Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia29VariaFausses infinitives de but et mir...

Abstracts

This article aims to analyse complex constructions with infinitival clauses which have hardly ever been taken into account, and whose infinitives imply, contrary to most infinitives, the validation of their semantic content. The constructions are the following ones: a) “Bush must have been drunk to have invaded Iraq”, which says that Bush did invade Iraq, and b) “he opened the door the find a dead cat on the doormat”, in which “he found a stray cat”, is validated. These constructions seem to mislead the addressee who expects with TO the description of a certain purpose, or of an intention, but soon understands that what is described is an illogical entailment or even a kind of “counter-result”, hence the possible mirative interpretation (DeLancey : 1997). After briefly summing up researches in Generative Grammar and in the theories of Enunciation, as regards infinitives, we shall analyse examples in context to understand their semantic dimension. It seems that Construction Grammars might be interesting to deal with them, as other sentences which also posit the validation of an eventuality cannot be decomposed as the combination of a matrix clause and an embedded one: “he was stupid to refuse the job” (Kertz: 2006), or “that will teach you to buy a Japanese car”. For the type a) sentences the utterer is expressing his derogatory point of view and giving his personal explanation to what occurred. The tone is hyperbolic, exaggerated. For the type b) sentences, it is destiny, or specific circumstances that seem to be playing tricks on a character. Whether he acts or not, he finds himself in a situation he had not expected, which is close sometimes to a kind of “counter-result”. In both cases the speaker thinks the situations are worth describing, because of their weird aspect, hence a possible mirative interpretation. The well-established cause-consequence relation is questioned, which is not the case with the following sentence, “he must have been intelligent to attain this lofty position”. The link between an intention and the expected result is not called into question either in “he opened the door to let John in.” The question is then: what are the semantic data that lead to the specific interpretations we are witnessing here?

Top of page

Author's notes

Nos remerciements vont aux deux relecteurs d’une première mouture, qui nous ont permis, grâce à leurs remarques et commentaires d’une grande finesse, une amélioration, nous l’espérons, de notre approche. Nous sommes bien sûr responsable de toute maladresse ou erreur pouvant subsister.

Full text

Introduction

1 Nous nous intéressons depuis un certain temps à des constructions anglaises comprenant des infinitives, qui, à notre connaissance, ont peu été étudiées, et qui étonnent par une impossibilité à être intégrées dans des schémas de hiérarchisation syntaxique. Ces constructions avec infinitives présentent, d’autre part, la particularité de poser la validation du contenu de l’infinitive, contrairement à beaucoup d’autres infinitives.

  • 1 Les grammaires de construction définissent les constructions comme tout appariement forme/sens. (...)

2Peut-on faire l’hypothèse, du fait de ces deux spécificités, qu’elles seraient plus clairement analysées dans le cadre des Grammaires de Construction, qui posent que certaines constructions ne sont pas compositionnelles et résultent uniquement de la mise en relation d’une forme et d’une fonction1 ? Les deux constructions qui nous intéressent ici posent également la question d’une possible interprétation mirative :

(a) Bush must have been drunk to have invaded Iraq,
(b) John opened the door to find a dead cat on the doormat.

  • 2 Cet énoncé a été analysé dans le cadre d’une réflexion sur la modalisation. Il s’agit ici de com (...)

3Pour (a) on ne peut pas poser l’existence d’un verbe matrice dont l’infinitive serait le complément d’objet ou le sujet. Et on ne peut pas non plus ramener cet énoncé à un énoncé simple. Cette construction n’est pas analysable en termes d’enchâssement ; elle n’est pas un cas de complexification propositionnelle.2 Pour (b) une analyse de l’infinitive en tant d’adjoint propositionnel exprimant un but n’est pas possible, car l’interprétation se distingue entièrement de celle des complétives de but, telles que Mary opened the door to let John in, où Mary agit dans le but bien précis de faire entrer John, mais où l’infinitive ne dit pas si John est entré. En ce qui concerne l’interprétation, les deux constructions posent que le lien sémantique entre les deux parties de l’énoncé est problématique, et c’est ce lien inattendu qui les distingue de constructions syntaxiquement semblables.

4Avant d’analyser ces constructions à partir d’énoncés en contexte, nous proposerons un rapide panorama des principales approches concernant le fonctionnement des infinitives.

1. Fonctionnement des infinitives en anglais.

1.1. Le cadre générativiste

  • 3 Selon leur sens, les verbes assignent un, deux ou trois rôles théta, qui doivent être associés aux (...)

5 Les analyses en grammaire générative sont conduites dans le cadre d’une approche argumentale et hiérarchique. C’est le sémantisme du verbe qui détermine la composition de la phrase, en assignant un, deux ou trois rôles théta. Le théta-critère établit qu’il y a correspondance terme à terme entre les arguments et les rôles théta.3 On peut construire ainsi une infinitive qui fonctionne comme argument propositionnel du verbe hope : I hope for Thelma to dance after lunch, qui a la structure suivante :

I hope [CP for[IP Thelma to dance after lunch]]

Cette construction est structurellement la même que celle de :

I hope that Thelma will dance after lunch,

à ceci près que sous le nœud I’ de IP (Inflection Phrase), qui gère la temporalité, nous n’avons pas le modal will, mais la marque de l’infinitif to. Ce traitement de to, lien prédicationnel a été posé par Chomsky (1981) pour rendre compte des enchâssements de propositions ; Adamczewski a adopté cette même notion de lien prédicationnel dans ses travaux. Les infinitives sont donc principalement traitées dans le cadre des phénomènes de montée, d’extraposition et d’enchâssement en position sujet ou objet, selon le cas.

6Pour ce qui est des adjoints propositionnels, et en particulier pour les complétives de but, les analyses sont peu nombreuses. Dans leur ouvrage sur la syntaxe, L. Haegeman et J. Guéron (1999) ne proposent qu’un exemple, sans d’ailleurs le traiter en détail, à savoir Thelma will invite Louise just to annoy Harry (p 199), et elles ne comparent pas cette infinitive de but avec les infinitives qui nous intéressent ici. L’ouvrage de Khalifa (2004) sur la syntaxe de l’anglais fait une présentation très fine des divers types d’énoncés anglais complexes, mais n’aborde pas non plus les complétives de but, en tant qu’adjoints, ni les infinitives analysées ici.

7Cette présentation rapide n’est pas une critique, loin de là, mais pose seulement la question des raisons qui ont fait que les infinitives que nous souhaitons analyser n’ont pas été étudiées en profondeur. Faut-il y voir les limites d’une approche théorique, par ailleurs fort diversifiée et riche ? La même remarque vaudra pour les approches faites dans le cadre énonciativiste.

1.2. Le cadre énonciativiste

  • 4 Pour Cotte, TO est un « opérateur de dévirtualisation », qui trace un chemin entre le virtuel pu (...)
  • 5 Pour Chuquet, TO suppose un « repérage énonciatif suffisamment lâche pour éviter le choix exclus (...)

8 L’approche se concentre principalement sur le rôle de l’opérateur TO, en tant que morphème libre, et c’est la recherche d’un « invariant » pour TO qui a mobilisé les chercheurs, autour de Culioli (1975), Adamczewski et Delmas (1982), entre autres. De nombreuses analyses ont été proposées en France (Cotte 19824, Chuquet 19865, Deschamps 2006, 2010, Bailey 1992, Mélis 1994, Simonin 2013) parmi d’autres, et à l’étranger (Duffley 1992, 2007, Egan 2008) pour rendre compte du rôle sémantique de TO quel que soit le contexte, et cela souvent en opposition à -ING.

9Cette approche, qui est d’une grande richesse, a surtout proposé des analyses en profondeur des infinitives compléments du verbe dans la mesure où ces infinitives développaient un des traits sémantiques du verbe recteur, à savoir la projection vers un « après », tel promise, intend, persuade, expect, hope, want, qui, par définition ne construisait pas un rôle « factif », au sens des Kiparsky (1971). La notion de « visée » a ainsi été proposée, dans le sens d’une absence de choix entre p et p’, la validation du procès et la non validation, et cette notion a souvent été interprétée comme signifiant la non validation du procès exprimé par l’infinitive. A été proposée ensuite la notion plus complexe de « hiatus », entre un plan de la représentation (noté p, p’) et une valeur envisagée d’un plan de validation (p et/ou p’) (Dufaye 2001 : 102).

  • 6 Communication : « Infinitifs, verbes de perception et énonciation », Journée d’étude, 5 et 6 jui (...)

10Nous ne discuterons pas ici de ces notions, mais renverrons à nombre d’articles où il est clairement affirmé que la réflexion sur TO ou –ING n’est pas suffisante en soi. Deschamps (2002) suggère, en effet, que « les opérations invariantes marquées par to+V ou par V+ing ne représentent qu’un des paramètres du calcul des valeurs sémantiques qui reposent sur d’autres variables. » Mélis (1998) estime, quant à lui, que trois paramètres doivent être pris en considération, les propriétés des termes recteurs, l’agencement interne de l’énoncé et la contextualisation. Ces analyses font, de fait, la part belle aux propositions enchâssées. Gilbert, pour sa part, s’intéresse (2015)6 à un type de proposition infinitive non enchâssée, à savoir, to listen to him you’d think he never drank more than that, dans laquelle le contenu sémantique de to listen to him, suppose une validation antérieure de son contenu pour qu’une quelconque idée sur le goût pour la boisson du personnage puisse être envisagée.

11En ce qui concerne la diachronie, Boulonnais 2008 propose une réflexion sur l’évolution de TO, préposition d’origine déictique à fonctionnement spatial « qui est utilisée pour conférer au SN qui suit une valeur télique [...] dont le « rôle est de désigner le référent de l’argument régi comme un point d’aboutissement » (2008 : 63). La préposition TO a construit le sens de projection dans un après lorsqu’elle est devenue lien prédicationnel. Mais l’évolution a également permis la construction d’énoncés tels que I am glad to hear you’re feeling better (Boulonnais 2004 : 55), qui sous-entend I hear that you’re feeling better.

12Ce qui ressort de ce rapide panorama est que les infinitives anglaises qui ont fait l’objet d’études approfondies expriment majoritairement des procès/situations qui sont des constructions mentales des énonciateurs et non des faits avérés. Pourtant il existe des infinitives qui disent en substance que p est le cas, comme celles que mentionne Gilbert. Nous allons voir qu’il en existe beaucoup d’autres.

2. Infinitives et validation d’une occurrence

13 Les constructions (1) à (6) présentent la particularité de ne pas pouvoir être ramenées à une imbrication de relations prédicatives, à un enchâssement, et de poser la validation du contenu de l’infinitive :

(1) he was stupid to refuse the job

dit indirectement que le personnage a refusé le travail, ce que nous symbolisons par -> he refused the job. Dans les exemples suivants, il y a également validation du procès par les infinitives :

(2) he’s happy to be back home
-> he’s back home

(3) he woke up one morning to find that he was taller than his father. (G. Swift, Wish You Were Here, p. 18)
-> he found that he was taller than his father.

(4) But he was surely drunk to think so. (Sillitoe, The Open Door, p. 172)
-> he thought so

(5) that will teach you to buy a Japanese car! (référence perdue)
-> you bought a Japanese car

(6) to listen to him you’d think he never drank more than that. (exemple de Gilbert, 2015)
-> you listened to him.

14 Il existe également des constructions qui posent la validation du contenu de l’infinitive, tout en fonctionnant par enchâssement :

(7) it took him two days to paint the living room (Furmaniak, 2014)
-> he painted it in two days.

  • 7 Enoncé fourni par Claude Delmas, que nous remercions.

(8) Rosie is a pleasure to teach ... it has been a pleasure to teach her
-> Rosie was taught mathematics7.

(9) “You have some scars on your left lung.”
He was meant to understand something, but if that was a flicker of irritation on the medical officer’s face, he needed more clues. To be considered dim pushed him even more into thoughtlessness. (Sillitoe, The Open Door, p. 8)
-> he was considered dim.

15Nous nous intéresserons ici à la construction (3), que nous distinguons des infinitives complétives de but, puis à la construction avec modalisation (4).

3. Analyse des infinitives non adjoints de but

  • 8 Ils donnent deux exemples : they arrived home to find the house had been burgled (p. 1265) et : (...)

16 Quirk et al. (1985 : 629, 1078) parlent de disjoints exprimant vaguement un résultat. Huddleston & Pullum (2002) donnent deux exemples, et les considèrent comme des modifieurs de propositions avec un sens résultatif et subséquent8.

17Le terme « résultatif » employé ici demande une précision. Le résultat, en effet, n’est pas uniquement la conséquence d’un agissement intentionnel d’un sujet, dans un but précis, comme le montrent les exemples donnés. Le terme « résultat » est, en effet, défini ainsi par Le Grand Robert : « Ce qui arrive, se produit, commence à exister à la suite et comme effet de quelque chose (activité, événement, phénomène opération, principe). » Des circonstances extérieures peuvent ainsi être considérées comme des résultats affectant tel ou tel individu. Nous y reviendrons. Le terme « adjoint » ou celui de « disjoint » n’est pas satisfaisant, puisque l’infinitive n’est pas un ajout facultatif ; son contenu sémantique, de par une certaine étrangeté dans le contexte énonciatif, est, en fait, la raison même de la construction des deux propositions par l’énonciateur. Et l’infinitive constitue l’information nouvelle.

18Comment pouvons-nous rendre compte de ces constructions ? Whelpton (1995), dans un cadre davidsonien, en a proposé une analyse, en opposant deux énoncés :

(10) John bought his friends some champagne to show his generosity,

énoncé qui ne dit pas si ses amis l’ont trouvé généreux. Nous sommes dans du prospectif, puisque John a une certaine intention et se projette dans un après. Alors que l’énoncé suivant :

(11) John bought his friends some champagne only to discover that they didn’t drink.

n’exprime pas une intention, mais un résultat, une conséquence : John a fait quelque chose et il s’est rendu compte, ensuite, d’une situation qu’il n’avait pas anticipée. Whelpton considère que l’on a un énoncé télique, et que l’on est dans de l’événementiel, avec enchaînement de deux événements. Nous partageons son point de vue mais souhaitons approfondir l’analyse. Si l’intention de John était sûrement de leur faire plaisir, d’obtenir comme résultat un remerciement, ce qu’il a constaté en leur offrant le champagne est que ses amis n’en voulaient pas, car ils n’en boivent pas. On pourrait donc plutôt parler de « contre-résultat », de l’intention, dans la mesure où son désir de faire plaisir a été contrarié. Par ce terme de « contre-résultat », nous voulons indiquer que ce qui s’est passé a eu de fortes répercutions sur John, qui, d’agent d’un procès, se retrouve patient dans la nouvelle situation. Son cadeau est devenu source de frustration, et non de joie

19 Ce qui nous intéresse ici c’est d’essayer de comprendre comment les deux interprétations se mettent en place. Dans un cas, nous avons la description d’une intention, pas nécessairement suivie d’effet, et, dans l’autre cas, la description d’une nouvelle situation repérée. Il semble que la présence de TO ne peut pas à elle seule permettre cette distinction dans les interprétations, et que d’autres paramètres jouent un rôle important. La présence de only n’est pas obligatoire. Nous verrons plus loin quelle nuance supplémentaire elle construit, mais de nombreux énoncés qui n’utilisent pas only expriment ce même étonnement face à une situation non prévue.

20Il est nécessaire d’étudier les données sémantiques à l’œuvre, à savoir le type de verbe utilisé dans l’infinitive, le rôle sémantique du sujet, la co-référence entre le sujet du verbe conjugué et le sujet de l’infinitive, et le lien logique entre les deux propositions. Nous remarquons qu’il n’y a pas de relation de cause à effet entre la proposition finie et l’infinitive dans le sens où A aurait été fait dans le but d’obtenir B. Nous avons seulement une relation d’ordre chronologique : il s’est passé A, puis il s’est passé B. Il faut néanmoins que A ait lieu pour rendre possible B.

21En (3) he woke up one morning to find that he was taller than his father, il faut bien que le personnage se réveille pour constater qu’il est plus grand que son père. Mais celui qui se réveille ne se réveille pas dans le but de faire cette constatation étonnante ; il se réveille pour prendre son petit déjeuner, aller travailler, voir des amis, ou pour toute autre raison. D’ailleurs est-ce que l’énonciateur aurait dit que la personne s’était réveillée s’il n’avait pas eu envie de dire autre chose, à savoir que le personnage a découvert qu’il était plus grand que son père, ce à quoi il ne s’attendait pas.

  • 9 The Frontier, Best of H.E. Bates, https://archive.org/stream/bestofhebates00bate/bestofhebates00 (...)

22Il y a, en fait, focalisation sur cette découverte inattendue. Les paraphrases sont souvent construites avec and, comme le font remarquer Bouscaren et al. (1998), à propos de then he fell asleep, to be woken suddenly by the sound of frantic arguments, mais l’explication ne nous semble pas satisfaisante, car elle ne justifie par le choix entre les deux structurations, et suggère que l’énonciateur a construit chronologiquement les deux propositions avec le sens de then, alors que sa stratégie énonciative n’est, d’après nous, pas celle-ci. Si l’énonciateur a envie de dire que le personnage s’est endormi, c’est parce que son sommeil a été de courte durée. Ce serait à une sorte de bizarrerie événementielle que l’énonciateur nous convierait. Et il n’en aurait peut-être même pas parlé si ce réveil brutal et non souhaité n’avait pas eu lieu. C’est donc le contenu de l’infinitive qui est la cause de la prise de parole de l’énonciateur, dans la mesure où son contenu tranche avec celui de l’énoncé exprimant l’état dans lequel se trouvait le personnage. L’énonciateur nous laisse entendre qu’il va y avoir une suite importante, et, en effet, nous lisons : the train had stopped and he put on a light. He let down the gauze window and saw, in the light of the station outside, a mass of seething dhotis...9

23 L’énonciateur aurait-il pu construire : ?? then he fell asleep and he was woken ... Nous ne le pensons pas. Au mieux, l’énonciateur aurait pu formuler son étonnement avec un énoncé tel que : he fell asleep but was woken ...pour marquer avec but qu’il ne s’est pas passé ce qui était attendu, et qu’il n’a pas pu dormir longtemps. Mais cette structuration n’ouvre pas énonciativement parlant la suite du texte. Nous verrons cette même stratégie énonciative dans d’autres exemples. Il faut noter, d’autre part, qu’il n’est pas toujours possible de remplacer une structure par une autre, comme le montre la manipulation suivante, he fell asleep, then he heard a strange noise in the street and was woken -> * he fell asleep to hear a strange noise in the street.

24Dans ces constructions les infinitives posent l’existence d’un événement qui n’est pas l’événement que le sujet attendait. Dans certains cas, comme en 3), le personnage n’attendait rien, mais étrangement il se trouve confronté à une situation qui bouscule ses certitudes. Les complétives de but, quant à elles, expriment ce que doit être le résultat, le but que se fixe tel personnage, et c’est vers ce but précisément que se dirige son action.

(12) I suggest to you that this story of yours about stealing coniine in order to commit suicide is a tissue of falsehood. I suggest that you took it in order to administer it to him. (A. Christie, Five Little Pigs, p. 12)

Il y a ici une relation causale envisagée par le référent du sujet qui vole le poison avec le désir de l’administrer. S’il ne vole pas le poison, il ne pourra pas le faire boire à sa victime. Autrement dit voler le poison puis l’administrer à la personne conditionnent le résultat souhaité, la mort de ce dernier. L’événement A doit avoir lieu pour que B puisse avoir lieu. Mais la complétive de but ne dit pas que le but recherché a bel et bien été atteint. Tout a été fait pour obtenir le résultat souhaité, mais c’est tout ce qui est dit. Dans cet énoncé in order renforce cette idée d’une action volontairement décidée par le référent du sujet, et dirigée vers un but bien précis. C’est ce qui distingue radicalement cette construction des infinitives qui nous intéressent, dans la mesure où l’activité décrite, même si elle peut mener à un résultat, ne mène pas au résultat escompté. Dans certains exemples, il n’y a même pas chez le personnage concerné le désir de faire quoi que ce soit : il se réveille, il s’endort. Les verbes se réveiller, dormir ne sont pas des verbes à sujets agentifs. Les sujets sont sémantiquement patients dans la première partie de la phrase, et ils le sont également dans la situation nouvelle.

25 Les énoncés suivants nous permettront de bien cerner les paramètres sémantiques à l’œuvre et de préciser la stratégie de l’énonciateur.

(13) I was living with some people in this house –we were sharing it- when someone came and stayed with us for a few days. A visitor. And one day I was out shopping, and I came back to find he was in my room, looking at this painting that was only half-finished. (J. Coe, What A Carve Up, p. 201)

L’énonciateur nous fait part, avec cette construction, de sa surprise de trouver quelqu’un chez lui. Il prend soin avec one day d’attirer l’attention du lecteur, qui comprend, de fait, que l’énonciateur va lui faire part d’une situation particulière, qu’il ne pouvait pas anticiper.

(14) Percival Fortescue had returned from London –to be greeted by the astounding news of this second tragedy. (A. Christie, A Pocket Full of Rye, p. 79)

Ici l’adverbe astounding, qui qualifie news, indique bien l’irruption de l’inattendu, et un inattendu tragique. Mais si l’infinitive est remplacée par un enchaînement chronologique, qui pourtant exprime les mêmes données événementielles, le drame perd de sa force, Percival Fortescue had returned from London and was greeted by the astounding news ...

  • 10 Un relecteur nous fait remarquer que l’absence de surprise remet en cause notre interprétation. (...)

(15) Earlier in the week I had received a bank account, and this morning I had opened it to discover, not very much to my surprise, that I was heavily overdrawn. (J. Coe, What a Carve Up, p. 61)10

Cet énoncé est intéressant car le verbe agentif, open, peut amener le lecteur des énoncés à imaginer que le personnage agit en fonction d’un but bien précis, but que l’infinitive va exprimer. Or le verbe à sujet non-agentif, discover, s’oppose à cette interprétation et l’amène à attendre la description de ce qui a bien pu se passer. On a une rupture dans l’enchaînement situationnel. Comme nous le suggérions plus haut, ce qu’attendait le lecteur en lisant le premier terme de l’infinitive, à savoir TO, ne se réalise pas. Il est en quelque sorte induit en erreur, puisqu’il doit passer de l’intention du personnage, à la description d’une situation inattendue. C’est cette rupture de nature situationnelle qui nous suggère qu’un effet miratif est recherché par l’énonciateur qui choisit cette construction spécifique.

26 L’infinitive est souvent introduite par only, et only marque alors ce que nous appelons une opposition en tout ou rien. En d’autres termes, ce qui advient est presque le contraire stricto sensu de la situation anticipée. Ou du moins, tranche, par rapport au contexte antérieur, et constitue en soi une information digne d’être relatée. L’utilisation de ONLY fait encore davantage basculer le sens vers la mirativité, comme le note Walker (1998). Dans l’énoncé qu’il propose : "You’ll never guess! He’s only been accepted on an apprenticeship as a Curse Breaker in Egypt." il ne s’agit ici pas d’opposer un emploi à d’autres emplois, mais d’insister sur la bizarrerie inattendue de la proposition d’embauche, ce qu’annonce "You’ll never guess!".

(16) Have you ever looked all over the house for your phone only to realize you were holding it in your left hand ? (Google)

On a une opposition entre absence du téléphone et présence dans la main. C’est presqu’au même moment que le personnage ne voit pas et voit son téléphone. On aurait de même I was looking for my spectacles only to find they were on my nose.

(17) Somewhere near Ventnor, she’d turned round and driven back along the coast road, into the teeth of the oncoming gale, only to find herself immobilised now, fifty yards from the edge of Horn Cliffs. (G. Swift, Wish You Were Here, p. 35)

27 Le personnage essaie en faisant demi-tour d’échapper au mauvais temps, mais malheureusement la manœuvre se révèle encore plus désastreuse. Nous avons ici une opposition entre une tentative de déplacement pour échapper à l’orage, et l’immobilisation du véhicule.

(18) Kenneth and Sid went back inside and told the rest of the family that Uncle Edward had been killed. Sid tried to telephone the police, only to discover that the line had been cut off. (J.Coe, What A Carve Up, p. 39)

De nouveau, ici, la situation est en complète contradiction avec ce qui ne devait normalement pas poser de problème. La ligne qui est censée marcher ne marche pas. L’utilisation de try nous indique déjà que l’intention ne sera pas suivie d’effet. Il serait difficile, en effet, d’avoir l’enchaînement ? he tried to telephone the police to report the crime and a few minutes later Constable Smith arrived.

28 Voici d’autres types d’oppositions pour l’énonciateur :

(19) It was her luck to be confronted by the most handsome and charming man she’d ever met only to discover that he was an idiot. (Corpus of Contemporary American English, L. Greenwood, Texas Pride, 2012).

On passe d’une appréciation favorable au sujet du jeune homme à une appréciation négative.

(20) The charismatic Argentine artist came to Mexico four years ago to learn the ancient Maya craft, only to discover that few knew the skill. (COCA, National Geographic Traveler, 2012)

L’espoir d’apprendre est frustré car les enseignants potentiels ne savent rien.

(21) She averted her gaze only to realize that she’d missed part of her friends’ conversation. (COCA, V. Dreiling, How to seduce a scoundrel)

La personne ne s’intéressait pas la conversation, puis le regrette.

  • 11 Le COCA propose 1028 occurrences pour only to find, 90 pour only to realize et 338 pour only to (...)

(22) One morning a herder went out to tend his goats and sheep only to find that they had been attacked. (COCA11, National Geographic Explorer, 2012).

Le berger part pour s’occuper de ses chèvres et de ses moutons, mais ils les trouvent morts. L’opposition est ici entre la vie et la mort. Et si l’énonciateur commence son récit par one morning, qui nous rappelle le one day vu plus haut, c’est qu’il souhaite nous préparer à ce qui va constituer l’information nouvelle, non déductible du premier énoncé.

(23) I’d been thinking of becoming a graphic designer since college and after 13 years I got a chance to do it only to realize that it’s not my cup of tea. (Google)

La personne avait envie de faire du dessin, puis comprend qu’elle n’en a plus envie.

29 Deux énoncés avec le verbe live, qui a un sujet non-agentif, indiquent bien que le personnage n’a aucune intention spécifique, mais qu’il est victime de situations qui le dépassent :

(24) “It’s a shocking business, sir. And I never thought I’d live to find myself in a house where that sort of thing has been going on. But in a way I can’t say that it surprises me.” (A. Christie, A Pocket Full of Rye, Fontana, p. 50)

(25) No one need contrive at her ruin. No one is guilty of it. She ruined herself. You cannot do what Anne Boleyn did, and live to be old. (H. Mantel, Bring Up the Bodies, p. 309)

30Dans quels contextes l’énonciateur a-t-il recours à cette construction ? Nous avions déjà noté que du point de vue discursif la construction oriente vers un après, qui est posé comme l’information la plus pertinente dans le récit. La construction peut avoir un rôle discursif, comme celui d’introduire un nouveau personnage, non présent dans le contexte antérieur :

(26) Inspector Neele reflected for a moment. The opportunities seemed at least to be narrowing down. Three people only had had breakfast with the deceased. He looked up to find Mary Dove watching him. “Your questions about tonic and medicines seems to me rather odd, Inspector.” she said. (A. Christie, A Pocket Full of Rye, p. 28)

31Mary Dove est introduite via la construction et cela permet à A. Christie de lui donner la parole.

(27) The scene was terminated by the ringing of the telephone. Neele went out into the hall to find Mary Dove taking the call. She was writing down a message on a pad. Turning her head over her shoulder she said: “It’s a telegram.” (A. Christie, A Pocket Full of Rye, p. 37)

32Ici encore le personnage introduit par l’infinitive modifie la focalisation. Il était question de l’inspecteur ; il est ensuite question de Mary Dove. On voit donc bien que l’infinitive n’est pas un ajout facultatif ; elle fait avancer la narration.

(28) He came down the stairs into the square hall to find himself suddenly face to face with a tall dark girl. She was wearing a damp mackintosh and she stared into his face with a curious blankness. “I’ve just come back”, she said. “And they told me about Father, that he’s dead.” “I’m afraid that’s true.” (A. Christie, A Pocket Full of Rye, p. 53)

33Le personnage qui prend la parole n’était pas présent auparavant, et l’inspecteur ne s’attendait pas à le rencontrer, comme l’explicite l’adverbe suddenly. La suite du texte indique bien que la jeune fille devient le thème de la narration : She pushed out a hand behind her as though blindly seeking for support. She touched an oak chest and slowly, stiffly, sat down on it.

34 Toutes les infinitives disent indirectement qu’il s’est passé quelque chose, qu’il y a une prise de conscience par un personnage d’une nouvelle situation. Le référent du sujet peut être agentif dans l’activité décrite par le verbe conjugué, mais il ne l’est pas dans tous les cas ; il se trouve ensuite confronté à une situation nouvelle, qu’il ne peut que constater. Les verbes que l’on trouve dans la construction sont d’ailleurs tous des verbes qui ont des sujets non-agentifs : realize, find, discover. On trouve également des passifs, be greeted, où le sujet est également le patient, ou bien l’élément affecté par la situation. Les complétives de but, quant à elles, se construisent avec des sujets agentifs.

35Si nous procédons à des manipulations, en remplaçant le verbe non-agentif, par un verbe agentif, que constatons-nous ? L’exemple (ex 14) peut être modifié ainsi :

(14’) Percival Fortescue had returned from London to attend his wife’s birthday party.

36Nous avons maintenant une complétive de but. Fortescue est revenu dans le but explicite de fêter l’anniversaire de sa femme. Mais imaginons que nous complétions ensuite par un verbe non-agentif, find ou discover :

(14”) only to find that the party had been cancelled.

la nouvelle infinitive n’est alors pas une complétive de but.

37 Ce qui ressort de toutes ces infinitives, qui posent la validation de l’occurrence décrite, c’est qu’elles permettent d’exprimer la surprise de l’énonciateur/ énonciateur rapporté face à une situation non voulue, ou à une situation non anticipée, voire à une situation complètement différente de ce qui était envisagé.

38Est-ce une manière d’exprimer la mirativité ? Des éléments tels que disturbingly, the astounding news, renforcent l’expression d’un étonnement qui contraste avec ce qui était attendu. Mais l’étonnement était déjà présent dans le contraste entre l’activité du sujet et la situation dans laquelle il se trouve en fin de procès, c’est-à-dire dans le passage entre une agentivité voulue et une passivité subie. Les adverbes ne font que renforcer le sens.

39 Si nous suggérions que les grammaires de construction peuvent mieux rendre compte de ces constructions qu’une analyse par complexification syntaxique, c’est parce que le sens se déduit de la mise en relation d’une forme et de données sémantiques spécifiques. Comme nous l’avons vu, c’est le type de verbe utilisé dans l’infinitive qui fait toute la différence, agentivité vs non-agentivité. Ce peut être aussi la description d’une situation en totale opposition à la situation antérieure. Donc c’est bien le schéma syntaxique qui, en accueillant certaines données sémantiques seulement, déclenchent une interprétation de nature mirative. Forme et sens sont intimement liés. L’interprétation mirative provient ici du décalage, dans la mise en relation de deux situations chronologiquement liées, entre ce qui pouvait être attendu, voire souhaité, et ce qui s’est passé. Ce qui doit frapper le lecteur est cette incongruité situationnelle.

40Dans leur article sur les résultatives anglaises (2004) Goldberg et Jackendoff n’abordent pas le cas de possibles adjoints à valeur « contre-résultative », tout en s’intéressant à l’interface syntaxe-sémantique, et en considérant que ces constructions contiennent deux sous-événements comme dans les énoncés suivants : Herman hammered the metal flat (p. 536), ou Sam cut himself free (p. 545). Dans chaque cas, Herman et Sam agissent dans le but d’obtenir un résultat, et c’est ce résultat qu’ils obtiennent en fin de procès : the metal is flat, Sam is free. Il aurait été intéressant qu’ils notent qu’il y a, au contraire, d’après nous, un « contre-résultat » dans un autre de leurs exemples : the gardener watered the flowers flat, mais ils ne le font pas. Il nous semble, en effet, que le jardinier n’avait sûrement pas envie que ses fleurs soient complètement écrasées par l’eau. Au lieu d’avoir un résultat positif, il constate que ses fleurs sont noyées à la fin du procès.

4. Analyse des énoncés modalisés

41 Voyons maintenant une autre construction, dans laquelle l’infinitive, comme dans les constructions analysées auparavant, pose la validation d’un état de fait :

(29) He [G. Bush] must have been drunk to have invaded Iraq (https://answers.yahoo.com/​question/​index?qid)

42 Avant de commencer l’analyse, il est utile de constater que dans ce type d’énoncé ce n’est pas l’infinitive qui constitue l’information nouvelle, mais l’énoncé modalisé. Si nous souhaitons les aborder toutes deux en parallèle c’est que ces deux constructions posent les mêmes questions en ce qui concerne le lien énonciatif que marque TO. En (29), l’infinitive valide le fait que Bush a envahi l’Irak. On ne peut pas dire :

(29’) ?? Bush must have been drunk to have invaded Iraq, but he did not invade Iraq.

  • 12 Girard-Gillet, 2016.

43Cette construction a été analysée12 dans le cadre de la modalité épistémique et de l’abduction. Il s’agit ici d’analyser les données sémantiques pertinentes pour les distinguer de constructions syntaxiquement semblables.

44 La première remarque est que cette construction ne peut pas être ramenée à la transformation d’une construction mono-phrastique. Quel en serait, en effet, le verbe matrice ? Been drunk ? L’infinitive est-elle sujet propositionnel ou complément propositionnel ? Mais de quel verbe ? En fait l’infinitif est l’expression d’un état de fait : Bush a envahi l’Irak, et c’est cet état de fait, connu de tous, qui incite l’énonciateur à en trouver la raison. Il n’est néanmoins pas possible de paraphraser par : ? Bush must have been drunk because he invaded Iraq. Nous n’avons pas non plus affaire à une proposition à sens causal : ? Bush must have been drunk since he invaded Iraq. Et il n’existe pas de relation de concomitance :

(29’”) He was drunk when he invaded Iraq.

Il ne semble pas possible de modifier l’ordre pour obtenir :

  • 13 Nous n’avons pas trouvé de telles constructions, et les anglophones contactés la rejettent. L’in (...)

(30) ? To invade Iraq Bush must have been drunk13

45 D’autre part, cette construction n’est possible qu’avec un énoncé modalisé, que cette modalisation se fasse via un modal ou via un adverbe :

(31) * He was drunk to have invaded Iraq, mais

(31’) He was most certainly drunk to have invaded Iraq

  • 14 Cette construction a été beaucoup étudiée, entre autres par Furmaniak (2004) et Larreya (2009), (...)

à la différence de l’énoncé : he was stupid to refuse the job14.

  • 15 La recherche a été faite le 30.01.20.

46Il est important de noter qu’une nouvelle recherche sur Google15 donne 10 100 pour he must have been drunk to, mais uniquement 3 pour he may have been drunk to, et ces 3 exemples ne nous semblent pas fiables. La structure n’est donc possible qu’avec le modal must, ce qui suggère que nous avons affaire à une construction particulière, dont le sens provient d’un appariement spécifique forme/sens. Nous reviendrons plus bas sur la mise en place du lien entre la qualification du personnage et la description de la situation, ou de l’événement décrit par l’infinitive.

  • 16 Nous remercions I.Birks et J. Arloff pour leurs suggestions.

47 Il y a toujours co-référence entre le sujet de l’énoncé modalisé et l’infinitive, dans la mesure où l’énonciateur a recours à cette construction pour qualifier un individu à partir des actions antérieures spécifiques de cet individu, actions exprimées dans l’infinitive. Avec les énoncés suivants : he must have been violent with his wife for her to leave him, ou he must have beaten his wife for her to leave him16, nous sommes, en fait, dans un cadre autre, et la question de la relation cause-conséquence se pose différemment. Nous en reparlerons plus loin.

48L’infinitive ne peut pas être une complétive de but :

(32) * He must have been drunk in order to invade Iraq

  • 17 Pour Huddleston et Pullum, la frontière entre la modalité déontique et la modalité dynamique est (...)

Nous ne sommes pas dans un cas de modalité radicale, à la différence d’énoncés tels que he had to be drunk to talk in public.17

49On trouve néanmoins des énoncés où la construction amène cette interprétation :

  • 18 Les exemples trouvés dans Google l’ont été au cours de la préparation de l’article. Les référenc (...)

(33) When an island off the coast of Ireland is invaded by bloodsucking aliens, the heroes discover that getting drunk is the only way to survive... So the Irish must be drunk to survive an alien invasion. (oppositelock.jalopnik.com/uhh-ok-so-the-irish-must-)18

50 Nous comprenons que les Irlandais avaient besoin de s’enivrer pour survivre. L’énonciateur est parti d’une constatation : les Irlandais survécurent à l’invasion, grâce à l’ivresse, getting drunk is the only way to survive. Il fait ensuite l’hypothèse d’une nécessité absolue à un tel comportement. On est alors dans le cadre logique d’une relation cause/conséquence.

51Considérons maintenant le contenu sémantique des infinitives qui nous intéressent ici, et commençons par l’énoncé déjà mentionné en (29) :

He [G. Bush] must have been drunk to have invaded Iraq (https://answers.yahoo.com/​question/​index?qid.)

52 La présence de POUR dans la traduction Bush devait être ivre pour avoir envahi l’Irak pourrait laisser croire que l’on est dans le cadre d’une relation logique telle que la situation A amène la situation B. Or ce n’est pas le cas, en dépit de ce que TO, opérateur de visée, pourrait laisser supposer. Le modal must n’a pas une valeur radicale, mais une valeur épistémique. Nous postulons que l’énonciateur considère tout d’abord qu’envahir l’Irak était une décision incompréhensible, que rien ne pouvait justifier, sauf une raison absolument incroyable, qu’il va alors imaginer, et qui est l’ébriété de Bush. Bien évidemment l’énonciateur n’accorde aucun crédit à sa propre hypothèse, dont le but semble, en fait, d’insister encore davantage sur la folie qu’a été l’attaque de l’Irak.

  • 19 Le fait bien connu que Bush avait un problème d’alcoolisme a pu suggérer l’hypothèse, mais tout (...)

53 On peut donc faire l’hypothèse que la construction épistémique Bush must have been drunk, loin d’être une tentative d’explication avec un certain degré d’incertitude comme dans toute modalisation problématique (Larreya : 2009) est, bien au contraire, la conviction que là n’est pas la vraie raison, mais un jeu destiné à critiquer encore davantage Bush19. La construction permet, en fait, de poser une double critique : a) envahir l’Irak ne peut être que l’œuvre d’un individu dérangé mentalement ; qui est-ce ? Bush ; et b) Bush devait être ivre. Les deux parties de l’énoncé se renforcent mutuellement. Nous sommes dans l’hyperbole ; l’énonciateur souhaite traduire le haut degré de sa désapprobation en nous faisant comprendre que Bush était quelqu’un de dangereux. C’est ce désir de faire adhérer le lecteur à son incompréhension face au comportement de Bush qui nous amène à faire l’hypothèse que la construction renferme une valeur de mirativité. Les exemples suivants fonctionnent tous de la même manière :

(34) She must have been stupid to think a guy like that could like a girl like her. After all, she was the Sheriff’s daughter, which was all any of them ever saw about her. (https://books.google.fr/​books?isbn=1435750047)

54Pour l’énonciateur, la jeune femme s’imagine à tort qu’une certaine personne l’aime. Il cherche alors une explication à cette situation, qu’il ne comprend pas, et en déduit qu’elle est stupide. L’énonciateur se satisfait de cette raison car il ne souhaite que critiquer la jeune fille, comme la suite du texte le prouve. Cet énoncé exprime doublement l’opinion négative qu’a l’énonciateur de cette jeune femme : elle s’est bercée d’illusions ; elle est stupide.

(35) She must be insane to place her fate into the hands of yet another member of the upper class, but what choice did she have? (https://books.google.fr/​books?isbn=1509216766)

55 L’énonciateur considère négativement le fait de faire confiance à ce membre de la classe supérieure, et ne trouve qu’une seule explication à cela, à savoir que la jeune femme est folle. Rappelons que may est impossible. Là encore la raison imaginée n’est certainement pas la bonne. La construction permet à l’énonciateur d’exprimer doublement sa désapprobation quant à la conduite de la jeune femme. Les deux parties de l’énoncé se renforcent mutuellement pour attirer l’attention du lecteur sur une situation incompréhensible.

(36) It was the night before Hermione’s birthday, and Harry had grown increasingly nervous around her. He must have been daft to have agreed to study with her… (www.geocities.ws/crikkita/HermioneRon/.../EG09.ht...)

(37) He must have been barmy to think this was a good idea. Absolutely raving mad! What had he been thinking earlier? (Nikki James, Download Stella’s diner)

(38) Zsaset realizes that she must have been a fool to get married so young. Now all she can think about is a new life in the fast lane. (https://amazon.co.uk/​shoulda-seen-comin.../​0972400354)

(39) She must have been mad to marry a man about whom she still knew very little.

(https://books.google.fr/​books?isbn=0349405352)

(40) It seems that the general consensus is that he must have been depressed to do what he did. (https://books.google.fr/​books?isbn=1449015697)

(41) He must have been crazy to have put all that money on that goddamn horse! He felt a cold chill as he thought of the reckoning. (https://books.google.fr/​books?isbn=1471903508)

  • 20 Nous avons fait une recherche sur COCA et Google avec ces adjectifs, pour confirmer la spécifici (...)
  • 21 Le lecteur de l’énoncé peut, dans certains cas, ne pas savoir ce qui s’est passé, mais la constr (...)

56Quels adjectifs trouvons-nous dans les énoncés de (29) à (41) ? Les adjectifs qu’utilise l’énonciateur pour qualifier la psychologie ou l’état mental des personnes renvoient chaque fois à l’idée d’un manque de contrôle, d’une propension à la folie, tels que drunk, stupid, insane, daft, barmy, fool, mad, depressed, crazy.20 La construction de l’énoncé se fait en plusieurs temps : l’énonciateur constate qu’un certain individu a agi d’une manière spécifique, qu’il juge négative. Il pourrait à partir de sa constatation essayer d’induire une raison à cet agissement, de faire des hypothèses. Il aurait alors à sa disposition toute la gamme des modaux et des adverbes modaux pour les formuler. Or il n’a recours qu’à un seul modal, must, modal du haut degré de la certitude, ce qui signifie que son opinion n’a pas à être remise en cause. Il l’impose à son co-énonciateur ou à son lecteur. Dans la gestion de l’énoncé c’est la partie modale qui est posée comme l’information nouvelle. L’infinitive reprend une information connue21 qui force l’acceptation du point de vue exprimé.

57 Nous allons maintenant évoquer rapidement le cas de quelques constructions qui se distinguent de celles que nous venons de voir, du fait de l’absence de jugement négatif, voire insultant. Les adjectifs à connotation positive tels que charming, intelligent, funny, clever ne donnent pas un sens miratif à la construction.

(42) I guess he must be intelligent to have attained his lofty position, but his lack of empathy and conceit are overwhelming.

58L’énonciateur essaie de trouver la raison du succès du personnage, et la raison qu’il propose peut être considérée comme une raison valable du point de vue de la doxa, ce qui n’est pas le cas des raisons ou « pseudo-raisons », invoquées plus haut. Et le fait d’obtenir un poste élevé ne peut pas être considéré comme une situation incompréhensible : il doit être intelligent pour avoir obtenu ce poste élevé. Il en va de même pour les exemples suivants :

(43) He must be clever to have risen from such a background (https://books.google.fr/​books?id=ocj, Joe Beverley, A Shocking delight)

(44) How old is your son Karen, he must have been worried to call your Ex.

59En (44) l’énonciateur déduit du fait que l’enfant a appelé l’ancien mari de sa mère qu’il devait être très inquiet. Il existe un lien logique entre l’inquiétude et l’action entreprise pour y remédier. Nous ne sommes pas non plus dans l’hyperbole, dans l’exagération, ou dans la surenchère accusatrice, mais dans l’expression d’un comportement explicable, il devait être très inquiet pour avoir appelé votre Ex. Dans chaque cas l’énonciateur part d’une constatation et en propose son explication. Dans l’exemple (42) l’énonciateur déduit l’intelligence du personnage de la fonction qu’il occupe, et dans l’exemple (44) l’énonciateur déduit du coup de téléphone l’inquiétude de l’enfant.

60Comparons ces exemples avec les exemples suivants :

(45) I realise that bill is not the current Minister of Local Government’s bill, but he must have been worried to inherit a bill that was based on myths. (www.parliament.nz/.../environment-canterbury-temp.)

61Le verbe inherit n’a pas un sujet agentif, comme call, mais un sujet bénéficiaire. Le ministre hérite d’un projet de loi qu’il sait être mal conçu, d’où, d’après l’énonciateur, une certaine inquiétude quant à la situation peu enviable dans laquelle il va se trouver maintenant : il a dû être inquiet d’hériter d’un projet de loi fondé sur des mythes.

62 Nous remarquons que le français oppose POUR et DE quand l’anglais construit deux infinitives syntaxiquement semblables. Le français renforce sémiquement la différence interprétative grâce à POUR et DE, quand l’anglais n’a recours qu’à TO. Il semble difficile de faire porter par un seul opérateur, à savoir TO, la construction des distinctions que mettent en place les énoncés; et c’est un autre paramètre, de nature sémantique, qui va jouer un rôle discriminant, comme le montrent les exemples suivants :

(46) Shipman’s reaction when he heard the sentence is not recorded, but despite the fine, he must have been relieved to have got away so lightly: il a dû être soulagé de s’en être tiré aussi légèrement. (https://books.google.fr/​books?isbn=074811324X)

(47) “He must have been worried to learn about a break-in,” Jose said. “We still can’t believe it. There hasn’t been a burglary in town in a long time,” Katie said: il a dû être inquiet d’entendre qu’il y avait eu un cambriolage. (https://books.google.fr/​books?isbn=1496713524)

63 Les exemples (46) et (47) sont interprétés comme (45), mais en (48) et (49) nous retrouvons l’interprétation de (42) :

(48) Anyway, she won the heart of Thomas Bradley, the wealthy young man I referred to, and she must have been clever to have induced him to leave her his money. (https://books.google.fr/​books?isbn=8075832256)

(49) He knew perfectly that I recommended nothing of the sort, and he must have been very angry to indulge in this boutade (H. James, The Path of Duty, https://books.google.fr/​books?isbn=373697193)

64C’est le type de verbe qui apparaît dans l’infinitive qui construit les distinctions dans les interprétations. En (46) et (47) les verbes get away, learn sont des verbes à sujet non-agentif, alors qu’en (48) et (49) les verbes induce, indulge ont des sujets agentifs.

65Le tableau suivant résume les interprétations, à partir du sémantisme des verbes des infinitives :

Adjectif

Verbe agentif

Verbe non-agentif

clever (ex. 42)

attain lofty position ->

S agent

worried (ex. 44)

call your ex ->

S agent

worried (ex. 45)

have inherited -> S affecté

nouvel état : worried)

relieved (ex. 46)

get away -> S affecté

nouvel état : relieved

worried (ex. 47)

learn -> S affecté

nouvel état : worried

clever (ex. 48)

... have induced him to

leave her his money

-> Sujet agent

angry (ex. 49)

colère -> indulge -> S agent

66 C’est le contenu sémantique du verbe de l’infinitive qui conditionne l’interprétation : avec un verbe agentif, nous comprenons que c’est l’état psychologique du sujet qui le conduit à agir. Il existe une antériorité de cet état par rapport à l’action menée. Au contraire, avec un verbe à sujet non-agentif, il y a instanciation d’un nouvel état psychologique dû à ce que le sujet a été amené à « subir », donc postériorité de cet état par rapport à une situation.

67 Les infinitives dans les énoncés du type Bush must have been drunk to have invaded Irak devraient apparaître dans la case des verbes agentifs, puisque nous avons trouvé les verbes think, agree, marry, put money on a horse. Or l’énonciateur considère que leurs actions sont incompréhensibles, et c’est ce haut degré d’incompréhension que l’énonciateur souhaite nous communiquer, d’où leur valeur mirative. Pour retrouver paradoxalement une certaine logique à ces situations, l’énonciateur déduit que les personnages n’étaient plus capables du moindre contrôle sur leurs actes au moment des faits.

Conclusion

68 Les deux constructions analysées dans les parties 3 et 4 posent l’existence d’une situation que l’énonciateur ou l’énonciateur rapporté a remarquée et dont il souhaite donner sa propre interprétation.

69C’est dans la mesure où il y a validation du contenu sémantique de l’infinitive que l’énonciateur peut donner son point de vue sur ce qui s’est passé. L’énonciateur est confronté à des situations difficiles à comprendre pour lui. C’est le caractère étrange, étonnant de l’activité, de la situation ou de l’événement qui donne à la construction son interprétation spécifique, et qui la distingue de constructions semblables syntaxiquement.

70La première construction est mise en place de manière rétrospective : si l’énonciateur ou l’énonciateur rapporté n’était pas soudain confronté à une situation inattendue il ne mentionnerait pas ce qui s’est passé auparavant, puisque c’est justement cette incongruité qui fait sens pour lui, et qui doit faire sens pour le récepteur du texte. Il y a focalisation sur l’information nouvelle que donne l’infinitive.

71 La deuxième construction constate également une situation inattendue dont l’énonciateur ou l’énonciateur rapporté rend compte par une cause, qu’il sait ne pas être la cause réelle. Il ne souhaite en fait que montrer sa propre perplexité, voire son incapacité à comprendre quoi que ce soit aux événements, et forcer l’adhésion du récepteur. Ici l’information nouvelle est le point de vue exprimé par l’énoncé modalisé.

72 En dépit de l’organisation différente quant au présupposé et à l’information nouvelle, nous pensons que ces deux constructions relèvent de la mirativité. La mirativité est définie comme une catégorie grammaticale dont le sens primaire renvoie à une information nouvelle, inattendue, et à la surprise du locuteur (DeLancey 1997, Aikhenvald : 2004). Il semble bien que ce soit le cas ici pour les deux constructions que nous avons étudiées ; l’énonciateur, le locuteur veut susciter l’étonnement chez son co-énonciateur, le récepteur du message, en lui décrivant des situations inattendues, ou des agissements incompréhensibles, auxquels ce dernier doit réagir. Du point de vue syntaxique les deux constructions suivent un schéma classique : une proposition avec temps exprimé, suivie par une infinitive. Or les données sémantiques remettent en cause les interprétations attendues que TO laissait anticiper, et créent alors cette valeur de mirativité.

Top of page

Bibliography

Adamczewski, Henri & Delmas, Claude. Grammaire linguistique de l’anglais. Paris : Colin, 1982.

Aikhenvald, Alexandra. Evidentiality, Oxford University Press, 2004.

Bailey, David. “The problem of the alteration to V/ V-ing after aspectual verbs” in Travaux linguistiques du CERLICO n° 5, Rennes : PUR, 1992.

Boulonnais, Dominique. « TO et les infinitives : l’hypothèse de la transcendance prépositionnelle », CIEREC, 116. 55-90, 2004.

Boulonnais, Dominique. « Les prépositions TO et FOR : grammaticalisation et subjectification », Anglophonia 24. 47-97, 2008.

Bouscaren, Jacqueline, Persec, Sylvie & Celle, Agnès, et al. Analyse grammaticale dans les textes, Paris : Ophrys, 1998.

Chomsky, Noam. Lectures on government and binding. Dordrecht: Foris, 1981.

Cotte, Pierre. Le système des auxiliaires modaux dans le système verbal de l’anglais contemporain. Thèse pour le doctorat d’État, Université de Grenoble III, 1988.

Culioli, Antoine. « Valeurs modales et opérations énonciatives », Modèles linguistiques, 1,2, Lille : PUL, 1979.

DeLancey, Scott. “Mirativity: the grammatical marking of unexpected information”, Linguistic Typology. 1, 33-52, 1997.

Deschamps, Alain. « Traitement des paramètres des complétives » in Marie-Line Groussier & Claude Rivière (éds.), La Notion. Paris : Ophrys. 60-74, 1997.

Deschamps, Alain. « La non-coréférence dans les compléments infinitifs et gérondifs sans sujet » in Jean Chuquet & Paillard Michel (eds.). Morphosyntaxe du lexique 1. (Travaux du CERLICO n° 15), Presses universitaires de Rennes. 31-46, 2002.

Deschamps, Alain. « Pour un traitement formel énonciatif des compléments de verbe à forme non-finie » in Claude Delmas (éd.). Complétude, Cognition, Construction linguistique, Paris Presses de la Sorbonne Nouvelle. 135-146, 2006.

Deschamps, Alain. « Altérité et complémentation infinitive. Le schéma V1-TO-V2 » in Lionel Dufaye & Lucie Gournay (eds.), L’altérité dans les théories de l’énonciation, Collection Langues, Langage et Textes, Paris, Ophrys, 2010.

Dufaye, Lionel. « Les modaux et la négation en anglais contemporain », Cahiers de Recherche, T. 8, numéro spécial, Gap : Ophrys, 2001.

Duffley, Patrick. “A Natural-Language Semantics Approach to Infinitival and Gerund-Participial Complementation in English”, Anglophonia 22. 55-67, 2007.

Egan, Thomas. Non-finite complementation. A Usage-Based Study of Infinitive and –ing Clauses in English. Amsterdam & New York : Rodopi, 2008.

Furmaniak, Gregory. Influence des marqueurs aspectuels sur la construction et l’interprétation de la modalité dans les énoncés en MUST, Ph. D. Dissertation, Université Sorbonne, 2004.

Furmaniak, Gregory. “When take means require: A study of extraposed and impersonal constructions with take”, Canadian Journal of linguistics/Revue canadienne de linguistique, 59 (2), 173-200, 2014.

Gilbert, Eric, (à paraître), « Perception et représentation. De la co-prédication à la co-énonciation » in J.-M. Merle, Actes du colloque La co-prédication, Nice 2015.

Girard-Gillet, Geneviève. “Is TO a cohesion marker?” in RANAM, n° 20, Université de Strasbourg. 47-66, 2011.

Girard-Gillet, Geneviève. “Linear order and the construction of meaning: is Syntax deceptive?” in Monique de Mattias-Viviès (ed.), La syntaxe mensongère, E-rea, 9.2, 2012.

Girard-Gillet, Geneviève. “A posteriori modality, implicative modality by abduction, a case study” in La modalisation a posteriori, Anglophonia 19, http://anglophonia.revues.org/497, 2015.

Goldberg, Adèle E & Ray Jackendoff. “The English resultative as a family of constructions”, Language, volume 80, number 3, 532- 568, 2004.

Haegeman, L. & Guéron, J., English Grammar: a Generative Perspective, Oxford, Blackwell, 1999.

Huddleston, Rodney, & Geoffrey Pullum. (eds.). The Cambridge Grammar of the English Language. Cambridge, UK: Cambridge University Press, 2002.

Khalifa, Jean-Charles. Syntaxe de l’anglais, Gap/Paris : Ophrys, 2004.

Kiparsky, Paul. & Carol Kiparsky. “Fact” in D. D Steinberg, & L. A. Jakobovits (eds.), Semantics, Cambridge University Press, 1971.

Kertz, Laura. “Evaluative predicates: An adjunct control analysis”, in the Proceedings of the 25th West Coast Conference on Formal Linguistics, edited by Donald Baumer, David Montero, and Michael Scanlon, Somerville, MA: Cascadilla Proceedings Project, 229-235, 2006.

Larreya, Paul. “Towards a typology of modality in language” in Raphael Salkie, Pierre Busuttil, Joan van der Auwera. Modality in English: Theory and Description. Berlin & New York: Mouton de Gruyter. 9-30, 2009.

Melis, Gérard. Etude énonciative de l’opposition to + base verbale/ base verbale + ing en anglais contemporain : facteurs contextuels et situationnels. Thèse. Université Paris 7, 1994.

Mélis, Gérard. « ING/BE+ ING : nominalisation, aspect et typologie des procès en position initiale », Regards sur l’aspect, Cahiers Chronos, n° 2. 1998.

Simonin, Olivier. “Adverbial and relative to-infinitives”, Journal of English Linguistics (vol. 41, n°1, March 2013): 4-32, 2013.

Walker, Jim. “We’ve only missed an emergent phenomenon in Standard British English!: the mirative ONLY in contemporary colloquial English”, in Standardiation and Variation in English language(s), E-rea, 15.2, 2018.

Whelpton, Matthew. The Syntax and semantics of infinitives of result in English. Oxford, UK: University of Oxford dissertation, 1995.

Whelpton, Matthew. “Elucidation of a telic infinitive”, Journal of Linguistics 37. 313-337, 2001.

Whelpton, Matthew. “Locality and Control with infinitives of result”, Natural Language Semantics 10, 167-210, 2002.

Top of page

Notes

1 Les grammaires de construction définissent les constructions comme tout appariement forme/sens. Construction grammar defines constructions to be any stored pairings of form and meaning.”

2 Cet énoncé a été analysé dans le cadre d’une réflexion sur la modalisation. Il s’agit ici de comprendre les données sémantiques qui mettent en place l’interprétation particulière.

3 Selon leur sens, les verbes assignent un, deux ou trois rôles théta, qui doivent être associés aux arguments dans la phrase. Le critère theta établit qu’il doit y avoir une relation bi-univoque entre les arguments et les rôles thématique. "Depending on their meaning, the verbs assign one, two or three thematic roles or theta-roles, which must be associated with arguments in the clause. The theta-criterion establishes that there must be a one-to-one correlation between arguments and thematic roles." (L. Haegeman & J. Guéron, 1999 : 44)

4 Pour Cotte, TO est un « opérateur de dévirtualisation », qui trace un chemin entre le virtuel pur et l’actualisé.

5 Pour Chuquet, TO suppose un « repérage énonciatif suffisamment lâche pour éviter le choix exclusif entre p et p’. » (1986 :140)

6 Communication : « Infinitifs, verbes de perception et énonciation », Journée d’étude, 5 et 6 juin 2014, Poitiers, Autour de l’énonciation, de la lexicologie, de la morphologie et de la contrastivité : langues, discours, textes et corpus.

7 Enoncé fourni par Claude Delmas, que nous remercions.

8 Ils donnent deux exemples : they arrived home to find the house had been burgled (p. 1265) et : I ran all the way to the station only to find the train had just left (p. 1224).

9 The Frontier, Best of H.E. Bates, https://archive.org/stream/bestofhebates00bate/bestofhebates00bate_djvu.txt

10 Un relecteur nous fait remarquer que l’absence de surprise remet en cause notre interprétation. Nous ne le pensons pas, comme l’indique la modification possible : ... to discover to my surprise that I was heavily overdrawn. Le personnage est, en fait, surpris de ne pas être surpris. On aurait une complétive de but, en revanche, avec l’enchaînement : I had opened it to read what my banker had to tell me, du fait de la présence de deux verbes agentifs.

11 Le COCA propose 1028 occurrences pour only to find, 90 pour only to realize et 338 pour only to discover, avec des verbes à sujet non-agentif.

12 Girard-Gillet, 2016.

13 Nous n’avons pas trouvé de telles constructions, et les anglophones contactés la rejettent. L’infinitive en début d’énoncé oriente vers un sens de but pour son contenu.

14 Cette construction a été beaucoup étudiée, entre autres par Furmaniak (2004) et Larreya (2009), mais nous n’en parlerons pas ici.

15 La recherche a été faite le 30.01.20.

16 Nous remercions I.Birks et J. Arloff pour leurs suggestions.

17 Pour Huddleston et Pullum, la frontière entre la modalité déontique et la modalité dynamique est quelque peu floue. "The boundary between deontic and dynamic modality is somewhat fuzzy" (2002 : 179). Nous ne nous intéresserons pas à cette distinction ici, et nous nous en tiendrons à la modalité épistémique.

18 Les exemples trouvés dans Google l’ont été au cours de la préparation de l’article. Les références ne sont pas toutes retrouvables quelques mois plus tard, et nous nous en excusons auprès des lecteurs.

19 Le fait bien connu que Bush avait un problème d’alcoolisme a pu suggérer l’hypothèse, mais tout autre raison absurde aurait pu entrer dans la construction, comme he must have been mad to have invaded Iraq.

20 Nous avons fait une recherche sur COCA et Google avec ces adjectifs, pour confirmer la spécificité de ces constructions quant à leur interprétation.

21 Le lecteur de l’énoncé peut, dans certains cas, ne pas savoir ce qui s’est passé, mais la construction tend à le forcer à accepter que la situation décrite par l’infinitive a bel et bien eu lieu.

Top of page

References

Electronic reference

Geneviève Girard-Gillet, “Fausses infinitives de but et mirativité”Anglophonia [Online], 29 | 2020, Online since 20 October 2020, connection on 26 January 2021. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3268; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3268

Top of page

About the author

Geneviève Girard-Gillet

Sorbonne Nouvelle, PRISMES
genevieve.girard@sorbonne-nouvelle.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search