Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia30Grammaire interactionnelle, parad...

Grammaire interactionnelle, paradigme et gradient de la subjectivité

Sylvie Hancil

Abstracts

This paper proposes a diachronic analysis of the final but in a corpus of Northern English, a dialect where final particles represent a characteristic feature of the grammar. Recently, much emphasis was given to the study of but from a synchronic perspective in American and Australian English. This investigation closes the gap and is pursued in Northern English in the DECTE corpus, covering a 50 years’ span (1960-2010). The various semantico-pragmatic values are studied diachronically. It is shown that final but undergoes the process of paradigmaticization as it enters into the paradigm of final particles by enriching it with lexical and structural persistence. Besides, the subjective values are closely evaluated on Traugott and Dasher’s (2002) subjectivity cline.

Top of page

Full text

Introduction

1Depuis les travaux de Saussure, on a souvent considéré la grammaire comme une structure avec une cohérence interne et comme un système qui se suffit à lui-même. Mais avec la venue de la linguistique interactionnelle, cette perspective a évolué depuis le milieu des années 1970 et l’interprétation de la grammaire est devenue dynamique, prenant en compte le rôle du co-énonciateur et plus généralement l’organisation de la vie sociale. Récemment, l’intérêt grandissant pour l’étude des particules finales dans les langues non-asiatiques (voir par exemple, Hancil, Haselow & Post 2015) a accordé beaucoup d’importance aux expressions linguistiques qui ne peuvent être expliquées par la grammaire traditionnelle au contraire de la grammaire interactionnelle.

2 Cette étude se situe dans cette tradition et offre une analyse diachronique de la particule finale but dans le Diachronic Electronic Corpus of Tyneside English (DECTE) sur une période de 50 ans (1960-2010). Après avoir présenté la littérature existante et les données, on expliquera comment les différentes valeurs sémantico-pragmatiques ont évolué selon les périodes considérées, contribuant ainsi non seulement à enrichir le spectre de la valeur contrastive traditionnelle de but mais aussi à élargir la classe hôte de la construction, ce qui correspond à la définition de la grammaticalisation de Himmelmann (2004). L’analyse montrera comment la notion de persistance lexicale introduite par Hopper (1991) est complétée par les notions de persistance structurelle (Breban 2009) et de persistance procédurale pour la structure implicite X but Y (Hancil 2014). Nous concentrerons aussi notre attention sur les processus de subjectivisation et d’intersubjectivisation et on discutera la hiérarchie proposée par Traugott (2010) dans son gradient de la subjectivité. D’autre part, il est nécessaire de réhabiliter la notion de paradigme dans les contextes non-morphologiques (Nørgård-Sørensen & Heltoft 2015) pour apprécier comment la particule finale but est insérée dans le paradigme grammatical des particules finales et comprendre comment la paradigmatisation participe de la grammaticalisation.

Littérature existante

3Le phénomène des particules finales a été relativement peu étudié dans les langues européennes. En anglais, c’est la particule finale but qui a attiré l’attention des chercheurs comme Mulder & Thompson (2008), Mulder, Thompson & Williams (2009) en anglais américain et anglais australien. Seule Hancil (2014, 2015, 2016) a attiré notre attention sur l’anglais britannique. La présence de marqueurs discursifs en position finale est attestée en anglais du nord, comme l’ont confirmé Trudgill (2004) et Clarke (2010), ou plus récemment Beal, Burbano & Llamas (2012):

Sentence-final but, as in I don’t like it but, is well known in colloquial Australian English. It does not occur in England, except in Tyneside, but is common in Ireland and Scotland.
(Trudgill 2004:19)

Sentence-final but has been linked to British (particularly northern), Scottish, Irish and Australian English.
(Clarke 2010: 153)

There are a number of sentence-final features that are characteristic of North-Eastern dialects. But, for example, may be used in sentence-final position to mean ‘though’ (e.g. I’ll manage but), in addition to its standard usage as a conjunction. Such use of but has been attested not only in Tyneside but also in Wearside.
(Beal, Burbano-Elizondo & Llamas 2012: 92)

4S’appuyant sur des corpus de conversation d’anglais américain et d’anglais australien, Mulder & Thompson (2008: 180) étudient le comportement de la particule finale but et trouvent des arguments en faveur du gradient de la grammaticalisation selon (1):

Initial but > Janus-faced but > final but
IU-initial conjunction IU-final discourse particle

5 Mulder & Thompson (2008: 195) distinguent six étapes sur le chemin de la grammaticalisation, qui sont syntaxiquement décrits en (2a-f), respectivement. Les crochets rectangulaires indiquent une unité intonative, et X et Y sont en conflit l’un avec l’autre par l’intermédiaire d’une relation de contraste ou de concession. Les buts initiaux et Janus 1 commencent une unité intonative, mais les autres terminent une unité de ton.

(2) a. Initial:               X [but Y]
b. Janus 1:                 X [but,] Y
c. Janus 2:                  [X but]
d. Final 1 (final hanging):  [X but]
e. Indeterminate:           [X/Y but]
f. Final 2 (final particle) :  [Y but]

6Les buts à deux faces sont des formes intermédiaires entre les buts initiaux et finaux et sont appelés “Janus” parce qu’ils ont des propriétés des deux et peuvent être interprétés comme étant l’un ou l’autre.

7 Mulder & Thompson (2008) montrent que but suit un chemin de grammaticalisation qui commence en tant que « but initial » (voir (3a)) et devient but à deux faces (voir exemples (3b-c) pour terminer sa course en « but final » (voir exemples (3d-f)).

(3) a. So he got another radio this summer, but of course that got ripped off also. (Initial)
b. I don’t know what the real story is, but,... it sounded kinda neat. (Janus 1)
c. we would charge (H) ...five-hundred fifty dollars on an- on an account, it would be five-hundred dollars, it’s really kind of switch around but. (H) what...what that would-...I think it would be good for (H) ... the five or six of us, (H) to have Galino down here, (H) can kind of explain what products, ... we can offer from the bank side, ~ Matt needs to know that, and ... and we all need to know that, (H) and then, we can figure out how ~ Matt’s, ... the products that LCL’s gonna offer will plug into that. (Janus 2)
d. W’l now Didier - makes his money by going to Atlantic City but -. (Final 1)
“Yep. They are now any way.” “Um...my mum doesn’t think so - but,” (Indeterminate)
“You sounded funny @@(H)” “I know. Sounded like an alright person but.” (Final 2)
(cité d’après Izutsu & Izutsu 2014)

8Dans l’exemple initial (3a), le but initial commence une unité intonative et la valeur contrastive est obtenue avec l’énoncé précédent (voir, pour plus de détails, Schiffrin (1987) parmi d’autres). Dans l’exemple (3b) de Janus 1, prosodiquement il peut être assimilé à un but final à sa production, mais en réalité, l’énonciateur donne immédiatement plus de matériel contrastif dans le même tour de parole, ce qui le transforme en introducteur. Dans l’exemple (3c) de Janus 2, l’énonciateur continue son tour de parole et il n’y a aucune preuve que le matériel qui suit se situe en contraste avec ce qui précède le but ; il est utilisé en fait pour introduire une action.

9 Une particule finale est un marqueur discursif qui se place à la fin d’une unité interactionnelle, que ce soit un tour, une unité intonative, ou une unité prosodique, et qui indexe certaines valeurs pragmatiques (Mulder & Thompson 2008 : 183). Alors que l’anglais australien et l’anglais américain ont un but final en suspens, seul l’anglais australien a la particule finale but. Dans l’exemple final 1 (3d), il y a une implication claire laissée « en suspens » de sorte que la proposition contenant but est susceptible d’être interprétée comme une concession. Ce but dit au co-énonciateur qu’il y a une implication et l’invite à faire la bonne inférence. L’exemple (3e) est un cas intermédiaire, où but peut être interprété comme un exemple final 1 ou final 2. Ce cas est indéterminé. Dans l’exemple (3f) final 2, le matériel sémantiquement contrastif est donné à la fin de l’unité intonative avec la particule finale but. La particule vient clore une construction qui porte le contenu sémantiquement contrastif.

10Les principales différences entre le but final américain et le but anglais australien sont les suivantes : il n’y a pas but Janus dans le corpus de Mulder & Thompson (2008) et la particule dans le corpus DECTE a développé des sens autres que la valeur sémantique contrastive, comme l’a montré Hancil (2014, 2015). De plus, tout comme en anglais américain et en anglais australien, la prosodie de la particule finale est associée à un contour plat, comme cela est explicité par le contour de l’occurrence dans DECTE (P1) dans la Fig. 1 :

Fig. 1: Contour intonatif de la particule finale but dans le corpus DECTE

Fig. 1: Contour intonatif de la particule finale but dans le corpus DECTE

Présentation des données

11Il a été montré dans une étude synchronique de but (Hancil 2014) que l’on trouve la particule but en plus grand nombre dans le nord de la Grande Bretagne. Il a donc été décidé de travailler dans un corpus diachronique du même dialecte. Le Diachronic Electronic Corpus of Tyneside English (DECTE) est une collection de transcriptions de textes et de fichiers audio d’interviews faisant intervenir une grande variété de locuteurs du nord-est de l’Angleterre. Il s’étend de la fin des années 1960 au début des années 2000 et inclut 3 sous-corpus (et par conséquent trois périodes notées P1, P2 et P3).

12 Le premier sous-corpus comprend 37 interviews et 229 909 mots. Il date de la fin des années 60 et début des années 70. Il s’agit du projet Tyneside Linguistic Survey (TLS) qui inclut des locuteurs du Tyneside racontant des récits de vie de locuteurs du Tyneside et leurs attitudes face au dialecte local. Le second sous-corpus, le projet Phonological Variation and Change in Contemporary Spoken English (PVC), fut mis en place en 1994. Il comprend des dialogues entre deux amis ou membres d’une même famille du Tyneside qui abordent une grande palette de sujets. 18 interviews furent conduites, ce qui représente 208 295 mots.

13Le troisième sous-corpus NECTE2 fut créé en 2007-2011 avec 44 interviews. Il comprend 366 062 mots. Comme pour le projet PVC, chaque interview fait intervenir deux participants qui sont habituellement des amis ou des membres d’une même famille qui ont par conséquent le même âge et viennent du même profil social. Les conversations durent généralement de 30 à 70 minutes et couvrent une grande variété de sujets, avec différents degrés de participation et de direction de la part des interviewers.

  • 1 Je remercie tout particulièrement Karen Korrigan et ses étudiants, Université de Newcastle pour (...)

14Le nombre de mots par période étant relativement bas, sont relativement bas, on a choisi de travailler sur une base normalisée pour 200 000 mots par période. Tous les exemples ont été vérifiés par des locuteurs natifs du dialecte.1

Évolution diachronique des valeurs sémantico-pragmatiques dans le corpus

15Trois catégories de valeurs sémantico-pragmatiques associées à la particule finale but ont été identifiées dans le corpus DECTE : textuelle, attitudinale et sociale.

  • 2 A l’origine, dans Hancil (2014), je distinguais deux catégories, à savoir les valeurs discursive (...)

16Une valeur textuelle peut être décrite comme une composante construisant le discours, qui crée de la cohérence textuelle au sein d’une série de propositions. Une valeur attitudinale reflète l’attitude de l’énonciateur. Une valeur sociale se fait l’écho des règles de l’étiquette en société, spécialement en interaction sociale.2

Valeurs textuelles

17Deux types de valeurs textuelles sont identifiés : le contraste et l’anaphore/cataphore. Le premier type de valeur textuelle que l’on trouve dans le corpus DECTE est lié à l’expression du contraste, qui peut être paraphrasé par though, comme le montre le Tableau 1 :

18Tableau 1 : Evolution des valeurs contrastives dans le corpus DECTE

Période

Sens

P1

P2

P3

Contraste

9

18

21

19D’après le Tableau 1, le nombre des valeurs contrastives s’étend de 9 occurrences en P1 à 18 en P2 (+100%) et il augmente légèrement de P2 à P3 (21 occurrences, +16,7%). Le contraste peut être illustré en (4) et (5) :

(4)
A: uhhuh there's the park down the bank
B: that's right aye <unclear /> what
A: not much of it there now like but
B: yeah they're going to build a school or something aren't they
A:they've built a school
B: oh i see aye
A: it's up now
(DECTE, P1)

(5)
A: I like Yorkshire accent, Irish accent and southern accent and Italian accent and Geordie accent.
B: Does a person's accent affect what you think of them?
A: Yeah.
B: On what basis?
A: If they're from Newcastle, I actually do judge them more. I'm a total snob sometimes, to be fully honest. I know that's bad but yeah, but then, no I am.
B: What about you?
A: What, do I judge people on their accents?
B: Mm
A: Err I really I don't know sorry. I might do but.
B: you're not aware of it.
A: Yes.
B: Have you ever been aware that you sound really different to someone else?
A: Yes.
(DECTE, P3)

20En (4), A parle de l’immeuble près de la banque et fait un contraste en ajoutant la particule finale but entre ce qui est là-bas et ce qui n’est pas là-bas près du parc, concluant qu’il n’y a pas grand-chose là-bas maintenant. En (5), en utilisant la particule finale but, l’énonciateur A fait un contraste entre la proposition I might judge people on their accents et le commentaire précédent I know it’s bad. La particule finale but peut se paraphraser par though.

21Le second type de valeurs textuelles dans le corpus DECTE concerne l’anaphore/la cataphore, comme l’illustre le Tableau 2.

22Tableau 2 : Evolution des valeurs anaphoriques et cataphoriques dans le corpus DECTE

Période

Sens

P1

P2

P3

Anaphore

1

10

7

Cataphore

4

8

10

23Le Tableau 2 montre les chiffres pour les valeurs anaphoriques et cataphoriques dans le corpus DECTE. C’est seulement en P2 que nous trouvons les premières valeurs anaphoriques (10 occurrences) et les chiffres baissent légèrement en P3 (7 occurrences, -30%). La particule finale peut être paraphrasée par you know, comme le montrent les exemples (6) et (7) :

(6)
A: you were the only one that came down
B: and you like an idiot said go I'll buy you three pints at dinnertime if you go from the very top. I nearly killed myself
A: <laughter>
B: I think I threw them in the river
A: aye that was that playing centre that was that was opposite <unclear>
B: god i landed right on the base of my spine at the bottom of the bank <pause > i think i could have done with a little professional instruction before <unclear > <"laughter" >
A: <laughter> we had some canny we had some canny days up there but
B: <unclear /> remember when we did get to the pub i tried to play darts and my eyes were still watering
(DECTE, P2)

(7)
A: but if we go clubbing we don't we don't drink, he drives, so it's generally
B: I don't take pills when I'm driving I might add, well I don't take pills at all <pause> I'm a speed boy! Always have been, always will be but
A: <laughter> What -- like tell me about the funniest thing that's ever happened <pause> on B : <sigh>
(DECTE, P3)

24En (6), l’énonciateur B se rappelle un épisode de sa vie où il jeta des pintes de bière dans la rivière et tomba sur le dos. En utilisant la particule finale but, il vise en particulier les beaux jours de sa jeunesse. En (7), l’énonciateur B utilise la particule finale but pour viser le co-texte précédent dans lequel il mentionne qu’il prend des drogues et montre qu’il aime prendre du speed : always have been, always will be.

25D’après le Tableau 2, les valeurs cataphoriques étaient déjà employées en P1 (4 occurrences) et ont doublé en P2 (8 occurrences) pour finalement se stabiliser en P3 (10 occurrences). Les exemples (8) et (9) illustrent cet usage qui peut être paraphrasé par you know :

(8)
A: i divn't know <pause /> i could see them doing it just because Brazil were easily the better team because you see every now and again you get the odd
B: yeah but
A: shock
B: they haven't played that well throughout the world cup I don't think
(DECTE, P2)

(9)
A: Aye that's right
B: If you've got the money that is you know <interruption> I mean er
A: That's it
B: That's the big er the whole back the money
A: That's right
B: Shut up
A: But er
B: You'll probably get that on the mic as well <laughter> the bird chirping
A: Aye
B: It's all right
A: Aye
B: No we used to have a budgie when I was em when I was little and he didn't last long I think he only lived about five six years but
A: Aye
B: You couldn't you'd go through basically you couldn't shut him up but then you'd go for days without him saying anything
A: Aye
(DECTE, P3)

26En (8), les énonciateurs A et B parlent d’équipes de football et A souligne que l’équipe du Brésil a normalement un très bon jeu. B utilise la particule finale but pour pointer le co-texte qui suit, qui annonce que le Brésil n’était pas aussi bon que prévu pendant la coupe du monde. En (9), B parle de l’époque où il avait une perruche et, en employant la particule finale but, il anticipe sur ce qu’il va dire au sujet du petit oiseau : you couldn’t shut him up.

Valeurs attitudinales

27Les valeurs attitudinales sont aussi présentes dans le corpus DECTE. Deux types sont distingués : l’intensité et le doute. Le premier type de valeurs attitudinales est la valeur intensive, qui peut être paraphrasée par really (Tableau 3).

28Tableau 3 : Evolution des valeurs attitudinales dans le corpus DECTE

Période

Sens

P1

P2

P3

Intensifieur

28

9

21

Doute

0

6

2

29Le Tableau 3 montre que P1 est la période où il y a le plus de valeurs intensives (28 occurrences). En P2, les chiffres sont presque divisés par 3 (9 occurrences) et en P3, les chiffres augmentent à nouveau de manière spectaculaire (21 occurrences, +133,3%). Ils peuvent être illustrés dans les exemples (10) et (11) :

(10)
A: yeah <unclear> yeah I remember you only got a week when we were
B: that's right a week
A: young you got a week's holiday
B: aye
A: <unclear /> yeah
B: yes it's a far cry but
A: mm
B : you see i think what's tending to happen there's probably people still doing the same sort of thing harry but we've been lucky you know and we've moved on
(DECTE, P2)

(11)
A: Don't do anything <laughter>
B: Okay, can you tell me where you see yourself in twenty years?
A: Nice house, possibly kids, I really do want children but
B: Twenty years yes, I'd see myself with kids.
A: I love children.
B: And a secure job, married, happy.
(DECTE, P3)

30En (10), les énonciateurs A et B comparent la longueur de leurs vacances actuelles avec celles de leur jeunesse. En utilisant la particule finale but, B souligne à quel point les vacances de sa jeunesse étaient courtes. En (11), les énonciateurs parlent de leur projet de vie dans vingt ans. En utilisant la particule finale but, A souligne qu’elle veut vraiment avoir des enfants.

31Le second type de valeurs attitudinales est la valeur de doute, qui peut être paraphrasée par I doubt it. Il n’y a aucune occurrence de cette valeur en P1. C’est seulement en P2 que la valeur de doute est employée (6 occurrences), tandis qu’en P3 les occurrences sont rares (2). Les exemples (12) et (13) illustrent cette valeur :

(12)
A: yeah I know it stops it yeah I couldn't I was trying to think what the prizes would be for if they weren't the subject ones like last year I because I thought they can't be the subject ones because the GCSE results aren't in because we got our prizes for ours
B: mm
A: and the others got theirs for theirs but eh
B: i don't know
B: i think they might keep a couple but
A: glad ours wasn't on prediction or we'd've got now <vocal desc="laughter" />
B: you'd have got more of them
(DECTE, P2)

(13)
A: I don't think you can just expect to get a <interruption> degree and then just get a job you've got to be.
B: No 'Cause a lot now it's do with experience but how can you have -- you cant really have both can you it's
A: You can do some volunteer work and stuff.
B: Yeah I suppose but.
A: So how do feel about people that say like <pause> being a student it's like -- there's no point in getting a degree anymore it's like you may as well just go get work experience and life experience it's more important. Do you agree with that?
(DECTE, P3)

32En (12), A et B parlent de la possible fin de la remise des prix après leur examen. En utilisant la particule finale but, B exprime un doute et confirme que les professeurs pourraient conserver quelques prix. En (13), A et B s’entretiennent sur la difficulté d’obtenir un emploi quand on est étudiant ; en employant la particule finale but, B montre des doutes sur l’expérience qu’on peut avoir en faisant du bénévolat.

Valeur sociale

33Il existe un autre type de valeur qui est identifié dans le corpus et c’est la valeur sociale de marqueur phatique, qui est dénué de sens. L’énonciateur utilise ce marqueur essentiellement pour des raisons sociales afin de rendre la conversation plus vivace et plaisante. L’évolution de cette valeur est montrée dans le Tableau 4.

34Tableau 4 : Evolution de la valeur de marqueur phatique dans le corpus DECTE

Période

Sens

P1

P2

P3

Bouche-trou

2

4

9

35Même si les chiffres sont relativement bas, ils valent la peine d’être examinés. Ils vont de 2 occurrences en P1 à 4 occurrences en P2, et finalement à 9 occurrences en P3. Les chiffres doublent pour chaque période. Ils peuvent être illustrés dans les exemples (14) et (15) :

(14)
A: mm <unclear > I think he wants to well <pause > obviously more <pause > qualifications you get the better it'll be <unclear >
B: mm
A: making more money in there and so <pause > I think like but
B: yeah
A: so <pause /> i don't think he wants do he only wants to do like two sciences <pause /> and he's asking which
(DECTE, P2)

(15)
A: Really <pause> bloody hell. Right em <laughter> crunches, I love crunches, they're great they're my favourite <pause> you like Twirls don't you?
B: Love twirls, but I also love toffee-crisps but I kind of like can't really am stopping eating Nestle now for moral
A: <interruption> ooo why?
B: reasons <pause> Coca-cola as well 'cause Nestle are em part of this group that em make formula milk and they're like trying to er badly promote it in Africa, but in places where they don't have em access to sanitary water so they just making
A: yeah but
B: and yeah obviously it's not, and they're using like water from a cesspit. And the babies are getting ill
A: That's really bad
(DECTE, P3)

36En (14), A et B discutent de la nécessité d’avoir de bons diplômes pour avoir un bon salaire. A emploie la particule finale but pour faire avancer la conversation sans ajouter de valeur sémantique à l’énoncé. En (15), A et B parlent du succès de Nestlé dans le monde et ils notent qu’en Afrique les gens ont des difficultés à avoir de l’eau potable. A utilise la particule finale but pour combler une pause et faire avancer la conversation.

37Par conséquent, parmi les trois catégories distinguées, il apparaît que ce sont les valeurs textuelles de la particule finale but qui sont les plus proéminentes dans les données, particulièrement les valeurs de contraste à toutes les périodes. Je m’intéresserai à présent à la notion de persistance.

Persistance lexicale, procédurale et structurelle

38Depuis le travail éminent de Hopper (1991), on parle de persistance lexicale. Dans son étude historique sur les adjectifs de différence, Breban (2009) a ajouté une nouvelle facette à la persistance dans le processus de grammaticalisation, à savoir la persistance structurelle, en s’appuyant sur l’idée que les expressions lexicales individuelles font souvent partie d’unités structurelles plus larges. J’aimerais ajouter une nouvelle facette à la persistance et parler de persistance procédurale pour affiner la notion de persistance lexicale. L’idée s’appuie sur le fait qu’une expression linguistique a un invariant sémantique abstrait qui illustre le mécanisme sous-jacent de la particule et contraint son évolution. J’aimerais montrer que les trois types de persistance jouent un rôle dans la grammaticalisation de la particule finale but.

39D’après le Tableau 1, il est clair que la valeur originale de contraste a persisté tout au long des périodes et a atteint un sommet en P3 (20,9% de toutes les valeurs en P1 vs. 30% de toutes les valeurs en P3). Structurellement, la particule finale (PF) peut être associée à la Fig. 2.

Fig. 2 : Schéma constructionnel de la particule finale but

Fig. 2 : Schéma constructionnel de la particule finale but

40Pour comprendre comment la présence de ce schéma constructionnel est présent depuis P1, il est important d’identifier la persistance procédurale et de voir comment elle va de pair avec la structure originale.

41 Dans Hancil (2014), j’ai montré que la particule pouvait être associée avec la dissociation spatiale depuis le début. C’est un fait bien établi que d’un point de vue diachronique, but a d’abord été une préposition complexe VA be + útan/bútan composée du VA be ‘near, at the side of’ et du VA útan ‘out, outside, beyond the limits of’. D’où le fait que la combinaison voulait dire ‘on the outside of’. Avec but, l’élément localisé est opposé au repère spatial; il y a une dissociation spatiale entre l’élément repéré et le repère, comme cela est illustré en (16):

(16) The dog is but the house.
‘The dog is outside the house’.

42L’élément repéré the dog est repéré par rapport à la préposition outside. Le repère est expressément exprimé par the house, et la préposition outside montre que l’élément repéré est spatialement dissocié du repère the house.

  • 3 D’après la théorie des opérations énonciatives de Culioli, une expression gradable a prototypiqu (...)

43 Dans le cas de la particule finale but, qui a la structure ‘X-but-Y’ (voir Hancil 2014), X est le discours précédent et Y est présent implicitement. Les sens variés attachés à la particule finale but peuvent être dérivés de sa valeur spatiale fondamentale. Dans la valeur de contraste présente dans la construction ‘X but’, l’énonciateur indique avec l’emploi du marqueur dissociatif que la proposition repérée X est repérée par rapport à une proposition implicite Y indiquant la non-validation de la proposition X. La valeur de doute de la particule finale but procède du même mécanisme. Quant à l’emploi de but final comme anaphore/cataphore, l’énonciateur va « en dehors » de la proposition pour chercher un référent et faire un lien avec ce référent. Aucune mention du repère n’est faite explicitement et elle finit par être comprise à la lumière du contexte précédent ; d’où la valeur d’anaphore/cataphore. La différence entre anaphore et cataphore réside dans le fait que l’énonciateur regarde le co-texte précédent dans le cas de l’anaphore et le co-texte suivant dans le cas de la cataphore. Dans le cas de la particule finale but qui est utilisée comme intensifieur, la valeur de haut degré peut être liée à la valeur de dissociation spatiale dans le sens original. Avec le haut degré, on s’éloigne d’une valeur typique pour aller vers une valeur complètement différente : une possibilité est d’extraire la haute valeur.3 Avec l’emploi de la particule finale but comme marqueur phatique, l’énonciateur veut dire quelque chose d’autre (le sens d’origine persiste) et place la particule finale dans la conversation pour maintenir le contact avec l’interlocuteur.

44 Par conséquent, les trois types de persistance, qu’elle soit lexicale, procédurale ou structurelle, jouent tous un rôle dans le processus de grammaticalisation de la particule finale but.

(Inter)subjectivisation et gradient de la subjectivité de Traugott (2010)

45Traugott (2010: 35) a proposé un gradient de la subjectivité pour inclure les notions de subjectivité et de subjectivisation dans la théorie du changement sémantique:

non- / less subjective > subjective > intersubjective

où:

Subjectification is the semasiological process whereby Speakers/Writers come over time to develop meanings for L[exeme]s to encode or externalize their perspectives and attitudes as constrained by the communicative world of the speech event, rather than by the so-called “real-world” characteristics of the event or situation referred to.
(Traugott & Dasher 2002: 30)

46Et l’intersubjectivisation a lieu dans des exemples où les sens viennent explicitement indexer et souligner l’attitude de l’énonciateur envers le co-énonciateur dans le ici et maintenant de la situation de l’énonciation (Traugott & Dasher 2002: 31). Notons que la présence de l’intersubjectivité présuppose l’existence de la subjectivité: il ne peut y avoir d’intersubjectivisation sans quelque degré de subjectivisation (Traugott & Dasher 2002: 31), ce qui impose une hiérarchie dans le changement sémantique dans les valeurs subjectives avant les valeurs intersubjectives.

47Tableau 5 : Distribution générale de l’intersubjectivité dans le corpus DECTE

Période

P1

P2

P3

Nb d’occurrences

43

55

70

48Le Tableau 5 montre l’évolution du nombre de valeurs intersubjectives. Il a constamment augmenté tout au long des trois périodes dans DECTE : il y avait 43 occurrences en P1, puis 55 en P2 (+27,9%) et finalement 70 en P3 (+27,3%). En tout il y a eu une augmentation de 62,8% sur une période de 50 ans. Si nous considérons la classification de la section précédente, la distribution est comme suit dans le Tableau 6.

49Tableau 6 : Distribution détaillée des sens intersubjectifs dans le corpus DECTE

Période

Sens

P1

P2

P3

Textuel

13

36

38

Attitudinal

28

15

23

Social

2

4

9

50Les trois types de sens sont liés à l’intersubjectivité puisqu’ils sollicitent le co-énonciateur. Parmi les trois sens intersubjectifs distingués, les sens textuels (notamment le sens contrastif) sont apparus en premier à partir de P2, les sens attitudinaux en second et les sens sociaux en troisième. De manière intéressante, il y a eu un remodelage des sens intersubjectifs entre P1 et P2, puisque les sens attitudinaux qui étaient utilisés le plus en P1 sont devenus minoritaires en P2. La légère augmentation des occurrences de sens social (de 2 occurrences en P1 à 9 occurrences en P3) montre que le co-énonciateur participe moins activement dans le processus d’intersubjectivité, alors qu’il semble y avoir une légère transition de l’intersubjectivité à l’interactivité (Fitzmaurice 2004 : 427), grâce à laquelle la particule finale but est utilisée pour permettre de dynamiser la conversation (Fitzmaurice 2004 : 438). Par conséquent, le gradient de Traugott peut être complété et la particule finale but dans DECTE suit le gradient suivant:

Intersubjectivity> interactivity

51D’autre part, les sens intersubjectifs étaient présents depuis le début dans DECTE. Une façon d’expliquer ceci est de se référer à la stratégie discursive de l’énonciateur, qui utilise la particule finale but à cause de l’interaction. En effet, le genre du texte (dialogue) influence directement son but communicatif : les conversations informelles mettent en jeu des échanges entre interlocuteurs, donc elles sont orientées vers l’interlocuteur. La syntaxe, à savoir l’ordre linéaire des constituants, s’adapte à ces forces interactionnelles. Des études variées dans l’analyse de discours ont depuis longtemps établi que la place idéale pour que l’interlocuteur manifeste son point de vue sur l’énoncé de l’énonciateur est à la fin de l’énoncé de l’énonciateur (voir Sacks et al. 1974: 707-708, Pomerantz 1984, inter alia). La postposition finale est une des positions exploitées de manière récurrente et offertes structurellement pour initier la réparation, c’est-à-dire la réparation en forme de transition ”” (Schegloff 1996: 91):

And there is a variety of usages which have post-possible completion as one of their environments of possible occurrence – such as address terms, courtesy terms, and the like.
(Schegloff 1996: 91)

52Par conséquent, la particule finale but complète la liste des marqueurs interactionnels et il n’y avait aucune transition de la subjectivité à l’intersubjectivité dans le corpus étudié, ce qui fait écho aux remarques de Ghesquière et al. (2012) sur un réseau plus lâche de relations entre subjectivité et intersubjectivité. De plus, la présente étude souligne l’importance des sens textuels dans le changement historique, ce qui vient renforcer l’affirmation de Breban (2006), Ghesquière (2010) et en particulier Narrog (2016), qui argue en faveur de la reconsidération des besoins discursifs. Dans son analyse des changements historiques des adjectifs anglais, Ghesquière (2010 :308) soutient que l’ancien gradient de Traugott développé en 1982 était plus à propos :

Traugott’s (1982) pathway of semantic change is semantically more fine-grained than her later cline of intersubjectification and seems to capture better the semantic development of the adjectives of completeness.
(Ghesquière 2010: 308)

53Narrog (2016) est d’accord avec ce point et ne croit pas qu’un ordre fixe de changements puisse être établi (Narrog 2016 : 41). D’autre part, Narrog (2016 : 41) pense que le discours est communément associé avec une étape plus tardive de la grammaticalisation mais cette étude montre que les sens textuels étaient présentes depuis le début de P1 dans le cas de la particule finale dans DECTE. Il est donc nécessaire de réviser le gradient et de postuler un réseau plus lâche de relations entre subjectivité et intersubjectivité, et a posteriori entre sens textuel, attitudinal et social avec des tendances seulement.

Paradigmatisation

54Parce que la position finale dans un énoncé est cruciale dans l’étude de la particule finale, l’ordre des mots sera étudié à travers le prisme de la grammaticalisation et la notion de paradigme sera réhabilitée dans des contextes non-morphologiques pour voir comment la particule finale but peut générer un paradigme grammatical. Si on suit Nørgård-Sørensen & Heltoft (2015), on peut montrer que l’organisation paradigmatique n’est pas restreinte à la morphologie et peut être étendue à l’ordre des mots et à la syntaxe constructionnelle.

Ordre des mots, grammaticalisation et paradigmes

55On a considéré de manière récurrente que le changement de l’ordre des mots était un épiphénomène de la grammaticalisation, comme cela est souligné par Sun & Traugott (2011). Ces dernières mentionnent l’étude de 2010 sur l’ordre des mots dans les constructions ditransitives comme étant une conséquence de la grammaticalisation des stratégies de communications :

Word order is a fairly fundamental means for speakers to structure discourses, but its ontological status is a matter of much debate in some linguistic theories. Suffice it to draw attention to two contrasting opinions that have been voiced in formal frameworks on the ordering of ditransitive objects. Whereas some treat linear order as a distinct category in their theory (Barss and Lasnik, 1986; Jackendoff, 1990), others maintain that linear order is derivative of other syntactic phenomena (Larson, 1988). The kind of data looked at in this paper suggests that linearization of R[ecipient-like argument] and T[heme argument] is neither a syntactic primitive nor can it be explained satisfactorily in terms of syntactic phenomena; rather, it is derivative of the grammaticalization of communicative strategies.
The present paper was about the grammaticalization of functional principles; it was meant to demonstrate that linearization of ditransitive objects can best be accounted for in terms of a small set of communicative strategies. […] The communicative strategies that we proposed […] are of different kinds; they relate on the one hand to the speaker’s goal to map events to be observed in the ‘‘real world” onto linguistic discourse (iconicity), on the other hand they concern the pragmatics of presenting arguments, by proposing either distinctions of salience or topicality attributed to referents (prominence) or of relative grammatical complexity (weight).
(Heine & König 2010 : 117) (ce sont mes italiques)

56Mais, comme cela est démontré dans Nørgård-Sørensen et al. (2011) et Nørgård-Sørensen & Heltoft. (2015), il est possible de reconsidérer cette perspective si l’on prend en compte l’organisation paradigmatique :

Once we adopt and develop the paradigmatic dimension as an essential criterion for identifying grammaticalised categories, word order changes per se need no longer be excluded from the realm of grammaticalisation. The relevant topological oppositions are the expression system (form system) of the paradigm; information structural contrasts -- or illocutionary contrasts, as shown above -- are frequent examples of possible content oppositions (the semantic contrasts) of a topological paradigm.
(Nørgård-Sørensen & Helthoft. 2015: 281)

57Par exemple, dans son analyse des adjectifs descriptifs devenant intensifieurs et quantifieurs, Breban (2008) montre que le changement de fonction est lié au changement de position, soulignant ainsi le fait que le changement sémantique repose sur l’ordre des mots seulement. Breban montre à bon escient que l’affirmation d’Adamson (2000) sur l’ordre des mots dans le syntagme nominal est valide: la grammaticalisation dans le syntagme nominal va de pair avec le mouvement de l’adjectif qui se grammaticalise vers des positions plus à gauche dans la zone pré-modifiante. Elle conclut que :

The adjectives of difference have been going through a double process of grammaticalization and subjectification from a lexical attribute use to the grammaticalized postdeterminer use and in a second stage from the postdeterminer to a quantifier use. […] these three functions have been associated with three typical positions in the English NP.
(Breban 2008: 300)

58L’emploi d’adjectifs épithètes de différence est illustré en (17):

(17) Billy starred as a drug dealer in the hard-hitting Robert Carlyle drama Looking After Jo Jo. That was after he played the sleazy nightclub owner George Skelly in Taggart. Then there were two episodes of The Bill as two completely different characters.
(Breban 2008: 266)

59L’emploi postdéterminant des adjectifs de différence est présent en (18):

(18) The cards, from Futera, will put you on the wave of popularity rugby ;union is riding after the excitement of the World and Bledisloe Cups. There are 110 different cards in the series featuring past and present rugby greats including Tim Horan, Jason Little and Campese Ken Catchpole, Roger Gould and Andrew Slack.
(Breban 2008 : 288)

60Et finalement, l’emploi quantifieur des adjectifs de différence peut être identifié en (19) :

(19) A criminal was branded, during my stay here, for the third offence; but the relief he received made him declare that the judge was one of the best men in the world. I sent this wretch a trifle, at different times , to take with him into slavery.
(Breban 2008 : 287)

61Par conséquent, le changement sémantique d’adjectif descriptif vers un quantifieur en passant par la fonction distributionnelle est à mettre au compte du changement positionnel et va de pair avec lui. Les post-déterminants se tiennent après la position de déterminant, mais ils sont placés avant les évaluateurs et les adjectifs descriptifs, comme l’illustre (20) :

(20) a. Several lovely kind women
b. the same lovely kind women
(Nørgård-Sørensen & Heltoft 2015: 279)

L’ordre des mots ici peut donc être considéré grammatical alors qu’il forme des oppositions paradigmatiques entre modèles topologiques.

62 Un autre exemple de changement topologique est le changement en danois à partir de l’alternance Modifieur Nom (Mod N) vs Nom Modifieur (N Mod) vers la situation actuelle où seul le modèle Mod N est permis. Au 13ème siècle, les modifieurs adjectivaux et les démonstratifs sont pratiquement toujours préposés mais les pronoms possessifs et les génitifs ne sont pas réanalysés comme des déterminants et suivent le paradigme (21) :

(21) Marked focus vs Unmarked
POSS N              N POSS
sit fæ                 fæ sit
‘cattle his’            ‘his cattle’
(Nørgård-Sørensen & Heltoft 2015: 280)

63Selon Heltoft (2010), les génitifs et les possessifs sont plus tard réanalysés comme déterminants, ce qui conduit à la perte de l’ordre N POSS, puisque les déterminants sont désormais avant le N. Le contraste paradigmatique est perdu à travers une combinaison de grammaticalisation grandissante et de dégrammaticalisation. Ainsi, c’est un exemple d’ordre des mots dont on peut dire qu’il est grammatical, alors que c’est une partie intégrée, obligatoire du système de l’expression d’une catégorie grammaticale.

64Par conséquent, les positions topologiques peuvent rentrer dans le domaine de la grammaticalisation si elles expriment une catégorie grammaticale. Le paradigme grammatical peut être identifié par une liste de traits définitoires, comme cela est résumé dans Nørgård-Sørensen & Heltoft (2015):

First, the grammatical paradigm is a closed set of items, the number of members being fixed at a given language stage.
Second, for every paradigm one must specify its domain, i.e. the syntagmatic context where it applies.
Third, a paradigm has a semantic frame, i.e. a common semantic denominator within which the content of the individual members is defined in opposition to each other. [...]
Fourth, the choice between the members is obligatory. In the given syntagmatic context defining the domain of the paradigm speakers cannot avoid picking one or the other member. The choice can be free or bound, but must be made.
Fifth, a paradigm is asymmetric, distinguishing marked and unmarked members, possibly in a hierarchical structure (especially in the case of multi-membered paradigms).
(Nørgård-Sørensen & Helthoft. 2015: 262-263)

65Je vais tester ces traits définitoires d’un paradigme grammatical dans la prochaine section.

But final et paradigmatisation

66En quoi peut-on dire que la grammaticalisation de la particule finale but est un exemple de paradigmatisation.

67Il paraît tentant de classer la particule finale comme étant le résultat de forces cognitives. Extraire un adverbe de liaison de sa position (initiale ou médiane) crée des tensions syntaxiques qui sont motivées par la stratégie discursive pragmatique de l’énonciateur (Ochs, Schegloff & Thompson 1996). Dans la chaine stratégique textuelle, les constructions en fin de phrase sont identifiées comme des marqueurs de pensée après-coup. La postposition de la construction sera typiquement interprétée par le co-énonciateur comme le signalement par l’énonciateur que sa phrase n’est sémantiquement pas complète, ce qui justifie l’élaboration en position finale de la phrase. En ce sens, il s’agit d’une illustration spécifique d’un mécanisme de réparation auquel l’énonciateur a recours quand il veut corriger un discours oral non planifié (voir Schegloff et al. 1977 : 377). Dans la particule finale but, son emploi par l’énonciateur en position finale de la phrase peut être expliqué par la volonté de l’énonciateur de guider l’interprétation de l’interlocuteur à propos de la situation quand il prend la parole.

68Mais la considération des forces cognitives n’est pas un critère suffisant pour définir la particule finale but et elle sous-estime la nature des relations grammaticales que la particule crée. Passons donc en revue les traits définitoires qui sont caractéristiques du paradigme grammatical que la particule est susceptible de générer.

69 Tout d’abord, la particule finale but fait partie d’un ensemble relativement fermé de particules finales en anglais comme like, though, anyway, so et then. De plus, le domaine du paradigme est la périphérie droite d’un énoncé et concerne l’ordre des mots. De surcroît, le cadre sémantique du paradigme est lié à la référence par l’énonciateur aux connaissances partagées entre énonciateur et co-énonciateur et son évaluation afin de guider le co-énonciateur dans l’interprétation de l’énoncé.

70Dans le cas de la particule finale but, le cadre sémantique est, on l’a montré, un marqueur de dissociation. D’autre part, le choix entre les membres est communicativement obligatoire (Diewald 2011): la présence communicativement obligatoire de la particule finale but montre que la grammaire devrait être étendue au-delà du niveau d’un ensemble classique de règles morphosyntaxiques gouvernant le squelette d’une phrase afin d’incorporer tous les aspects de la communication. Enfin, le paradigme est asymétrique: le membre marqué quand il signifie le contraste est la particule finale but, though étant le membre non marqué ; le membre marqué quand il a un sens anaphorique/cataphorique est la particule finale but, tandis que you know est le marqueur non marqué ; le membre marqué quand il a un sens d’intensifieur est la particule finale but, alors que l’adverbe really est le membre non marqué ; le membre marqué est la particule finale but quand il remplit le rôle de marqueur phatique, tandis que l’absence d’un adverbe est le membre non marqué. Par conséquent, on peut dire que la particule finale but crée un paradigme grammatical et subit un processus de paradigmatisation selon les lignes décrites par Nørgård-Sørensen & Heltoft (2015).

Conclusion

71Dans cette étude diachronique, il a été montré que la particule finale but pouvait être associée à une persistance lexicale, procédurale et structurelle et que la particule subissait un processus d’intersubjectivisation croissant, accompagné par un processus d’interactivisation qui transformait le rôle du co-énonciateur d’actif en passif dans l’échange entre interlocuteurs. Parce que l’intersubjectivité était présente depuis le début dans le corpus du nord de l’Angleterre, on a démontré, suivant les arguments développés par Ghesquière (2010) et Narrog (2016), qu’il était nécessaire d’assouplir les relations entre subjectivité et intersubjectivité et de ne pas postuler une hiérarchie entre les deux. D’autre part, on a souligné qu’il était primordial de réhabiliter la notion de paradigmes dans les contextes non-morphologiques, comme cela a été clairement démontré dans Nørgård-Sørensen et al. (2011) et Nørgård-Sørensen & Heltoft (2015), afin de comprendre le phénomène linguistique des particules finales qui sont intégrées pleinement au discours oral.

72Cette étude apporte des preuves supplémentaires que la grammaire ne peut pas être définie traditionnellement en termes morphosyntaxiques et qu’elle doit incorporer tous les paramètres nécessaires pour la compréhension: la phonologie, la syntaxe, la morphologie, les processus cognitifs, et toutes les informations interactionnelles, qu’elles soient explicites ou implicites, qui contribuent à la cohérence et à la cohésion du discours (voir, par exemple, Traugott 2003, Haselow 2013 et Hancil 2016). De nombreux linguistes sont maintenant convaincus que la seule façon de comprendre pleinement la structure linguistique est de la considérer comme une réponse adaptative aux habitudes récurrentes dans la façon dont les gens parlent entre eux (Ford & Thompson 1996: 172).

Top of page

Bibliography

Adamson, Sylvia. “A Lovely Little Example: Word Order Options and Category Shift in the Premodifying String”, dans Olga Fischer, Anette Rosenbach & Dieter Stein (eds.), Pathways of change: grammaticalization in English. Amsterdam & Philadelphia: John Benjamins; 2000, 39-66.

Beal, Joan & Burbano Elizondo, Lourdes & Carmen Llamas. Urban North-Eastern English : Tyneside to Teeside. Edinburgh: Edinburgh University Press, 2012.

Breban, Tine. “Grammaticalization, subjectification, and leftward movement of English adjectives of difference in the noun phrase”, Folia Linguistica 42 (3) (2008), 259-305.

Breban, Tine. “Structural persistence : a case based on the grammaticalization of English adjectives of difference”, English Language and Linguistics 13 (1) (2009), 77-96.

Clarke, Sandra. Newfoundland and Labrador English. Edinburgh: Edinburgh University Press, 2010.

Diewald, Gabriele. “Pragmaticalization (defined) as grammaticalization of discourse functions”, Linguistics 49 (2011), 365-390.

Fitzmaurice, Susan. “Subjectivity, intersubjectivity and the historical construction of interlocutor stance : From stance markers to discourse markers”, Discourse Sudies 6 (2004): 427-448.

Ford, Cecilia & Sandra A. Thompson. “Interactional units in conversation : syntactic, intonational, and pragmatic resources for the management of turns”, dans Elinor Ochs, Emanuel Schegloff & Sandra A. Thompson (eds.), Interaction grammar. Cambridge : Cambridge University Press, 2004, 14-164.

Ghesquière, Lobke. “On the subjectification and intersubjectification paths followed by the adjectives of completeness”, dans Intersubjectification & Grammaticalization. Topics in English Linguistics 66. Berlin : De Gruyter, 2010, 277-314.

Ghesquière, Lobke, Liselotte Brems & Freek van de Velde (eds.). Intersubjectivity and intersubjectification : Typology and operationalization. English Text Construction 5 (1) (2012), 128-152.

Hancil, Sylvie. “The final particle but in British English : an instance of cooptation and grammaticalization at work”, dans Sylvie Hancil & Ekkehard König (eds.), Grammaticalization Theory and Data. Studies in Language Companion Series. Amsterdam: Benjamins, 2014, 235-255.

Hancil, Sylvie. “Grammaticalization of final but : from discourse connective to final particle”, dans Sylvie Hancil, Margje Post & Alexander Haselow, eds., Final Particles. Series Trends in Linguistics. Studies and Monographs. Berlin: De Gruyter, 2015, 157-172.

Hancil, Sylvie. « Périphérie droite et macro-grammaire », in Isabelle Gaudy-Campbell & Héloïse Parent (eds.), Modèles Linguistiques (2016), 133-154.

Hancil, Sylvie, Alexander Haselow & Margje Post (eds.). Final Particles. Berlin: De Gruyter, 2015.

Haselow, Alexander. “Arguing for a wide conception of grammar: the case of final particles in spoken discourse”, Folia Linguistica 47 (2) (2013), 375-424.

Heine, Bernd & Christa König. “On the linear order of ditransitive objects”, Language Sciences 32 (2010), 87-131.

Himmelmann, Nikolaus. “Lexicalization and grammaticization: Opposite or orthogonal?”, dans W. Bisang, N. Himmelmann, & B. Wiemer (eds.), What makes grammaticalization? A look from its fringes and its components, Berlin. Mouton de Gruyter 2010, 21-42.

Hopper, Paul J. “On some principles of grammaticization”, dans Elizabeth Traugott & Bernd Heine (eds.), Approaches to Grammaticalization, vol. 1. Amsterdam: Benjamins, 1991, 17-35.

Mulder, Jean & Sandra A. Thompson. The grammaticalization of final but in English conversation”, dans Laury, Ritva, ed., Crosslinguistic studies of clause combining: the multifunctionality of conjunctions. Amsterdam: John Benjamins 2008, 179-204.

Mulder, Jean, Sandra A. Thompson & Cara Penry Williams. “Final but in Australian English conversation”, dans Pam Peters, Peter Collins & Adam Smith (eds.), Comparative Studies in Australian and New Zealand English: Grammar and beyond . 2009, 337-358.

Narrog, Heike. “Three types of subjectivity, three types of intersubjectivity, their dynamicization and a synthesis”, dans Hubert Cuyckens, Lobke Ghesquière & Dan Olmen (eds.). Aspects of grammaticalization. (Inter)subjectification and directionality, Berlin: De Gruyter, 2016, 19-46.

Nørgård-Sørensen, Jens & Lars Heltoft. “Grammaticalization as paradigmatisation”, dans Andrew D. M. Smith, Graeme Trousdale & Richard Waltereit, New Directions in Grammaticalization Research. Amsterdam: Benjamins, 2015, 261-292.

Nørgård-Sørensen, Jens, Helthoft, Lars & Lene Schøsler. Connecting grammaticalization. Amsterdam: Benjamins, 2011.

Ochs, Elinor, Emanuel Schegloff, & Gail Thompson (eds.). Interaction and grammar. Cambridge: Cambridge University Press, 1996.

Pomerantz, Anita. “Agreeing and disagreeing with assessments : some features found in preferred/dispreferred turn shapes”, dans J. Maxwell Atkinson and John Heritage (eds.), Structures of Social Action, Studies in Conversation Analysis. Cambridge: Cambridge University Press, 1984, 232-254.

Sacks, Harvey, Emanuel Schegloff & Gail Jefferson. “A simplest systematics for the organization of turn-taking for conversation”, Language 50 (1974), 696-735.

Schegloff, Emanuel, Gail Jefferson & Harvey Sacks.The Preference for Self-Correction in the Organization of Repair in Conversation”, Language 53, 2, (1977), 361-382.

Schiffrin, Deborah. Discourse markers. Cambridge: Cambridge University Press, 1987.

Sun, Chaofen & Elizabeth Traugott. “Grammaticalization and word order change”, dans Heike Narrog & Bernd Heine (eds.), The Oxford Handbook of Grammaticalization. Oxford : Oxford University Press, 2011, 378-388.

Traugott, Elizabeth C. “Constructions in grammaticalization”, dans Brian Joseph & Richard Janda, eds. The handbook of historical linguistics. Oxford: Blackwell, 2003, 624-647.

Traugott, Elizabeth. “(Inter)subjectivity and (inter)subjectification : A reassessment”, dans Kristin Davidse, Lieven Candelanotte & Hubert Cuyckens (eds.). Subjectification, intersubjectification & Grammaticalization. Topics in English Linguistics 66. Berlin: De Gruyter, 2010, 29-71.

Traugott, Elizabeth & Dasher, Richard. Regularity in semantic change. Cambridge: Cambridge University Press, 2002.

Trudgill, Peter. New Dialect Formation: the Inevitability of Colonial Englishes. Edinburgh: Edinburgh University Press, 2004.

Top of page

Notes

1 Je remercie tout particulièrement Karen Korrigan et ses étudiants, Université de Newcastle pour leur interprétation des données, ainsi que Caroline Oates.

2 A l’origine, dans Hancil (2014), je distinguais deux catégories, à savoir les valeurs discursives et les valeurs attitudinales, mais je suis d’avis que cette classification tripartite reflète mieux les sens associés à la particule finale but.

3 D’après la théorie des opérations énonciatives de Culioli, une expression gradable a prototypiquement un intérieur et un extérieur avec une valeur prototypique p et une plus haute valeur sur l’échelle des degrés.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1: Contour intonatif de la particule finale but dans le corpus DECTE
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/3826/img-1.jpg
File image/jpeg, 80k
Title Fig. 2 : Schéma constructionnel de la particule finale but
URL http://journals.openedition.org/anglophonia/docannexe/image/3826/img-2.png
File image/png, 2.4k
Top of page

References

Electronic reference

Sylvie Hancil, “Grammaire interactionnelle, paradigme et gradient de la subjectivité”Anglophonia [Online], 30 | 2020, Online since 20 December 2020, connection on 27 January 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3826; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3826

Top of page

About the author

Sylvie Hancil

Université de Rouen
hancilfr@yahoo.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search