Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia30Stratégies argumentatives dans le...

Stratégies argumentatives dans les discours politiques américains sur la législation des substances psychoactives : quel emploi du pathos à l’ère de la post-vérité ?

Sarah Bourse

Abstracts

The term “post-truth” was declared word of the year in 2016 by The Oxford Dictionary due to its relevance in the contemporary English-speaking world. Even though this word initially relates to lies at the core of political scandals (Iran-Contra scandal, Persian Gulf war), it recently has taken on another meaning, referring to a situation where objective facts have less impact than appeals to emotion and personal belief to influence public opinion (https://en.oxforddictionaries.com/word-of-the-year/word-of-the-year-2016).
In this post-truth era where emotions take center stage the study of pathos in political discourse has never been more relevant. To what extent can this prevalence of emotions be observed in recent political speeches?
The present study focuses on a corpus of political speeches about drug reform. The “War on Drugs” is a significant matter of public health that can be tackled from a medical or a criminal point of view. Given the diversity of opinions on this issue, it gives rise to many contradictory statements that are worth analyzing.

Top of page

Full text

Introduction

1Le terme « post-truth » a été beaucoup employé dans les médias anglo-saxons, la presse internationale et les ouvrages critiques, si bien qu’il a été déclaré mot de l’année 2016 par le dictionnaire The Oxford Dictionary. Ce terme, tel qu’il est utilisé aujourd’hui, renvoie à une situation dans laquelle les faits objectifs ont beaucoup moins d’importance et d’impact que l’utilisation des émotions et des croyances personnelles pour influencer l’opinion publique1. Dans le contexte de cette ère de la post-vérité, où les émotions occupent une place plus importante que les faits, la question du pathos dans le discours politique se pose plus que jamais.

2Notre intérêt se porte sur un corpus de discours politiques concernant la réforme des substances psychotropes (« drug reform »). « The War on drugs », tantôt abordée sous son aspect médical, tantôt sous son aspect criminel, représente une affaire de santé publique et fait l’objet de nombreux débats qu’il convient d’examiner.

3Après un bref aperçu de l’état de l’art, la définition de certaines notions-clés et la présentation du corpus et de la méthode d’analyse, je tenterai de répondre à plusieurs questions : quelles stratégies argumentatives employées par les locuteurs relèvent plutôt de la persuasion que de l’appel à la raison ? Comment ces stratégies se manifestent-elles dans le discours ? Par ailleurs, dans quelle mesure le pathos prend-il le pas sur le discours raisonné (logos) dans ces discours contemporains, marquant l’avènement de l’ère de la post-vérité ? Enfin, je me tournerai vers l’étude du logos à travers l’analyse des indicateurs d’objectivité et de données factuelles. Quels sont les enjeux argumentatifs de ces tentatives de rationalisation ? Ne constituent-elles pas finalement un leurre discursif ?

1. Pathos, ethos et logos à l’ère de la post-vérité

1.1. État de l’art

4Nous souhaitons commencer par un bref aperçu historique des théories consacrées à l’argumentation. Si des études en fournissent un état de l’art approfondi (Plantin 1998, Amossy 2010), il s’agit, dans le cas présent, d’évoquer brièvement les tendances générales afin de fournir un éclairage théorique pour aborder les notions de pathos, d’ethos et de logos.

5Dans l’Antiquité, la rhétorique met l’accent sur l’usage des émotions, le pathos, et la construction de l’image de l’orateur, l’ethos (Plantin 1998). La rhétorique est considérée comme une technique, un art (l’ars bene dicendi de Quintilien) dont le but est d’emporter l’adhésion des esprits.

6Ce n’est pas le cas des théories logico-normatives (à partir des années 1960) qui, elles, privilégient l’étude du raisonnement argumentatif. En effet, les théories telles que (le Traité de l’argumentation de Perelman et Olbrechts-Tyteca [1958], la pragmadialectique de Van Eemeren et Grootendorst [1984]) considèrent peu le pathos ou le conçoivent comme la violation d’une règle. Dans les théories logiques de l’argumentation, ce qui ne relève pas du raisonnement inductif ou déductif est qualifié de « paralogisme » (ang. fallacies) et constitue l’objet d’étude de la logique informelle vers la fin des années 1970.

7On observe un regain d’intérêt récent pour l’étude des émotions. Ce qui constitue des « fallacies » (qui peut se traduire par « sophismes » ou « paralogismes », selon l’intention du locuteur) pour la logique formelle fait désormais partie intégrante de l’argumentation. De nombreuses études sont consacrées à ces arguments ainsi qu’à leur classification (citons en particulier les classifications de Walton et al. 2008, Katzav et Reed 2004, Plantin 2011a). En outre, les émotions font l’objet de nombreuses études comme le montre la quantité de numéros spéciaux de revues consacrés à la question, ainsi que les articles et ouvrages scientifiques, dont voici quelques exemples :

• Walton. 1992. The Place of Emotion in Argument. (ouvrage)
• Doury, Plantin et Traverso (dir.). 2000. Les émotions dans les interactions. (ouvrage)
• Charaudeau. 2008. « Pathos et discours politique. » (article)
• Colloque 2008. Le Pathos en action : l’usage des émotions dans le discours.
• Rinn (dir.). 2008. Émotions et discours. L’usage des passions dans la langue.
• Plantin. 2011. Les bonnes raisons des émotions. (ouvrage)
• Macagno et Walton. 2014. Emotive Language in Argumentation. (ouvrage)
• Forget. 2016. « Le pathos mis à contribution dans les discours à grande circulation ». (article)

8Ce qui est appelé « fallacies » inclut d’une part les stratégies qui visent à susciter les émotions de l’auditoire pour le persuader, telles que l’appel à la pitié (ad misericordiam), l’appel à la terreur (ad metum), ou l’argument par la menace (ad baculum), et d’autre part des arguments fondés sur la subjectivité de l’orateur, comme l’argument de l’homme de paille (the straw man fallacy), la pente glissante (the slippery slope argument), l’argument ad hominem ou encore l’argument ad populum.

9Plantin (1998) note cependant que si les différentes théories de l’argumentation et la rhétorique étudient tantôt l’usage des émotions, tantôt l’usage de la raison, elles reconnaissent toutes l’importance et le succès des stratégies qui s’appuient sur les émotions de l’auditoire.

10Nous venons de donner un bref aperçu historique visant à replacer l’importance accordée au pathos, à l’ethos et au logos. Il convient maintenant de définir ces termes-clés ainsi que les notions de discours politique et d’argumentation.

1.2. Définitions

1.2.1. Pathos, ethos, logos

11Il convient de rappeler tout d’abord à quoi le trinôme ethos, pathos, logos fait référence. Il s’agit de trois types de preuves formelles décrites par la rhétorique dans l’Antiquité. Le pathos est une stratégie qui consiste à susciter les passions par son discours ; de nos jours, le terme d’appel aux émotions (appeal to emotion) est souvent utilisé, particulièrement en anglais. L’ethos concerne l’image que l’orateur construit dans et par son discours. Cela renvoie ce à quoi Goffman (1956) décrit comme une stratégie de « présentation de soi ». Le logos, quant à lui, renvoie au discours raisonné. Il consiste à faire appel à la raison en fournissant des preuves (des faits, données ou témoignages) présentées dans un raisonnement, dont la forme la plus radicale est la démonstration.

12Raison et émotions sont souvent présentées dans un système duel, ce qui a tendance à gommer la dynamique plus complexe qui les anime. Par ailleurs, l’ethos implique d’une certaine façon le pathos, dans le sens où l’identification conduit à l’empathie. Chacun de ces trois pôles ne peut ainsi être isolé, même si l’on peut constater selon les cas la dominance de l’un par rapport aux autres. Charaudeau (2008, 51, 52, 58) propose ainsi une représentation dans laquelle il distingue plusieurs processus en interaction (« régulation », « identification » [ethos], « dramatisation » [pathos] et « rationalisation » [logos]), qui sont divers moyens d’exercer une influence, cette finalité d’influence étant surdéterminante dans le discours politique (Charaudeau 2008, 53).

1.2.2. Discours politique

13Il convient maintenant de préciser ce qui est entendu par discours politique et ce que cela implique. Amossy et Koren (2010, 14) distinguent d’une part une définition restreinte du discours politique, comme étant « celui que tiennent les hommes et les femmes politiques dans l’exercice de leurs fonctions », définition qu’elles empruntent à Le Bart (1998, 7), et d’autre part une définition plus large qui englobe le journalisme politique et le discours citoyen, comme par exemple la démocratie participative sur le web. Dans le cas présent, nous nous penchons sur l’étude du premier, qui apparaît comme le discours politique prototypique.

14 Il faut ensuite se questionner sur les caractéristiques de ce discours politique.

La parole du discours politique est une parole qui, d’une part, circule dans l’espace public, d’autre part, s’inscrit dans une scène politique. (Charaudeau 2008, 53)

15 Cette citation soulève la question de l’auditoire et d’autres données contextuelles : à qui s’adresse le discours politique ? Dans quelles conditions est-il prononcé ? Par l’intermédiaire de quel mode de communication ? La circulation dont parle Charaudeau fait référence à la pluralité des interprétations auxquelles le discours politique peut donner lieu.

16 Il importe en outre de souligner les enjeux véritables de la parole politique, vectrice de pouvoir :

Politics is concerned with acquiring, maintaining and sustaining power: it is about how resources are allocated and how social actions are harmonised to predetermined purposes. (Charteris-Black 2011, 4)

17La parole politique peut ainsi avoir pour but de convaincre les indécis, ou bien de consolider l’adhésion des militants et membres du parti et renforcer l’idéologie en place.

1.2.3. Argumentation

18 Étant donné la pluralité des théories consacrées à l’argumentation, il existe différentes acceptions du concept d’« argumentation » souvent liées à l’objectif poursuivi par celle-ci. Il peut s’agir d’une joute oratoire dans lequel il existe un vainqueur et un perdant (rhétorique), de la recherche d’un consensus (dialectique) ou au contraire de « la coexistence d’opinions contradictoires » (Plantin 2011b, 88). Dans le dernier cas, elle apparaît comme un instrument de dialogue en permettant le débat et la confrontation des idées (Amossy 2014). La pragmadialectique propose une approche hybride qui concilie objectif dialectique (résoudre une divergence d’opinions) et objectif rhétorique (convaincre l’autre de son point de vue).

19Nous adopterons dans le présent travail la définition de l’argumentation élaborée par Fairclough & Fairclough (2012, 23) :

Argumentation […] is a verbal, social activity, in which people attempt to criticize or justify claims; it is a complex speech act whose intended perlocutionary effect is convincing an interlocutor to accept a standpoint. (Fairclough & Fairclough 2012, 23)

20 Il convient enfin de différencier le concept d’« argumentation » des concepts proches de « persuasion » et de « manipulation ». Quand « convaincre » et « persuader » sont présentés dans un cadre duel, « convaincre » se rattache plus à un fondement rationnel tandis que « persuader » relève davantage des émotions. Si l’on s’en tient à cette définition, l’argumentation au sens strict pourrait renvoyer à l’emploi d’un raisonnement objectif tandis que la persuasion ferait appel à des émotions. Or, comme nous l’avons montré plus haut, les théories modernes de l’argumentation et les taxonomies de schémas d’arguments regroupent aussi bien des arguments de type rationnel que des arguments faisant appel aux émotions. C’est cette approche que nous adopterons dans le cadre de ce travail.

21 Une des distinctions qu’il est possible d’identifier est la multimodalité : si l’argumentation concerne essentiellement l’usage de la langue (ou d’un langage logique si l’on considère une démonstration), la persuasion et la manipulation emploient divers moyens, que ceux-ci soient verbaux, para-verbaux (prosodie, mimo-gestuelle) ou non-verbaux (images, comportement). La différence entre persuasion et manipulation tiendrait davantage à la connotation qui y est attachée, la manipulation étant envisagée négativement comme elle est dissimulée :

[I]l semble que pour fonctionner, la manipulation requiert la dissimulation. S’il ne paraît pas impensable de dire « j’aimerais vous séduire ce soir », en revanche, « j’aimerais vous manipuler ce soir » générerait d’emblée une réaction négative. (Sorlin 2017, 11)

1.2.4. Synthèse

22Si l’on essaie de mettre en relation ces diverses notions, il faut déjà distinguer le discours politique des personnalités politiques de celui des citoyens. Le premier est parfois qualifié en termes de persuasion, voire de manipulation ou de propagande. Il est caractérisé par une asymétrie entre l’orateur (en position haute) et l’auditoire (en position basse). Ainsi, Plantin qualifie l’orateur d’ « aristocrate de la parole » (Plantin 2016, 457). D’autre part, le discours des citoyens relève plutôt du débat, voire de la polémique, quand il y a de fortes opinions contradictoires (Amossy 2014). Si le but de la polémique est d’être un instrument de démocratie permettant le dialogue et la confrontation des idées (« une gestion verbale du conflit effectuée sur le mode du dissentiment », [Amossy 2014, 12]), dont le but n’est pas forcément d’arriver à un consensus, ainsi qu’Amossy le démontre dans son ouvrage Apologie de la polémique, le but de la persuasion est de faire adhérer l’auditoire à des croyances et des opinions, voire de pousser, d’inciter à l’action.

23Charaudeau distingue une activité rationalisante qui a pour but la vérité d’une activité plus persuasive qui a pour but la véracité (Charaudeau 2008, 53). On retrouve une distinction proche avec la notion de vrai et de vraisemblable qu’évoque Plantin (2011, 66-67). Pour en revenir maintenant aux arguments dits « fallacies », leur particularité est d’être « defeasible » : il ne s’agit pas de démontrer la vérité d’un fait mais d’en démontrer la plausibilité.

1.3. Méthodologie

1.3.1. Description du corpus

24Le corpus étudié est issu du Congressional Record : il s’agit des archives électroniques des débats qui ont lieu dans la Chambre des Représentants et au Sénat. Parmi ces archives, ont été recueillies les prises de paroles concernant la législation du cannabis ainsi que la crise des opioïdes à l’aide de mots-clés sur une période donnée, à savoir de janvier 2017 à janvier 2018.

25Les discours concernés par ce sujet dans la période étudiée sont au nombre de 13 (21 307 mots, soit 146 minutes de discours) et ils ont été prononcés à la Chambre des Représentants par 18 représentants différents (3 femmes, 15 hommes ; 5 démocrates, 13 républicains). Les prises de paroles sont effectuées en majorité par les représentants suivants (présentés ici avec leur affiliation politique ainsi que l’État qu’ils représentent) :
- Earl Blumenauer (D-Oregon)
- Andy Harris (R-Maryland)
- Tim Murphy (R-Pennsylvania)
- Jared Polis (D-Colorado)
- Dana Rohrabacher (R-California)
- Greg Walden (R-Oregon)

1.3.2. Caractéristiques des textes

  • 2 « Extensions of Remarks [are] used only by House of Representative members to publish additional (...)

26Ces textes constituent des retranscriptions d’un discours oral, lui-même étant un écrit oralisé. Il faut cependant noter que certains discours ne sont en réalité pas prononcés (« Extensions of Remarks »2).

27Il faut aussi prendre en compte le type d’auditoire : il s’agit en réalité d’un double auditoire. Ce discours s’adresse aux membres de la chambre des Représentants lors de sessions parlementaires mais il est également accessible au grand public, qui peut visionner les sessions ou accéder au Congressional Record en ligne. De plus, certaines auditions sont ouvertes au public.

1.3.3. Méthodologie d’analyse

28Les questions qui conduisent notre analyse des discours à l’étude sont les suivantes : quels types de schémas argumentatifs sont utilisés par les locuteurs ? Quels effets pathémiques les locuteurs cherchent-ils à créer ? En d’autres termes, quelles émotions cherchent-ils à susciter chez l’auditoire, et de quelle façon ? Enfin, quelle est la spécificité linguistique de l’appel aux émotions ? Autrement dit, peut-on identifier un langage de l’émotion ? Comme le souligne Charaudeau (2008, 52), ce n’est pas en nommant la peur que l’on est à même de la susciter, et cela pourrait même s’avérer contre-productif.

2. Le pathos : stratégies et formes

29Dans cette partie, je souhaite rendre compte des stratégies et des formes que le pathos peut prendre dans les discours étudiés. Pour cela, je partirai des émotions que les locuteurs cherchent à provoquer chez l’auditoire pour identifier ensuite différentes stratégies employées, tels que les schémas argumentatifs et les métaphores.

30Il faut noter à ce stade de l’analyse que l’objectif n’est ni de condamner ou, au contraire, d’encenser la personnalité politique en question. Ainsi, l’on s’efforcera, autant que possible, de n’introduire aucun jugement concernant les affiliations politiques, l’objectif de l’analyse étant d’identifier les stratégies employées quel que soit le positionnement politique.

31Dans le corpus étudié, les émotions suscitées sont principalement au nombre de quatre : i) la tristesse, la pitié, la compassion ; ii) la peur ; iii) la honte et la culpabilité ; iv) la fierté. Nous allons aborder les stratégies employées pour provoquer chacune de ces émotions.

2.1. La tristesse, la pitié et la compassion

32Tout d’abord, les locuteurs cherchent à provoquer des sentiments de tristesse, de pitié et de compassion chez l’auditoire. Ces sentiments sont inspirés à l’aide de deux stratégies principales : la victimisation et la dramatisation, généralement employées ensemble.

2.1.1. La victimisation 

33La victimisation correspond à l’argument Appeal to Pity. En voici un exemple :

  • 3 Pour chaque exemple, j’indique en gras les passages pertinents et je nomme la référence en fin d (...)

(1) When denied access to opioids, people, understandably, turn to heroin and other damaging and addictive drugs because they were trapped by these powerful forces. Few people willingly damage their bodies and destroy their families and careers, if not for powerful forces beyond their control. (Blumenauer, D-OR, #8, Opioid Crisis)3

34Dans cet exemple, Blumenauer essaie de montrer que l’addiction ne relève pas d’un choix. Il souligne l’absence de pouvoir de décision de ces gens (« Few people willingly damage... », « beyond their control ») et insiste sur l’existence de forces (« powerful forces ») qui les prend au piège (« trapped »). Par ailleurs, il exprime de l’empathie à l’égard de ces gens avec l’adverbe de phrase « understandably » qui est un marqueur d’attitude énonciative. En montrant ces personnes comme étant dépourvues d’un quelconque pouvoir de décision, le locuteur fait appel à la pitié de l’auditoire.

35Il est également fait appel à la pitié de l’auditoire par des passages narratifs, procédé qualifié de storytelling : l’orateur raconte une anecdote ou un témoignage recueilli de façon directe ou indirecte (Argument from Witness Testimony, Walton et al. 2008, 310). Il s’agit d’un argument assez particulier étant donné qu’il a la forme d’une narration. On trouve de nombreux exemples dans le corpus, en particulier dans le discours 6 « Opioid Addiction Crisis », un discours très long dans lequel de nombreux interlocuteurs prennent la parole.

36À première vue, ce procédé se présente comme un témoignage, et apparaîtrait donc comme une preuve, ressortissant au logos. Cependant, le caractère singulier du témoignage et l’identité du témoin ainsi que du locuteur met au jour la subjectivité d’un tel argument.

37De plus, ce procédé est souvent accompagné d’une généralisation, qui permet de passer d’une histoire singulière à l’histoire collective.

(2) He died from heroin. It devastated the family and stole another American in the prime of his life. This story is repeated all too often. (Walden, R-OR, #6, Opioid Addiction Crisis)

(3) The tragic stories were all too similar and all too familiar. (Walden, R-OR, #6, Opioid Addiction Crisis)

(4) [story]. I hear stories like that all of the time. (Johnson, R-OH, #6, Opioid Addiction Crisis)

38Ce procédé de généralisation n’a aucune assise scientifique. Cette stratégie permet dans un premier temps de susciter l’empathie de l’auditoire pour retenir son attention et dans un deuxième temps d’en faire un exemple représentatif d’un phénomène autrement plus vaste et complexe, qui resterait incompréhensible et hors de portée émotionnelle autrement.

39Avec l’argument fondé sur un témoignage (Argument from Witness Testimony), l’orateur se pose comme témoin, ce qui permet d’accroître sa crédibilité et invite l’auditoire à lui faire confiance.

(5) The epidemic has hit close to home in my home State of Oregon, where more people now die from drug overdoses than from deaths in automobile accidents. I have met with community leaders, first responders, doctors, police officers, patients, and those on the front lines of this fight against opioid addiction.
At roundtables throughout the Second District of Oregon,
I have heard firsthand accounts of the impact of the opioid epidemic. (…)
Medical professionals across Oregon told me about the rapid acceleration of the opioid epidemic over the last 20 years. They have witnessed patient after patient fall into the traps of addiction.
I heard from Oregonians who have struggled with the epidemic themselves. At our roundtable, a woman in Hermiston talked about how she became addicted to painkillers. (…) I heard from a father whose son was a high school athlete. (…) (Walden, R-OR, #6, Opioid Addiction Crisis)

40 Il s’agit ici d’un témoin qui a été en contact avec les acteurs (« those in the front lines of this fight »), qu’il s’agisse de personnes d’autorité (« doctors », « medical professionals », « police officers ») ou de personnes qui sont partie prenante (« patients », « father », « I have heard firsthand accounts… » repris ensuite par l’anaphore « I heard… »), ce qui donne théoriquement une certaine légitimité à sa parole.

41 Un dernier argument que nous voulons mentionner ici n’a pas, à notre connaissance, été théorisé, mais se fonde sur des ressorts similaires à l’anecdote mais semble prendre une forme assez particulière pour lui conférer une mention distincte. Il contient prototypiquement une expression de type « We all know someone… ».

(6) We all know someone impacted by the opioid epidemic. (Walden, R-OR, #6, Opioid Addiction Crisis)

(7) Again, most of us know someone, a family member, a friend, a neighbor, who has been impacted by this epidemic in some way. (Buchshon, R-IN, #6, Opioid Addiction Crisis)

42En rattachant l’histoire singulière d’un inconnu, d’un anonyme (par le biais d’une anecdote) à un événement proche de soi, un fait déjà connu, familier, cet argument permet de susciter l’empathie de l’auditoire. Il s’agit ici de ramener ce qui est anonyme à un fait connu, proche de soi.

2.1.2. La dramatisation

43La dramatisation renvoie à la mise en scène, à l’exagération par l’emploi d’hyperboles et d’un langage solennel à outrance.

(8) America is watching, and now we must act. (Gaetz, R-FL, #5, Medical Marijuana)

(9) The time to do it is now. Lives are being lost as we dither. (Blumenauer, D-OR, #8, Opioid Crisis)

44 Ces deux exemples sont les phrases qui clôturent deux discours. Elles se veulent percutantes pour laisser une impression durable sur l’auditoire.

45 Dans le premier exemple, « America is watching » construit une mise en scène de la mission des législateurs. Le sujet « America » est une métonymie conventionnelle qui désigne le peuple, les citoyens américains. Avec BE + V-ING, le procès WATCH est ancré dans une situation spécifique. Ce procès est montré comme saisi en déroulement pour attirer l’attention sur ce qui est observé et mettre en valeur la relation sujet/prédicat (rendez-vous compte, faites attention) et souligner de cette façon l’urgence d’agir. Dans la deuxième proposition, qui est liée avec la première par un lien de coordination, le sujet « we » désigne les législateurs. Avec le modal « must », qui exprime la modalité déontique, le locuteur insiste sur la responsabilité qui leur est confiée et la nécessité qu’il y a pour l’ensemble des législateurs de réagir. L’adverbe « now », utilisé dans ces deux exemples, insiste sur l’urgence requise pour remédier au problème en question.

46 Dans le deuxième exemple, la position finale de « now » met en avant le caractère urgent de la décision qui doit être prise. La deuxième phrase permet de justifier et d’insister sur cette urgence en établissant un contraste entre le caractère crucial de l’enjeu (« Lives are being lost ») et l’indécision des législateurs (« as we dither »). Pendant son discours4, le locuteur fixe l’auditoire et ralentit le débit pour prononcer ces deux phrases qui sont plus courtes que les phrases dans l’ensemble de son discours et le rythme permet ainsi de leur donner plus de poids :

|| The time | to do it | is now || Lives are being lost | as we dither ||

47 En outre, le processus de dramatisation mène souvent à la construction d’une image du locuteur comme héros américain, le législateur est investi d’une mission qui va changer le sort du pays. Ce processus contribue ainsi à l’ethos du locuteur.

(10) I look forward to working with my colleagues on both sides of the aisle to counter this trend in hopes of saving lives. (Carter, R-GA, #6, Opioid Addiction Crisis)

(11) Mr. Speaker, with that and with some hope that we can pass this legislation and save some lives, I yield back the balance of my time. (Murphy, R-PA, #6, Opioid Addiction Crisis)

48La mission du législateur est ici présentée comme une mission noble, celle de sauver des vies, une mission qui serait dénuée de tout intérêt politique.

2.2. La peur (fearmongering)

49 La peur est suscitée en faisant appel à la mémoire collective. La mémoire collective est évoquée à travers la mention de la Guerre du Vietnam, épisode très traumatisant de l’histoire des États-Unis. Son évocation est ainsi à même d’inspirer la peur et la tristesse.

(12) As was pointed out, more Americans will have died from drug overdoses in 2017 than there are names on the Vietnam War Memorial. That is alarming. That should put it into sharp relief. (Gallagher, R-WS, #6, Opioid Addiction Crisis)

50Il est ici question de comparer le nombre de victimes de deux phénomènes différents pour représenter l’ampleur de la crise des opioïdes. Le locuteur commence par faire référence à une information qui semble objective (bien qu’aucune preuve ne soit apportée) pour ensuite la commenter : « That is alarming ». Il explicite de cette façon l’effet perlocutoire recherché.

51La peur est également inspirée par l’évocation des accidents de la route. Ceux-ci constituent un phénomène ordinaire, quotidien et répandu, en somme une expérience familière.

(13) The epidemic has hit close to home in my home State of Oregon, where more people now die from drug overdoses than from deaths in automobile accidents. (Walden, R-OR, #6, Opioid Addiction Crisis)

52Les ressorts de cette stratégie sont comparables à ceux employés dans l’argument « We all know someone… » : il s’agit de faire appel à un exemple qui est connu, familier, proche de soi et de son quotidien afin de toucher davantage son auditoire.

53Enfin, la peur peut être suscitée par la métaphore « the opioid epidemic » :

(14) Mr. Speaker, I rise today to commend President Trump for his attention to the opioid epidemic sweeping over our great Nation and his declaration of a public health emergency. (Harris, R-MD, #9, Opioid Crisis)

(15) I can tell you that the opioid addiction epidemic that is streaking across our country is not one that we are going to be able to arrest our way out of. (Johnson, R-OH, #6, Opioid Addiction Crisis)

54 Il s’agit ici d’une métaphore dans la mesure où il ne s’agit pas d’une maladie infectieuse, et donc pas d’une épidémie au sens littéral. Cette métaphore permet de mettre en avant des caractéristiques particulières de ce phénomène et vise à insister sur l’urgence du problème, alerter, voire à créer la panique afin de déclencher une réaction de l’auditoire (cf. Bourse 2019 pour une étude plus approfondie de cette métaphore). Cette métaphore peut être utilisée comme argument (Argument from Threat, Walton et al. 2008, 333).

2.3. La honte et la culpabilité

55Il s’agit ici de jeter l’opprobre sur le camp adverse ou d’exprimer du mépris à son égard.

56 Une expression qui revient à plusieurs reprises est « on the wrong side of history ». Il s’agit d’une locution qui possède un certain degré de figement et qui par ailleurs est utilisée fréquemment dans le discours politique. Cette expression reflète un schéma manichéen : deux camps sont opposés, l’un étant foncièrement bon et l’autre foncièrement mauvais, alors que la réalité fait état de positionnements politiques divers.

(16) Mr. Speaker, Friday, the Trump administration declared war on State legalization of marijuana as they come out on the wrong side of history and the American public. (Blumenauer, D-OR, #12, Trump administration declares war on state of legalization of marijuana)

(17) The Justice Department is not just on the wrong side of history and the American public, they are missing a chance to cure the damage caused by selective and cruel enforcement of marijuana laws. (Blumenauer, D-OR, #12, Trump administration declares war on state of legalization of marijuana)

57Dans les exemples ci-dessus, l’expression est utilisée pour condamner la décision prise par l’administration Trump d’abroger le Cole Memo. Bien que la métaphore « war on drugs » soit généralement utilisée pour inciter à une législation plus stricte à l’égard des substances psychoactives et de leurs consommateurs, elle est ici reprise et détournée pour dénoncer la politique de l’administration Trump.

2.4. La fierté

58Dans ce cas, on trouve des actes illocutoires (féliciter, encenser et remercier) explicités par des verbes performatifs dans les trois exemples ci-dessous (« I applaud », « I commend », « I thank ») :

(18) I applaud the pioneers of the cannabis industry in Colorado and nationwide. The perseverance and hard work to create a new model of legalization is commendable. (Polis, D-CO, #10, Legalization of Marijuana)

(19) I commend my colleague from Pennsylvania, Chairman Murphy, for the work that he is doing on this and the compassion he has for those families who are tragically caught up in this addiction. Together, we are going to find our way through it. (Walden, R-OR, #6, Opioid Addiction Crisis)

(20) I thank the chairman for his passion and hard work on the Energy and Commerce Committee. We know this is a life-and-death issue. This is one of those things where Members are coming together from both sides of the aisle to deal with. (Murphy, R-PA, #6, Opioid Addiction Crisis)

59Il faut cependant noter que féliciter son camp revient à se féliciter soi-même. Par ailleurs, le deuxième et le troisième exemples ont une valeur fortement pathémique (« families who are tragically caught up in this addiction ») et soulignent l’importance d’un rassemblement, qu’il soit bipartisan (« Members are coming together … ») ou qu’il concerne la nation entière, peuple et législateurs (« Together, we are going to… »). Les membres de la chambre des représentants sont remerciés d’une part pour leur travail, d’autre part pour leur fort engagement émotionnel et leur empathie (« for the work he is doing on this and the compassion he has », « for his passion and hard work »). Ce dernier aspect mérite d’être mis en lumière dans la mesure où l’engagement émotionnel n’est pas une qualité attendue d’un législateur, qui se doit au contraire de faire preuve d’objectivité afin de légiférer pour le bien de tous.

60Les stratégies employées pour susciter les sentiments de l’auditoire sont multiples et se situent sur divers plans d’analyse : marqueurs d’attitude énonciative, verbes performatifs, hyperboles, métaphores et storytelling. L’évocation de phénomènes familiers ou de phénomènes historiques appartenant à la mémoire collective rattache ces discours à une expérience personnelle et les rend ainsi plus percutants. Par ailleurs, les discours étudiés font souvent apparaître deux camps opposés, dont l’un figure le bien et l’autre le mal, bien que la réalité fasse état de divers positionnements politiques. Enfin, l’accent est mis sur l’urgence de la situation, grâce à une mise en scène mettant en jeu la métaphore martiale (« war on drugs ») et à la métaphore de l’épidémie (« the opioid epidemic »), l’emploi d’hyperboles et un langage solennel appuyé par la prosodie.

3. Tentatives de rationalisation : un leurre discursif ?

61Nous venons de présenter l’analyse de divers moyens permettant au locuteur de susciter des émotions chez son auditoire. Il faut également constater que dans les discours étudiés, certains passages semblent faire preuve d’une certaine objectivité. Nous relevons ci-dessous les schémas d’arguments qui peuvent être considérés comme des tentatives de rationalisation : il s’agit ici de fournir des preuves ou de fonder son argument sur un raisonnement déductif ou inductif. Par exemple, le locuteur peut apporter des preuves en faisant appel à l’avis d’un expert, en présentant des chiffres ou en mobilisant des informations factuelles. Nous les soumettons ensuite à l’analyse afin d’évaluer leur validité.

3.1. L’argument d’autorité

62Un des arguments que l’on retrouve à plusieurs reprises est l’argument d’autorité (Argument from Expert Opinion, Walton et al. 2008, 310).

(21) As a lifelong pharmacist, I have seen firsthand the dangers and problems associated with opioid abuse and its impact on our communities. I look forward to working with my colleagues on both sides of the aisle to counter this trend in hopes of saving lives. (Carter, R-GA, #6, Opioid Addiction Crisis)

(22) As a physician, I have seen the power of addiction up close and have focused on shaping real policy solutions here in Washington, D.C., to improve access to treatment for patients who are battling their problem every day. (Buchshon, R-IN, #6, Opioid Addiction Crisis)

63 Dans les exemples donnés, l’argument d’autorité concerne l’ethos : l’orateur se pose comme expert de la question et accroît ainsi sa crédibilité. Il peut aussi se présenter en tant que témoin (c’est le cas dans ces deux exemples), et devient ainsi un interlocuteur privilégié, qui peut rapporter des preuves du terrain. Il essaie de cette façon de gagner la confiance de l’auditoire en s’appuyant sur son expérience : « J’ai vu … », « Je suis bien placé pour savoir » (Argument from Witness Testimony). Cependant, l’argument d’autorité est problématique à plusieurs égards. Walton et al. (2008, 310) recensent les conditions nécessaires pour reconnaître la validité de cet argument (sous forme de questions critiques : « CQ ») :

CQ1: Expertise Question: How credible is E as an expert source?
CQ2:
Field Question: Is E an expert in the field that A is in?
CQ3:
Opinion Question: What did E assert that implies A?
CQ4:
Trustworthiness Question: Is E personally reliable as a source?
CQ5:
Consistency Question: Is A consistent with what other experts assert?
CQ6:
Backup Evidence Question: Is E’s assertion based on evidence?

64 L’argument d’autorité soulève en effet plusieurs questions : la fiabilité de l’expert (CQ4) et sa crédibilité auprès de ses pairs (CQ1), le consensus dans la communauté scientifique (CQ5), mais on pourrait également ajouter les méthodes employées, la généralisation des résultats, et toute autre question relative au travail d’un chercheur. Vérifier la validité d’un tel argument deviendrait ainsi impossible à moins d’être soi-même un expert du champ considéré, comme le souligne Herman (2014, 158-159).

65 Le deuxième problème qui se pose dans les exemples plus haut est dû à la double identité de l’orateur : il s’agit d’abord d’une personnalité politique qui a des opinions définies par les lignes de son parti et son propre positionnement, mais en utilisant cet argument, le locuteur se présente également comme un expert supposé être objectif, garant de la vérité. Ces deux identités semblent conflictuelles et il apparaît donc légitime de remettre en doute la validité de cet argument.

3.2. De la corrélation à la cause

66 Un autre argument qui relève plutôt du logos est un argument fondé de prime abord sur un rapport déductif.

(23) Cannabis reduces overdose deaths, reduces opioid consumption, and it can prevent dose escalation and the development of opioid tolerance, which leads to that cycle, and too often, tragically, opioid deaths: 175 people a day. (Blumenauer, D-OR, #8, Opioid Crisis)

67En effet, à première vue, cet argument semble objectif puisqu’il exprime un lien de cause à effet. Cependant, il s’agit d’une simplification : ce qui est présenté comme une relation de cause relève en réalité d’une relation de corrélation (Argument from Correlation to Cause, Walton et al. 2008, 328). La relation de corrélation montre l’évolution parallèle de deux phénomènes sans pour autant en conclure un rapport causal direct. En effet, elle permet de rendre compte de plusieurs facteurs, comme l’environnement ou d’autres variables. Le rapport de cause à conséquence apparaît lui comme direct et immédiat, rendant le propos du locuteur plus percutant et convaincant. Néanmoins, le locuteur se montre ensuite plus prudent et mesuré en utilisant la modalité pour exprimer une potentialité : « it can prevent ». Par la suite, il soumet un rapport écrit par un médecin afin d’étayer son propos : de cette façon, il apporte une preuve en s’appuyant sur l’expertise d’un spécialiste, ayant recours à l’argument d’autorité.

3.3. L’appel au bon sens

68Enfin, le locuteur peut parfois faire appel au bon sens de son auditoire (Practical reasoning, Walton et al. 2008, 323).

(24) I am tired of looking at the opioid damage in my State and around the country, and have Congress propose Band-aids when there is a simple, commonsense, widely accepted, and popular approach: allow people access to medical marijuana. (Blumenauer, D-OR, #8, Opioid Crisis)

69 Ici, le locuteur en appelle au bon sens de diverses façons : il affirme qu’il s’agit de i) la solution la plus simple, ii) la solution la plus logique, sensée (« commonsense »), iii) la solution qui fait quasiment l’unanimité « widely accepted, popular approach » (Argument ad populum).

(25) we fail to take reasonable, commonsense steps to stop it. The easiest solution is to provide more access to medical marijuana, already available in 28 States. (Blumenauer, D-OR, #8, Opioid Crisis)

70 Dans ce deuxième exemple, le locuteur essaie de ramener son auditoire à la raison de façon implicite : « we fail to take reasonable measures » → Let’s be reasonable. On retrouve également l’appel au bon sens : la solution proposée est présentée comme la plus raisonnable, sensée et simple. Ainsi, un refus de choisir cette solution ferait passer l’interlocuteur pour quelqu’un de déraisonnable.

71Il semble que dans les exemples cités plus haut on se heurte à chaque fois à des écueils qui peuvent mettre en doute les arguments avancés. Ce qui pose un problème fondamental en ce qui concerne l’argument d’autorité est la fiabilité de l’expert. Ce qui apparaît également problématique dans les deux exemples qui ont la particularité de relever à la fois d’un témoignage et d’un argument d’autorité, est la double identité que possède le locuteur : il se positionne à la fois comme expert et comme législateur. Dans le cas du schéma d’argument « From correlation to cause », la validité de l’argument est remise en cause par une simplification du discours scientifique. Enfin, il manque souvent des étapes dans l’argumentation : avant d’affirmer qu’il s’agit de la solution la plus simple, encore faut-il le démontrer.

72Après avoir étudié un éventail de procédés participant à l’argumentation, que celle-ci soit plutôt fondée sur le pathos ou fondée sur le logos, nous souhaitons maintenant proposer deux analyses détaillées afin de étudier l’interaction des phénomènes discursifs observés et leur rôle dans la trame argumentative.

4. Études de cas

4.1. Jared Polis et l’argument par l’exemple

73Le discours à l’étude est rédigé par Jared Polis, un représentant démocrate du Colorado (2009-2019), le 6 novembre 2017. Ce discours fait partie des « Extensions of Remarks ».

Mr. Speaker, five years ago, Colorado voters chose to amend the State Constitution to legalize the cultivation, sale, and personal use of marijuana for people 21 years of age or older. Today, Colorado is home to a growing marijuana economy which has created 23,000 jobs in the industry and in excess of $200 million in tax revenue which helps to fund our schools.
States like Colorado, and now dozens of other states, have proven that allowing responsible adults to legally purchase marijuana, gives money to classrooms, not cartels; creates jobs, not addicts; and boosts our economy, not our prison population.
Colorado ought to be an example for the nation, and it is past time we lift the federal prohibition on marijuana. That's why I'm proud to sponsor the Regulate Marijuana Like Alcohol Act, which allows each state to decide for itself whether to legalize marijuana. In addition, I will continue to attempt to restrict the Department of Justice from enforcing federal marijuana laws in states where it is legal.
Earlier in 2017, I launched the bipartisan Cannabis Caucus with Rep. Earl Blumenauer, Rep. Dana Rohrabacher, and Rep. Don Young. The caucus will serve as an important working group to discuss marijuana policy and its future, moving Congress into the 21st century on drug policy.
I applaud the pioneers of the cannabis industry in Colorado and nationwide. The perseverance and hard work to create a new model of legalization is commendable. (Jared Polis, D-CO)

74Le discours entier est axé sur l’argument par l’exemple (Argument from Example, Walton et al. 2008, 314). L’État du Colorado, dont Jared Polis est l’un des représentants, est cité comme un exemple attestant de la réussite de la légalisation du cannabis.

75Dans le premier paragraphe, on relève un Argument de cause à conséquence (Argument from Cause to Effect, Walton et al. 2008, 328, 168-169). La juxtaposition de deux phrases introduites par un circonstant de temps ainsi que les contenus propositionnels permettent de reconstruire un lien de cause à effet entre les deux événements évoqués dans les phrases. En outre, la succession temporelle (d’un moment passé « five years ago » au présent « Today ») renforce cette lecture causale.

76Dans la première phrase, le locuteur évoque une décision prise il y a cinq ans dans l’État du Colorado, à savoir la légalisation du cannabis, qui autorise la possession, l’usage et la vente du cannabis aux personnes âgées de vingt-et-un ans, c’est-à-dire une législation similaire à celle régissant la consommation d’alcool aux États-Unis. Dans la deuxième phrase, le locuteur examine le résultat cinq ans plus tard : il emploie le present perfect afin de considérer les avancées réalisées durant ces cinq années.

77Le résultat évoqué met a priori en relief deux arguments que l’on peut reformuler ainsi :
The legalization of marijuana creates jobs.
The legalization of marijuana generates tax revenue.

78À cela s’ajoute une relation imbriquée dans la deuxième proposition à l’aide d’une proposition relative, que l’on peut restituer comme suit :
This tax revenue helps to fund our schools.

  • 5 À ce sujet, il faut noter que l’argument Think of the Children est généralement utilisé en faveu (...)

79La relation entre « tax revenue » et « fund our schools » est présentée comme une relation directe alors que ce budget peut être en réalité utilisé à diverses fins. Cela s’explique par le fait que « schools » fait indirectement référence aux enfants, dont l’évocation renferme un fort potentiel pathémique. En d’autres termes, le sort des enfants suscite l’empathie de l’auditoire et possède ainsi un caractère persuasif. Ce procédé est tellement commun qu’on parle de l’argument Think of the Children qui fait partie des arguments qui font appel à la pitié. Cet argument n’est pas répertorié dans la classification de Walton et al. (2008) mais l’argument ici présenté correspond aussi au schéma Argument from Need for Help (Walton et al. 2008, 334), selon lequel il est conseillé à y d’effectuer une action A afin d’aider x, et que cette action A n’est pas trop coûteuse pour y. Il faut noter que la conjonction des arguments Think of the Children et Argument from Need for Help est employée à plusieurs reprises dans le corpus afin de défendre diverses conclusions argumentatives, y compris des conclusions contradictoires5.

80La transition du premier au second paragraphe est assurée par une comparaison établie dans le groupe nominal sujet « States like Colorado », passant de l’exemple du Colorado aux autres États qui ont légalisé le cannabis (pour un usage thérapeutique ou récréatif). Cette transition permet de généraliser les arguments donnés pour le Colorado à l’ensemble des États ayant une législation similaire, sans avoir à développer. L’utilisation du present perfect (« have proven ») permet de faire référence à un fait accompli, établi, constaté, et de fournir ainsi une preuve du résultat, à savoir la réussite de ces politiques. On relève également la rhétorique de la responsibilité, quand les parties prenantes sont évoquées par l’expression « responsible adults », là où dans d’autres discours l’emphase est placée davantage sur les adolescents et les jeunes adultes (en somme, ceux qui font partie des dits « under-age users ») et les risques que ceux-ci encourent. Cette rhétorique de la responsabilité est reprise dans la campagne d’information pilotée par le Département de Santé Publique et de l’Environnement du Colorado.

States like Colorado, and now dozens of other states, have proven that allowing responsible adults to legally purchase marijuana, gives money to classrooms, not cartels; creates jobs, not addicts; and boosts our economy, not our prison population.

81 Dans le deuxième paragraphe, reproduit ci-dessus, la structure ternaire de la phrase évoque trois arguments qui viennent battre en brèche des arguments souvent évoqués par le camp adverse. Ces trois arguments reprennent les trois thématiques évoquées dans la première phrase du discours :

Thématique

Premier paragraphe

(exemple du Colorado)

Deuxième paragraphe (généralisation)

EDUCATION

a growing marijuana economy (…) in excess of $200 million in tax revenue which helps to fund our schools

gives money to classrooms, not cartels

JOBS

a growing marijuana economy which has created 23,000 jobs in the industry

creates jobs, not addicts;

ECONOMY

a growing marijuana economy

and boosts our economy, not our prison population.

82Avec l’apposition, le locuteur confronte deux situations diamétralement opposées, qui correspondent à deux mondes possibles, et crée ainsi un faux dilemme : la situation ainsi présentée, le choix paraît évident.

83Dans le troisième paragraphe, on en vient enfin au cœur du discours avec les deux conclusions argumentatives. La première consiste à argumenter en faveur d’un changement de législation au niveau fédéral (« lift the federal prohibition on marijuana »). Le deuxième objectif est d’agir sur la nature précise de ce changement, à savoir d’arriver à faire voter en faveur de la proposition de loi présentée, intitulée « Regulate Alcohol Like Marijuana », qui permet aux États de décider de la législation concernant le cannabis.

84Les derniers paragraphes évoquent les actions du caucus tout en critiquant indirectement le camp adverse : « moving Congress into the 21st century on drug policy ». Le discours se termine par un appel à la fierté : Jared Polis loue le travail du caucus concerné et se félicite de cette façon du travail accompli jusque-là.

4.2. Andy Harris et l’appel à la peur

85 Le deuxième discours étudié est un discours d’une minute prononcé par Andy Harris, un représentant républicain du Maryland (2011-), le 7 novembre 2017. Nous proposons une analyse des stratégies employées dans le discours, que nous complémentons de quelques remarques concernant les aspects prosodique et paraverbal6.

Mr. Speaker, I rise today to commend President Trump for his attention to the opioid epidemic sweeping over our great Nation and his declaration of a public health emergency.
As we work to address this epidemic, I was happy to welcome Richard Baum, the acting director of the Office of National Drug Control Policy, to Cecil County in Maryland's First Congressional District 10 days ago for their Prescription Drug Take Back Day. My home State of Maryland has been hit particularly hard by the opioid crisis. Last year, 89 percent of all intoxication deaths in Maryland were linked to opioid abuse, and the frequency of opioid-related deaths quadrupled over the last 7 years.
But despite these frightening statistics, State and Federal lawmakers [[Page H8534]] across the country are still pushing to legalize recreational marijuana. Marijuana use increases the risk of cancer, hinders brain development in adolescents and young adults, and encourages experimentation with even more dangerous drugs, including opioids. Mr. Speaker, with the opioid crisis our Nation is currently fighting, why on Earth should we increase access to an addictive gateway drug? (Andy Harris, R-MD)

86Ce discours est prononcé dans l’ensemble assez rapidement, la durée de prise de parole étant limitée à une seule minute. Cependant, le débit de parole est ralenti lorsque certains mots et expressions sont prononcés, ce qui confère à ces derniers un certain poids. L’utilisation des pauses ainsi que de certains mouvements de tête permet également de ponctuer le discours et d’appuyer certains mots.

87Dans ce discours, nous pouvons identifier deux énoncés qui semblent faire appel à la raison. Le premier énoncé que nous reproduisons ci-dessous fournit des preuves, à savoir le nombre de morts liées à l’abus d’opioïdes, destinées à montrer l’urgence et la gravité de la situation.

My home State of Maryland has been hit particularly hard by the opioid crisis. Last year, 89 percent of all intoxication deaths in Maryland were linked to opioid abuse, and the frequency of opioid-related deaths quadrupled over the last 7 years.

88Le locuteur commence par énoncer un bilan, qu’il fait suivre d’une pause un peu plus longue que celle qui est généralement accordée à chaque fin de phrase. Il procure ensuite des chiffres qui concrétisent le bilan et montrent le développement exponentiel de la crise. L’accent est mis sur le mot « quadrupled » par divers moyens prosodiques et para-verbaux : l’accent tonique de l’unité tonale porte sur la syllabe accentuée de ce mot, le débit est ralenti, et le locuteur lève la tête en fixant l’assistance puis la hoche brièvement quand il prononce ce mot, comme pour appuyer son propos.

89Le deuxième énoncé à l’étude nous fait part d’une interprétation ou d’une reformulation d’études scientifiques, sans qu’une étude particulière soit évoquée toutefois.

Marijuana use increases the risk of cancer, hinders brain development in adolescents and young adults, and encourages experimentation with even more dangerous drugs, including opioids.

90Il s’agit ici de démontrer que la consommation de cannabis présente de nombreux dangers pour la santé et qu’elle peut conduire à la consommation d’autres drogues. Le lien entre cannabis et autres drogues est établi par le locuteur en faisant appel à la théorie de la drogue d’introduction (the Gateway Drug Theory) qui postule que la consommation de certaines drogues peut favoriser la transition vers des drogues dures. Cette théorie ne fait consensus ni chez les scientifiques ni chez les politiques : en effet, s’il y a consensus sur le fait que la crise des opioïdes représente une affaire de santé publique, tous les politiques ne reconnaissent cependant pas un lien entre consommation de cannabis et crise des opioïdes. Il utilise ainsi l’argument de la pente glissante (Slippery Slope Argument, Walton et al. 2008, 339), selon lequel un premier événement déclenche un engrenage, conduisant à une suite d’événements inévitables et menant à terme à un résultat désastreux que l’on cherche à éviter (à savoir, dans ce cas, la mort, conséquence qui est évoquée dans le premier argument mentionné).

91À cela s’ajoute l’identité du locuteur : Andy Harris possède un diplôme de médecine, spécialisé en anesthésie. Il s’agit donc d’un argument d’autorité (Argument from Expert Opinion). En effet, qui semble mieux placé qu’un médecin pour parler d’une affaire de santé publique ? L’argument d’autorité, comme nous l’avons souligné plus haut, soulève néanmoins des questions sur la fiabilité de l’expert et sur sa crédibilité (cf. Walton et al. 2008, 310), surtout dans la mesure où il agit ici dans l’exercice de ses fonctions en tant qu’homme politique.

92Si l’on examine d’autres caractéristiques saillantes de ce discours, il devient vite évident que le locuteur vise à alerter d’un danger et à susciter la peur chez l’auditoire afin de l’amener à adhérer à la conclusion argumentative principale. Au-delà des réserves énoncées au sujet des arguments a priori fondés sur la raison, on relève divers procédés jouant sur le registre du pathos. D’abord, la présentation des statistiques est reprise à travers un jugement du locuteur : « these frightening statistics ». Il s’agit donc d’engendrer la peur à travers ce qui est avancé comme des preuves et faits établis et reconnus. On relève également, à travers le langage utilisé, la métaphore de l’épidémie (« opioid epidemic », « sweeping over », « epidemic ») et la métaphore de la guerre, et plus spécifiquement la métaphore « war on drugs » (« hit particularly hard », « the opioid crisis our Nation is currently fighting »). À cela s’ajoute l’emploi d’un langage catastrophiste et de mots émotionnellement chargés : « public health emergency », « dangerous drugs », « deaths », the c-word « cancer » (cf. Bourse 2019 pour une étude plus détaillée du lexique employé – Argument from Danger Appeal (Walton et al. 2008, 334)).

93S’il s’agit ici de souligner l’urgence et l’importance de la crise des opioïdes, on se rend compte en réalité que l’intention de ce discours est d’attaquer la législation du cannabis. En posant un lien entre cannabis et opioïdes, l’orateur peut souligner une apparente contradiction (exprimée dans la concession « But despite these frightening statistics, State and Federal lawmakers […] across the country are still pushing to legalize recreational marijuana. »). Le locuteur établit son argumentation en partant des deux prémisses suivantes : i) les législateurs (au niveau fédéral et des États) luttent contre la crise des opioïdes (« as we work to address this epidemic ») ; ii) le cannabis encourage l’expérimentation d’autres drogues, y compris les opioïdes (« Marijuana […] encourages experimentation with even more dangerous drugs, including opioids »). Il en arrive à la conclusion argumentative suivante : iii) il faut limiter la consommation du cannabis. Mais cette conclusion argumentative n’est pas formulée de façon explicite. Cela lui permet ainsi de souligner l’apparente contradiction : iv) pourtant certains législateurs cherchent à légaliser à la marijuana pour un usage récréatif. Enfin, le discours se conclut sur une question rhétorique introduite par « why » suivi de la locution « on earth » à valeur d’emphase (intensifier), qui permet de souligner l’absurdité de la situation.

Mr. Speaker, with the opioid crisis our Nation is currently fighting, why on earth should we increase the access to an addictive gateway drug?

94En effet, si l’on reconnaît la nécessité de combattre la crise des opioïdes (i) et que l’on adhère à la théorie de la drogue d’introduction (ii), alors il apparaît absurde de proposer des lois permettant de consommer du cannabis. Cette question conduit l’interlocuteur dans une impasse argumentative, ne lui laissant pas la possibilité de choisir une autre conclusion argumentative que celle proposée par le locuteur.

Conclusion

95Dans le corpus de discours étudiés, les effets pathémiques que les locuteurs cherchent à provoquer chez l’auditoire sont variés, et concernent en premier lieu la tristesse, la pitié, et la peur, mais également la honte et la fierté. Ces émotions sont suscitées par le biais de diverses stratégies, telles que le storytelling et les métaphores « opioid epidemic » et « war on drugs ». Les schémas d’argumentation qui inspirent l’émotion (pathos) sont ceux qui font appel à la peur (Argument from Threat, Argument from Danger) ou à la pitié (Appeal to Pity, Think of the Children et Argument from Need for Help). Ceux qui s’appuient plutôt sur des preuves factuelles (logos) sont l’argument d’autorité, le recours à un témoignage et l’appel au bon sens, même si une étude critique de ces arguments peut révéler un emploi fallacieux, auquel cas le discours raisonné apparaît comme un leurre discursif.

96Les moyens linguistiques mobilisés sont variés et agissent à divers plans du discours (niveau micro pour les marqueurs d’attitude énonciative, par exemple, et niveau macro pour les relations discursives). Si l’on peut relever des procédés linguistiques récurrents, l’expression des émotions semble cependant plutôt de l’ordre du pragmatique, comme le souligne Sandrine Sorlin au sujet du discours séducteur (2017, 4). Le procédé du storytelling témoigne du rôle primordial d’une analyse pragmatique de l’argumentation, étant donné que c’est l’intention communicative qui en fait un procédé argumentatif et non ses caractéristiques linguistiques qui sont celles de la narration.

97Le faisceau de stratégies employées par les locuteurs donne ainsi à voir une certaine mise en scène, une dramatisation de la situation évoquée qui concourt à l’ethos des locuteurs en les présentant comme des soldats ou des héros. Nous avons choisi ici de mettre l’accent sur la structure argumentative des discours étudiés en analysant les schémas d’argumentation employés. Cependant, les outils conceptuels de « mythes » (Charteris-Black, 2011) ou de « scénarios » (Musolff, 2016) pourraient permettre d’envisager cet ensemble de stratégies selon une perspective intéressante.

98Les micro-analyses ont par ailleurs permis de mettre en avant la complexité de la structure de l’argumentation : les arguments se répondent et se font écho, au sein d’un même discours, ou d’un discours à un autre. Par exemple, un argument peut tirer sa force argumentative d’un terrain si soigneusement établi en amont qu’il ne laisse à l’auditoire que la possibilité d’acquiescer. Par ailleurs, un argument peut faire référence en filigrane à un positionnement et une argumentation politique employée par le camp adverse et se poser ainsi en contre-argumentation ou réfutation implicite.

99Ces micro-analyses montrent également la non-linéarité de l’argumentation : il est nécessaire de déconstruire l’ordre linéaire du discours afin de reconstruire l’ordre logique d’argumentation, comme cela a été démontré avec l’exemple du discours du représentant Andy Harris. Il serait intéressant à ce sujet de proposer une formalisation de l’ensemble des arguments, par exemple avec le modèle de Toulmin (1958), afin d’avoir une vision globale de l’articulation des arguments au sein d’une même argumentation.

100Enfin, force est de constater que les différentes personnalités politiques jouent souvent sur des registres similaires, quelle que soit la conclusion argumentative qu’ils visent ou leur affiliation politique. Cela a été observé pour la métaphore « war on drugs », l’expression « on the wrong side of history » ou le recours aux émotions avec l’argument Think of the Children.

101La présente étude s’est concentrée sur les stratégies employées par les locuteurs. Reste la question de la réception de ces discours, c’est-à-dire l’effet qu’ils produisent sur l’auditoire. L’argumentation semble être plus efficace quand elle est implicite, par exemple quand elle se déguise sous les traits de la narration ou quand elle a recours à des métaphores qui permettent de subrepticement re-conceptualiser un concept ou un événement. La sociologie, l’analyse critique du discours (CDA, van Dijk, Fairclough), la psychologie sociale (les biais cognitifs) ou la psycholinguistique (Colston et Katz 2004) constitueraient des cadres possibles—bien que distincts—d’analyse de la réception afin de fournir quelques éléments de réponse pour confirmer ou infirmer quelques-unes des hypothèses soulevées au sujet de la réception ou l’interprétation.

Top of page

Bibliography

Amossy, Ruth. L’argumentation dans le discours. Paris : Nathan Université, 3ème éd., 2010.

Amossy, Ruth. Apologie de la polémique. Paris : Presses Universitaires de France, 2014.

Amossy, Ruth et Roselyne Koren. « Argumentation et discours politique ». Mots 94 (2014) : 13-21.

Aristote. Rhétorique. Trad. Ruelle. Paris : Librairie générale française, 1991.

Bourse, Sarah. « Conjuring up Terror and Tears: the Evocative and Persuasive Power of Loaded Words in the Political Discourse on Drug Reform ». Lexis 13, 2019.

Charaudeau, Patrick. « Pathos et discours politique ». Dans Rinn, Michael (dir.), Émotions et discours. Rennes : Presses universitaires de Rennes (2008) : 49-58.

Charteris-Black, Jonathan. Politicians and Rhetoric: the Persuasive Power of Metaphor. Basingstoke & New York: Palgrave Macmillan, 2ème éd., 2011.

Colston, Herbert L. et Albert N. Katz, dir. Figurative Language Comprehension : Social and Cultural Influences. New York : Routledge, 2004.

Doury, Marianne, Christian Plantin et Véronique Traverso (dir.). Les émotions dans les interactions. Lyon : Presses Universitaires de Lyon, 2000.

Fairclough, Isabela et Norman Fairclough. Political Discourse Analysis. A Method for Advanced Students. London : Routledge, 2012.

Goffman, Erving. The Presentation of Self in Everyday Life. Edinburgh: University of Edinburgh, 1956.

Herman, Thierry. « L’argument d’autorité : de sa structure à ses effets. » Dans Oswald, Steve et Thierry Herman, Rhétorique et cognition / Rhetoric and Cognition. Perspectives théoriques et stratégies persuasives. Theoretical Perspectives and Persuasive Strategies. Berne : Peter Lang, 2014.

Katzav, Joel et Chris Reed. “On Argumentation Schemes and the Natural Classification of Arguments.” Argumentation 18 (2004): 239-259.

Kerbrat-Orecchioni, Catherine. Le Discours en interaction. Paris : Armand Colin, 2005.

Lakoff, George et Mark Johnson. Metaphors We Live By. Chicago : The University of Chicago Press, 1980.

Le Bart, Christian. Le Discours politique. Coll. Que-sais-je ? Paris : Presses Universitaires de France, 1998.

Musolff, Andreas. Political Metaphor Analysis. Londres : Bloomsbury Academic, 2016.

Perelman, Chaim et Lucie Olbrechts-Tyteca. Traité de l'argumentation - La nouvelle rhétorique. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles, 3ème éd., 1976.

Plantin, Christian. Dictionnaire de l’argumentation. Lyon : ENS éditions, 2016.

Plantin, Christian. « Les raisons des émotions », dans Bondi, M. (dir.), Forms of argumentative discourse / Per un’analisi linguistica dell’argomentare (1998) : 3-50. Bologne : CLUEB.

Plantin, Christian. Les bonnes raisons des émotions. Principes et méthodes pour l’étude du discours émotionné. Berne : Peter Lang, 2011a.

Plantin, Christian. « No se trata de convencer, sino de convivir ». L’ère post-persuasion ». Rétor 1(1) (2011b), 59-83.

Sorlin, Sandrine. « Vers une théorisation du discours séducteur ». La séduction du discours / On Seductive Discourse. E-rea, 15.1, 2017.

Toulmin, Stephen. The Uses of Argument. Cambridge, MA: Cambridge University Press, 1958.

Van Eemeren, Frans H. et Rob Grootendorst. Speech Acts in Argumentative Discussions: a Theoretical Model for the Analysis of Discussions Directed Towards Solving Conflicts of Opinion. Dordrecht : Foris, 1984.

Walton, Douglas, Chris Reed et Fabrizio Macagno. Argumentation Schemes. Cambridge : Cambridge University Press, 2008.

Corpus

Drug reform in the Congressional Record (January 2017-January 2018). Corpus personnel.

Top of page

Notes

1 The Oxford Dictionary, https://en.oxforddictionaries.com/definition/post-truth

2 « Extensions of Remarks [are] used only by House of Representative members to publish additional statements not actually delivered on the House floor. » (https://www.congress.gov/congressional-record/about)

3 Pour chaque exemple, j’indique en gras les passages pertinents et je nomme la référence en fin d’exemple, de la manière suivante (Nom du représentant, parti, État du district qu’il représente, numéro du discours dans le corpus, nom du discours dans les archives).

4 Ce discours peut être visionné à l’adresse suivante : https://www.c-span.org/video/?435347-1/us-house-meets-morning-hour&start=59

5 À ce sujet, il faut noter que l’argument Think of the Children est généralement utilisé en faveur de la conclusion argumentative opposée, à savoir le durcissement de la législation de la marijuana. À cela répond la rhétorique de la responsabilité que nous allons aborder plus avant.

6 Ce discours peut être visionné à l’adresse suivante : https://www.c-span.org/video/?c4690471/rep-harris-speaks-drug-abuse

Top of page

References

Electronic reference

Sarah Bourse, “Stratégies argumentatives dans les discours politiques américains sur la législation des substances psychoactives : quel emploi du pathos à l’ère de la post-vérité ?”Anglophonia [Online], 30 | 2020, Online since 20 December 2020, connection on 22 January 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3863; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3863

Top of page

About the author

Sarah Bourse

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Laboratoire CAS
sarah.bourse@univ-tlse2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search