tensions émergent au sein même de son processus de création d’ethos. Il semble que l’évolution de son image entame son autorité de Première ministre. Les extraits suivants permettent de voir un certain manque de cohérence :

a. I have been committed day and night to delivering on the result of the referendum and ensuring the UK leaves the EU absolutely and on time (C03 déclaration, House of Commons, 15 novembre 2018).

b. And I can say to the House with absolute certainty that there is not a better deal available. My fellow leaders were very clear on that themselves yesterday (C10 déclaration, House of Commons, 26 novembre 2018).

c. This afternoon I will set out in greater detail to MPs what is contained in the correspondence I have published today and what it means for our withdrawal. And tomorrow I will close the debate (C13 discours, Stoke-on-Trent, 14 janvier 2019).

37Dans ses premiers discours, elle se présente comme au service (« committed ») du peuple (a). Son rôle est simple : veiller au bon déroulement des négociations du Brexit pour faire en sorte que tout se passe bien. L’utilisation d’expressions indiquant l’intensité de son dévouement : « day and night », « absolutely », « on time ». Cette attitude semble ensuite contrainte par les évènements. Elle n’est plus au service du peuple, ni même du Parlement, mais au contraire, son rôle devient celui de messager des dirigeants européens (b). Elle ne fait que reformuler une décision arrêtée par d’autres dirigeants : « My fellow leaders were very clear on that themselves ». On peut noter ici que la référence aux « fellow leaders » est doublée par « themselves », ce qui semble réduire encore plus l’influence de Theresa May. Elle cherche toutefois à contre balancer cette image de subalterne à la toute fin des débats, lorsqu’elle se montre résolue et ferme (c), avec l’utilisation du modal dynamique « will » ainsi que des verbes d’action (« set out », « published » et « close »). Le fait qu’elle prenne la décision de clôturer les débats montre que c’est elle qui est en charge. Il est intéressant de noter toutefois qu’elle adopte cette position ferme hors du Parlement. L’instabilité de l’évolution de son ethos risque de nuire à son autorité. De simple fonctionnaire au service du peuple (a), elle devient subalterne des dirigeants européens (b) et peut donc difficilement espérer jouir d’une vraie crédibilité à quelques heures du vote fatidique (c).

38L’image de l’auditoire ainsi que l’ethos créés par Theresa May semblent en contradiction avec les attentes du peuple et des députés. Le référendum a été remporté sur le thème général de la grandeur britannique retrouvée (Bonnet 2019). La rationalité de la Première ministre entre en opposition directe avec la passion du débat autour du Brexit. De même, le fort courant eurosceptique qui traverse la politique britannique et en particulier le parti conservateur, et qui a entraîné le Brexit, semble annihilé par l’ethos très faible d’une Première ministre au service du peuple, certes, mais aussi soumise aux décisions de l’Union européenne. C’est dans ce contexte très difficile qu’elle développe ses arguments.

3. Une argumentation qui ne convainc pas

3.1. Stéréotypes de base de l’argumentation

39Selon Perelman : « le discours argumentatif se construit sur des points d’accord, des prémisses entérinés par l’auditoire » (cité dans Amossy 2016 : 112). L’importance du stéréotype dans l’argumentation ne saurait être négligée. En effet, comme le souligne Amossy :

En tant que représentation collective figée qui participe de la doxa ambiante, [le stéréotype] fournit comme tout lieu commun le terrain sur lequel pourront communier les interactants. Dans le champ de l’argumentation, le stéréotype est fonctionnel et constructif. Si [l’auditoire] adhère aux images toutes faites qui sont mises sous ses yeux, il pourra se laisser porter par l’argumentation qui s’alimente aux représentations issues de sa propre vision du monde (Amossy 2016 : 140).

40La doxa, ou opinion commune, sur laquelle repose l’argumentation de Theresa May est une image idéalisée du peuple britannique après le Brexit. Cette représentation mentale suit les contours dessinés par les tenants du Brexit et a été renforcée par les premières déclarations de May qui voulait faire du Brexit un succès pour l’ensemble du royaume (a), tout en adoptant une position ferme et déterminée vis-à-vis de l’Union européenne (b) :

a. I believe that what I owe to this country is to take decisions that are in the national interest, and I firmly believe with my head and my heart that this is a decision which is in the best interests of our entire United Kingdom (C01, declaration, Downing Street, 14 novembre 2018)

b. So last month, I set out for the House the four steps we needed to take. This is what we have now done and it has seen the EU make a number of concessions towards our position (C03 déclaration, House of Commons, 15 novembre 2018).

41La rhétorique du Brexit a décrit le peuple britannique comme souverain, sûr de sa force et prêt à embrasser les opportunités offertes par un moment et une décision politique historiques (Buckledee 2018 : 19). Les Brexiters, comme Boris Johnson ou Michael Gove, n’ont eu de cesse de souligner la facilité avec laquelle un accord de sortie serait négocié. Le Royaume-Uni serait en position de force et le monde se précipiterait pour conclure de nouveaux accords de libre-échange une fois le pays hors de l’UE. Il est alors légitime de penser que cette vision idyllique puisse servir de socle sur lequel Theresa May construit son argumentation, notamment parce qu’elle s’est placée du côté des Brexiters dès le début de son mandat. Le principe de réalité, et la notion de compromis entérinée par Theresa May (« I know this is not everyone’s perfect deal. It is a compromise » C12) semblent toutefois remettre en question cet a priori. Elle ne fournit pas de vision seulement positive des choses et met en avant certaines difficultés inhérentes à la situation.

42Le stéréotype se développe en deux temps, avec une partie se concentrant sur le peuple et une autre sur le gouvernement et le pays en général. Theresa May semble tout d’abord abonder dans le sens de ceux qui soutiennent que le Brexit représente une situation politique positive pour le pays. Le peuple est placé au centre du débat, comme le montrent les extraits suivants, tous prononcés en dehors du Parlement :

a. But the collective decision of Cabinet was that the Government should agree the draft Withdrawal Agreement and the Outline Political Declaration – this is a decisive step which enables us to move on and finalise the deal in the days ahead. These decisions were not taken lightly - but I believe it is a decision that is firmly in the national interest (C01 déclaration, Downing Street, 14 novembre 2018).

b. Serving in high office is an honour and privilege. It is also a heavy responsibility. That is true at any time – but especially when the stakes are so high (C02 déclaration, Downing Street, 15 novembre 2018).

c. It will be a deal that is in our national interest – one that works for our whole country and all of our people, whether you voted ‘Leave’ or ‘Remain’ (C07 lettre ouverte, 24 novembre 2018).

  • 3 La notion d’unité était au cœur de sa toute première allocution en tant que Première ministre. E (...)

43L’extrait (a) montre un gouvernement uni (« collective decision ») qui travaille dur au service du peuple (« the national interest »). Le peuple est donc souverain et la démocratie britannique est saine et fonctionne bien. Les décisions qui comptent pour le peuple sont dorénavant prises à Londres par le gouvernement représentatif élu par les Britanniques. Il s’agit là d’une des principales promesses du Brexit, à savoir le retour de la souveraineté du Parlement. L’intérêt national, et non plus l’intérêt collectif de l’UE, prime et gouverne chaque décision politique (on note que l’UE n’est pas mentionnée). Theresa May souligne (b) l’importance du moment avec des termes comme « honour » et « privilege ». Ces termes sont mis en lien (« also ») avec une notion plus grave (« heavy responsibility »), ce qui semble être un parallèle avec une citation de Winston Churchill durant la Seconde Guerre mondiale : « The price of greatness is responsibility » (6 septembre 1943). La référence implicite à Churchill montre que le peuple britannique vit un moment historique qui ne saurait être égalé que par un conflit dont ils sont sortis vainqueurs. Le peuple souverain est donc amené à prendre des décisions historiques (« the stakes are so high ») qui seront respectées par un Parlement démocratiquement élu au service du peuple (« serving »). Enfin, Theresa May développe l’image d’un pays uni qui prend en main son destin (c). Les dissensions politiques (« whether you voted ‘Leave’ or ‘Remain’ ») sont dépassées par l’intérêt commun d’une nation qui a pris le contrôle de son avenir. Là encore, on ressent l’influence de la rhétorique du Brexit, le slogan du groupe officiel en faveur du Brexit était en effet « Take back control ». Il est intéressant de noter la répétition de « our » (trois fois) qui s’applique à des termes qui font référence au peuple britannique (« national interest », « whole country » et « people »). L’unité, comme on l’a vu, est une valeur essentielle pour Theresa May3.

44Cette vision positive exprimée en dehors du Parlement est toutefois contrebalancée par la réalité de la situation. Cela se voit notamment dans les discours adressés à la Chambre des Communes. Theresa May montre alors une dichotomie entre les promesses des Brexiters ainsi que les attentes légitimes du peuple et les difficultés rencontrées par son gouvernement. Analysons les trois extraits suivants :

a. I explained the assurances we had already agreed with the EU were insufficient for this House - and that we had to go further in showing that we never want to use this backstop and, if it is used, it must be a temporary arrangement. Some of the resulting exchanges at this Council were robust (C12 déclaration, House of Commons, 17 décembre 2018).

b. But while some people might pretend otherwise, there is no deal which delivers the Brexit the British people voted for which does not involve this insurance policy. Not Canada +++. Not Norway for Now. Not our own White Paper. The EU will not negotiate any future partnership without it (C03 déclaration, House of Commons, 15 novembre 2018).

c. But the simple truth is this: the EU was not prepared to agree to this. And rejecting the backstop altogether means no deal. Whatever version of the Future Relationship you might want to see – from Norway to Canada to any number of variations – all of them require a Withdrawal Agreement and any Withdrawal Agreement will contain the backstop. And that is not going to change however the House votes tomorrow (C14 déclaration, House of Commons, 14 janvier 2018).

45Contrairement aux promesses des Brexiters, les négociations avec l’UE ne sont pas si faciles (a), comme le montrent les termes à connotation négative « insufficient » ou « we never want to use ». L’UE ne se plie pas à toutes les exigences du Royaume-Uni et certaines tensions se font jour. L’adjectif « robust » toutefois s’applique à « exchanges » et indique que la fermeté était présente des deux côtés, ce qui permet à Theresa May ne pas perdre la face. Pourtant, très tôt dans les discours, elle donne l’image d’un Royaume-Uni en position de faiblesse (b). Le Brexit idéal selon lequel le Royaume-Uni serait maître de la situation ne semble pas exister (« there is no deal which delivers the Brexit the British people voted for which does not involve this insurance policy »). C’est l’Union européenne qui impose ses conditions. Le modal « will » utilisé de façon dynamique montre un refus clair de l’UE de continuer les négociations sans le filet de sécurité. Loin de l’image créée par les Brexiters, qui sont indirectement attaqués au début de l’extrait (« some people might pretend »), le pays n’est donc pas cette super puissance qui imposerait ses volontés à l’Europe. La réalité de la difficulté des négociations et de la position du pays est alors claire. L’utilisation anaphorique du « not » montre qu’aucune possibilité britannique ne saurait satisfaire l’UE. L’image qui se dessine est donc simple et terriblement ironique : le Royaume-Uni est en position de faiblesse et doit suivre, malgré le Brexit, les directives de l’UE. Le troisième extrait montre l’incapacité du Parlement à réellement influencer les débats (c). Peu importe le résultat du vote, le filet de sécurité sera toujours dans la balance. Le Royaume-Uni n’a d’autre choix que d’accepter les décisions de l’UE, et par extension, d’accepter son infériorité politique. L’introduction de l’extrait (c) « the simple truth is this » est particulièrement intéressante. Le terme « simple truth » associés au présent simple, qui « signale que la relation prédicative est posée comme vraie au moment de l’énonciation » (Gardelle et Lacassain-Lagoin 2012 : 108) et qui est utilisé avec un sens générique ici, ainsi que le démonstratif « this » et la ponctuation créent un effet d’annonce : le constat de Theresa May semble inéluctable. De plus, dans les phrases suivantes, les opérateurs de parcours comme « whatever », « from… to », ou « any » montrent que toutes les hypothèses ont été testées mais qu’aucune ne convient. Il s’agit là d’un coup très dur aux croyances des partisans du Brexit : le Royaume-Uni n’est pas cette super puissance qui, une fois sortie du joug européen, pourra éclairer le monde et montrer la voie vers un avenir meilleur (Bonnet 2019).

46La représentation du pays sur laquelle se base l’argumentation de Theresa May semble donc en contradiction avec les attentes des députés pro-Brexit et ne peut que renforcer les craintes des députés anti-Brexit. L’image du Royaume-Uni n’est pas celle d’un pays puissant et sûr de sa force, mais au contraire, d’un pays en position de faiblesse qui ne saurait imposer quoi que ce soit à la table des négociations avec l’UE.

3.2. Schèmes argumentatifs privilégiés par Theresa May

47Il existe deux types de procédures logiques à la base de l’argumentation : la déduction et l’induction. La déduction se fait grâce au syllogisme qui est une forme de raisonnement qui « se compose de deux prémisses, la majeure et la mineure, et d’une conclusion » (Amossy 2016 : 147). Le syllogisme le plus connu est le suivant :

Tous les hommes sont mortels        (majeure)
Socrate est un homme        (mineure)
Donc Socrate est mortel       (conclusion)

48Le plus souvent le syllogisme est remplacé par sa forme tronquée, l’enthymème. Dans un enthymème, certaines parties du raisonnement sont absentes parce qu’évidentes, non nécessaires ou pour ajouter une valeur d’ironie. Il existe des syllogismes qui semblent valides mais en réalité ne le sont pas (Amossy 2016 : 170) : ce sont les paralogismes. Une des prémisses, voire les deux, ou la conclusion est logiquement incorrecte. L’induction est le recours à l’exemple et à l’analogie. Selon Amossy : « le nouveau est mis en perspective et éclairé par le familier et l’ancien » (Amossy 2016 : 162). Theresa May utilise avant tout la déduction.

49Le but premier des discours de Theresa May est de convaincre les députés que l’accord qu’elle a négocié avec l’UE doit être ratifié par le Parlement. Sa thèse est qu’il faut voter cet accord. Elle développe deux supports pour la défendre : (a) il permet d’honorer le choix du peuple britannique et (b) il s’agit du meilleur accord possible dans ces circonstances. L’approche de May est enthymématique, c’est-à-dire qu’elle utilise des syllogismes tronqués. Voici deux exemples (en gras) de supports tirés du premier discours de May (C01 déclaration, Downing Street, 14 novembre 2018) :

a) […] the collective decision of Cabinet was that the Government should agree the draft Withdrawal Agreement and the Outline Political Declaration – this is a decisive step which enables us to move on and finalise the deal in the days ahead. These decisions were not taken lightly - but I believe it is a decision that is firmly in the national interest (majeure). When you strip away the detail, the choice before us is clear. This deal which delivers on the vote of the referendum, which brings back control of our money, laws and borders; ends free movement; protects jobs, security and our union; or leave with no deal; or no Brexit at all (mineure). I know that there will be difficult days ahead. This is a decision which will come under intense scrutiny and that is entirely as it should be and entirely understandable.
b) The Cabinet has just had a long, detailed and impassioned debate on the draft Withdrawal Agreement and the Outline Political Declaration on our future relationship with the European Union. These documents were the result of thousands of hours of hard negotiation by UK officials, and many, many meetings, which I and other ministers held with our EU counterparts (majeure). I firmly believe that the draft Withdrawal Agreement was the best that could be negotiated (mineure), and it was for the Cabinet to decide whether to move on in the talks.

50On peut reconstruire l’enthymème exprimé dans (a) de la sorte :

Le gouvernement est au service du peuple et souhaite le meilleur pour le peuple        (majeure)
L’accord respecte les attentes du référendum        (mineure)
Les députés doivent voter pour cet accord        (conclusion implicite)

51Et l’enthymème exprimé dans (b), qui semble fallacieux, notamment dans la relation entre la majeure et la mineure, ainsi :

Le gouvernement a travaillé très dur pour obtenir ce résultat        (majeure)
L’accord est donc le meilleur possible        (mineure)
Les députés doivent voter pour cet accord        (conclusion implicite)

52On note qu’elle explicite la majeure et la mineure mais que la conclusion reste implicite, comme souvent dans ses discours. En ne l’exprimant pas directement, les députés sont amenés à tirer cette conclusion par eux-mêmes, ce qui renforce son impact. Cette approche rhétorique commune en politique (Bostdorff 1994 : 77) signifie que pour May, le fait que les députés votent pour l’accord va de soi. Elle montre qu’il s’agit pour elle de bon sens. En effet, si l’accord respecte les attentes du référendum et s’il s’agit du meilleur accord possible, il semble logique de le ratifier. Si le support (a) reste constant tout au long de ses discours, le (b) évolue, comme le montre les extraits suivants :

i. I firmly believe that the draft Withdrawal Agreement was the best that could be negotiated (C01 déclaration, Downing Street, 14 novembre 2018).
ii. No other major advanced economy has such an arrangement with the EU. And at the same time, we will also be free to strike new trade deals with other partners around the world (C03 déclaration, House of Commons, 15 novembre 2018).
iii. Now we must honour our duty to finish the job. I know this is not everyone’s perfect deal. It is a compromise (C12 déclaration, House of Commons, 14 janvier 2019).

53La notion de « meilleur » en ce qui concerne l’accord prend différentes significations en fonction de l’évolution du contexte et de la position politique de la Première ministre. Dans l’extrait (i), il s’agit du meilleur accord possible entre le Royaume-Uni et l’UE. Dans l’extrait (ii), May change de paradigme et place son accord dans une perspective plus grande. Il ne s’agit plus du meilleur accord envisageable entre les deux parties, il s’agit maintenant du meilleur accord possible dans l’absolu, à la fois pour le Royaume-Uni et pour l’UE. Cette situation « gagnant-gagnant » ne dure pas et l’entrain du début laisse place à la réalité (iii). May concède (« I know ») que son accord ne peut satisfaire tout le monde et son aveu est en opposition avec la rhétorique des Brexiters pour qui l’accord de sortie ne serait jamais un compromis où chacun revoit ses positions. La structure enthymématique change et pourrait s’apparenter à :

Aucun accord n’est possible sans compromis et il faut impérativement un accord        (majeure)
Aucun accord n’est possible sans compromis. L’accord négocié offre ce compromis        (mineure)
Faute de mieux, les députés doivent voter pour cet accord        (conclusion)

54Le ton est nécessairement plus sombre et la perspective moins attrayante. La pierre d’achoppement est la question du filet de sécurité ou backstop en Irlande. Ce problème devient de plus en plus important au fil des discours, jusqu’à devenir le thème principal à partir du 10 décembre. Le backstop fait partie intégrante des négociations et aucun accord ne pourrait être trouvé sans ce filet de sécurité. Les arguments pour expliquer le backstop se concentrent avant tout sur la notion d’assurance et sur le fait que les deux parties doivent faire des efforts (en gras dans la citation) :

As the House knows, the original proposal from the EU was not acceptable as it would have meant creating a customs border down the Irish Sea and breaking up the integrity of our United Kingdom. So last month, I set out for the House the four steps we needed to take. This is what we have now done and it has seen the EU make a number of concessions towards our position. First, the EU proposal for a Northern-Ireland only customs solution has been dropped and replaced by a new UK-wide temporary customs arrangement that protects the integrity of our precious Union. Second, we have created an option for a single time-limited extension of the Implementation Period as an alternative to bringing in the backstop. As I have said many times, I do not want to extend the Implementation Period and I do not believe we will need to do so. This is about an insurance policy. But if it happens that at the end of 2020 our future relationship is not quite ready - the UK will be able to make a choice between the UK-wide temporary customs arrangement or a short extension of the Implementation Period. (C03 déclaration, House of Commons, 15 novembre 2018).

55Si les Britanniques semblent dicter leurs conditions (« the original proposal from the EU was not acceptable » et « it has seen the EU make a number of concessions towards our position »), à partir de décembre, un nouvel argument est utilisé par Theresa May : les Européens ne veulent pas non plus du backstop, ce qui garantit le fait qu’il ne sera jamais mis en place :

They made clear that it is their – and I quote – “firm determination to work speedily on a subsequent agreement that establishes by 31st December 2020 alternative arrangements, so that the backstop will not need to be triggered”. They underlined that “if the backstop were nevertheless to be triggered, it would apply temporarily.” They said that in this event the EU “would use its best endeavours to negotiate and conclude expeditiously a subsequent agreement that would replace the backstop.” And they gave a new assurance in relation to the Future Partnership with the UK, to make it even less likely that the backstop would ever be needed by stating that the EU “stands ready to embark on preparations immediately after signature of the Withdrawal Agreement to ensure that negotiations can start as soon as possible after the UK’s withdrawal.” Mr Speaker, in these conclusions, in their statements at the Council and in their private meetings with me, my fellow EU leaders could not have been clearer – they do not want to use this backstop. They want to agree the best possible future relationship with us. There is no plot to keep us in the backstop (C12 déclaration, House of Commons, 17 décembre 2018).

56La structure de l’argumentation de Theresa May est là encore enthymématique :

Le backstop est nécessaire, mais personne n’en veut        (majeure explicite)
L’accord garantit que le backstop ne sera pas utilisé si une autre solution est trouvée (mineure explicite, cf. extrait précédent)
Il faut voter pour cet accord         (conclusion implicite)

57Le problème du raisonnement de Theresa May est que la mineure repose sur de l’hypothétique et que les députés savent qu’aucune solution n’a encore été trouvée. En effet, aucune des pistes envisagées, notamment technologiques, n’apporte de garantie quant à une frontière sans accroc entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord. De plus, la montée des tensions dans la région pousse les députés à être extrêmement prudents et donc à ne pas se reposer sur des suppositions. Ils ont besoin de concret et l’accord négocié n’apporte pas cette garantie, notamment parce qu’elle dépend du bon vouloir de l’UE. Theresa May semble montrer que l’UE ne voulant pas du backstop (« they do not want to use this backstop »), il y a très peu de chances qu’il soit mis en place. Cela montre que les deux parties vont travailler de concert pour éviter cette solution parce qu’elle n’est dans l’intérêt de personne, et d’une certaine manière elle privilégie même le Royaume-Uni. Toutefois, le revers de la médaille est le fait qu’en disant que l’UE souffrirait à cause du filet de sécurité et allait donc tout faire pour l’empêcher, Theresa May montre que c’est de l’UE que dépend le bon résultat des négociations. C’est l’UE qui est en charge, et le Royaume-Uni, ironiquement, continue à être subordonnée aux décisions européennes.

4. Utilisation du pathos

58Dans un premier temps, les discours de Theresa May ne laissent transparaitre que très peu de pathos. A partir de décembre, les choses changent. Les émotions qui prévalent dans ses discours sont la colère et la peur. Elle va jouer sur la colère du peuple contre les députés, notamment lors de son dernier discours à la Chambre des Communes (en gras) :

With no deal we would have: no Implementation Period, no security partnership, no guarantees for UK citizens overseas, and no certainty for businesses and workers like those I met in Stoke this morning. And we would see changes to everyday life in Northern Ireland that would put the future of our Union at risk. And if, rather than leaving with no deal, this House blocked Brexit, that would be a subversion of our democracy, saying to the people we were elected to serve that we were unwilling to do what they had instructed (mineure). So I say to Members on all sides of this House – whatever you may have previously concluded – over these next 24 hours, give this deal a second look (conclusion). No it is not perfect. And yes it is a compromise (C14 déclaration, House of Commons, 14 janvier 2018).

59Theresa May souligne l’immense responsabilité des députés dont dépend le futur des expatriés (« citizens overseas »), des professionnels et même de l’union dans son ensemble. En utilisant ensuite l’hypothétique (« if »), Theresa May attaque indirectement les députés en soulignant qu’en ne votant pas pour son accord, c’est-à-dire en bloquant le Brexit, ils iraient à l’encontre de leur mission qui est de servir le peuple et cela constituerait « a subversion of our democracy ». L’utilisation du possessif « our » est importante : elle fait référence au système parlementaire britannique. Elle rappelle que les députés ont un lien direct avec leurs électeurs et qu’ils doivent donc suivre leurs recommandations. La structure de son syllogisme est :

Les députés sont au service du peuple        (majeure implicite)
Un no deal serait une catastrophe, mais ne pas respecter le choix du peuple serait un déni de démocratie         (mineure explicite)
Les députés doivent voter pour l’accord        (conclusion explicite)

60Toutefois, c’est avant tout pour faire respecter les engagements du Brexit que les députés rejettent son accord. Comme nous l’avons vu, l’épineuse question du backstop risque en effet d’empêcher le Royaume-Uni de sortir de l’UE. Cette attaque à l’encontre les députés semble donc infondée et risque de renforcer l’opposition d’une Chambre déjà hostile.

61En plus de la menace de déni de démocratie, la peur du no-deal, ou la sortie sans accord, est au cœur de ses discours :

Mr Speaker, with just 74 days until the 29th March the consequences of voting against this deal tomorrow are becoming ever clearer. With no deal we would have: no Implementation Period, no security partnership, no guarantees for UK citizens overseas, and no certainty for businesses and workers like those I met in Stoke this morning. And we would see changes to everyday life in Northern Ireland that would put the future of our Union at risk (C14 déclaration, House of Commons, 14 janvier 2018).

62La reprise anaphorique du déterminant « no » accentue l’urgence de la situation. Le négateur absolu « no» rejette et invalide la notion qui suit : tout le travail fait en amont serait détruit et le processus démocratique au cœur du Parlement serait remis en cause. L’opérateur « no » nie d’emblée l’existence de toute occurrence de « implementation period », « security partnership », « guarantees for UK citizens » et « certainty for businesses » (Gardelle et Lacassain-Lagoin 2012 : 316). Le no-deal annihilerait donc tout espoir de succès puisqu’il n’y aurait plus de sécurité, de garantie ou de certitude. Le pays ferait table rase, ce qui représenterait un véritable danger pour le peuple et pour l’union même du pays. Le problème ici est que la notion de peur a déjà été mise en avant lors du référendum et n’a pas fonctionné (cf. « project fear »)

Conclusion

63La défaite historique du gouvernement britannique est le résultat de plusieurs facteurs. Le contexte difficile a rendu l’entreprise de Theresa May périlleuse. L’ethos développé par May n’était pas très fort : elle se place dans une position relativement passive et ne semble pas maître de la situation. Elle joue le rôle d’une porte-parole gouvernementale plutôt que d’une dirigeante politique. De plus, le principe de réalité auquel elle a dû faire face s’oppose aux illusions créées par les promesses des Brexiters, ce qui a affaibli le socle de son argumentation. Elle doit reconnaître la nécessité de trouver des compromis, ce qui renforce l’image d’une UE en position de force. L’accent placé sur les enthymèmes, qui font appel à la raison, semble là aussi être en contradiction avec les émotions nées de l’image d’un Royaume-Uni glorieux et triomphant peinte par certains, comme Michael Gove ou Nigel Farage. Les députés sont amenés à soutenir l’accord négocié avec l’UE parce qu’il s’agit du meilleur accord possible aux yeux de Theresa May. Toutefois, son approche enthymématique soulève souvent des questions auxquelles elle ne peut répondre, comme la solution controversée du backstop. Theresa May n’a jamais pu trouver la parade à ce problème et son choix d’utiliser comme levier des émotions négatives peut aussi être vu comme une stratégie s’étant révélée inefficace. En effet, en basant son pathos sur la peur et la colère, Theresa May semblait en contradiction avec l’espoir d’une Grande-Bretagne conquérante et ambitieuse. L’approche plus raisonnable, voire terre à terre, de May, associée à un contexte très difficile, nous pousse à conclure qu’elle a tenté de négocier l’impossible.

Top of page

Bibliography

Alexandre-Collier, Agnès. « Euroscepticism under Margaret Thatcher and David Cameron: From Theory to Practice », Observatoire de la société britannique, 17 | 2015, 115-133.

Amossy, Ruth, et Roselyne Koren. « Argumentation et discours politique », Mots. Les langages du politique, vol. 94, no. 3, 2010, pp. 13-21.

Amossy Ruth. L’argumentation dans le discours. Paris : Armand Collin, ed. 2016.

Bonnafous Simone, et al. Argumentation et discours politique. Rennes : Presses universitaires de Rennes, éd. 2003.

Bonnet, Alma-Pierre. “Brexit and the myth of grandeur”. Conference on Metaphor and Manipulation, Lyon 3 University, 17 May 2019.

Bostdorff, Denise. The Presidency and the Rhetoric of Foreign Crisis. Columbia: Univ of South Carolina Press, 1994.

Breton, Philippe. L’argumentation dans la communication. Paris : La Découverte, 2016.

Buckledee, Steve. The Language of Brexit, How Britain Talked Its Way Out of the European Union. London, Bloomsbury, 2018.

Campanella, Edoardo and Marta Dassù. Anglo Nostalgia: The Politics of Emotion in a Fractured West. Oxford: Oxford University Press, 2019.

Darses, Françoise. « Analyse du processus d’argumentation dans une situation de reconception collective d’outillages ». Le travail humain, vol. vol. 69, no. 4, 2006, pp. 317-347

Digonnet, Rémi. « Power and Metaphor ». Lexis [Online], 8 | 2014.

Dorna, Alexandre. « Les effets langagiers du discours politique ». C.N.R.S. Éditions | Hermès, La Revue 1995/2 n° 16 | pages 131 à 146.

Fairclough, Norman. Language and Power. London: Longman, 2001.

Ford, Robert and Matthew Goodwin. Revolt on the Right: Explaining Support for the Radical Right in Britain. London: Routledge, 2014.

Gardelle, Laure et Christelle Lacassain-Lagoin. Analyse linguistique de l’anglais. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2012.

Jallot, Clémence. « UK Independence Party : campagne de sortie ». Outre-Terre, vol. 49, no. 4, 2016, pp. 217-222.

Mischi, Julian. « Les mobilisations eurosceptiques au Royaume-Uni : une continuité historique ? ». Critique internationale, vol. no 32, no. 3, 2006.

Oléron, Pierre. « Sur l’argumentation polémique ». C.N.R.S. Éditions | Hermès, La Revue 1995/2 n° 16 | pages 15 à 27.

Perelman, Chaim et Olga Olbrechts-Tyteca. Traité de l’argumentation. La nouvelle rhétorique. Bruxelles : UB, 1970.

Schnapper, Pauline, « Brexit, or Theresa May’s Headache », Observatoire de la société britannique, 21 | -1, 21-34, 2018.

Schnapper, Pauline. La Grande-Bretagne et l’Europe : le grand malentendu, Paris : Presses de Sciences Po, 2000.

Windisch, Uli, et al. « Communication et argumentation politiques quotidiennes en démocratie directe ». Hermès, La Revue, vol. 16, no. 2, 1995, pp. 57-72.

Autres ouvrages consultés :

Antoine, Aurélien. « Le Brexit, révélateur de l’alchimie entre Constitution politique et Constitution juridique au Royaume-Uni ». Titre VII, vol. 2, no. 1, 2019, pp. 22-30.

Charteris-Black, Jonathan. Analysing Political Speeches, London, Palgrave Macmillan, 2014.

Charteris-Black, Jonathan, Politicians and Rhetoric, The Persuasive Power of Metaphors. London: Palgrave Macmillan, 2011.

Dixon, Keith. « Les turbulences dans le champ politique britannique depuis le vote sur le Brexit ». Savoir/Agir, vol. 43, no. 1, 2018, pp. 103-109.

Haliday, M. A. K. and Ruqaiya Hasan. Cohesion in English. London: Routledge, 2014.

Sites web :

Bramley, Nicolette Ruth. Pronouns of Politics: the use of pronouns in the construction of ‘self’ and ‘other’ in political interviews. 2001. [online] https://digitalcollections.anu.edu.au/bitstream/1885/46225/5/01front.pdf

Guitton, Marie. “Brexit : L’accord De Sortie ‘Johnson/UE’ En 8 Points Clés.” Toute L’Europe.eu, 30 Jan. 2020, www.touteleurope.eu/actualite/brexit-l-accord-de-sortie-johnsonue-en-8-points-cles.html.

Hunt, Alex, and Brian Wheeler. “Theresa May: 10 Reasons Why the PM Blew Her Majority.” BBC News, BBC, 14 June 2017, www.bbc.com/news/election-2017-40237833

Le Bussy, Olivier. « Brexit: “Vous avez dit ‘backstop’? ” Qu’est-ce que le “filet de sécurité” irlandais? ». La Libre, 31 juillet 2019, https://www.lalibre.be/international/europe/brexit-vous-avez-dit-backstop-qu-est-ce-que-le-filet-de-securite-irlandais-5d41714bf20d5a58a8988386

Seibt, Sébastian. “Comment Theresa May a Creusé Sa Tombe Politique.” France 24, France 24, 24 May 2019, www.france24.com/fr/20190523-theresa-may-erreurs-brexit-royaume-uni-demission.

Top of page

Notes

1 Selon Amossy, l’ethos est « l’image de soi que l’orateur construit dans son discours pour contribuer à l’efficacité de son dire » (Amossy 2016 : 82).

2 Pour expliquer l’échec de Theresa May, Alex Hunt et Brian Wheeler soulignent qu’elle n’a pas réussi à donner une image positive de son parti, notamment à cause de son refus de participer aux débats télévisuels, ses attaques violentes envers l’opposition et sa position ambiguë concernant la chasse à courre (Hunt and Wheeler 2017).

3 La notion d’unité était au cœur de sa toute première allocution en tant que Première ministre. Elle avait d’ailleurs souligné que : « not everybody knows this, but the full title of my party is the Conservative and Unionist Party, and that word ‘unionist’ is very important to me ».

Top of page

References

Electronic reference

Alma-Pierre Bonnet, “Theresa May et l’échec du « meaningful vote » : approche argumentative”Anglophonia [Online], 29 | 2020, Online since 20 October 2020, connection on 26 January 2021. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3216; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3216

Top of page

About the author

Alma-Pierre Bonnet

IEP de Lyon
alma-pierre.bonnet@sciencespo-lyon.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search