Skip to navigation – Site map

HomeCall for papersCall for papers – openNo 34 - Pratiques sociales et lan...

No 34 - Pratiques sociales et langue(s) anglaise(s)

Date limite de soumission : 15 mai 2022
  • 1 Pour faciliter la lecture, « anglais » sera désormais utilisé à la place de « (variétés d’)angla (...)

L'anglais est sans doute la langue la plus parlée au monde, la plus enseignée et la plus étudiée. C’est pourquoi la recherche centrée sur les (variétés d') anglais1 a été fondamentale pour le développement de la sociolinguistique et des disciplines connexes, tout comme pour de nombreuses branches de la linguistique et des sciences du langage. De la compréhension de la stratification sociale des variables linguistiques (Labov) à la compréhension de la manière dont la langue interagit avec les communautés sociales et l'identité (Eckert), en passant par l'exploration de la manière dont contexte et langage s’imbrique (Gumperz), les études centrées sur l'anglais ont joué un rôle clé dans l'élaboration des questions, des méthodes et des concepts de la sociolinguistique et d'autres disciplines qui adoptent une approche sociale de la recherche en linguistique.

Cette tendance n’est pas prête à s’inverser et de nombreuses recherches récentes ont poursuivi l’exploration de l’anglais en tant que pratique sociale, mettant par exemple en lumière les influences mutuelles entre l’anglais et les questions relatives au genre (Eckert et McConnell-Ginet), à la sexualité (Ehrlich et al.), à la résistance politique (Reisigl et Wodak), à la race (Makoni et al.), au changement climatique (Flottum) et à toutes sortes de crises sociales, sanitaires et/ou économiques (Piller et al.), pour ne citer que quelques domaines d’investigation. En somme, l’anglais – que ce soit comme langue première, comme lingua franca (Mauranen et Ranta) ou comme pratiques plurilingues ou plurielles (Forlot) – est profondément ancré dans des configurations sociolinguistiques très diverses. Sur le plan linguistique, différents contextes sociaux contribuent à façonner tous les aspects de la genèse, de l'évolution et de la variation de l’anglais (Glain). D'un autre point de vue, l’anglais constitue un ensemble de ressources sociales, culturelles, idéologiques, identitaires, politiques, ou parfois même économiques (voir par exemple Heller ; Eckert ; Trudgill), déployées par les locuteurs dans divers contextes sociaux et à un grand nombre de fins sociales.

Ce numéro thématique a pour but de s'inspirer de ce corpus de recherche en constante progression. Nous invitons des contributions qui considèrent l’anglais comme un ensemble de pratiques langagières (Boutet), c'est-à-dire comme des pratiques sociales à part entière. Une telle approche – qui traite de l’anglais comme étant à la fois influencé par le contexte social et constitutif de celui-ci – semble particulièrement pertinente dans le climat actuel de changements sociaux rapides, imprévisibles et intenses.

Dans cette optique, nous accueillons tout particulièrement les contributions qui traitent d'un (ou plusieurs) des thèmes suivants :

  • Nouveaux contextes sociaux, new Englishes
    Nous invitons ici les contributions qui explorent la façon dont les nouveaux contextes sociaux ou les nouvelles identités sont liés à l'émergence de nouvelles variétés d'anglais ou de nouvelles formes de pratiques linguistiques qui incluent de l’anglais. La question est de savoir comment, où, quand et pourquoi de nouvelles variétés d'anglais se développent, comment le maintien ou le changement des variables linguistiques est lié à l'évolution des configurations sociales, quelles conclusions sociolinguistiques peuvent être tirées de l'étude de variables linguistiques particulières et/ou de contextes sociaux qui n'ont pas encore fait l'objet de recherches approfondies, et comment les nouveaux médias ou les nouvelles modalités d'utilisation de la langue affectent la forme linguistique. On s’interrogera sur la façon dont les changements sociaux contribuent également à la création de nouvelles normes ou variétés de référence qui s'ajoutent au statut existant de l'anglais en tant que langue pluricentrique (Leitner ; Peters) ainsi que sur le rôle de l’anglais dans l'élaboration de nos identités individuelles et collectives et dans la reconfiguration de notre monde social.

  • L'anglais/les anglais comme langue de résistance
    Nous explorerons ici les situations dans lesquelles l’anglais peut constituer un instrument de changement social : comment l'anglais agit-il comme un ensemble de ressources qui permettent aux acteurs sociaux de contester, de remettre en question ou de détruire les configurations sociales, comment l’anglais est-il utilisé comme résistance politique ? On s’interrogera sur les situations dans lesquelles l’anglais constitue un outil d'inclusion sociale ou, inversement, dans lesquelles il fait partie d'un appareil d'oppression et d'exclusion, sur la façon dont l’anglais est lié à l'insécurité linguistique et, éventuellement, à sa prévention. On se posera la question de l’appropriation de l’anglais dans des endroits inattendus et des répercussions sociales de cette appropriation, ainsi que de son utilisation comme outil dans la lutte pour, ou le refus de, justice sociale, ou encore comme agresseur ou comme pacificateur dans des situations de discrimination, de violence et d'inégalité.

  • Anglais sur le marché linguistique mondialisé
    En réponse à l'interrogation classique de Fishman, ce thème invite les contributions qui explorent les questions : « Qui parle (quel(s)) anglais à qui et quand ? ». Quand et pourquoi les individus choisissent-ils l’anglais ou certaines variétés d'anglais dans des situations de multi- ou plurilinguisme ? Comment et pourquoi l'anglais est-il utilisé dans certaines pratiques pluri- ou multilingues (code-switching, code-mixing, translanguaging, etc.), comment l’anglais et les variétés d'anglais sont-ils traités dans la politique et l'aménagement linguistiques, comment l'anglais se voit attribuer une valeur (ou non) dans les différents marchés linguistiques (Bourdieu) quelles sont les répercussions sociales et/ou linguistiques de ces différents phénomènes et de leurs dynamiques sous-jacentes ?

Ces thèmes ne représentent pas une liste exhaustive. Toutes les contributions qui se rapportent à l’anglais et à ses variétés en tant que pratique sociale seront prises en considération. En effet, les éditeurs du numéro thématique visent à adopter une approche particulièrement « ouverte » en favorisant :

  • L’(inter)disciplinarité. Nous espérons inclure des articles provenant d'un large éventail de disciplines ou de « sous-disciplines », ainsi que des contributions de nature interdisciplinaire. Les questions soulevées peuvent présenter un intérêt particulier pour les chercheurs travaillant dans les domaines (ou sous-domaines) suivants (liste non-exhaustive) : sociolinguistique, pragmatique, anthropologie linguistique, analyse (critique) du discours, analyse de l'interaction/conversation, sociophonétique, communication interculturelle, anglais comme lingua franca, etc.

  • Différents types de données et supports. Les analyses peuvent être axées sur des données orales, écrites, interactionnelles, médiatisées, multimodales ou toute autre forme de matériau.

Nous espérons que cette approche nous aidera à rassembler une diversité de travaux qui démontreront comment l'accent mis sur la pratique sociale peut s'avérer fructueux dans l'étude de l'usage et de la forme de l’anglais et de ses variétés, et permet ainsi une meilleure compréhension de la langue et de la linguistique anglaises.

Propositions à envoyer à : Adam Wilson (adam.wilson@univ-lorraine.fr), Marc Deneire (marc.deneire@univ-lorraine.fr), Catherine Chauvin (catherine.chauvin@univ-lorraine.fr) et henri.le-prieult@univ-tlse2.fr

Merci de suivre les consignes de soumission disponibles ici : https://journals.openedition.org/anglophonia/344

Calendrier

  • Publication de l’appel : février 2022

  • Soumission des propositions d’articles : 15 mai 2022

  • Examen par le comité de lecture : juin-juillet 2022

  • Retour des articles finalisés : octobre 2022

  • Publication du numéro : décembre 2022

Bibliography

Bourdieu, Pierre. Langage et pouvoir symbolique. Seuil, 2001.

Boutet, Josiane. « Pratiques langagières, formations langagières ». Dictionnaire d’analyse du discours, edited by Patrick Charaudeau and Dominique Maingueneau, Seuil, 2002, pp. 458-460.

Eckert, Penelope. « The Limits of Meaning: Social Indexicality, Variation, and the Cline of Interiority ». Language, vol. 95, no. 4, 2019, pp.751-76.

Eckert, Penelope, and Sally McConnell-Ginet. Language and Gender. 2nd edition, Cambridge University Press, 2013.

Ehrlich, Susan, et al. The Handbook of Language, Gender, and Sexuality. 2nd Edition, John Wiley & Sons, 2014.

Fishman, Joshua A. « Who Speaks What Language to Whom and When? » La Linguistique, vol. 1, no. 2, 1965, pp. 67-88.

Flottum, Kjersti, editor. The Role of Language in the Climate Change Debate. 1st edition, Routledge, 2019.

Forlot, Gilles. L’anglais et le plurilinguisme: Pour une didactique des contacts et des passerelles linguistiques. Editions L’Harmattan, 2009.

Glain, Olivier. Variations et changements en langue anglaise : évènements historiques, perspectives humaines et sociales. PU Saint-Étienne, 2021.

Gumperz, John J. Discourse Strategies. Cambridge University Press, 1982.

Heller, Monica. « Globalization, the New Economy, and the Commodification of Language and Identity ». Journal of Sociolinguistics, vol. 7, no. 4, Nov. 2003, pp. 473-92.

Labov, William. Sociolinguistic Patterns. University of Pennsylvania Press, 1972.

Leitner, Gerhard. « English as a Pluricentric Language ». Pluricentric Languages: Differing Norms in Different Nations, edited by Michael Clyne, De Gruyter Mouton, 1991, pp. 178-237.

Makoni, Sinfree, et al. Black Linguistics: Language, Society and Politics in Africa and the Americas. 1st edition, Routledge, 2003.

Mauranen, Anna, and Elina Ranta. English as a Lingua Franca: Studies and Findings. Cambridge Scholars, 2009.

Peters, Pam. « Pluricentricity and Codification in World English ». English and Spanish: World Languages in Interaction, edited by Danae Perez et al., Cambridge University Press, 2021, pp. 139-62.

Piller, Ingrid, et al. « Linguistic Diversity in a Time of Crisis: Language Challenges of the COVID-19 Pandemic ». Multilingua, vol. 39, no. 5, De Gruyter Mouton, Sept. 2020, pp. 503-15.

Reisigl, Martin, and Ruth Wodak. Discourse and Discrimination: Rhetorics of Racism and Antisemitism. 1st edition, Routledge, 2000.

Trudgill, Peter. « Sex, Covert Prestige and Linguistic Change in the Urban British English of Norwich ». Language in Society, vol. 1, no. 2, Cambridge University Press, Oct. 1972, pp. 179-95.

Top of page

Notes

1 Pour faciliter la lecture, « anglais » sera désormais utilisé à la place de « (variétés d’)anglais ». Cependant, chaque occurrence d’« anglais » est à comprendre « (variétés d’)anglais ».

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search