Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Dossier – Le Nil dans la culture ...Comment s’approcher des sources p...

Dossier – Le Nil dans la culture médiévale Regards croisés d’Orient et d’Occident (xe-xvie siècle)

Comment s’approcher des sources paradisiaques du Nil. L’exploration de Ḥāʾid ibn Abī Sālūm

How to Approach the Heavenly Sources of the Nile. The Exploration of Ḥā’id ibn Abī Sālūm
كيف يكون الاقتراب من منابع النيل في الجنة. رحلة حائد ابن أبي سالوم الاستكشافية
Jean-Charles Ducène
p. 13-25

Résumés

L’histoire de la découverte de la source paradisiaque du Nil par Ḥāʾid ibn Abī Sālūm apparaît au milieu du xe siècle dans la littérature arabe. Ses éléments narratifs la rapprochent des Qiṣaṣ alanbiyāʾ ou « Histoires des prophètes » puisque le narré du conte comble un vide de la tradition qui associe parfois le Nil d’Égypte avec le Paradis. Cette association est ici confirmée par un descendant d’Ésaü, mais elle se dédouble d’une aventure merveilleuse à valeur morale.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Nil, Paradis, exploration, légende

الكلمات المفتاحية:

النيل, الجنة, استكشاف, أسطورة
Haut de page

Texte intégral

1La littérature géographique arabe fournit dès al‑Ḫwārizmī (c. 830) une description et une représentation cartographique des sources du Nil. Par la suite les auteurs ultérieurs développeront le sujet selon les renseignements rapportés de ces régions africaines et selon leurs conceptions hydrographiques. Cependant, à côté de cette littérature « sérieuse », sans affect, est transmis par certains auteurs à partir du xe siècle, avec plus ou moins de conviction, le récit d’un certain Ḥāʾid ibn Abī Sālūm qui aurait atteint les sources du Nil et qui aurait, peut‑être, entrevu le Paradis ! Cette narration imaginaire, construite avec les ressorts narratifs du conte, nous fait entreprendre un véritable voyage initiatique où l’aspect égyptien du fleuve et sa réinterprétation « abrahamique » s’entremêlent faisant du haut Nil une terre de mythes.

  • 1 Ducène 2001. À cette époque, nous pensions qu’Abū Ḥāmid al-Ġarnāṭī avait emprunté à Ibn al-Qāṣṣ une (...)
  • 2 Sezgin 1989. Le manuscrit est écrit d’une seule main, en l’occurrence de 30 lignes par page, en un (...)

2La plus ancienne version de ce récit est donnée dans un des cinq manuscrits1 du Kitāb dalāʾil alqibla (« Livre des indices de la qibla ») d’Ibn al‑Qāṣṣ (m. 336/947‑948), le manuscrit d’Istanbul Veliyüddin2 2453, 2, ff. 147v‑170v. C’est un manuscrit de 245 folios dont la copie est terminée le 14 rabiʿ II 845/1er septembre 1441. Il donne à connaître le Kitāb futūḥ Miṣr walMaġrib (« Livre de la conquête de l’Égypte et du Maghreb ») d’Ibn ʿAbd al‑Ḥakam, le Kitāb dalāʾil alqibla et le Taʾrīḫ Miṣr (« Histoire de l’Égypte ») d’Ibrāhīm ibn Zūlāq. Il ne s’agit pas d’un manuscrit complet de l’ouvrage d’Ibn al‑Qāṣṣ, mais d’un épitomé partiel (à partir de son quatorzième chapitre). En outre, il y ajoute deux paragraphes de cosmologie, un sur les sept noms de La Mecque, ce long ḫabar – ce long renseignement narré – sur le Nil, ainsi qu’une note indiquant la présence d’Ibn al‑Qāṣṣ à Barḏaʿa en 336/947‑948, lors de l’attaque des Rūs. Dans cette première version, le héros est Ḥāʾid ibn Abī Sālūm de la descendance d’al‑ʿAyṣ, soit Ésaü. Cette digression entre parfaitement dans l’économie de l’ouvrage car Ibn al‑Qāṣṣ a pour but de donner des indications mathématiques et topographiques pour s’orienter selon la qibla et les fleuves en sont. Par ailleurs, son ouvrage fait aussi la part belle aux descriptions et aux anecdotes édifiantes (ʿibra) de sorte qu’il n’y a pas lieu de considérer que ce passage soit une interpolation ultérieure.

  • 3 Al-Masʿūdī, Les Prairies I, p. 111 (§ 288).
  • 4 Al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm, p. 21-22.

3En outre, cet épisode semble se diffuser au ive/xe siècle : al‑Masʿūdī3 le résume en mettant en scène comme héros ʿImrān ibn Ǧābir, sans y croire et en l’attribuant à l’imagination des traditionnistes. Al‑Muqaddasī4 le livre pour l’avoir entendu à Nišabūr rapporté par Abū l‑Ḥasan al‑Ḫalīl ibn al‑Ḥasan, suivant une chaîne de garants qui remontait à Abū Ṣāliḥ, le secrétaire d’al‑Layṯ ibn Saʿd qui, le premier, l’avait donné.

  • 5 Carra de Vaux, L’Abrégé des merveilles, p. 297-301 ; Sezgin 1993, p. 31-32.
  • 6 Yāqūt, Muʿǧam al-buldān V, p. 389 ; Toussoun 1925, p. 35-38.

4L’énigmatique Abrégé des merveilles5 rédigé au ive/xe siècle le donne en entier aussi sous l’autorité d’al‑Layṯ ibn Saʿd. Plus tard, Yāqūt6 le cite à la fin de sa notice sur le Nīl, en ajoutant la note de l’auteur chez qui il la recopie : « Cette histoire ressemble à une légende (alḫurāfa), elle est répandue et présente dans de nombreux livres. »

  • 7 Ibn Ẓāhira, al-Faḍāʾil, p. 171-174.
  • 8 Je remercie Robin Seignobos de m’avoir donné à connaître ce manuscrit.
  • 9 Heinen 1982, p. 174 et p. 37 pour Abū Šayḫ.
  • 10 Al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd, p. 48-50 ; Bargès 1837, p. 131-136.
  • 11 Ibn Iyās, Nuzhat al-umam, p. 71.

5En revenant en Égypte, Abū Ḥamīd al‑Qudsī (m. 893/1488) par le truchement du pseudo Ibn Ẓāhira la transmet au complet dans ses alFaḍāʾil7 (« les Grâces reçues »). Il précise qu’il a appris cette histoire au Caire du cheikh Zayn al‑Dīn ibn ʿAbd al‑Raḥmān al‑Iḏriʿī al‑Šāfiʿī, imam de la mosquée des Omeyyades à Damas. Lui‑même l’avait appris notamment du Šayḫ alislām ʿUmar al-Bulqīnī et du ḥāfiẓ Ibn Zayn al‑Dīn ʿAbd al-Raḥmān al-ʿIrāqī (m. 808/1405), eux‑mêmes de Muḥammad ibn Ibrāhīm al‑Barīdī (m. 793/1390), avec une chaîne de garants qui remontait à Muḥammad ibn ʿAbd al‑Raḥmān al‑Muḫallaṣ (m. 393/1002), qui l’avait lue dans la mosquée al‑Manṣūr en 393/1002. Lui‑même la connaissait par une chaîne de transmetteurs qui remontait à ʿAbd Allāh ibn Ṣāliḥ (m. 222/836), kātib d’al‑Layṯ ibn Saʿd (m. 175/791). Une génération plus tard, Ǧalāl al‑Dīn al‑Mahallī (791/1389‑864/1459), la répète dans son alQawl almufīd fī lNīl alsaʿīd (« La Parole profitable à propos du Nil fortuné ») (Ms Bnf arabe 2259, ff. 33r‑35v)8. Puis al‑Suyūṭī9 (m. 911/1505) relate cette aventure en s’appuyant sur une source plus ancienne, le Kitāb alʿazama (« Livre des amis sincères » ?) d’Abū Šayḫ (274/887‑369/979). Enfin, al‑Manūfī (m. 927/1521) la conte dans son Kitāb alfayḍ almadīd fi aḫbār alNīl alsaʿīd10 (« Livre de la crue étendue à propos des renseignements du Nil fortuné ») et Ibn Iyās (m. c. 930/1524) y fait allusion dans son Nuzhat alumam fī lʿaǧāʾib walḥikam11 (« Réjouissance des nations à propos des merveilles et des savoirs »). Signalons finalement le manuscrit du Caire, Dār al‑kutub, Ǧuġrāfiyā 7, non daté, intitulé ʿAğāʾib albilād walaqṭār walNīl walanhār walbarārī watuʿraf bi-qiṣṣat Ḥāʾid ibn Sālūm (« Merveilles des pays, des régions, du Nil, des rivières, des déserts ainsi que ce que l’on connaît comme l’histoire de Ḥāʾid ibn Sālūm ») qui lui est consacrée. Enfin, la Bnf possède un manuscrit anonyme (Arabe 6964, ff. 27‑33v), catalogué dans la catégorie alḤikāyat walsiyar soit « Histoires et épopées », dont la copie fut terminée le 5 muḥarram 1152/14 avril 1739, qui donne à connaître un récit semblable dans la succession de ses épisodes, mais différent dans le détail des aventures et des rencontres vécues par le héros. Retenons simplement de cette version qu’elle est mise sous l’autorité de Kaʿb al‑Aḥbar et qu’elle donne une autre généalogie à Ḥāʾid, à savoir Ḥāʾid ibn Sālūm ibn Ifrāʾīm ibn Yūsuf ibn Yaʿqūb ibn Isḥāq ibn Ibrāhīm al‑Ḫalīl. Il devient ici le descendant d’Éphraïm, petit-fils de Jacob, ce dernier ayant émigré en Égypte. Selon le récit biblique (Nombres, XXVI, 35‑38), Éphraïm eut trois fils : Shoutélah, Béker et Tahân.

Texte d’Ibn al‑Qāṣṣ : [ms Veliyüddin 2453, 2, ff. 153v‑154v]12

  • 12 Sezgin 1989, p. 14.
  • 13 Ms : القو.
  • 14 Ms : أحد.
  • 15 Ms : تحمل.
  • 16 Ms : شيء .

فمن ذلك النيل قال ومخرج نيل مصر من جبال القمر ومصبّ شعبة منه في البحر خلف جزيرة قبّة الأرض وتطيف شعبة منه بأرض النوبة وتجيء إلى مصر فتشعّب دون الفسطاط فتصير شعبة إلى الإسكندرية وشعبة إلى دمياط تفيض في بحر الشام وقد روى في قصّة النيل حديث عجيب في بعض إسناده لين حدثنا به علي بن جعفر قال حدثنا محمد بن إدريس ابو حاتم عن رجل من بني عيص يقال له حائد بن ابي سالوم بن العيص بن إسحاق بن إبراهيم عليه السلام أنه خرج هاربًا من ملك من ملوكهم حتّى دخل أرض مصر فأقام بها سنين فلمّا رأى عجائب نيلها وما يأتي به جعل اللّه عليه الا يفارق ساحلها حتّى يبلغ منتهاه من حيث يخرج أو يموت قبل ذلك فسار عليه قال بعضهم ثلاثين سنة في الناس وثلاثين سنة في غير الناس حتّى انتهى إلى بحر أخضر فنظر إلى النيل يشقّ مقبلًا فصعد على البحر فإذا القى13 [154و] برجل قائم يصلّى تحت شجرة تفاح فلمّا رآه استأنس به وسلّم عليه سأله الرجل صاحب الشجرة فقال له: من أنت؟ فقال أنا حائد بن ابي سالوم بن العيص بن إسحاق بن إبراهيم صلى اللّه عليه فمن أنت؟ قال أنا عمران بن فلان بن العيص بن إسحاق بن إبراهيم قال فما الذي جاء بك يا حائد هاهنا قال جئتُ من أجل هذا النيل فما جاء بك إلى هاهنا يا عمران؟ قال جاء بي الذي جاء بك حتّى انتهيتُ إلى هذا الموضع فأوحى اللّه تعالى إلى أن أقف في هذا الموضع حتّى يأتيك أمري فوقفتُ حتّى يأتيني أمره فقال له حائد: أخبرني يا عمران ما انتهى إليك من أمر هذا النيل وهل بلغك أن أحدًا14 من بني آدم يبلغه؟ فقال له عمران : نعم قد بلغني أن رجلاً من ولد العيص يبلغه ولا أظنه بغيرك يا حائد! فقال حائد: يا عمران فاخبرني كيف الطريق اليه؟ فقال له عمران اني لست أخبرك بشيء حتّى تجعل15 لي ما أسألك فقال ما ذاك يا عمران؟ قال إذا رجعتَ اليّ وأنا حيّ اقمتَ عندي حتّى يوحي اللّه إلى بامره أو يتوفّاني فتدفني وان وجدتني ميتًا دفتني وذهبت قال ذاك لك عليّ فقال سِر كما انت على هذا البحر فانك ستأتي على دابّة ترى أوّلها ولا ترى آخرها ولا يهولنّك أمرها أركبها فإنّها معادية للشمس اذا طلعت أهوت اليه لتلتقمها حتى تحول بينها وبينها حجبتها وإذا غربت اهوت لتلتقمها تذهب بك إلى جانب البحر فسر عليها راجعًا حتّى تنتهى إلى النيل فسِر عليها فإنك ستبلغ أرضًا من حديد جبالها وأشجارها وسهولها من حديد فإن أنت جُزتها وقعت إلى أرض من نحاس جبالها وسهولها وأشجارها من نحاس فإن أنت جُزتها وقعت إلى أرض من فضّة جبالها وأشجارها وسهولها من فضّة فإن أنت جُزتها وقعت إلى أرض من ذهب جبالها وأشجارها وسهولها من ذهب فيها ينتهي إليك علم النيل فسار حتّى انتهى إلى أرض الذهب فسار فيها حتّى انتهى إلى سور من ذهب له أربعة أبواب فنظر إلى ماء ينحدر من ذلك حتّى يستقر في قبّة ثم يفترق في الأبواب الأربعة فأمّا ثلاثة مياه فتغيض في الأرض وأمّا واحد فينشق على وجه الأرض وهو النيل فشرب منه حائد واستراح وأهوى إلى السور ليصعد فأتاه ملك فقال له : يا حائد قف مكانك فقد انتهى إليك علم هذا النيل وهذا الجنّة والماء ينزل من الجنّة فقال أريد أن أنظر إلى ما في الجنّة قال إنّك لن تستطيع دخولها اليوم يا حائد قال فأيّ شئ الذي أرى قال الفلك الذي يدور فيه الشمس والقمر وهو شبه الرحاء قال إنّي أريد أن أركبه فادور فيه قال بعض العلماء فركبه حتّى دار الدنيا وقال بعضهم لم يركب قال له يا حائد سياتيك رزق من الجنّة فلا تؤثّر [154ظ] عليه شيئًا من الدنيا فإنّه لا ينبغي لشيء من الجنّة أن يؤثر عليه شئ من الدينا بقى ما بقيت قال بينما هو كذلك واقف إذ نزل عليه عنقود من العنب فيه ثلاثة أصناف لون كالزبرجد الأخضر ولون كالياقوت الأحمر ولون كالؤلؤ الأبيض ثم قال يا حائد هذا من حِصرِم الجنّة وليس من طيّب عنها فارجع يا حائد فقد انتهى إليك علم النيل فقال ما هذه المياه الثلاثة التي تغيض في الأرض قال أحدها الفرات والأخر دجلة والأخر سيحان فارجع! فرجع حتّى انتهى إلى الدابّة فركبها فلمّا أهوت الشمس ليتغرب قذفت به من جانب البحر فاقبل حتّى انتهى إلى عمران فوجده حين مات فدفنه وأقام على قبره ثلاثة فأقبل شخش متشبّه بالناس وبكى على عمران ثم أقبل على حائد فسلّم عليه ثم قال له: يا حائد وما شأنك وما انتهى إليك من علم النيل؟ فأخبره قال الرجل كذا نجده في الكتب ثم طرى ذلك التفاح في عينه فقال ألا تأكل منه فقال معى رزق قد أوثيتُه من الجنّة ونُهيت الا أوثر عليه شيئًا16 من الدنيا فقال ه صدقت يا حائد وليس ينبغي لشيء من الجنّة أن يؤثر عليه بشيء من الدنيا وهل رأيتَ في الدنيا مثل هذا التفاح إنّما أُنبت به في أرض ليست من الدنيا وإنّما هذه الشجرة من الجنّة اخرجها اللّه لعمران يأكل منها وما تركها إلا لك ولو قد وليت عليها لرفعت فلم يزل يطريها في عينه حتّى اخذ منها تفاحةً فعضّها فلمًا عضّها عضّ على يديه فقال له ملك هتف به أ تعرفه هو الذى اخرج أباك من الجنّة أمّا إنّك لو سلّمتَ بالذي معك لأكل منها أهل الدنيا قبل أن ينفد فهو مجهودك أن يبلغك وكان مجهوده أن بلّغه وأقبل حائد حتّى دخل أرض مصر فأخبرهم بهذا ومات حائد بأرض مصر.

Traduction

  • 17 Cette affirmation s’appuie sur l’interprétation de fleuves aperçus en Afrique de l’Est, comme le Ju (...)
  • 18 Cette notion géographique est issue de l’influence de la littérature astronomique indienne sur la g (...)
  • 19 Le terme qui suit est isnādihi est lisiblement līn, ce qui n’a pas de sens ici.
  • 20 L’expression veut dire littéralement « un tel », de manière indéterminée. Ici, la généalogie est vo (...)

Selon Abū l‑ʿAbbās, la source du Nil de Miṣr est située dans les monts de la Lune, de là, une branche se déverse dans la mer17, derrière l’île de la coupole de la terre18. Une [autre] branche contourne la Nubie et arrive en Égypte. Elle se ramifie en plusieurs branches après Fusṭāṭ : une aboutit à Alexandrie, une autre à Damiette et se déverse dans la mer de Syrie. On rapporte dans un conte (qiṣṣa) sur le Nil, un récit (ḥadīṯ) merveilleux sur certaines chaînes de garants (?)19.ʿAlī ibn Ǧaʿfar nous a rapporté de Muḥammad ibn Idrīs Abū Ḥātim d’un homme des Banū ʿAyṣ, qui s’appelait Ḥāʾid ibn Abī Sālūm ibn al‑ʿAyṣ ibn Isḥāq ibn Ibrāhīm – sur lui la paix –, qu’il était parti en direction de l’Égypte, fuyant l’un de ses rois. Il y était resté plusieurs années. Lorsqu’il vit les merveilles de son Nil et ce qu’il ramenait, Allāh lui enjoignit de ne pas s’éloigner de sa rive jusqu’à ce qu’il ait atteint le point extrême d’où il sourd ou de mourir avant cela. Il s’en alla de la sorte. Certains disent [qu’il voyagea] parmi les gens trente ans et trente ans dans une terre inhabitée jusqu’à ce qu’il aboutisse à la mer Verte. Il vit le Nil se séparer en s’avançant. Il monta sur [les rives] de la mer. Alors [154], il rencontra un homme debout, priant sous un pommier. Lorsqu’il le vit, il lui fit bonne figure et le salua. L’homme, celui de l’arbre, l’interrogea et lui dit : « Qui es-tu ? » « Je suis Ḥāʾid ibn Abī Sālūm ibn al‑ʿAyṣ ibn Isḥāq ibn Ibrāhīm – sur lui la paix –, répond‑il, et toi ? » « Je suis Imrān ibn Fūlān20 ibn al‑ʿAyṣ ibn Isḥāq ibn Ibrāhīm – sur lui la paix », dit‑il. « Qu’est-ce qui t’a fait venir ici, Ḥāʾid ? » « Je suis venu au sujet de l’origine du Nil. Et qu’est-ce qui t’a amené ici, Ô, ʿImrān ? » « M’y a amené, répondit‑il, la même chose que toi, si bien que j’ai abouti à cet endroit. Allāh le Très‑Haut me révéla : “Arrête‑toi en ce lieu, jusqu’à ce que mon ordre te soit apporté”. Je m’arrêtai donc à cet endroit, attendant que son ordre me soit amené. » Ḥāʾid dit alors : « Ô, ʿImrān, informe‑moi de ce que tu as appris au sujet du Nil. Sais-tu si quelqu’un atteindra [son origine] ? » ʿImrān lui répondit : « Oui, j’ai appris qu’un homme de la descendance d’al‑ʿAyṣ l’atteindra. Je pense qu’il n’est autre que toi ! » Ḥāʾid dit : « Ô, ʿImrān, informe-moi de la route qui y mène. » ʿImrān lui dit : « Je ne t’informerai de rien jusqu’à ce que tu m’aies apporté ce que je te demanderais. » Il répondit : « Qu’est‑ce que c’est, Ô, ʿImrān ? » Il répondit : « Lorsque tu seras revenu auprès de moi, soit je serai vivant, alors tu resteras chez moi jusqu’à ce qu’Allāh ait fait la révélation qu’Il m’enlèvera par la mort, alors tu m’enterreras. Dans le cas où tu me trouves mort, tu m’enseveliras et tu partiras. Voilà ton obligation envers moi. Va comme tu es sur cette mer, car tu seras transporté par une monture dont le début est visible et non la fin, ne t’en effraie pas, monte‑la, car c’est une bête qui tourne avec le soleil. Lorsqu’il se lève, elle se précipite vers lui pour l’avaler jusqu’au moment où ses rayons se développent entre elle et lui. Lorsqu’il se couchera, elle se précipitera vers lui pour l’avaler, te transportant de l’autre côté de la mer. Va avec elle à son retour pour atteindre le Nil. Suis-la, car tu atteindras une terre de fer dont les montagnes, les arbres et les plaines sont de fer. Si tu la traverses, tu arriveras à une terre de cuivre, dont les montagnes, les plaines et les arbres sont de cuivre ; si tu la franchis, tu aboutiras à une terre d’argent dont les montagnes, les arbres et les plaines sont d’argent. Si tu la traverses, tu tomberas sur une terre d’or, dont les montagnes, les arbres et les plaines sont d’or. Là, la connaissance du Nil te parviendra ! »
Il alla jusqu’à la terre d’or. Il y chemina jusqu’à atteindre une muraille d’or pourvue de quatre portes. Il vit l’eau descendre de l’enceinte pour finir par s’établir sous une coupole. Ensuite, elle se divisait au travers des quatre portes. Trois des rivières avaient peu d’eau sur le sol et une avait [une eau qui] se répandait à la surface, c’était le Nil. Ḥāʾid en but, et il se reposa. Il se dirigea vers la muraille pour y monter. Un ange arriva et lui dit : « Ô, Ḥāʾid, arrête‑toi où tu es, la connaissance du Nil t’est acquise, ceci est le Paradis, et l’eau en coule. » Il lui dit : « Je voudrais voir ce qu’il y a dans le Paradis. » Il lui répondit : « Tu ne peux pas y pénétrer aujourd’hui, ô Ḥāʾid. » Il demanda : « Que verrai‑je ? » Il répondit : « L’orbe (al-falak) où tournent le soleil et la lune qui ressemble à une meule. » Il dit : « Je voudrais la chevaucher et y tourner. » Certains savants disent qu’il la chevaucha au point de faire un tour du monde, d’autres disent qu’il n’y monta pas.
« Ô Ḥāʾid, lui dit l’ange, je t’apporterai des provisions venant du Paradis, auxquelles [154v] rien de ce monde n’est préférable, car il ne convient pas à quelque chose qui ne dure qu’un temps d’être préférée à quelque chose de paradisiaque ». Pendant qu’il était ainsi arrêté, tout à coup tomba sur lui une grappe de raisin de trois sortes : une, couleur verte émeraude, une rouge rubis et une de la blancheur d’une perle. « Ô, Ḥāʾid, continua‑t‑il, ceux‑ci sont des fruits verts provenant du Paradis, il n’y a pas de meilleurs qu’eux. Retourne, ô Ḥāʾid, la connaissance du Nil t’est maintenant acquise. De ces trois rivières qui ont un peu d’eau, l’une est l’Euphrate, l’autre est le Tigre, la dernière le Ceyhan. Retourne ! » Il repartit jusqu’à arriver à la monture qu’il enfourcha. Lorsque le soleil se coucha, [l’animal] s’élança avec lui depuis le bord de la mer et il arriva jusqu’à ʿImrān. Il découvrit que la vie l’avait quitté. Il l’ensevelit et resta auprès de sa tombe trois [jours]. Une personne d’apparence humaine s’avança, elle pleura pour ʿImrān. Puis, elle s’approcha de Ḥāʾid et le salua. Elle lui dit : « Ô, Ḥāʾid, quelle est ton affaire, que sais-tu du Nil ? » Il l’en informa. Lorsqu’il l’eut mis au courant, l’homme dit : « Nous l’avons trouvé ainsi dans les livres. » Ensuite, les pommes mûrirent sous ses yeux. « Pourquoi n’en manges‑tu pas ? », lui demanda‑t‑il. « J’ai des provisions reçues du Paradis et on m’a défendu de leur préférer quoi que ce soit de séculier », lui répondit Ḥāʾid. « Tu dis vrai, lui rétorqua l’homme, il ne convient pas à quelque chose de mondain d’être préféré à quelque chose de paradisiaque. As-tu déjà vu dans le monde quelque chose comparable à ces pommes ? En effet, on les a apportées sur la terre, elles ne sont pas de ce monde. Cet arbre provient du Paradis. Allāh l’a fait descendre pour que ʿImrān en mange et ce qui en reste n’est à personne d’autre que toi. Si tu en étais le propriétaire, tu y monterais. » Elles ne cessèrent de mûrir devant ses yeux jusqu’à ce qu’il en prenne une et qu’il y morde à pleines dents. Dès que Ḥāʾid eut mordu, il mordit en fait dans sa main ! Et un ange lui cria : « Je l’ai reconnu comme celui qui chassa ton père [Adam] du Paradis ; quant à toi, si tu avais préservé ce qui était avec toi, alors la population du monde en aurait mangé avant que tu ne disparaisses. Il revenait à tes peines que cette aventure t’arrive et aux siennes que cela lui parvienne ! » Ḥāʾid progressa jusqu’à rentrer en Égypte et informa [les Égyptiens] de l’aventure. Ḥāʾid mourut en Égypte.

Commentaire

  • 21 Al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd, p. 50.
  • 22 Nous renvoyons ici globalement à Genette (2007).

6Al-Manūfī21 explique qu’il ne faut pas se fier à cette ḥikāya, car le Paradis est au ciel et non sur la terre ! Nous ne discuterons pas ces arguments pour tenter de comprendre l’origine de cette histoire, en commençant par son aspect narratologique22. Remarquons que le narrateur est omniscient (focalisation zéro) et extérieur à l’histoire (il est donc hétérodiégétique). Il alterne sommaires de situation et discours directs avec dialogue. Quant à la trame développée, c’est celle du voyage initiatique du héros qui finit par recevoir une mission. Le héros rencontre d’abord un adjuvant (le vieillard ʿImrān) qui lui révèle sa mission et lui donne le moyen de la réaliser avec un engagement de sa part – revenir près de lui ou l’enterrer le cas échéant. Ce voyage a pour but de trouver les sources du Nil, en fait le Paradis. La progression se fait en traversant des terres de plus en plus précieuses. Le héros rencontre les quatre fleuves sortant du Paradis, dont le Nil. L’intuition du narrateur quant à l’importance du Paradis dans le cosmos, mais son ignorance quant au détail sont élégamment traitées. Un humain ne peut évidemment pas entrer et sortir du Paradis à sa guise avant le jugement dernier, et le narrateur laisse planer l’incertitude sur le comportement de Ḥāʾid. Au retour, le héros rapporte un objet magique (des fruits paradisiaques) et un interdit, qui sera transgressé après réalisation du premier engagement (l’ensevelissement de ʿImrān). Le héros est mis au courant de son échec.

  • 23 Élisséeff 1949, p. 168, p. 99, p. 170.

7D’une manière générale, on retrouve les motifs23 du voyage merveilleux, de la monture fabuleuse et du vieillard qui aide. Cette narration revêt néanmoins une valeur morale, de sorte que la qiṣṣa devient ʿibra : le héros s’est laissé tenter par Satan et le fruit que ce dernier lui offrit disparut à l’instant même où il voulut y mordre. La moralité de l’histoire est claire : les tentations du Malin sont illusoires. Aurait‑il pu en être autrement ? Sans doute pas, car dans cet univers diégétique, le Paradis est déjà l’autre monde, et on n’en rapporte rien ici‑bas.

  • 24 Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar, p. 64.

8Dans le détail, le choix des intervenants marque une construction subtile de la narration : le premier rapporteur est Layṯ ibn Saʿd (94/713‑175/791) qui est tābiʿ soit un épigone formé par un compagnon du Prophète et important traditionniste, mais surtout ici significatif parce que né et actif en Égypte. En revanche, le héros est un personnage très secondaire, Ḥāʾid ibn Abī Sālūm est le petit‑fils d’Ésaü, fils d’Isaac. L’aboutissement de sa quête, le Nil sortant du Paradis, s’ancre dans un contexte déjà structuré. En effet, le texte coranique fait allusion, mais sans les nommer, à quatre fleuves paradisiaques {Il y aura là des fleuves dont l’eau est incorruptible, des fleuves de lait au goût inaltérable, des fleuves de vin, délices pour ceux qui en boivent, des fleuves de miel purifié} (XLVII, 15). Cette répartition peut être rapprochée du texte biblique (Genèse, II, 11‑14) où quatre fleuves sont nommés : le Pishôn, le Gihôn, le Tigre et l’Euphrate. Le premier n’est pas identifié tandis que le second l’est avec le Nil dans la tradition chrétienne et avec l’Oxus/Amû Darya dans la tradition musulmane, le Ǧayhūn. La tradition est cependant flottante, Ibn al‑Faqīh24 cite nommément le Nil parmi les quatre rivières du Paradis.

  • 25 Ducène 2017, p. 57.
  • 26 Carra de Vaux, L’Abrégé des merveilles, p. 67-68.
  • 27 Kramers, « al-Nīl », EI2, 1993, p. 40.
  • 28 Ibn Iyās, Nuzhat al-umam, p. 71.
  • 29 Miquel 1975, p. 490-495.
  • 30 Horowitz 1998.
  • 31 Sauzeau, Sauzeau 2002.
  • 32 During, Sellheim, « Samāʿ», EI2, 1995, p. 1052-1064. Heinen 1982, p. 196-197 ; Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣ (...)
  • 33 Helck, Otto 1975-1992, I, col. 350-352.
  • 34 D’Huy 2020, p. 165-174.

9Quant à la géographie, elle est ici mythique. Si le narrateur énonce bien que le Nil impressionne Ḥāʾid en Égypte et que celui‑ci veut dès lors en remonter le cours pour en découvrir la source, le reste s’attache à un imaginaire difficile à identifier, mais qui rompt tout à fait avec celui qui reprenait les monts de la Lune comme source du fleuve. Ainsi, à mi‑chemin sur ce périple, Ḥāʾid arrive à une mer que le Nil traverse et qui est appelée mer « Verte ». Cette dénomination n’est pas inconnue, mais elle désigne spécifiquement l’extrémité de la mer Rouge, soit le golfe de Berbera et reprend une dénomination grecque25, quoiqu’elle soit d’usage rare. On la retrouve aussi dans une géographie plus imaginaire pour désigner une mer asiatique parsemée d’îles donnant à voir des merveilles26, mais en aucune manière elle n’est mise en relation avec le Nil. Il reste aussi difficile à comprendre pourquoi le Nil traverserait cette mer. Kramers27 y voit le souvenir de la position du Paradis à l’extrême Orient et de la nécessité de faire traverser au Nil une partie de l’océan Indien. Ibn Iyās28, dans sa version, dénomme cette mer « Obscure » (baḥr al-muẓlim), soit cet océan Enténébré censé entourer le disque de l’œkoumène, car il avait perçu que l’on sortait avec ce détail du monde connu, d’ici-bas, pour un ailleurs. Et de fait, les quatre « terres » suivantes que le héros doit traverser ou plutôt survoler, de plus en plus précieuses, plus on s’approche du Paradis semblent être un unicum dans la géographie mythique de l’islam. Certes, des pays de métal apparaissent à la limite du monde connu dans la littérature géographique arabe29 mais le contexte de leur découverte et l’impossibilité de leur exploration les font appartenir aux pays légendaires. Par ailleurs, la métaphore de la hiérarchie de métaux – fer, cuivre, argent et or – pour exprimer une gradation est ancienne en littérature, elle se retrouve tant chez Hésiode (Les Travaux et les jours, v 106‑201) que dans la statue des quatre métaux de Daniel (2, 37‑38), mais nullement en Mésopotamie30, ni dans la littérature pseudépigraphique (Livre d’Hénoch, Livre des Jubilés) qui développent néanmoins une géographie. Cette hiérarchie symbolique des métaux serait, in fine, indo‑européenne31, ce qui rend sa présence dans cette quête d’autant plus étonnante. Dans ce texte‑ci, dans un contexte de traditions judéo-chrétiennes, on se serait attendu à la tradition des sept terres, des sept mers et des sept cieux, bien attestée dans les cosmologies32 musulmanes, se faisant l’écho de versets coraniques (II, 29 ; XXIII, 86/88, et passim) ; or, c’est une notion distincte qui fait son apparition. Quoi qu’il en soit, ces « terres » métalliques font entrer le lecteur dans un univers – ou techniquement une diégèse – merveilleus(e). Ḥāʾid ibn Sālūm, tout en remontant le Nil, quitte le monde commun pour entrer dans un ailleurs, matériellement et symboliquement séparé de ce bas‑monde. Dans tous les cas, l’or reste associé au plus précieux, au plus puissant, au plus sacré, ici au Paradis. Enfin, si on veut accorder un semblant de logique à la direction prise par l’animal fabuleux pour atteindre le Paradis, dans la mesure où cette bête veut dévorer le soleil de son lever à son coucher, on irait logiquement de plus en plus à l’ouest, le Paradis se retrouvant à l’extrême‑Occident, mais faut‑il être aussi rationnel ? Revenons‑en à cet animal étrange, un indice pourrait à la rigueur être considéré comme évocateur du milieu égyptien, cet animal fabuleux fait penser à Apophis33, grand serpent s’attaquant quotidiennement à la barque solaire du dieu Rê, mais l’animal n’a jamais servi de monture à personne. Doit‑on cependant être aussi scrupuleux dans l’identification de l’animal quand on sait qu’il est présent dans des imaginaires africains ou asiatiques34 ?

  • 35 Al-Ṭabarī, Tafsīr I, p. 231-233 ; Heller 1928, p. 115 ; Epstein-Halevy, « Adam », EncJud, 1972, p.  (...)
  • 36 Mangenot 1895, I, col. 895-897.
  • 37 Croq 2021, II, p. 95-99.

10Quant aux fruits paradisiaques, peuvent-ils nous éclairer ? La pomme qui est l’objet de la tentation et fait échouer Ḥāʾid rappelle la pomme d’Adam ; or, c’est bien la tradition chrétienne qui spécifie ainsi le fruit que le texte biblique (Genèse, III, 3‑6) n’identifie pas (perî en hébreu, karpos dans la Septante et fructus dans la Vulgate), les commentateurs juifs y ont vu du raisin, du froment, un citron et des figues, alors que les musulmans penchaient plutôt pour un épi de blé, du froment, de la vigne ou du raisin35. Or, une confusion apparaît chez certains commentateurs entre ce fruit et le pommier dont il est question au Cantique des cantiques (VIII, 5)36, d’où la pomme dans la tradition populaire. Alice Croq37 a montré que les trois pommes apparaissaient souvent – mais pas uniquement – comme fruits paradisiaques rapportés par des héros pour prouver la réalité de leur voyage céleste, quoique ces fruits soient régulièrement entourés de tabous.

  • 38 Ginzberg II, 1998, p. 172-174.
  • 39 Penskaya 2018, p. 149-151.

11Sans être confus, ce conte est touffu de références qui trouvent des échos dans de multiples aires culturelles. C’est en vain que l’on se tournerait vers la littérature targumique ou chrétienne tardo‑antique narrative (La caverne des trésors, Le livre de l’abeille) pour trouver des parallèles à cette histoire. Le légendaire juif fournit bien quelques données quant à la descendance d’Ésaü38, mais rien de semblable avec cette aventure. La littérature hagiographique byzantine39 a également exploité le motif général des objets magiques rapportés du paradis, mais aucun rapprochement générique ne peut être mis en lumière.

12En plus, les descendants d’Ésaü ne s’installent nullement en Égypte (Genèse, XXXVI), contrairement à celle de Joseph d’ailleurs. Enfin, on peut se demander si cette histoire est réellement née de l’imagination d’un Égyptien et n’aurait pas été plutôt imaginée dans les milieux urbains au cœur du califat, où des traditions distinctes mais apparentées se côtoyaient ? En effet, si al‑Masʿūdī et al‑Muqaddasī sont bien passés par Fusṭāṭ, ils ne présentent nullement l’Égypte comme le berceau de cette tradition. Ibn al‑Qāṣṣ, quant à lui, a vécu dans les provinces iraniennes et l’Abrégé des merveilles a peut‑être été élaboré à Bagdad. Certes, le premier rapporteur est bien Saʿd ibn Layṯ, mais cette paternité serait bien une légitimation a posteriori. Que l’histoire ait été diffusée en Égypte, à l’époque mamelouke, indique bien, alors, une évolution dans les mentalités, à savoir une insistance mise sur la « fortune » de l’Égypte qui est marquée par ce fleuve réellement paradisiaque et théâtre dans un temps immémorial d’une visite extraordinaire. Le héros, Ḥāʾib ibn Sālūm, n’a pas gardé cette aventure pour lui‑même, mais l’a fait connaître aux Égyptiens.

  • 40 Chelhod 1967, p. 187-189, 194 ; Norris 1989, p. 147-148 ; Gažáková 2014, p. 74.

13À défaut de pouvoir mieux caractériser la préhistoire de cette narration, on peut remarquer qu’elle partage les caractéristiques des qiṣaṣ alanbiyāʾ bien qu’elle ne fasse pas partie des recueils bien connus d’al‑Kisāʾī et d’al‑Ṯaʿalabī. Nous retrouvons un rapporteur historique identifiable, des acteurs appartenant à la protohistoire de la révélation ainsi que des procédés narratologiques semblables. Surtout, ces qiṣaṣ alanbiyāʾ comblent les silences de l’histoire savante par les ressorts de l’aventure et de l’insolite dans un esprit de tradition populaire. À ce propos, il est à souligner qu’une aventure semblable à celle de Ḥāʾid est contée dans un épisode de Sīrat de Sayf ibn Ḏī Yazan40 – composée dans l’Égypte mamelouke –, où le héros reçoit comme épreuve d’aller chercher un ouvrage intitulé l’Histoire du Nil. Sur le conseil d’un anachorète, il doit alors chevaucher un monstre désirant dévorer le soleil pour traverser une mer. Plus tard, en d’autres circonstances, Sayf Ibn Ḏī Yazan aperçoit le Paradis et les quatre fleuves qui en sortent sous la même forme que Ḥāʾid ibn Sālūm. L’emprunt de ces motifs prouve, s’il en fallait encore, que nous sommes ici en présence d’un type de récit ressortissant à la littérature populaire, mais qui paraît bien original avec cette thématique. Sur le modèle du voyage initiatique, l’aventure de Ḥāʾid ibn Sālūm donne aux sources du Nil une géographie alternative au modèle des monts de la Lune d’origine ptoléméenne lui procurant une formulation conforme à l’origine supposée paradisiaque du fleuve.

Haut de page

Bibliographie

Instruments de travail

EI2 = Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, 1960‑2007.

      H. Kramers, « al‑Nīl », VII, 1993, p. 38‑43.

      J. During, R. Sellheim, « Samāʿ», VIII, 1995, p. 1052‑1064.

      EncJud = Encyclopaedia Judaica, 16 vol., Jérusalem, 1972‑1994.

      E. Epstein-Halevy, « Adam », II, 1972, p. 234‑238.

Sources

Carra de Vaux, L’Abrégé des Merveilles
B. Carra de Vaux (trad.), L’Abrégé des Merveilles, Paris 1984.

Heinen 1982
A.M. Heinen, Islamic Cosmology. A Study of as‑Suyūṭī’s al‑Hayʾa as‑sanīya fī l‑hayʾa as‑sunnīya, Beyrouth, 1982.

Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar kitāb al-buldān
Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar kitāb al-buldān, M. De Goeje (éd.), Leyde, 1885.

Ibn Iyās, Nuzhat al-umam
Ibn Iyās, Nuzhat al-umam al‑ʿaǧāʾib wa‑l‑ḥikam, Le Caire, 1995.

Ibn Ẓāhira, al-Faḍāʾil
Ibn Ẓāhira, al-Faḍāʾil al-bāhira fī maḥāsin Miṣr wa‑l‑Qāhira, Le Caire, 1969.

al-Manūfī, al-Fayd al-madīd
al-Manūfī, al-Fayd al-madīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd, M. al‑Zāhī (éd.), Beyrouth, 2018.

al-Masʿūdī, Les Prairies d’or
al-Masʿūdī, Les Prairies d’or, Ch. Pellat (trad.), Paris, 1962.

al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm
al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm fī maʿrifat al-aqālīm, M. De Goeje (éd.), Leyde, 1906.

al-Ṭabarī, Ǧāmi ʿal-bayān
al-Ṭabarī, Ǧāmi ʿalbayān ʿan taʾwīl ayy alQurʾān, Le Caire, 1968, 30 vol.

Yāqūt, Muʿǧam al-buldān
Yāqūt, Muʿǧam al-buldān, F. al‑Ǧundī (éd.), 1993, 7 vol.

Études

Bargès 1837
J.J.L. Bargès, « Les sources du Nil. Extrait d’un manuscrit intitulé Kitāb alfaiḍ almadīd fī aḫbār anNīl asSaʿīd. Le livre du courant étendu, traitant de tout ce qui se rapporte à l’heureux Nil », JournAs III, 3e série, 1837, p. 97‑164.

Chelhod 1967
J. Chelhod, « La geste de roi Sayf », Revue de l’histoire des religions 171, 2, 1967, p. 181‑205.

Croq 2021
A. Croq, La représentation de l’audelà chez les chrétiens de Syro-Mésopotamie durant les premiers siècles de l’Islam à partir de l’édition critique de l’Apocalypse de Grégoire d’Édesse, thèse de doctorat, PSL Université Paris, 2021.

D’Huy 2020
J. D’Huy, Cosmognies. La Préhistoire des mythes, Paris, 2020.

Ducène 2001
J.-Ch. Ducène, « Le kitāb dalāʾil al-qibla : analyse de trois manuscrits et des emprunts d’Abū Ḥāmid al‑Ġarnāṭī », Zeitschrift für Geschichte der ArabischIslamischen Wissenschaften 14, 2001, p. 169‑187.

Ducène 2017
J.-Ch. Ducène, « Forme de l’océan Indien dans la cartographie arabe », dans E. Vagnon, E. Vallet (éd.), La fabrique de l’océan Indien. Cartes d’Orient et d’Occident (Antiquitéxvie siècle), Paris, 2017, p. 57‑71.

Ducène 2018
J.-Ch. Ducène, « Philologie arabe », Annuaire de l’École Pratique des Hautes Études. Résumés des conférences et travaux. 149e année, 2016-2017, 2018, p. 45‑51.

Élisséeff 1949
Élisséeff N., Thèmes et motifs des Mille et une Nuits, Damas, 1949.

Gažáková 2014
Z. Gažáková, « The Legendary Ḥimyarite Origin of Some African Dynasties and Tribes: A Case Study of Sīrat Sayf b. Dī Yazan », dans V. Pawliková‑Vilhanová, S. Moumouni (éd.), Voices of Africa’s pasts, Bratislava, 2014, p. 61‑77.

Genette 2007
G. Genette, Discours du récit, Paris, 2007.

Ginzberg 1998
L. Ginzberg, Les légendes des Juifs, Paris, 1998.

Helck, Otto 1975-1992
W. Helck, E. Otto (éd.), Lexikon der Ägyptologie, Wiesbaden, 1975‑1992, 7 vol.

Heller 1928
B. Heller, « Récits et personnages bibliques dans légende mahométane », Revue des Études juives 85, 170, 1928, p. 113‑136.

Horowitz 1998
W. Horowitz, Mesopotamian Cosmic Geography, Winona Lake, Ind., 1998.

Mangenot 1895-1908
A. Mangenot, « Arbres de la vie et de la science du bien et du mal », dans F. Vigouroux (éd.), Dictionnaire de la Bible, 1895‑1908, Paris, 10 vol. (5 t.).

Miquel 1975
A. Miquel, La géographie humaine du monde musulman jusqu’au milieu du 11e siècle, vol. 2 : Géographie arabe et représentation du monde : la terre et l’étranger, Paris, 1975.

Norris 1989
H.T. Norris, « Sayf b. Ḏī Yazan and the Book of the History of the Nile », Quaderni di Studi Arabi 7, 1989, p. 125‑151.

Penskaya 2018
D. Penskaya, « Hagiography and Fairytale Paradise and the Land of the Blessed in Byzantium », dans A. Rigo, M. Trizio, E. Despotakis (éd.), Byzantine Hagiography. Texts, Themes and Projects, Turhnout, 2018, p. 141‑155.

Reinaud 1848
M. Reinaud, Géographie d’Aboulféda, vol. 1 : Introduction générale à la géographie des Orientaux, Paris, 1848.

Sauzeau, Sauzeau 2002
P. Sauzeau, A. Sauzeau, « Le symbolisme des métaux et le mythe des races métalliques », Revue d’histoire des religions 219, 3, 2002, p. 259‑297.

Sezgin 1989
F. Sezgin, « Kitāb Dalāʾil al‑qibla li‑Ibn al‑Qāṣṣ. Ar‑riwāya aṯ‑ṯāniya (Das Buch über die Orienttierung nach Mekka von Ibn al‑Qāṣṣ. Zweite Version) », Zeitschrift für Geschichte der ArabischIslamischen Wissenschaften 5, 1989, p. 5‑61 (partie arabe).

Toussoun 1925
O. Toussoun, Mémoire sur l’histoire du Nil, Le Caire, 1925.

Haut de page

Notes

1 Ducène 2001. À cette époque, nous pensions qu’Abū Ḥāmid al-Ġarnāṭī avait emprunté à Ibn al-Qāṣṣ une partie du matériau géographique de son Muʿrib ʿan baʿḍ ʿaǧāʾib al-Maġrib (« Expression claire de quelques merveilles du Maghreb ») selon le manuscrit de Madrid, Real Academia de la Historia, Gayangos, XXXIV. Mais par la suite, nous nous sommes rendu compte que les cahiers, dans leur désordre, mêlaient en réalité les deux œuvres. Il faut par ailleurs distinguer dans la liste des manuscrits énumérés dans ce travail le Dār al-kutub mīqāt 1201 et le Dār al-kutub Aḥmad Taymur 103.

2 Sezgin 1989. Le manuscrit est écrit d’une seule main, en l’occurrence de 30 lignes par page, en un taʿlīq dont le trait d’écriture est assez épais et peu délié. Le coin inférieur gauche du verso montre une réclame oblique qui annonce le premier mot du recto correspondant. Il possède un certain nombre de points diacritiques qui sont parfois amalgamés. L’épaisseur du trait entraîne un empâtement des boucles de certaines lettres (ʾ, ʿayn, ṭāʾ, mīm, etc.)

3 Al-Masʿūdī, Les Prairies I, p. 111 (§ 288).

4 Al-Muqaddasī, Aḥsan al-taqāsīm, p. 21-22.

5 Carra de Vaux, L’Abrégé des merveilles, p. 297-301 ; Sezgin 1993, p. 31-32.

6 Yāqūt, Muʿǧam al-buldān V, p. 389 ; Toussoun 1925, p. 35-38.

7 Ibn Ẓāhira, al-Faḍāʾil, p. 171-174.

8 Je remercie Robin Seignobos de m’avoir donné à connaître ce manuscrit.

9 Heinen 1982, p. 174 et p. 37 pour Abū Šayḫ.

10 Al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd, p. 48-50 ; Bargès 1837, p. 131-136.

11 Ibn Iyās, Nuzhat al-umam, p. 71.

12 Sezgin 1989, p. 14.

13 Ms : القو.

14 Ms : أحد.

15 Ms : تحمل.

16 Ms : شيء .

17 Cette affirmation s’appuie sur l’interprétation de fleuves aperçus en Afrique de l’Est, comme le Jubba ou la Webi Shabeelle, comme provenant du bassin nilotique.

18 Cette notion géographique est issue de l’influence de la littérature astronomique indienne sur la géographie arabe. Il s’agit d’une île imaginaire que les astronomes indiens situaient sur l’équateur, au croisement avec le méridien central qu’ils utilisaient comme référence pour leur latitude. Ce méridien passait notamment par Ujjain. Le croisement des deux lignes imaginaires était situé dans l’océan Indien, ce qui explique sa situation dans notre texte, Reinaud 1848, p. 240-248.

19 Le terme qui suit est isnādihi est lisiblement līn, ce qui n’a pas de sens ici.

20 L’expression veut dire littéralement « un tel », de manière indéterminée. Ici, la généalogie est volontairement non établie.

21 Al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd, p. 50.

22 Nous renvoyons ici globalement à Genette (2007).

23 Élisséeff 1949, p. 168, p. 99, p. 170.

24 Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar, p. 64.

25 Ducène 2017, p. 57.

26 Carra de Vaux, L’Abrégé des merveilles, p. 67-68.

27 Kramers, « al-Nīl », EI2, 1993, p. 40.

28 Ibn Iyās, Nuzhat al-umam, p. 71.

29 Miquel 1975, p. 490-495.

30 Horowitz 1998.

31 Sauzeau, Sauzeau 2002.

32 During, Sellheim, « Samāʿ», EI2, 1995, p. 1052-1064. Heinen 1982, p. 196-197 ; Ibn al-Faqīh, Muḫtaṣar kitāb al-buldān, p. 3 ; al-Masʿūdī, Les Prairies I, p. 22 ; Ducène 2018, p. 48-51.

33 Helck, Otto 1975-1992, I, col. 350-352.

34 D’Huy 2020, p. 165-174.

35 Al-Ṭabarī, Tafsīr I, p. 231-233 ; Heller 1928, p. 115 ; Epstein-Halevy, « Adam », EncJud, 1972, p. 234-238.

36 Mangenot 1895, I, col. 895-897.

37 Croq 2021, II, p. 95-99.

38 Ginzberg II, 1998, p. 172-174.

39 Penskaya 2018, p. 149-151.

40 Chelhod 1967, p. 187-189, 194 ; Norris 1989, p. 147-148 ; Gažáková 2014, p. 74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Ducène, « Comment s’approcher des sources paradisiaques du Nil. L’exploration de Ḥāʾid ibn Abī Sālūm »Annales islamologiques, 57 | 2023, 13-25.

Référence électronique

Jean-Charles Ducène, « Comment s’approcher des sources paradisiaques du Nil. L’exploration de Ḥāʾid ibn Abī Sālūm »Annales islamologiques [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anisl/12473 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anisl.12473

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Ducène

EPHE/PSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search