Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia31Analyse énonciative de have to et...

Analyse énonciative de have to et comparaison avec le modal must

Pauline Serpault

Abstracts

This article explores various uses of have to in contemporary English, relying on empirical data. The analysis is carried out within the framework of the theory of predicative and enunciative operations as set out by Antoine Culioli, and aims to identify a set of functional invariants holding across a wide range of contextual meanings. Our formal representations partially build on the operations marked by the verb have (localisation, a specific operation of location), and the infinitive particle to (“visée” understood as the construction of a notional occurrence or as the distinction of one value in a notional domain), as we suggest that the functioning of have to can be perceived as a product of their combination. These representations also attempt to pinpoint the difference between have to and must, while accounting for the cases in which their meanings seem to overlap.

Top of page

Full text

Introduction

1 Have to tient une place particulière dans le système modal de l’anglais. Plusieurs de ses valeurs sémantiques le rapprochent en effet de certains auxiliaires modaux « centraux », tandis que ses propriétés morphologiques et syntaxiques l’en distinguent radicalement. Cette ambivalence se reflète dans le statut de « quasi-modal » ou de « semi-modal » qu’il se voit régulièrement accorder.

2 En tant que forme extérieure au paradigme classique des auxiliaires modaux, have to semblerait appeler un traitement particulier, à même de mettre au jour sa spécificité. Plutôt rares sont cependant les travaux qui lui réservent une place centrale, et quasi inexistants, à notre connaissance, ceux qui proposent de ses différents emplois un traitement unifié. Plus fréquentes sont les approches, essentiellement descriptives, privilégiant des comparaisons ponctuelles avec le modal must, qui lui est souvent concurrent dans l’expression de « l’obligation » ou de la « nécessité ». Il apparait pourtant souvent difficile d’y saisir ce qui distingue précisément have to de must. Lorsque les deux formes ne sont pas tenues pour interchangeables, ou censées entretenir l’une avec l’autre un simple rapport de distribution complémentaire, elles sont dites se distinguer par leur degré d’objectivité, have to étant tenu pour objectif et must pour subjectif. Même si la distinction satisfait parfois globalement l’intuition, cette conception vient dans certains cas se heurter aux phénomènes linguistiques. Du reste, la notion d’ « objectivité » est souvent assez mal définie, ou se voit ramenée à un paramètre externe à l’énoncé, have to restant, au bout du compte, caractéristiquement traité sur le même modèle que must, et ses emplois appréhendés par le biais des mêmes étiquettes (déontique, épistémique), quitte à les vider d’une grande partie de leur substance.

3 Nous examinerons ici différents emplois de have to à partir d’énoncés authentiques. En nous appuyant sur les outils de la Théorie des opérations prédicatives et énonciatives (TOPE) élaborée par A. Culioli, et en convoquant notamment les deux concepts essentiels que sont celui de domaine notionnel et celui de repérage, nous tenterons d’en fournir une représentation unifiée, à même de rendre compte des variations sémantiques observables en contexte. Les représentations formelles proposées viseront également à prévoir et à expliquer la possible proximité des valeurs associables à have to et à must, tout en reflétant la spécificité de chacune des deux formes.

4 Nous aborderons d’abord, en 1, quelques points d’ordre méthodologique en disant quelques mots de la façon dont ont été collectés et exploités les exemples qui ont servi de base à notre travail. L’examen, en 2, de quelques-uns des emplois de have to et de must les plus fréquemment commentés précédera l’élaboration d’hypothèses formelles, présentées en 3, prenant appui sur les opérations mises en jeu par les deux marqueurs have et to. Nous nous pencherons ensuite, en 4 puis en 5, sur d’autres types de contextes dans lesquels have to est susceptible d’apparaitre. Ce retour à l’empirique permettra à la fois d’illustrer et d’enrichir les propositions théoriques faites en 3 ; nous examinerons en détail les différentes manières dont les propriétés dégagées se déclinent, en cherchant à mettre en évidence l’existence d’invariances, au-delà de la diversité des emplois et des valeurs de la forme en contexte.

1. Méthodologie

5Les énoncés authentiques constituant notre base de travail ont initialement été recueillis dans le British National Corpus (BNC ; plus de cents millions de mots, années 1980 à 1993) et le Corpus of Contemporary American English (COCA ; plus d’un milliard de mots, 1990 à nos jours). Ces deux corpus présentent l’avantage d’être librement accessibles et consultables en ligne, d’être étiquetés, et d’assurer la diversité des genres et des registres représentés, puisqu’ils contiennent en effet des données de langue orale (transcriptions de programmes télévisés et radiophoniques et, pour le BNC, de conversations spontanées) et de langue écrite (œuvres de fiction, articles de presse, travaux scientifiques). Avoir recours au BNC et au COCA nous permettait par ailleurs de travailler à la fois sur l’anglais britannique et l’anglais américain, non pas pour nous livrer à une analyse quantitative et comparative, mais pour espérer garantir une certaine diversité des phénomènes représentés, en partant de l’hypothèse selon laquelle certains emplois de have to et/ou de must pouvaient différer d’une variété à l’autre (ce que nos observations ultérieures n’ont pas particulièrement permis de confirmer).

  • 1 Un peu plus de 80 000 occurrences de have to (have to, has to, had to, having to, et formes contrac (...)

6Nos requêtes, qu’il s’agisse de must ou de have to toutes formes confondues, ont bien sûr retourné plusieurs dizaines voire centaines de milliers d’occurrences à l’échelle des corpus entiers.1 Nous avons ainsi choisi de constituer un premier corpus de départ en travaillant sur des échantillons aléatoires de 1000 occurrences de have to (500 dans le BNC, 500 dans le COCA) et de 400 occurrences de must (même répartition).

7Ces énoncés ont été examinés de près et ont fait l’objet de plusieurs formes de classement, en fonction du contexte d’apparition ou de l’environnement syntaxique en jeu, de l’interprétation que ces énoncés recevaient, et du rôle que semblait jouer dans cette interprétation la forme soumise à l’analyse.

8Ce premier examen a donné lieu à l’élaboration d’un ensemble d’hypothèses, que nous avons testées et confrontées aux données linguistiques, par une forme de va-et-vient entre théorie et observables. Nous avons ainsi complété nos sous-corpus de départ par d’autres énoncés, notamment lorsque tels ou tels contextes, genres, registres, phénomènes localisés, valeurs sémantiques ou configurations syntaxiques (type de marque temporelle et/ou aspectuelle sur have, de sujet syntaxique, de prédicat, de diathèse, etc.) s’y trouvaient insuffisamment représentés pour l’analyse. Ceci nous a parfois conduite à recueillir des exemples en dehors du BNC et du COCA, notamment sur le Web, par exemple dans des ouvrages en tous genre numérisés par Google Books, ou encore dans des forums de discussion.

9Les différentes manipulations d’énoncés, tentatives de substitution d’une forme à une autre, etc., par lesquelles est également passée cette mise à l’épreuve des hypothèses ont en parallèle été soumises au jugement de locuteurs natifs de l’anglais.

2. « Déontique » et « dynamique » : quelques observations

10 Pour nous donner un point de départ, nous examinerons d’abord ici ces emplois de have to et de must les plus couramment évoqués et comparés dans la littérature, ceux dans lesquels les deux formes véhiculent une valeur fréquemment qualifiée « d’obligation ». On peut constater que les occurrences commentées s’inscrivent le plus typiquement dans le contexte suivant : le prédicat renvoie à un procès dynamique, la relation sujet-prédicat n’a livré aucune occurrence au moment d’énonciation, et la venue à l’existence d’une occurrence repose sur l’intervention d’un agent, correspondant caractéristiquement au référent du sujet de l’énoncé.

11 Les tentatives pour différencier les deux formes font classiquement appel à la question du point de vue (celui du locuteur, speaker, dans le cas de must) en mettant à contribution une dichotomie subjectif (must) / objectif (have to). Cette approche, on le verra à l’aide de certains exemples, méritera d’être nuancée ou en tout cas précisée :

Have (got) to is often felt to be more impersonal than must, in that it tends to lack the implication that the speaker is in authority. (R. Quirk et al. 226)

Must (= “obligation”) is generally subjective, in that it refers to what the speaker thinks it important or essential to do. Have to, on the other hand, is more “objective”, i.e. the obligation or compulsion tends to come from a source outside the speaker. (G. Leech 83)

12 Est parfois également mise en avant l’idée, en fait corrélée à la première, selon laquelle l’emploi de have to suppose à l’inverse de must une contrainte « déjà acquise » dont on se contente, au moment d’énonciation, de poser ou de rappeler l’existence :

Avec have to, [l’énonciateur] exprime simplement l’existence d’une obligation. [...] Have to [...] ne donne pas d’indications sur la source de la nécessité. (P. Larreya et C. Rivière 106)

Avec have [to], la nécessité est décrite, et non pas introduite par le locuteur. C’est une nécessité qui s’impose, et non que j’impose à la réalisation de [l’état de fait] (L. Cherchi 163-4)

13 Dans le cas de have to, ces deux traits se vérifient bien dans des exemples comme les suivants, assez classiques. Notons que la substitution de must à have to y serait difficilement recevable, ce que confirment les anglophones interrogés :

(1)I’m sorry you have to work tonight Joseph!” she said, reaching for his hand.
? I’m sorry you must work tonight, Joseph!

(2) “I’m sorry you spilled the coffee in your lap, and I feel bad you have to go home and change your outfit” is 100 percent empathy.
* I’m sorry you spilled the coffee in your lap, and I feel bad you must go home and change your outfit.

(3) Well, Dr. Cynthia Otto, I want to wish you really good luck with the new Penn Vet Working Dog Center […]. You have to leave us now, but I’m hoping, Annemarie DeAngelo, that you can stay around for a few more minutes and then we could talk some more.
* [Dr. Cynthia Otto,] you must leave us now, but I’m hoping, Annemarie DeAngelo, that you can stay around […].

(4) “You’ve been in your room since you got home from school,” Mom said. “What are you working on?” I groaned. “I have to tell the class what I did this summer.”
? I groaned. “I must tell the class what I did this summer”.

(5) I can’t see you tomorrow: I have to take an exam.
* I can’t see you tomorrow: I must take an exam (d’après P. S. Tregidgo 81)

(6) “Couldn’t your mom pick us up?” “I wish.” A. J. sighed. “She has to pick up my sister from kindergarten and put the baby down for a nap.”
? “Couldn’t your mom pick us up?” “I wish.” A. J. sighed. “She must pick up my sister from kindergarten and put the baby down for a nap.”

(7) Obviously none of that got his attention because he comes through the court system again, charged with the very same offense. So now it’s cost him something. It’s cost him his liberty, and he has to go to jail, has to pay the price for that. And it’s unfortunate, it takes too often the system a long time before we get the message that people need to be held accountable the first time they come through court.
* It’s cost him his liberty, and he must go to jail […].

14 Les énoncés (1) à (3), qui admettent pour sujet you, ne mettent en place aucune dynamique intersubjective et sont, pour les deux premiers, dominés par des prédicats à valeur dépréciative (I’m sorry (that), I feel bad (that)) qui impliquent que ce qui fait l’objet du commentaire ait une existence indépendamment de l’énonciation. Ce trait reste impliqué par (3), qui se fonde visiblement sur du “déjà prévu” pour opposer l’impossibilité, connue, de rester pour l’une des interlocutrices à la possibilité, souhaitée, de rester pour l’autre. Avec l’énoncé (4), le locuteur informe sa mère de l’existence et de la nature de la tâche qui lui incombe tout en la présentant (I groaned) comme une contrainte pour lui, tandis qu’en (5), have to autorise la référence implicite à un programme pré-établi qui permet de poser tout en la justifiant l’impossibilité pour I d’accéder à la demande d’un interlocuteur, comme (6) à cet égard, sans que l’énoncé se voie ainsi interprété comme un refus délibéré. En (7) enfin, l’alliance du parfait du présent it’s cost him something, it’s cost him his liberty avec so now implique d’elle-même que la peine en question a quoi qu’il en soit déjà été prononcée. Dans tous les cas, ce caractère « acquis » rend effectivement possible, à l’appui de certains des commentaires cités plus haut, la variété des sources ou des facteurs à l’origine de « l’obligation » dont on rapporte l’existence (source subjective, décision de justice ou norme en (4), (5) et (7), mais aussi circonstances en (2)) ou en fait leur indétermination ((1), (3), (6)), sans que cela modifie le rôle que joue have to au sein de l’énoncé, le propos étant de toute façon ailleurs.

15 La différence avec must est tangible dans la plupart des cas où le modal s’inscrit dans un contexte vérifiant les paramètres énoncés au début de ce chapitre. Dans un certain nombre de cas, have to pourrait difficilement remplacer must. Citons d’abord quelques exemples admettant pour sujet le pronom you, configuration la plus régulièrement commentée :

(8) “He’s on the coach. He will arrive in nine hours. You must get to the coach station and make sure you are at the Asian terminus not the European terminus,” she warned. “Take photographs. Follow him. […].”
? You have to get to the coach station and (you have to) make sure […]

(9) “What is it?” “The fire escape,” he said. “You must come with me. Please? You know what I’m asking. The party. The real party. You know.” There was a pause. Then she said: “All right.” She reached out and touched his face.
? You have to come with me. Please ? You know what I’m asking.

(10)You must leave us now, if you don’t mind. What I want to talk to your friend about is strictly private and confidential . . .” “Let her stay, ma. It doesn’t matter.”
? You have to leave us now, if you don’t mind.

16 Dans ces contextes, l’interprétation à laquelle donnent lieu les énoncés en must est classiquement qualifiée de déontique, étiquette qu’il serait fort discutable d’assigner aux énoncés en have to cités plus haut. Cette valeur trouve essentiellement sa raison d’être par rapport à un système de principes et de valeurs, qui s’appuie grossièrement sur une dichotomie en termes de bon/mauvais. Dans les termes de la TOPE, la modalité déontique met donc en jeu une valuation positive, qui suppose dans les cas les plus courants une source de point de vue particulière, une origine énonciative spécifique qui, à l’appui des deux premiers commentaires cités en début de chapitre, est bien identifiable dans ces exemples au locuteur (voir par ailleurs she warned et les impératifs en (8), ou please et what I’m asking en (9)). Dans ce contexte dialogique, entre caractéristiquement en jeu une relation intersubjective puisqu’une origine déontique s’adresse à un co-énonciateur spécifique, identifiable à la cible (you) de « l’obligation » ou de la demande exprimée, et à l’agent que l’énonciateur place responsable de la validation de l’occurrence valuée.

  • 2 Notons cependant qu’en (9) et (10), cette difficulté tient aussi, voire autant, au fait qu’est expl (...)

17 Il ne s’agit donc plus, contrairement aux exemples (1) à (3) avec you have to, de rapporter, rappeler ou constater une « obligation » qui, en quelque sorte, préexisterait à l’énonciation, mais de la construire par l’énonciation même, via l’emploi de must. Le modal participe ainsi à l’expression spontanée d’un désir ou d’un souhait et/ou à la formulation d’une nouvelle instruction, contexte qui rend peu propice l’apparition de have to.2

18 Avec le sujet I, l’interprétation déontique subsiste, à la différence que l’origine et la cible déontiques sont alors fréquemment identifiées. Il n’est dans ce cas plus question, contrairement aux exemples (4) et (5) avec I have to, de rapporter l’existence d’une contrainte affectant le référent du sujet mais, du moins dans une majorité de cas, d’exprimer un désir ou une décision spontanée :

(11) “Why this is wonderful!” Ducky Lucky exclaimed, “I must buy one of these chips. Let’s show the others; maybe we can get a quantity discount.”

(12) “You sure you’re OK?” “Positive James! I must offer you a drink for saving me. I have beer, scotch and wine, which is your preference?”

19 Cette différence entre have to et must subsiste bien aussi dans les exemples mettant en jeu un sujet de troisième personne:

(13) Her early school reports were peppered with comments, complimentary or judgemental, depending on the teacher: “Margaret has a very active imagination”, “Margaret must learn not to go off into day-dreams”, “Margaret does not yet seem to have learned the difference between fact and fiction”.

(14) Benjamin Suarez has been told by federal prison officials that he must report to a minimum security facility in West Virginia in two weeks.

(15) Jimmy Carlton Winfrey, 25, pleaded guilty on Friday to shooting at two of Wayne’s tour buses while they traveled on Interstate 295 in April. Winfrey, known as Peewee Roscoe, was found guilty on six charges, he must serve 10 years in prison and another 10 on probation for his crimes.

  • 3 Must peut aussi ne pas être directement placé sous la portée d’un verbe recteur de « parole » et ap (...)

20 Dans des énoncés comme (14) ou, dans une plus large mesure, (15), dans lequel have to serait également recevable avec quelques nuances, la différence apparait certes moins perceptible sur le plan intuitif. Comme le montrent ces exemples, en présence d’un sujet de troisième personne, l’origine de la valuation n’est en effet plus systématiquement identifiable au locuteur, ce qui au demeurant doit nous inciter à traiter avec prudence l’affirmation récurrente selon laquelle l’emploi de must repose toujours sur son intervention (speaker dans les commentaires cités plus haut). Il est toutefois notable qu’il reste toujours possible de donner à « l’obligation » exprimée un caractère valuatif ou du moins normatif. En effet, soit l’on peut toujours rattacher l’emploi de must à une source de point de vue particulière, la majorité de ces énoncés s’inscrivant en fait dans le cadre du discours indirect, comme en (14)3 (l’origine est alors identifiable à un « énonciateur rapporté », federal prison officials en (14)) ; soit, dans certains cas moins fréquents, une origine au sens large peut être reconstruite, sous la forme notamment d’un règlement ou d’une décision de loi, comme en (15). C’est cette confrontation persistante, et saillante, à un système de valeurs ou à une norme que sous-tend l’emploi de must qui, avec les divers effets de sens qui en découlent, distingue selon nous des énoncés comme (15) d’énoncés en have to à première vue similaires, dont (7), repris ci-dessous, est en fait représentatif :

(7) So now it’s cost him something. It’s cost him his liberty, and he has to go to jail, has to pay the price for that. And it’s unfortunate, it takes too often the system a long time before we get the message that people need to be held accountable the first time they come through court.

21 En (15), énoncé en must, comme en (7), énoncé en have to, la peine a été, empiriquement, prononcée antérieurement au moment de locution, mais seul (7) exploite linguistiquement cette pré-existence, ou en d’autres termes nous situe au-delà du choix entre <he-go to jail> et <he-not go to jail>, pour centrer le propos sur les implications négatives qui en résultent pour le référent du sujet, et plus largement pour apporter ici un commentaire sur l’inefficacité de l’appareil judiciaire contre la récidive. Notre propos rejoint en fait ici les deux remarques suivantes au sujet, respectivement, de must et de have to :

[Must] permet de valoriser d’abord le dynamisme de la contrainte [...] ensuite il montre l’origine de la contrainte et il lui devient possible d’évoquer alors l’abstraction de la loi, mais il ne se prête pas à l’expression d’un état de contrainte qui affecterait un sujet particulier. (P. Cotte 486)

L’absence de tout cadrage préalable, de toute dimension explicative, justifie le recours à have to chaque fois que, pour une raison ou pour une autre, il s’agit de contraindre l’interlocuteur à considérer non pas l’origine de la contrainte mais ses implications. (C. Douay 10)

22 Comme nous l’avons déjà évoqué, peu importe alors avec have to la nature de la source ou du facteur à l’origine de la contrainte exprimée, tandis que dès qu’il est impossible d’associer à l’obligation un caractère normatif, l’emploi de must redevient difficile, d’après nos observations, et selon les anglophones consultés au sujet de plusieurs exemples dont le suivant :

(16) Tonight, August 22nd, her now ex boyfriend beat her and broke her nose in 3 places and knocked her tooth out. Not only does she now have an immense amount of medical bills to pay, she has to replace her front tooth, and is more importantly out of a place to live.
? Not only does she now have an immense amount of medical bills to pay, she
must replace her front tooth, and is more importantly out of a place to live.

23 Signalons que ces observations peuvent être corroborées par l’examen de contextes plus génériques mais à caractère légal, au sens très large du terme. C. Williams (98) signale la fréquence de must dans les textes juridiques à portée prescriptive qui constituent son corpus, constat que nous faisons également à l’examen d’une vingtaine de textes prescriptifs en tous genre et de registres variés récoltés sur le Web, qu’il s’agisse de textes de lois mais aussi de codes, d’avis au public, de règlements intérieurs, de modes d’emplois ou manuels d’instructions, ou encore de règles du jeu :

(17) You must follow all emergency procedures, including evacuation in the event of a fire or fire drill. Failure to do so may result in disciplinary action. / You must leave library premises by the stated closing time unless permission for after-hours access has been granted by the Librarian-in-charge. / You must follow all other reasonable requests of library staff. (Bodleian Libraries, Oxford; rules of conduct for readers)

(18) Members of the judicial bodies of FIFA must decline to participate in any meeting concerning a matter where there are serious grounds for questioning their impartiality. (FIFA disciplinary code)

(19) A Banker who plays in the game must keep his/her personal funds separate from those of the Bank. (règles du Monopoly)

24 Même si ni l’origine, ni la cible de l’obligation n’ont dans ce cas de figure de valeur référentielle strictement individuable, nous considérons que l’on peut toujours assigner à ces énoncés une valeur déontique. D’une part ils font intervenir un ensemble de normes, d’usages ou de conventions, d’où une dépendance à un système de valeurs. D’autre part ces normes ne sont, dans le cadre de textes prescriptifs où elles sont véhiculées par le medium d’un texte qui fait lui-même autorité, pas mentionnées pour elles-mêmes, mais communiquées à l’attention d’individus dès lors individuellement responsables, le cas échéant, de leur application. De là l’instauration possible d’une forme de relation intersubjective mettant directement en jeu, sinon en présence concrète, une source et une cible.

  • 4 C. Williams mentionne, parmi les types de textes descriptifs (à caractère juridique) compatibles av (...)

25 Selon C Williams (98, 143), have to apparait, à l’inverse, extrêmement rare dans ce type d’environnements (une seule occurrence dans le corpus de textes prescriptifs constitué par l’auteur). Comme le rapporte ce chercheur (143-5), les textes ayant de près ou de loin un caractère « légal » et dans lesquels on le rencontre plus fréquemment n’ont pas une visée prescriptive, règlementaire, mais descriptive, informative, ce que nous avons constaté également4. Dans cette perspective, et dans la lignée des observations qui précèdent, il ne s’agit donc plus de formuler, via un texte faisant lui-même première autorité, une loi à l’attention de ses applicateurs, mais de déclarer ou rapporter son existence pour en informer les éventuels concernés :

(20) What period of notice should you give that you intend to sell the goods? By law you have to give a reasonable period of notice, to enable the owner of the goods to collect them (Collection of Goods Notice Helpsheet, cité par C. Williams 144).

(21) If you are not resident in Ireland and you do not belong to any of the groups that are entitled to free services, you have to pay the full economic cost of the bed, whether it is a public bed or a private bed. You also have to pay the consultant. (http://www.citizensinformation.ie)

26 Il est d’ailleurs révélateur que les rares occurrences de have to relevées au sein des textes à portée prescriptive que nous avons examinés et ayant, de près ou de loin, une nature juridique font typiquement référence à des « obligations » qui ont un caractère préconstruit, au sens large. Dans un texte comme le code de la route britannique, qui compte plus de deux cents occurrences de must, on ne rencontre ainsi have to que sous sa forme négative ou au sein de subordonnées en if, à l’exception suivante près :

  • 5 http://www.highwaycodeuk.co.uk/uploads/3/2/9/2/3292309/the-official-highway-code-with-annexes-uk-en (...)

(22) Exception: Special rules as set out below apply for a period of two years from the date of passing their first driving test, to drivers and motorcyclists from: - the UK, EU/EEA, the Isle of Man, the Channel Islands or Gibraltar who passed their first driving test in any of those countries - other foreign countries who have to pass a UK driving test to gain a UK licence, in which case the UK driving test is treated as their first driving test.5

27 On y retrouve l’opposition prescriptif / descriptif, puisqu’il ne s’agit plus ici de formuler une exigence juridique à un destinataire, mais de référer à une sous-classe d’individus effectivement soumis, indépendamment du règlement présent, à cette exigence. Dans cette relative restrictive, have to pass a UK driving test to gain a UK licence fonctionne en effet comme une propriété différentielle qui vient limiter la classe des étrangers et définir la sous-classe à laquelle s’appliqueront les règles formulées par la suite à l’attention des individus qui la composent.

28 Mais à côté du rôle de « l’origine » de l’obligation exprimée, apparemment centrale dans le cas de must mais pas dans celui de have to, il nous semble que ressort, de façon corrélée, une différence de statut de l’instance en charge de la validation. Cette différence parait tenir en partie de la prise en compte, dans le cas de must mais pas dans celui de have to, d’une potentielle transgression à la règle, donc d’une éventuelle non-validation. Il nous parait intéressant à cet égard de citer un extrait du passage introduisant le Highway Code 2018, introduction qui livre des indications concernant l’usage que fait le code de la route de certains termes, dont must :

Many of the rules in the Highway Code are legal requirements. Such rules are identified by the use of the words “must / must not”. For drivers and riders, breaking the law could result in a fine, licence endorsement, disqualification or imprisonment. [...]. Legal requirements [...] may be used in evidence in court to establish liability (who is responsible for something). [...] If you disobey these rules you are committing a criminal offence.

29 On peut maintenir que l’on se fonde avec must sur un ensemble de normes, selon lesquelles la validation est tenue pour souhaitable ; mais aussi ajouter que la non-validation est présentée comme à éviter pour ce qu’elle implique alors de mauvais, en tant que telle (comportement répréhensible) et pour l’agent (système de sanctions, de pénalités). Ceci suppose en tout cas la prise en compte de l’alternative, et la possibilité a priori, que l’énoncé n’efface pas totalement, d’une transgression à la règle, comme l’impliquent breaking the law et if you disobey. Corrélativement, en présence d’instructions appelant un certain comportement, une cible déontique est sollicitée en tant qu’agent mais aussi en tant qu’individu muni d’un libre-arbitre et d’une aptitude à faire des choix dont, précisément, le bon choix plutôt que le mauvais, possible également, d’où l’idée qu’il sera tenu pour responsable en cas d’infraction. Must sert alors sans problème une visée « prescriptive », ou en d’autres termes il revêt volontiers une valeur déontique.

  • 6 Cette distinction nous semble transposable au domaine linguistique tant qu’elle est précisée, ce qu (...)

30 Avec have to au contraire, on peut suggérer que la possibilité d’une transgression n’entre pas directement en ligne de compte, d’où aussi son absence dans les textes prescriptifs et son absence de valeur déontique. On en appelle en effet bien moins à la responsabilité d’un agent potentiel pour la validation que l’on ne fait état, du moins a minima, d’une forme de nécessité, qui affecte ou contraint par ailleurs plus ou moins le ou les individu(s) sur le(s)quel(s) elle s’exerce, ceci que l’énoncé soit généralisant ou spécifique. La distinction que nous ébauchons là entre « obligation » (must) et « nécessité » (have to) est en fait proche de celle qu’établit entre ces deux concepts le cadre de la philosophie : 6

[La nécessité est] ce qui est tel qu’il est absolument impossible à la volonté de s’y soustraire, [l’obligation ce que] l’agent ne peut omettre d[’]accomplir sans devenir fautif (A. Lalande 704)

L’obligation est irréductible à une contrainte. Dans l’obligation, la liberté subsiste ; elle en est même une des meilleures expressions. La contrainte […] ne peut être enfreinte : elle s’applique par la force des choses. L’obligation nécessite un choix propre : celui de s’y conformer ou non. (A. Poinas 347)

31 En ce sens, on pourrait choisir d’assigner aux énoncés en have to examinés jusqu’à présent la valeur communément appelée « dynamique », puisqu’ils se situent du côté du pôle iv dans le continuum établi par F. R. Palmer :

[There is] a gradation between: [i] giving permission, laying obligation. [ii] reporting rules and agreeing with them. [iii] reporting rules. [iv] saying what is possible or necessary. [i] is clearly deontic, [iv] clearly dynamic. The other two are in between, and there is no non-arbitrary way of drawing a clear distinction.” (105).

  • 7 Voir par exemple I. Depraetere pour un résumé des positions successives de F. R. Palmer, en cours d (...)

32 Le recours à ce type d’étiquettes, s’il ne s’accompagne pas d’une formalisation plus poussée considérant en propre le fonctionnement de have to, nous parait toutefois présenter des limites. Il est difficile, d’une part, de dire précisément ce que cette « dynamicité » désigne et recouvre. F. R. Palmer, mais il n’est pas le seul, n’en donne pas vraiment de caractérisation propre : définie en creux, elle semble désigner tout ce qui n’est ni clairement déontique, ni épistémique (nous évoquerons cette valeur en 4). Elle est d’autre part appliquée à des comportements hétérogènes : les critères mentionnés ne sont pas tous vérifiés par l’ensemble des formes censées l’exprimer. Enfin, sa définition se voit sans cesse remaniée.7 Elle est initialement qualifiée de “subject oriented”, et concerne “the ability or volition of the subject of the sentence rather than the opinions (epistemic) or attitudes (deontic) of the speaker (and addressee)” (36), ce qui est principalement destiné à traiter de certains des emplois de can et de will. Mais l’aspect “subject oriented” est bien moins mis en avant par l’auteur, d’ailleurs à tort nous semble-t-il, dans le traitement de ce qu’il nomme “dynamic necessity” (113), en particulier la nécessité « du fait des circonstances » (114). On voit alors pourquoi le statut de l’obligation (ou de la permission) « rapportée » au sens large lui pose problème au sein de cette catégorisation. Elle le conduit d’ailleurs, sans doute à perte, à abandonner la distinction déontique / dynamique en postulant une modalité déontique subjective (must) et objective (have to) (131), ce qui du reste enlève au terme « déontique » une grande partie de sa substance.

33 Pour espérer dépasser les limites que peut présenter le recours à ces étiquettes, tenter de mieux rendre compte des variations sémantiques observées dans les environnements qui précèdent, et asseoir les ébauches d’analyse que nous avons eu l’occasion de livrer, nous proposerons une représentation formelle du fonctionnement respectif de must et de have to, en faisant appel aux outils de la TOPE. Nous considérons ici que traiter have to comme un marqueur unique, sur le modèle de must, nous conduirait dans une impasse, et que son fonctionnement procède en grande partie de la combinaison des opérations respectivement marquées par have et par la particule infinitive to. Un retour aux données empiriques, par l’examen d’autres contextes dans lesquels les deux formes sont susceptibles d’apparaitre, permettra ensuite, nous l’espérons, d’illustrer comme de consolider ces propositions théoriques.

3. Tentative de formalisation

  • 8 La notion relève du domaine mental ; elle renvoie à un « système complexe de représentation structu (...)
  • 9 Une relation prédicative « simple » est une relation à trois termes, orientée autour d’un premier a (...)

34 Exposons d’abord rapidement, en vue d’éclairer notre propos ultérieur, deux concepts centraux au sein de la TOPE : le repérage et la construction d’occurrences, en lien avec le concept de domaine notionnel. L’idée de repérage repose sur le principe selon lequel il n’existe pas de terme isolé, autrement dit, qu’un élément n’acquiert une valeur référentielle, un sens, que par une mise en relation, binaire et asymétrique, avec un autre « terme », au sens large, qui le situe. Un énoncé résulte de la mise en relation, par opérations de repérage successives, d’occurrences de la notion,8 qui vont ainsi constituer une relation prédicative,9 occurrence d’une notion complexe, elle-même mise en rapport, là encore par une série de repérages, avec des coordonnées situationnelles et énonciatives, sur le modèle :
<occurrence de notion> Є < Sit2 (S2, T2) Є Sit1 (S1, T1) Є Sit0 (S0, T0) >

35 « X Є y » se lit « x est repéré par rapport à y », où x est le repéré et y le repère. Sit2 est muni des coordonnées S2 (sujet de « l’événement ») et T2 (moment de l’événement auquel fait référence l’énoncé, coordonnées spatio-temporelles), Sit1 des paramètres S1 (locuteur) et T1 (moment de locution) et Sit0, repère-origine absolu, des coordonnées S0 (énonciateur) et T0 (moment d’énonciation).

36 L’opération de repérage engage deux types de détermination effectuée sur la notion en jeu : une détermination d’ordre qualitatif (Qlt), c’est-à-dire ce qui a trait à la construction des propriétés de l'occurrence, à son « essence », et qui peut faire intervenir la subjectivité d’un énonciateur (par la mise en rapport de l’occurrence avec le paramètre S) ; et une détermination d’ordre quantitatif (Qnt), c’est-à-dire ce qui relève de l’existence de l’occurrence en situation.

  • 10 Э se lit “sert de repère à”. Cette formule équivaut strictement ici à Qlt Є Sit0 et nous n’avons da (...)

37 Si, pour exemple, une occurrence de relation est posée comme validée et fait donc l’objet d’une assertion, elle est localisée par rapport à une situation qui la vérifie et se voit située à l’intérieur (I) du domaine notionnel associé. Les deux délimitations qualitative et quantitative se voient dans ce cas stabilisées et identifiées l’une à l’autre, « l’occurrence quantitative se définissant simultanément comme étant, qualitativement, une vraie occurrence de la notion envisagée » (E. Gilbert 2001, 27), ce qui peut se représenter ainsi :
Sit
0 Э Qlt-Qnt (= relation prédicative assertée)10

38 Must et have to se rejoignent dans le fait que la relation construite autour du prédicat qui leur succède n’est pas en elle-même assertée, donc n’est pas directement posée comme validée (même si, on le verra en section 4 au sujet d’exemples comme (28) ou (29), elle peut parfois être interprétée comme livrant ou ayant livré des occurrences dans certains énoncés en have to, en fonction de la nature des repères temporels et énonciatifs subséquemment mis en jeu). En revanche, il faut bien noter que le verbe have peut faire l’objet d’une assertion, ce qui n’est pas pleinement le cas de l’auxiliaire must. Si l’on tend trop souvent à faire abstraction de ce point à l’étude d’énoncés affirmatifs, les propriétés morpho-syntaxiques de have to et ses diverses possibilités combinatoires, qui motivent son exclusion de la classe des auxiliaires, doivent nous le rappeler. Il suffit pour s’en rendre compte de comparer le comportement des deux formes au sein d’énoncés négatifs, dont la construction requiert l’auxiliaire do dans le cas de la périphrase verbale have to :

(23)You don’t have to go, of course, but I hope you will,” he told her.
* You must not go, of course, but I hope you will.

(24) Now you must listen to the rules very carefully. Especially the first one. This is a big house and a scary one. You must not go into the cellar. Is that absolutely clear?
* You
don’t have to go into the cellar. Is that absolutely clear?

39 On admettra sans difficulté que (23) véhicule une absence d’obligation, qui nous autorise à considérer que have (to) admet une valeur complémentaire, sous la forme de not have (to). On peut alors sélectionner par l’assertion, positive ou négative, l’une des valeurs de ce couple. Si la relation construite autour de have fait l’objet d’une assertion et est de ce fait directement mise en relation avec les coordonnées énonciatives, la construction de la relation s’organisant autour du prédicat go, ainsi que sa prise en charge au sens large, doivent passer par d’autres biais, comme on le précisera.

  • 11 Voir L. Dufaye 2001a (140-143) sur cette question.
  • 12 Nous parlons ici de prise en charge au sens très large d’une « attitude prise à l’égard de la relat (...)

40 Avec must, la négation affecte par contre, et ce dans tous les cas, la relation prédicative (ci-dessus <you-go into cellar>) et non directement le modal lui-même, must not n’étant donc pas la réalisation en surface d’un *not must qui correspondrait à la valeur complémentaire de must. On a en effet en (24) non pas une absence d’obligation, mais une « interdiction de faire » ou, selon le point de vue adopté, une « obligation de ne pas faire »,11 avec quoi qu’il en soit persistance d’une valuation, d’une confrontation du contenu représenté par <you-(not) go into the cellar> à un système de valeurs. Avec must, cette relation prédicative est donc bien directement mise en relation aux coordonnées énonciatives, mais sans être posée comme validée, et l’emploi du modal, lequel ne fait pas lui-même l’objet d’une assertion, ne permet alors que d’indiquer le mode de prise en charge, au sens large, de cette relation.12

41 Quelle forme prend donc cette prise en charge ? Si l’énonciateur n’opère pas le choix définitif d’une valeur, et une seule, pour l’occurrence de relation, I (validée) ou E (non validée), il se place dans une position décrochée, sur un plan situé hors du domaine, noté IE. À partir de ce plan dit « de représentation », les deux valeurs I et E peuvent être envisagées, de différentes manières, sans qu’aucune ne soit posée comme validée et sans qu’aucune ne soit définitivement éliminée. Nous adopterons pour must le mode de représentation, généralisable à tous les emplois de must, initialement proposé par E. Gilbert 1987 et plusieurs fois repris dans la littérature (notamment chez A. Deschamps et L. Dufaye). Le schéma de gauche, généralisable à tous les emplois de must en contexte positif, s’applique à un énoncé comme you must go, celui de droite à un exemple comme you must not go :

42 A partir d’un plan IE où les deux alternatives sont accessibles, l’énonciateur sélectionne l’une des valeurs du domaine (I, E) tout en rejetant qualitativement sa complémentaire, la première étant, du moins dans les cas préalablement envisagés en 1, jugée « bonne » ou désirable et la seconde « mauvaise ».

43 S’il n’y a pas assertion, l’identification entre les deux paramètres Qnt et Qlt ainsi que leur stabilisation ne sont plus « possibles », et la représentation précédente peut être affinée en considérant le rapport qui se trouve alors mis en jeu entre ces deux dimensions, ainsi que la forme qu’elles revêtent. Avec must, c’est en fonction de la représentation que l’énonciateur se fait de l’occurrence, ou des valeurs qu’il lui associe, qu’il envisage son existence ou, dans les cas préalablement envisagés, sa venue à l’existence. La délimitation qualitative peut donc être considérée dans ce cas comme primitive, puisqu’elle sert d’assise à la seconde délimitation, envisagée dans son rapport à la première. En s’inspirant là encore du mode de représentation proposé, plus tardivement que le précédent, par E. Gilbert 2001 et 2003, on symbolisera cette opération de la manière suivante :

44Sit0 Э Qlt (Qnt) (= énoncé en must)

45 Cette représentation complète la première, tout en lui étant fondamentalement corrélée. On peut en effet considérer que l’absence de parenthèses autour de Qlt reflète l’élimination, quoique temporaire, simulée, de l’altérité, c’est-à-dire du « chemin vers E », dans le schéma plus haut. L’existence / venue à l’existence de l’occurrence, par contre, n’est pas stabilisée et ne peut en tout cas être tenue pour acquise, dans les cas préalables parce que l’occurrence n’a livré aucune occurrence en T0 et que sa venue à l’existence repose sur l’intervention d’un agent tiers, susceptible du reste de faire intervenir son propre point de vue, potentiellement discordant ; de là le parenthésage de Qnt. Ce dernier point s’accorde avec les remarques que nous faisions plus haut quant à la prise en compte, avec must, d’une potentielle transgression à la règle construite. On notera enfin que le repérage direct, dont must est la trace, du contenu prédicatif par rapport à une situation d’énonciation, notamment par rapport à un énonciateur à l’origine de la structuration qualitative de ce contenu, se manifeste bien dans le type de cas déjà considérés dans le fait que lorsque aucune valuation n’est à mettre au compte de l’énonciateur-locuteur, on pourra généralement reconstruire sans trop de difficulté une origine à la source de ces déterminations modales, comme nous l’avons évoqué plus haut à propos de l’exemple (14).

46 Qu’en est-il de have to ? Son fonctionnement peut selon nous être appréhendé comme le produit de la composition des opérations dont have et to (+ verbe), marqueurs mieux étudiés isolément dans le cadre théorique de l’énonciation, sont respectivement les traces, et de leurs interactions complexes.

  • 13 Voir par exemple J. Bouscaren et al. 1982.

47 Dans la TOPE, on considère que have, qui n’a pas de signification lexicale stable, est avant tout la trace, et l’énoncé en have le résultat en surface, d’une opération particulière de repérage consistant à localiser l’élément en position de « complément » (à la droite de have) par rapport à l’élément en position de sujet, qui lui sert donc de repère privilégié.13 Un énoncé comme Paul has a car, que l’on peut représenter par <Paul Э car>, implique l’existence effective d’une voiture spécifique et pose sur le plan linguistique cette existence, mais en l’appréhendant non directement par rapport à une situation (T2, repéré par rapport à T0), mais avant tout dans son rapport à Paul, qui localise cet élément. Le terme en position de sujet acquiert de fait un statut de repère situationnel, d’où la proximité de certaines constructions en have, comme Paul has a bomb in his backpack, avec les structures existentielles en there, comme There is a bomb in Paul’s backpack. Puisque ce sujet fonctionne comme localisateur privilégié, on attribue également en conséquence une forme de propriété à cet élément ou, du moins, on prédique un état de ce sujet, ce qui guide en partie le choix de have sur celui d’autres tournures éventuellement disponibles et explique que Paul has a car puisse par exemple être paraphrasé par Paul is a car owner.

48 La base verbale, sans to, que l’on retrouve avec les auxiliaires modaux, exprime « le contenu notionnel dans son indétermination maximale [...] [ce] qui permet de rester en deçà des occurrences de validation » (J. Bouscaren et al. 1987, 149). Son emploi permet donc que soit représenté, pour divers besoins énonciatifs, l’ensemble du domaine notionnel. Avec to V, il en va par contre différemment, qu’il apparaisse en contexte de subordination (circonstant ou complément, (25) ou (26)) ou au sein d’un énoncé indépendant ((27)) :

(25) When she entered to set up a second appointment, he crossed the room to shake her hand.

(26) He wants to see you.

  • 14 Extrait d’un poème de R. Browning cité et commenté par J. Chuquet (1986, 177).

(27) Oh to be in England! Now that April’s there [...] In England – now!14

  • 15 Cette analyse a initialement été proposée par J. Chuquet ; voir notamment 1986, 192 ou 1991, 54.
  • 16 Sur ce concept, voir A. Culioli 1999b, 82-83.

49 On considère en effet communément dans le cadre de la TOPE que to sélectionne, distingue, « vise », en lui-même, l’une des deux valeurs (I) du domaine représenté par la base verbale, sans qu’il y ait prise en compte directe de la valeur complémentaire, E.15 Il nous donne donc à voir l’intérieur de ce domaine. Même si une valeur, et une seule, est distinguée dans le domaine, ce qui permet d’envisager une occurrence de relation, on peut considérer cependant que cette occurrence reste prioritairement appréhendée dans sa délimitation qualitative. Plus précisément, to serait en fait la trace d’une quantifiabilisation,16 ou fragmentation, de la notion, opération permettant de passer d’une qualité pure, insécable, à une qualité susceptible de livrer (au moins) une occurrence, occurrence dont on peut ainsi envisager l’existence ou la venue à l’existence mais en la maintenant toutefois a priori en deçà de sa validation, donc de sa dimension quantitative. Nous avancerons que l’on aboutit, du point de vue des délimitations qualitative et quantitative de l’occurrence de relation ainsi construite, à une configuration qui peut être représentée de la façon suivante :

50Qlt (Qnt)

51 Puisqu’il y a sélection, visée, d’une valeur (I) du domaine associé à la base verbale, et non prise en compte de l’altérité (E), l’occurrence est qualitativement délimitée : l’absence de parenthésage de Qlt symbolise l’absence d’instabilité à ce niveau. (Qnt), lui, est la trace de la quantifiabilisation opérée par to, les parenthèses indiquant qu’il n’y a pas occurrence singularisée, délimitée spatio-temporellement et située. Si la visée suppose une forme de tension vers l’existence, ou la venue à l’existence, d’une occurrence, et construit en quelque sorte un « à valider » (à amener à l’existence, à prendre en charge,…), la délimitation quantitative à proprement parler reste en effet en suspens.

52 À partir de ces traits, et à côté de la forme schématique associée à must et rappelée ci-dessous :

53Sit0 Э Qlt (Qnt) (= énoncé en must)

nous proposerons donc d’associer à have to une représentation qui, sans être identique à la précédente, peut lui être directement comparée :

Sit0 Э S2 Э Qlt (Qnt) (= énoncé en have to)

54 Avec must, c’est par rapport à S0/Sit0 que se calcule la prise en charge de la relation prédicative : un énonciateur envisage l’existence ou la venue à l’existence d’une occurrence de relation à partir des représentations qu’il lui associe. Le formatage de cette occurrence sous la forme Qlt (Qnt) résulte du choix, non définitif, de I sur E (élimination de l’altérité qualitative) dans le domaine associé à la relation, choix dont must est la trace.

  • 17 Même si le statut de S2 reste très peu théorisé au sein de la TOPE, rappelons en effet qu’il s’agit (...)
  • 18 « Éventuellement », car have ne fait pas toujours l’objet d’une assertion, notamment lorsqu’il est (...)
  • 19 On pourrait en ce sens considérer qu’avec have to, le paramètre Qlt intervenant dans le formatage d (...)
  • 20 Au sens donné par J. Bouscaren et al. 1987 d’une relation construite « par rapport à un repère-orig (...)

55 Avec have to, l’occurrence de relation telle qu’elle est construite et déterminée par to, le « visé » pourrait-on dire, est appréhendée dans son rapport privilégié à l’élément en position de sujet (he), qui lui sert de repère, lui donne un site, et dont on asserte, par repérage de l’ensemble par rapport à Sit0, qu’il la localise effectivement. S2 peut ainsi être considéré comme le repère d’où est envisagée la prise en charge de la relation prédicative, et est par ailleurs ainsi présenté comme le support pouvant assurer la venue à l’existence, l’ancrage quantitatif de l’occurrence visée, ce qui justifie aussi le choix, métalinguistique, du terme S2.17 La relation n’étant pas directement repérée par rapport à S0/Sit0 (contrairement à ce qui se passe avec must) elle ne tire donc pas ses délimitations et sa valeur de ce repérage ; de là l’intervention de to responsable du formatage de l’occurrence représenté par Qlt (Qnt). L’énonciateur, lui, ne prend éventuellement en charge, par l’assertion,18 que la localisation du visé par rapport à S2. La sélection d’une valeur dans le domaine associé à la relation déterminée par to n’est donc pas à relier à une origine énonciative, et apparait dépassée. En d’autres termes, si la délimitation qualitative de l’occurrence de relation est stabilisée, cela ne procède pas d’un jugement subjectif.19 Elle est au contraire, de par son repérage par rapport à S2, construite comme un acquis, un donné, ce qui la stabilise en fait doublement, et la visée peut donc, à ce dernier niveau, être considérée comme préconstruite.20

56 Ces considérations précisent, sans fondamentalement la contredire, la description traditionnelle de must et have to en termes de jugement et de « subjectivité » dans le premier cas, de constat et d’« objectivité » dans le second, et rendent compte, nous semble-t-il, des observations tirées de la comparaison entre les deux formes effectuée en section 1. Dans les énoncés en have to examinés, il ne s’agit pas en effet de sélectionner une option comme bonne, ou comme la meilleure parmi d’autres possibles, mais d’attribuer à l’élément sujet une forme de propriété qui a la particularité de correspondre à un visé, ce qui implique du reste que l’alternative n’est en théorie pas ou plus envisageable. Localiser une relation, dont une seule valeur s’est trouvée distinguée, sans prise en considération a priori de la complémentaire, par rapport à S2 implique en effet de facto qu’en ce qui le concerne, l’altérité, la valeur E, se trouve évacuée, là où l’emploi de must suppose à la fois la prise en compte, par un énonciateur, de cette valeur, et sa validabilité. Cela autorise entre autres, comme nous l’avons observé dans certains de ces énoncés, la valuation non plus positive mais négative de l’option « à valider », du point de vue de l’énonciateur-locuteur et sous l’angle éventuel du point de vue de S2 présenté comme support d’une contrainte ((1) à (7)). Cela explique également que l’individu en charge de la validation de la relation semble davantage soumis à une forme de nécessité ou de contrainte, dont il est le support et contre laquelle il ne peut rien, qu’il n’est la cible d’une obligation, au sens où nous l’avons définie plus haut.

57 Mais ces différences de fonctionnement, ainsi représentées, rendent compte également des différences dans la compatibilité ou dans l’usage de must ou de have to au sein d’autres contextes véhiculant de près ou de loin un sens « d’obligation », contextes que nous examinerons à présent.

4. De « l’obligation » à la nécessité : application à d’autres contextes

58 Les représentations proposées expliquent par exemple, nous semble-t-il, la possibilité qu’ont certains énoncés en have to de construire, indirectement, une ou plusieurs occurrence(s) effective(s) de la relation sujet-prédicat en jeu. Ce phénomène a initialement été commenté par P. Larreya (1982, 1984) qui reconnait à have to, au présent comme au prétérit, mais non à must, un emploi qu’il nomme « constatif », par opposition à « puissanciel », opposition reprise plus tard sous le nom de « modalisation a posteriori » et « modalisation a priori » et élargie pour application à d’autres marqueurs (2000 ; 2009, 24-6 ; 2015). La distinction est également reprise chez P. Larreya et C. Rivière qui commentent la paire John’s shortsighted. He must wear glasses et John’s shortsighted. He has to wear glasses en ces termes :

Dans [le premier exemple], l’énonciateur (par exemple un médecin) exprime son opinion. Quant [au deuxième], il pourra être tout simplement le résultat d’une constatation ; par exemple, John porte des lunettes, et l’énonciateur le sait. Dans ce cas, l’obligation est vue par une sorte de retour en arrière, effectué à partir de l’événement sur lequel elle porte. En revanche, dans le premier cas (avec must), l’obligation est vue avant l’événement. (106)

59 Avec have to, on peut constater que cette lecture émerge volontiers lorsque le prédicat désigne un procès statif, comme wear glasses dans l’exemple de P. Larreya et C. Rivière, et que l’on s’inscrit au sein d’un contexte d’emblée centré sur les propriétés du sujet, ce qui nous conduit dès lors à placer sur le même plan he’s shortsighted et he has to wear glasses. Cette lecture peut également émerger en présence de marqueurs de parcours, comme every day ou three times a week ci-dessous :

(28) Since my partner and I have moved into his first home (which they have helped toward financially), I have to see my in laws every day and it feels more like THEIR home. They live on the other side of town but they’ll show up with a newspaper they think my partner wants to read, a piece of non-urgent mail, ANY excuse to see their son.

(29) At the moment her life revolves around her dialysis. She has to attend hospital three times a week, often for over four hours. [...] She often misses out on seeing her children perform in school plays or sports days, as she cannot miss her hospital appointments.

60 Les énoncés en must en surface similaires ne donnent pas lieu à une telle lecture :

(30) I want all this to be in the open, to be accepted, I want truth to be told. Without truth we shall all sink. If I keep Alison in another place as a semi-secret mistress this house will die, it will die of my untruth – don’t you see – I shall lose touch with Franca. Well, no, I can’t lose touch with Franca, we’re eternally connected, but she’d become – sort of holy, frail. I must see her every day, she must face it full on and she can, I must stay here, and so Alison must be here too.

(31) Laura underwent surgery in June. Despite relapses, she fought back. Now she is enjoying simple pleasures like a trip to the park again. Last night, Laura was allowed to leave hospital. But she must attend a clinic twice a week.

61 Avec must, qui suppose un repérage direct par rapport à la situation d’énonciation et un point de vue extérieur au domaine notionnel (représenté par IE), il s’agit en effet avant tout de présenter comme « bon » (en tant que tel) et/ou bénéfique (pour le référent du sujet de l’énoncé), relativement à une origine identifiable au locuteur en (30) ou rapportée en (31), le contenu complexe représenté par <I-see her every day> et <she – attend clinic twice a week>, et non de référer, via un constat, à des occurrences effectives et « contraintes » de ces relations. Par le choix d’une valeur (I) sur une autre (E) dans le domaine notionnel associé, choix sous-tendu par la confrontation du contenu à un système de valeurs, on peut envisager la venue à l’existence d’une ou de plusieurs occurrence(s), dont le moment de validation se calcule en postériorité par rapport au moment d’énonciation, à l’appui du commentaire de P. Larreya et C. Rivière cité plus haut. On reste cependant quoi qu’il en soit sur un plan « idéel », décroché du domaine de validation, d’où la valeur positive comme négative sont a priori accessibles et le restent a posteriori, y compris pour l’agent en charge de la validation.

  • 21 Pour plus de détails sur la lecture « actualisante » de have to et had to à partir des travaux de P (...)

62 Le repérage mis en œuvre par have to, via have, se limitant par contre à la coordonnée S2, have to tombe sous la portée des opérations de niveau énonciatif. La lecture, « actualisante » ou non, de l’énoncé, dépend alors essentiellement de la nature des repères temporels et énonciatifs mis en jeu ; la première lecture émerge si la localisation du visé par rapport à S2, et l’assertion de celle-ci, ne se limitent pas au moment d’énonciation, en présence notamment de marqueurs de parcours. C’est aussi, en outre, parce que l’emploi de have to traduit l’absence de choix théorique de S2 quant à la validation de la relation, et en tout cas la non-validabilité de l’option contraire, E, que l’on tire d’énoncés comme (28) ou (29) la conclusion que la relation livre ou a effectivement livré des occurrences. Pour autant, il s’agit bien moins de poser l’existence effective de ces occurrences (là serait le rôle d’une simple assertion, sans have to), que de mettre en valeur cette non-validabilité de E, pour ce qui est de S2 et étant donné tels ou tels facteurs, ici dans un contexte où, précisément, E est jugée « meilleure » et/ou serait normalement attendue.21

63 Ce trait, toujours présent avec have to, peut être rendu particulièrement saillant, la relation de localisation en jeu pouvant précisément se construire sur une telle exclusion, sur le fait que le « chemin » vers E n’est pas ou plus empruntable. Ceci explique, nous semble-t-il, que have to soit aussi en mesure d’apparaitre dans un autre type de contextes, dont l’examen pourrait apparaitre se heurter à la vision, si elle est prise au pied de la lettre et n’est pas précisée plus avant, selon laquelle « l’obligation » exprimée par have to doit émaner d’une instance distincte de l’énonciateur-locuteur, puisqu’il n’en va apparemment pas ainsi de ces exemples :

(32) “But we can discuss all that inside. Won’t you come in?” “I think I’d rather not” “I’m afraid you have to. Come, Barrent, I won’t bite you “Am I under arrest?” “Of course not. We’re simply going to have to a little talk.”

(33) “Do you realize how difficult it will be to feed the computer new information like this? It could literally take years! It’s impossible.” “It’s not impossible Mr Ward. You will find a way to do it and you will find a way to do it for me quickly. You have to, you have no other choice”. Gaft’s voice was even more demanding.

(34) “I’m taking him with me when I leave.” “I’m afraid I can’t let you do that.” “I’m afraid you have to. You owe me a favor if you recall.” “Huh ? A favor ?

(35) “What kind of shit is that?” Craig grimaced. “Did you tell Sarah?” “I couldn’t.” She twiddled her fingers to subdue the tension of rehashing the Keith episode. It didn’t work. Nothing seemed to get her mind off that moment. “You have to tell her, Mel! Who knows what could have happened!

64 Pour autant, si l’emploi de have to est autorisé, voire privilégié sur celui d’autres formes également compatibles avec ces contextes, c’est selon nous parce que la valeur E y sert de point de départ à l’énonciation. La prise en charge, au sens large, de cette valeur est notamment attribuable à S2, agent valideur de la relation prédicative, et/ou au co-énonciateur, instances identifiables l’une à l’autre dans le cas de you have to. On peut en effet considérer que you se positionne au niveau de la valeur E du domaine associé à cette relation, puisque la non-validation a été considérée par lui comme envisageable, comme susceptible d’être prise en compte, le plus fréquemment parce qu’elle a été jugée désirable, ou en tout cas plus souhaitable que I lorsqu’il y a eu sollicitation préalable, comme le montrent I think I’d rather not en (32) ou I’m afraid I can’t let you do that en (34). Puisque l’emploi de have to implique que d’un point de vue qualitatif, la relation est stabilisée, de par la présélection de I (visé) et de par le repérage de ce visé par rapport à S2, il permet d’affirmer qu’en ce qui concerne S2, le chemin vers E n’est a priori, qualitativement, théoriquement pas empruntable. Dans les cas présents où l’accès à E a été envisagé, have to permet donc, non pas directement de poser I comme souhaitable pour un énonciateur, puisque la relation est avant tout appréhendée sous l’angle de S2 et non du point de vue de S0, mais précisément de (re)centrer S2 comme repère effectif d’une relation « à valider » afin de préciser, ou de rappeler, que l’alternative est par avance écartée et est en fait inenvisageable. L’assertion sert donc une fonction de rejet catégorique : il s’agit en fait de ramener à une position en I à la fois le co-énonciateur (intersubjectivité non pas maintenue, mais dépassée) et le « responsable » de la validation, instanciateur de la relation (absence de choix et négation de toute forme de libre-arbitre, comme le montre en (33) l’indication, qui agit comme une forme de paraphrase, you have no other choice).

65 Le même constat peut être tiré de l’examen d’énoncés similaires du point de vue de la valuation apparente de l’énonciateur-locuteur, mais qui admettent un sujet de 3ème personne :

(36) “You must get Laurie in to see me,” he told her. “Tomorrow I’ve got to sort out things in the clinic. Friday morning at ten?” “She won’t want to come.” “She has to.” “I know.”

(37) Judy Woodruff: Still another issue, the International Atomic Energy Agency has said for a long time that it wants Iran to disclose past military-related nuclear activities. John Kerry: Right. Judy Woodruff: Iran is increasingly looking like it’s not going to do this. John Kerry: No, I disagree. Judy Woodruff: Is the U.S. prepared to accept that? John Kerry: No. They have to do it. It will be done.

  • 22 L’énoncé suivant, cité pour partie par I. Depraetere et A. Verhulst (14), nous semble se rapprocher (...)

66 Dans un contexte où les référents de S2 privilégient ou sont susceptibles de privilégier la non-validation (not come, not disclose past military-related nuclear activities), have to implique que la validation s’impose, pour une raison ou pour une autre, et que les préférences de ces référents ne sont pas censées entrer en ligne de compte. L’intervention préalable du co-énonciateur- interlocuteur, qui en un sens envisage la non-validation de I (She won’t want to come, Is the U.S. prepared to accept that ?) peut par la même occasion être rendue non pertinente : quoi que l’on puisse dire, il appartient de toute façon au référent du sujet d’amener l’occurrence à l’existence, E/non I n’est pas concevable, car incompatible avec telle ou telle donnée, explicitée ou non.22

67 Au contraire de have to, must intervient sans problème, en contexte intersubjectif, dans des contextes dans lesquels la valeur E n’est pas préconstruite sur le plan discursif, donc dans des cas de figures qui supposent bien une position de départ en IE, position neutre et pôle d’indétermination, hors du plan de validation, d’où I comme E sont accessibles et d’où l’énonciateur peut envisager ces deux valeurs en privilégiant I. Comme nous l’évoquions au début de cet article à propos des exemples (8) à (12), il participe ainsi volontiers à l’expression spontanée d’un désir ou d’un souhait ou encore à la formulation d’une nouvelle instruction. En outre, puisque E est bien pris en compte, que son exclusion qualitative est à mettre au compte d’une source de point de vue spécifique, et que son éventualité n’est pas totalement évacuée, le modal préserve, corrélativement, à la fois la subjectivité du co-énonciateur, susceptible de faire entrer en jeu sa propre valuation, et la liberté d’action de la cible déontique. Ceci permet au modal d’exprimer non seulement une obligation, mais aussi une suggestion ou une recommandation, ou encore d’entrer en jeu dans une invitation ou une demande détournée avec expression d’un simple désir, contextes qui laissent en tout cas visiblement ouverte la possibilité que le destinataire décide de ne pas amener à l’existence la relation valuée par l’énonciateur. Plus l’éventualité d’une « transgression » est prise en compte, et/ou plus la subjectivité du destinataire apparait préservée, moins have to est à même de se substituer à must, comme dans l’énoncé (10) déjà cité plus haut et ci-après repris en (38) (voir if you don’t mind), ou comme dans les exemples (39) et (40) dans lesquels on s’éloigne plus clairement de l’obligation :

(38)You must leave us now, if you don’t mind. What I want to talk to your friend about is strictly private and confidential . . .” “Let her stay, ma. It doesn’t matter.”
? You have to leave us now, if you don’t mind.

(39) “It’s such a lovely house, your father and I always enjoyed going there. You must drive Eileen over to meet Bobby and Jill. I’m sure you’d like them,” she added.
?/* You
have to drive Eileen over to meet Bobby and Jill. I’m sure you’d like them.

(40) “I’ll just have another glass of this iced tea. You must give me your recipe. This is delicious.”
? You
have to give me your recipe. This is delicious.

68 Si have to est peu fréquent dans ce genre de contextes, il n’en est toutefois pas exclu, et ce même hors contexte a priori polémique, à la différence donc des énoncés (32) à (35). Mais à l’appui des remarques qui précèdent, on notera que l’effet produit n’est pas le même en comparant les énoncés suivants, représentatifs de la différence entre les deux formes :

(41) Flora beamed as Sam handed her the pies. “What a dear, thoughtful boy you are! You must stay for dinner. Or do you have to get back to Rangering?” “No, ma’am. I can stay.” “Wonderful! Let’s take these to the kitchen. I’m baking yeast rolls.”
?/* You
have to stay for dinner. Or do you have to get back to Rangering?

(42) Mom was gabbling away. “Liam, sweetheart, you haven’t changed a bit! You have to stay for a drink! You have to! Did you eat? We’ll feed you. I insist. Max, you insist, too, don’t you?” “I also insist,” Max said, smiling. “Just a drink,” Liam said.

69 Si (41) accepte une paraphrase du type I’d like you to stay, ou it would be nice if you stayed, tout en supposant if you will/can, il n’en va pas ouvertement ainsi de (42) qui, impliquant un changement de point de vue, suppose davantage you have no other choice but to stay, et that’s the way it is (for you). (41) formule une invitation spontanée, ce qui reste compatible avec la prise en compte, par la suite, de potentiels projets susceptibles d’empêcher l’interlocuteur de l’accepter : une reformulation en you must stay for dinner… unless you can’t stay ? est possible, et rend difficile la substitution de have to à must. En (42) en revanche, tout se passe comme si l’on était d’emblée en I, qu’il s’agisse d’abord pour l’énonciateur de montrer par ce biais que la validation de <you-stay for dinner> s’impose absolument, qu’il n’envisage même pas le départ de you, ou, ce qui est ici corrélé, de retirer par avance à l’agent toute liberté de valuer (positivement ou négativement) la relation et toute possibilité de ne pas la valider, par anticipation d’un éventuel refus.

70 Pour revenir à l’opposition classiquement établie entre have to et must dans la littérature, nous ne considérerons donc pas qu’il convient d’assigner aux énoncés examinés en (32)-(37) et en (42) une valeur déontique, ou qu’il s’agit là de contre-exemples à l’idée répandue selon laquelle « l’obligation » exprimée par have to n’émane pas du locuteur ou ne suppose pas son adhésion, à condition toutefois que ce principe soit formalisé. Pour espérer le rendre opérant, il convient en effet de se détourner du problème de l’identification des sources de la contrainte à un niveau empirique pour postuler plutôt, sur ce plan, une forme d’effacement énonciatif. Rien n’empêche en fait que l’énonciateur-locuteur considère désirable la venue à l’existence d’une occurrence, tant que l’on reste conscient que d’un point de vue formel, opérationnel, cette valuation n’est pas centrale : elle ne sous-tend pas, comme avec must, le choix d’une valeur sur une autre, puisque le choix de I est présenté comme un donné. Il n’a pas en ce sens à être relié à une situation et à une instance origine spécifiques ; en d’autres termes, l’énonciateur ne prend en charge que l’assertion (have) sans se poser en origine modale en ce qui concerne le choix, dans le domaine associé à la relation formée par l’argument en position de sujet et le prédicat, d’une valeur sur une autre. Si valuation il y a, elle est alors avant tout reconstruite, déduite des paramètres contextuels en jeu (phénomènes d’appropriation subjective, connotations positives du prédicat, contexte dialogique,…), et est donc en quelque sorte accidentelle. L’important nous semble ainsi plutôt de percevoir qu’il s’agit moins, dans ces cas de figure, de porter un jugement de valeur sur le contenu notionnel pour viser la venue à l’existence d’une occurrence, comme c’est le cas avec must, que de présenter la valeur positive comme seule validable et envisageable sous l’angle de S2, précisément ici dans un contexte où l’alternative, ou la non-validation, a été envisagée, a maxima valuée, par le co-énonciateur et/ou le référent du sujet ; et de souligner la différence de statut qu’accordent en conséquence les deux formes au valideur de la relation en jeu.

  • 23 Signalons toutefois que P. Larreya 1984 consacre un chapitre entier (169-192) à ce qu’il nomme « mo (...)

71 Si l’on admet que have to relève avant tout du domaine de l’assertion et du constat, et non de celui du jugement, et que son emploi revient à évacuer l’altérité, on s’expliquera enfin que la « nécessité » ainsi exprimée soit volontiers non pas absolue, type de nécessité dont le marquage linguistique n’a d’ailleurs pas a priori de raison d’être, mais relative à un second contenu, au sein de contextes génériques, mais aussi spécifiques. Voici quelques exemples de cette configuration, très répandue avec have to, mais dont la fréquence est pourtant plus rarement soulignée23 :

(43) Tonight’s poll results: Two-thirds of you say Senator McCain has to win the debate tonight if he is to win this presidential election.

(44) In order to keep the sea out we have to build a wall, but a promenade will be constructed above road level and people will be able to look over the wave wall.

(45) “God damn it Elliot you just don’t get it” Kathy Stabler yelled at her husband. “Understand what Kathy, You have to tell me for me to understand” Elliot yelled back.

72 Les infinitives ou conditionnelles if he is to win this presidential election, in order to keep the sea out et for me to understand ont une valeur finale en ce qu’elles revêtent ou sont susceptibles de revêtir une dimension téléonomique : elles désignent un but, un objectif ici attribuable ou prêté au référent du sujet de la proposition en have to. Avec have to, la validation des relations <Mc Cain- win the debate>, <we-build a wall> et <you-tell me> est alors présentée comme une étape a priori indispensable, une condition nécessaire, pour l’existence ou la venue à l’existence de la relation contenue dans ces propositions finales. Un énoncé comme (45), par exemple, peut ainsi être paraphrasé par For me to understand, it is necessary for you to tell me, ou plus précisément ici par I can’t understand if you don’t tell me. Du fait de ce repère intermédiaire que représente la proposition finale, la relation sujet-prédicat au sein de la relation en have to n’est pas envisagée pour ce qu’elle représente en elle-même, et la venue à l’existence de cette relation prise isolément ne fait ainsi pas l’objet d’une valuation positive, conformément aux opérations dont have to est la trace. D’un point de vue « quantitatif », on peut dire que c’est avant tout relativement à l’existence ou venue à l’existence de la relation finale qu’est envisagée celle de la première. Par ailleurs, sur le plan qualitatif, le contenu de la relation au sein de la proposition en have to peut apparaitre comme une forme de propriété constitutive de la notion dont relève cette finale, puisque sa validation en est une condition d’accès. On notera qu’avec have to, la possibilité d’un calcul par rapport à un second contenu subsiste fréquemment même en l’absence d’une proposition finale explicite, y compris en contexte dialogique et en présence du sujet you :

(46) Brakiss held out the remote. “It’s slower than the controls I built you.” “Fine.” “You have to set the security codes. You have to instruct it which serial numbers to follow.” “I’m sure I can do that.” “You have to link it to you.” “Brakiss, I can operate remotes.” “All right,” Brakiss said.

(47) He bought three balls and stood on the line. A nut rocked but didn’t fall. “They’re fixed,” Emmie said.You have to hit awfully hard.” He rubbed his hand down the side of his tight black jeans and aimed again.

(48) Sometimes he asks, “Why don’t we go to papa? Let’s go to my papa!” “We can’t,” I tell him, “because he is far away. You have to take a plane,” I say, “and it’s very expensive.”

73 C’est en effet seulement dans la mesure où l’on prête au référent de S2 de faire fonctionner la télécommande en (46), de faire tomber une noix de coco en (47) et de se rendre dans un pays étranger en (48), et en fonction des conditions d’accès à cet objectif, préétablies mais que la situation impose d’exposer ou de rappeler, que S2 localise le visé et est posé comme le support censé assurer son ancrage quantitatif. Dès lors par ailleurs que la validité du rapport conditionnel qui se voit ainsi établi entre les deux contenus ne se limite pas à la seule situation de locution et/ou au seul agent spécifique concerné (ici l’interlocuteur), you admet une lecture non pas uniquement spécifique, mais volontiers généralisante. Autrement dit, la paraphrase proposée plus haut pourrait se passer d’une référence à un terme source : to go there, it is necessary (optionnel : for you) to take a plane en (48), par exemple. Là encore, l’emploi de must serait difficilement acceptable ou du moins donnerait lieu à une interprétation différente dans ces contextes interlocutifs, et ce d’autant plus en l’absence d’une finale explicite. On serait en effet tenté, dans ces conditions, de situer l’énoncé dans un cadre intersubjectif, avec réapparition d’une valuation positive portant sur la venue à l’existence, dans une situation spécifique, d’une occurrence de relation dont le référent spécifique de you se verrait placé à la charge. Si cette substitution reste envisageable en (46) – il s’agirait alors de dispenser à l’interlocuteur une séries d’instructions à mettre en œuvre en situation, et non plus de rappeler à qui l’aurait omise la nécessité du passage par un certain nombre d’étapes indispensables dans l’utilisation de cet appareil – elle est ainsi bien plus difficile en (47) et, surtout, en (48).

5. Une valeur épistémique ?

  • 24 Comme l’ont souligné bon nombre d’auteurs, les énoncés en have to donnant lieu, de près ou de loin, (...)

74 Les représentations proposées nous semblent également à même d’expliquer le rôle que joue have to, et ce qui le distingue de must, au sein d’autres environnements qui ne peuvent donner lieu à aucune des différentes interprétations évoquées jusqu’à présent, et dans lesquels on pourrait être tenté d’attribuer à l’énoncé en have to une lecture épistémique.24

75 Comme le résume E. Gilbert au sujet des auxiliaires modaux auxquels on peut associer une valeur épistémique :

Dans cette interprétation, il est communément admis que le modal marque une estimation par l’énonciateur des chances de validation de la relation prédicative, et, autrement dit, qu’il permet d’envisager, de manière diversement nuancée, c’est-à-dire avec plus ou moins de certitude, son existence spatio-temporelle, ou, en d’autres termes, sa manifestation quantitative. (2001, 25)

76 L’exemple suivant, avec must, reçoit cette interprétation :

(49) What exactly is happening with Duncan?” she asked [...]. “Really not a lot.” [...] “Well, there must be something wrong.” Jane was a pragmatist. “Or what's he waiting for? Is he married, do you think? Or perhaps it's Imogen he's after.”

77 Sans aller jusqu’à affirmer qu’il y a effectivement un problème, l’énonciateur en fait, selon ses représentations, l’explication la plus probable ou en tout cas la plus vraisemblable au manque d’initiatives du référent de Duncan. Dans la formule inspirée de la représentation proposée par E. Gilbert pour must, à savoir Sit0 Э Qlt (Qnt), l’énonciateur envisage et se prononce sur l’existence (Qnt) d’une occurrence de relation en fonction des représentations (Qlt) qu’il s’en fait. Le paramètre Qlt recouvre dans ces contextes un processus d’évaluation, et non plus de valuation : c’est par confrontation du construit notionnel à un ensemble de représentations, et non plus à un système de valeurs, que l’énonciateur sélectionne la valeur I (<there- be something wrong>) en rejetant qualitativement la valeur jugée non conforme, E (<there-not be something wrong>), à partir d’un plan hors du domaine d’où ces deux positions sont accessibles. La dimension qualitative apparait ainsi stabilisée, ce dont témoignent certaines des paraphrases souvent proposées pour ce modal, comme I confidently infer that… (J. Coates 41) ou encore The only conclusion that I can draw is that… (F. R. Palmer 51), qui mettent en valeur l’existence d’un processus inférentiel, d’un raisonnement. Il y a toutefois absence de certitude totale quant à l’existence effective de l’occurrence et la dimension quantitative reste instable, et ce d’autant plus que le jugement reste propre à une origine de point de vue spécifique.

78 Semblent favoriser cette interprétation, dans le cas de have to, des énoncés comme les suivants :

(50) “I need to know what's inside. There has to be a thing in that church, get it? Light doesn't appear from nowhere.” “It's like a laser, sir.”

(51) “We've seen [the man on the eleventh floor] having sex in every conceivable position [...]. I feel so decadent, secretly observing him that way, but I often wonder if he keeps the lights on and windows curtainless deliberately I mean, he has to know that somebody's watching.

79 Plusieurs traits corrélés conduisent à une telle lecture, en freinant l’émergence d’autres interprétations. Ces énoncés, d’une part, mettent en jeu des prédicats désignant des procès statifs et non intentionnels ; ni le référent du sujet ni un individu quelconque n’a de prise, d’une façon ou d’une autre, sur la validation de la relation puisqu’il ne peut se voir investi d’un rôle d’agent. Ils se distinguent ainsi d’exemples comme (52) ou (53) auxquels on n’est nullement tenté d’assigner une telle valeur, (52) mettant en jeu un procès de type dynamique, et (53) un état compatible avec l’agentivité, comme le révèle le contexte :

(52) Jeremy won't be staying long at the party. He has to go back to work.

(53) But what he needs to do is figure out how to be aggressive because he has to be aggressive but do it in a way that doesn't make it sound obnoxious.

  • 25 En (55), he n’est toujours pas agent mais la venue à l’existence de he knows passe par celle de <I/ (...)

80 Dans ces énoncés, en outre, il n’est plus possible d’associer en interprétation à la venue à l’existence d’une occurrence une forme de valuation, positive ou négative, émanant du locuteur ou d’une autre instance, en tant que telle ou en lien éventuel avec une finalité non encore atteinte, comme c’est le cas d’exemples comme (54) ou (55). Bien que mettant en jeu le même type de prédicats que (50) et (51), ils ne donnent pas lieu non plus à une telle lecture, et sont bien compatibles du reste avec une forme d’agentivité et d’intentionnalité, dans un contexte où l’état de chose en question n’est pas vérifié en T:25

(54) If we don't play the good defense, we still lose. There has to be a complete turnaround. If we want to be contenders, it has to be done before the seasons starts. We can't win this way.

(55) Look, Dr. Sumner, I have to talk to my brother. Our mother is critically hurt and he has to know. That's the bottom line here.

81 Lorsque la validation de la relation ne repose donc pas sur l’intervention de S2 ou d’une instance tierce, l’énonciateur peut apparaitre, de ce point de vue, seul maître du jeu. Corrélativement, en l’absence de phénomènes de valuation (positive, négative) visibles, la valeur positive, <there-be thing>, <he-know>, semble être envisagée non pas comme « (nécessairement) à valider » mais comme la valeur conforme et par extension « vraie ». La conjonction de ces paramètres favorise un glissement vers une valeur épistémique en ce que l’on semble se rapprocher d’une problématique de prédication d’existence, ou du moins de prédication de propriétés à un sujet donné. Au-delà de ça cependant, il faut noter que là où ces facteurs suffisent à garantir l’interprétation épistémique du modal must, cette lecture repose aussi avec have to sur l’environnement plus large, puisqu’il est explicite par ailleurs que la question de ce qui est « le cas » ou pas pose justement problème ou fait débat (ce qui n’est pas le cas des énoncés (52) à (55)). L’environnement, en effet, est typiquement conjectural, ou met en avant la présence d’une inconnue dans la situation considérée ou dans le cas de l’individu spécifique en question (voir I need to know what’s inside en (50) et I often wonder if en (51)), ce qui nous place dans une certaine mesure dans le domaine du non-certain en ce qui concerne la validation/non-validation de la relation dans son ensemble. La proximité entre have to et must dans ces contextes n’est ainsi qu’apparente, le fonctionnement de have to ne le prédisposant en fait pas à l’expression de la valeur épistémique telle qu’elle est classiquement définie. Il suffit pour s’en convaincre de noter deux traits corrélés. D’une part, dans ce cas encore, l’opération que must effectue sur la relation prédicative reste de même niveau, énonciatif, que celle marquée par l’assertion, de sorte qu’un jugement épistémique subsiste bien en présence d’une négation (qui affecte le prédicat : c’est la valeur E qui est alors jugée probable) :

(56) It must not be him—he hasn’t bothered me at all. Why would he come all the way to Colorado if he didn’t intend to hurt me again?”

(57) There is some misunderstanding of suicide notes, their forms, and prevalence. Some people believe suicide notes are commonly found at such scenes. No suicide note? It must not be a suicide.

82D’autre part, pour la même raison, la tournure interrogative est impossible avec cette valeur :

(58) * Must it be him? / * Must it be a suicide?

83 Have pouvant par contre faire l’objet d’une assertion puisqu’il est sous la portée des opérations de niveau énonciatif, il est bien compatible, y compris dans ces contextes non agentifs, avec l’interrogation, ce que n’autoriserait pas une lecture épistémique classique, qui suppose qu’un énonciateur se prononce sur les chances de validation d’une occurrence :

(59) “Is it,” he started, hesitatingly, “is it possible… that a mistake has been made? Murderit sounds soso horrible. Does it have to be murder? I mean… aren’t there any other possibilities?

84 La même réserve peut être émise à l’examen des énoncés négatifs :

(60) It’s more likely to be written by Gatiss, who said he wrote two episodes for Series 8 and that one of them would be produced for Series 9. But it doesn’t have to be him. It’s probably him, but we won’t know for definite until it’s confirmed.

(61) “[...] I would never have expected him to turn up here. I thought he was far from Miami.” “Let's not jump to conclusions,” Corso said. “This doesn't have to be a homicide, it doesn't have to be our case.

85 Là où (56) et (57) marquent un jugement et se satisferaient d’une traduction comme ce n’est sûrement pas lui / pas un suicide, (60) et (61) se laissent traduire par ce n’est pas forcément lui/un meurtre (et en implication, par extension : ça peut très bien être quelqu’un d’autre/autre chose), quelle que soit l’option qu’est susceptible de privilégier, indépendamment, le locuteur. Ces énoncés interrogatifs et négatifs agissent en fait comme des révélateurs, nous le préciserons, du rôle joué par have to à l’affirmative. On part en effet ici d’une pré-sélection de I, it is him ou it is murder, qui opèrerait à l’exclusion définitive de E (évacué, comme le suggère en (61) jump to conclusions), pour venir remettre en cause la légitimité ou la validité de cette position et ainsi réintroduire indirectement comme possible la valeur bloquée. En (60) et (61), on rappelle ainsi que ce qui est validable, concernant le sujet de l’énoncé, ne se limite pas à une valeur préconstruite.

86 La différence dans le repérage mis en jeu par must et par have to (relatif à Sit0 dans le premier cas, à S2 dans le second) explique également que have puisse porter la marque du prétérit tout en véhiculant cette même valeur, comme en (62), alors que must ne peut apparaitre en contexte « passé » qu’au sein d’un passage de discours indirect, précisément parce que l’opération qu’il marque reste alors attribuée à un énonciateur (rapporté) :

(62) “Did the neighbors know what was going on?” “They had to know. It was impossible for them not to know. I was always amazed, even at my young age, that people didn't respond.”

  • 26 Lorsque la relation se présente comme validable, et non comme potentiellement validée, l’exclusion (...)

87 Elle contribue aussi à expliquer qu’un énoncé en have to puisse recevoir une interprétation similaire alors que l’état de fait dont il est question n’est censé pouvoir se vérifier qu’à un moment postérieur au moment de locution, comme en (63). Must, lui, ne peut pas donner lieu dans ces configurations à une interprétation épistémique,26 la relation prédicative n’étant plus située sur le même plan que le moment d’énonciation :

(63) Reagan worse than Carter, Bush worse than Reagan, Clinton worse than Bush, Bush Jr. worse than Clinton, and now Obama worse than Bush. Who's next? It doesn't matter because one thing is certain, the person elected will be worse than the last one, he has to be worse because he will be called on to do worse things by those that got him elected.

88 La représentation proposée en 3 nous semble donc également à même de rendre compte des cas de figure envisagés dans cette section, à la différence que le « visé » construit par l’intermédiaire de to désigne ici un prédicable, puisque l’on a dans ces cas affaire à des procès statifs dénués d’agentivité, et qui ne peuvent donc renvoyer qu’à des propriétés susceptibles d’être attribuées à un support. Avec have to, on ne se prononce pas comme avec must sur la validation ou la non validation, en situation, de la relation dans son ensemble, via un processus d’évaluation subjective avec choix raisonné d’une option, I ou E ; on assigne à S2, via have, un prédicable, construit par l’intermédiaire de to qui indique, de lui-même, la distinction, la sélection qualitative d’une valeur et une seule (I) parmi les propriétés attribuables à S2. On reste en deçà de la validation effective (paramètre quantitatif), mais sur le plan qualitatif, mis en avant, la validabilité de la relation ainsi établie entre sujet et prédicat apparait, à l’issue de ces opérations et lorsque have fait l’objet d’une assertion positive, garantie à un double titre. Dans la mesure en effet où la valeur distinguée (I) est présentée comme présélectionnée, et non pas « choisie », par un énonciateur, et est posée comme repérée par rapport à S2, ceci exclut la possibilité, en ce qui concerne les propriétés associables à S2, de tout ce qui entre en opposition avec I (c’est-à-dire de E). On s’explique alors que comme dans certains des cas examinés en 3, have to soit typiquement employé avec cette valeur lorsque au niveau discursif la validation de E, au sujet d’un cas ou d’une situation spécifiques, a été posée ou envisagée. D’une part, cela oriente en apparence le propos vers la question de ce qui est ou non « le cas » et contribue ainsi à conférer à l’énoncé une coloration épistémique alors que les opérations dont have to est la trace s’accordent a priori mal avec cette valeur. D’autre part, cela réintroduit la problématique de la sélection de I par opposition à E, la prise en compte préalable de cette dernière option justifiant l’opération consistant à la présenter comme évacuée.

89 On pourra mentionner pour illustration des énoncés comme les suivants, qui réagissent à une prise en charge de la valeur E attribuable au co-énonciateur, et revêtent ainsi une dimension plus ou moins polémique :

(64)Nobody’s here, sir.” “Don’t be ridiculous, they have to be here.” Waldon’s rough voice echoed through the walls.

(65) So I asked the nurses if they knew his face. They said no, but they were all a bit younger than us. I said, “You’ve got to be kidding. This guy’s been all over TV. You have to know him.” They still said no, that they didn't, so I let it go.

(66) “There’s no mistake, Lilli. David’s blood type doesn’t match Tony’s. Tony cannot be David’s biological father.” [...] “Really,” she said, knitting her fingers together. “I didn’t have sex with anyone else. Tony has to be David’s biological father. There’s no other possibility,” she said. “There was no one else. How could it be anyone else?” Max stared at her in silence. [...] Panic shot across her face and she ran to him. “You must believe me. You must. That blood test is wrong. It has to be. It has to –

90 Assez fréquemment, la relation, dans sa valeur I, fait en outre l’objet d’une assertion préalable prise en charge par l’énonciateur, le prédicat déterminé par to se réduisant alors fréquemment à be, à l’instar de l’exemple (66) (seconde occurrence de have to) ou des énoncés suivants :

(67) “I saw her this morning, and while she’s back to her groove, she has lost some of the perkiness. [...] There’s a sadness in the eyes, or maybe I’m reading it there –” “Of course there is. There has to be. It’s been six weeks, I would imagine there are topics that we talk about every day on the show that remind her of Jay [...]”

(68) Don't laugh. I believe in such things as psychic connections, soul mates, partners with whom you travel from life to life. How else to explain Jeff and me? [...]. So call it whatever you want, but there is something bigger than the two of us that keeps us together. There has to be.

91 Cette occurrence de I est dans ces cas construite, délimitée et assertée, mais reste en un sens instable, notamment parce qu’un co-énonciateur reste incertain ((67)) ou se montre sceptique ((66), (68)). Il s’agit alors, par le biais de l’énoncé en have to, d’en éliminer l’instabilité sur le plan qualitatif, en lui donnant ainsi indirectement un fondement, une assise, puisque cette valeur I se voit présentée comme seule concevable (seule compatible avec le type de cadre en jeu ou avec certaines données) et en tout cas comme seule envisageable (seule susceptible d’être prise en charge comme étant le cas). On aboutit donc à un renforcement de l’assertion qui précède, renforcement en fait d’autant plus efficace que l’on rejette non seulement l’altérité des valeurs, mais que l’on vient aussi bloquer toute altérité des points de vue, en l’absence d’une dimension évaluative et subjective mise en jeu de façon inhérente.

92 On notera enfin qu’au sein de configurations admettant la copule be et mettant normalement en jeu un parcours sur un ensemble ouvert de valeurs possibles, c’est-à-dire dans certaines structures attributives ou encore dans les propositions clivées (éventuellement tronquées) ou construites sur le modèle des clivées, l’apparition de have to semble là encore conditionnée par une prise en compte préalable de E (non I, autre que I) dont l’emploi de la périphrase vient par ailleurs rejeter la possibilité. Must, au contraire, ne connait pas cette contrainte, son emploi ne donne en outre pas lieu à un tel effet, et la substitution de have to au modal est alors bien souvent jugée difficile par les anglophones consultés. En témoignent par exemple ces deux paires d’énoncés :

(69) He held his breath and listened. The bathroom light went on and there was the sound of running water. It must be his dad. Buddy looked at his watch – three forty-five. Where had he been all this time?
? The bathroom light went on and there was the sound of running water. It
had to be his dad.

(70) “Hi there, welcome to Surgicentre” she said like a game-show host, and before we could reply, continued: “My name's Candy. I'm your reception nurse. You must be Lynne Ives.”
? My name's Candy. I'm your reception nurse. You
have to be Lynne Ives.

(71) Halfway through the door an odor reached his nostrils. The scent was familiar and delightful. The smell was of food cooking but it wasn’t ordinary food. It was food with which he was familiar. There was no mistaking it. It was a smell produced only from the food his mother used to make. This could only mean one thing: it had to be his mother. His mother was home.

(72)Sonny? Is that you?” Wade’s heart sank. What was wrong with the old man? “It is you,” his grandfather said with joy on his face. “I knew you’d come back someday.” Wade couldn’t take it any longer. “Sonny’s dead. Remember he died in a shoot-out with the cops. Sonny was my father. I’m Wade.” It was silent on the porch. Finally, his grandfather looked up at him in puzzlement. “That can’t be right. You have to be Sonny. That nice woman you married is out in the car right now. I can see her.”

93 Avec must, l’énonciateur se positionne en IE ; parmi un ensemble de possibles, ensemble a priori ouvert, à même d’identifier la personne présente, il propose par inférence his dad et Lynne Ives comme option qu’il juge la plus vraisemblable. La possibilité qu’il s’agisse en vérité de quelqu’un d’autre apparait toutefois, comme toujours avec must, fondamentalement préservée, et ce d’autant plus ici que l’exclusion de l’altérité qualitative n’est pas justifiée ou marquée par ailleurs puisque rien ne le nécessite, ce qui rend difficile la substitution de have to à must.

94 En (71) et (72), qui mettent en jeu have to, on part par contre respectivement des deux valeurs contraires <it-not be his mother> (le contexte plus large nous apprend en effet que le locuteur croyait sa mère morte, d’où une première incrédulité) et <you-not be Sonny>, et l’emploi de have to apparait alors motivé par le besoin de (se) convaincre que c’est bien I qui s’impose, et non E comme on pourrait l’imaginer, ou comme l’interlocuteur le prétend. En (71), à contraster sur ce point à (69), have to ne livre ainsi ni conclusion subjective inférentielle ni hypothèse à partir de la perception he smelled food, mais s’inscrit dans la continuité de la démonstration contextuelle s’attachant à poser toute autre valeur que his mother comme incompatible dans l’absolu avec this type of smell (voir en particulier There was no mistaking it, It was a smell produced only from the food his mother used to make et This could only mean one thing). <It-be his mother> peut alors, dans ces conditions, être posée comme unique option prise en compte et concevable pour ce qui est de l’identité de la « cuisinière ». On passe ainsi, du point de vue des traductions françaises possibles, de ça devait être son père et vous devez être Lynne Ives à ça ne pouvait être que sa mère et tu ne peux qu’être Sonny (ou c’était forcément sa mère, tu es forcément Sonny).

95 Ces différents traits semblent confirmés par la fréquence de cannot / can’t (ou couldn’t) dans l’environnement de have to. L’examen de ces contextes révèle la complémentarité sémantique des deux formes, qui découle de la proximité fonctionnelle de have to et de can : ce dernier est en effet susceptible, comme have dans have to, de faire l’objet d’une assertion, positive ou négative, et on pourrait avancer sous toute réserve qu’il met également d’abord en œuvre un repérage par rapport à Sit2, et non directement par rapport à la situation d’énonciation. Dans ce type de contextes, ainsi que le formule L. Dufaye (2001a, 159), on vient avec can’t « asserte[r] une impossibilité », affirmation qui repose sur « la nature incompatible de l’état de choses auquel réfère la proposition modalisée ». A côté de (71) et (72), on peut citer les énoncés suivants :

(73) And for the others, they would've only had access to the Minneapolis PD's files on the house watches. Not Anoka's or Edina's or anywhere else's. So it can't be any of them. It has to be someone else. God, but who?”

(74) This didn’t make sense to me. “I don’t understand. What’s not working out?” I asked. He said, “I can’t deal with this long-distance relationship anymore. It’s too hard.” That really didn’t make any sense to me. He knew from day one that we didn’t live in the same city. [...] “It can’t be because of the long distance,” I said. It has to be something else. Have you cheated on me?”

(75) The sign of really bad technical support is when, after three hours on hold, the person who finally answers says, “It can’t be our software. It has to be the computer system.” And then hangs up.

96 Typiquement, la valeur rejetée par can’t et celle introduite par have to se définissent dans un rapport de complémentarité stricte, de sorte que si la première est exclue, l’autre s’impose. Else en (73) et (74) fait explicitement référence à l’altérité et à tout ce qui n’est pas the others et (because of) the long distance, tandis qu’en (75), software et computer system sont présentées comme les deux seules possibilités envisageables ou du moins pertinentes dans ce cas de figure, si bien que « autre que software » se ramène à computer system, et vice versa. Have to et can’t se complètent alors l’un l’autre par renforcement mutuel. Si can’t peut également apparaitre dans l’environnement de must, on notera que l’apparition de ce dernier n’est au contraire conditionnée ni par une prise en charge préalable de E = non I, ni par l’existence d’un rapport de complémentarité pure entre les valeurs respectivement ciblées et privilégiées par les deux auxiliaires. Même s’il y a restriction qualitative, en l’absence de ces deux traits have to est difficilement apte à remplacer must :

(76) So he’s the culprit. But he can’t be the culprit. It must be her. But it can’t be her either. It must be her father. But her father promised… It must be his daughter. But his daughter does what she’s told. It must be Fulgenzio, then. But what reason
* But he can’t be the culprit. It
has to be her. But it can’t be her either. It has to be her father. But her father promised…It has to be his daughter. [...]

(77) “Is it the McKenzies? It sounded like their car.” “No, it can’t be them. Jeanie McKenzie’s on the mainland for a visit. It must be John McNicol.” “John’s at the sheep sale today, and anyway, his car’s broken down.” While they eliminated who it could not be, the door opened to admit Catriona, Colin’s niece.
? No, it can’t be them. Jeanie McKenzie’s on the mainland for a visit. It has to be John McNicol.

97 Dans ces deux exemples, la valeur dont la validabilité est remise en cause par can’t (the McKenzies, par exemple) et celle introduite par must (John McNicol) n’épuisent en effet pas l’ensemble des options possibles et envisageables pour ce qui est de l’identité du visiteur et du coupable. En d’autres termes, ce n’est pas parce que la possibilité de <it-be the McKenzies> s’est trouvée exclue que le visiteur en question ne peut être que John McNicol, option qui se voit d’ailleurs également remise en cause par la suite. Can’t et must n’opèrent pas sur le même plan ; l’énonciateur, avec must, se situe dans une position neutre IE, qui lui permet de considérer l’ensemble des valeurs envisageables que can’t a seulement permis de restreindre un peu plus, ce qui favorise un processus de déduction mentale progressif (voir while they eliminated who it could not be en (77)). (76) montre bien que l’ensemble des coupables possibles correspond toujours à un ouvert, et que la réfutation par can’t de l’une des conjectures émises ne permet que de faire progresser le raisonnement dont l’emploi de must est la trace, ce qui va alors donner lieu à une nouvelle hypothèse, laquelle peut à son tour, le cas échéant, être contestée.

Conclusion

98 Dans cet article, nous avons examiné quelques-uns des principaux emplois de have to en anglais contemporain en identifiant les paramètres contextuels responsables de l’émergence de tel ou tel effet de sens. En parallèle, nous avons tenté de déceler ce qui, au-delà de leur apparente diversité, unissait ces emplois. Il s’agissait ainsi de dégager, en ayant recours à plusieurs concepts essentiels de la Théorie des opérations prédicatives et énonciatives (modes de repérage, représentations sur le domaine notionnel associé à la relation sujet-prédicat, formatage de l’occurrence de relation), un ensemble de propriétés fondamentales qui soit à même de caractériser le fonctionnement de have to, de le distinguer de celui de must, et d’expliquer les points de contact.

99 Nous avons traité have to non comme un marqueur unique, mais comme la combinaison de deux marqueurs, dont l'un, have, renvoie à une opération de repérage et l’autre, to (+ verbe), à une opération de visée.

100 L’examen d’énoncés en contexte nous a ainsi permis de montrer que, là où must suppose un point de vue extérieur au domaine notionnel, en IE, position à partir de laquelle peuvent être envisagées les deux valeurs complémentaires de la relation prédicative, I et E, validation et non-validation, have to, du fait notamment de l’opération de visée qu’il intègre initialement, implique une pré-sélection de I, E étant par avance évacué, ce qui selon les contextes d’apparition donne lieu à divers effets de sens. Have to, malgré les apparences, ne connait pas ainsi de véritable valeur épistémique, car il s’agit beaucoup moins de privilégier le choix de I par opposition à E (must) que de remettre en question le choix a priori de E. La légitimité de l’appellation « déontique » reste tout aussi discutable, puisqu’il est bien moins question, dans les environnements qui avec must seraient propices à l’émergence d’une telle valeur, de porter un jugement sur le contenu notionnel pour viser la venue à l’existence d’une occurrence, donc de valuer I, que de présenter I comme seule validable et envisageable sous l’angle de S2 ou relativement à une finalité, ou bien que d’évacuer explicitement la validabilité de E lorsque l’accès à E a été envisagé.

101 De façon corrélée, ces particularités découlent de la différence dans les modes de repérage mis en jeu par have to et par must. Si must suppose un repérage direct par rapport au repère énonciatif absolu qu’est la situation d’énonciation Sit0, le repérage mis en œuvre par have to par l’intermédiaire de have se limite au seul index d’événement Sit2, notamment à la coordonnée S2. Cette différence rend compte de la compatibilité de have to, qui tombe sous la portée des opérations de niveau énonciatif, avec l’assertion, l’interrogation, le décrochage temporel marqué par –ed, etc., mais elle implique également que ne sont fondamentalement mises en jeu ni valuation ni évaluation subjectives, ce qui là encore limite la pertinence des étiquettes « déontique » ou « épistémique » pour qualifier ses emplois.

Top of page

Bibliography

Bouscaren, Janine et al. « Have, opérateur de localisation ». Cahiers de recherche en grammaire anglaise T.1, Janine Bouscaren, éd., Paris : Ophrys, 1982. 55-72.

Bouscaren, Janine et al. Grammaire et textes anglais, guide pour l'analyse linguistique. Paris : Ophrys, 1987.

Brinton, Laurel J. “The Origin and Development of Quasimodal Have to in English.” Manuscript, 10th International Conference on Historical Linguistics, Amsterdam, 1991. https://citeseerx.ist.psu.edu/viewdoc/download?doi=10.1.1.122.6889&rep=rep1&type=pdf

Cherchi, Lucien. La grammaire anglaise au fil des textes. Dijon : éditions de l’Aléï, 1988 [1e éd. 1986]

Chuquet, Jean. To et l'infinitif anglais : détermination et opérations énonciatives. Paris : Ophrys, 1986.

Chuquet, Jean. « To be or not to be – A propos de believe et de quelques autres verbes d’opinion ». Cahiers de recherche en grammaire anglaise T. 5. Paris : Ophrys, 1991. 25-81.

Close, Joanne and Bas Arts. “Current Change in the Modal System of English : a Case Study of Must, Have to and Have Got to.The History of English Verbal and Nominal Constructions, Ursula Lenker, Judith Huber and Robert Mailhammer, eds. Amsterdam : John Benjamins, 2010. 165-181.

Coates, Jennifer. The Semantics of the Modal Auxiliaries. London: Croom Helm, 1983.

Collins, Peter. Modals and Quasi-Modals in English. Amsterdam : Rodopi, 2009.

Cotte, Pierre. Le Système des auxiliaires modaux dans le système verbal de l'anglais contemporain. Thèse de Doctorat d'État, Université de Grenoble III, 1988.

Culioli, Antoine. « Modalité ». Encyclopédie Alpha t. 10. Paris : Grange Batelière & Novare, Istituto geografico de Agostini, 1971.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l'énonciation : Formalisation et opérations de repérage (T. 2). Paris : Ophrys, 1999a.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l'énonciation : Domaine notionnel (T. 3). Paris : Ophrys, 1999b.

Depraetere, Ilse and An Verhulst. “Source of Modality: A Reassessment”. English Language and Linguistics 12-1 (2008): 1-25.

Depraetere, Ilse. “Categorization Principles of Modal Meaning Categories: A Critical Assessment.” Anglophonia 19 (2015). http://journals.openedition.org/anglophonia/476

Deschamps, Alain. « Essai de formalisation du système modal de l’anglais. » Les opérations de détermination : quantification/qualification, Alain Deschamps et Jacqueline Guillemin-Flescher, eds. Paris : Ophrys, 1999. 267-287.

Douay, Catherine. « Un autre point de vue sur have. » Corela 3-1 (2005). http://journals.openedition.org/corela/488

Dufaye, Lionel. Les Modaux et la négation en anglais contemporain. Cahiers de recherche, numéro spécial. Paris : Ophrys, 2001a.

Dufaye, Lionel. « Le système des auxiliaires de modalité et la négation » Modalité et opérations énonciatives, cahiers de recherche en grammaire anglaise T.8, Janine Bouscaren et al, eds. Paris : Ophrys, 2001b. 101-144.

Gilbert, Éric. May, Must, Can et les opérations énonciatives. Cahiers de recherche en grammaire anglaise T.3. Paris : Ophrys, 1987.

Gilbert, Éric. « Vers une analyse unitaire des modalités. May, must, can, will, shall. » Modalité et opérations énonciatives, cahiers de recherche en grammaire anglaise T.8, Janine Bouscaren et al, eds. Paris : Ophrys, 2001. 23-99.

Gilbert, Éric. « Tentative de représentation de quelques modaux de l’anglais. » Revue Belge de Philologie et d’Histoire t. 81 fasc. 3 (2003) : 771-789.

Huitink, Janeke. “Analyzing Anankastic Conditionals and Sufficiency Modals.” Proceedings of ConSOLE XIII, 2005. 135-156.

Krug, Manfred G. Emerging English Modals : A Corpus-based Study of Grammaticalization. Berlin, New York : Mouton de Gruyter, 2000.

Lalande, André et Société française de philosophie. Vocabulaire technique et critique de la philosophie. Paris : Presses universitaires de France, 2013 [1e éd. fascicules 1902-1923].

Larreya, Paul. « Quelques remarques sur have to et must. ». Travaux du CIEREC 35 (1982) : 103-121.

Larreya, Paul. Le possible et le nécessaire, modalités et auxiliaires modaux en anglais britannique. Paris : Nathan, 1984.

Larreya, Paul. « Must, have to et leurs équivalents français. » Recherches en linguistique étrangère 29 (1998) : 325-343.

Larreya, Paul. « Connaissance, inférence et modalités épistémiques dans le système verbal de l’anglais. » La modalité et les modaux en diachronie et en synchronie (domaine anglais), Jean Pauchard, ed. Reims : Presses Universitaires de Reims, 2000. 175-199.

Larreya, Paul. “Towards a Typology of Modality in Language.” Modality in English : Theory and Description, Raphael Salkie, Pierre Busuttil and Johan van der Auwera, eds. Berlin, New York : Mouton de Gruyter, 2009. 9-30.

Larreya, Paul. « Modalisations a priori et a posteriori : le cas de would. » Anglophonia (19), 2015. http://journals.openedition.org/anglophonia/457

Larreya, Paul et Claude Rivière. Grammaire explicative de l’anglais. Paris : Pearson Education France, 2014 [1e éd. 1991].

Leech, Geoffrey. Meaning and the English Verb. London: Longman, 1987 [1e éd. 1971].

Palmer, Frank Robert. Modality and the English Modals. London: Longman, 1990 [1e éd. 1979].

Poinas, Alexandre. « Don, action et réaction. » Revue du MAUSS 19 (2002) : 344-348.

Quirk, Randolph et al. A Comprehensive Grammar of the English Language. London, New York: Longman, 1985.

Sæbø, Kjell Johan. “Necessary Conditions in a Natural Language.” Audiatur Vox Sapientiae: A Festchrift for Arnim von Stechow, Caroline Féry and Wolfgang Sternefeld, eds. Berlin: Akademie-Verlag, 2001. 427-449.

Serpault, Pauline. Tentative d’analyse de have to. Thèse de doctorat, Université de Caen Normandie, 2017. https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01799643/document

Tregidgo, Philip Sillince. Must and May: Demand and Permission.” Lingua 52 (1982): 75-92.

Von Fintel, Kai and Sabine Iatridou. “What to Do if You Want to Go to Harlem: Anankastic Conditionals and Related Matters.” Manuscript, 2005. https://web.mit.edu/fintel/fintel-iatridou-2005-harlem.pdf

Von Wright, Georg Henrik. Norm and Action: A Logical Inquiry. London: Routledge & Kegan, 1963.

Williams, Christopher. Tradition and Change in Legal English: Verbal Constructions in Prescriptive Texts. Bern: Peter Lang, 2007.

Top of page

Notes

1 Un peu plus de 80 000 occurrences de have to (have to, has to, had to, having to, et formes contractées) dans le BNC, près d’un million dans le COCA ; 69 514 occurrences de must dans le BNC, 430 698 dans le COCA.

2 Notons cependant qu’en (9) et (10), cette difficulté tient aussi, voire autant, au fait qu’est explicitement prise en compte, par l’emploi de Please? et de if you don’t mind, l’éventualité d’un désaccord ou d’une opposition de points de vue, qui rend saillante la possibilité que you n’amène pas l’occurrence valuée à l’existence ; nous reviendrons sur ce point en 3.

3 Must peut aussi ne pas être directement placé sous la portée d’un verbe recteur de « parole » et apparaitre, par exemple, dans le cadre du discours indirect libre : For once he felt a sense of purpose enlivening his existence. […] On three occasions – once last June and twice recently – orders had arrived to kill people, which was risky but enjoyable. The Daniel and Hamnett shootings had been competently executed, his pride in the latter however slightly dented by recollection of the stupid lie he had told about his wife. He must avoid that sort of mistake in future. Carelessness could be dangerous.

4 C. Williams mentionne, parmi les types de textes descriptifs (à caractère juridique) compatibles avec l’emploi de have to, les “works of legal scholars commenting on the law” ou encore les “explanatory or illustrative texts” ; il évoque également le cas des “legal firms advising on consumer rights” (28, 143-4). D’après nos observations, on semble le retrouver également assez fréquemment dans le cadre des FAQ (frequently asked questions), dont la visée est explicitement informative.

5 http://www.highwaycodeuk.co.uk/uploads/3/2/9/2/3292309/the-official-highway-code-with-annexes-uk-en-12-04.pdf

6 Cette distinction nous semble transposable au domaine linguistique tant qu’elle est précisée, ce que nous ferons ci-après, et toutes précautions gardées pour ce qui est de l’interprétation à donner à des termes comme absolument et impossible dans la première citation, la validation pouvant bien linguistiquement être présentée comme nécessaire même si la non-validation est en réalité possible sur le plan matériel, de façon empirique.

7 Voir par exemple I. Depraetere pour un résumé des positions successives de F. R. Palmer, en cours d’ouvrage, ou selon les ouvrages.

8 La notion relève du domaine mental ; elle renvoie à un « système complexe de représentation structurant des propriétés physico-culturelles d’ordre cognitif » (A. Culioli 1999a, 100). Elle n’est définie que qualitativement (la notion /bird/ renvoie à « être oiseau », « avoir la propriété oiseau »), mais est rendue quantifiable lorsqu’on lui associe une classe d’occurrences, constituée d’unités discrétisables, potentiellement distinguables les unes des autres. On définit à partir de cette classe un domaine notionnel qui s’organise en un Intérieur, noté I (regroupant les occurrences ayant les propriétés associables à la notion, ce x est un vrai oiseau), un Extérieur, E (occurrences n’ayant aucune de ces propriétés, ce x n’a rien d’un oiseau), éventuellement une Frontière, F (occurrences ayant des propriétés de l’intérieur et de l’extérieur).

9 Une relation prédicative « simple » est une relation à trois termes, orientée autour d’un premier argument à partir d’une lexis, schéma à trois places (<a-r(elateur)-b>, exemple <bird-eat-seed>) instanciées par des notions (ce qui forme donc une notion complexe) ordonnées en fonction de leurs propriétés primitives, a correspondant au terme source et b au terme but.

10 Э se lit “sert de repère à”. Cette formule équivaut strictement ici à Qlt Є Sit0 et nous n’avons dans ce cas recours à cet opérateur “miroir” que pour rendre cette représentation parallèle à celles que nous serons par la suite amenée à proposer.

11 Voir L. Dufaye 2001a (140-143) sur cette question.

12 Nous parlons ici de prise en charge au sens très large d’une « attitude prise à l’égard de la relation qui contient la lexis » (A. Culioli 1971, 4031), qui dépend de la façon dont on construit et dont on envisage cette relation, et qui autorise donc différentes « modalités de prise en charge ». Prendre en charge une relation au sens strict revient plus spécifiquement à « dire ce que l’on croit être vrai » (A. Culioli 1999a, 131) et à produire une assertion, ce qui correspond à une conception plus tardive d’A. Culioli.

13 Voir par exemple J. Bouscaren et al. 1982.

14 Extrait d’un poème de R. Browning cité et commenté par J. Chuquet (1986, 177).

15 Cette analyse a initialement été proposée par J. Chuquet ; voir notamment 1986, 192 ou 1991, 54.

16 Sur ce concept, voir A. Culioli 1999b, 82-83.

17 Même si le statut de S2 reste très peu théorisé au sein de la TOPE, rappelons en effet qu’il s’agit de l’une des coordonnées de Sit; T2 étant le « moment de l’événement », le support existentiel spatio-temporel d’une occurrence, S2 peut être vu comme le « sujet de l’événement », ou comme le support existentiel subjectif de l’occurrence. Cette coordonnée S2 a la particularité de promouvoir un élément prédicatif au rang de repère situationnel. Pour entrer dans les détails, si l’on accepte que to marque, par la visée qu’il suppose, le repérage de a (restituable sous la forme de l’élément en position de sujet) par rapport à < ( ) rb>, sans identification de a à la place vide, on peut en fait considérer que la relation visée ainsi constituée est « hiérarchiquement » dominée par have, qui la repère à son tour par rapport à a, celui-ci se voyant alors érigé au rang de repère situationnel, ce qui pourrait aussi se représenter ainsi : S2 Э < a Є < ( ) rb > >.

18 « Éventuellement », car have ne fait pas toujours l’objet d’une assertion, notamment lorsqu’il est sous la portée d’un auxiliaire modal : He may have to live in a nursing home from now on ; Don’t bother. You must have work to do. You must have to get back to your office or something.

19 On pourrait en ce sens considérer qu’avec have to, le paramètre Qlt intervenant dans le formatage de l’occurrence de relation déterminée par to relève avant tout de ce que L. Dufaye 2001b nomme « qualitatif intra-notionnel », qui « concerne les propriétés dont dépend la structuration d’une notion donnée » (106), donc ce qui a les propriétés de la notion X, ce qui est X sans plus, et non du « qualitatif extra-notionnel », qui fait intervenir une valuation et/ou une évaluation et « concerne les opérations liées à l’intervention du paramètre subjectif S » (ibidem).

20 Au sens donné par J. Bouscaren et al. 1987 d’une relation construite « par rapport à un repère-origine externe à l’énoncé en cours » ou « présentée comme « déjà construite » sans qu'il y ait d'interprétation strictement chronologique à donner à ces termes : il s'agit bien plutôt d'un décalage de plans entre deux séries d'opérations, la seconde intervenant sur la première » (156).

21 Pour plus de détails sur la lecture « actualisante » de have to et had to à partir des travaux de P. Larreya sur ce phénomène, voir P. Serpault, 251-269 et 296-306.

22 L’énoncé suivant, cité pour partie par I. Depraetere et A. Verhulst (14), nous semble se rapprocher de ces cas de figure en ce qu’il sert la même fonction globale, malgré l’orientation passive de la relation et le lien implicite à une finalité : Mr Major [Leader of the Conservative Party] was trying to slide away from his responsibility and Mr. Hattersley [Deputy leader of the Labour Party] said: “I offer him this piece of simple advice – there is no way it can be redeemed or reformed : The poll tax has to be abolished. Don’t mend it. End it.”. Dans l’article en question, cet exemple est destiné à montrer que contrairement à la conception commune, have to peut être « subjectif » (“the speaker (…) gives his own opinion on the necessity of bringing about a state of affairs”, ibidem). Il y est toutefois coupé de son contexte d’apparition puisque seules les trois dernières phrases (The poll tax (…) End it) y sont citées.

23 Signalons toutefois que P. Larreya 1984 consacre un chapitre entier (169-192) à ce qu’il nomme « modalité implicative », valeur que peuvent prendre have to et must lorsqu’ils participent à l’expression d’une condition nécessaire. Les énoncés présentés s’inscrivent cependant tous au sein d’un contexte générique, et must et have to n’y sont pas différenciés, sans doute à juste titre dans les environnements proposés; mais il est intéressant de noter que les superpositions ou points de contact signalés par l’auteur entre modalité implicative et modalité radicale/déontique ne sont par contre illustrés qu’à l’aide d’énoncés faisant intervenir le modal must avec lequel, nous semble-t-il, une forme de valuation positive reste bien souvent perceptible, y compris dans les énoncés généralisants, même si les valeurs en question sont éventuellement présentées comme collectives (voir P. Serpault 222-231). On pourra par ailleurs mentionner les nombreux travaux menés en sémantique formelle sur les constructions dites « anankastiques » (exprimant une condition nécessaire à la réalisation d’un fait) depuis G. H. von Wright : voir par exemple K. J. Sæbø, K. Von fintel et S. Iatridou, ou encore J. Huitink. L’approche reste toutefois essentiellement logique, et s’appuie ainsi sur des énoncés construits, sans co-texte. Par ailleurs, l’objectif n’est pas d’y faire ressortir le rôle ou, surtout, la spécificité de have to par rapport à d’autres formes potentiellement concurrentes, de sorte que have to, must, ou même parfois ought to du moins chez von Wright, apparaissent alternativement, et indifféremment semble-t-il, au sein des énoncés proposés, de leurs paraphrases, ou des commentaires des auteurs. Si have to et must semblent bien interchangeables dans nombre d’énoncés de ce type s’inscrivant au sein d’un environnement générique (trait que peuvent vérifier les énoncés proposés dans ces travaux, dans la mesure où ils admettent le sujet you et sont livrés hors co-texte), il n’en va apparemment pas ainsi des autres contextes, ni même de tous les cas de figure en contexte générique. Comparer de façon détaillée have to et must lorsqu’ils apparaissent dans cette configuration dépasserait le cadre de cet article, mais nous renvoyons pour une analyse plus précise à P. Serpault, section 4 en particulier (notamment 189-192, 203-9, 221-234).

24 Comme l’ont souligné bon nombre d’auteurs, les énoncés en have to donnant lieu, de près ou de loin, à une lecture épistémique sont minoritaires, qu’il s’agisse de langue écrite ou orale (M. Krug 89-90, P. Collins 60, J. Close et B. Aarts 13). Nous l’avons également vérifié dans notre corpus de départ, puisqu’à peine 5% des énoncés présents semblaient pouvoir y recevoir cette interprétation, ce qui nous a par la suite amenée, à des fins d’analyse, à interroger les corpus et le Web de façon plus spécifique en effectuant des requêtes répondant à des configurations apparemment typiques, comme have to + sujet there et/ou have to + verbe d’état, par exemple. Cet usage serait, en outre, relativement récent (20ème siècle ; M. Krug, L. Brinton) et a longtemps été perçu comme un « américanisme » (F. R. Palmer 56, J. Coates 57) ou comme caractéristique du « langage des adolescents » (J. Coates 57). Ce sont peut-être là les raisons pour lesquelles la littérature lui a accordé moins d’attention. Le point de vue selon lequel cet emploi se limiterait à une région et à une catégorie de locuteurs, dont le « niveau de langue » serait relâché, n’est pourtant pas partagé par tous (R. Quirk et al. 45, par exemple, signalent que cet usage est également bien établi en anglais britannique) et peut être infirmé par l’observation de données plus récentes, notamment celles fournies par le BNC. Ces contextes, en tout cas, nous semblent à même de mettre en lumière ce qui, des traits caractéristiques de l’emploi et du fonctionnement de have to, s’y trouve exploité ; on peut en effet s’interroger sur les facteurs qui y motivent son apparition alors que l’emploi de must apparait souvent privilégié avec cette valeur.

25 En (55), he n’est toujours pas agent mais la venue à l’existence de he knows passe par celle de <I/someone- tell him>.

26 Lorsque la relation se présente comme validable, et non comme potentiellement validée, l’exclusion de l’altérité qualitative n’apparait alors plus procéder d’une forme d’inférence ou d’une évaluation mais se voit associée à une valuation.

Top of page

References

Electronic reference

Pauline Serpault, Analyse énonciative de have to et comparaison avec le modal mustAnglophonia [Online], 31 | 2021, Online since 13 October 2021, connection on 11 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/4528; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.4528

Top of page

About the author

Pauline Serpault

Université de Poitiers – EA 3816, FoReLLIS
pauline.serpault@univ-poitiers.fr

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search