Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia31Les interrogatives dites rhétoriq...

Les interrogatives dites rhétoriques au prisme de la théorie d’Antoine Culioli

Bénédicte Guillaume

Abstracts

This paper focuses on the so-called rhetorical interrogatives in English, in order to show how the tools of Antoine Culioli’s Theory of Enunciative and Predicative Operations (TEPO) can help to improve their description and characterisation. First, I discuss some definitions and criteria traditionally highlighted to identify rhetorical interrogatives, which are syntactically ambiguous with standard interrogatives, and also examine the way in which A. Culioli defines the interrogative modality as well as the operation of scanning, which are closely intertwined with each other. A typology of the rhetorical interrogatives in English, comprising three main categories, is then put forward. The common, factor between these categories is the fact that the scanning operation normally triggered by the recourse to a subject / auxiliary (or subject / verb) inversion, or the presence of a WH- marker, is prevented insofar as the speaker has already selected an answer.
My typology is thus based on three distinct ways of providing an outlet for the scanning operation brought about by the recourse to interrogative markers, which account for the differences between each of the categories postulated. These various outcomes are pre-constructed by the speaker, so that the addressee should not voice their opinion, despite their apparent inclusion by means of the interrogative form. I also examine some examples in which such a strategy is ultimately undermined by the addressee, who feels free to express their opinion, despite the attempt by the speaker to suppress their point of view. This study is based on a personal corpus of unsolicited attested examples of British or American English, taken from novels or from recent films and series.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Ainsi, nous conservons cette appellation traditionnelle car elle a l’avantage d’être bien connue, m (...)

1 Dans le présent article, nous nous intéressons aux interrogatives dites rhétoriques en anglais, afin notamment de montrer en quoi les outils de la Théorie des Opérations Prédicatives et Enonciatives (ci-après TOPE) d’Antoine Culioli peuvent contribuer à en améliorer la description et la caractérisation. En effet, l’appellation de « question » ou « interrogation » rhétorique est souvent utilisée de manière assez large, tandis que le but de l’utilisation d’une telle tournure n’est pas toujours très clair, comme en témoigne l’emploi de l’appellation « rhétorique », qui rattache de manière vague cette catégorie d’interrogatives à l’art de bien parler, et en fait une technique oratoire aux contours quelque peu flous1.

  • 2 Les caractéristiques intonatives devraient également en toute rigueur figurer en bonne place dans l (...)
  • 3 « D’une manière générale, les annotations qui relèvent de la morphosyntaxe et de la syntaxe sont au (...)

2 Nous souhaitons montrer qu’une approche linguistique de ce phénomène est possible, à condition d’en affiner la définition, et de décrire les caractéristiques syntaxiques et énonciatives2 de plusieurs sous-catégories distinctes. Nous appuyons notre démonstration sur une série d’exemples authentiques et non sollicités, extraits de romans contemporains mais aussi de films et séries récents, britanniques ou américains. Ce corpus personnel est, selon les normes actuelles, d’une taille modeste (une centaine d’exemples environ), mais notre but est avant tout une description qualitative, et non quantitative, de ce phénomène. Ainsi, nous souhaitons mettre au jour un invariant ainsi que les caractéristiques des différentes catégories de questions rhétoriques. De surcroît, il reste hasardeux à l’heure actuelle de rechercher de tels exemples de manière automatique dans les corpus électroniques géants, dans la mesure où leur syntaxe ne se différencie pas des interrogatives classiques3, rendant donc nécessaire l’intervention du linguiste pour leur repérage et leur identification au cas par cas.

1. L’interrogation rhétorique, problèmes de définitions et de frontières

1. 1. Interrogation ou question ?

  • 4 Voir par exemple le compte-rendu qu’en font Vincent-Durroux et Gardelle (2019 : 2-3).

3 Il importe tout d’abord de revenir sur la différence terminologique entre interrogation et question. Sans entrer dans tous les détails de ce débat particulièrement riche4, rappelons que, en dépit de quelques divergences à la marge entre les différents auteurs et courants, il est communément accepté d’associer le terme « interrogation » (et ses dérivés : « interrogatives », etc.) à une forme grammaticale (Huddleston 1994 : 411) ou une structure langagière (Vincent-Durroux et Gardelle 2019 : 17 ; Dayal 2016 : 1). On se situe donc au niveau formel. Les caractéristiques formelles ainsi associées aux interrogatives varient selon les langues et ne sont pas systématiquement présentes, mais on peut citer concernant l’anglais : l’inversion entre le sujet et l’auxiliaire (plus rarement, entre le sujet et le verbe), la présence d’un point d’interrogation et / ou de pronoms en WH-, ainsi qu’un certain type d’intonation.

  • 5 Une telle définition pose le problème de la sincérité de l’énonciateur : ignore-t-il vraiment la ré (...)

4 En revanche, la « question » est définie par des critères sémantiques et pragmatiques, mais entretient tout de même un rapport étroit avec l’interrogation, à défaut d’en être parfaitement synonyme : « Interrogative constructions are the linguistic forms by which questions are expressed » (Ginzburg et Sag, 2000). En effet, les questions forment une catégorie sémantique (Huddleston 1994 : 411) identifiable par le fait qu’elles définissent l’existence d’un ensemble de réponses possibles (Huddleston 1994 : 413). L’acte de langage ainsi opéré est celui d’une demande d’information (Dayal 2016 : 1 ; von Heusinger et al. 2019 : 6) ; sa force illocutoire (au sens de Searle : 1969) est « une requête liée à une incertitude quant à la valeur de la relation prédicative » (Vincent-Durroux et Gardelle 2019 : 2 ; voir aussi Huddleston 1994 : 414). La situation standard est alors que l’énonciateur ne connaît pas la réponse à la question qu’il pose, mais suppose que le co-énonciateur sera en mesure de lui fournir l’information demandée5 (Dayal 2016 : 1).

  • 6 Il est intéressant de noter qu’en anglais, on peut, à l’image de l’opposition interrogative / quest (...)

5 En vertu des définitions retenues pour « interrogative » et « question » respectivement, il nous paraît plus adéquat, comme le fait du reste A. Culioli lui-même dans les quelques allusions qu’il fait au problème, de parler d’« interrogative » plutôt que de « question » rhétorique. En effet, ce type d’interrogative est justement aux antipodes d’une « question », si l’on accepte, pour simplifier les choses, de faire correspondre ce phénomène au cas dans lequel l’énonciateur ignore la réponse6 à la question qu’il pose et sollicite sincèrement la coopération du co-énonciateur pour remédier à cela. Ceci rejoint les observations de Dayal qui, bien que conservant malgré tout l’appellation traditionnelle de « question » rhétorique, remarque : « the conditions for the speech act of questioning are not met » (2016 : 4).

1.2. Définitions et critères de l’interrogation rhétorique

6 Commençons par énoncer une évidence : les interrogatives rhétoriques sont des interrogatives. Elles en possèdent donc les caractéristiques syntaxiques, et, assez souvent, la ponctuation (même si le point d’exclamation est également présent dans notre corpus) :

(1) Is the Pope catholic? (Dayal 2016 : 4 et 284)

(2) What could possibly be romantic about these emaciated models? No wonder 90% of teenage girls are dissatisfied with their bodies. (Time, April 21 1997)

  • 7 Nous avons recours à l’appellation « interrogative classique » par commodité, afin d’opposer les in (...)

7 Quels sont les critères habituellement mis en avant pour définir une interrogative rhétorique, et notamment la différencier d’une interrogative classique7, avec laquelle elle partage la même forme en surface ? D’après A. Borillo, la « question rhétorique (…) constitue pour elle-même et de manière implicite sa propre réponse » et se caractérise par une « inversion de polarité qui s’opère entre la forme grammaticale de l’interrogation telle qu’elle est formulée et la proposition par laquelle on peut rendre compte du sens suggéré » (1981 : 2).

8 Sur le plan pratique, la présence de certains marqueurs grammaticaux peut faciliter l’interprétation rhétorique d’une interrogative. On peut citer entre autres la présence de prédicats subjectifs (Who knows… ? – Guillemin-Flescher 1995 :436) ou évaluatifs (What is so cheerful… ? 1995 :437), le recours à certains modaux tels could (1995 : 438), à certains adverbes exprimant l’intensité ou bien l’incertitude (Borillo 1981 : 12 ; Celle 2018 : 222), la présence d’expressions tels after all ou encore yet (Sadock 1971, cité par Dayal 2016 : 283). On retrouve en effet de tels marqueurs dans notre corpus (nous les avons soulignés ; voir également l’exemple 2 ci-dessus) :

(3) ‘Do they make cider in factories?’ Naysmith asked.
‘Where do you think they make it?’ (Impossible Dead, 9)

(4) What is wrong with citing the Lancet cohort? Their mortality value has now been confirmed just a few hours ago in another WHO report. (Wikipedia Coronavirus Talk pages : 16)

(5) So why not say it was French or German? Because it probably came from there before it became English. (Wikipedia Coronavirus Talk pages : 23-4)

  • 8 Tout au plus peut-on s’attendre à ce que la réunion de plusieurs de ces marqueurs facilite l’interp (...)

9 Néanmoins, un certain nombre d’interrogatives rhétoriques ne possèdent aucun marqueur particulier ; inversement, la présence de l’un d’entre eux ne peut garantir à elle seule que l’on a vraiment affaire à ce phénomène8.

  • 9 Par exemple : “The utterance isn’t aimed at receiving an answer / The answer is already embedded wi (...)

10 Le problème auquel on est confronté lorsqu’on cherche à définir ou caractériser l’interrogation rhétorique est le risque de focaliser sur un seul critère au détriment d’autres. Ainsi, Borillo ne s’intéresse qu’aux interrogatives totales de polarité positive (à l’exclusion des interrogatives en QU- et des interro-négatives – 1981 : 3), tandis que Guillemin-Flescher traite essentiellement des exemples d’interrogatives en QU- ou en WH- (1995). Inversement, si l’on veut tenir compte de tous les cas de figure possibles, le risque est de multiplier les critères à l’infini, tout pertinents soient-ils9.

11 Ainsi, une autre caractérisation possible des interrogatives rhétoriques rappelée par Z. Yang est de les considérer comme des assertions de forme interrogative (2017 : 14). C’est également le point de vue de V. Dayal (2016 : 283). H. Rohde (2006 : 135) remarque toutefois que, contrairement à la plupart des assertions, les interrogatives rhétoriques n’ont pas d’apport informatif, et les considère comme fondamentalement redondantes. Enfin, A. Celle rappelle qu’il s’agit avant tout d’un exemple d’acte de langage indirect (2018 : 214), dans lequel l’énonciateur suggère la réponse à la question qu’il pose dès l’énoncé de cette dernière (2018 : 231).

  • 10 Nous empruntons ces expressions à M. de Mattia-Viviès (2012).

12 Ainsi, les interrogatives rhétoriques sont un exemple de « déconnexion forme – sens », de « syntaxe mensongère »10. Néanmoins, s’il s’agit là d’une description adéquate de l’effet produit par une interrogative rhétorique, cela ne permet pas là non plus de les identifier facilement. On se rapproche toutefois de la définition qu’en donne J. Guillemin-Flescher dans un cadre culiolien ; elle explique ainsi que « dans une question rhétorique, une relation est envisagée sous forme interrogative sans pour autant que l’énonciateur ait recours à un point de vue externe pour valider la relation » (1995 : 136). Il s’agit donc là, comme nous allons le voir, d’une différence majeure avec l’interrogation classique telle qu’elle est définie par les outils de la TOPE.

1. 3. L’interrogation selon A. Culioli et l’opération de « parcours »

  • 11 Voir Gilbert (1993 : 92-3) ou Groussier et Rivière (1996 : 120-1) pour plus de détails concernant l (...)
  • 12 Voir aussi Culioli 1985 : 64-5 ; 70-1 ; 77 et 1990a : 122.

13 Dans la TOPE, l’interrogation est une modalité fondamentale (du premier ordre11) permettant à l’énonciateur de solliciter le co-énonciateur afin de rompre un parcours auquel il ne peut lui-même mettre un terme. Le concept de « parcours » est ainsi au cœur de la définition que propose Culioli pour l’interrogation12 :

Interrogation : toute interrogation comporte une opération de parcours sur le domaine des valeurs possibles. Dans ce cas, le site, c’est le recours à autrui, comme capable de fournir la valeur définie et stable que ne peut découvrir celui qui pose la question. Interroger, c’est parcourir, de façon abstraite, les valeurs imaginables, sans pouvoir en distinguer une qui soit valide. Le recours (réel ou fictif) à autrui fournit la représentation d’une issue de parcours. (Culioli 1990 : 171 ; c’est nous qui mettons en gras).

  • 13 « Totalité des occurrences effectives, possibles, fictives, etc., correspondant à une définition (e (...)

14 Le linguiste explique encore : « L’opération de « parcours » consiste à parcourir toutes les valeurs assignables à l’intérieur d’un domaine sans pouvoir s’arrêter à une valeur distinguée » (1999b : 48). Rappelons que, dans la TOPE, un domaine notionnel, ou domaine des occurrences de la notion, se construit autour d’une occurrence typique, nommée « centre organisateur » (Culioli 1990 : 87), qui possède la propriété p par excellence, autrement dit le point commun à toutes les occurrences de la classe13. Le centre organisateur permet la construction des trois zones distinctes bien que contiguës qui composent le domaine notionnel (cf Culioli 1985 : 44 et Bouscaren et Chuquet 1987 : 146) :

A. Représentation topologique du domaine notionnel.

15 Néanmoins, comme le fait remarquer L. Gournay (2005), les concepts de « parcours » et d’« opération de parcours » ne sont pas définis au cours du temps de manière tout à fait identique, que ce soit par Culioli lui-même ou bien par ses continuateurs :

Voici la définition que l’on trouve dans Culioli, 1990 : 121 : « Le parcours à la différence de l’extraction et du fléchage fait que l’on ne peut (ou veut) distinguer aucune occurrence dans le domaine ». Voici la définition qu’en donne Le Goffic, 1994 : 32 : « une opération de parcours consiste, comme son nom l’indique, à balayer toutes les valeurs possibles et imaginables susceptibles de vérifier (valider) une propriété ». On passe d’une définition qui met en avant l’impossibilité de distinguer une valeur (contraire à l’extraction) à une opération qui renvoie à toutes les valeurs possibles, donc compatibles avec tous les emplois génériques et indéterminés (non contraire à l’extraction, d’où les subtilités du genre parcours rugueux, parcours lisse, etc. et l’association d’esprit un opérateur de parcours, c’est indéfini). » (Gournay 2005 : 61)

16 Pour y voir plus clair, il nous paraît de ce fait important d’associer deux critères supplémentaires à la définition du « parcours » en relation avec les processus interrogatifs. Tout d’abord, il faut se demander ce qui déclenche le parcours, matérialisé sur le plan syntaxique par l’inversion sujet / auxiliaire et / ou la présence d’un mot en WH- (nous allons revenir sur ce point). M.-L. Groussier et C. Rivière l’expliquent de la manière suivante :

Le Parcours est une « Opération de détermination sur une classe, un ensemble ou un domaine notionnel consistant, pour l’énonciateur, à envisager successivement tous les éléments sans en choisir aucun pour l’une des trois raisons suivantes :
1) Parce qu’aucun des éléments ne convient. (…)
2) Parce que l’énonciateur ne sait pas lequel convient. (…)
3) Parce que tous conviennent également. (1996 : 137 ; c’est nous qui mettons en gras)

  • 14 Voir aussi Culioli 1985 : 70.
  • 15 « si l’on a affaire à une relation entre des termes non stabilisés, il faut pourvoir la relation d’ (...)

17 Dans le cadre de l’interrogation classique, il s’agit du deuxième cas : l’énonciateur ne sait pas lequel convient14. Plus important encore, il nous semble que le concept de « parcours » ne peut être utilisé sans se positionner explicitement par rapport à la possibilité ou non d’une issue, d’un site15 – autrement dit, la possibilité ou pas de rompre ce parcours. Si des marqueurs tels any - dans ses emplois qualitatifs notamment - ou encore every, n’ont pas forcément vocation à provoquer la rupture du parcours, l’interrogation, au contraire, sert à interpeller le co-énonciateur dans le but d’obtenir une réponse : « Le recours (réel ou fictif) à autrui fournit la représentation d’une issue de parcours. » (Culioli 1990 : 171, déjà cité en début de section).

  • 16 Le parcours dans une interrogative fermée peut évidemment se révéler en contexte bien plus complexe (...)
  • 17 La position (IE), parfois notée hors-p, p’, se situe dans le plan pré-modal, à la pointe d’une bifu (...)

18 Or, le parcours au sein d’une interrogative ne se situe pas au même niveau selon que l’on a affaire à une question fermée (yes / no question) ou bien ouverte (WH- question). Dans le cas des questions fermées, l’énonciateur ne peut pas trancher entre les deux possibilités (p / non-p). On est confronté à un parcours des pôles du domaine ; or, ce parcours est orienté dans la mesure où il comporte deux mouvements, se succédant dans un ordre précis. L’énonciateur envisage ainsi tout d’abord la validation de la relation prédicative (Intérieur), puis sa non-validation (Extérieur)16, avant de revenir à la position neutre (IE)17, faute de pouvoir trancher :

B. Représentation du parcours orienté des pôles du domaine notionnel engendré par l’utilisation d’une interrogative fermée équi-pondérée (cf Culioli 1985 : 69 et 1990 : 99).

19 On a affaire ci-dessus à la représentation d’un cas d’interrogative équi-pondérée, dans laquelle la valeur I et la valeur E comportent autant de chances d’être sélectionnées dans la réponse de l’énonciateur, réponse qui apportera une issue au parcours décrit ci-dessus. Au niveau syntaxique, c’est l’inversion entre le sujet et l’auxiliaire (plus rarement, le verbe, dans le cas de be et have) qui déclenche le parcours.

20 Quant aux questions ouvertes, les marqueurs en WH- (dont how fait partie) sont traditionnellement considérés comme des marqueurs de parcours dans l’approche culiolienne. Mais cette appellation est parfois remise en question, notamment par L. Gournay, qui voit plutôt dans leur emploi « une opération d’extraction (…) et une opération de mise en relation inter-prédicative » (2005 : 68). Pour notre part, les marqueurs en WH- nous semblent tout de même compatibles avec l’opération de parcours car, comme l’explique J.-M. Merle à propos de what placé en position initiale, ces marqueurs renvoient à « un paradigme ouvert, sans présélection » (2019 : 3). Il y a donc bel et bien balayage des valeurs possibles, même si, contrairement à d’autres marqueurs de parcours déjà cités (any, every…), un WH- dans une interrogative « se caractérise par l’aboutissement d’une éventuelle assignation de valeur qualitative », autrement dit un « parcours avec sortie » (Dufaye 2006). Un tel point de vue permet dès lors d’unifier les diverses interrogatives comme comportant toutes une opération de parcours, car l’inversion sujet / auxiliaire n’est pas présente dans les questions ouvertes dans lesquelles le pronom en WH- est également le sujet.

21 Ainsi, le parcours se conçoit en trois phases : un déclencheur, le parcours lui-même, et une éventuelle issue. Nous pensons que la différence entre une interrogative classique et une interrogative rhétorique se situe essentiellement dans le fait que, le recours au co-énonciateur étant fictif (cf. Guillemin-Flescher 1995 : 136), ce dernier est placé dans une situation où l’énonciateur ne lui laisse a priori pas la possibilité de rompre lui-même le parcours : le parcours est bloqué dès sa mise en œuvre. Il existe néanmoins plusieurs cas de figure, se différenciant les uns des autres essentiellement en fonction de la manière dont l’énonciateur préconstruit une issue pour le parcours. Nous allons maintenant les examiner.

2. Typologie des interrogatives rhétoriques dans le cadre de l’approche culiolienne

  • 18 cf. Culioli à propos des exemples « Où n’a-t-il pas voyagé ? » ou « N’a-t-il pas voyagé ? » : « je (...)

22 La typologie proposée ici comprend trois catégories, présentant comme point commun fondamental, ou invariant, le fait que le parcours normalement déclenché dans une interrogative par l’inversion sujet / auxiliaire (ou sujet / verbe), ou bien la présence d’un mot en WH-, se trouve bloqué dans la mesure où l’énonciateur a en réalité présélectionné l’issue de ce parcours18.

23 Dès lors, c’est dans la manière dont le parcours se trouve bloqué que des nuances apparaissent, nous permettant de distinguer les trois catégories en question. Il nous faut toutefois préciser que, comme c’est souvent le cas lorsqu’on tente d’établir des typologies en linguistique, la variété et la complexité que l’on rencontre dans des exemples en contexte n’ayant été ni inventés, ni sollicités, pour les besoins exclusifs du linguiste, a pour conséquence que certains exemples « résistent » à une classification stricte, et peuvent présenter des caractéristiques pouvant correspondre à plusieurs des catégories postulées. Pour autant, il nous semble malgré tout souhaitable de tenter de délimiter les contours de ces catégories proches mais distinctes. La mise en évidence de critères discriminants entre ces catégories n’empêche du reste pas de tenir compte de quelques rares zones de chevauchement (cf. Guillaume 2013 : 63-4 ; 111-2), comme nous le verrons.

2.1. Présélection de l’issue du parcours en raison d’une réponse évidente et / ou donnée explicitement

  • 19 Au sens culiolien du terme : « Opération de détermination consistant, pour l’énonciateur, à isoler (...)
  • 20 A noter qu’il s’agit d’exemples inventés et hors contexte, contrairement à ceux composant notre pro (...)

24 Nous avons vu que le déclenchement du parcours dans une interrogative est normalement dû au fait que l’énonciateur ne sait pas quel élément convient, qu’il s’agisse du choix entre valeur positive et valeur négative dans une yes / no question, ou bien d’une extraction19 dans le paradigme ouvert par l’emploi d’un WH-. Or, dans une situation donnée, le choix de cet élément peut être évident, comme dans les deux exemples suivants, empruntés à V. Dayal20 :

(1) Is the Pope catholic? (2016 : 4 et 284)

(6) Does the sun rise in the east? (2016 : 284)

25 Quant aux énoncés (7) et (8), une réponse est explicitement mentionnée, ou fortement sous-entendue :

(7) Why does anyone marry, brother? Love, of course. (Bridgerton; 1-6, 4’40)

(8) “Hi, kid,” said Selena in the oddly deep voice which Allison found so intriguing. “What’ll we do today?”
The question was rhetorical. On Saturday afternoons the girls always sauntered slowly down the streets of the town, looking into shop windows and pretending that they were grown up and married to famous men. (Peyton Place, 40)

26 Nous pouvons dès lors identifier une préconstruction de la bonne valeur, qui ne laisse guère la parole au co-énonciateur. En effet, si le co-énonciateur semble sollicité par le choix de la forme interrogative, ce recours à lui est bel et bien fictif, puisque l’issue du parcours est déjà programmée, soit dès la question elle-même en fonction de son évidence, soit sous la forme de commentaires, plus ou moins explicites, dans le contexte de celle-ci. Il est vrai que, dans de tels exemples, comme le dit la sagesse populaire, « poser la question, c’est y répondre » ; le parcours est rompu avant même d’avoir été déclenché.

  • 21 Dans Guillaume (2006), nous proposons une typologie des énoncés avec question tag comportant quatre (...)

27 Pourquoi recourir à une forme interrogative plutôt qu’à une assertion pure et simple ? Il nous semble que la principale raison dans ce premier cas de figure est d’établir un double repérage de l’énoncé, en fonction de l’énonciateur et aussi du co-énonciateur, tandis qu’une assertion sans forme interrogative ne correspond qu’à une prise en charge du seul énonciateur. Comme nous l’expliquons à propos de la première catégorie des énoncés avec question tag21 :

  • 22 Dans la terminologie que nous employons, la base correspond à l’énoncé, fréquemment de forme déclar (...)

nous avons mis en évidence un invariant dans l’emploi de tous les types de [question tags], qui consiste en l’établissement d’un repérage du contenu de la base22 en fonction du co-énonciateur (…). Or, dans la mesure où ce contenu n’est pas présenté comme problématique, le repérage correspond en ce qui concerne la présente catégorie à une identification entre les co-énonciateurs : S0 = S’0. On pourrait gloser ainsi : « ce que je dis, tu pourrais le dire également ». (Guillaume 2006 : 32)

  • 23 Comme déjà signalé en 1.2, voir aussi Dayal (2016 : 283) ou encore Yang (2017 : 14) en ce qui conce (...)

28 Ainsi, dans les exemples ci-dessous, l’énonciateur attribue au co-énonciateur une position identifiable à la sienne en ce qui concerne la prise en charge de l’énoncé, qui, bien que sous forme interrogative, produit l’effet de sens d’une assertion23.

(9) ‘You miss your wife a lot, don’t you?she said.
‘It shows?’
‘Sometimes.’ (Bones 257)

(10) ‘Know what they do to cops in jail?’ he asked quietly, before answering his own question. ‘Course you do – you put cops away all the time.’
‘Just the ones that deserve it.’ (Impossible Dead 236-7)

29 En (9), on remarque que le verbe de report de parole est say et non ask. Par ailleurs, le co-énonciateur n’éprouve pas le besoin de confirmer ; le contenu de la base lui apparaissant également comme acquis, il se renseigne simplement sur la manière dont la jeune femme a deviné son mal-être, qui doit être particulièrement évident. Le point d’interrogation qui apparaît à la fin de l’énoncé avec question tag n’est plus ici qu’une forme conventionnelle vide de sens.

30 Dans l’exemple (10), après un temps pendant lequel on pourrait hésiter à interpréter l’interrogative comme une vraie question (asked ; his own question), l’énonciateur en formule lui-même la réponse, tant celle-ci semble évidente, une évidence renforcée par la présence de l’adverbe (of) course. De même, dans l’exemple suivant, c’est la présence de I can’t wait qui permet de reconstituer of course, I would like to see it! comme étant la bonne valeur correspondant à would I! :

(11) Quite by chance she had recently discovered hidden away amongst her family papers, Robbie McLeod’s last will and testament. It’s the most wonderful story I have ever read. I’ve scanned it into my computer. Would you like to see it? Would I! I e-mailed back to her at once. Greetings, distant cousin, I can’t wait. (Last Wolf, 14)

31 La présence d’un point d’exclamation plutôt que d’un point d’interrogation dans cet exemple, qui n’est pas le seul exemple d’un tel phénomène dans notre corpus, permet par ailleurs de souligner la forte proximité, fréquemment notée par les auteurs ayant travaillé sur le sujet, entre l’interrogation rhétorique et l’exclamation (voir, entre autres, Guillemin-Flescher 1995 ; Vincent-Durroux et Gardelle 2019). De ce fait, un effet de sens fréquent (mais non systématique) de cette catégorie d’énoncés est l’ironie :

  • 24 Dans les exemples pour lesquels la réponse est évidente, le rôle du contexte et de la contextualisa (...)

(12) A : Does Bill believe in the free market?
B: Obviously, he does.
B’ Is the Pope catholic?24 (Dayal 2016 : 285)

(13) Anne: “Is that the advice? Stick it out? Grin and bear it? Persevere?” (…) “Is that it? Is doing nothing your solution to everything?” (The Crown; 4-4, 25’40)

  • 25 Bien que l’exemple (13) contienne une négation (doing nothing), il n’est pas à mettre sur le même p (...)

32 Dans cette première catégorie d’interrogatives rhétoriques dont la réponse est évidente et / ou déjà donnée, on trouve aussi bien des exemples de questions fermées (yes / no) que de questions ouvertes (wh-). Par ailleurs, l’énoncé de l’interrogative rhétorique n’entraîne pas le recours à la valeur opposée25, mais implique au contraire une reprise appuyée de son contenu, de type of course… Il n’y a donc pas ici d’exemple de l’inversion de polarité (passage à la valeur inverse) qu’A. Borillo, entre autres, met en avant comme une caractéristique quasi-systématique des interrogatives rhétoriques. En effet, ceci s’apparente en réalité à un autre cas particulier des interrogatives rhétoriques, comme nous allons le voir dans la prochaine section, et ne constitue donc pas le cas général.

2. 2. Présélection de l’issue du parcours par le choix de l’Extérieur du domaine (car l’Intérieur est vide d’occurrences quantitatives)

33 Dans cette catégorie, le recours à une interrogative rhétorique est un moyen pour l’énonciateur de mettre en avant la valeur négative correspondant à la relation prédicative contenue dans l’interrogative :

(14) How can I live like that? How can I look my wife and children in the eyes? (Honest Thief ; 1’20”44)

(15) Just then Miss Jasmine threw open the classroom door and shouted, ‘Jelly! Be quiet! Don’t you ever shut up?!’ (Jelly : 79; ever est en gras et souligné par une vague dans le texte d’origine)

34 Ces énoncés impliquent respectivement :

(14’) → I can’t live like that, I can’t look my wife and children in the eyes…

(15’) → you never shut up

  • 26 Parmi les diverses formes que peut prendre l’opération de négation, il s’agit plutôt ici d’une « op (...)
  • 27 Voir aussi Ducrot (1984).

35 Le parcours de l’Intérieur du domaine engendré par les marqueurs interrogatifs (WH- dans le premier exemple et inversion sujet / auxiliaire dans le deuxième) révèle une absence d’occurrences assignables sur le plan quantitatif, autrement dit une absence pure et simple, une non-existence, comme le montrent les paraphrases négatives proposées ci-dessus. Cette absence correspond à une sortie du domaine notionnel vers l’Extérieur26 (cf. schéma A), et constitue de fait une issue au parcours, un site, qui est programmée par l’énonciateur au sein même de sa question, neutralisant ainsi a priori la contribution du co-énonciateur à la rupture du parcours. A. Culioli s’intéresse brièvement à ce cas de figure à l’occasion de son analyse des marqueurs et opérations constitutifs de la négation27 :

  • 28 Contrairement toujours aux observations de Borillo (1981), qui parle d’« inversion de polarité », o (...)

Dans l’interrogation rhétorique, on ne part ni d’une demande d’information, ni d’une demande de confirmation (interrogation biaisée), mais de la mise en question de la position que l’on attribue à autrui, un autrui fictif, c’est-à-dire un co-énonciateur qui n’est pas un interlocuteur. Mettre en question la position en I, c’est attribuer cette position au co-énonciateur, d’où la position en E pour l’énonciateur : c’est ainsi que l’interrogation rhétorique à forme positive « Existe-t-il ? » équivaut à « Il n’existe pas »28. (1990 : 110)

  • 29 Voir la partie 3 pour d’autres exemples dans lesquels la stratégie à l’œuvre au sein de la question (...)

36 Dans l’exemple suivant, le narrateur, un policier, imagine ce que peuvent penser les détracteurs comme les soutiens du collègue sur lequel il enquête, qui est accusé par des jeunes femmes de les avoir harcelées. Les implications des questions rhétoriques formulées sont there was no harm in it… he hasn’t done anything… mais cela n’empêche bien sûr pas l’énonciateur d’opter ici en fin de compte pour une issue bien différente (not much, except bring his police force into disrepute29) :

(16) Maybe they were gossiping about it anyway. In a town this size, sides would have been taken, opinions rigidly formed. Carter was a slimeball, a sleazebag, a predator. Or he’d been stitched up by a low-life junkie and a couple of cheap dates. Where was the harm in anything he’d done? And what had he done anyway?
Not much, except bring his police force into disrepute. (Impossible Dead, 8)

37 On se retrouve dans un cas que Culioli désigne par « question rhétorique avec valeur de rejet », qui est du reste le seul qu’il décrive pour l’interrogation rhétorique. L'issue du parcours réside dans la sortie du domaine vers l'Extérieur (« la stabilisation s’effectue par la sortie en E » ; 1990 : 122), d'où l'implication de la valeur nulle (ce qui donne par exemple, dans nos paraphrases : never, nothing, no one, I can’t…) :

  • 30 Cet exemple permet de rappeler la forte compatibilité qui existe entre l’interrogation et des marqu (...)
  • 31 La présence de ce commentaire fait que cet exemple pourrait aussi avoir sa place dans la première c (...)

(17) Dearest reader, a question: is anything30 more exhilarating than taking a gamble? For it is often the highest risk that carries the greatest reward31. (Bridgerton 1-7, 41’40)
→ there is nothing more exhilarating…

(18) ‘It’s got scribbles on it,’ said Troll.
Who cares!’ said Big Bad Wolf. (Cinderella: 70)
no one cares…

(2) What could possibly be romantic about these emaciated models? No wonder 90% of teenage girls are dissatisfied with their bodies. (Time, April 21 1997)
→ there is nothing romantic…

  • 32 Il nous a en effet semblé rencontrer un peu plus difficilement des exemples de ce phénomène que pou (...)
  • 33 Il s’agirait dès lors plutôt de « la négation qualitative de rejet par le sujet de ce qui est mauva (...)

38 Toutefois, les deux catégories évoquées jusqu’à présent (réponse évidente ou donnée explicitement, et sortie par l’Extérieur du domaine car l’Intérieur est vide d’occurrences), bien que toutes deux largement évoquées sous des appellations diverses dans la littérature sur la question, ne semblent pas couvrir tout l’éventail des interrogations rhétoriques. Il nous semble en effet nécessaire de postuler une troisième catégorie, peut-être d’une fréquence moindre32, dans laquelle on retrouve une configuration qui n’est pas sans rappeler la deuxième catégorie, c’est-à-dire un parcours qui se heurte à un Intérieur vide de valeurs assignables. Néanmoins, ce vide ne se justifie plus dès lors par la mise en avant de l’absence pure et simple d’occurrences (comme c’était le cas pour there is nothing more exhilarating dans l’exemple 17, ou encore no one cares dans l’exemple 18), mais par un jugement qualitatif, qui décrète non conformes les occurrences de l’Intérieur, au cas où il en contiendrait malgré tout33. Prenons un exemple qui peut servir de transition entre les catégories 2 et 3 :

(18) After all, why settle for a Duke when one can have a Prince? (Bridgerton 1-3 ; 53’51)
→ there is no reason to settle…
→ One should not settle…

39 On remarque dans cet exemple que la paraphrase contenant une négation franche (there is no reason…) fonctionne bien, comme pour les autres exemples dont il a été question dans cette sous-section. Toutefois, on voit également qu’il est possible de proposer ici une glose plus qualitative, telle one should not settle for a Duke when one can have a Prince, un type de glose assez différent donc de celles proposées jusqu’alors.

2. 3. Présélection de l’issue du parcours par le choix de l’Extérieur du domaine (car l’Intérieur est vide d’occurrences qualitatives)

40 Dans cette dernière catégorie, l’Intérieur est considéré comme vide à la suite d’une évaluation négative sur le plan qualitatif des occurrences qui pourraient le composer (valuation subjective), plutôt qu’à une évaluation quantitative (absence pure et simple). Ainsi, l’existence d’occurrences n’est pas exclue, mais ces dernières ne sont pas retenues par l’énonciateur comme étant « la bonne valeur ». Prenons un exemple :

(19) Margaret: Charles loves someone else. How many times can this family make the same mistake? Forbidding marriages… that should be allowed. Forcing others that shouldn’t. Paying the consequences each time. (The Crown ; 4-3; 45’44)
→ apparently, there is no limit… / I can’t say how many times…

41 Le personnage fait ici allusion à des faits bien précis : le mariage d’amour qu’elle voulait faire dans sa jeunesse lui a été refusé, comme cela avait été le cas pour son oncle, tandis que l’on force désormais la main à son neveu pour épouser quelqu’un qu’il n’aime pas. Il y a donc au moins trois occurrences quantitatives susceptibles d’instancier How many times…?, et beaucoup plus encore, si l’on remonte plus loin dans l’histoire d’une lignée fondée sur le principe du mariage arrangé. De ce fait, les gloses négatives proposées ci-dessus sont plus des commentaires subjectifs que la négation pure et simple de la relation prédicative <this family / make the same mistake> contenue dans l’énoncé interrogatif, car, en réalité, les exemples du phénomène en question ne manquent justement pas dans cette famille. Néanmoins, l’interrogative n’a clairement pas pour but d’obtenir une réponse quantifiée précisément, mais plutôt de montrer qu’aucune réponse ne convient, car une telle pratique ne devrait tout simplement plus exister.

  • 34 Voir citation complète au début de la section 2.2.

42 A. Culioli semble pour sa part ne pas faire de différence entre « Existe-t-il ? » équivalant à « il n’existe pas »34 et « Pourquoi lui répondre ? » équivalant à « Il n’y a pas de raison de lui répondre » ou encore « Pourquoi ne pas lui répondre ? » impliquant « Il n’y a pas de raison de ne pas lui répondre » (1990 : 110). On peut pourtant, dans ces deux derniers exemples, ajouter une nuance qualitative à la paraphrase en précisant par exemple : « il n’y a pas de bonne raison de (ne pas) lui répondre », un ajout qui fonctionne mieux qu’avec un exemple comme « Existe-t-il ? ». De même :

Si je dis : « Pourquoi faire ça ? » en haussant les épaules, ça veut dire : « Il n’y a pas de raison de le faire. » C’est une question rhétorique. Dans « Pourquoi veux-tu qu’il achète une voiture ? », l’interrogation écarte du champ des assertions validables l’assertion proférée par le premier locuteur. (Culioli 1985 : 60)

43 On pourrait là encore aller jusqu’à gloser par : « Il n’y a pas de bonne raison de le faire. », ce qui permet de mettre en avant la valuation, le caractère qualitatif et subjectif plutôt que quantitatif et objectif du jugement en question.

  • 35 Quant aux exemples en français de Culioli que nous venons de citer, on a affaire au marqueur « pour (...)

44 Contrairement aux deux premières catégories dans lesquelles on pouvait indifféremment rencontrer des exemples de questions ouvertes ou fermées, cette dernière catégorie semble plus spécifique aux questions ouvertes ou WH- questions35. En effet, dans une question fermée, comme son nom l’indique, il s’agit d’un parcours restreint entre les pôles positif et négatif du domaine notionnel correspondant à la relation prédicative qui est mise en question. On est donc essentiellement dans une perspective quantitative (existence ou non existence) : soit la relation est validée, soit elle ne l’est pas. Or, le paradigme ouvert par l’emploi d’un WH- est bien plus varié :

(20) Elizabeth: ‘The Prime Minister said something interesting today about her son. (…) She described him as her favourite child. (…) Who’d do that, openly admit preferring one child to another, especially twins?’
Philip: ‘Any honest parent? (…) Any honest parent would admit to having a favourite.’ (The Crown, 4-4 4’30)

45 On peut ainsi admettre qu’il y a des occurrences qui instancient la relation - par exemple, quand le personnage de la reine dit Who’d do that, openly admit to preferring one child to another?, elle vient elle-même d’en donner un exemple précis : [the Prime Minister] described [her son] as her favourite child - tout en écartant cette occurrence comme étant qualitativement indésirable. En effet, Who would do that ? implique anyone who says that is not a good parent. Comme l’explique A. Celle concernant un exemple comparable : « The modal ‘would’ occurs with question-answer presupposition cancellation, that is, the presupposition that some value can be supplied for the subject variable is cancelled by modality. The rhetorical question implies an indirect assertive statement, namely that ‘no sound mind would operate like that’. » (2018 : 227).

46 Par la suite, la réplique du mari, Any honest parent?, prend le contrepied en montrant que, non seulement le parcours déclenché par l’emploi de who est instancié sur le plan quantitatif, mais qu’il l’est aussi sur le plan qualitatif (honest étant connoté positivement, il s’agit donc d’une bonne valeur). On note du reste que la réponse du prince comporte any, qui est lui-même un marqueur de parcours : le parcours en question n’est donc toujours pas rompu, mais les exemples ne manquent pas si on souhaite le faire. De même, dans l’exemple suivant :

  • 36 De manière amusante, nous avons découvert par hasard que cette réplique de la saison 4 du feuilleto (...)

(21) Charles: What does one have to do to get some kindness in this family?36 (The Crown; 4-9 38’05)
→ it’s impossible to get some kindness in this family, no matter what one does

47 Proposer comme glose ou réponse possible à cette interrogative rhétorique la réplique nothing ne serait pas approprié, car, là encore, il s’agit pour le personnage de se plaindre d’un manque d’appréciation ; il implique par ailleurs avoir tout tenté pour obtenir le soutien de ses proches. Donc, si le site du parcours déclenché par what trouve une issue dans l’Extérieur du domaine, ce n’est pas parce que l’Intérieur est vide de valeurs, mais parce qu’aucune d’entre elles ne s’est révélée être la « bonne » valeur sur le plan qualitatif, celle qui aurait réellement pu rompre le parcours.

48 Les exemples analysés illustrent le fait que les situations évoquées se prêtent à des évaluations de type qualitatif (par exemple, en 22, you lied to me implique un jugement négatif ; ce que tu as fait est mauvais, immoral, et justifie donc que je me comporte mal à mon tour), tandis que la présence explicite de gloses comme any way I want to (exemple 23), ou bien les reformulations que nous proposons pour les autres exemples, vont là encore très fortement dans le sens d’une valuation qualitative et non d’une simple évaluation de type existence / non existence :

(22) Simon: What did you do? (…) How could you?
Daphne: How could I? How could I! You lied to me. (Bridgerton 1-6, 50’)

(23) ‘I’ve never been so insulted in my life.,’ said Miss Bad Fairy. ‘Bullies indeed. How dare you talk to me like that?
‘I’ll talk to you any way I want to,’ said Miss Good Fairy (Cinderella: 63)

(24) ‘What have you done? It was a perfectly acceptable match.’ (Bridgerton ; 1-8; 19’20)
→ you have done sth (= reject an acceptable suitor), but it is unspeakable / catastrophic / you shouldn’t have done this

(25) Why do the crazies do the things they do? (Honest Thief)
→ there’s no logical explanation…

49 Quant aux deux exemples suivants, nous considérons qu’ils se situent à la limite entre cette catégorie et la précédente, car on peut tout de même proposer une paraphrase avec un marqueur négatif : there is no reason (for me to help you / for him to tell you). Néanmoins, le concept de « bonne valeur » semble là encore être en jeu. Plutôt qu’une absence pure et simple d’occurrences, l’impossibilité de rompre le parcours semble plutôt correspondre à une absence de raisons valables :

(26) ‘But he tells me you talked to my uncle…’ The sound that came from Carter’s throat was somewhere between a sigh and a wail. ‘Maybe you can do something… anything.’
Why should I?
I don’t know,’ Carter admitted. ‘I really don’t know.’ (Impossible Dead, 131)

  • 37 Dans la série des Harry Potter, le nom Squib désigne un sorcier ou une sorcière de naissance qui n’ (...)
  • 38 A noter que on earth est un intensifieur qui est fortement compatible avec les interrogatives rhéto (...)

(27) ‘He never told me his sister was a Squib37,’ said Harry, without thinking, still cold inside.
‘And why on earth38 would he tell you?’ screeched Muriel, swaying a little in her seat as she attempted to focus upon Harry. (Deathly Hallows, 129)

3. Les interrogatives rhétoriques, une stratégie parfois fragile

50 La neutralisation du co-énonciateur, qui, pour diverses raisons, se trouve privé de la possibilité de rompre le parcours initié par l’interrogative rhétorique, aboutit à des effets de sens variés. Or, le cas idéal, souvent associé aux interrogatives rhétoriques dans la littérature sur le sujet, dans lequel le recours à ce phénomène dénote un réel consensus entre les énonciateurs, à tel point que le co-énonciateur n’a pas besoin de confirmer explicitement, représente certes un cas avéré (par exemple : You miss your wife a lot, don’t you? dans l’exemple 9), mais qui semble plutôt minoritaire au vu de notre corpus.

  • 39 Voir aussi A. Celle (2018 : 214) : “Rhetorical questions in surprise contexts highlight the connect (...)

51 Il semble en effet plus fréquent que les interrogatives rhétoriques soient employées pour exprimer des sentiments négatifs39, tel le reproche (Don’t you ever shut up?! – exemple 15), l’incrédulité (Why on earth should he tell you? – exemple 27) ou encore l’ironie (Is the Pope catholic? – exemple 1, Is doing nothing your solution to everything? - exemple 13). D’autres fonctions en discours illustrées dans les exemples cités précédemment sont l’expression du ressentiment (What does one have to do to get some kindness in this family? – exemple 21) ou encore la dénonciation de certains comportements (How many times can this family make the same mistake again? – exemple 19, Who’d do such a thing…? – exemple 20).

  • 40 Voir aussi les exemples de situations similaires que propose A. Celle ainsi que ses commentaires (2 (...)

52 Ainsi, bien souvent, le recours à une interrogative rhétorique correspond à une stratégie de l’énonciateur plutôt qu’à la mise en évidence sans arrière-pensée d’une franche coopération entre les co-énonciateurs. Dans cette dernière partie, nous souhaitons proposer des exemples dans lesquels la stratégie de neutralisation du co-énonciateur mise en œuvre par l’énonciateur est mise en échec par le co-énonciateur40, et révèle un désaccord entre les co-énonciateurs assez éloigné de l’expression d’une évidence souvent postulée pour ce type d’interrogatives. Cette dernière partie fait donc suite à la caractérisation du phénomène des interrogatives rhétoriques dans un cadre énonciatif afin de s’intéresser également aux enjeux argumentatifs et pragmatiques mis en œuvre par leur emploi.

53 Concernant les énoncés comportant un question tag, nous avons évoqué en 2.1 le cas dans lesquels ces derniers permettent de souligner une convergence d’opinions entre énonciateur et co-énonciateur ; il existe néanmoins une autre catégorie, dans laquelle le recours au question tag est au contraire un moyen de forcer un consensus entre les énonciateurs, au mépris d’un préconstruit adverse (cf. Guillaume 2006). L’énonciateur cherche donc à imposer son point de vue au co-énonciateur en verrouillant la possibilité pour ce dernier d’exprimer une opinion contraire :

(28) Avocate de Fran Boyce: And you struck her, did you not?
McCullough : No, I didn’t hit her. (Corner-QTII-35.27.202)

54 L’avocate soutient sa cliente et tente de faire avouer l’accusé, la stratégie employée étant alors de présenter le co-énonciateur comme étant du même avis qu’elle, alors même que ce dernier vient de nier farouchement avoir frappé sa femme. Il réitère du reste ses dénégations ; la stratégie échoue. Il s’agit bien là en effet d’une stratégie, dont le but n’est pas de donner la parole au co-énonciateur, mais au contraire de lui imposer le point de vue de l’énonciateur. On est donc tout à fait dans l’optique de l’interrogation rhétorique, c’est-à-dire celle de la neutralisation du co-énonciateur, en dépit de la forme interrogative. La forme pleine de la négation est du reste également une marque du verrouillage du parcours entre les pôles Intérieur et Extérieur du domaine (cf. Guillaume 2006 : 78-9).

55 Prenons un autre exemple :

(29) 'My bet is that she has a basilar skull fracture. Maybe some other type of trauma.' (...)
'She doesn't have a head. How can you say that?'
'I can say it because there's blood in her airway.' (Unnatural Exposure)

  • 41 De surcroît, l’ordre des énoncés a son importance. Si she doesn’t have a head était formulé après H (...)

56 L’énoncé she doesn’t have a head vient en quelque sorte contredire41 l’affirmation précédente du médecin légiste she has a basilar skull fracture. Le collaborateur met en doute le fait que cette dernière puisse dire avec autant de précision à quel type de blessure à la tête la personne a succombé, alors même que le cadavre trouvé était décapité. Ainsi, she doesn’t have a head implique en réalité you can’t say that ; on est dans le cadre d’une interrogative rhétorique à laquelle la seule réponse possible selon l’énonciateur serait la valeur négative (cf. 2.2). Il n’envisage pas la relation prédicative comme validable.

57 Or, le médecin légiste ne relève pas l’ironie, voire l’insolence de cette remarque de son subordonné, et fait comme si la question n’était pas rhétorique mais était une vraie question appelant une vraie réponse, qu’elle peut justement fournir grâce à ses connaissances de médecine légale (I can say that because there’s blood in her airway). Sans pour autant avoir à hausser le ton, elle a le dernier mot.

(30) 'Now, if Kendra hadn't died first,' Muriel resumed, 'I’d have said that it was she who finished off Ariana-’
'How can you, Muriel?' groaned Doge. 'A mother kill her own daughter? Think what you are saying!
'If the mother in question was capable of imprisoning her daughter for years on end, why not?' shrugged Auntie Muriel. 'But as I say, it doesn't fit, because Kendra died before Ariana – of what, nobody ever seemed sure -'
'Oh, no doubt Ariana murdered her,' said Doge, with a brave attempt at scorn. 'Why not?'
'Yes, Ariana might have made a desperate bid for freedom and killed Kendra in the struggle,' said Auntie Muriel thoughtfully. (Deathly Hallows, 130-1)

58 Dans l’interrogative A mother kill her own daughter?, hormis le point d’interrogation, on note l’absence des marqueurs habituels de la forme interrogative, en particulier l’inversion sujet / auxiliaire. Il y a également absence de toute marque possible d’aspect, de temps ou de modalité. L’énonciateur rejette ici toute possibilité de validation d’une action jugée monstrueuse, contre-nature ; on en reste au stade brut de la relation prédicative non validée <a mother / kill her own daughter>. Il s’agit dès lors d’un exemple de la troisième catégorie dans la typologie que nous décrivons : il existe des exemples, mais ils ne sont pas recevables sur la plan qualitatif (it’s unthinkable, monstrous…).

  • 42 La présence de ce terme d’adresse explicite, alors même qu’il ne peut pas y avoir dans le contexte (...)

59 Cette interrogative rhétorique s’accompagne d’une autre, How can you, Muriel42?, qui relève là aussi de la troisième catégorie, car elle peut se gloser par you shouldn’t / mustn’t say that plutôt que par you can’t say that (elle vient justement d’insinuer que la mère était bel et bien capable d’avoir tué sa fille si les circonstances l’avaient permis).

  • 43 Dans une question orientée (conducive en anglais), qui est en général une question fermée et, typiq (...)

60 Or, comme toute interrogative rhétorique, ces exemples ne sont pas, dans l’esprit de l’énonciateur destinés à recevoir une réponse ; il s’agit avant tout de reproches. Néanmoins, comme pour l’exemple (29), non seulement une réponse est bel et bien formulée, mais il s’agit d’une réponse argumentée. Muriel fait semblant de prendre ces interrogatives pour de vraies questions, et reprend à son tour l’avantage en défiant son interlocuteur de la contredire : Why not? (qui est pour sa part ici plutôt une question orientée43, une mise au défi, qu’une question rhétorique) ; cette interrogative reçoit à son tour une réponse, dans laquelle l’énonciateur emploie la même stratégie, en la teintant de surcroît d’ironie et en jouant la carte de la parodie (brave attempt at scorn), relançant ainsi la joute verbale au cours de laquelle aucun des deux personnages ne semble vouloir céder du terrain à l’autre. Ainsi, les deux protagonistes s’adressent la parole, mais, en réalité, ils ne dialoguent pas l’un avec l’autre. Ils ne se situent pas sur le même plan, sciemment ou pas, et le fait de faire semblant de prendre des interrogatives rhétoriques pour de vraies questions constitue le principal ressort de ce phénomène, dans un contexte hautement polémique.

61 Ainsi, la stratégie de neutralisation du co-énonciateur mise en œuvre dans le recours à une interrogative rhétorique peut facilement être contrée, puisque, dans la forme, rien ne distingue une interrogation rhétorique d’une interrogation équi-pondérée. Le co-énonciateur peut donc facilement, soit par malentendu, soit par choix, rompre le parcours mis en route par la forme interrogative, si nécessaire au mépris du positionnement pré-sélectionné par l’énonciateur.

Conclusion

62 Les interrogatives rhétoriques forment une catégorie assez hétérogène dans la mesure où les moyens mis en œuvre par l’énonciateur afin de pré-sélectionner l’issue du parcours généré par la forme interrogative sont variés. Il apparaît donc pertinent, comme nous avons tenté de le faire, de postuler l’existence de plusieurs catégories, proches mais distinctes, d’interrogatives rhétoriques, plutôt que d’essayer d’en préserver une description uniforme. Une telle approche est de surcroît compatible avec la mise en évidence d’un point commun en lien direct avec le blocage de parcours : le recours au co-énonciateur matérialisé par la forme interrogative est fictif. L’énonciateur ne s’intéresse de toute façon pas à ce que le co-énonciateur pourrait répondre.

  • 44 On peut dès lors parler d’exemples hybrides, au sens que nous donnons à ce terme (voir Guillaume 20 (...)
  • 45 Voir notes 28 et 43.
  • 46 Voir note 24.

63 Par ailleurs, la frontière entre les interrogatives rhétoriques et des phénomènes voisins peut parfois s’avérer difficile à positionner. Il existe ainsi une proximité indéniable avec l’exclamation (certains de nos exemples mêlent ainsi forme interrogative et présence d’un point d’exclamation44), tandis qu’il peut parfois être délicat de trancher entre interrogative rhétorique et interrogative orientée45, voire même entre interrogative équi-pondérée et interrogative rhétorique46. Néanmoins, la présence de contexte doit normalement permettre de lever, ou du moins faire fortement diminuer, les risques d’ambiguïté.

Top of page

Bibliography

Bhatasali, Shohini, et al. “Automatic Identification of Rhetorical Questions.” Proceedings of the 53rd Annual Meeting of the Association for Computational Linguistics and the 7th International Joint Conference on Natural Language Processing (Short Papers), Beijing, China, July 26-31 (2015): 743-9, 2015.

Borillo, Andrée. « Quelques aspects de la question rhétorique en français. » Documentation et recherche en linguistique allemande contemporaine. 25 (1981) : 1-33. https://www.persee.fr/doc/drlav_0754-9296_1981_num_25_1_969

Bouscaren, Janine et Chuquet, Jean. Grammaire et textes anglais. Guide pour l’analyse linguistique. Paris : Ophrys, 1987.

Celle, Agnès. “Questions as indirect speech acts in surprise contexts.” Ayoun D., A . Celle & L. Lansari (éds.), Tense, aspect, modality, evidentiality: crosslinguistic perspectives. 213–238. Amsterdam/Philadelphia: John Benjamins, 2018.

Culioli, Antoine. Notes du séminaire de DEA 1983-1984. Poitiers : DRL Paris 7, 1985.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations. Tome I. Paris: Ophrys, 1990.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Formalisation et opérations de repérage. Tome II. Paris : Ophrys, 1999a.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation. Domaine notionnel. Tome III. Paris : Ophrys, 1999b.

Damiazzi, Vincenzo. “The Prosody of Rhetorical Questions in the German Parliament.” Communication lors de l’atelier “Non-canonical questions at the syntax-prosody interface”, organisé en ligne les 12 et 13 novembre 2020 par A. Celle (Université de Paris) & M. Pélissier (Université d’Agder, Norvège). 2020.

Dayal, Veneeta. Questions. Oxford Surveys in Semantics and Pragmatics. Oxford: OUP, 2016.

Dehé, Nicole et Braun, Bettina. “The prosody of rhetorical questions in English.” English Language and Linguistics. 24.4 (2019): 607–35.

De Mattia-Viviès, Monique. « Syntax in Wonderland. Les déconnexions forme - sens et la syntaxe dite mensongère. » E-rea. 1-9, 2012.

Ducrot, Oswald. Le dire et le dit. Paris : Editions de Minuit, 1984.

Dufaye, Lionel. « WH- : Fin de parcours. » Corela. HS-4. 2006.

Ginzburg, Jonathan, et al. “Characterizing the Response Space of Questions : data and theory.” Dialogue & Discourse. A paraître.

Ginzburg, Jonathan et Sag, Ivan. Interrogative Investigations: The Form, Meaning and Use of English Interrogatives. Stanford : CSLI Publications, 2000.

Gournay, Lucie. « (Entre autres choses) pourquoi les marqueurs simples en WH- ne sont finalement pas des marqueurs de parcours. » Parcours Linguistiques. Domaine anglais. Etudes réunies par Geneviève Girard-Gillet. Travaux du CIEREC 122 : 59-70. Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005.

Groussier, Marie-Line et Rivière, Claude. Les mots de la linguistique. Lexique de linguistique énonciative. Paris : Ophrys, 1996.

Guillaume, Bénédicte. « Terme d’adresse et question tag en co-occurrence : redondance ou stratégie énonciative ? » Modèles linguistiques. Nomination, noms propres, termes d’adresse II. Tome XXVI, 2. Vol. 52 : 113-134, 2005.

Guillaume, Bénédicte. Approche énonciative des question tags en anglais contemporain. Numéro spécial des Cahiers de Recherche. Paris: Ophrys, 2006.

Guillaume, Bénédicte. “From ambiguity to deceptiveness: the case of hybrid since- subordinates in English.” E-rea. 9.2, 2012. http://erea.revues.org/2396

Guillaume, Bénédicte. « Entre théorie et pratique : des corpus à la typologie. » Document de synthèse de l’Habilitation à Diriger des Recherches. Aix-en-Provence : Aix-Marseille Université, 2013.

Guillemin-Flescher, Jacqueline. « Questions rhétoriques et évaluation modale. » Langues et Langage. problèmes et raisonnement en linguistique. Mélanges offerts à Antoine Culioli. Sous la direction de J. Bouscaren, J.-J. Franckel et S. Robert. Paris : Presses Universitaires de France, 1995.

Guillemin-Flescher, Jacqueline. « Sujet énonciateur et sujet de l’énoncé dans la relation d’interlocution fictive. » Le sujet. Coord. J.-M. Merle : 183-92. Bibliothèque de Faits de Langue. Paris : Ophrys, 2003.

Le Goffic, Pierre. « Indéfinis, interrogatifs, relatifs (termes en QU-) : parcours avec ou sans issue. » Faits de Langues. 4 : 31-40. 1994.

Huddleston, Rodney. “The Contrast between Interrogatives and Questions.” Journal of Linguistics. 30 (1994): 411-39.

Hudson, Richard. “The Meaning of Questions.” Language. 51 (1975): 1-32.

Merle, Jean-Marie. « La question et l’interrogation en contexte : point de vue énonciatif. » Corela, HS-29, 2019.

Poudat, Céline et Landragin, Frédéric. Explorer un corpus textuel : Méthodes - pratiques - outils. Paris : De Boeck Supérieur, 2017.

Rohde, Hannah. “Rhetorical questions as redundant interrogatives.” San Diego Linguistics Papers, Vol. 2, University of California, San Diego (2006): 134-168.

Sadock, J. M. “Declaratives”. D. Adams et al., éds. Papers from the 7th Regional Meeting of the Chicago Linguistics Society. Chicago: Chicago Linguistics Society (1971): 223-32.

Searle, John R. Speech Acts: An Essay in the Philosophy of Language. Cambridge: Cambridge University Press. 1969.

Vincent-Durroux, Laurence et Gardelle, Laure, éds. Questions et exclamations au prisme de plusieurs approches linguistiques. CORELA. HS 29, 2019.

Von Heusinger, Klaus, et al., éds. Questions in Discourse. Leiden / Boston: Brill.

Yang, Zhixia. “A Corpus-based Study of Rhetorical Questions in Monologic Genres in the Framework of Relevance Theory.” Thèse de Doctorat. Birmingham City University, 2017.

Références du corpus

Sources écrites

Cornwell, Patricia. Unnatural Exposure. New York: G. P. Putnam's Sons, 1997. (Unnatural Exposure)

Guard, Candy. Turning to Jelly. London: Macmillan’s Children’s Books, 2014. (Jelly)

King, Stephen. Bag of Bones London: New English Library (Hodder and Stoughton), [1998] 1999. (Bones)

Morpurgo, Michael. The Last Wolf. Illustrated by Michael Foreman. London: Doubleday, 2002. (Last Wolf)

Rankin, Ian. The Impossible Dead. London: Orion, [2011] 2012. (Impossible Dead)

Metalious, Grace. Peyton Place. New York: Simon & Schuster Pocket Books, [1956] 1974. (Peyton Place)

Rowling, J.K. Harry Potter and the Deathly Hallows. London: Bloomsbury, 2007. (Deathly Hallows)

Simon, Francesca. Don’t Cook Cinderella. Illustrated by Tony Ross. London: Orion’s Children’s Books, [1996] 2005. (Cinderella)

Time Magazine. Hebdomadaire généraliste. ISSN 0040-781X. New York, 1997. (Time)

Wikipedia Talk Pages. entrée « Coronavirus ». https://en.wikipedia.org/wiki/Talk:Coronavirus/Archive_1 (Wikipedia Coronavirus Talk pages)

Séries et film

Bridgerton. Série Netflix créée par C. Van Dusen. Produite par Shondaland. Avec la voix de J. Andrews. Avec R.-J. Page et P. Dynevor, 2020. (Bridgerton)

Honest Thief. Réalisé par Mark Williams. Open Road Films et Briarcliff Entertainment. Avec L. Neeson et A. Ramos, 2020. (Honest Thief)

The Crown. Série Netflix créée par P. Morgan. Produite par S. Daldry. Left Bank Pictures. Sony Pictures Television. Saison 4. Avec O. Colman, T. Menzies, H. Bonham-Carter, J. O’Connor, E. Doherty, 2020. (The Crown)

Top of page

Notes

1 Ainsi, nous conservons cette appellation traditionnelle car elle a l’avantage d’être bien connue, mais prenons tout de même quelque distance en parlant d’interrogatives ‘dites rhétoriques’, afin de souligner son caractère problématique.

2 Les caractéristiques intonatives devraient également en toute rigueur figurer en bonne place dans la catégorisation de chacune des catégories d’interrogatives rhétoriques. La prise en compte des données intonatives ne nous est malheureusement pas possible dans le cadre restreint de cette contribution. Dans l’attente de pouvoir approfondir la question, nous renvoyons au récent article de Dehé et Braun (2019), tout en signalant que leur analyse est fondée sur l’enregistrement d’énoncés sollicités, notamment dans le but de comparer l’intonation d’une même phrase placée dans des contextes différents, dont certains favorisent une interprétation rhétorique, et d’autres non, par les mêmes informateurs. Il ne s’agit donc pas d’oral spontané.

3 « D’une manière générale, les annotations qui relèvent de la morphosyntaxe et de la syntaxe sont automatisables avec un taux de correction satisfaisant, alors que la plupart des annotations relevant de la sémantique et de la pragmatique sont soit non automatisables dans l’état actuel du TAL, soit automatisables mais avec un taux d’erreur non négligeable. » (Poudat et Landragin 2017 : 42). Bhatasali et al. (2015) ont néanmoins tenté de repérer de manière automatique des questions rhétoriques dans un corpus électronique, et parviennent à améliorer significativement le taux de reconnaissance en incluant des critères tenant compte du contexte des exemples. Toutefois, comme le notent de manière plus générale C. Poudat et F. Landragin dans la citation ci-dessus, le taux d’erreur lors de la reconnaissance reste malgré tout élevé.

4 Voir par exemple le compte-rendu qu’en font Vincent-Durroux et Gardelle (2019 : 2-3).

5 Une telle définition pose le problème de la sincérité de l’énonciateur : ignore-t-il vraiment la réponse à la question posée ? pense-t-il réellement que le co-énonciateur possède l’information qui lui échappe ? Cela peut dès lors rendre nécessaire d’y associer des conditions de sincérité (cf. Hudson 1975).

6 Il est intéressant de noter qu’en anglais, on peut, à l’image de l’opposition interrogative / question, faire une différence entre answer et response ; voir à ce sujet Ginzburg et al., à paraître.

7 Nous avons recours à l’appellation « interrogative classique » par commodité, afin d’opposer les interrogatives dans lesquelles l’énonciateur ignore sincèrement la réponse à la question qu’il pose, et espère de manière tout aussi réelle que le co-énonciateur sera en mesure de l’aider, aux interrogatives rhétoriques. Il est toutefois bien évident qu’il ne s’agit pas là d’une classe homogène ; notre propos ici n’est toutefois pas d’examiner celle-ci en détail.

8 Tout au plus peut-on s’attendre à ce que la réunion de plusieurs de ces marqueurs facilite l’interprétation rhétorique, comme dans l’exemple 2 qui cumule la présence du modal could et de l’adverbe possibly, tous deux marqueurs de jugement épistémique ici ; mais même cela ne peut guère être érigé en précepte.

9 Par exemple : “The utterance isn’t aimed at receiving an answer / The answer is already embedded within the question / They are unreal or improper questions / They have the shape of a question but they perform a different communicative act….” (Damiazzi 2020).

10 Nous empruntons ces expressions à M. de Mattia-Viviès (2012).

11 Voir Gilbert (1993 : 92-3) ou Groussier et Rivière (1996 : 120-1) pour plus de détails concernant l’échelle des modalités dans la TOE

12 Voir aussi Culioli 1985 : 64-5 ; 70-1 ; 77 et 1990a : 122.

13 « Totalité des occurrences effectives, possibles, fictives, etc., correspondant à une définition (ensemble de propriétés) donnée. » (Groussier et Rivière 1996 : 36)

14 Voir aussi Culioli 1985 : 70.

15 « si l’on a affaire à une relation entre des termes non stabilisés, il faut pourvoir la relation d’un site, afin qu’elle soit bien formée. (…) on a alors une opération de parcours, c’est-à-dire un trajet d’occurrence à occurrence, sans que l’on puisse s’arrêter à une valeur stable et assurée. Dans ce cas, on aura nécessairement recherche d’un site (processus de stabilisation) : nous appellerons issue une telle position de stabilisation. » (Culioli 1990 : 170 )

16 Le parcours dans une interrogative fermée peut évidemment se révéler en contexte bien plus complexe qu’un choix entre deux valeurs, notamment si l’énoncé interrogatif comporte des marqueurs de modalité épistémique, dont la forme interrogative elle-même fait au demeurant déjà partie (cf. Merle 2019 : 5).

17 La position (IE), parfois notée hors-p, p’, se situe dans le plan pré-modal, à la pointe d’une bifurcation ; à cet endroit, on n’est ni en I ni en E, mais I et E sont tous deux potentiellement accessibles (Culioli 1990 : 98). On peut donc envisager à partir de là aussi bien la validation que la non-validation de la relation prédicative (Culioli 1990 :162).

18 cf. Culioli à propos des exemples « Où n’a-t-il pas voyagé ? » ou « N’a-t-il pas voyagé ? » : « je préconstruis quelque part que ‘je m’attends à ce qu’il ait voyagé’ » (1985 : 50)

19 Au sens culiolien du terme : « Opération de détermination consistant, pour l’énonciateur, à isoler soit un ou plusieurs éléments d’une classe d’occurrences (discontinu) soit une quantité d’une classe de quantités (continu quantifiable) en les repérant par rapport à une Situation. » (Groussier et Rivière 1996 : 77)

20 A noter qu’il s’agit d’exemples inventés et hors contexte, contrairement à ceux composant notre propre corpus.

21 Dans Guillaume (2006), nous proposons une typologie des énoncés avec question tag comportant quatre catégories principales (et éventuellement des sous-catégories) se distinguant les unes des autres par des caractéristiques syntaxiques, énonciatives et intonatives propres à chacune d’entre elles.

22 Dans la terminologie que nous employons, la base correspond à l’énoncé, fréquemment de forme déclarative, qui précède, au sein d’une même phrase, le question tag interrogatif.

23 Comme déjà signalé en 1.2, voir aussi Dayal (2016 : 283) ou encore Yang (2017 : 14) en ce qui concerne le lien entre question rhétorique et assertion.

24 Dans les exemples pour lesquels la réponse est évidente, le rôle du contexte et de la contextualisation reste bien sûr majeur ; même pour un exemple aussi prototypique que Is the Pope catholic?, la possibilité qu’il s’agisse d’une « vraie question », ou bien, de manière plus technique, d’une interrogative équi-pondérée, n’est jamais totalement exclue en l’absence de contexte. Ce pourrait ainsi être la question naïve d’un enfant ou d’une personne peu informée (cf. Dayal 2016 : 1, note 1).

25 Bien que l’exemple (13) contienne une négation (doing nothing), il n’est pas à mettre sur le même plan que ceux présentés en 2.2, car ce segment est ici mis en avant explicitement comme étant la réponse à la question implicite What is your solution to everything? En revanche, dans la prochaine catégorie, comme nous allons le voir, on a affaire au phénomène inverse : c’est la question qui est explicite, tandis que la réponse reste implicite, même si fortement sous-entendue. Cet exemple peut donc fournir une transition entre ces deux catégories, mais appartient tout de même de manière claire à la première.

26 Parmi les diverses formes que peut prendre l’opération de négation, il s’agit plutôt ici d’une « opération de parcours avec construction de la partie vide de la classe d’occurrences ». Comme l’explique Culioli : « que l’on considère la négation liée à des propriétés sémantiques, ou que l’on considère la négation issue d’une opération de parcours avec construction de la partie vide de la classe d’occurrences, on retrouve d’un côté la négation qualitative de rejet par le sujet de ce qui est mauvais, de l’autre la négation de localisation et d’existence » (1990 : 95 ; c’est nous qui mettons en gras)

27 Voir aussi Ducrot (1984).

28 Contrairement toujours aux observations de Borillo (1981), qui parle d’« inversion de polarité », on a plutôt affaire dans cette catégorie à la mise en avant systématique de la valeur négative. Ainsi, dans l’exemple (15), on note d’ores et déjà la présence du morphème négatif n’t combiné à ever, et cela n’empêche pas la paraphrase d’être entièrement négative (never). Inversement, si l’on passe d’une interronégative à une réponse affirmative, cela s’apparenterait plus à une demande de confirmation (interrogative biaisée, orientant vers une certaine réponse, mais laissant malgré tout une réelle possibilité au co-énonciateur de s’exprimer) qu’à une interrogative rhétorique.

29 Voir la partie 3 pour d’autres exemples dans lesquels la stratégie à l’œuvre au sein de la question rhétorique est finalement mise en échec (par le co-énonciateur cette fois, et non plus l’énonciateur).

30 Cet exemple permet de rappeler la forte compatibilité qui existe entre l’interrogation et des marqueurs de parcours typiques tels anything (voir aussi ever dans l’exemple 15).

31 La présence de ce commentaire fait que cet exemple pourrait aussi avoir sa place dans la première catégorie, celle dans laquelle la réponse est donnée explicitement (et est de toute façon présentée comme évidente). Comme déjà expliqué, les catégories ne sont pas totalement hermétiques les unes par rapport aux autres.

32 Il nous a en effet semblé rencontrer un peu plus difficilement des exemples de ce phénomène que pour les deux premières catégories ; vu la relativement petite taille de notre corpus toutefois, il peut s’agir là d’une impression sans réel fondement, bien que ceci contribuerait tout de même à expliquer que cette dernière catégorie ne soit en général pas évoquée dans les descriptions existantes des questions rhétoriques.

33 Il s’agirait dès lors plutôt de « la négation qualitative de rejet par le sujet de ce qui est mauvais » (Culioli 1990 : 95 ; voir note 26 pour le contexte de cette citation).

34 Voir citation complète au début de la section 2.2.

35 Quant aux exemples en français de Culioli que nous venons de citer, on a affaire au marqueur « pourquoi », qui équivaut aux WH- de l’anglais. Par ailleurs, A. Celle (2018 : 222) observe une plus grande fréquence des WH- questions dans son corpus en ce qui concerne les exemples d’interrogatives rhétoriques en contexte d’expression de la surprise.

36 De manière amusante, nous avons découvert par hasard que cette réplique de la saison 4 du feuilleton The Crown est devenue culte parmi les fans de la série, au point de générer la vente de produits dérivés, des t-shirts par exemple.

37 Dans la série des Harry Potter, le nom Squib désigne un sorcier ou une sorcière de naissance qui n’arrive pas à utiliser ses pouvoirs magiques.

38 A noter que on earth est un intensifieur qui est fortement compatible avec les interrogatives rhétoriques, sans pour autant en être caractéristique.

39 Voir aussi A. Celle (2018 : 214) : “Rhetorical questions in surprise contexts highlight the connection between surprise and negatively-valenced emotions such as anger or disappointment.”

40 Voir aussi les exemples de situations similaires que propose A. Celle ainsi que ses commentaires (2018 : 224-5).

41 De surcroît, l’ordre des énoncés a son importance. Si she doesn’t have a head était formulé après How can you say that?, on pourrait beaucoup plus facilement interpréter la question comme une réelle demande d’information, et, dans ce cas, she doesn’t have a head serait un commentaire admiratif, et non sceptique, comme c’est le cas ici.

42 La présence de ce terme d’adresse explicite, alors même qu’il ne peut pas y avoir dans le contexte de doute sur le destinataire effectif des propos de Doge, participe lui aussi à l’exhortation faite au co-énonciateur de se conformer à l’image que l’énonciateur a de lui en se montrant plus intègre et moins médisant (cf. Guillaume 2005 : 122-3) : on pourrait en effet aller jusqu’à parler de centrage par rapport à un centre attracteur qualitatif (cf. Culioli 1990 : 112), qui correspondrait à la « bonne image » que l’énonciateur se représente du co-énonciateur, et qui est ici mise à mal par les propos calomnieux qui ont été proférés.

43 Dans une question orientée (conducive en anglais), qui est en général une question fermée et, typiquement, une interro-négative, au lieu d’avoir un parcours sur les deux pôles du domaine (cf. schéma B en 1.3), l’une des deux valeurs est mise en avant comme étant beaucoup plus probable que l’autre. On n’a dès lors plus affaire à une interrogative équi-pondérée, sans pour autant pouvoir la catégoriser comme interrogative rhétorique : le parcours est biaisé mais non bloqué. Voir aussi Culioli 1990 : 110 sur la « demande de confirmation » (cité en 2.2) et la note 28.

44 On peut dès lors parler d’exemples hybrides, au sens que nous donnons à ce terme (voir Guillaume 2012).

45 Voir notes 28 et 43.

46 Voir note 24.

Top of page

References

Electronic reference

Bénédicte Guillaume, “Les interrogatives dites rhétoriques au prisme de la théorie d’Antoine Culioli”Anglophonia [Online], 31 | 2021, Online since 13 October 2021, connection on 19 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/4270; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.4270

Top of page

About the author

Bénédicte Guillaume

Université de Toulon, laboratoire Babel
benedicte.guillaume@univ-tln.fr

By this author

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search