Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia32Editorial

Editorial

Laure Gardelle, Sophie Herment and Henri Le Prieult

Full text

1Ce numéro a pour objectif d’explorer la question des positionnements énonciatifs, très étudiée en linguistique française mais moins pour l’anglais, et pourtant cruciale en discours.

2Tout énoncé implique une position énonciative, notion définie par Rabatel (2012 : 23) comme le « fait que l’énonciateur premier réfère aux objets de discours tout en se positionnant par rapport à eux, en indiquant de quel point de vue, dans quel cadre il les envisage ». Le présent numéro propose de se concentrer plus spécifiquement sur les positionnements, c’est-à-dire sur les prises de position par rapport au contenu discursif. Il peut s’agir d’une stratégie délibérée, d’une posture (Rabatel 2012), notamment lorsqu’un discours présente des ajustements énonciatifs à des fins d’argumentation, ou encore lorsqu’un locuteur choisit un positionnement en vue d’une construction identitaire. Il peut s’agir également d’une catégorisation opérée par un tiers : par exemple, un énonciateur employant des formes non standard de discours n’en aura pas nécessairement conscience, mais pourra être classé comme « peu cultivé » (ou autre forme de qualité différentielle) par un observateur extérieur, qui le positionne ainsi par rapport à une norme (prescriptive, sociale, géographique, communautaire) qu’il a prise comme point de référence.

3Les contributions s’organisent autour de deux axes : l’ajustement des positionnements en discours, et le positionnement comme marqueur d’identité.

4À propos des ajustements discursifs, c’est à la concession que s’intéresse Graham Ranger, dans une étude de trois adverbes connecteurs concessifs (yet, however, nevertheless). La concession constitue une opération complexe, en deux temps : l’énonciateur signale qu’il prend en compte un rapport d’inférence entre deux contenus propositionnels, mais qu’il s’oppose également à ce rapport. Ce positionnement peut trouver plusieurs origines : désaccord avec l’un ou l’autre des contenus propositionnels, ou encore rejet de la relation d’inférence qui les lie. Dans l’expression de la concession, les adverbes apportent une saillance particulière à telle ou telle idée, qui explique les préférences de position et de profil combinatoire qui leur sont associées. Yet véhicule la discontinuité, une co-existence paradoxale entre deux états de faits (ex. Public transport to Roos is poor […]. Yet the village has become a favoured home for commuters.). However introduit plutôt une exception à une inférence communément déduite de la première proposition (ex. Roderick’s eminence as an engineering scientist and scholar is well known. However, he was also a man of exceptional personal warmth and charm.). Nevertheless, lui, introduit une proposition qui va à l’encontre de la précédente, et que l’énonciateur a déjà évoquée en amont. L’étude souligne ainsi l’importance du contexte, et donc d’analyses d’exemples authentiques, pour comprendre le fonctionnement fin de la concession.

5Blandine Pennec étudie les contextes de réajustement énonciatif, c’est-à-dire les contextes dans lesquels l’énonciateur se repositionne par rapport à son propre discours. Il peut réaffirmer sa position, s’en désengager partiellement en la modulant, ou s’en désengager totalement et opter pour un autre positionnement. Il engage également parfois le co-énonciateur dans sa démarche ; l’étude montre crucialement l’importance du co-énonciateur dans le jeu des positionnements. Le co-énonciateur peut se retrouver involontairement positionné par rapport à ces choix énonciatifs, mais reprenant le rôle d’énonciateur, il peut également choisir de rejeter ou réorienter ce positionnement imposé (l’étude rejoint ainsi des travaux sur l’accommodation, par exemple Giles et al. 1991 ou Albrespit et al. 2017, 2018). Blandine Pennec étudie finement les phénomènes de répétition, de reformulation (avec des effets fréquents de fausse équivalence), de surenchère, de révision, de minoration d’un premier contenu, de distanciation. Elle montre que certains marqueurs sont dévolus à l’expression de positionnements (ainsi or rather), mais que des effets complémentaires s’ajoutent en contexte, par exemple par des parenthèses, des verbes modalisants ou des effets d’ironie. Des inférences sont également à l’œuvre. Cette richesse des réajustements reflète la centralité des positionnements énonciatifs en discours, qui sont en construction dynamique et font l’objet de regards réflexifs fréquents de la part des énonciateurs.

6C’est à une famille de structures syntaxiques, les structures projectives, que s’intéresse ensuite Florine Berthe, pour montrer comment elles peuvent être le lieu de positionnements énonciatifs. Les énoncés étudiés se présentent sous la forme de structures du type the-N-is (the thing is, the point is, the fact is, the funny thing about this is, ou encore the point I want to make is). L’autrice choisit un genre discursif particulier, le débat parlementaire. A travers une vision large de la modalité elle effectue une analyse sémantico-pragmatique fine des N utilisés dans ces structures. Elle étudie également le marquage de la source énonciative. Ainsi deux types de positionnement énonciatif sont observés dans le débat parlementaire : l’énonciateur peut exprimer un jugement subjectif modal (épistémique, déontique ou évaluatif) sur le contenu propositionnel de son énoncé ou bien il peut choisir de souligner la source énonciative du segment projeté et peut alors se positionner lui-même par rapport à ces propos s’il ne s’agit pas des siens. Florine Berthe démontre ainsi que les structures étudiées jouent un rôle important au sein du débat et plus largement au sein de l’argumentation.

7La quatrième contribution de ce volume s’intéresse aussi à des genres discursifs particuliers mais du point de vue de l’intonation. Julia Bongiorno étudie les montées stylistiques (high rising terminals, HRTs) dans la variété d’anglais parlée dans la capitale irlandaise, à Dublin, à la lumière de différents styles de parole. Les HRT sont connues pour leurs fonctions pragmatiques. Ces contours permettent à l’énonciateur de se positionner par rapport à ses propos (montrant une prise de distance par rapport à son propos ou signifiant qu’il n'est pas absolument certain de ce qu’il dit) et aussi parfois de demander au co-énonciateur de se positionner (recherche de collaboration, de vérification, ou d'empathie de la part du co-locuteur), ce type de schémas intonatifs déclenchant souvent une réaction de la part de celui qui écoute (un « feedback »). Julia Bongiorno détaille dans l’article un protocole de collecte de données orales créé pour l’étude des contours intonatifs, l’extension PAC-Prosodie, et montre que le contexte de parole est hautement déterminant dans la fréquence des HRT. On en retrouve davantage dans les tâches de parole les moins contrôlées, ce qui suggère qu’elles contribuent au succès de l’interaction.

8L’article de Julia Bongiorno prenant pour appui une variété d’anglais, celui d’Irlande, il fait le lien avec les deux articles suivants, tous deux traitant de variétés d’anglais aussi, l’anglais cadien et le « Valspeak ». Ils sont davantage dédiés au positionnement énonciatif comme marqueur d’identité et se tournent vers des approches plus sociolinguistiques et des considérations sur les représentations de ces variétés d’anglais, sur les liens entre culture et linguistique.

9Ainsi Olivier Glain étudie l’anglais cadien dans un article consacré à une variété rarement étudiée en France, et pourtant fortement influencée par le français. Il défend l’hypothèse selon laquelle l’identité cadienne se manifeste linguistiquement par l’intermédiaire de la posture énonciative adoptée par ses locuteurs. L’auteur a procédé à l’analyse segmentale (consonnes et voyelles) et suprasegmentale (le paramètre rythmique appelé PVI, parwise variability index) de plusieurs enregistrements de locuteurs d’anglais cadien pour illustrer les caractéristiques de cette variété, dont l’influence de traits du français. Le corpus étudié comporte un certain nombre de récits de blagues typiquement cadiennes dont l’analyse exemplifie une posture énonciative spécifique de la part des locuteurs ainsi que la prise en compte d’un co-énonciateur. Au-delà de cela, et grâce au maniement des concepts d’imaginaire linguistique (Houdebine 1982) et d’imaginaire social (Castoriadis 1975), Olivier Glain propose une réflexion sur la façon dont les locuteurs cadiens se définissent eux-mêmes en tant que communauté idéologique.

10Enfin ce numéro d’Anglophonia se clôt par l’article de Pierre Habasque sur la voix craquée (vocal fry) comme marqueur de positionnement énonciatif et marqueur d’un stéréotype, celui de la « Valley Girl ». Si plusieurs marqueurs linguistiques sont associés à cette « persona de jeune adolescente blanche futile et privilégiée », comme l’emploi de certains lexèmes (like, oh my God, ou totally), le Californian Vowel Shift ou encore les High Rising Terminals, c’est la voix craquée qui fait l’objet de l’étude présentée. Pierre Habasque s’appuie sur une expérience de perception avec 123 informateurs et l’analyse d’entretiens quantitatifs réalisés avec 70 autres personnes sur le dialecte « Valspeak » pour montrer que la voix craquée est bien associée au stéréotype de la « Valley Girl », mais pas uniquement. Selon l’auteur, la voix craquée a été intégrée à ce dialecte et est la preuve d’une évolution du stéréotype. Elle peut être vue comme un marqueur de positionnement énonciatif de la part du co-énonciateur mais n’est pas nécessairement associée à des caractéristiques négatives.

11Les six articles réunis ici montrent bien toute la diversité des études qui peuvent être menées sur les positionnements énonciatifs en anglais. Plusieurs types et contextes de discours sont analysés, aussi bien au niveau linguistique que phonétique et phonologique ; ainsi des adverbes, des marqueurs et des structures syntaxiques, de même que des caractéristiques orales segmentales et suprasegmentales sont analysés. Les positionnements énonciatifs s’inscrivent en effet aussi bien dans la syntaxe que dans le lexique, la pragmatique, la prosodie. Ils impliquent centralement l’énonciateur, mais aussi, crucialement, le co-énonciateur. Le domaine d’étude étant très riche, plusieurs perspectives de recherche s’offrent encore à nous au terme de ce numéro. On peut en citer quelques-unes.

12En ce qui concerne les formes syntaxiques, des exploitations ad hoc, créatives, de constructions grammaticales gagneraient à être examinées, comme par exemple coffeed out pour la construction (all) X-ed out (Hugou 2013). Que révèle leur propagation éventuelle, et quelle gestion est faite de la concurrence linguistique (ex. entre coffeed out et overcoffeed) ? Existe-t-il d’autres formes moins étudiées de positionnement énonciatif ?

13Des questions de norme demanderaient aussi à être abordées : lorsqu’il n’y a pas spécifiquement posture, se trouve-t-on alors dans une norme, une norme supérieure ? Par rapport à quoi et à qui ? Quelle est alors la posture du co-énonciateur vis-à-vis de cette norme ? Est-il garant de la bonne norme, observateur, ou autre ; à quoi lui sert l’étude des variations par rapport à une norme supposée, comment l’aborde-t-il et qu’en fait-il ?

14Par ailleurs, le positionnement du chercheur constitue-t-il une forme particulière de positionnement ?

15Un dernier article est adjoint en varia à ce numéro. Il s’agit d’un texte de Ioana Trifu-Dejeu, Nadine Herry-Bénit et Stéphanie Lopez qui porte sur un phonème de l’anglais, le /r/, et sur la variabilité de sa réalisation, en particulier par des locuteurs francophones. Grâce à la mise en œuvre d’un codage des prononciations du phonème cible dans des contexte langagiers divers et à l’observation du comportement instable de ce phonème dans des positions différentes (coda et attaque de syllabe), cette étude permettra indéniablement de proposer des pistes utiles de remédiation chez les apprenants francophones.

16Ce numéro apportera ainsi au lecteur des éclairages sur un certain nombre de points qui nécessitaient de nouvelles recherches, mais sera également, nous l’espérons, un point de départ pour d’autres travaux. Bonne lecture.

Top of page

Bibliography

Albrespit, Jean, Lacassain-Lagoin, Christelle, & Henri Le Prieult (dir.). 2017. Modes et stratégies d’accommodation. Anglophonia 24. < https://journals.openedition.org/anglophonia/1092>

Albrespit, Jean, Lacassain-Lagoin, Christelle, & Henri Le Prieult (dir.). 2018. De l’accommodation à la non-accommodation : procédés et stratégies. Anglophonia 25. < https://journals.openedition.org/anglophonia/1299>

Castoriadis, Cornelius. L’institution imaginaire de la société. Paris: Seuil, 1975.

Giles, Howard, Coupland, Nikolas, & Justine Coupland. 1991. Accommodation theory: Communication, context, and consequence. In H. Giles, J. Coupland, & N. Coupland (eds.), Studies in Emotion and Social Interaction. Contexts of Accommodation: Developments in Applied Sociolinguistics. Cambridge: CUP, pp. 1-68.

Houdebine, Anne-Marie. « Norme, imaginaire linguistique et phonologie du français contemporain. » Le français moderne 1 (1982) : 42-51.

Hugou, Vincent. 2013. Productivité et émergence du sens. L’exemple de la construction (all) X-ed out dans un corpus de blogs et de forums de discussion. Thèse de doctorat, non publiée, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle.

Rabatel, Alain. 2012. Positions, positionnements et postures de l’énonciateur. Travaux neuchâtelois de linguistique 56, pp. 23-42. <https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00769273/document>

Top of page

References

Electronic reference

Laure Gardelle, Sophie Herment and Henri Le Prieult, “Editorial”Anglophonia [Online], 32 | 2021, Online since 21 December 2021, connection on 05 July 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/3919; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.3919

Top of page

About the authors

Laure Gardelle

Université Grenoble Alpes

By this author

Sophie Herment

Université d’Aix-Marseille

By this author

Henri Le Prieult

Université Toulouse 2 Jean Jaurès

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search