Skip to navigation – Site map

HomeAnglophonia31Culioli, Adamczewski et la lingui...

Culioli, Adamczewski et la linguistique anglaise

Ariel Laurencio Tacoronte

Abstracts

In his research on the analysis of languages, Culioli (1968, 1971) states that it is essential to build a system of representation with formal properties in order to be able to perform a calculus in linguistics. We will try here to identify the basis of Culioli’s theoretical formalization which allowed Adamczewski (1978) to construct his metaoperational grammar of English, a grammar consisting of principles later established by this author as universal, starting from the English be + ing structure. In line with the formalization in linguistics as stated by Culioli, we have incorporated other principles and tools into Adamczewski’s model, such as the part / whole principle or the inference generation principle. This has allowed us to determine other characteristics of this structure, such as its ability to refer to past events, even when conjugated in present tense. This integrated model, built along Culiolian formalization parameters, allows us not only to analyze and better understand the enunciative functioning of the structure, or its equivalents in other languages, such as in French être en train de, but also to sketch, still within the enunciative framework, a new hypothesis on the possible metaphorical motivation of the latter.

Top of page

Author's notes

L’auteur de l’article tient à remercier tout particulièrement Alice Clabaut, sans la relecture de laquelle cet article n’aurait pas été possible.

Full text

Introduction

1 Dans son ouvrage Structures syntaxiques, Chomsky (1957 : 5) plaide pour la nécessité de construire une théorie générale formalisée de la structure linguistique. Il soutient qu’un modèle construit avec précision pour l’analyse de la structure linguistique peut jouer un rôle important, tant positif que négatif, dans le processus de découverte. Cela s’explique par le fait que même une formulation inadéquate conduisant à une conclusion inacceptable permet d’exposer la source de l’inadéquation et, par conséquent, d’arriver à une compréhension plus approfondie des phénomènes étudiés.

2 Quelques années plus tard, dans son article « Traduction automatique et linguistique », Mel’chuk (1963 : 44-45) reprend cette idée en affirmant que la construction d’un modèle de travail est une technique très efficace pour créer et vérifier une description d’un système ou d’un mécanisme quelconque. Dans cette mesure, par l’analyse de la totalité des objets disponibles dans un tel système, nous pouvons en créer une description hypothétique. Pour vérifier cette description, il est possible de construire un modèle. Ce ne serait alors qu’un modèle et non une copie du système, car de nombreuses propriétés concrètes du système n’auront pas été étudiées et, à certains égards, le modèle ne ressemblera en rien au système lui-même. Toutefois, si le modèle peut générer exactement les mêmes objets que le système étudié, alors on peut conclure que notre modèle est adéquat dans les aspects pertinents et donc, que notre description est précise.

3 Dans « La formalisation en linguistique », Culioli (1968 : 107-109) expose la nécessité de construire un système de représentations avec des propriétés formelles pour pouvoir effectuer des calculs. Son système de formalisation linguistique, sur la même lignée que Chomsky et Mel’chuk, préconise la création d’un modèle théorique avant l’analyse proprement dite des données linguistiques, et la validation ultérieure d’un tel modèle par l’analyse des données disponibles. Ces données, cependant, selon les exigences soulevées par Culioli, doivent être rigoureusement encadrées dans leur contexte d’apparition. Il s’agit d’une proposition de traitement formel des langues naturelles développée du point de vue de l’énonciation, puisqu’elle envisage, en outre, la relation entre les sujets énonciateurs.

4 Les travaux de Culioli sur la formalisation ont posé les bases du système formalisé par Adamczewski pour expliquer la performance d’opérateurs anglais tels que do (1975) ou be + ing (1974, 1978), puis l’ensemble de la grammaire anglaise (1982), et enfin les grammaires des autres langues (1995). La première partie de cet article présentera les aspects pertinents de l’œuvre de Culioli qu’Adamczewski utilise plus tard pour la construction de son propre modèle. La deuxième partie de l’article sera consacrée à l’analyse du système adamczewskien, en indiquant les liens avec les paramètres de formalisation culioliens. Dans une troisième partie, nous proposerons notre propre modèle, fondé à partir du modèle d’Adamczewski, en intégrant cependant d’autres outils suivant les exigences de formalisation fixées par Culioli. La dernière partie de ce travail, sera dédiée à l’application des résultats obtenus avec notre modèle théorique à la structure française être en train de + r. Finalement, et pour conclure notre analyse, nous procéderons à une proposition sur la possible motivation métaphorique de la structure qui tient compte de ce qui a été observé sur son comportement.

5 Notre objectif est de montrer le lien entre le modèle énonciatif culiolien et le modèle adamczewskien. Pour cela, nous arrêtons notre attention sur quelques conceptualisations de Culioli qui ont permis à Adamczewski de construire son propre système d’analyse linguistique, appliqué dans un premier temps à l’anglais, puis, dans un deuxième temps, à d’autres langues. Un objectif secondaire de cet article est de présenter en quelques mots notre propre modèle. Celui-ci est construit à partir du modèle d’Adamczewski, et s’appuie également sur certains paramètres de formalisation linguistique proposés par Culioli. Nous déduisons les caractéristiques que le corpus doit présenter à partir d’un tel modèle. Ce corpus doit permettre l’analyse des différentes variables contextuelles que le modèle établit comme point d’intégration de la référence qu’exécute un opérateur anaphorique (pour plus de détails, voir § 3). Un tel corpus a été identifié dans différentes œuvres cinématographiques et télévisuelles. Les usages linguistiques pourraient être jugés peu naturels – car résultant d’un script –, cependant nous nous intéressons à des énoncés dits bien formés (cf. Culioli 1999 : 129).

1. Quelques points sur la formalisation culiolienne

1.1. Le repérage d’un terme par rapport aux coordonnées énonciatives

6 Comme souligné dans l’introduction, Culioli stipule qu’il est indispensable de construire un système de représentations avec des propriétés formelles qui permettrait d’effectuer des calculs en linguistique. Il va sans dire qu’en cas de contradictions ou de non-confirmation des hypothèses, il ne resterait qu’à abandonner un tel modèle (Culioli 1971 : 8).

7 Un premier principe de base du modèle culiolien tient dans la considération que l’énoncé est un produit du repérage des termes par rapport à une situation communicative, à partir des différentes options énonçables ou lexis avec lesquelles l’énonciateur joue (Culioli 1985 : 86). Ce repérage d’un terme peut être effectué par rapport au terme lui-même, en le fournissant au moment de l’énonciation, ou par rapport à un autre terme. Par ailleurs, ce passage à l’assertion, ou énonciation effectuée par un sujet, implique une modalisation. La modalisation implique à son tour une relation entre les sujets énonciateurs (Culioli 1968 : 112).

8 Le terme repéré par rapport à lui-même possède une autonomie relative. En revanche, le terme qui est repéré par rapport à un autre, acquiert dans ce cas une valeur référentielle (Culioli 1985 : 83-84). A l’intérieur d’une relation prédicative, les termes sont repérés conformément à une série de coordonnées de l’acte énonciatif dans lequel ils apparaissent. Dans cette mesure, un énoncé bien formé pourrait être défini par le respect de l’ordre des opérations de repérage en fonction de ces coordonnées. Cela permettrait ainsi une cohérence entre ce qui est dit et sa situation d’appartenance (Culioli 1999 : 129).

1.2. Opérations linguistiques et leur formalisation

9 On peut alors comprendre que produire ou reconnaître un énoncé signifie reconstruire des modèles de marqueurs qui sont la trace en surface de la chaîne discursive d’opérations auxquelles nous n’avons pas directement accès (Culioli 1985 : 83). Si ces opérations inaccessibles constituent un niveau I, les marqueurs qui les représentent constitueraient alors le niveau II. L’objectif serait de recréer, au moyen d’un système de représentation métalinguistique, des opérations de niveau III, qui représenteraient les marqueurs qui, à leur tour, représentent les opérations originelles. Il est donc impossible de se satisfaire de l’analyse seule des relations déjà constituées. De même, se déduit la nécessité de représenter les étapes ou processus qui conduisent à la constitution de ces relations, à travers l’enchaînement des opérations (Culioli 1999 : 97).

10 Le concept d’opération implique une vision selon laquelle toute incidence de la langue résulte d’un calcul. Par conséquent, il met en relief l’idée selon laquelle le sujet parlant fait des calculs pour la production de l’énoncé. C’est à partir de ce constat que l’on arrive à la nécessité de formaliser la grammaire. Cela présente deux avantages : d’une part, de construire un système de représentations explicite et stable, d’autre part, d’atteindre certains objectifs (Culioli 1995 : 27). Le travail avec des formes et des structures comme marqueurs représentant les opérations permet de les méta-représenter au moyen de méta-opérations – le niveau III auquel il est fait allusion ci-dessus. On peut ainsi passer du niveau II au niveau I (comme décrits précédemment), c’est-à-dire, passer des marqueurs ou opérateurs aux opérations inaccessibles qu’ils représentent (Culioli 1995 : 28). Grâce à un tel système de représentation métalinguistique, on pourrait simuler la relation entre les opérations profondes et les marqueurs linguistiques observables en surface. Une telle simulation permettrait à son tour de traiter de manière homogène des phénomènes traditionnellement considérés comme sans connexion, en les intégrant dans une théorie unifiée (Culioli 1985 : 82-83). En fait, l’un des aspects les plus séduisants de la théorie de l’énonciation de Culioli est la possibilité d’expliquer avec le même principe des phénomènes grammaticaux superficiellement dissemblables, dans la même langue ainsi que dans toute autre (voire le principe de cyclicité adamczewskien, § 2.3). Il faudrait cependant relever que chaque principe ne se manifeste pas toujours de la même manière, que chaque langue ainsi que chaque variété présente un certain pouvoir discrétionnaire dans son application.

11 Dans ce qui suit, nous dédierons une attention particulière au concept de saturation, lequel constitue un autre principe fondamental du modèle énonciatif de Culioli. Selon celui-ci, une expression n’est pas saturée lorsqu’elle constitue un lieu à instancier, une partie en attente d’instanciation, une place vide ou vidée (Culioli 1994 : 82, 1999 : 107). Ainsi, une relation prédicative non saturée, c’est-à-dire non repérée par rapport à un système de référence, correspondrait à peu près à une représentation notionnelle (comme peut l’être une entrée de dictionnaire) (Culioli 1990 : 210, 1994 : 82). À l’inverse, on peut parler d’expression saturée lorsque la notion est instanciée, au moyen de l’un des deux types de repérage mentionnés ci-dessus, c’est-à-dire par rapport au terme lui-même, ou par rapport à un autre terme.

12 Du point de vue de la formalisation d’un système, on trouve chez Culioli une distinction pareillement fondamentale : celle attribuée aux concepts d’énonciateur et de locuteur. Contrairement au locuteur, l’énonciateur, en tant que coordonnée subjective du système de repérages, correspond à une catégorie abstraite, pouvant donc avoir une entité fictive (Culioli 1988 : 35). Dans le cas de l’énonciateur et du co-énonciateur, ils se trouvent dans une relation d’altérité telle que l’on puisse avoir coalescence ou séparation. Au contraire, le locuteur et l’interlocuteur sont toujours séparés (Culioli 1990 : 130). Évidemment, il peut arriver que l’énonciateur et le locuteur coïncident, ou qu’il ne convienne pas de les distinguer (Culioli 1988 : 27).

2. Le modèle théorique adamczewskien

2.1. Du repérage culiolien aux phases adamczewskiennes

13 On peut considérer que le principe culiolien de l’opération de repérage remonte à la conception originale apollonienne de deixis et anaphore (Syntaxe, I, 71, 96). Cette conception, reproposée par Priscien (Institutions grammaticales, XII 1, 4-5) comme démonstration et relation, établit que l’article défini ou le pronom relatif mettent un élément en relation avec une propre apparition antérieure, en indiquant ainsi une seconde connaissance de cet élément. Le pronom démonstratif, en revanche, se limite à indiquer un élément, c’est-à-dire à le situer pour la première fois dans le discours. Si la fonction de la deixis est l’introduction d’un élément, fournissant une première connaissance sur celui-ci, la fonction de l’anaphore serait la référence à l’élément déjà introduit. Le but de cette mise en référence serait, à son tour, de pouvoir dire quelque chose à propos de cet élément référencé (Apollonios, Syntaxe, I, 71, 96). Cela correspond au principe logique aristotélicien portant sur le fonctionnement de l’ensemble sujet/prédicat, principe qu’Apollonios applique par analogie à l’analyse de divers phénomènes grammaticaux (cf. Lersch 1840 : 41-42).

14 Il y a un fil rouge entre le principe logique formellement énoncé par Aristote et le principe adamczewskien des phases. Pour rappel, le principe logique selon Aristote correspond à la nécessité que le sujet soit antérieur à la chose qu’on prédique sur lui (De l’interprétation, III, 16b ; Physique I/VI, 189a). On trouve de grands jalons de cette doctrine chez Apollonios (Syntaxe, I, 25, 43 ; II, 8-10), Priscien (Institutions grammaticales, XVII 4, 27), dans la spéculation linguistique médiévale (cf. Erfurt, Grammatica speculativa, XLVII, 92), puis dans sa reprise au XIXe siècle par des linguistes allemands comme Becker (1830 : 8) ou Weil (1844 : 24-25), jusqu’à la stipulation, au début du XXème siècle, de l’ordre fonctionnel de l’énoncé par Mathesius (1939 : 171), avec la distinction entre point de départ (ou thème) et noyau (ou rhème). Cependant, selon nous, les propriétés des catégories rhème et thème essentielles à la construction du système méta-opérationnel sont prises par Adamczewski à partir du principe de repérage tel que postulé par Culioli (§ 1). Ce principe est étroitement lié à la stipulation apollonienne d’indication (deixis) et référencement (anaphore) (cf. Laurencio 2019b).

15 Dans le système adamczewskien, la production d’un énoncé se compose de deux phases : une première dans laquelle le terme est proposé, dans un paradigme ouvert, dans le but de l’introduire, de l’établir, de l’identifier, de le valider, de le négocier ou de s’en enquérir, et une seconde phase où le terme est présupposé, il est déjà acquis, en paradigme fermé, dans le but de le référencer, afin de pouvoir en parler ou de pointer des inférences possibles à son sujet, en résumé, de le gérer dans des opérations successives (Adamczewski 1978 : 29, 31). Les opérations linguistiques ont pour propriété de signaler le statut informatif du terme géré. De cette propriété découle la dénomination de méta-opérationnelle appliquée à ce système (Adamczewski 1978 : 701).

16 Le paradigme ouvert de la première phase n’est rien d’autre que le terme repéré par rapport à lui-même, qui maintient son autonomie, comme nous l’avons vu avec Culioli. Le paradigme bloqué de la deuxième phase correspondrait au terme repéré par rapport à un autre terme. On retrouve donc ici, comme chez le linguiste corse, le fait que d’une part, la relation de repérage soit toujours une relation binaire (cf. Culioli 1999 : 98 ; Adamczewski 1978 : 52), et d’autre part, que la structuration de l’énoncé soit le produit d’une série d’opérations langagières, c’est-à-dire le produit d’une sorte de « comptabilisation » (cf. Culioli 1985 : 83, 86 ; 1990 : 14-15 ; Adamczewski 1978 : 62, 701-703 ; voir aussi Gagliardelli 1999 : 38).

2.2. Le concept de saturation chez Culioli et chez Adamczewski

17 Toutefois, on trouve des concepts qui connaissent avec Adamczewski une mise à jour par rapport à Culioli. Bien entendu, cette mise à jour est souhaitable et légitime, d’autant plus qu’elle rentre en résonance avec les exigences de la formalisation culiolienne en ce qui concerne la création d’outils ou, le cas échéant, la retouche d’outils déjà existants. C’est le cas du concept adamczewskien de saturation (cf. avec le concept de saturation chez Culioli, dans § 1), alors qu’il est défini par rapport à la seule opération de présupposition ou de blocage thématique d’un terme à l’intérieur d’un énoncé (Adamczewski 1978 : 37).

18 Revenons quelque peu sur le système des phases décrit précédemment (§ 2.1). Il est illustré dans la situation suivante (1), où le personnage de Pennsatucky a accompli un miracle en guérissant le genou de Janae par une prière. La forme see dudit simple present, de phase I, a pour fonction de s’enquérir de la donnée [avoir vu le fait]. La locutrice peut ainsi tenter de confirmer cette donnée en soi, afin d’essayer de la placer dans l’espace communicatif :

(1) Janae. –Holy shit! You did it! You actually did it!
Leanne. –You see? You see? You’re not like the Wizard of Oz. You’re like the Wizard of… God!
Piper. –Are you seeing this?
Alex. –She’s awfully talented. (Orange, 1/10, 00:21:38)

19 Quelques instants plus tard, le personnage de Piper, qui est présent dans la scène avec Alex, demande à cette dernière la même chose, mais en configurant le tout avec la structure be + ing. Si dans le premier cas, avec {you see}, on a une véritable prédication dans la mesure où les mécanismes intrapropositionnels sont libres, c’est-à-dire qu’il y a une structure sujet / prédicat / objet en action (cf. Adamczewski 1978 : 23), dans le second cas, il n’en est rien. Avec {are you seeing this}, les mécanismes intrapropositionnels sont bloqués, l’ensemble {are seeing this} constitue un bloc quasi-attributif que le sujet de l’énonciation attribue au sujet de l’énoncé.

20 Et ce n’est que dans le second cas que nous serions en présence d’un énoncé saturé, en raison de l’impossibilité soudaine de rhème intrapropositionnel. Les relations internes sont neutralisées par le recours à be + ing, un opérateur avec lequel on obtiendrait un prédicat complexe nominalisé (Adamczewski 1978 : 26-27).

21 Ce prédicat bloqué serait dominé par un prédicat d’ordre supérieur, qui peut apparaître explicitement ou non (Adamczewski 1978 : 415). En d’autres termes, ce prédicat dominant rassemblerait en soi ce que l’énonciateur veut transmettre ou faire passer autour du prédicat dominé, porteur d’une valeur référentielle bloquée. Au cas où il n’apparaîtrait pas explicitement, le co-énonciateur devra faire les inférences nécessaires pour le compléter, étant donné que le simple blocage prédicatif constitue une instruction de procédure en ce sens (Laurencio 2019a : 132).

(2) Joe. –I… we play in town tomorrow night. You wanna come?
Susan. –Oh, I’m working the Valentine’s party. (Orange, 2/6, 00:16:32)

22 L’exemple (2) illustre cette idée de blocage : lorsqu’on l’invite à une représentation musicale, l’interlocutrice refuse cette invitation. Un tel refus s’infère à partir de la reconstruction du prédicat dominant, ici non explicite, qui dominerait la prédication bloquée {I’m working the Valentine’s party}. Ce prédicat pourrait donc être représenté par un {can’t}.

23 Par ailleurs, un exemple de prédicat dominant explicite se retrouve dans (3) :

(3) Odo. –Sit down, you’re drawing attention. (Deep, 5/6, 00:17:03)

24 Ici, même la relation de dépendance pourrait être rendue explicite, avec l’emploi, par exemple, de l’opérateur because. On obtiendrait un éventuel {sit down because you’re drawing attention}.

25 Pour en revenir à la notion de saturation, celle-ci est apparentée dans le modèle adamczewskien à l’anaphorisation, ou reprise anaphorique d’une relation déjà apparue précédemment, dans le discours ou dans la situation. Le sujet parlant prend en charge la relation qu’il a antérieurement posée afin de pouvoir s’y référer (Adamczewski 1978 : 73). Par le biais de cette opération élémentaire de mise en équivalence, il est possible de procéder à diverses autres opérations, telles qu’offrir ou solliciter une interprétation correcte (Adamczewski 1978 : 95). Dans un échantillon comme (4), la mise en équivalence est palpable à la surface de l’énoncé. Grâce à cette opération, l’énonciateur peut se demander s’il y a une correspondance entre les deux termes qu’il a égalisés, {see} et {’m seeing}.

(4) Trip. –You see what I’m seeing? (Enterprise, 4/17, 00:35:41)

26 En revanche, dans (5), on peut assister à la sollicitation d’une interprétation correcte :

(5) Tyrell. –Come to my office now.
Sharon. –Are you really asking me that?
Tyrell. –I don’t recall phrasing it as a question, no. (Mr. Robot, 1/7, 00:32:38)

27 La locutrice-énonciatrice, Sharon, fait équivaloir son énoncé à celui précédemment prononcé par l’interlocuteur afin de vérifier s’il existe une correspondance entre les deux. Elle vérifie si son énoncé représente adéquatement le premier, c’est-à-dire si ce qui a été dit se peut comprendre de cette manière. Dans la réponse de l’interlocuteur, on peut voir comment celui-ci annule la correspondance interprétable, à savoir en faisant appel à un trait notionnel du domaine ask différent de celui que la locutrice avait à l’esprit.

2.3. Phénomènes linguistiques vs. phénomènes extralinguistiques

28 Certains concepts culioliens apparaissent intégrés tels quels dans le système adamczewskien. C’est le cas pour le concept de sujet de l’énonciation (Adamczewski 1978 : 17), d’après lequel le sujet énonciateur prend en charge une prédication et l’attribue au sujet de l’énoncé, comme nous l’avons évoqué plus haut. D’autres concepts sont recomposés par Adamczewski à l’intérieur de son système. Il les adapte à ses besoins, comme celui de la saturation, reformulé comme absence de tout rhème (Adamczewski 1978 : 610), ou comme blocage des mécanismes intrapropositionnels (Adamczewski 1978 : 26-27, 1996 : 34), également vu précédemment.

29 Ces éléments nous amènent à repenser la filiation d’Adamczewski à l’égard de son maître et prédécesseur Culioli. Sans le suivre, Adamczewski reste fidèle à l’exigence culiolienne de la nécessité de créer des instruments pour la formalisation en linguistique. De même, il fait primer la nécessité de se débarrasser des instruments ne permettant pas de valider les résultats. On constate ainsi deux cas, à savoir le cas où Adamczewski suit en ligne directe son maître et le cas où Adamczewski s’en écarte. Ces deux cas se retrouvent dans les deux principes linguistiques suivants : le principe de cyclicité – qui corrobore et pousse un pas plus loin la ligne culiolienne d’identité entre différents phénomènes linguistiques –, et l’aspectualité – qui marque une rupture entre maître et disciple dans la mesure où Adamczewski se débarrasse de ce paramètre en tant qu’outil théorique –.

30 Arrêtons-nous tout d’abord sur le principe de cyclicité. À partir de l’analyse de la structure be + ing et de la création du modèle méta-opérationnel pour expliquer son fonctionnement, Adamczewski comprend que la dynamique étudiée se retrouve dans d’autres formes et structures de la langue, mais également dans celles d’autres langues. Il aperçoit ainsi l’existence d’une systématicité interne « qui fait que la plupart des opérations majeures de la mise en discours relèvent d’une géométrie identique » (Adamczewski 1995 : 36).

31 Par déduction, si ce principe imprègne et régit l’organisation de la grammaire et de toute grammaire, il présenterait un caractère universel. En outre, il ferait de chaque grammaire un mécanisme très simple, ce qui expliquerait la relative vitesse à laquelle les enfants acquièrent leur langue maternelle. Il leur suffirait d’entrer par n’importe quel point du système grammatical pour s’emparer du reste de son mécanisme de fonctionnement (Adamczewski 1995 : 74-75).

32 Passons maintenant à la présentation de trois opérateurs de nature différente et de langues différentes, pour lesquels le fonctionnement méta-opérationnel décrit ci-dessus est directement perceptible, au moins dans les opérations les plus élémentaires, comme celle de la reprise anaphorique directe d’un élément qui est déjà apparu préalablement dans la chaîne discursive. On pourra y apprécier comment une même opération langagière se reproduit dans des langues différentes avec différents opérateurs, ce qui démontrerait la validité dudit principe de cyclicité.

(6) Charlie. –Why did Cassie have a pie?
Nicole. –The pie was hers. The pie wasn’t part of it. (Marriage, 00:40:30)

33 Dans le premier cas, en anglais (6), on voit comment l’article indéfini permet de repérer un terme par rapport à lui-même, tandis que l’article défini permet de reprendre ce terme pour en dire quelque chose. C’est la propriété opératoire la plus basique de l’article défini, celle de bloquer la référence à un élément nominal afin de le gérer exclusivement par la suite. Cette capacité est souvent à la base de l’obtention d’une lecture de référent unique, mais cette interprétation n’en est pas moins un effet de sens, puisqu’elle n’est pas toujours garantie par l’opérateur (Adamczewski 1982 : 218).

(7) Георгий. –Я думал, ты её убьёшь.
Ариса. –Я не собиралась её убивать. (Mieux, 1/15, 00:51:00)
[ je pensais, tu la tues PERF ]
[ je ne allais la tuer IMPERF ]
Je pensais que tu la tuerais.
Je n’en avais pas l’intention.

34 Dans le deuxième cas, cette fois en russe (7), le rôle joué par la forme imperfective du verbe dans la reprise d’une donnée antérieurement repérée en autonomie au moyen du perfectif est patent (cf. Culioli, Paillard 1987 : 530, 533, où l’une des idées porteuses sur le fonctionnement de ces opérateurs est que le perfectif permet de construire le procès, c’est-à-dire de l’introduire « à partir de rien » dans le discours, alors qu’avec l’imperfectif la construction du procès est présentée comme « acquise »). Notez que, en français, cette opération de reprise est effectuée par un opérateur apparemment sans rapport avec la catégorie de l’aspect, comme la particule en, qui viendrait ici représenter un éventuel syntagme {de la tuer}. L’idée culiolienne de la relation entre les différents phénomènes linguistiques évoquée plus haut (§ 1) devient donc manifeste.

(8) San-Lian. –我哪里做错?我哪里做得不好? (Dear Ex, 01:04:53)
wǒ nǎli zuò cuò? wǒ nǎli zuò-de bù hǎo?
[ je où faire mal ? je où faire-de pas être-bon ? ]
Qu’est-ce que j’ai fait mal ? En quoi ce que j’ai fait était mal ?

35 Dans le dernier cas, en chinois (8), le terme zuò ‘faire’ est repéré en autonomie dans le premier énoncé. Dans le deuxième énoncé, cependant, le même terme est repéré à nouveau mais est lié à la première occurrence, ayant ainsi gagné une valeur référentielle, depuis le deuxième vers le premier, et ce au moyen de l’opérateur de. Ainsi, si dans le premier énoncé le terme lui-même est négocié, dans le second il ne l’est plus, la référence à celui-ci ayant été bloquée ou saturée (cf. Culioli 1994 : 81, selon lequel de est la trace d’une opération de qualification, effectuée à partir d’une relation prédicative dont l’existence a été préconstruite). Dans notre traduction française, on peut observer comment l’opérateur ce que est chargé de l’opération de reprise anaphorique du domaine faire précédemment instancié.

36 En ce qui concerne l’aspectualité, Culioli (1999 : 100) la considère comme une notion grammaticale – il conceptualise notion comme un « système complexe de représentation structurant des propriétés physico-culturelles d’ordre cognitif » –. Par ailleurs, il considère que la notion d’aspect est en principe susceptible d’être formalisée, en isolant ses propriétés générales ou généralisables, en la posant à titre d’hypothèse et en vérifiant si elle est correcte (Culioli 1999 : 145-147). Ce point marque la rupture, évoquée précédemment, entre maître et disciple, entre Culioli et Adamczewski. Pour ce dernier, à l’inverse, le paramètre aspectuel n’est pas codifié au niveau linguistique (Adamczewski 1978 : 446-447). Cela peut s’expliquer par l’existence des cas où l’on s’attendrait, selon les définitions usuelles de perfectibilité, à ce que le perfectif soit utilisé, tandis que c’est l’imperfectif qui doit être utilisé à la place, et vice versa. Le postulat d’une valeur aspectuelle particulière n’est donc pas suffisant pour prédire la forme à utiliser. Par ailleurs, en ce qui concerne le paramètre de progressivité, traditionnellement associé à la structure be + ing, il n’est pas difficile de détecter en anglais les différentes interprétations temporo-aspectuelles que la structure acquiert, parfois antagonistes ou incompatibles entre elles. C’est le cas de l’interprétation future ponctuelle en contradiction flagrante avec la valeur du présent progressif, de sorte qu’on peut difficilement affirmer que la structure garantit à tout prix cette valeur-ci. Tout dépend plutôt de ce qui est interprétable une fois l’énoncé produit. Mais pas seulement, une interprétation temporo-aspectuelle donnée peut changer dans le cas d’un même énoncé, en fonction de ce qui se passe hors de la langue. C’est-à-dire, que le fait que l’action ait lieu au moment même où elle est ainsi énoncée ou le fait qu’elle soit exécutée à un moment ultérieur dépend de la réalité extralinguistique, non de l’opérateur linguistique impliqué. Comme ici (9), où l’action semble au début être progressive et présente parce que la locutrice commence à faire des gestes de s’en aller, pour devenir ensuite ponctuelle et future puisqu’elle ne part pas réellement. Et dans tous les deux cas, l’énoncé {I’m leaving} serait bien formé, parce que l’on peut y « représenter de façon rigoureuse l’enchaînement des opérations de repérage » (Culioli 1999 : 129) :

(9) Lady Mae. –You get out of this room. Did you not hear me? I said, leave.
Kerissa. –Oh, I’m leaving. (Greenleaf, 4/5, 00:35:38)

37 Il convient également de noter que l’événement lui-même représenté par le verbe peut se trouver dans le passé par rapport à son énonciation avec be + ing en temps verbal présent. C’est le cas notamment de l’échantillon (5), mais nous nous y attarderons plus tard, dans l’exposé de notre propre synthèse du modèle théorique adamczewskien.

3. Notre modèle théorique

3.1. De la codification linguistique à la décodification pragmatique

38 La théorie des phases d’Adamczewski (1978) nous a permis de procéder à l’analyse de différents phénomènes linguistiques particulièrement intéressants pour notre étude, tels que la structure anglaise be + ing. Cependant, nous avons intégré à cette théorie, dans une sorte de « bricolage » (cf. Culioli 1968 : 113), d’autres outils qui nous permettent d’expliquer de manière plus fiable certains mécanismes ou comportements particuliers. Pour ce faire, nous avons pris comme point de départ méthodologique les exigences de formalisation théorique préconisées par Culioli (1968, 1971) et présentées ci-dessus (§ 1). Une attention particulière a été portée sur la compatibilité de l’outil qu’il fallait intégrer, avec les principes de base du modèle.

39 Ce modèle est principalement basé sur les positions énonciativistes de Culioli (1995), Adamczewski (1978, 1982), Delmas (1993, 2000), Matte Bon (1998, 2008) et Gagliardelli (1999). Nous y intégrons des stipulations théoriques telles que le principe des variables contextuelles de Coseriu (1956), le principe de la force illocutoire d’Austin (1962), le principe des implicatures de Grice (1975), le principe de la pertinence de Sperber et Wilson (1986), le principe logique de partie et tout appliqué aux opérations grammaticales (cf. Zemb 1984). Dans ce qui suit, nous exposerons certains de ces principes clés, de chaque auteur respectif, tout en procédant à une présentation succincte d’un tel modèle, déjà développé dans Laurencio (2019a).

40 Notre analyse suit comme principe de base la considération culiolienne présentée ci-dessus (§ 1), selon laquelle l’énonciation se produit au moyen du repérage d’un terme par rapport à un système de coordonnées énonciatives précis, à partir de plusieurs notions que l’énonciateur peut gérer (Culioli 1999 : 129 ; cf. aussi Culioli 1988 : 23). Le terme peut être repéré par rapport à lui-même, ce qui le rend autonome, ou par rapport à un autre terme, déjà repéré précédemment, ce qui le rend dépendant, porteur d’un lien référentiel. Dans l’opération de repérage, le sujet énonciateur situe l’occurrence d’une notion dans une zone à l’intérieur d’un domaine de validation (Culioli 1988 : 23). L’acte énonciatif serait donc composé d’un premier moment ou phase dans l’ordre de production de l’énoncé, correspondant au susmentionné repérage autonome de la notion, ainsi que d’un second moment, correspondant au repérage en liaison.

41 Dans la phase I, de caractère rhématique, l’énonciateur choisit un terme dans le cadre d’un paradigme d’options possibles. Il viserait à le fournir ou à l’établir ; rappelons-nous que le terme est relativement autonome, et donc négociable. Dans la phase II, de nature thématique, l’énonciateur sélectionne un terme introduit dans la phase précédente, en bloquant la référence à celui-ci. Il s’agit maintenant d’exécuter quelque autre opération sur le terme, afin d’en parler ou de pointer d’autres éléments à son sujet. Il s’ensuit que le terme n’est pas interprétable en soi, celui-ci dépend d’un autre terme pour son identification et son interprétabilité, de sorte que l’analyse du contexte devient d’une importance fondamentale (Adamczewski 1996 : 34-35).

42 Dans le cas du deuxième moment énonciatif ou phase II, le terme est repris anaphoriquement, en principe, à partir du contexte discursif dans lequel les co-énonciateurs sont encadrés (§ 2). Ce terme peut toutefois être récupéré à partir d’autres variables contextuelles, comme par exemple à partir de la situation d’énonciation, et précisément à partir des éléments qui y figurent (Adamczewski 1978 : 36). De même, des éléments de nature linguistique présents dans le contexte verbal de l’énoncé lui-même peuvent déclencher la présupposition du terme géré (Adamczewski 1978 : 45). On peut discerner d’autres points de récupération ou extraction du terme : le contexte non verbal ou signes non verbaux de soutien ou de substitution à l’expression linguistique, le contexte empirique ou milieu plus ou moins immédiat qui nous entoure, le contexte personnel ou de relation entre les locuteurs, une connaissance partagée par ceux-ci, ou même la connaissance encyclopédique de notre monde (cf. Coseriu 1956 : 46-50). D’ailleurs, de l’intégration de cet outil au modèle, nous déduisons les caractéristiques que doit présenter le corpus choisi : il doit contenir les différentes variables contextuelles postulées, pour ainsi permettre d’identifier aisément le point d’intégration de la référence. La bonne formation de l’énoncé sera une condition suffisante au cas où il ne s’agirait pas d’un corpus oral spontané. Ceci implique que la statistique jouerait un rôle très limité dans la validation des résultats, voire aucun rôle, puisqu’il suffirait qu’il y ait un seul cas d’énoncé bien formé qui ne suive pas la « majorité » des cas pour remettre en cause une prétendue règle construite sur cette majorité (cf. Culioli 1995 : 29-30, sur le fait qu’on ne peut avoir de validation d’ordre statistique dans le domaine formel).

43 Dans le cadre du contexte verbal, les éléments lexicaux font partie des différents éléments linguistiques qui pourraient exercer ou déclencher une présupposition des données gérées. Pour cette raison, nous travaillons avec le concept clé qu’est la notion culiolienne de domaine notionnel. Cette notion implique qu’un terme ne renvoie pas à un sens mais à un ensemble de traits sémantiques structurés comme des virtualités, à une série de propriétés internalisées autour d’un centre organisateur. Ce centre permet à son tour une marge de jeu avec les propriétés, voire l’ajout d’autres propriétés tout en restant dans le même domaine. L’ensemble présente également une frontière, constructible à partir de l’existence de caractéristiques qui n’appartiennent pas à l’ensemble. Cette frontière permet à son tour d’expliquer qu’une certaine propriété puisse apparaître altérée sans nécessairement rester en dehors de l’ensemble (Culioli 1986 : 163-165).

44 Ces sèmes ou propriétés virtuelles s’activent en fonction du contexte de l’acte communicatif donné. Ce contexte agit à son tour comme un inhibiteur du reste des propriétés de l’ensemble. Il faut également tenir compte du fait qu’un domaine notionnel, ou complexe sémiotique, participe à son tour à une fixation culturelle et à un dynamisme personnel. C’est pourquoi l’apprentissage d’un terme requiert d’internaliser les conditions d’extensions admises dans la culture donnée, mais implique en même temps une archéologie personnelle de l’accès à la catégorie (Delmas 1993 : 199, 204).

45 L’énonciateur a ainsi, en principe, deux possibilités énonciatives : soit apporter une donnée, afin de l’établir ou de s’enquérir à son sujet, soit bloquer la référence à une donnée déjà établie, en l’utilisant comme support pour des opérations subséquentes. Ces deux moments énonciatifs, ou phases de production de l’énoncé, se configurent comme un niveau méta-opérationnel, puisque d’une certaine manière les opérateurs indiquent le statut des différentes opérations linguistiques qu’ils exécutent eux-mêmes. Dans le cas du blocage de la référence, la donnée présupposée est récupérée à partir de certaines variables contextuelles. Vu que, pour être interprétable, ce terme nécessite précisément une identification ou reconstruction de la référence établie ou visée par l’énonciateur, il génère ou peut générer un plus grand nombre d’inférences, en raison de l’élargissement de l’écart de sens qui nécessairement se produit (cf. Sperber, Wilson 1986 : 9). Dans chaque utilisation ponctuelle, les opérateurs produisent ou promeuvent certaines lectures ou interprétations, telles que l’aspectualité ou la temporalité dans le cas des verbes. Ces valeurs ne sont pas constantes dans les usages d’un opérateur, étant obtenues grâce à la conjonction du sémantisme des notions impliquées, du contexte, ou même par implicature (Matte Bon 1997 : 108). Par conséquent, il ne reste qu’à les considérer comme des effets de sens.

46 Une relation grammaticale présupposée accroît l’obtention d’effets illocutoires – fonctions communicatives de nature pragmatique – telles que l’excuse, l’atténuation, l’évaluation, pour ne citer que quelques exemples (cf. Austin 1962 : 98). Cette disposition phasique des données et relations maniées, au caractère strictement linguistique, permettrait à l’énonciateur de gérer sa relation avec le co-énonciateur (cf. Matte Bon 1998 : 72, 74 ; 2008 : 82), finalité ultime de la langue du point de vue énonciatif. Il est ainsi possible de voir comment un niveau tel que le grammatical se met au service de niveaux « plus au-delà » tels que le pragmatique (cf. Austin 1962 : 56-62).

47 En ce qui concerne les opérateurs de phase II, le fait de reprendre anaphoriquement une donnée, ou de pointer vers une situation en vue, augmente, comme déjà mentionné, la génération d’inférences sur ce que l’énonciateur éventuellement vise à faire par une telle procédure tautologique. Mais l’inférence visée peut aussi être verbalisée, auquel cas la relation prédicative qui la représente vient former un prédicat d’ordre supérieur à celui formé par l’ensemble non prédicatif bloqué par be + ing (voir aussi ci-dessus, § 2). Ainsi, si d’une part on a un ensemble informatif, représentant la fonction épistémologique et constitué comme un prédicat supérieur ou dominant, d’autre part on a une partie de cet ensemble. Le fait d’être la partie d’un ensemble serait caractéristique des opérateurs thématisants, qui représentent une fonction méréologique (cf. Zemb 1984 : 32 ; voir aussi Laurencio 2019a : 282-295).

48 En résumé, si d’une part, on a un terme repéré par rapport à lui-même ou repéré par rapport à un autre, d’autre part, on aura un effet illocutoire déterminé en fonction du type de repérage. Dans le premier cas, la valeur illocutoire sera plutôt centrée sur la donnée elle-même. Elle est au premier plan énonciatif, vue qu’elle est proposée et n’est pas, du moins en principe, effaçable. Dans le second cas, la valeur illocutoire obtenue est plutôt en dehors de la donnée elle-même. Elle se trouve dans un second plan énonciatif, puisqu’il s’agit de quelque chose de présupposé, de partiel et donc susceptible d’être absorbé. Dans un tel cas, étant donné que le terme lui-même ne garantit pas la lecture illocutoire à faire, la génération d’inférences est plus élevée, comme déjà stipulé ci-dessus.

49 Dans ce système-ci, les interprétations temporelles ou aspectuelles sont tout à fait secondaires, puisqu’elles sont obtenues à la sortie, c’est-à-dire une fois que l’énoncé a été produit. Nous les considérons donc comme un effet de sens. Les interprétations illocutoires sont, en revanche, primaires quant à l’usage du langage, puisqu’elles sont obtenues à l’entrée, dans l’intention communicative envisagée par l’énonciateur. Par conséquent, elles sont à considérer comme une intention de sens (cf. Adamczewski 1978 : 227, 297, 386, 546, qui considère comme « effets de sens » les deux types de valeurs, les temporo-aspectuelles et les illocutoires). On comprend ainsi le caractère énonciatif du modèle, où la gestion des mécanismes linguistiques effectuée par l’énonciateur par rapport au co-énonciateur est placée au centre. La grammaire et la pragmatique s’avèrent dès lors être les deux faces d’une même médaille.

3.2. Le caractère rétrospectif de la structure ou une capacité inattendue de la périphrase progressive 

50 Le modèle synthétisé ci-dessus nous a permis de percevoir et de décrire quelques propriétés du phénomène observé, be + ing, que d’autres modèles n’auraient pas permis d’apprécier. Cela se comprend aisément si l’on se réfère à la définition de l’erreur d’expectative proposée par Kanizsa (1980 : 162) ; c’est un type d’erreur qui survient « en raison des attentes particulières que chaque système théorico-interprétatif comporte ».

51 La structure be + ing, lorsque conjuguée au présent, en dépit de toute intuition qu’on pourrait avoir à cet égard, a la capacité de représenter des événements verbaux qui se sont déjà produits au moment où ils sont ainsi énoncés (cf. Adamczewski, Gabilan 1996 : 40). Cette capacité de la structure correspond bien à une de ses propriétés précédemment évoquées.

52 Nous avons mentionné plus haut (§ 2), que dans un échantillon comme (5), que nous reproduisons ici en nous limitant à l’énoncé qui nous intéresse, (5’), cette capacité particulière de be + ing était perceptible. En effet, au moment même où la locutrice pose la question dont il s’agit ici, l’interlocuteur a déjà fait sa requête, et ne continue pas à l’exécuter :

(5’) Sharon. –Are you really asking me that?

53 C’est d’ailleurs une question que nous avons déjà traitée dans divers travaux (Laurencio 2019a : 197-200 ; 2019c), nous y renvoyons donc pour plus de détails. Pour l’instant, il convient de mentionner un facteur habituellement invoqué pour justifier l’utilisation ici de la forme « progressive » (nous nous appuyons sur des entretiens personnels réalisés sur des opinions linguistiques), à savoir que, en passant d’un tour de parole à l’autre, il est logique que l’interlocuteur s’arrête de parler, en attendant son nouveau tour, bien qu’il puisse toujours continuer à parler, en chevauchant le locuteur. Nous voulons néanmoins souligner le fait que l’événement verbal lui-même, représenté ici par le domaine ask, a déjà eu lieu ; il n’est pas en cours. Et la possibilité qu’il continue à se produire ou qu’il se reproduise n’est pas garantie par l’utilisation du morphème ing. Cette possibilité appartient plutôt au monde extralinguistique, cela dépend de ce qui s’y passe effectivement.

54 L’une des lignes sur lesquelles ma recherche s’oriente actuellement est l’identification de ce que nous sommes venus à appeler délimiteurs (Laurencio 2019a : 199 ; 2019c : 268). Les délimiteurs seraient des éléments de nature diverse qui apparaissent dans la chaîne discursive et qui, selon le rôle joué, constituent et une trace et une preuve que l’événement indiqué par la notion verbale elle-même se trouve délimité par les bornes d’un espace temporel révolu.

(10) Caputo. –A screwdriver is considered a deadly weapon. That is another five years on your sentence if you are caught with it in your possession.
Janae. –I don’t like being threatened for something I didn’t do.
Caputo. –I’m not threatening you, I’m informing you of the facts. (Orange, 1/4, 00:20:55)

55 Ainsi, dans l’exemple précédent (10), on a dans un premier tour de parole l’ensemble nominal complexe {another five years on your sentence if you are caught with it in your possession} (indiqué en italique dans le texte), prédiqué sur la proposition antécédente, {a screwdriver is considered a deadly weapon}. Dans le tour de parole suivant, le personnage de Janae exprime l’idée qu’une telle prédication constitue une menace (en gras dans le texte). Et dans le dernier tour de parole, le personnage de Caputo en offre une interprétation correcte en précisant que ce qu’il a énoncé précédemment ne constitue pas une menace mais une simple transmission d’information (souligné dans le texte). En d’autres mots, au moyen de la structure be + ing, Caputo fait référence à la susmentionnée prédication {is another five years} et clarifie s’il s’agit ou non d’une menace. L’événement verbal représenté par le domaine threat et configuré comme {’m not threatening} n’est pas en train de se produire ou de ne pas se produire ; il s’est produit, ou il ne s’est pas produit, dans un moment antérieur de l’axe temporel. Et en fait, il pourrait être paraphrasé, sans changement apparent dans le sens lexical (contrairement à ce qui se passe avec la valeur illocutoire promue), avec une prédication telle que {I haven’t threatened you}, au present perfect. Ce fait constituerait en soi un tel délimiteur, même si « invisible », étant ici le produit d’une paraphrase possible.

56 Un délimiteur plus visible, en revanche, serait l’article défini du syntagme nominal {the information} dans l’échantillon suivant (11), qui fait référence à l’information « partagée » quelques instants auparavant :

(11) Piscatella. –Inmate Murphy, do you corroborate the information Inmate Vause is sharing with me? (Orange, 4/1, 00:31:49)

57 De même, le domaine notionnel corroborate, qui exige la présence préalable de l’information référée que l’on demande de corroborer, peut être considéré comme un tel délimiteur. À prendre en compte, en outre, le fait même du changement d’interlocutrice, qui implique également un changement d’acte énonciatif, ce qui démontre par la suite que l’action verbale share n’est pas en cours à ce moment précis où elle est configurée comme {is sharing}.

4. Appréhender le langage à travers les langues naturelles

4.1. Propriétés de la structure française être en train de selon un point de vue traditionnel

58 Culioli (1968 : 106) définit le thème de la science linguistique comme l’appréhension du langage à travers les langues naturelles. Inspirés par cette définition, nous allons maintenant tenter d’appliquer à la structure française être en train de + r les connaissances précédemment acquises sur son dit-équivalent anglais traditionnel be + ing (cf. Lachaux 2005 : 120). Pour réaliser l’équivalence d’être en train de + r avec be + ing, nous nous appuyons plus précisément sur la considération que « [d]eux systèmes ne sont comparables que s’ils sont formulés avec les mêmes catégories généralisables et les mêmes opérations élémentaires dont on cherche à déterminer l’invariance » (Culioli 1999 : 80). Enfin, nous sommes convaincus que l’analyse de la structure française avec le même schéma de réflexion que l’anglais mènera à une meilleure compréhension de la structure anglaise. Ainsi, après avoir défini le profil de la structure française, nous proposons une possible motivation métaphorique selon ce que nous considérons comme sa valeur opératoire centrale.

59 À l’instar de l’anglais, la structure française est considérée comme pouvant indiquer une action ou un événement saisi dans son déroulement, sans considération de son début ni de sa fin (cf. Leeman 2012 : 133). Dans un article commun, De Wit, Patard et Brisard (2013 : 872) proposent une analyse cognitiviste de la structure. Ils stipulent que le sens fondamental de la construction du présent progressif comprend « l’expression d’une contingence épistémique dans la réalité immédiate, qui est immanente dans la configuration temporelle associée : l’exécution d’un zoom sur un événement délimité qui est en cours ».

60 Si l’on prend deux ouvrages de référence comme Charaudeau (1992) et Wilmet (2007), on peut voir que, pour l’essentiel, ils suivent la même ligne. Le premier tient pour acquis que la soi-disant périphrase exprime le déroulement d’accomplissement d’un processus, sans entrer dans une analyse plus approfondie (Charaudeau 1992 : 449, 477). Le second s’arrête à la définition et conceptualisation de l’aspect et de ses différentes variantes, pour conclure que la périphrase en question représente la phase médiane d’une spécialisation transitive de l’aspect cursif (Wilmet 2007 : 340). Une telle procédure conduit inévitablement à déterminer des cas dans lesquels la construction est incorrecte, ou avec lesquels elle est incompatible. Parmi eux, celui de l’expression des sens comme l’habituel, le général ou le gnomique (cf. Wilmet 2007 : 367). Et pourtant, il n’est pas difficile de trouver des exemples qui contredisent l’affirmation d’une telle impossibilité, à laquelle on arrive principalement par le biais de l’assimilation implicite des effets de sens à une éventuelle valeur opératoire de la structure (cf. Adamczewski 1978 : 194). Ainsi, l’exemple qui suit (12), montre que la structure peut parfaitement exprimer une valeur habituelle :

(12) Je passe en vitesse, car normalement à cette heure-ci, je suis en train de tout préparer pour le petit déj et tout le reste, mais là, je fais une contorsion à la règle, c’est pas souvent, je devrai m’en sortir… (http://bagatelle.forumactif.com/​)

61 On pourrait penser, cependant, qu’il ne s’agit pas d’une action habituelle tout court mais d’un fait habituel circonscrit à un espace temporel spécifique au moyen d’un adverbial, à cette heure-ci, qui présente la situation en déroulement à l’instant donné, sans considération du fait qu’elle puisse être effectivement habituelle. Selon le point de vue adopté ici, c’est une confirmation que l’acception habituelle n’est pas nécessairement incompatible avec le fait de faire référence à une situation donnée tout en la présentant comme une habitude. Notons aussi qu’un certain caractère transitoire, en référence à une situation concrète et actuelle, s’exprime ici, paradoxalement, par le recours à ce qu’on appelle l’indicatif présent, la forme {fais}. Cela semble pour le moins contradictoire avec la description traditionnelle de cette dernière forme verbale comme garante de l’expression d’une habitude (cf. Wilmet 2007 : 365, 367).

62 Dans l’exemple suivant (13), on a apparemment une habitude plus « nette », dans la mesure où il n’y a pas d’adverbe situant l’action à un moment précis qui la rende actuelle :

(13) D’habitude, je suis en train de faire une liste de résolutions à tenir… L’année dernière encore, je commençais l’aventure Bullet Journal qui n’a pas fait long feu. Cette année, quelque chose a changé ! Ahh la trentaine ! (http://lafrenchitude.com/​)

En tout état de cause, et cela rend le cas encore plus intéressant, l’habitude en question est soulevée afin de déclarer sa suspension, de déclarer une déviation de la règle, comme le montre la série d’énoncés qui la suivent.

63 Quant à une acception telle que la gnomique, on devrait plutôt se demander pourquoi être en train de + r empêche d’y accéder (cf. Wilmet 2007 : 367). Si l’on renverse la perspective, il est ainsi possible de se demander non seulement pourquoi cette structure semble être la plus appropriée pour exprimer des situations dans lesquelles nous sommes immergés, mais également pourquoi elle semble produire l’impression d’une progressivité (cf. Adamczewski 1978 : 213). Mais, avant de passer à de telles explications, il faudrait prendre conscience que l’on peut aussi trouver des énoncés qui utilisent cette structure et qui ont pourtant une valeur gnomique (ou valeur de vérité générale), comme dans l’exemple (14). Attention cependant, alléguer qu’il s’agit ici d’une construction locative ou d’une périphrase scindée ne suffit pas à expliquer la présence de l’opérateur en train.

(14) Je doute que Dieu soit posé sur son trône en train de graviter autour de la Terre à une vitesse de 300.000 km/s, donc le temps serait le même pour la semaine de 7 jours. (https://www.jeuxvideo.com/​forums/​)

64 Une piste possible pour comprendre la valeur et le fonctionnement en synchronie de cette structure réside dans la considération de l’invariant sémantique des différents composants. Les auteurs Do-Hurinville (2007) et Liere (2011) retracent l’histoire de différentes constructions avec l’élément train pour arriver à la conclusion qu’être en train de n’indique rien d’autre que l’aspect progressif (Do-Hurinville 2007 : 33) ou qu’il s’agit d’une périphrase aspectuelle qui exprime la progressivité, même si elle recouvre de multiples sens (Liere 2011 : 291).

65 Cette dernière autrice caractérise également l’aspect progressif, comme déjà souligné au début de cette section, comme une description ou évocation d’une action qui a déjà commencé et se poursuit. Ni la fin ni le début de l’action ne sont évoqués, elle est saisie au cœur même de son déroulement (Liere 2011 : 291). Il s’agit là encore d’une tentative de définition des possibilités syntaxiques d’une structure sur la base de la stipulation d’une valeur qui n’est pas centrale ou opératoire pour elle. Il suffit de jeter un coup d’œil à (15) et (16) pour trouver des actions délimitées soit par leur début soit par leur fin et en même temps représentées avec cette structure :

(15) À peine arrivée chez moi je suis déjà en train de travailler 😭 (https://twitter.com/​)

(16) Je sortis dans le boudoir, ils étaient tous en train de parler jusqu’au moment où ma grand-mère me vit et s’arrêta de parler. (https://www.wattpad.com/​)

66 Une autre valeur de contact que cet opérateur se voit refuser est l’expression du futur. Les chercheuses De Wit et Patard (2013 : 122, 125) sont catégoriques à ce sujet, même si, dans une note, elles concèdent une exception dans le cas où « le centre déictique a été déplacé vers le futur au moyen d’un adjoint temporel portant sur le prédicat » (De Wit, Patard 2013 : 130). Dans un échantillon comme celui qui suit (17), on pourrait envisager une action en cours à partir de la simple lecture de l’énoncé :

(17) Charlotte. –Eh… t’es en train de faire une grosse connerie, ma pauvre. (Plan, 1/2, 00:01:50)

67 Si l’on visualise la scène, on peut voir que la connerie à laquelle on fait référence n’a pas encore été commise. Il ne reste donc qu’à faire une interprétation d’événement futur, sans aucun « adjoint temporel », par ailleurs, qui permettrait ou légitimerait une telle lecture. Dans la situation qui nous occupe, le personnage d’Émilie voudrait que Charlotte avoue à Elsa qu’elle a engagé un gigolo afin qu’elle se remette d’une rupture amoureuse. Toutes les deux, Émilie et Charlotte, sont actuellement en route vers la maison d’Elsa. Très vite, on observe que la connerie, c’est-à-dire l’aveu de Charlotte, n’a pas encore été accomplie.

68 Les faits linguistiques constatables démontrent que la recherche d’impossibilités syntaxiques ne peut être qu’anecdotique. Si notre conscience linguistique nous dit qu’une forme verbale n’est pas usitée d’une certaine manière, cela peut être dû à deux raisons : soit nous sommes passés à côté d’une situation pour laquelle l’énoncé avec cette forme verbale serait bien-formé, soit il y a effectivement une impossibilité. En tout état de cause, le fait qu’à un moment donné de l’évolution de la langue elle puisse arriver à être couramment employée de cette manière « interdite » n’est qu’une question de temps. Les mêmes autrices soulignent que celle-ci, la possibilité d’indiquer le futur, est une étape que le français n’a pas encore atteinte (De Wit, Patard 2013 : 126). Dans le même ordre d’idées, Laca (2004 : 97) indique que la catégorie de l’aspect syntaxique est en français moins exploitée que dans les autres langues. Ces deux affirmations impliquent la thèse que nous soutenons, à savoir que l’absence ou la faible fréquence statistique d’une configuration donnée ne peut pas nous amener à établir des règles restrictives qu’une évolution ultérieure de la langue, voire une observation plus attentive de la langue actuelle, pourrait prendre soin de renverser.

69 Dans l’échantillon suivant (18), on peut observer que si le premier énoncé se trouvait seul, on pourrait interpréter le fait métaphorique de {est en train de perdre la tête} comme une « action en cours ».

(18) J’ai l’impression qu’il est en train de perdre la tête. Et s’il perd la tête ce sera très grave pour lui, sa famille et pour ses souteneurs. Il n’a pas le droit de perdre la tête puisqu’il a l’avantage d’être jeune et il doit le comprendre. (http://www.dakaractu.com/​)

70 En regardant ce qui suit, le {s’il perd la tête} nous fait relire la première phrase comme quelque chose qui va se passer ou qui va peut-être se passer, c’est-à-dire avec une valeur future. Le fait que la langue française, ou éventuellement toute autre langue, ne recoure pas ou peu fréquemment à un type de configuration donné ne signifie pas une impossibilité syntaxique, mais simplement une possibilité pas encore explorée ou peu explorée, et certainement pas conventionnalisée. Considérant cela, faut-il encore prendre en compte qu’il subsiste des facteurs, qui, en eux-mêmes, pourraient inhiber une telle possibilité. L’existence de structures concurrentes pour exprimer le futur, comme l’opérateur aller + r, en est un exemple.

71 En tout cas, un autre facteur doit également être pris en compte pour l’analyse de tels énoncés. Il s’agit de la capacité d’un opérateur grammatical à extraire certains traits notionnels d’un domaine ou d’un complexe sémiotique donné. Ainsi, avec être en train de + r appliqué à un domaine notionnel tel que perdre la tête (18), des traits comme « perdre peu à peu ses facultés mentales » ou encore « glisser dans les profondeurs de la déraison » semblent s’activer. En revanche, avec la simple instanciation du lien prédicatif représenté par le présent, la donnée elle-même, ou ses traits centraux, sont privilégiés. C’est de là que dériverait la lecture télique promue ici par cette forme grammaticale en conjonction avec l’opérateur si. Il en irait de même dans l’exemple (17). L’interprétation de celui-ci se fait au moyen de la capacité de base de la structure être en train de + r – à savoir se référer à une situation actuelle pour en dire quelque chose – pour en activer les traits les plus pertinents du domaine notionnel impliqué. Pour le cas du domaine connerie ici, un tel trait pertinent serait « aller chercher Elsa pour que Charlotte lui avoue qu’elle a engagé un gigolo » et pas le trait central « avouer Charlotte à Elsa qu’elle a engagé un gigolo pour elle ». Ce dernier peut être interprétable comme temporellement futur, étant donné qu’à ce moment-là elles se rendent chez Elsa, elles ne l’ont pas encore trouvée. C’est une ligne de recherche ouverte proposée dans Laurencio (2019a : 82-86, 323) et que, pour des raisons d’opportunité ou d’espace, nous ne développons pas ici.

72 Dans cet autre exemple ci-dessous (19), ce n’est pas que l’interlocuteur sorte de son personnage au moment même de l’énoncé, mais plutôt qu’il risque d’en sortir s’il ne remédie pas à la situation (pour des exemples et analyses similaires, voir Franckel 1989 : 74) :

(19) Matthieu. –Franchement, vous savez quoi ? Allez tous bien vous faire foutre en fait.

Roman. –Attention, t’es en train de sortir du personnage là. (Plan, 2/7, 00:45:29)

73 Une autre analyse possible ici serait de considérer qu’il en est déjà sorti, que l’événement référé a déjà eu lieu. Selon notre thèse, la procédure en cours est celle du blocage de la prédication sortir du personnage. Ce domaine est activé à partir d’un segment discerné dans la situation (cf. Delmas 2000 : 7-8) – le fait que le personnage de Matthieu apparaisse déguisé en américain sympathique – et à partir du même énoncé de Matthieu, évidemment plus aussi sympathique qu’avant. Sur la base de ce blocage, le locuteur-énonciateur appuie le prédicat dominant explicite {attention}, qui constitue son intention discursive majeure : mettre en garde Matthieu contre le risque de perte de sang-froid. En tout état de cause, l’éventuelle lecture temporelle ou aspectuelle que l’on peut donner à la structure grammaticale ne dépend pas de la structure elle-même, mais de divers facteurs : des sèmes activables du domaine notionnel concerné, des implicatures déclenchées, des inférences exécutables selon le principe de la pertinence, en somme, de la logique que l’on veut attribuer aux choses ou de la logique que ces choses peuvent avoir.

4.2. Quelques lectures alternatives

74 Une solution alternative à la lecture aspectuelle ou temporo-aspectuelle de l’opérateur français est constituée par la ligne énonciativiste à matrice culiolienne de l’auteur mentionné ci-dessus, Franckel (1989). En partant du concept de domaine notionnel de Culioli, il établit que « l’interprétation de être en train de repose sur un champ de forces qui se constitue entre l’intérieur et l’extérieur du domaine, position dans laquelle le processus fait l’objet d’un ancrage dans le temps, et l’intérieur construit hors du plan temporel ». Ce chercheur conclut que la structure est caractérisée par une double appartenance à la catégorie de l’aspect et à celle de la modalité. Subséquemment, il observe que l’utilisation de la structure « suppose une discordance intersubjective », de sorte que son utilisation apparaît plus recevable lorsque l’interprétation obtenue discorde en quelque point avec ce qui est envisageable ou normal (Franckel 1989 : 70-78).

75 Un argument comme celui-ci est développé, dans l’optique de la théorie des phases, par une autrice d’inspiration adamczewskienne comme Lachaux (2005), avec le rôle protagoniste joué par l’énonciateur, qui agit comme un filtre et n’opère pas directement sur le procès. L’opération d’assertion de l’énonciateur se trouverait comme en suspens, subordonnée à son intention de signification. En d’autres termes, si l’énonciateur mentionne quelque chose comme {es en train de sortir du personnage }, pour reprendre l’exemple précédent (19), c’est « parce qu’il présuppose que le co-énonciateur ne fera pas l’inférence s’il ne la lui souligne pas, qu’il pourrait ne pas saisir les implications dans la situation donnée, donc qu’il y a quelque part un caractère exceptionnel, non évident, inattendu » de l’événement verbal évoqué (Lachaux 2005 : 123-124).

76 Lachaux (2005 : 121) montre comment « [l]e fait de préciser à un co-énonciateur que le référent du sujet “est occupé à” faire quelque chose relève d’un certain point énonciatif, et n’est pas un simple calque de la réalité ». D’une part, cela peut être indirectement démontré par l’évidence du fait qu’« [u]n énonciateur n’a pas recours à être en train de à chaque fois qu’il mentionne une activité en cours », et d’autre part, avec l’existence de cas dans lesquels « ladite “activité” n’est pas en cours au moment d’énonciation » ou l’énonciateur « est engagé dans une “autre” activité au moment de la parole ». Lachaux (2005 : 122-123) souligne qu’avec la périphrase il n’est plus question « d’action, mais d’état », et « plus précisément de la situation du référent du sujet, tel qu’il est présenté par l’énonciateur ». Les notions sémantiques d’action en cours et de déroulement de l’action appartiennent au monde extralinguistique et ne sont pas directement transférables à la langue, ce qui se traduit par « l’absence de correspondance systématique entre périphrase et réalité ». Il s’agit d’une « présentation qualitative des faits, filtrés par l’énonciateur ». L’énonciateur partage avec le co-énonciateur son point de vue concernant une situation particulière, y met l’accent, de sorte que ce dernier en déduit l’intention de signification que le premier a à l’esprit. L’énonciateur vise de ce fait aux implications découlant de la situation donnée (Lachaux 2005 : 123-124).

77 Au sujet de l’observation de Lachaux (2005 : 121), selon laquelle l’événement verbal auquel on fait allusion avec la structure n’est pas nécessairement en cours au moment de l’énonciation, et en référence aux résultats obtenus avec l’analyse de la structure anglaise be + ing (voir au § 3), on peut voir qu’avec être en train de + r, conjuguée à l’indicatif présent, il s’agit également d’énoncés interprétables comme rétrospectifs d’un point de vue temporel. On voit ainsi se réaliser l’espoir de pouvoir « transporter dans une autre langue ce qu’on a découvert dans la première » (Culioli 1968 : 111), ce qui motive pareillement le titre donné à cette partie de notre travail.

78 En effet, dans l’échantillon suivant (20), il est évident que ce qui a été dit par Moïse, à quoi il est fait référence au moyen de la structure, a été dit antérieurement :

(20) Colonel. –Vous vous rendez compte de ce que vous êtes en train de me dire ?

Moïse. –Je ne vous aurais pas dérangé si je n’avais pas conscience de la gravité des faits, mon Colonel. (Au service, 1/4, 00:12:45)

79 Néanmoins, on pourrait penser que la structure est utilisée pour transmettre l’interprétation que l’interlocuteur soutient et continue de soutenir ce qu’il a dit auparavant. Toutefois, on ne peut manquer de remarquer que l’action désignée par le verbe a déjà eu lieu. C’est pour cette raison que l’interprétation selon laquelle l’interlocuteur continue à soutenir ce qu’il a dit, ou encore, que les conséquences de ce qui a été dit sont toujours dans l’air ou en vigueur, ne pourrait être obtenue que par implicature. Notons également que l’opérateur ce, avec son opérativité anaphorique, agit ici comme un délimiteur, selon la définition déjà exposée ci-dessus (§ 3).

80 Une situation linguistique similaire se retrouve dans l’exemple suivant (21) :

(21) Paolo. –OK, donc le mec est en train… de me dire dès le deuxième message : OK, eh… on va diviser le jeu en deux en fait, il y a ceux qui vont aller en finale et il y a les autres. Calme-toi, mec. (Circle, 1/7, 00:10:04)

81 Ce qui se dit a déjà été dit. Cependant, une progressivité est ici interprétable dans la mesure que le message est toujours valide, qu’il continue à être transmis, mais seulement à condition d’activer les traits notionnels pertinents du domaine dire. Ces traits à activer ou à extraire seraient celui de transmettre un message, pour l’interprétation rétrospective, et celui de vouloir dire, pour une éventuelle interprétation progressive. Ils seraient donc récupérables grâce à l’activation d’une implicature. Dans un cas comme le suivant (22), la lecture temporelle peut varier, entre une lecture passée et une lecture future :

(22) Ines. –J’espère que je me goure pas. Parce que si je me goure, je suis en train d’envoyer quelqu’un qui est innocente dans la merde. (Circle, 1/3, 00:33:44)

82 Si l’on pense au résultat de l’action d’Ines, l’événement d’envoyer se situerait dans le futur ; si l’on pense, en revanche, à l’action verbale représentée, celle d’avoir dit quelque chose qui compromettait Éléa, il faudrait lire ledit événement au passé. Quant à l’aspectualité, il s’agirait d’un événement ponctuel dans les deux scénarios. Il serait peut-être superflu de souligner qu’un cas comme celui-ci montre jusqu’à quel point des catégories telles que le temps ou l’aspect sont inopérantes comme valeurs motrices de la forme linguistique.

83 Nous complétons ces analyses par un dernier exemple (23) :

(23) Siriani. –Y a autre chose dont je dois vous parler. Le Juge Rossi va auditionner Cora.
Weiss. –Elle a déjà été entendue pendant l’enquête. Qu’est-ce que vous voulez de plus ?
Siriani. –Je crois qu’elle a pas tout dit. Un témoin l’a vue à moto en compagnie de Roman Barthélémy la nuit du 10 août.
Weiss. –J’ai vérifié les dépositions. Elle a dit qu’elle était restée à la maison toute la soirée.
Siriani. –Je-je crois peut-être…
Weiss. –Si vous avez du concret, je vous aiderai. Mais vous laissez ma fille en dehors de tout ça.
Siriani. –C’est notre seule chance peut-être de découvrir ce que les Steiner cachent. Sans nouvelle preuve, on risque le non-lieu.
Weiss. –C’est trop de pression pour elle. C’est hors de question.
Siriani. –Major, je suis en train de vous informer là, pas de vous demander la permission. (Blanche, 2/2, 00 :05 :49)

84 La distance ici, entre ce qui est dit ou fait (souligné dans le texte) et son référencement ultérieur (en italique) au moyen de la structure être en train de + r, est d’environ 46 secondes, ce qui ne laisse aucun doute sur l’interprétation rétrospective à effectuer. L’opération de mise en équivalence entre le terme B (énoncé bloqué par être en train de) et le terme A {va auditionner Cora} sert à exécuter une offre d’interprétation correcte. Les implicatures ou inférences déclenchées par l’utilisation de la structure donnent un rendu plus formel de ce qui a été renseigné de manière plus informelle préalablement, voire constituent une certaine menace, et résultent encore sur l’expression perceptible d’une validité actuelle de la proposition. C’est grâce à ces inférences que l’on accède à la valeur illocutoire interprétable de l’énoncé (cf. Sperber, Wilson 1986 : 170).

85 Au sujet des valeurs illocutoires promues par une telle structure, on peut apprécier qu’elles se trouvent normalement « hors » du bloc être en train de + r. Comme déjà postulé pour be + ing (§ 3), cette structure est configurée comme une partie d’un tout, ce qui donnerait l’instruction procédurale d’être complétée. Cette complétion sera achevée avec les inférences plus accessibles dans la situation communicative donnée, ou encore par le biais du prédicat dominant, au cas où il serait explicite. Nous avons vu que si dans un échantillon comme (17), la valeur illocutoire interprétable, non explicitée, est celle d’arrêter l’amie dans sa tentative de forcer l’interlocutrice à confesser son « crime », dans un autre échantillon comme (19), une telle valeur est rendue explicite au moyen du prédicat dominant {(fais) attention}. Examinons encore un autre cas, le 24) :

(24) Charlotte. –J’arrive, je suis en train de me changer ! J’ai fini. Voilà, c’est bon. (Plan, 1/4, 00:03:33)

86 Ici le sujet de l’énoncé, aussi sujet de l’énonciation, propose la pièce prédicative {arrive}, laquelle sert de prédicat dominant. Ce prédicat est porteur de l’intention communicative majeure de la locutrice : annoncer qu’elle est sur le point d’ouvrir la porte à l’amie qui frappe. Le prédicat dominé {suis en train de me changer}, au-delà du fait que la locutrice soit ou non en train de se changer, fonctionne comme une partie instrumentale de cette valeur illocutoire ultime. Visant une telle valeur, faisant partie de cette valeur, la structure est configurée comme une excuse pour le retard à ouvrir, et elle est parfaitement absorbable sans risque pour l’interprétation visée. Le prédicat dominant {arrive} peut pareillement ne pas être rendu explicite, mais dans ce cas, le prédicat avec être en train de serait responsable tout seul de pointer à ladite interprétation : que la locutrice ouvrira tout de suite.

4.3. Une possible motivation métaphorique de la structure être en train de développée à partir de sa lecture méta-opérationnelle

87 On peut donc constater que l’opérateur être en train de + r a un fonctionnement pratiquement similaire, dans les opérations implémentées et dans les effets obtenables, à l’anglais be + ing. D’origine relativement récente (cf. Gougenheim 1971 : 62), sa fréquence est comparativement faible dans la langue française (cf. Comrie 1976 : 33). Sa diffusion limitée peut s’expliquer, non seulement, dans une perspective méta-opérationnelle, par l’indice plus élevé de présupposition de la relation prédicative contenu dans le présent français par rapport aux opérateurs équivalents dans d’autres langues (cf. Laurencio 2019a : 310), mais aussi certainement par la concurrence d’opérateurs lexicaux de présupposition tels que voilà ou bien, également capables de bloquer un lien prédicationnel (cf. Adamczewski 1991 : 61, 158 ; voir aussi Laurencio 2019a : 310).

88 Quant à l’opérativité de base de la structure, on peut procéder à une analyse compositionnelle à la recherche d’une plus grande précision (cf. Adamczewski 1978 : 33). Le rôle de l’opérateur être serait celui de véhiculer la validation du lien prédicationnel qui soutient la relation prédicative (cf. Gagliardelli 1999 : 70), afin de permettre d’attribuer le groupe prédicatif bloqué au sujet de l’énoncé. L’élément train, en tant qu’opérateur lexical, exécuterait en compagnie de la préposition en un ancrage à la situation. La préposition de établirait un lien avec un terme ou bien daté d’avant ou bien antidaté, c’est-à-dire préexistant « en fait ou en pensée » (cf. Adamczewski 1991 : 66). Ce terme ou notion viendrait à être représenté en soi par l’infinitif (cf. Laurencio 2019a : 256-257).

89 À l’appui de l’affirmation faite ci-dessus sur train comme opérateur lexical de mise en situation, nous nous permettrons un exercice tout à fait spéculatif. Différents auteurs, dont certains ont déjà été cités, parlent du processus de métaphorisation (Do-Hurinville 2007 : 33, Mortier 2005 : 86), ou de métonymisation (Liere 2011 : 287), subi par ce vocable. Tous mènent au même résultat : les significations originelles, telles qu’action de traîner, objet qu’on traîne, marche, mouvement, dynamisme dans l’action ou disposition, ont évolué vers une signification actuelle qui indique un procès ou action en cours (cf. Mortier 2005 : 85). Déjà en 1929, Gougenheim rend compte de l’histoire de la construction être en train de ainsi que de l’apport sémantique de son substantif composant train. Il consigne que déjà à la fin du XVIIe siècle et au début du XVIIIe siècle la construction présente son usage ou sens actuel, à partir de sens antérieurs tels qu’être en humeur de ou être en disposition de, et qu’actuellement le mot train « a perdu toute espèce de valeur propre et est devenu un simple morphème indiquant l’aspect duratif » (Gougenheim 1971 : 62-65).

90 Et pourtant, et c’est là que commence notre spéculation, un train est plutôt un convoi, une suite de choses qui sont traînées, pas tellement la chose en soi qui traîne. Celle-ci reste présupposée, elle serait l’action, la machine ou locomotive. Le train représenterait alors quelque chose qui survient à l’action, quelque chose qui est promue avec l’action, qui est mise en scène ou en évidence. Visant à dire quelque chose sur cette action, mais sans être l’action elle-même. Comme si nous disions : moi, en tant qu’énonciateur ou locomotive, je traîne ce convoi parce que ça m’intéresse d’arriver quelque part, d’atteindre quelque chose avec lui, par rapport à lui ou à son sujet. En bref, le train représenterait une situation, qui est invoquée en faisant référence, à travers le verbe utilisé, à une action ou à un événement déterminé. La temporalité ou l’aspectualité à interpréter restent de l’ordre de l’extralinguistique, de ce qui se passe en dehors de la langue, y compris les interprétations par implicature. Et dans cette invocation et dans ce que l’énonciateur entend en faire se trouve la valeur illocutoire et la raison ultime de la structure grammaticale qui accueille cet opérateur lexical.

Conclusions

91 Ce travail a permis de mettre en lumière plusieurs conceptualisations d’Antoine Culioli qui ont servi de base à Henri Adamczewski pour développer son système théorique énonciativiste méta-opérationnel, fondé primairement sur l’étude de l’anglais. Parmi elles, on compte le principe de repérage comme constitutif de la production de l’énoncé, la vision de l’activité langagière comme une série d’opérations qui permettent de construire l’énoncé, le concept de saturation, la notion de sujet de l’énonciation, l’identité essentielle entre différents phénomènes linguistiques, etc. Cependant, l’importance inestimable de la contribution de Culioli au développement de la linguistique anglaise avec Adamczewski va au-delà de cette seule langue. Car, en affinant sa perception de l’anglais sur la base des résultats obtenus avec son modèle théorique à matrice culiolienne, Adamczewski remarque que les mécanismes analysés ont un caractère universel.

92 Du grand enseignement de Culioli, inscrit dans une perspective énonciativiste, nous remarquons que l’on peut et doit construire un modèle pour procéder à l’analyse du langage. On peut clairement suivre un modèle déjà assemblé, mais il est également possible d’intégrer de nouveaux outils dans un tel modèle, à condition qu’ils donnent des résultats et soient cohérents avec le système adopté. Ces applications nous permettent de vérifier que des valeurs ignorées au sujet de ladite périphrase progressive apparaissent dans les deux langues, anglais et français. Ce sont même des valeurs antagonistes à l’idée que cette structure est progressive. La valeur rétrospective ou capacité de be + ing ou d’être en train de + r à se référer à des événements verbaux révolus, lorsque la structure est conjuguée au présent de l’indicatif, en est un exemple. De cette analyse, une nouvelle lecture de la valeur métaphorique contenue dans la conjonction des composantes de la structure française est rendue possible, lecture que nous avons proposée ici au lecteur.

Top of page

Bibliography

Adamczewski, Henri. “Be + ing revisited”. In: S. P. Corder, E. Roulet (eds.) Linguistic Insights in Applied Linguistics: 45-75. Brussels: AIMAV / Paris: Didier, 1974.

Adamczewski, Henri. Esquisse d’une théorie de «DO». In: S. P. Corder, E. Roulet (eds.) Études linguistiques, vol. 19, Some Implications of Linguistic Theory for Applied Linguistics: 47-55. Brussels: AIMAV / Paris: Didier, 1975.

Adamczewski, Henri. Be + ing dans la grammaire de l’anglais contemporain. Thèse d’État. Paris : Champion, [1976] 1978.

Adamczewski, Henri. Grammaire linguistique de l’anglais. Paris : Armand Colin, 1982.

Adamczewski, Henri. Le français déchiffré : Clé du langage et des langues. Paris : Armand Colin, 1991.

Adamczewski, Henri. Caroline grammairienne en herbe, ou comment les enfants inventent leur langue maternelle. Paris : Presses de la Sorbonne nouvelle, 1995.

Adamczewski, Henri. Genèse et développement d’une théorie linguistique. Perros-Guirec : La Tilv Éd., 1996.

Adamczewski, Henri / Gabilan, Jean-Pierre. Déchiffrer la grammaire anglaise. Paris : Didier, 1996.

Apollonius Dyscolus. Syntax, transl. F. W. Householder. Amsterdam: John Benjamins, 1981.

Aristotle. Categories. On Interpretation. Prior Analytics, transl. H. P. Cook, Hugh Tredennick. Loeb Classical Library 325. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1938.

Aristotle. Physics, vol. I, 1-4, transl. P. H. Wicksteed, F. M. Cornford. Loeb Classical Library 228. Cambridge, MA: Harvard University Press, 1957.

Austin, John L. How to Do Things with Words. Oxford University Press, 1962.

Becker, Karl F. Grammar of the German Language. London: John Murray, 1830.

Charaudeau, Patrick. Grammaire du sens et de l’expression. Paris : Hachette, 1992.

Chomsky, Noam. Syntactic Structures. The Hague: Mouton, 1957.

Comrie, Bernard. Aspect: An Introduction to the Study of Verbal Aspect and Related Problems. Cambridge University Press, 1976.

Coseriu, Eugenio. “Determinación y entorno. Dos problemas de una lingüística del hablar.” Romanistisches Jahrbuch 7/1 (1956): 29-54.

Culioli, Antoine. « La formalisation en linguistique. » Cahiers pour l’Analyse 9 (1968) : 106-117.

Culioli, Antoine. « À propos d’opérations intervenant dans le traitement formel des langues naturelles. » Mathématiques et sciences humaines 9/34 (1971) : 7-15.

Culioli, Antoine. “The Concept of Notional Domain.” In: H. Seiler, G. Brettschneider (eds.) Language Invariants and Mental Operations: 79-87. Tübingen: Gunter Narr Verlag, 1985.

Culioli, Antoine. « La frontière. » Cahiers Charles V 8 (1986) : 161-169.

Culioli, Antoine. « La négation : marqueurs et opérations. » Travaux du Centre de Recherches Sémiologiques 56 (1988) : 17-38.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, vol. I, Opérations et représentations. Paris : Ophrys, 1990.

Culioli, Antoine. « À propos de la particule de en chinois. » Cahiers de linguistique Asie orientale 23/1 (1994) : 77-86.

Culioli, Antoine. Cognition and Representation in Linguistic Theory. Amsterdam: John Benjamins, 1995.

Culioli, Antoine. Pour une linguistique de l’énonciation, vol. II, Formalisation et opérations de repérage. Paris : Ophrys, 1999.

Culioli, Antoine / Paillard, Denis. « À propos de l’alternance imperfectif/perfectif dans les énoncés impératifs. » Revue des études slaves 59/3 (1987) : 527-534.

De Wit, Astrid / Patard, Adeline. “Modality, aspect and the progressive: The semantics of the present progressive in French in comparison with English.” Languages in Contrast 13/1 (2013): 113-132.

De Wit, Astrid / Patard, Adeline / Brisard, Frank. “A contrastive analysis of the present progressive in French and English.” Studies in Language 37/4 (2013): 846-879.

Delmas, Claude. « De l’extralinguistique au métalinguistique. » En : J.-R. Lapaire, W. Rotgé (éds.) Séminaire pratique de Linguistique Anglaise : 195-212. Toulouse : Presses Universitaires du Mirail, 1993.

Delmas, Claude. « BE & ING ou comment énoncer le recyclage de la relation partie / tout. » En : Cycnos 17 (2000) : 1-10.

Do-Hurinville, Danh Thành. « Étude sémantique et syntaxique de ‘être en train de’. » L’Information Grammaticale 113 (2007) : 32-39.

Erfurt, Thomas of. Grammatica speculativa, ed. G. L. Bursill-Hall. London: Longman, 1972.

Franckel, Jean-Jacques. Étude de quelques marqueurs aspectuels du français. Genève : Librairie Droz, 1989.

Gagliardelli, Giancarlo. Elementi di grammatica enunciativa della lingua inglese. Bologna: CLUEB, 1999.

Gougenheim, George. Étude sur les périphrases verbales de la langue française. Paris : Librairie A.-G. Nizet, [1929] 1971.

Grice, Herbert Paul. “Logic and conversation.” In: P. Cole, J. L. Morgan (eds.) Speech Acts: 41-58. New York: Academic Press, 1975.

Kanizsa, Gaetano. Grammatica del vedere: Saggi su percezione e gestalt. Bologna: Il Mulino, 1980.

Laca, Brenda. « Les catégories aspectuelles à expression périphrastique : une interprétation des apparentes lacunes du français. » Langue française 141/1 (2004) : 85-98.

Lachaux, Françoise. « La périphrase être en train de, perspective interlinguale (anglais-français) : une modalisation de l’aspect ? » En : H. B. Shyldkrot, N. Le Querler (dirs.) Les périphrases verbales : 119-142. Amsterdam : John Benjamins, 2005.

Laurencio Tacoronte, Ariel. Lo que decimos cuando estamos diciendo algo. Análisis enunciativo del operador estar + gerundio. Cádiz: Editorial UCA, 2019a.

Laurencio Tacoronte, Ariel. “Para una historia de la categoría gramatical de rema.” Boletín de la Sociedad Española de Historiografía Lingüística 13 (2019b): 55-77.

Laurencio Tacoronte, Ariel. “Presente retrospectivo.” Rivista di Filologia e Letterature Ispaniche 22 (2019c): 257-277.

Leeman, Danielle. « Contribution à la définition de l’identité de la périphrase ‘être en train de’. » La Tribune internationale des langues vivantes : 133-138. Paris : Union des professeurs de langues dans les grandes écoles scientifiques, 2012.

Lersch, Laurenz. Die Sprachphilosophie der Alten, vol. II, dargestellt an der historischen Entwickelung der Sprachkategorieen. Bonn: H. B. König, 1840.

Liere, Audrey. Entre lexique et grammaire : les périphrases verbales du français. Thèse de doctorat. Université du Littoral-Côte d’Opale, 2011.

Mathesius, Vilém. „O tak zvaném aktuálním členění věty“. Slovo a slovesnost 5/4 (1939): 171-174.

Matte Bon, Francisco. Lengua española y comunicación. Barcelona: Universitat Oberta de Catalunya, 1997.

Matte Bon, Francisco. “Gramática, pragmática y enseñanza comunicativa del español como lengua extranjera.” Carabela 43 (1998): 53-79.

Matte Bon, Francisco. « Recherches en grammaire méta-opérationnelle sur l’espagnol : applications et développements. » En : J.-P. Gabilan (éd.) Les Amis du Crelingua. Actes du Colloque du 16 juin 2007 : 70-90. Creil : Éditions EMA, 2008.

Mel’chuk, Igor A. “Machine translation and linguistics.” In: O. S. Akhmanova, I. A. Mel’chuk, R. M. Frumkina, E. V. Paducheva Exact Methods in Linguistic Research: 44-79. Berkeley: University of California Press, 1963.

Mortier, Liesbeth. « Les périphrases aspectuelles progressives en français et en néerlandais : présentation et voies de grammaticalisation. » En : H. B. Shyldkrot, N. Le Querler (éds.) Les périphrases verbales : 83-102. Amsterdam : John Benjamins, 2005.

Priscianus. Institutiones grammaticae, vol. I, 1-12, ed. M. Herz. Leipzig: Teubner, 1855.

Sperber, Dan / Wilson, Deirdre. Relevance: Communication and Cognition. Oxford: Blackwell, 1986.

Weil, Henri. De l’ordre des mots dans les langues anciennes comparées aux langues modernes. Question de grammaire générale. Paris: Joubert, 1844.

Wilmet, Marc. Grammaire critique du français. Bruxelles : De Boeck, 2007.

Zemb, Jean-Marie. Vergleichende Grammatik Französisch-Deutsch, vol. II. Mannheim: Bibliographisches Institut, 1984.

Corpus cinématographique et télévisuel

Au service (Au service de la France). Halin, Jean-François / Yerlès, Jean-André / Lemaréchal, Claire (2015-2018).

Mieux (Mieux que nous / Лучше, чем люди). Junkovsky, Andrey / Dagan, Aleksandr / Kessel, Aleksandr (2018).

Blanche (Zone blanche). Missoffe, Mathieu (2017-2021).

Circle (The Circle Game). Lambert, Stephen (prod.) (2020).

Dear Ex (誰先愛上他的). Lu, Shih-yuan / Mag, Hsu (2018).

Deep (Star Trek, Deep Space Nine). Berman, Rick / Piller, Michael (1993-1999).

Enterprise (Star Trek, Enterprise). Berman, Rick / Braga, Brannon (2001-2005).

Greenleaf. Wright, Craig (2016-2020).

Marriage (Marriage Story). Baumbach, Noah (2019).

Mr. Robot. Esmail, Sam (2015-2019).

Orange (Orange Is the New Black). Kohan, Jenji (2013-2019).

Plan (Plan cœur). Saglio, Noémie / Teisseire, Julien / Lang, Chris (2018-2020).

Top of page

References

Electronic reference

Ariel Laurencio Tacoronte, “Culioli, Adamczewski et la linguistique anglaise”Anglophonia [Online], 31 | 2021, Online since 13 October 2021, connection on 19 August 2022. URL: http://journals.openedition.org/anglophonia/4566; DOI: https://doi.org/10.4000/anglophonia.4566

Top of page

About the author

Ariel Laurencio Tacoronte

Université de Sassari
alaurencio@uniss.it

Top of page

Copyright

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution-NonCommercial-NoDerivatives 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search