Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia31Introduction

Full text

1Ce numéro d’Anglophonia propose de rendre compte de la contribution d’Antoine Culioli (1924-2018) à la linguistique anglaise, de l’actualité des travaux qui s’en inspirent et des perspectives envisagées. Au-delà d’un hommage, il s’agit de présenter des articles qui s’appuient sur un appareil théorique exigeant pour analyser la variation des formes et montrer toute la complexité liée à la recherche d’invariants langagiers. Les articles composant ce numéro ont pour objectif de tenter une formalisation du paramétrage du sens à travers une observation fine de corpus authentiques. Les auteurs ont tous été, chacun à leur façon, influencés par l’originalité de la démarche du linguiste A. Culioli. Dans sa postface des actes du colloque de Cerisy, C. Fuchs (2006 : 376) propose quelques pistes rendant compte de cette singularité :

Nul n’est prophète en son pays : l’originalité et la fécondité de la pensée d’A. Culioli est certainement loin d’avoir été pleinement comprise et reconnue par la communauté (?) des linguistes. Pourquoi ? Trop tôt, trop large, trop différent. Trop tôt : trop en avance, prophétisant ce que d’autres auront mis tant de temps à toucher peu à peu du doigt. Trop large : débordant les frontières du pré carré frileusement assigné à la linguistique par les tenants d’un « système » clos sur lui-même. Trop différent : remettant en question les certitudes, bousculant ce que certains tenaient pour acquis.

2Plus qu’une théorie, c’est avant tout une nouvelle attitude face aux faits de langues qu’A. Culioli a su transmettre. Il a introduit, dans la lignée des travaux de C. Bally et d’E. Benveniste, une approche novatrice qui intégrait « la subjectivité comme mécanisme objectivable et repère cardinal dans le fonctionnement du langage ; il s’agissait, plus largement, d’intégrer la plasticité du sens des unités (lexicales et grammaticales) dans une construction dynamique et multifactorielle du sens de l’énoncé en situation » (S. Robert 2018 : 12-13). Son approche s’oppose fondamentalement à toute forme de cloisonnement dans l’analyse, en particulier à la séparation syntaxe, sémantique et pragmatique. Au demeurant, Culioli et Benveniste refusaient « l’un comme l’autre une telle séparation entre un ordre syntactico-sémantique et un ordre de l’énonciativo-pragmatique. » (S. de Vogüé 2017 : 118). Comme le montrent les analyses menées dans ce numéro, cette nécessité de décloisonner est restée fondamentale chez les linguistes s’inspirant de la théorie d’A. Culioli : l’énoncé est toujours envisagé comme « le lieu d’une construction du sens selon un processus dynamique. La mise en énoncé produit alors un travail sur les unités. Les différentes mises en relation qui se produisent dans l’énonciation construisent un frayage contextuel qui contraint l’interprétation du sens des unités et fait rentrer l’unité dans l’architecturation générale du sens de l’énoncé ». (S. Robert 1997 : 30)

3Le cadre théorique élaboré par A. Culioli, connu sous le nom de Théorie des Opérations Énonciatives (TOE) ou Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives (TOPE ou TOPÉ), s’inscrit dans le champ plus large de la linguistique de l’énonciation héritée de E. Benveniste, qui elle-même a donné lieu à une pluralité d’approches complémentaires. Du reste, certains colloques internationaux tels que « La linguistique énonciative » à l’Université d’Aarhus au Danemark (2012) ou « Benveniste après un demi-siècle » à l’Université Paris-Est (2013), ont rassemblé des chercheurs travaillant dans divers cadres théoriques énonciativistes.

  • 1 Pour une présentation précise des principes de l’écriture formelle dans le modèle théorique d’Antoi (...)

4Le système de représentation de la TOE est souvent présenté comme ardu en raison de son abstraction qui tutoie les mathématiques et la logique formelle, et nécessite une certaine rigueur pour parvenir à en surmonter les difficultés conceptuelles1. En outre, les démonstrations d’A. Culioli reposaient sur des trajets sinueux. Ses séminaires combinaient rigueur et liberté, sérieux et légèreté, mêlant philosophie et logique (entre autres références culturelles et scientifiques), et procurant à Antoine Culioli, autant qu’à ceux qui l’écoutaient, de véritables « moments de jubilation intellectuelle » (A. Culioli & C. Normand 2005 : 8).

  • 2 D. Ducard (2016 : 114) rappelle que « (…) le linguiste n’est pas seul habilité à s’occuper du langa (...)
  • 3 Il a d’ailleurs co-animé le séminaire BCG (Bresson, Culioli, Grize) ; François Bresson était spécia (...)

5A. Culioli était convaincu de l’intérêt d’une formation pluridisciplinaire et d’une culture étendue2. Érudit de thèses philosophiques, il nourrissait sa pensée et ses avancées théoriques par le vif intérêt qu’il portait à d’autres champs disciplinaires comme la biologie, la physique, la psychologie ou la logique formelle3, mettant ainsi ses hypothèses à l’épreuve. Il aimait à rappeler que si l’esprit humain, par nature, cherche à se simplifier la vie, lui cherchait plutôt à se la compliquer. Aussi peut-on s’étonner du contraste entre cette grande ouverture d’esprit, qu’A. Culioli n’a eu de cesse de transmettre, et le reproche souvent adressé aux « culioliens » d’un certain esprit sectaire. Pourtant, les « culioliens » s’intéressent en réalité généralement à d’autres cadres théoriques et ne forment pas un groupe aussi homogène qu’on ne voudrait le penser, tant dans leurs parcours, leurs objets d’étude que dans leurs positionnements, comme en témoignent, pour ne citer qu’un exemple, les débats sur la grammaticalisation.

  • 4 D. Ducard dans La Mantia (2020 : 7) rappelle que Janine Bouscaren a aussi rendu possible la publica (...)

6C’est dans le domaine de l’enseignement de l’anglais que la pensée d’A. Culioli a été le plus abondamment diffusée et là « où son influence a été le plus ouvertement revendiquée » (A. Culioli 2002 : 12). Une équipe motivée d’enseignants-chercheurs de l’Institut d’Études Anglophones Charles V, réunie tout particulièrement autour de J. Bouscaren4, a largement contribué à diffuser la TOE en transmettant à plusieurs générations d’étudiants, parfois devenus enseignants voire chercheurs eux-mêmes, une réflexion aussi passionnée que passionnante sur le langage. On pense également au rôle fondamental joué par le DIREL (Département Interdisciplinaire de Recherche sur l'Enseignement des Langues) dans cette dynamique de formation, à laquelle Danielle Bailly et André Gauthier ont largement contribué. Plusieurs ouvrages clés, comme le fameux « Bouscaren & Chuquet » (Grammaire et textes anglais, guide pour l’analyse linguistique, 1987), Linguistique anglaise. Initiation à une grammaire de l’énonciation (1991) ou encore Pratique raisonnée de la langue. Initiation à une grammaire de l’énonciation pour l’étude et l’enseignement de l’anglais (1996), ont permis une vulgarisation de la TOE dans une démarche novatrice d’analyse de faits de langue.

7Néanmoins, il faut reconnaître que cette vaste diffusion a parfois donné lieu soit à des idées réductrices, trahissant ainsi la pensée et la démarche originelles, soit à des complexifications extrêmes des outils. Il n’en reste pas moins que la TOE a suscité de nombreuses discussions et réflexions, qui se sont souvent avérées indispensables à l’enseignement de la cohérence des systèmes linguistiques, même si l’objectif initial n’était peut-être pas tant le consensus que la démarche de théorisation elle-même.

8Les nombreux témoignages qui ont suivi le décès d’A. Culioli, notamment lors de l’hommage organisé à l’INALCO (2018), ont rappelé le rôle fondamental qu’il a joué dans le développement de la linguistique en France et même au-delà, comme en témoigne son titre de Docteur honoris causa décerné par les universités d’Athènes et de Lausanne. L’étendue de son parcours universitaire est telle qu’on en oublierait que les études anglophones sont à l’origine de sa carrière de chercheur. Agrégé d’anglais en 1948, il soutient deux thèses à la Sorbonne en 1960, l’une intitulée Contribution à l’étude du subjonctif et de la coordination en moyen-anglais et une autre complémentaire sur le poète et dramaturge John Dryden (1631-1700). Nommé dans la foulée Professeur à la Sorbonne, il attire un public nombreux, stimulant à la fois le questionnement en linguistique et la nécessité de réformer les institutions universitaires. Dès 1963, il met en place le célèbre séminaire de linguistique formelle à l’ENS de la rue d’Ulm, qu’il assure jusqu’en 2014.

9Il s’engage activement dans le mouvement de mai 1968 jusqu’à s’affranchir de la Sorbonne au début des années 1970. Il se lance alors dans la fondation de l’Université Paris 7, puis crée et dirige un département de civilisation anglophone qui deviendra l’Institut Charles V (1970-2012) puis l’UFR d’études anglophones. Se développe ainsi, dans les années 80, un réseau de linguistes anglicistes, séduits par une nouvelle approche du langage stimulante et convaincante. Parallèlement, il met en place la structuration des études universitaires de linguistique à Paris 7 et dans une large mesure à l’Université de Poitiers. En 1972, il fonde le Département de Recherches Linguistiques (DRL) sur le campus de Jussieu, où il a dirigé des recherches sur des langues diverses, encore étudiées dans ce cadre (chinois, japonais, grec, langues africaines et slaves, etc.). Sylvain Auroux (2018) rappelle qu’il a également été à l’origine, en 1984, du Laboratoire d’Histoire des Théories Linguistiques (toujours à l’Université Paris 7), et ajoute :

Antoine Culioli a eu des centaines de disciples dans le monde entier qui ont développé ses conceptions. Celles-ci se retrouvent dans la structuration qu’il avait voulue pour le DRL, où il avait rassemblé théoriciens de toutes obédiences, spécialistes de quantité de langues (notamment non-indo-européennes), mathématiciens, informaticiens, historiens des sciences du langage. (Sylvain Auroux, 2018 : 6)

  • 5 J.-J. Franckel & S. Fischer (1983 : 5) rappellent qu’E. Benveniste, avant A. Culioli, avait déjà op (...)

10C’est dans ce contexte qu’A. Culioli a développé un programme de recherche ambitieux sur l’analyse du fonctionnement des langues aboutissant à la TOE : l’énonciation y est envisagée comme un processus que le linguiste cherche à restituer à partir des marqueurs présents dans les énoncés. Cette conception implique une recherche des règles de bonne formation des énoncés en examinant l’interaction entre la syntaxe et les conditions énonciatives de leur production. En effet, sa double formation en philologie (spécialisée dans les langues germaniques) et en linguistique structuraliste n’a pas empêché A. Culioli de se sentir à l’étroit dans les classifications traditionnelles5. Aussi a-t-il souhaité « casser le cadre » en construisant une métalangue apte à formaliser des phénomènes, même si, ne l’oublions pas, G. Guillaume avait déjà largement initié la démarche d’ouverture à une nouvelle linguistique.

11L’un des postulats majeurs de la TOE est que les principes organisant la bonne formation énonciative sont distincts des règles de la bonne formation phrastique. Le travail du linguiste porte donc sur les conditions qui rendent un énoncé interprétable, sachant que celui-ci n’est jamais réduit à un système simplifié mettant en relation un émetteur et un récepteur :

[L]e fait qu’il puisse y avoir une activité de communication suppos[e] au contraire qu’il y ait ajustement, qu’il y ait cette boucle vertigineuse, à savoir la production par un sujet d’un agencement textuel tel que ce dernier soit reconnu par un autre sujet comme ayant été produit afin d’être perçu comme interprétable et, en fin de parcours, interprété d’une manière ou d’une autre. (A. Culioli 1990a : 11)

  • 6 Exemple extrait de la vidéo Culioli 1994_Les Amphis de la 5e - YouTube.
  • 7 Nous renvoyons à L. Dufaye (2009 :40-45) pour une réflexion approfondie sur le statut de Qnt/Qlt da (...)

12A. Culioli aimait à rappeler la bonne formation des énoncés du type « Moi, le poisson surgelé, bof ! », doté du siège d’un affect, d’un objet et « bof » jouant le rôle de relation entre les deux6. Ainsi il refusait d’« accepter cette mutilation quasi-permanente (et non théorisée) des observables réduits à des lambeaux isolés, sans contexte, ni situation, ni prosodie. » (A. Culioli & C. Normand 2005 : 287). Il a d’ailleurs proposé une définition innovante de la situation d’énonciation munie des coordonnées subjective et spatio-temporelle S0 et T0 et de leurs dérivées. À ce titre, il n’est pas étonnant que les articles de ce recueil se fondent tous sur des énoncés authentiques et intègrent un examen minutieux des coordonnées indispensables au paramétrage du sens. L’étude de Pauline Serpault sur must et have to, par exemple, propose une distinction fine entre les configurations des différentes instances subjectives. Henry Wyld reprend et développe le concept de prise en charge énonciative tel qu’il a été élaboré par J. Guillemin-Flescher dans la représentation de la perception : il pose des combinaisons de repérages complexes entre l’origine subjective et ses dérivées. La notion de repérage est également explorée dans l’article d’Eric Gilbert portant sur l’emploi de quatre verbes de perception en infinitive et en participiale, notamment à travers le concept d’altérité qui met en jeu une interaction entre les composantes Qnt et Qlt. On retrouve l’emploi de « Quantification » et « Qualification » dans la plupart des études dites culioliennes. Souvent perçues par ses détracteurs comme une facilité employée à tout-va, ces opérations permettent, selon nous, une analyse pertinente de la complexité des phénomènes trans-catégoriels, à condition d’être bien maîtrisées7. Reprenons les définitions formulées par H. Chuquet & S. Hanote (2018 :100) :

Les concepts de « Quantification » et « Qualification » permettent de rendre compte de deux grands types d’opérations de détermination intervenant dans la construction des valeurs référentielles d’un énoncé : les opérations d’ordre quantitatif (Qnt) posent l’existence d’occurrences dans le temps par rapport à des repères spatio-temporels (notés T) ; les opérations d’ordre qualitatif (Qlt) renvoient aux propriétés construites, à la qualification des occurrences par une origine subjective (notée S).

Ces dimensions Qnt et Qlt sont également reprises par Bénédicte Guillaume de manière opératoire dans l’examen des types de parcours à l’œuvre dans les différentes catégories de questions rhétoriques.

13En outre, la théorisation des repérages implique une définition topologique du domaine notionnel structuré en Intérieur, Extérieur et Frontière. L’article de Lionel Dufaye et Lucie Gournay illustre de façon particulièrement convaincante la façon dont ces concepts servent à rendre compte de l’apparition des adverbes totally et so en contexte. D’autre part, la prise en compte d’un hiatus entre les instances subjectives conduit Catherine Filippi à mobiliser les concepts d’ajustement et de régulation à travers l’expression de l’étonnement. L’étude de Lise Hamelin, quant à elle, démontre la pertinence du recours aux opérations d’identification et de différentiation pour rendre compte des phénomènes linguistiques en jeu dans l’emploi causal des syntagmes prépositionnels en in, through et with renvoyant à l’expression d’une émotion.

  • 8 Voir, entre autres, J.-J. Franckel (2014), R. Camus, G. Mélis & S. de Vogüé (2014) et les quatre pr (...)

14C’est dans les années 90 que s’est précisée une réflexion plus vaste sur « l’invariance comme théorie de la variation » (J.-J. Franckel & D. Paillard 1998), notamment à travers la recherche de formes schématiques (aussi appelées « schèmes opératoires ») aptes à rendre compte de la diversité des emplois des marqueurs à l’étude8. Cette recherche de pôles d’invariance répond à la question fondamentale de la polysémie, au-delà du seul plan lexical : c’est la problématique de l’identité linguistique, au sens large, qui a progressivement pris une place centrale dans la TOE. La question n’a rien en soi d’original. Si elle est posée dans d’autres cadres théoriques, la spécificité de la réponse proposée par l’approche culiolienne réside dans la façon de prendre en compte l’interaction entre l’unité linguistique et le co-texte. Le sens du mot ne dépend pas seulement du contexte : le co-texte, et donc la variation discursive, va aussi influer sur l’identité de l’unité en jeu. Aussi, contrairement à ce que postulent les théories cognitives, le sens n’est pas préétabli :

  • 9 Voir L. Dufaye (2009), chapitre 1, pour une comparaison entre la TOE et les courants générativiste (...)

(…) le langage ne saurait trouver ses raisons dans quelque substrat sémantico-cognitif autonome qu’il se contenterait d’exprimer, mais […] il est lui-même activité de construction de sens et de connaissance. C’est le sens construit par les énoncés qui nous importe, notre analyse part des formes linguistiques et des formes seules, pour considérer que le sens qui s’y construit est un sens non pas préétabli, mais au contraire inconnu et à découvrir, dont il s’agit de dégager la spécificité. » (J.-J. Franckel 2014 : 206)9

15La banalisation de la définition de la linguistique de A. Culioli (1990 :14), « l’étude du langage appréhendé à travers la diversité des langues naturelles (et à travers la diversité des textes, oraux ou écrits) », fait parfois perdre de vue l’extrême complexité du programme qu’elle recouvre, bien au-delà de la simplicité apparente de la formule. Le langage, en tant que propriété universelle, est avant tout étudié comme une activité à laquelle les langues nous donnent accès. A. Culioli qualifiait d’ailleurs cette diversité des langues de « terrifiante ». À cet égard, la pensée de Culioli nous apparaît comme redoutablement moderne et par là même incontestablement légitime dans la recherche actuelle.

16Le recours aux corpus électroniques constitue aujourd’hui un apport précieux dans cette recherche de la variation comme constitutive de l’invariant : ils permettent de dégager des phénomènes récurrents, mais aussi des singularités, pour les intégrer à l’élaboration des formes schématiques. L’utilisation des outils numériques ne devrait pas être mise en compétition avec la collecte manuelle d’observables : les deux méthodes de constitution de corpus ne sont pas mutuellement exclusives mais plutôt complémentaires, dans la mesure où il s’agit d’obtenir un échantillon représentatif de phénomènes intra ou inter-linguistiques. L’essentiel demeure que l’échantillon soit représentatif et fournisse une contextualisation suffisamment large pour reconstituer les faisceaux d’opérations en jeu. Car aujourd’hui encore, les travaux qui se développent dans le cadre de la TOE s’inscrivent dans la double problématique énoncée par A. Culioli : d’une part, comment articuler langues et fonctionnement du langage à partir de comparaisons inter-langues ou de linguistique appliquée à l’enseignement ? et, d’autre part, comment élaborer une théorie des observables de sorte que les données puissent être mises en contraste au moyen d’outils transférables ?

17Aussi les outils métalinguistiques de la TOPE continuent-ils d’évoluer : si certains concepts comme relation primitive, lexis, domaine notionnel, coordonnées énonciatives constituent une base solide de la théorie, d’autres font l’objet de débats, comme par exemple parcours, ajustement, centre organisateur, centre attracteur ou altérité (notionnelle et énonciative). Ces questions ont donné lieu à divers colloques et recueils : La notion (1997), La subordination en anglais, une approche énonciative (2003) ; L’altérité dans les théories de l’énonciation (2010) ; L’ajustement (2012), ou encore Épilinguistique, métalinguistique - Discussions théoriques et applications didactiques (2021).

  • 10 Pour le rapport entre A. Culioli et les textes littéraires, voir en particulier C. Copy & S. Bédour (...)
  • 11 « La notion de geste mental repose sur l’hypothèse fondatrice que l’activité de langage est le pro (...)

18Plus largement, de nombreux spécialistes de langues diverses prolongent ces perspectives énonciatives. En 2014, F. La Mantia a traduit en italien plusieurs textes fondateurs d’A. Culioli, et publié en 2020 l’ouvrage Pour se faire langage, Lexique élémentaire de la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives d’Antoine Culioli. En 2018 paraît L’épilinguistique sous le voile littéraire, Antoine Culioli et la TO(P)E, recueil pluridisciplinaire consacré à l’apport de la TOE dans l’étude des textes littéraires10. En 2019, L’Information grammaticale est dédiée à L’actualité de la théorie d’Antoine Culioli, et un colloque international consacré à la TOPE est organisé à l’Université de Tours, en juin 2022, ouvrant sur la comparaison avec d’autres approches théoriques. La dimension contrastive de la TOE sera abordée lors du colloque de linguistique contrastive, en l’honneur de J. Guillemin-Flescher, à l’UPEC (en collaboration avec l’Université Paris Nanterre), en juin prochain. Par ailleurs, des « culioliens » comme J.-J. Franckel, S. de Vogüé ou D. Ducard, pour ne citer qu’eux, sont des moteurs de réflexion actifs sur l’évolution des concepts, en ce qu’ils cherchent à développer l’articulation entre forme schématique et domaine notionnel, à travers, par exemple, les concepts de « plans de variation », de « scénario » ou qu’ils développent les recherches de A. Culioli sur les « gestes mentaux »11.

19Le présent numéro s’inscrit dans cette actualité, et témoigne d’un système non exhaustif, ouvert, et toujours en construction mais aussi d’une capacité remarquablement stimulante à interroger le langage :

Eh bien oui, c’est bien ça : c’est une pratique qui s’empare de vous ! Et quand vous commencerez, vous serez tellement fasciné(e) par ce que vous découvrirez, que, bientôt, vous ne pourrez plus vous arrêter. (A. Culioli 2002 : 233-234)

20Observer les données, s’en étonner, puis les manipuler, et finalement « se donner des modes de raisonnement » (A. Culioli, 1992 : 15), telle est la démarche que nous avons évoquée. Dans le premier article de ce numéro, « l’étonnement linguistique chez Antoine Culioli », Catherine Filippi (Université de Rouen) s’attache à faire état du lien entre « étonnement philosophique » et « étonnement linguistique », rappelant avec force les lectures philosophiques dont A. Culioli était lui-même nourri. L’auteur retrace l’emploi philosophique de « l’étonnement » en rapport avec « l’admiration », pour montrer en quoi l’étonnement philosophique naît de la surprise devant l’inconnu et participe à la satisfaction de l’esprit devant la résolution d’un problème. C’est à cet égard que l’approche épistémologique de l’étonnement semble caractériser le programme de recherche d’A. Culioli, qui soulignait l’importance de trouver le phénomène langagier « qui vous frappe ». A partir d’extraits tirés du roman de Jane Austen Emma (1816), C. Filippi propose dans un second temps une application de la pratique de l’étonnement linguistique : elle examine les caractéristiques du langage de l’étonnement sur les plans lexicaux et syntaxiques en insistant sur les constructions exclamatives et interrogatives. L’auteur montre que les outils de la TOPE permettent de mettre en évidence la discontinuité comme propriété invariante de ces constructions, discontinuité qui se déploie sur le plan notionnel, téléonomique, situationnel ou intersubjectif.

21On retrouve ce travail sur l’intersubjectivité dans l’article de Bénédicte Guillaume (Université de Toulon) « Les interrogatives dites rhétoriques au prisme de la théorie d’Antoine Culioli ». Après avoir montré que les interrogatives rhétoriques formaient une catégorie relativement hétérogène, l’auteur se fonde sur les outils de la TOPE pour identifier les critères permettant de dégager trois catégories définies par des critères de pré-sélection de l’issue du parcours relevant du jeu sur l’Intérieur et l’Extérieur du domaine notionnel. Cet article démontre l’intérêt de ces outils pour appréhender les problématiques de classification : éviter de cloisonner en identifiant des points de contact avec d’autres catégories, comme les exclamatives, les interrogatives biaisées ou les interrogatives équi-pondérées (vraies questions appelant une réponse). Retenant l’idée que les marqueurs interrogatifs déclenchent un parcours, l’auteur développe notamment le concept de sortie de parcours dans le cas particulier des interrogatives rhétoriques : la présélection par l’énonciateur d’une valeur (permettant de sortir du parcours) implique un recours fictif au co-énonciateur, dont l’éventuelle participation se trouve par là même neutralisée. L’étude permet ainsi de mettre au jour les enjeux pragmatiques et argumentatifs de ces questions.

22Lucie Gournay (Université Paris-Est Créteil) et Lionel Dufaye (Université Gustave Eiffel) analysent l’apparition des marqueurs so et totally dans des emplois en contexte dits non gradables, apparus dans les années 1970. Ils introduisent une comparaison avec very, afin de proposer une modélisation différenciée de chacun de ces trois marqueurs. Postulant un jeu de propriétés sémantiques partagées et différentielles, et procédant à des commutations entre les adverbes à l’étude, ces auteurs montrent que leurs contraintes et conditions d’apparition dépendent à la fois d’un certain type de propriétés gradables et de la dimension métaénonciative qu’ils sont susceptibles de véhiculer. Ainsi mettent-ils au jour les raisons pour lesquelles so et totally ne sont pas interchangeables. L’élucidation fine du type de gradient d’une part et de l’évaluation métaénonciative d’autre part leur permet finalement d’expliquer en quoi la combinaison de ces deux marqueurs, so totally, est rendue possible.

23Eric Gilbert (Université de Caen) examine un emploi particulier des verbes de perception look, see, listen et hear : leur apparition au sein d’infinitives du type To look at her you’d think she was an angel. Se fondant sur des exemples authentiques et sur l’examen minutieux de leur contexte d’apparition, il montre comment ces verbes de perception dans ce type d’infinitives entraînent l’attribution d’une propriété à l’objet perçu, qui s’oppose à ses propriétés réelles et instaure ainsi une altérité qualitative. Néanmoins, si avec look, l’objet perçu constitue le repère de l’opération, c’est le sujet percevant qui sert de repère avec see. L’auteur compare ensuite ces constructions aux participiales du type Looking at him, one would never know he had been so ill, qui, quant à elles, ne véhiculent pas systématiquement une valeur contrefactuelle. L’auteur examine les paramètres qui déclenchent la construction d’une bifurcation, et par là même l’idée de contrefactualité. La dernière partie est consacrée à l’examen de l’apparition des verbes de perception auditive (hear et listen) en infinitives et en participiales. Il démontre que, malgré des constructions apparentées, les effets de sens induits relèvent de combinaisons d’opérations différentes.

24Henry Wyld (CY Cergy Paris Université) se propose également d’explorer les modes d’expression de la perception, en examinant plus particulièrement le degré de subjectivisation du mode de donation du percept. Il distingue le domaine de la perception prédiquée de celui de la perception représentée. Alors que la première relève d’une configuration syntaxique spécifique, la deuxième met en jeu des repérages énonciatifs supplémentaires, que l’auteur examine minutieusement. Henry Wyld propose notamment une modélisation des repérages aspectuo-temporels et subjectifs, avant une étude de la subjectivisation liée à l’inversion locative. Il apparaît que dans le cas de la perception prédiquée, la prise en charge perceptuelle est le fait d’une origine de perception syntaxiquement interne à l’énoncé, alors que dans le cas de la perception représentée, cette prise en charge relève d’une instance radicalement décrochée de l’énonciateur-narrateur qui peut néanmoins, à un niveau secondaire, être ré-identifiée à ce dernier ou entrer dans une relation d’identification avec un sujet du contexte.

25Lise Hamelin (CY Cergy Paris Université) propose une analyse de l’apparition des prépositions in, with et through lorsqu’elles précèdent un terme compact renvoyant à une émotion dans l’expression linguistique de la cause. Se fondant sur les concepts d’occurrence de notion et de repérage, tels qu’ils ont été définis par Antoine Culioli, elle se livre à une comparaison extrêmement fine de syntagmes comme in surprise, with surprise et through surprise. L’auteur montre les similitudes d’emploi de ces trois marqueurs en emploi causal avant d’examiner les opérations en jeu responsables de leur non-équivalence. Il apparaît que through est à la fois la trace des opérations de différenciation et d’identification alors que in marque l’identification des occurrences en question et que with prend pour repère la relation prédicative validée. Son étude constitue une démonstration aussi rigoureuse qu’approfondie de l’efficacité des outils de la TOPE pour rendre compte des phénomènes linguistiques en jeu : il s’agit de dégager des différences énonciatives et discursives en s’appuyant sur un nombre d’outils limité mais opératoires.

26L’article de Pauline Serpault (Université de Poitiers) est consacré à l’étude du fonctionnement de have to en anglais contemporain. L’auteur propose de dégager des opérations invariantes qui permettent de rendre compte des variations observées dans les énoncés authentiques de son corpus. Pour ce faire, Pauline Serpault part des opérations dont le verbe have et la particule to sont les traces dans le but de proposer une représentation qui ne soit pas une addition mais le résultat de cette association de ces marqueurs. Elle dégage les opérations dont have to est la trace, et montre en quoi ces dernières le distinguent de l’auxiliaire modal must. Il ressort que le type de repérage et l’opération de prise en charge sont à même de rendre compte du fonctionnement spécifique de chacun de ces marqueurs. L’étude de Pauline Serpault démontre ainsi qu’avec have to la valeur positive de la relation prédicative est présentée comme seule validable et envisageable tout en étant repérée par rapport à S2 (sujet de « l’événement ») alors qu’elle est repérée relativement à Sit0 dans le cas de must.

27L’article de Ariel Laurencio Tacoronte (Université Sassari) permet de clore ce numéro en ouvrant vers d’autres théories que la TOE, tout en insistant sur la nécessité de construire un système de représentation formel, au-delà de la « simple » mais non moins nécessaire description des langues. L’article s’attache à montrer en quoi les fondements de la formalisation de la théorie culiolienne ont influencé la construction de la grammaire métaopérationelle de l’anglais d’H. Adamczewski. L’auteur compare les deux modèles à partir desquels il propose son propre système de représentations référentielles, illustré par des analyses pragmatiques et discursives. Partant d’un corpus oral retranscrit constitué d’œuvres cinématographiques et télévisuelles, il explore le fonctionnement de be + ing dans une approche adamszewskienne en examinant tout particulièrement sa valeur rétrospective de compatibilité avec événements révolus, que l’on retrouve avec son « équivalent » français en train de. Cet article permet de poser la problématique de la mixité des modèles théoriques et de l’évolution des concepts à partir des observables dans une approche intra ou inter-linguistique.

  • 12 A. Culioli 1994 (vidéo): il s’agit de notre transcription.

28Laissons le mot de la fin à A. Culioli12, avec une transcription oralisante qui permettra d’entendre, dans tous les sens du terme, quelques formules dont il avait le secret :

On peut espérer que dans toute cette démarche, on restera soi-même c’est-à-dire qu’on conservera ses qualités d’ouverture, d’adaptabilité, […] que l’on conservera cette position de modestie qui consiste à s’efforcer d’être soi-même mais surtout ne pas croire qu’on est quelqu’un parce qu’on a tout simplement essayé d’être soi-même. […]
Ce qu’on peut espérer aussi, c’est qu’on ne sera pas dénaturé. Dénaturer, ça voudrait dire devenir le disciple d’un maître que l’on suivrait à la trace en le respectant d’une manière qui le détruirait, de ce point de vue-là, c’est-à-dire devenir là encore pratiquement effacé dans la mesure où les concepts que l’on aura introduits au bout d’un certain temps seront sans histoire. Et en même temps être un élément dans une histoire scientifique qui est toujours en train de se construire.

Top of page

Bibliography

Auroux, Sylvain. « Hommage à Antoine Culioli (1924-2018) ». Histoire Épistémologie Langage, 40, 1 (2018) : 3-6. DOI : 10.1051/hel/e2018800102

Bédouret-Larraburu, S. et Copy, C. (dir.). L’épilinguistique sous le voile littéraire : Antoine Culioli et la TO(P)E. Pau : Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Collection « Linguiste et littérature III », 2018.

Bouscaren, Janine et Chuquet, Jean (avec la collaboration de Laurent Danon-Boileau). Grammaire et textes anglais, guide pour l’analyse linguistique. Gap : Ophrys, 1987 [1990] [2002] [2007].

Bouscaren, Janine. Linguistique anglaise, Initiation à une grammaire de l’énonciation, Gap : Ophrys, [1991] 1993.

Bouscaren, Janine, Moulin, Michel et Odin, Henri, Pratique raisonnée de la langue. Initiation à une grammaire de l’énonciation pour l’étude et l’enseignement de l’anglais, Gap : Ophrys, [1996] 1998.

Camus, Rémi, de Vogüé, Sarah et Mélis, Gérard. « Introduction » Linx 70-71 (2014) : 7-14.

Celle, Agnès et Gresset, Stéphane (dir.). La subordination en anglais : une approche énonciative. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 2003.

Chuquet, Hélène & Hanote, Sylvie. « Quelques concepts de la Théorie des Opérations Prédicatives et Enonciatives à l’épreuve des textes littéraires ». L’épilinguistique sous le voile littéraire : Antoine Culioli et la TO(P)E, Bédouret-Larraburu, S. et Copy, C. (dir.). Pau : Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Collection « Linguiste et littérature III », 2018.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, Opérations et représentations, T1, Collection HDL, Gap : Ophrys, 1990.

Culioli, Antoine. « Ouverture ». La Théorie d’Antoine Culioli. Ouvertures et incidences. Actes de la table ronde « Opérations de repérage et domaines notionnels » de l’URA 2028, Université Paris 7, mai - juin 1991, Gap : Ophrys, 1992.

Culioli, Antoine. Vidéo « Les Amphis de la 5 » : Culioli 1994_Les Amphis de la 5e - YouTube, Lionel Dufaye, 1994.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation : Formalisation et opérations de repérage, T2, Collection HDL, Gap : Ophrys, 1999a.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, Le domaine notionnel, T3, Collection HDL, Gap : Ophrys, 1999b.

Culioli, Antoine. Variations sur la linguistique - Entretiens avec Frédéric Fau, Paris : Klincksieck, 2002.

Culioli, Antoine. & Normand, Claudine. Onze rencontres sur le langage et les langues, Collection HDL, Gap : Ophrys, 2005.

Culioli, Antoine. L’arco e la freccia : scritti scelti, F. La Mantia (trad.), Bologna : Il Mulino, 2014.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Tours et détours. T. 4. Limoges : Lambert-Lucas, 2018.

De Vogüé, Sarah. « Culioli après Benveniste : énonciation, langage, intégration », Lynx 26, Paris X Nanterre, 1992.

De Vogüé, Sarah. « Quand la syntaxe est embarquée dans la construction discursive : l’énoncé chez Benveniste et chez Culioli ». Langages 205 (2017) : 117-132.

Ducard, Dominique. « Le graphe du geste mental dans la théorie énonciative d’A. Culioli ». Cahiers parisiens - Parisian Notebooks, The University of Chicago Center in Paris, Volume 5, 2009 : 555-576. halshs-01146448

Ducard, Dominique. « La formalisation dans la théorie des opérations énonciatives : formes, formules, schémas ». Ecriture(s) et représentations du langage et des langues, 9 (2016) : 113-122.

Dufaye, Lionel. « Le système des auxiliaires de modalité et la négation ». Cahiers de Recherche en Grammaire Anglaise. T. 8. Gap : Ophrys, 2001 : 103-143.

Dufaye, Lionel. Théorie des Opérations Enonciatives et Modélisation, Collection « L’Homme dans la langue ». Paris : Ophrys, 2009.

Dufaye, Lionel et Gournay, Lucie (dir). L’altérité dans les théories de l’énonciation, Paris / Gap : Ophrys. Collection « Langues, langage et textes », 2010.

Dufaye, Lionel et Gournay, Lucie (dir). Benveniste après un demi-siècle, Regards sur l’énonciation aujourd’hui. Paris / Gap : Ophrys, 2013.

Dufaye, Lionel et Gournay, Lucie (dir.). Epilinguistique, métalinguistique - Discussions théoriques et application didactiques. Limoges : Lambert-Lucas, 2021.

Filippi-Deswelle, Catherine (dir.). L’ajustement dans la TOE d’Antoine Culioli. Epilogos 3, Rouen : Publications Électroniques de l’ERIAC, 2012. http://eriac.univ-rouen.fr/category/publications/publications-electroniques/epilogos/l-ajustement-dans-la-toe-d-antoine-culioli/

Fischer, Sophie et Franckel, Jean-Jacques (ed.). Linguistique, énonciation. Aspects et détermination, Paris : Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, 1983.

Franckel Jean-Jacques et Paillard, Denis. « Aspects de la théorie d'Antoine Culioli. » Langages 129 (1998) : 52-63.

Franckel Jean-Jacques. « Prolifération et reformulation comme traces de l’activité énonciative à travers l’agencement des formes », Linx 70-71 (2014) : 197-207. DOI : https://doi.org/10.4000/linx.1579

Fuchs, Catherine. « Postface » in Antoine Culioli, Un homme dans le langage, Dominique Ducard et Claudine Normand (dir). Collection « L’Homme dans la langue ». Paris : Ophrys, 2006.

Groussier, Marie-Line et Rivière, Claude (dir.). La Notion, Collection HDL, Gap : Ophrys, 1997.

Guillemin-Flescher Jacqueline. « De la qualité à la qualité », in La Notion, Groussier, Marie-Line et Rivière, Claude (dir.). Gap : Ophrys, 1997 : 146-155.

INALCO, Antoine Culioli (1924-2018). « Une vie dans le langage à la rencontre de la diversité des langues et des textes », 23 mars 2018.

La Mantia, Francesco. Pour se faire langage, Lexique élémentaire de la Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives d'Antoine Culioli. Louvain-la-Neuve : Academia-L’Harmattan, 2020.

Merete, Birkelund et Nølke, Henning (dir.). La linguistique énonciative : Actes du colloque international d'Aarhus (27-28 mai 2011). Aarhus : Publizon, 2012.

Robert, Stéphane. « Variation des représentations linguistiques : des unités à l’énoncé ». in Diversité des langues et représentations cognitives. Fuchs C. et Robert S. (dir.). Gap : Ophrys, Collection HDL, 1997 : 25-39.

Robert, Stéphane. Hommage diffusé dans Antoine Culioli (1924-2018). « Une vie dans le langage à la rencontre de la diversité des langues et des textes », 23 mars 2018, INALCO.

Top of page

Notes

1 Pour une présentation précise des principes de l’écriture formelle dans le modèle théorique d’Antoine Culioli, voir par exemple D. Ducard (2016).

2 D. Ducard (2016 : 114) rappelle que « (…) le linguiste n’est pas seul habilité à s’occuper du langage ainsi compris et il doit s’intéresser à des études connexes à son domaine de recherche. A. Culioli a ainsi nourri sa réflexion de lectures diverses, animé d’un dialogue permanent – extérieur et intérieur – avec les sciences de la cognition, la mathématique et la logique, l’anthropologie et l’ethnologie, la psychologie et la psychanalyse, la philosophie, la littérature aussi, sans compter son intérêt pour les techniques et l’artisanat, représentatifs de cet état concret-abstrait qui préfigure, selon Bachelard (…), l’abstraction de la pensée scientifique et de la formalisation ».

3 Il a d’ailleurs co-animé le séminaire BCG (Bresson, Culioli, Grize) ; François Bresson était spécialiste de psycholinguistique et Jean-Blaise Grize, logicien.

4 D. Ducard dans La Mantia (2020 : 7) rappelle que Janine Bouscaren a aussi rendu possible la publication des trois premiers tomes de Pour une linguistique de l’énonciation, réunissant les travaux d’A. Culioli. Le tome 4 a été publié en 2018, à titre posthume, dans une édition préparée par R. Camus.

5 J.-J. Franckel & S. Fischer (1983 : 5) rappellent qu’E. Benveniste, avant A. Culioli, avait déjà opéré « ce passage d’une linguistique mécaniste de la nomenclature morphologique et grammaticale établissant les conditions d’emplois des formes à l’analyse des conditions d’emploi de la langue envisagée comme activité signifiante ».

6 Exemple extrait de la vidéo Culioli 1994_Les Amphis de la 5e - YouTube.

7 Nous renvoyons à L. Dufaye (2009 :40-45) pour une réflexion approfondie sur le statut de Qnt/Qlt dans la TOE. Par ailleurs, notons que J. Guillemin-Flescher (1997) a retravaillé le concept de Qlt en introduisant une distinction entre QLT1, QLT2 (et même QLT3 par la suite). L. Dufaye (2001 : 105-107) a également affiné les propriétés relevant de Qnt et Qlt.

8 Voir, entre autres, J.-J. Franckel (2014), R. Camus, G. Mélis & S. de Vogüé (2014) et les quatre principes de définition du concept de forme schématique exposés dans L. Dufaye 2009 : 138.

9 Voir L. Dufaye (2009), chapitre 1, pour une comparaison entre la TOE et les courants générativiste et cognitiviste.

10 Pour le rapport entre A. Culioli et les textes littéraires, voir en particulier C. Copy & S. Bédouret-Larraburu (2018) et H. Chuquet & S. Hanote (2018).

11 « La notion de geste mental repose sur l’hypothèse fondatrice que l’activité de langage est le produit d’une activité symbolique par gestes, selon un processus de transmutation d’une sensori-motricité intériorisée en représentations mentales et dont les termes linguistiques sont des traces verbales. A. Culioli se réfère, pour qualifier ce lieu intermédiaire de passage du corporel au symbolique, au réceptacle qu’est la khōra chez Platon (Timée) – un vide en attende de –, et qui désigne ce qui se situe entre le sensible et l’intelligible ». (D. Ducard, 2009 : 5). Voir aussi l’article de A. Culioli qui rappelle l’activité sensorimotrice du langage, « Gestes mentaux et réseaux symboliques : à la recherche des traces enfouies dans l’entrelacs du langage » [2011] (2018 : 61-89).

12 A. Culioli 1994 (vidéo): il s’agit de notre transcription.

Top of page

References

Electronic reference

Valérie Bourdier and Françoise Doro-Mégy, “Introduction”Anglophonia [Online], 31 | 2021, Online since 13 October 2021, connection on 11 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/4215; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.4215

Top of page

About the authors

Valérie Bourdier

Université Paris-Est Créteil

By this author

Françoise Doro-Mégy

Université Paris-Est Créteil

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search