Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57Dossier – Le Nil dans la culture ...À l’encre du Nil. Le Fayḍ al‑madī...

Dossier – Le Nil dans la culture médiévale Regards croisés d’Orient et d’Occident (xe-xvie siècle)

À l’encre du Nil. Le Fayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī (m. 927/1521 ou 931/1524‑1525)

In the Ink of the Nile. The Fayḍ al-madīd fī aḫbār al-Nīl al-saʿīd by Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī (d. 927/1521 or 931/1524–1525)
بمداد النيل. الفيض المديد في أخبار النيل السعيد لابن عبد السلام المنوفي (المتوفى سنة 927هـ/1521م أو 931هـ/1524-1525م)
Robin Seignobos
p. 27-51

Résumés

Dès les ixe-xe siècles, le Nil est célébré dans la littérature égyptienne d’expression arabe comme la plus remarquable des innombrables merveilles de l’Égypte. Il faut pourtant attendre l’époque mamelouke pour que se multiplient les traités spécifiquement consacrés au « fleuve béni », formant alors un sous-genre autonome dérivé de la tradition des « mérites supérieurs de l’Égypte » (faḍāʾil Miṣr). Malgré l’attention ponctuelle et limitée que leur a accordée la recherche moderne, cette étude plaide en faveur d’une exploration plus attentive de ce corpus en prenant pour cas d’étude l’un des témoins les plus tardifs de cette tradition : le Fayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī (m. 927/1521 ou 931/1524‑1525). Après avoir rassemblé les informations dont nous disposons sur la vie et l’œuvre de ce savant méconnu, ce travail entend poser les premiers jalons d’une étude approfondie de ce traité. Nous aborderons d’abord la question des manuscrits et de la chronologie de rédaction de l’œuvre avant de livrer un aperçu d’ensemble de sa structure et de son contenu. Nous nous intéresserons enfin à la méthode de travail de l’auteur à partir de l’analyse d’un échantillon d’extraits révélateurs de l’ambivalence de son positionnement vis‑à‑vis des « autorités » qu'il convoque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Conermann 2013 ; Seignobos 2017.
  • 2 Haarmann 1980.

1Si le Nil a exercé une fascination durable sur les savants de l’Antiquité gréco-romaine et du monde latin médiéval, la place qu’il occupait dans la culture géographique n’était évidemment pas la même qu’en Égypte où le Nil était une réalité quotidienne. Pour autant, cette familiarité n’a pas amoindri, loin de là, son statut de merveille absolue de l’Égypte. Pour les lettrés égyptiens, la singularité du Nil est bien la manifestation éclatante de la supériorité de l’Égypte sur les autres régions du Dār al‑Islām et le signe indéniable de la place éminente que celle-ci occupe dans l’histoire de la Révélation. Ce prestige du Nil, au même titre que celui des monuments de son passé pharaonique, rejaillit sur les riverains du « fleuve béni », contribuant ainsi à faire du Nil un véritable « lieu de mémoire1 » autour duquel se cristallise un « sentiment d’appartenance régionale2 », voire de « fierté nationale ».

  • 3 Muhanna 2017.

2La période mamelouke constitue, à cet égard, un moment privilégié d’observation de ce processus d’appropriation culturelle car c’est à cette époque que fleurit dans la production littéraire arabe d’Égypte un genre nouveau, celui des traités spécialement dédiés au Nil. Ce corpus n’a pourtant guère retenu l’attention de la recherche moderne en raison sans doute du caractère relativement tardif et souvent compilatoire de ces textes présageant d’une originalité limitée de leur contenu. On objectera à cette appréciation un peu rapide que le critère de l’originalité est avant tout celui de l’historien ou du philologue moderne et que ce n’est certainement pas celui qui a guidé la rédaction de ces traités. La méthode de nos auteurs se fonde en effet sur une sélection et un assemblage de citations, parfois entremêlés des additions personnelles de l’auteur, le tout formant un propos cohérent qui ne prend sens que dans le plan d’ensemble décidé par ce dernier. Des travaux récents, comme celui d’Elias Muhanna sur l’encyclopédisme mamelouk3, ont amplement démontré que c’est à l’aune du projet de l’auteur qu’il convient d’apprécier la valeur d’une œuvre historique, encyclopédique ou littéraire et non pas seulement au regard de l’originalité de son contenu. Toutefois, et même si l’on retient ce seul critère d’évaluation, ces ouvrages n’en réservent pas moins d’heureuses surprises grâce à l’incorporation de citations d’auteurs dont les écrits ne sont pas parvenus jusqu’à nous ou par l’originalité et la pertinence des observations et commentaires insérés par le « compilateur ».

3C’est dans cette perspective que nous proposons d’aborder l’un des témoins les plus tardifs de cette tradition à l’époque mamelouke à savoir le Fayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī (m. 927/1521 ou 931/1524‑1525). Mais avant de nous pencher sur cet auteur méconnu, il convient d’aborder brièvement la genèse de ce genre spécifique, qui n’émerge pas ex nihilo à l’époque mamelouke, mais s’inscrit dans une tradition remontant aux débuts de la littérature historique égyptienne d’expression arabe.

La littérature arabe sur le Nil : genèse et développement d’un genre

  • 4 Conermann 2013, p. 315‑316. Sur ce genre et ses développements voir Weintritt (2016).
  • 5 Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Futūḥ Miṣr waaḫbaruhā (éd. C.C. Torrey).
  • 6 Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr waaḫbāruhā.
  • 7 Ibn al-Kindī, Faḍāʾil Miṣr.

4Comme l’a proposé Stefan Conermann, l’un des rares chercheurs à s’être intéressé à cette littérature nilotique, les racines du genre sont à rechercher dans la tradition littéraire des faḍāʾil (sing. faḍīla), ayant pour objet la célébration des « mérites supérieurs » ou « excellences » d’un peuple, d’une ville ou d’un pays4. L’Égypte n’en a certes ni la primeur ni le monopole mais on s’accorde à reconnaître que c’est dans la vallée du Nil que celle‑ci s’est épanouie le plus précocement et qu’elle a connu la fortune la plus durable. Dès le ixe siècle, on trouve en effet dans le Kitāb futūḥ Miṣr d’Ibn ʿAbd al‑Ḥakam (m. 257/871) un chapitre spécialement consacré aux faḍāʾil de l’Égypte5. Il faut cependant attendre la fin du siècle suivant pour voir apparaître les premières œuvres exclusivement dédiées à ce thème avec les Faḍāʾil Miṣr d’Ibn Zūlāq (m. 386/996)6 et l’ouvrage quasi homonyme d’Ibn al‑Kindī (fin xe siècle)7. Bien qu’il s’agisse de deux traités indépendants, leur contenu et leur plan se recoupent largement si bien que l’on y retrouve essentiellement les mêmes éléments. Le propos s’ouvre sur les mentions de l’Égypte dans le Coran et les ḥadīṯ, se poursuit avec l’énumération des compagnons du Prophète, souverains, califes, savants, ascètes et poètes qui ont vécu ou séjourné en Égypte, et vient s’achever sur une série de chapitres plus directement consacrés à la géographie égyptienne et à ses particularités.

  • 8 Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr waaḫbāruhā, p. 74‑79 ; Ibn al‑Kindī, Faḍāʾil Miṣr, p. 40‑44.

5C’est dans cette dernière partie que figure, dans les deux ouvrages, un chapitre sur le Nil dans lequel sont abordés quelques-uns des thèmes qui seront développés dans la littérature spécialisée plus tardive8 : l’origine paradisiaque du Nil, sa supériorité par rapport aux autres fleuves, les causes de sa crue, les nilomètres, les poèmes composés à sa gloire, etc. Le Nil ne constitue toutefois qu’une « excellence » de l’Égypte parmi d’autres, au même titre, par exemple, que le mont Muqaṭṭam ou les pyramides auxquelles est d’ailleurs consacré un nombre équivalent de pages.

  • 9 Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr waaḫbāruhā, p. 74. Plutôt qu’une œuvre originale, R. Gottheil était enclin (...)
  • 10 Ruska, Kahl, « al‑Tīfāshī », EI2, 1998, p. 511.
  • 11 Kramers, « al‑Nil », EI2, 1995, p. 38‑43 ; Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf al-ẓunūn, vol. 2, p. 149. Ces fragmen (...)
  • 12 Yarbrough 2013, p. 138‑144 ; al‑Ṣafadī, Kitāb alwāfī bilwafayāt, vol. 3, p. 527 ; Ḥāǧǧī Ḫalīf (...)

6Ibn Zūlāq précise néanmoins, au début de son chapitre, qu’il avait déjà composé un ouvrage distinct sur le Nil dont nous ignorons malheureusement la teneur puisqu’aucun manuscrit ni aucune citation de l’œuvre ne nous sont parvenus9. Il s’agit, quoi qu’il en soit, de la première mention d’une œuvre en langue arabe dont le Nil serait le principal sujet. L’ouvrage le plus ancien dont on a conservé la trace est dû à un auteur égyptien originaire d’Ifrīqiya, al‑Tīfāšī (m. 651/1253), mieux connu pour ses travaux de minéralogie ou ses écrits érotiques10. Il s’agit d’un traité rédigé en prose rimée, intitulé Saǧʿ alhadīl fī aḫbār alNīl, dont quelques citations ont été préservées par des auteurs plus tardifs11. Au siècle suivant, les sources bio‑bibliographiques signalent en outre l’existence d’un traité attribué au polymathe Ibn al‑Durayhim (m. 762/1360‑1361), intitulé alInṣāf bildalīl fī awṣaf alNīl, mais qui n’a, semble‑t‑il, pas été conservé12. On ne peut cependant exclure que des recherches plus approfondies fassent encore apparaître d’autres textes reculant la date d’apparition des premiers témoins puisque aucun inventaire des œuvres appartenant à cette tradition littéraire n’a été entrepris à ce jour.

  • 13 Al-Aqfahsī, Kitāb Aḫbār Nīl Miṣr.
  • 14 L’ouvrage a fait l’objet d’une édition parue en 1864 à laquelle je n’ai pu avoir accès. Al‑Maḥallī, (...)
  • 15 Ce texte est encore inédit. Un manuscrit autographe est conservé à la BnF (ms arabe 2261). Voir GAS (...)
  • 16 Nous disposons pour ce dernier de deux éditions récentes mais peu satisfaisantes : al‑Suyūṭī, Kitāb (...)

7En l’état actuel des recherches, l’œuvre la plus ancienne à nous être parvenue dans son intégralité demeure donc l’opuscule d’Ibn al‑ʿImād al‑Aqfahsī (m. 808/1405), achevé entre la fin du xive et le début du xve siècle13. Son Kitāb aḫbār alNīl, transmis par une dizaine de manuscrits au moins, semble marquer le début d’une vogue nouvelle du genre. Nous connaissons en effet, pour le seul xve siècle, au moins quatre œuvres relevant pleinement de cette tradition. Il s’agit du Qawl almufīd fī alNīl alsaʿīd de Ǧalāl al‑Dīn Muḥammad al‑Maḥallī (m. 864/1459)14, du Nayl alrāʾid fī Nīl alzāʾid d’Aḥmad b. Muḥammad al‑Ḥiǧāzī (m. 875/1470‑1471)15 et surtout de l’imposant Kawkab alRawḍa fī tārīḫ alNīl wa ğazīrat alRawḍa du célèbre al‑Suyūṭī (m. 911/1505)16. C’est toutefois à l’ouvrage de son plus discret contemporain, Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī que nous allons maintenant nous intéresser.

Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī : la vie et l’œuvre d’un ʿālim ordinaire

  • 17 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 181‑182 (no 506). Sur la vie et l’œuvre d’Ibn ʿAbd al‑Sal (...)
  • 18 Al-Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106‑108 (no 279).
  • 19 Paris, BnF, arabe 2078. Sur ce manuscrit et son caractère probablement autographe voir G. Vajda, No (...)
  • 20 Paris, BnF, arabe 2078, f. 28v-29. Ces ajouts sont bien plus substantiels encore pour la notice con (...)

8Les quelques informations dont on dispose sur la vie et la carrière d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī proviennent en premier lieu du dictionnaire biographique d’al‑Saḫāwī (m. 902/1497) qui fut l’un de ses maîtres en ḥadīṯ17. Ce dernier inclut également une longue notice sur son père, ʿIzz al‑Dīn ʿAbd al‑Salām (m. 865/1461), qui contient de précieux renseignements sur son histoire familiale et son milieu d’origine18. On a néanmoins négligé jusqu’à présent de prendre en compte les compléments figurant dans l’abrégé du Ḍawʾ allāmiʿ d’al‑Saḫāwī composé par al‑Manūfī lui‑même, le Badr alṭāliʿ min alḍawʾ al-lāmīʿ, rédigé en 905/1499‑1500, lors de son second séjour à La Mecque. L’ouvrage, encore inédit, est notamment connu par un manuscrit de la Bibliothèque nationale de France, réputé autographe, sur lequel je me fonde ici19. Ibn ʿAbd al‑Salām y a complété plusieurs des notices biographiques sélectionnées – dont la sienne –, en donnant notamment les dates des licences (iǧāza) reçues par certains de ses maîtres, ainsi qu’une liste de ses œuvres accompagnée de quelques commentaires20.

  • 21 al-Ġazzī, Kawākib alsaʾira, vol. 1, p. 156. Sur cet auteur et son œuvre voir Escovitz (1977, p. 51 (...)

9Les sources concernant al‑Manūfī se font en revanche plus discrètes pour la dernière partie de sa vie (après 905/1500) en raison de la raréfaction des recueils biographiques égyptiens couvrant la période postérieure à la conquête ottomane de 1517. Les notices incluses dans les dictionnaires et obituaires plus tardifs, tel celui du Damascène Naǧm al‑Dīn al‑Ġazzī (m. 1061/1651), permettent néanmoins de combler partiellement cette lacune d’autant que ce dernier cite l’ouvrage perdu de Badr al‑Dīn Muḥammad al‑ʿAlāʾi al‑Miṣrī (m. 942/1535) qui affirme avoir rencontré notre auteur21.

  • 22 Halm, « Manūf », EI2, 1991, p. 439.
  • 23 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106. Le terme de ḫirba désignait peut‑être, à l’époque, l (...)
  • 24 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106.

10Šihāb al-Dīn Abū al‑ʿAbbās Aḥmad b. Muḥammad b. Muḥammad Ibn ʿAbd al‑Salām b. Mūsā al‑Manūfī naît le 14 Rabīʿ I 847/12 juillet 1443 à Manūf, dans le sud-ouest du Delta22, au sein d’une famille dont les ancêtres auraient émigré du Maghreb cinq générations auparavant pour s’établir dans une zone inhabitée (ḫirba) aux abords de Manūf puis dans la ville elle‑même23. Nous ignorons de quelle région du Maghreb ses ancêtres ont émigré mais al‑Saḫāwī précise dans la notice consacrée à son père que ce dernier était « d’origine Ṣanhāǧa » (Ṣanhāǧī alaṣl), donc d’ascendance tribale berbère24.

  • 25 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106‑107.
  • 26 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 182.
  • 27 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 182 ; Gibb, « al‑Bulḳīnī », EI2, 1991, p. 1348‑1349. Voir (...)
  • 28 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 182 ; Paris, BnF, arabe 2078, f. 9, 53v‑54.
  • 29 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 6, p. 81‑83.
  • 30 Paris, BnF, arabe 2078, f. f. 28v. Sur ce savant, voir al‑Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 11 (...)
  • 31 Paris, BnF, arabe 2078, f. f. 28v. Rosenthal, « al‑Kāfiyādjī », EI2, 1978, p. 432‑433. Pour plus de (...)

11Al-Manūfī se forme d’abord auprès de son père, modeste savant šāfiʿīte ayant exercé les charges de prédicateur (ḫāṭib) puis de cadi délégué (nāʾib)25, avant de poursuivre son éducation au Caire auprès de nombreux maîtres enseignant dans des domaines aussi divers que la grammaire (alnawḥ), l’arithmétique (alḥisāb) et les parts héréditaires (alfarāʾiḍ), le ḥadīṯ, et surtout la jurisprudence (alfiqh), discipline dans laquelle al‑Manūfī excellait, aux dires d’al‑Saḫāwī26. Comme beaucoup de ses contemporains désireux de s’initier aux arcanes du fiqh šāfiʿite, al‑Manūfī suivit les enseignements prodigués par l’incontournable famille Bulqīnī, en l’occurrence ʿAlam al‑Dīn Ṣalīh b. ʿUmar (m. 868/1464) et son cousin Badr al‑Dīn Abū al‑Saʿādāt Muḥammad (m. 890/1485)27. Il assista également aux leçons de Ǧalāl al‑Dīn Muḥammad al-Bakrī (m. 891/1486)28, dont il semble avoir été proche, et d’autres fuqahāʾ de son temps comme Sirāǧ al‑Dīn ʿUmar al‑ʿAbbādī  (m. 885/1480‑1481)29, Quṭb al‑Dīn Muḥammad al‑Ḫayḍarī (m. 894/1489)30 ou le ḥanafite Muḥammad b. Sulayman al‑Kāfiyāǧī (m. 878/1474)31.

  • 32 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ al-lāmiʿ, vol. 2, p. 182. Geoffroy, « Zakariyyā al‑Anṣārī », EI2, 2005, p. 440
  • 33 Cette information ne figure pas dans la notice que lui a consacrée al‑Saḫāwī, ni dans les complémen (...)
  • 34 Sur ce personnage voir la longue notice que lui a consacrée al‑Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 1, (...)
  • 35 Al-Manūfī indique dans l’introduction de son Badr al-Ṭāliʿ qu’il a rédigé l’ouvrage lors de son sec (...)
  • 36 Al-Ġazzī, Kawākib alsaʾira, vol. 1, p. 156 ; Ibn al‑ʿImād, Šaḏarat alḏahab, vol. 10, p. 207. C’ (...)
  • 37 Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf al-ẓunūn, vol. 4, p. 587 (no 9674) et passim. Cette date est celle retenue par B (...)

12Al-Saḫāwī indique qu’Ibn ʿAbd al‑Salām devint cadi de Manūf, à une date inconnue, et qu’il exerça également au Caire en tant que cadi délégué (nāʾib) de Zayn al‑Dīn Zakariyyā al‑Anṣārī (m. 926/1520), grand cadi šafiʿite de 886/1481 à 906/150032. La charge la plus prestigieuse à laquelle al Manūfi est parvenu à s’élever – là encore à une date inconnue mais sans doute postérieure à l’année 905/1499‑1500 – fut celle d’administrateur (mutawallī) de la Ẓāhiriyya (alẒāhiriyya alqadīma), vénérable madrasa fondée en 660/1262 par le sultan Baybars, dans le quartier de Bayn al‑Qaṣrayn33. Nous savons également qu’il a effectué deux « résidences pieuses » (muǧāwara) à La Mecque : la première en 880-881/1476‑1477, lors de laquelle il compléta sa formation auprès de Burhān al‑Dīn Ibrāhīm Ibn Ẓuhayra, cadi šāfīʿite de La Mecque entre 862/1458 et 891/148634, et la seconde en 905/1499‑1500 où il suivit les enseignements du fils et successeur de ce dernier, Abū al‑Suʿūd Ǧamāl al‑Dīn (m. 906/1501)35. Il termina ses jours dans sa ville natale de Manūf mais ses biographes hésitent quant à la date de son décès que certains placent en 927/152136 et d’autres en 931/1524‑152537 sans que l’on puisse décider laquelle des deux est préférable.

13Les quelques informations dont on dispose laissent ainsi entrevoir l’image d’un ʿālim d’une certaine réputation, bien introduit dans les réseaux savants cairotes et mecquois, mais dont les compétences ou les circonstances ne lui ont pas permis de se hisser au‑dessus de la masse des oulémas de son temps. L’envergure relativement modeste du personnage explique probablement que son œuvre fut peu remarquée de son vivant et peu étudiée par la suite.

  • 38 Saleh 2001.
  • 39 À ma connaissance, outre le Fayḍ almadīd, seul son Nuḍǧ alkalām fī nuṣḥ alimām (no 7) a été disc (...)
  • 40 Comme il l’écrit explicitement dans une de ses notices, Hāǧǧī Ḫalīfa a consulté un manuscrit du Bad (...)
  • 41 Voir néanmoins les quelques manuscrits signalés dans Brockelmann (vol. 2, 2016, p. 331 ; suppl. 2, (...)

14Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī n’en est pas moins l’auteur d’au moins 25 ouvrages, chiffre tout à fait honorable mais à relativiser au regard des centaines de titres attribués au prolifique al‑Suyūṭī, de deux ans son cadet38. L’examen détaillé de son œuvre réclamerait un travail approfondi qui dépasse le cadre de cet article d’autant que la plupart d’entre elles sont inédites39 et que certaines ne nous sont connues que par leur titre qui ne permet pas toujours de déterminer le contenu de l’ouvrage. Nous avons rassemblé en annexe (fig. 1) les informations dont nous disposons en nous fondant sur la liste que l’auteur donne lui-même dans son Badr alṭālīʿ, complétée des notices du Kašf alẓunūn de Ḥāǧǧī Ḫalīfa40. Toutefois, nous n’avons pas entrepris de recenser les manuscrits conservés de ses œuvres, tâche d’une tout autre ampleur qui réclamerait le dépouillement systématique de nombreux catalogues41.

  • 42 Voir fig. 1, no 12.
  • 43 Voir fig. 1, no 10.
  • 44 Voir fig. 1, no 15.
  • 45 Voir fig. 1, nos 16 et 18.
  • 46 Voir fig. 1, no 5, 6, 7. Les rapports entre ses différentes œuvres traitant de ce sujet sont encore (...)
  • 47 Voir fig. 1, no 2.
  • 48 Voir fig. 1, no 3.
  • 49 Voir fig. 1, no 9.
  • 50 Voir fig. 1, no 8.
  • 51 Voir fig. 1, no 19.
  • 52 Voir fig. 1, nos 20 et 21.
  • 53 al-Ġazzī, Kawākib alsaʾira, vol. 1, p. 156.

15Malgré son caractère encore provisoire, cet inventaire permet de cerner les centres d’intérêt de l’auteur largement dominés, sans grande surprise, par les sciences religieuses et le droit šāfīʿite. Comme beaucoup de ses contemporains, sa production est essentiellement celle d’un abréviateur, d’un commentateur et d’un compilateur même si certaines de ses œuvres semblent être des compositions originales. Il est notamment l’auteur de commentaires de manuels de jurisprudence šāfīʿite comme le Muḫtaṣar fī alfiqh d’Abū Šuǧāʿ Aḥmad b. Ḥusayn b. Aḥmad al‑Iṣfahānī (vevie/xiexiie s.)42 ou les Sittūn masʾala fī alfiqh de Šihāb al‑Dīn Aḥmad b. Muḥammad al‑Zāhid (m. 819/1416)43. Il compila également des recueils de consultations juridiques de certains de ses maîtres comme Muḥammad Ǧalāl al‑Dīn al‑Bakrī (m. 891/1486), en compagnie duquel il effectua sa première résidence pieuse à La Mecque44, ou des cadis mecquois Burhān‑Dīn et Ǧamāl al‑Dīn Ibn Ẓuhayra dont al‑Manūfī suivit les enseignements lors de ses deux séjours dans la ville sainte45. Certaines de ses œuvres concernent plus spécifiquement les pratiques religieuses (ʿibādāt) : on lui doit ainsi plusieurs ouvrages sur l’imamat et la conduite de la prière collective46, un autre sur la prière sur le Prophète (taṣliya)47 ou encore un abrégé du Šifāʾ alsiqām fī ziyārat ḫayr alanām de Tāqī al‑Dīn al‑Subkī (m. 756/1355)48 défendant la licéité de la visite au tombeau du Prophète en réponse aux attaques d’Ibn Taymiyya (m. 1228/1328) contre la pratique de la visite pieuse (ziyāra). D’autres touchent même à la théologie et notamment à l’eschatologie comme cela semble être le cas – d’après son titre – de son Iʿlām almaġrūr bibaʿaḍ aḥwāl almawt walqubūr49, ou de son exposé sur les cinq causes de la damnation (halāk) de l’âme50. Son abrégé des Maqāṣid alḥusna de son maître al‑Saḫāwī (m. 902/1497)51 révèle également un intérêt pour le ḥadīṯ tandis que ses deux commentaires des Āǧurrūmiyya, célèbre manuel de grammaire de Muḥammad al‑Ṣanhāǧī (m. 723/1324) dit « Ibn Āǧurrūm », témoignent de son goût pour les subtilités de la langue arabe52. Enfin, Badr al‑Dīn Muḥammad al‑Miṣrī (m. 942/1535) signale qu’il composa aussi des abrégés (muḫtaṣarāt) portant sur l’arithmétique (alḥisāb) et sur les parts héréditaires (alfarāʾiḍ) bien que ces derniers n’apparaissent pas explicitement dans la liste du Badr alṬāliʿ ni dans les notices du Kašf alẒunūn53.

  • 54 Muḥammad al‑Zāhī lui attribue également un abrégé des Durar alkamīna d’Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī inti (...)
  • 55 On remarque cependant parmi les œuvres qui lui sont attribuées un traité intitulé Rawḍ alazhār ʿal (...)

16Le Fayḍ al-madīd fait donc figure d’exception au sein de la production d’al‑Manūfī qui ne comporte – hormis son abrégé du Ḍawʿ allāmi d’al‑Saḫāwī54 – aucune autre œuvre touchant à l’histoire ou à la géographie de l’Égypte55.

Le Fayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd : manuscrits et datation

17Le Fayḍ al-madīd fī aḫbār al-Nīl al-saʿīd est transmis par quatre témoins comprenant un manuscrit probablement holographe, conservé à la Bibliotheca Alexandrina :

  • Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, d 2591 Taʾrīḫ (autographe ?, achevé apr. 1500)56
  • Le Caire, Dār al-Kutub, Ǧuġrāfiyā 66 (daté de 988/1580‑1581)57
  • Le Caire, Dār al-Kutub, Ǧuġrāfiyā 429 (daté de 1154/1742)58
  • Marseille, Bibliothèque municipale de l’Alcazar, 1639 (daté de 1154/1742)59
  • 60 Messaoudi 2012, p. 54‑55.
  • 61 Bargès 1837 ; 1840 ; 1846.
  • 62 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 26‑27.

18L’ouvrage, relativement peu diffusé, doit sa redécouverte tardive à l’Abbé Bargès (1810‑1896), orientaliste provençal60 qui a publié dans plusieurs livraisons du Journal asiatique l’édition et la traduction de copieux extraits de l’œuvre d’après le manuscrit de Marseille61. Ce n’est que récemment, en 2018, qu’une édition de l’intégralité de l’ouvrage a paru à Beyrouth mais, faute d’avoir pu accéder aux manuscrits conservés en Égypte, son éditeur, Muḥammad al‑Zāhī, se fonde sur le seul manuscrit marseillais62. Cette édition ne tient donc pas compte, hélas, des autres témoins qui nous sont parvenus à commencer par le manuscrit présumé autographe d’Alexandrie.

  • 63 Marseille, Bibliothèque municipale l’Alcazar, 1639, f. 59v. Le colophon manque dans le manuscrit Dā (...)
  • 64 Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, d 2591 Taʾrīḫ, f. 58v. Cette note, datée de 1273/1856‑1857, es (...)
  • 65 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 99.

19La date de 880/1476 généralement retenue pour l’achèvement du Fayd almadīd est celle qui apparaît dans le colophon d’auteur reproduit dans le manuscrit de Marseille63, colophon qui figure également dans le ms d’Alexandrie mais qui, en raison de la perte des derniers folios, est amputé de ses dernières lignes, contenant l’année. Une note marginale ajoutée au bas du dernier folio conservé signale néanmoins que cette information pouvait être déduite du contenu même du texte64. Après une citation d’al‑Masʿūdī s’achevant sur la mention de la crue exceptionnelle de dix‑neuf coudées atteinte sous le califat de ʿUmar II (99‑101/717‑720), al‑Manūfī ajoute en effet que « cette année, c’est‑à‑dire l’année 880 » (fī ḥaḏihi alsana allatī hiya sana ṯamānīn waṯamānimiʾa), celle‑ci avait largement dépassé les vingt coudées et que cette hauteur n’avait, à son époque, plus rien d’exceptionnel65.

  • 66 Sur cet auteur, voir ci‑après.
  • 67 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 59‑60 ; Bargès 1840, p. 128‑129 (texte), p. 116‑1 (...)
  • 68 Sur cette abréviation voir Gacek (2009, p. 283-285).
  • 69 Gacek 2009, p. 114‑116.

20Bien que la date de 880/1476 semble, à première vue, confirmée par cette concordance, une indication chronologique figurant dans une autre partie du texte mentionne une date ultérieure. Al‑Manūfī entreprend en effet de réfuter les prétentions de sa source principale, Zayn al‑Dīn al‑Rašīdī66, à prédire la hauteur qu’atteindra la crue d’après le déplacement de la Lune dans le Zodiaque en lui opposant ses propres observations astrologiques réalisées au cours de l’année 906/150067. Cette apparente contradiction s’éclaire à la consultation du manuscrit d’Alexandrie où l’on observe que le passage en question ne figure pas dans le corps du texte mais dans les annotations marginales du f. 16r. Il n’appartient donc pas à la rédaction initiale mais relève d’un travail de révision entrepris à une date plus tardive. Le manuscrit d’Alexandrie comprend en effet quelques marginalia consistant, pour la plupart, en ajouts allant du simple mot oublié à de copieux textes couvrant l’intégralité des espaces marginaux (fig. 2). Ces additions sont signalées, à la fin du texte ajouté, par un signe prenant la forme d’un ṣād initial (parfois répété plusieurs fois)68, tandis que le lieu où doit être inséré ce dernier dans le corps du texte est généralement indiqué par un trait vertical légèrement courbé en direction de la marge extérieure de la page. Le manuscrit comprend également quelques gloses (concentrées aux f. 40v‑41), généralement précédées par l’abréviation ḥš (pour ḥāšiya)69. Bien que le manuscrit alexandrin se présente comme une copie mise au net (mubayyāḍa) par le soin apporté à la mise en forme du texte (mise en page régulière, graphie soignée, rubrications…) il n’en reste pas moins un manuscrit de travail dont l’examen permet de mettre au jour un processus de composition qui s’est opéré en deux étapes au moins : une première rédaction est achevée en 880/1476 avant d’être amendée et augmentée par l’auteur autour de 906/1500.

  • 70 La plupart des gloses ont également été reproduites dans les marges du ms de Marseille et figurent (...)
  • 71 Voir note 57.

21C’est d'ailleurs cette seconde version que transmettent les autres copies connues de l’œuvre. On constate ainsi que tous les ajouts figurant dans les marges du manuscrit alexandrin ont été intégrés dans le corps du texte de celui de Marseille et se retrouvent donc, logiquement, dans l’édition partielle de Bargès et dans celle, complète, de Muḥammad al‑Zāhī, toutes deux fondées sur le manuscrit marseillais70. Il en est de même du manuscrit Dār al‑Kutub Ǧuġrāfiyya 429 (à l’exception des gloses) mais cela n’a pu être vérifié pour le second ms cairote (Dār al‑Kutub Ǧuġrāfiyya 66) qui nous est resté inaccessible71. Sous réserve de l’examen de ce dernier témoin, c’est donc la version révisée autour de 906/1500 qui fut mise en circulation. On ignore néanmoins si al‑Manūfī a lui‑même intégré ses corrections dans la copie finale destinée à être diffusée ou si cette opération a été effectuée par un copiste ayant eu accès au manuscrit de travail aujourd’hui conservé à Alexandrie.

Une œuvre enchâssée dans une autre

  • 72 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 33.

22Cet intérêt inattendu d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī pour le Nil est peut-être à mettre sur le compte de la sérendipité qui a mis entre les mains de notre auteur un manuscrit dont la matière lui a servi à composer son propre ouvrage. Celui‑ci explique en effet, en préambule de son traité, qu’il a compulsé de nombreux ouvrages traitant du Nil mais que celui dont la lecture lui a été la plus profitable est la troisième partie d’une œuvre intitulée Kitāb alrawḍ alnaḍir walzahr alʿaṭir dont il a pu consulter un manuscrit autographe (biḫaṭṭ muʾallifihi)72.

  • 73 Al-Saḫāwī, AlḌawʾ allāmiʿ, vol. 4, p. 119 (no 319) ; al‑Maqrīzī, Durar alʿUqūd, vol. 2, p. 381 (...)
  • 74 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 34.
  • 75 Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Inbāʾ alġumr, vol. 2, p. 168 (no 61) ; Maǧmaʿ almuʾassis, vol. 2, p. 132 (...)
  • 76 Ibn Qāḍī Šuḥba, Ṭabaqāt alŠāfiʿīyya, vol. 4, p. 31 (no 730).
  • 77 Al-Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 4, p. 119 (no 319).

23Son auteur est un certain Zayn al-Dīn ʿAbd al‑Raḥmān b. Muḥammad b. Ibrāhīm b. Lāǧīn al‑Rašīdī (741‑803/1341‑1400), savant relativement mineur pour lequel on dispose tout de même de plusieurs notices biographiques73, dont celle qu’al‑Manūfī a lui‑même jugé bon d’inclure dans son introduction74. Ce dernier s’appuie notamment sur les notices rédigées par Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalanī (m. 852/1449) qui, bien qu’il ait été l’élève d’al‑Rašīdī, avait peu d’estime pour son ancien maître qu’il n’hésite pas à qualifier de « peu habile » (lam yakūn māhir)75. Ce dernier cite cependant l’opinion moins sévère de l’un de ses contemporains, Ibn Qāḍi Šuḥba (m. 851/1448), sur ses commentaires d’arithmétique et d’algèbre76. En revanche, le Kitāb alrawḍ alnaḍir n’est pas mentionné par ses biographes et il n’est d’ailleurs cité, à ma connaissance, par aucun autre auteur contemporain ou postérieur, ce qui laisse penser qu’al‑Manūfī fut l’un des rares sinon le seul à l’avoir eu entre les mains. Seul al-Saḫāwī y fait allusion en attribuant à Zayn al‑Dīn al‑Rašīdī une « composition sur le Nil d’Égypte » (taṣnīf fī Nīl Miṣr) dont le titre n’est pas donné77.

  • 78 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 34.

24Le Fayḍ al-madīd est donc formé de deux strates textuelles, donnant ainsi accès au contenu d’une œuvre perdue composée au siècle précédent. Ce n’est pas là le moindre intérêt de l’œuvre d’al‑Manūfī d’autant plus que ce dernier adopte une démarche d’exposition rigoureuse. Celui‑ci prend soin en effet de distinguer ses propres interventions dans le texte original, dont al‑Manūfī dit avoir redistribué la matière selon un autre plan, tantôt en l’abrégeant tantôt en la complétant de ses propres ajouts et commentaires. Comme il s’en explique en préambule de son œuvre, chacune de ses interventions est – en principe – précédée de la mention « qultu » (« j’ai dit », à comprendre comme « j’ajoute ») et se clôt sur l’expression « mais Dieu est le plus savant » (waLlāhu aʿlam). Loin d’être original, ce procédé témoigne néanmoins d’un souci de distinguer le plus clairement possible ses ajouts personnels, préoccupation que l’on ne retrouve pas – du moins pas à un degré aussi poussé – dans l’œuvre de son prestigieux contemporain al‑Suyūṭī souvent moins enclin à signaler explicitement ses dettes littéraires. Ce mode de présentation, aussi louable soit‑il, a toutefois ses limites notamment lorsqu’il s’agit de repérer les coupes ou déplacements opérés dans le texte qui ne sont pas systématiquement signalés et que l’on ne peut évidemment pas comparer à l’ouvrage perdu d’al‑Rašīdī. Par ailleurs, de l’aveu même d’al‑Manūfī, celui-ci se réserve le droit de s’affranchir occasionnellement de ce système afin de ne pas rompre le fil de la narration78 et, de fait, il se révèle par moment difficile de distinguer les citations provenant de l’« original » (alaṣl) d’al‑Rašīdī des commentaires d’al‑Manūfī, notamment lorsque des citations enchâssées les unes dans les autres se succèdent dans un intervalle restreint.

Le Fayḍ al-madīd : structure et contenu

25Du point de vue de l’organisation interne de l’ouvrage, le Fayḍ almadīd se divise en quatre chapitres (bāb), d’ampleur inégale :

  1. Du Nil79
  2. Des autres fleuves issus du Paradis qui sont le Sayḥūn, le Ǧayḥūn et l’Euphrate […] et de la supériorité de certains sur les autres80
  3. Des monuments antiques magnifiques qui sont à compter parmi les merveilles du monde81
  4. Des tertres et des pyramides qui bordent le Nil, que l’on dit être d’immenses tombeaux et dont la connaissance [qu’ils renferment] a déconcerté de tout temps l’humanité ; bref récit sur le Sphinx82
  • 83 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 33.

26Le contenu des deux derniers chapitres, consacrés aux vestiges pharaoniques, aux pyramides et au sphinx, pourrait nous paraître hors sujet mais il s’agit là d’une composante attendue des traités sur le Nil qui vient rappeler les liens étroits qu’entretient cette littérature spécialisée avec le genre des faḍāʾil Miṣr. D’ailleurs, la matière de ces chapitres se trouvait sans doute déjà dans l’œuvre originale d’al‑Rašīdī puisque al‑Manūfī précise que l’ouvrage qu’il a abrégé ne traitait pas seulement du Nil mais aussi des pyramides et des birbā, c’est‑à‑dire des vestiges pharaoniques83.

  • 84 Certains titres, partiellement composés en prose rimée, ont été abrégés et/ou reformulés pour plus (...)

27Quant au premier chapitre, celui dédié au Nil, il occupe à lui seul environ 65 % du texte et c’est aussi le seul à avoir été subdivisé en sections (faṣl), au nombre de dix84 :

  1. À propos des sources du Nil, de son origine, de sa longueur et de sa largeur
  2. Des temps de sa crue et de sa décrue, des désaccords des savants quant à sa cause…
  3. Du nom du Nil et de sa graphie, de la douceur de ses eaux et de ses propriétés qui la rendent supérieure aux autres…
  4. De tout ce qui a trait à la plénitude de la crue (wafāʾ), de la turbidité et de la pureté de ses eaux ; de ce que l’on raconte au sujet de l’ouverture du canal (kasr al-ḫalīǧ), de la munificence de la fête qui se tient à cette occasion, des sommes considérables d’or et d’argent autrefois dépensés par les califes en ce jour, des pièces en prose et en vers composées à ce sujet
  5. Du Nilomètre (al-Miqyās) par lequel on connaît la hauteur de la crue (ziyāda), de sa colonne (ʿamūdihi) qui indique la plénitude de la crue (alwafāʾ) en doigts ; de ceux qui l’ont bâti et de ceux qui en ont reçu la garde depuis le commencement de l’islam jusqu’à nos jours ; des morceaux en vers et en prose composés à ce sujet et au sujet de l’onction (taḫlīq) du Nilomètre
  6. Du Nil Blanc et du Nil Vert (alNīl alabyād walaḫḍar)
  7. Du « Règlement du Nil » (Qānūn albaḥr) qui permet d’irriguer le pays et de profiter de ses bienfaits ; des dépenses nécessaires pour l’entretien des digues et des canaux et du nombre d’hommes requis pour cela dans la Basse et la Haute Égypte
  8. Des régions (aqālim) qu’il irrigue et fertilise, de leur nombre et de leurs limites, du nombre de paysans et de cultivateurs qu’ils abritent, du nombre de faddān qu’ils contiennent et des revenus qu’ils génèrent, des villes bien connues qu’ils renferment et de leurs domaines cultivables, etc.
  9. Des revenus (irtifāʿ) énormes que génère le territoire égyptien et de l’usage de ces derniers
  10. Des différentes espèces de fleurs, d’oiseaux, d’arbres, de fruits, de dattes, de cannes à sucre que la terre d’Égypte, traversée par le Nil, abrite.

28Ce sommaire donne un aperçu de la diversité des thèmes abordés et des types de savoir mobilisés. On y trouve ainsi des développements géographiques à propos notamment de l’énigme lancinante des sources du Nil et de sa supposée origine paradisiaque (section 1) ou de la question non moins disputée des causes de la crue (section 2). Le traité inclut également des considérations d’ordre médical lorsqu’il s’agit d’évaluer les propriétés de ses eaux et leur rôle dans la prévention ou la propagation des maladies (section 3). La zoologie et la botanique sont également sollicitées pour la description des espèces animales et végétales qu’abritent le fleuve et ses rives (section 10).

29Pour autant, le fleuve n’est pas seulement abordé en tant que réalité physique mais est aussi envisagé dans sa dimension économique et sociale. Plusieurs sections traitent d’aspects liés à l’agriculture, à l’irrigation et aux travaux hydrauliques (sections 7 et 8) ainsi qu’aux revenus que génèrent les terres égyptiennes à travers l’impôt foncier (sections 8 et 9). Les développements consacrés au Nilomètre (Miqyās) de l’île de Rawḍa (section 5) et aux cérémonies publiques célébrées au Caire au moment de la plénitude de la crue (section 4) viennent encore souligner la centralité du « fleuve béni » dans tous les aspects de la vie sociale égyptienne.

  • 85 Al-Aqfahsī, Kitāb Aḫbār Nīl Miṣr.

30Malgré les ambitions affichées par l’auteur dans ses titres, le contenu de ce long chapitre se révèle, à première vue, décevant pour celui qui y chercherait un traitement exhaustif et à jour de l’ensemble des sujets traités en rapport avec le Nil. Chaque section consiste généralement en un choix sélectif de citations – celles qu’avait retenues al‑Rašīdī – entrecoupé des observations et compléments qu’al‑Manūfī a jugé bon d’ajouter dans ses commentaires. En cela, le Fayḍ almadīd ressemble davantage, par la forme, à une anthologie commentée plutôt qu’à une encyclopédie spécialisée. Ainsi, l’opuscule ne diffère‑t‑il pas fondamentalement, par son ampleur et ses visées, du traité d’Ibn al‑ʿImād al‑Aqfahsī (m. 805/1405)85 auquel al‑Manūfī a souvent recours pour compléter ou critiquer l’œuvre d’al‑Rašīdī. On y retrouve d’ailleurs les mêmes thèmes, abordés dans un ordre sensiblement différent, et c’est donc dans le détail, à travers l’organisation du propos, le choix et l’agencement des sources ou les interventions d’al‑Manūfī dans ses ajouts, que le Fayḍ almadīd se distingue des autres œuvres relevant du même genre.

31Faute de pouvoir analyser en détail l’ensemble de son contenu, nous nous limiterons ici à la deuxième section (faṣl) du premier chapitre (bāb), consacrée à l’examen des causes de la crue du Nil, afin d’offrir un aperçu de la méthode de travail d’al‑Manūfī et du traitement de ses sources.

Entre rationalisme et traditionalisme : la crue et ses causes dans le Fayḍ almadīd

  • 86 Ce néologisme, forgé à la fin du xixe siècle par le philologue allemand Hermann Diels (1848‑1922), (...)
  • 87 Al-Masʿūdī, Murūǧ al-ḏahab, vol. 2, p. 67.

32L’essentiel de cette section prend la forme d’une énumération de sept opinions concernant les causes de la crue, examinées tour à tour, à la façon des « doxographies » grecques86. Plus précisément, al‑Manūfī – ou plutôt al‑Rašīdī – reprend, sous une forme plus développée, le mode de présentation qu’avait employé al‑Masʿūdī dans ses Murūǧ alḏahab où chacune de ces hypothèses était attribuée à un peuple particulier (les Arabes, les Grecs, les Coptes…)87. L’intérêt de ce passage tient donc moins à l’originalité du procédé d’exposition ou des explications proposées – même si certaines d’entre elles ne figurent pas chez al‑Masʿūdī – qu’à ce qu’il nous révèle du positionnement de l’abréviateur‑commentateur vis‑à‑vis des autorités qu’il convoque.

33Je m’arrêterai seulement sur deux d’entre elles, en commençant par la troisième opinion, introduite ainsi dans l’œuvre originale (alaṣl) d’Ibn Lāǧīn al‑Rašīdī :

  • 88 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 56.

Al-Hindī dit que sa crue (ziyādatuhu) est causée par de brusques torrents (suyūl) dont nous sommes avertis par la succession des tempêtes, l’abondance des pluies, et la stagnation des nuages88.

  • 89 Al-Masʿūdī, Murūǧ alḏahab, vol. 2, p. 67.
  • 90 L’ouvrage est attribué à un certain Abū al‑Qāsim ʿAbd al‑Muḥsin b. ʿUṯmān b. Ġānāʾim al‑Maqdisī. Il (...)

34Même si cela n’est pas précisé, ce texte est en réalité un emprunt aux Murūǧ alḏahab d’al‑Masʿūdī dans lesquelles ces propos ne sont pas attribués à un dénommé al-Hindī mais bien aux Indiens (alHind) de manière générale89. Bien qu’elle soit coupée de son contexte d’origine, al‑Manūfī tente néanmoins de l’expliciter en exhumant une citation d’al‑Šāfiʿī provenant d’un recueil de manāqib attribués à l’imam90 :

  • 91 Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 57. Ce témoignage est déjà évoqué, sans être cité (...)

On trouve dans le Nil du roseau (alḫayzurān) et des cannes (alqanā), ce qui indique qu’il traverse l’Inde (arḍ alHind)91.

  • 92 Kramers, « Nil », EI2, 1995, p. 38-43. Il faut néanmoins concéder que son Kitāb alamṣār waʿaǧāʾib (...)
  • 93 Al-Yaʿqūbī, Kitāb albuldān, p. 336.
  • 94 Al-Masʿūdī, Murūǧ alḏahab, vol. 1, p. 113 ; al-Bīrūnī, Kitāb al-Bīrūnī, p. 163.
  • 95 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 57.

35Bien qu’il relève plutôt de la littérature para-juridique que géographique, cet extrait éclaire la citation tronquée d’al‑Masʿūdī en la reliant à l’hypothèse d’une source indienne du Nil. Cette possibilité, déjà évoquée par les auteurs gréco‑latins, fut aussi envisagée, dès le ixe siècle, par les écrivains de langue arabe. Le célèbre prosateur al‑Ǧāḥīẓ (m. 255/868‑869) est souvent présenté comme le premier défenseur de l’hypothèse selon laquelle le Nil et l’Indus seraient alimentés par une même source en arguant de la présence des mêmes espèces animales et végétales – notamment les crocodiles – dans les deux fleuves comme la preuve de leur origine commune92. Reprise par certains géographes après lui, comme al‑Yaʿqūbī93, cette assertion fut vivement critiquée par des auteurs postérieurs mieux renseignés, comme al‑Masʿudī et al‑Bīrūnī (m. apr. 442/1050), qui en dénoncèrent l’absurdité94. Pourtant, et malgré le rejet légitime suscité par cette hypothèse chez les savants qui l’ont précédé, al‑Manūfī se montre étonnamment complaisant, en raison sans doute de l’autorité que représente pour ce savant šāfiʿite la parole même du fondateur de son maḏhab de prédilection. Cela n’empêche pas notre auteur d'exprimer des doutes quant à la paternité de ces propos qu’il hésite à attribuer à al‑Šāfiʿī lui‑même. Sans exclure catégoriquement cette possibilité, il penche plutôt pour une attribution à son proche compagnon, al‑Rabīʿ b. Sulaymān b. ʿAbd al‑Ǧabbār al‑Murādī al‑Miṣrī (m. 270/884), explicitement mentionné dans l’extrait comme le transmetteur de ce récit95. Finalement, al‑Manūfī ne se prononce pas clairement sur la validité de cette hypothèse et préfère ainsi suspendre son jugement plutôt que de prendre le risque d’entrer en contradiction avec la tradition šāfiʿite.

36Al-Manūfī se montre en revanche moins timoré lorsqu’il s’agit de combattre les partisans de la sixième hypothèse reliant la crue estivale du Nil à la fonte des neiges, hypothèse qui n’est pas attribuée ici à un auteur spécifique mais à l’opinion populaire :

  • 96 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 57.

Les gens disent (qāla al-qawm) que sa crue provient de la neige que la chaleur du soleil fait fondre durant les jours d’été, et que selon les moments, celle-ci est abondante ou faible. Ce propos est corroboré par le fait que lorsque la chaleur s’intensifie, la crue augmente. Cette augmentation est donc due aux effets de la chaleur du soleil sur la neige, qui la fait fondre96.

  • 97 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ al-madīd, p. 58.

37Cette hypothèse repose sur une supposée corrélation entre la montée de la crue et l’augmentation de la chaleur à certains moments de l’été, ce qui ne pourrait s’expliquer autrement que par l’action du soleil sur la neige. Or, al‑Manūfī s’offusque, dans ses commentaires, qu’al‑Rašīdī, tout comme Ibn al‑ʿImād al‑Aqfahsī, ajoutent foi à un tel argument. Selon al‑Manūfī, l’augmentation de la chaleur et l’abondance des crues ne peuvent être qu’indirectement corrélées à la fonte des neiges et non pas à la montée des eaux au jour le jour. Deux simples observations sont invoquées à l’appui de cette contre-démonstration : 1. il arrive que la crue soit faible, voire nulle au moment où la chaleur est la plus intense ; 2. la plénitude de la crue coïncide avec la saison des dattes fraîches (ruṭab) signalant la fin des grandes chaleurs97. Al‑Manūfī prend ainsi ses distances avec la source principale qu’il compile – le Rawḍ alʿaṭir d’al‑Rašīdī – mais également avec le traité d’al‑Aqfahsī sur lequel il s’appuie souvent pour critiquer ce dernier. Ce faisant, al‑Manūfī n’hésite pas ici à adopter une position distincte fondée sur son expérience personnelle du fleuve.

  • 98 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 59‑60.

38Le contraste entre ces deux attitudes est révélateur de l’ambivalence de la démarche d’al‑Manūfī qui n’hésite pas à exercer son esprit critique et à user d’arguments rationnels tout en observant toujours la plus grande prudence lorsque son jugement est susceptible de contredire celui des autorités traditionnelles. À l’inverse, il n’hésite pas à se positionner en véritable censeur lorsque les propos qu’il rapporte lui paraissent s’écarter de la stricte observance de l’orthodoxie sunnite. Ainsi, il critique vigoureusement, dans la même section, les prétentions d’Ibn Lāǧīn al‑Rašīdī à prédire la hauteur de la crue d’après le déplacement de la Lune dans le Zodiaque en arguant que l’usage de l’astrologie prédictive « n’est pas fondé dans la loi divine » (ġayr muʿtamad šarʿan) et que les faits sont d’ailleurs souvent venus contredire ses pronostics. Sa démonstration le conduit, paradoxalement, à faire appel à ses propres observations astrologiques, effectuées en 906/1500, afin de démontrer que la méthode décrite par al‑Rašīdī n'est pas fiable puisque la crue n’a pas atteint cette année-là le niveau que prédisaient les astres : il est donc vain, conclut‑il, de vouloir percer les mystères dont seul Dieu possède la clef98.

  • 99 Sur ce récit, voir l'article de J.‑Ch. Ducène dans ce volume.
  • 100 Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd, p. 48-51.
  • 101 Merad, « al-Layth b. Saʿd », EI2, 1986, p. 716‑717.
  • 102 Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 51.

39Cette posture rigoriste conduit même al‑Manūfī à remettre en question les propos rapportés par des autorités reconnues en matière de tradition. Dans la section précédente, discutant la question de l’origine du Nil, al‑Manūfī reproduit le récit légendaire du voyage aux sources paradisiaques du fleuve de Ḥāʾid Ibn Abī Sālūm99 qu’il juge néanmoins « mensonger » (baṭīl) et contraire à la sunna100. Il doit bien admettre pourtant que ce récit est transmis par plusieurs traditionnistes de renom, à commencer par al‑Layṯ b. Saʿd (m. 175/791)101 qui, à son grand regret, ne se prononce pas explicitement sur sa valeur. Al‑Manūfī exonère néanmoins ce dernier de son silence qui ne doit pas être interprété, selon lui, comme une validation tacite de la véracité de cette fable mais bien comme la preuve de son absence de fondement, si évidente pour tout croyant sincère et doué de raison, qu’al‑Layṯ n’a pas jugé utile de le démontrer. Après s’être entretenu avec plusieurs de ses collègues à ce sujet, al‑Manūfī s’alarma néanmoins en constatant que certains d’entre eux étaient enclins à le tenir pour vrai en raison de l’autorité dont jouissait al‑Layṯ ibn Saʿd et les autres transmetteurs du même récit. Il se serait alors tourné vers un spécialiste du ḥadīṯ – dont il tait le nom – qui convint avec lui de sa fausseté (buṭlānihi) mais s’excusa toutefois de ne pouvoir rédiger une réfutation, prétextant qu’il était occupé par d’autres projets plus importants102.

  • 103 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ al-lāmiʿ, vol. 2, p. 181‑182 (no 506) ; Paris, BnF, arabe 2078, f. 28v.

40Même si c’est là un trait remarquable de la méthode et de la personnalité d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, il serait injuste de réduire sa contribution à celle d’un commentateur tatillon à l’esprit étroit. En bien d’autres endroits, ses interventions révèlent, au contraire, l’étendue de ses lectures et la pertinence de ses observations personnelles qu’il met à profit pour corriger et enrichir le travail déjà accompli par son prédécesseur Ibn Lāǧīn al‑Rašīdī. Ainsi, bien que le Fayḍ almadīd se fonde sur les matériaux rassemblés par ce dernier, le décrire comme un simple abrégé (muḫtaṣar) serait sans doute inexact. Il n’est d’ailleurs pas présenté comme tel dans la notice d’al-Saḫāwī ni dans la liste de ses écrits incluse dans les compléments du Badr alṭālīʿ103. Comme bien d’autres œuvres médiévales, le Fayḍ almadīd n’en est pas moins le produit d’une série d’opérations de sélection et d’assemblage de matériaux textuels qui n’est pas sans affinité avec la technique du patchwork, si ce n’est qu’al‑Manūfī a réalisé son ouvrage en défaisant celui de son prédécesseur pour le réassembler sous une autre forme tout en y insérant de nouvelles pièces. Il conviendrait donc, pour mieux apprécier les apports respectifs de chacun des deux auteurs, de « découdre » l’ensemble en conduisant une étude systématique des sources du Fayḍ almadīd en veillant à distinguer – lorsque cela est possible – celles que cite al‑Rašīdī de celles ajoutées par al‑Manūfī. La valeur et « l’originalité » de cette œuvre « à quatre mains » ne pourront néanmoins être pleinement appréciées qu’en étant comparée aux autres traités sur le Nil produits durant la même période, comme le Kitāb aḫbār alNīl d’al‑Aqfahsī ou le Kawkab alrawḍa d’al‑Suyūṭī.

Fig. 1. Liste des œuvres attribuées à Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī.

Titre Description Ibn ʿAbd al-Salām,
Badr al-ṭāliʿ, Paris,
BnF, arabe 2078
Ḥāǧǧī Ḫalīfa,
Kašf al-ẓunūn
1 اللفاظ المكرّم في خصائص النبي Partiellement fondé sur les Dalāʾil al-nubuwwa d’al-Bayhaqī (m. 458/1066). Achevé en 887/1482. f. 28v vol. 5, p. 328
(nº 11156)
2 ترغيب السامع في الصلاة على خير شافع Sur la prière sur le Prophète (taṣliya) f. 29 vol. 2, p. 282
(nº 2931)
3 إنعام الالخالق بزيارة خير الخلائق Abrégé (augmenté) du Šifāʾ al-siqām fī ziyārat ḫayr al-anām de Tāqī al-Dīn al-Subkī (m. 756/1355) sur la licéité de la visite au tombeau du Prophète. Achevé en 889/1484. Al-Manūfī prétend avoir décidé de rédiger cet ouvrage après avoir rencontré al-Subkī en rêve en 879/1474. f. 29 vol. 1, p. 463
(nº 1373)
4 إرشاد الناسك المتضرّع إلى مناسك المتمتّع Sur le ḥaǧǧ et la ʿumra ? f. 29 vol. 1, p. 253
(nº 498)
5 تحفة الراغب في معرفة شروط الإمام الراتب Épître (risāla) en quatre parties (fuṣūl) sur la conduite de la prière collective (al-imāma) vol. 2, p. 226-227
(nº 2582)
6 هداية الطالب لحقوق الامام الراتب Sur la conduite de la prière collective (al-imāma), même œuvre que la précédente ? f. 29 vol. 6, p. 477
(nº 14357)
7 رفع الملامة بمعرفة شروط الإمامة/نضج الكلام في نصح الإمام Sur la conduite de la prière collective (al-imāma), abrégé en trois parties (bāb). Le second titre est celui qu’al-Manūfī avait initialement choisi avant de changer pour le premier. f. 29 vol. 3, p. 476
(nº 6509) ; vol. 6, p. 353
(nº 13840)
8 النصيحة بما أبدته القريحة Sur les cinq causes de la damnation (halāk) de l’âme f. 29 vol. 6, p. 352
(nº 13831)
9 إعلام المغرور ببعض أحوال الموت والقبور Traité d’eschatologie f. 29 vol. 1, p. 360
(nº 941)
10 تذكرة العابد في شرح مقدمة الزاهد Commentaire des Sittūn masʾala fī al-fiqh de Šihāb al-Dīn Aḥmad b. Muḥammad al-Zāhid (m. 819/1416) f. 28v. vol. 5, p. 517
(nº 11902) ;
vol. 6, p. 82-83
(nº 12768)
11 الزهر الفاتح في شروح هديّة الناصح Commentaire du Hadiyat al-nāṣiḥ wa-ḥizb al-fātiḥ de Šihāb al-Dīn Aḥmad b. Muḥammad al-Zāhid (m. 819/1416) f. 29 vol. 6,
p. 499-500
(nº 14400)
12 الاقناع في شرح مختصر ابي شجاع Commentaire du Muḫtaṣar fī al-fiqh d’Abū Šuǧāʿ Aḥmad b. Ḥusayn b. Aḥmad al-Iṣfahānī
(ve-vie/xie-xiie s.)
f. 28v. vol. 5, p. 441
(nº 11602)
13 تشنيف الأسماع بحلّ ألفاظ مختصر أبي شجاع Abrégé du précédent f. 29 vol. 5, p. 441
(nº 11602)
14 ابهاج العين بحكم الشروط بين المتابعين Abrégé. Sur la rédaction des actes notariés (šurūṭ) ? vol. 1, p. 147
(nº 37)
15 الخواطر الفكرية في جمع الفتوى البكرية Compilation des consultations juridiques (fatawā) de Muḥammad Ǧalāl al-Dīn Muḥammad b. ʿAbd al-Raḥmān b. Aḥmad
al-Bakrī (m. 891/1486)
f. 28v. vol. 3, p. 181
(nº 4816)
16 النفحة المسكية والأجوبة المكّية Compilation de questions et réponses (asʾila wa-aǧwiba) du cadi de La Mecque Burhān al-Dīn Ibrāhīm Ibn Ẓuhayra (m. 891/1486). f. 29 vol. 6, p. 369
(nº 13933 [attribué à al-Saḫāwī]
17 القول المناصر في ردّ خُباط علي بن ناصر Sur les prohibitions (muḥarramāt) concernant la femme en état de sacralisation (muḥrima), réfutation de ʿAlī b. Nāṣir b. Muḥammad al-Bilbaysī al-Makkī al-Ḥiǧāzī (m. 915/1509). Attribué au cadi de La Mecque Ǧamāl al-Dīn Abū al-Suʿūd b. Ẓuhayra (m. 906/1502). Rédigé lors de son second séjour à La Mecque en 905/1499-1500. f. 29 vol. 4, p. 587
(nº 9674).
18 الفوائد المرتشفة فيما يناط من الأحكام بالحِشفة Compilation de 260 sentences (aḥkām) attribuées au cadi de La Mecque Ǧamāl al-Dīn Abū al-Suʿūd b. Ẓuhayra (m. 906/1502) f. 29 vol. 4,
p. 480-481
(nº 9295)
19 الدرة اللامعة في بيان كثير من الاحاديث الشائعة Abrégé (augmenté) des Maqāṣid al-ḥusna fī bayyān kaṯīr min al-aḥādīṯ al-muštahira d’al-Saḫāwī (m. 902/1497) vol. 6, p. 46-47 (nº 12664).
20 النخبة العربية في شرح الآجروميّة/ النخبة العربية في حلّ ألفاظ الآجروميّة Commentaire des Āǧurrūmiyya de Muḥammad b. Muḥammad al-Ṣanhāǧī dit « Ibn Āǧurrūm » (m. 723/1324) f. 28v. vol. 6, p. 74-75 (nº 12757)
21 الجواهر المضيئة في شرح الآجروميّة Abrégé du précédent f. 29 vol. 6, p. 74-75 (nº 12757)
22 البدر الطالع من الضوء اللامع Abrégé (augmenté) du Ḍawʾ al-lāmiʿ li-ahl al-qarn al-tāsiʿ d’al-Saḫāwī (m. 902/1497) vol. 4, p. 122
(nº 7850)
23 الفيض المديد في أخبار النيل السعيد Abrégé remanié et augmenté de la troisième partie du Rawḍ al-naḍir wa-l-zahr al-ʿaṭir de Zayn al-Dīn ʿAbd al-Raḥmān b. Muḥammad al-Rašīdī (m. 803/1400). Achevé en 880/1476, révisé vers 906/1500. f. 28v. vol. 4, p. 484
(nº 9323)
24 روض الأزهار على رياض الأنهار f. 29 vol. 3, p. 485
(nº 6563)
25 إحيآء المهج بحصول الفرج f. 29 vol. 1, p. 183
(nº 172)

Fig. 2. Inventaire des notes marginales (ajouts et gloses) dans le ms Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, d 2591 Taʾrīḫ.

Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina,
d 2591 Taʾrīḫ
éd. M. al-Zāhī, 2018 Type Remarques
f. 3v : وهي p. 36, l. 10 add.
f. 7 v: قلت هذا القول... وألله أعلم p. 45, l. 14-15 add.
f. 11 : جملة p. 5 , l. 22 add.
f. 11v : الآخر / وقد ذاكرت... من ذلك p. 5, l. 4/l. 11-14 add.
f. 12 : وفي نسبة الشيخ... الموفّق p. 51, l. 23-24-52, l. 1-3. add.
f. 14 : يوجد p. 57, l. 3 add.
f. 15v : – texte rendu illisible du fait de l’humidité
f. 16 : ولا أعلم له... فاعلمه p. 60, l. 2-17 add.
f. 17 : قلت وكذا... إن شاء ألله تعالى p. 63, l. 6-9 add.
f. 17v : و أمّا الماء... لحرارة العطش p. 64, l. 14 add.
f. 23r : قلت قوله... وألله أعلم p. 75, l. 10-11 add.
f. 23v : ما ذكره قاضي القضاة... وممّا وقفت عليه في ذلك أيضاً p. 76, l. 4-22 add.
f. 24r : – ? texte rendu illisible du fait de l’humidité
f. 29v : النواجي p. 79, l. 11 add
f. 30r : وممّا رأيته أيضاً... والنيل كوثر p. 85, l. 22-23-86, l. 1-2. add.
f. 31v : ولبعضهم... صيغ من ورق p. 88, l. 5-8 add./glose ? une note de la main de l’auteur (katabahu muʾallifuhu) mentionne la mort, en 887/1482-1483, du poète al-Šihāb al-Manṣūrī al-Sullamī. Elle ne figure pas dans l’édition de M. al-Zāhī, ni dans le ms de Marseille
f. 32r : – ? texte rendu illisible du fait de l’humidité
f. 32v : انتهى وفيه نظر... ذكر هذا p. 90, l. 10-14 add.
f. 40 : هو p. 115, l. 7 add.
f. 40v : الأقبّ الضامر... المشدّدة/
الأحبّ المريض... المشدّدة
p. 116, n. 2/n. 3 glose
f. 41 : أي علت مياهه العظيمة/اطلخمّ بالطاء... علا عجابه/
قال في الصحاح... ليس مطر شديدا/أي النخل حينيرعى/
قوله رقطاء... يشوبها بياض/قوله أحدق أي... نباتا طويلا
p. 116, n. 5/n. 4 ;
p. 117, n. 2/n. 3
/n. 4/n. 1
glose
f. 42 : عن ابن خلّكان p. 121, l. 11 add.
f. 43v : وقد عرفت... أعمال البصرة انتهى p. 123, l. 20-21-124,
l. 1-6
add.
f. 46v : قيل ملك الدنيا... انتهى من روض الأخبار p. 131, n. 2 glose
f. 53 : الشهاب الحجازي... والله أعلم p. 144, l. 23-26 add.
f. 53v : قلت ظاهر كلام الجاحظ... والله أعلم p. 145, l. 7-11 add.
f. 54 : – ? texte rendu illisible du fait de l’humidité
f. 55v : – ? texte rendu illisible du fait de l’humidité
f. 56 : السلام p. 149, l. 2 add.
f. 56v : إن كنت/وبحر القلزم... واستفده p. 149, l. 14/
p. 150, l. 2-7
add.
Haut de page

Bibliographie

Instruments de travail

EI2 = Encyclopédie de l’Islam, 2e éd., Leyde, 1960‑2007.

      E. Geoffroy, « Zakariyyā al‑Anṣārī », XI, 2005, p. 440.

      H.A.R. Gibb, « al‑Bulḳīnī », I, 1991, p. 1348‑1349.

      H. Halm « Manūf », VI, 1991, p. 439.

      H. Kramers, « al‑Nīl », VIII, 1995, p. 38‑43.

      A. Merad, « al‑Layth b. Saʿd », V, 1986, p. 716‑717.

      F. Rosenthal, « al‑Kāfiyadjī », IV, 1978, p. 432‑433.

      J. Ruska, O. Kahl, « al‑Tīfāshī », X, 1998, p. 511.

   GAS = F. Sezgin, Geschichte des arabischen Schrifttums, Francfort, 1967‑2010, 15 vol.

Sources manuscrites

Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd
Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd, Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, d 2591 Taʾrīḫ.

Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, al-Badr al-ṭāliʿ
Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alBadr alṭāliʿ min alḍawʾ al-lāmīʿ, BnF, arabe 2261.

Sources imprimées

al-Aqfahsī, Kitāb Aḫbār Nīl Miṣr
al-Aqfahsī, Kitāb Aḫbār Nīl Miṣr, Labība Ibrāhīm Muṣṭafā, Nāʿimāt ʿAbbās Muḥammad (éd.), Le Caire, 2006.

al-Aqfahsī, al-Manūfī, al-Qawl al-tāmm

al-Aqfahsī, Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, alQawl altāmm fī aḥkām alma’mūm waalimām, wayalīh Nuḍǧ alkalām fī nuṣḥ alimām, A.F. al‑Mazīdī (éd.), Beyrouth, 2004 [non vidi].

Bā Faqīh, Tārīḫ al-Šiḥr
Bā Faqīh, Tārīḫ alŠiḥr waaḫbār alqarn alʿāšir, ʿA.A.M. al‑Ḥibshī (éd.), Sanaa, 1999.

al-Bīrūnī, Kitāb al-Bīrūnī
al-Bīrūnī, Kitāb al-Bīrūnī fī taḥqīq mā lilHind min maqūlāt maqbūlat fī alʿaql aw marḏūlāt, Hyderabad, 1958.

Bargès 1837
J.J.L. Bargès, « Les sources du Nil. Extrait d’un manuscrit […] Le livre du courant étendu, traitant de tout ce qui a rapport à l’heureux Nil », JournAs 3e série, 3, 1837, p. 97‑164.

Bargès 1840
J.J.L. Bargès, « Le livre du courant étendu, traitant de tout ce qui a rapport à l’heureux Nil », JournAs 3e série, 9, 1840, p. 101‑131.

Bargès 1846
J.J.L. Bargès, « Le livre du don abondant, ou histoire du Nil bienfaisant par le Cheikh Ahmed‑ben‑Mohammed‑el‑Menoufiyi », JournAs 4e série, 7, 1846, p. 485‑521.

al-Ǧāḥiẓ, Kitāb al-buldān
al-Ǧāḥiẓ, Kitāb albuldān, Ṣ. al‑ʿAlī (éd.), Bagdad, 1970.

Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf al-ẓunūn
Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf alẓunūn ʿan asāmī alkutub walfunūn, G. Flügel (éd.), Lexicon bibliographicum et encyclopaedicum a Mustafa ben Abdallah Katib Jelebi dicto et nomine Haji Khalfa […], Leipzig, 1835‑1858, 8 vol.

Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Futūḥ Miṣr
Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Futūḥ Miṣr waaḫbaruhā, C.C. Torrey (éd.), The History of the Conquest of Egypt, North Africa and Spain: known as the Futūh Miṣr of Ibn Abd alḤakam, New Haven, 1922.

Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd
Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, al-Fayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd, M. al‑Zāhī (éd.), Beytouth, 2018.

Ibn al-Kindī, Faḍāʾil Miṣr
Ibn al-Kindī, Faḍāʾil Miṣr, I.A. al‑ʿAdawī, ʿA.M. ʿUmar (éd.), Le Caire, 1971.

Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbāʾ al-ġumr
Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Inbāʾ alġumr bianbāʾ alʿumr, Le Caire, 1998 [1re éd. 1969‑1972], 4 vol.

Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Maǧmaʿ al-muʾassis
Ibn Ḥaǧar al-ʿAsqalānī, Maǧmaʿ almuʾassis lilmuʿǧam almufahris, Y.ʿA. al‑Marʿašlī (éd.), Beyrouth, 1994, 4 vol.

Ibn al-ʿImād, Šaḏarat al-ḏahab
Ibn al-ʿImād, Šaḏarat alḏahab fī aḫbār man ḏahab, M. Arnā’ūṭ (éd.), Damas, Beyrouth, 1986, 11 vol.

Ibn Qāḍī Šuḥba, Ṭabaqāt al-Šāfiʿīyya
Ibn Qāḍī Šuḥba, Ṭabaqāt alŠāfiʿīyya, al‑Ḥāfiẓ ʿA.A. Ḫān (éd.), Hyderabad, 1978, 4 vol.

Ibn Taġrī Birdī, alManhal alṣāfī
Ibn Taġrī Birdī, alManhal alṣāfī walmustawfī baʿd alwāfī, M.M. Amīn et al. (éd.), Le Caire, 1984‑2009, 13 vol.

Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr wa-aḫbāruhā
Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr wa-aḫbāruhā wa-ḫawāṣṣuha, ʿA.M. ʿUmar (éd.), Le Caire, 2000.

al-Maḥallī, al-Qawl al-mufīd
al-Maḥallī, alQawl almufīd fī alNīl alsaʿīd, Le Caire, 1864.

al-Masʿūdī, Murūǧ al-ḏahab
al-Masʿūdī, Murūǧ alḏahab wamaʿādin alǧawhar, C. Barbier de Meynard, A. Pavet de Courteille (éd.), Ch. Pellat (rév.), Beyrouth, 1965‑1979, 7 vol.

al-Maqrīzī, Durar al-ʿUqūd
al-Maqrīzī, Durar al-ʿuqūd alfarīda fī tarāǧim alaʿyān almufīda, M. al‑Ǧalīlī (éd.), Beyrouth, 2002, 4 vol.

al-Ġazzī, Kawākib al-saʾira
al-Ġazzī, Kawākib alsaʾira biaʿyān almiʾa alʿāšira, Ḫ. al‑Manṣūr, Beyrouth, 1997, 3 vol.

al-Ṣafadī, Kitāb al-wāfī bi-l-wafayāt
al-Ṣafadī, Kitāb al-wāfī bi-l-wafayāt, A. al‑Arnāʾūṭ, M. Turkī (éd.), Beyrouth, 2000, 29 vol.

al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ al-lāmiʿ
al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ liahl alqarn altāsiʿ, Beyrouth, [s. n., s. d.], 10 vol.

al-Suyūṭī, Kitāb kawkab al-rawḍa
al-Suyūṭī, Kitāb kawkab alrawḍa fī ta’rīḫ alNīl waǧazīrat alRawḍa, M. al‑Šistāwī (éd.), Le Caire, 2002.

al-Suyūṭī, Kawkab alrawḍa
al-Suyūṭī, Kawkab alrawḍa fī ta’rīḫ ǧazīrat Miṣr almusammā bilRawḍa, M. al‑Šakʿa, M. ʿAsur (éd.), Le Caire, 2008.

al-Yaʿqūbī, Kitāb al-buldān
al-Yaʿqūbī, Kitāb albuldān, M.J. De Goeje (éd.), Kitâb al Aʿlâk annafîsa, auctore Abû Alî Ahmed ibn Omar ibn Rosteh […], Leyde, 1892.

Études

Albanes 1892
J.H. Albanes, Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Tome XV, Marseille, Paris, 1892.

Brockelmann 2016-2018
C. Brockelmann, History of the Arabic Written Tradition, J. Lameer (trad.), Leyde, 2016‑2018, 2 vol.

Brockelmann 2017-2019
C. Brockelmann, History of the Arabic Written Tradition. Supplement, J. Lameer (trad.), Leyde, 2017‑2019, 4 vol.

Conermann 2013
S. Conermann, « Lebensspender, Stätte der Erinnerung, Gedächtnisort: Der Nil während der Mamlukenzeit (1250‑1517) », dans S. Conermann (éd.), Mamlukica: Studies on the History and Society of the Mamluk Period, Bonn, 2013, p. 275‑316.

Ducatez 1993-1994
G. Ducatez, « Extraits du Livre des Métropoles et des Pays », REI 61‑62, 1993‑1994, p. 123‑174.

El Shamsy 2020
A. El Shamsy, Rediscovering the Islamic Classics. How Editors and Print Culture Transformed an Intellectual Tradition, Princeton, 2020.

Escovitz 1977
J.H. Escovitz, « A Lost Arabic Source for the History of Early Ottoman Egypt », JAOS 97, 4, 1977, p. 513‑518.

Fihris al-kutub 1933
Fihris al-kutub alʿarabiyya almawǧūda bildār, vol. 6 : Fahāris funūn alāṯār waalǧuġrāfiyyāt waalaṭālis waalẖurut…, Le Caire, 1933.

Gacek 2009
A. Gacek, Arabic Manuscripts : a Vademecum for Readers, Leyde, 2009.

Ghaleb Pacha 1951
K.O. Ghaleb Pacha, Le Mikyâs ou Nilomètre de l’île de Rodah, Le Caire, 1951.

Gottheil 1907
R. Gottheil, « al‑Ḥasan ibn Ibrāhīm ibn Zūlāḳ », JAOS 28, 1907, p. 254‑270.

Haarmann 1980
U. Haarmann, « Regional Sentiment in Medieval Islamic Egypt », BSOS 43, 1, 1980, p. 55‑66.

Kaḥḥāla 1993
ʿU.R. Kaḥḥāla, Muʿǧam almuʿallifīn : tarāǧim muṣannifī alkutub alʿarabiyya, Beyrouth, 1993, 4 vol.

Messaoudi 2012
A. Messaoudi, « Bargès Jean Joseph Léandre, abbé », dans F. Pouillon (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, 2012, p. 54‑55.

Muhanna 2017
E. Muhanna, The World in a Book. AlNuwayri and the Islamic Encyclopedic Tradition, Princeton, 2017.

Pellat 1966
Ch. Pellat, « al‑Ǧāḥiẓ pionnier de la géographie humaine », alMachriq 60, 2, 1966, p. 169‑205.

Saleh 2001
M.J. Saleh, « al‑Suyūṭī and his Works: Their Place in Islamic Scholarship from Mamluk Times to the Present », MSRev 5, 2001, p. 73‑89.

Seignobos 2017
R. Seignobos, « Le fleuve comme lieu de mémoire : le Nil dans la littérature arabe d’époque mamelouke (xivexvie siècle) », Égypte. Afrique et Orient 88, 2017, p. 45‑52.

Weintritt 2016
O. Weintritt, Das Fada'ilgenre im islamischarabischen Schrifttum vom späten Mittelalter bis zum 18. Jahrhundert – Bestandsaufnahmen der physischen und der menschlichen/sozialen Natur, Berlin, 2016.

Yarbrough 2013
L. Yarbrough, « Ibn al-Durayhim », dans D. Thomas, A. Mallett (éd.), ChristianMuslim Relations. A Bibliographical History, vol. 5 : 13501500, Leyde, Boston, 2013, p. 138‑144.

Zīdān 1999
Y. Zīdān, Fihris maḫṭūṭāt baladiyya alIskandariyya, Alexandrie, 1999, vol. 3.

Ziriklī 2002
Ḫ. Ziriklī, al-Aʿlām : qāmūs tarāǧim li ašhar alriǧāl wa alnisāʾ min alʿArab wa almustaʿribīn wa almustašriqīn, Beyrouth, 2002, 8 vol.

Haut de page

Notes

1 Conermann 2013 ; Seignobos 2017.

2 Haarmann 1980.

3 Muhanna 2017.

4 Conermann 2013, p. 315‑316. Sur ce genre et ses développements voir Weintritt (2016).

5 Ibn ʿAbd al-Ḥakam, Futūḥ Miṣr waaḫbaruhā (éd. C.C. Torrey).

6 Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr waaḫbāruhā.

7 Ibn al-Kindī, Faḍāʾil Miṣr.

8 Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr waaḫbāruhā, p. 74‑79 ; Ibn al‑Kindī, Faḍāʾil Miṣr, p. 40‑44.

9 Ibn Zūlāq, Faḍāʾil Miṣr waaḫbāruhā, p. 74. Plutôt qu’une œuvre originale, R. Gottheil était enclin à y voir une compilation des chapitres consacrés au Nil provenant de sa description topographique de l’Égypte (Ḫiṭṭa) aujourd’hui perdue. Gottheil 1907, p. 257.

10 Ruska, Kahl, « al‑Tīfāshī », EI2, 1998, p. 511.

11 Kramers, « al‑Nil », EI2, 1995, p. 38‑43 ; Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf al-ẓunūn, vol. 2, p. 149. Ces fragments, préservés notamment par al‑Maqrīzī et al‑Suyūṭī (qui dépend probablement du premier), n’ont, à ma connaissance, pas encore été étudiés.

12 Yarbrough 2013, p. 138‑144 ; al‑Ṣafadī, Kitāb alwāfī bilwafayāt, vol. 3, p. 527 ; Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf alẓunūn, vol. 2, p. 149.

13 Al-Aqfahsī, Kitāb Aḫbār Nīl Miṣr.

14 L’ouvrage a fait l’objet d’une édition parue en 1864 à laquelle je n’ai pu avoir accès. Al‑Maḥallī, alQawl almufīd. Voir GAS XIV, p. 498.

15 Ce texte est encore inédit. Un manuscrit autographe est conservé à la BnF (ms arabe 2261). Voir GAS XIV, p. 501‑502.

16 Nous disposons pour ce dernier de deux éditions récentes mais peu satisfaisantes : al‑Suyūṭī, Kitāb Kawkab alrawḍa ; al‑Suyūṭī, Kawkab alrawḍa.

17 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 181‑182 (no 506). Sur la vie et l’œuvre d’Ibn ʿAbd al‑Salām, voir parmi les quelques notices modernes qui lui ont été consacrées : de Jong, « al‑Manūfī », EI2, 1991, p. 439‑440 ; GAS XIV, p. 526‑527 ; Brockelmann, vol. 2, 2016, p. 331 ; suppl. 2, p. 421 ; Ziriklī, alAʿlām, p. 232‑233 ; Kaḥḥāla, Muʿǧam almuʿallifīn, vol. 1, p. 293.

18 Al-Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106‑108 (no 279).

19 Paris, BnF, arabe 2078. Sur ce manuscrit et son caractère probablement autographe voir G. Vajda, Notices des manuscrits Arabe 2055 à 2399, 1940‑1969 [notices tapuscrites consultables en ligne, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8452212z/f2.item#], p. 28.

20 Paris, BnF, arabe 2078, f. 28v-29. Ces ajouts sont bien plus substantiels encore pour la notice consacrée à son père, occupant près de treize pages dans le manuscrit. Paris, BnF, arabe 2078, f. 64‑68v.

21 al-Ġazzī, Kawākib alsaʾira, vol. 1, p. 156. Sur cet auteur et son œuvre voir Escovitz (1977, p. 513‑518). Voir également la notice d’Ibn al‑ʿImād, Šaḏarat alḏahab, vol. 10, p. 207.

22 Halm, « Manūf », EI2, 1991, p. 439.

23 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106. Le terme de ḫirba désignait peut‑être, à l’époque, les ruines de l’ancienne ville situées à l’ouest de la nouvelle localité de Manūf. Halm, « Manūf », EI2, 1991, p. 439.

24 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106.

25 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 106‑107.

26 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 182.

27 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 182 ; Gibb, « al‑Bulḳīnī », EI2, 1991, p. 1348‑1349. Voir également les notices et compléments de son Badr alṬāliʿ. Paris, BnF, arabe 2078, f. 31v, 63‑64.

28 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 182 ; Paris, BnF, arabe 2078, f. 9, 53v‑54.

29 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ allāmiʿ, vol. 6, p. 81‑83.

30 Paris, BnF, arabe 2078, f. f. 28v. Sur ce savant, voir al‑Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 8, p. 117‑124 ; Paris, BnF, arabe 2078, f. 68v‑71.

31 Paris, BnF, arabe 2078, f. f. 28v. Rosenthal, « al‑Kāfiyādjī », EI2, 1978, p. 432‑433. Pour plus de détails sur sa formation et ses maîtres, voir la notice d’al‑Saḫāwī (alḌawʾ allāmiʿ, vol. 2, p. 182) et les compléments à cette dernière dans le Badr alṬāliʿ (Paris, BnF, arabe 2078, f. f. 28v‑29). Bien souvent, les informations dispensées dans les autres notices sont aussi l’occasion pour al‑Manūfī de faire étalage de ses relations avec tel ou tel savant.

32 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ al-lāmiʿ, vol. 2, p. 182. Geoffroy, « Zakariyyā al‑Anṣārī », EI2, 2005, p. 440.

33 Cette information ne figure pas dans la notice que lui a consacrée al‑Saḫāwī, ni dans les compléments biographiques que l’auteur lui-même livre dans son abrégé du Ḍawʾ allāmiʿ, rédigé en 905/1499-1500. Elle n’apparaît que dans les notices plus tardives, écrites après sa mort. al‑Ġazzī, Kawākib alsaʾira, vol. 1, p. 156.

34 Sur ce personnage voir la longue notice que lui a consacrée al‑Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 1, p. 88‑99. La date du premier séjour d’al‑Manūfī figure dans les ajouts à cette dernière dans le Badr alṬāliʿ. Paris, BnF, arabe 2078, f. 9. Voir également f. 81v.

35 Al-Manūfī indique dans l’introduction de son Badr al-Ṭāliʿ qu’il a rédigé l’ouvrage lors de son second séjour à La Mecque en 905/1499‑1500. Paris, BnF, arabe 2078, f. 2v. Sur Abū al‑Suʿūd Ǧamāl al‑Dīn Ibn Ẓuhayra et les circonstances de sa mort, voir notamment Bā Faqīh, Tārīḫ alŠiḥr, p. 50‑53.

36 Al-Ġazzī, Kawākib alsaʾira, vol. 1, p. 156 ; Ibn al‑ʿImād, Šaḏarat alḏahab, vol. 10, p. 207. C’est la date retenue par F. de Jong dans sa notice « al‑Manūfī », EI2, 1991, p. 439‑440.

37 Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf al-ẓunūn, vol. 4, p. 587 (no 9674) et passim. Cette date est celle retenue par Brockelmann et Sezgin. Brockelmann, vol. 2, 2016, p. 331 ; suppl. 2, p. 421 ; GAS XIV, p. 526‑527. C'est aussi celle qui apparaît dans une note, difficilement datable, ajoutée sous le titre de l’ouvrage dans le ms d’Alexandrie du Fayḍ almadīd : « Son auteur est décédé l’année 931 » (tuwuffiya muʾallifuhu sanata iḥdā waṯalāṯīn watisʿumiʾa). Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, d 2591 Taʾrīḫ, f. 1.

38 Saleh 2001.

39 À ma connaissance, outre le Fayḍ almadīd, seul son Nuḍǧ alkalām fī nuṣḥ alimām (no 7) a été discrètement édité à la suite d’un traité d’al‑Aqfahsī portant sur le même thème. al‑Aqfahsī/Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alQawl altāmm [non vidi].

40 Comme il l’écrit explicitement dans une de ses notices, Hāǧǧī Ḫalīfa a consulté un manuscrit du Badr alṬāliʿ dont il cite parfois les indications provenant de la liste commentée d’al‑Manūfī. Ḥāǧǧī Ḫalīfa, Kašf alẓunūn, vol. 4, p. 587 (no 9674). Il arrive, en outre, que Ḥāǧǧī Ḫalīfa donne les premiers mots de l’incipit indiquant que ce dernier a eu accès aux manuscrits de certaines de ses œuvres.

41 Voir néanmoins les quelques manuscrits signalés dans Brockelmann (vol. 2, 2016, p. 331 ; suppl. 2, p. 421) ; Ziriklī, alAʿlām, p. 232‑233 ; Kaḥḥāla, Muʿǧam almuʿallifīn, vol. 1, p. 293 ; Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 15‑16.

42 Voir fig. 1, no 12.

43 Voir fig. 1, no 10.

44 Voir fig. 1, no 15.

45 Voir fig. 1, nos 16 et 18.

46 Voir fig. 1, no 5, 6, 7. Les rapports entre ses différentes œuvres traitant de ce sujet sont encore à éclaircir.

47 Voir fig. 1, no 2.

48 Voir fig. 1, no 3.

49 Voir fig. 1, no 9.

50 Voir fig. 1, no 8.

51 Voir fig. 1, no 19.

52 Voir fig. 1, nos 20 et 21.

53 al-Ġazzī, Kawākib alsaʾira, vol. 1, p. 156.

54 Muḥammad al‑Zāhī lui attribue également un abrégé des Durar alkamīna d’Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī intitulé alMuntaḫab min alDurar alkāmina qui n’est pas mentionné dans le Badr alṬālīʿ ni dans le Kašf alZūnūn de Ḥaǧǧī Ḫalīfa. L’ouvrage est connu par au moins un manuscrit, conservé à la Bibliothèque Köprölü d'Istanbul. Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 16.

55 On remarque cependant parmi les œuvres qui lui sont attribuées un traité intitulé Rawḍ alazhār ʿalā riyāḍ alanhār (no 24). Il est néanmoins difficile d’en déterminer la nature à la lumière de ce seul titre à connotation fluviale.

56 Zīdān 1999, p. 206‑207. L’identification de ce manuscrit comme autographe se fonde sur les formules employées dans le titre de l’œuvre (taʾlīf kātibihi, f. 1) et dans le colophon d'auteur (ʿallaqahu ǧāmiʿuhu wamuʾallifuhu, f. 58v). La présence de notes marginales de la même main, dont une signée de l’auteur (katabahu muʾallifuhu, f. 31v), va également dans le même sens. Il faudrait néanmoins, pour s’en assurer, conduire une comparaison paléographique avec d’autres manuscrits présumés autographes de l’auteur, à commencer par le ms Paris, BnF, arabe 2078, déjà évoqué plus haut. Tous mes remerciements vont au personnel du Centre des manuscrits de la Bibliotheca Alexandrina pour leur accueil et leur aide précieuse lors de mon séjour à Alexandrie en février-mars 2018.

57 Fihris al-kutub, vol. 6, p. 46. Ce ms n’est pas signalé par M. al‑Zāhī dans son édition de 2018 (Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 26). Kamel Osman Ghaleb a consulté ce manuscrit dont il a extrait un passage concernant le Nilomètre de Rawḍa mais il le présente étrangement comme une copie réalisée par l’abbé Bargès en 1252/1836 (Ghaleb Pacha, 1951, p. 133‑137). Les investigations que j’avais prévues de conduire, dans la première moitié de l’année 2020, à Dār al‑Kutub ont été malheureusement compromises par la crise sanitaire mondiale puis par mon départ définitif du Caire au mois de juillet de la même année.

58 Fihris al-kutub, vol. 6, p. 46.

59 Albanes 1892, p. 468‑474.

60 Messaoudi 2012, p. 54‑55.

61 Bargès 1837 ; 1840 ; 1846.

62 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 26‑27.

63 Marseille, Bibliothèque municipale l’Alcazar, 1639, f. 59v. Le colophon manque dans le manuscrit Dār al‑Kutub, Ǧuġrāfiyya 429.

64 Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, d 2591 Taʾrīḫ, f. 58v. Cette note, datée de 1273/1856‑1857, est signée par Naṣr al‑Hūrīnī (m. 1291/1874), érudit formé à al-Azhar et connu pour son activité en tant que correcteur à l’imprimerie de Būlāq (El‑Shamsy 2020, p. 83‑91) : « On comprend d’après le début du folio qui se trouve au 28e depuis l’avant-dernier, que cette composition date de l’année 880, huit‑cent‑quatre‑vingts ; écrit par Naṣr al‑Ḥūrīnī – que Dieu lui pardonne – dans l’année 1273 [1856‑1857] » (yufham min awwal alwaraqa allatī qabla alāḫir biṯamāniyya waʿišrīn waraqa anna altaʾlīf hāḏā kāna sanat 088 – ṯamānin waṯamānī miʾa –, katabahu Naṣr al-Hūrīnī sanat 3721, ʿafā Allāh ʿanhu). Cette indication renvoie en effet au f. 37r qui contient le passage évoqué ci-après. Une autre annotation, probablement de la même main, portée sur la page de titre du manuscrit y renvoie également : « Cet auteur était un notable du ixsiècle [de l'hégire] comme cela se comprend d’après le propos du début de la septième section du premier chapitre » (Hāḏā almuʾallif min aʿyān alqarn altāsiʿ kamā yufham min kalām awāʾil alfaṣl alsābiʿ min albāb alawwal). Alexandrie, Bibliotheca Alexandrina, d 2591 Taʾrīḫ, f. 1.

65 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 99.

66 Sur cet auteur, voir ci‑après.

67 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 59‑60 ; Bargès 1840, p. 128‑129 (texte), p. 116‑117 (trad.).

68 Sur cette abréviation voir Gacek (2009, p. 283-285).

69 Gacek 2009, p. 114‑116.

70 La plupart des gloses ont également été reproduites dans les marges du ms de Marseille et figurent en notes de bas de page dans l’édition de M. al‑Zāhī. Voir fig. 2.

71 Voir note 57.

72 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 33.

73 Al-Saḫāwī, AlḌawʾ allāmiʿ, vol. 4, p. 119 (no 319) ; al‑Maqrīzī, Durar alʿUqūd, vol. 2, p. 381‑382 (no 718) ; Ibn Taġrī Birdī, alManhal alṣāfī, vol. 7, p. 228 (no 1404).

74 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 34.

75 Ibn Ḥaǧar al‑ʿAsqalānī, Inbāʾ alġumr, vol. 2, p. 168 (no 61) ; Maǧmaʿ almuʾassis, vol. 2, p. 132 (no 132).

76 Ibn Qāḍī Šuḥba, Ṭabaqāt alŠāfiʿīyya, vol. 4, p. 31 (no 730).

77 Al-Saḫāwī, alḌawʾ allāmiʿ, vol. 4, p. 119 (no 319).

78 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 34.

79 Fī ḏikr alNīl.

80 Fī ḏikr baqiyat alanhār alḫāriǧa min alǦanna wahiya Sayḥūn waǦayhūn walFurāt… wa-ḏikr afḍaliyya baʿḍ hāḏihi alanhār ʿalā baʿḍ.

81 Fī ḏikr albarābī alḥusān allatī hiya min ʿaǧāʾib albuldān.

82 Fī ḏikr mā ḥaffa bilNīl min alākām walahrām allatī hiya kamā qīla qubūr alʿiẓām fa-qad ḥayyarat fī maʿrifatihā alanām ʿalā ṭūl alayyām waḏikr mulaḫaṣṣ alqawl fī Abī alHawl.

83 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 33.

84 Certains titres, partiellement composés en prose rimée, ont été abrégés et/ou reformulés pour plus de clarté.

85 Al-Aqfahsī, Kitāb Aḫbār Nīl Miṣr.

86 Ce néologisme, forgé à la fin du xixe siècle par le philologue allemand Hermann Diels (1848‑1922), désigne la pratique antique consistant à dresser la liste des solutions proposées par différents auteurs au sujet d’un problème philosophique donné.

87 Al-Masʿūdī, Murūǧ al-ḏahab, vol. 2, p. 67.

88 Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 56.

89 Al-Masʿūdī, Murūǧ alḏahab, vol. 2, p. 67.

90 L’ouvrage est attribué à un certain Abū al‑Qāsim ʿAbd al‑Muḥsin b. ʿUṯmān b. Ġānāʾim al‑Maqdisī. Il semble qu’al‑Manūfī ait ici confondu deux personnages, tous deux auteurs de recueils de manāqib/faḍāʾil dédiés à al‑Šāfiʿī : Abū al‑Qāsim ʿAbd al‑Muḥsin b. ʿUṯmān b. Ġānāʾim al‑Tinnīsī (av. 447/1090), auteur d’un alWāḍiḥ alnafīs fī faḍāʾil Abī ʿAbd Allāh Muḥammad b. Idrīs, et Abū al‑Fatḥ Naṣr b. Ibrāhīm b. Naṣr al‑Maqdisī (m. 390/1000), auteur d’un ouvrage simplement intitulé Manāqib alimām alŠāfiʿī. Aucune des deux œuvres ne semblant avoir fait l’objet d'une édition, nous n’avons pas été en mesure de vérifier d’où provient cette citation.

91 Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 57. Ce témoignage est déjà évoqué, sans être cité expressément, dans la section précédente. Ibn ʿAbd al-Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 43.

92 Kramers, « Nil », EI2, 1995, p. 38-43. Il faut néanmoins concéder que son Kitāb alamṣār waʿaǧāʾib albuldān ne nous est pas parvenu dans son intégralité et qu’aucun des deux manuscrits connus ne contient ce passage (Pellat 1966 ; al‑Ǧāḥiẓ, Kitāb albuldān ; Ducatez 1993‑1994). Al‑Ǧāhīẓ y affirme même, au contraire, que les crocodiles sont une spécificité nilotique et qu'ils ne se rencontrent pas dans les autres fleuves (Ducatez 1993‑1994, p. 163). Ce sont ses détracteurs plus tardifs, al‑Masʿudī et al‑Bīrūnī, qui lui attribuent de tels propos. On trouve, en revanche, dans la conclusion du Fayḍ al-madīd, une citation de la même œuvre d'al‑Ǧāḥiẓ faisant explicitement mention d’une origine commune du Nil et de l’Indus sans toutefois que la présence de crocodiles dans les deux fleuves soit invoquée comme preuve de leur interconnexion : « Au‑delà du pays des ʿAlwa [Nubie méridionale] se trouve un peuple important de noirs (Sūdān) appelés B.k.na. Ils vont nus comme les Zanǧ et leur pays est celui où l’or sort de terre. C’est dans leur pays que le Nil se divise pour former deux fleuves, l’un blanc et l’autre vert. Le premier est le Nil d’Égypte, le second s’écoule vers l’est, traverse la mer jusqu’en Inde et descend vers le Sind ; il s'agit de l’Indus (Mihrān) ». Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, al-Fayḍ almadīd, p. 145‑146.

93 Al-Yaʿqūbī, Kitāb albuldān, p. 336.

94 Al-Masʿūdī, Murūǧ alḏahab, vol. 1, p. 113 ; al-Bīrūnī, Kitāb al-Bīrūnī, p. 163.

95 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 57.

96 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 57.

97 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ al-madīd, p. 58.

98 Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 59‑60.

99 Sur ce récit, voir l'article de J.‑Ch. Ducène dans ce volume.

100 Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, al-Fayḍ al-madīd, p. 48-51.

101 Merad, « al-Layth b. Saʿd », EI2, 1986, p. 716‑717.

102 Ibn ʿAbd al-Salām al-Manūfī, alFayḍ almadīd, p. 51.

103 Al-Saḫāwī, al-Ḍawʾ al-lāmiʿ, vol. 2, p. 181‑182 (no 506) ; Paris, BnF, arabe 2078, f. 28v.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Seignobos, « À l’encre du Nil. Le Fayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī (m. 927/1521 ou 931/1524‑1525) »Annales islamologiques, 57 | 2023, 27-51.

Référence électronique

Robin Seignobos, « À l’encre du Nil. Le Fayḍ almadīd fī aḫbār alNīl alsaʿīd d’Ibn ʿAbd al‑Salām al‑Manūfī (m. 927/1521 ou 931/1524‑1525) »Annales islamologiques [En ligne], 57 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 22 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/anisl/12526 ; DOI : https://doi.org/10.4000/anisl.12526

Haut de page

Auteur

Robin Seignobos

Université Lumière Lyon 2 (CIHAM)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search